Version classiqueVersion mobile

Généalogies

 | 
Chantal Rodet

Annexe 2 : Méthodologie d’analyse de contenu

Texte intégral

LES RÈGLES PRINCIPALES DE LA MÉTHODE GREIMASSIENNE

  • 1 La considération d’autres connaissances n’est pas pour autant exclue de la méthode sémiotique. Seu (...)

1Le travail d’analyse consiste à prendre d’abord chaque texte séparément et à le considérer comme un tout. Le texte, en sémiotique, forme une unité et possède tout ce qu’il faut pour l’interpréter1. Il est avant tout une construction de langage. Les mots y sont pris dans des parcours, et c’est le parcours qui fait le sens des mots. D’autre part, l’écriture étant soumise à une logique, on doit travailler dans la succession du développement : on prend en compte chaque élément à sa place, car tout est subordonné à ce qui précède. Analyser, c’est donc suivre la piste de ces parcours du sens à travers les mots et les expressions du texte, dans le texte.

2Le texte est l’objet d’une double étude : l’une narrative et l’autre discursive. La première vise à mettre en évidence la trame du récit. Le travail consiste à relever les actants du procès et à observer leurs performances, leurs compétences et les objets qui circulent entre eux. Ces actants sont des acteurs porteurs de fonctions spécifiques : destinateur ou destinataire, sujet opérateur, adjuvants ou opposants. Ils sont qualifiés différemment selon les procès intermédiaires dans lesquels ils sont inscrits : ainsi dans les récits, on peut constater certains acteurs ascendants des auteurs désignés tour à tour par « notre grand-père », « notre bon grand-père », « mon grand-père » ou encore « grand-père », ce qui change la représentation du lien que le narrateur veut produire à l’attention de ses lecteurs. La seconde étude a pour objectif de repérer les indices de temps et d’espace (réels et symboliques) dans leurs liens avec les acteurs, ainsi que ceux d’énonciation (je, ici et maintenant). Elle met au jour les figures du texte.

3Il s’agit ensuite de nommer les rapports qui lient les acteurs entre eux et à leurs objets, étant données les qualités qui leur sont reconnues, selon les temps et les lieux dans lesquels ils se situent. On peut alors voir émerger les transformations qu’ils subissent au cours du texte et, observant leur logique progressive, mettre en lumière les enjeux que le narrateur a tissés en fil de chaîne derrière sa trame. On peut alors concevoir des hypothèses sur la signification du message véhiculé par le texte, dans toute sa complexité et au-delà de l’intention de son auteur.

4L’analyse doit porter sur chaque énoncé du texte, ce qui donne à cette méthode sa validité, du fait de la profondeur à laquelle les enjeux sont puisés, mais ce qui exige un long et patient travail, et un retour renouvelé sur l’ouvrage, pour comprendre tous les rapports à prendre en compte dans la dynamique du texte. Un tel procédé est possible lorsque le texte ne dépasse pas une vingtaine de pages. Dans le cas d’un nombre supérieur, une adaptation est nécessaire. L’effort d’analyse porte alors sur les deux extrémités du texte et sur des morceaux choisis en son milieu. Puis, une fois les hypothèses sur la signification retenues, elles sont vérifiées dans tout le texte.

5Un texte ne se laisse pas saisir facilement derrière sa trame. Sa longue fréquentation est un gage de sa meilleure compréhension. Elle amène à découvrir des problématiques insoupçonnées dans les toutes premières relations avec lui. Elle introduit aussi le lecteur, petit à petit, parmi les acteurs, jusqu’à lui désigner sa place au cœur des enjeux qu’il met en lumière.

LA MÉTHODOLOGIE APPLIQUÉE

6On a principalement appliqué quatre règles. Premièrement, on a relevé les écarts entre :

7– d’une part, la première phase de chaque récit (la manipulation) et la dernière phase (la sanction),

8et

  • 2 Manipulation et sanction sont deux phases du procès narratif d’un texte. Structure actantielle et (...)

9– d’autre part, entre la structure actantielle et la structure actorielle de chaque texte2, pour dégager les transformations de perspectives des narrateurs sur leur famille au fur et à mesure que se déroule chaque récit, qu’ils proposent à leurs lecteurs. On a mis en lumière les principaux acteurs des récits afin d’éclairer leurs fonctions et leur histoire dans leurs cadres spatio-temporels respectifs.

  • 3 On entend par parcours figuratif « un enchaînement isotope de figures, corrélatif à un thème donné (...)

10Deuxièmement, on a puisé dans les parcours figuratifs3 des textes les repères qui révèlent l’évolution des comportements des familles à travers les générations et les transformations des narrateurs, à l’égard de leurs objets de valeurs et des personnes auxquelles ils sont liés. On a montré aussi, à l’aide de ces parcours, que les récits offraient plusieurs niveaux de lecture dans l’objectif de résoudre des contradictions.

  • 4 Il s’agit de l’analyse du dispositif de l’énonciation dans l’énoncé : soit dégager les rapports de (...)

11Troisièmement, on a considéré les structures énonciatives des textes, c’est-à-dire exploité les procédures4 dont l’énonciation fait subtilement usage pour laisser entendre ses attentes sur l’orientation identitaire à concevoir pour la famille. On a indiqué les valeurs que les narrateurs souhaitaient que leurs descendants retiennent de leur histoire familiale et les attachements qu’ils voulaient voir privilégier.

  • 5 Nous avons donc procédé à l’étude de la structure persuasive des récits et du contrat fiduciaire q (...)

12Quatrièmement, on a pris en compte les stratégies que les auteurs déployaient pour emporter l’adhésion et la confiance de leurs lecteurs. En effet, même s’ils ont la volonté explicite de les voir se référer à leur récit, ils ne croient pas pour autant à une adhésion immédiate à leurs attentes. On a repéré les représentations communes par lesquelles narrateurs et destinataires trouvaient les liens qui leur permettaient de se faire confiance mutuellement5.

Notes

1 La considération d’autres connaissances n’est pas pour autant exclue de la méthode sémiotique. Seulement, c’est le langage – et non le fait historique ni le fait littéraire – qui est le lieu de l’interprétation.

2 Manipulation et sanction sont deux phases du procès narratif d’un texte. Structure actantielle et structure actorielle sont deux systèmes différents organisant les acteurs d’un texte, au regard de deux structures différentes, l’une narrative et l’autre figurative. Nous pouvons rappeler que, selon Algirdas Julien Greimas, le sujet opérateur du procès principal du texte se transforme entre la phase de manipulation et la phase de sanction, et qu’en même temps sa manière de concevoir l’univers se transforme aussi. Pour ce qui concerne le second écart à analyser, nous voyons comment les acteurs évoluent en observant quels rôles (d’actants) l’énonciation leur donne, selon les procès dans lesquels ils sont inclus.

3 On entend par parcours figuratif « un enchaînement isotope de figures, corrélatif à un thème donné ». Cet enchaînement, fondé sur l’association des figures – propre à un univers culturel déterminé –, est en partie libre, en partie contraint, dans la mesure où, une première figure étant posée, elle n’en appelle que certaines, à l’exclusion des autres.

4 Il s’agit de l’analyse du dispositif de l’énonciation dans l’énoncé : soit dégager les rapports de l’énonciation aux sujets et objets sémiotiques avec lesquels celle-ci crée une visée du monde pour elle et pour ses lecteurs.

5 Nous avons donc procédé à l’étude de la structure persuasive des récits et du contrat fiduciaire qui lie les énonciateurs et les énonciataires. Nous avons relevé les performances persuasives des premiers et les compétences épistémiques des seconds, A. J. Greimas donnant à ces derniers un rôle d’acteur dans l’énonciation.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search