Version classiqueVersion mobile

Généalogies

 | 
Chantal Rodet

Troisième partie. Les fonctions des récits

Texte intégral

  • 1 Nous entendons bricoler au sens de Claude Lévi-Strauss et prédestination familiale au sens d’André (...)
  • 2 MALINOWSKI Bronislaw (1926), « Le mythe dans la psychologie primitive », in Trois essais sur la vie (...)
  • 3 MALINOWSKI Bronislaw (1926), ibid., p. 113-114.

1L’analyse de contenu des récits invite à voir que le genre généalogique est un dispositif symbolique destiné à ceux qui souhaitent travailler activement à maintenir leur position sociale et leur identité familiale, dans leur milieu et à travers le temps. Elle montre qu’il a moins la visée de conserver ou de préserver la mémoire d’une famille que de résoudre des contradictions et de transformer le regard de celle-ci sur son passé. Il est en effet un instrument de socialisation anticipatrice pour une famille, comme le récit mythique l’est pour un peuple, une ville, un pays. Son but est d’abord d’infléchir l’avenir. Il donne des moyens pour bricoler une prédestination1. Il établit un précédent, comme le dit Bronislaw Malinowski du récit des origines. Il fait remonter la tradition à une réalité initiale plus élevée, meilleure et d’un caractère plus surnaturel. Il la renforce et lui confère un prestige et une valeur2. Il constitue ainsi un idéal et assure sa pérenité. Il contient aussi des directives pratiques3. Enfin, il est un acte de langage aux fonctions opératoires et dialogiques, voire performatives.

  • 4 Ces fonctions sont le résultat de l’analyse de l’intentionnalité des discours de chaque récit, selo (...)

2Les récits rendent compte de quatre grandes fonctions : perpétuer, enraciner, légitimer et instituer4. Ils permettent aux généalogistes de perpétuer leur identité familiale à partir de mythes, d’enraciner leur lignée paternelle dans sa position sociale, de la légitimer aux yeux de leur milieu local et enfin d’instituer des héritiers de sa tradition grande bourgeoise.

1. LA PERPÉTUATION DE L’IDENTITÉ FAMILIALE

  • 5 S’agissant d’une analyse de contenu, on parlera de narrateur et non d’auteur, la figure du narrateu (...)

3Tous les récits présentent, dès leurs premiers mots, sous les traits du mythe, les références identitaires familiales de leur narrateur et les contradictions qu’elles ont subies à la suite d’événements sociaux ou familiaux5. Leur trame narrative, leur armature généalogique, leurs figures, leur énonciation et les fonctions attribuées aux personnes qui y sont présentées, se rejoignent pour instruire l’intelligibilité d’enjeux identitaires complexes, mis en scène en de véritables drames familiaux à l’attention des lecteurs. Ils montrent que les générations postérieures à ces événements se sont trouvées prises dans des loyautés qui sont devenues progressivement intenables et perturbatrices pour le maintien des équilibres identitaires individuels et familiaux.

1. 1. Le mythe de la famille

  • 6 Dans la mise en discours des récits, la famille est un acteur collectif qui évolue au fur et à mesu (...)

4Le premier mythe que l’on rencontre est celui de la famille6. Cinq narrateurs sur onze évoquent, sous cette forme, la vision générique qu’ils ont d’elle. Ils décrivent sous ce terme les valeurs et représentations qu’ils estiment chez elle. Leur formulation tient en un simple énoncé ou une longue réflexion, et se lit sur la couverture, dans l’adresse, dans l’introduction ou en exergue, avant donc que l’histoire familiale elle-même ne commence. Ils lui attribue le caractère d’une entité à laquelle ils se sentent appartenir, qu’ils possèdent, qu’ils partagent au-delà du temps et des espaces avec les autres membres qui la composent, et qui se soutient de valeurs communes essentielles, voire glorifiées et sacrées. Les liens entre cette entité et ses membres sont des liens d’appartenance réciproque : elle est objet de possession et en même temps possède. Elle a des frontières et donc occupe un espace avec un dehors et un dedans, mais les membres qui s’y rassemblent peuvent être dehors et dedans à la fois. Elle n’est pas inscrite dans la chronologie et n’est pas altérée par le temps, même si elle peut traverser le temps et être traversée par lui et avoir des générations.

  • 7 BARTHES Roland (1957), Mythologies, p. 239.

5Cette vision mythique donne de la famille une représentation naturelle et éternelle. Elle est privée de toute histoire. C’est là son but : comme le dit Roland Barthes, « le mythe prive l’objet dont il parle de toute histoire ; en lui, celle-ci s’évapore et laisse place à la jouissance sans se demander d’où vient ce bel objet »7. Les narrateurs témoignent à leurs lecteurs qu’ils se sont engagés dans l’écriture à cause des effets sur eux de cette belle vision de leur famille. Mais ils n’attendent pas d’eux une identification à elle. En effet, à la fin du récit, ils inviteront leurs lecteurs à partager avec eux une autre vision de la famille : une vision dans laquelle sa nature et son éternité font place à la contingence et à l’histoire.

6Dans le récit de Camille Delérable, c’est par une adresse à ses enfants, dès les premiers mots et longuement, que le narrateur évoque sa vision de la famille.

  • 8 Il s’agit d’une citation extraite du Psaume 112 : « La génération des hommes droits sera bénie ».

C’est pour vous, mes chers enfants, que j’écris cette histoire de notre famille. Je le fais d’abord, parce que j’estime que les familles, où se maintient le culte des souvenirs, y puisent cet esprit de tradition qui les rend saines et vigoureuses ; et quel meilleur moyen d’entretenir ce culte que celui de fixer à un certain moment pour les générations à venir les traits principaux des générations disparues ? De plus, lorsqu’on peut dans la chaîne des aïeux remonter plusieurs siècles en arrière, la claire notion qui en résulte d’un enracinement profond dans notre vieux sol national y ajoute un élément de stabilité et de confiance, très propre à surexciter des énergies bienfaisantes. Enfin, si la vie des ancêtres ne nous apporte pas des exemples de piété, de travail et d’honneur, ne sera-ce pas pour leurs descendants un puissant adjuvant à recevoir, pour le transmettre à leur tour à leurs enfants, un héritage aussi précieux, assuré de la prospérité des familles : generatio rectorum benedicetur8 ?

7La famille à laquelle il accorde son estime est celle dans laquelle on pratique le culte des souvenirs parce que celui-ci apporte des bienfaits en chaîne, des gages pour sa continuité :

  • d’abord, la santé et la vigueur car les familles peuvent puiser dans les souvenirs l’esprit de tradition ;

  • puis la stabilité et la confiance grâce auxquelles les familles trouveront des énergies productrices elles-mêmes de bienfaits. Ces deux qualités appartiennent à ceux qui peuvent remonter plusieurs siècles en arrière la chaîne des aïeux, car ils reçoivent une impression d’enracinement profond dans le vieux sol national ;

  • et enfin un héritage précieux et assuré de la prospérité, lorsque la vie des ancêtres apporte « des exemples de piété, de travail et d’honneur ».

8Ainsi, la famille selon les vœux du narrateur a les traits d’un acteur collectif et d’un espace ouvert au temps puisqu’on peut y remonter dans le passé et pronostiquer son avenir. Elle est localisable puisqu’on peut la repérer par la profondeur de ses racines. Il la constitue comme partageable puisqu’elle peut appartenir à plusieurs individus. Elle est un lieu cultuel dédié aux souvenirs familiaux. Et enfin elle est mémorisable, car on peut en fixer les traits principaux.

9Dans le récit de Lilian Collas, le narrateur témoigne de la conception qu’il a de la famille avec son adresse et dès les premiers mots aussi. Il le fait en même temps qu’il indique les raisons qui l’ont amené à écrire sur la sienne.

Je me propose de consigner ici les quelques renseignements que je possède sur nos ancêtres Collas et Conavis et certains de mes souvenirs personnels sur nos parents plus proches [...]. Je désire seulement les transmettre à mes enfants et petits-enfants pour leur faire connaître mieux encore la famille. Je ne possède malheureusement que peu de renseignements sur les ancêtres. [...] Je considère cette transmission comme devant faire partie du culte dû par tous à la famille et comme un témoignage particulier de la vénération que je garde pour chacun de ceux qui ont fait partie de la nôtre.

  • 9 Dans cette fin d’adresse, le partiel est une figure récurrente.

10Pour ce narrateur, la famille est l’objet d’un devoir cultuel. Elle est configurée comme dans le récit précédent sous les traits d’un acteur collectif défini comme un ensemble que l’on peut s’approprier et partager puisque chacun en est une partie9.

11Dans le récit d’Auguste Armand, le narrateur ne présente pas exactement les qualités de la famille telle qu’il l’estime. Il invite d’emblée à une interrogation sur les origines sociales de sa famille patrilinéaire. Sont-elles aristocratiques ou bourgeoises ? Les deux origines s’expriment par deux termes différents : la race et la famille.

Les armoiries de notre famille sont : « d’argent au chevron de gueules, accompagné de trois glands et trois olives de sinople, un gland et une olive couplés et liés de gueules » [...].
Sommes-nous de même race, ou est-ce notre famille qui a repris ces armoiries en les modifiant légèrement ?

  • 10 Le sujet de l’énonciation (nous) est, dans ces premiers énoncés, tenu séparé des attributs en quest (...)

12La race est un attribut d’appartenance lignager, la famille un attribut encore indéfini mais elle est structurée, à l’image des récits précédents, comme un acteur collectif, un objet d’appropriation et de partage10. On comprend par déduction que le terme de famille est associé à l’appartenance bourgeoise.

13Parmi les autres récits, on peut voir par exemple, dans le récit de Thierry Guilbert, le narrateur définir métaphoriquement la famille qu’il souhaite voir advenir ; il invite à la voir, dans l’exergue de son recueil, comme un faisceau. Dans le récit de Julien Bélors, le narrateur décrit la famille de ses vœux dans l’introduction, à l’image des grandes familles : un ensemble d’êtres que l’on ne peut pas détacher de ses ancêtres, comme un arbre qui ne peut croître coupé de ses racines. La tradition est le trait d’union entre son passé et son présent ou son avenir proche. Dans le récit de Florent Reynaud, le narrateur évoque dans son introduction la famille en termes de filiation : un lieu de perpétuité, par la transmissibilité du nom et du sang, mais surtout par l’hérédité des traditions et le culte de ce qui n’est plus ; les relations qui s’y tissent sont celles de fils et filles portant de l’affection aux souvenirs que la famille possède.

1. 2. Le mythe des commencements de la famille

14Au début de tous les récits, quand commencent les premiers mots de l’histoire de la famille proprement dite, les narrateurs mettent en scène la vie des premières générations sous les traits d’un mythe des commencements. Ils présentent d’abord le paradis dans lequel cette vie s’est déroulée et les ressources inépuisables qui ont procuré à la famille ses valeurs identitaires. Puis ils témoignent d’un temps d’épreuves : un irréparable qui est advenu – un événement fatal – par lequel ces ressources ont été troublées, voire taries. Ils exposent les répercussions en chaîne qui en ont été et en sont encore les conséquences, à l’heure de l’écriture.

1. 2.1. Le temps de l’harmonie : le paradis

  • 11 Ces valeurs de l’époque des origines de la famille sont relevées à partir de l’analyse sémiotique d (...)

15Chaque récit décrit, en son début, une époque mythique durant laquelle la famille a vécu un paradis à ses commencements, un temps rêvé au cours duquel l’abondance régnait sans question ni crainte pour l’avenir. Il dépeint un mode d’existence précis qui a défini le rapport de la famille au monde et, dans le même temps, l’identité organisatrice des membres qui en font partie. Les premières générations forment une unité dans laquelle la famille et les ressources qui lui donnaient l’abondance se fondent. Ces ressources sont génératives et proviennent de différents univers : l’Ancien Régime, l’origine aristocratique, la propriété, la fortune indivise, la terre, le travail, etc. Elles paraissent avoir généré la famille. Mais le mystère a recouvert le moment de l’apparition de cette dernière. Entre elles, le lien est fusionnel et naturel ; il est évident. Un cordon matriciel les rattache. Par lui, advient l’existence, se produisent abondance, richesse, élévation, sécurité, prospérité, unité, etc.11. La famille ne s’inquiète pas de sa conservation ni de son avenir. Sans lui, elle n’aurait pas été.

  • 12 Pour Claude Lévi-Strauss, dit Marcel Henaff (1991), « le diachronique ne se confond pas avec la per (...)
  • 13 Ce rapport du nourrisson au monde a été longuement étudié dans les travaux de la psychanalyse, par (...)

16La famille est ainsi montrée à ses commencements comme un lieu de jouissance infinie et de consommation sans peine. Ses membres ne sont pas atteints par l’histoire. Le temps n’a rien introduit de nouveau ou de différent, sinon la répétition fidèle de ce qui a été, les générations se succédant diachroniquement, sans pour autant modifier leur rapport au monde12. Il est un éternel retour. Ces rapports de la famille à l’univers de ses commencements sont comparables aux rapports d’un nourrisson à sa mère, tels que l’anthropologie psychanalytique peut les décrire13. En effet, aux commencements des familles, comme aux commencements de l’humain, les liens sont d’abord ceux qu’un sujet noue avec l’Objet originaire. Ils sont matriciels.

17Les familles de la bourgeoisie mettent donc en lumière et transmettent, avec leurs récits généalogiques, les mythes de leurs origines, comme les pays, les peuples, les villes, etc. peuvent le faire. En effet, si elles veulent traverser le temps et les espaces et maintenir leur identité et leur structure familiale, elles doivent se pourvoir de récits des origines. Elles ont besoin d’une cohérence, d’une unité et d’une validité provenant de la répétition non historique de la condition première de leur avènement. Elles ont besoin de fonder et perpétuer l’intelligibilité de leur identité.

18Aux commencements du récit de Camille Delérable, la famille et ses membres étaient confondus avec la France de l’Ancien Régime.

Et ces fidèles sujets de Louis XIII, de Louis XIV, de Louis XV, et de Louis XVI vivant d’un travail honorable, dans le cadre de leurs libertés provinciales, communales et professionnelles, ont mené une existence paisible, sans inquiétude pour un avenir que nul danger extérieur ou intérieur ne menaçait.

  • 14 La figure des Louis est organisée en paradigme. Avec la chaîne de nombres contigus au même lexème, (...)
  • 15 C’est la figure de sujet qui indique ainsi cette soumission. Le terme sujet vient du latin subjacio(...)

19Les liens si forts ici décrits étaient ceux de la famille et de la France à la fois. Il n’y avait pas d’individus ; il y avait des sujets de rois, qui croyaient ce que l’Ancien Régime croyait. La famille était sans histoire. Son histoire était celle de ses suzerains14. Ses membres étaient attachés à la France et soumis à leur roi15 ; ils lui donnaient leur foi. Leur existence était prospère ; elle exprimait une sécurité générale. La liberté régnait. Les fils succédaient aux pères dans les mêmes charges ; le temps s’écoulait ; l’avenir semblait devoir poursuivre éternellement cet état de la vie.

Vous y verrez une famille, de souche très probablement paysanne, s’élever dès le début du dix-septième siècle à la condition moyenne [...] C’est ainsi sans doute que Pierre Delérable était devenu, sous le règne de Louis XIII, notaire royal à N. le T. [...]. Vous verrez qu’il a paisiblement transmis à son fils et à son petit-fils, et cela pendant plus d’un siècle, une charge dont il n’était alors donné à personne de lui contester la propriété.

20Leur foi était double : religieuse et monarchique. Dieu et le Roi étaient l’objet d’une et même foi.

Ces hommes d’Ancien Régime ainsi que les bonnes aïeules, leurs compagnes, ont ainsi traversé la vie solidement appuyés sur la double foi religieuse et monarchique.

  • 16 Nous devons remarquer que la double foi est devenue des sentiments après avoir traversé la Révoluti (...)

21Après la Révolution, les descendants ont continué à avoir les mêmes sentiments16. Le narrateur, comme ses fils aînés, y est resté attaché.

À travers la Révolution, ces sentiments ont continué à être ceux de leurs descendants jusqu’à mon père, jusqu’à moi-même.

22Mais avec la mort des fils aînés, les ancrages qui avaient tenu le narrateur seront ébranlés.

23Aux commencements du récit de Lilian Collas, on lit que la famille, ses ascendants et sa propriété sont confondus en un même destin.

Ainsi qu’il ressort du tableau généalogique no I :
La famille Collas est originaire de C. (Ardèche). Nous y trouvons notre ancêtre Émilien Collas qui y est né en 16~~ et qui s’y est marié avec une jeune fille du pays, Christine Morin. Il y possédait une importante propriété dont il dirigeait l’exploitation. Cinq générations se sont succédées à C., dont quatre ont continué l’exploitation :

  1. Émilien Collas, 1er du nom, né vers 16~~, marié à Christine Morin ;

  2. Francisque Collas, 1er du nom, né le 5 Juillet 16~~, marié à Émilie Blier ;

  3. Émilien Collas, 2e du nom, né le 30 octobre 17~~, marié à Alice-Magdeleine Catala ;

  4. Francisque Collas, 2e du nom, né le 6 Juin 17~~, marié à Émilie Demichel.

De chacune de ces quatre premières générations, nous ne connaissons que notre auteur direct, resté attaché à la propriété [et qui] se livrait à [son] exploitation.

  • 17 Cette figure est pour le sémioticien un trait de la langue précieux : figure de l’unique et de l’en (...)
  • 18 En effet, le discours est déployé sous une forme paradigmatique, ne laissant pas trace de filiation (...)

24La famille puisait ses ressources dans sa propriété et se réduisait, pour chaque génération à son auteur direct17. Cet auteur dirigeait l’exploitation. Il y était attaché et livré à l’image d’un esclave, la régissant et la conduisant mais en dépendant entièrement pour exister. Ainsi, les quatre ascendants des premiers temps participaient d’une même entité et se sont succédés les uns aux autres, chacun prenant la place du précédent sur le même espace18. Il n’y avait pas de différences entre eux ni d’identité singulière pour chacun. Mais grâce à l’auteur direct, la famille connaissait ses origines. Cette connaissance lui venait exclusivement de son attachement à sa propriété. Si la propriété venait à disparaître, la mémoire de la famille subirait le même destin.

25Aux commencements du récit d’Auguste Armand, la famille était confondue avec « la très ancienne famille des Armand de Barry connue en Bretagne » et avec son blason.

La très ancienne famille des Armand de Barry connue en Bretagne au XIIIe siècle puis en Anjou au XVe, éteinte au XVIIIe siècle, portait les mêmes armes que nous, avec en sus, un chef chargé de trois étoiles. Sommes-nous de même race, ou est-ce notre famille qui a repris ces armoiries en les modifiant légèrement ?

  • 19 Cette famille a compté des rois.

26En effet, on croyait, dans la famille, que les Armand de Barry19 et la famille étaient les mêmes et que le blason des seconds avait été hérité des premiers, même s’il montrait une petite différence. Donc on voyait la famille pourvue d’une origine très ancienne et de haut rang. Avant que le narrateur ne sache que la lignée de ces Armand de Barry s’était éteinte au XVIIIe siècle, les Armand considéraient qu’ils descendaient de la race des Armand de Barry.

27Dans les autres récits, on peut voir à travers l’exemple de Damien Palluis que le destin de la famille s’est confondu avec celui de sa fortune immobilière et de son chef qui avait su la conserver dans l’indivision. Pour Cyril Ramel, il s’est identifié à la terre alors christianisée et aux individus qui y ont habité, cette terre ayant permis de trouver : l’amour de Dieu, de la famille réunie, de son prochain et de son petit domaine familial. Pour Florent Reynaud, il est associé aux ressources des propriétés terriennes qui ont fait la richesse et la force morale de la famille.

1. 2.2. Le temps des épreuves : le paradis perdu

28Après les temps dorés, comme dans tout mythe, viennent le crépuscule, la chute, la séparation, la privation, le paradis perdu. En effet tous les narrateurs font état d’un événement ayant provoqué le trouble dans l’univers originaire, voire la privation des ressources qui avaient généré leur identité et les conditions de leur existence. Ils formulent les conséquences qui ont suivi et ont eu un impact sur eux et sur leurs descendants. Ils portent ainsi à la connaissance de ces derniers les termes des drames identitaires dont tous ont hérité.

1. 2.2.1. Les causes des épreuves

29Les narrateurs font tous part d’événements ayant troublé, à partir d’une certaine époque, la vie et l’identité de la famille. Les causes ont une origine historique, sociale ou familiale. On trouve par exemple, respectivement pour chacune des familles citées précédemment, la Révolution, la disparition des propriétés de famille, les preuves mettant en cause l’origine aristocratique de la lignée patrilinéaire, la succession des partages, la déchristianisation des campagnes, le capital reconnu nouvellement par l’Église comme une source morale d’enrichissement. Ces événements sont décrits comme les causes d’un ébranlement des équilibres familiaux, notamment de l’ébranlement des ancrages sociaux et de la permanence des ressources matricielles. Ils ont surpris par l’imprévisibilité de leur avènement et la radicalisation de leurs effets. Ils ont apporté la division et la limite. Après n’a plus été comme avant. Et ce qui n’était que présent, s’est vu relégué dans le passé.

  • 20 LÉVI-STRAUSS Claude (1962), op. cit.

30L’identité de chaque famille est ainsi décrite comme menacée de perdre les caractères qui l’avaient définie à ses tout premiers commencements : on y voit des tensions sociologiques s’exprimer entre deux modes de vie dont le premier est mis en scène comme révolu et le second comme irrecevable. À l’image des sociétés ou des peuples, les familles bourgeoises ont besoin de mythes pour traiter leurs tensions sociologiques. Comme eux, elles vivent des tragédies ou des drames, mettant en péril leur identité, à certains moments de leur histoire. Comme eux, leurs structures sont aux prises avec les événements de l’histoire20.

  • 21 MALINOWSKI Bronislaw (1926), op. cit., p. 142.

31Les événements sont réels ; mais pour autant, les familles avaient-elles, avant eux, un équilibre identitaire aussi harmonieux que les récits le dépeignent ? Sont-ils évoqués uniquement pour informer sur les causes et les conséquences des bouleversements familiaux ? Ne servent-ils pas aussi d’autres buts : des buts anthropologiques, à savoir, comme l’indique Bronislaw Malinowski, transmettre une réalisation claire de l’idée de fatalité inévitable et inflexible à la descendance21 ? Les récits généalogiques en effet ont la visée de mettre en scène, de façon exemplaire, les rapports de forces constants qui existent entre les données de l’histoire et les lois de structure qui définissent les équilibres que les familles se donnent pour se maintenir ou que les sociétés ou groupes déterminent à l’intention de celles-ci. Ils traduisent, à l’adresse des lecteurs, les résistances de leur structure familiale à l’intégration des événements qui se sont imposés à leurs ancêtres.

32Dans le récit de Camille Delérable, c’est la Révolution qui vient remettre en question le lien de la famille à son objet, la Vieille France. Avant elle, la famille se définissait par son attachement à son pays. Elle y consacrait tous ses membres. Après, cet attachement ne peut plus suffire pour définir l’identité de la famille. Car le patriotisme est une valeur qui n’appartient plus seulement à ceux qui sont issus de l’Ancien Régime. Les partisans du nouveau régime sont aussi attachés à la France ! L’identité familiale se voit ébranlée dans ses fondements.

Vous connaissez sans doute l’abominable conspiration historique ourdie contre la Vieille France, depuis les temps qui ont suivi immédiatement la grande Révolution. Elle a été justement flétrie par l’illustre historien Fustel de Coulanges, quand il a écrit : « Le véritable patriotisme n’est pas l’amour du sol, c’est l’amour du passé, c’est le respect pour les générations qui nous ont précédés. Nos historiens ne nous apprennent qu’à les maudire et ne nous recommandent que de ne pas leur ressembler. Ils brisent la tradition française et ils s’imaginent qu’il restera un patriotisme français.

33Après la Révolution, l’identité de la famille ne tient plus à l’assujettissement à des rois et à des services rendus à la France et dans le même temps à l’Église : cette époque n’est plus. Le nouveau régime est bien installé, ses points de vue politiques et historiques aussi. Le respect pour les générations qui ont aimé cette Vieille France est devenu sujet à caution. En effet, la France post-révolutionnaire, explique le narrateur, a retenu les événements de son histoire de telle manière qu’elle a obligé sa famille à partager en deux l’amour voué à la Vieille France l’amour du sol et l’amour du passé – et à opposer ce qu’elle a divisé. Le narrateur se pose la question des fondements actuels de son identité familiale et de son pays. Nécessité il y a, donc, de se poser la question de l’avenir de sa famille : définir le patriotisme pourrait permettre de redéfinir la fonction identitaire de la famille. Pour un officier, la question est de poids !

  • 22 L’analyse de la figure de la propriété permet de voir qu’au moment de sa cession, la propriété des (...)

34Dans le récit de Lilian Collas, le narrateur est le premier de la lignée patronymique à n’avoir ni hérité d’une propriété ni, en conséquence, fait hériter ses enfants et petits-enfants. Il est le premier à ne pas avoir été en position de leur transmettre un tel bien. Que ce soit le domaine22 de C., le château de Vi., les propriétés de Tr. et de Ra. et, plus proche, celle de Donvie, aucun bien n’est parvenu jusqu’à lui. Aussi, il ne pourra pas transmettre de patrimoine ni les effets de sa jouissance à sa descendance. Son père et sa mère n’avaient pas hérité de propriété non plus, mais très longtemps ils avaient joui de l’agrément et du rapport de la propriété de Donvie ainsi que de l’agrément de celle de Ra., et d’autre part, ils avaient acheté Tr. Le narrateur, lui, n’a pas reçu cette dernière dans le partage et n’en a pas acheté. Il s’est trouvé démuni car la transmission des héritages familiaux n’a plus de modèle à sa génération. Il ne peut plus s’appuyer sur les modes de vie et les enregistrements d’actes dont l’état de propriétaire permettait de conserver la mémoire. L’identité familiale se trouve en question, car elle ne peut plus se reposer sur cette dernière pour perpétuer ses valeurs.

35En effet, il n’y a plus de propriété dans la lignée patrilinéaire depuis la génération du grand-père du narrateur. Il écrit :

Pour des raisons que j’ignore, Raymond ne continua pas l’exploitation du domaine qui, peut-être bien, fut cédé à sa sœur et à son beau-frère, ses aînés.

36Dans les lignées maternelles, l’arrière-grand-père du narrateur (le grand-père paternel de sa mère) « possédait et habitait le château de Vi. » et avait une propriété d’agrément et de rapport à Donvie, et son épouse, une propriété d’agrément à Ra. Il transmit à son fils aîné le château et au grand-père du narrateur, la propriété de Donvie, en contrepartie.

Lucien, notre Grand’Père, est né [en] 18~~ et s’est marié avec Christine Palluis [en] 18~~. Son Père, Louis-Marie, possédait et habitait le château de Vi, qui, en partage, fut attribué à Auguste. Lucien eut, en contrepartie dans son lot, notamment la propriété de Donvie, qui était en partie d’agrément, mais surtout de rapport.

  • 23 Il nous faut remarquer que cette tante n’est pas appelée par son prénom ; elle est nommée tante Bru (...)

37Mais la propriété de Donvie fut, au décès de ce grand-père, licitée et achetée par une tante, puis saccagée et enfin, vendue par ses enfants23 :

Au décès de Grand’Père cette propriété fut licitée et achetée par tante Brun qui la saccagea, faisant abattre les plus beaux arbres du jardin et négligeant l’entretien des bâtiments, comme du jardin.
Ses enfants la vendirent à l’autorité Diocésaine.

  • 24 Il faut ajouter à ces disparitions celles de la propriété de son oncle Albert dans laquelle il se r (...)

38Les mises en scène de ces trois successions n’ont pas le même ton et montrent une progression dans l’intensité émotionnelle. En effet, l’énoncé traduisant le transfert de jouissance de la propriété de Donvie à la tante Brun et à ses enfants a une force évocatrice que n’ont pas les transferts de C. et du château de Vi. Il occupe dans la narration beaucoup plus de place que les deux autres. Est-ce parce que la jouissance de cette propriété s’est faite sans respect et donc sans respect pour ceux qui l’avaient occupée ? Ou bien est-ce parce que le narrateur l’avait fréquentée enfant et montrait plus d’émotion à la voir disparaître ? La transmission de C. est contée comme la production d’une logique de continuité même si celle-ci s’est faite hors de la lignée du narrateur. Celle de Vi., au contraire, porte le poids de l’inégalité du sort, le château paternel étant la partie légitimée de l’héritage et Donvie le fruit d’une contrepartie24.

  • 25 Dans l’avant-texte qui a précédé la publication de cette version, le narrateur ne parlait pas de ce (...)

39Dans le récit d’Auguste Armand, l’événement est la remise en question du rattachement de la famille aux Armand de Barry. Rien, dans la mémoire familiale, dit le narrateur, ne peut apporter la preuve de ce rattachement, à l’exception d’un signe : l’argenterie en possession de la famille, au XVIIIe siècle, était frappée des armoiries de ces Armand25. Dans tous les cas, rien ne prouve donc que cette lignée soit de la même famille que celle du narrateur.

Nous ne le saurons sans doute jamais. Toutefois, elles étaient sur notre argenterie à la fin du XVIIIe siècle.

  • 26 Auguste Armand explique dans un entretien qu’au XIXe siècle on était prompt à rattacher sa famille (...)

40Aussi, le narrateur s’interroge sur ses origines et, en conséquence, sur celles de ses armoiries : l’identité de la famille est entamée par un doute désormais fondamental. Il a cherché d’où pouvaient venir ses armoiries. Cela aurait pu lui permettre d’en déduire d’où il venait. Il a recensé toutes les hypothèses plausibles. Il y en avait plusieurs mais aucune n’a donné de preuve sérieuse. L’évidence est là et doit être prise en compte, dit-il dans son introduction : la continuité de la filiation entre sa lignée patronymique et la très ancienne famille Armand de Barry est tout à fait improbable. En contestant cela, le narrateur a rendu sa famille comme orpheline. Mais surtout, il lui a enlevé ce qui lui donnait sa position symbolique, à savoir son appartenance à une aristocratie des plus anciennes26.

41Dans le récit de Damien Palluis, l’événement est la mort du chef de famille qui a provoqué le rétrécissement progressif de la fortune. Dans celui de Cyril Ramel, c’est la déchristianisation des campagnes. Et dans celui de Florent Reynaud, c’est la reconnaissance par l’Église du capital comme une source morale d’enrichissement. Le narrateur évoque les contradictions éthiques devant lesquelles il s’est trouvé dans sa propre vie. Profondément attaché aux valeurs du travail et à sa foi catholique, il a choisi de mettre ses investissements dans le travail – celui de professeur d’université et de propriétaire terrien – mais lorsque l’Église ne condamna plus l’investissement par le capital, il s’est trouvé ébranlé.

1. 2.2.2. Les répercussions des épreuves

42Les narrateurs décrivent ensuite l’impact de ces événements sur leur identité familiale et sociale. Ils désignent avec émotion deux épreuves enchaînées. La première est le doute posé sur leur lignée paternelle par leur environnement social ou familial, et la seconde, l’altération de la mémoire de celle-ci. Ils expliquent qu’ils n’en ont pas eu conscience assez tôt, et que leurs actions ont malheureusement précédé leurs réflexions et les ont débordés. Ils disent tous l’impuissance qui a été la leur à concilier les transformations des valeurs de leur nouveau contexte socio-historique ou familial avec leur mode de vie issu directement de leurs parents et aïeux.

43Interrogés par leur incapacité à anticiper sur les effets de ces événements dans leur propre vie, engagés devant leur descendance, ils ont souhaité mener une réflexion pour revoir leurs références à la lumière de l’histoire de leur famille et du contexte de leur époque. Ils ont tous témoigné des modalités sous lesquelles les épreuves se sont imposées à eux. Leur loyauté les ont amenés à être fidèles aux références de leurs aïeux, sans tenir compte des effets des références nouvelles qui émergeaient et qui amenaient le doute sur l’identité de leur groupe d’appartenance paternel.

  • 27 MALINOWSKI Bronislaw (1926), op. cit., p. 130.

44Les récits mettent ainsi en scène mythiquement les conflits de références présents dans les familles des narrateurs. Ils traduisent les réalités vécues par les auteurs et leur famille. Pour autant, ils ne recouvrent pas point par point toutes celles relevées dans l’analyse empirique. En effet, les mythes des origines ne se confondent pas avec les réalités socio-historiques vécues par ceux qui les créent ou les récitent, même s’ils en sont la conséquence et servent à leur expression. Les narrateurs ne désignent pas, par exemple, les enjeux issus des négociations conjugales des mémoires de leurs parents et ceux issus de leur déclassement relatif. Veulent-ils éviter les heurts qu’ils provoqueraient dans leur famille s’ils étaient trop explicites ? Le mythe a pour objectif de voiler certaines contradictions engendrées par les événements historiques, dit Bronislaw Malinowski, plutôt que d’enregistrer fidèlement ces événements. Pour autant, il se rapporte à une réalité vivante, à la fois rétrospective et actuelle27. Il a pour but de toucher les affects des membres des familles autant que leur intelligence pour réussir à révéler et à garder en même temps la perspective de l’unité. Les débats et discussions sont vains à un moment donné devant la radicalisation des faits ou des résistances. Seules des causes lointaines sur lesquelles on ne peut jouer peuvent laisser espérer une analyse nouvelle et seul un appel aux sentiments peut rouvrir des perspectives sur l’avenir.

  • 28 Algirdas Julien Greimas (1966) explique que les mythes comme les contes, les pièces de théâtre, etc (...)

45Avec ces mythes, les lecteurs sont appelés à imaginer leurs univers familiaux sous les traits de deux mondes qui s’opposent et se succèdent : celui, originaire – paradisiaque et regretté – dans lequel leurs références identitaires se sont forgées et celui, contextuel, présent, qui a remplacé le premier et a régi leur vie sous l’égide d’autres références nouvelles, inassimilables et exclusives des premières28.

46Les références du premier monde ont des caractères communs. Elles exemplifient les valeurs et représentations identitaires de la noblesse et des bourgeoisies anciennes, et les références du second monde celles de la bourgeoisie. Les lecteurs apprennent ainsi que leur narrateur a été confronté à ces conflits de références – ces deux mondes qui s’opposent – et est resté dans une impasse. Ils appartiennent tout comme lui par leur lignée patronymique à la bourgeoisie et doivent se rendre à l’évidence que leur nom les attache et les identifie à celle-ci, même s’ils ne se retrouvent pas tout à fait dans le paradigme du bourgeois, tel qu’il est véhiculé dans leur environnement social. Ils se trouvent alors sollicités par lui pour réorganiser leurs relations avec ces deux mondes.

  • 29 LÉVI-STRAUSS Claude (1971), L’Homme nu, p. 545-546.

47Le genre généalogique permet ainsi par sa forme mythique de signifier et d’introduire dans les références imaginaires des familles des tensions tolérables entre l’ancien et le nouveau. Il ouvre à une conscience du temps et génère des moyens pour que ces tensions n’équivaillent pas à des incompatibilités. Il donne à lire un mythe au service de l’équilibre de la structure familiale et de sa résistance aux éléments qui la perturbent. Comme le dit Claude Lévi-Strauss, lorsqu’un système est ébranlé en un point, il « cherche son équilibre en réagissant dans sa totalité et il le retrouve par le moyen d’une mythologie [...] »29.

  • 30 LÉVI-STRAUSS Claude (1973), Anthropologie structurale II, p. 375-376.
  • 31 Claude Lévi-Strauss, dans Les Structures élémentaires de la parenté (1949), explique que, dans les (...)

48Le genre généalogique est un dispositif symbolique pertinent pour les auteurs qui cherchent à répondre à la crainte de voir déstabilisées les positions sociales acquises de leur famille. Continuité et ancienneté dans leur milieu local et social constituent des critères de légitimité essentiels chez les élites. Pour les maintenir, celles-ci doivent susciter des stratégies d’annulation des variations temporelles, sans stériliser en leur sein « tout ce qui pourrait être l’ébauche d’un devenir historique »30. Elles doivent accepter le pari sur ce temps et pouvoir compter sur tous leurs membres pour que ces régulations qu’elles mettent en place soient adoptées. Elles doivent être prêtes à spéculer sur un avenir changeant, mais garder la visée de leur conservation31. Pour cela, la fidélité de leurs membres à leurs références est une nécessité, mais pas seulement, comme en témoignent les auteurs des récits généalogiques : il faut aussi leur imagination et le calcul des risques – recréer et renouveler, pas reproduire.

49La mémoire généalogique est un organisateur-clé de cette régulation. Elle conserve les preuves de l’acquisition des positions sociales d’une famille. Son défaut affecte leur assise. Tous les auteurs en ont témoigné pour leur lignée paternelle et ont œuvré pour y remédier. Ils l’ont mis en scène dans leur mythe des commencements comme la conséquence des contradictions et doutes issus des événements. Si de même, ces conséquences sont réelles, sont-elles les seules à être en cause pour expliquer ce défaut de mémoire paternelle chez les narrateurs ? Issus de parents dont la mère a une position sociale supérieure au père, les narrateurs sont empreints des mémoires et références maternelles. À l’heure de l’écriture, ils ont la conscience de leur négociation conjugale avec leur époux ou épouse. Ils sont aussi grands-parents et peuvent observer celle en jeu chez leurs enfants et leurs conjoints, souvent déjà adultes et parents. Ils perçoivent les conséquences sur les modes de vie, les représentations et les valeurs adoptés par eux, enfants et petits-enfants. Ils souhaitent sortir du doute l’imaginaire familial et du silence la mémoire de leur lignée patronymique pour restituer à celle-ci sa pleine légitimité et son influence.

50Dans le récit de Camille Delérable, le narrateur tisse un lien direct entre les effets de la Révolution et la mort de ses fils aînés à la Première Guerre mondiale. En effet, l’enseignement par les historiens post-révolutionnaires de l’irrespect pour les pères qui se sont défendus des attaques révolutionnaires à Lyon et la malédiction qui a pesé sur eux, après la Révolution, ont perturbé l’esprit de sa famille. L’affection pour les générations précédentes, l’amour du sol et celui du passé – qui étaient avant une seule et même affection – se sont trouvés divisés et le narrateur explique que ses fils n’ont pas eu les moyens d’agir dans leur vie avec cette division.

51En effet, une autre division a suivi la Révolution : la double foi en Dieu et dans le Roi s’est divisée en deux sentiments puis en deux vérités : la vérité religieuse et la vérité politique.

Ces hommes d’Ancien Régime ainsi que les bonnes aïeules, leurs compagnes, ont ainsi traversé la vie, solidement appuyés sur la double foi religieuse et monarchique. À travers la Révolution, ces sentiments ont continué à être ceux de leurs descendants jusqu’à mon père, jusqu’à moi-même. Ils ont été aussi ceux de vos deux frères aînés, tombés victimes de la cruelle guerre, fruit amer des erreurs révolutionnaires. Ils avaient trouvé la vérité religieuse dans leur berceau et ils lui ont été fidèles jusqu’à la mort ; quant à la vérité politique, ils l’avaient acquise dans les années qui précédèrent la guerre, dans le même temps qu’ils arrivaient à l’âge d’homme ; et eux, qui étaient animés d’un idéalisme si désintéressé, n’y avaient pourtant accédé que par une démarche de la plus froide raison, à la lumière du vigoureux enseignement de l’Action Française.

  • 32 Nous tirons âme de anima, source étymologique de animer ; en effet, ces frères aînés « étaient anim (...)
  • 33 Nous nous appuyons sur l’analyse de la figure de la foi. Une double division en effet est repérable (...)

52À cause de la Révolution, la foi ne pouvait plus être donnée aux rois et a fait retour sur chaque membre de la famille sous forme de sentiments libres. Elle s’est trouvée sans objet d’appui. Que (ou en qui) croire, est devenu une interrogation centrale qui a pris toute son acuité à la génération des fils aînés du narrateur. En effet, à cette génération, la foi religieuse s’est métamorphosée en vérité religieuse et la foi monarchique, en vérité politique. Mais toutes deux ne sont plus venues des mêmes sources de transmission : la vérité religieuse est restée le fruit de l’héritage familial et la vérité politique s’est acquise avec la maturité. Les choix que les fils du narrateur ont faits, concernant la vérité politique, les ont divisés intérieurement. En effet, précise le narrateur, les deux frères sont restés fidèles, jusqu’à la mort, à la vérité religieuse. Mais c’est une démarche de froide raison qui a mobilisé, malgré l’idéalisme désintéressé de leur âme32, leurs choix politiques. Ainsi, pour ces fils aînés qui ont reçu les mêmes sentiments que leurs pères, il leur a été demandé, à leur génération, de faire face à deux vérités et ils ont été divisés dans leurs sentiments33.

  • 34 Bien sûr, cette adresse a été écrite en 1922, deux ans après la condamnation de l’Action française (...)

53Le narrateur n’évalue pas les relations de ses deux fils aînés à ces deux vérités de la même manière. Il donne à leur vérité religieuse le statut d’une fidélité à la continuité de leurs pères ; mais pour leur vérité politique, il invite à voir des contradictions dans l’origine de leurs choix. Une froide raison – la plus froide –, dit-il. Ces termes évoquent l’implacabilité de leur démarche, à ses yeux. Mais à côté, c’est un idéalisme nettement généreux qui leur est reconnu, sans hésitation. L’enseignement donné par l’Action française a ainsi servi leur raison et les a fait bénéficier de forces et d’éclairage. Mais pour autant, il n’a pas servi leur foi, ni leur vie34.

  • 35 Cette figure du fruit amer est révélatrice de la crise familiale, pour le narrateur.
  • 36 Nous entendons génération dans les deux sens du terme ; comme les pairs (ceux du même âge) ou comme (...)

54Le lien que le narrateur établit entre la guerre, pendant laquelle ses deux fils sont tombés, et les erreurs de la Révolution est énoncé en termes métaphoriques : la Grande Guerre est, pour lui, le « fruit amer des erreurs révolutionnaires ». Ce fruit amer35 est-il fruit à manger, fruit récolté, ou bien fruit de l’engendrement ? Quel est cet arrière-goût qui reste après avoir mangé du fruit ? Le narrateur ne donne aucune réponse directe. Le fait est posé ainsi. Reste à lire la métaphore, pour les enfants encore vivants : l’histoire des deux aînés du narrateur est d’abord l’histoire des « frères » des lecteurs car c’est en ces termes que le narrateur parle de ses fils. La métaphore ne permet-elle pas de lire le fruit amer – son fruit amer à lui – comme la génération de ses fils qu’il a laissé tronquer à la guerre36 ? Il était père et colonel engagé en politique et dans la guerre ! N’est-il pas responsable de la mort de ses fils ? Ne dit-il pas à ses autres enfants sa responsabilité dans la mort de leurs frères aînés ? Il servait la patrie, mais il était attaché – et ses fils avec lui – à la Vieille France. Ses contradictions n’ont-elles pas entraîné ses fils dans la mort ? Ses enfants ne se sont-ils pas sacrifiés à sa cause ?

55La dédicace à leur attention, en première page du recueil, vient préciser les questionnements du narrateur :

À la mémoire
de mes deux chers fils
HENRI ET ÉMILIEN

et de mon neveu
CAMILLE DELÉRABLE

tués à l’ennemi
au cours de la guerre 1914-1918

  • 37 Sans doute les règles de la syntaxe française sont ici simplement respectées : peut-on avancer une (...)
  • 38 Nous pensons possible ici de conserver l’ambiguïté de la polysémie du lexème cher. Nous verrons plu (...)
  • 39 Anthropologiquement, le sacrifice de fils est toujours demandé comme le plus grand sacrifice aux pè (...)

56Ce qui frappe dès l’immédiat, dans l’organisation graphique de cette dédicace, c’est l’organisation sous forme de conjonction et disjonction des prénoms et patronyme. Les fils sont nommés par leur prénom et qualifiés affectueusement de « chers ». Mais c’est au neveu que le patronyme est conjoint ; au côté des fils, le patronyme n’est plus. Mais pourquoi reste-t-il associé au neveu37 ? Ne peut-on faire l’hypothèse que l’absence du nom de famille au côté des fils, dans la dédicace, appelle à lire que l’auteur a été touché dans sa génération et en même temps dans son patronyme ? Car finalement la mort (héroïque) de fils et neveu rejaillit honorablement sur un colonel. Donner ses enfants à la France, n’est-ce pas dans la logique des choses pour un officier et dans une élite appartenant à l’aristocratie (la lignée de son épouse) ? Il en a donné « deux ». Il a une responsabilité dans le sacrifice, mais il a aussi payé le prix (cher)38 : le sacrifice des fils a été le sacrifice du père39. Il a réalisé qu’il avait aussi sacrifié le nom de son père avec le nombre d’enfants, et ceci dans une guerre du nouveau régime. Le nom de son père ne se perpétuera pas en Henri et en Émilien.

57Dans les derniers énoncés du récit, il confirme que ces morts héroïques de la famille sont des sacrifices :

Parmi sa nombreuse descendance, une mention spéciale est due aux trois de ses petits-fils qui, portant son nom tombèrent sur les champs de bataille de la terrible guerre de 1914 [...].
Henri, Émilien et Camille Delérable, appartiennent à cette génération qu’un jeune écrivain de grand talent, Henri Massis a si bien qualifiée de « génération sacrifiée ».

  • 40 En effet, l’énoncé (p. 72) fait état de la mort héroïque des fils du narrateur en tant qu’ils sont (...)

58Ainsi, le narrateur a vécu la mort de ses fils aînés comme une mort sacrificielle. Pour lui, fils et neveu appartiennent à une génération sacrifiée. Mais à qui ces victimes ont-elles donné leur vie : à la patrie ou au régime perdu ? Toutes ces questions semblent comme restées en suspens. Sans doute la mort des fils a-t-elle induit ces interrogations d’un père ! Sans doute a-t-elle mis le père en dette ! Passer du monarchique au politique, n’était-ce pas la question du père à laquelle les fils se sont consacrés ? Choisir le service de la France avec l’Action française et la guerre, n’était-ce pas l’idée du père avant celle des fils ? Ce père d’ascendance bourgeoise a-t-il réalisé le paradoxe que lui avait fait vivre son alliance noble ? Quoi qu’il en soit, comme la dédicace le montre dans son organisation graphique et comme les derniers énoncés du texte le présentent avec insistance, ces petits-fils, écrit le narrateur, qui portent le nom de son père, doivent avoir une mention spéciale40.

  • 41 On sait que l’auteur a refusé de suivre les ordres de l’armée au moment de l’affaire des fiches, ce (...)

59Ainsi, les fils vivants doivent comprendre que leur père a réalisé qu’il a laissé sacrifier deux lignées de la descendance de son propre père – et pas seulement les enfants qui lui appartenaient. Le narrateur veut-il faire comprendre par sa métaphore que la famille a, depuis la perte de l’Ancien Régime, engagé son destin et consacré ses fils à agir pour faire revenir le régime qui avait si bien abrité la prospérité familiale mais que la mort est advenue pour eux ? Est-ce cette mort qui a fait s’interroger le narrateur, plus particulièrement qu’un autre de sa lignée ou de sa génération ou de sa fratrie, sur les résistances de sa famille à intégrer les conséquences venues de la Révolution ? Le narrateur n’a-t-il pas écrit son récit généalogique parce qu’il a pris conscience de ses propres divisions, de son conflit de loyauté entre le service de la Vieille France et le patriotisme et de ses choix impossibles entre sa fidélité à ses pères et sa fidélité à son pays avant le sacrifice de ses fils41 ?

60Son récit dédicacé à ses fils permettra que ne s’efface pas la mémoire de ces sacrifices, de leurs causes, de leurs conséquences et de la responsabilité qu’il s’est attribuée. Il palliera la désinformation que l’histoire post-révolutionnaire a produite jusqu’alors sur les représentations de sa famille en jetant la confusion et des lignes d’opposition radicales dans ses références, et le voile sur ses paternels maudits auxquels il était recommandé de ne pas ressembler.

61Dans le récit de Lilian Collas, la disparition des propriétés familiales a eu deux conséquences sur le narrateur. La première concerne la fonction de sécurité qu’elles avaient pu avoir dans son histoire après les événements tragiques qui les ont touchés, lui et sa famille. En effet, les propriétés ont été un bonheur pour cette famille qui fut éprouvée par le décès de la mère, des deux sœurs et d’un frère du narrateur. Celui-ci y a puisé dès l’enfance la sécurité pour surmonter ses épreuves. Aussi leur perte vient redoubler les premiers malheurs. Que lui restera-t-il pour accueillir son existence éprouvée ? Est-il possible de continuer à vivre sans ce bonheur ?

  • 42 C’est l’année où il perdit sa mère et ses deux sœurs de la même maladie.

C’était la maison patriarcale par excellence, tant par son aspect simple et accueillant, que par ceux qui l’habitaient, qui tous s’inspiraient des traditions d’autrefois, se montrant bons et charitables envers tout le monde. Le Verdeau était notre but préféré de promenade malgré son éloignement de Bil. : nous y étions toujours accueillis avec le même sourire de bonté […]. C’est chez eux que j’ai passé le temps de ma convalescence après ma fièvre typhoïde en décembre 18~~42, un mois qui m’a laissé d’agréables souvenirs.

62La seconde conséquence concerne la transmission des valeurs et de la mémoire familiale. En effet, dans la famille, jusqu’à sa génération, on vivait ensemble sur les propriétés et on profitait de leurs fruits. De ce fait, on possédait toujours les informations sur les auteurs directs grâce à leur attachement aux propriétés. Or leur disparition transforme les modalités des liens entre les membres de la famille et les procédures de transmission traditionnelles de la mémoire. Avec sa génération, le lien familial doit trouver d’autres formes de transmission et devenir un objet d’attention particulier, au risque de voir disparaître le passé. Vivre dans l’intimité familiale à Lyon, quand la propriété n’est plus, a eu des conséquences imprévues et malheureuses sur la mémoire des connaissances concernant la famille.

63De fait, le narrateur témoigne d’un drame qui l’a touché. Il n’a pu obtenir tous les renseignements qu’il désirait transmettre sur la vie de son père et de ses grands-parents paternels parce qu’il n’a pas pu anticiper sur les événements :

Je ne possède malheureusement que peu de renseignements sur les ancêtres. J’aurais pu interroger mon Père au cours des sept années de vie intime que nous avons passées en tête à tête rue L., d’octobre 18~~ à novembre 18~~. Que ne l’ai-je fait ! Certainement il aurait éprouvé du plaisir à m’initier aux souvenirs de sa vie, de celle de ses parents et moi-même, indépendamment du plaisir que j’éprouverais aussi de les mieux connaître, j’aurais aujourd’hui la satisfaction de les transmettre.

64Le narrateur exprime son regret de n’avoir pu interroger son père alors qu’il avait été dans son intimité, sept années durant. Maintenant son père est décédé, il est trop tard ! Il aurait pu l’interroger, mais l’action ne s’est pas réalisée. Il ne lui reste que l’inconditionnel. Il est impuissant à expliquer cette impasse dans laquelle il s’est trouvé. Il agissait comme du temps des propriétés. Il ne s’inquiétait pas de transmission ; il profitait des biens et de la vie des pères et vivait dans leur proximité. Cette proximité des pères sur leur terre suffisait à définir l’identité familiale. Mais aujourd’hui, cette proximité hors de la propriété – même sous la forme d’une intimité – ne transmet plus les mêmes représentations.

65Les « renseignements sur les ancêtres » que le narrateur voudrait bien transmettre, sont donc malheureusement incomplets, de son fait. Avec la disparition de son père, la mémoire de sa vie et de ses propres parents disparaît. À l’heure où le désir de transmettre à ses enfants et petits-enfants advient pour le narrateur, la radicalisation de la disparition met à l’épreuve son désir. Elle entame sa joie de prendre part à la dette cultuelle de transmission qui incombe, selon lui, à tous les membres de la famille, et de témoigner de sa vénération à ceux qui en font partie.

66Dès lors que cet événement est arrivé, toute transmission ultérieure en portera la marque : l’absence est définitive. Le narrateur se met en cause et son impuissance à justifier son acte est objet de souffrance. Cette souffrance qu’il exprime comme la sienne, il ne la voit pas comme conjoncturelle mais comme structurelle, c’est-à-dire comme attenante aux nouvelles données apportées par la disparition des propriétés. Le narrateur suppose, en effet, qu’il n’y a aucune raison pour que ce qui lui est arrivé n’arrive pas aussi à ses enfants et à ses petits-enfants. Il leur fait constater l’avènement de cette nouvelle ère pour qu’ils considèrent qu’à partir de sa génération les clefs de leur identité et de leur mémoire sont dans les traces généalogiques qu’ils recueilleront d’eux-mêmes.

67Dans le récit d’Auguste Armand, le narrateur, qui se trouve confronté aux preuves de l’absence de lien de filiation entre les nobles Armand de Barry et sa lignée patrilinéaire, voit l’attachement des armoiries à sa famille mis en doute. En effet, maintenant que ses origines patrilinéaires ne sont plus pensées comme aristocratiques, le narrateur s’interroge sur l’origine de ses armoiries. Il est confronté à une seconde question sur son origine, une seconde mise en cause de la position symbolique de sa famille. Il témoigne de son impuissance à prouver comment ces armoiries ont appartenu à la famille. Pour lui, leur appartenance relevait de l’évidence. Mais désormais, il n’y a plus, d’emblée, d’unité entre sa famille et ses armoiries.

68Le narrateur expose et instruit les parcours qu’ont pu suivre les armoiries entre des lignées portant le même patronyme, dans le cours du passé familial.

La famille Armand dite de B. et d’A., avec laquelle le point de rattachement n’a pu être établi, mais qui, d’après sa tradition familiale, serait originaire de Sainte-T. d’O., est connue depuis la fin du XVIIe siècle à P. G. en Auvergne, porte également les mêmes armes que nous. Toutefois, rien ne prouve que nos arrière-grands-parents, qui se connaissaient au XIXe siècle, n’aient pas pris le même blason étant donné qu’ils portaient le même nom.

Il en est de même pour les Armand de N. et de U. qui, eux de façon certaine, ont la même souche que nous. Mais il y a toujours eu des liens familiaux entre les deux branches et il est très possible que les uns aient transmis aux autres leurs armoiries.

69Il tient néanmoins pour acquise l’appartenance de ses armoiries à sa famille, tant que la preuve du contraire ne sera pas faite. Ainsi, au contraire des contes qui font retrouver aux enfants orphelins des origines nobles, le narrateur fait retomber sur terre sa famille ! L’histoire de leurs paternels est tout autre. Elle a échappé à plusieurs générations. Mais il ne laissera pas sa famille devant le constat d’un imaginaire déçu. Il retournera sur l’histoire de ses paternels pour les sortir de l’ombre et leur donner une représentation tout aussi noble que la première.

70Dans le récit de Damien Palluis, ce qui éprouve le narrateur est le soupçon sur l’ascendant qui constitua la fortune familiale, avec pour conséquences en chaîne le relâchement progressif des liens familiaux, après la sortie de l’indivision de ses enfants, et l’effacement de la mémoire de cet ascendant derrière l’image de chef de famille qu’a été sa mère. Dans le récit de Cyril Ramel, c’est le doute sur les orientations prises par les générations nouvelles urbaines pour acquérir leur notoriété, l’ascension sociale dans ce contexte ayant inévitablement pour conséquence la honte des proches origines terriennes et donc l’effacement de la mémoire familiale. Enfin dans le récit de Florent Reynaud, c’est la difficulté du narrateur à résoudre son conflit de références concernant les sources morales d’enrichissement au regard de sa foi, entre fruits du travail et du capital, avec la mort prématurée de son père qui l’a empêché de profiter des modèles et des souvenirs sur lesquels ses paternels se sont reposés.

2. L’ENRACINEMENT DE LA POSITION SOCIALE

71Pour tenter de se dégager de leurs contradictions, les narrateurs ont cherché à connaître leur mémoire paternelle et ont donc entamé des recherches généalogiques. Ils sont alors partis du peu de données qu’ils avaient. Ils se sont centrés sur leur lignée paternelle et ont quitté progressivement la vision mythique familiale de leur passé. Leur désir était de se faire accompagner dans ce mouvement par leurs lecteurs. Ils ont cherché à orienter leur regard vers une autre origine que celle déjà connue : vers leurs origines patronymiques. Leur récit a plus qu’une fonction de mémoire. Les narrateurs produisent un nouveau mythe pour restaurer l’unité et la continuité des références identitaires. Par l’enracinement dans un lieu géographique, ils ont trouvé un axe pour donner un sens à ces références à partir de l’histoire de leur lignée patronymique. Ils y ont fixé les preuves de leur ancienneté dans leur position sociale et de leur légitimité dans leur milieu local.

2. 1. La production d’un mythe des origines paternelles

72Les narrateurs commencent la présentation de leur lignée patronymique en apportant des informations à leurs lecteurs sur la géographie de ses origines rurales et sur son patronyme. Jusqu’à présent, ils ont montré les origines du passé familial sous les traits de leur temporalité : une temporalité marquée par une dualité irréversible. Ils invitent à reconsidérer ces origines sous un autre angle : celui de l’unité à partir de deux paradigmes noués ensemble – un lieu et un nom.

2. 1.1. Le lieu des origines

73Tous les narrateurs présentent leur famille en situant ses racines en un seul lieu originaire, désignant subsidiairement parfois les autres racines dont elle est aussi issue. Ils commencent par une phrase rituelle : « la famille x est originaire de y », ou encore « nous trouvons la famille x à y », ou encore « tel ascendant est né à y », etc., puis ils s’attardent sur la topographie ou l’axiologie du lieu puis sur son histoire. Ils font ainsi découvrir un village, une région, un pays, etc.

74Mais ce faisant, ils ne font pas qu’informer sur des repères géographiques, ils conçoivent d’autres repères – des repères symboliques – indiquant d’autres topographies et axiologies à prendre en compte pour apprécier dans toutes ses dimensions l’ancrage identitaire de leur famille. En effet, par la configuration de leur discours, ils orientent le regard de leurs lecteurs vers une autre topique signifiante apportant de nouveaux fondements à leur identité. Ils les invitent à porter leurs investissements affectifs vers des lieux symboliques nouveaux et non conflictuels capables de les détourner de leurs conflits de références. Ils les conduisent à trouver, à l’avenir, dans l’unité de ce seul lieu originaire, ce qu’ils ne peuvent plus trouver dans leur passé. Ils proposent de remplacer l’univers de jouissance qui a été à l’origine de leur identité par ce lieu de jouissance qui est à l’origine de la lignée. Toute la famille peut s’en reconnaître unanimement issue et s’évanouit alors le seul sentiment d’une appartenance confuse à une entité mythique. Il est concret, fédérateur et visible. Il témoigne encore, à l’heure de l’écriture, de la mémoire de la vie familiale, jusqu’à en avoir gardé parfois nommément des traces. Il est offert comme espace localisable de commémoration. Il est un toponyme métonymique des compatibilités et de la continuité des références identitaires. Il contient dans son paradigme la résolution de deux contradictions qui elles-mêmes se reformulent en une équation mythique : lui et Lyon, la lignée paternelle et l’univers matriciel, c’est tout comme.

75Un nouveau mythe vient opposer ses termes au mythe du paradis perdu. Il permet de décentrer l’univers de la famille vers celui des paternels, mais surtout d’inverser l’ordre de subsidiarité : les patrilinéaires constituent désormais l’axe de toute définition identitaire. Il ne s’agit pas de détacher les identités familiales de leur matrice, mais de les revisiter à partir d’un autre angle qui est la lignée des origines patronymiques, à charge pour cette dernière de désigner la place que doit prendre la première. Les effets d’incompatibilités entre les deux origines géographiques et entre les références de la famille peuvent s’estomper et perdre leur dramatisation première pour se réorganiser en une autre scène, si les lecteurs suivent leur narrateur.

76Dans le récit de Camille Delérable, le narrateur indique les origines de sa famille paternelle ainsi :

La famille Delérable est originaire de la région de N. le S.

77Pour cette famille, le lieu des origines est une région qui entoure un village. Il n’est ni un donné, ni un acquis. Il est un attribut de la famille dont rien ne dit comment il est advenu. Celle-ci surgit de ce lieu et cela s’impose au lecteur comme tel.

Ce coquet village, situé presqu’au pied des Monts du Lyonnais et d’où l’on découvre un panorama magnifique sur les environs de Lyon, se nommait autrefois N. le T. et était une annexe de la paroisse de Sainte Pa...

78Le narrateur dépeint la topographie du lieu d’origine des patrilinéaires d’un point de vue précis. En effet, tous les axes qui fixent les repères situant le village dans sa région visent Lyon. Sur l’axe vertical, le village est vu comme atteignant presque le pied des Monts du Lyonnais. Sur l’axe horizontal, on découvre un panorama sur les environs de Lyon. Le village est présenté comme un point stratégique. La famille y a commencé sa vie en regardant Lyon. Ses perspectives allaient déjà, alors, vers cette ville. De proche en proche, le village et la ville se touchant, tout deux, finalement, se confondent, dans cette topographie imaginaire.

79Ainsi, N. le S. est offert à l’imagination du lecteur comme une métonymie de Lyon. Ce village est déjà symboliquement Lyon, la ville qui allait accueillir la famille plusieurs générations plus tard pour faire fortune. Cette topique du village fait écho au titre de la monographie : « une famille du Lyonnais ». Avec ce titre, la famille est bien attachée, dès les premiers termes du récit, par des racines lyonnaises à son village des origines.

80La région des origines familiales est donc d’abord un espace métaphorique significatif des enjeux identitaires de la famille. Sa topographie évoque une continuité entre les origines rurale et lyonnaise de celle-ci. Bien plus, elle produit un espace utopique les rendant compatibles : c’est à partir d’un espace reculé de la cité lyonnaise que l’histoire de la lignée prend naissance dans la nuit des temps. Ainsi, N. le S. constitue le pôle fédérateur sur lequel tous les investissements affectifs de la famille peuvent se concentrer ; chacun y trouvera l’unité qu’il recherche pour y puiser et y partager les caractères de l’identité qui définissent leur appartenance à tous. Il est la métonymie de Lyon mais aussi celle de l’origine familiale.

81Pour les origines des familles alliées présentées, seuls les toponymes sont indiqués. Ainsi, pour une lignée alliée, le narrateur nomme, sans autres informations, le lieu d’origine dans lequel le père de l’épouse a été marchand.

Louis Delérable épousa le 21 mai 17~~ Astrid Jeannis, fille de Guillaume-Baptiste Jeannis, marchand à Saint-Pierre de V., et de Françoise Paradan.

82Il faudra attendre de décrire l’alliance lyonnaise de l’enracineur pour lire une peinture plus riche d’un lieu originaire maternel. Cette peinture a pour objectif de faire valoir l’ancienneté de l’intégration des alliés dans la cité et donc la légitimité de celui qui contracta le mariage.

Il épousa en 17~~ Isabelle Carme, baptisée à S. [en] 17~~. Elle était fille de Benoît Carme, marchand chapelier à Lyon, il habitait rue P. Cette rue occupait l’emplacement actuel de la rue F., depuis la rue P. jusqu’au Rhône. Ce Joseph Carme était né sur la paroisse d’A., où il avait été baptisé [en] 17~~ Son père était fleuriste et se nommait Alfred Carme dit la France.

83Quant à la lignée maternelle du narrateur lui-même, on ne saura rien du lieu de ses origines.

84Dans le récit de Lilian Collas, le narrateur commence l’histoire de ses origines en la référant à un lieu géographique (C.) mais aussi symbolique (le tableau généalogique). Comme dans le récit précédent, la famille paternelle est issue d’un lieu originaire unique. Cinq générations y sont nées dont quatre ont dirigé la même exploitation. L’enracinement est fort. La présentation topographique de C. est dépeinte à partir de deux perspectives : pour l’une, d’un tableau généalogique numéroté et pour l’autre, d’un département. En effet, le village est mis en abîme dans une représentation symbolique qui occupe une place capitale dans le récit : un Tableau généalogique no I. Il est ensuite situé géographiquement dans son département, l’Ardèche. Il est ainsi d’abord un nom sorti d’un tableau avant d’être un lieu géographique.

85Il est un toponyme extrait d’une généalogie avant d’être un village fréquenté par les ancêtres. Tout le récit des origines sera instruit à partir de cette généalogie.

86Cette généalogie est annexée au récit. Elle reproduit la filiation de chacun des deux grands-parents paternels du narrateur. On y lit, en effet, que C. est un lieu d’origine de la lignée patronymique du grand-père. On y voit aussi que Ra. est celui de la lignée grand maternelle. Mais le narrateur a retenu le premier pour en faire l’origine familiale. Ainsi, C. est le pôle métonymique autour duquel les ancêtres du narrateur se sont rassemblés. C. est à leur origine à tous : ce toponyme fait l’unité de la famille.

  • 43 Du point de vue discursif, le Tableau généalogique no I est le premier lieu auquel se rapporter pou (...)
  • 44 Nous entendons le terme de lieu symbolique comme un lieu organisé par les lois du langage visant à (...)

87Le Tableau généalogique no I sera le seul mentionné dans le récit. Il y a pourtant trois autres tableaux numérotés II, III et IV mis en annexe et déployant des généalogies alliées aux paternels et aux maternels, mais il n’y sera fait aucune allusion directe. Sans doute, ce tableau no I constitue-t-il, pour l’énonciation, une référence première au regard des autres tableaux et un lieu originaire unique au regard de l’histoire familiale43. Sa place en fin de recueil oblige à prendre la mesure du nombre de pages à parcourir pour faire connaissance de la famille telle qu’elle ressort à sa consultation. Le lecteur est obligé, en effet, de faire un aller-retour entre le commencement et la fin du récit pour s’y référer et peut donc constater toute l’épaisseur de l’histoire de sa famille. C. est d’abord un lieu symbolique44. L’identité familiale provient autant de son village des origines que de l’existence de sa mémoire généalogique.

88Pour les lignées alliées, on ne trouve désignés dans le texte que le toponyme du lieu de naissance de l’épouse du grand-père paternel du narrateur et pour sa lignée maternelle, le toponyme du village des origines de la lignée patronymique.

La famille Conavis est originaire de Voz. où on l’y trouve établie dès le XVIIe siècle.

89Le narrateur évoque les origines géographiques des Conavis sans s’attarder. Pourtant, elles figurent bien la stabilité de cette lignée puisque tous les ascendants sont nés dans le même village jusqu’au grand-père maternel du narrateur. Pour ce dernier et sa fille, on apprend que l’un habitait Lyon et que l’autre y était née. Ainsi la naissance dans la ville des membres de la lignée maternelle n’est pas soulignée. N’apporte-t-elle pas la légitimité attendue, comme dans le cas de la famille précédente ? Non, car cette lignée a été anoblie et apporte une autre légitimité. Son installation à Lyon – récente – est un symbole minimum, mais sa naissance noble et ses propriétés le surpassent.

90Dans le récit d’Auguste Armand, le narrateur présente les origines de sa famille ainsi :

La famille Armand est connue en Languedoc depuis le début du XVIe siècle. À cette époque elle se trouve dans la paroisse de Sainte-T. d’O. Ce village faisait alors partie du marquisat de Portes, fief de la famille de Budos, puis des princes de Conti.

Une tradition familiale fait venir les Armand de Perpignan, et même d’Espagne. C’est possible mais cela n’est pas prouvé. Il est noté qu’au XVIe siècle Perpignan était en Espagne [...]. Nous trouvons avec certitude les premiers Armand à Sainte-T. d’O. au début du XVIe siècle.

91Le narrateur établit l’origine géographique de sa famille, à Sainte-T. d’O., en Languedoc, sur le lieu des origines des patrilinéaires. Comment la topographie du lieu est-elle donc ordonnée ? Tout d’abord, la famille est située dans le Languedoc, puis dans une paroisse nommée Sainte-T. À la suite de quoi, le village est montré comme appartenant à un marquisat, fief de deux grandes familles : la famille de Budos et les princes de Conti. Ainsi, pour circonscrire une géographie des lieux, leur lien d’appartenance à des fiefs est sollicité. La référence apportée au lecteur est conçue à partir des critères qui ont cours dans l’imaginaire de sa famille. Sainte-T. est la métonymie des terres nobles sur lesquelles elle a été installée. L’aristocratie trouve encore son expression dans la lettre, même s’il est l’heure d’en oublier l’attachement par filiation.

92Maintenant, il convient d’examiner les informations véhiculées par une tradition familiale dont le narrateur a eu connaissance sur l’histoire précédant Sainte-T. Elle situe les origines de la famille à Perpignan et même en Espagne. Le narrateur considère ce point de vue comme possible en établissant un rapport entre ces deux origines : Perpignan est en Espagne aux premiers temps de la famille, au XVIe siècle. Il soutient ainsi des informations qui font de sa famille une famille stabilisée dans le Languedoc et non immigrée.

  • 45 En revanche on apprend que l’une des familles alliées – celle dont a été issu l’ancêtre enracineur (...)

93En ce qui concerne les origines des lignées alliées, on ne lit aucun lieu de naissance ou de travail pour les épouses des ascendants patrilinéaires ou leur père, ni d’origines plus lointaines45, jusqu’à la première génération – la génération enracineuse – qui s’est alliée à Lyon. Pour celle-ci, l’histoire et les ascendances occupent treize pages. Les lieux des origines rurales ne sont pas cités, seulement l’époque. Les précisions viennent avec l’intégration lyonnaise.

Francisque Rostaing, né au début du règne du Roi Louis XIII, sous la régence de Catherine de Médicis. Il est le fils aîné d’un marchand drapier lyonnais, Guillaume Rostaing, et de sa femme Claire Sibier. Il fut baptisé à Lyon [en] 1617.

Il passe son enfance dans le quartier Saint Nizier à Lyon, avec ses frères et sœurs [...].

94L’ancienneté de cette lignée est grande, ce qui n’est pas le cas pour la lignée alliée de la génération suivante. Les informations qui la concernent couvrent neuf pages. Le lieu de son origine rurale est indiqué. Elle est présentée à partir du grand-père de l’épouse.

I- Guillaume Mogin
Maître charpentier à C. en Bugey [...] sans doute fils de Louis, charpentier à C.[…].
d’où [...] :
- Joseph Mogin, fabricant de soie à Lyon, donneur d’eau. Né à C. en Bugey vers 17~~. Fils de Guillaume Mogin et de Mariane Pivol. Il teste devant C., notaire à Lyon, [en] 17~~. Mort à Lyon St N. [en] 17~~. Épouse à Lyon St N. [en] 17~~ Geneviève Rire, fille d’Alfred et Ameline Vigé.

95On peut constater que ces alliés sont moins intégrés à la cité (le père de l’épouse est le premier natif de Lyon), mais leur présentation donne le sentiment de leur stabilité. En effet, on trouve dans la notice du narrateur les mêmes métiers et un même enracinement pendant la période rurale, dans cette famille. D’autre part, on constate que la génération suivante a une grande notoriété : le père devient un très riche marchand fabricant d’étoffes de soie, d’or et d’argent ; il épouse la filleule d’un grand architecte des bâtiments du Roi, fille d’un bourgeois lyonnais. On peut remarquer que la ville de Lyon est citée quatre fois en ce peu de lignes. Est-ce pour apporter une compensation à cette alliance moins intégrée à l’élite locale que la précédente ?

96Les informations sur les alliés de la génération suivante (celle du petit-fils de l’enracineur) recouvrent quatorze pages et se présentent sur le même modèle que les précédentes même si ces alliés ont un destin plus attaché à la ville : le père de l’épouse y est né et l’a défendue durant la Révolution. Pour les autres alliés, qui n’ont que des suites généalogiques pour les identifier, on ne trouve qu’un toponyme pour situer les origines rurales, puis la présence à Lyon.

97Ainsi, le narrateur s’attarde seulement sur les origines rurales de ses patrilinéaires. Il ne cite aucun lieu pour les alliés de ceux de Sainte-T. et indique seulement les toponymes pour ceux des Lyonnais. Ce qu’il privilégie – et qui importe dans l’économie de son récit – c’est leur enracinement lyonnais. Le narrateur figure leur multi-établissement dans la cité et invite à constater leur enracinement profond en elle. Lyon n’est pas la très ancienne famille Armand de Barry, mais elle est le signe de leur ancienneté dans leur élite.

98Dans le récit de Thierry Guilbert, on peut lire que « c’est aux environs immédiats de Vel. que nous trouvons la première trace des Guilbert ». La situation de Vel. fait ensuite l’objet d’une description géographique, historique, sociologique et économique longue, comparée aux autres récits. Sa topographie et son axiologie sont aussi symboliques. Ses tracés la situent par exemple comme « un lieu de passage » depuis la plus haute antiquité et comme « une région frontière », ce qui, vraisemblablement, rendent logique « le mélange des races [et] la peuplade […] des êtres variés, bigarrés » qui forgent la famille. Lyon est un pôle parmi les axes de passage qui traversent Vel. : l’axe nord-sud, « la route de Lyon à la Méditerranée ». Lyon est ainsi dans la perspective de Vel. depuis des siècles.

99Dans le récit de Fabrice Adelin, on remarque au contraire une présentation très brève du lieu des racines paternelles – une phrase énonçant que « les Adelin sont originaires de T. ». Tout de suite après, le narrateur énonce l’établissement à Lyon de ses grands-parents, qui y ont eu leurs 14 enfants. En un paragraphe de 4 lignes, le lecteur comprend par l’absence d’information sur T. que l’histoire de cette origine reste dans l’ombre et que l’attention est à porter au commencement lyonnais de la lignée.

100Dans le récit de Marie-Joséphine Detilleul, la narratrice informe que « la famille Roelland est originaire de Pré. », mais que du fait du temps, l’on ne peut plus précisément savoir dans quelle résidence elle vivait à To., ni quelle fut sa première alliance. De vieux titres indiquent qu’il y eut plusieurs alliances, qu’elle cite. Ici, se manifeste dès les premiers mots, l’importance cruciale de l’alliance comme enjeu de l’écriture du récit – la narratrice a été confrontée à une situation spécifique affective et sociale quant à ses alliances, si l’on compare avec sa fratrie.

2. 1.2. Le patronyme

  • 46 Nous n’avons pas pu situer les causes des exceptions. Il s’agit de deux récits brefs (moins de 20 p (...)

101Après avoir présenté les lieux des origines, les narrateurs (9 sur 11)46 orientent le regard de leurs lecteurs sur les premiers porteurs de leur patronyme. Il ne s’agit pas encore d’ascendants mais de porteurs plus anciennement implantés que les premiers, dans les lieux originaires, et dont le rattachement reste à prouver. Des preuves sont apportées de leur enracinement sur les mêmes terres que celles des premiers ascendants du nom. Leurs descendances peuvent être évoquées avec leurs propriétés identitaires et leur appartenance sociale. Elles ont pu avoir des liens de filiation dans des temps plus reculés. Ces preuves permettent de laisser les lecteurs se livrer à leur imagination : à savoir que leur ancienneté et leur stabilité géographique sont vraisemblablement plus grandes que ce que l’on sait. Elles amènent à confondre les repères de la mémoire des paternels concernant leurs lieux originaires avec ceux de la mémoire collective de ces lieux, une mémoire qui n’a pas été effacée. Mais cet imaginaire n’est pas laissé débridé ; il trouvera une limite avec les preuves qui garantissent le rattachement des premiers du nom aux familles.

102Au cours de cette présentation, 6 narrateurs sur 11 informent leurs lecteurs de la signification de leur patronyme et de son étendue géographique. Mais la quantité d’informations varie. Deux récits s’attardent nettement plus longuement que les autres sur les deux thèmes. Ils présentent une même problématique concernant les guerres de religion et ils ont en commun ce paradoxe de donner quantité de renseignements sur le patronyme, mais de tenir un silence total sur l’histoire de la famille de l’aïeul enracineur. Peut-on tisser un lien entre les deux faits ?

103Ces informations sur le patronyme et sur ses premiers porteurs font découvrir aux lecteurs qu’il y a d’autres lignées, d’autres familles, d’autres parents qui peuvent s’abriter sous un même patronyme. Le nom est donné d’emblée comme un paradigme. Il n’est la propriété de personne : ni de la lignée patrilinéaire, ni même de la famille, ni encore d’un père. Pour autant, il est noué au lieu originaire : il en porte l’identité et la partage donc avec les premiers ascendants de la lignée. Les narrateurs enracinent dans le patronyme les premiers attributs de la restructuration de l’identité familiale. Une telle vision en fait ainsi une entité indépendante, moins attachée aux personnes qu’aux lieux. Elle produit un univers imaginaire nouveau permettant d’écarter le danger d’une stricte adhésion aux attentes familiales passées. Elle peut créer un rempart contre ceux qui croient devoir, comme fils, reproduire les mêmes modes de vie que leur père à cause du nom qu’ils ont en commun. Elle délie l’imaginaire des descendants de l’idée que servir le père et le nom, c’est le même projet. Elle empêche la tentation du fétichisme du patronyme. Elle ouvre enfin à la représentation que le patronyme d’un porteur bourgeois n’englobe pas seulement l’héritage de la lignée de ses pères, mais aussi celui d’autres caractères identitaires ou d’autres milieux possibles.

  • 47 Le terme renom indique dans son étymologie (re-nom) le renouvellement à donner au nom, c’est-à-dire (...)

104Les récits proposent une perspective aux descendants de familles bourgeoises pour répondre aux obligations de leur condition, à savoir de soutenir le renom de leur famille, sans incarner totalement leur nom ni être condamnés à reproduire le destin de leurs pères47. Leur nom est le paradigme de toute une histoire dont ils sont appelés à découvrir l’esprit avant tout.

105Dans le récit de Camille Delérable, le narrateur fait allusion d’abord à un premier du nom, pour lequel il se demande en quoi il peut le considérer comme son premier ancêtre. Puis il explique la signification de son patronyme.

106 Les hypothèses sur le premier du nom

107Le premier du nom dont le narrateur fait mention, peut être un premier ancêtre de la famille ; mais il s’agit seulement d’une hypothèse. De fait, il porte le même prénom que de nombreux membres rattachés à la famille. Le narrateur défend un point de vue de vraisemblance. Viendra après la certitude. La vraisemblance permet de faire remonter la famille à 14~~ et la certitude à 16~~, soit à plus d’un siècle et demi d’écart.

Un de ses lointains ancêtres pourrait bien être un certain Pierre Delérable dont il est fait mention dans une reconnaissance datant de 14. Cette reconnaissance qui a été perdue, figure dans l’inventaire général des titres et papiers du Chapitre de Saint-Just, dans les terriers de l’obéance de A. la R.., village situé à quelques kilomètres de N. le T. Ce qui peut donner une certaine vraisemblance à cette hypothèse est le prénom de Pierre, qui, comme on le verra par la suite, est très fréquent dans cette famille.

108C’est donc un calcul de probabilité portant sur un prénom qui noue cet ancêtre hypothétiquement à la famille. Un inventaire général a, en effet, donné signe de lui, mais il apporte seulement la preuve de l’existence du patronyme dans la région au XVe siècle, et n’assure pas du rattachement à la famille. Cependant, grâce à la trace qu’il laisse voir – trace mise en abîme dans une autre trace – la famille peut imaginer une profondeur généalogique encore plus conséquente que ce que les preuves pouvaient laisser penser. Pour pouvoir entrer dans l’histoire familiale et accéder à l’existence dans la mémoire, un ancêtre doit avoir été désigné par au moins une trace accessible à des temps présents. Ainsi, le narrateur fait du premier du nom prouvé dans la région de ses origines, avec la probabilité, son plus lointain ancêtre. Sa famille serait donc la plus anciennement implantée dans la région. Est-ce le hasard qui a amené le narrateur à indiquer l’existence de son si lointain ancêtre comme le fruit d’une reconnaissance perdue ? A-t-il voulu renvoyer ses lecteurs à une autre reconnaissance perdue, à savoir celle de sa famille après l’Ancien Régime ? Il précise que cette reconnaissance a laissé sa trace dans l’inventaire du Chapitre de Saint-Just. Ce lieu est-il là pour faire signe d’un autre, qui est son homonyme : un chapitre de l’histoire familiale que le narrateur veut écrire pour laisser trace de cette reconnaissance perdue et pour réparer l’injustice faite à sa mémoire paternelle ?

109 La signification du patronyme

110C’est après avoir parlé des premiers du nom que le narrateur porte son attention sur la signification de l’origine de son patronyme. Celui-ci était, autrefois, un toponyme. En effet, selon l’acte d’enterrement de l’épouse du premier ancêtre certain et sur la foi de la carte d’État-major, il en est ainsi.

Son acte d’enterrement spécifie qu’elle fut prise en son logement au quartier de Lérable. Or ce quartier de Lérable existe encore à M., ainsi qu’en fait foi la carte d’État-major [...].

111Le nom de la famille se retrouve dans le nom d’un quartier du village originaire : le quartier de Lérable. Un seul nom identifie, donc, la famille et son lieu d’origine. Chacun peut être témoin de l’enracinement du patronyme, en consultant une carte ou, mieux encore, en entendant les habitants du village désigner encore aujourd’hui une maison comme celle du notaire.

Il forme un groupement de quelques habitations nettement séparé du village. Dans ce quartier, un vieux logis pittoresque, qui porte encore dans le pays le nom de « Maison du Notaire », doit certainement être la maison qu’habita Pierre Delérable et où se trouvait le siège de l’étude.

112Ainsi la famille a laissé la trace de son passage dans le village des origines : on la distingue parmi toutes les autres à cause de son nom et de sa position de notable depuis toujours – la preuve demeure ; il suffit d’aller voir sur place. Tout à M. témoigne que les Delérable étaient des notables stables au service du Roi et de Lyon, aussi loin que l’on puisse remonter. La famille a donc extrait son identité de sa terre d’origine qui, elle, lui a conservé les traces de son enracinement. La mémoire familiale – même éloignée de ses racines – continue d’être vivante.

113Dans le récit de Lilian Collas, il y a les premiers du nom certains mais aussi d’autres dont le narrateur suppose l’existence et qui sont restés dans l’oubli. Ce sont ceux des fratries des auteurs directs, inconnues à l’heure de l’écriture. Le narrateur ne peut faire la lumière sur la présence de ces autres et est confronté au silence des origines dans sa quête de ses ascendants.

[…] Rien ne dit que [notre auteur direct] n’ait pas eu des frères et sœurs, dont descendraient les Collas qui se rencontrent encore notamment dans l’Ardèche et la Drôme.

114Ce silence sur les autres porteurs du patronyme n’est pas le résultat d’une absence, tient à faire remarquer le narrateur à ses lecteurs, mais est d’abord celui d’un défaut de mémoire. C’est par déduction qu’apparaît l’idée qu’il a existé de nombreux porteurs du nom aux origines ; leur famille était donc plus ample qu’elle ne semble l’être au vu des recherches généalogiques que le narrateur peut présenter. Ce narrateur ne produit aucune information sur la signification ou les origines géographiques de son patronyme.

115Dans le récit d’Auguste Armand, le narrateur ne connaît pas d’Armand dans le village des origines avant le XVIe siècle. Parmi les premiers de ce nom, il trouve d’une part deux couples qui pourraient bien être rattachés à son ascendance et, d’autre part, des porteurs pour lesquels il ne voit pas de lien avec elle.

116 Les premiers du nom hypothétiques

Nous trouvons avec certitude les premiers Armand à Sainte-T. d’O. au début du XVIe siècle.

117Le narrateur témoigne pour ses lecteurs avoir trouvé les premiers porteurs du nom de leur famille dans deux contrats de mariage signés à Al., à huit années d’écart, par deux couples susceptibles d’être considérés comme parents du « premier membre prouvé » : Thierry Armand.

Entre autre, [en] 15~~ avec le mariage de Francisque Armand et Madeleine Destier suivant le contrat de maître C., notaire à Al. Puis [en] 15~~, avec le mariage de Guillaume Armand, habitant le mas des Sorlets, et Laure Gordes, suivant maître Br., notaire à Al.

118Ces actes notariés ne peuvent encore fournir les preuves nécessaires au rattachement du premier du nom au premier ascendant de la lignée patrilinéaire. Mais un élément commun va lier de façon plus probable l’un des couples à ce premier membre prouvé : leur lieu d’habitation ; en effet, le second couple désigné et le premier membre prouvé habitent tous deux le même mas.

Thierry Armand, le premier membre prouvé, habitait le mas des Sorlets, c’est-à-dire le même lieu que Guillaume Armand et que Laure Gordes.

119Mais il s’agit d’une hypothèse ; la question reste suspendue. Elle est d’ailleurs figurée avec des points d’interrogation dans la généalogie qui suivra. Dans tous les cas, les premiers du nom trouvés dans le village des origines sont deux couples.

120 Les autres premiers du nom

121Il y a d’autres premiers du nom que ces deux couples dans ce même village et à la même époque, mais il n’est pas possible de les rattacher à une filiation.

Toutefois, il existait également vers la même époque un Louis Armand en 16~~, un Albin Armand cité en 15~~, un Jacques Armand frère du dit Albin cité en 16~~, et un Jacques Armand fils d’autre Jacques cité en 16~~.

122Sur la terre d’origine, il y a donc eu plusieurs premiers du nom avant le premier membre prouvé. La nature des liens qui les rattachent entre eux reste en question. Si des preuves de filiation ne peuvent être données qu’à partir de l’un d’entre eux – le premier membre prouvé –, le potentiel d’ascendances de la famille, lui, ne demande qu’à prolonger encore l’ancienneté des origines. Le narrateur ne s’arrête pas sur la signification de son patronyme, comme dans le cas précédent.

123Pour les autres récits, on peut voir le narrateur du récit de Cyril Ramel expliquer que son patronyme est très répandu dans la région d’origine de sa famille de telle manière que l’on a donné des surnoms aux différentes branches, dont il explique les étymologies, le sien étant associé à la terre. Mais paradoxalement cette expansion n’a laissé de traces qu’anonymes (hormis ses deux illustrations religieuses). On le rencontre pourtant 156 ans avant le premier certain. Ainsi les lecteurs peuvent supposer que leur ancienneté remonte très probablement avant ce premier ancêtre et que le nombre de leurs ascendants est sans limite, compensant leur anonymat.

124Le narrateur du récit de Julien Bélors indique aussi l’étymologie de son patronyme. Il la formule sur deux lignes situées au milieu d’une page blanche juste avant l’adresse. Il lui donne une position en première page, dans le texte, une place d’honneur, comme le titre du récit l’indique : « À l’honneur de notre nom ». Ce récit, comme le suivant, ne donnera quasiment pas de place aux alliés. Il aborde ensuite les mystères qui restent concernant l’origine des premiers porteurs, cherchant à établir un lien entre plusieurs événements imprécis : entre l’assassinat d’un aïeul et la fuite devant la Révolution.

125Dans le récit d’Élisabeth Durieux, le patronyme est d’abord porteur de la réputation artistique de la famille. Il est le paradigme qui évoque toute une lignée d’artistes que la narratrice désigne les uns après les autres, chacun renforçant par sa présence la notoriété et la légitimité du nom, que le lien de filiation soit vraisemblable, collatéral ou direct.

2. 2. La légitimation de l’ancienneté de l’appartenance bourgeoise

126Juste après avoir décrit les lieux des origines patrilinéaires et informé sur les premiers porteurs de leur patronyme qui y ont résidé, tous les narrateurs présentent leur plus lointain ancêtre certain. Ce faisant, ils apportent les preuves que leur famille appartient bien à une bourgeoisie ancienne.

2. 2.1. Les preuves de l’ancienneté

127Les narrateurs désignent tous le porteur du nom le plus ancien dont ils peuvent prouver le rattachement à leur famille. Ils l’inscrivent dans la chronologie du temps. Ici, s’arrêtent la légende, l’hypothèse ou la vraisemblance et commence l’histoire familiale.

  • 48 Florent Reynaud a fait exception en décomptant lui-même les degrés qui séparent son premier ascenda (...)

128Ce premier ascendant se présente sous plusieurs modes : comme le résultat d’une recherche – il est trouvé, retrouvé, rencontré, vu, apparu, connu – ou comme un porteur du patronyme parmi les autres porteurs vivant dans le lieu des origines ou encore comme un habitant d’un village des origines ou enfin comme un parent d’un autre porteur du patronyme. Dans 10 cas sur 11, il apparaît comme le premier d’une lignée ordonnant les degrés et le temps d’un groupe d’ascendants jusqu’au père de l’enracineur48 : il peut avoir une à six générations d’écart avec ce dernier, selon les lignées. Soit il peut être identifié par sa propriété de première place avec la certitude de son appartenance à la lignée ; dans ce cas, le narrateur emploie une lourde périphrase. Ainsi en est-il pour 6 de ces ascendants qui sont désignés alors comme le premier du nom que l’on rencontre de façon certaine, ou le premier membre prouvé, ou notre plus lointain ancêtre commun, ou le premier du nom que mon père ait connu, ou enfin le premier des aïeux identifié. Soit il peut être identifié par un simple lien de filiation, sous le vocable de notre ancêtre ou sous les termes génériques de parent ou grand parent d’un ascendant ayant une priorité pour le narrateur.

129Les preuves de l’existence de ce premier ancêtre sont soutenues par des actes d’état civil. Avec leurs citations, on apprend la vérité sur lui. Mais surtout on se le représente dans sa position sociale et symbolique. Les narrateurs invitent, en effet, à voir sous la trame de leur identité individuelle la chaîne de leur identité sociale. Tous présentent leur premier ancêtre avec les attributs de la bourgeoisie, même s’ils ne le désignent pas explicitement comme lui appartenant. Les récits font ainsi imaginer aux lecteurs que leur plus ancien ascendant était déjà doté des traits du bourgeois, du petit bourgeois, certes, mais d’un bourgeois qui possédait un bien hérité et un réseau bourgeois. Il leur permet de penser leur famille comme appartenant à la bourgeoisie aussi loin qu’on puisse remonter dans leur mémoire.

  • 49 Trois narrateurs situent le commencement de leur lignée pendant la deuxième moitié du XVIe siècle, (...)

130Les narrateurs font part à leurs lecteurs de la date la plus reculée qu’ils connaissent concernant leur premier ascendant du nom. Ce faisant, ils fixent la date précise qui fait la preuve de leur ancienneté. Ils lui donnent le rôle d’une frontière entre mythe et histoire : tout ce qui vient avant le premier ascendant du nom est mythe et ce qui vient après est histoire. Ils ne peuvent en général offrir que peu d’informations sur cet ascendant, mais la seule date indiquée suffit à définir la limite de l’immémorial. La date la plus ancienne citée dans le corpus est 1570 et la plus récente, 178849. Ces dates fournissent aux lecteurs une base sur laquelle restructurer les représentations de leurs commencements. Elles sont des références pour évaluer l’ancienneté de la bourgeoisie de leurs paternels. Elles leur donnent leur rang dans l’échelle sociale de leur milieu local et leur légitimité d’appartenance à une ancienne bourgeoisie, même si leur ancêtre lyonnais s’est installé à Lyon il y a une ou deux générations seulement. Ils ont désormais une filiation pouvant faire valoir une ancienneté aux côtés de la filiation maternelle déjà reconnue comme ancienne.

131Il y a une date qui définit la frontière entre imaginaire et réalité, mais l’imaginaire n’est pas pour autant gommé. Les récits mentionnent des faits offrant une grande probabilité que la lignée soit encore plus ancienne dans sa bourgeoisie ou même ait été noble. La famille est dotée d’une mémoire ouverte sur le passé : elle a une préhistoire.

  • 50 Sémiotiquement, la preuve n’a pas, dans ce cas, le statut d’immanence, c’est-à-dire d’existence, el (...)

132Enfin, avec les orientations de leurs expressions verbales, les narrateurs invitent leurs lecteurs à observer que la preuve de l’existence du premier ascendant du nom n’est pas seulement le fruit de leur quête de généalogistes. Elle dépend avant tout des traces, des stratégies et des conditions de conservation de la mémoire familiale écrite. Pour sortir de l’ombre les membres de la famille, il faut que ces derniers, à l’époque où ils ont vécu, aient laissé ces traces et se soient préoccupés de leur conservation. Il faut, par exemple, qu’ils aient signé ou déclaré qu’ils ne savaient pas signer, comme témoins, parrains, marraines, partenaires d’un contrat, etc. pour qu’une fois morts, ils deviennent ancêtres et assurent la continuité et l’ancienneté de la mémoire de leur famille. Cette invitation des narrateurs se lit chaque fois que les blancs mettent en question les narrateurs50.

133Dans le récit de Camille Delérable, le premier du nom certain est présenté après que le lieu des origines a été situé, lorsque commence l’histoire familiale proprement dite. Mais on a déjà entendu parler de lui, avant, lorsque le narrateur le désigne avec ses descendants pour présenter la réalité de la vie de ses ancêtres, différente de l’image qu’ont pu en donner les historiens post-révolutionnaires. En effet, dans l’adresse, on apprend des éléments de son histoire, mais le narrateur ne précise pas au lecteur qu’il est le premier membre certain de la lignée. Aussi, l’analyse de cet énoncé sera menée dans le prochain chapitre qui se penche sur le statut symbolique de la présence du groupe des premiers ascendants dans l’économie des récits. Pour l’heure, le premier du nom certain a donc été trouvé dans les registres d’état civil de la paroisse.

Le premier du nom, que l’on rencontre d’une façon certaine, est Pierre Delérable, qui apparaît pour la première fois sur les registres d’état civil de la paroisse de Sainte Fa. [en] 16~~, comme parrain de Pierre Carmin. Il y est désigné de la manière suivante : Maistre Pierre Delérable, notaire royal de la sénéchossée [sic] de Lyon.

134Ainsi, ce premier ascendant apparaît au regard des lecteurs grâce à un registre qui avait conservé sa trace comme parrain en 16~~. Cette preuve de son apparition semble tenir du miracle, comme tenait du miracle, déjà, la mention du plus ancien ancêtre probable de la lignée. La donnée prioritaire qui l’identifie est son rattachement au service du roi et à la ville de Lyon : il est « notaire royal de la sénéchossée [sic] de Lyon ». Ainsi, dès le commencement de son histoire, la famille est, comme le village des origines, dans la perspective du roi et de la cité. Mais 16~~ n’est pas la date la plus ancienne que l’on puisse trouver car on apprend qu’il est né en 16~~, même si cette date n’est pas tout à fait sûre puisqu’elle est déduite de la date de sa mort, alors qu’il était âgé d’environ quatre-vingt-sept ans.

Il était né en 16~~ ; nous ne connaissons la date de la naissance que par l’acte de ses funérailles, ainsi rédigé : « [En] 16~~ a été enterré [Pierre Delérable] âgé d’environ quatre-vingt-sept ans […] ».

135C’est donc 16~~ la borne qui fixe la limite de l’ancienneté que la famille peut se donner. Si cette date peut garder quelque imprécision, ce qui est certain en revanche, c’est la notabilité du réseau familial et social de ce premier ascendant, si l’on en juge d’après les témoins en présence lors de la déclaration de son décès.

[…] en présence de Messire Armand Faliès prêtre curé de Brind., de Messire Suzan curé de Pollionnay, de sieur Louis Delérable notaire et greffier de justice de La. et de Pol., de noble Hubert Camille Rouberolles, bourgeois de Lyon et du sieur Jacques Solas procureur d’office de La.

136On trouve deux curés, le fils notaire du premier ascendant et deux notables dont l’un est bourgeois lyonnais et l’autre procureur. Lyon, la continuité de la fonction de père en fils, la notabilité et la bourgeoisie sont les attributs qui ont identifié la famille depuis son commencement.

137Dans le récit de Lilian Collas, le narrateur invite à constater l’existence du premier ascendant de la lignée à partir d’une généalogie mais ne présente aucune preuve à l’appui. Il convie ses lecteurs à trouver leur premier ancêtre en sa compagnie (nous trouvons). Il les sollicite pour un acte dynamique et créatif autant que pour être témoins de son résultat. L’existence de ce premier ascendant provient d’une rencontre ou d’une recherche, dans tous les cas d’une démarche ! 16~~ est sa date de naissance : elle situe la limite de l’ancienneté de la lignée. Les données prioritaires, sur lesquelles on est informé, sont celles de son mariage : l’épouse est une jeune fille du pays : cette précision invite-t-elle le lecteur à voir la famille comme doublement enracinée dans son lieu d’origine ? On est renseigné, ensuite, sur son patrimoine et sur son activité. Il est propriétaire terrien. Ainsi dès le commencement des patrilinéaires, la famille possédait et exploitait une propriété.

138Dans le récit d’Auguste Armand, le narrateur présente le premier ancêtre de sa lignée patrilinéaire – son premier membre prouvé – en trois étapes. Tout d’abord, dans l’adresse, il l’identifie en premier comme ayant logé dans la même maison que le couple qui pourrait bien être celui de ses parents. La famille avait donc une maison dans un bourg, et ceci depuis au moins deux générations : de tels indicateurs sont des marqueurs capables de laisser imaginer aux lecteurs à la fois la modalité bourgeoise de la stabilité et la profondeur de l’ancienneté de la famille. Plus tard, dans son chapitre sur les preuves de la filiation, le narrateur désigne toujours son ascendant comme le premier membre prouvé, mais il ajoute de nouvelles informations.

Le premier membre prouvé de notre famille. Né vers 15~~. Il est probablement fils de Guillaume Armand marié en 15~~ à Laure Gordes. Habitant au mas des Sorlets à Sainte-T.

Thierry Armand est propriétaire du mas des Sorlets et il épouse vers 1600 Jeanne Lois dont il eut au moins trois enfants, deux filles mariées et un fils Edmond qui lui succède dans ses biens.

139Le narrateur, cette fois, fait observer l’année de naissance approximative de l’ancêtre prouvé : 15~~. Il informe de plus sur son mariage et sur le nombre de ses enfants, mais en spécifiant que parmi eux, un fils hérite des biens, c’est-à-dire de la maison. Au commencement, on était déjà des héritiers.

140Enfin, dans sa généalogie détaillée, le narrateur modifie l’ordre des priorités ; il présente son ancêtre en premier lieu comme bourgeois, pas comme un premier prouvé : bourgeois en deux lieux, celui du village originaire mais aussi du bourg qui lui est proche. Puis il redit que celui-ci a été propriétaire.

Bourgeois de Sainte-T. d’O. et d’Al. en Languedoc. Propriétaire du mas des Sorlets à Sainte-T. d’O. Premier membre prouvé. Il est donc fils ou neveu de […].

141Ainsi, la mention que cet ancêtre est le premier prouvé n’est plus indispensable, à ce stade du récit. Elle peut devenir subsidiaire et laisser place à un autre objectif tout aussi essentiel dans l’intentionnalité du récit : amener la preuve de l’appartenance de la lignée patrilinéaire à une bourgeoisie des plus anciennes.

142Le narrateur du récit de Thierry Guilbert présente son premier ancêtre comme le premier certain de la filiation du père de son ancêtre enracineur. Il mentionne la date à laquelle celui-ci a vécu (15~~) – qui est donc celle qui délimite l’ancienneté de leur bourgeoisie – puis le nom de son épouse et sa descendance. Il n’y a plus les représentations de passage, de région frontière, de mélange des races de la géographie des commencements. Il y a une autre figuration. Le narrateur montre l’ancrage de la famille dans l’élite locale bourgeoise de son bourg des origines : plusieurs descendants en lignée patrilinéaire y ont été tour à tour consuls. Il indique qu’avant ce premier du nom, d’autres du nom habitaient ce lieu depuis longtemps.

143Le narrateur du récit de Fabrice Adelin a identifié son premier ancêtre prouvé par son lien de paternité avec son grand-père, né en 17~~. Mais on ne sait rien à son sujet, sinon sa ville d’origine. Il est présent avec son épouse en tant que trace de la filiation de leur fils qui est venu s’établir à Lyon et qui occupait dans la cité une bonne position commerciale, et de deux autres garçons (dont l’un était chanoine et estimait que leurs origines étaient nobles d’après plusieurs faits, et l’autre négociant). La famille est déjà bourgeoise – au moins – à T.

144Pour le narrateur du récit de Florent Reynaud, le plus ancien ancêtre du nom est présenté comme le premier nom que son père ait connu, un ascendant au 5e degré par rapport à son fils : un ancêtre qui est assurément rattaché à la famille, d’après les sources de son père, même si son cousin en cite des plus anciens et plus élevés socialement. On apprend, dès l’abord, le lieu et la date de son décès : dans le village des origines en 17~~. Le lecteur peut ainsi retenir le degré et la frontière de l’ancienneté de sa lignée, mais aussi imaginer qu’elle avait des origines encore plus reculées et un niveau social supérieur.

2. 2.2. Les preuves de la continuité

145Après avoir informé leurs lecteurs au sujet du premier ascendant du nom de leur famille, tous les narrateurs présentent sa descendance ayant résidé sur la terre de leurs origines. Les lignées sont dans 8 récits unifiliatives et masculines. Les narrateurs les restituent sous la forme de successions : du plus lointain ancêtre jusqu’au premier migrateur ou au père de l’enracineur à Lyon. Leur configuration forme un groupe homogène organisé par les trois unités de temps, de lieu et d’action. Ils le situent diachroniquement au sein d’un même univers de temps et dans un même lieu, régulé par la continuité des mêmes tâches.

  • 51 Voir aussi les commentaires de Marcel HÉNAFF (1991), op. cit., p. 241.

146Ce n’est pas le temps du calendrier qui est marqueur de l’identité de ce groupe, mais celui du mythe, à la fois diachronique et cyclique. Ainsi, une fois l’ancienneté de la lignée bien datée et l’ère de l’histoire bien installée, le mythe est requis de nouveau pour donner naissance à une identité familiale d’une autre nature. Comme l’a souligné Claude Lévi-Strauss dans La Pensée sauvage, la dimension diachronique du temps ne se confond pas avec sa dimension historique. La dimension diachronique est interne à une structure et dans sa perspective, la causalité n’est pas événementielle mais logique51. Quant au lieu, son unité ne signifie pas systématiquement que les ascendants sont nés dans une seule et même localité. Elle peut identifier un territoire plus large comprenant plusieurs lieux de naissance ayant des caractères communs. Enfin, concernant l’action, la vie de ces premiers ascendants est décrite comme zélée et oblative, attachée à un même destin, orientée vers le service de leur famille. Ils soutiennent une même cause qui permet de faire reconnaître une continuité entre les premiers du nom et les bourgeois de Lyon. Avec eux, les narrateurs apportent, en plus de l’ancienneté de leur mémoire familiale et de leur bourgeoisie, les preuves de leur continuité. Ils peuvent fonder la légitimité de leur appartenance à la bourgeoisie.

  • 52 Voir la citation dans le chapitre 1-2.1 « Le temps de l’harmonie ».

147Dans le récit de Camille Delérable, on trouve dans l’adresse une présentation de la suite d’ancêtres nés sur les lieux des origines rurales. Le narrateur la développera ensuite dans le cours de sa narration, ascendant après ascendant. Mais dans un premier abord, il la désigne ainsi globalement pour mieux faire valoir la légitimité de son hypothèse auprès de ses lecteurs, qui est d’en faire un exemple pour laisser apprécier sa famille autrement que l’histoire a pu l’interpréter. Il présente donc le premier notaire royal à N. le T., son fils et son petit-fils, puis son aïeul enracineur à Lyon52. Les trois premiers forment un groupe homogène. Seuls le premier et le dernier sont désignés par leurs prénom et patronyme. Ils partagent un attribut commun : leur ascension sociale. Les deux ascendants du milieu sont identifiés comme fils et petits-fils du premier ; leurs prénoms ne sont pas donnés. Quant au quatrième, le bisaïeul du narrateur, il rompt avec la continuité et est traité de façon paradoxale.

Parmi les dix-huit enfants du dernier notaire, notre aïeul, Émilien Delérable, vient tout jeune chercher fortune à Lyon […].

148Il est en dehors du groupe des précédents, mais a une place au même titre qu’eux dans la catégorie des ascendants ayant vécu durant l’Ancien Régime. En effet, cette suite rassemble les ancêtres que les historiens post-révolutionnaires ont maudits, même si elle donne au quatrième un statut individuel. Tous sont identifiés comme sujets des rois qui se sont succédé de Louis XIII à Louis XVI. D’autre part, la suite n’indique pas d’alliances ; elle est exclusivement unifiliative et masculine. Elle est diachronique mais n’a pas d’indice de classification. Elle n’a pas de dates, non plus ; elle spécifie seulement une durée : « plus d’un siècle ». En conclusion, elle configure plus un groupe qu’une lignée : un groupe ordonné à une unité de temps, un temps cyclique.

149Quant aux lieux, on est informé de deux d’entre eux seulement : le premier attaché à la première génération et qui est le lieu de l’origine familiale, et le second – Lyon – qui est attaché à la quatrième génération et qui est celui de l’accomplissement de l’ascension. On ne trouve pas ici l’étape de la migration du troisième ascendant vers A. la R. (bourg proche), que l’on apprendra plus avant. En effet, le second ascendant de la lignée est né dans le village originaire et y est décédé ; le troisième, lui, y naîtra mais n’y restera que jusqu’à 46 ans, âge auquel il émigre. Avec une telle omission, le narrateur fait ressortir la permanence de l’espace sur lequel ont pu exister les trois premières générations. Mais N. le S. et A. la R.., c’est toujours le Lyonnais ! Il met en scène, ainsi, une unité de lieu pour ce groupe d’ancêtres.

  • 53 Il faut remarquer cette figure des « autorités sociales » : elle peut convenir pour définir les aut (...)

150Enfin, ces quatre ascendants ont des caractères communs : ils sont « respectueux des autorités sociales »53 même s’ils sont fiers de leur indépendance. Quant aux trois notaires, ils partagent une même éthique relationnelle :

La juste fierté que leur donnait le sentiment de leur indépendance ne les empêchait pas d’être respectueux des autorités sociales, et les trois notaires royaux entretenaient néanmoins avec les seigneurs du lieu dont ils étaient en même temps les officiers pour la justice et la perception de certaines redevances, des rapports familiers et amicaux, tout en restant condescendants pour les gens d’humble condition, comme en témoignent les nombreux parrainages qu’ils acceptaient parmi eux.

151Les trois notaires entretenaient avec les seigneurs de leur lieu des rapports familiers et amicaux et pour les gens humbles restaient condescendants : leurs rôles vis-à-vis des premiers étaient d’être officiers de justice et percepteurs de certaines redevances, et vis-à-vis des seconds d’accepter des parrainages. Ils se sont succédé dans des tâches communes en respectant la même éthique. Ils ont tous été les membres d’un groupe solidaire. Leurs existences sont représentées réglées par une même unité d’action au côté de celles de temps et de lieu.

152Ceux de l’Ancien Régime ne peuvent donc pas être soupçonnés d’avoir joui « en parasite de tous les biens et de tous les privilèges » de l’Ancien Régime. Ils sont au contraire recommandables. Ainsi, dès les premiers contacts avec leur histoire familiale, les lecteurs peuvent constater la stabilité et la continuité de l’éthique de leurs premiers ascendants directs. Il est légitime pour eux de s’opposer à l’histoire qu’ils ont pu entendre à leur sujet et de se voir sans honte héritiers de cette lignée.

  • 54 Voir le chapitre 1-2.1 « Le temps de l’harmonie ».

153Dans le récit de Lilian Collas, le narrateur présente sa suite d’ancêtres antérieurs à l’installation à Lyon jusqu’au degré de son grand-père, le premier ascendant migrateur désigné. Elle constitue une ascendance unifiliative et masculine (on peut lire aussi les prénoms et noms des épouses). On sait que cinq générations d’auteurs directs en effet se sont succédé dans le même village dont quatre ont travaillé à la même tâche : l’exploitation de la propriété à laquelle ils sont restés attachés54.

De chacune de ces quatre premières générations nous ne connaissons que notre auteur direct, resté attaché à la propriété. [...]

154Les ascendants sont ordonnés par un classificateur chronologique de 1 à 5, et par les paradigmes de leur cycle de vie. Le narrateur ne les introduit pas dans un temps historique, mais cyclique. Leur identité sociale leur vient de leur propriété commune avec laquelle ils ont le même lien d’attachement et reproduisent les mêmes fonctions : remplacer l’auteur précédent pour un même destin. Ils constituent un groupe ordonné par un temps cyclique, une unité de lieu et d’action. C’est la continuité qui oriente la vie familiale.

155Comme pour le récit précédent, la génération qui émigre a une place dans la structure graphique du texte montrant l’ambivalence de la position que le narrateur lui donne. Elle fait partie de la succession des ancêtres issus du village originaire mais pas des exploitants de la propriété. Elle fait la transition entre le groupe des ancêtres stables et les suivants.

156Dans le récit d’Auguste Armand, le narrateur présente la suite de ses premiers ancêtres après l’introduction et l’exposé de deux tableaux généalogiques rassemblant, pour l’un, sur une page, ses patronymiques masculins hypothétiques, et pour l’autre, sur une page aussi, les preuves de sa filiation. La suite occupe deux pages et s’intitule Les Armand à Sainte-T. d’O. Elle précède une seconde suite intitulée Les Armand à Lyon. Le narrateur subdivise ainsi ses ascendants en deux groupes et c’est le père de l’enracineur à Lyon qui clôt le premier. Ces deux groupes traduisent deux époques. La première suite comprend les quatre premiers ancêtres directs prouvés de l’époque de Sainte-T. Elle est unifiliative et masculine même si elle informe sur leur vie à travers de courtes notices. Elle est ordonnée chronologiquement par un classificateur.

  • 55 Nous voulons mettre en valeur le cheminement suivi par le narrateur pour valider son ascendance com (...)

157On peut remarquer, en relevant les premières mentions qui présentent chaque ascendant et les hypothèses avancées par le narrateur sur leur vie, l’intentionnalité qui se trouve à l’origine de son dispositif55.

I – Thierry Armand
Le premier membre prouvé de notre famille. Né vers 1570. Il est très probablement fils de Guillaume Armand marié en 15~~ à Laure Gordes […].

II – Edmond Armand
Propriétaire du mas des Sorlets et du mas des Charmettes à Sainte-T. C’est sans doute lui qui achète cette dernière propriété qui est restée dans la famille jusqu’à l’extinction de la branche aînée en 18~~ […].

III – Amédée Armand
Né vers 16~~, bourgeois de Sainte-T., propriétaire du mas des Charmettes. Dans sa jeunesse il fut sans doute marchand.

IV – Émilien Armand
Né à Sainte-T. [en] 16~~. Il a pour parrain Guillaume Armand, son oncle, et pour marraine Bernardine Blondat, sa tante. Dans sa jeunesse, n’étant que le troisième fils, il avait peu d’espoir de succéder à son père. Il faisait des petits métiers, marchand, ménager, etc. Cependant, il fit sans doute des études assez sérieuses, car sa signature n’est pas celle d’un illettré, loin de là.

158Un premier attribut identifie chaque ascendant. Pour le premier ascendant, il s’agit de la preuve de son rattachement à la famille. Pour le second, c’est sa qualité de propriétaire de deux maisons implantées à Sainte-T. Pour le troisième, c’est sa qualité de bourgeois. Et enfin, pour le quatrième, ce sont ses lieu et date de naissance exacts. Les autres dates de naissance, jusqu’à lui, n’étaient qu’approximatives. Il fallait attendre ce quatrième ascendant pour avoir la preuve que la famille avait été native du village ; en effet, le premier avait résidé au village, le second y avait été propriétaire et le troisième bourgeois, mais cela ne pouvait pas prouver qu’ils y étaient nés. Ainsi, ces quatre ascendants de Sainte-T. ont été, par ordre de génération, respectivement un premier membre prouvé, un propriétaire de deux maisons, un bourgeois du village, et un natif de celui-ci. Tout montre, avec ces qualités, qu’ils ne sont pas d’un lignage aristocratique. La lignée a tous les attributs de la bourgeoisie.

159Quant aux hypothèses du narrateur sur les enjeux de la vie de ses premiers ascendants, on s’aperçoit que chacune porte sur des faits significatifs qui, mis les uns à la suite des autres, font ressortir une logique, à savoir les qualités caractéristiques de la bourgeoisie que sa famille a accumulées, génération après génération. On voit, en effet, que chaque attribut estimé vraisemblable dans la vie de l’un de ses ancêtres se trouve, pour la génération suivante, prouvé comme un acquis, la vraisemblance portant sur un nouveau point.

160Pour le premier membre prouvé, le narrateur oriente son lecteur vers la perspective très probable de son affiliation au couple qui a résidé aussi dans le même mas. Pour le second, on remarque qu’il est assuré de sa filiation mais son interrogation porte sur l’origine de l’acquisition de la seconde propriété qui deviendra familiale : « C’est sans doute lui » qui l’a achetée, énonce-t-il ; s’il en est ainsi, l’héritage double donc à cette génération. Pour le troisième, cette maison est un acquis certain et octroie le droit de bourgeoisie, mais c’est sur sa profession que la question est posée : « sans doute [est-il] marchand », estime-t-il. Et enfin pour le quatrième, il est bien marchand, mais l’incertitude porte sur ses études : il a fait « sans doute des études assez sérieuses » à cause de sa signature qui « n’est pas celle d’un illettré, loin de là ». On apprendra par les informations concernant la suite des ascendants lyonnais que l’ascendant suivant, l’enracineur, en a fait, lui, de façon certaine.

161Ainsi, le narrateur laisse apparaître les enjeux auxquels les premiers ascendants de sa lignée se sont confrontés dans leur œuvre d’enracinement dans la bourgeoisie de leur localité : du premier dont la filiation est incertaine au dernier n’ayant peut-être pas fait d’études. Entre ces deux étapes, le destin de ses ascendants s’est joué, chacun ayant acquis pour sa génération un bénéfice permettant à la suivante d’y ajouter sa part, cumulant à eux tous les compétences qui ont donné à leur famille les atouts pour pouvoir s’intégrer, plus tard, au cœur d’une autre bourgeoisie, celle-là d’une localité plus grande – Lyon : une filiation, une propriété pour le droit de bourgeoisie, le négoce, les études. Les ascendants de l’époque de Sainte-T. donnent ainsi l’impression de s’être succédés en un même lieu et à des tâches toutes orientées dans la continuité les unes des autres, vers l’accumulation des attributs de l’héritage bourgeois : chaque génération est montée socialement. Ils forment un groupe organisé par un même temps, un même lieu et une même action – une même unité.

162Dans le récit de Damien Palluis, le narrateur ne présente pas de lignée unifiliative et masculine. On n’entre pas dans l’histoire de la famille avec le premier ascendant certain mais avec le père de l’homme qui fit la fortune familiale. Il n’y a pas de lieu d’origine, dans cette famille, mais une région. Le narrateur remonte ensuite dans les générations indiquant les informations qu’il possède sur chacune. Les premiers ascendants ayant vécu dans cette région sont désignés sous une expression symbolique : ce sont ceux des débuts modestes. Ils composent un groupe de trois ascendants avec leur épouse – le premier ascendant migrateur, ses parents et ses grands-parents – orienté vers un même destin : l’ascension sur l’échelle sociale, à partir de l’origine la plus basse. Les femmes ont une forte présence. Elles ont partagé avec leur mari le même destin, la même époque et la même action. Dans ces conditions, le passé familial peut entrer dans la mémoire des descendants de la famille. Il est dédouané de tout soupçon, s’il y en avait. Toute la famille depuis les commencements a collaboré à la constitution de la fortune : celle-ci a bien été laissée par un seul homme, mais elle n’est pas venue de son seul fait ; c’est un univers de solidarité qui l’a permise. Les descendants ne sont pas les héritiers d’un parvenu. Ils peuvent se sentir dans la continuité de leurs ancêtres.

163Le narrateur du récit de Cyril Ramel présente la suite de ses ascendants des origines après les informations sur son patronyme et avant l’exposé de l’histoire des deux illustrations religieuses de sa famille. Cette suite est unifiliative et masculine. Il s’y succède six générations – désignées seulement par six prénoms – qu’elle établit dans le même village et durant une période recouvrant deux siècles. Le village est selon le narrateur un vrai berceau pour la famille. Les premiers ascendants ont été des anonymes ayant vécu et travaillé sans laisser de trace, dans l’obscurité de la terre. Ils ont œuvré dans la continuité les uns des autres, tous avec le même destin : servir humblement la terre. Ils ont ainsi tous partagé le même temps, le même lieu et la même action. Le service de la terre n’est pas honteux, il est au contraire l’indice de la grandeur d’un homme comme le souligne le narrateur à travers les citations de poètes et de grands hommes. Compris comme cela, l’anonymat venu des origines terriennes n’a pas à procurer de honte. La famille peut s’honorer de ses origines et se concevoir dans la continuité de ses premiers ascendants.

164Dans le récit d’Élisabeth Durieux, le premier groupe d’ancêtres – celui d’avant la Révolution – est celui des « graveurs Durieux » nés dans un même village du Rhône. Il constitue une lignée unifiliative, mais elle n’est pas directe : un des graveurs est un neveu, le graveur de la génération précédente n’ayant pas eu d’enfant. Le groupe partage des racines, une époque et un art communs.

2. 2.3. Les preuves de la réussite de la première migration

165Après avoir identifié les premiers ancêtres de son groupe d’appartenance paternel, et avec eux, les preuves de leurs racines, de leur ancienneté et de leur continuité, chaque narrateur présente le premier ancêtre qui s’est expatrié du village des origines pour une localité plus importante. Pour certains, cette localité sera un bourg offrant plus d’avantages que leur village – l’exode vers Lyon venant après, avec leur fils – et pour d’autres ce sera directement Lyon. Quoi qu’il en soit, le premier d’une lignée qui quitte le village fait transition entre le groupe des premiers ascendants et celui des Lyonnais. Mais dans le premier cas, il est rattaché au groupe des premiers ancêtres et dans le second au groupe des Lyonnais.

  • 56 Pour le sixième cas, c’est le petit-fils.
  • 57 Dans deux cas, on n’a pas d’informations suffisantes pour assurer qu’il n’y a pas eu avant l’enraci (...)

166Dans six récits sur onze, la migration à Lyon se fait en deux étapes : un premier migrateur quitte son village pour une localité d’importance supérieure, puis son fils – dans cinq cas sur six56 – émigre vers Lyon. Dans les cinq autres récits, elle est directe des villages ou bourgs vers la cité57. On peut voir s’étendre ces migrations, dans le corpus, entre la première moitié du XVIIIe siècle et le tout début du XIXe. Comment les narrateurs représentent-ils les premiers migrateurs de leur lignée qui se sont rendus dans une localité plus importante ? Ils sont d’abord des ascendants ayant réussi socialement leurs investissements individuels, sans avoir rompu la continuité de leur identité familiale. Quel profil ont-ils ? Quels sont leurs motifs de départ ? Quelle alliance contractent-ils ? Quels enjeux rencontrent-ils à l’arrivée dans leur nouvelle localité ?

2. 2.3.1. L’identité de l’ascendant migrateur

  • 58 Pour les deux autres, l’un est fils unique et on ne connaît pas la fratrie de l’autre.

167On trouve donc six ascendants migrateurs dans l’ensemble des récits. Ils se distribuent entre la troisième et la sixième génération à partir de l’étalon de la première génération du groupe des origines connue. Il s’agit respectivement d’un aïeul, de deux bisaïeuls et de trois trisaïeuls pour les narrateurs. Quatre sur six sont des cadets dans leur fratrie de garçons58. Leurs activités professionnelles peuvent être dans la continuité de celles de leur père ou dans la rupture. Paradoxalement, même alors qu’ils ont quitté leur terre natale et qu’ils exercent dans certains cas une autre fonction ou un autre métier, ils restent dans la continuité des liens, valeurs et représentations de leurs pères.

168En effet, les narrateurs leur octroient des qualités et des comportements qui leur donnent un statut paradoxal, dans l’économie des récits. Avec leur avènement, le maintien des trois unités qui donnaient une identité à leur groupe d’appartenance devient problématique. Mais il n’y a pas de rupture dans la continuité de leur identité. Ils ont leurs racines par leur naissance, dans le lieu des origines rurales, ce qui les maintient dans la même unité de lieu que leurs prédécesseurs, malgré leur mobilité géographique. Ils appartiennent aux mêmes temps que ces derniers. Unités de temps et de lieu ne sont donc pas brisées.

169Qu’en est-il de l’unité d’action ? C’est elle qui est la plus ébranlée. En effet, elle est rompue dans deux récits sur les six. Et pour les autres, si l’unité n’est pas rompue, l’action montre des contenus qui ne se reproduisent plus. Les activités ont engendré des ascensions sociales pour cinq migrateurs et au moins une stabilité pour le sixième, mais jamais de descente. Aucun d’eux n’est devenu ouvrier dans sa nouvelle localité. Ils sont d’abord des investisseurs ayant réussi dans leurs objectifs. Quoi qu’il en soit, ils restent en réseau professionnel et personnel avec leur milieu d’origine.

170Les narrateurs font valoir ainsi les modalités de l’enjeu de mobilité inhérent à la condition bourgeoise. La mobilité provoque l’ascension sociale ou renforce la stabilité sociale, mais n’amène pas à rompre les liens avec les racines. Les narrateurs au contraire montrent leurs ascendants orientés vers le risque et le nouveau, tout en restant attachés à la continuité de leur identité et des valeurs de leur groupe d’appartenance. Être bourgeois, si cela veut dire être enraciné et installé, cela ne veut pas dire rester fixé au même endroit sans risquer du nouveau !

171Avec les preuves de son ancienneté et de sa continuité, et avec celles de la mobilité rurale réussie et sans rupture, la lignée paternelle peut faire valoir sa mémoire des temps précédant Lyon en toute légitimité dans l’élite à laquelle ses membres appartiennent. Elle sera à coup sûr considérée comme issue d’une bourgeoisie ancienne. Chaque narrateur peut espérer voir sa descendance s’enraciner dans son groupe d’appartenance paternelle, étant données ces preuves.

  • 59 Nous comptons toujours le nombre de générations à partir de la génération la plus ancienne connue.

172Dans le récit de Camille Delérable, la trajectoire vers Lyon se fait en deux étapes. Un ascendant, Louis, quitte le village pour aller s’installer vers le bourg et son fils laisse ce dernier pour chercher fortune à Lyon. Qui est ce premier ascendant ? Il appartient à la troisième génération dans le groupe de ceux des origines59 ; il s’agit du trisaïeul du narrateur. Il est né à la fin du XVIIe siècle et a un frère et trois sœurs. Il est, dit le narrateur, un fils aîné qui succède à son père dans ses charges : un ascendant dans la continuité de la tradition.

Continuant la tradition, Louis Delérable, le fils aîné succéda à son père dans ses charges de notaire royal et de greffier.

173On peut remarquer que ce premier migrateur a le même destin que son père : tous deux partagent le même prénom, le même rang dans la fratrie et la même charge, chacun succédant à son propre père dans ses charges de notaire royal. Père et fils sont dans une stricte continuité même si le second choisit de s’expatrier.

174Mais examinant de plus près les informations délivrées par le narrateur, on constate une contradiction sur le rang de cet ascendant migrateur dans sa fratrie. Il est désigné comme un aîné alors que deux pages avant c’est son frère, Pierre, qui est présenté comme tel.

Il épousa Gilberte du Puiset, née en 16~~.
Il en eut cinq enfants.
Deux fils :
- Pierre, né en 16~~, maître plieur de soie à Lyon […].
- Louis, dont il sera fait plus loin une mention spéciale.
Trois filles […].

175En effet, on note que, dans l’ordre de primogéniture, Louis est un second fils et son frère Pierre le premier-né. Ces places leur sont bien reconnues lorsque leur rang dans la fratrie est indiqué mais ne le sont plus dans la notice présentant Louis, l’ascendant direct. Le narrateur se serait-il trompé ? On doit s’interroger sur le statut d’une telle erreur. S’agit-il d’une tromperie volontaire à l’adresse de qui lit avec une confiance aveugle ? Ou bien s’agit-il d’un lapsus scripti laissant surgir un fonctionnement inconscient de la logique organisatrice de la famille ou du narrateur ? Quoi qu’il en soit, cette erreur permet de donner au lecteur une illusion de continuité et de stabilité sociale sur sa famille des premières générations même lorsque l’un de ses membres se délocalise.

  • 60 Indiquons que, pour le sémioticien, « ce qui est mensonge du point de vue de la persuasion devient (...)
  • 61 On le constate dans certaines grandes traditions.

176Le parti du lapsus scripti l’emporte car être le premier-né et être l’aîné ne revient pas au même60. On peut être un aîné sans avoir été le premier-né parce que celui-ci ne peut être reconnu dans la continuité de la tradition par sa famille ou son groupe d’appartenance61. Est-on dans ce dernier cas ? Le narrateur ne considère-t-il pas, à son insu, que ce second fils a tous les caractères d’un aîné ? Le premier fils, lui, est plieur de soie. Il n’est pas marié et n’a pas de descendance et rompt tout autant avec la continuité géographique et sociale que son cadet puisqu’on le trouve à Lyon. Sa position de premier-né ne lui est pas enlevée puisqu’il figure bien à la première place dans l’ordre d’exposition de la fratrie. Mais sa qualité d’aîné lui est ôtée ou plutôt ne lui est pas octroyée. Elle est remise à celui qui, dans la lignée, a pris sur lui d’assumer la continuité de sa famille et de la perpétuer par sa descendance, malgré la mobilité géographique. Qu’il s’appelle comme le père et qu’il lui succède dans ses fonctions a-t-il imposé inconsciemment à la plume du narrateur de pourvoir le second du même rang que le premier, justement un aîné ? Était-ce d’ailleurs, peut-être, le vœu du père qui l’avait prénommé comme lui-même ? Y a-t-il eu un enjeu entre les frères concernant leurs rapports avec leur père ?

177Dans le récit de Lilian Collas, la migration vers Lyon se fera en plusieurs étapes. Il y a tout d’abord un premier ascendant qui part s’installer dans une ville de la Loire, puis un second, son deuxième fils, qui émigrera dans un bourg très proche de Lyon. Ce dernier viendra, avec son dernier fils (l’auteur) en âge de faire ses études, habiter la cité, lorsqu’il aura arrêté ses activités professionnelles. Ainsi, s’il est facile de désigner le premier ancêtre migrateur, il sera plus difficile de décider qui est l’ascendant enracineur à Lyon. Est-ce l’auteur ? Est-ce son père ? Il convient d’examiner, pour lors, l’identité du premier migrateur.

178Il est le cinquième descendant depuis le plus ancien ancêtre connu et le grand-père paternel du narrateur. Il a une sœur aînée qui est aussi native du village des origines.

5 – La cinquième génération est représentée par mon grand-père Raymond Collas, né [en] 17~~, et sa sœur Émilie Jeanne Collas, née [en] 17~~, tous deux à C., cette dernière mariée à Alfred Valat.

179Ce premier ascendant migrateur clôt le groupe des ascendants des origines. En effet, il porte un classificateur qui le désigne parmi les générations des origines ; il n’y aura plus de tels classificateurs pour ses descendants. Et d’autre part, on sait qu’il est compris dans les générations qui « se sont succédé à C. ». Ainsi, il se trouve dans la continuité de ses prédécesseurs du village, ordonné à la même période et au même lieu.

180Seulement, il rompt avec la tâche partagée par ceux-ci, à savoir l’exploitation de la propriété familiale.

Il quitta C. dès avant son mariage et s’installa à Saint-Fi., rue du G., où il fonda une fabrique de rubans.

181Il quitte le village originaire pour une ville, où il devient un entrepreneur – plus exactement un fondateur.

182Dans le récit d’Auguste Armand, l’émigration se produit directement du bourg des origines à Lyon. Dans le récit de Julien Bélors, le premier migrateur appartient à la troisième génération depuis la plus ancienne connue. C’est le bisaïeul du narrateur. On sait de lui qu’il est l’avant-dernier d’une fratrie de 10 ou 11 enfants et réside dans un village de la Drôme qu’il quittera pour un bourg voisin, à la fin du XVIIIe siècle. Il s’est trouvé orphelin de père (assassiné sur le chemin de sa maison) à 5 ans.

183Dans le récit de Florent Reynaud, le migrateur est le bisaïeul du narrateur, appartenant à la quatrième génération depuis la plus ancienne connue. Sa fratrie n’est pas mentionnée. Il résidait dans un village de montagne de la Savoie, région où sa famille était enracinée depuis plusieurs générations, et il était marchand colporteur. On apprend seulement qu’il va se fixer dans un gros bourg du Rhône vers le milieu du XVIIIe siècle.

  • 62 Ce récit ne rend pas compte de l’intégration de la famille à Lyon, mais dans le bourg dans lequel l (...)

184Enfin, dans le récit de Cyril Ramel, on constate la présence de deux migrations avant celle vers Lyon62. La première de ces migrations est faite à la sixième génération depuis la plus ancienne connue. L’ascendant migrateur est le trisaïeul du narrateur. Il part d’un petit village de montagne dans l’Ain vers la vallée. La seconde migration, à la génération suivante, s’est orientée vers un gros bourg : Châtillon. Ce migrateur naît au milieu du XVIIIe siècle, sujet des Ducs de Savoie et devient français à 35 ans avec le Traité de Turin. Sa fratrie n’est pas indiquée. Il émigre peu après son mariage.

2. 2.3.2. Les motifs du départ

185Les narrateurs n’ont pas beaucoup d’indices pour définir les causes de ces premières migrations. On en trouve deux : investir dans un lieu mieux placé commercialement et trouver à exercer son métier hors du village à cause de sa place de cadet dans sa fratrie – des facteurs sociologiques bien observés pour les migrations rurales de ces époques en France. Dans les deux cas, et on le verra aussi chez la génération des enracineurs à Lyon, un enjeu nouveau émerge, à savoir celui des relations entre membres de cette fratrie. En effet, avec cette génération, le destin ne s’observe plus seulement dans son rapport avec le groupe d’appartenance, mais aussi avec la fratrie.

186Dans le récit de Camille Delérable, le narrateur présente une hypothèse pour expliquer les motivations du départ de son ancêtre à A. la R. : le transfert de l’étude de notaire dans un plus gros bourg.

Il se produisit au cours de sa vie un événement important pour la famille : ce fut le transfert de l’étude de notaire de N. à A. la R... Ce transfert s’opéra à la fin de l’année 16~~. Il fut probablement motivé par l’importance du gros bourg qu’était A. comparé à N., qui n’était qu’un petit village.

187C’est donc l’importance du bourg qui provoque le départ. La famille quitte son vieux logis de Lérable, son quartier, son petit village, pour un lieu plus attractif par ses dimensions supérieures. L’objectif est un bourg, un lieu qui n’est pas encore la ville mais déjà plus la campagne, un lieu dont le mode de vie n’est plus rural mais urbain, un lieu offrant les atouts nécessaires pour être considéré comme un bourgeois.

188La date du transfert de l’étude reste énigmatique. Elle laisse entrevoir une seconde erreur. En effet, à cette date, seul le premier ancêtre du nom prouvé de la famille est en vie (né 29 ans plus tôt) ; il n’a pas encore d’enfant (le premier enfant est annoncé 8 ans plus tard) ! Alors, pourquoi un lapsus scripti se glisse-t-il encore dans les termes de l’instruction de son histoire ? Il convient d’examiner sur quels enjeux peuvent porter les confusions entre ces deux générations. On constate que l’ascendant migrateur est confondu avec le premier du nom prouvé qui justement porte le même prénom que son frère le premier-né de sa génération (Pierre) ! Être le premier du nom dans la lignée est-il un enjeu comparable à celui d’être le premier du nom dans sa fratrie ? On peut supposer en effet que le narrateur exprime à son insu un enjeu familial que l’on retrouvera dans les autres récits : à savoir l’infléchissement du destin des membres d’une fratrie selon leur rang. À chaque génération, le destin du fils premier du nom diffère de celui de tous les autres ! Y a-t-il eu un enjeu à cette génération entre les deux frères au sujet de la succession du père ? Quoi qu’il en soit, sans doute, il faut lire que ce transfert s’est effectué 100 ans plus tard, car on voit l’ascendant migrateur notaire et greffier encore à N. dans la première moitié du XVIIIe siècle (c’est l’année du décès de son père) et déjà à A. la R. 13 ans plus tard, lorsque son fils – l’enracineur – naît.

189Dans le récit de Lilian Collas, comme dans le récit précédent, le narrateur propose une hypothèse pour rendre compte des causes du départ de son aïeul de la terre d’origine de ses pères : peut-être la propriété avait-elle été cédée à l’aînée de sa fratrie – plus exactement, à celle-ci et à son mari !

Pour des raisons que j’ignore, Raymond ne continua pas l’exploitation du domaine qui, peut-être bien, fut cédé à sa sœur et à son beau-frère, ses aînés.

190Le narrateur suggère donc que la cause en revient à la place de son ascendant dans sa fratrie : la propriété est tombée dans l’héritage de l’aînée. On est à l’époque de la Révolution et le droit d’aînesse s’applique encore : il continue d’être la référence pour les familles rurales. Mais là, il s’agit d’une femme. Est-ce que l’héritage a été partagé, la propriété n’ayant été acquise par la sœur qu’après rétrocession en argent de la part qui revenait à son frère ? L’auteur indique que la propriété a été l’objet d’une cession et non d’un transfert par héritage ! Est-ce lui qui s’étonne ou bien sa remarque sur les motivations du départ de l’ascendant pour la ville est-elle le signe d’une injustice qui a été ressentie alors et retournée sous la forme d’une question suspendue à sa plume ? On peut remarquer que ce n’est pas seulement à la sœur que fut remise la propriété mais à elle et à son mari. Le fait que le beau-frère soit aussi considéré comme un aîné par le narrateur vient-il replacer les choses dans la tradition ?

191Le narrateur voit donc dans cet exode l’effet du droit d’aînesse : un transfert de propriété vers un autre membre de la famille plus qu’un partage. Cette cession ne paraît pas constituer une rupture dans la continuité des modes de vie familiaux comme l’a fait la liquidation d’une des propriétés de la lignée maternelle. Elle semble plutôt la conséquence d’un principe naturel ou au moins recevable, à ses yeux. Elle l’est sans doute d’autant plus que la fratrie est retenue comme un élément précieux pour repérer l’étendue de la famille, ce qui a manqué aux générations précédentes. Son énoncé occupe d’ailleurs très peu de place dans le récit. On voit, dans ce récit comme dans le récit de Camille Delérable que la présence d’une fratrie, chez un ascendant, est une donnée dont le narrateur tient compte lorsqu’il s’agit d’expliquer les motifs de la migration de son ascendant. Celui-ci n’a pas d’autre choix que de partir, même si ce départ a pu permettre l’ascension sociale.

  • 63 Il s’agit d’une transformation discursive : la propriété a pris la figure d’un domaine. Domaine et (...)

192Cependant, si le transfert de la propriété de cette génération est traité assez sereinement par le narrateur, on voit bien qu’il n’est pas exempt pour autant d’un sentiment de perte car, si l’on observe l’énoncé, ce n’est pas la propriété qui est cédée mais le domaine. En effet, en passant des mains du père de Raymond à celles de la sœur et du beau-frère de ce dernier, la propriété est devenu un domaine. Pourquoi ce changement de figure ? Ne peut-on penser que se manifeste là l’objet sur lequel le sentiment de perte porte, à savoir la représentation à jamais disparue de se voir l’héritier d’une maison de maître, et pas seulement le successeur des possesseurs d’un bien propre63 ?

193Dans le récit de Cyril Ramel, le narrateur constate que rien ne dit pourquoi le jeune ménage quitta le village des origines. Mais il fait imaginer à ses lecteurs, sur un mode d’expression romantique, les rencontres du couple et leur installation dans le site enchanteur de La Rive, qu’ils connaissent bien pour s’y être beaucoup promenés. En effet, ce village n’était ni celui de l’époux, ni celui de l’épouse. S’est-il agi d’une migration vers la vallée ou plutôt d’un éloignement forcé du couple à cause d’un mariage mal toléré par les familles : un mariage d’inclination entre les membres d’une famille catholique et d’une famille d’origine protestante ?

194Dans le récit de Julien Bélors, le premier migrateur quitte son village à 25 ans, car son frère aîné et lui avaient appris le même métier – maréchal-ferrant – que celui de leur père, et que le premier, peut-être, prit la place du second. Mais, évoque plus loin le narrateur, on peut se demander si la raison n’en est pas ailleurs car la tradition orale explique que la famille est arrivée dans le bourg « sous la Révolution pour trouver refuge ». Ce migrateur a justement vécu à cette époque ; alors, problématique de fratrie ou problématique politique ?

195Quant au migrateur du récit de Florent Reynaud, on n’apprend rien de ses motivations. Le narrateur ignore de quel côté son ascendant dirigea ses premières courses de marchand colporteur. Il sait seulement que celui-ci lui a toujours été présenté dans le bourg où il se fixa de bonne heure. Il est un second fils, lui aussi !

2. 2.3.3. Les alliances des ascendants migrateurs

196Sur les six récits, dans quatre cas, les alliances ont été contractées avec des familles de condition supérieure, ce qui est aussi vraisemblablement le cas des deux autres. En ce qui concerne les âges au mariage, il n’y a pas de récurrences ; ils sont variés et se distribuent entre 22 et 31 ans. Pour les épouses, les informations manquent : dans 3 cas, entre 18 et 22 ans.

197Dans le récit de Camille Delérable, de l’alliance du premier ascendant migrateur, on sait les prénom et nom de son épouse, ceux de chacun de ses parents ainsi que le métier de son père qui était marchand dans un bourg voisin. L’ascendant a 31 ans lors de son mariage. Elle a environ 18 ans. On sait seulement qu’elle a été munie avec tous les sacrements d’une piété édifiante. Le couple a dix-huit enfants et le narrateur voit cette alliance comme une union pouvant témoigner de la vigueur de la race de l’époque de sa Vieille France.

198Dans le récit de Lilian Collas, l’ascendant migrateur épouse, à 30 ans, une femme dont le père était notaire dans un bourg voisin. Elle a 28 ans. Ils eurent trois enfants. Aucune information n’est donnée sur cette épouse. Mais son ascendance est présentée au côté de celle de son mari dans le Tableau généalogique no I, le tableau qui rassemble toutes les informations sur l’origine de la famille. Sur la page de gauche, on voit se déployer la branche de l’époux et sur la page de droite celle de l’épouse. On peut voir que les père et grand-père de l’épouse sont tous deux notaires.

199Pour ce qui concerne les autres récits, on peut voir dans le récit de Damien Palluis, l’ancêtre migrateur faire une étape supplémentaire dans l’ascension sociale en se mariant. Il a 29 ans. Elle a environ 22 ans. Son père est défini comme bourgeois d’un village environnant dont on rappelle qu’il se trouve sur la route de Lyon, mais ses fonctions professionnelles sont mal définies. C’est elle qui fut considérée comme le chef de cette famille, la mère de celui qui fonda la fortune. Le narrateur ne la désigne jamais par le patronyme de son mari : on trouve soit son nom de jeune fille, soit celui-ci précédé du patronyme de son époux (« leur grand-mère Charlotte Bétiny-Pavois »). Lorsque le couple est nommé, ce sont les deux patronymes qui sont cités (« le ménage Bétiny-Pavois »). L’alliance est bien visible dans ce récit. L’épouse n’est pas effacée derrière son mari. Les deux lignées sont solidaires dans la lettre comme dans la vie.

200Dans le récit de Julien Bélors, on voit l’ascendant migrateur se marier l’année qui suit son installation dans le bourg où il émigre. Il a 26 ans. On ne sait rien de son épouse, si ce n’est les informations sur son cycle de vie portées dans un tableau généalogique. On y apprend seulement ses prénom et nom et qu’elle avait 20 ans lors de son mariage. On y lit aussi qu’ils eurent 10 ou 11 enfants.

201Dans le récit de Florent Reynaud, l’ancêtre migrateur épouse une « fille de gentilhomme verrier », une femme de la noblesse, fait remarquer le narrateur, mais d’une noblesse pour laquelle le travail manuel n’est pas incompatible avec son état : un fait valorisé par le narrateur tout au long de ses lettres à ses fils. L’ancêtre a à peine 22 ans. On ne sait pas l’âge de son épouse. On apprend qu’elle lui survécut pendant 40 ans et qu’ils eurent 17 enfants.

2. 2.3.4. L’installation au bourg ou dans une ville

202Les narrateurs montrent explicitement, dans quatre cas sur six, que la nouvelle installation provoque une très forte ascension sociale, ce qui n’empêche pas d’en supposer une dans les deux autres cas, même si elle n’est pas signifiée en tant que telle. Les activités professionnelles se partagent entre l’artisanat, les professions libérales, l’industrie et le négoce.

  • 64 L’organisation discursive est structurée de façon telle qu’on y voit le domaine à la fois à N. et à (...)

203Dans le récit de Camille Delérable, après avoir été informé du transfert de l’étude, on apprend que l’ancêtre migrateur possédait un domaine : le domaine de R. à N. L’a-t-il acquis après le transfert ? Rien ne le dit. Mais le nom de ce domaine laisse penser que cet ascendant se reconnaissait à la fois de N. et de A. la R.64.

Louis Delérable possédait à N. le domaine de R., dont un certain Émilien Blavin, mort en 17~~, était granger, terme qui dans le langage du Lyonnais équivaut à métayer.

204Le domaine était suffisamment important pour y faire vivre un métayer. D’autre part, on apprend, avec force détails, que l’ascendant fait ériger une chapelle à laquelle son nom est donné, dans l’église du bourg où il émigre (avec citation du compte rendu officiel de la cérémonie : d’abord l’autorisation, puis le procès verbal). Par contre, on ne sait rien de la vie de l’étude de notaire, si ce n’est qu’après sa mort, elle continua d’être administrée en son nom, puis passa entre les mains de l’un de ses gendres, fils d’un notaire royal d’un village environnant, puis à la mort de celui-ci, au gendre de ce dernier.

205Ainsi, cet ascendant migrateur possède les caractères d’un notable bourgeois : notaire, propriétaire de terres sur lesquelles on trouve un métayer, pieux et donateur généreux à l’Église, auteur d’une descendance nombreuse, dans laquelle, par les filles, la tradition continua avec la succession des charges de notaire. Notabilité et mobilité géographique ne sont donc pas antinomiques. On peut être immigré et devenir un notable des lieux.

206Dans le récit de Lilian Collas, l’ascendant migrateur fonde donc à Saint-Fi. une fabrique de rubans. Son fils aîné y travaillera, puis un troisième associé. On apprend que cette fabrique a pris une assez grande extension et occupait tout un îlot d’immeubles. Mais après le décès de l’ascendant migrateur, elle fut entièrement détruite par un incendie, ce qui mit fin au commerce.

La mort de Raymond Collas mit fin à l’association et à la suite d’un très violent incendie survenu peu après, et qui avait anéanti immeubles, matériel et marchandise, le Commerce fut liquidé d’un commun accord.

  • 65 Il faut remarquer que le commerce est une figure transformée de la fabrique. Il en est ainsi dès le (...)

207Comme la propriété de Donvie, le commerce65 fut liquidé mais ce fut d’un commun accord entre les deux associés. Il apporta sans doute quelques biens même si aucune évaluation n’en a été présentée ! En effet, les deux fils achetèrent chacun une propriété, firent des études de notaire, et conclurent de belles alliances.

208Ainsi, cet ascendant migrateur a pris la voie des affaires, la propriété étant restée à sa sœur. Il abandonne l’exploitation agricole pour l’entreprise. Son ascension sociale est celle d’un industriel. On n’en voit pas l’impact direct sur son mode de vie, mais dans celui de ses descendants. Pour autant, il n’apparaît pas comme un immigré dans la ville : il est un fondateur qui a trouvé l’expansion dans sa cité et qui s’est allié à des notables. Les lecteurs pourront voir que leur groupe d’appartenance fait preuve de stabilité dans ses rapports avec ses localités même s’il a pu être mobile géographiquement.

209Pour les autres récits, on peut voir par exemple, dans le récit de Damien Palluis, le premier ascendant migrateur travailler comme boulanger à T., la ville dans laquelle il a émigré, puis devenir minotier et négociant en grains. Enfin, il dépassera la condition de négociant lorsqu’il vivra à Lyon. À 53 ans, on l’y trouve vivant en rentier.

210Dans le récit de Julien Bélors, le premier migrateur, lui, s’installe comme maréchal-ferrant dans le bourg où il émigre. On ne saura rien de plus sur son activité. C’est son décès, ses nombreux enfants étant encore très jeunes, qui est remarqué. A-t-il connu une ascension sociale ? Rien ne le dit. Mais parmi ses enfants, plusieurs deviendront des notables du bourg et de Lyon.

211Dans le récit de Florent Reynaud, on apprend que l’ascendant migrateur a un commerce et un travail. Il gère des propriétés appartenant aux chanoines-comtes de Saint-Jean et tient une auberge. Les affaires prospèrent, ce qui lui permet de donner une bonne éducation à ses enfants qui tous ont prospéré à leur tour. Il acquiert des propriétés aux environs du bourg.

3. LA LÉGITIMATION DES PATERNELS DANS LEUR MILIEU LOCAL

  • 66 Le récit de Cyril Ramel n’a pas été pris en compte dans ce chapitre lorsqu’il s’est agi d’identifie (...)

212Après avoir apporté à leur famille les preuves de l’ancienneté, de la continuité et de la stabilité de leur lignée patrilinéaire, les narrateurs abordent l’histoire de leurs ascendants lyonnais66. Ils montrent tous que le premier a fait une ascension sociale et a acquis le droit de bourgeoisie, pour reprendre les termes d’André Burguière, puis que les suivants sont progressivement devenus grands bourgeois. Ce n’est pas tant l’ascension sociale qui est l’enjeu de la relation de cette histoire. C’est d’abord un enjeu identitaire. Il s’agit de faire connaître les qualités de ces ascendants qui ont apporté à la famille son rattachement à la bourgeoisie de Lyon, sa considération et ses valeurs puisées au plus haut degré de la bourgeoisie : dans la grande bourgeoisie. Si ce sommet de l’échelle sociale est déterminant, ce n’est pas tant parce qu’il est le plus élevé, mais parce qu’il recouvre une identité spécifique. La grande bourgeoisie est pour eux un paradigme accueillant l’alliance de deux modes de vie et de deux catégories de références différents. Elle est un statut permettant d’associer ceux qui proviennent de deux milieux d’appartenance différents : deux familles bourgeoises de rangs différents, dont l’une est au plus haut degré, ou deux milieux sociaux différents dont l’un est au plus haut degré de la bourgeoisie et l’autre une noblesse. Les narrateurs révèlent la double origine de leur identité, invisible avec leur seul patronyme.

3. 1. L’enracinement à Lyon

  • 67 Parmi les quatre autres cas, ce sont, pour l’un, l’enracineur et son fils qui occupent le plus d’es (...)

213Les narrateurs présentent d’abord leur ascendant enracineur à Lyon. Ils s’attardent tous longuement sur lui et le mettent au cœur de leur discours. Ils lui donnent une place amplement plus conséquente qu’aux autres. Dans sept cas sur onze le nombre de lignes qui lui sont consacrées est toujours radicalement supérieur à celui affecté à chacun des autres ascendants directs antérieurs et postérieurs à lui67. Son destin est, plus encore que celui de son père, lorsqu’il a aussi émigré, considéré comme le résultat d’une réussite individuelle même s’il ne fait pas non plus rupture dans la continuité de l’appartenance familiale. La représentation qu’en donnent les narrateurs le définit comme un enracineur.

214Quels sont les profils identitaires de ces enracineurs ? Quels sont les motifs de leur départ ? Quelles furent leurs activités ? Quelles alliances ont-ils contracté ? À quels enjeux se sont-ils confrontés en s’installant dans la cité et plus encore pour s’y intégrer socialement, eux, des immigrés ruraux ? Enfin, ont-ils souffert de leur déracinement ?

3. 1.1. L’identité des ascendants enracineurs

215Les enracineurs, comme les premiers ascendants migrateurs, appartiennent à différents degrés de générations dans leur lignée patrilinéaire. Sept d’entre eux sont les aïeuls (4) ou bisaïeuls (3) des narrateurs. Deux sont des pères et deux des aïeuls de degré plus ancien que bisaïeul. Si l’on appréhende les écarts de temps entre eux en rapportant la date de l’émigration à la date de la rédaction, pour évaluer combien d’années séparent l’enracineur de l’auteur, on peut observer qu’ils se distribuent sur une échelle allant de 85 ans à 255 ans. On constate une forte majorité des écarts (8/11) entre 100 et 175 ans. Deux auteurs seulement écrivent moins de 100 ans après l’émigration de leur ancêtre et un seul après 175 ans. Presque tous (9/11) ont donc écrit plus de 100 années après l’émigration de leur lignée dans la localité où ils se sont enracinés. Il faut donc au moins un siècle pour que l’écriture généalogique advienne. On ne peut pas, en conséquence, déduire que cette écriture est une réaction directe à la rupture des origines des émigrés enracineurs dans la cité. On ne constate pas de différences notables dans les écarts de générations et de temps, entre les récits rédigés au XIXe siècle et ceux rédigés au XXe siècle.

216Quant aux écarts entre la génération des enracineurs et celle des premiers ascendants du nom, ils sont aussi divers. Ils sont de 2 à 7 générations à partir de la plus ancienne prouvée : 9 enracineurs ont au moins 3 ascendants avant eux. On n’a pas constaté non plus de variation liée à l’ancienneté des récits.

217Les enracineurs ont émigré entre les années 1720 et 1850. Ils font partie des vagues d’émigration rurale repérées en France aux XVIIIe et XIXe siècles. On en trouve 9 ayant émigré entre la deuxième moitié du XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle et 2 durant la première moitié du XVIIIe siècle. Pour 9 d’entre eux, les départements d’origine sont l’Ain, l’Ardèche, la Drôme, la Loire et le Rhône ; un vient du Languedoc et pour le dernier aucune information n’est précisée.

218Quant aux âges à l’émigration, les données précises manquent aux narrateurs, mais on peut lire que 8 sur 11 émigrent entre 18 et 30 ans.

219Les narrateurs font remarquer pour leur grande majorité (8/11) que les pères des enracineurs ont fait une ascension sociale. On constate au moins une ascension professionnelle au regard du père ; cette ascension se double pour certains d’un fort accroissement de leurs biens et d’une solide intégration au sein des élites de leur nouvelle localité. Ils sont donc déjà aisés et reconnus, même si leur aisance et leur reconnaissance ont des degrés et des formes variables. Ils n’appartiennent pas, pour la plupart, au secteur rural. La réussite sociale de l’intégration dans la bourgeoise lyonnaise n’est pas le fruit direct de modes de vie issus de la terre. Elle a une autre paternité : l’industrie, l’artisanat, le négoce ou la profession libérale.

220On s’est demandé pourquoi trois narrateurs n’avaient pas montré de données permettant de laisser croire avec assurance à une ascension sociale du père de leur enracineur. En effet, ils n’ont allégué aucun fait précis pour en attester une, mais seulement des indices ou des commentaires allusifs laissant le lecteur imaginer son éventualité entourée de mystère. La réponse a déjà été donnée au sujet des premiers migrateurs. Ces pères ont en commun d’avoir vécu à des périodes tragiques de l’histoire de France (guerres de religion et Révolution) et dans des régions qui en ont plus particulièrement pâti. Notre hypothèse est qu’ils ont été confrontés à des événements qui ont pu avoir des répercussions encore vivantes dans la mémoire des narrateurs ou si fortes qu’elles ont engendré des ruptures dans la transmission. Les silences d’aujourd’hui évoquent les divisions d’hier – d’autres silences – avec leurs conséquences en chaîne sur les descendants.

221Concernant les niveaux d’études, les professions et les revenus des enracineurs, on constate que tous se trouvent en situation de nette ascension par rapport à leur père. Cinq ont fait des études supérieures – le notariat (2/11), l’école vétérinaire et le grand séminaire, auxquels on ajoute les études de chirurgie (avec concours successifs). Neuf appartiennent au secteur privé : sept sont négociants ou entrepreneurs et deux sont notaires. Deux appartiennent au secteur public : ils sont respectivement professeur et chirurgien hospitalier.

222Les qualités qui ressortent de leur présentation sont celles de fondateurs : des hommes modestes et droits, entreprenants, n’économisant pas leur peine, des gestionnaires. Ils les offrent généreusement à leur entourage professionnel, familial et social, participant ainsi à la vie de leur cité. Ils sont un soutien pour leur belle-famille, sauvegardant par exemple les biens de leurs alliés. Ils ont le souci de l’avenir de leurs enfants, ou plutôt de l’avenir professionnel de leurs fils à qui ils préparent une place dans leur entreprise, par exemple. Seul le père enracineur de Lilian Collas dépasse largement ce cadre à cause de son veuvage. On peut les voir aussi préoccupés du mariage de leurs enfants comme dans le cas de l’enracineur du récit de Marie-Joséphine Detilleul, qui souhaitait que l’une de ses filles – il n’en restait plus qu’une non mariée, la narratrice – épouse quelqu’un de sa région d’origine. Ils ne sont pas dépeints comme des hommes préoccupés de l’ensemble de l’avenir de leur descendance. Ils ne sont pas encore des bourgeois éveillés à une conscience généalogique d’eux-mêmes. Il faudra attendre leurs héritiers pour cela.

223Dans le récit de Camille Delérable, l’ascendant enracineur est le bisaïeul du narrateur. Il est situé généalogiquement à la quatrième génération depuis la plus ancienne connue. Sa migration vers Lyon vient après celle de son père vers A. la R. On sait que ce dernier fit une ascension sociale et devint un notable – il était notaire royal – dans l’élite du bourg et qu’à sa mort, c’est son gendre qui a repris son étude. L’enracineur, lui, naît dans le premier tiers du XVIIIe siècle et est quatorzième d’une fratrie de dix-huit enfants, le sixième de 8 garçons ayant survécu. Il est orphelin de père à 15 ans. On ne sait pas exactement la date de son départ pour Lyon. On lit seulement qu’il part de bonne heure de A. la R. et qu’on le voit déjà dans l’industrie de la chapellerie, dans la ville, lorsqu’il a 26 ans. La notice concernant son histoire couvre 48 pages sur 94 ; elle occupe la moitié de l’ouvrage. Le narrateur s’attarde sur lui longuement car la représentation de ce qu’il fut orientera le rapport de sa famille à ses pères et à son pays.

224Que nous apprend le narrateur au sujet de son ascendant, lorsqu’il le présente pour la première fois, dans son adresse ? Il s’agit d’un homme qui uniquement par son intelligence et son travail a acquis considération et richesse. Pourquoi le narrateur restreint-il ces deux acquis à ces deux origines seulement ? Est-ce parce que coutumièrement, il sait qu’ils s’obtiennent par d’autres moyens ? Cherche-t-il à rendre compatibles sur le plan éthique deux catégories de qualificatifs qui ne se rencontrent généralement pas chez le même homme : la considération et la richesse, avec l’intelligence et le travail ? Cherche-t-il à repousser, par cette mention, l’idée que son aïeul ait pu être un parvenu ayant rassemblé sa fortune grâce à des privilèges douteux ?

225Le narrateur commente peu le caractère, les attitudes et les choix de son ascendant, y compris durant la Terreur. Il le dépeint comme un fondateur et un homme dévoué. Mais, comme le stipulent les termes d’un jugement du Tribunal de commerce de Lyon (en l’an 7) qu’il reprend à son compte parce qu’ils rendent hommage à sa mémoire, il le voit aussi comme un homme trop constant à rester dans sa commune « pour veiller à la conservation des marchandises et effets du commerce » pendant la Révolution. Par contre, il exprime son émotion et cherche à la provoquer chez ses lecteurs lorsqu’il évoque la fin de son aïeul qui fut guillotiné ; ainsi, par exemple, quand il présente la dernière lettre qu’il a écrite à son épouse avant d’être conduit à la guillotine.

226Dans le récit de Lilian Collas, il n’est pas évident de déterminer qui est désigné comme l’ancêtre enracineur. En effet, on peut en considérer deux. L’un a été à l’origine de la constitution du réseau d’interconnaissances lyonnais, mais il n’a pas vécu dans la cité avant la cessation de ses activités professionnelles. Il a résidé dans un bourg tout proche et est venu à Lyon à la demande de son fils. Et l’autre est ce fils qui s’est installé à Lyon en tant qu’étudiant et a accueilli son père dans ses vieux jours ; il s’agit du narrateur. On a opté pour le premier décrit. Il est donc le père du narrateur et appartient à la sixième génération depuis les origines de la famille. Il est le plus jeune d’une fratrie de trois enfants dont seuls les deux garçons ont vécu. Il naît donc à Saint-Fi., au début du XIXe siècle, là où son père a immigré dans sa jeunesse mais celui-ci décède alors qu’il a 15 ans : ce père, on le sait, a fait une ascension sociale après avoir fondé une fabrique de rubans. Il fait ses études dans un collège situé entre Saint-Fi. et Lyon. Bachelier, il entre dans une étude de notaire à Saint-Fi. comme clerc puis part faire sa licence de droit à Paris : il est ainsi le premier de la lignée à faire des études supérieures. De retour, il reprend sa place dans l’étude pour finir son stage. Puis il quitte la ville pour un bourg proche de Lyon, dans lequel son frère lui trouve une étude ; il a 31 ans. Il y résidera jusqu’à la cessation de ses activités professionnelles et partira à Lyon avec son dernier fils en âge de faire des études supérieures. La notice le concernant couvre 80 pages sur 117.

227Au sujet de ses études supérieures, le narrateur évoque avec lyrisme les conditions de ses voyages vers Paris :

Le chemin de fer n’existait pas encore : le voyage de Saint-Fi. - Paris se faisait en diligence : il durait trois jours, qui étaient trois jours de fatigue extrême et trois jours féconds en incidents divers.

228Parmi ses qualités, le narrateur retient d’abord celles qu’il développa dans sa profession : il releva son étude de notaire, décadente quand il l’acheta, grâce à son travail opiniâtre, sa valeur professionnelle et sa droiture d’esprit. Puis sont évoquées, avec émotion et lyrisme encore, d’autres qualités plus personnelles : celles dont il fit preuve pour résister au découragement qui l’atteignit après qu’il eut vécu les trois deuils qui s’abattirent sur sa famille, en une même année. Il montra une grande énergie et une foi chrétienne forte, alors qu’il perdit en quelques mois son épouse et deux de ses filles encore enfants et resta veuf avec 6 enfants.

Quelle énergie a-t-il fallu au Père ! Quelle foi chrétienne pour avoir résisté au découragement après de si rudes épreuves ! Aux soucis des affaires de son étude venaient s’ajouter les soucis de son intérieur : plus personne à la maison pour le seconder dans cette tâche écrasante de tous les jours.

  • 68 Ces extraits couvrent 8 pages.

229Le narrateur présente des extraits des nombreuses lettres68 que son père a adressées à ses beaux-parents, pour que le lecteur constate son véritable caractère et découvre son cœur sensible, aimant et fidèle à tous ses devoirs de famille. Il mentionne aussi bien d’autres qualités. Ce père était la bonté même, malgré des dehors un peu froids. Il avait une grande foi et plus particulièrement une grande confiance en la Sainte-Vierge. Chaque année, il allait en pèlerinage à Lourdes : il avait commencé à cause de la maladie chronique de l’une de ses petites-filles. Il était aussi un homme « heureux au milieu de ses enfants et petits-enfants » dans sa propriété de Tr. ; il aimait voir sa famille réunie auprès de lui et contribuait à maintenir ses liens.

Il cherchait tout ce qui pouvait contribuer à maintenir et même à resserrer davantage encore l’union existant entre nous tous.

230Enfin, conclut le narrateur avec un extrait de son mémento emprunté à un psaume : « C’était un homme au cœur simple et droit, plein de la crainte de Dieu et d’horreur pour le péché ».

231Dans le récit d’Auguste Armand, l’ascendant enracineur est l’aïeul au 5e degré du narrateur et appartient à la 5e génération à compter de l’origine de la famille. Il naît à Sainte-T. au début du XVIIIe siècle et est le 7e enfant d’une fratrie de 11 et le 6e de 9 garçons. Il perd sa mère alors qu’il a entre 8 et 15 ans. Celle-ci est d’une famille protestante, mais son père a abjuré un mois avant la révocation de l’Édit de Nantes. On apprend par une généalogie, quelques pages plus loin, que son frère est maire du village. Quant au père de l’enracineur, il a été l’héritier universel de son propre père et est notable bourgeois de Sainte-T. comme l’avait été celui-ci. On sait peu de choses sur lui. Il fait plusieurs petits métiers : marchand, ménager, etc. Il hérite du mas dont son père avait lui-même hérité. Rien ne dit qu’il fit une ascension sociale, sauf l’indice concernant la position sociale de sa belle-famille et la place que le narrateur lui donne dans la lente ascension sociale qu’accomplit sa lignée depuis le premier du nom.

232L’enracineur, lui, fait des études à Al. en vue d’être chirurgien et quitte le pays pour Lyon où il devient apprenti chirurgien : il a 19 ans. Les chapitres le concernant couvrent 13 pages sur 132. C’est lui qui bénéficie du plus grand nombre de notices informatives et de copies d’actes relatifs à sa vie. Il inaugure le chapitre sur les ascendants lyonnais – Les Armand à Lyon – faisant suite à celui qui instruit la vie des ascendants de Sainte-T. Le narrateur le présente comme appartenant, avec ses frères, à une génération enracineuse : il est le troisième qui fit souche et l’auteur de la branche de Lyon.

Émilien Armand et Christine Carlier eurent onze enfants, dont trois fils firent souche. L’aîné Jacques-Amédée [...], c’est sans doute lui qui fut notaire à Saint Laurent la V., et la souche des Armand de N. Le second fut Guillaume [...]. Il fut l’héritier universel de son père et auteur des Armand de Sainte-T., éteints en 18~~. Le troisième fut Jacques-Edmond fixé à Lyon en 17~~, auteur de la branche de Lyon.

233Le narrateur fait peu de commentaires sur les qualités de son ascendant. Mais il lui reconnaît d’avoir été un gestionnaire habile. Pour lui, il adoptera un ton lyrique et il exprimera ses sentiments lorsqu’il racontera le moment pénible qu’a pu être son intégration dans la cité lyonnaise.

234Dans le récit de Damien Palluis, l’ascendant enracineur est le bisaïeul de l’épouse du narrateur et appartient à la 4e génération à partir de la plus ancienne désignée. Son histoire occupe 7 pages sur 11. Il est fils unique car son petit frère meurt en bas âge. Il naît en 1808 à T. -T. et émigre avec ses parents à Lyon. Là, il fait des études poussées et y reçoit une éducation sérieuse. Ses qualités sont mentionnées en rapport à son rôle dans la constitution de la fortune qu’il a laissée à la famille : il est habile en affaires et juste envers ses enfants, mais manque de réalisme.

235L’ascendant enracineur du récit de Thierry Guilbert est l’arrière-grand-père du narrateur, appartenant à la 7e génération depuis la plus ancienne connue. Il naît dans le dernier tiers du XVIIIe siècle dans le village originaire de l’Ardèche. Il est le 3e enfant d’une fratrie de 4 (parvenus à l’âge adulte), le 3e fils sur 3 d’un père en ascension sociale – un propriétaire terrien aisé consul dans son village comme ses ascendants. Sa mère est issue d’une vieille famille du village. Enfant, il est envoyé en pension à Tournon puis part apprendre le métier de passementier à Saint-Chamond et devient commis chez un fabricant de rubans dans cette ville durant 6 à 8 mois. Lorsqu’il quitte le village pour Lyon, il a 18 ans. Son procès identitaire couvre 9 pages sur 187. Cela paraît peu mais il l’emporte largement sur tous les autres : c’est pour lui que le récit est écrit. Le narrateur considère la personnalité de son aïeul comme impressionnante et intimidante : c’est « un travailleur infatigable, un homme d’affaires aussi avisé qu’heureux, mais aussi un homme plein de cœur sous ses dehors austères ». Il le dit aussi excellent père et ayant su former ses fils, les employer, les diriger mais aussi prendre leur avis et même se ranger à leur point de vue. « Le succès ne semble pas l’avoir grisé, continue-t-il. […] Ce fut un grand Monsieur ».

236L’ascendant enracineur du récit de Marie-Joséphine Detilleul est le père de la narratrice et appartient à la 4e génération depuis le premier ancêtre connu. Il a quitté le bourg des origines directement pour Lyon. Il naît au début du XVIIIe siècle et a 3 frères. Il est le fils d’un chirurgien lettré dont la notoriété s’étend dans toute la Savoie, et d’une mère appartenant à la bourgeoisie de la région. Il émigre à Lyon, après ses études secondaires, pour « étudier la philosophie et la théologie parce qu’on le destinait à l’état ecclésiastique ayant deux oncles curés ». Son histoire couvre 4 pages sur 93. La narratrice le décrit comme un homme d’une superbe figure, avec « beaucoup d’esprit, mais un fond de timidité. […] Il était grand en tout, noble et généreux. […] Il avait acquis la plus grande réputation et un grand crédit ».

3. 1.2. Les motifs du départ

237En ce qui concerne les motifs du départ des ascendants enracineurs, on constate que 9 narrateurs sur 11 les mentionnent. On n’a aucune information dans 2 cas.

238Dans l’ensemble, on trouve trois motifs principaux : les avantages de la grande ville pour les affaires, l’inscription à des écoles supérieures et concours, enfin la position de cadet de sa fratrie – on ne voit apparaître explicitement le motif de la position de cadet dans la fratrie qu’une seule fois pour expliquer les départs.

  • 69 Rappelons que l’un des enracineurs est devenu enfant unique et que l’information manque pour le der (...)
  • 70 On trouve en effet un enracineur devenu un aîné après le décès en bas âge de ses 2 frères. Il a pou (...)

239Ce motif a-t-il moins sa raison d’être dans le cas des émigrations vers Lyon ? Les enracineurs sont pourtant aussi très majoritairement des cadets (9/11)69. Par rapport à leur fratrie de sexe masculin, huit sur onze sont cadets70, et même appartiennent à la seconde moitié de leur fratrie. Les narrateurs (8/11) mettent en évidence explicitement le rôle des frères. Soit ils ont pu servir de réseau, soit au contraire ils ont pu se trouver en concurrence avec l’enracineur pour l’héritage de leur père ou le choix du lieu de leur vie professionnelle. Selon le rang occupé, la place accordée par le père et l’âge du décès d’un des parents, se forgent entre eux des rivalités ou des solidarités. On observe, pour les rivalités, un procès entre frères pour les biens du père, un frère élu héritier universel empêchant l’ascendant de rester dans sa localité d’origine, un frère entré dans l’entreprise du père, un aîné qui prend les affaires de son père à 20 ans pour élever sa grande fratrie. Pour les solidarités, on voit un frère plus âgé qui accueille l’ascendant désirant faire des études à Lyon, puis lui-même qui le fera à son tour pour son frère plus jeune, trois frères faisant front pendant leurs études à Lyon devant des difficultés consécutives au décès de leur père, un frère aîné soutenant son cadet dans la recherche de son étude, un frère resté au village avec des responsabilités, avec lequel échanger et faire des transactions, une fratrie dans laquelle règne l’harmonie, le fils d’un frère qui devient un élève dans sa discipline.

  • 71 Exceptionnellement, le récit d’Auguste Armand fait valoir des enjeux fraternels dans les génération (...)

240Ainsi, avec les enracineurs et, juste avant eux, les premiers migrateurs, le destin des ascendants ne s’observe plus seulement à l’étalon du groupe d’appartenance71. Il n’est plus la reproduction d’une même tâche servant le groupe. La succession d’ancêtres en ligne directe est interrompue. On quitte le domaine de l’unique et de l’indivisible pour entrer dans celui du multiple et du divisible. La génération n’est plus seulement un degré avec un seul auteur direct, mais un nombre de frères et sœurs en réseau ou en concurrence. Avec les migrateurs, le patronyme ne se partage plus uniquement entre les pères, mais aussi entre les frères. Être le premier fils du nom de la lignée ou cadet est un enjeu à considérer et à faire considérer à la famille. Il se pose à chaque génération et expose au risque la pérennité de la mémoire généalogique.

241C’est la grandeur de la ville qui a attiré vers elle l’ancêtre enracineur du récit de Camille Delérable, mais aussi son activité industrielle et commerçante. D’ailleurs il n’a pas été le seul de sa génération à être tenté par ces deux attributs de Lyon, puisque ses trois frères s’y trouvaient déjà.

La grande ville industrielle et commerçante l’attirait, comme elle le fit pour trois de ses frères [...].

242Si l’on se rappelle les motifs de son père pour transférer son étude du village vers le bourg, on peut constater que les deux ascendants migrateurs ont chacun été l’objet d’un même attrait : l’attrait de lieux de dimensions supérieures aux précédents. Le narrateur ne laisse trace d’aucune autre hypothèse pour expliquer la mobilité géographique de sa lignée, mais il remarque bien qu’un tel attrait a été partagé par d’autres garçons de la même génération et ne tient pas seulement à un homme isolé.

243L’ascendant enracineur du récit de Lilian Collas est venu s’établir à Lyon lorsque ses activités professionnelles ont pris fin dans l’Ain. Bien longtemps avant, alors qu’il était en quête d’une étude de notaire, son frère aîné lui en avait indiqué une dans un bourg près de Lyon, mais il ne put pas faire affaire et il en trouva une autre dans la ville où ce frère, qui était entré dans la fabrique de leur père, habitait alors.

En 18~~, son frère Albert, qui demeurait encore [dans l’Ain], lui signala que l’étude de notaire de Gui. était à vendre. Il s’y présenta trop tard : elle venait d’être vendue. Quelques jours après il se rendait acquéreur d’une étude à Bil., bien qu’elle fût alors en pleine décadence.

244Ainsi c’est par le réseau d’un frère que ce père achète son étude. Mais ils ne se retrouveront dans la même ville qu’une seule année, car le frère achètera bientôt une propriété dans les environs et quittera la ville.

245Lorsqu’il aura 69 ans, une fois closes ses activités professionnelles, il quittera Bil. pour Lyon, devant l’insistance de ses enfants. Il ne restait qu’un seul enfant à la maison – le narrateur – qui faisait son droit à Lyon. Les autres enfants résidaient déjà depuis longtemps dans la cité. Le père et le fils emménagèrent ensemble jusqu’au mariage du second, qui prit un appartement avec sa femme sur le même palier.

246Le narrateur du récit d’Auguste Armand fait l’hypothèse que son ascendant a dû migrer à Lyon parce qu’il n’était pas l’aîné et ne pouvait rester sur les terres familiales. Il ne sait pas pourquoi il a choisi Lyon : y avait-il des attaches ? Il ne sait pas non plus pourquoi il s’est dirigé vers le métier de chirurgien.

Sans doute fit-il ses études à Al., puis, n’étant pas l’aîné, il quitte le pays pour s’établir à Lyon. Pourquoi choisit-il le métier de chirurgien ? Avait-il des attaches à Lyon ?
Un fait est certain, il arrive à Lyon avant 17~~. Comment fit-il le voyage de Sainte-T. à Lyon ? Sans doute à pied jusqu’à Al., puis par diligence ou par bateau. Pauvre enfant, tout seul dans l’inconnu. Son arrivée à Lyon a dû être bien triste, comment trouver un gîte ? Il avait sans doute été recommandé à quelques Lyonnais dignes de confiance ? Avait-il de l’argent ? Les débuts furent sans doute bien difficiles.

247Le narrateur exprime ses interrogations, ses incertitudes et ses doutes à propos de cet exode. Il tente de reconstituer une image vraisemblable des événements. Les questions sont nombreuses. Il les pose et pour chacune propose une hypothèse. Il ne connaît pas le lieu des études, les motifs du choix du métier de chirurgien et le mode de transport vers Lyon. Il s’interroge sur la façon dont cet ancêtre a été introduit dans la société lyonnaise. Mais il exprime son émotion devant les incertitudes qu’a dû affronter son ascendant à cause de cette immigration. Le ton du récit est, ici, lyrique. Il fait appel au sentiment de compassion. On retrouvera ce même ton lorsque sera évoquée l’émigration en Suisse du fils du même, après que la ville de Lyon est tombée sous la Terreur. L’empathie du narrateur pour son ascendant est très forte. Il ne le traite pas comme n’importe quel autre. Il marque une attention toute paternelle : « Pauvre enfant, tout seul dans l’inconnu ».

248Dans le récit de Julien Bélors, l’ascendant enracineur, né dans le dernier tiers du XIXe siècle, avant-dernier enfant d’une fratrie de 17 (7 enfants décédés avant l’âge adulte), quitte le bourg dans lequel a émigré son père pour rejoindre un de ses frères aînés, parti à Lyon pour ses études à l’École vétérinaire, qui vient d’obtenir son diplôme. Il a perdu son père, il a 11 ans et sa mère s’est vue « accablée de très lourdes charges ». Le grand-père enracineur du récit de Fabrice Adelin vient s’établir à Lyon avant l’âge de 30 ans, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Il y entreprend « la fabrication de laine sur une assez grande échelle », mais rien ne dit le motif précis de son émigration. Ses frères restent à T.-T. où l’un est chanoine et l’autre négociant. Dans la lignée des graveurs Durieux, l’ascendant enracineur, né à la fin du XVIIIe siècle, s’installe à Lyon, de retour d’Angleterre, après avoir eu l’idée de « fabriquer des outils spéciaux utilisés par les chapeliers anglais et qui étaient inconnus en France ». Pourquoi Lyon, la narratrice ne le dit pas. Elle a relevé ces informations dans un carnet relatant les campagnes napoléoniennes de son ascendant, pendant lesquelles il fut fait prisonnier.

3. 1.3. Les alliances

  • 72 En effet, rien n’est dit sur l’alliance. Les éléments sur lesquels nous nous appuyons proviennent d (...)

249L’histoire et la définition identitaire des alliés peuvent être l’objet de longues descriptions ou réduites à un bref énoncé. Huit narrateurs informent sur les alliés. Quatre les présentent sur plus de 3 pages, que l’on trouve les informations dans le corps du récit ou que l’on soit renvoyé à une note ultérieure ou à une généalogie détaillée. Les quatre autres indiquent quelques données occupant moins d’une page. Trois récits n’apprennent rien, si ce n’est, pour l’un, le nom de l’épouse et la profession de son père. On s’est demandé pourquoi rien n’avait été fixé sur ces alliés. La raison n’est pas dans leur origine rurale, car parmi les 8 autres, il y en a aussi qui ne sont pas lyonnais. Est-elle dans le fait qu’ils ne puissent pas s’en honorer ? On sait que l’épouse de l’enracineur du récit de Julien Bélors est petite-fille d’officier ; si le narrateur ne l’identifie pas à partir de son père, est-ce pour cela ? Concernant le récit de Cyril Ramel, on peut supposer une alliance entre cousins germains72. Enfin, pour le récit d’Élisabeth Durieux, il n’y a aucune allusion à l’épouse de l’ascendant enracineur, mais il n’y en a pas plus pour l’ascendant précédent et pour le suivant : est-ce l’objectif pragmatique qui ôte de l’importance à la considération des alliances ?

250Six ascendants enracineurs ont contracté des alliances avec des familles de condition supérieure à la leur. Les narrateurs le font remarquer explicitement, à l’exception d’un – Lilian Collas – qui ne précise pas que les alliés de son ascendant appartiennent à la noblesse, même si tout le montre dans la description de son mode de vie. On se demande pourquoi. Ce n’est sans doute pas par pudeur à l’égard de l’enracineur qui est le père du narrateur, car un autre narrateur est dans le même cas et n’hésite pas à concevoir l’alliance de ses parents comme productrice d’une ascension sociale. Cette information n’a-t-elle pas de pertinence ou au contraire doit-elle être tenue sous silence ? Ces alliés sont les grands-parents maternels du narrateur (les beaux-parents de son père) qui lui ont tenu lieu de parents, après les événements tragiques que sa famille a vécus. Demeurent-ils dans l’imaginaire familial comme tels ?

251Que sait-on des épouses elles-mêmes ? Six d’entre elles résident à Lyon avant le mariage. Elles ont alors donné à leur époux l’accès à l’élite bourgeoise lyonnaise. Mais elles ne leur ont pas seulement ouvert leurs relations sociales ; elles leur ont offert aussi des relations familiales au point que les belles-familles ont pu devenir pour certains plus que des alliés : leur famille. Cette intégration par mariage dans les élites de la cité est bien, comme le dit André Burguière dans ses travaux sur les récits bourgeois des XVIIe et XVIIIe siècles, une étape-clé dans la trajectoire des ascendants de la lignée patrilinéaire parce qu’elle porte en elle la signature d’un droit de bourgeoisie. Elle est le signe de l’accomplissement du parcours initiatique des enracineurs et celui de la réussite sociale de toute la lignée patronymique avec eux. Dans cette intégration, le mariage fait date. C’est lui qui fait acquérir imaginairement le droit de bourgeoisie et fait changer le cours de la trajectoire sociale de la famille. Il est une véritable investiture pour la lignée patrilinéaire.

252Les autres épouses ont émigré avec leur époux ou en vue du mariage. Elles sont ou non de condition supérieure et peuvent même appartenir à la noblesse. Quelle influence ces alliances ont-elles sur les enracineurs ? Ont-ils été moins considérés comme bourgeois ? On a très peu d’informations, mais on constate qu’ils n’en sont pas pour autant moins présents dans les élites de la ville. Le seul cas qui peut renseigner est celui de l’enracineur du récit de Thierry Guilbert. Il a épousé une femme appartenant à la noblesse. Il a laissé des écrits dans lesquels on peut lire sa grande solitude. Il dit qu’au jour de son mariage, il commença les peines les plus cruelles de sa vie. Sa peur récurrente, tout au long de sa vie professionnelle et familiale, a été de perdre sa réputation, son honneur et sa famille et de laisser ses enfants dans la misère. Le témoignage de cet enracineur apparaît très intéressant, car il peut faire comprendre la différence entre les cas où l’alliance est lyonnaise et les autres.

253Dans tous les cas, les enjeux inhérents aux alliances de condition supérieure et le risque individuel sont les mêmes, mais dans le premier cas, ils sont soutenus par les réseaux de sociabilité des épouses dans la cité, et dans le second, ils apportent tension et inquiétude. La réussite n’a pas été moindre pour cet enracineur, et même politiquement, elle fut fulgurante pour un Ardéchois qui devint conseiller municipal et adjoint au maire de Lyon, et conseiller général de l’Ardèche. Ses alliés étaient-ils de condition supérieure aux alliés nobles des autres enracineurs ? Il semble bien. Avaient-ils un réseau dans des cercles spécifiques ? Car ce fut le seul enracineur qui eut des mandats municipaux dans la cité. Le manque de réseau, on en a un autre témoignage, dans le récit de Julien Bélors, mais pas pour un enracineur : pour son fils devenu orphelin de père à l’adolescence, avec une mère non native de Lyon. Le narrateur insiste longuement sur l’importance de ce manque de réseau et la souffrance de son ascendant (son père). Il n’a jamais trouvé un travail à sa mesure, même si finalement il a épousé une femme appartenant à la noblesse.

254Quel profil les narrateurs donnent-ils de ces femmes ? On a de très brèves informations dans cinq cas. Elles sont alors dépeintes comme ayant joué leur rôle sérieusement auprès de leur mari et de leurs enfants. Les discours qui les décrivent sont plutôt conventionnels ou bien les situent dans la complémentarité de leur époux.

255Ainsi, si l’influence de ces familles alliées sur la destinée des enracineurs est certaine, elle n’est pas sans contrepartie pour eux. En effet, plusieurs ascendants ont eu la charge et le souci des biens de leur belle-famille. Ils apportent aussi parfois des sommes conséquentes qu’ils ne recouvreront qu’au décès de leur beau-père ou qu’indirectement, car les propriétés se retrouveront dans l’héritage de leurs enfants. Influence et intrication des intérêts patrimoniaux n’ont pas que des aspects édificateurs ; elles ont aussi leur envers. On le voit par exemple dans de petites indications laissant comprendre que les beaux-pères ont été de mauvais gestionnaires, ce qui a fait pâtir le mariage. Ainsi, grâce au niveau économique de leur famille d’origine, à leurs alliés, à leurs qualités de gestionnaire et à leurs mérites, les enracineurs ont réussi leur entrée dans l’élite lyonnaise. Avec eux, la lignée patrilinéaire a reçu son droit de bourgeoisie et commence à sortir de l’anonymat, mais non sans le renom de leurs alliés.

256Dans le récit de Camille Delérable, l’ascendant enracineur épouse, à 32 ans, une jeune fille – 18 ans – née à Lyon. Elle est la fille d’un marchand chapelier natif lui aussi de la ville, lui-même fils d’un fleuriste résidant à Lyon. Le narrateur exprime un attachement tout particulier pour le grand-père de cette épouse qui avait été soldat dans les armées de Louis XIV et avait signé, sur un acte de baptême : « Alfred Carme dit la France ».

Ce sobriquet savoureux était certainement un nom de guerre. [...] Il sera donc permis au descendant de cet Alfred Carme qui écrit ces lignes et qui a eu lui-même l’honneur de porter les armes, d’aimer à penser que ce nom de « la France » s’appliquait à un ancien soldat des armées royales, qui, après avoir guerroyé sous Louis XIV, dans un de nos vieux régiments [...] était venu finir sa carrière dans ce joli métier de fleuriste [...].

257L’enracineur a épousé la fille du directeur de la chapellerie dans laquelle il était entré, tout jeune, en arrivant à Lyon. Pour autant, il explique que les relations entre les deux familles existaient auparavant et étaient même étroites, puisque la jeune fille, à seize ans, se trouve être sa commère lors du baptême de l’un de ses neveux dont il était le parrain. Aussi avait-il été recommandé professionnellement, très vraisemblablement, avant d’arriver dans la cité.

Des relations assez étroites devaient exister avant ce mariage entre les familles Carme et Delérable, puisque nous voyons en 17~~, Émilien Delérable, étant parrain d’un de ses neveux Chomet, avoir pour commère sa future femme Isabelle Carme, alors âgée de seize ans. Peut-être l’idylle a-t-elle commencé à cette occasion. De plus, Émilien Delérable, au moment de son mariage, habitait la même rue que Joseph Carme et peut-être la même maison.
Tout cela rend assez probable l’hypothèse que Émilien Delérable débuta dans les affaires dans la maison de Joseph Carme. Peut-être était-il déjà associé avec lui au moment de son mariage.

258Le narrateur énonce les termes du contrat de mariage du couple dans ses parties principales sur une demi-page ; ensuite, il informe sur les bonnes affaires de l’entreprise de son bisaïeul avant son mariage, puis sur le frère de son épouse qui en était un associé. On apprend que l’enracineur prêtera une forte somme d’argent à son beau-père qu’il ne recouvrera qu’au décès de celui-ci. On voit aussi que son épouse prête la main aux travaux de l’entreprise. De cette alliance naquirent trois fils dont un seul eut des fils.

259Le narrateur présente à ses lecteurs la lignée alliée de leur enracineur comme un modèle de famille à travers de longues citations empruntées aux deux testaments des parents de l’épouse, ne pouvant rien citer sur sa propre famille, qui lui ressemble pourtant.

[...] On y saisit sur le vif l’admirable équilibre de la famille française bien peu de temps avant que la funeste législation révolutionnaire ne soit venue, par le partage forcé et le divorce, l’ébranler jusque dans ses fondements. Nous y voyons en effet, ce Benoît Carme dans la plénitude de son autorité paternelle, on pourrait dire de sa royauté familiale, disposer souverainement des biens, que, comme il le dit avec une simple grandeur, « il a plu à la Providence lui départir » et le ton général du document indique assez qu’il n’use pas, dans cette manifestation de ses dernières volontés, d’un droit arbitraire, soumis seulement à son caprice, comme on a souvent affecté de le croire, mais qu’il accomplit là un devoir sacré, vis-à-vis de la famille, dont il est le chef.

260On voit dans cette lignée alliée sa vision de la famille : un père dans la plénitude de son autorité paternelle, autrement dit, de sa royauté familiale, pouvant disposer souverainement de ses biens, mais n’usant pas de droit arbitraire ni soumis à son caprice. Il y trouve des alliés pour lui, pas seulement pour son ascendant ; avec cette lignée, il peut mieux persuader ses lecteurs des valeurs qu’il cherche à transmettre. Le procès relatant les faits concernant ces alliés occupe 13 pages sur les 48 consacrées à l’enracineur.

  • 73 Le narrateur ne dira jamais dans le récit que la lignée appartenait à la noblesse. Nous en aurons f (...)

261Dans le récit de Lilian Collas, l’ascendant enracineur épouse, à 32 ans, une femme de lignée noble née à Lyon. Elle a alors 20 ans. On apprend, dès les premiers mots qui la concernent, que ses parents habitaient à Lyon et qu’ils avaient deux propriétés dans lesquelles ils se rendaient régulièrement en saison. On apprendra à la fin du récit, dans une notice la concernant, que son grand-père paternel habitait un château à Vi. Le narrateur ne signale pas les professions des hommes de la lignée alliée73. On apprend aussi que la mère de l’épouse avait une sœur et un frère mais qui étaient décédés jeunes. Le mariage est projeté par l’intermédiaire de deux prêtres amis.

262Pour connaître les quelques renseignements qu’il possède sur la famille de sa mère, le narrateur renvoie le lecteur à un chapitre ultérieur dans lequel il fait part de l’histoire de cette famille (7 p.). Sur la vie de sa mère après son mariage, on apprend qu’elle a eu 8 enfants et qu’après les couches du dernier – le narrateur – elle ne s’est jamais bien remise, ce qui laissa dans son souvenir la mémoire d’une mère souffrante et alitée.

Ma Mère ne s’est jamais bien remise de ses couches après ma naissance : elle restait étendue sur une chaise-longue une grande partie de la journée ; jamais elle ne sortait ni ne descendait au jardin. Une seule fois je l’y ai vue : on l’y avait portée et y passa l’après-midi sur sa chaise-longue. Très active, elle souffrait de ce repos forcé. Ne pouvant faire des visites, de bonnes et fidèles amies venaient la voir et, pour lui créer des distractions, mon Père recevait souvent.

263Le narrateur a conservé, malgré tout, l’impression d’une vie familiale heureuse, jusqu’à l’âge de 6 ans, se souvenant que sa mère partageait également ce sentiment, même si, à cause précisément de ce bonheur, elle redoutait l’avenir !

Elle ne laissait rien paraître de ses souffrances physiques ou morales. C’est ce qui fait que notre vie à Bil. nous a laissé à tous l’impression d’une vie heureuse jusqu’en 18~~. Ma Mère d’ailleurs oubliant ses maux, disait que jusqu’alors tout leur avait réussi sous le rapport de la famille et de la situation, mais à cause de cette vie si uniformément heureuse, elle redoutait l’avenir.

264Le narrateur raconte que, très jeune enfant, il passait tout son temps en compagnie de sa mère étendue sur sa chaise-longue, faisant des ouvrages et lui des petits objets ; le dimanche, ils jouaient ensemble.

Madeleine [était] occupée aux soins du ménage et moi [je] passais la plus grande partie de la journée auprès de ma Mère ; elle m’avait donné une petite corbeille à ouvrage et j’avais aiguilles, canevas, laine et je lui tenais compagnie en faisant des coulants de serviette, pendant qu’elle-même faisait des ouvrages de tapisserie pour des maisons religieuses ou des Cures pauvres. Le dimanche nous laissions de côté nos ouvrages pour faire des parties de dames, nous jouions à la pyramide.

265Les relations du narrateur avec sa mère sont marquées par une très grande proximité. Mais sa mort, à 43 ans, survint alors qu’il avait 9 ans et qu’il avait contracté la même maladie épidémique qu’elle et que deux de ses sœurs. Elle mourut sans qu’il le sût, ainsi que l’une de ses sœurs – il était trop malade pour s’en apercevoir. Une autre de ses sœurs était déjà décédée deux mois plus tôt.

266Ces grandes épreuves ou, comme écrit autrement plus loin, ces affreux malheurs, ont resserré les liens de l’enracineur avec ses beaux-parents au point que ceux-ci devinrent sa famille.

Mon cher Père
... Je n’ai jamais douté de votre affection, mais c’est avec bonheur que j’ai recueilli cette parole que vous ne me considéreriez pas comme une branche séparée du tronc. Depuis vingt-trois ans j’ai pris la douce habitude de vous considérer comme ma propre famille ; vous m’avez toujours témoigné les sentiments les plus affectueux. À présent j’en aurai plus besoin que jamais. De mon côté, soyez bien convaincu que vous trouverez toujours en moi les sentiments du fils le plus respectueux et le plus affectionné. La perte de notre chère Laure doit resserrer les liens qui nous unissent, bien loin de les relâcher. Les affections de famille peuvent seules mettre un peu de baume sur les plaies vives causées par les affreux malheurs qui nous sont arrivés.

  • 74 Le père du narrateur avait 25 ans quand il perdit son père et 35 ans au décès de sa mère. Ainsi, à (...)

267Au moment de l’écriture de cette lettre, sa seconde fille n’était pas encore décédée. Avec ce courrier et ceux qui s’échangèrent durant l’année des décès et la suivante, le narrateur témoigne du lien étroit que son père entretenait avec ses beaux-parents. Il a trouvé en eux le réconfort d’une famille et eux trouvèrent en lui un fils74.

268Dans le récit d’Auguste Armand, l’ascendant enracineur se marie à 34 ans : il est depuis deux ans maître-chirurgien, notable bourgeois de Lyon et sa boutique est installée en plein cœur de la ville. Il fait un brillant mariage qui l’implante définitivement dans la bourgeoisie lyonnaise. Il s’allie en effet à une famille issue d’un marchand drapier à Lyon au XVIe siècle qui a eu des descendants notaires et avocats au parlement qui avaient des propriétés.

En 17~~, Jacques-Edmond Armand fait un brillant mariage qui l’implante définitivement dans la bourgeoisie lyonnaise. En effet, sa belle famille était issue d’un marchand drapier à Lyon au XVIe siècle. Les descendants de ce dernier ont acquis des charges de notaires et d’avocats au parlement. Ils étaient propriétaires de nombreuses terres en Lyonnais et en Nivernais.

269Son épouse a alors 25 ans. Par le contrat de mariage, on apprend qu’elle est orpheline. On saura par la généalogie concernant sa famille que son père est décédé le mois précédant son mariage, et sa mère alors qu’elle avait 12 ans.

  • 75 Dans le procès identificatoire de l’épouse de cet enracineur, elle n’est considérée comme sujet qu’ (...)

270Si cette alliance était brillante, il n’en demeurait pas moins que le dernier descendant de cette lignée – le beau-père de l’enracineur –, notaire, avait fait de mauvaises affaires et perdu en grande partie sa fortune. Aussi, dans l’immédiat, ce mariage n’apporte pas grand chose à l’enracineur. Mais le narrateur explique que son ancêtre reprend les affaires de sa belle-famille et récupère les biens perdus, dont principalement une propriété que possédaient depuis près d’un siècle ses alliés. Finalement, au décès de son épouse, il restera une assez jolie fortune. L’enracineur deviendra tuteur de son très jeune beau-frère après la mort de son beau-père, dès le début de son mariage. Il eut treize enfants dont sept sont morts jeunes, et seuls deux filles et un fils eurent une postérité. Ainsi le mariage de cet ascendant enracineur est d’abord une alliance avec une lignée brillante mais qui a subi un revers de fortune75. Mais l’ancêtre s’en est rendu solidaire.

  • 76 Faut-il prendre en compte la figure de la bonne bourgeoisie lyonnaise en tant qu’elle est une bourg (...)
  • 77 La faillite retentissante du père de l’épouse est un événement bien connu à Lyon, dont tous les con (...)

271Dans le récit de Damien Palluis, on peut voir l’ascendant enracineur entrer à 31 ans dans la bonne bourgeoisie lyonnaise76 par son mariage. Son épouse est la fille d’un agent de change ayant pignon sur rue à Lyon, appartenant à une lignée anoblie par échevinage, et d’une mère de lignée noble aussi. Il y a très peu d’informations sur l’épouse, pas même sa date de naissance. On sait qu’elle mourut alors que son aînée venait de se marier et que son dernier avait 6 ans. On apprend, par contre, qu’elle apporte une somme d’argent au mariage et qu’elle a une propriété, mais il n’y a pas de contrat de mariage ni de solidarité prévue d’avance de la lignée alliée vers la patrilinéaire, comme dans les générations précédentes. Sans doute la cause en est-elle dans la faillite retentissante du père de l’épouse survenue un an après le mariage et déjà annoncée au moment de le conclure77 ; cette faillite fait évanouir complètement tout ce que le ménage de H.B. Bétiny pouvait escompter recevoir, commente le narrateur.

272Pour les cas dans lesquels les alliances ne sont pas lyonnaises, on peut lire que l’ascendant enracineur de Florent Reynaud, par exemple, épouse une femme de 20 ans, appartenant à une famille honorable et estimée de G. (Rhône), « simple et droite, exclusivement dévouée aux modestes devoirs de la mère de famille, douée par-dessus tout de cette activité et de cet esprit de commandement qui allaient lui devenir nécessaires pour élever et diriger sa nombreuse famille ». C’était la compagne qu’il fallait à cet homme.

273L’ascendant enracineur de Marie-Joséphine Detilleul s’associe avec une famille distinguée, dont la mère lui voulait du bien et reconnaissait en lui « des qualités de cœur et d’esprit dans les premiers temps où il fut à Lyon » ; c’était elle et les personnes de mérite qui l’entouraient et à qui il avait été recommandé, qui lui avaient fait « avouer que sa vocation [religieuse] était légère et qu’il ne prenait cet état que pour en avoir un honnête ».

3. 1.4. L’intégration à Lyon

274Les narrateurs décrivent tous la participation active de leur enracineur à la vie économique, sociale et politique de leur commune lyonnaise. Elle a pris pour certains des dimensions dramatiques et même tragiques, comme durant la Révolution. Les sept enracineurs qui ont travaillé dans la fabrique et le négoce ont investi dans la cité d’abord en termes de constructions et de commerce local, national et international, mais aussi, pour cinq d’entre eux, sous des formes socio-politiques, et pour trois autres, sous des formes scientifiques (formes cumulées parfois). On trouve trois récits qui citent un engagement de l’enracineur dans l’administration de l’Église catholique ou dans les paroisses.

275Mais ces engagements ne se manifestent que rarement par des fonctions clairement identifiées d’administration de la cité ou par des mandats électoraux pour les périodes post-révolutionnaires. Les enracineurs apparaissent plutôt comme des investisseurs, ils ont pris des risques, ont innové dans leur secteur (économiquement mais aussi scientifiquement) et fait bénéficier de leurs compétences leur environnement. Ils sont de grands travailleurs et des gestionnaires habiles dans leur domaine. Grâce à leur réussite et grâce à la conjoncture qui l’a encouragée, ils ont tissé un réseau de relations sociales étendu et intégré à l’élite de leur localité.

276Ces investissements professionnels et économiques ont amené tous les enracineurs à accroître leur patrimoine, jusqu’à atteindre une aisance substantielle. Pour les 7 enracineurs dans la fabrique et le négoce, les narrateurs s’attardent dans la description de leur ancêtre et de sa fortune. Pour les 4 autres, les choix sont différents. La place donnée à l’aspect professionnel de la vie de leur enracineur varie : par exemple pour un, tout le chapitre qui le concerne est dédié à sa vie professionnelle, mais pour un autre, on a seulement deux énoncés. Quant à l’état des fortunes, deux cas sont exposés précisément.

277Les narrateurs présentent tous, cependant, les enracineurs comme des hommes modestes. Dans cinq récits, ils sont dits explicitement méritants. C’est leur entourage qui a trouvé en eux des personnalités attachantes. Ils n’apparaissent jamais comme cherchant la gloire et le profit pour le profit. Ils font profiter ceux qui leur sont proches : famille, amis, relations professionnelles, élèves, etc. Les narrateurs décrivent plus longuement les mérites qui reviennent à leur vie professionnelle et sociale, et à la réussite de leur intégration dans la cité, au regard des difficultés qu’ils ont eues à affronter. Ils mentionnent le parcours éprouvant de leur recherche d’une situation professionnelle et d’une vie décente à leurs yeux, l’absence ou l’étroitesse de leurs réseaux lyonnais de sociabilité ; même lorsqu’ils ont une recommandation ou un frère déjà présent dans la cité, on les voit affectés.

278Les enracineurs sont ainsi des hommes qui ont pris des risques individuels. Ils en ont récolté les fruits, mais aussi en ont perdu la vie. Dans tous les cas, leur parcours est exceptionnel, sans rapport avec aucun autre dans leur lignée. Ils ont été des initiateurs de leur temps et toujours des personnalités à la fois fortes et modestes. Ils ont pesé sur l’avenir de leur localité et sur leur descendance. Ils sont ces membres des familles qui ont eu un rôle dans l’histoire grâce auquel leurs descendants sortent de l’anonymat, sont investis d’une appartenance identitaire spécifique et héritent de leur rayonnement et de leurs droits. Ils ont enraciné la lignée paternelle dans l’élite bourgeoise locale. Ils sont la preuve qui légitime son appartenance à cette élite et qui donne à leurs descendants leur crédit à l’ancienneté, c’est-à-dire leur poids social dans la mémoire collective de la ville.

279Ils sont attachants pour les narrateurs comme ils l’ont été pour leur entourage. Ils provoquent des sentiments qui n’apparaissent pour aucun autre, sauf parfois pour leurs enfants, de telle manière que le lecteur ne peut que s’y intéresser et même être porté à s’identifier. Ils sont explicitement l’objet de la reconnaissance des narrateurs et sont remerciés pour ce qu’ils ont fait pour leur famille.

  • 78 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 35-36.

280Mais mettre en évidence l’intégration à la cité, et avant cela, les émigrations rurales, c’est faire apparaître que l’enracinement n’est pas immémorial. C’est évaluer son rang dans son groupe d’appartenance et c’est risquer de le voir évaluer par les autres, notamment comme parvenu. Mais toute l’histoire des ascendants précédant les enracineurs montre que la famille était déjà d’origine bourgeoise avant d’arriver à Lyon. Aucun enracineur n’a un père laboureur. Comme dans les récits généalogiques bourgeois des Velluti et ceux des temps modernes, les familles ont deux origines : une origine rurale et une origine lyonnaise. Le dédoublement de ces origines permet, comme le dit André Burguière, de rejoindre cet immémorial nécessaire pour signifier l’ancienneté et la continuité, mais aussi de pouvoir affirmer un droit à demeurer au sein de l’élite lyonnaise, droit qui a été acquis par l’ancêtre enracineur et qui sera confirmé par la suite grâce au maintien des qualités que la ville d’accueil a reconnues chez le nouvel arrivant78. Les récits généalogiques n’ont pas pour finalité de faire disparaître l’image de parvenu que pourraient en avoir les narrateurs ou leur famille, l’appartenance bourgeoise étant déjà acquise depuis plusieurs générations au moment de leur écriture. C’est plutôt la confirmation de ce droit à demeurer et du crédit que leur famille a eu dans le passé, quand ils réalisent que le doute ou le soupçon peut affecter les équilibres identitaires de leur lignée.

281Enfin, les narrateurs n’ont jamais évoqué chez les enracineurs la moindre souffrance due à la rupture avec leurs racines. Au contraire, ils les montrent en relations avec leurs familles, soit parce qu’ils retournent régulièrement dans les lieux de leurs origines pour affaires ou pour faire profiter de leurs positions socio-politiques, soit parce qu’ils retrouvent leur famille sur les propriétés que leurs parents possédaient et dont ils hériteront pour la plupart, soit parce qu’ils sont en lien avec leurs frères ou leurs enfants mariés au pays. Ainsi, la multilocalisation de la vie familiale, l’héritage des propriétés, les relations fraternelles et les alliances des enfants invitent à ne pas conclure à une radicalisation des ruptures. Les souffrances que les narrateurs évoquent sont bien en rapport avec l’émigration, mais elles concernent la dureté de l’effort d’enracinement. Aussi, si les lecteurs des récits sont invités à compatir, c’est avec cet effort-là qui a abouti à introduire la famille dans l’élite locale et sa mémoire dans la mémoire collective de la cité.

282Dans le récit de Camille Delérable, les événements importants relatés par le narrateur au sujet de l’enracineur, hormis ceux qui se rapportent à ses alliés, touchent à ses affaires dans l’industrie de la chapellerie et surtout aux circonstances tragiques de sa mort durant la Terreur. Pour ce qui concerne la chapellerie, on apprend que beau-père et gendre s’associeront, puis les deux beaux-frères, puis d’autres associés, et enfin père et fils. Les capitaux investis et les bénéfices des inventaires sont mentionnés pour les différentes époques. L’industrie est prospère. L’aïeul devient riche et considéré. Il est préoccupé de l’éducation de son aîné.

Les deux aînés furent élevés chez M. Cerlin, à Saint-R. De 17~~ à 17~~, les deux derniers furent mis en pension à la congrégation des Prêtres Missionnaires de Saint J. de Lyon. L’éducation du fils aîné, Joseph-Alphonse, fut particulièrement soignée.

283Pour ce qui concerne la Révolution, le narrateur relate les événements que son ascendant et sa famille ont vécus à partir du moment où l’ancêtre « fit partie, comme commissaire, du comité de surveillance » d’une section. Il avait alors 60 ans. Il fut arrêté puis guillotiné. Le narrateur cherche à laisser trace, pour ses lecteurs, de l’épreuve tragique qu’a été cette période. Il présente les jugements, actes officiels et lettres qu’il a en sa possession pour montrer à ses lecteurs l’homme droit qu’a été son ascendant. Par exemple, il cite une première lettre écrite aux représentants du peuple avant l’arrivée de Collot d’Herbois et de Fouché.

Le citoyen Émilien Delérable, marchand chapelier de cette ville, âgé de 60 ans, prie les représentants du peuple que, dans le cas où il fût fait quelque dénonciation pour lui, en vertu de laquelle on crût devoir le traduire, d’ordonner préalablement qu’il soit amené par devant eux pour y déduire ses motifs.

284Lorsqu’il ne peut pas attester, ou lorsqu’il désire évoquer l’univers dans lequel ont pu se trouver son aïeul et sa famille, il sollicite des témoignages émouvants comme ceux qui évoquent le passage des prisonniers devant le tribunal révolutionnaire, dans la Maison des recluses, dans la cave des condamnés, etc.

Les prisonniers, destinés aux immolations quotidiennes, étaient, par ordre de la Commission de Surveillance, amenés à la Maison Commune des diverses prisons de la ville, quelques-uns sur des charrettes, le plus grand nombre à pied et par bandes composées souvent de plusieurs centaines d’individus, sans compter les hommes armés qui les escortaient. Les malheureux étaient attachés les uns aux autres au moyen d’un câble ; c’est ce que l’on appelait la chaîne.

285Le narrateur explique que les affaires cessèrent avec l’arrestation de son aïeul et ne reprirent qu’après la Terreur, au milieu des plus grandes difficultés, avec le fils aîné, puis les deux autres fils, puis un seul en association avec celui qui deviendra son beau-père.

286L’enracineur du récit de Lilian Collas occupe tout son temps dans ses activités de notaire jusqu’au décès de sa femme. Puis il partage sa vie entre ses activités professionnelles et ses responsabilités familiales qu’il assume seul avec l’aide de ses enfants aînés. On le voit auprès de ses enfants, recevant les confidences de l’un qui désirait être prêtre, soutenant les études de tous, empêchant qu’une de ses filles ne prenne la place de sa mère auprès de lui comme maîtresse de maison, ce qui aurait pu l’empêcher de se marier un jour, préoccupé par la maladie de sa petite-fille et partant en pèlerinage avec elle et sa fille, cherchant à soigner l’un de ses fils qui mourra à 30 ans, vigilant pour les mariages de chacun de ses enfants, etc.

287Il achète une propriété à Tr. avec un vigneronnage ; il avait alors 63 ans et le narrateur 17 ans : on trouve la photographie de cette propriété dans le recueil. Il y passe tous les printemps et étés, de mai à octobre et réserve son mois de septembre pour accueillir ses enfants qui désirent venir : le narrateur décrit son père tout heureux au milieu de ses petits enfants

Chaque ménage amenait sa domestique, mais il n’y avait qu’une seule direction entre les mains de notre chère Claire, qui avait bien voulu s’en charger. Et le Père était tout heureux au milieu de ses enfants et petits-enfants.
Ceux-ci, chaque matin, après toilette faite, et avant de descendre à la salle à manger pour leur premier déjeuner, frappaient à la chambre de Grand-père qui leur ouvrait en leur distribuant des gâteaux (palmers ou biscuits), dont il avait toujours une provision dans son placard pour ce moment-là.

288Après l’emménagement à Lyon, il a continué de recevoir chaque vendredi soir, pour un thé, ceux qui pouvaient y venir. Que ce soit à Tr. ou à Lyon, « il n’y eut pas le moindre nuage, ni la moindre contrariété ».

289Son histoire lyonnaise est brève puisqu’il habite la ville sept ans seulement. Mais tout, dans cette histoire, l’amène à fréquenter la ville ; ses affaires, mais aussi les études de ses enfants, et surtout sa belle-famille qui y est installée. Son mode de vie est multilocalisé. Bil., Lyon, Donvie, Ra., Le Verdeau, Tr., tous ces lieux sont, dans ce récit, les métaphores de liens familiaux chaleureux et très étroits malgré ou peut-être à cause de la souffrance qui affecta chacun des membres de la famille, en cette année où la mort les endeuilla. Mais, on le sait, tous ces lieux se sont évanouis pour le narrateur après la mort de ses parents. Le narrateur ne situe jamais la fortune de l’enracineur.

290Après son arrivée à Lyon, l’ascendant enracineur d’Auguste Armand est aspirant-chirurgien à l’Hôtel-Dieu. À 27 ans, il passe un concours et devient garçon-chirurgien, pour servir les pauvres, pendant au moins deux ans, puis à 32 ans, maître-chirurgien.

En tout cas, [en] 17~~, il est aspirant chirurgien à l’Hôtel-Dieu. Puis [en] 17~~, il est admis, sur concours, comme garçon chirurgien, toujours à l’Hôtel-Dieu.
En 17~~, il est reçu maître chirurgien à Lyon, avec tous les avantages que comporte ce titre, entre autre la qualification de Notable Bourgeois de la ville, et le fait d’être exempt des tailles et corvées. Il s’installe quai S., où, sans doute, avait-il boutique. Puis en 17~~, rue M., et en 17~~, rue de la M. Plus tard, il habite rue T.

  • 79 On trouve dans l’inventaire des documents servant de preuves à l’histoire familiale, les actes ment (...)

291Cet ascendant est reçu maître-chirurgien après au moins treize ans d’études et de pratique hospitalière. Il obtient tous les avantages que comportait son titre, c’est-à-dire contracte la qualification de notable bourgeois de Lyon et est exempt des tailles et corvées79. Il installe peu après sa boutique dans une rue de la ville. Il aura plus tard des élèves dont l’un de ses neveux. Le narrateur produit l’inventaire de ses biens.

292Ainsi, le narrateur présente son ascendant enracineur comme ayant retrouvé à Lyon le droit de bourgeoisie qu’il avait perdu en quittant le sol de ses pères. Mais il ne l’a pas acquis par héritage comme ces derniers. Il l’a obtenu au titre d’un investissement personnel notoire, risqué et exigeant : il est un homme de mérite et fait l’honneur de la lignée. Malgré la rupture avec son lieu d’origine, cet ascendant reste un homme de la continuité, mais d’une continuité qui doit se gérer et se défendre, que ce soit pour l’intégration dans son élite, pour son patrimoine et celui de son épouse ou pour sa profession (ses disciples).

  • 80 Il y avait dans cette fratrie un quatrième fils, qui eut une fille. Il n’y est fait aucune allusion (...)

293En effet, le narrateur explique aussi que l’enracineur hérite d’une somme d’argent de la succession de ses parents et de l’un de ses oncles, et qu’il possédait de l’argenterie et deux tableaux de famille. Mais cette succession fait l’objet d’un long procès avec son frère qui dure plus de vingt ans. Le narrateur indique son montant mais reste discret sur ses enjeux. Seuls les documents officiels joints plus avant dans le recueil montrent qu’il s’agit d’un procès avec le frère qui fit souche à Sainte-T., l’aîné. L’émigration exige-t-elle de devoir défendre aussi sa place face à ses frères restés sur le terrain des racines ? Ce n’est pas la première fois que des enjeux de fratrie sont notés par le narrateur. Aux générations précédentes, il y en eut aussi. En effet, ce fut déjà le cas pour le père de l’enracineur qui est un 9e enfant et un 3e fils sur 4 garçons, et a été désigné comme l’héritier universel par son père. Pourquoi ce fut ce troisième fils qui devint héritier universel ? On apprend que l’aîné n’avait pas de postérité et que le cadet, décédé alors, avait fait un mariage qui déplut à son père, ce qui fit que ses enfants ne reçurent que des petits legs de leur grand-père80.

Amédée Armand épousa en 16~~ Priscille Sorlet dont il eut de nombreux enfants, mais Guillaume, son fils aîné n’eut pas de postérité. Louis, le cadet, fit un mariage qui ne convint pas à son père, et de plus, il meurt prématurément. Il avait des enfants, mais ils ne reçurent que des petits legs lors du testament de leur grand-père. L’héritier fut donc Émilien Armand, le neuvième enfant d’Amédée.

294À la génération encore antérieure, il y eut aussi des enjeux dans la fratrie : deux enjeux entre deux frères, l’un portant sur leur rang de primogéniture et l’autre sur la succession d’un mas appartenant à leur père. Pour ce qui concerne le premier enjeu, on l’apprend parce que le narrateur n’a pas de preuve certaine sur le rang de son ancêtre. Il se demande qui, de celui-ci ou de son frère, est l’aîné.

Il est difficile de dire si Amédée était l’aîné, ou si c’était son frère Louis. En effet, Amédée serait né en 16~~, Louis en 16~~. Mais dans tous les actes Louis est cité avant Amédée.

  • 81 Le recueil contient 4 actes faisant la preuve de l’ordre dans lequel les deux frères sont toujours (...)

295Les documents que le narrateur possède se contredisent sur les dates de naissance de ces deux frères. D’un côté, tous les actes citent un même ordre de primogéniture dans lequel son ascendant direct est placé en second, mais de l’autre côté, cet ascendant a une date de naissance qui prouve le contraire. Le narrateur prend le parti de le considérer comme l’aîné, c’est-à-dire au titre des dates81, sans s’expliquer davantage.

296Quant au second enjeu, il s’agit du partage de la succession paternelle entre ces deux frères, l’un estimant avoir été lésé par l’autre (l’ascendant du narrateur). Le procès se conclut à l’amiable. Mais cet enjeu, s’il s’arrête dans les faits sur une transaction, est-il pour autant réglé ? Ne rejoint-il pas l’enjeu précédent ? Car dans l’énoncé, aujourd’hui, on trouve une erreur qui concerne encore cette génération. En effet, dans la généalogie de la lignée, on peut lire que l’ascendant de cette génération porte le même classificateur que son père. Il est ordonné au rang « II » au lieu de « III » et de ce fait a le même rang que celui de son père : il y a donc deux rangs « II » et aucun ascendant portant le rang « III ».

I - Thierry Armand

II - Edmond Armand

II - Amédée Armand

IV - Émilien Armand

V - Jacques-Edmond Armand [etc.]

297On n’y aurait pas prêté attention si dans la version manuscrite précédente, on n’avait pas remarqué sur les mêmes rubriques une autre erreur, mais cette fois dans les termes suivants : le chiffre romain « III » qui ordonne bien le rang de l’ascendant est raturé sur ses deux premières barres laissant seulement lire le chiffre « I » : le même rang donc que celui du premier membre prouvé. Ainsi, dans la première version, le chiffre « III » laisse la place au chiffre « I » puis, dans la deuxième version, il disparaît pour donner le même rang « II » au père et au fils ! Deux places sont tour à tour doublement occupées mais une autre est chaque fois laissée vacante. L’ascendant de cette génération est donc par un premier lapsus à la place occupée par le premier du nom de la lignée et par un second, à la place de son père qui semble l’avoir privilégié par rapport à son frère. Il n’aura jamais un rang clairement défini, ni dans sa fratrie, ni dans sa lignée !

298Quelles hypothèses peut-on proposer à propos de ces lapsus ? Sont-ils le signe d’un ratage que la mémoire de la descendance retient à son insu concernant l’ordre des générations : un trou et une confusion ? Ou bien, et plutôt, sont-ils le résultat de la question brûlante – déjà identifiée dans le récit de Camille Delérable – du premier membre du nom, pas tant du premier de tous les ascendants (le rang « I ») mais du premier dans la génération, c’est-à-dire de l’aîné ou de l’héritier universel du père ?

299Ainsi, parmi les ancêtres nés à Sainte-T., les trois qui ont eu des fratries ont été pris dans des enjeux entre frères : Louis se sent lésé par rapport à Amédée, l’héritier universel, puis, à la génération suivante, Louis, le second du nom, est lésé par rapport à Émilien, l’héritier universel et enfin, à la génération de l’enracineur, ce dernier est lésé par rapport à Guillaume, l’héritier universel resté sur les terres de Sainte-T. De tels enjeux n’apparaîtront plus pour les ascendants nés à Lyon dont plusieurs ont pourtant bien eu des frères.

300Est-ce la terre originaire qui provoque de tels enjeux ? Être le premier de sa fratrie à porter le nom est-il un enjeu si puissant qu’il reste inscrit dans la lettre plusieurs générations après, lorsque l’on se met à transmettre l’histoire familiale ? Un sentiment d’injustice ou de culpabilité se transmet-il dans la lignée à travers l’expression de l’un de ses membres, le narrateur ? Être le premier du nom et être l’héritier universel sont-ils des préoccupations identitaires que la mémoire ne perd pas, malgré l’oubli ?

301Dans le récit de Damien Palluis, on peut lire que l’ascendant enracineur s’installe en rachetant une étude qui ne pouvait, selon le narrateur, que lui assurer un avenir confortable. Les premières disponibilités qu’il peut accumuler lui permettent d’acquérir une terre, non sans l’aide de son père, sur laquelle il fait construire un château. D’autres achats de biens immobiliers suivent, en très grand nombre, grâce à l’activité exceptionnelle due au percement de la rue Impériale. Deux testaments de l’ascendant permettent d’avoir une idée précise de ses biens. En fin de récit, le narrateur appelle ses descendants à se souvenir de cet homme qui leur permet de vivre encore ensemble sur les terres qu’il a acquises.

  • 82 S’agissant du récit de Cyril Ramel, on voit que la position d’enracineur, dans une localité plus pe (...)

302Dans le récit de Cyril Ramel, l’enracineur monte un commerce d’alimentation en gros qui ravitaille toute la région. Il court la montagne pour y vendre les produits de la plaine et y acheter les fromages de Gex et part à Lyon, à pied, voyageant deux nuits et un jour pour arriver à l’ouverture du marché. Cinq ans après son installation dans le bourg, ses affaires prospèrent et il fait bâtir la Maison mère pour son commerce, son logement et des logements supplémentaires. Il y fait des réalisations de grand luxe. Plus tard, il construit, adossée à cette première bâtisse, une seconde maison et se trouve avoir ainsi constitué une propriété complète. Il fait partie des familles aisées de la petite ville. Le narrateur conclut son histoire en affirmant sur un ton lyrique que lui et les siens lui doivent le bonheur de leurs vacances, la santé qui leur permet de jouir pleinement des beautés du pays et la transmission des grands principes qui font le bonheur des familles82.

303Le grand-père enracineur de Fabrice Adelin monte une fabrique de draps de laine et fait du commerce international. Il réside dans le 2e arrondissement à Lyon et a une propriété de campagne très étendue à l’ouest de la ville. Mais un long procès pour nuisance sonore contre son entreprise apporta le trouble durant de longues années. Il n’y eut jamais de jugement car « la Révolution laissa la chose en suspens, faisant disparaître l’usine et son propriétaire, le persécuté et le persécuteur ». Chef de la milice bourgeoise de son quartier, il prit part en effet à la défense de la ville et fut exécuté sur la place des Terreaux, à l’âge de 60 ans. Le narrateur fait part de la mémoire orale et des documents qu’il a recueillis sur ces moments qui touchèrent son père alors âgé de 17 ans et sa famille.

3. 2. L’installation dans un mode de vie grand bourgeois

304Après avoir exposé l’histoire de leur enracineur, les narrateurs poursuivent leur récit avec celle de ses descendants. Ils désignent chacun un nombre variable de générations de ces descendants et un nombre variable de descendants dans une génération. Quelle intentionnalité les a-t-elle amenés à décider de leur présence dans leur récit ? Ils mentionnent de 1 à 4 générations après leur enracineur. Tous consacrent au moins une notice à la première génération. Mais 6 seulement sur 11 informent sur la génération des petits-enfants, avec des différences dans l’ampleur des données : trois avec des notices spécifiques sur la troisième génération et un seul sur la quatrième.

305De plus, on observe que 5 narrateurs sur 11 font référence à leur propre génération. Deux la présentent longuement. Les autres y font allusion dans la notice concernant leurs parents. Quatre informent sur leurs enfants : pour trois d’entre eux, c’est au sein de leur propre notice.

306On a cherché à comprendre l’intentionnalité qui a amené chacun des narrateurs à se limiter dans l’information à un nombre spécifique de générations lyonnaises. Pourquoi certains renseignent-ils sur une seule de ces générations et d’autres sur plusieurs ? Avant l’enracineur, la limite du nombre de générations provient de l’ampleur que les narrateurs réussissent à donner à leur mémoire des racines rurales. Après lui, la limite est-elle, à l’autre extrême, la dernière génération née à Lyon ? On a constaté que ce n’était pas le cas. D’autres en ligne directe ont continué de vivre à Lyon. Quels facteurs, alors, amènent les narrateurs à arrêter leur récit sur l’une ou l’autre des générations ? Est-il possible qu’ils veuillent mettre en évidence, comme ils l’ont fait pour les générations rurales, des qualités communes aux membres de la descendance, dans l’héritage de l’enracineur ? C’est le cas quand on considère les deux premières générations : l’enracineur et ses fils partagent un même destin. C’est différent pour les générations suivantes.

307La première génération reproduit, sous différentes modalités, le parcours de l’enracineur. Quasiment tous les fils ont repris le même métier que leur père, qu’ils aient été 1er, 2e ou 3e fils. Pour la ligne directe des narrateurs, c’est le cas de 9 sur 11. En ce qui concerne les fils des 6 enracineurs entrepreneurs ou négociants lyonnais, ils poursuivent tous dans les affaires de leur père, qu’ils y soient entrés ou aient pris la suite, ou encore les aient développées à Lyon, à Paris ou à l’étranger pour leur donner de l’expansion, qu’ils y aient réussi ou non. Aucun, par ailleurs, ne fait d’études, comme leurs pères respectifs.

  • 83 On trouve une exception dans le récit de Damien Palluis, où l’un des deux fils est jésuite.
  • 84 Il s’agit de la famille Ramel dont le récit a pour centre la commémoration d’une maison dans les en (...)
  • 85 Il y aura bien un autre médecin-chirurgien dans la génération suivante, mais ce sera un neveu, comm (...)

308Concernant les fils des 2 enracineurs qui ont eu une profession juridique, ils ont aussi fait carrière dans cette profession, les uns dans le même métier que leur père et les autres dans des métiers proches, faisant tous des études de droit comme leur père83. Par contre, concernant les fils des 3 enracineurs de profession scientifique, ils font des études supérieures comme leur père, mais on constate la reproduction dans le seul cas du fils du médecin84. Dans les deux autres cas, pour l’un, médecin-chirurgien, il y a un seul fils : il fait du droit85. Pour l’autre, il y a deux fils : on n’a pas d’information sur l’aîné, mais le cadet fait aussi du droit et entre dans l’entreprise de son beau-père par nécessité et la gère tout en portant tous ses intérêts vers le droit, les sciences et les arts. Ainsi, tous les fils de ces 5 enracineurs font, comme leur père, des études supérieures et ce sont des études de droit dans 4 cas sur 5. Les fils de scientifiques sont représentés avec un intérêt particulier pour la culture, chacun à des degrés différents, mais explicitement signifié.

309À quoi répondent ces fils d’enracineur en partageant le même destin professionnel que leur père ? Répondent-ils aux attentes des pères qui avaient investi dans leur initiation ? L’intégration sociale après émigration rurale exige-t-elle une reproduction du destin du père par le ou les fils ? Stratégie de chaque génération – de l’une, de l’autre ou des deux – ou bien loyauté de la seconde envers la première ? Les fils qui font exception sont les seuls à avoir eu un père salarié par l’État après concours (pour l’un, seulement une partie de sa vie), ayant enseigné et eu des attentes culturelles. Le secteur public et l’enseignement libèrent-ils de la nécessité de reproduire ? Assurent-ils moins l’avenir ? Invitent-ils à anticiper différemment ? Offrent-ils une disponibilité plus grande à la culture ?

310Sept fils en ligne directe des enracineurs lyonnais épousent des femmes résidant à Lyon, un s’allie avec une femme de l’aristocratie savoyarde et pour deux, on n’a aucune information. Cinq étant nés d’une mère lyonnaise, il s’agit pour leur lignée d’une deuxième alliance dans la localité. Deux épousent pour la première fois une Lyonnaise. On peut remarquer, selon les cas, deux effets variables de ces alliances : une consolidation de la stabilisation sociale pour 5 d’entre eux et une ascension sociale pour les 3 autres. On ne constate pas de descente sociale. Il reste à cette génération une seule lignée dans laquelle il n’y a pas encore eu d’alliance lyonnaise. La vie de ces enfants d’enracineurs témoigne d’une grande aisance. On peut lire que si les affaires ou la santé ne sont pas bonnes, les rentes de la fortune peuvent pallier. Six d’entre les fils en ligne directe sont mentionnés comme propriétaires, 4 par héritage et 2 par achat.

311Quant aux pratiques éducatives de cette génération, se différencient-elles des pratiques de la précédente ? Chez les 6 fils en ligne directe pour lesquels des informations détaillées sont données, on peut repérer un net élargissement du cercle de leurs compétences éducatives, à commencer par la sortie de la seule posture d’initiateur dans le secteur professionnel. Les préoccupations touchent en effet de nouvelles dimensions comme celles, symboliques, de l’âme et de l’avenir global des enfants.

312En ce qui concerne maintenant la génération des petits-enfants des enracineurs, on voit que seuls 6 récits la présentent ; on n’y trouve pas seulement des ascendants des narrateurs, mais aussi la génération d’un narrateur, et celle des enfants et neveux d’un autre. On constate que les narrateurs mentionnent pour leurs petits-fils en ligne directe une profession avoisinant celle de la génération précédente. Mais surtout, ils accordent à cette profession le statut d’une contrainte dont on peut se départir. En effet, dans 5 récits sur 6, ces petits-fils ont abandonné leur profession dès qu’ils ont pu, pour aller vivre de leurs rentes dans leur propriété et un a concilié sa vie professionnelle avec son mode de vie de propriétaire. On voit qu’ils ont tous une propriété et y résident partiellement ou entièrement. Ces petits-enfants sont plutôt décrits comme n’aimant pas les mondanités, les détestant même parfois, souhaitant ne s’entourer que de quelques amis ou de leur famille et parfois se trouvant même réservés jusque chez eux. Cette réserve ne les empêche pas de participer à la vie de leur cité et à ses événements sociaux et politiques. Entre l’intimité et le monde, le travail et la rente, il y a ambivalence chez ces petits-enfants d’immigrés ruraux, qu’ils soient nés en 1789, en 1811 ou en 1862… Leur mode de vie de propriétaire leur a-t-il permis de concilier ces deux versants de leur identité ?

313On ne trouve des informations sur les alliés de cette génération que dans cinq cas. Trois petits-fils en ligne directe s’allient à des familles grandes bourgeoises et multi-établies à Lyon, renforçant ainsi leur intégration à leur élite. Un s’allie, comme son père et son grand-père, à une famille noble, mais résidant à Lyon : c’est le récit dans lequel la lignée n’avait pas encore vu d’alliance lyonnaise. Le dernier, lui, épouse une jeune fille de l’Ain dont on ne sait rien. Ainsi, concernant les petits-enfants nés à Lyon, on peut remarquer que les narrateurs les représentent dans un mouvement de continuité avec leur père, pas dans la répétition mais dans l’ascension sociale et dans l’évolution d’investissement vers la rente et la propriété. À cette génération, la lignée paternelle, dans 10 cas sur 11, a un membre allié à des natifs de Lyon.

  • 86 Dans le récit de Florent Reynaud, une troisième génération est bien mentionnée, mais les informatio (...)

314Il reste à considérer la troisième et la quatrième génération. On trouve, pour la troisième génération, trois récits présentant des arrière-petits-enfants à partir d’une notice86. Les degrés de génération mentionnés diffèrent : par rapport au narrateur, c’est respectivement un bisaïeul, un père et deux collatéraux de sa génération. Sur quelles données le narrateur insiste-t-il ? Pour le bisaïeul, c’est sur son alliance avec une famille de l’aristocratie savoyarde. Pour les deux collatéraux, c’est en qualité de fondatrices d’un ordre religieux. Pour le père, c’est le peintre qui a la plus grande notoriété au regard de la lignée. Enfin, pour la quatrième génération, une notice porte sur les faits de guerre et la mort des deux fils du narrateur tués au front entre 1914 et 1918.

  • 87 On prend donc en compte, dans cette observation, autant la génération de l’enracineur que l’une des (...)

315En définitive, on a distingué des récurrences significatives dans la représentation de chacune des deux premières générations lyonnaises après l’enracineur, mais pour les deux dernières, on n’en a pas constaté. Aussi, l’étude par génération n’est pas suffisante pour comprendre entièrement à quoi fait référence le nombre de générations exposées après l’enracineur. Il est nécessaire d’observer la ou les deux dernière(s) génération(s) décrite(s) par chaque narrateur, lorsqu’elles ont une notice87.

  • 88 Les exceptions sont les familles Ramel et Durieux.

316Les résultats ont restitué trois facteurs récurrents. Premièrement, on trouve dans l’une des deux dernières générations présentées, dans 9 récits sur 11, un couple appartenant à la lignée paternelle dont l’alliance est hétérogame : l’un appartient à la bourgeoisie et l’autre à la noblesse88. Deuxièmement, on constate que c’est toujours en dernière génération qu’est mentionné un membre de la famille ayant eu une considération ou une réputation de dimension nationale. C’est le cas dans cinq récits. Troisièmement, on remarque qu’avec les alliances nobles, les propriétés entrent dans les lignées patrilinéaires et redoublent leur patrimoine, bien que dans certaines lignées, ces propriétés aient été vendues plus tard ou licitées ou encore transmises par héritage à d’autres qu’à ceux de la ligne directe des narrateurs, etc. De même, la culture pénètre dans la famille et avec elle la libération des contraintes ainsi que du temps pour les agréments du goût, et tout spécialement pour ceux de l’art et de la littérature. Nobles maternels et bourgeois paternels se rencontrent dans ces dernières générations présentées. L’esprit bourgeois s’allie avec l’âme noble, la réserve avec la gaieté, le souci des affaires avec le goût naturel, la droiture avec la liberté d’esprit, etc. : des valeurs différentes, mais qui trouvent à se concilier grâce au troisième facteur récurrent relevé. Ainsi, chaque narrateur instruit le nombre de générations qu’il faut pour atteindre celles qui montrent l’état de grande bourgeoisie par l’alliance et la propriété, et la considération nationale dont bénéficie l’un de sa lignée, les deux facteurs pouvant se cumuler à une même génération.

317On rencontre en effet avec insistance, dans tous les récits présentant des Lyonnais, une génération particulièrement portée à manifester un mode de vie de grand bourgeois propriétaire. Dans 8 cas, il s’agit des Lyonnais alliés à une épouse lyonnaise noble. Dans le 9e cas, on trouve une expression insistante de ce mode de vie à une génération précédente, qui ne compte pas d’alliance noble. Dans les 2 derniers cas, on observe aussi cette expression même si les alliés ne sont pas nobles. Cependant, cette représentation n’exclut pas l’existence, avant ces générations, de membres qualifiés de grands bourgeois ou d’alliances avec la noblesse. On le voit par exemple dans le récit de Thierry Guilbert. L’enracineur est explicitement désigné comme grand bourgeois ; il a fait un mariage dans la noblesse – mais pas avec une famille lyonnaise – et a des propriétés. Son fils s’est allié à une épouse noble et lyonnaise mais rien ne précise qu’il ait acheté des propriétés ou en ait hérité. Il faut attendre la génération suivante (celle des parents du narrateur) pour que les deux facteurs soient réunis et que le mode de vie soit manifestement celui d’un grand bourgeois propriétaire.

318Ces grands bourgeois propriétaires sont dépeints, quelle que soit la génération à laquelle ils appartiennent, comme des hommes au caractère plutôt réservé, multi-établis à Lyon et avec un mode de résidence multilocalisé. Ils travaillent la plupart du temps même s’ils sont fortunés, leur profession présentant des degrés de contrainte dégressifs à mesure que l’on s’éloigne de la génération de l’enracineur. Ils sont engagés socialement et politiquement dans leur localité, que ce soit dans les bourgs où sont situées leurs propriétés ou à Lyon. Enfin, ils jouissent avec bonheur de leurs propriétés terriennes, en étroites relations avec leurs alliés. Ces propriétés sont représentées comme de véritables centres pour les familles et comme des lieux où intimité, liberté, gaieté, souvenirs émus se mêlent. Ainsi, dans tous les récits, à une génération, les modes de vie de bourgeois réservés, mais reconnus dans leur élite, s’allient avec les modes de vie nobles, plus libérés des contraintes professionnelles, et créent un nouveau mode de vie que les narrateurs ont représenté sous les traits du grand bourgeois propriétaire.

319Il faut ajouter, concernant ces trois facteurs, qu’aucun ne prend le pas sur les autres. Tous ont une valeur pour eux-mêmes, le quatrième chapitre le montrera. Un couple d’ascendants peut les cumuler. Pour conclure, les récits généalogiques s’achèvent et laissent leurs lecteurs sur l’histoire de leurs ascendants lyonnais au mode de vie exemplaire de grands bourgeois, sur leur appartenance à la noblesse et, lorsque cela a été le cas, en dernier ressort, sur l’évocation de ceux qui ont apporté la réputation à la famille.

320Dans le récit de Camille Delérable, après l’ancêtre enracineur qui fut guillotiné durant la Terreur, viennent quatre générations de ses descendants. À la première génération, l’aîné des fils a 25 ans et le troisième (le grand-père du narrateur) a 12 ans, quand leur père meurt. On apprend qu’ils ont participé au rétablissement des industries pour fournir du travail aux ouvriers après la Révolution, et que le fils aîné fut sollicité pour venir reprendre sa place dans la fabrique de son père. Il liquide l’ancienne société qui avait eu, en plus du père et du fils, un troisième associé, ce qui l’engage dans un long procès avec ce dernier. Il quitte les affaires huit ans plus tard et se retire à Marseille. Comme l’avait fait A. la R. pour son grand-père et Lyon pour son père, la ville l’attire ; mais là, ce qui le séduit, ce sont les souvenirs du temps de sa jeunesse, quand il était officier.

Il se retira à Marseille, où l’attiraient sans doute les souvenirs de sa jeunesse, alors qu’il y portait l’uniforme des Chasseurs de la Montagne et où il trouva un emploi à la préfecture. Il avait épousé Mlle Marie-Adeline Berthou. Il mourut à Marseille [...].

321Ainsi ce fils suit ses attirances. Il se mariera et aura une fille. Ses deux frères dirigent la fabrique huit années, puis le plus âgé des deux se retire à Paris. Rien ne dit pour quelles raisons il part à Paris, mais on a une idée de sa vie dans la capitale par sa correspondance avec son frère. On le voit proche des milieux politiques parisiens d’alors et on saura qu’ensuite il reviendra dans sa ville natale pour y finir paisiblement ses jours. Il ne se mariera pas.

322Resté seul dans l’entreprise, le dernier frère – l’aïeul du narrateur – prend deux associés (deux frères) durant une année, puis l’un d’eux se retire et l’autre, « après avoir amené le commerce à un haut degré de prospérité », meurt. Il dirige à nouveau seul l’entreprise jusqu’à ce qu’il l’abandonne treize ans plus tard. Il a alors 45 ans. Entre temps, comme son père, il épouse la fille de son dernier associé, un Lyonnais « d’une grande intelligence et possédant un véritable génie des affaires » ayant de la fortune mais « entièrement acquise par son travail », lui-même fils d’un maître-boulanger lyonnais devenu rentier. Son épouse était tout aussi jeune que l’était sa mère au moment de son mariage. Ils ont trois fils dont deux parvenus à l’âge adulte. Ainsi, les trois fils de l’ascendant enracineur ont travaillé à restaurer les biens et la mémoire de leur père, chacun ayant partagé un peu de son destin, dans sa vie : l’entreprise et la migration pour les deux premiers, et l’entreprise et l’alliance pour le dernier. Si l’on observe seulement le sort de l’ascendant direct du narrateur, on voit qu’il marche dans les pas de son père dans sa profession et dans son alliance. Il renforce par son mariage avec une épouse lyonnaise l’intégration de sa lignée à Lyon. De plus, il est le seul à pouvoir assurer le renom du père avec une descendance de plusieurs fils.

323Il apparaît préoccupé par l’éducation, même si on ne le voit pas l’être pour ses propres enfants dans le récit. En effet, le narrateur cite à ce sujet ses propos tirés d’une lettre qu’il a adressée à ses enfants, à lire après sa mort. On le voit donner ses conseils sur plusieurs sujets, dont pour une large part, l’éducation des enfants de ses enfants. Sollicitude et soins devront leur être apportés car, selon la volonté de Dieu, leurs enfants sont des âmes dont ils devront répondre.

S’il plaît au Seigneur de vous donner des enfants, c’est là que devra se porter toute votre sollicitude et vos soins pour leur éducation. Vous aurez une grande tâche à remplir pour vous conformer à la volonté de Dieu. Songez que ce sont des âmes dont vous répondrez. Que leur éducation soit avant tout chrétienne, la science en seconde ligne, ne la hâtez pas. Laissez fortifier dans leur cœur les principes d’amour et de crainte de Dieu ; ne tenez pas en conséquence à des sorties jeunes des séminaires. Ayez à cœur leur salut. […] Quand après leurs études vous serez arrivés au moment du choix de leur vocation, ayez soin de la diriger, mais non de la contrarier … Si par les effets de sa grâce le Seigneur voulait que quelques-uns de vos enfants entrassent dans le saint ministère du sacerdoce, qui est la première et la plus sublime de toutes les vocations, bénissez-le de toute votre âme et réjouissez-vous intérieurement en vous conformant à sa sainte volonté.

324D’une génération à l’autre, le soin porté à l’éducation des enfants ne concerne plus seulement l’aîné des fils, il les concerne tous. L’initiation professionnelle n’est plus un objectif et encore moins l’unique objectif, c’est celle de l’âme qui importe. Par contre, l’éducation de l’esprit n’est pas de mise. La science inquiète. Le narrateur insère une note en bas de page pour confirmer l’avis de son aïeul sur ses effets d’abrutissement si on ne la met pas à la seconde place, après l’éducation chrétienne.

325La lettre se termine sur une note affectueuse avec laquelle on peut voir émerger une nouvelle image du père, différente de l’image royale de la génération précédente : l’image d’un père qui serre ses enfants contre son cœur et se définit comme un bon et tendre père. L’étau des contraintes qui ont pesé sur la génération enracineuse se desserre à la génération suivante et permet de laisser place à la souplesse et à la tendresse. L’histoire de cette génération couvre 7 pages du recueil.

326À la génération suivante, il y a donc 2 fils. On apprend, pour l’aîné, les prénoms et noms de son épouse et des alliés de ses filles : chez ces derniers, les hommes sont tous des magistrats, précise le narrateur, et les épouses appartiennent à de bonnes maisons mais rien ne dit qu’elles soient lyonnaises.

327Concernant le second fils (le père du narrateur), on le voit prendre une maison de soierie ; mais deux ans après, n’y réussissant pas, il abandonne la fabrique pour satisfaire ses goûts qui étaient dirigés vers la vie à la campagne. À 28 ans, il achète un domaine dans la Loire pour s’y installer et vivre une existence de gentilhomme campagnard.

  • 89 « Gaudet équis canibusque » peut se traduire par « aime les chevaux et les chiens » ; on comprend m (...)

Tout près de lui, à Pertuis, se trouvait la famille Roman, qui l’accueillit à bras ouverts et contribua grandement à lui rendre très agréable cette existence de gentilhomme campagnard. Grand chasseur et amateur de chevaux, il pouvait facilement satisfaire des goûts si naturels chez un jeune homme qui, comme du temps d’Horace, gaudet equis canibusque89.

  • 90 Les figures qui dépeignent cet allié, en effet, indiquent la subtilité : la finesse, la pureté et l (...)

328Il épouse à 35 ans la fille d’un greffier au Tribunal de commerce de Lyon, « un fin lettré, nourri aux sources les plus pures de l’antiquité classique, et un archéologue distingué » : un homme de qualité. Les qualités avancées par le narrateur pour présenter l’homme qui fut son grand-père maternel font ressortir la distinction de cette famille, la profondeur et la subtilité de sa culture90. On ne connaît pas le lieu de naissance de l’épouse, on sait seulement que son père travaille à Lyon et que la famille y a des attaches : qu’elle soit née dans la cité n’importe pas puisque la noblesse est une valeur qui ne tient pas à l’autochtonie. Ainsi le petit-fils de l’ascendant enracineur contracte alliance dans la noblesse.

329Peu de temps après son mariage, cet ascendant achète la propriété de Pertuis d’où le narrateur écrit son récit généalogique quelque 70 ans plus tard. Le Petit Pertuis était en effet le lieu où le narrateur résidait en France, lorsqu’il était entre deux garnisons ou en vacances. Il y a vécu toute son enfance. Ainsi, sa fratrie a été élevée dans l’univers du gentleman qu’était ce père heureux de profiter de sa propriété. Le destin d’entrepreneur est abandonné, et le goût et les attirances peuvent se laisser aller à la subtilité.

330L’histoire des paternels ne s’arrête pas à cette génération. Elle omet celle de la troisième génération pour faire une mention spéciale retraçant les circonstances de la mort sacrificielle des deux fils aînés et d’un neveu à la guerre de 1914. Le procès de cette génération occupe 3 pages. Il ne précise pas à proprement parler l’identité de ces trois descendants, mais apporte les témoignages qu’ils ont laissés sur leur état d’esprit peu avant de mourir.

331Dans le récit de Lilian Collas, l’histoire des ascendants paternels s’achève avec l’ascendant enracineur. Mais on peut apprendre certains événements de l’histoire de ses enfants qui est intriquée dans la sienne. À sa mort, son dernier fils – le narrateur – a 30 ans et son aîné 43 ans ; il y a 5 enfants vivants dont 4 fils. Le narrateur décrit leur enfance et leur jeunesse dans la maison et la propriété de famille de leur père : les études secondaires, le décès de leur mère, de leurs sœurs et de leur frère séminariste, les vacances, les relations avec leur père, etc. Il informe, pour tous ses frères, sur leurs études, sur leur mariage et sur certains événements de leur existence, selon les cas. Vie du père et vie de ses enfants sont mêlées et occupent l’espace du récit délimité par le premier, le récit sur les patrilinéaires s’achevant par son décès.

332Quatre de ses cinq garçons ont fait des études de droit et occupé des fonctions juridiques même si, pour l’un, il y eut une pause de quelques années. Un fut prêtre mais mourut à 30 ans. Les choix professionnels des enfants de cette génération sont libres même s’ils sont proches de celui de leur père. En effet, le narrateur cite une lettre de ce fils prêtre, adressée à son père, dans laquelle il dit sa vocation, et qui laisse penser que celui-ci n’empêchait pas ses enfants de suivre leur orientation, quelle qu’elle soit, comme ils l’entendaient. Comme dans le récit précédent, cette génération se voit libre de choisir sa voie. Ce qui ne l’empêche pas de faire cas des avis du père, comme ce fils le dira d’ailleurs plus loin dans sa lettre.

333Les autres se marient et 3 sur 4 contractent des alliances lyonnaises et bourgeoises. Le quatrième fait un mariage d’inclination à cause duquel il est obligé de quitter le barreau pendant plusieurs années pour se joindre à la direction de la librairie de son beau-père. Mais, commente le narrateur, il eut une vie de couple heureuse. Ils vivent tous à Lyon et deviennent des hommes considérés dans leurs professions. En témoigne, par exemple, la demande de la Chambre des avoués près la Cour d’appel de Lyon pour attribuer la Légion d’honneur à l’un d’entre eux, ou un discours prononcé par un bâtonnier aux funérailles d’un autre, etc. Leurs mérites tiennent dans leur droiture, leur conscience professionnelle, leur force de caractère, leur foi ardente, etc.

334Le narrateur, lui, épouse la fille d’un avocat lyonnais, professeur de droit à la Faculté catholique. Les deux familles se connaissaient. Son père lui conseille d’attendre une situation meilleure pour faire sa demande en mariage.

En 18~~, mon mariage avec Marie Parvin. Je me suis en effet marié [en] 18~~. J’entrai dans une famille bien connue de nous : Lucien avait connu particulièrement le père, avocat et l’avait eu comme professeur à l’École de droit (la Faculté catholique n’existait pas encore), j’avais eu pour camarades à Mo. Émilien et Arnaud, et les deux familles avaient des amis communs.

335L’intégration à Lyon est donc redoublée par cette alliance. De plus – mais le narrateur ne le dit pas dans son récit –, cette épouse appartient à la noblesse. Les traits par lesquels son mari l’identifie appartiennent au registre moral et même sacrificiel :

Vous savez ce que fut notre vie matrimoniale qui dura 43 ans, au cours desquels votre Mère fut toute de dévouement, d’abnégation, de travail sans relâche, bonne et indulgente pour nous [...]. Votre vénérée Mère s’est éteinte doucement [en] 19~~. Aimable, bonne, s’effaçant et se sacrifiant toujours. Sa vie a été un exemple pour tous [...].

  • 91 Nous savons, en effet, par un petit-fils du narrateur – et pouvons l’interpréter au vu d’informatio (...)

336On peut s’interroger sur cet effacement et ce sacrifice de l’épouse91. Le narrateur emploie-t-il un langage conventionnel : un langage bourgeois ? Ou bien parle-t-il en ces termes parce qu’il veut faire ressortir les difficultés qu’il a imposées à sa femme au regard du rang qu’il n’a pas pu lui laisser tenir, en raison de ses revers professionnels ?

337Quand l’enracineur décède, le narrateur a fait son notariat et est marié depuis trois ans ; il a pris un appartement contigu à celui de son père. Il est notaire comme son père et deux de ses frères aînés. Il a habité plusieurs années avec l’un d’eux, pendant la durée de ses études et en garde le souvenir d’un homme bon.

338Quant à la fille de l’enracineur, elle passa une grande partie de sa vie à s’occuper de la maison et de sa fratrie après le décès de sa mère. Le narrateur et sa fratrie lui doivent beaucoup :

Nous avons contracté envers elle une dette de profonde reconnaissance, pour l’affection et le dévouement qu’elle mit à remplir cette tâche écrasante pour elle. Elle a suffià tout […].

339Elle se marie avec un avoué, fils d’un avoué lyonnais. À son sujet, on apprend qu’il subit un procès retentissant qui dura de très nombreuses années mais duquel il sortit justifié. Ils perdirent trois de leurs quatre enfants. Le narrateur parle longuement du décès de l’un des enfants – une petite-fille pour qui son père avait de l’affection et qui fut longtemps malade avant de mourir. Pour elle, avec sa fille et son jeune fils prêtre, le père s’est rendu à Lourdes à plusieurs occasions.

340Ainsi, à cette génération, tous les fils, ainsi que le gendre, poursuivent leur carrière dans la même voie que le père ; quatre sur cinq contractent une alliance lyonnaise aussi comme leur père, mais un seul semble avoir fait une alliance au-dessus de sa condition comme le père – et c’est le narrateur. Les relations sont affectueuses et solidaires entre père et enfants comme entre frères et sœurs.

341Dans le récit d’Auguste Armand, les histoires de trois générations d’ascendants nés à Lyon suivent celle de l’ascendant enracineur. Quels caractères ces Lyonnais montrentils ? En considérant la première donnée proposée pour chacune des générations, on voit que le fils de l’enracineur est dit procureur à Lyon, son petit-fils avoué à Lyon et le dernier, né à Lyon. Les notices s’arrêtent là mais on est informé par le narrateur de certains faits de la vie de l’ascendant suivant. C’est notamment à partir de sa génération que le narrateur présentera les quartiers de la famille. La naissance à Lyon est mentionnée pour les trois ascendants. Mais elle est seconde pour les deux premiers ascendants ; c’est en effet leur profession qui les identifie d’abord. Pourquoi la profession du troisième n’est-elle pas prioritaire dans l’ordre des données qui concernent son caractère ? Il a été pourtant avocat et juge. On y reviendra au moment de l’étude de son histoire.

342Comme pour le groupe des ascendants des origines, le narrateur cherche à montrer la vie de chacun de ses ascendants lyonnais et propose un certain nombre d’hypothèses lorsqu’il n’est pas sûr de ses données mais les pense vraisemblables. Avec ces hypothèses, les lecteurs voient, comme pour ceux de Sainte-T., s’ordonner le déroulement, en lentes étapes, de l’ascension sociale de leur lignée patrilinéaire à Lyon. C’est ainsi qu’à la génération du fils de l’enracineur – la sixième génération depuis la première prouvée – la vraisemblance est convoquée pour plusieurs faits : pour les études certainement commencées à Lyon, et les études supérieures très probablement poursuivies à Paris ; pour la période du siège de Lyon pendant la Révolution qui fut sans doute si pénible que rien n’en fut transmis, pas plus que sur les conditions du départ en Suisse. À la septième génération, les hypothèses vraisemblables touchent aussi aux études mais concernent la rue et le quartier de Lyon où elles ont été menées ; le narrateur ne sait pas pourquoi, par ailleurs, un héritage est entré dans la famille sous la forme d’une propriété avec maison d’habitation, vignes, prés, etc. ; il pense que c’est sans doute avec une somme d’argent d’un autre héritage qu’une autre propriété a été achetée avec maison, maison du vigneron, dépendances, etc. Enfin, à la huitième génération, celle du bisaïeul du narrateur, une seule hypothèse est suggérée : c’est sans doute au numéro 2 de la rue qu’il est né à Lyon, mais en revanche on est sûr du nom de la rue. Ainsi, avec le dernier Lyonnais, tout est certain à l’exception du numéro de la rue ; c’est bien peu. Avec lui, advient la légitimité de l’intégration à la cité. On assiste à un accroissement des certitudes au fur et à mesure que l’on va de l’avant dans les générations. Les études supérieures, les professions de notables, les propriétés, les héritages, etc., tous les atouts ont été acquis pour produire une identité bourgeoise stabilisée – lyonnaise et établie depuis plusieurs générations – de la famille. Cela n’empêche pas le narrateur d’accorder une attention toute spéciale à celui qui a dû quitter sa terre d’origine pour partir en Suisse après le siège de Lyon, comme il l’avait accordée à l’ascendant enracineur mais avec un degré bien supérieur. Cette façon particulièrement lente d’exposer l’ascension sociale invite à faire l’hypothèse que le narrateur a cherché à rendre recevable l’histoire bourgeoise de sa lignée par ses lecteurs encore enclins à tenir pour aristocratiques leurs origines patrilinéaires. En effet, cette histoire apparaît plus comme un renforcement des acquis avec de nouveaux biens symboliques à chaque génération que comme un gravissement d’échelle sociale. L’émigration, pendant la Révolution, est un signe supplémentaire que la famille s’est comportée comme l’aurait fait une famille de l’aristocratie.

343Si l’on reprend le destin particulier de chacune des générations, on voit que le premier ascendant direct a 30 ans et est marié quand il perd son père. Il est le septième de treize enfants et l’aîné des garçons. De son enfance, on connaît les quartiers où il habite et la propriété de famille où il devait passer en partie ses étés. Le narrateur n’a pas la preuve assurée qu’il fit son droit à Paris, mais il a sans doute quitté Lyon pour la capitale. On ne sait rien des conditions de voyage ; ce n’est pas comme son fils dont le narrateur a conservé des lettres qu’il peut transmettre à ses lecteurs. Ainsi, comme son père, il laisse son lieu de naissance pour partir loin faire ses études. Mais leurs professions diffèrent. Il est clerc de notaire puis devient procureur.

  • 92 Nous reprendrons dans le chapitre suivant le procès concernant les alliés de cet ascendant lyonnais (...)

344Le narrateur indique aussi que son mariage eut lieu avec la fille d’un maître apprêteur en soie de Lyon, un homme riche natif de la cité qui participa lui aussi à la défense de la ville. Il ne commente pas ce mariage. Il définit seulement l’apport de la mariée et précise qu’une partie de la somme permettra de solder la dette de l’office de procureur. On ne sait rien de l’apport de l’époux. L’épouse est orpheline de mère comme la mère de l’ascendant l’était (elle l’est aussi de père). Ils auront 4 enfants dont une fille ; un seul des 3 garçons eut une postérité, l’un étant resté célibataire et l’autre ayant perdu tous ses enfants92.

345Ce fils d’enracineur participe à la défense de Lyon pendant la Terreur à un poste de responsabilité et émigre en Suisse durant une année. Il émigre comme son père émigra et le narrateur retrouve les questions qu’il s’était posées au sujet de ce dernier, se montrant pareillement touché par son épreuve.

[En] 17~~, la ville de Lyon était tombée. Pour sauver sa tête, Jacques-Louis Armand n’eut qu’une solution, fuir en Suisse. Pourquoi en Suisse ? Combien de temps ? Comment ? Nous ne savons rien. Toutefois, il est à noter que Ernest Grabert, beau-frère de Jacques-Louis Armand, avait une propriété à Maso., près de Genève. Il est donc possible que la famille se soit réfugiée là.
Étant données toutes les pièces à conviction retrouvées à son sujet, Jacques-Louis Armand avait très peu de chance d’échapper à la guillotine. Comment partit-il ? À pied, sans doute, peut-être en voiture ? Le voyage fut sans doute épouvantable. Il y eut un très grand nombre de ces malheureux fugitifs qui furent repris et massacrés sur place. Mais il réussit sa fuite.
Que devint la famille pendant la tourmente, de qui était-elle composée ?

346De retour à Lyon, cet ascendant achète une propriété mais il devra la revendre quelques années plus tard pour régler la faillite de l’un de ses fils. Celui-ci ne remboursera jamais ses dettes et touchera une pension annuelle jusqu’à la fin de ses jours. Ainsi, si la fortune n’a pas été suffisante pour compenser la faillite, elle a permis malgré tout d’assurer la sécurité de la famille, même au-delà de la mort. En effet, l’ascendant assure les jours de son second fils jusqu’à sa mort dans son testament ; on apprendra aussi que, pour lui et sa descendance, les Hospices civils célébreront mensuellement des messes à perpétuité. Avec la liste des papiers de famille, on voit qu’il a été bienfaiteur des Hospices de Lyon et avoué des Lycées de la ville. Enfin, il commence une bibliothèque qu’il transmettra à son aîné.

347Le narrateur fait un portrait de son ascendant avec la citation d’extraits des mémoires de son gendre, où on le voit comme un homme plutôt réservé mais honorable et délicat, jouissant dans sa profession de l’estime et de la confiance de ses collègues comme du public, un homme d’affaires habile et un ardent travailleur. Il était bon époux, bon père, bon ami et excellent parent.

Monsieur Armand avait l’abord assez brusque et peu liant, il fallait le connaître pour l’apprécier. Homme plein d’honneur et de délicatesse, ardent au travail et habile homme d’affaires. Il jouissait au barreau et dans le public, de beaucoup d’estime et de la plus grande confiance. Il réunissait en outre les qualités précieuses de bon époux, bon père, bon ami et excellent parent […].

348L’auteur termine son portrait en disant que son beau-père n’a pas obtenu beaucoup de satisfaction des sacrifices qu’il a faits en faveur de ses parents. Cet ascendant a vécu des expériences semblables à celles de son père. Malgré les difficultés, il a pu apporter à sa famille la sécurité et les biens culturels, même si la propriété n’a pu demeurer dans le patrimoine paternel. L’intégration à Lyon se renforce avec sa génération. L’histoire de cet ascendant compte 4 pages et demie.

349Le petit-fils de l’ascendant enracineur, lui, fait ses études de droit à Paris et devient avoué. Il travaille avec son père durant ses dix premières années de vie professionnelle. Après, rien ne le montre dans sa tâche. À l’âge de se marier, on lui propose une épouse lyonnaise. Chacun d’eux apporte la même somme au contrat.

Il fut bientôt en âge de se marier. On lui propose Fanély Citet, fille de Guillaume-Émilien Guilbert et de Marie Aurélie Biffat. Le contrat est signé [en] 18~~ devant maître D., notaire de Lyon. Il apporte 30 000 francs et la jeune épousée la même somme. Le mariage fut célébré en l’église Saint P., [en] 18~~.

350Ainsi, les deux familles alliées paraissent commencer leur vie commune avec un même niveau socio-économique. L’intégration à Lyon se poursuit. Les époux ont cinq enfants, un fils et quatre filles. Mais, comme son père l’a fait pour un de ses fils, et son grand-père pour sa belle-famille, cet ascendant doit sauver de la ruine son beau-père, grand collectionneur de tableaux anciens. Il doit alors rendre la dot de son épouse. Mais sa belle-mère hérite, on ne sait pas pourquoi, de biens, dont une propriété des environs de Lyon, qui entre dans le patrimoine de son gendre très vite, à cause de son décès survenu aussitôt après.

En 1834, Marie Aurélie Biffat, belle-mère de Jacques-Edmond, avait hérité (on ne sait pas pourquoi) de Monsieur Mébat, riche genevois, qui lui laisse entre autre une propriété à Ba., avec maison d’habitation, vignes, prés, terres, au total sans doute une dizaine d’hectares.

351L’année suivante, un héritage, tout aussi inattendu, apporte une somme d’argent importante à l’ascendant. Avec cette somme et l’héritage de son père, l’ascendant achète une propriété située à proximité de la ville.

Peu après, [en] 18~~, il hérite de Guillin Brun pour la somme de 20 000 francs. Il fut, en effet, l’on ne sait pourquoi, l’un des nombreux héritiers de cette succession.
Cet ascendant est alors un héritier à 46 ans, sans que l’on sache pourquoi.
À cette époque, Jacques-Edmond avait donc hérité de son beau-père [en] 18~~, de sa mère [en] 18~~, de sa belle-mère [en] 18~~ et de son père [en] 18~~.

  • 93 Ces extraits de lettres couvrent 13 pages situées à la fin de l’ouvrage, juste avant les « Référenc (...)

352Les lecteurs peuvent connaître des moments de sa vie grâce aux lettres que son épouse et lui écrivirent à leur fils alors que ce dernier faisait ses études à Paris93. Qu’y lit-on ? Tout d’abord, il convient d’examiner les lettres de la mère à son fils, les plus nombreuses. Dans la première, elle lui transmet des nouvelles de son voyage de retour de Paris après leurs retrouvailles. On trouve, dans la seconde, la description d’une invitation à un dîner magnifique, dans une autre de l’année suivante, un émoi au sujet d’un jeune employé de l’étude paternelle, dans celle écrite un mois plus tard, un événement nocturne qui a fort effrayé mesdemoiselles ses sœurs, dans celle du mois suivant, la détermination de la famille pour aller passer les fêtes de Pâques à Ba. afin d’y soutirer le vin, dans celle envoyée deux mois après, les dégâts causés par d’effrayants orages dans ce village et notamment le déracinement d’un arbre devant la vieille église qui fit dire à l’auteur qu’« on aimerait peut-être mieux que c’eût été l’église, cela finirait les discussions très pénibles, surtout pour le pauvre curé », etc.

353Avec les extraits des lettres qui suivent, sur 18 mois, on constate que les intérêts de la vie familiale de cette génération se focalisent sur les propriétés de l’ascendant et de son épouse, et surtout sur leur gestion, avec tous ses enjeux. On est témoin des agréments de cette vie où la campagne est si proche et des petites rivalités qui existent entre les époux au sujet de l’administration de leurs propriétés respectives. L’humour qui transparaît dans ces lettres montre une famille qui a perdu toute contrainte financière et qui peut tenir une certaine distance avec les tracasseries de la vie.

Ba., le 21 juillet 18~~
C’est de ma chambre que je t’écris, mon bien cher Louis, sur mon joli secrétaire, que je préférerais bien avoir aux Mas. où j’en jouirais davantage et où je le ferai venir avec les autres meubles de ma chambre lorsque nous aurons un cheval à nous.
La récolte est fort belle ici cette année, nous en avons cinq meules, il serait utile que je prolongeasse mon séjour ce qui n’arrange guère ton père pour lequel « Les Mas. » sont toujours en grande faveur. Nous sommes allés plusieurs fois à Saint R., dimanche entre autre, nous prîmes pour y aller le chemin qui descend à droite de la croix qui sépare Ba. de Saint-P., tu vois où c’est ? [...]
Les Ma., le 26 juillet 18~~
Nous voici de retour aux Mas., ton père n’y tenait plus, il a fallu laisser Céleste pour faire battre le blé et le partager. Nous sommes revenus lundi dernier. Nous étions allés la veille à Saint D. chez Monsieur Tramis, je ne puis me raccommoder avec son habitation, la maison est bien, les ombrages agréables, la vue délicieuse, mais on achète trop cher tous ces avantages, c’est un nid d’aigle, il faudrait des ailes pour y arriver sans fatigue. Lyon, le 23 novembre 18~~
J’ai quitté la plume parce que ton père est venu me dire qu’il montait à la campagne (Les Mas.) pour disposer des places où l’on a arraché la vigne, bravement, j’ai voulu être de la partie pour donner mon veto, et voilà que la pluie et le froid nous on fait rebrousser chemin, sauf ton père qui a continué malgré vents et marées [...]. Lyon, le 14 décembre 18~~
Ton père est en train de faire tracer de nouvelles allées aux Mas., on a arrangé une corbeille et des carrés de dahlias semblables à ce qui a été fait devant le salon. De là, partiront des allées circulaires pour aller au pavillon [...].
Lyon, le 16 février 18~~
Que c’est donc ennuyeux d’avoir une fille de vingt ans. On m’a fait confidence que l’on avait fort envie de Marie dans la famille Sarlin, pour un des fils. C’est un jeune homme qui est commissionnaire, il a 200 000 francs. Mais je ne connais rien sur ses principes de moralité, son caractère, ses habitudes, sa santé, etc. [...].

354On trouve d’autres extraits de lettres qui donnent des nouvelles de cette dame 30 ans après – elle a alors 73 ans : ses voyages ou ses séjours pendant lesquels elle se repose, mais aussi ses inquiétudes au sujet de l’un de ses petits-fils qui a la fièvre typhoïde, ses enfants qu’elle voit ou qui lui écrivent, etc. Lorsqu’elle a 81 ans, on est témoin des félicitations qu’elle adresse à son fils qui fut révoqué de ses fonctions de magistrat en raison de ses idées politiques. À 83 ans, on la voit donner des conseils à son fils concernant les choix d’école pour un autre de ses petits-fils, etc..

355Quant aux quatre lettres de son époux à leur fils, leur contenu se partage entre des conseils sur ses études et ses relations à Paris, des nouvelles sur leur famille, des arrangements pensés pour les propriétés, etc. On y voit un père attentif à la vie de son fils, et même affectueux à son égard, et un homme heureux et satisfait de l’acquisition de sa propriété des Mas.

Avril 18~~
Ta lettre a été pour nous une douce consolation au milieu des afflictions qui nous frappent, et tu sais bien la perte dont nous sommes menacés. Ta bonne maman est dans un état qui nous laisse peu d’espoir.
Lyon, le 12 novembre 18~~
Nous voyons que tu commences à prendre tes habitudes à Paris, et que l’éloignement de ta famille ne détruit pas en toi le désir de travailler. Comment êtes-vous organisés pour la nourriture, il serait bien que tu nous indiques quel est votre ordinaire […].
Nous sommes allés, hier dimanche, aux Mas., avec M. Miriliat et sa fille. Ils ont trouvé très bien notre petite bicoque, le point de vue a enthousiasmé monsieur Miriliat. Guillaume (le jardinier) a été ravi des éloges que monsieur Miriliat lui a donnés sur la tenue de ses arbres et la nouvelle disposition de son jardin. Il est fier de la confiance que je lui témoigne […]. Je renonce tout à fait à l’acquisition du fond Bou., les dépenses m’effrayent. Je préfère employer une partie des capitaux que je destinais à cet emploi à faire construire une orangerie au bout du jardin des roses.
Lyon, le 7 avril 18~~
C’est avec plaisir, que la résolution de tes camarades d’études, de venir passer quelques jours à Lyon pour les vacances de Pâques, ne t’avait pas excité à imiter leur exemple. J’ai reconnu là ton désir d’accomplir fidèlement ta mission et de profiter de ton séjour à Paris dans le but principal de ton instruction, et ceci malgré l’envie que tu as de venir rejoindre tes parents qui te chérissent […].
Ta mère a dû te raconter, ce que notre hiver et notre carnaval ont eu d’agité. Je ne sais comment j’ai pu me décider à aller autant dans le monde, c’est contre mes goûts et mes habitudes. Je ne sais si je ne cherchais pas à éviter le vide que ta présence comblait au coin du feu […].

356On voit avec ces longs extraits de lettres, l’environnement dans lequel le narrateur a situé son ascendant d’alors : la vie d’un homme qui sait arranger les affaires et secourir sa belle-famille, qui a vécu en héritier une existence paisible, partagée entre son étude, la propriété de sa femme et celle qu’il tient en affection, travaillant mais sachant jouir de ses profits, ayant une épouse de caractère, préoccupée de la gestion des propriétés et attentive à l’éducation de leurs enfants et même de leurs petits-enfants. On apprend aussi qu’il fut reçu chevalier de la Légion d’honneur et qu’il était bibliophile, ayant augmenté la bibliothèque dont il avait hérité de son père. À cette génération, l’existence de la famille offre l’image d’une vie proche des modèles de la noblesse : une vie de grand bourgeois lyonnais. Cet ascendant est présenté sur 3 pages, si l’on ne tient pas compte des extraits de lettres.

357Le dernier ascendant que le narrateur présente à ses lecteurs passe son enfance et sa jeunesse à Lyon et ses étés chez ses grands-parents paternels à I., jusqu’à ce que la propriété soit vendue, puis chez ses parents à Co. et aux Mas. Comme ses ascendants, il fait sa licence de droit à Paris. Comme pour son père, les trajets ne sont pas simples, mais il trouve dans la capitale de très bons amis dont l’un, plus tard, organisa son mariage. C’est à lui que les lettres des ascendants précédents étaient adressées. Du père au fils, Paris est devenu un espace de sociabilité.

358Il devient avocat et « son chiffre d’affaires, qui est inscrit sur son carnet, indique une progression constante ». Il exerce ce métier durant vingt-sept années, étant bâtonnier deux années, puis nommé juge au tribunal civil de Lyon. Mais il est démis de ses fonctions avec toute l’élite de la magistrature, en 1883, à cause de sa réputation de catholique royaliste légitimiste. Il reprend, alors, ses activités d’avocat jusqu’à ses 65 ans.

359Il fait un bon mariage.

En 18~~, c’est son mariage avec Sophie Cortet, fille de Justin et d’Émilie de Ressain. C’est un bon mariage car la famille, non seulement a de la fortune mais elle est très bien alliée en Forez et en Auvergne. Le contrat est établi à No. (42) par maître Cerlat [en] 18~~. Dot de la mariée 80 000 francs. Le mariage fut très heureux, mais ils eurent le malheur de perdre trois enfants sur cinq.

360L’épousée présente une dot nettement plus élevée que celle de l’alliée de l’ascendant précédent. Elle est de condition supérieure mais surtout sa filiation maternelle appartient à l’aristocratie. Qu’elle soit lyonnaise, rien ne le dit, mais son rang n’exige pas qu’on le sache. Ils vivront à Lyon. Le mariage fut très heureux malgré la perte de trois enfants. À cette génération, le grand bourgeois s’allie à l’aristocratie. Le narrateur raconte l’histoire de cet ascendant paternel sur une page et demie.

  • 94 Rappelons que son ascendance maternelle est issue de l’aristocratie.

361Après lui, le narrateur ne présente plus d’ascendants. On pourra quand même connaître le cycle de vie de son fils – le grand-père du narrateur – et quelques informations grâce à la liste des papiers de famille ; on saura par exemple qu’il a été administrateur de la Croix Rouge et de la Caisse d’Épargne à Lyon. Ce sont ses quartiers et ceux de son frère qui sont apportés jusqu’à la 12e génération sur 11 pages. En les indiquant, le narrateur se situe dans la lignée de l’aristocratie94.

362Ainsi, les trois descendants de l’ancêtre enracineur ont chacun travaillé à élever la famille par leur profession de juriste, leurs investissements dans la cité, leur culture et leurs alliances. Ils ne sont pas de souche aristocratique par leur père comme on avait pu le croire : ils sont des grands bourgeois, attestés et bien établis à Lyon. Pour autant, la famille est bien issue de l’aristocratie, mais c’est par son ascendance maternelle. Le narrateur amène donc ses lecteurs à constater qu’ils n’ont pas à perdre beaucoup à s’affilier aux pères qu’il leur désigne, puisque leur filiation est bien aristocratique au bout du compte et que leurs paternels se sont comportés comme il sied dans ce milieu.

  • 95 Pour les autres arrière-petits-enfants, on apprend seulement, au détour d’une notice, qu’il y a deu (...)

363Dans le récit de Thierry Guilbert, le narrateur mentionne trois générations après son ascendant enracineur, négociant engagé socialement et politiquement. Il présente ses descendants à travers 21 notices particulières. On y lit l’histoire de certains des enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants. Mais pourquoi certains et pas les autres ? Deux cas se présentent : des ascendants manquent, et ceux qui sont désignés ne bénéficient pas du même espace dans chaque notice. À l’examen de chaque notice, on s’aperçoit que, pour les hommes de la première génération, tous les fils sont pris en compte et pour ceux de la seconde, c’est la notoriété de leur patronyme et leur postérité qui font le choix, et s’ils sont sans alliance, c’est leur réputation (peintre, archéologue, etc.). Pour les femmes c’est, quelle que soit la génération, pour les célibataires, leur entrée en religion, et pour les femmes mariées, la noblesse ou la notoriété de leurs alliés et les propriétés que ces derniers apportèrent. On a une seule notice pour deux arrière-petits-enfants : il s’agit de deux arrière-petites-filles qui ont été les fondatrices d’un ordre religieux95.

364On apprend que tous les fils de la première génération sont entrés dans l’entreprise de leur père et y ont diversement réussi. Les deux premiers achètent des propriétés, avec l’aide du père pour l’aîné : cela a été « une vie de château assez large, mais sans outrance ». Le troisième (le grand-père du narrateur) est employé dans les affaires de son père aussi mais, du fait d’une altération de sa santé après dix ans en Égypte, il n’y a qu’une situation secondaire. Il a de sérieux ennuis financiers. On ne lui voit pas de propriété. Il consacre une partie de son activité à une association des Hospices de Lyon. On le sait bon père, n’ayant vécu que pour sa famille et lui ayant donné l’exemple du travail, de la modération, de la modestie, de la religion. Quant aux alliances de ces trois fils, le narrateur s’attarde sur celle de son grand-père : une alliance avec une famille de l’aristocratie savoyarde, lyonnaise depuis deux générations. On ignore le destin des deux filles de cette génération ; on trouve une brève information sur celui de leurs alliés qui appartenaient à la même famille.

365Quant aux petits-fils mentionnés dans les notices, on ignore la profession des deux qui sont mariés. Ils sont sans doute rentiers. Ils achètent tous deux une propriété où ils vivent. L’un, réservé dans son cercle lyonnais, était d’une grande générosité ; il s’est engagé personnellement dans les démêlés concernant les lois contre les congrégations. L’autre – le père du narrateur – est très bon et réservé aussi, même dans sa propre famille. Les investissements financiers et les affaires qu’il tenta, dont l’une en Amérique latine, furent plutôt malheureux. On le voit essentiellement attaché à sa propriété qui jouxte presque celle de son beau-père, où il a vécu longtemps avec sa famille. Il épouse sa nièce à la mode de Bretagne, issue d’une famille de l’aristocratie et lyonnaise. Le narrateur le montre soucieux de ses 13 enfants, habile de ses mains, passant des heures dès l’aube à ratisser les allées du parc, jamais assez propres et assez nettes à son gré. Il décrit aussi longuement la vie sur les terres de son grand-père maternel et de ses parents, passant de l’un à l’autre sans cesse : c’était la belle époque ! La vie était large, mais sans luxe ni ostentation ; pique-niques pittoresques, pièces de théâtre jouées en famille, humour de son oncle, etc. Son grand-père et sa mère étaient les plus gais et les plus vivants.

366Pour les arrière-petits-enfants, le narrateur se fait témoin lui-même, comme on le voit ci-dessus, de sa vie en compagnie de sa famille, mais sans parler de lui stricto sensu. En revanche, il attribue une notice à deux de ses collatéraux : deux femmes qui fondèrent une congrégation, dont l’une mourut très jeune après une vie d’épreuves consacrée aux plus démunis.

367Le narrateur du récit de Florent Reynaud mentionne que son père – fils de l’enracineur, aussi négociant – est entré dans les affaires de ce dernier, mais qu’il a dû, en revanche, les quitter dans les premières années de sa vie professionnelle à cause de sa santé ; pour autant, il n’en avait pas moins accru le patrimoine, explique le narrateur. On peut lire l’état détaillé de sa fortune et de la gestion de ses propriétés. Il n’a pas fait d’études supérieures, comme son père, ce qui ne l’empêcha pas d’acquérir une très grande culture plus tard, ayant profité du temps où il était contraint au repos. On le voit particulièrement attentif à l’éducation de son fils et à son éveil intellectuel et moral : il « croyait dans l’influence de l’instruction de chaque jour que l’enfant peut doucement recueillir dans les conversations du foyer », le faisait voyager avec ses autres enfants partout, passant la plupart de son temps à leur enseigner les lettres et les sciences, mais aussi les devoirs moraux.

368À la génération suivante, le narrateur parle de sa vie et de celle de sa fratrie : sa vie professionnelle d’enseignant universitaire et de directeur du quotidien lyonnais qu’il a fondé. On le voit hésiter sans cesse entre l’option de vivre du travail et des fruits de ses propriétés, et celle d’investir financièrement sa fortune ; il a en fait toujours choisi le parti du travail. Il est conseiller municipal puis maire du bourg dans lequel il a une propriété. Il a participé à plusieurs conseils d’administration d’associations et d’entreprises, a fondé une école catholique et défendu ses principes devant la cité et l’Église, etc. Il a plusieurs propriétés qu’il gère très sérieusement. Il consigne tous les aléas de ses relations avec sa sœur, dont le mariage a troublé les relations et les équilibres financiers de la famille. Il expose scrupuleusement les données de sa gestion dans son récit. Il a épousé une femme issue de parents lyonnais, le père bourgeois fortuné et la mère appartenant à la noblesse. Il est lui-même un père sérieux, attentif et généreux, montrant des sentiments affectueux envers ses enfants, ses joies, ses peines, son attention à leur avenir familial, social et professionnel. Comme son père, il partage ses intérêts entre sa vie intellectuelle et culturelle et sa vie de propriétaire.

369Enfin, dans le cours de cette description, on voit ses relations avec ses nombreux enfants : les informations qu’il mentionne à leur sujet retracent les étapes du cycle de vie de chacun, en suivant le plan chronologique de sa vie : les naissances, maladies, deuils (par le fait de guerre ou de maladie), les entrées et sorties d’écoles honorables et enfin certains mariages. Ce sont les accidents de la vie qui couvrent le plus de place.

370Si l’on considère la descendance de l’enracineur du récit de Julien Bélors, dont la carrière fut scientifique, on note une seule génération, celle du père du narrateur. On le voit faire des études de droit, mais ne pas trouver de travail parce qu’il manque de réseau de relations à Lyon, comme on l’a indiqué au chapitre précédent. Il entre dans l’affaire de son beau-père et gère toute sa vie l’entreprise, mais tous ses intérêts se trouvent dans le droit, les sciences et les arts. Il soutient une thèse de droit à l’âge adulte et la publie. Il est aussi poète, sculpteur, écrivain, etc., et fréquente les cercles littéraires. Le narrateur montrera, dans tout son récit, que son père n’était pas à sa place dans son entreprise, même si celle-ci fabriquait des objets d’art précieux et qu’elle était une source économique nécessaire. Il est aussi propriétaire en Haute-Savoie. La vie dans cette propriété est l’objet d’une grande partie du récit. À son sujet, le narrateur emprunte un style très lyrique et romantique. Sur l’éducation que ce père leur donna, à lui et à sa nombreuse fratrie, on sait peu. On trouve seulement des informations sur le cycle de vie des membres de la fratrie et quelques allusions à des moments de promenades familiales. L’intentionnalité est d’abord de mettre en lumière les valeurs intellectuelles et artistiques de son père et les bienfaits qu’il a apportés avec la propriété, qualités qui de son vivant ne lui furent pas assez reconnues par les siens.

3. 3. Le poids des alliés

371On a vu combien les femmes et les maternels étaient absents des récits généalogiques en proportion du nombre d’informations apportées par les narrateurs, mais aussi qu’ils avaient été très influents sur les trajectoires et les modes de vie des patrilinéaires. Quelles sont donc les modalités de ces influences pour les ascendants enracineurs et leurs descendants ? Neuf narrateurs sur onze informent explicitement leurs lecteurs sur des lignées maternelles de leur ascendance. Pour les deux autres, on peut expliquer que l’un fasse exception car il s’agit du récit de la lignée des artistes, non conçu à l’origine à l’attention de la famille, mais pour un public d’amateurs. Pour l’autre cas, il s’agit du narrateur du récit de Julien Bélors qui a cherché à revaloriser la vie et les choix de son père. Aucun maternel n’est présenté, si ce n’est, en deux énoncés, les alliés lyonnais qui permirent de donner le droit de bourgeoisie en sa forme accomplie au fils de l’ascendant enracineur, avec les seules indications de leur position sociale et de la profession.

372Chez 5 narrateurs, les informations sur les maternels ne dépassent pas 15 % des informations totales, mais à l’autre extrême, chez 2 autres, elles recouvrent respectivement les deux tiers et un tiers. Les deux derniers se trouvent entre les deux. Mais dans ces plages qui leur sont consacrées, on doit concevoir qu’il se trouve des données concernant plusieurs lignées et pouvant être réduites à de simples suites généalogiques, sans commentaire.

373Les 9 narrateurs aménagent différemment la place des maternels : certains leur réservent des notices ou chapitres spéciaux, d’autres les dépeignent dans le fil du développement diachronique de leur récit, soit au moment de parler de l’alliance de l’ascendant patrilinéaire concerné, soit après avoir fini le procès de celui-ci. Ils traitent seulement des maternels des ascendants lyonnais. Ainsi, on voit que ce sont les alliés des bourgeois déjà installés à Lyon qui sont visés, qu’ils aient appartenu à la bourgeoisie ou à la noblesse, qu’ils aient été eux-mêmes lyonnais ou non.

374En ce qui concerne les alliés renseignés, ils portent tous la marque de leur intégration dans l’élite de leur localité, qu’ils viennent de Lyon, de Paris, de bourgs. Ils sont issus quasiment tous des localités dans lesquelles leurs patrilinéaires sont aussi nés. Ils appartiennent à des familles établies jouissant du crédit de leur ancienneté et de leur notabilité. Ils honorent les patrilinéaires et leur passé est une preuve de bonne conduite, même si le soupçon a pu les toucher parfois à une génération ou une autre, chez l’un de leurs membres ou un autre.

375Pour les alliés lyonnais, le degré d’intégration à leur élite est variable. Mais on constate qu’à chaque génération, grâce à eux, le nombre de branches lyonnaises augmente et permet un établissement renforcé dans l’élite locale. Les patrilinéaires et leurs enfants redoublent de crédit. Ils peuvent, à l’évocation des noms maternels, avoir accès à la confiance qui règne à leur endroit dans la mémoire collective de la cité. En ce qui concerne les alliés ayant appartenu à la noblesse, on observe qu’ils n’ont pas toujours un ancrage à Lyon. On voit surtout que les narrateurs ne s’attardent pas plus sur eux que sur les alliés bourgeois lyonnais. En effet, l’hétérogamie est souvent tue et, même lorsqu’elle est soulignée par quelques mots, elle est toujours tempérée par des indications permettant d’en réduire les effets imaginaires. Ce qui est le plus intéressant dans la présentation de ces alliés – bourgeois ou nobles –, ce sont les perspectives adoptées par les narrateurs. On distingue chez tous une adéquation entre leurs valeurs et celles de leur lignée patrilinéaire. Les narrateurs les montrent se comportant en plusieurs points de même que leurs patrilinéaires se seraient ou se sont comportés ou devraient se comporter encore.

376S’il est facile de nuancer les attributs par lesquels les narrateurs caractérisent leurs ascendants et leurs alliés bourgeois pour aboutir à leur donner des traits de ressemblance, il est plus difficile d’atteindre cet objectif avec des alliés appartenant à la noblesse. En effet, les patrilinéaires peuvent être confondus, fusionnés ou faire un seul corps avec des alliés bourgeois, et apparaître tels dans la mémoire des lecteurs. Mais pour les alliés nobles, il faut trouver des moyens pour réduire la distance due à l’hétérogamie entre les deux lignées. On observe pourtant bien ces nuances : elles se découvrent dans les mentions stipulant l’amitié que les deux familles se portent depuis longtemps, bien avant même que l’alliance ne se contracte, ou bien dans des commentaires sur l’origine de l’appartenance des alliés, la définissant en des termes qui la rapprochent de celle des patrilinéaires.

  • 96 L’hétérogamie existe aussi, bien sûr, dans les alliances entre bourgeois, mais on peut l’estimer im (...)

377Toute la question est, pour les narrateurs, de ne pas ignorer les valeurs apportées par leurs maternels et même de montrer qu’elles ont concouru à l’élévation de leur filiation, mais paradoxalement de ne pas trop marquer les différences. En effet, ils veulent les laisser voir par leurs lecteurs à un niveau de l’échelle sociale permettant de les imaginer partager le destin de grand bourgeois et non de nobles, car si la lignée bourgeoise patrilinéaire fait une ascension sociale avec ces alliances, la lignée noble, elle, fait une descente96. L’identité noble de leurs maternels les distingue des autres bourgeois, ce que leur nom ne fait pas d’emblée : on peut se souvenir de leur distinction à la génération de l’alliance, mais au fur et à mesure que les générations passent, l’oubli gagne et le nom ne véhicule plus, sous son paradigme bourgeois, un imaginaire adéquat aux traits identitaires des générations descendantes. La mémoire généalogique a pour fonction de rappeler à la descendance, mais aussi à la mémoire collective de l’élite locale, cette distinction identitaire.

378Parmi ces alliés, les narrateurs en situent toujours quelques-uns à une place privilégiée que l’on remarque par le nombre de pages ou de lignes dédiées, et par l’implication affective qui se manifeste dans leur énonciation. En effet, tous en donnent un portrait tel qu’ils les rendent exemplaires aux yeux de leurs lecteurs. Ils les désignent comme socialement et individuellement accomplis et comme sources d’affection, qu’ils soient grands bourgeois ou nobles, fortunés, ayant eu des revers de fortune ou au niveau économique inconnu : ils leur accordent une fonction symbolique centrale. Ils témoignent tous des traces durables qu’ils ont laissées dans l’imaginaire familial. Ils dévoilent des univers immortalisés par leurs bienfaits, en termes de biens financiers et immobiliers, mais aussi de confiance ayant abouti à des associations commerciales ou encore de sentiments d’affection, de stabilité et d’harmonie.

379Mais ces lignées alliées ne sont représentées dans les récits que par l’intermédiaire quasi exclusif de leurs membres masculins et de la branche patrilinéaire de l’épouse par laquelle l’alliance a été contractée. L’épouse elle-même est rarement identifiée en détail, de même sa mère, ses grands-mères, etc. Les exceptions vont aux femmes appartenant à la noblesse, à celles qui ont pris part activement à la gestion des affaires et des biens familiaux, suite au décès de leur mari ou de leurs enfants, à celles qui eurent elles-mêmes un destin tragique, et aux religieuses. Les traits de toutes ces femmes dépeintes, même brièvement, montrent leurs valeurs maternelles, culturelles, morales et religieuses. Les alliés des frères et sœurs des patrilinéaires ont aussi leur place, soit parce qu’ils les ont soutenus soit parce qu’ils les ont honorés, soit encore parce qu’ils ont apporté le trouble. Étant des beaux-frères, ils font les cousins de demain.

380Avec toutes ces alliances, les lignées patrilinéaires ont vu leur renom prendre de l’ampleur, mais encore le plus souvent sous les auspices et le couvert de leurs alliés qui ont permis leur élévation. À l’heure de l’écriture, les narrateurs veulent leur donner toutes les dimensions de leurs qualités propres. Ils amènent leurs lecteurs à inverser leur perspective à ce sujet. Maintenant que le récit est écrit, il s’agit que la mémoire n’oublie pas, à l’inverse, que derrière le renom des pères, il y a eu aussi celui de mères, tenues à la discrétion pour laisser place entière à ces derniers, mais présentes, ayant influé et ouvert au statut grand bourgeois.

381Dans le récit de Camille Delérable, les seuls alliés instruits avec plus d’un énoncé, et même très longuement, sont ceux de l’ascendant enracineur, c’est-à-dire ceux qui ont ouvert l’accès des patrilinéaires à l’élite bourgeoise lyonnaise et dont on rappelle que le narrateur partage entièrement les valeurs. Ils sont placés à l’intérieur du procès concernant l’ascendant enracineur, comme mis en abîme dans son histoire, et occupent 13 pages sur 94. Le narrateur leur ménage un récit dans le récit présentant leur exemplarité comme un trésor dans son écrin. Étant uniques, ils n’en prennent que plus de poids. Au sujet des alliés des générations suivantes, on apprend peu. On a constaté que les circonstances de l’alliance du fils de l’enracineur reproduisaient celles de son père. Quant à l’alliance du petit-fils de l’enracineur, elle est celle qui fait pénétrer les patrilinéaires dans l’élite de la noblesse. Elle n’est énoncée qu’en deux lignes incluses dans le procès de celui-ci, lui aussi très court. On connaît l’appréciation que le narrateur donne de cette alliance et le lien déterminant qu’il a avec elle : c’est à partir d’elle qu’il fait descendre sa famille, et c’est à ce nom qu’il joint le sien pour en faire le titre de son récit. Par son écriture, il la fait devenir la clef de voûte de l’architecture de sa famille. Il la met en effet à l’origine de son identité en rendant le couple éponyme de sa génération et de sa descendance. Il choisit la mieux née des lignées alliées pour y inscrire sa famille. Ses patrilinéaires et ses maternels se retrouvent ainsi côte à côte, sur un pied d’égalité. Leurs valeurs sont celles dans lesquelles son père et son grand-père maternel se sont retrouvés : celles qui font le grand bourgeois. Cette dernière alliance occupe, en termes de quantité, peu de place dans le récit, au regard des premiers maternels lyonnais, mais sa présence discrète, par sa position symbolique, ne lui donne que plus de poids.

382Ainsi, le narrateur invite ses lecteurs à comprendre que l’identité de leur groupe d’appartenance s’enracine dans leurs patrilinéaires – la branche bourgeoise de la famille – mais qu’elle ne se restreint pas à cette seule branche ; elle est aussi le fruit des identités provenant de leurs maternels. Ce sont donc les paternels et pas seulement les patrilinéaires qui font l’identité familiale. Mais des branches maternelles, le récit ne présente que deux d’entre elles. Le narrateur les a élues comme références pour eux, chacune pour des raisons différentes : la première pour signifier clairement ses idées mais la seconde pour y affilier sa descendance. Associée à l’identité des Delérable, il y a celle des Carme et celle des d’Arras, même si on ne les voit pas dans la résultante du patronyme de la lignée paternelle.

383Dans le récit de Lilian Collas, on trouve deux notices présentant des alliés, chacune complétée en annexe par un tableau synoptique. La première vient tout de suite après le récit concernant la branche paternelle. Elle couvre trois pages. Elle présente l’ascendance de la mère du narrateur – l’épouse de l’ancêtre enracineur – à partir de sa lignée patronymique. Elle indique une suite de six générations mais elle s’attarde essentiellement sur la cinquième génération, celle du père de l’épouse, grand-père maternel du narrateur. Elle n’est pas organisée comme la lignée patrilinéaire sous la forme d’une succession d’ascendants, mais sous celle d’une descendance unifiliative. Le premier ancêtre est greffier et a de son mariage sept enfants. Chaque ancêtre suivant est désigné comme issu de l’un des enfants du précédent et ceci sur trois générations. Pour tous, on sait l’année ou la date de leur naissance, leur profession qui est, chaque fois, juridique, les prénoms et nom de leur épouse et le nombre de leurs enfants. À la cinquième génération, la fratrie de l’ascendant direct est désignée et pour chacun de ceux qui la composent (les grands-oncles et grand-tantes), on est informé sur les dates de mariage et sur les prénoms et nom de leurs alliés et de leurs enfants. Pour deux d’entre eux, seulement, la profession est citée : il s’agit des professions de notaire et de colonel.

384En ce qui concerne le grand-père maternel, le narrateur présente, en premier lieu, les coordonnées de son cycle de vie puis l’identité de son épouse. On ne connaît pas son lieu de naissance, ce n’est que par le Tableau généalogique no IV que l’on sait qu’il est né à Lyon. On apprend ensuite les coordonnées de ses enfants ainsi que celles de son épouse. Puis on découvre la qualité de propriétaire de son père et les termes de la succession de ses propriétés. On se souvient qu’il eut dans son lot la propriété de Donvie en contrepartie de celui de son frère aîné qui eut le château de Vi. où leur père avait résidé. Rappelons encore la description de la propriété qui lui revint et la nostalgie que le narrateur a gardée des séjours qu’il y passa dans son enfance. Enfin, on est averti des qualités de ce grand-père. Elles ressortent de ses responsabilités politiques et sociales et de sa condition de propriétaire. En effet, le narrateur informe ses lecteurs que celui-ci est conseiller général du Rhône et se consacre exclusivement aux affaires du département. Il est très aimé dans les régions proches de Donvie dont il se préoccupe spécialement. Il a été nommé chevalier de la Légion d’honneur.

Notre Grand’Père était Conseiller Général du Rhône, et occupait une place prépondérante dans le Conseil, se consacrant exclusivement aux affaires du département et spécialement de la région de Donvie, The., le B. l’A., où il était très aimé. Il était Chevalier de la Légion d’honneur.
Très bon, très charitable
pour tous, il faisait le bien sans ostentation. Après sa mort seulement nous avons su qu’il donnait largement à des familles nécessiteuses [...].

  • 97 Dans cette notice, cet acteur grand-père est désigné tout d’abord comme notre Grand’Père lorsque so (...)

385Le narrateur décrit ainsi son grand-père comme un homme qui a du rayonnement et qui se consacre entièrement, à travers ses responsabilités politiques et sociales, aux autres. Il le montre attentif à faire profiter de ses biens, avec la plus grande simplicité, le plus grand nombre, riches ou pauvres, membres de la famille ou non : en effet, il donne à des familles nécessiteuses les produits de ses propriétés – pommes de terre, vin, et autres – et accueille largement ses enfants et petits-enfants dans sa maison, pour des séjours ou des promenades. Enfin, on apprend qu’il a des sentiments profondément chrétiens. À cette identité manifeste, il faut en ajouter une autre, moins perceptible à la première lecture, mais qui laisse le lecteur face à une contradiction. On peut la voir à l’œuvre dans la diversité des orthographes avec laquelle il écrit le lexème grand-père97 : tout d’abord notre Grand’Père, puis Grand’Père et enfin notre Grand’père. Lorsqu’on observe les trois contextes dans lesquels ce même acteur a été placé, on peut penser que son lexème exprime les sentiments paradoxaux du narrateur : d’un côté, c’est grâce à ce grand-père qu’il a connu l’enfance bien-aimée à Donvie mais par ailleurs c’est à cause de sa descendance que la propriété fut négligée puis licitée. Quoi qu’il en soit, il est l’homme que son père considéra comme son propre père et tout aussi exemplaire que ce dernier. Un tableau généalogique de son ascendance figure en annexe (le Tableau no II), et son épouse et lui se retrouvent dans le Tableau no IV aux côtés des grands-parents paternels du narrateur au titre d’ancêtres éponymes de la descendance dans laquelle celui-ci a placé sa fratrie et sa propre descendance.

386On trouve une seconde note sur des alliés. Elle concerne une branche alliée plus ancienne. Il s’agit de la descendance de la grand-tante maternelle du narrateur (sœur de sa grand-mère). En effet, celle-ci a sa descendance dans un tableau généalogique (le Tableau no III). On apprend qu’elle est lyonnaise, qu’elle épouse un notaire à Lyon dont on saura qu’il a écrit une œuvre dramatique, que son gendre du même nom a éditée. Ils ont deux filles, dont l’une se marie avec un magistrat et demeure dans une propriété à Ra., et l’autre épouse un professeur à l’École Centrale de Paris, né à Paris, étant chevalier de la Légion d’honneur. Le narrateur démontre le niveau de culture, d’intégration et de valeur de ces gendres avec le témoignage d’un article qui a paru dans Le Moniteur judiciaire sur le premier de ces alliés (cousin germain par alliance de sa mère), magistrat de son état, au moment de son décès. On y lit que cet homme est aussi un Lyonnais. Il est inscrit au barreau de Lyon, devient substitut à Saint-Fi., puis avocat général à Lyon et enfin président de Chambre à la Cour d’Appel jusqu’à sa retraite. On y apprend aussi qu’il était homme de qualité.

C’était un Lyonnais d’origine […].
On ne saurait assez louer la bienveillance de son esprit et la haute indépendance de son caractère. Il conserva jusqu’à la veille de sa mort les plus étroites relations avec les membres du barreau qui l’entouraient d’un respect vraiment filial. « Le Président » était considéré comme le doyen vénéré de cette famille judiciaire.
[...]
Il faisait depuis quelques années, partie de l’Académie de Lyon. Le Président Volier était un libéral dans la plus haute conception du mot et aussi un fervent chrétien.

387Ce cousin maternel fut, ainsi, un Lyonnais d’origine, un homme respecté et vénéré tel un père par ses collègues de travail, et un esprit bienveillant. On estimait l’indépendance de son caractère et ses conceptions libérales.

388Pour le second allié, professeur à l’École Centrale de Paris, le narrateur reprend les mots d’un article de La Revue encyclopédique Larousse pour le dépeindre. On y voit un homme né à Paris et élève de l’École Centrale qui, avec son diplôme d’ingénieur, a travaillé dans les chemins de fer puis est devenu professeur de mécanique dans un collège et ensuite à l’École Centrale. Il entre enfin comme professeur au Conservatoire des Arts et Métiers. On y témoigne aussi de ses qualités.

Par son enseignement aussi clair que savant, par son talent d’exposition, il se plaça au premier rang. D. fut Président de la société des Ingénieurs civils de France, membre du Conseil supérieur de l’enseignement technique et de nombreuses sociétés savantes. Il était chevalier de la Légion d’honneur. Outre de nombreuses conférences et des discours, on lui doit des ouvrages très estimés. [...]

389Cet ascendant est au premier rang dans les compétences de sa discipline. Il s’engage jusqu’aux plus hautes responsabilités administratives dans les nombreuses associations dont il fait partie et est reconnu par ceux de son temps puisqu’il est nommé chevalier de la Légion d’honneur et qu’on lui doit des ouvrages très estimés.

390Ainsi ces trois hommes issus de lignées maternelles font honneur à la lignée patronymique maternelle, mais aussi à la lignée patrilinéaire du narrateur. Deux Lyonnais et un Parisien de renommée nationale, tous, avec leurs compétences, sont engagés auprès des hommes de leur temps et reconnus par leurs contemporains. Leur présence donne à la famille un passé de haute valeur. À observer sa branche maternelle à leur lumière, le narrateur peut se la représenter autrement qu’avec la connaissance de la seule filiation noble de sa mère ; il peut la considérer aussi avec son côté grand bourgeois.

391Enfin, on trouve une dernière présentation de maternels dans le recueil, mais celle-ci sous la seule forme d’un tableau généalogique en annexe (le Tableau no I). Elle expose la filiation de la grand-mère paternelle du narrateur, les alliés de l’ancêtre migrateur à Saint-Fi. On apprend avec elle que cette branche compte deux générations de notaires.

392Dans ce récit, on fait la connaissance, même si c’est en peu de termes, de trois branches maternelles dans lesquelles le narrateur invite à voir la notoriété et la hauteur des valeurs de leurs membres ; elles occupent 7 pages du récit sur 117 avec 5 tableaux en sus. Avec elles, les lecteurs peuvent comprendre que leur identité est bien ancrée dans les racines des Collas mais qu’elle inclut aussi celles de leurs maternels. Ils peuvent voir derrière leur patronyme la mémoire de leurs héritages maternels qui les ont élevés jusqu’à la noblesse, la notoriété, la culture, etc.

393Dans le récit d’Auguste Armand, le narrateur, après la présentation de l’histoire de sa lignée patrilinéaire, expose un très grand nombre de branches alliées. Elles occupent les deux tiers du recueil, soit 81 pages sur 131. Vingt-sept branches sont ainsi découvertes aux yeux des lecteurs. Parmi elles, on peut voir neuf ascendances dépeignant la filiation des alliés des patrilinéaires depuis ceux du père de l’enracineur jusqu’à ceux du père du narrateur avec certains de ceux de leurs fratries et collatéraux. Chacune de ces branches figure sous la forme d’un ou de plusieurs tableau(x) généalogique(s) mais certaines bénéficient aussi d’informations restituant avec force détails certains événements. Quatre sont ainsi instruites par une notice spéciale. Elles concernent l’ascendant enracineur jusqu’au dernier ascendant lyonnais illustré textuellement (l’arrière-grand-père du narrateur ayant fait une alliance noble). Les autres généalogies présentent des rameaux de ces branches ou des maternels des ascendants lyonnais postérieurs.

394Quand on examine les 4 notices présentant les maternels des 4 ascendants lyonnais de la lignée, on constate que la première – la lignée maternelle de l’enracineur – est très courte. On a vu qu’elle informait sur le fait que le père de l’épouse était protestant et a abjuré et embrassé la foi catholique et romaine, un mois avant la Révocation de l’Édit de Nantes. On peut évaluer que cette abjuration eut lieu neuf ans avant le mariage. Un oncle paternel de l’enracineur se trouvait parmi les témoins, ce qui permet de conclure que les familles se côtoyaient déjà bien avant le mariage. Une petite note indique dans les documents annexes que le père de l’épouse a été maire de Sainte-T.

  • 98 Aux trois pages et demie consacrées à cette lignée dans la notice, il faut ajouter la généalogie dé (...)

395La seconde notice relate l’histoire de la filiation de l’épouse de l’ascendant enracineur. Elle occupe 13 pages, comptant trois pages et demie de texte et le reste en généalogies98. Textuellement, elle présente quatre ascendants qui sont tous nés à Lyon. Le plus ancien, baptisé au début du XVIIe siècle, est marchand drapier à Lyon comme son père et « fait une grosse fortune dans ce commerce ». Le mariage lui apporte des biens et notamment de nombreuses propriétés dont celle qui restait encore dans la famille lors du mariage de l’ascendant enracineur, deux générations après. L’épouse de cet ascendant est en effet une riche veuve dont l’un des enfants est devenu un célèbre botaniste. Le second ascendant est notaire et achète avec l’aide de sa sœur une étude à Lyon ; il lui est octroyé des armoiries. Son contrat de mariage lui apporte une somme d’argent et une propriété. Son épouse est fille d’un marchand libraire à Lyon. Un de leurs enfants sera anobli.

396Enfin, le troisième ascendant, le beau-père de l’enracineur, est orphelin très jeune. Il est lui aussi notaire à Lyon mais aussi greffier d’Ainay. Il fait deux mariages mais tous deux se terminent avec une longue maladie des épouses, ce qui l’amènera à la faillite dans toute son horreur. La première épouse est née à Lyon ainsi que son père ; son grand-père y était déjà marchand chandelier. On ne sait rien de l’ascendance de la seconde épouse. Enfin, cet ascendant meurt à 58 ans et laisse plusieurs enfants mineurs doublement orphelins. Ainsi, la lignée alliée de l’enracineur fut une lignée bien établie – multi-établie même – à Lyon dont les membres étaient des notables intégrés à l’élite bourgeoise de leur cité. Sa richesse est venue du commerce de draps et de la fortune d’une veuve puis grossit par celle de l’épouse suivante. Mais à la génération de l’enracineur, elle semble avoir disparu.

  • 99 Les 7 autres pages concernent la descendance détaillée de chaque membre de la lignée patrilinéaire (...)

397La troisième notice informe sur les alliés du fils de l’ascendant enracineur. Elle comporte 9 pages, dont 2 sont textuelles. Les autres sont des généalogies. Elle présente dans sa partie textuelle quatre générations99. Elle montre une famille bien intégrée à Lyon aussi, au moins sur trois générations, depuis les années 1700. Le premier ascendant est maître charpentier en Bugey, le second fabricant de soie à Lyon et donneur d’eau, et le troisième marchand fabricant d’étoffes de soie, d’or et d’argent. L’épouse de ce dernier est fille d’un bourgeois de Lyon et filleule de Soufflot.

398Sur ce troisième, le beau-père, donc, du fils de l’enracineur, la notice indique qu’il devient très riche. Pendant la Terreur, il prend part à la défense de Lyon aux côtés de son fils et de son gendre, et se fait arrêter sur dénonciation, en même temps que son fils, mais tous deux sont libérés.

En 17~~, Guillaume-Louis Mogin, bien qu’étant âgé de 54 ans, prend part à la défense de Lyon comme capitaine dans la force départementale : « aux avant-postes » précise son dénonciateur. Il était aux côtés de son fils Guillaume-Émilien Amédée et de son gendre, Jacques-Louis Armand. [En] 17~~, il est dénoncé comme contre-révolutionnaire, arrêté, incarcéré, puis jugé et libéré. A-t-il émigré ? Nous ne le savons pas, en tout cas, il est à Lyon en 17~~. Il vend son fonds de commerce à son fils mais il semble qu’il soit resté maître apprêteur et donneur d’eau.

399Le narrateur explique longuement, ensuite, les événements que dut vivre cet ascendant à cause de l’un de ses fils. Celui-ci a eu en effet une vie qui obligea son père à le mettre sous curatelle, ce qui ne l’empêcha pas de se retrouver forçat.

[En] 17~~, son père lui avait vendu son fonds de commerce pour 26 000 livres (F. notaire) mais Lyon étant en pleine bataille, il ne peut utiliser cette acquisition. [En] 17~~, il est à Paris au n °~~ de la rue de B., faubourg S. Il revend son fonds à son père qui à cette époque demeure rue du T. C’est la liquidation et la faillite. Son père prend en charge le recouvrement des dettes actives du dit commerce, il paye les créanciers mais il met son fils sous curatelle.
À cette époque, Guillaume-Émilien Amédée Mogin devait vivre à Paris avec la comtesse de Ch. dont il eut deux filles naturelles. L’une d’entre elle, née [en] 17~~ s’est mariée en 18~~ au chevalier de Boirieux. Guillaume-Émilien Amédée donne procuration à la comtesse de Romain pour l’établissement du contrat, cette procuration a été faite en 18~~ à Lyon. Peu après, sans doute sous le directoire, ou peut-être sous le consulat, une note de police indique que le royaliste Jacques-Louis Armand est le beau-frère du forçat Mogin. Que s’est-il donc passé, Guillaume-Émilien Amédée a-t-il été condamné pour délit politique ou pour faillite ?

400Ainsi, ce beau-père et son gendre partagent un sort semblable dans leur lutte pour la défense de Lyon comme ils le feront avec une génération de décalage pour le soutien de leurs fils respectifs, chacun ayant fait une faillite retentissante. La famille de la belle-mère, elle, apporte le multi-établissement dans la cité à la lignée patrilinéaire, et par son parrainage, la culture et un réseau de considération et de réputation.

  • 100 Les tableaux généalogiques comprennent la descendance d’un ancêtre appartenant à une branche alliée (...)

401La quatrième notice informant sur les alliés des ascendants lyonnais et la dernière du point de vue textuel occupe 5 pages dont 4 pages de texte100. Le narrateur y présente 3 générations d’ascendants. On apprend au sujet de la première seulement quelques informations sur les cycles de vie des parents et de leurs enfants. Concernant la seconde, on voit que l’ascendant est maître-chirurgien à Lyon, né dans le Lot-et-Garonne et décédé à Lyon, et que son épouse est native de la cité et la fille aussi d’un maître-chirurgien à Lyon. À propos de la troisième enfin (celle du beau-père de l’ascendant lyonnais), on apprend que l’ascendant a des parrain et marraine de lignées nobles. Il est orphelin de père très jeune mais élevé avec beaucoup de soin par le second mari de sa mère, lui aussi chirurgien. Il fait ses études de droit, devient juge de paix puis, après la Révolution, avoué. Son mariage n’apporta pas beaucoup de bien à cause de la révolution, mais sa famille s’était engagée dans la défense de Lyon et plusieurs de ses membres furent même guillotinés. Il prend part lui aussi à cette défense et est dénoncé.

Guillaume-Florian traverse la révolution non sans quelques difficultés. Il prend part à la défense de Lyon, comme membre de la section du G., et fut dénoncé et poursuivi pour avoir été l’un des députés contre-révolutionnaires qui voulait la dissolution de la convention. Il échappe néanmoins au tribunal et nous le retrouvons « homme de loi » sous le directoire. Ses biens qui avaient été séquestrés lui furent rendus.
Vers 17~~, il fait faire sa miniature en jeune muscadin avec une plume en main. [En] 18~~, il a 34 ans, il épouse Marie Aurélie Biffat en l’église Saint P. Le contrat est fait par maître Danireau et la dot de la mariée est bien faible, 2 500 livres, la révolution était passée par là. Elle était fille de Guillaume-Henri Biffat et de Madeleine Sollère. Pendant la révolution deux de ses oncles ont été guillotinés, Romuald et Gilles Biffat.

402On sait la passion de cet ascendant pour la peinture des grands maîtres et la collection d’objets d’art, la menace de saisie et de prison qui s’ensuit et sa fuite en Suisse. Loin de sa famille qui l’a beaucoup critiqué, se sentant seul et malade, il se lamente, torturé par sa ruine, durant presque deux années chez un ami, puis revient en Savoie chez une tante maternelle de son gendre.

Guillaume-Florian est maintenant en Suisse, son gendre Jacques-Edmond s’installe dans l’appartement de son beau-père et réussit à sauver une partie du mobilier. Guillaume-Florian est bien reçu par son ami Alfred Mébat, mais il est malade et torturé par sa ruine. À la fin, son ami est excédé par ses lamentations. Guillaume-Florian est seul, il appelle au secours, sa femme, sa fille, il se lamente, se traite de misérable. Tant et si bien que sa famille, après l’avoir sévèrement critiqué, prend pitié. Une âme charitable, madame Grabert, née Mogin, sœur de madame Jacques-Louis Armand, lui propose de venir chez elle à M. en Savoie [...].

403Encore une fois, l’exposé de l’exil affecte le ton du narrateur. En fin de compte, cet ascendant meurt très vite après son retour à Lyon, « réconcilié avec la religion, qu’au grand désespoir de sa femme, il avait un peu oubliée depuis la Révolution ». La notice se termine sur l’annonce faite à cette épouse de l’héritage de la propriété de Ba. venue de l’hôte de Suisse. Elle mentionne que celle-ci reviendra à leur fille (qui épousa le petit-fils de l’enracineur). Ainsi, cette lignée maternelle renforce encore le multi-établissement à Lyon de la lignée patrilinéaire. Elle apporte finalement du bien avec la propriété de Ba. et le goût de l’art, même s’il coûta cher.

404Ainsi, la filiation du premier ascendant lyonnais est dédouanée du doute sur son appartenance à la religion catholique avec la preuve qui est donnée à son sujet, la seule information textuelle qui concerne cette alliance. On est assuré aussi qu’elle fut bourgeoise au même titre que les patrilinéaires du même village. Les filiations des alliés suivants sont toutes multi-établies à Lyon et possèdent une mémoire généalogique d’aïeux sur au moins trois générations, ce qui redouble à chaque génération la légitimité de la place des patrilinéaires dans l’élite de la cité et son ancienneté dans la bourgeoisie. D’autre part, chacune a un ascendant qui vécut sous la Révolution et qui participa à la défense de Lyon en endossant des responsabilités qui lui valurent de grandes difficultés. Comme les ascendants patrilinéaires, les alliés sont des héros de la contre-Révolution et en cela les patrilinéaires peuvent se reconnaître de leurs familles : alliés politiquement, alliés familialement. Enfin, si les générations anciennes ont du bien, les pères des épouses, eux, se sont tous trouvés en difficultés financières suite à des faillites, ce qui fit de ces épouses des femmes peu fortunées au début de leur mariage. Mais l’équilibre, dans tous les cas, est revenu avec le temps, par l’intermédiaire du réseau familial, amical ou allié. Les professions des hommes sont le négoce ou les professions juridiques. Tous les beaux-pères, au moins, ont eu des fonctions politiques ou sociales dans leur localité. La culture est présente, essentiellement pour le beau-père le plus récent qui fut un grand esthète, mais peu manifeste dans les autres cas qui supposent pourtant l’existence d’un certain savoir chez des ascendants de professions juridiques, mais aussi chirurgiens ou libraire.

405En fin de compte, au regard de l’histoire de cette dernière alliance, on constate que la résultante des apports de ces quatre lignées maternelles invite à voir que la filiation du dernier ascendant lyonnais présenté est à la hauteur de celle de ses alliés dont une partie est issue de l’aristocratie. On a déjà repéré cette résultante au contrat de mariage de ses parents qui montre des comptes équilibrés quant aux sommes apportées au mariage par les deux parties, des propriétés respectives possédées en nombre égal et un mode de vie commun de grand bourgeois lyonnais satisfaisant chacun. Ainsi, les lecteurs peuvent se reconnaître dans leurs maternels et porter un autre regard sur leur filiation paternelle, c’est-à-dire la concevoir au-delà de la seule filiation agnatique, en comprenant leurs maternels : avec les Lyonnais, la référence est toujours bourgeoise, mais elle ne fait pas regretter la race aristocratique perdue puisque celle-ci reviendra par l’héritage des alliés de la 4e génération lyonnaise, préparée qu’elle a été par l’histoire des 3 générations de branches paternelles et maternelles précédentes.

  • 101 Ces dernières généalogies sont séparées des premières par les documents annexés et les quartiers du (...)
  • 102 La présence des particules marquant la noblesse et la notoriété des patronymes bourgeois sont les i (...)

406Après ces quatre générations d’alliés, on ne trouve plus de filiations consignées textuellement dans le récit. Pour autant, on observe plusieurs autres tableaux généalogiques, à commencer par les alliés de cette dernière génération lyonnaise présentée (bisaïeul du narrateur). Ces alliés, en effet, marquent enfin l’appartenance de la famille à l’aristocratie101. Pour les alliés suivants – ceux du grand-père du narrateur comme ceux de son père – on voit que les tableaux ont une branche grande bourgeoise et l’autre noble102. Le narrateur rassure ainsi ses lecteurs qui ont beaucoup perdu à découvrir que leur filiation agnatique n’appartenait pas à une vieille aristocratie ; ceux-ci ont les deux sangs : le grand bourgeois et le noble depuis plusieurs générations.

407Dans le récit de Damien Palluis, le narrateur mentionne des informations sur les alliés des descendants de l’enracineur pour une seule génération ; elles occupent quelques lignes. Il explique les responsabilités que prit le gendre dans la famille – notaire comme son beau-père – et la promesse qu’il tint de diriger l’étude de celui-ci s’il devait mourir avant que son fils ait fini son notariat. Il indique qu’il avait de l’autorité dans la famille et était écouté du chef de famille (la mère de son beau-père, qui a élevé son épouse et sa fratrie, à cause de la mort de leur mère). Cette grand-mère ne fut donc pas la seule à laisser après le décès de l’enracineur une dette symbolique à ses descendants, son petit-fils par alliance aussi. Celui-ci est le premier homme d’une lignée alliée à prendre part au travail solidaire de chaque génération concernant la fortune familiale ; grâce à cela, la division de l’héritage qui avait commencé a été limitée.

408Dans le récit de Florent Reynaud, les mentions des alliés des descendants de l’enracineur couvrent 8 pages, auxquelles il faut ajouter de brefs énoncés inclus dans le cours du récit. Il s’agit des alliés de trois générations : du narrateur, de son père et de ses enfants. Les informations généalogiques formalisées ne sont données que pour les deux premières. Les alliés et les maternels ont un profil sociologique semblable. Dans les deux cas, de grosses fortunes ont été constituées dans le cadre du notariat, puis sont venus des revers qui eurent des répercussions sur la descendance. Le narrateur détaille précisément le contenu des deux héritages, dans un but de clarté pour ses enfants.

409Il présente deux générations de la filiation de son épouse et quatre générations de la filiation de sa mère. Concernant son épouse, il indique que sa mère est noble par ses maternels (renvoyant à un ouvrage généalogique pour connaître cette branche) et que son père est un homme bien intégré à la bourgeoisie lyonnaise, « très actif et très intelligent, homme supérieur à tous égards, chrétien irréprochable, chef de famille exemplaire [donnant] une grande importance à l’étude qu’il avait acquise ». Ce beau-père achète de nombreuses propriétés dont l’une fut le théâtre d’un souvenir cher au narrateur : sa première rencontre avec sa femme. Des liens existaient donc avant le mariage entre les deux familles. Quant à ses maternels, ils sont aussi lyonnais et bourgeois, et ont eu des positions engagées durant la Révolution, notamment une femme sa trisaïeule ; son bisaïeul fut fusillé sous la Terreur. Dans les deux lignées, comme dans sa lignée patrilinéaire, les femmes apparaissent comme des victimes du destin par leur mariage : veuvage, disparition, faillite, déshonneur, violence, etc. Quant à la troisième génération d’alliés, ceux des enfants du narrateur, il dit ne pas avoir besoin de s’étendre sur les mariages, renvoyant chacun à ses souvenirs et aux généalogies, mais tient à désigner les qualités qu’il a cherchées et trouvées dans ses gendres et ses belles-filles. Dans le récit de Marie-Joséphine Detilleul, ne sont exposés que les alliés des enfants de l’enracineur : ceux de la narratrice et de sa fratrie. Les enjeux liés aux mariages couvrent une quinzaine de pages sur 93. Pour une seule génération, c’est un grand nombre. La narratrice en effet a fait deux mariages bien différents de ceux de ses frères et sœurs qui l’ont amenée à s’expliquer dans son récit. En effet, elle dit qu’elle était persuadée qu’elle allait subir les préjugés qui blâment les femmes qui se remarient, mais aussi « qu’avec le temps, on approuverait son choix ». Son premier mariage était avec son cousin paternel à la demande de son père qui désirait très fort qu’une de ses quatre filles s’allie à quelqu’un de la région des origines. Le second fut, après son veuvage, avec un homme dont elle avait progressivement apprécié les qualités dans le cadre de ses activités professionnelles. Elle dut en effet reprendre un atelier sous peine d’incarcération en pleine Révolution. Cet homme fut présent à ses côtés, puis dirigea une de ses sociétés. Il allait et venait entre Paris et la petite ville où chacun résidait. Il lui devenait tous les jours plus nécessaire et elle s’attacha à lui comme lui à elle. Ils se marièrent donc. On ne sait rien de la famille de cet homme : sans doute n’appartenait-il pas au milieu bourgeois. Ici, l’alliance est fondée sur un intérêt professionnel commun et une longue amitié faite de services et de confiance réciproque.

410Ses frères et sœurs firent tous des alliances honorables dont l’une est plus particulièrement valorisée : une alliance avec une famille lyonnaise bien implantée et de très bonne réputation. On voit ici aussi que les deux familles se connaissent et s’estiment mutuellement ; ce sont ses sentiments pour le père et pour la fille, dit la narratrice, qui amenèrent l’époux à faire ce choix parmi d’autres femmes. Après la mort de leur père, leur maison remplaça la maison paternelle ; l’on n’y faisait point de distinction avec la sienne propre ; on y donnait également des preuves de bonté et de générosité à tous.

411La description des six mariages montre des couples ouverts sur le monde, la vie professionnelle (plusieurs femmes travaillent notamment), l’art, la famille, les autres en difficulté. Ils accueillent généreusement. L’un des frères a épousé une femme de grande notoriété, très cultivée, qui tint salon à Paris. Ils ont vécu dans la capitale et ouvert leur réseau parisien à leur famille et plus particulièrement à leurs neveux et nièces. La description de la vie de ce couple montre que ce frère n’a pas une vie facile, notamment sur le plan professionnel. Les femmes – la narratrice, ses sœurs et belles-sœurs – jouissent d’une grande liberté. Cette liberté est appréciée explicitement dans toute sa complexité et ses différentes dimensions. Cette dernière génération montre des alliances aux goûts partagés et aux valeurs communes, les alliés apportant des compétences et situations élevant chacun des descendants de l’enracineur.

4. L’INSTITUTION D’HÉRITIERS

412Pour faire reconnaître l’héritage paternel et pour indiquer dans quel esprit le recevoir, les narrateurs doivent s’appuyer sur les fonctions structurantes et opératoires du genre généalogique : fonctions tout à la fois testamentaire, sublimatoire, performative. Tout d’abord, on peut constater que les récits montrent une dialectique commune. En effet, en leur fin, les narrateurs témoignent de l’impact de leur fréquentation assidue de leurs ascendants. Leur perspective sur leur devoir de mémoire s’est modifiée par rapport à celle qu’ils avaient exprimée au commencement. Le devoir a changé de nature ; il n’a pas disparu. Une fois accompli, il n’a plus les mêmes objectifs. La visée concernant la restauration, la légitimation et l’identité de la lignée paternelle a trouvé à s’exprimer. Le devoir est devenu une dette. Les narrateurs ont pris conscience que les investissements, valeurs et qualités de leurs aïeux étaient des dons à leurs descendants. Ils ont contracté une dette. Mais celle-ci s’est révélée pour eux un indu, c’est-à-dire une créance jamais soldée car les créanciers sont des ascendants décédés, à l’heure de l’écriture. Ils en font part à leurs lecteurs. Ils ne leur imposent pas un discours conclusif leur dictant les comportements qu’ils doivent désormais adopter par reconnaissance envers leurs ascendants. Ils ne les contraignent pas à effectuer des contre-dons en guise de remerciement. Ils les exhortent à puiser dans cet indu les dons dont ils peuvent avoir besoin pour leur propre vie. Ils leur constituent ainsi un précédent, comme le dit Bronislaw Malinowski du récit des origines, dans lequel ils peuvent trouver les crédits gracieux leur permettant à chacun de prendre une avance sur investissement pour leur construction identitaire et leur situation sociale. Le genre généalogique offre les moyens d’une anticipation sur l’avenir.

413De plus, on peut observer que les narrateurs cherchent l’adhésion et la confiance de leurs lecteurs afin qu’ils les suivent dans leur perspective sur l’histoire familiale. Eux, ils espèrent, ils souhaitent, ils demandent, ils témoignent, ils disent leurs sentiments, ils prouvent, ils persuadent, ils appellent à la méditation, etc. À leurs lecteurs de discerner et de disposer ensuite ! Eux, ils ont fait don d’une mémoire généalogique de leurs paternels à leurs descendants qui n’avaient qu’une mémoire mythique pour se reconnaître. Ils leur ont livré l’esprit qui règne dans la tradition paternelle pour ne pas rester à la lettre de leur histoire identitaire porteuse d’un imaginaire familial invalidant. À leurs lecteurs d’exercer leurs compétences individuelles pour trouver avec leur mémoire généalogique leur équilibre familial et social dans leur génération, et dans la trajectoire qui leur convient.

414Enfin, l’implication des narrateurs a les traits du témoignage testamentaire. Une telle écriture leur permet de viser deux objectifs : d’une part, voir leurs témoignages accueillis par leurs descendants en raison de l’affection qu’ils leur portent et de la déférence qu’ils peuvent avoir envers eux ; d’autre part, donner leurs recommandations pour l’avenir de leur legs. Ils se soutiennent des forces performatives du testament pour donner à leurs enfants et en conséquence à leurs petits-enfants une conscience de leur identité généalogique paternelle, comme elle existe déjà chez eux pour leurs maternels. Ils profitent des caractères génériques du genre pour attirer des vocations d’héritiers de leurs paternels, non pour une affiliation à la seule ligne de l’engendrement patrilinéaire, mais pour une lignée élective composée de paternels et d’alliés choisis pour leurs références exemplaires. Ils les rattachent même nommément à un couple porteur du modèle accompli à leurs yeux. Ils ouvrent une nouvelle ère avec l’achèvement de leur récit : l’héritage a perdu ses contradictions identitaires ; il a une double origine et est honorant, légitime et généalogique pour les deux branches ; il est animé de références communes fédératrices et souhaitables pour les générations à venir.

4. 1. Les transformations du devoir de mémoire

  • 103 L’analyse de contenu des transformations a été effectuée en comparant l’énonciation de la phase de (...)

415Tous les narrateurs ont témoigné de l’impact de leur fréquentation assidue de leurs ascendants. Soit ils l’ont exprimé directement en tant que tel, soit la conclusion de leur récit en laisse la trace103. En effet, lorsqu’ils mettent un point final à leur récit, ils ne désignent plus dans les mêmes termes leurs attentes. Ils ont sorti de l’oubli et de l’anonymat leurs pères, et accompli leur devoir de mémoire. Ils en sont satisfaits. Ils ont réduit les contradictions dont ils avaient souffert et discerné des solutions leur redonnant confiance dans l’avenir. Ils ont fait part de paradigmes constitutifs de leurs fondements identitaires. Mais ils découvrent aussi davantage. Les valeurs et qualités de leurs aïeux sont des dons à leurs descendants. Ils appellent alors leurs propres descendants à les considérer comme tels et à se les approprier.

416Dans le récit de Camille Delérable, le narrateur exprime longuement les motifs qui lui ont fait écrire l’histoire de sa famille dans son adresse. Il formule son vœu le plus cher pour ses enfants et pour lui-même : le vœu que tous voient revenir le régime qui avait fait la prospérité de leurs ascendants. Mais son énoncé n’invoque pas explicitement le retour de l’Ancien Régime. Il envisage un régime réparateur. Le narrateur attend la restauration d’un régime qui répare. Il dévoile ainsi ses désirs propres et ce qu’il souhaite à ses enfants.

Plus heureux qu’eux, vous reverrez sans doute le régime réparateur, qui a si longtemps abrité la prospérité de vos ancêtres. Puissé-je ne pas mourir avant d’en avoir salué la restauration !

417Le narrateur révèle, par ce vœu, combien il subit l’attrait de l’Ancien Régime. Mais ce n’est pas l’Ancien Régime qu’il souhaite que lui et ses enfants saluent. C’est l’avènement d’un régime qui ait tous les caractères de l’ancien : un régime nouveau qui ne soit pas « le nouveau régime ». Ainsi le narrateur ne s’exclut pas de l’activité imaginaire de sa famille puisqu’il attend un retour comme elle, mais il n’en est pas prisonnier. Certes, on peut considérer qu’il espère la restauration de la royauté, mais il ne le dit pas. C’est pourquoi une telle lecture serait réductrice, car on ne verrait pas la nuance qu’il présente dans son énoncé, à savoir que l’attente visée est d’abord celle d’un régime qui pourrait réparer ce que le nouveau a altéré dans l’ancien. Ainsi, dès l’adresse, le narrateur a inscrit comme révolu le temps de l’Ancien Régime. Par contre la venue d’un régime réparateur est dans l’ordre du possible et même du souhaitable.

418Le plus malheureux dans cette histoire est que ses fils aînés ne verront pas la restauration du régime souhaité pour tous. Leur malheur est lié à leur exclusion de cet événement pour lequel ils ont été sacrifiés. Le narrateur dit sa tristesse de ne pas voir ses fils décédés participer à la liesse de la restauration tant attendue par eux. Malgré tout, en fin d’adresse, il conjoint ses enfants vivants à ses propres souhaits, les entraînant dans son sillon, mais en même temps leur explicitant les premières nuances qu’il entend apporter. Ainsi, ses descendants ne peuvent pas ignorer que leur père ou grand-père a attendu et attend encore un régime restaurateur pour eux ; ils comprennent clairement qu’il les embrasse dans ses désirs. Son imaginaire n’est plus exactement le même que celui auquel ses aînés avaient répondu, puisque son idée de l’avenir n’est plus une répétition du passé.

419À la toute fin du récit, le narrateur n’a plus les mêmes souhaits. Il confirme que la mort de ses fils et de son neveu a bien été un sacrifice mais que toute leur génération s’est trouvée sacrifiée. Il donne à ses enfants vivants le droit d’espérer qu’elle contribuera au relèvement de leur patrie mais aussi qu’à l’avenir c’est la providence qui se chargera de la tâche de ce relèvement.

Henri, Émilien et Camille Delérable, appartiennent à cette génération qu’un jeune écrivain de grand talent, Henri Massis a si bien qualifiée de « génération sacrifiée ». Nous avons le droit d’espérer que leur sacrifice si pur contribuera avec tant d’autres au relèvement providentiel de notre patrie.

420Après sa leçon d’histoire à l’adresse de ses enfants et petits-enfants, le narrateur reconvoque ses souhaits pour l’avenir. Il veut toujours voir un régime réparateur. Il ne revient pas sur ce souhait. Mais la providence est à mettre à la place des fils pour y travailler. La famille est relevée de cette tâche.

  • 104 L’espoir du retour, au fur et à mesure que se construit la signification, prend des figures différe (...)

421La narration s’achève sur un terme qui n’avait pas encore été employé pour parler de la France : ni la Vieille France, ni le vieux sol national, ni la nation, mais la patrie104. On se rappelle la forte question identitaire que le narrateur avait exprimée dans son adresse, à savoir que, dans les représentations du nouveau régime, l’amour du sol et l’amour du passé s’opposaient. Il ne voyait donc pas comment le patriotisme pouvait se perpétuer. En fin de récit, le narrateur en est venu à concevoir la Vieille France comme la patrie, c’est-à-dire à imaginer conciliables l’amour du sol et celui du passé. La patrie est étymologiquement le pays des pères. Le narrateur a pu réconcilier ses objets d’amour en concevant le patriotisme comme le service du pays des pères. Il peut s’approprier, en fin de compte, un terme du nouveau régime après avoir restauré ses pères, à ses yeux et à ceux de ses enfants, mais aussi aux yeux du nouveau régime. Avec son récit, le renom de ses pères apparaît, dès lors, sous son vrai jour. Le narrateur retrouve l’unité de son identité familiale qui lui provient du passé de sa famille. Il peut offrir à ses descendants les termes qui permettent d’apprécier le passé de leurs ascendants paternels sans être soupçonnés et de rendre leurs devoirs aux membres sacrifiés, sans croire devoir les suivre pour autant.

422Avec la connaissance d’une telle histoire, la voie des enfants n’est plus la seule loyauté aux attentes de la famille. L’écriture marque le terme d’une période révolue où le sacrifice était demandé parce que les fils ne pouvaient aimer leurs pères s’ils aimaient la patrie. Elle fait date si les lecteurs veulent bien croire dans le point de vue du narrateur. Une nouvelle tradition est offerte à la perspective des regards familiaux, à la place du retour du régime perdu. Elle constitue une barrière contre la tentation du sacrifice. Le narrateur institue une ère nouvelle pour la famille.

423Dans le récit de Lilian Collas, en son début, l’intention du narrateur était de mieux faire connaître la famille à ses enfants et petits-enfants parce qu’il considérait que cette transmission était un devoir cultuel. Il souhaitait témoigner de la vénération qu’il avait pour tous ceux qui ont fait partie de sa famille. Mais il regrettait amèrement les trous de sa mémoire et s’en estimait coupable. Lorsque la consignation de son histoire est achevée, le narrateur se présente à ses lecteurs différemment. Il clôt son récit sans redire son regret d’avoir perdu à jamais tant d’informations sur ses ascendants, même si, dans son énoncé, on voit qu’il présente encore ses renseignements comme partiels à ses yeux. Mais il estompe cette problématique.

Tels sont les renseignements que j’ai pu recueillir sur nos ancêtres et quelques souvenirs personnels sur nos parents plus proches.

  • 105 La narration est achevée et le narrateur conclut en sujet ayant accompli sa tâche. Il évalue « son (...)

424Le narrateur poursuit sa conclusion par un nouveau témoignage dans lequel il exprime les effets de l’évocation de ses souvenirs sur lui105.

Ces souvenirs personnels évoqués m’ont fait revivre des temps déjà anciens ; ils m’ont remémoré bien des tristesses, bien des joies : tous m’ont fait ressortir la valeur et les mérites de ceux qui nous ont précédés dans la vie.

  • 106 « Ressusciter » est pris ici au sens du latin resuscitare : réanimer, soit redonner de l’âme.

425Le récit est terminé, mais il a eu un effet sur les sentiments du narrateur et sur la perspective à partir de laquelle il voyait ses modèles chez ses ascendants. Il lui a fait revivre la vie des temps anciens. Il a fait revenir à sa mémoire un grand nombre de sentiments – tristesse et joie – et ressortir la valeur et les mérites de ceux qui sont arrivés dans la vie avant lui. Il a ainsi fait ressusciter106 pour lui les qualités de ses prédécesseurs. L’évocation de souvenirs personnels permet un retour du passé. Les temps déjà anciens peuvent se revivre. La mémoire n’est pas celle d’un temps oublié ni même celle d’un temps cyclique, mais celle d’un temps qui conserve les sentiments vivants, et les valeurs et mérites des ascendants.

426En achevant la tâche qu’il s’était donnée, le narrateur a donc été touché par l’effet émotionnel et régénérateur qu’a produit, sur lui, la consignation de ses souvenirs personnels. Dès lors, il atteste moins de la vénération qu’il a pour ses ancêtres que des transformations qu’il a vécues lui-même après avoir évoqué leur mémoire. Après la résurrection de la mémoire familiale, il subit une conversion là où il cherchait à transformer les générations suivantes. Il la constate simplement, comme si elle avait été le fruit inattendu de son travail. Il aura été renseigné sur lui-même alors qu’il cherchait à renseigner d’autres. Il a changé de perspective dans sa vision de la famille ; de producteur, il est devenu destinataire des effets qu’il attendait de son écriture.

427À la place de la jouissance provenue de la transmission de la propriété, il invite ses descendants à en envisager une autre, émanant de la transmission des valeurs et des mérites de leurs prédécesseurs dans la vie. Un terme a été donné à l’époque qui faisait croire que la propriété était le seul moyen de donner une identité à la famille. Un nouveau temps est né : celui des valeurs et des mérites des prédécesseurs évoqués dans la lettre. Le narrateur inaugure un temps où la représentation de leur identité ressort de la mémoire de ceux qui suivent dans la vie. Seul, le souvenir des descendants garantit contre les pertes de la mémoire et en conséquence de la conscience généalogique de soi.

428Dans le récit d’Auguste Armand, le souhait du narrateur dans son introduction était d’apporter les preuves qu’il avait réunies sur les origines de sa famille, car il doutait de la validité de sa filiation patrilinéaire. Il a proposé toutes les hypothèses qui pouvaient permettre de confirmer le lien entre sa famille et la lignée aristocratique qu’on prétendait être celle de ses paternels. Mais il n’a pu retenir aucune preuve hormis l’existence d’un legs portant les armoiries de cette lignée. À la toute fin du récit, le narrateur ne fait aucun commentaire. Il donne la liste des références prouvant les origines de ses ancêtres paternels. Il ne laisse ainsi plus de doute à ses lecteurs, et il n’en montre plus. Cette liste constitue désormais la référence pour reconnaître leurs pères. Elle les oriente hors de l’espace imaginaire sans fondement des autres généalogies qu’il conteste.

429RÉFÉRENCES

  1. Registres paroissiaux de Sainte-T. d’O. (Gard).

  2. Registres paroissiaux de Lyon.

  3. Minutes de notaires, […].

430Ces références réunissent les preuves touchant les patrilinéaires mais aussi leurs alliés jusqu’à la génération des grands bourgeois lyonnais. On n’y trouve donc pas les alliés nobles. On peut y lire seulement les preuves consacrées à la lignée paternelle du temps de sa bourgeoisie. Ainsi, après l’écriture de l’histoire familiale, le narrateur peut compter sur deux sources pour légitimer l’identité de sa lignée paternelle : les armoiries et les références. Aucune raison ne vient empêcher que les armoiries continuent leur fonction identitaire pour la famille : il n’y a pas eu de faits probants amenant la preuve d’un quelconque abus de sa propriété. Quant aux références, elles livrent aux lecteurs les faits mis à l’épreuve de la réalité par les documents officiels. La famille est bien issue de la bourgeoisie, mais elle a toujours ses armoiries qui continuent de lui assurer sa continuité et son ancienneté et donc la légitimité de son appartenance à l’élite dans laquelle elle est intégrée. Elle leur doit leur identité. Cependant, elle sait maintenant que les armoiries et références bourgeoises sont un objet problématique en ce qui concerne les premiers du nom à Lyon, mais non pour ceux qui viennent après. En effet, les patrilinéaires sont devenus des grands bourgeois et ont eu des alliances avec la noblesse, ce qui a ramené l’aristocratie dans leur filiation. La famille descend toujours de lignées nobles.

431Au début du récit de Thierry Guilbert, le narrateur souhaitait faire la lumière sur le faisceau qu’était sa famille, si variée dans ses membres et dans son sang. À la fin du récit, il lui a donné sa pleine clarté en découvrant les qualités de son bisaïeul, qui a vécu au XIXe siècle, déconsidéré à l’heure de l’écriture à cause de son appartenance à la bourgeoisie : on est dans les années 1960-1970. Quand l’écriture du récit proprement dit est terminée, le narrateur n’hésite plus à le qualifier par une seule origine sociale : une conclusion osée pour lui. Il avait toujours qualifié ses ascendants d’une double identité sociale voyant les premiers à la fois comme des paysans et des petits bourgeois, et ceux de la génération suivante comme des bourgeois-paysans. Quant à son bisaïeul, il le voit comme un grand bourgeois lyonnais et un grand Monsieur. Il l’identifie toujours par deux qualificatifs comme les deux générations précédentes. Mais le deuxième qualificatif ne désigne pas une catégorie sociale. Il est symbolique. Il ne contredit pas le premier ; ils s’équivalent à ses yeux. Il n’y a plus de honte à dire la bourgeoisie de son ascendant et à se dire issu de lui. L’histoire écrite a permis d’affirmer en conclusion une telle équivalence, et ceci grâce aux qualités personnelles de l’homme qui ont effacé tout soupçon. À partir de cette année 1971, les descendants n’auront plus à douter de la valeur de leur appartenance sociale.

432Dans le récit de Julien Bélors, le narrateur indique, dans son adresse, qu’il se livre à un essai sur sa famille par souci de tradition, car il s’aperçoit que dans son temps on oublie son existence. À la fin de son écriture, il ne parle plus de tradition. Il propose à ses lecteurs une méditation après une minute de recueillement à la mémoire de leurs parents morts et invite à en tirer l’enseignement qui conviendra à chacun. Il s’interroge sur l’avenir de son essai tout en répondant explicitement que la vie de cet écrit dépendra de l’accueil que lui feront les jeunes. C’est pourquoi il s’adresse à eux pour leur dire sur un ton impératif de voir toutes ces richesses, de prendre de la graine, de puiser et d’aller : « Bon sang ne saurait mentir ». La confiance lui revient dans l’avenir à partir de l’enseignement qu’il a tiré, lui, de sa méditation sur ses parents morts. Il n’y a plus d’incompatibilité entre passé et avenir. Quant à lui, il espère avoir fidèlement rempli les préceptes de la Bible en n’ayant pas eu d’appréciation sur le comportement responsable de ceux qui les ont précédés : « Tu n’entreras pas en jugement avec tes parents », un précepte qui, sans doute, le touche aussi comme destinataire du regard de sa propre descendance.

433Dans le récit de Fabrice Adelin, en introduction, le narrateur a expliqué avoir fait imprimer ses renseignements sur sa famille pour faciliter à ses descendants l’étude de leur nombreuse parenté, mais aussi parce qu’il s’était interrogé sur les témoignages de son oncle permettant de penser qu’ils pouvaient être nobles par leur branche paternelle. En fin de récit, l’incertitude sur la noblesse de leur appartenance est levée, non parce qu’il a obtenu des certitudes sur cette noblesse, mais parce qu’il a découvert une autre origine qui la leur octroie : en effet, l’un de ses ascendants maternels a été anobli par Louis XVI avec toute sa descendance y compris par les femmes. Il insère dans le récit la lettre de noblesse et appelle ses lecteurs à mériter cette distinction qui ne leur est accordée qu’à la condition de vivre noblement, leur dit-il, ce qui veut dire aujourd’hui, « faire toujours un noble usage de leur position ».

4. 2. La constitution d’un indu

  • 107 Ce terme a été particulièrement mis en valeur par Pierre Legendre ; l’indu est un facteur de struct (...)

434Une fois leur devoir de mémoire accompli avec la fin de leur récit et apaisés par les effets de leur recherche identitaire, les narrateurs découvrent tous un sentiment de dette envers certains de leurs ascendants. Ils ont pris conscience des dons que ceux-ci ont apportés à leur legs et s’en sentent redevables. Ils en mesurent toute l’importance. Ces dons apportent le crédit dont la famille a besoin pour tenir sa place dans son élite. Ils en font des indus107. Un indu, en effet, est une créance qu’un débiteur ne peut acquitter à son créancier parce que celui-ci refuse de la voir soldée ou est inconnu ou encore décédé. Pour eux, la créance ne peut être acquittée, dans la mesure où les auteurs sont décédés – et même parfois inconnus. Les narrateurs prennent leurs descendants à témoin de l’existence de ces indus et leur demandent implicitement ou explicitement de les reconnaître comme tels. Ils ne s’en sentent pas exonérés pour autant. Ils ne souhaitent pas que leurs descendants s’en acquittent à leur place. Ils les invitent à s’en souvenir et à découvrir les avantages de leur crédit. Ils en font un moyen pour créer le désir d’accueillir leur héritage familial et le transmettre à leur tour lorsque le temps viendra. Ils les appellent à le considérer comme un usufruit. Ils le leur proposent comme un réservoir de bienfaits dont ils peuvent tirer profit comme eux l’ont fait, sans l’avoir su.

435Ces indus constituent de nouvelles sources organisatrices de l’équilibre identitaire familial. Mais ils n’abolissent pas pour autant ses sources matricielles. Les narrateurs invitent à considérer ces capitaux symboliques que les événements de leur histoire ont trop longtemps éteints et disent leur souhait de les voir s’intégrer à ces matrices. La quête généalogique de leurs paternels leur a permis de trouver le mode de médiation qu’ils cherchaient pour sortir de leur mythe stérilisant. Ils sollicitent leurs lecteurs pour procéder à un renversement de la disposition jusque-là adoptée. En acceptant les indus contractés, de dépendants passifs des sources pourvoyeuses de leur identité, ils veulent les rendre relais actifs pour la construire. Ils les invitent à prendre en compte la nécessité d’un changement de rapport à leur univers familial : ils doivent transformer leur rapport pragmatique en un rapport symbolique. Les indus proviennent d’individus, et on ne peut en profiter passivement. En effet, un indu n’est pas un éden. C’est un legs. Pour qu’il fasse effet, il nécessite qu’on s’y investisse individuellement. Il demande l’exercice de capacités.

  • 108 La métaphore est redistribution des valeurs et son enveloppe linguistique est un glissement sémanti (...)

436Avec leur mémoire généalogique, les descendants peuvent prendre conscience de leur identité alors qu’avec leur seule mémoire mythique, ils n’ont accès qu’à celle des commencements. Avec cette mémoire mythique, leur identité est bien munie d’une structure matricielle, mais celle-ci vaut pour la genèse de leur famille et perd ses effets régulateurs lorsque l’histoire en contredit trop longtemps les termes. La tradition des pères doit prendre le relais du mythe originaire. Elle le contient mais elle le réorganise et lui attribue une place nouvelle. Elle redistribue les valeurs originaires par les moyens de la métaphore généalogique et produit un glissement sémantique108. La mémoire généalogique fait désormais référence à une double tradition paternelle et maternelle, sans les confondre : avant, la seconde neutralisait la première ; le récit écrit, elles deviennent distinctes et compatibles.

437Camille Delérable donne comme nouvelle référence identitaire l’esprit de la tradition des pères, l’Ancien Régime ne pouvant plus constituer un mythe fondateur ; Lilian Collas donne la valeur et les mérites des prédécesseurs dans la vie, en place des propriétés ; Auguste Armand, les armoiries bourgeoises et les alliances nobles, en place du lignage aristocratique ; Damien Palluis, la mémoire de celui qui laissa la fortune, et la solidarité des couples et des générations, en place de la fortune et du chef de famille ; Cyril Ramel, les origines terriennes et les illustrations religieuses, en place de la terre chrétienne ; Florent Reynaud, l’investissement pour la gloire de Dieu et la postérité, en place de l’investissement dans le travail de la propriété terrienne.

438La perpétuation de ces indus est donc suspendue au choix des descendants qui les découvrent dans leur mémoire paternelle après leur lecture. Elle dépend du prix qu’ils veulent bien leur donner. Elle est le seul moyen à la disposition de familles qui ont acquis des positions sociales profitables, pour les empêcher de se fixer exclusivement sur des valeurs du passé et sur des faits accomplis. Elle permet en effet de provoquer chez les descendants, sans nier ce qui s’est passé et ce qui a été accompli, le désir d’œuvrer pour l’avenir et d’apporter leur part de fruits à partir des dons reçus. Elle peut ouvrir leur imaginaire à une voie qui les inscrit dans une chaîne symbolique d’individus ancrés dans leurs temps respectifs et confrontés à leur destin individuel, mais liés par une référence commune. Une telle perspective ne renie pas les manques ou les regrets ressentis par les narrateurs et leur famille, mais les écarte de nostalgies captatrices. Les récits généalogiques sont écrits pour dégager les lecteurs de la nostalgie d’un passé meilleur. Ils constituent un précédent à partir duquel chaque génération peut situer le dessein qu’elle a à accomplir et s’appuyer sur le crédit apporté par les ascendants. La nostalgie est un risque structurel inhérent aux familles des élites : elles ne peuvent s’en dégager sans soutien. La tradition écrite est la condition de ce soutien. Elle dégage les familles d’une lecture stérilisante qui ferait de leurs mythes des origines familiales les seuls marqueurs de leur identité. Elle a la propriété de forger un lien entre passé et avenir, en réunissant un triple objectif : faire valoir le passé comme un précédent honorant, légitime et pourvoyeur d’avantages, promouvoir un esprit de continuité familiale, et donner place à la créativité individuelle.

439Dans le récit de Camille Delérable, le narrateur découvre la dette qu’il a envers ses deux fils aînés qui se sont sacrifiés pour lui et pour leur famille. Il a pris connaissance du passé de ses ascendants paternels, ce qui lui a permis de comprendre les références sur lesquelles ils se sont appuyés. Son devoir de mémoire envers eux est accompli. Mais il se retrouve confronté à un nouveau devoir de mémoire, celui-ci en direction de ses fils morts. Il ne peut solder sa dette et celles de ses descendants envers eux. Celle-ci restera un indu.

440Mais on sait que les sacrifices de ses enfants ont ouvert les yeux du narrateur sur l’avenir. Ils n’ont pas été inutiles pour lui, même si la restauration n’a pu être établie. Car grâce à eux, la famille a maintenant une histoire et une identité. Elle peut espérer le relèvement de la patrie sans pousser ses descendants au sacrifice. Elle peut offrir à ces derniers des références unifiées. Elle peut trouver dans son histoire l’esprit qui lui permet de se gouverner compte tenu des contextes dans lesquels elle navigue, sans se perdre ni perdre sa prospérité. Il est même possible au narrateur de cesser de souhaiter la restauration.

441La dédicace à la mémoire de ses fils est là, en première page, qui l’exprime à tous : au commencement de l’histoire de leur famille, il y a un indu. Chaque descendant se souviendra en ouvrant le récit que l’histoire de sa famille est provenue d’une dette, et chacun se la verra confiée à jamais. Le narrateur transfère ainsi sa dette, qui a produit ces fruits porteurs de promesses pour ses autres enfants. Mais il la transforme en devoir de mémoire pour eux.

  • 109 La dette imaginaire est la dette que les enfants croient avoir envers leurs parents du seul fait d’ (...)

442La métaphore familiale, avec ce sacrifice des fils, laisse trace de signes à retenir pour que le changement de nature de la dette des enfants envers les pères de la famille puisse s’effectuer : l’abolition d’une dette imaginaire pour l’institution d’une dette symbolique109. Les fils vivants peuvent reconnaître la vie comme un don, parce que leur héritage leur a montré leurs pères méritants et ayant travaillé pour constituer une créance à leur bénéfice. Ils doivent comprendre que la dette contractée envers leurs frères aînés est un indu, mais que, paradoxalement, cet indu renvoie à celui contracté envers les pères. Sinon, cette dette resterait imaginaire et collée à la précédente.

  • 110 Cette liste est donnée sous le titre de « Tableau généalogique de la famille Delérable-d’Arras ».

443Enfin, le récit des origines ne s’arrête pas à la génération sacrifiée : une nouvelle alliance (un nouveau patronyme : d’Arras) et toute la postérité née de celle-ci sont indiquées110. L’esprit de la tradition familiale ouvre sur la postérité de la descendance au lieu d’envoyer au sacrifice. Il permet de voir sous le patronyme autre chose que le renom du père auquel les fils ont été sacrifiés. L’inscription d’un nom composé comme nom de famille rappelle que dans toute alliance il y a deux lignées qui se conjoignent : la famille est divisible. La prospérité dépend de cela – et de la mémoire de cela. Paradoxalement, en se divisant, la famille se multiplie et s’élève à une autre classe sociale : la noblesse. Avant, le patronyme était une unité indivisible à laquelle les fils aînés s’étaient consacrés. Et la génération s’est arrêtée. À l’heure de clore le récit, le narrateur présente une famille prospère.

444Dans le récit de Lilian Collas, les gardiens de la mémoire n’étant plus les propriétés mais les descendants, ceux-ci sont appelés à discerner leurs dettes envers leurs aïeux dans les mérites et valeurs de leurs prédécesseurs. Ils sont ainsi convoqués à orienter leurs dettes vers des individus et à sortir de la dette imaginaire qui les attachait aux propriétés. Leurs indus n’ont donc plus la même origine : le narrateur les désigne dans les qualités des propriétaires. Mais rien ne dit qu’on trouve ces qualités chez tous les prédécesseurs propriétaires, après avoir fréquenté leur mémoire. En effet, le narrateur lui-même ne retient pas les comportements de la tante Brun et de ses enfants comme des indus ayant permis à la famille d’être légitimée dans son identité et dans son appartenance à la grande bourgeoisie de leur cité.

445Dans le récit d’Auguste Armand, le narrateur a rendu son devoir de mémoire en fixant les preuves des origines bourgeoises de sa famille paternelle, mais dans sa recherche, il a contracté une dette envers ceux qui lui ont donné son identité avec leurs armoiries. Cependant, celles-ci ne reviennent à personne. Or, maintenant que les ascendants patrilinéaires ne sont plus identifiés par leur lignage aristocratique, elles deviennent un symbole essentiel pour distinguer l’identité de sa famille des autres familles. Mais il n’y a pas d’ascendant à qui rendre de devoir de mémoire pour avoir été leur pourvoyeur. Il n’y a pas de créancier à la dette de la famille.

  • 111 Dans la première version du document que nous avons eu en possession avant celle-ci, le blason n’av (...)

446Le narrateur est ainsi à l’origine de la création d’un indu jusqu’à ce jour ignoré qu’il va mettre en avant aux yeux de ses lecteurs111. Ils le verront sur la deuxième de couverture du recueil chaque fois qu’ils l’ouvriront. En effet, entrer dans cette histoire familiale passe obligatoirement par la mémoire des armoiries. Désormais, à partir de 1994, on doit reconnaître que les origines de l’appartenance de la famille paternelle y sont affiliées.

447Le blason souligne ainsi, pour les lecteurs, sa place unique ou au moins sa place capitale pour l’identité familiale. Dans l’histoire des origines de la famille, aujourd’hui plus qu’hier, il occupe l’origine. Hier, il n’était qu’un des signes du rattachement à une race noble. Aujourd’hui, il est un don emblématique unique, et qui plus est, venu d’ancêtres méconnus. Avec lui, la famille a un vrai symbole à son origine et n’a plus une race imaginaire. Qu’on y croie ou non, il y a ce blason qui porte la légitimité de son appartenance à une élite.

  • 112 L’analyse sémiotique de l’image nous permet d’observer que la page est divisée horizontalement en d (...)

448Pour en témoigner, le narrateur place l’inscription de ses prénom et nom juste au-dessus du blason. On peut, en effet, lire dans cette organisation de l’espace qu’il reconnaît ce blason pour socle et donc ne rend pas caduque sa fonction identitaire même s’il n’a pas découvert l’origine de son rattachement à sa famille112. Cette présentation rassure les lecteurs sur le fait que, malgré leur filiation paternelle nouvelle, leurs origines n’ont pas pour autant été totalement transformées. La filiation a été appelée à se refonder sur ses armoiries, mais après avoir été replacée dans la vérité. Sa légitimité est à ce prix. À partir de l’écriture de ce récit, la famille doit avoir une autre conscience généalogique de son identité et compter désormais sur l’indu de ses armoiries pour lui donner la légitimité de ses attributs.

  • 113 Ses prénoms et nom – Louis Laurent Bétiny – sont en effet écrits en leur entier une seule fois dans (...)

449Dans le récit de Damien Palluis, le narrateur a accompli son devoir de mémoire lorsqu’il a donné les preuves de la légitimité de l’origine de la fortune familiale. Il voulait raconter l’histoire des débuts modestes d’un couple de ses ascendants jusqu’à la fortune immobilière laissée par leur fils. En travaillant à sortir du soupçon le fondateur de cette fortune, il l’a mieux connu et a souhaité le faire mieux connaître, lui qui était resté dans l’ombre de sa mère, dans l’ombre de sa fortune, jusque dans l’ombre de ses prénoms et nom113. Il a découvert ce que ses héritiers lui doivent et crée ainsi un indu envers lui. Il invite ceux qui ont une part de sa fortune sur les terres familiales à faire de lui un ancêtre fédérateur entre eux avant que la division n’ait totalement fait disparaître les échanges qui continuent d’exister. Il solidarise la dette jusque-là mise au titre de la mère de cet ascendant, considérée comme le chef de la famille, avec celle qui revient à leur ascendant. Il inclut ce dernier au cœur de la chaîne solidaire des générations qui ont travaillé à donner du crédit à leur famille.

450Le narrateur du récit de Cyril Ramel a exercé son devoir de mémoire, mais dans une certaine limite, car la plupart de ses ascendants sont restés dans l’anonymat, hormis les illustrations religieuses de la famille. Pourtant les premiers comme les seconds ont amené la famille à ce qu’elle est aujourd’hui. Il hérite d’un double indu. Concernant les premiers, il demande à ses descendants de « ne jamais rougir de leurs proches origines terriennes » et pour les seconds, qu’ils restent « des grands exemples laissés » et qu’ils ne soient pas oubliés.

451Le narrateur du récit de Florent Reynaud, s’estimant proche de la mort, en pleine guerre de 1914, se met entre les mains de ses descendants pour leur demander de prier pour lui et de le confier à la miséricorde de Dieu, pour que celui-ci lui pardonne ses ingratitudes et péchés, alors qu’il avait reçu tant de grâces de lui. En début de récit, il leur avait demandé de garder en mémoire les souvenirs du passé pour servir quelquefois de leçon et d’exemple et de rendre un culte à ce qui n’est plus. En fin de récit, il en appelle toujours à un culte, mais à celui rendu à Dieu seulement. Il a accompli l’œuvre que Dieu lui a donné de faire. Il n’est plus tenu par le dilemme qu’il a vécu toute sa vie entre investissement par le travail de la propriété et investissement par le capital. Mais il a besoin de se faire pardonner. Il n’y a plus de culte du souvenir. Il est orienté dorénavant vers l’avenir : il veut être utile à la gloire de Dieu et au bien de sa postérité. Il convoque toujours la mémoire de ses descendants, mais c’est parce que son avenir devant Dieu dépend de leur intercession auprès de lui. Dans ce récit, les créanciers ne sont pas morts ; c’est lui qui est proche de la mort. En effet, il découvre un indu envers ses enfants et petits-enfants qu’il ne pourra solder auprès d’eux. Entre Dieu et lui, il y a leur médiation. Il réoriente ainsi la dette fixée au passé et à des objets vers une dette conçue comme une chaîne éternelle des vivants investissant pour la gloire de Dieu et pour la postérité. Ce narrateur est le seul qui ait présenté substantiellement sa vie dans son récit généalogique. Il en est même le principal personnage.

4. 3. L’affiliation à la tradition paternelle

452Tous les narrateurs convient leurs enfants à s’affilier à l’héritage symbolique de leur lignée paternelle. Mais pour cela, ils doivent provoquer une transformation de la vision de leur famille. Ils se proposent comme guides pour les conduire à travers l’histoire de leur passé et leur montrer les traits pertinents à retenir pour adopter un nouveau regard. Ils les sollicitent pour s’engager avec eux dans une nouvelle direction. À partir de leur passé mythique, ils les font cheminer à travers leur tradition paternelle. Ils les amènent progressivement à quitter leur représentation d’eux-mêmes comme partie d’une entité fondée mais devenue incertaine et objet de doute, pour se considérer les héritiers d’une tradition composée de mythes, d’histoires, d’hommes et de femmes. Ils les orientent jusqu’à les affilier à une lignée élective issue d’ascendants au profil commun. Pour être suivis dans leurs objectifs, ils ont soutenu la dialectique de leur récit par des stratégies de persuasion, en vue de rechercher l’adhésion de leurs lecteurs. Ils ont aussi compté sur le discernement de ces derniers.

4. 3.1. La recherche d’adhésion

  • 114 Les facteurs instaurant la confiance – les contrats fiduciaires – sont les conventions implicites q (...)

453Tout d’abord les narrateurs ont cherché à instaurer la confiance avec leurs lecteurs114. Elle doit être suffisamment solide car leur souhait n’est pas seulement de retenir l’attention pour informer, mais de semer un doute dans les croyances. Ils n’ont que leur énonciation écrite pour persuader. Sur quelles stratégies s’appuient-ils alors ? Ils partent des évidences partagées par tous dans leur famille : le censé-su ou censé-connu.

  • 115 En effet, une évidence produit des conditions de confiance entre un narrateur et son interlocuteur. (...)
  • 116 BERTAUX-WIAME Isabelle (1988), « Des formes et des usages : Histoires de famille », in L’Homme et l (...)
  • 117 Le nous est, comme le dit Algirdas Julien Greimas, la manifestation syncrétique du narrateur et du (...)

454Or, dans tous les récits, ces évidences115 portent sur les mythes des commencements familiaux. Les narrateurs sont donc partis de l’état dans lequel la mémoire de leurs descendants se trouvait, le même que le leur avant d’écrire : une mémoire mythique. Jusque-là, leur passé familial s’était organisé autour d’un mythe fondateur, c’est-à-dire, comme le définit Isabelle Bertaux-Wiame, autour d’un événement « par où toute parenté commence, mais qui est rendu intemporel ou pour le moins relégué dans un passé non précisément daté », court-circuitant la durée et la succession des générations116. Les narrateurs ont cherché à provoquer une inversion de la perception que leurs lecteurs avaient de leurs origines. Ils ont conçu pour eux une mémoire généalogique de leurs paternels. En effet, le mythe fondateur est une figure inversée de la généalogie. Ils leur ont donné une perspective nouvelle sur leur passé avec une telle mémoire : un passé ordonné par la chronologie du temps et la succession des générations, délesté de sa nostalgie, pour devenir ce précédent à partir duquel construire l’avenir. Pour persuader, les narrateurs se sont impliqués dans leur énonciation. Soit ils se sont adressés personnellement à leurs lecteurs en signifiant leurs propres sentiments, références, croyances, etc. (je). Ils s’attribuent alors la pleine responsabilité de leur énonciation. Soit ils les désignent comme leurs interlocuteurs directs (vous). Soit ils les engagent avec eux comme sujet collectif (nous)117.

455Leur intervention comme sujet à la première personne (je) est rare. Elle est présente chaque fois qu’ils souhaitent se distinguer de leurs lecteurs : précisément lorsqu’ils veulent laisser dans le passé certains événements, comportements ou sentiments familiaux. Ils se les approprient alors de telle manière que leurs descendants se les voient enlever. Ils introduisent une distinction entre ce qui est souhaitable pour l’avenir (attribué au vous) et ce qui doit être laissé au passé et au narrateur (attribué au je), pour libérer l’imaginaire familial de ses chaînes. Ils montrent qu’à leur génération, ils ont agi et pensé selon des références qui ne doivent pas toutes se perpétuer. Ils différencient ainsi ce qui soutient la continuité identitaire de ce qui relève de chaque génération et de chaque descendant. Ils redistribuent les attentes familiales et les frontières entre les loyautés familiales.

456Le registre de leur énonciation est alors émotionnel et appelle les lecteurs à compatir avec eux. Il provoque un transfert affectif. Il leur permet d’être accueillis avec leurs sentiments de nostalgie et de regret, entendus sur les informations auxquelles ils accordent une importance particulière, et suivis comme guides. Mais ils ne cherchent pas un attachement fusionnel. Au contraire, ils attendent une écoute compassionnelle de leur témoignage testamentaire. Paradoxalement, ils déchargent ainsi les générations descendantes de l’obligation de se confondre avec les générations passées – dont la leur – pour reproduire les loyautés passés, et les amènent à prendre conscience des références exemplaires de certains de leurs ascendants susceptibles d’être des modèles pour tous à leurs yeux.

457Lorsque les narrateurs s’associent à leurs lecteurs en un sujet collectif (nous), il arrive souvent que celui-ci représente un univers de personnes aux contours incertains. En effet, à cause de son caractère syncrétique, il ne délimite pas toujours tous les sujets à inclure. Il doit convier au minimum les interlocuteurs à former une entité agissante et influente composée de sujets précédemment mentionnés. Mais ce n’est pas toujours le cas. Les lecteurs sont laissés alors à leur imaginaire pour s’y projeter ou non. Par exemple, on peut lire : « nous trouvons ici notre ancêtre […] » ou bien « nous avons dans nos papiers de famille […] » ou bien encore « nous voyons que notre aïeul a réussi à […] » ou aussi « nous devons l’en remercier », etc. Qui compose ces différents sujets collectifs ? Pas seulement le narrateur et ses lecteurs ! La famille ? Mais alors qui le narrateur désigne-t-il ? Qui ses lecteurs y associent-ils ?

  • 118 MANNHEIM Karl (1928), Le Problème des générations, p. 35.
  • 119 ATTIAS-DONFUT Claudine (1988), « La notion de génération : usages sociaux et concept sociologique » (...)

458Le plus souvent, quand les narrateurs font usage de ce sujet nous, c’est qu’ils convient leurs lecteurs à une visite de leur famille, se faisant leur guide pour les renseigner, mais surtout pour les mener sur de nouveaux chemins et voir autrement. La plupart d’entre eux les conduisent même jusqu’à leurs places d’héritiers dans l’univers généalogique qu’ils leur ont configuré. Plus précisément, chaque fois qu’ils veulent obtenir l’attention spéciale de leurs lecteurs sur un trait de leur histoire familiale, ils les appellent spécifiquement à s’associer à eux pour le voir, le trouver, le lire, le situer, le remarquer, etc. Ils les sollicitent pour les impliquer. Ils les considèrent comme des sujets singuliers, parties d’un sujet collectif, leur faisant quitter la position qu’ils avaient jusque-là adoptée, comme toute la famille, à cause de leurs croyances et de leur temporalité mythiques. Ensemble, ils ne sont plus les parties d’un corps familial pensant et agissant pour eux. Ils sont désormais des sujets éclairés, conscients collectivement que le temps a introduit du changement dans leur famille et que chaque génération ne se confronte pas aux mêmes enjeux pour perpétuer leur condition sociale et leur identité familiale. Ils peuvent distinguer le temps chronologique et le temps intérieur, ce qui était confondu jusqu’à l’heure de l’écriture118. Ils sont appelés à se décentrer pour prendre conscience de leur propre temporalité dans le temps social et historique119.

  • 120 MANNHEIM Karl (1928), op. cit., p. 55-57.
  • 121 ATTIAS-DONFUT Claudine (1988), art. cit., p. 49.

459Les récits généalogiques sont des instruments qui permettent de faire grandir les nouvelles générations sur les bases d’un héritage commun : de véritables éléments de liaison qui maintiennent une mémoire commune à toutes les générations, sans pour autant annuler celle commune à chaque génération120. Comme le dit Claudine Attias-Donfut, les individus prennent conscience de leur appartenance à une génération à partir de leur conscience de la succession des générations121. C’est dans ce double mouvement de conscience que leur identité leur apparaît à la fois héritée et à construire : le fruit du sujet collectif et du sujet singulier qu’ils sont.

460Se constituant en guides éclairés, les narrateurs ne peuvent éviter de juger les valeurs de leurs ascendants. Un tel jugement est particulièrement délicat s’agissant de parents. Il ne peut exister qu’au prix d’une critique bien fondée et édificatrice. En effet, si la critique dépréciait trop fortement les comportements des ancêtres de la famille, le passé ne pourrait servir l’avenir et le récit entrerait dans un débat polémique. Sa lecture ne ferait que redoubler l’impasse familiale en sollicitant l’évidence des uns et le rejet des autres. Il s’agit de pouvoir juger de sa famille, sans pour cela se trouver déprécié comme sujet qui en est issu ou comme participant à son énonciation. Les narrateurs tiennent compte, dans leurs stratégies de persuasion, de ces risques : ils font souvent usage de la litote, de la métaphore, d’interrogations, d’hypothèses, etc. Leurs nouveaux savoirs sur leur famille et les nouveaux univers de valeurs qu’ils veulent proposer ne trouveront une adhésion qu’avec le maintien d’un paradoxe pouvant allier la critique et l’appréciation. Une prise de conscience et une adoption de l’héritage familial par la descendance reposent sur la tenue d’un tel paradoxe.

461Enfin, pour persuader, les narrateurs ont à leur disposition les moyens que leur donne l’art de l’écriture du genre. Ils peuvent sublimer les qualités des ascendants auxquels ils portent une estime particulière et s’en remettre au transfert de leurs lecteurs pour les conduire vers les traits à s’approprier pour construire leur identité propre. Ils ont prioritairement élevé les qualités de leurs ascendants grands bourgeois et les ont désignés comme des modèles exemplaires. Ils ont introduit non seulement les ascendants de leur lignée patrilinéaire, mais aussi les ascendants maternels. Ils ont créé ainsi une filiation affine : une filiation qui choisit ses lignes d’engendrement, ni maternelles, ni paternelles, mais composée d’ascendants des deux branches, porteurs de références communes, souhaitables et fédératrices. Ils invitent leurs lecteurs à s’y affilier.

  • 122 MERTON Robert K. (1949), Éléments de théorie et de méthode sociologique.
  • 123 Robert K. MERTON (1949) considère que la socialisation anticipatrice « n’est fonctionnelle que dans (...)
  • 124 MERTON Robert K. (1949), ibid., p. 220.

462Avec ces lignées électives, les narrateurs configurent des groupes de référence, au sens où Robert K. Merton l’entend, c’est-à-dire des groupes aptes à servir une socialisation anticipatrice. Ils proposent des pôles d’identification qui leur permettent d’anticiper sur la socialisation de leur descendance au plus près des codes attendus par leur groupe d’appartenance122. Ils fournissent les moyens d’atténuer ou d’effacer la contrainte de la reproduction des comportements parentaux, mais aussi le risque de réaction à cette contrainte, à savoir l’appropriation de références de groupes trop éloignés de leurs valeurs. Les récits ont donc pour fonction d’introduire des médiations dans les relations entre les générations socialisatrices et celles en cours de socialisation. Ils permettent une stabilisation des groupes d’appartenance tout en laissant place à la mobilité, qui se définit alors moins par l’observation d’une posture traditionaliste que par une capacité à résister à des oppositions venues de l’extérieur, à maintenir sa structure et à la modifier de façon ordonnée123. Ces pôles d’identification sont conçus pour exercer un tropisme plus élevé que d’autres sur les descendants. En effet, dit Robert K. Merton, « dans un groupe, des membres subordonnés, ou non encore intégrés, et qui désirent une affiliation à part entière, ont toujours tendance à partager les sentiments et à se conformer aux valeurs du noyau le plus prestigieux et respecté du groupe ». Ainsi, les valeurs émanant de ces pôles d’identification « constituent un miroir dans lequel les individus voient leur propre image et aboutissent à un jugement de soi »124.

463Les groupes de référence que les narrateurs proposent ont l’avantage d’être des groupes symboliques. En effet, ils sont composés de parents, mais reconsidérés à partir de fictions ordonnées par une énonciation dialogique. Ils sont inscrits dans un cadre générique spécifique soumis à des règles : celles du genre qui les met en lumière et celles plus générales de la parenté et du langage. Ils ne sont donc pas en interaction affective directe avec les descendants. Certes, s’ils émanent d’une fiction, ils n’affranchissent pas entièrement ces derniers du poids de leur imaginaire. Mais leurs effets négatifs se trouvent limités à cause des règles qui les instituent. Conçus ainsi, ils ont une fonction dialectique : dialectique des relations entre les générations, et dialectique des relations entre les familles et leur identité. Une telle fonction est nécessaire dans les familles appartenant à des groupes stables qui souhaitent se perpétuer dans un contexte ouvert à la mobilité et au changement. Elle est une condition de survie des élites non traditionalistes.

464Dans ces groupes symboliques, les ascendants sont très majoritairement des morts. Ils sont de la famille mais ne la fréquentent plus. Ils peuvent bien sûr avoir laissé des traces fortes dans l’imaginaire des descendants mais, sortis du mythe, et le temps ayant passé sur eux, ils véhiculent l’apaisement. Ils peuvent être des modèles sans produire le risque de s’imposer par leurs contraintes. Enfin, ils peuvent emporter l’affection mais sans en rendre autrui prisonnier. C’est leur esprit qui compte.

465Pour emporter l’adhésion de leurs lecteurs, les narrateurs ont également le souci de leur crédibilité. Ils apportent les preuves de leur démonstration par des témoignages, des actes d’état civil ou notariés, et par tous les documents officiels qu’ils peuvent mettre à leur disposition, les citant en leur entier ou partiellement, les photographiant ou les photocopiant, les intégrant dans le texte, les référençant ou les mettant en annexe, etc. Mais ces preuves n’ont pas pour seul effet la validation des faits. Elles servent aussi à la pertinence du propos des narrateurs sur leur histoire. Leur choix et la façon de les exposer sont stratégiques. Elles ouvrent à des univers de valeurs plus amples, renforçant ou nuançant ceux qui sont présentés dans les bornes du récit proprement dit.

  • 125 GREIMAS Algirdas Julien et COURTÉS Joseph (1979), art. « Énonciateur-énonciataire », op. cit., p. 1 (...)
  • 126 BOURDIEU Pierre (1975), « L’invention de la vie d’artiste », in Actes de la recherche en sciences s (...)
  • 127 BERTAUX-WIAME Isabelle (1988), art. cit., p. 30.

466Enfin, les lecteurs ne sont jamais considérés par les narrateurs comme passifs. Leur discernement est sollicité. En effet, comme le dit Algirdas Julien Greimas, un lecteur exerce toujours une compétence. Il participe à l’énonciation tout comme le narrateur. Il est un sujet producteur du discours comme ce dernier, au titre de l’acte de langage qu’il contribue à faire surgir125. La lecture du récit exige un investissement de la part des descendants. Le récit n’est pas un cadeau ficelé. Se lancer dans sa lecture est déjà un acte qui n’est pas sans préalable. Il dépend des rapports qu’entretiennent les descendants avec leur mémoire mythique, avec le narrateur et avec leurs paternels et maternels. Ensuite, si en tant que lecteurs, ils ont contracté la confiance du narrateur en commençant les premières lignes, ils s’engageront plus avant pour évaluer leur croire (ou non) dans son dire-vrai et le rejoindre (ou non) pour une énonciation commune. Selon le résultat, ils entreront ou non dans une relation d’appropriation réciproque avec leur héritage généalogique126. Comme le dit Isabelle Bertaux-Wiame, il faut que le travail de la constitution de la généalogie s’accompagne d’un effort personnel d’appropriation par ceux qui la reçoivent toute faite, pour lui permettre de devenir une référence identitaire forte, et par là d’être le moyen d’une inscription sociale dans le milieu souhaité127.

467Dans le récit de Camille Delérable, l’argumentation que développe le narrateur à l’attention de ses enfants est dialectique. Le contenu en a été vu ; il peut se résumer dans les termes suivants :

  1. l’exposé du censé su sur les paternels avant et juste après la Révolution,

  2. le dire comment voir autrement l’histoire de la France,

  3. la proposition de lire la simple histoire de leur famille pour juger des faits.

468— Le contrat de confiance

469Le narrateur part des savoirs institués dans sa famille sur la mémoire de ses pères, c’est-à-dire ceux qui concernent leurs positions pendant la Révolution et juste après. Il installe son contrat de confiance sur cette donnée commune. Mais il va ouvrir une brèche dans cette évidence et en faire un censé su et non plus un savoir. Il va solliciter des faits qu’ils n’ont peut-être pas remarqués et dont il indique comment les interpréter. Ces faits avaient toujours été là mais personne avant lui ne les avait mis en lumière. Signes invisibles avant l’écriture, ils deviennent des signes nouveaux pour montrer sous un autre jour les réalités familiales. Ces signes nouveaux, ses descendants doivent les voir afin de constater que la mémoire qu’ils ont de leurs pères ne relève pas de représentations issues de n’importe quels historiens mais des historiens post-révolutionnaires. Aussi, ils doivent trouver d’autres lectures et, pour savoir quoi penser en conséquence, faire confiance à leur simple histoire familiale.

470Le narrateur met ainsi un écran entre le censé su de ses destinataires, c’est-à-dire leur croire vrai, et son voir sur les positions que leurs pères ont prises dans l’histoire de la France. Cet écran, c’est la métaphore familiale. Les faits nouveaux qu’il apporte visent à opérer un changement de dimension dans la lecture de ces positions : passer d’une dimension imaginaire de prospérité due aux sacrifices à leurs suzerains – leur Dieu, leur roi et leur père – à celle, symbolique, d’une prospérité qui se puise dans leur tradition paternelle, c’est-à-dire qui exige que chaque génération exerce son esprit de discernement pour concevoir les termes de son identité, en prenant appui sur les qualités de ses prédécesseurs instruites par le récit généalogique. Le narrateur propose donc des signes perceptibles par les sens pour faire advenir des signes nouveaux à valider dans les temps nouveaux : il a cherché à faire en sorte que le voir somatique (avec les yeux) devienne un voir épistémique (croire).

471— Les positions de l’énonciation

472À partir de ces signes, le narrateur se fait le guide de ses enfants et s’engage comme père disant je dans un long monologue au cours duquel il porte ce qu’ils doivent voir à la connaissance de ceux qu’il nomme vous. Les enfants se trouvent donc installés dans la position de destinataires chargés par leur père d’une mission de restructuration interne de leurs représentations de leur famille. Ce qu’ils vont lire est leur héritage dont il a le souci de l’avenir. Lui et eux n’ont pas les mêmes tâches.

473Après cet appel, il ne se réengage personnellement qu’une seule fois au cours de tout son récit ; c’est lorsqu’il amène ses enfants à lire les deux testaments des beaux-parents de leur enracineur. On a déjà vu que ces testaments rassemblaient les termes démontrant parfaitement à ses yeux ce qu’était la famille peu avant la législation qui imposa le partage des biens et permit le divorce : une famille française à l’admirable équilibre. Il dit explicitement qu’il tient à les citer presque en leur entier. Les lecteurs sont conduits ainsi à découvrir les valeurs qu’admire leur père et qu’il voit en pleine expression dans la période pré-révolutionnaire. Ils voient où son idéal a trouvé son affiliation, mais aussi qu’il ne demande pas leur adhésion directe – par un nous – pour qu’ils retiennent ces valeurs comme lui. Ils sont par contre invités, au même titre que lui, à connaître le lieu de conservation des testaments et ce qu’il faut y voir.

474Maintenant, il convient d’examiner les objets et les comportements sur lesquels le narrateur rallie ses lecteurs en un nous syncrétique. On se souvient que, dans l’adresse, c’est leur appartenance à la même famille, le même attachement à leur vieux sol natal, l’héritage des mêmes historiens – ces faussaires qui apprennent à maudire et à ne pas ressembler à ceux qui précèdent –, leurs ancêtres communs qui peuvent faire valoir par leur simple histoire la vérité sur les événements historiques révolutionnaires, leur aïeul commun – Émilien Delérable, celui qui vient tout jeune chercher fortune à Lyon –, enfin le même impôt du sang de la Révolution. On voit que dès le commencement du récit, le narrateur rend solidaires ses lecteurs de l’héritage qu’ils ont reçu de leurs ascendants de la période pré-révolutionnaire et plus particulièrement de leur aïeul commun qui fut guillotiné à la Révolution.

475Après l’adresse, le narrateur guide ses lecteurs en les invitant à constater à travers les documents de leur famille des témoignages de leur histoire. Quels objets de valeur présente-t-il alors plus particulièrement en se les ralliant ? En premier, c’est le contrat de mariage de leurs ascendants enracineurs, l’une des preuves fondatrices du droit de bourgeoisie de la famille. Ensuite, ce sont les deux testaments qu’il tient à citer. On se souvient qu’il mettait en évidence le modèle d’autorité paternelle qui se fondait sur une modalité royale de chef de famille, mais bien comprise c’est-à-dire sans arbitraire et sous les auspices d’un devoir sacré.

476Le narrateur s’associe encore à ses destinataires pour voir qu’ils possèdent un certain nombre d’autres documents se rapportant à leur enracineur : l’inventaire des biens de l’entreprise dressé après la mort du dernier vivant du couple enracineur, désignant ainsi l’état des bénéfices de cette entreprise et donc les preuves de la prospérité familiale, une note du fils de l’enracineur désignant les dénonciateurs de ce dernier, note montrant l’affection du fils pour son père et sa volonté charitable d’en taire les noms, le texte du jugement ayant décidé la condamnation à mort de l’enracineur et le procès-verbal de son exécution, le procès-verbal des ventes des marchandises de son entreprise et enfin, des extraits de lettres échangées entre deux des fils de l’enracineur qui peuvent produire un contre-témoignage de la légende, expliquant comment s’est mise en place dans les faits la Restauration.

477Pour continuer sa tâche de guide, le narrateur indique toujours en termes de nous deux autres faits, tous deux concernant une attirance de deux membres de la famille pour l’uniforme, deux moyens pour lui de redire la valeur qu’il donne à l’armée.

Alice-Mathilde, née en 17~~. Elle paraît avoir eu une existence assez romanesque. Nous la trouvons en 18~~ à Genève, d’où elle partit pour Turin en décembre 18~~. Elle se trouvait à Moulins en 18~~. Elle épousa M. Lilian-Fabien Steiner de Wolensee, officier dans un régiment suisse au service de la France, chevalier de la Légion d’honneur. Il était en 18~~, commandant au 7e régiment de la Garde Royale […].

478Avec son énoncé, le narrateur montre en premier une femme, qui a épousé un officier méritant au service de la France, un homme de l’aristocratie, deux qualités dans la continuité de l’identité familiale.

479Pour le second trait concernant l’armée, le narrateur oriente le regard de ses lecteurs et le sien vers son grand-oncle

Nous avons vu que Joseph-Alphonse Delérable avait remis sur pied l’industrie de chapellerie de son père. Mais rebuté sans doute par les difficultés de toutes sortes qu’il rencontrait, il ne resta pas longtemps à sa tête et en 18~~ il se retira à Marseille, où l’attiraient sans doute les souvenirs de sa jeunesse, alors qu’il y portait l’uniforme des Chasseurs de la Montagne et où il trouva un emploi à la Préfecture.

480Ce grand-oncle est considéré comme un homme qui a fait son devoir : il a relevé l’entreprise de son père, puis n’a pas résisté à l’attrait du souvenir du temps et du lieu où il portait l’uniforme, en partant travailler à la Préfecture de Marseille. La préfecture n’est-elle pas aussi un autre lieu du service de la France ?

481À la fin du récit, on trouve le dernier nous dans l’énonciation des souhaits du narrateur pour lui et pour ceux qu’il cherche à rassembler à ses côtés : le souhait que chacun se donne le droit d’espérer que les sacrifices familiaux contribueront au relèvement providentiel de leur patrie.

482Ainsi, on peut constater que le narrateur s’assure de l’adhésion de ses lecteurs sur des preuves qui témoignent des périodes pré-révolutionnaire, révolutionnaire et postrévolutionnaire. Il invite à constater des faits concernant la première génération lyonnaise : sa prospérité, ses valeurs, ses positions politiques et sa tragédie. Puis il vise les faits de la période de la Restauration – celle du premier relèvement – et enfin après un saut de 100 ans renvoie au temps de l’écriture, le temps d’après la guerre de 1914-1918, celui des sacrifices. Avec ce nous, il ne se rend plus seul témoin de ces trois grandes périodes de la vie de sa famille qui laissent comprendre l’histoire de la France, même s’il est le dernier dépositaire de la tradition orale de sa génération.

483Mais à la lecture de certains autres documents que le narrateur présente à ses lecteurs, on peut se demander pourquoi il ne les appelle pas à se les approprier aussi, par exemple en ce qui concerne la lettre que l’enracineur a écrite juste avant sa mort. On peut remarquer que n’est pas le « nous » qui la possède ni d’ailleurs le je ; c’est celui qui écrit ces lignes !

Cette lettre est en la possession de celui qui écrit ces lignes ; il conserve ce pauvre papier jauni comme le plus précieux des héritages.

484Le narrateur se réserve-t-il l’héritage qu’il lit dans cette lettre parce qu’il ne veut pas le voir devenir la propriété du groupe de ses descendants, lui étant très attaché, ou bien parce qu’il ne veut pas l’inclure dans celui – symbolique – qu’il conçoit pour ses enfants ? Veut-il seulement faire observer à ses enfants son propre héritage à lui, un pauvre papier jauni, le plus précieux qu’il ait, lui l’auteur du récit ? Il se désigne comme seul héritier direct des dernières lignes écrites par son bisaïeul et lie sa position d’auteur à la possession de celles-ci. Ses lecteurs peuvent voir que la cause de son écriture généalogique a son point d’orgue dans cette trace de la tragédie qu’a vécue son bisaïeul. Pour autant, ils ne se trouvent pas invités par lui à assumer eux-mêmes l’héritage émotionnel qu’elle a provoqué chez lui.

  • 128 D’ailleurs, les descendants de ce narrateur nous ont tous expliqué leurs difficultés à comprendre l (...)

485Toute l’argumentation du narrateur est appuyée sur des preuves issues de documents qui lui appartiennent. Comment, avec de telles preuves, ses destinataires vont-ils réagir ? Vont-ils accepter son point de vue sur l’Ancien Régime tel que le révèle l’exemple de leur histoire familiale ? Les documents sont cités. Ils sont dans la famille et donc tout proches si on veut les vérifier. Ils touchent des événements graves puisqu’ils attestent des faits concernant le destin de la France et des aïeux qui se sont sacrifiés pour elle et pour leurs pères. Ils sont crédibles. Mais ils sont présentés par l’énonciation de telle manière que leurs destinataires ne trouvent pas à travers eux un appel à rester attachés à l’Ancien Régime, même revisité, ni même à s’en détacher complètement, mais plutôt à transformer leurs représentations de ce régime ; ils sont mis devant une position paradoxale128.

  • 129 Nous n’avons pas accompagné pas à pas tous les lieux communs qu’a employés ce rhéteur hors pair.

486Le narrateur est crédible et peut accueillir un transfert affectif de ses lecteurs. En effet, l’émotion qui se perçoit chez lui lorsqu’il évoque les événements qui ont touché les deux générations sacrifiées de leur famille pour la France rapproche les deux sujets de l’énonciation. Ce rapprochement leur permet de partager ensemble les dettes qu’ils ont envers ces générations et non à suivre leurs exemples. Le narrateur y a mis toute sa puissance argumentatrice129.

487Dans le récit de Lilian Collas, le narrateur travaille à emporter l’adhésion de ses lecteurs en déployant devant eux un théorème simple amenant à démontrer que les malheurs qui ont touché la famille ne l’ont pas anéantie et n’ont pas empêché son identité de se perpétuer, même si elle doit se réorganiser autrement.

488— Le contrat de confiance

489Pour solliciter la confiance de ses lecteurs, le narrateur énonce les évidences qui ont cours dans leur famille. Avec deux énoncés tout d’abord, il s’adresse directement à eux à propos de ce qu’ils sont censés savoir. D’une part, ils doivent savoir qu’il a une fratrie de huit frères et sœurs, c’est-à-dire que (sous-entendu) ils ne sont pas cinq quand bien même trois sont décédés. D’autre part, ils doivent savoir ce que fut la vie matrimoniale de leurs parents, c’est-à-dire, précise-t-il, le sacrifice que fut la vie de leur mère.

Comme vous le savez, nous étions huit frères et sœurs […].
Vous savez
ce que fut notre vie matrimoniale qui dura 43 ans, au cours desquels votre Mère fut toute de dévouement, d’abnégation, de travail sans relâche, bonne et indulgente pour nous. […] Aimable, bonne, s’effaçant et se sacrifiant toujours. Sa vie a été un exemple pour tous.

490Une troisième évidence est aussi introduite comme naturellement dans le récit, à savoir le sort malheureux qui se porta – comme chacun sait – sur toutes leurs propriétés de famille.

À la mort d’Alfred, Le Verdeau fut vendu : ce qui est malheureusement le sort de toutes nos propriétés de famille.

491On pouvait s’attendre à voir apparaître comme une évidence la mort de la mère de l’auteur. Or, ce n’est pas le cas. Par contre, ce qui vient à la place, c’est le sacrifice d’une autre mère.

492À partir de ces évidences, le narrateur fait la part des choses. Il indique, en revisitant l’histoire familiale, comment chaque génération a réagi au poids des malheurs et quelle perspective chacune doit adopter selon lui, après avoir connu cette histoire. Il opérera une séparation, au fur et à mesure qu’avancera son récit, entre ce qu’il lui revient de conserver, ce qui revient à la génération qui le précède et à sa fratrie, et enfin ce qui revient à ses enfants et petits-enfants. Il se fera le guide, comme dans le récit précédent, d’une visite dans le passé familial et appelera ses lecteurs à le rejoindre (sous le vocable du nous) pour constater que leur histoire n’a pas été qu’une suite de malheurs.

493— Les positions de l’énonciation

494Le narrateur attire l’attention de ses lecteurs dès l’adresse sur le fait que les renseignements consignés dans le récit concernent des ancêtres et parents qui leur sont communs à lui et à eux (nos ancêtres et nos parents) : les Collas et les Conavis, en fait ses branches paternelle et maternelle à lui. Puis il les invite à se concevoir d’une même famille qu’il définit, on l’a déjà vu, comme une entité dont chaque membre fait partie. Enfin, dans le récit proprement dit, il s’assure, dès les premiers mots, que ses lecteurs le suivent pour trouver avec lui dans le Tableau généalogique no I leur premier ancêtre à C.

495Dans son chapitre sur son oncle paternel, il désigne celui-ci comme notre oncle et son épouse comme notre tante : deux termes qui disent plus qu’un lien de filiation – un lien d’appartenance. Mais qui est ce nous ? Ses descendants et lui ou bien sa fratrie et lui ? À plusieurs reprises, dans le récit, le lecteur se posera la question. On apprend que la propriété de ces oncle et tante était leur but préféré de promenade et que leur accueil était permanent et chaleureux, avec le même sourire de bonté.

Le Verdeau était notre but préféré de promenade malgré son éloignement de Bil. : nous y étions toujours accueillis avec le même sourire de bonté.

496Dans cet énoncé, le sujet collectif évoqué ne comprend pas les lecteurs puisqu’ils n’étaient pas nés à cette période. Il représente ses parents, ses frères, sœurs et lui-même : une famille réunie, une famille unie, une famille qui parle d’une seule voix ! Mais pour autant, n’est-il pas attirant pour ses descendants de se retrouver sous son paradigme étant donnée la force affective qui se dégage des paroles du narrateur ? Avec la description qui s’ensuit, enfants et petits-enfants sont invités à voir dans le mode de vie de ces oncle et tante des valeurs exemplaires. Mais, à la fin du chapitre, le narrateur dit son regret de la perte de cette propriété, après la mort de son cousin, ordonnant cette perte au sort malheureux de toutes les propriétés de famille leur ayant appartenu. Comment définir ce sujet collectif propriétaires poursuivi par le destin ? Est-ce sa génération : lui et ses cousins germains ? On pense aussi aux cousins maternels qui ont liquidé la propriété de Donvie ! Mais son grand-père paternel n’a pas eu non plus la propriété de C. ! Son grand-père maternel n’a eu qu’une contrepartie au château de Vi. ! Aussi est-ce toute la famille qui est touchée par ce malheur.

  • 130 Le récit de l’histoire de cette année 18~~ (le temps de l’assombrissement) est séparé par un trait (...)

497Dans le chapitre suivant, qui concerne le père du narrateur, il désigne ses parents comme sujet collectif dans trois contextes seulement. Le plus généralement, il s’en tient à deux désignations : mon Père et ma Mère ou le Père et la Mère. Mais il ne commence à utiliser la seconde appellation qu’à partir de l’année où sont disparus les temps heureux. Il explique alors qu’à ce moment-là entre frères et sœurs (nous), ils les appelaient ainsi. C’est l’année où éclata la guerre avec ses conséquences sur la vie familiale ; elle assombrit la maison et tout contribua à l’attrister, explique-t-il. Avant cette date, sa mère était déjà souffrante presque toujours étendue sur sa chaise-longue à la salle à manger mais leur vie était heureuse130.

498Enfin, il continue ces deux modes de désignation jusqu’à la fin du récit, reprenant exceptionnellement la première personne du singulier : pour présenter les décès de sa mère, de son oncle maternel (leur tuteur) et de sa belle-sœur, et pour raconter l’histoire des vingt années après le décès de sa mère. Mais, lors du récit de l’année du décès de sa mère, où commencèrent les grandes épreuves, il adopte la désignation collective du nous lorsqu’il conclut sur leur vie en décembre de cette année-là : il dit alors notre mère et notre père.

Nous n’y reverrions plus ni notre Mère, ni nos grandes sœurs ! C’est alors que je compris toute l’étendue de nos malheurs […].

499Dans un second contexte, il reprendra le sujet collectif lorsqu’il racontera que l’un de ses frères est ordonné prêtre. Dans cet instant du récit, il dira : notre Père. Est-ce parce que l’émotion est très forte ? Rappelons que ce frère, très fragile de santé, mourra peu après, dans la fleur de l’âge. Ou bien, est-ce parce que toute la famille bénéficie de ce choix de l’un des siens : un honneur et une source de grandes grâces pour elle ?

Il fut ordonné prêtre [en] 18~~, au grand séminaire de Lyon. Notre Père était venu de Bil. et toute la famille put assister à l’ordination. Le lendemain, jour de Noël, assisté du Père Amédée Collas, notre cousin, il dit dans l’ancienne chapelle de Fourvière sa première messe, à laquelle assistait la famille. Il m’avait demandé de la lui servir.
Celui qui a vraiment la foi ne peut assister sans une profonde émotion à cette cérémonie d’Ordination de l’un des siens et à sa première messe : Dieu l’a choisi parmi tant d’autres pour en faire son prêtre et l’investir des pouvoirs les plus sacrés. Quel honneur et quelle source de grandes grâces pour la famille !

500Le troisième contexte dans lequel le narrateur use d’un terme collectif pour évoquer son père est l’époque de sa vie où il put prendre possession de la propriété de Tr. achetée quatre ans auparavant.

Au cours de l’année 18~~, le Père a acheté la propriété de Tr. […]. Mais […] ce n’est qu’en 18~~ que le Père put en prendre possession et aller y passer les mois d’été […]. Tout en étant à Lyon, nous pouvions suivre la vie de notre Père, car nous revenions à Bil. tous les samedis après-midi jusqu’au lundi. Au surplus, notre Père n’ayant plus la charge de son Étude, venait faire de fréquents séjours chez Claire qui le retenait le plus longtemps possible.

501Cette époque amena le narrateur et sa fratrie à profiter à la fois de la propriété de leur père et de sa disponibilité enfin advenue. Ainsi, ces trois contextes sont trois moments-clés de l’histoire de la famille du narrateur à cause de l’émotion particulière qu’ils suscitèrent et de leurs répercussions dans l’avenir.

502Il désigne, aussi, à partir de l’année de la tragédie, ses sœurs décédées comme nos grandes sœurs, puis sa sœur aînée comme notre sœur. Cette dernière consacra sa vie à élever sa jeune fratrie. Mais leur père a veillé à ce qu’elle mît fin à ce sacrifice. Pour autant, elle avait le rôle de maîtresse de maison dans la propriété de famille de son père.

Chaque ménage amenait sa domestique, mais il n’y avait qu’une seule direction entre les mains de notre chère Claire, qui avait bien voulu s’en charger. Et le Père était tout heureux au milieu de ses enfants et petits-enfants.

  • 131 Cet oncle est leur subrogé-tuteur à partir de la mort de la mère. Le père du narrateur avait de l’e (...)

503Le narrateur a une dette envers elle. Ses autres frères et belles-sœurs seront, eux aussi, qualifiés par un possessif collectif, mais ils ne le seront que dans les énoncés qui relateront leur mort. Il faut ajouter à ce mode de désignation celui des collatéraux. On l’a vu avec l’oncle paternel, mais il y a aussi le cousin paternel qui assista le frère pour sa première messe et le cousin de la mère, leur tuteur131. Ainsi, comme précédemment, la désignation d’un membre de la fratrie et de la parentèle s’accompagne d’un nous dans des contextes émotionnels forts : des décès, l’ordination du frère, la vie dans la propriété.

504Lorsque vient, pour le narrateur, le temps de parler de sa famille, cette fois en un nous composé de sa femme, de ses enfants et de lui, c’est du point de vue de leurs savoirs communs sur leur vie matrimoniale dans laquelle son épouse fut sacrifiée. On peut remarquer que là encore, il évoque des jours assombris.

Durant ces 43 ans, nous avons eu des jours assombris par des inquiétudes, des opérations, des maladies, mais nous avons eu aussi bien des joies, bien des satisfactions, bien des jours heureux, et le souvenir de ces joies, de ces satisfactions, de ces jours heureux effaçait en nous le souvenir des jours sombres. Je dois reconnaître que la Providence a répandu d’abondantes bénédictions sur notre famille et nous devons l’en remercier.

505Ainsi, le temps de la vie matrimoniale du narrateur a laissé aussi trace de jours assombris comme celui de son enfance. À ces deux étapes de sa vie, sa famille a partagé le même sort. Mais, au moment de clore son récit, il indique, toujours sous le paradigme du nous, qu’il y a des différences entre les deux temps, car ce furent des inquiétudes, des opérations et des maladies qui assombrirent le second temps, pas la mort répétée. D’autre part, il y eut des souvenirs heureux. En effet, la Providence a répandu d’abondantes bénédictions sur eux. Mais surtout, ce qui est central, c’est que les jours heureux ont pu effacer les jours sombres. Le narrateur s’inscrit, à quelques lignes de la fin de son récit, à l’intersection de deux générations, l’une formant un nous structurel, contenant sa fratrie, lui et ses parents, et qui vécut des malheurs, et l’autre formant un autre nous, aussi structurel, contenant ses enfants, ses petits-enfants, lui-même et son épouse, qui vécurent certes des jours sombres, mais pas des malheurs, seulement des drames compensés par les bonheurs. Ce qui reste de la vie du premier nous c’est un sentiment d’angoisse et de profonde tristesse toujours présent. Mais ce qui résulte du souvenir du second nous, c’est le souvenir des jours heureux. Le mauvais sort gouverna leur vie familiale longtemps, mais la Providence permit de voir les jours heureux l’emporter !

506Quant à la partie du récit consacrée à ses maternels, le narrateur y présente aussi son grand-père comme « notre Grand’Père » ; en tant que tel, on est informé sur sa naissance, son mariage mais surtout longuement sur sa propriété et sur ses activités sociales et politiques. On a vu qu’il constituait un des modèles de vie les plus puissants offerts aux identifications des descendants : à cause de ses valeurs supérieures dues à ces activités, mais aussi à cause de l’intensité émotionnelle que le narrateur laisse paraître lorsqu’il parle des séjours que lui et sa famille passaient dans sa propriété pendant les vacances, et enfin à cause de son attitude toute paternelle pour son père au cours de l’année des décès. On se souvient de ces lettres dans lesquelles le père du narrateur se confie à ses propres beaux-parents, comme il l’aurait fait à ses parents, en les appelant « Mon cher Père et Ma chère Mère » et se disant leur fils. On lit aussi une fois « notre Grand-Mère », au moment où est rapporté son décès.

507Ainsi, dans le cas des maternels comme dans celui des paternels, dans le premier temps de la famille comme dans son second temps, ce sont les mêmes émotions qui amènent le narrateur à désigner ses membres sous le paradigme syncrétique du nous. Certes, les lecteurs ont pu supposer qu’il s’associait certains de ces membres plus que d’autres selon les contextes qu’il décrivait. Mais, dans la mesure où il n’use pas de ce paradigme systématiquement et où en plus il le rapporte aux mêmes événements émotionnels pour tous, on peut supposer qu’il appelle ses descendants aussi à l’y rejoindre.

508Pour continuer de préciser le mode de relation que le narrateur veut créer entre sa famille et ses descendants, il faut observer les événements pour lesquels il se rend seul sujet dans la narration. Dans l’adresse, il assume personnellement sa position d’auteur et les motivations qui l’animent. Puis, dans le chapitre concernant les origines de sa branche paternelle, il présente son grand-père. C’est « mon grand-père », et non « notre grand-père » comme il l’exprimera au sujet de son grand-père maternel. On voit bien là la force du syncrétisme du nous ! On sait qu’il n’a pas connu ce grand-père. Concernant son oncle, le narrateur le désigne parfois comme notre oncle mais ce n’est pas le cas systématiquement. Il l’évoque par son nom propre chaque fois qu’il dit le manque de renseignements qu’il possède à son sujet. Il le présente aussi ainsi quand il parle du mois qu’il a passé chez lui pendant l’année des décès : un mois lui ayant laissé d’agréables souvenirs !

C’est chez eux que j’ai passé le temps de ma convalescence après ma fièvre typhoïde en décembre 18~~, un mois qui m’a laissé d’agréables souvenirs.

509Le narrateur décrit encore l’histoire de son oncle en usant du je lorsqu’il raconte qu’il a assisté à ses funérailles. Mais là, il n’est pas le seul témoin, il est avec son épouse qu’il présente pour la première fois.

Votre mère et moi avons assisté à ses funérailles à Ré., et nous l’avons vu conduit au cimetière sur une sorte de prolonge attelée des deux vaches, très probablement suivant la coutume du pays pour les habitations éloignées de l’église, comme l’était Le Verdeau.

510Le narrateur se présente dans la narration de cet événement comme associé à son épouse. Pourquoi apporte-t-il cette précision à ses lecteurs ? Au vu de la description des funérailles, on peut se demander si la raison n’en est pas dans l’exception du mode de cérémonie : une exception qui évoque la fin d’un temps dont eux – parents – sont les derniers représentants : la fin du temps de la propriété ! C’est, d’autre part, à ses enfants plus qu’à ses petits-enfants qu’il s’adresse puisqu’il désigne son épouse comme votre mère. Pourquoi est-ce en tant qu’enfants que les lecteurs sont invités à entendre ce qui se dit là ? La situation se présentera dans des termes semblables pour le décès du cousin maternel.

511On trouve sur cet oncle une dernière information faisant appel au je lorsque le narrateur rappelle les dates de son décès et de celui de sa tante. Pourtant, il les avait déjà données plus haut dans le même chapitre. Il fait un rappel à l’attention de ses lecteurs.

Je rappelle que notre oncle Albert Collas est décédé [en] 18~ et sa femme, Louise Deleau, [en] 18~~.

512Pourquoi le narrateur éprouve-t-il le besoin de faire un rappel sur les dates de ces décès ? On peut remarquer qu’il reprend ces informations juste après qu’il a indiqué les décès de ses deux grands-parents maternels : ces deux couples propriétaires essentiels pour la famille ! On comprend qu’en l’espace de deux ans les deux hommes sont morts : une double épreuve pour lui, survenant cinq et six ans après les décès respectifs de sa mère et de ses soeurs.

  • 132 Nous n’avons pas relevé chaque énonciation qui l’engageait comme sujet singulier ; leur nombre aura (...)

513On a vu enfin que le narrateur se rattachait aussi à ses parents en son nom propre132. C’est dans le récit de l’année de ces derniers décès, autant que dans l’adresse, qu’il s’engage le plus personnellement dans son énonciation, lorsqu’il arrête ses lecteurs sur le sentiment d’angoisse et de profonde tristesse qu’il ressent encore à l’heure où il écrit les quelques lignes relatant le moment où il revint de sa convalescence ; il avait alors 9 ans, sa mère et ses sœurs venaient de mourir.

C’est alors que je compris toute l’étendue de nos malheurs et j’éprouvai en entrant un sentiment d’angoisse et de profonde tristesse que je ressens maintenant encore en écrivant ces quelques lignes comme toutes les fois que ma pensée se reporte à cette année 18~~.

514Comme dans le récit précédent, le narrateur s’introduit comme sujet dans l’énoncé à un moment tragique de son récit. Ce sentiment à son retour, revécu dans l’écriture, est le point d’orgue affectif de sa vie comme de sa narration. Il est la métonymie de sa pensée, évoquant cette année-là. Mais si le narrateur rend ses lecteurs témoins de son sentiment toujours vivant, il ne les invite pas à l’éprouver eux-mêmes. Il les appelle seulement à prendre conscience de l’étendue de leurs malheurs car les effets, eux, leur reviennent en héritage. Il provoque la compassion, une identification optimale pour lui permettre par la suite de procéder à l’analyse réaliste des répercussions que ce sentiment engendra dans les générations postérieures.

515Lorsque le narrateur conclut, il mêle les énonciations du je et du nous. Il invite à voir que l’écriture a effacé d’un degré supplémentaire les sentiments éprouvés encore vivants en lui lorsqu’il rédigeait. En effet, après avoir écrit, il lui reste le souvenir de la tristesse mais, à ses côtés, celui aussi des joies. Aucun sentiment ne l’emporte plus. Les deux se côtoient. Les poids entre tristesse et joies s’égalent. De plus, la tristesse a remplacé le malheur. Le sentiment d’angoisse a disparu : le narrateur ne le dit pas explicitement mais il n’en reparle pas. Les lecteurs, alors, peuvent être libres de retenir d’autres souvenirs de leur famille, à savoir la valeur et les mérites qui en ressortent. Le narrateur et ses lecteurs ont pu sortir de l’ère des malheurs qui ne s’effacent pas pour entrer dans celui des souvenirs des valeurs et mérites qui s’accumulent.

516Enfin, quels sont les effets de la dernière modalité de l’énonciation : celle du vous qui sépare du je et qui permet l’interlocution ? Elle a déjà été reconnue dans l’expression des savoirs évidents de la famille : « vous savez […] ». On y voit la pertinence de la stratégie du narrateur qui fait reposer son contrat de confiance sur ces savoirs, mais qui se différencie du sujet collectif auquel il s’adresse pour créer une interlocution à partir de laquelle il pourra effectuer une autre analyse. On trouve aussi cette modalité ailleurs : exclusivement lorsque le narrateur parle de son épouse. Il dit toujours votre Mère ; ainsi lorsqu’il présente sa rencontre avec elle, dans le récit :

J’avais vu votre Mère pour la première fois en janvier 1890, à une soirée chez Madame […].

517On s’est demandé pourquoi le narrateur n’avait pas désigné d’autres membres de sa famille comme il l’a fait pour son épouse. S’il pouvait lui être difficile de dire mon épouse ou ma femme ou son prénom, s’adressant à ses enfants, il aurait pu utiliser le paradigme vous pour désigner les autres comme votre oncle, votre grand-père, votre cousin, etc. ; sur le plan syntaxique, c’était aussi juste que de dire notre oncle, notre grand-père, notre cousin, etc. ! Est-ce pour bien différencier les deux mères de cette même famille : la sienne et celle de ses enfants ? Son épouse a-t-elle été le seul membre de la famille à pouvoir se tenir hors du nous touché par le malheur, car issue d’une autre famille ? Est-ce son dévouement et son sacrifice qui ont gagné sur celui-ci ?

518Comment les lecteurs se placent-ils devant un héritage familial émotionnellement si fort et qui sort de l’épreuve élevé par les qualités de ceux qui l’ont constitué et qui peuvent en attester ? Ce ne sont sans doute pas les preuves issues des extraits de l’état civil ou d’actes notariés qui donnent du poids à la crédibilité du narrateur. Dans ce récit, les effets de vérité émanent d’abord des extraits de la correspondance échangée entre son père et ses beaux-parents, et de la grande émotivité du témoignage direct du narrateur lui-même. Ils laissent place à l’engendrement d’un transfert affectif des lecteurs sur ce dernier qui pourra alors les faire sortir du mythe du malheur et leur faire découvrir leur identité.

  • 133 Dans le procès du doute de l’énonciation, le savoir-faire est une modalité de l’actualité. Sur la q (...)

519Dans le récit d’Auguste Armand, le narrateur choisit d’exposer ses données à partir de l’énoncé d’une problématique simple mais percutante et d’une hypothèse centrale dont il va se charger de démontrer la validité avec le plus de nuances possible. Il souhaite faire part de son doute et des résultats de son enquête sur les origines aristocratiques de sa lignée patrilinéaire, sans pour autant perdre la confiance de ses lecteurs. Il s’implique directement dans son questionnement et implique ses lecteurs en les amenant à déduire de sa compétence sur les savoirs familiaux le doute sur leurs origines aristocratiques. En effet, il démontre qu’il est dans l’impossibilité de trouver les preuves de la validité des croyances familiales, à l’heure de l’écriture, et il ne voit pas comment il le pourrait dans l’avenir133. Ses références prouvent le contraire de ces croyances. Mais le narrateur use d’une litote pour atténuer la radicalisation de son point de vue. Pour lui, cela peut rester une question mais n’est plus un fait. Il est condamné à un doute perpétuel et, pour vérifier ses hypothèses, il va conduire ses lecteurs dès son introduction à tenir un écart entre le nous et la famille, car il y a dorénavant ce qu’est le nous et ce que la famille croit être. Dès lors, par son récit, la famille se trouve partagée.

520— Le contrat de confiance

521Le narrateur considère que pour ses lecteurs, les armoiries sont de toute évidence celles de leur famille. C’est le seul point de confiance qu’il peut partager encore avec eux après avoir annoncé sa première hypothèse. Sans l’obtention de la confiance, le narrateur ne pourrait pas être entendu dans son hypothèse. Aussi, quand il s’interroge sur les circonstances de l’arrivée du blason dans la famille, le contrat de confiance est, à ce moment de la démonstration, fort fragilisé. On sait que, passant en revue plusieurs hypothèses, il les retient toutes, faute de preuves contredisant leur validité. L’évidence de l’appartenance du blason à la famille peut continuer de cimenter les liens entre ses membres.

522Tout au long du récit, on a vu que le narrateur guidait ses destinataires dans leur lecture des faits familiaux. Il sépare ce qui est prouvé, ce qui est probable et ce qui n’est pas connu. À le suivre dans ses probabilités, on arrive à concevoir la trajectoire de sa lignée patrilinéaire dans une dynamique ascendante qui aboutit à la considérer de condition grande bourgeoise.

523— Les positions de l’énonciation

524Quels événements familiaux le narrateur présente-t-il sous le paradigme syncrétique du nous ? On s’aperçoit que, chaque fois qu’un tel paradigme paraît dans le texte, il oriente les lecteurs sur la question de la preuve de faits énoncés ou au contraire sur l’absence de preuve. On voit ainsi le narrateur suivre pas à pas la destinée de certains de ses ascendants, mettant l’accent, par l’intermédiaire de cette question, sur des faits qui les honorent ou les ont affectés, et ceci, autant pour sa lignée patrilinéaire que pour les lignées maternelles. C’est ainsi qu’il s’adjoint spécifiquement ses lecteurs sur les trajectoires d’ascendants qui ont été confrontés à deux épreuves.

525Tout d’abord, dans le cas de la première catégorie d’épreuves, le narrateur attire l’attention de ses lecteurs sur leurs ascendants qui ont vécu aux périodes révolutionnaires, notant les événements, mais aussi les trous dans leur mémoire. C’est le cas pour son premier ascendant patrilinéaire né à Lyon et pour trois de ses ascendants en lignées maternelles, tous trois ayant disparu un temps donné et émigré. Qu’en est-il pour l’ascendant patrilinéaire, le fils de l’enracineur ?

Il fut entraîné lui et sa famille, dans la terrible tragédie du siège de Lyon. Grâce aux pièces d’archives que nous avons pu retrouver, nous pouvons le suivre pendant cette période. Celle-ci fut sans doute si pénible que rien ne fut transmis à ses descendants, et sans les actes retrouvés nous ne saurions rien des activités héroïques de Pierre-Louis Armand en 17~~. […]
Le 1er juin, c’est-à-dire au début du siège, il est membre de la section « concorde », nous trouvons sa signature aux côtés de celle de G. de L. Il devait avoir un poste important dans cette section, car cette pièce ne porte que les signatures nommées ci-dessus, et ceci au nom de toute la section […].
[En] 17~~, la ville de Lyon était tombée. Pour sauver sa tête, Jacques-Louis Armand n’eut qu’une solution, fuir en Suisse. Pourquoi en Suisse ? Combien de temps ? Comment ? Nous ne savons rien.

526La recherche de la preuve a permis de découvrir l’héroïsme de l’ascendant, mais aussi son pendant, le drame de son exil. L’auteur a la preuve de l’héroïsme dans ses pièces d’archives, mais pas celle de l’exil en Suisse. Pour autant, il évoque le caractère dramatique de ce moment. Comment le narrateur sait-il que la Suisse fut le lieu d’émigration ? Il propose une probabilité.

Toutefois, il est à noter que Alphonse Quinsier, beau-frère de Pierre-Louis Armand, avait une propriété à Ma., près de Genève. Il est donc possible que la famille se soit réfugiée là.

527Le fils de cet ascendant était enfant lors de la période révolutionnaire. Lui aussi, donc, est un objet d’attention : comme pour le père, le narrateur dit ne pas savoir comment se passa l’émigration pour son compte.

528Qui sont les sujets auxquels s’associe le narrateur pour instruire les lecteurs et qui commentent les sources devenues dorénavant propriété collective de la famille grâce à lui ? Sont-ce ses frères et sœurs, ses cousins, ses enfants, ses lecteurs en général ? Il n’y répond pas : sans doute sont-ils tous ceux qui souhaitent se joindre à lui comme témoins de l’existence et du contenu de ces sources !

529Il convient d’examiner, aussi, les trajectoires des maternels. Pour la première – la lignée maternelle du petit-fils de l’enracineur –, le narrateur s’arrête sur l’émigration du père de sa mère.

A-t-il émigré ? Nous ne le savons pas […].

530Et pour la seconde – celle du père de la mère de l’arrière-petit-fils de l’enracineur – il fait de même.

Il échappe au tribunal et nous le retrouvons « homme de loi » sous le directoire […].

531Le narrateur laisse-t-il penser à une émigration possible ? Quoi qu’il en soit, l’émigration est un événement de la vie familiale auquel il porte une attention toute particulière, faisant surgir des questions à son propos ou suggérant des hypothèses quand elle est vraisemblable. On l’avait vu déjà dans l’histoire de l’enracineur.

532Les lecteurs sont encore pris à témoin sur l’émigration du troisième ascendant, mais pas pour les mêmes raisons – et pendant la Révolution de 18~~. En effet, à la fin de cette année-là, il est menacé de prison pour dettes à cause de sa prodigalité pour les œuvres d’art de sa collection et doit partir en Suisse.

Les créanciers réclament leurs dus. Nous sommes à la fin de l’année 18~~. Impossible de payer, c’est la saisie, et la menace de prison pour dettes […]. Guillaume-Florian s’est sauvé, il est en Suisse, à Genève, chez son ami Mébat.

533Ainsi les émigrations ont affecté la famille dans son équilibre. On a déjà vu l’importance émotionnelle de la première émigration – celle de l’enracineur – et déjà noté la structure particulière de l’énonciation lorsqu’il s’agissait de cet événement. Mais, à la différence des exposés concernant ces derniers ascendants, curieusement le narrateur ne se fait pas sujet collectif pour l’enracineur. Il ne s’adjoint pas ses lecteurs pour constater. Pourquoi ? Ce n’est pas à cause de l’absence de preuve puisqu’il en manque aussi pour ces derniers. C’est à cause de leur appartenance à la génération qui a vécu la Révolution car il ne dit nous que dans le cours de cette époque. Il constitue donc la vie durant cette période comme un temps d’épreuve pour la famille et attend que ses descendants en aient bien conscience.

534Enfin, le narrateur se rend témoin avec ses lecteurs d’une autre catégorie d’événements qui ont éprouvé leur famille. Ainsi il fait remarquer l’absence de leur savoir sur les conséquences de la peste qui sévit au début du XVIIe siècle à Lyon, concernant les alliés de leur enracineur : « la famille eut-elle des victimes pendant cette période ? ».

La famille Rostaing eut-elle des victimes pendant cette période ? Nous n’en savons rien. Dans tous les cas, Francisque et son père ont survécu car nous les retrouvons l’un et l’autre un peu plus tard.

535Pourquoi pointer ce fait ? Est-ce à cause de la présence de victimes ? Qu’en est-il pour les autres alliés ?

Madeleine Rodier était veuve depuis bientôt deux ans, son mari ayant été assassiné [en] 17~~ par le sieur Bredos, du moins c’est ce que nous indique le curé de Mont. lors de l’enterrement du malheureux Jacques de Jamely.

536On peut constater que l’épouse était la veuve d’un noble qui fut assassiné. La famille est encore mobilisée sur une victime : un noble assassiné, mais avant la Révolution.

537On apprend ensuite que la descendance des fils du premier mariage de cette veuve donna deux célèbres botanistes, mais pour la descendance de son second mariage, le narrateur dit – par l’usage d’un nous ne rien connaître de la destinée des enfants de son fils aîné. Pourquoi le narrateur sollicite-t-il ses lecteurs sur ces précisions ? On le comprend après. En effet, la famille descend du second fils et a toujours cru qu’elle descendait, par cette branche alliée, de la lignée noble, à cause de confusions de générations et de prénoms. Un double mariage a été à l’origine de ces confusions que le narrateur a voulu rectifier avec la plus grande discrétion.

Son parrain fut Francisque Sibier, sa marraine Floriane de Jamely, femme de Sigismond Rodier, cousin germain du nouveau-né (et non grand-père comme le croyaient les généalogistes du XIXe siècle. Cette erreur faisait descendre les Armand des Jamely).

538Le narrateur oriente le regard de ses lecteurs vers les victimes de leur famille : victimes de la peste, victime d’un assassinat. En y associant la première catégorie d’épreuves, on peut remarquer que ce qui noue le destin du narrateur à ses lecteurs et à leurs ascendants est le statut d’émigré et de victime. On a vu les hommes qui en ont pâti. Mais ne peut-on y joindre la lignée patrilinéaire elle-même ? N’a-t-elle pas elle aussi été par deux fois victime des erreurs généalogiques des généalogistes du XIXe siècle ? À cause de cela, elle n’a pas su restituer l’histoire de l’émigration de celui qui fut la preuve de la bourgeoisie familiale. Pourquoi ce statut est-il si fédérateur pour le narrateur ? La raison en est-elle dans les effets de la tragédie de la période révolutionnaire sur sa sensibilité ? Ou bien provient-elle de la représentation qu’il a voulu donner de son ascendance ? Il faut remarquer, en effet, que la structure de cette énonciation collective n’est relevée que chez des ascendants nés avant ou pendant la Révolution. Vise-t-elle à signifier que, même bourgeois, les hommes de sa lignée patrilinéaire ont été loyaux à la cause que la famille a toujours pensé défendre depuis son arrivée à Lyon ? Le narrateur ne veut pas modifier la représentation de sa famille du destin sociopolitique de ses ascendants, il souhaite seulement qu’elle ne se rattache pas à des pères qui ne sont pas les siens.

539Le narrateur polarise le transfert affectif de ses lecteurs, dans ce récit, avec l’évocation des victimes de l’émigration que compte son ascendance. À la fois, il les rassure sur leurs loyautés à leurs pères et peut introduire la victime qu’a pu être l’enracineur, qui émigra lui aussi : en effet, il ne cherche pas à ce qu’ils s’identifient aux victimes des révolutions. Son sentiment d’appartenance se porte sur la victime de l’émigration que fut leur enracineur possédant tous les traits du bourgeois. Celui-ci n’est évidemment pas désigné explicitement comme victime puisque l’émigration qu’il fit porte l’indicateur de son origine bourgeoise. Mais c’est sur son sort qu’il s’agit de se pencher : celui d’un homme qui émigra, mais pour réussir à introduire toute sa descendance dans l’élite lyonnaise et même aristocratique.

540Enfin, on remarque qu’avec son paradigme syncrétique nous, le narrateur plonge métaphoriquement ses lecteurs avec lui dans le passé de leur famille. Il les y guide pas à pas. Reprenons les énoncés précédents pour le constater. Ainsi il écrit : « nous le retrouvons » homme de loi« sous le directoire », mais aussi « nous sommes à la fin de l’année […] » ou bien encore « nous les retrouvons l’un et l’autre un an plus tard », etc. En effet, dans ce récit, narrateur et lecteurs sont impliqués dans la vie de leurs ascendants. Les lecteurs sont ainsi accompagnés dans la traversée de chaque époque, voyant vivre leur lignée patrilinéaire et leurs lignées maternelles, et peuvent s’assurer en témoins directs de la validité des faits avancés.

541Dans le récit de Damien Palluis, on observe l’évidence sur laquelle se rejoignent la confiance du narrateur et celle de ses lecteurs dans l’absence de contestation sur le rôle que joua la mère du fondateur de la fortune, jusqu’à sa mort. Le narrateur use d’une litote et d’une forme passive pour trouver la formule qui puisse emporter l’adhésion de tous : « cela ne lui fut pas contesté ». Le contrat de confiance entre eux repose sur ce fait qu’aucun dans leur famille ne peut refuser ni mettre en doute ce rôle. Il fallait au narrateur persuader sa famille que la contestation n’avait pas à se porter sur le fils. Pour ce faire, il choisit de faire la démonstration que la fortune ne s’est pas faite seulement par ce fils, mais qu’elle a été le fruit de plusieurs générations – patrilinéaires et maternelles – qui ont suivi les lois de l’ascension sociale en usage à l’époque. Il se fonde sur deux hypothèses qu’il validera par des preuves. Une série de démonstrations est donc déployée dans le texte avec la méthode suivante : des actes officiels sont cités intégralement ou partiellement pour indiquer que la fortune résulte d’une part de l’accumulation des sommes apportées au mariage par les alliés des temps modestes et de l’éducation donnée aux enfants, et d’autre part du travail et de la bonne gestion de ses fruits par la lignée patrilinéaire jusqu’au fondateur de la fortune. Ce qu’a visé le narrateur, c’est l’accumulation des preuves pour montrer que la responsabilité de l’acquisition de la fortune est à partager entre la mère, le père et leur fils tel que le titre du récit le signifie : Des Débuts modestes de Louis-Laurent Bétiny et Joséphine Charlotte Pavois jusqu’à la fortune immobilière laissée par leur fils H.B. Bétiny en 18~~. Il s’est fait le guide dans l’histoire de cette fortune pour que chacun voie avec lui les faits.

  • 134 Le narrateur fait deux fois le choix du lexème parvenu pour parler des documents qui lui ont été tr (...)

542Le narrateur implique ses lecteurs en utilisant le pronom nous dans la découverte de ces faits. Il commence par citer deux preuves indéniables parvenues jusqu’à eux montrant que les représentations de parvenu qui étaient projetées, jusqu’alors, sur le seul fils, concerneraient plutôt la mère134. Mais il apporte ce point de vue au moyen de litotes pour ne pas bousculer les censés sus de la famille. Ainsi, il constate que les parents n’hésitèrent pas à donner deux prénoms peu communs à l’époque. Il propose deux documents pour témoigner que ces parents n’étaient pas sans fortune. Il présente ensuite deux testaments qui leur sont aussi parvenus, leur donnant l’état de la fortune de son fondateur lorsqu’il avait 55 ans : une fortune qui allait bien au-delà de ce que le lecteur pouvait croire à lire les lignes jusque-là écrites. Ainsi, le lecteur peut constater que le fondateur de la fortune était un homme sérieux et rigoureux dans sa gestion, attentif à ses enfants et discret sur l’ampleur de ses biens : un tel portrait est contraire à l’image de parvenu. Les preuves contredisent les soupçons qui ont pu se porter sur lui.

543Le transfert affectif des lecteurs sur le narrateur peut avoir lieu grâce au soin particulier qu’il prend pour restituer la vérité sur un homme qui semble avoir été l’objet d’une injustice. Le narrateur se fait juge impartial de cette époque de leur histoire. Il peut d’autant plus l’être qu’il est un allié à la famille, et pas un héritier direct. Il ne s’engage d’ailleurs jamais comme sujet singulier dans cette histoire, ni ne s’adresse à ses lecteurs directement. Il ne les invite pas à s’identifier à cet aïeul mais à reconnaître l’indu qu’il a laissé avec sa fortune et à se souvenir du fondateur qu’il fut.

544On peut voir l’évidence sur laquelle le narrateur de l’allocution de Cyril Ramel se fonde et le contrat de confiance avec ses lecteurs dans le souvenir de celui qui eut l’idée de fêter le centenaire de la Maison mère et qui est décédé alors, mais « qui aurait été si heureux de le voir coïncider avec l’année inoubliable de notre libération du joug hitlérien ». S’agissant d’un récit oral, le texte est le cadre d’une interlocution dans laquelle les auditeurs sont pris à partie. Le narrateur sollicite tantôt le vous pour les impliquer dans l’histoire de leurs ancêtres à partir de l’évocation des lieux qu’ils connaissent, ou bien encore pour se souvenir, et tantôt le nous pour faire allusion à l’époque contemporaine qu’ils partagent tous. Il les convoque par l’un ou l’autre des paradigmes pour constater les preuves apportées.

545Il amène ses auditeurs à voir leurs origines communes en deçà de la maison construite par leur grand-père, vers leurs très nombreux ancêtres dont la plupart ont eu un destin obscur et humble de terriens. Pour en décrire la vie, il fait appel à des lieux communs de la rhétorique particulièrement persuasifs, à savoir l’évocation et la suggestion, et lorsque les connaissances lui manquent, il se fait aider de citations. Il dépeint alors ses ascendants, non pas tant par des actes d’état civil qui ne peuvent que livrer des indications restreintes ne disant rien d’eux, mais par l’intermédiaire de références illustres (littéraires, politiques et religieuses) qui savent, mieux que lui, parler de la vie de la terre. Il ne peut pas prouver ; aussi, il fait apparaître les réalités de ses ascendants dans la lettre et par la lettre et fait ainsi la lumière sur l’ombre immémoriale dans laquelle la famille a trouvé ses origines. Ses citations portent en elles une force émotionnelle particulièrement aiguë en cette période de libération, au sortir de la guerre de 1939-1945. Elles rendent possible un transfert affectif. Le narrateur vise ainsi, avec sa démonstration, à sortir de la honte des proches origines terriennes la mémoire de ses auditeurs.

546Il laisse la parole à son cousin pour raconter l’histoire du grand-père et de la maison. Ce second narrateur guide ses auditeurs de l’histoire de la maison elle-même à celle de son bâtisseur et de ses habitants. Il part des plans et de ses modifications, puis va vers les souvenirs des activités de vacances passées ensemble sous son abri. Puis, avec ses nous syncrétiques, il associe ces souvenirs à son grand-père qui en fut le responsable mais aussi à son épouse et à leurs descendants. Il invite à voir que les destinataires des bienfaits issus du grand-père sont devenus des bienfaiteurs à leur tour pour leurs enfants et que ceux-ci ont fait de même pour leurs enfants, jusqu’à sa génération. Il appelle à prier Dieu pour espérer voir ces bienfaits passés se perpétuer encore. Ainsi, malgré la déchristianisation des campagnes, la famille peut penser poursuivre sa tradition en conciliant ses attachements à Dieu, à la famille, à son prochain et à son domaine dans un cadre qui n’est plus celui d’une vie rurale humble et d’une illustration suggérée par Dieu, mais d’une bourgeoisie en ascension sociale appartenant à une élite. Elle peut rester attachée à ces mêmes objets d’amour mais les redistribuer autrement.

547Dans le récit de Thierry Guilbert, le narrateur obtient la confiance de ses lecteurs avec l’idée commune que chaque descendant a du sang de tous ses ancêtres et est donc l’héritier d’un mélange de positions sociales. Or le soupçon pèse sur la position bourgeoise de sa lignée patronymique. Il vise dans son récit à restaurer la mémoire de l’homme qui la rendit bourgeoise, mais sans perdre, pour autant, la représentation qu’il a et que tous ont, dans sa famille, d’un héritage sociologique diversifié. Il entreprend alors de démontrer que ses ancêtres ont été à la fois paysans et bourgeois, puis bourgeois-paysans et enfin l’enracineur lui-même un grand bourgeois et un grand Monsieur.

548Le narrateur s’adresse dès l’introduction aux descendants de son bisaïeul. Il le fait directement (en disant vous), forgeant par son récit le cadre d’une interlocution entre lui et eux. En effet, il les invite à le suivre pour qu’ils voient s’éclairer les trajectoires de leurs ancêtres qui ont fait leur héritage. Le ton est impératif et la convocation prédictive. Il leur dit d’avance ce qu’ils trouveront. Il associe leur regard au sien en un nous, chaque fois qu’il est question d’opérer un discernement entre ce qui appartient aux catégories du roman, du souvenir, de la tradition orale ou des preuves. Ce faisant, il leur désigne plus particulièrement certains ascendants. Pour la lignée patronymique, il donne la priorité à ses trisaïeul et bisaïeul, les montrant confrontés à des difficultés quotidiennes, familiales, politiques, sociales et professionnelles, mais avec les qualités pour en sortir. La citation du testament moral de son bisaïeul à l’adresse de ses enfants, ses héritiers, est émotionnellement forte et affranchit de tout soupçon moral sa lignée patronymique bourgeoise. Elle incite au transfert affectif.

549Concernant les alliés de son bisaïeul, il s’adjoint leur regard pour constater que son épouse était autant de bonne bourgeoisie que de petite noblesse de robe. Mais, s’il discute de la façon de définir l’origine sociale de cette dernière, il ne le fait plus ensuite lorsqu’il convoque, à la fin de son récit, ses lecteurs à lire leur filiation aristocratique. De plus, il appelle les descendants qui le veulent à compléter ses renseignements encore parcellaires. Ainsi, il les implique dans cette lignée. Il fait valoir à leurs yeux, encore et jusqu’au bout, la force de la diversité.

550Dans les notices relatant la vie des descendants de l’enracineur, le narrateur attire plus particulièrement l’attention de ses lecteurs sur ceux qui ont laissé des textes autographes – sur ceux qui ont écrit, donc – et qui ont exercé une profession intellectuelle. Il fait exception pour un descendant qui eut un rôle important dans l’histoire de la France. Il s’agit du seul vivant auquel il a accordé une notice : un prince de Bourbon-Parme descendant d’une petite-fille de l’enracineur. Le grand-père maternel du narrateur est le dernier cité nommément, un modèle des anciens, c’est-à-dire un lettré lui aussi. On se souvient qu’il appartient à la noblesse et qu’il a toute l’affection du narrateur. Sur lui s’opère le transfert. Le narrateur oriente ainsi la perspective de ses lecteurs vers un héritage dans lequel « grand bourgeois » et « noble » s’allient à « intellectuel » et « cultivé », deux dimensions compatibles, ce dont les détracteurs de la bourgeoisie du XIXe siècle lui avaient fait douter.

4. 3.2. L’affiliation à la tradition grande bourgeoise

551Tous les narrateurs désignent un de leurs ascendants paternels au rang le plus élevé pour ses qualités, parmi ceux qui composent la lignée élective proposée, et y affilient leurs descendants. Il s’agit toujours d’un ascendant au mode de vie grand bourgeois. Soit ils les y rattachent collectivement par un appel à la mémoire de son héritage, soit ils les inscrivent nommément au sein d’une descendance commençant avec lui. 7 d’entre eux sont dans ce dernier cas. Ils les lient alors à un couple d’ascendants composé de l’ascendant éponyme grand bourgeois lyonnais et de son épouse appartenant à la noblesse. C’est la noblesse de l’alliée qui détermine cette affiliation. Chez les 4 autres narrateurs, dans 2 cas – les familles Ramel et Durieux – il n’y a pas d’alliés appartenant à la noblesse, et dans 2 cas – les familles Palluis et Bélors – il y en a, mais les narrateurs n’y ont pas affilié nommément leurs descendants dans leur généalogie. Ce qui est commun à ces deux derniers narrateurs, c’est leurs sentiments ambivalents vis-à-vis du rôle de ces alliés.

552Lorsqu’il y a eu plusieurs alliances sur ce modèle dans une lignée, l’option retenue a été la plus ancienne. Les choix sont les mêmes que l’on soit en 1810 ou en 1990. Ils reposent sur le souhait de donner aux descendants la conscience que leur identité n’est pas seulement bourgeoise ; elle est tout autant noble, même si le nom ne le démontre pas. Cette noblesse leur donne une autre condition que celle du bourgeois et qui correspond à ce qu’ils estiment être. S’affilier au couple le plus ancien ajoute à l’élévation et à l’ancienneté de leurs positions sociale et symbolique.

553Cependant, si les alliées sont la clef de voûte de ces affiliations, les épouses qui ont contracté les alliances, elles, n’ont qu’une place subsidiaire dans les généalogies. En effet, on constate qu’elles sont désignées à l’intérieur des tableaux généalogiques, mais pas toujours dans leurs titres. Lorsque des prénoms sont mentionnés au côté des patronymes, ce sont ceux des ascendants patrilinéaires.

  • 135 BOURDIEU Pierre (1972), art. cit., p. 1109.

554Les descendants des narrateurs sont placés dans les généalogies de telle manière qu’on les trouve parmi leurs cousins germains et issus de germains paternels. Ainsi, en fin de récit, les lecteurs constatent qu’ils partagent le même héritage et la même mémoire généalogique que leurs cousins. Permettre à la descendance de se situer dans sa parentèle paternelle est un objectif des récits généalogiques. En effet, le maintien du réseau social et du renom oblige à entretenir la mémoire du cousinage135.

555Ainsi, les narrateurs ne laissent pas leur héritage familial faire son chemin tout seul. Il ne peut être dévolu. Aussi, ils indiquent à leurs descendants la voie pour en hériter. Ils désignent les ascendants auxquels ils le doivent, les biens qu’ils y trouveront et les autres membres de leur famille qui, comme eux, le partagent. Ces héritiers, eux, se voient, sans l’avoir demandé, à une place désignée au cœur de cet héritage. Ils peuvent le regretter, y être indifférents ou en tirer profit. Dans tous les cas, ils sont prédestinés et ne peuvent empêcher les souhaits de leur ascendant narrateur qui attend d’eux la pleine adoption de leur place. Le temps ne leur est pas compté, car, comme le dit Anne Gotman et comme le restituent précisément les témoignages des narrateurs des récits généalogiques, ce sont ceux qui sont en instance de transmettre qui sont les plus attachés à l’héritage.

556Une fois l’histoire de la lignée patrilinéaire de Camille Delérable achevée, le narrateur présente trois descendances et une ascendance. Dans l’ordre, on trouve :

  • une descendance qui fait l’objet d’une mention spéciale et qui désigne une seule génération : celle des petits-fils de son père morts à la guerre de 1914 ;

  • une descendance et une ascendance réunies sous le titre de « Tableau généalogique de la famille Delérable-d’Arras », comprenant d’une part la descendance de tous les petits-enfants et arrière-petits-enfants de son père et d’autre part, l’ascendance patrilinéaire de ce père ;

  • une dernière descendance intitulée « Descendants de Jacques-Henri Delérable et de Amélie-Cécile-Mariane d’Arras », indiquant leurs dates de naissance et de décès, et désignant leurs enfants (donc l’auteur et sa fratrie).

  • 136 Cette mention retrace les circonstances de la mort de chacun des trois petits-fils sur 3 pages.

557La première descendance est décrite textuellement136. Elle est dans la suite de l’histoire, car elle fait l’objet d’un récit consacré encore à la lignée patronymique, mais dans le même temps elle rompt avec celle-ci car elle vise la génération des petits-fils du dernier ascendant présenté – le père du narrateur – et non celle du narrateur lui-même. Il s’agit bien d’une mention spéciale dans l’œuvre. Cette descendance est l’objet d’une élection.

Parmi sa nombreuse descendance, une mention spéciale est due aux trois de ses petits-fils qui, portant son nom, tombèrent sur les champs de bataille de la terrible guerre de 1914.

  • 137 Mention : ce terme provient, étymologiquement, de mens, mentis qui signifie esprit.

558Dans cette descendance, le père du narrateur est désigné comme ascendant éponyme ; ni la personne, ni le nom d’une mère ne sont adjoints. La mention a sa place à cause du patronyme qu’il partage avec ses petits-fils. Elle relate les circonstances de leur mort au combat et présente l’esprit de cette génération à l’heure de mourir137. On constatera, en effet, que le sacrifice et l’acceptation de la mort animaient chacun. Pour l’aîné des fils du narrateur, on trouve dans les dernières pages de son carnet des mots qui montrent que se mêlent en lui l’énergie du sacrifice accepté et le touchant regret du dernier souffle de vie.

La veille de sa mort, à la dernière page de son carnet de campagne, il écrivait ces lignes, où l’énergie du sacrifice accepté se mêle au touchant regret de la vie exhalé par la jeunesse.

559Pour son second fils, le narrateur invite à constater sa sérénité à la veille de sa mort, en faisant lire les lignes qu’il écrivit à sa mère :

La veille de sa mort il écrivait à sa mère ces lignes sereines, où passe comme un reflet de l’éternité entrevue : « Ne vous inquiétez de rien ; confiance et prière, je suis très heureux ».

560De son neveu, le narrateur rapporte les termes de sa citation à l’ordre de l’armée : il était animé du plus bel esprit de sacrifice.

Observateur jeune et actif et animé du plus bel esprit de sacrifice ; au cours d’une mission de reconnaissance est tombé glorieusement en luttant contre un ennemi supérieur en nombre.

561Ces trois citations sont adressées aux lecteurs pour qu’ils sachent dans quel esprit se trouvaient leurs frères et cousins. Cette génération avait donc accepté le sacrifice et avait même été animée par son esprit, bien qu’on ait pu y trouver mêlé parfois un « touchant regret » de la vie. Rien ne dit qu’elle avait souffert de cette acceptation ni qu’elle y avait été forcée. La mort n’a pas eu lieu dans la violence mais dans la sérénité, la confiance et la gloire ! Elle n’appelle ni à la vengeance ni à l’identification.

  • 138 Cette descendance couvre 8 pages.

562La seconde descendance138 se présente sous la forme de deux généalogies désignées sous le titre de « Tableau généalogique de la famille Delérable-d’Arras ». Elle comprend la descendance et l’ascendance patrilinéaire du père du narrateur. Pour la première généalogie, il s’agit des petits-enfants et arrière-petits-enfants (soit les enfants et petits-enfants de l’auteur ainsi que ses neveux et nièces, avec leurs enfants). Les petits-enfants et leur descendance sont présentés sans rattachement à une origine commune. Pour chacun des descendants, on apprend en premier son titre ou sa fonction, puis son cycle de vie et les informations concernant le conjoint s’il y a lieu. Les titres qui apparaissent font constater combien cette famille est honorable. Ils sont le plus fréquemment militaires : la Croix de guerre, la Médaille de guerre, la Médaille de vermeil de la Croix-rouge, la Légion d’honneur (Chevalier). On peut apprendre aussi qu’un autre descendant a été blessé de guerre : est-ce un titre aux yeux du narrateur ? D’autre part, pour les décès dus à la guerre, on est informé du lieu du combat. Les professions ne sont pas indiquées, mais on peut voir un notaire et des religieux. Il est vrai que la plupart des membres sont encore de jeunes adultes ou enfants. Mais les aînés ont quand même 40 ans. L’esprit que le narrateur donne à cette descendance reflète sa fonction de militaire ou l’influence proche de la guerre de 1914.

563La seconde généalogie interne au tableau généalogique de la famille Delérable-d’Arras est l’ascendance patrilinéaire du père du narrateur, sur six générations du début du XVIe siècle à celui du XXe siècle. Chaque ascendant est présenté par ses prénoms et nom, ses dates de naissance et de décès, son métier et le lieu où il l’a exercé, son épouse avec ses dates de naissance et de décès, à l’exception des ascendants éponymes – le père et la mère du narrateur – pour lesquels seuls sont indiqués leurs prénoms et noms, dates de naissance et de décès.

564Enfin, la troisième et dernière descendance exposée sous le titre de « Descendants de Jacques-Henri Delérable et de Amélie-Cécile-Mariane d’Arras », désigne les enfants du couple. Elle présente, par ordre de primogéniture, le narrateur et sa fratrie. Les paradigmes qui les identifient sont semblables. Les titres sont aussi militaires, mais on peut en voir de nouveaux : Chevalier et Commandeur de Saint-Grégoire-le-Grand, Officier de la Légion d’honneur, Distinguished Service Order. Les professions sont présentes pour les hommes du nom et pour les alliés des femmes. On peut lire, dans l’ordre de primogéniture chez les premiers : administrateur des hospices et notaire à Lyon, lieutenant-colonel d’artillerie, associé d’agent de change, et chez les seconds : fabricant de soieries pour l’un et pour deux d’entre eux fabricants de rubans.

565Grâce à cette généalogie, les lecteurs peuvent découvrir l’identité du narrateur et sa place dans l’univers de sa famille : un descendant de Jacques-Henri Delérable et de Amélie-Cécile-Mariane d’Arras, cinquième de sa génération sur neuf et troisième fils. Les traits indiqués sur lui sont les suivants :

RENÉ-MARIE-EDMOND-CAMILLE
lieutenant-colonel D’ARTILLERIE
Officier de la Légion d’honneur, Croix de Guerre
Distinguished Service Order
né à P., le […] 18~~
marié à Lyon, le […] 18~~
à Henriette Moroy, née à Lyon, le […] 18~~.

566À observer ces quatre généalogies terminant le récit – trois descendances et une ascendance – on constate que le narrateur choisit dans chaque cas de positionner ses parents à leurs origines. Ainsi, il se rattache et rattache ses descendants à un couple dans lequel la femme est la mieux née de ses maternels et l’homme l’exemple du grand bourgeois chez ses paternels. On remarque aussi qu’il ne s’inscrit pas dans le même tableau généalogique que ses enfants. Quels sont les objectifs d’une telle disposition ? En effet, dans l’ordre d’exposition, il présente :

  1. la génération des petits-enfants de son père morts pour la France,

  2. la génération de tous les petits-enfants et arrière-petits-

  3. l’ascendance patrilinéaire de son père,

  4. sa génération.

567Ainsi, la descendance des petits-enfants et arrière-petits-enfants se trouve encadrée par le tableau généalogique des petits-fils morts pour la France et celui de l’ascendance paternelle du narrateur. Elle est placée entre deux tableaux présentant les morts de leur famille. Cet encadrement généalogique la protège-t-il de la génération de ses parents directs, désignés en dernier ? Ou bien lui rappelle-t-il ce qu’elle doit à ces morts ? Quoi qu’il en soit, entre la génération de ses parents et elle, l’ascendance patrilinéaire fait écran. Cette disposition des généalogies et le choix des ascendants mis à leur sommet figurent-ils le souhait du narrateur de donner à ses descendants un modèle qui ne soit pas sa génération ? Les lecteurs sont, à la fin du récit, renseignés plus précisément sur les contours du groupe des ascendants dans lequel ils peuvent puiser leurs sources identitaires : ce sont les ascendants paternels du narrateur, depuis son père et sa mère jusqu’au premier membre prouvé.

568Mais on remarque encore que le narrateur n’affilie pas explicitement ses descendants à ses parents. Il les introduit bien dans une généalogie, mais ne les désigne pas nommément. Il les introduit au titre de la famille que leurs deux noms ont alliée (« Tableau généalogique de la famille Delérable-d’Arras ») : pas au titre de la descendance des individus. La nuance paraît minime, mais elle permet de mieux saisir ce qui a amené le narrateur à se séparer de la génération de ses enfants et petits-enfants dans son inscription généalogique. En effet, dans cette généalogie, chacun des petits-enfants de son père occupe le sommet de sa propre descendance : ils ont chacun un espace pour eux et pour leurs enfants respectifs. Il n’y a pas d’ancêtre désigné pour les relier tous. Le narrateur a-t-il voulu les libérer du joug du passé pour les rendre libres de l’avenir, mais tout de même inscrits au sein de la famille qu’il a identifiée comme la plus exemplaire pour eux, et liés par la fratrie et le cousinage ? C’est dans l’esprit de la tradition de cette famille qu’ils pourront puiser pour faire leurs choix identitaires et ceux de leurs enfants.

  • 139 Ce tableau, nous n’avons pu l’étudier que sur une copie manuscrite de l’informateur. Cette copie me (...)

569Dans le récit de Lilian Collas, on trouve trois généalogies descendantes. Elles sont manuscrites et mises en annexe comme les autres qui les précèdent. Leur présentation suit l’ordre dans lequel elles ont été trouvées. Elles n’ont pas toutes la même écriture. La première n’est pas de la main de l’auteur du cahier ; elle a été recopiée par le dépositaire auprès de qui elle a été consultée. Elle n’a pas de titre. Elle n’a pas non plus un couple d’ascendants désignés à son sommet. C’est une génération qui occupe cette place : la génération des parents du narrateur et leurs fratries respectives. On y trouve la descendance de chacun sur deux générations et la mention des branches dont ils sont issus139. On constate ainsi que la génération des parents du narrateur faire figure de pivot. Il en fait descendre ses enfants et neveux et nièces.

570Pour chacun des membres de cette généalogie, on connaît les coordonnées du cycle de vie. Dans deux cas seulement, pour deux membres de la généalogie on ne trouve aucune information, si ce n’est leurs prénoms ; il s’agit des deux enfants de la tante Brun, ceux-là mêmes qui ont saccagé la propriété de Donvie ! On ne lit pas de profession. Ainsi, le narrateur s’affilie avec ses enfants à la génération de ses parents et de ses oncles et tantes, et solidairement à celle de ses quatre grands-parents.

  • 140 Nous avons retrouvé cette même généalogie écrite d’une autre main, présentée un peu différemment, c (...)

571La seconde généalogie n’est pas non plus de la main de l’auteur du cahier. Sans doute a-t-elle été réalisée ultérieurement car elle compte une génération de descendants supplémentaire – celle des petits-enfants du narrateur – et des informations plus tardives. Son dépositaire ne sait pas qui l’a transcrite140. Elle présente la descendance des parents du narrateur, mais cette fois sans la présence des branches ascendantes ni de leurs fratries. Ainsi, le lecteur constate qu’il est issu du couple éponyme le plus élevé dans l’échelle sociale des lignées présentées dans la généalogie précédente : le grand bourgeois lyonnais et la mieux née des alliés des ascendants patrilinéaires (une lignée noble). Il voit que son identité s’est forgée à partir de cette alliance.

572Enfin, la troisième généalogie montre une suite de cinq descendances dont les sommets sont occupés par le narrateur et sa fratrie. Elle est écrite de la main du narrateur. Chaque descendance occupe une page volante de petit cahier, toutes collées les unes aux autres, dépliables pour consultation et repliées pour rangement. Chaque généalogie a pour titre « Descendance de […] » avec leurs prénom et nom. On y lit de gauche à droite, pour chacun, les coordonnées du cycle de vie de l’ascendant du nom et de son conjoint, puis celles de leurs enfants et de leurs petits-enfants. Il n’y a ni profession, ni titre. On trouve donc dans cette dernière généalogie à nouveau les enfants et petits-enfants du narrateur, mais c’est lui qui est au sommet de sa propre descendance.

573Ainsi le narrateur, ses parents et ses descendants occupent des places différentes dans l’univers familial. Après avoir été affilié à ses propres parents et à leur fratrie, le narrateur prend, au même titre que sa fratrie, une place au sommet de sa descendance. On voit que le temps dévoile les générations de cette famille, mais pas comme à C. Car avec ce récit généalogique, il y a les collatéraux qui sont une source de souvenirs, alors qu’à C., ils manquaient pour dire l’étendue, l’histoire et l’identité de la famille ; il y a aussi les tableaux généalogiques détaillés qui s’offrent en nouveaux gardiens de la mémoire, là où, à C., n’était disponible que la mémoire, réduite à des noms et des dates, des propriétaires de l’exploitation. Les enfants et petits-enfants du narrateur se retrouvent au sein de deux descendances : pour l’une affiliés à ses propres parents et pour l’autre affiliés à lui et à son épouse. Ils sont donc descendants des couples éponymes dans lesquels on trouve les mieux nées des femmes : toutes deux appartiennent à la noblesse. Cette double affiliation noble permet-elle au narrateur de mettre à l’origine de sa descendance une femme à l’égal de sa mère – la mère de ses propres enfants – qui a permis que les souvenirs heureux aient pu prendre autant de poids que les malheureux ? Quoi qu’il en soit, en fin de lecture, ses descendants ne se voient plus seulement affiliés à leur seul héritage paternel touché par trop de malheurs mais rattachés à un double héritage dans lequel tristesses et joies s’égalent. D’autre part, ils se retrouvent logés dans l’univers familial à la même enseigne que leurs cousins. La visibilité des collatéraux était sans doute un des objectifs du narrateur : on se souvient que l’absence d’information sur les collatéraux des premiers ancêtres de la famille était un enjeu pour lui.

574Il reste enfin à observer le tableau d’ascendance présenté aussi en annexe qui permet de compléter encore l’analyse de l’affiliation que s’est donnée le narrateur. Il y a une seule ascendance : l’ascendance patrilinéaire remontant du grand-père du narrateur au premier ascendant trouvé. Ce dernier ne s’est donc pas inscrit avec son père dans ce tableau. Ils ne se trouvent alors tous deux que dans des descendances, certes rattachés à leur branche patrilinéaire par cet ascendant qui fait transition, ou à leur sommet. Ainsi lorsque le père du narrateur est présenté dans un tableau généalogique, il l’est d’une part comme pivot entre ascendance et descendance, au même titre que son épouse, d’autre part comme membre dans la généalogie de son épouse et enfin, comme sommet de leur descendance commune. On voit encore l’importance qu’eurent pour lui ses beaux-parents et le souvenir qu’en garde le narrateur ! Les sources de la vie du père sont clairement venues de son alliance. Le narrateur a reconnu les choix de son père en rendant très présents ses maternels mais aussi en rattachant ses enfants (avec leurs enfants) à leur propre mère.

  • 141 Parmi ces quatre tableaux, on trouve un tableau pour lequel ne se pose pas la question du rattachem (...)
  • 142 La première a huit pages et la seconde trois.

575Dans le récit d’Auguste Armand, on a vu qu’ascendances et descendances se côtoyaient en grand nombre pour présenter les ancêtres en lignée patrilinéaire et en lignées maternelles. On recense vingt descendances dont deux issues du premier membre prouvé de la lignée patrilinéaire, quatre d’ascendants porteurs du patronyme, mais dont le rattachement à la famille n’a pas été prouvé et quatorze d’alliés. Mais parmi toutes ces descendances, on ne trouve jamais ni le narrateur ni ses descendants. On n’y remarque son père qu’une fois et deux fois seulement son grand-père paternel ; en revanche, on y trouve les ascendances de leurs épouses respectives. Les objectifs du narrateur se concentrent sur les générations qui précèdent ces derniers étant donnée la problématique qui touche son ascendance. On trouve six lignées patronymiques dont deux seulement sont patrilinéaires. Les quatre autres ont pour objectif de détailler les généalogies des ascendants pour lesquels se posent les questions du rattachement à la lignée aristocratique et aux armoiries141. Quant aux deux lignées patrilinéaires, elles sont toutes les deux issues du premier ancêtre prouvé. La première est textuelle et a pour titre « Généalogie », et la seconde, qui la récapitule sous forme de tableau, est présentée sans titre mais désignée dans la table des matières comme un « Tableau de descendance »142. L’une prend fin avec la génération du grand-père du narrateur et l’autre avec celle de son père. Ainsi, dans ce récit, le narrateur n’affilie pas ses descendants. Mais examiner ces deux lignées est nécessaire dans la mesure où son propos est plus d’affilier ses proches ascendants et collatéraux que d’affilier ses propres enfants.

576Dans la première lignée, chaque ascendant patrilinéaire est situé succinctement en introduction, puis on trouve sa descendance sur trois générations. Si l’on compare les données introductives avec les repères historiques apportés dans le chapitre sur l’ascendance patrilinéaire, on s’aperçoit que le narrateur prête de l’importance à de nouveaux éléments, soit qu’il modifie leur place dans le dispositif de présentation, soit qu’il systématise un ordre de préséance. Les deux qualités identitaires placées en tête sont, pour tous les ascendants de Sainte-T., d’abord celle de bourgeois du lieu, et pour les Lyonnais, leur profession. Avec un tel ordre, on remarque que l’ancêtre enracineur fait partie des Lyonnais car son premier attribut est sa profession. Il ne figure plus au titre d’inaugurateur de la lignée lyonnaise mais est lyonnais à l’instar des générations qui le suivent.

577La deuxième qualité qui suit immédiatement est, pour les ascendants de Sainte-T., la propriété d’un mas. En ce qui concerne les Lyonnais, elle indique les enjeux que le narrateur a retenus comme prioritaires pour la mémoire généalogique de ses lecteurs : pour l’enracineur, le titre de notable bourgeois de Lyon, pour son fils, les responsabilités de secrétaire puis de président des sections pour la défense de Lyon, pour son petit-fils le titre de Chevalier de la Légion d’Honneur et enfin pour son arrière-petit-fils la mise à la retraite forcée pour ses opinions catholiques royalistes légitimistes.

578La seconde généalogie présentée est donc un tableau récapitulatif de cette première lignée. Elle est subdivisée en trois parties, chaque partie occupant une page du recueil. Elle commence avec le premier ancêtre prouvé dont la descendance est déployée sur quatre générations, puis, sur la seconde page, elle reprend avec le quatrième ancêtre dont la descendance est indiquée sur trois générations et, sur la troisième page, elle finit avec le septième ancêtre et sa descendance sur trois générations aussi. Les subdivisions tiennent-elles à des raisons pratiques d’organisation de l’espace ou indiquent-elles une intentionnalité du discours ? Les ancêtres éponymes des trois parties de la descendance sont : le premier ascendant du nom prouvé, le père de l’ascendant enracineur, dernier bourgeois de Sainte-T. qui engendra trois souches bourgeoises dont la lyonnaise, et l’ascendant grand bourgeois qui maria son fils à une lignée noble. Dans chaque tableau, on y lit les identités des descendants et de leur épouse, avec l’année de leur mariage, sauf pour la dernière génération. Mais tous les descendants de la première généalogie n’y paraissent pas.

579Notre hypothèse est qu’une telle structure généalogique permet de voir exposées la fratrie et la parentèle de chacun des ascendants du narrateur, de manière synoptique. En effet, sur la dernière page, on voit les derniers descendants. On y trouve le père et le grand-père du narrateur au milieu de leur parentèle. Ils sont les héritiers de leurs patrilinéaires en qualité de cousins, tous issus du même grand bourgeois éponyme – celui-ci issu de la chaîne du premier membre prouvé. Et, plus précisément, si l’on regarde la dernière génération présentée, on voit une ligne de cousins parmi lesquels le père du narrateur. Celui-ci inscrit-il son père au milieu de sa parentèle pour rattacher clairement sa génération et celle de ses descendants (ses cousins germains et issus de germains) à leur filiation prouvée ?

  • 143 Dans toutes les autres descendances, on lit la présence des patrilinéaires précédents et comme on l (...)

580Pour les descendances maternelles, dans les quatorze exposées, on ne trouve qu’une seule fois le grand-père paternel du narrateur : c’est dans sa lignée maternelle, la dernière descendance présentée143. On sait que c’est elle qui sera la plus informée quant à ses ascendances et qu’il l’a choisie pour mettre en évidence ses quartiers. Il a donc inscrit ce grand-père dans sa double filiation : justement celle du grand bourgeois et de l’épouse lyonnaise la mieux née de tous les patrilinéaires qui le précèdent. Ainsi on peut penser que, dans ce récit, le narrateur inscrit bien sa famille dans une généalogie à la même structure de filiation que celle des narrateurs précédents, mais il y place ceux sur lesquels ses questions portent, à savoir ses ascendants et non ses descendants. À lire les descendances qu’il présente et les ascendances qui leur sont rattachées, en prenant les lignées dans un sens ou dans un autre, en suivant le fil de telle ou telle, le lecteur se voit, certes, affilié à la grande bourgeoisie par les patrilinéaires, mais surtout se constate toujours issu de l’aristocratie, même si c’est par les femmes. Il a toutes les preuves généalogiques pour le voir s’il le souhaite.

  • 144 On sait qu’au moins une des filles du narrateur a une propriété sur les terres de Bo. Rappelons aus (...)

581Dans le récit de Damien Palluis, le narrateur ne produit pas de généalogie descendante à proprement parler. Cependant, il évoque les nombreuses générations héritières du fondateur de la fortune, qui se la partagent depuis 100 ans. On ne connaît que la première génération. Les autres, les descendants, apparaissent comme un groupe sans limite – sans visage et sans nom – se multipliant au fur et à mesure du temps, et dont les biens se rétrécissent à l’infini. C’est à ce groupe que le narrateur s’adresse : notamment à ceux qui ont toujours des terres à Bo.144. Tous les héritiers sont appelés à se considérer affiliés à la mémoire restaurée de leur ancêtre enracineur. Mais, si le narrateur n’indique que l’enracineur au sommet de la généalogie, on ne peut oublier que son épouse appartient à la noblesse et qu’elle est la mieux née de tous les alliés cités.

582Dans l’allocution de Robert Ramel, cousin de Cyril Ramel, le narrateur n’affilie pas lui-même le groupe des descendants présents à la commémoration à un couple d’ascendants. C’est son cousin qui le fera – à leur aïeul –, et non nommément. Lui se permet de cueillir parmi les prénoms de leurs ascendants « quelques noms de baptême à l’intention des jeunes parents en quête d’innovations, le neuf n’étant souvent que du démodé réchauffé ». L’épouse de l’aïeul n’apparaît pas noble mais appartient à l’élite de la bourgeoisie de sa petite ville d’origine et est la mieux née des alliées des patrilinéaires que l’on connaisse jusqu’à cette génération, la dernière présentée dans le récit. Le narrateur inscrit ses descendants plutôt dans un cycle de générations sans patronyme : on en constate quatre. Ainsi les générations qui descendent des narrateurs sont sans visage et sans affiliations intermédiaires. Tous sont cousins. La fusion est encore un trait d’appartenance de cette famille mais les individus qui la composent ne sont plus anonymes puisqu’ils ont des prénoms et ne se confondent plus non plus avec la maison.

  • 145 La descendance dactylographiée est organisée avec la métaphore de l’arbre : elle a ses branches et (...)

583Dans le récit de Thierry Guilbert, on trouve deux descendances, l’une manuscrite, aux données succinctes, intitulée « Tableau général de la descendance d’Amédée Guilbert » et l’autre plus détaillée et dactylographiée145, intitulée « Descendance d’Amédée Guilbert ». C’est donc à son ascendant enracineur grand bourgeois et grand Monsieur, et à la mieux née des alliées des patrilinéaires, qu’il s’affilie et affilie ses descendants. Le narrateur, l’un de ses arrière-petits-fils, son épouse et leurs enfants se retrouvent au sein de la large parentèle que présente cette famille : une parentèle nommée individuellement. Les lecteurs peuvent maintenant bien distinguer de quelles identités le sang familial est composé mais ce n’est plus une peuplade qu’ils voient : c’est une descendance généalogiquement issue d’un grand bourgeois et de son épouse noble.

Notes

1 Nous entendons bricoler au sens de Claude Lévi-Strauss et prédestination familiale au sens d’André BURGUIÈRE (1992, op. cit., p. 49).

2 MALINOWSKI Bronislaw (1926), « Le mythe dans la psychologie primitive », in Trois essais sur la vie sociale des primitifs, p. 152. Nous avons renoncé à associer le genre généalogique à une catégorie anthropologique définie classiquement, dans le but de définir sa nature et ses fonctions. Il n’est ni mythe, ni légende, ni histoire. Nous l’avons considéré comme un genre à part entière, tel que défini par André Burguière. Comme l’indique Bronislaw Malinowski, pour un indigène, « l’histoire pure, la légende mihistorique et le mythe pur empiètent les uns sur les autres [et] remplissent la même fonction sociologique ». L’indigène, ici, c’était nous, mais aussi les informateurs, les narrateurs et les lecteurs des récits.

3 MALINOWSKI Bronislaw (1926), ibid., p. 113-114.

4 Ces fonctions sont le résultat de l’analyse de l’intentionnalité des discours de chaque récit, selon la méthode greimassienne (voir l’annexe 2).

5 S’agissant d’une analyse de contenu, on parlera de narrateur et non d’auteur, la figure du narrateur ne recouvrant pas entièrement celle de l’auteur.

6 Dans la mise en discours des récits, la famille est un acteur collectif qui évolue au fur et à mesure du déroulement de chaque programme narratif. Au commencement de ces récits, l’acteur n’est associé à aucun patronyme, ce qui se modifiera ensuite définitivement.

7 BARTHES Roland (1957), Mythologies, p. 239.

8 Il s’agit d’une citation extraite du Psaume 112 : « La génération des hommes droits sera bénie ».

9 Dans cette fin d’adresse, le partiel est une figure récurrente.

10 Le sujet de l’énonciation (nous) est, dans ces premiers énoncés, tenu séparé des attributs en question (race ou famille ?) pour mieux suggérer que l’auteur ne dit rien de définitif sur leur appartenance à l’une ou à l’autre.

11 Ces valeurs de l’époque des origines de la famille sont relevées à partir de l’analyse sémiotique des objets circulant dans le procès narratif, et des figures des récits.

12 Pour Claude Lévi-Strauss, dit Marcel Henaff (1991), « le diachronique ne se confond pas avec la perspective historique. Il peut être une dimension interne à la structure [...] », p. 237.

13 Ce rapport du nourrisson au monde a été longuement étudié dans les travaux de la psychanalyse, par Sigmund Freud à partir du concept d’Objet puis notamment par Mélanie Klein et Jacques Lacan.

14 La figure des Louis est organisée en paradigme. Avec la chaîne de nombres contigus au même lexème, l’énonciation insiste sur la reproduction du même : les rois se succèdent à l’identique, désignés et ordonnés seulement, chacun, par un numéro.

15 C’est la figure de sujet qui indique ainsi cette soumission. Le terme sujet vient du latin subjacio qui signifie soumettre.

16 Nous devons remarquer que la double foi est devenue des sentiments après avoir traversé la Révolution. Une transformation figurative s’est effectuée à partir de la figure de la foi. La foi s’est métamorphosée en sentiments avec la Révolution et pourtant la continuité demeure. Nous verrons l’implication de cette transformation.

17 Cette figure est pour le sémioticien un trait de la langue précieux : figure de l’unique et de l’engendrement du même.

18 En effet, le discours est déployé sous une forme paradigmatique, ne laissant pas trace de filiation. Les ascendants se succèdent, simplement. Chacun occupe la même place que le précédent.

19 Cette famille a compté des rois.

20 LÉVI-STRAUSS Claude (1962), op. cit.

21 MALINOWSKI Bronislaw (1926), op. cit., p. 142.

22 L’analyse de la figure de la propriété permet de voir qu’au moment de sa cession, la propriété des premiers ancêtres Collas (C.) est devenue un domaine. De la propriété au domaine, on peut y voir une hyperbole marquant l’ampleur de la disparition.

23 Il nous faut remarquer que cette tante n’est pas appelée par son prénom ; elle est nommée tante Brun. C’est son patronyme qui l’identifie. Aucun possessif ne donne un signe d’attachement à cette tante. Peut-on faire l’hypothèse que l’absence spécifique, en cette partie du texte, de marque du possessif et l’omission du prénom donnent à lire le sentiment du narrateur à l’adresse de celle à cause de qui la propriété a disparu ?

24 Il faut ajouter à ces disparitions celles de la propriété de son oncle Albert dans laquelle il se rendait enfant et qui est pour lui exemplaire du mode de vie grand bourgeois, et de la propriété de Ra. qui avait appartenu à sa grand-mère maternelle.

25 Dans l’avant-texte qui a précédé la publication de cette version, le narrateur ne parlait pas de ce signe. Il était plus radical. Le rattachement était désigné comme totalement improbable. Dans ce texte, il le tient pour assuré jusqu’à preuve du contraire.

26 Auguste Armand explique dans un entretien qu’au XIXe siècle on était prompt à rattacher sa famille à une aristocratie. Aujourd’hui les mentalités ont changé ; on cherche les preuves, la vérité.

27 MALINOWSKI Bronislaw (1926), op. cit., p. 130.

28 Algirdas Julien Greimas (1966) explique que les mythes comme les contes, les pièces de théâtre, etc. possèdent une caractéristique commune qui les classe dans la catégorie des récits dramatisés ; dans ces récits, la dimension temporelle est « dichotomisée en un avant vs un après ». À cet avant vs après discursif correspond ce qu’on appelle un « renversement de la situation » qui, sur le plan de la structure implicite, n’est autre chose qu’une inversion des signes du contenu. Une corrélation existe ainsi entre deux plans :
avant = contenu inversé
après = contenu posé

29 LÉVI-STRAUSS Claude (1971), L’Homme nu, p. 545-546.

30 LÉVI-STRAUSS Claude (1973), Anthropologie structurale II, p. 375-376.

31 Claude Lévi-Strauss, dans Les Structures élémentaires de la parenté (1949), explique que, dans les structures à échanges généralisés, les groupes spéculent sur le temps, mais qu’ils dépendent de jeux de confiance complexes (p. 305).

32 Nous tirons âme de anima, source étymologique de animer ; en effet, ces frères aînés « étaient animés » d’idéalisme.

33 Nous nous appuyons sur l’analyse de la figure de la foi. Une double division en effet est repérable à une transformation figurative : d’abord en termes de « sentiments » puis de « vérités » ; ces vérités sont ensuite divisées en deux pour les frères aînés (religieuse et politique) ; elles ne seront pas conjointes avec les mêmes compétences : la première est devenue indépendante et la fidélité lui est donnée jusqu’à la mort ; elle est trouvée dans le berceau ; la seconde subit une transformation : la figure du monarchique est transformée en une figure du politique ; elle sera « acquise [...] dans le même temps qu’ils arrivaient à l’âge d’homme ».

34 Bien sûr, cette adresse a été écrite en 1922, deux ans après la condamnation de l’Action française par le pape, ce qui a bouleversé les familles qui cherchaient une alliance idéale entre foi religieuse et politique. Ici, le narrateur semble chercher à ne pas faire la critique de ce mouvement, sans pour autant cautionner son action. Plus avant, nous verrons comment toute la mise en discours sur l’histoire des frères aînés indique que la voie que ceux-ci ont prise a été une impasse.
D’autre part, la fonction métaphorique de l’histoire de ces deux frères aînés permet sémiotiquement de travailler sur le double sens des énoncés. Nous considérons aussi l’Action française comme une figure rendant compte d’une question familiale sur l’action à mener pour la France, dans le nouveau régime.

35 Cette figure du fruit amer est révélatrice de la crise familiale, pour le narrateur.

36 Nous entendons génération dans les deux sens du terme ; comme les pairs (ceux du même âge) ou comme les membres d’une famille issus d’un même degré de filiation (les frères, les cousins, etc.), et en même temps comme le produit de l’engendrement. Le narrateur a été atteint dans ce qu’il a engendré.

37 Sans doute les règles de la syntaxe française sont ici simplement respectées : peut-on avancer une telle interprétation avec un seul énoncé et l’autorisation de la langue ? Comme nous l’avons dit plus avant, la signification de l’ensemble du texte nous a fait retenir cette lecture. Avant même d’avoir considéré la figure du sacrifice, nous en avions, sans autres repères encore, établi les termes par la dédicace. La conclusion du récit le confirme, nous allons le voir. C’est pourquoi, nous nous permettons d’évoquer ce point, ici. En fait, c’est l’alliance de la sémiotique de l’image et de celle des textes qui nous y autorise.

38 Nous pensons possible ici de conserver l’ambiguïté de la polysémie du lexème cher. Nous verrons plus avant quel texte traite d’une dette à transmettre d’une génération à l’autre, envers les morts.

39 Anthropologiquement, le sacrifice de fils est toujours demandé comme le plus grand sacrifice aux pères. Le sacrifice d’Isaac en est un exemple largement commenté ; on dit indifféremment le sacrifice d’Isaac ou le sacrifice d’Abraham !

40 En effet, l’énoncé (p. 72) fait état de la mort héroïque des fils du narrateur en tant qu’ils sont des petits-fils dans le procès narratif du père du narrateur. La figure des fils aînés est ici celle de petits-fils portant le nom de leur grand-père, et non de leur père.

41 On sait que l’auteur a refusé de suivre les ordres de l’armée au moment de l’affaire des fiches, ce qui lui valut de voir s’arrêter l’ascension de sa carrière militaire.

42 C’est l’année où il perdit sa mère et ses deux sœurs de la même maladie.

43 Du point de vue discursif, le Tableau généalogique no I est le premier lieu auquel se rapporter pour connaître toute l’histoire de la famille : un lieu unique car sans second dans l’histoire familiale, un lieu primordial à partir duquel la référence est instruite.

44 Nous entendons le terme de lieu symbolique comme un lieu organisé par les lois du langage visant à instituer un autre ordre que celui régi par les rapports de force et de séduction pour obtenir la jouissance des objets du monde : cet ordre est celui des échanges codés par des symboles reconnus comme lois pour une communauté donnée.

45 En revanche on apprend que l’une des familles alliées – celle dont a été issu l’ancêtre enracineur – était « d’origine protestante » mais que les parents de la jeune fille avaient abjuré leur protestantisme.

46 Nous n’avons pas pu situer les causes des exceptions. Il s’agit de deux récits brefs (moins de 20 pages).

47 Le terme renom indique dans son étymologie (re-nom) le renouvellement à donner au nom, c’est-à-dire la re-confirmation du lien entre le nom et le retentissement de l’honneur qui lui a été conféré en rapport à un événement. Voir le chapitre de Joël Clerget in Le Nom et la nomination : sources, sens et pouvoirs, p. 15-71.

48 Florent Reynaud a fait exception en décomptant lui-même les degrés qui séparent son premier ascendant, non de son enracineur, mais de son propre fils, le destinataire de son adresse. Est-ce parce qu’il s’est situé à l’origine de la généalogie principale de son récit ? Est-ce parce que c’est lui qui a fait la notoriété de sa famille (fondateur d’un quotidien lyonnais) ?

49 Trois narrateurs situent le commencement de leur lignée pendant la deuxième moitié du XVIe siècle, trois pendant la première moitié du XVIIe siècle, quatre pendant la première moitié du XVIIIe siècle et un pendant sa seconde moitié.

50 Sémiotiquement, la preuve n’a pas, dans ce cas, le statut d’immanence, c’est-à-dire d’existence, elle a celui d’une manifestation, c’est-à-dire de trace.

51 Voir aussi les commentaires de Marcel HÉNAFF (1991), op. cit., p. 241.

52 Voir la citation dans le chapitre 1-2.1 « Le temps de l’harmonie ».

53 Il faut remarquer cette figure des « autorités sociales » : elle peut convenir pour définir les autorités en vigueur dans les deux régimes. Le changement de régime n’a pas modifié le caractère que tous les ascendants des origines partagent.

54 Voir le chapitre 1-2.1 « Le temps de l’harmonie ».

55 Nous voulons mettre en valeur le cheminement suivi par le narrateur pour valider son ascendance comme bourgeoise. Il relève pour chaque génération un attribut principal qu’il reconnaît à son ancêtre et émet des hypothèses pour l’identifier lorsqu’il n’a pas de preuve (voir les figures du doute – ou plutôt de son absence – les litotes, les interrogations, les hypothèses, etc.). Il produit ainsi les organisateurs de leur identité.

56 Pour le sixième cas, c’est le petit-fils.

57 Dans deux cas, on n’a pas d’informations suffisantes pour assurer qu’il n’y a pas eu avant l’enracineur une étape dans la migration vers Lyon.

58 Pour les deux autres, l’un est fils unique et on ne connaît pas la fratrie de l’autre.

59 Nous comptons toujours le nombre de générations à partir de la génération la plus ancienne connue.

60 Indiquons que, pour le sémioticien, « ce qui est mensonge du point de vue de la persuasion devient illusion du point de vue de l’interprétation », GREIMAS Algirdas Julien (1976), op. cit., p. 82. Sur le plan énonciatif, le mensonge de l’un et l’illusion de l’autre apparaissent comme le recto et le verso du désir du sujet de faire coller le réel à son imaginaire. Il faut noter que dans le procès d’identification de ce Pierre, le narrateur fait justement part de ses doutes sur la validité des preuves ! Il explique, en effet, qu’il est face à des attestations contradictoires, et qu’il ne peut se décider. Il fait donc part des deux et laisse le lecteur en suspens. Ce procès peut être vu comme une métonymie de l’enjeu à l’origine du lapsus.

61 On le constate dans certaines grandes traditions.

62 Ce récit ne rend pas compte de l’intégration de la famille à Lyon, mais dans le bourg dans lequel la famille vécut avant de se rendre dans la cité. Au vu de sa structure et de son contenu, il est organisé sur le même modèle que les précédents ; c’est pourquoi nous l’avons retenu. Nous considérerons l’ancêtre que l’on honore comme l’enracineur et le migrateur précédent comme le premier ancêtre migrateur. Avec ce récit, nous avons ainsi une perspective sur les rapports d’une famille avec une autre localité que Lyon. On y voit de plus près que les enjeux de migration et d’enracinement sont les mêmes, tout comme l’a montré André Burguière.

63 Il s’agit d’une transformation discursive : la propriété a pris la figure d’un domaine. Domaine et propriété sont synonymes mais les termes ne proviennent pas des mêmes racines latines : dominium construit sur dominus (domus) pour le premier et proprietas construit sur proprius pour le second. Le narrateur reprendra aussi plusieurs fois la figure de la maison de maître au sujet de la propriété de Donvie si centrale dans l’économie du récit !

64 L’organisation discursive est structurée de façon telle qu’on y voit le domaine à la fois à N. et à R.

65 Il faut remarquer que le commerce est une figure transformée de la fabrique. Il en est ainsi dès le moment où le narrateur s’associe à son fils : « Au début de 1835 son Père l’associa pour moitié dans son Commerce ». L’entreprise a-t-elle modifié son statut ou son activité ? Ou bien la figure est-elle signe d’ascension sociale : passer de la fabrique au négoce ? Cette deuxième hypothèse est renforcée par le fait que dans cet énoncé, le lexème commerce a une majuscule à sa première lettre. Dans tous les cas, cette figure est la métonymie de l’importance qu’eut le destin de l’ascendant à Saint-Fi.

66 Le récit de Cyril Ramel n’a pas été pris en compte dans ce chapitre lorsqu’il s’est agi d’identifier les enjeux d’enracinement en rapport à la cité lyonnaise elle-même. En revanche, nous l’avons considéré comme les autres quand nous présentons l’identité et les problématiques des ascendants installés dans le bourg dans lequel une famille s’est enracinée.

67 Parmi les quatre autres cas, ce sont, pour l’un, l’enracineur et son fils qui occupent le plus d’espace dans le récit avec un net avantage pour le fils ; pour deux autres cas, ce sont l’enracineur, ses enfants et petits-enfants qui se partagent la majorité du texte ; pour le dernier cas, l’enracineur n’a que peu d’importance car l’objectif du récit est de restituer l’histoire des deux peintres de la famille qui sont son petit-fils et son arrière-petit-fils.

68 Ces extraits couvrent 8 pages.

69 Rappelons que l’un des enracineurs est devenu enfant unique et que l’information manque pour le dernier.

70 On trouve en effet un enracineur devenu un aîné après le décès en bas âge de ses 2 frères. Il a pourtant émigré. En fait, il le fera après son frère puîné (venu à Lyon lui aussi), car il reprendra les affaires familiales et l’éducation de sa fratrie au décès de son père (il a alors 20 ans). Il n’émigrera à Lyon qu’à 34 ans environ.

71 Exceptionnellement, le récit d’Auguste Armand fait valoir des enjeux fraternels dans les générations précédentes aussi.

72 En effet, rien n’est dit sur l’alliance. Les éléments sur lesquels nous nous appuyons proviennent d’une généalogie manuscrite que nous avons obtenue par ailleurs, sur laquelle on voit que le patronyme de l’épouse de l’enracineur est le même que celui de sa mère.

73 Le narrateur ne dira jamais dans le récit que la lignée appartenait à la noblesse. Nous en aurons ferme confirmation par l’intermédiaire de l’un de ses descendants.

74 Le père du narrateur avait 25 ans quand il perdit son père et 35 ans au décès de sa mère. Ainsi, à la mort de son épouse, il n’avait plus ses propres parents.

75 Dans le procès identificatoire de l’épouse de cet enracineur, elle n’est considérée comme sujet qu’au jour de sa mort où, comme femme, elle laisse une assez jolie fortune. Avant, elle fait partie de la belle-famille ou de la famille Rostaing ou encore est la fille du beau-père.

76 Faut-il prendre en compte la figure de la bonne bourgeoisie lyonnaise en tant qu’elle est une bourgeoisie dont la qualité est d’être bonne ? Certes, ce qualificatif fait partie d’une expression idiomatique bien connue, néanmoins au vu du procès que conduit le narrateur, on se demande si la bonté, ici soulignée, n’est pas une première tentative pour dédouaner l’épouse de l’ascendant (et sa lignée) des soupçons portés sur son père, que l’on apprendra après.

77 La faillite retentissante du père de l’épouse est un événement bien connu à Lyon, dont tous les contours n’ont pas été éclaircis.

78 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 35-36.

79 On trouve dans l’inventaire des documents servant de preuves à l’histoire familiale, les actes mentionnant l’inscription de l’ascendant sur le registre de l’hôpital à son arrivée pour apprendre le métier de chirurgien, et d’autre part, son intégration comme garçon chirurgien dans l’équipe hospitalière après réussite à son premier concours. Le titre donné par le narrateur au chapitre comportant ces deux actes a pour caractéristique d’être écrit en majuscules, ce qui n’est le cas pour aucun des 24 autres titres : « ARCHIVES DE L’HÔTEL-DIEU ». Les majuscules rappellent la hauteur de sa mémoire, lui qui endura les épreuves pour acquérir le droit de bourgeoisie à Lyon, pour le bénéfice de toute la famille.

80 Il y avait dans cette fratrie un quatrième fils, qui eut une fille. Il n’y est fait aucune allusion concernant cet enjeu de la succession de l’ascendant. On sait son existence parce qu’il apparaît dans une généalogie du recueil.

81 Le recueil contient 4 actes faisant la preuve de l’ordre dans lequel les deux frères sont toujours désignés, mais n’en présente aucun indiquant les dates de naissance.

82 S’agissant du récit de Cyril Ramel, on voit que la position d’enracineur, dans une localité plus petite, est semblable à celle concernant Lyon. Elle se différencie, dans l’économie du récit, de celle du premier migrateur, sur lequel les narrateurs ne s’attardent pas autant, et pour lequel l’attachement et la compassion ne se font pas ressentir.

83 On trouve une exception dans le récit de Damien Palluis, où l’un des deux fils est jésuite.

84 Il s’agit de la famille Ramel dont le récit a pour centre la commémoration d’une maison dans les environs de Lyon. À la différence des autres chapitres, l’enracineur considéré ici est celui qui s’installa à Lyon, dans la mesure où il s’agit d’observer le mode de vie de grand bourgeois lyonnais.

85 Il y aura bien un autre médecin-chirurgien dans la génération suivante, mais ce sera un neveu, comme le souligne le narrateur.

86 Dans le récit de Florent Reynaud, une troisième génération est bien mentionnée, mais les informations sont intriquées dans celles de la génération précédente.

87 On prend donc en compte, dans cette observation, autant la génération de l’enracineur que l’une des suivantes, l’important étant qu’elle soit l’une des deux dernières du récit généalogique à avoir bénéficié d’une notice.

88 Les exceptions sont les familles Ramel et Durieux.

89 « Gaudet équis canibusque » peut se traduire par « aime les chevaux et les chiens » ; on comprend mieux le sens lorsqu’on lit, dans le texte d’Horace, la suite : « et la piste ensoleillée du Champ de mars »

90 Les figures qui dépeignent cet allié, en effet, indiquent la subtilité : la finesse, la pureté et la distinction.

91 Nous savons, en effet, par un petit-fils du narrateur – et pouvons l’interpréter au vu d’informations apportées par d’autres petits-enfants – que cette épouse avait du caractère et qu’à côté de sa branche, celle des Collas était triste et effacée : « elle étouffait les Collas » dit l’un d’entre eux. Il raconte par exemple que sa mère partait avec cette grand-mère paternelle (sa belle-mère, donc) des après-midi entiers pour se rendre au cinéma ou à la vogue : sa grand-mère était très gaie, explique-t-il. D’autre part, il indique qu’elle avait une propriété à Cu. venue de sa famille. Enfin, dit-il, c’est avec sa dot que son grand-père a acheté son étude. Un livre de famille leur a été consacré et a été édité par un beau-frère du narrateur, archiviste.

92 Nous reprendrons dans le chapitre suivant le procès concernant les alliés de cet ascendant lyonnais et ceux des deux suivants.

93 Ces extraits de lettres couvrent 13 pages situées à la fin de l’ouvrage, juste avant les « Références ». Les extraits de la mère occupent 11,5 pages.

94 Rappelons que son ascendance maternelle est issue de l’aristocratie.

95 Pour les autres arrière-petits-enfants, on apprend seulement, au détour d’une notice, qu’il y a deux grands sportifs et un maire : là aussi, c’est la notoriété qui a fait le choix.

96 L’hétérogamie existe aussi, bien sûr, dans les alliances entre bourgeois, mais on peut l’estimer imaginairement moins importante et les nuances à apporter pour atténuer la distance sociale sont moins soumises à des paradoxes.

97 Dans cette notice, cet acteur grand-père est désigné tout d’abord comme notre Grand’Père lorsque son identité est présentée, puis comme Grand’Père lorsqu’il est question, à son décès, de la licitation de la propriété de Donvie, et enfin, en dernier ressort, comme notre Grand’père quand le narrateur décrit sa position sociale et les visites qu’il lui rendait avec sa famille, dans sa propriété. Pourquoi l’indication de possession disparaît-elle au second procès ? Pourquoi la majuscule du lexème père est-elle perdue dans le troisième procès ? L’absence du possessif au moment où il est question de la liquidation de l’héritage est-elle le fruit du hasard ? Sans doute non ! En tout premier lieu, ce lexème indique d’une part un lien d’appartenance commun – lui et ses lecteurs qui en descendent généalogiquement – par le possessif pluriel (notre) qui lui est adjoint. Mais aussi, d’autre part, il marque une élévation de l’acteur qu’il représente avec ses deux majuscules. Puis ce lexème Grand’Père devient un appellatif ; il appelle alors à une intimité dans le discours énonciatif, mais sans son possessif ; il exclut le lien d’appartenance au moment de la perte du lien avec la propriété, au décès de ce grand-père. Ensuite, nous pouvons penser que le narrateur traduit le partage de ses sentiments envers lui, en enlevant la majuscule à père, quand il le désigne comme Grand’père. Mais il faut noter que la première fois que cet aïeul est évoqué dans le récit, il est nommé Grand père ! Sa femme : Grand Mère. Cette dernière gardera toujours ses majuscules (à l’exception d’une fois à mère) même si une apostrophe peut s’ajouter à l’occasion !

98 Aux trois pages et demie consacrées à cette lignée dans la notice, il faut ajouter la généalogie détaillée de deux pages et demie de chacun des 4 ascendants du nom et celle de la mère de l’épouse, ainsi que deux tableaux synoptiques, l’un de la descendance du plus ancien des ancêtres de celle-ci en lignée patrilinéaire et l’autre de l’ascendance de l’épouse. Enfin, il faut conjoindre 3 tableaux déployant 3 branches maternelles du tableau principal. En tout, 13 pages informent sur cette lignée alliée.

99 Les 7 autres pages concernent la descendance détaillée de chaque membre de la lignée patrilinéaire de cette branche alliée et 4 tableaux généalogiques détaillant des rameaux de celle-ci.

100 Les tableaux généalogiques comprennent la descendance d’un ancêtre appartenant à une branche alliée, puis les filiations de son épouse – de sa mère et de sa grand-mère maternelle, ensuite de sa grand-mère et de son arrière-grand-mère paternelles – et enfin trois rameaux issus de cette branche.

101 Ces dernières généalogies sont séparées des premières par les documents annexés et les quartiers du grand-père du narrateur, le fils né de cette alliance.

102 La présence des particules marquant la noblesse et la notoriété des patronymes bourgeois sont les indices de cette affirmation. Il faut y ajouter notre connaissance d’autres archives familiales nous confirmant dans cette lecture.

103 L’analyse de contenu des transformations a été effectuée en comparant l’énonciation de la phase de manipulation et celle de la phase de sanction de chaque texte.

104 L’espoir du retour, au fur et à mesure que se construit la signification, prend des figures différentes qui s’inscrivent dans une évolution du parcours. Dans la sanction suspendue de l’adresse, le retour est un souhait à l’attention des enfants (« vous reverrez sans doute ») : c’est la figure du « régime réparateur ». Son idée fait surgir une parole de l’acteur « je » : pouvoir « ne pas mourir avant d’en avoir salué la restauration ! » Dans la sanction finale du récit, le retour prend la figure du « relèvement providentiel de notre patrie ». Ce n’est plus la promesse de l’avenir proche d’un régime qui reviendrait, mais l’espoir d’un redressement de ce qui était tombé, avec son rétablissement (la patrie, et non plus le régime réparateur). Le souhait de saluer la restauration est devenu « le droit d’espérer ». Ce qui est le désir de tous est légitimé comme un « droit ». Espérer un autre avenir pour la patrie, n’est plus revoir bientôt la restauration, c’est espérer pour les fils une prospérité non sans leur avoir transmis les chemins pour la trouver.

105 La narration est achevée et le narrateur conclut en sujet ayant accompli sa tâche. Il évalue « son travail ».

106 « Ressusciter » est pris ici au sens du latin resuscitare : réanimer, soit redonner de l’âme.

107 Ce terme a été particulièrement mis en valeur par Pierre Legendre ; l’indu est un facteur de structuration de l’identité d’un sujet.

108 La métaphore est redistribution des valeurs et son enveloppe linguistique est un glissement sémantique. BAKHTINE Mikhaïl, in Tzevetan TODOROV (1981), op. cit., p. 214.

109 La dette imaginaire est la dette que les enfants croient avoir envers leurs parents du seul fait d’avoir reçu d’eux leur vie. Tel le destin en jeu dans les tragédies : ils estiment devoir rendre le sang que leurs parents leur ont donné. La dette symbolique est, au contraire, la dette due aux parents du fait que ces derniers leur ont donné la vie, dette insolvable quand les parents reconnaissent avoir reçu cette vie de leurs propres parents et ainsi de suite. Les enfants, alors, ne pouvant solder leur dette (un indu), se tournent vers leurs propres enfants pour leur transmettre leur dette en même temps que la vie, avec le soutien symbolique de leurs parents.

110 Cette liste est donnée sous le titre de « Tableau généalogique de la famille Delérable-d’Arras ».

111 Dans la première version du document que nous avons eu en possession avant celle-ci, le blason n’avait pas été reproduit. Et nous ne pouvions sémiotiquement établir une telle interprétation. Il gardait seulement sa fonction identitaire du fait du caractère immanent qui lui était octroyé avec ce que le narrateur disait déjà : « Les armoiries de notre famille sont : d’argent au chevron de gueules », etc.

112 L’analyse sémiotique de l’image nous permet d’observer que la page est divisée horizontalement en deux parties égales : dans la partie haute, au centre, se tiennent les prénom et nom de l’auteur, et dans la partie basse, au centre aussi, sont dessinées les armoiries de la famille. Les uns reposent sur les autres, mais chacun est au centre de sa partie. Ainsi, l’auteur des lignes qui vont suivre est comme suspendu au-dessus de ses armoiries. Il existe comme auteur pour sa part, mais repose pour l’autre part sur les armoiries de sa famille.

113 Ses prénoms et nom – Louis Laurent Bétiny – sont en effet écrits en leur entier une seule fois dans le récit. Après, ils seront des initiales : L.L.B. La facilité d’écriture ne peut pas recouvrir toute l’interprétation de cette identification. En effet, par exemple, dans le titre, on se demande pourquoi ses prénoms sont présentés avec des initiales et son nom en son entier (L.L. Bétiny), alors que pour ses père et mère, les deux prénoms et noms sont indiqués en leur entier.

114 Les facteurs instaurant la confiance – les contrats fiduciaires – sont les conventions implicites qui lient les narrateurs et destinataires et qui font que les seconds croient au dire vrai des premiers.

115 En effet, une évidence produit des conditions de confiance entre un narrateur et son interlocuteur. Elle est composée de deux faire successifs s’effectuant « dans des conditions qui cherchent à supprimer toute distance discursive entre le sujet connaissant et l’objet à connaître » ; c’est-à-dire que l’information est reçue sans médiation et est donnée sans préparation (soit sans savoir-faire préalable). Le sujet cognitif récepteur s’identifie alors, du point de vue discursif, avec l’énonciateur. L’évidence crée donc ainsi les conditions de confiance nécessaires pour obtenir la foi des lecteurs dans les données des narrateurs. Elle produit l’adéquation entre le référent et le discours qui le dit. GREIMAS Algirdas Julien (1983), op. cit., p. 203.

116 BERTAUX-WIAME Isabelle (1988), « Des formes et des usages : Histoires de famille », in L’Homme et la société, no 90, p. 32-34.

117 Le nous est, comme le dit Algirdas Julien Greimas, la manifestation syncrétique du narrateur et du sujet (ou des sujets) du faire épistémique, c’est-à-dire qu’il manifeste ouvertement la place que le narrateur veut donner au sujet qui voudra bien croire dans son dire-vrai et le rejoindre pour une énonciation commune, mais aussi la place que le lecteur veut bien prendre aux côtés du je qui s’énonce. GREIMAS Algirdas Julien (1983), op. cit., p. 182.

118 MANNHEIM Karl (1928), Le Problème des générations, p. 35.

119 ATTIAS-DONFUT Claudine (1988), « La notion de génération : usages sociaux et concept sociologique », in L’Homme et la société, no 90, p. 49.

120 MANNHEIM Karl (1928), op. cit., p. 55-57.

121 ATTIAS-DONFUT Claudine (1988), art. cit., p. 49.

122 MERTON Robert K. (1949), Éléments de théorie et de méthode sociologique.

123 Robert K. MERTON (1949) considère que la socialisation anticipatrice « n’est fonctionnelle que dans une structure sociale faisant place à la mobilité » ; op. cit., p. 227. Il constate, plus loin, que dans les milieux les plus traditionalistes et orthodoxes en religion, les individus ont des parents très stricts, et qu’ils ont alors « tendance à se juger eux-mêmes en prenant leurs parents comme base de comparaison », p. 262.

124 MERTON Robert K. (1949), ibid., p. 220.

125 GREIMAS Algirdas Julien et COURTÉS Joseph (1979), art. « Énonciateur-énonciataire », op. cit., p. 123.

126 BOURDIEU Pierre (1975), « L’invention de la vie d’artiste », in Actes de la recherche en sciences sociales, no 2, p. 67-93.

127 BERTAUX-WIAME Isabelle (1988), art. cit., p. 30.

128 D’ailleurs, les descendants de ce narrateur nous ont tous expliqué leurs difficultés à comprendre le sens qu’ils doivent donner aux termes de l’adresse de leur aïeul. Ils sont partagés sur les valeurs qu’ils pensent attendues par lui. Leur position est paradoxale encore aujourd’hui.

129 Nous n’avons pas accompagné pas à pas tous les lieux communs qu’a employés ce rhéteur hors pair.

130 Le récit de l’histoire de cette année 18~~ (le temps de l’assombrissement) est séparé par un trait du chapitre précédent (les temps heureux). Un autre trait le séparera du chapitre suivant (celui de l’année 18~~ : le temps des grandes épreuves).

131 Cet oncle est leur subrogé-tuteur à partir de la mort de la mère. Le père du narrateur avait de l’estime pour lui. C’est pourquoi il lui avait demandé de tenir cette fonction auprès de ses enfants. Il était magistrat. Il était investi du rôle de père pour le narrateur et devenait aussi l’objet d’une dette héritée pour ses enfants.

132 Nous n’avons pas relevé chaque énonciation qui l’engageait comme sujet singulier ; leur nombre aurait rendu cette analyse trop longue. Nous avons préféré prendre le parti de marquer les exceptions et, comme nous allons le voir, de privilégier les engagements les plus radicaux.

133 Dans le procès du doute de l’énonciation, le savoir-faire est une modalité de l’actualité. Sur la question de l’identité de race entre la famille Armand de Barry et l’énonciateur, le savoir-faire est non actualisable.

134 Le narrateur fait deux fois le choix du lexème parvenu pour parler des documents qui lui ont été transmis alors qu’il fait la démonstration que son ascendant est le contraire d’un parvenu. Bien sûr, il ne prononce jamais ce terme dans cette acception, mais tous ses commentaires et ses preuves le sous-entendent !

135 BOURDIEU Pierre (1972), art. cit., p. 1109.

136 Cette mention retrace les circonstances de la mort de chacun des trois petits-fils sur 3 pages.

137 Mention : ce terme provient, étymologiquement, de mens, mentis qui signifie esprit.

138 Cette descendance couvre 8 pages.

139 Ce tableau, nous n’avons pu l’étudier que sur une copie manuscrite de l’informateur. Cette copie mentionne que chaque ascendant, mis au sommet de la descendance, est rattaché à une branche exposée dans trois tableaux référencés sous les numéros I à III. Seul un tableau a été numéroté : c’est le tableau I.

140 Nous avons retrouvé cette même généalogie écrite d’une autre main, présentée un peu différemment, chez un autre dépositaire de cette famille. Personne ne sait qui l’a établie.

141 Parmi ces quatre tableaux, on trouve un tableau pour lequel ne se pose pas la question du rattachement. Il s’agit de la descendance de la fille du sixième ascendant patrilinéaire. On y trouve une seule profession : officier. Pourquoi cette descendante du nom a-t-elle un statut spécial dans le récit ? Est-ce parce que l’époux de cette fille a tenu un cahier et a apporté des informations précieuses sur la famille à cette époque ? Est-ce parce que les descendants nés de leur alliance ont été très bien alliés ? Les quatre généalogies couvrent 3 pages.

142 La première a huit pages et la seconde trois.

143 Dans toutes les autres descendances, on lit la présence des patrilinéaires précédents et comme on l’a déjà vu, celles qui sont exposées montrent la distinction des alliances, leur notabilité et leur multi-établissement à Lyon. Avec leurs courtes introductions, on constate que l’alliance et la postérité continuent d’avoir la priorité sur les autres critères d’apparition, mais on trouve aussi d’autres marqueurs comme l’appartenance à la noblesse, la mort sous la Terreur et l’implantation à Lyon.

144 On sait qu’au moins une des filles du narrateur a une propriété sur les terres de Bo. Rappelons aussi que celui-ci dispose lui-même, par sa propre famille, d’une propriété limitrophe. C’est là qu’il a écrit avec son épouse ce récit.

145 La descendance dactylographiée est organisée avec la métaphore de l’arbre : elle a ses branches et ses rameaux. Elle permet un autre référencement. À toutes deux, elles occupent plus de la moitié du recueil qui a 187 pages.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search