Version classiqueVersion mobile

Généalogies

 | 
Chantal Rodet

Deuxième partie. Les conditions de production des récits généalogiques

Texte intégral

1. LES AUTEURS DES RÉCITS

1Les auteurs de récits généalogiques bourgeois lyonnais partagent des traits communs, même s’ils ont vécu dans des contextes historiques et familiaux différents.

1. 1. Le profil identitaire des auteurs

1. 1.1. Des hommes

  • 1 Rappelons que la variable du sexe n’a pas été prise en compte a priori dans la composition de l’éc (...)
  • 2 D’ailleurs, lorsque nous avons cherché à rencontrer cet auteur, c’est son épouse qui s’est présent (...)
  • 3 COENEN-HUTHER Josette (1994), chapitre 2, op. cit. On peut aussi voir l’étude de Catherine Bonvale (...)
  • 4 COENEN-HUTHER Josette (1994), ibid., p. 48. Nous n’avons pas cherché à calculer le taux différenti (...)

2Neuf récits sur 11 ont été nommément écrits par des hommes1. Mais, parmi ces 9, l’un a été l’objet d’une étroite collaboration entre époux2. Pourquoi des hommes plus que des femmes se donnent-ils pour tâche de raconter l’histoire de leur famille sous la forme de récit ? Josette Coenen-Huther3 a montré que les récits oraux d’individus contemporains sur leur passé offrent des caractéristiques spécifiques selon qu’ils sont racontés par des hommes ou par des femmes à l’exception de deux traits : tous recensent autant de personnages familiaux les uns que les autres et tous en mentionnent très majoritairement davantage de sexe masculin que de sexe féminin4.

3On apprend avec ses conclusions que les hommes décrivent leurs parents plutôt comme des personnages publics, connus pour leurs réalisations dans différents domaines (politique, science, religion…) ou pour leurs qualités particulières (voire leurs défauts notoires). Leurs récits témoignent d’un intérêt plus vif pour ce qui entoure la famille et d’une sensibilité aux statuts sociaux. Ils évoquent plus fréquemment des symboles matériels – maison ou entreprise familiale – et manifestent une préférence pour les mythes fondateurs strictement dateurs. Ils inscrivent les événements familiaux dans un mouvement historique.

4Pour les femmes, il faut différencier les femmes inactives des actives. Les femmes inactives n’ont pas, selon l’auteur, la même façon de construire leur mémoire orale que celles qui ont une profession ou activité régulière. Les récits des premières se montrent plus attentifs aux « ancrages géographiques » ou inversement – pour le regretter – aux absences d’insertion territoriale liées à la mobilité spatiale, aux déracinements et à l’exil : ils s’attachent à la stabilité et à la sécurité. Ils décrivent les caractéristiques essentielles des lignées ou les hauts faits de certains ancêtres sous la forme d’anecdotes fortement stylisées ou de mythes fondateurs ; mais ces anecdotes renvoient plus à l’origine de traits familiaux qu’à celle d’une histoire chronologique. Ils donnent une place prioritaire aux sentiments et aux relations interpersonnelles et privilégient le vécu. Ils sont inscrits en dehors de toute historicité et ne sont pas placés spontanément dans une perspective transgénérationnelle. Enfin, ils font une place un peu plus grande aux femmes.

5Les femmes qui ont une profession ou une activité régulière parlent, comme les précédentes, d’ancrages géographiques, mais insistent davantage, comme les hommes, sur l’ouverture sociale de leur groupe de lignées et sur l’influence des contextes. En effet, elles recensent un nombre de personnages publics supérieur à celui des ménagères. Elles se placent dans une perspective historique. Enfin, elles parlent plus de la vie des générations antérieures que de leurs propres souvenirs.

6À la suite de ces résultats, on peut déduire que les récits généalogiques sont construits selon les traits spécifiques d’une narration masculine. En effet, ils organisent l’histoire familiale selon un « mouvement historique », ils préfèrent les « mythes fondateurs strictement dateurs », ils sont sensibles aux « statuts sociaux », ils évoquent des « symboles matériels », etc. Leur caractère écrit ne semble pas modifier radicalement les marqueurs différentiels isolés par Josette Coenen-Huther. Les formes du récit généalogique sont ainsi mieux adaptées à la tendance des hommes qui veulent raconter l’histoire de leur passé qu’à celle des femmes.

  • 5 André Burguière ne dit pas avoir choisi son échantillon en fonction d’une problématique sur l’iden (...)

7Si l’on considère l’identité sexuelle des auteurs de récits généalogiques bourgeois de la Renaissance italienne et de la France des temps modernes, on constate aussi qu’il s’agit d’individus de sexe masculin5. Cependant, les échantillons sont trop restreints pour dégager une tendance générale. Mais dans le second échantillon, on relève qu’un auteur fait la généalogie de son épouse. Celle-ci a eu plusieurs frères et sœurs morts en bas âge. Elle n’a plus qu’un frère arrivé à l’âge adulte, mais il n’est pas marié, et a encore deux sœurs. On sait aussi que son mari est avocat comme son père.

  • 6 Josette Coenen-Huther n’a pas mis en rapport la variable du sexe et la mémoire statutaire.

8Mais les observations de Béatrix Le Wita sur la mémoire familiale de la bourgeoisie parisienne de la deuxième moitié du XXe siècle, obligent à s’interroger plus avant sur le rapport différentiel des hommes et des femmes bourgeois à leur passé. Elle y remarque en effet deux mémoires : une mémoire généalogique et une mémoire affective. Dans la première, quel que soit son sexe, on peut citer les filiations et descendances des hommes comme des femmes de la famille. Ainsi, on voit que du point de vue de la narration orale de la mémoire, rien n’empêche les bourgeois des deux sexes d’avoir des attitudes communes vis-à-vis de leur mémoire généalogique, ce qui infirme les hypothèses générales de Josette Coenen-Huther6.

  • 7 LE WITA Béatrix (1983), Mémoire familiale et mémoire généalogique de quelques familles de la bourg (...)

9Quant à la mémoire affective, les narrateurs de la bourgeoisie, notamment de sexe masculin, dit Béatrix Le Wita, présentent en plus grand nombre des éléments féminins de la famille du passé que des éléments masculins. Cette caractéristique contredit encore les conclusions de Josette Coenen-Huther. Pour comprendre ces contradictions, on peut se poser un certain nombre de questions avec Béatrix Le Wita : les narrateurs bourgeois et notamment les hommes n’ont-ils pas besoin de développer davantage que d’autres une mémoire affective ? Si les femmes sont très présentes dans les récits oraux bourgeois, est-ce parce que, dans ce milieu, comme le suggère Béatrix Le Wita, elles sont les transmettrices orales privilégiées du statut de bourgeois ? Mais si tel était le cas, ne véhiculeraient-elles pas tout autant la mémoire des hommes que celle des femmes de leur famille ? Est-ce donc plutôt parce qu’elles laissent le souvenir d’une présence affectueuse et chaleureuse, plus particulièrement appréciée des hommes étant donné la rigueur qui est la leur dans cet univers bourgeois ? C’est ce que suggère l’auteur. Ou bien – et cela peut s’ajouter – est-ce parce qu’elles règnent davantage sur la sociabilité et l’éducation des enfants que dans un autre milieu7 ? En effet, la mémoire bourgeoise n’a-t-elle pas besoin de « tout ce qui désigne une sociabilité » ?

  • 8 LE WITA Béatrix (1988), op. cit., p. 118. L’auteur n’a pas effectué de comparaisons systématiques (...)
  • 9 LE WITA Béatrix (1983), op. cit., p. 193

10Pour chercher à répondre à ces questions, il faut observer de plus près ce que dit Béatrix Le Wita sur les caractéristiques de cette mémoire affective. En effet, explique-t-elle, si, dans la mémoire généalogique, on peut citer des personnages familiaux également dans les deux branches, dans la mémoire affective, on raconte d’abord les souvenirs de l’univers maternel. Si la première connaît autant les maternels que les paternels, la seconde oriente ses préférences vers les maternels8. Mais elle fait remarquer clairement que, lorsqu’il s’agit de raconter le passé, ce sont les souvenirs de la mère qui prennent le premier rang9 ; ainsi, les éléments féminins, ce sont les maternels ou/et les femmes des maternels !

  • 10 LE WITA Béatrix (1988), op. cit., p. 152-153.

11Pour apporter des exemples de ce rapport privilégié aux maternels, elle cite cet homme qui parle de son passé familial en ces termes : « ce qui m’intéresse avant tout dans l’histoire familiale, c’est l’enfance de ma mère, de mes oncles et tantes » ; il poursuit en disant que c’est dans cette lignée qu’il trouve « l’ancêtre mâle " glorieux" : " son grand-père maternel" ». Béatrix Le Wita mentionne aussi les paroles du fils de cet homme qui se situe en rapport à sa propre branche maternelle ; il donne une explication à cette préférence identitaire : « il y avait les Essarts, nom du château de la famille maternelle. Ce sont les étés de mon enfance. C’est la principale raison ». Béatrix Le Wita cite encore un autre enquêté qui, lui, se trouve « totalement pris dans la succession "des mâles" de sa famille [mais] n’oublie pas que c’est par sa mère qu’il est un héritier ». Enfin, elle évoque une femme qui se sent l’héritière des fondateurs de la dynastie des hommes de sa famille, mais qui « évoque longuement leurs épouses et mères », dont en premier sa mère et sa grand-mère maternelle, sa grand-mère paternelle venant en troisième position10. Ainsi, les éléments féminins apparaissent dans deux cas comme les maternels, mais dans le dernier cas, on voit plutôt la présence de femmes, même si là encore ce sont celles de maternels. Quoi qu’il en soit, on retiendra l’impact des maternels comme un facteur pertinent.

  • 11 COENEN-HUTHER Josette (1994), op. cit., p. 238 (en italiques dans le texte).

12Ces données ont amené Béatrix Le Wita à se demander à plusieurs reprises s’il fallait voir dans ces caractéristiques une règle générale de toute mémoire ou une particularité bourgeoise. Une réponse à cette question a été trouvée à partir des travaux de Josette Coenen-Huther. En effet, selon celle-ci « la probabilité de se souvenir de ses ascendants maternels est plus élevée que celle de se souvenir de ses ascendants paternels »11. Il y a deux raisons à cela, explique-t-elle. D’une part, les désirs et les pratiques de perpétuation du passé sont fréquemment plus forts chez les femmes que chez les hommes. Et, d’autre part, les premières manifestent leur attachement à leur famille étendue vivante de façon nettement plus prononcée que les hommes. Elles véhiculent plus largement des informations qui touchent leurs collatéraux. Les enfants sont ainsi très majoritairement plus en contact avec les lignées des origines de leur mère qu’avec celles des origines de leur père et connaissent mieux leurs maternels. C’est pourquoi la mémoire de tout individu est habitée davantage par le champ familial des maternels. Il est clair, comme Béatrix Le Wita le suggère, que le fort organisateur qu’est la sociabilité familiale, dans la bourgeoisie, peut renforcer la présence des éléments féminins dans la mémoire des hommes.

  • 12 Il aurait fallu établir une comparaison entre des récits généalogiques parisiens et les récits du (...)

13Ainsi, les bourgeois sont empreints de deux mémoires, l’une qui ne sacrifie aucune branche, ni celles des hommes ni celles des femmes, mais qui est froide et comptable et est l’émanation de mémoires tout autant masculines que féminines, et l’autre qui préfère la présence des femmes et des branches maternelles, sensible et vivante. Alors, ne pourrait-on pas poser la question de la compensation de l’une par l’autre, mais en inversant la proposition de Béatrix Le Wita ? En effet, ne serait-ce pas plutôt la mémoire généalogique qui chercherait à apporter une compensation à la mémoire affective ? La première, pouvant être fixée par l’écriture, ne viserait-elle pas à conserver dans le souvenir des vivants les hommes et les paternels, contre l’usure naturelle et culturelle de la seconde12 ? Mémoire orale et mémoire écrite ne suivent pas les mêmes orientations. On rejoindrait ainsi les conclusions de Josette Coenen-Huther, sans pour autant contredire la conception de Béatrix Le Wita ; on y ajouterait plutôt une nouvelle perspective. Notre hypothèse est que les récits généalogiques combattent avec l’écriture les tendances fortes de la mémoire affective des membres de la bourgeoisie ; si ce sont les hommes qui en sont les auteurs privilégiés, c’est parce qu’ils sont plus concernés, du fait qu’ils appartiennent à la catégorie de ceux qui subissent l’oubli. L’écriture de la mémoire constitue donc le moyen de compenser les inclinations de la mémoire orale. Elle permet d’assurer à la fois le souvenir des hommes et des lignées paternelles et encore plus particulièrement des lignées patrilinéaires : les grandes oubliées de la mémoire affective. Elle vise à rendre ce souvenir équivalent au souvenir des femmes dans la mémoire des descendants.

14Cependant, on doit se demander si cette écriture ne veut pas aller plus loin, jusqu’à faire gagner à long terme la mémoire des paternels et peut-être surtout celle des patrilinéaires. En effet, les lignées patrilinéaires sont aussi des lignées patronymiques. N’est-ce pas à cause de cette équivalence que la préséance est donnée aux lignes de porteurs d’un même patronyme dans les récits ? Le patronyme est un organisateur tout aussi central que celui de la sociabilité familiale dans la bourgeoisie. Ne doit-il pas alors être particulièrement cultivé par les producteurs de la mémoire, ceux-là mêmes qui portent la responsabilité du renom qui leur est attaché ? Existe-t-il, alors, dans le milieu bourgeois comme dans toute élite – traditionnelle ou non – une lutte des hommes pour une occupation de la mémoire de la descendance ?

  • 13 La troisième auteur – Élisabeth Durieux – a écrit le récit généalogique pour répondre à des attent (...)

15Il reste à s’interroger plus finement sur le profil des trois femmes auteurs (dont une coauteur) des récits. Sont-elles plutôt des femmes actives comme peut le laisser penser Josette Coenen-Huther ? C’est le cas pour 2 sur les 313. Marie-Joséphine Detilleul a eu une activité professionnelle – elle a dirigé un atelier après le décès de son premier époux, dans les années 1790 – et Albertine Palluis, une activité bénévole qui l’a amenée à fonder des bibliothèques d’hôpitaux, juste après la guerre de 1939-1945, puis à les diriger. Ainsi, l’indicateur d’activité de Josette Coenen-Huther a sans doute une certaine pertinence, mais le nombre de cas est trop restreint pour aller plus loin dans l’analyse.

16Les récits sont ainsi écrits presque exclusivement par des hommes. Leur forme – généalogique – est en effet tout particulièrement adaptée aux caractères spécifiques de la structure des récits du passé de narrateurs de sexe masculin. Leurs contenus visent à compenser les tendances naturelles et culturelles de tout individu à mieux retenir la mémoire des éléments féminins du passé familial et celle des branches maternelles. Les hommes sollicitent ce moyen pour résister à l’oubli qui touche plus particulièrement les lignées patrilinéaires. Dans le milieu de la bourgeoisie, cette compensation est plus vitale. D’une part, elle réagit à une tradition orale très active des femmes responsables du maintien de la sociabilité de leur famille et de leurs enfants. D’autre part, elle répond à la condition qui fait du patronyme un moyen de classement des familles dans l’ordre de l’ancienneté. Ainsi, elle procure le moyen d’apporter à la mémoire de descendants plus d’éléments masculins, plus de paternels, et donc un équilibre des souvenirs entre les branches paternelle et maternelle, et les hommes et les femmes.

1. 1.2. Des narrateurs dans leur soixantième année au moins

  • 14 Nous entendons ici publier dans le sens restreint de rendre public pour la première fois, quels qu (...)
  • 15 L’âge du retrait des activités professionnelles est relatif aux professions des auteurs et à l’épo (...)

17Tous les auteurs étaient au moins dans leur soixantième année au moment de la publication de leur récit14. La moyenne approche même plus 70 ans que 60 ans. Sauf exception, le temps de leur écriture a précédé ou suivi de près la cessation de leurs activités professionnelles (ou de celles de leur époux)15. Il leur a fallu souvent plusieurs années pour réunir leurs données et rédiger.

18Camille Delérable avait 59 ans quand il paraphait l’adresse de sa monographie et 61 ans quand il publiait la première édition. Il prendra sa retraite officiellement à 63 ans, mais déjà bien avant, il avait quitté Paris et se trouvait plus disponible pour travailler à ses recherches généalogiques dans sa propriété de famille. Il est déjà grand-père d’un petit-fils. Lilian Collas, lui, semble avoir consacré l’année de ses 77 ans à l’écriture de son histoire généalogique : les avant-textes comme l’adresse de son recueil étaient tous datés de la même année. Il avait déjà ses 14 petits-enfants. Auguste Armand avait 63 ans quand il a fini la version dactylographiée de son récit et 65 ans à la date de la version imprimée. Un petit-fils du nom venait de décéder (à la naissance) dans l’année qui avait précédé sa première version et une petite-fille était née dans celle qui avait précédé sa version imprimée. Ses recherches généalogiques avaient commencé bien avant : il avait 20 ans quand il s’adressa pour la première fois aux Archives départementales et à de très lointains cousins pour se mettre en quête du berceau de sa lignée patronymique. Après une suspension, il avait repris ses recherches au moment où ses activités professionnelles s’étaient réduites puis arrêtées, vers l’âge de 50 ans. Mais l’écriture elle-même a bien été postérieure à ses 60 ans.

19Damien Palluis est plus âgé quand il achève avec son épouse son récit : il a 81 ans et elle 74 ans. Mais le travail avait commencé auparavant. L’auteur venait de prendre sa retraite. Au décès de la mère de son épouse, des documents avaient été mis à leur disposition. Il avait alors 72 ans et son épouse 65 ans. Leur première petite-fille avait 18 ans. Ils avaient 12 petits-enfants. Thierry Guilbert, quant à lui, décède avant d’avoir mis un point final à son récit. Il avait 65 ans et était encore en activité. Il ne lui restait que l’adresse à écrire. Florent Reynaud avait 29 ans lorsqu’il termina sa première lettre à l’adresse de son fils aîné qui fut le premier chapitre de sa monographie, 30 ans lors de la deuxième lettre, celle-ci comme les suivantes à l’adresse de tous ses enfants, 35 ans lors de la troisième, 57 ans lors de la quatrième et 69 ans lors des deux dernières. Il explique qu’il a conservé pour ses enfants les documents et notes que lui avaient remis sa mère et un membre d’une branche alliée lorsqu’il avait 60 ans. Il a déjà des petits-enfants.

  • 16 HALBWACHS Maurice (1925), op. cit., p. 104-105. Ces hypothèses ont été largement reprises par les (...)

20Ainsi, l’histoire familiale prend toujours forme accomplie dans ou après la soixantième année, même si l’œuvre de reconstitution peut avoir commencé avant. C’est donc lorsque les auteurs ont quitté les obligations de la vie professionnelle qu’ils se consacrent à la formalisation de leur histoire familiale. Est-ce le temps qui passe, le seuil d’un âge, le retrait de la vie active, qui engagent des personnes à se mobiliser vers la reconstitution du passé ? Maurice Halbwachs fait l’hypothèse que si les personnes âgées s’intéressent au passé, ce n’est pas tant parce qu’elles ont plus de souvenirs de leur enfance. Elles sentent plutôt que, dans leur société, on les estime en raison de ce qu’ayant longtemps vécu, elles ont beaucoup d’expérience et sont chargées de souvenirs. Leur âge semble leur donner, comme dans les sociétés tribales, la fonction de gardien de la tradition. Elles ont, dit-il, le temps et le désir et n’ont pas mieux à faire qu’utiliser tous les moyens dont elles ont toujours disposé pour reconstituer le passé16.

21S’il en est ainsi, les auteurs qui avaient déjà commencé les recherches généalogiques plus jeunes se devaient-ils d’attendre d’avoir atteint l’âge auquel l’estime sociale autorise à se pencher sur le passé, pour donner forme définitive à leur récit ? Est-ce le temps qui leur a manqué, avant l’âge de la retraite, car le désir était bien présent ? Les autres n’ont-ils eu aucun désir avant l’âge canonique ? Quelle fonction a l’approche de la mort ou sa fréquentation ? Ne rend-elle pas simplement pressant le point final du récit ? La poursuite de la description du profil des auteurs permettra d’avancer un peu plus dans les réponses à ces questions.

1. 1.3. Des cadets

22L’écriture généalogique est l’œuvre de cadets ou de benjamins pour 8 auteurs sur 11. Dans les 3 autres cas, il y a deux aînés (un homme et une femme) et un enfant unique (un homme). En ce qui concerne les trois auteurs de référence, ils sont respectivement cinquième sur neuf, dernier de huit et aîné de trois. Mais pour évaluer la position dans la fratrie, on ne doit pas s’arrêter au seul rang de naissance car les décès de frères et sœurs peuvent changer les données. Des cadets ont pu devenir des aînés par les effets de restructuration des fratries après le décès de ceux qui les ont précédés. C’est le cas pour un auteur. Étant donné l’enjeu de transmission patronymique, il convenait aussi de considérer la fratrie des seuls garçons : on trouve sur les 8 auteurs de sexe masculin, 1 fils unique ayant une sœur aînée. Ainsi, à l’âge adulte, les auteurs de sexe masculin sont pour 5 d’entre eux des cadets et benjamins, 1 est un aîné et les 2 autres des fils uniques. Quels enjeux amènent plutôt des cadets et des benjamins à l’écriture généalogique ?

  • 17 LE WITA Béatrix (1988), op. cit., p. 148.

23Les benjamins, dit Béatrix Le Wita, remettent à leurs aînés le souci de la transmission tant que ces derniers sont encore en vie. Ils ne s’autorisent pas à parler des ancêtres en leur nom propre tant que des aïeux sont encore là pour le faire et se réfèrent alors au savoir des plus anciens survivants17. Si cette préséance est adoptée entre générations, ne pourrait-elle pas se pratiquer entre membres d’une même fratrie ? Les auteurs, qui étaient des cadets ou benjamins par leur rang de naissance, se trouvent-ils être, au moment où ils écrivent, les « plus anciens survivants » de leur fratrie, voire de leur génération (de leurs cousins), ce qui permettrait de comprendre pourquoi ils ont pris la plume eux et pas leurs aînés ? Ils seraient les derniers à pouvoir témoigner de ce passé ! Ce n’est pas le cas : la préséance pour l’écriture n’est pas structurellement dévolue au plus âgé de la fratrie survivante. 7 auteurs sur 11 ont encore une fratrie vivante au moment où ils finissent leur récit généalogique. 4 ont encore un ou des frères vivant(s) plus âgé(s). Ainsi, on ne devient pas auteur, lorsqu’on est né cadet ou benjamin, parce qu’on prend le rôle d’aîné à la fin de sa vie.

24Si les auteurs ne sont pas des aînés, ne pourraient-ils pas être des fils d’aînés (ou de fils uniques) ? En effet, ils pourraient estimer avoir un rôle à tenir dans la transmission familiale, ou encore être engagés dans un enjeu de postérité plus particulièrement aigu, appartenant à une branche aînée.

1. 1.4. Des descendants de cadets

25Aucun des pères des auteurs n’est un aîné ou un fils unique, à sa naissance. Ainsi, le père de Camille Delérable est le second de 3 enfants, celui de Lilian Collas le dernier de 3 et celui d’Auguste Armand le dernier de 4. Si l’on ne tient compte que des seuls frères ayant atteint l’âge adulte, parmi tous les pères, 2 deviennent respectivement un aîné et un fils unique ; 7 sont des benjamins.

26Étant donné ce rang des pères, on peut se demander si l’écriture généalogique n’est pas finalement l’œuvre de lignées de cadets. En effet, si l’on regarde le rang des grands-pères, tel est le cas, sauf pour deux auteurs : le grand-père paternel de Camille Delérable est le dernier de 3, celui de Lilian Collas le dernier de 2, et celui d’Auguste Armand le troisième de 5. Et si l’on observe leur rang parmi les frères ayant atteint l’âge de 20 ans, on constate tout de même que 5 sur 11 sont des fils aînés ou garçons uniques.

27Ainsi, l’écriture généalogique mobilise plus des cadets et benjamins, et des individus appartenant à des branches paternelles cadettes. Quels enjeux découlent de ces positions des auteurs ? Être cadet ou encore plus le benjamin d’une fratrie ne réduisait-il pas le temps de fréquentation que l’on pouvait avoir entre générations de vivants ? En effet, lorsqu’on appartenait à une lignée de cadets (ou benjamins), n’avait-on pas moins de chance que les autres d’être imprégné de la tradition orale de la famille ? En effet, combien d’années chacun des auteurs a-t-il pu fréquenter son père ? Et combien d’années, aussi, ce dernier a-t-il pu fréquenter son grand-père paternel ? Et qu’en est-il, de même, pour la génération précédente ? Ces cadets de trois générations n’étaient-ils pas particulièrement jeunes au décès de leur père ? Car si tel était le cas, on pourrait supposer que l’accès à la tradition orale de la lignée paternelle ou sa simple fréquentation a plus manqué aux auteurs qu’à leurs aînés. On pourrait faire l’hypothèse que leur place dans leur lignée patrilinéaire les oblige, pour connaître l’histoire de leurs ascendants, à construire celle-ci entièrement à partir de données rétroactivement recueillies, c’est-à-dire à partir d’écrits. Les aînés et enfants uniques pouvaient se trouver dans la même disposition par le fait de décès précoces de leurs ascendants ou de naissances tardives sur trois générations.

  • 18 Au vu de la variabilité des âges et de la taille limitée de l’échantillon, prendre en compte une m (...)
  • 19 Nous avons examiné les rangs des mères des auteurs dans leur fratrie. Nous cherchions à savoir si (...)

28En observant les âges qu’avaient les auteurs, leurs pères et grands-pères paternels au décès de leurs pères respectifs et après comparaison de l’écart de ces âges avec ceux qu’avait leur fratrie aînée alors, on a pu constater que les réponses à ces questions étaient négatives. En effet, les auteurs avaient des âges différents au décès de leur père, mais 8 d’entre eux l’ont fréquenté au moins jusqu’à l’âge de 30 ans. L’âge moyen au décès est de 36 ans, soit un âge du milieu de vie18. Camille Delérable a 39 ans quand il perd son père, Lilian Collas, lui, a 30 ans et Auguste Armand 67 ans. Ainsi, les auteurs ont très majoritairement fréquenté leur père, jusqu’à un âge relativement avancé19.

29Quant au temps de fréquentation entre les pères et grands-pères des auteurs, c’est-à-dire l’âge des pères quand ils perdent leur propre père : seulement 4 sur 11 ont plus de 30 ans. Ils ont en moyenne 24 ans, soit une moyenne d’âge plus basse de 12 points en comparaison de la moyenne précédente. Ils ont majoritairement eu, relativement à leur fils, moins de temps pour connaître leur propre père et été moins empreints de la mémoire orale de leur père. Mais la variable reste-t-elle pertinente pour autant ? Car on voit que les âges diffèrent aussi. 5 pères notamment ont moins de 20 ans. Le père de Camille Delérable a 36 ans au décès de son propre père, celui de Lilian Collas a, lui, 25 ans et celui d’Auguste Armand 36 ans. Alors que, par exemple, le père d’Albertine Palluis a 9 ans et celui de Fabrice Adelin a 15 ans.

30Pour la génération précédente, comme leurs fils, le temps passé par les grands-pères paternels avec leur propre père est restreint. 4 grands-pères seulement sur 11 ont fréquenté leur père plus de 30 ans, soit une moyenne de 29,5 ans au décès de leur père. Mais là, de même, on constate une distribution inégale : dans 5 cas, les grands-pères ont 20 ans et moins. Le grand-père de Camille Delérable a 11 ans au décès de son père, celui de Lilian Collas a 39 ans et celui d’Auguste Armand 23 ans. On voit par contre que le grand-père de Thierry Guilbert a 54 ans et celui d’Élisabeth Durieux 52 ans, alors que celui de Julien Bélors a 11 ans. Cependant, si l’on observe les deux générations précédant les auteurs, on remarque que, dans 10 cas sur 11, au moins un des deux ascendants n’a fréquenté son père que sous les signes de l’enfance ou de la jeunesse (jusqu’à ses 25 ans). On peut bien supposer que leur chance d’être baignés par la mémoire orale de leur lignée patrilinéaire devait être réduite !

31Maintenant, l’écart d’âge entre les auteurs et leurs aînés respectifs, puis celui de leurs ascendants avec leurs aînés permettent-ils de laisser penser que les seconds ont été plus avantagés que les premiers sur le plan de la transmission orale de leur mémoire patrilinéaire ? Dans le premier cas, les écarts d’âge se distribuent inégalement entre 2 et 20 années. Ainsi, pour Camille Delérable, il y a 10 ans, pour Lilian Collas 13 ans. Auguste Armand est un aîné. Pour un autre auteur, Thierry Guilbert, il y a 20 ans alors que pour Florent Reynaud, c’est 3 ans. Cinq auteurs sont des aînés ou enfants uniques.

32Pour les pères et grands-pères des auteurs, les écarts sont un peu moins amples avec leurs aînés : entre 2 et 15 ans pour les pères, et 3 et 12 ans pour les grands-pères paternels. Pour Camille Delérable, les écarts sont de 2 ans entre son père et son aîné, et de 12 ans entre son grand-père et son propre aîné ; pour Lilian Collas, il y a 5 ans pour la génération du père et 8 ans pour celle du grand-père ; et pour Auguste Armand, 8 ans pour l’une et 10 ans pour l’autre. De tels résultats ne permettent donc pas de confirmer notre hypothèse. Les écarts ne montrent pas d’homogénéité : les auteurs n’ont pas écrit parce qu’eux et leurs ascendants patrilinéaires ont accusé un plus faible écart de temps de fréquentation avec leurs pères respectifs par rapports à leurs aînés de fratries. La considération des écarts avec les seuls aînés de sexe masculin ne modifie pas la réponse.

33Mais il reste une question : l’écart de temps de fréquentation entre les auteurs et leur grand-père paternel est-il nettement moins ample qu’entre leur aîné et ce dernier ? Car la mémoire affective orale pourrait être plus forte chez les aînés et nécessiter moins une écriture généalogique, surtout chez des aînés de sexe masculin ! Deux auteurs sur 11 ont connu leur grand-père paternel (ils avaient moins de 13 ans à la mort de ce dernier). Ces aïeuls étaient décédés, au moment où les auteurs sont nés, depuis au moins 9 ans et au plus 28 ans. 5 aïeuls sur les 9 décédés sont morts au moins 20 ans avant la naissance des auteurs : le temps d’une génération ! Le grand-père paternel de Camille Delérable était décédé depuis 10 ans à sa naissance, celui de Lilian Collas depuis 21 ans et celui d’Auguste Armand depuis 9 ans. Ainsi, les auteurs n’ont pas gardé une mémoire affective orale vivante de leur grand-père paternel.

34Les aînés ne se sont pas trouvés en position meilleure. Les décès des grands-pères paternels étaient beaucoup trop anciens pour que les écarts d’âges entre les rangs des aînés et ceux des cadets ou benjamins soient modifiés significativement : par exemple, l’aîné de Camille Delérable a 10 ans de plus, mais leur grand-père décède l’année de sa naissance ; l’aîné de Lilian Collas a 13 ans de plus, mais leur grand-père était déjà mort avant sa naissance. Pour Thierry Guilbert, c’est le même cas : il y a 20 ans entre lui et son aîné, mais leur grand-père avait déjà disparu à la naissance de l’aîné. Pour Florent Reynaud, il en est de même : l’écart est de 3 ans et leur grand-père est décédé 9 ans avant sa naissance. Les auteurs n’ont donc rien eu à envier à leurs aînés.

35Par contre, si l’on veut évaluer l’impact de la mémoire affective orale sur les auteurs pour mieux comprendre les motivations de l’écriture généalogique, on doit prendre en considération aussi les effets de la transmission de la mémoire maternelle. Car si les récits donnent la priorité aux lignées patrilinéaires, ils n’ignorent pas – la description de leurs thématiques l’a mis en relief – les lignées maternelles. En effet, on peut se demander si l’impact de la mémoire affective issue de ces dernières n’a pas diminué celui de la mémoire paternelle.

  • 20 Les informations manquent pour 2 de ces grands-pères.

36Au moins 8 auteurs20 ont fréquenté leur grand-père maternel même si c’était sous les signes de l’enfance et de l’adolescence. Alors qu’ils sont seulement 2 à avoir connu leur grand-père paternel. Camille Delérable a côtoyé son grand-père maternel jusqu’à l’âge de 14 ans, Lilian Collas jusqu’à 17 ans et Auguste Armand jusqu’à 21 ans. Ainsi, les auteurs ont été très majoritairement inscrits dans une configuration telle que la transmission orale de la mémoire de leur grand-père paternel a été inexistante, et le souvenir de celui-ci nettement moins présent parce que décédé depuis longtemps. Alors que la transmission de la mémoire de leur grand-père maternel a été, pour eux, une source vivante. Ils partagent cette spécificité avec leur fratrie.

  • 21 FAUVE-CHAMOUX Antoinette (1994), « Mariages sauvages contre mariages-souches : la guerre des cadet (...)

37L’écriture généalogique mobilise donc les fils et filles de père cadet (ou benjamin) et très majoritairement des cadets (ou benjamins) issus de lignées cadettes. Pourquoi ? La fréquentation de leur père et grand-père paternel n’est pas moins longue que celle de leurs aînés. La chance de voir s’oublier leur mémoire paternelle n’est pas plus grande non plus. Ont-ils alors à souffrir plus que leurs aînés de l’oubli de celle-ci ? La réponse à ces questions se trouve dans les caractères sociologiques des trajectoires de cadets. En effet, les branches cadettes étaient les plus assignées à la mobilité géographique et sociale au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle. Émigration rurale, problématique d’intégration locale et ascension sociale touchent moins les branches aînées qui sont vouées à la stabilité et à la conservation du patrimoine familial. Ainsi, placées hors de leur champ patrimonial, les branches cadettes ont besoin d’un autre patrimoine familial, lui, symbolique, auquel se rattacher et faire référence, mais pouvant se transporter et se partager sans perte d’une génération à l’autre. L’écriture généalogique répondrait à la nécessité de s’accompagner des preuves de sa position sociale. Comme le dit aussi Antoinette Fauve-Chamoux dans son article sur la mentalité de la famille souche des Pyrénées au XXe siècle, on peut penser que les branches cadettes réagissent au poids de représentations sociales tendant à les affilier à leurs maternels : en effet, le plus souvent, dans cette région, leur maison était désignée par le prénom de l’épouse du cadet fondateur, la lignée cadette étant considérée comme une lignée bâtarde. Leurs racines étaient donc considérées comme féminines21. Ce point de vue rejoint la question du poids des maternels dans les fratries des généalogistes. Ce poids se conjugue chez elles avec le délestement attendu patrimonialement de celui des paternels, ce qui les différencie des lignées aînées.

1. 2. Le profil généalogique des auteurs

38Quel est le profil généalogique des auteurs des récits ? Étaient-ils plutôt dans un mouvement de continuité relativement à leurs ascendants ou bien de rupture ? Avaient-ils des craintes concernant leur postérité qui les auraient conduits à écrire pour perpétuer leur mémoire ?

1. 2.1. Des fils (filles) s’interrogeant sur leur postérité

  • 22 Les 3 fils aînés de Camille Delérable meurent très jeunes, les 2 premiers à la guerre de 1914-1918 (...)

39L’écriture généalogique est-elle l’apanage d’individus ayant eu une descendance ? Tout d’abord, les enfants ? Oui, tous les auteurs des récits sont mariés et ont des enfants. Ils ont donné naissance à au moins 3 enfants (et jusqu’à 12 enfants), soit une moyenne de 6 enfants si l’on compte les enfants nés et de 5,4 si l’on compte ceux qui ont atteint l’âge adulte. Tous, à l’exception d’un qui a seulement des filles, ont des enfants des deux sexes. Quatre d’entre eux ont perdu au moins un enfant (sans compter les fausses couches qui n’ont été déclarées que par un seul auteur)22. Donc l’inquiétude des auteurs pour leur postérité n’est pas un enjeu significatif si l’on considère le nombre moyen d’enfants qu’ils ont eus et les 7 auteurs qui n’en ont perdu aucun.

  • 23 Le nombre maximum de petits-enfants est 17. Deux auteurs sont dans ce cas. Florent Reynaud est une (...)

40Quant aux petits-enfants, ils en ont tous eu aussi. Quand ils terminent leur récit, 9 d’entre eux ont entre 1 et 39 petits-enfants. Deux n’en ont pas encore mais un de leurs enfants en attend un23. Ainsi, Camille Delérable n’a pas de petit-enfant quand il signe l’adresse de son récit, mais sa fille est enceinte de 7 mois. Lilian Collas en a 14. Quant à Auguste Armand, il en a eu 2, mais le premier est décédé à la naissance. Il explique dans un entretien que l’attente de son premier petit-enfant l’a poussé à achever la première version de son récit et l’attente de son deuxième l’a décidé à le faire imprimer. Camille Delérable a bien pu être dans un tel cas !

41Ainsi, les auteurs avaient des enfants et petits-enfants lorsqu’ils ont signé leur récit, l’attente du premier petit-enfant ayant déjà un impact sur la réalisation de l’ouvrage. Ils n’ont pas écrit faute de postérité. Mais ne pouvaient-ils craindre la disparition de leur patronyme ? Chez les 8 auteurs de sexe masculin, 5 savaient que leur patronyme continuerait d’être porté dans l’avenir à la signature de leur récit. Mais si l’on prend en compte le moment de l’engagement dans l’écriture, il n’y en a que 4. Et pour ces 4, le nombre de petits-fils, chez leurs fils, est restreint : entre 1 et 4.

  • 24 S’il y avait eu crainte, elle pouvait être justifiée car la postérité de son patronyme n’a pas été (...)

42Camille Delérable a 5 garçons, mais il en perd 3 : l’un décède en bas âge et les deux autres à la guerre de 14. Quand il signe l’adresse de son récit, ses deux autres fils sont encore jeunes : 24 ans pour le plus grand et 21 pour le dernier. Ils sont célibataires et sans enfant. Cet auteur n’a donc pas encore de petits-enfants portant son patronyme. Lilian Collas, lui, a 3 garçons, mais à la date de l’adresse, il ne lui en reste plus que 2 car son aîné est mort à l’âge de 42 ans, 3 ans avant. Les deux autres ont déjà une postérité qui lui donne 2 petits-fils24. Auguste Armand a 3 garçons dont l’aîné a 38 ans, mais n’est pas marié et n’a pas d’enfant. Le second est marié et a déjà eu un garçon, mais celui-ci est décédé à sa naissance, puis une fille. Le dernier est encore très jeune. L’auteur n’a donc pas de postérité du nom quand il rend public son récit. Ainsi, l’écriture généalogique ne dépend pas exclusivement d’un enjeu associé à la transmission du patronyme.

43Donc, si l’avenir du patronyme mesuré à l’aune de la postérité des auteurs n’était pas significatif, ne pouvait-il pas l’être en rapport à la descendance de leur père, ce qui pourrait permettre de faire se rejoindre hommes et femmes auteurs dans une même disposition ? Autrement dit, les auteurs avaient-ils pu craindre de porter, seuls, l’avenir du nom de leur père ? Il fallait savoir si aucun de leurs frères n’avait eu de fils et petits-fils du nom. La question peut aussi être posée en rapport à leur parentèle (leurs cousins germains et issus de germains).

44En ce qui concerne la postérité des neveux et petits-neveux du nom, 7 auteurs sur 11 ont entre 2 et 8 neveux du nom de leur père, et 5 d’entre eux, de 3 à 5 petits-neveux de ce même nom, lorsqu’ils publient leur récit. 4 n’ont donc ni neveu, ni petit-neveu. On constate donc que la postérité du nom du père n’est pas un enjeu engageant dans l’écriture généalogique. Camille Delérable n’a pas de petits-fils du nom mais 7 neveux et 3 petits-neveux de ce nom ; Lilian Collas a 2 petits-fils, 5 neveux et 5 petits-neveux du nom ; et Auguste Armand, pas de petits-fils, mais 4 neveux et 4 petits-neveux.

45Reste à se demander si une inquiétude avait pu porter sur la réduction du nombre de cousins du patronyme des auteurs, soit qu’elle ait été héritée d’une inquiétude du père, soit qu’elle se soit propagée parmi les membres d’une famille au patronyme trop peu répandu à leurs yeux. Deux réflexions des auteurs avaient amené à faire une telle hypothèse. Et l’on sait que la sociabilité bourgeoise puise de façon prioritaire dans la parentèle ! On sait aussi que le nom doit être réactivé à chaque génération pour conserver le renom de la famille et la notoriété des personnes qui le portent dans le milieu.

  • 25 Ni les auteurs dans leur récit ni les informateurs privilégiés ne peuvent dire si les premiers ont (...)

465 auteurs sur 11 n’ont aucun cousin germain portant leur patronyme. Les autres en ont entre 1 et 3. Il est donc difficile de dire que l’absence de cousins germains du nom a pu mobiliser les auteurs vers l’écriture généalogique. Quant aux collatéraux issus de germains, 7 auteurs n’en ont pas ou n’y font jamais allusion25. Quant aux cousins germains des pères – pour savoir si ceux-ci pouvaient avoir souffert d’en avoir peu – 5 sur 11, au moins, en ont entre 1 et 3.

47On est loin d’avoir pu amplement cousiner dans la branche paternelle à cette génération, mais le fait est que ce n’est pas une cause de l’écriture généalogique. Cependant, il faut examiner le cas de chaque narrateur car l’inquiétude a pu porter sur l’une ou l’autre des générations : un narrateur a pu avoir plusieurs cousins issus de germains du nom, mais pas de cousins germains ou vice-versa.

48Camille Delérable n’a pas de cousins du nom, ni germains ni issus de germains ; son père n’avait pas non plus de cousins germains du nom. Ces cousins lui ont-ils manqué ? Rien ne le dit. S’est-il senti investi de la mission de donner un rayonnement au patronyme avec l’écriture, faute de compter sur leur présence pour le lui procurer ? Il ne le mentionne jamais comme tel. Il écrit quand même dans l’adresse de son récit que sa génération demeure la dernière dépositaire des traditions orales d’alors. Ainsi, il a encore son frère aîné en vie, mais pas de cousins et c’est lui qui se fait l’auteur.

49Lilian Collas a bien deux cousins germains du nom, mais aucun n’a eu de postérité, et son père n’avait pas de cousins du nom non plus. Ainsi, la transmission du patronyme a reposé sur sa lignée. A-t-il souffert de l’absence de cousins ? Il est difficile de le savoir. Il a pu craindre de voir se réduire la notoriété de son nom si le rétrécissement du nombre de ses porteurs se poursuivait. La seule référence aux collatéraux de sa famille dans son récit porte en effet sur leur absence ; cependant il s’agit de l’absence non des collatéraux de son époque, mais de ceux des générations précédentes : en effet, à la première page de son récit, il invite ses lecteurs à imaginer que les nombreux porteurs du patronyme habitant la région de ses origines pouvaient bien être les descendants des frères et sœurs inconnus de ses ascendants.

50Auguste Armand a un cousin germain du nom, mais qui a eu 2 filles, et 10 cousins issus des 3 cousins germains de son père. Il a donc des collatéraux nombreux portant son patronyme. La question qui se pose vis-à-vis de celui-ci en rapport à sa parentèle n’est pas pour autant éliminée, mais elle se pose autrement pour lui. En effet, il est le premier membre de sa lignée paternelle à démontrer que l’origine familiale est bourgeoise et non aristocratique : aussi, une telle révélation heurte de plein fouet la conception que sa parentèle a de son nom et elle dérange.

51Si l’on observe la parentèle de Damien Palluis par exemple – ou plutôt de sa coauteur – il n’y a ni cousins germains ni issus de germains de son patronyme. Son père a un seul cousin germain. Aînée de sa fratrie, distanciée de sa première sœur par six années et de son premier frère par dix années, elle se trouve longtemps seule et première de sa génération à porter le nom de son père. Mais elle aura 5 neveux qui pérenniseront le nom. En revanche, si l’on considère Thierry Guilbert, il a 2 cousins germains et 2 issus de germains du nom, son père ayant lui aussi 2 cousins germains. Un seul de ses cousins et un seul de ceux de son père ont eu une descendance. À l’heure où il achève son ouvrage, sa descendance ne perpétuera pas le nom de son père, mais 3 de ses petits-neveux et 3 de ses petits-cousins le feront pour l’ensemble de la parentèle.

52Ainsi, la parentèle du nom des auteurs n’est majoritairement pas ample. On voit qu’elle peut être un objet de préoccupation pour ceux-ci. Doit-on pour autant conclure un lien direct entre l’étroitesse de la parentèle et l’écriture de l’histoire familiale ? Sans doute. Mais il devra être confronté à la présence d’autres facteurs pour s’en assurer. En revanche, être marié et avoir des enfants et petits-enfants caractérisent un auteur bourgeois. Il peut commencer sa quête généalogique comme père ou mère, mais il lui donne forme de récit quand ses enfants ont des enfants eux-mêmes. La question de l’ampleur et du sexe de cette postérité n’est pas un enjeu significatif. C’est l’existence même d’une postérité au-delà des enfants qui est le facteur décisif pour devenir auteur : sans petits-enfants pas de récit généalogique arrivé à sa fin ! La venue de l’âge canonique ne suffit pas pour s’adonner à la pratique généalogique, au moins pour aller jusqu’à faire un récit. Il faut être entré en grand-paternité.

1. 2.2. Des fils (filles) de lignées bien établies à Lyon

53Faut-il avoir des ancêtres établis depuis plusieurs générations dans une même ville ou un même bourg pour être le signataire d’un récit bourgeois et si tel est le cas, dans combien de branches trouve-t-on une ancienneté ? L’auteur habite-t-il ce même lieu aussi ?

54Si l’on considère la génération des bisaïeuls, tous les auteurs ont au moins 1 de leurs 4 couples d’arrière-grands-parents qui habite la ville de Lyon, que ceux-ci soient de la branche paternelle ou maternelle. Cinq auteurs en ont au moins 2. Et 2 les ont tous les 4. Ainsi, pour être auteur, faut-il avoir au moins 3 générations d’une lignée derrière soi ayant habité la même ville ? Peut-on remarquer une branche installée à Lyon depuis plus longtemps que les autres ? Oui, et si l’on compare les maternels et les paternels, on trouve une différence : sur les 21 bisaïeuls lyonnais, on trouve 8 branches paternelles plus établies (1 inconnu) pour 13 maternelles (3 inconnus).

  • 26 On ne constate pas d’origines rurales communes aux premiers ancêtres des bourgeois lyonnais, si ce (...)

55Si on observe de près la lignée patrilinéaire, 5 sur les 11 auteurs ont des bisaïeuls ayant résidé à Lyon. Les bisaïeuls des autres, eux, ont vécu dans les régions environnant la cité : l’Ain, l’Ardèche, la Drôme et la Savoie26. Les autres branches paternelles de ces 5 auteurs ont-elles, en proportion, plus d’ancienneté ? Si tel était le cas, on pourrait penser qu’il existe un enjeu concernant le degré d’ancienneté de l’intégration dans la cité de la lignée patrilinéaire. Or on constate que 3 seulement parmi ces 5 auteurs ont leurs autres bisaïeuls paternels à Lyon. Ainsi, si 5 auteurs ont au moins un des deux couples de leurs bisaïeuls paternels lyonnais, les 6 autres n’en ont aucun.

56Pour les couples de bisaïeuls maternels lyonnais, tous les auteurs en ont un des deux ayant résidé à Lyon (une inconnue). On repère 7 arrière-grands-parents pour la lignée du grand-père, et 6 pour celle de la grand-mère. On peut ainsi constater que les maternels ont plus de présence dans la cité. Les auteurs sont des individus mieux enracinés par cette branche que par celle des paternels. On n’écrit donc pas parce que sa lignée patronymique a le plus haut degré d’ancienneté à Lyon – à l’aune au moins de ses bisaïeuls – car certains auteurs ont leurs deux branches établies avec la même profondeur généalogique, ni à cause du contraire. En revanche, on écrit dans un contexte dans lequel l’enracinement lyonnais maternel est plus fort ou au moins égal.

  • 27 Les 2 cas qui font exception sont l’auteur du récit de Cyril Ramel, dont la ville d’élection n’est (...)

57Si l’on considère le degré d’ancienneté de ces familles à Lyon au-delà des bisaïeuls, c’est-à-dire en prenant en compte les branches paternelles et maternelles de ces bisaïeuls, on constate que dans la branche patrilinéaire, seulement 4 auteurs sont implantés par leur lignée à Lyon au-delà de leurs bisaïeuls : 2 par les hommes et 3 par les femmes. Si l’on observe toutes les autres branches, on peut voir qu’elles ne sont pas souvent plus anciennement implantées à Lyon au-delà des arrière-grands-parents (5/11). Mais il faut remarquer une autre donnée pour évaluer l’ancienneté d’une famille bourgeoise dans sa cité. En effet, plusieurs ascendants directs ayant résidé hors de Lyon appartiennent à la noblesse. Ils apportent de l’ancienneté aux auteurs, non par leur implantation géographique, mais avec le réseau spécifique de leur élite ouverte à la fois sur la ville et sur le pays. On peut ainsi trouver chez 9 auteurs sur les 1127 une branche noble au minimum dans leur filiation et qui remonte amplement au-delà de leurs bisaïeuls. 3 auteurs en ont une, au moins, parmi les trois autres branches paternelles et 9 en ont une, au moins, parmi leurs maternels. On compte 5 ascendants paternels et 12 maternels connus appartenant à une lignée noble. Il est difficile d’aller plus loin dans l’analyse des informations car on se heurte à trop d’inconnus.

58Quant à la résidence des grands-parents, est-elle à Lyon ? Pour les grands-parents paternels, elle l’est dans 8 cas sur 11 et pour les grands-parents maternels, dans tous les cas. Les parents des auteurs, eux, ont tous habité la cité. Pour les auteurs eux-mêmes, c’est le cas seulement dans 6 cas sur 11. Mais en fait, l’expatriation n’est pas totale pour les 5 autres auteurs : ils vivent dans une autre ville, mais aussi à Lyon ou plus exactement dans leur maison de famille proche de Lyon où ils côtoient tout un réseau de relations associé à la ville. Ainsi, la généalogie est l’œuvre d’auteurs résidant à l’intérieur ou tout près du milieu local dans lequel leur famille est anciennement implantée.

  • 28 GOTMAN Anne (1988), Hériter, p. 113.

59Ainsi, l’ancienneté donne une antériorité et un crédit sur l’avenir, dit Anne Gotman. « Elle est le signe de la maîtrise symbolique du temps28. » En effet, on a vu que par leur père ou par leur mère, les auteurs occupaient une place de choix pour mettre à profit à la fois cette antériorité et ce crédit offerts avec l’ancienneté de l’installation de leurs lignées dans la cité. Tous ont leurs parents lyonnais et leurs grands-parents de même par au moins une de leurs branches. Ils ont aussi au moins un bisaïeul lyonnais, que ce soit en lignées paternelles ou maternelles. Il n’y a pas de branches établies depuis plus longtemps que les autres si l’on se limite à l’horizon des arrière-grands-parents. Mais, si l’on observe au-delà, on voit que 9 des auteurs ont au moins une branche maternelle noble dont les aïeux sont connus depuis plus longtemps que les autres. On peut ainsi conclure que la préséance de l’ancienneté dans leur élite se trouve chez leurs maternels. Cette configuration de leur filiation est un facteur pertinent pour comprendre pourquoi une conscience généalogique de leur identité a émergé chez eux. Quant à leur trajectoire résidentielle, on a vu qu’ils ne vivaient pas tous à Lyon, mais que se trouver en dehors ne signifiait pas être expatrié à cause de la multilocalisation de leur mode de vie.

1. 2.3. Des fils (filles) de lignée patrilinéaire en ascension sociale

60Quelles ont été les trajectoires sociales des lignées de la filiation des auteurs et plus particulièrement de la branche patrilinéaire ? Cette dernière était-elle en ascension sociale ? Porte-t-elle des traits qui pourraient favoriser l’émergence d’une conscience généalogique de soi et pousser à l’écriture ?

  • 29 Dans la mesure où une logique transcende nettement les rapports aux études et professions des acte (...)

61Si l’on examine le niveau des études et la profession des auteurs et de ses ascendants, que repère-t-on ? Tout d’abord, les auteurs eux-mêmes : 8 ont fait des études supérieures : soit tous les auteurs de sexe masculin, à l’exception d’un29. 6 diplômes dépassent au moins de 5 années le baccalauréat : 3 auteurs sont polytechniciens, 1 ingénieur, 1 docteur en droit, 1 docteur en médecine. Les 2 autres ont au moins 3 années après le baccalauréat. Les 2 femmes auteurs n’ont pas le baccalauréat ; celle qui est coauteur est licenciée. L’auteur n’ayant pas de diplôme est un autodidacte. Il eut d’abord des précepteurs dans sa jeunesse, puis se forma par lui-même. Six auteurs sur les 8 auteurs de sexe masculin ayant un diplôme en ont un plus élevé que leur père (un auteur ingénieur a eu un père licencié en droit, mais qui a repris ses études et obtenu un doctorat ès-sciences politiques et économiques à 47 ans) et 2 équivalents.

  • 30 Veuve à la Révolution, elle est obligée par le Comité révolutionnaire de rouvrir un atelier. Rappe (...)

62Les professions de chacun sont, pour les hommes, respectivement officier, notaire, entrepreneur, directeur dans le Génie maritime, médecin spécialiste, professeur de lettres classiques en école privée, directeur d’une affaire d’équipement hospitalier, professeur de droit à l’Université catholique, ingénieur en chef des chemins de fer. Pour les femmes, seule 1 sur les 2 travaille : elle est fabricante30. Ainsi, chez les auteurs, le secteur privé est largement plus représenté que le secteur public et le salariat s’impose massivement. Au début de la vie des auteurs de sexe masculin, on compte 6 salariés sur 9. Aux trois quarts de celle-ci, on en observe un de plus ; un autre se retrouve sans emploi. Leur appartenance au salariat n’est pas le fait d’une époque spécifique. Il est difficile de déterminer la pente sociale qu’a prise la trajectoire professionnelle de cette génération par rapport à la précédente, avec ces seules informations.

63Pour ce qui concerne les pères des auteurs, 6 sur 11 ont fait des études supérieures : 1 docteur en médecine spécialisée, 4 licenciés (dont 1 devenu docteur ès-sciences politiques et économiques à 47 ans) et 1 ayant effectué des études de philosophie et de théologie. Leurs professions proviennent exclusivement du secteur privé : ils sont propriétaires, entrepreneurs, négociants, notaires, artistes ou encore gynécologue. Trois ont été désignés comme rentiers à partir d’un moment de leur vie.

64Parmi les 11 grands-pères paternels, 4 sont diplômés du supérieur : 2 ont une licence et 2 sont docteurs. Ils sont entrepreneurs ou fabricants (5 d’entre eux), négociants, avocats, notaire, chirurgien, médecin-chef de service des hôpitaux, professeur et directeur de l’École vétérinaire, professeur à l’Université catholique, artiste. Leurs professions appartiennent aussi principalement au secteur privé. Chez les grands-pères maternels, 2 sont diplômés du supérieur : école navale et médecine. Quant à leurs professions, ils sont professeur en médecine et chef de service des hôpitaux, fabricant joaillier, négociant de soierie, imprimeur et régisseur. Certains n’ont pas exactement de profession : ils ont des fonctions comme greffier au Tribunal de commerce ou sont propriétaires (rentiers). En fait, ils appartiennent à l’aristocratie ou à la noblesse.

65En ce qui concerne les 11 arrière-grands-pères en lignée patrilinéaire, il n’y en a que 2 qui ont poursuivi des études supérieures : ils ont une licence. Leurs professions viennent toutes du secteur privé. Ils sont, respectivement, avocat-magistrat, agent de change, notaires, propriétaires-exploitants, entrepreneurs, artisans, négociants. On commence à trouver, à ce degré de génération, des professions d’artisan et de cultivateur, mais aussi des professions identiques à la génération des grands-pères. Pour les autres bisaïeuls, les niveaux du diplôme sont semblables et les professions ne diffèrent pas. Ce qui change, c’est l’enjeu de l’appartenance à l’aristocratie et à la noblesse des maternels.

66On constate donc que, du point de vue du diplôme et de la profession, la pente de la trajectoire sociale intergénérationnelle patrilinéaire des auteurs est en ascension, mais n’est pas pour autant graduelle et linéaire. On y voit des phases de stabilité et, pour la génération des auteurs, un certain nombre de paradoxes. Quand on regarde plus finement ces trajectoires, on constate que, du point de vue du diplôme, les auteurs de sexe masculin sont majoritairement sur une trajectoire sociale ascendante par rapport à leur père. Trois sont sur une trajectoire stable. Ils ont tous le niveau de diplôme le plus élevé de leur lignée, à l’exception d’un. La comparaison du niveau de leurs activités professionnelles avec celui de leur père montre qu’ils n’appartiennent plus au monde des affaires. Ils sont à leur génération plutôt des hauts fonctionnaires, des cadres supérieurs et des professions libérales et intellectuelles. Leur niveau de vie est devenu dépendant de rémunérations salariales. Aucun ne semble avoir vécu une grande aisance financière, quoiqu’il n’y ait pas été fait allusion directement dans les récits ou dans l’enquête. Du point de vue économique, les auteurs sont sur une pente descendante, même si leurs revenus restent encore très importants pour certains. Les pères des auteurs sont quasiment tous stables socialement relativement à leur propre père ; l’ascension sociale est achevée avec eux. Cette pente est en partie le reflet de la conjoncture économique de l’époque des auteurs du XXe siècle, qui se trouvent en plus grand nombre dans l’échantillon, mais le contexte ne suffit pas à l’expliquer, car les autres auteurs qui ont vécu au siècle précédent ont subi aussi cette descente.

  • 31 Nous avions des documents permettant de montrer les niveaux financiers de certains membres des fam (...)

67Plus précisément, les auteurs se sont trouvés en position de perdre des avantages acquis. Par exemple, plusieurs d’entre eux ont vu leur carrière brisée ou arrêtée en deçà de leurs possibilités : la carrière militaire suite à un positionnement politique pour Camille Delérable, la carrière de notaire suite à des problèmes financiers pour Lilian Collas, une retraite fortement anticipée pour Auguste Armand qui a dû avoir recours alors au soutien de son père, la carrière à l’Université catholique empêchée d’aboutir à cause de la préférence donnée à un autre professeur qui était plus en vue aux yeux de la direction. Mais on trouve aussi d’autres pertes comme le morcellement de la fortune pour Damien Palluis, la dévalorisation à cause de son appartenance à la bourgeoisie dans les années 1960-1970 pour Thierry Guilbert, enseignant, un mariage avec un cousin du village des origines pour faire plaisir à son père alors que son père, ses sœurs et frères ont fait de beaux mariages pour Marie-Joséphine Detilleul31.

  • 32 Nous aurions pu appliquer des indices calculés selon la méthode utilisée par Maurizio Gribaudi (19 (...)

68Ces avantages perdus sont-ils à proprement parler des déclassements ou des décalages, au sens où en parle Isabelle Bertaux-Wiame ? On aurait pu répondre si on avait pu comparer la position des auteurs avec celle de leurs frères et de leurs cousins, et avec celle de leur descendance, car on l’aurait évaluée en rapport à des enjeux internes à la famille. Mais l’étude était trop complexe à cause du trop grand nombre de variables qu’on savait ne pas pouvoir maîtriser, pour l’engager sur un si petit nombre de familles32. Il fallait pouvoir évaluer la résultante, pour chaque membre des fratries et chaque cousin, des interactions entre niveaux d’étude, niveaux de vie, catégories socioprofessionnelles, origines sociales des deux parents pour les cousins, etc., et la comparer à celle des auteurs. Certains auteurs n’ayant pas de fratrie, on n’a pas pensé pertinente une telle analyse. Ayant constaté aussi que le rapport à la parentèle n’était pas un enjeu stratégique essentiel pour eux, on a conclu que le déclassement, si on pouvait le définir ainsi, se posait d’abord relativement à la filiation patrilinéaire.

69Tous les auteurs ont-ils ressenti ce déclassement comme inquiétant ? Rien ne le dit, car aucun ne s’est exprimé sur ce point. Ce sont leurs descendants qui, apportant des informations sur l’histoire de l’auteur du récit de leur famille, permettent de le repérer. Aucun non plus ne l’a évoqué dans son récit, comme tel. En revanche, on le verra, rien n’empêche de supposer que ce déclassement a créé chez tous une inquiétude silencieuse d’un risque de descente sociale pour leurs descendants. Quoi qu’il en soit, un déclassement caractérise le profil d’un auteur de récit bourgeois, plus exactement un déclassement partiel car d’autres secteurs de la vie sociale au contraire participent à l’ascension de la famille, comme le niveau des études. Les récits généalogiques ont-ils la visée de réagir à un déclassement ? Sans doute, mais il ne s’agit que d’une cause parmi d’autres tout aussi importantes. Aident-ils à un reclassement, à un recalage ou à une remontée sociale, ou au moins à un retour à la stabilité à long terme des auteurs ou de leur descendance ? S’ils n’avaient pas été écrits, celle-ci aurait-elle eu un moins bon sort ? Ni Isabelle Bertaux-Wiame ni d’autres chercheurs ne répondent à cette question. On ne l’a pas vérifié systématiquement, mais au moins à travers la connaissance des niveaux d’études et des carrières des enfants et petits-enfants des auteurs, on ne voit pas de descente sociale globale après la génération des auteurs. Les récits généalogiques ont pu avoir les effets de stabilisation du maintien dans le groupe d’appartenance escomptés !

70L’origine de l’ascension sociale est toujours clairement remise à un ascendant défini dans l’histoire familiale. Aucune hésitation sur son identification : il s’agit de l’ancêtre enracineur, comme l’appelle André Burguière. Cet ascendant a un profil qui montre un homme ayant quitté son village ou son bourg d’origine pour se rendre à Lyon et y entamer une vie qui rompt définitivement avec celle de ses propres ascendants. Il est toujours dépeint comme un homme en rupture de la continuité socioprofessionnelle de sa lignée et ayant accompli de hauts faits en rapport à son contexte sociohistorique, qui le distinguent de tout autre membre de la famille. Ainsi faut-il avoir eu un ascendant frappé du statut d’exception et méritant pour instruire le procès généalogique de sa famille.

  • 33 Nous avons compté comme diplôme supérieur le diplôme de maître-chirurgien de l’ancêtre fondateur d (...)

71Si l’on observe les niveaux d’études des générations entre l’ancêtre enracineur et le père de l’auteur, on s’aperçoit que l’ascension se fait progressivement par l’ascension des diplômes, mais que chaque ascendant ne gravit pas un échelon à chaque génération : dans toutes les lignées, il y a au moins sur deux ou trois générations reproduction du diplôme, mais jamais de régression. Les ancêtres enracineurs n’ont majoritairement pas de diplôme supérieur (7/11)33. Pour les professions, on remarque que presque toutes les ascensions, à partir d’eux, ont commencé dans les affaires (8/11).

72Du point de vue des professions des ascendants à partir de l’ancêtre enracineur, même progression : elles gravissent l’échelle avec les affaires ou avec la robe plus discrètement, mais une à trois générations après sont stables. L’aisance financière d’emblée est à son maximum à la génération des ancêtres enracineurs pour les ascensions nées des affaires, soit la très grande majorité des cas. Elle est, après, le fruit du profit réinvesti par les générations précédentes : profit dont les auteurs montrent qu’il peut apporter de nouveaux acquis, mais aussi des fragilités intrinsèques. L’ascension sociale est donc surtout repérable dans l’augmentation des diplômes et plus dans la consolidation du patrimoine économique que dans son accroissement continu. Pour la variable de l’intégration dans la cité, elle vient renforcer la position professionnelle proportionnellement à l’ancienneté des ascendants et de leurs alliés.

  • 34 L’auteur du récit explique que sans doute l’industrie de la chapellerie dans laquelle son arrière- (...)

73Dans l’histoire de Camille Delérable, l’arrière-grand-père né dans le premier tiers du XVIIIe siècle, quatorzième enfant d’un notaire, lui-même fils de notaire dans le Rhône, est l’enracineur à l’origine de l’ascension sociale familiale. Il ne fait pas d’études et part travailler dans une fabrique de chapeaux à Lyon. Quelques années plus tard, il s’associe avec son beau-père, chef de l’entreprise, puis avec son beau-frère et reprend celle-ci à son compte avec son fils34. La société prospère et permet d’acheter des biens immobiliers ; elle exporte. Mais lors de la Révolution, ce bisaïeul entre au comité de surveillance d’une section comme commissaire pour prendre part à la résistance de la ville. Il sera arrêté puis guillotiné place de l’Hôtel de Ville. Ses biens seront confisqués, à l’exception du logement laissé à son épouse et à ses enfants. Son fils aîné, le grand-oncle de l’auteur, travaille à la restitution des biens familiaux et remonte, avec ce qu’il en reste, la fabrique. Puis il s’en retire pour laisser la place à ses deux frères, dont un seul, le grand-père de l’auteur, continue finalement la tâche.

74Celui-ci se lie, au début du XIXe siècle avec deux associés, dont l’un deviendra en 1812 son beau-père. Leur fortune en 3 ans devient considérable. À 45 ans, il abandonne la direction de la fabrique. Sans doute a-t-il vécu après de ses rentes. Son second fils, le père de l’auteur, a alors 9 ans. À 26 ans, il prend une maison de soierie, mais « il n’y réussit pas très bien » et achète un domaine dans la Loire, où il s’installe, « tous ses goûts [étant] pour la vie à la campagne ». Il eut « une existence de gentilhomme campagnard ». L’auteur, son cinquième enfant, montera à Paris pour faire ses études supérieures et deviendra polytechnicien. Il entrera dans l’armée comme officier et ses idées politiques le pousseront à s’engager dans les affaires de l’État. Mais sa carrière en pâtira : elle s’arrêtera au grade de colonel. Certains de ses enfants se sont établis à Paris, mais lui reviendra, à sa retraite, dans sa maison de famille près de Lyon.

75On voit ici que seul l’auteur a effectué des études supérieures et son diplôme est au plus haut degré de la hiérarchie : polytechnicien. Ses ascendants antérieurs à Lyon sont déjà notaires sur deux générations, donc déjà des notables dans leur région d’origine. Ceux qui vécurent dans la ville font une rupture géographique d’abord puis professionnelle et travaillent dans les affaires, les deux plus anciens trouvant alliances conjugales et professionnelles en même temps pour des affaires prospères, et le père de l’auteur s’en préoccupant un temps, mais devenant rentier. La fortune a été accumulée au fur et à mesure des générations. Il y a bien eu ascension sociale. On ne sait pas quel était l’état de la fortune au décès du père de l’auteur. Aucun des indices recensés n’indique une descente sociale relativement au niveau de vie. Mais que penser de la régression professionnelle de l’auteur ? Peut-elle avoir produit un sentiment de déclassement chez celui-ci ? Ce sentiment a-t-il pu favoriser ou provoquer l’écriture ?

76Dans l’histoire de la lignée patrilinéaire de Lilian Collas, son grand-père, né à la fin du XVIIIe siècle dans un petit village d’Ardèche, est l’enracineur qui a provoqué l’ascension sociale. Il exploite une propriété comme les quatre générations qui le précèdent, mais rompt avec le mode de vie de ses pères et part dans la grande ville la plus proche pour monter une fabrique de rubans qui prospéra. Il y fit entrer l’aîné de ses garçons (l’oncle de l’auteur). Son autre fils, le père de l’auteur, quitte la ville pour aller faire une licence de droit à Paris. À son retour, il achète une étude de notaire dans une petite ville, près de Lyon, qu’il ne quittera qu’à son vieil âge pour rejoindre son fils installé à Lyon pour ses études.

  • 35 Cette information ne se trouve pas dans le récit généalogique. C’est un petit-fils qui nous l’appr (...)

77L’auteur, le dernier de la famille, fait sa licence de droit à Lyon et y devient notaire, mais son étude a des difficultés financières qui l’obligent à s’associer et à finir sa carrière comme clerc35. Dans cette lignée, auteur et père ont fait les mêmes études et eu la même profession. L’ascension sociale due à l’aisance financière se fait à la génération qui les précède. C’est aussi après une rupture de la continuité professionnelle et résidentielle que se fait l’ascension. Comme dans le cas précédent, l’auteur connaît un revers professionnel mais aussi financier.

78L’ascension sociale de la lignée d’Auguste Armand commence avant son bisaïeul. Elle est réalisée par l’aspirant chirurgien, son aïeul au 5e degré, qui migra à Lyon pour passer un concours. Celui-ci naquit au début du XVIIIe siècle, en Languedoc. Il était le fils et le petit-fils de bourgeois notables de village. Il réussit le concours lui permettant d’être reçu garçon puis maître-chirurgien de l’Hôtel-Dieu à Lyon et aura tous les bénéfices ayant trait à sa charge. Son fils, né à Lyon, fera des études de droit et deviendra procureur. Son petit-fils, né aussi à Lyon fait les mêmes études et devient, lui, avoué. Puis son arrière-petit-fils – l’arrière-grand-père de l’auteur – toujours lyonnais, continue dans la même lignée, mais se lance dans une carrière d’avocat brillante : son chiffre d’affaires, « qui est inscrit sur son carnet, indique une progression constante ». Puis 25 ans plus tard, après avoir été bâtonnier de l’ordre, il devient magistrat, mais des engagements politiques l’obligent à revenir à son premier choix.

79Le grand-père de l’auteur, lyonnais toujours, fera aussi sa licence de droit et deviendra avocat. Quant à son père, il quitte le destin robin de ses quatre ascendants, pour faire une licence ès sciences-chimie et entrer dans les affaires : il monte une entreprise d’emballage et se retire vers l’âge de 55 ans sur ses terres, pour s’installer finalement dans la propriété qu’il avait achetée, dans l’Allier, vivant de ses rentes. L’auteur, son fils, ne fait pas d’études supérieures stricto sensu et entre dans l’entreprise de son père puis en achète une autre pour son compte. Mais les difficultés de gestion l’obligent à prendre une retraite anticipée.

80Ainsi, cet auteur est bien issu d’une ascension sociale de sa lignée patrilinéaire. Cette ascension commence à une génération plus ancienne que celle des précédents auteurs. Mais, si les capitaux s’accumulent progressivement, ils sont le fruit d’une acquisition lente. On remarque une stabilité du diplôme sur trois générations. Le père de l’auteur devint rentier, le signe d’une aisance certaine. Là aussi, l’auteur s’est trouvé confronté à des difficultés d’ordre professionnel et d’ordre financier.

81L’ascension sociale des patrilinéaires, dans le récit de Damien Palluis, commence avec l’ascendant qui installa la famille à Lyon : un trisaïeul qui naquit dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, dans un village de l’Ain. Son père était le fils d’un journalier devenu laboureur, mais qui décéda avant même la naissance de son fils. Ce dernier fut boulanger puis devint, à l’âge de 30 an, minotier et négociant en grains et émigra dans une ville voisine. Quand il a 50 ans, il est à Lyon et est alors qualifié de propriétaire rentier ; il a une situation aisée. Son seul fils encore vivant – l’arrière-grand-père de l’auteur – quand il arrive avec son père dans la cité, est encore enfant ou très jeune homme. Il fut le premier de la lignée à faire des études supérieures : une licence de droit. Puis il devint notaire à Lyon. Il participa aux transactions immobilières provoquées dans la ville par le percement de la rue Impériale, ce qui apporta à son étude une activité exceptionnelle. Il constitua une fortune considérable. Il acheta de nombreux biens immobiliers, dont un immense domaine qu’il utilisera pour ses rentes, mais aussi comme propriété de plaisance. Les enfants des coauteurs y ont leurs propriétés de famille aujourd’hui, ainsi que leur fratrie et de nombreux membres de la parentèle.

82Le quatrième enfant, devenu fils aîné, fut aussi notaire à Lyon et reprit les affaires de son père. Il eut un grand train de vie mais une mauvaise santé. Sa fille aînée, la coauteur, donc, fit une licence d’anglais. Elle quitta Lyon pour Paris avec son époux et ses deux enfants en 1945, pour remplir les obligations du poste de son époux (ingénieur polytechnicien) : elle y prépara un diplôme de bibliothécaire puis mit en place un service de bibliothèque dans des hôpitaux, qu’elle dirigea. Les deux auteurs reviendront, plus tard, résider plusieurs années à Lyon, puis repartiront à Paris. Aujourd’hui, ils vivent dans la capitale, mais depuis que lui est définitivement à la retraite, ils passent les saisons d’été et vacances scolaires dans leur propriété de famille, à la lisière des propriétés de leurs enfants et de leur parentèle dans l’Ain. Mais ils s’inquiètent de voir la fortune se morceler avec le temps et avec elle les relations familiales.

83Dans la lignée patrilinéaire de l’auteur du récit de Cyril Ramel, la fortune arrive dans la seconde moitié du XIXe siècle avec la migration et l’installation du grand-père de l’auteur, dans un bourg proche de son village (Ain). Il y monta un gros commerce en puisant dans les ressources de sa famille restée au village et en vendant dans les grandes villes environnantes dont Lyon. Il y construisit une grosse maison, puis une seconde. Ses fils et petits-fils furent médecins, tous deux spécialistes à Lyon. S’il y a bien une ascension sociale dans cette lignée avec une migration et une aisance financière, on ne perçoit pas de déclassement à cette génération. Est-ce parce que celui-ci n’a pas été perçu par les informateurs ? Est-ce parce que l’auteur n’est pas, comme les précédents, le signataire d’un récit écrit, mais seulement d’un récit oral, ou que l’enjeu est différent dans la mesure où Lyon n’est pas le centre de son récit ?

84Dans l’histoire patrilinéaire de l’ascension de la famille de Thierry Guilbert, c’est l’arrière-grand-père de l’auteur, né peu avant la Révolution, qui quitte le bourg (Drôme) dans lequel sa famille est notable depuis plusieurs générations. Il fait un apprentissage de passementier loin de chez lui et se retrouve à Lyon à l’âge de 14 ans. Il s’engage dans plusieurs entreprises, mais n’y reste pas. Finalement, il revient dans l’une de celles-ci, de nombreuses années après. Il prend sa direction et la fait prospérer. Il investit dans d’autres affaires, ce qui l’amène à une très grande aisance financière. Mais il témoigne avec force de ses peurs permanentes de faire faillite et de ne plus pouvoir assumer les obligations de sa vie de famille. Son troisième fils (le grand-père de l’auteur) entra dans les affaires familiales pour lesquelles il passa plusieurs années en Égypte dans sa jeunesse, mais il semble qu’il n’y ait eu qu’une « situation secondaire ». Le fils de celui-ci (le père de l’auteur, second des fils du précédent) s’intéressa à plusieurs affaires commerciales et industrielles dont l’une l’amena en Colombie, « mais il eut une singulière malchance dans ses placements, étant trop bon et trop droit pour soupçonner dans certains cas, la malhonnêteté ». Il achète une propriété et semble avoir eu une vie de rentier. Rien ne dit que grand-père et père aient fait des études. L’auteur, lui, le dernier de 10 enfants (arrivés à l’âge adulte) fait des études de lettres classiques et devient professeur en établissement privé. Il se trouve en poste dans l’Indre-et-Loire quand il écrit l’histoire généalogique de sa famille. Il est très touché par le contexte sociologique de son époque (les années 1960-1970) qui l’interroge sur son appartenance bourgeoise.

85Concernant les ascendants en lignées maternelles, les niveaux d’études et les professions ne différent pas de façon significative par rapport à ceux des patrilinéaires. En revanche, plusieurs d’entre eux appartiennent à la noblesse. Il en est ainsi de plusieurs lignées alliées, à commencer par celles des enracineurs jusqu’à la lignée maternelle des auteurs. L’exposé de leur histoire et de leur généalogie témoigne rarement de leur ascension sociale. Il évoque plutôt leur condition supérieure et leur appartenance sociale comme un fait acquis. Ce fait sera approfondi plus avant. Ainsi, l’auteur de récit généalogique a une filiation dont la lignée patrilinéaire a été en ascension sociale d’abord, puis stable à partir de son père, avec un ancêtre enracineur ayant apporté l’honneur et la richesse à sa postérité, et une ou plusieurs lignées maternelles appartenant à la noblesse.

1. 2.4. Des fils (filles) de mères de condition supérieure aux pères

  • 36 Mais aussi, on pouvait penser que les auteurs eux-mêmes avaient fait des alliances spécifiques, ca (...)

86La présence nettement plus marquée de lignées nobles dans la branche maternelle des auteurs amène à s’interroger sur deux points. Cette branche est-elle de condition supérieure à celle des patrilinéaires ? A-t-elle eu une influence dans l’émergence d’une conscience généalogique chez les auteurs ? Les parents de ceux-ci étaient-ils eux-mêmes hétérogames ? Leur mère noble ? Dans un tel cas, la différence entre les modes de vie sociale de la lignée patrilinéaire et ceux de la lignée maternelle pouvait créer des enjeux de loyauté pour la continuité de leurs deux lignées36. Comment leurs parents négociaient-ils la transmission de leurs mémoires familiales ?

  • 37 Dans les critères d’estimation des bourgeoisies catholiques anciennes, la noblesse reste une condi (...)

87Tous les pères ont épousé des femmes appartenant par leurs lignées patrilinéaire ou/et maternelle à une catégorie sociale supérieure, dont 7 sur les 11 à la noblesse37.

88Camille Delérable donne très peu d’informations sur le mariage de son père. Celui-ci épousa la fille d’un greffier au Tribunal de commerce de Lyon, appartenant à la noblesse, qui, dira-t-il, « était en même temps un fin lettré, nourri aux sources les plus pures de l’antiquité classique, et un archéologue distingué ».

[…] Il épousa Mariane d’Arras […] fille de M. d’Arras, greffier au Tribunal de Commerce de Lyon, qui était en même temps un fin lettré, nourri aux sources les plus pures de l’antiquité classique, et un archéologue distingué.
Peu de temps après son mariage, Jacques Delérable acheta de la famille Ducoing la propriété de Pertuis, où il vint se fixer. C’est là qu’il éleva sa nombreuse famille dont on trouvera le détail et la descendance dans un tableau généalogique anexé. Un deuil cruel vint troubler une existence qui jusque-là s’était écoulée sans nuages. […] Sa femme mourait prématurément : mère de famille admirable, de qui on peut vraiment dire qu’elle possédait toutes les qualités de la femme forte de l’Écriture.

89L’auteur ne fera aucune autre allusion à sa mère dans son récit. Mais il a choisi le nom de celle-ci pour l’associer à celui de son père dans le titre de son recueil et pour être l’ancêtre éponyme de sa descendance.

90Pour le père de Lilian Collas, son mariage fut contracté avec une famille de la noblesse, aussi. Celle-ci résidait à Lyon, mais avait aussi plusieurs propriétés.

[…] Il épousa Marie-Sophie Laure Conavis, dont les parents habitaient à Lyon, rue de M. et avaient une propriété à Ra. où ils allaient de courant mai à fin août, et une autre à Donvie, où ils passaient les mois de septembre et octobre pour les vendanges.
La propriété de Ra. qui appartenait à Grand Mère Conavis était exclusivement d’agrément ; celle de Donvie qui appartenait à Grand père était en partie d’agrément et en partie de rapport. Elle comprenait notamment quatre vigneronnages et des prés plus la maison de maître et un jardin.
Le mariage avait été projeté entre l’Aumônier de l’hôpital de B., ami de mon Père, et le Curé de Bi., ami de la famille Conavis ; les premières entrevues eurent lieu sur l’initiative de ces deux amis.
Ma mère ne s’est jamais bien remise de ses couches après ma naissance : elle restait étendue sur une chaise longue une grande partie de la journée ; mais elle ne sortait ni ne descendait au jardin […].
Elle ne laissait rien transparaître de ses souffrances physiques ou morales.

91C’est la consultation d’un cahier manuscrit chez un petit-fils de l’auteur, sur lequel étaient dessinées les armoiries de la famille maternelle, qui a amené à enquêter plus profondément sur l’histoire de celle-ci et à entendre confirmer qu’elle avait bien été anoblie : sa filiation est mise en annexe et le père de l’auteur s’y trouve aux côtés de son épouse. Le sens en sera approfondi plus avant. L’auteur parlera plus loin de sa mère, mais c’est pour faire part de sa mort tragique à 43 ans, en même temps que celle de deux de ses sœurs encore enfants, à la suite d’une épidémie de typhoïde ; l’auteur avait alors 9 ans.

92Dans le récit d’Auguste Armand, il n’est fait aucune mention des parents de l’auteur, les propos relatés sur la famille s’arrêtant à son grand-père. Son père est désigné une seule fois en fin d’une généalogie paternelle. Sa mère a son ascendance en dernière page (juste avant les annexes). Elle appartient à une famille de l’aristocratie savoyarde. Le lecteur finit sa lecture du récit sur elle.

93Si l’on considère une époque plus ancienne, soit deux cents ans plus tôt, on voit que le père de Marie-Joséphine Detilleul épouse, à 36 ans, une femme appartenant aussi à la noblesse par son père : un mariage qui l’associa à une famille distinguée de Lyon et surtout à une mère estimée comme des plus respectables, estime l’auteur, une mère qui avait transmis à sa fille toutes les qualités que l’on peut désirer – un excellent caractère, douce, bonne, d’un abord affable, une gaieté soutenue, jamais de caprices, une humeur égale, annonçant la paix de l’âme.

94Pour l’exemple d’une alliance d’un père avec une femme appartenant à la noblesse, mais cette fois à une noblesse par la branche maternelle, on peut citer le cas du père de Julien Bélors, à la toute fin du XIXe siècle, qui épouse la fille d’une lignée de fabricants joailliers lyonnais et entre dans l’entreprise en qualité d’associé. Comme le dit son fils dans son récit : le contrat habituel de mariage se double d’un contrat de société qui accorde au gendre « droit de cité dans la maison Brabant ». Ce mariage lui apporte la sécurité pour son ménage, mais devient « une cage murée » pour lui. Il vivra à côté de son travail une vie intellectuelle, littéraire et artistique très animée, reprenant une thèse, éditant des poèmes, peignant, etc.

Les choses […] vont aller vite. Elles se passent par l’entremise de Francisque et d’Amélie Chollet pour sa part, et pour l’autre partie, de M. et de Mme Facier. Mme Facier est la belle-sœur de M. Léon Molinat, associé d’Ennemond Brabant, le futur beau-père. Y assistent outre les intéressés et leurs hôtes, Francisque et Amélie Chollet, Ennemond Brabant accompagné de son fils Auguste, jeune étudiant en droit, et M. Joannès Vatoux, frère de Mme Facier.

95Plus loin, l’auteur indique :

Le contrat habituel de mariage se double d’un contrat de société entre E. Brabant et son gendre, qui accorde à ce dernier droit de cité dans la maison Brabant en remplacement de M. Léon M., jusqu’ici associé, et qui s’en retire pour raison d’âge. L’établissement prendra désormais la dénomination de : Maison C. Va. -Brabant et Bélors, Fabricants Joailliers-Orfèvres.
Bien que mal dans sa peau dans cette « cage murée qu’est un magasin », selon sa propre expression, le bénéficiaire du contrat reconnaîtra par la suite que son beau-père lui avait fait une position pécuniaire enviable, en lui assurant le moyen d’élever une nombreuse famille, puisqu’il naîtra du mariage huit enfants.

96La lignée maternelle de son épouse appartient à une famille noble de verriers. Le grand-père est réputé au niveau national pour ses vitraux. Sa parentèle compte des membres de la société intellectuelle parisienne reconnus. La lignée patrilinéaire de cette épouse compte des orfèvres sur trois générations et est bien implantée à Lyon. Le père de l’auteur, orphelin très jeune, était lui-même sans fortune personnelle. Il était le fils du premier enracineur venu à Lyon de la Drôme. Il s’était inscrit au barreau de Lyon pour devenir avocat, mais, dit l’auteur, il n’y exerça pas car il manqua de relations : il entra dans la banque et y améliora sa position, ce qui lui permit enfin de s’établir en ménage. L’auteur reconnaît que son père entra dans un monde mieux nanti qui allait élargir ses horizons et lui donner une position devenue enviable. Mais de conclure ainsi son chapitre sur le mariage de ses parents : « À l’évidence, mon père n’était pas fait pour le commerce, celui-ci fût-il rehaussé d’un éclat de vaisselle plate et de pierres précieuses ! ».

97Pour le cas d’une alliance avec une épouse de condition bourgeoise supérieure, on peut mentionner le mariage du père de Florent Reynaud, dans la première moitié du XIXe siècle. Lorsque celui-ci aborde, dans son récit, l’histoire de ce mariage, il formule d’emblée des réserves explicites : les négociations furent conduites avec une rapidité qu’il n’approuve pas. Son père est le dixième enfant d’un marchand marinier très aisé venu d’un bourg du Rhône s’installer à Lyon. Il poursuit un temps dans les affaires, mais sa santé fragile l’amène à vivre comme rentier.

98La mère de l’auteur était la petite-fille d’un négociant en coton et denrées coloniales venu d’un village de la Loire s’installer à Lyon, et la fille d’un marchand de soie lyonnais devenu rentier. Ce dernier avait fait alliance avec une famille établie à Lyon depuis à peu près un siècle et qui y avait amassé dans le commerce et la banque une fortune considérable. L’auteur fait part du contrat de mariage de ses parents et le commente avec sévérité laissant voir les conséquences qu’il eut.

  • 38 HALBWACHS Maurice (1925), op. cit., p. 170.
  • 39 BERTAUX Daniel et BERTAUX-WIAME Isabelle (1988), Life stories, p. 21. Les auteurs précisent que «  (...)

99La récurrence de ces alliances hétérogames amène à retenir que l’écriture généalogique bourgeoise est l’œuvre de fils ou filles ayant une filiation dans laquelle le père est bourgeois et la mère de condition supérieure bourgeoise ou appartenant à la noblesse. Quel sens donner à ce rapport entre écriture généalogique et alliance hétérogame ? Comme le suggère Maurice Halbwachs, les pères ayant pénétré dans une sphère sociale plus élevée, ont pu oublier leur famille d’origine et se sont identifiés étroitement avec le groupe domestique dont l’accès leur a ouvert un monde plus considéré38. Les fils ont pu alors chercher à compenser cet oubli et cette identification en remettant la mémoire patrilinéaire en scène et en la restaurant par la mise en valeur de ses membres. Venus après une telle configuration familiale, les auteurs ont pu se trouver consciemment ou inconsciemment plus sensibles à l’enjeu d’appropriation symbolique des enfants pour la continuité des traditions familiales, et donc s’investir dans la transmission39.

  • 40 COENEN-HUTHER Josette (1994), op. cit., p. 235-236.

100Étant donnée leur position sociale et leur profession, les parents des auteurs ont chacun une mémoire familiale de type statutaire, selon les catégories de Josette Coenen-Huther. Dans un tel cas, on sait par les travaux de celle-ci que leurs deux mémoires ne peuvent pas coexister dans l’héritage symbolique de leurs enfants, que leurs porteurs soient homogames ou légèrement hétérogames, et ce d’autant plus lorsqu’ils appartiennent à une élite. En effet, une élite ne s’accommode pas volontiers de se voir concurrencée ou rabaissée, ne serait-ce que d’un échelon, par des familles moins prestigieuses qu’elle ; seul le « mieux-né » des conjoints a droit à une mémoire statutaire et en conséquence à une mémoire de continuité. En conséquence, « l’autre conjoint adopte, sauf exception, une attitude de discontinuité par rapport à sa propre famille »40.

101Dans le cas des parents des auteurs, on doit donc trouver des pères qui ont étouffé leur mémoire de continuité – c’est-à-dire une mémoire indiquant qu’ils faisaient partie d’une chaîne et qu’ils désiraient la voir se perpétuer – au profit des « mieux-nées » qu’étaient leurs épouses. Ce facteur vient s’accumuler aux précédents pour insister sur la problématique de l’effacement de la mémoire patrilinéaire.

  • 41 COENEN-HUTHER Josette (1994), ibid., p. 236.
  • 42 COENEN-HUTHER Josette (1994), ibid., p. 237-238. Les guillemets du terme culture sont dans le text (...)

102Dans le corpus que Josette Coenen-Huther analyse, la mémoire statutaire est le plus souvent le fait de l’homme41. Ce sont des épouses qui s’élèvent par leur mariage et mettent leurs racines entre parenthèses pour s’approprier la « culture » de la famille dans laquelle elles entrent. Dans un tel dispositif, les hommes peuvent compenser « l’esprit de famille plus marqué de leur épouse par leur avantage au plan de leur origine sociale »42. Dans le cas des parents des auteurs, il n’y a pas de tels jeux de compensation. Étant la « mieux-née », la femme est la pourvoyeuse de la mémoire statutaire de ses enfants et ce fait redouble la tendance naturelle de toute transmission spontanée de mémoire familiale. Étant donnés ces faits et lois, les auteurs ont hérité de la mémoire de leur branche maternelle. S’ils ont écrit l’histoire de leur lignée paternelle, c’est donc pour compenser la rupture de continuité de la mémoire de leur père et pourvoir leur famille paternelle d’une mémoire de continuité.

103Mais on peut se demander comment les auteurs ont pu aller à l’encontre de cet oubli, car leur mémoire aurait dû donner la priorité à leurs maternels. Comment et quand leur est venu le souhait de compenser la posture de leur père ? La modalité de leur alliance modifie-t-elle leur rapport à la mémoire de leur passé ? Leur arrivée à l’âge canonique amoindrit-elle l’impact de la différence sociale de leurs parents et leur permet-elle d’orienter leur perspective vers leurs propres enfants ? Il fallait un déclencheur qui les ait conduits à se tourner vers leurs paternels, à un moment donné de leur histoire. Et ce déclencheur devait se comprendre en rapport à ce contexte d’hétérogamie parentale.

104Tous les frères et sœurs des auteurs se trouvaient dans la même position qu’eux relativement à leurs parents et pouvaient comme eux écrire, même si le rang de cadet était plus disposé. Cela n’a pourtant été le cas que pour l’auteur. Alors quels enjeux ou quelles sollicitations particulièrement fortes ont poussé les auteurs, plus spécifiquement ? Est-ce leur sentiment de déclassement concernant leur propre trajectoire sociale qui a pu vibrer à l’impression d’effacement touchant leur père, ce qui a provoqué un sentiment de loyauté envers ce dernier ? Ou bien ce sentiment les a-t-il engagés à chercher une légitimation de leur position déstabilisée, par l’intermédiaire de leur lignée patrilinéaire ? Le débat se poursuivra plus avant.

105Avant de clore ce chapitre, on doit ajouter, pour montrer la complexité des enjeux, que si les auteurs sont les fils ou filles de pères montés socialement par leurs alliances, ils sont aussi les fils ou filles de mères descendues socialement par ces mêmes alliances. Ils (elles) se trouvent donc dans une configuration qui les fait monter socialement d’un côté et les fait descendre de l’autre.

106Dans ce jeu de négociation, chaque branche tente donc de se faire une place dans la mémoire familiale. Une fois écrite, son souvenir pourra aller bien au-delà de la mémoire spontanée des descendants. Aussi, comme le dit l’un des informateurs durant l’enquête :

Quand une branche fait un livre, on se penche sur celle-ci et on oublie l’autre. Il y a toujours un dominant et un dominé. Comme pour ma belle-mère : les Seguin, on a tout ce qu’il faut sur eux, mais pas sur l’autre lignée.

1. 3. Les motivations pour l’écriture généalogique

  • 43 8 auteurs sur les 11 font part explicitement des raisons qui les ont amenés à écrire l’histoire de (...)

107Quelles étaient les intentions des auteurs lorsqu’ils écrivirent leur récit généalogique ? À quels destinataires s’adressaient-ils ? Comment se situaient-ils eux-mêmes dans l’acte de leur transmission43 ?

1. 3.1. Des acteurs tournés vers leur descendance

108Les auteurs indiquent tous très précisément pour qui ils écrivent et racontent l’histoire de leur famille. Camille Delérable écrit :

C’est pour vous, mes chers enfants, que j’écris cette histoire de notre famille. [...] Enfin, si la vie des ancêtres ne nous apporte pas des exemples de piété, de travail et d’honneur, ne sera-ce pas pour leurs descendants un puissant adjuvant à recevoir, pour le transmettre à leur tour à leurs enfants [...].

109Lilian Collas, lui, dit qu’il désire seulement transmettre à ses enfants et petits-enfants les renseignements et souvenirs concernant leur famille. Et Auguste Armand explique qu’il a écrit son récit pour le donner à ses enfants :

J’ai écrit pour mes enfants et petits-enfants. […] Mais je savais que je ne plairais pas à beaucoup de mes cousins.

110Pour les autres auteurs, un informateur dit que Damien Palluis a dû écrire pour sa descendance, mais sans doute aussi à cause de désaccords avec ses beaux-frères et ses belles-sœurs. À la fin de son récit, il s’adresse directement aux descendants de l’enracineur de la famille. Thierry Guilbert, lui, s’adresse aux descendants de son bisaïeul. Quant à Marie-Joséphine Detilleul, elle ne s’adresse pas explicitement à ses descendants ou à ses petits-enfants, mais elle se fait reconnaître – outre son identité – sous le nom de « grand-mère Detilleul ».

1116 auteurs s’adressent à leurs enfants et pour 3 d’entre eux, il faut ajouter leurs petits-enfants. Les 5 autres racontent à l’attention de leur descendance. Dans ce dernier cas, la descendance n’est pas la leur, mais celle d’un de leurs ascendants directs. Deux auteurs vivants du corpus ont précisé, au cours de l’enquête, qu’ils espéraient être lus l’un par la fratrie de son épouse et l’autre par ses cousins. Ils souhaitaient s’opposer aux représentations que ces fratries et parentèles se faisaient de leur famille avec des preuves tirées des faits, un peu comme cet auteur des temps modernes du corpus d’André Burguière qui faisait la généalogie sur son livre de raison, pour éclaircir des faits d’héritage.

  • 44 GROETHUYSEN Bernard (1927), op. cit., p. 285-286.
  • 45 GRAFMEYER Yves (1993), op. cit., p. 26-27.

112N’est-ce pas logique que les récits soient très systématiquement destinés à la descendance dans un milieu dans lequel l’existence trouve sa justification dans les enfants, comme l’explique Bernard Groethuysen ? Est-ce le signe de la condition bourgeoise des récits : ne pas s’enrichir pour soi-même, travailler pour la famille et pour la postérité44 ? Les enfants, en tant que tels, sont une richesse et « pris tous ensemble, une chance de perpétuation du statut de la lignée »45. C’est une propriété des élites que d’avoir, individuellement, le sens de la responsabilité de l’avenir de ses enfants, dit Georges Duby. La transmission généalogique est un moyen d’expression de ce sens de la responsabilité.

113On a vu que lorsque la descendance était visée globalement sans lui donner de nom, ce n’était pas celle du couple des auteurs. Comme l’a fait remarquer Yves Grafmeyer, les enfants n’appartiennent pas au seul couple qui les a engendrés, mais aussi plus largement aux lignées dont ils sont issus. Le profil du couple d’ascendants à qui les auteurs affilient la descendance à laquelle ils s’adressent sera plus particulièrement observé ultérieurement.

1. 3.2. Des instructeurs de la mémoire familiale

114Tous les auteurs ont pour objectif explicite le désir de transmettre les connaissances concernant leur famille et leurs souvenirs. Ils ont acquis des savoirs et été témoins de faits passés qu’ils ne voudraient pas voir disparaître de la mémoire de leurs descendants. Ils les instruisent chacun avec les représentations de leur époque et leur style rhétorique. Leurs informations puisent à des sources écrites comme orales, privées comme publiques.

115Camille Delérable estime que le maintien du culte des souvenirs apporte santé et vigueur à la famille. Aussi indique-t-il que le meilleur moyen d’entretenir ce culte est « de fixer à un certain moment pour les générations à venir les traits principaux des générations disparues ». Lilian Collas, lui, écrit :

Je me propose de consigner ici les quelques renseignements que je possède sur nos ancêtres Collas et Conavis et certains de mes souvenirs personnels sur nos parents plus proches [...]. Je désire seulement les transmettre [...] pour leur faire connaître mieux encore la famille.

116Quant à Auguste Armand, il veut apporter ses connaissances sur sa lignée patrilinéaire dans une autre logique que celle de ses prédécesseurs :

Au XXe siècle, c’est la rigueur intellectuelle. Je ne veux pas de généalogie faussée. Au XIXe siècle, c’était effrayant. Ils voulaient absolument se raccrocher à des lignées prestigieuses.

117Dans les autres cas, on voit que Cyril Ramel explique que les origines de la famille sont un sujet qui lui a toujours tenu à cœur : il l’étudie depuis plus de quarante ans, persuadé que c’est un devoir pour tous d’aller chaque jour plus avant dans la connaissance des aïeux qui les ont fait ce qu’ils sont. On peut lire aussi que le dessein de Julien Bélors est de condenser dans son Mémoire ce qu’il sait de ses ascendants les plus proches, son père et son grand-père, pour le faire entendre aux générations nouvelles porteuses de leur sang, de transcrire par touches successives ce qu’il a lu, vu et entendu, avec l’appui des témoignages, publics ou privés et de rassembler quelques souvenirs personnels limités. Quant à Fabrice Adelin, il veut faciliter à ses descendants l’étude de leur nombreuse parenté et dit qu’il croit intéressant de conserver les souvenirs qui correspondent aux époques de la grande Révolution, de l’Ancien Régime et du règne de Napoléon Ier.

118Selon les auteurs, l’insistance est plus ou moins marquée sur les savoirs ou sur les souvenirs, sur la rigueur de la preuve ou sur le témoignage, et sur les deux s’il le faut, pourvu que chaque mode de renseignement puisse prêter ses vertus à la reconstitution de la vérité des faits touchant à la famille. Tous ont eu la volonté de ne pas voir s’effacer les traces du passé familial.

119On s’est demandé enfin si les auteurs avaient souhaité transmettre parce qu’ils avaient perdu leur conjoint, avant l’écriture de leur récit. En effet, la disparition du conjoint aurait pu dégager les auteurs des enjeux de négociation conjugale de leur propre mémoire. Or cinq conjoints étaient encore en vie au moment de l’écriture des récits. Cinq auteurs se trouvaient donc toujours dans une phase vivante de négociation conjugale pour la transmission de leur mémoire à leurs enfants.

1. 3.3. Des restaurateurs de l’héritage paternel

120Si les auteurs souhaitent faire la lumière sur leur passé familial et en fixer les traits pour leur descendance, ce n’est pas seulement pour conserver la mémoire familiale, c’est aussi pour transmettre un héritage symbolique. Ils se sont donné la triple tâche de mettre au jour l’ensemble de leur mémoire familiale, de lui donner de la consistance et de l’ampleur, et ceci dans la perspective d’en restaurer la représentation. Avec les sources qu’ils ont et celles qu’ils découvrent, ils ont cherché à la rendre recevable comme un héritage édificateur pour leur descendance. Ils sont des révélateurs pour être des restaurateurs, dans l’intention de mettre fin à des dommages ou à des regrets la concernant, qui les ont mis en difficulté et dont ils prévoient les mêmes conséquences pour leur postérité. De plus, en empêchant l’effacement de leur mémoire, ils travaillent à en réduire les causes symboliques. Ils déplacent et concentrent les modèles auxquels ils estiment que les membres de la famille doivent ou peuvent se référer pour leur construction identitaire individuelle et sociale, dans un récit écrit que l’on peut consulter facilement et relire.

121Les auteurs ont tous une raison de penser que leur passé leur a manqué pour satisfaire leur présent et que les bénéfices qu’ils en auraient eu manqueront de même à leurs descendants. Ils se sont heurtés à des enjeux sociaux et familiaux qui les ont renvoyés à des contradictions devant lesquelles ils se sont trouvés impuissants. Ils veulent que la mémoire familiale restaurée avec le peu qu’ils ont acquis et dont ils se souviennent permette de résoudre ces contradictions dans l’avenir. L’héritage paternel est tout particulièrement visé. C’est le présent, comme le dit Maurice Halbwachs, qui vient réveiller le désir de refaire surgir le passé. L’intention est de lui faire servir l’avenir, par identification des auteurs à leurs descendants.

122Pour Camille Delérable, l’écriture de son récit répond à un enjeu complexe. Les historiens de la France postrévolutionnaire ne leur ont appris, à lui et à sa famille, qu’à maudire leur mémoire familiale et à ne pas ressembler à leurs ancêtres : une vision manichéenne des événements de la Révolution a faussé leur lecture de l’histoire des ascendants de la famille, estime-t-il. En effet, son grand-père paternel a été arrêté et guillotiné et l’histoire de la France l’a fait considérer comme un contre-modèle. Toute l’histoire de sa lignée en a été bouleversée et l’image des pères troublée. Aussi l’auteur veut-il raconter ce qu’il connaît de sa famille pour aller à l’encontre de cette malédiction que l’histoire a jetée sur sa famille et retrouver la vérité des faits. La connaissance du passé est bien un souhait global pour lui, en direction des générations à venir, mais elle est en même temps une démarche ayant pour but de produire, à leur intention, une vision restaurée de l’histoire de leur famille.

123Lilian Collas, lui, n’a pas pu rendre un culte à sa famille et témoigner de sa vénération pour ses ancêtres en transmettant tous les renseignements qu’il souhaitait. Il n’a pu satisfaire entièrement son désir, car il n’a pas su interroger son père sur sa vie et sur ses souvenirs au bon moment, durant les sept années qu’il a vécues à ses côtés. Il le regrette amèrement et s’en attribue entièrement la responsabilité : aucune raison ne peut expliquer son absence de curiosité à cette époque et il craint que sa descendance ne se trouve, à son tour, devant ce même sentiment. Car celle-ci ne pourra pas bénéficier de sources familiales : en effet, jusqu’à présent, elles étaient associées à la présence des propriétés dans la famille. Or, à la génération de l’auteur, il n’y a plus de propriété, donc plus de moyen de bénéficier des sources. Ainsi, il veut faire connaître sa famille à travers un récit et anticiper sur un comportement tel que le sien, que ses descendants pourraient bien adopter, pour qu’ils puissent rendre un culte à leurs ancêtres sans en être empêchés par l’effacement de leur mémoire.

124Auguste Armand, lui, se confronte aux distorsions de sa mémoire patrilinéaire. Il souhaite faire la lumière sur sa filiation. « Au siècle dernier, on se permettait des fantaisies généalogiques pour assurer le prestige de ses lignées », dit-il. C’était la « maladie du XIXe siècle ». Ce qu’il veut aujourd’hui, ce sont les faits avec leurs preuves : « l’état de la famille, ça c’est fondateur [...], on est ce qu’on est dans la vie. Les armoiries ça reste ; ce n’est pas un signe de race, mais d’ancienneté ». En effet, l’auteur, à la suite de longues années de recherche sur les généalogies familiales, ne trouve aucune preuve du rattachement de la lignée de ses pères à une lignée illustre du même patronyme, comme l’a toujours cru sa famille et comme le croient encore plusieurs de ses cousins. Ainsi cet auteur dit durant l’enquête qu’il souhaite que ses enfants aient connaissance de l’histoire de leur famille et que la vérité soit apportée sur sa filiation. Mais dans le récit, il s’exprime seulement sur le deuxième point. Veut-il rectifier la vérité aux yeux de ses enfants ? Ou bien adresse-t-il ses preuves d’abord à ses cousins qui se pensent encore issus d’une autre filiation, pour être entendu ?

125Dans les autres cas, on voit par exemple Cyril Ramel inquiet de constater que la légitimité de la famille se trouve dans son ascension sociale et pas, comme depuis toujours, dans l’élection de ses enfants par Dieu. Il voit en effet un danger dans la déchristianisation qui atteint les campagnes, car celles-ci étaient le dernier lieu dans lequel la religion pouvait se perpétuer et laisser trace de la mémoire des générations passées. Avec l’ascension sociale, elle risque d’être oubliée. Écrire devient nécessaire pour se souvenir.

126Fabrice Adelin, lui, est face à un dilemme sur sa filiation. Le manque de preuves ne lui permet pas de décider si sa lignée patrilinéaire appartient à la noblesse. Sa famille est partagée sur ce sujet. Aussi écrit-il pour informer ses descendants sur ce qu’il sait de cette lignée et plus précisément sur ce qu’il sait des alliés de son père : un des ascendants de sa mère a été anobli avec toute sa descendance y compris par les femmes. Lui et ses descendants appartiennent en conséquence à la noblesse. Ils peuvent laisser leur question sur leur lignée patrilinéaire car ils héritent bien de la noblesse et peuvent se reconnaître d’elle. Mais la condition, écrit l’auteur, est que « cette distinction ne leur est accordée qu’à la condition de vivre noblement, c’est-à-dire, au temps où nous sommes, de faire toujours un noble usage de leur position ».

127Enfin, Élisabeth Durieux ne veut pas perdre la mémoire de la vie artistique de ses père et grand-père paternel, car les critiques d’art et historiens apportaient parfois sur eux des informations qu’elle n’estimait pas justes ou à propos. Il lui fallait pouvoir transmettre ses références pour rétablir la vérité.

1. 3.4. Des rédacteurs de la tradition

  • 46 LÉVI-STRAUSS Claude (1962), La Pensée sauvage, p. 282.

128Tous les auteurs invitent leurs descendants à concevoir leur famille dans la dimension de sa continuité entre générations, mais d’une continuité qui n’exclut pas les transformations. 6 auteurs sur 11 nomment cette continuité « tradition », les autres la mettant en valeur par leur style ou par l’expression de leurs attentes vis-à-vis de leurs descendants. Plus précisément, la tradition est pour eux un esprit ; mais pour le découvrir et s’en imprégner, il faut d’abord que celui-ci puisse être considéré comme le fruit de la foi des anciens dans leurs propres expériences et non le souhait du retour perpétuel de leur passé, parce que celui-ci porterait de meilleures valeurs ; la marge entre les deux tendances est étroite. Les auteurs cherchent à proposer leur tradition, comme Platon la définit, c’est-à-dire comme le résultat d’une accumulation des connaissances dont ils ont hérité à travers les générations et qui a déposé des savoirs qu’un seul ne peut découvrir tout seul. Ils en font un « modèle intemporel » qui, paradoxalement, intègre les mouvements du temps comme « une étape du devenir » de l’histoire46.

  • 47 LE WITA Béatrix (1988), « "Va voir la tante Yolande, elle te dira" : sur la transmission de la mém (...)
  • 48 GARDEN Maurice (Préface), ZELLER Olivier et SAINT-ROMAIN Michel de (1986), Les Brac, Racines, Alli (...)

129Ils font voir le passé d’abord comme une source fonctionnelle pouvant être utile à leurs descendants. Ils veulent témoigner de son efficacité pour la construction identitaire de ces derniers. Mais pour cela, ils n’hésitent pas à en montrer les fragilités et les contradictions. Ils ne s’opposent donc pas à l’avènement de nouveaux modèles familiaux ou sociaux ; au contraire c’est l’alliance de ceux-ci avec le fil conducteur de la continuité qui fera la réussite de l’avenir de la famille, selon eux. Ils construisent le passé avec des lois qui transcendent les générations. Comme le dit Béatrix Le Wita, chaque nouvelle génération dans la bourgeoisie doit entendre : « " Tu n’existes que parce qu’il y en a d’autres au-dessus". […] On ne naît pas de rien »47. Grâce à cela, la nouvelle génération a des origines. Le récit généalogique confère cette transcendance et ces origines. Il procure la légitimité et l’ancienneté qui, à l’étape de la trajectoire sociale des auteurs, sont nécessaires au maintien de la continuité de leur condition sociale, ce qui ne s’était jamais passé dans la lignée patrilinéaire. Comme le suggère Maurice Garden48, l’invocation de la tradition est ainsi le signe que la mobilité sociale adopte une nouvelle forme, et que l’histoire familiale prend une autre dimension, toutes deux nécessitant de transmettre le legs de la lente période de construction de la famille jusqu’à ces temps présents. C’est donc paradoxalement la prise de conscience de modifications dans les orientations de la trajectoire de leur famille qui pousse les auteurs à vouloir que la tradition puisse servir les générations à venir.

130Pour finir, la tradition est, comme l’explicite l’un des auteurs dans son récit, « un lien avec le Passé, donc une certaine incitation à la Continuité mais aussi une ouverture au Progrès qui s’offre à prolonger et à renforcer le Passé. Autrement dit, la tradition est le trait d’union entre le passé et le présent ou l’avenir proche. On ferait erreur de croire que la tradition est chose figée, puisqu’elle se construit au fil du temps. Elle ne néglige aucun apport ; elle s’en nourrit, bien au contraire [...] ». L’analyse de contenu des récits permettra d’aller plus loin pour mieux comprendre les représentations qui mobilisent ces souhaits de tradition.

131Comment chaque auteur rend-il présent l’esprit de tradition ? Camille Delérable désigne explicitement la tradition comme un esprit. Il invite à voir celui-ci dans les souvenirs dont il fait l’objet d’un culte : cet esprit est, pour lui, porteur de santé et de vigueur. Il explique ainsi les avantages qu’il y a à entretenir ce culte : plus on remonte loin dans la chaîne des aïeux, plus les descendants s’enracinent et trouvent la stabilité et la confiance. La vie des ancêtres est un exemple et une aide pour ces descendants et constitue un héritage qu’ils devront transmettre à leur tour pour garantir la prospérité de la famille de génération en génération.

132Lilian Collas estime que la transmission des renseignements et souvenirs sur sa famille procure une satisfaction même si les générations à venir n’imaginent pas l’importance de cette satisfaction tant qu’elles n’ont pas atteint un âge canonique. Il ne prononce pas le terme de tradition mais de transmission. Il invite à constater que le retour sur le passé est, comme pour l’auteur précédent, un bienfait pour tous, quelle que soit la génération à laquelle on appartient. Faire ce retour permet de rendre le devoir de culte qui doit animer chacun, selon lui, et de pouvoir vénérer ses ancêtres au moment où on le souhaite. Le passé est décrit comme un monde très présent : un monde qu’il faut conserver vivant pour pouvoir en témoigner le jour où on le voudra.

133Auguste Armand ne formule pas d’intentions relatives à la tradition dans son récit. C’est la vérité de ses origines qui l’intéresse dans l’édition de son recueil. Pour autant il explique, dans le cours de l’enquête, la nécessité de la tradition car, pour lui, une famille se fait parce qu’elle favorise la continuité en transmettant une tradition à travers les générations. « Une famille se fait et une lignée se construit par la continuité de l’éducation, du mode de vie des parents et de l’argent. Il est nécessaire qu’il y ait des garçons et des filles qui transmettent la tradition, qui soient perméables à celle-ci. Il faut plusieurs générations pour faire une famille. Toutes les deux ou trois générations, un membre de la famille s’occupe en effet de la conservation des documents de famille, sinon, ils disparaissent. Mais des relations doivent avoir lieu dans et hors du milieu d’origine : c’est plus complexe, mais il faut du sang neuf ou on a une perte ». Ainsi pour l’auteur, la continuité est le fil conducteur de la tradition, mais elle n’est pas son seul attribut, car celle-ci a besoin aussi de nouvelles perspectives sinon elle se perd.

134Parmi les autres auteurs, on constate aussi chez Julien Bélors la présence explicite d’un enjeu de tradition dans l’intention de son récit. Il définit la forme d’écriture qu’il a voulu donner à son récit comme un mémoire puis comme un essai. Il invite explicitement ses lecteurs à connaître le mobile de son action, à savoir son souci de la tradition. Pour lui, la tradition a un sens très déterminé : elle tisse le lien entre le passé, le présent et l’avenir. En effet, il a le sentiment que la conjoncture dans laquelle il vit donne aux nouvelles générations une conception trop restrictive de la notion de tradition et qu’elles pourraient se laisser abuser par elle.

135On trouve une forme moins explicite de cet esprit de tradition chez Damien Palluis, lorsqu’il indique d’abord qu’il n’a « absolument pas eu de souci éthique, ni une intention de ce type » quand il a écrit son récit. Il a voulu simplement voir les choses telles qu’elles étaient. Mais il ajoutera ensuite que son épouse et lui-même n’avaient pu écrire ensemble cette histoire de famille que parce qu’ils partageaient un même esprit de famille : « Bien sûr, si j’ai pu le faire avec ma femme, c’est qu’il y avait une alliance qui l’a rendu possible, un esprit de famille que je partage avec elle. Sinon, je n’aurais pas pu le faire. Pour faire cela, il faut qu’on ait les mêmes manières de concevoir la famille ». Ainsi, partager un même esprit de famille, cela voulait dire pour ces auteurs avoir les mêmes manières de concevoir la famille.

136De même, Cyril Ramel et Thierry Guilbert ne parlent pas directement de tradition, ni d’esprit à l’œuvre dans la famille, mais invitent à voir, dans leur récit, la part de continuité venue des aïeux dans l’identité de chaque individu de la famille, une part qui resterait méconnaissable et échapperait à la compréhension de soi sans une exploration du passé.

2. LA PRODUCTION DES RÉCITS

137La conception des récits est une œuvre individuelle mais trouve sa forme dans un genre. La diffusion du vivant des auteurs est restreinte au milieu familial et diffère dans ses pratiques. La transmission posthume de même. L’entourage peut participer ponctuellement à une des phases de cette production. Il peut pousser éventuellement à une publication plus large ou demander à conserver les textes de discours ou encore recopier des documents. Mais il peut aussi se montrer ambivalent. L’ensemble du processus est d’abord une réalisation empirique et non le résultat d’une méthode académique partagée par un milieu.

2. 1. Une conception solitaire selon les règles du genre

138Pour leurs recherches, les auteurs puisent à deux sources : les archives civiles et les archives familiales.

2. 1.1. La genèse textuelle des récits

  • 49 L’étude de la dynamique de la genèse textuelle d’une œuvre est la génétique textuelle. Celle-ci a (...)

139L’histoire de la genèse49 des récits permet de découvrir la dynamique créatrice des auteurs et donc de concevoir comment, d’un souhait individuel de transmettre une histoire familiale, on aboutit à un texte original structuré selon les règles d’un genre commun à un même milieu. Elle montre que la recherche de la documentation et le choix de la méthode sont individuels. La recherche peut durer plusieurs années ou bien être très concentrée et se trouver achevée en un an. 8 auteurs sur 11 ont commencé leur quête et rédigé leur récit après 60 ans. Les 3 autres ont recueilli leurs données avant : à partir de 20 ans pour 2 d’entre eux et de 30 ans pour un troisième. On peut écrire et avoir sa documentation à Lyon ou bien dans sa maison de campagne. Ainsi, la conception d’une généalogie dans une famille bourgeoise n’est pas l’œuvre commune d’une famille qui se penche sur son histoire, mais d’abord le travail solitaire d’un individu volontaire qui peut trouver subsidiairement une aide ponctuelle ou un relais.

140Camille Delérable a écrit sa monographie « tout seul », dit l’un de ses petits-fils et « d’une traite », à la connaissance d’un second. C’était après son départ de Paris, un an avant sa retraite officielle. Il s’était retiré dans sa propriété de famille à côté de Lyon et avait consacré tout son temps à la conception du récit : « Il a beaucoup compulsé les archives : cela lui a pris beaucoup de temps ».

141Lilian Collas, lui, a commencé à s’intéresser activement à l’histoire de sa famille « après le décès de sa femme », selon l’un de ses petits-fils. Il était devenu quelque peu mystique et janséniste. Il écrivit à C.., à côté de Lyon, dans la propriété de famille. La consultation des avant-textes du récit montre que l’écriture elle-même s’est effectuée au cours d’une seule année : l’année 1941, celle de la sortie du recueil. Trois avant-textes manuscrits montrent les étapes de la conception. Ils ont tous pour support des cahiers d’écolier recouverts de papier brun. Le premier est appelé : « Généalogie et documents divers ». Il est composé de copies de lettres, de discours et d’extraits d’actes. En page 3, est dessiné le blason de la lignée maternelle de l’auteur. Le second avant-texte est sans titre. Sont repris les mêmes extraits, mais des généalogies encore incomplètes leur sont ajoutées sur des intercalaires collés. Le troisième avant-texte montre un travail prêt à être recopié. Les généalogies toujours présentées sur des intercalaires sont complètes. Des ratures montrent une relecture du style. Et le blason maternel a disparu. Il n’y a pas de titre non plus. Le document définitif gardera la même structure mais il sera agrémenté de photographies de portraits et de propriétés. Il sera aussi manuscrit. Sur la couverture, est tracé à l’encre et souligné par un trait ondulé : « Famille Collas, Conavis, Palluis, Volier, Debroux ».

142Auguste Armand explique, au cours de l’enquête, que « ce fut un travail solitaire ». En effet, il a travaillé des mois et des mois dans les archives des lieux où avaient vécu les membres de sa famille. Le principal travail a été de relever les copies d’actes d’état civil et notariés et de les classer, a-t-il précisé. Une pochette a été attribuée à chaque lignée avec des chemises permettant d’ordonner les informations sur chacun des membres de celle-ci. L’auteur attendait la retraite pour mettre en œuvre la « matrice » à laquelle il avait réfléchi depuis longtemps. « La retraite, c’est capital, car c’est le temps où la transmission est possible » dit-il. Très longtemps, il est resté avec l’intention de donner une simple forme de copies dactylographiées à son œuvre généalogique. Pendant 2 ans, le document est resté en instance de correction. L’auteur était poussé par son frère et certains de ses cousins à l’éditer mais il savait aussi que d’autres cousins refusaient de croire à la véracité d’informations qui s’y trouvaient : « Je l’ai fait pour le donner à mes enfants, répondait-il. Moi, je ne veux pas m’en occuper. J’ai écrit pour mes enfants et petits-enfants ». Il ne désirait que transmettre l’ensemble des informations à ses enfants, peu importait la forme, pour lui. C’est pour lui l’aboutissement de 25 années de recherche. Il a voulu donner des preuves. Il explique comment il a pensé l’objectif et la structure de l’histoire qu’il voulait transmettre :

C’est l’aboutissement de 25 ans de recherche [...]. Il y a très longtemps que j’ai essayé de faire l’histoire des Armand, il fallait le temps que je mette tout en ordre, que je trouve une construction logique [...]. Il a fallu que je prévoie un plan pour ce livre. C’était compliqué. J’ai découpé en tranches : une histoire, puis une généalogie. Chaque personnage avait une petite biographie ; dans la partie la plus récente, il y en a plus. Ensuite un petit arbre généalogique à la page 21 pour un plan d’ensemble, un résumé général de la situation, jusqu’à mes parents et cousins. En fait je donne des preuves, je fais une étude sur la famille Armand, tout simplement, en donnant les documents de base. La liste de références à la fin, c’est capital à mon avis. C’est ce qu’il y a de plus intéressant : les preuves de la filiation entre Thierry Armand et mon grand-père : tout le livre est basé là-dessus. [...] Et comme c’est une histoire de la famille Armand pour la famille Armand, les ascendances féminines sont nécessaires.

143L’auteur ajoutera qu’il a apprécié de travailler sur des journaux de ses ascendants car ce sont des documents « vivants » au contraire des actes d’état civil qui sont « des états morts ». Il a tous ses documents à Lyon : ils sont classés dans son bureau et sa bibliothèque. Il a finalement adopté le principe d’une diffusion par souscription.

144Chez les autres auteurs, Damien Palluis et son épouse travaillent ensemble lorsqu’ils sont dans leur propriété de famille proche de Lyon : « c’est l’œuvre de l’été, quand la maison n’est pas pleine ». Tous les papiers de famille ont été transportés dans leur propriété, lors du déménagement de Grand Plat, la propriété de la mère de Madame. Lui s’est mis à les consulter quand il a été à la retraite, car avant il n’avait pas le temps. Ils ont fait des enquêtes pour comprendre les éléments qui restaient flous dans l’histoire de leurs ancêtres : les liens avec les congrégations auxquelles ceux-ci appartenaient, les successions, les comptes de l’étude de l’arrière-grand-père, etc. Ils ont bien sûr séjourné longuement dans les archives départementales du Rhône, les archives municipales de Saint-Fi., celles des associations auxquelles ont participé les membres de la lignée, etc. Il y a eu « sans doute pour 7 à 10 ans de travail ».

145Quant au discours prononcé par Cyril Ramel, lors de la commémoration de la maison de famille, il s’agit du résultat de recherches en cours depuis quarante ans ; c’est pourquoi on lui a donné à lui le soin de conter l’histoire de sa famille, son cousin relatant celle de la maison. L’informateur et sa famille n’ont pas d’informations sur l’organisation de cette commémoration. Le texte est arrivé dans leurs papiers sans qu’ils sachent comment. C’était juste après la guerre, en 1945, et sans doute l’a-t-on remis à ceux qui l’avaient demandé, dont sa mère, dit l’informateur !

146Julien Bélors a commencé à sa retraite à lire et à faire dactylographier les agendas de son père. Il venait travailler chez l’un de ses fils et avait mis un autre fils à contribution. Le travail a duré 5 années et a pris la forme d’un ouvrage imprimé et édité.

2. 1.2. Les modèles exemplaires

147Tous les auteurs ont emprunté à des modèles les formes de leur recueil sans que pour autant ils en aient nécessairement eu conscience. En effet, ni eux, ni leurs descendants n’ont dit explicitement que d’autres documents avaient pu leur servir d’exemples pour donner structure à leurs récits. Pour eux, leurs méthodes de travail ont été des choix personnels et solitaires même si des notes généalogiques anciennes en leur possession leur avaient permis d’avancer plus vite dans leurs recherches : les auteurs en avaient hérité ou les avaient reçues de collatéraux.

148Or dans les faits, 9 auteurs sur 11 – soit tous les auteurs qui ont rédigé des récits à l’attention de leur descendance – ont emprunté les modèles d’expression de leur mémoire familiale à des récits conçus par des ascendants de leurs lignées maternelles appartenant à la noblesse. Ces récits proviennent majoritairement des patrilinéaires de leur mère mais aussi de leurs maternels. Même dans les 2 cas sur les 9 dans lesquels la mère n’est pas de condition noble, ni par le père ni par la mère, on trouve une branche maternelle plus ancienne qui l’est et c’est dans celle-ci que les auteurs ont puisé leurs modèles.

149Les auteurs ont ainsi trouvé les cadres de leur mémoire paternelle dans ceux de leur mémoire maternelle. Cette dernière exerce là aussi son influence sur la mémoire familiale de leur descendance, mais elle sert l’identité paternelle. On n’écrit pas dans l’élite bourgeoise pour la première fois sans avoir hérité de modèles d’une autre élite plus ancienne. Ne devient pas auteur de récit bourgeois qui veut ! De plus on hérite du genre par les femmes. La démocratisation du genre généalogique suit une telle loi de transmission.

  • 50 L’informateur n’a pas pu nous dire comment était l’ouvrage qu’avait en sa possession son grand-pèr (...)

150Camille Delérable avait en sa possession une généalogie50 en lignée matrilinéaire, de la famille du nom de son arrière-grand-mère en lignée maternelle, écrite par un cousin notaire en 1893. Il s’agissait d’une famille de banquiers qui avait été anoblie sous Louis XVIII. L’ouvrage fut consulté. Il a une quarantaine de pages épaisses ; sa couverture est en cuir élimé. L’auteur a repris à l’ouvrage un chapitre entier consacré à sa lignée maternelle.

151Lilian Collas avait dans ses archives un récit généalogique sur la famille de son épouse. Celui-ci avait été édité peu avant la Seconde Guerre mondiale par le frère de cette dernière qui était archiviste et appartenait avec sa sœur à la branche aînée d’une famille de noblesse robine. L’ouvrage est composé de deux tomes et relié par une couverture de cuir rouge. L’un des informateurs pense qu’il a pu avoir une influence sur son grand-père. Mais il n’en est pas sûr. Possédait-il déjà des généalogies du côté de sa mère de lignée noble ? On ne le sait pas mais cela est vraisemblable, car il y a en annexe de son récit une généalogie très détaillée de celle-ci. D’autre part, on sait qu’il avait introduit dans sa première version, en début de son recueil, le blason maternel.

  • 51 Il s’agit d’une association lyonnaise dont l’objectif a été motivé par l’avènement du bicentenaire (...)

152Auguste Armand, lui, avait des contre-modèles de référence. Il a toujours baigné dans la généalogie, aux côtés de son grand-père maternel issu d’une lignée aristocratique savoyarde. Mais il ne voulait pas prendre modèle sur les auteurs du XIXe siècle car ils n’étaient pas fiables. Il ne voulait pas non plus s’inspirer du livre Brac, parce que celui-ci ne suivait pas le même objectif que le sien ; il s’agissait d’un ouvrage scientifique et ce n’était pas ce qu’il voulait faire. L’association51 à laquelle il adhère lui a enseigné la rigueur intellectuelle. Il a participé à l’écriture de plusieurs ouvrages sur l’histoire de guillotinés de la Révolution. Il a pris plus particulièrement modèle sur l’un des adhérents les plus actifs et les plus cultivés de son association. Par exemple, ils ont travaillé à se donner une règle pour composer l’unité des généalogies. Il a appris à ne pas polémiquer, à noter simplement. « On a des ancêtres des deux côtés. Ils ont eu des idées qu’on n’a pas, mais il n’y a pas de raison qu’on les juge. Du côté de ma femme, il y a eu un révolutionnaire de grande réputation. Du côté de ma mère, il y en avait un qui était député conventionnel ! On ne polémique pas là-dessus ; on note. » Il avait dans le placard de sa bibliothèque plusieurs récits généalogiques conçus par des collatéraux et par des amis.

153D’autres auteurs, Damien Palluis et son épouse par exemple, ont eu l’idée d’écrire les histoires des ancêtres de Madame lorsqu’ils découvrirent au déménagement de la propriété de la mère de celle-ci un placard rempli de papiers de famille. Ils y trouvèrent notamment des mémoires écrits par « un grand-père dont personne n’avait entendu parler, comme s’il avait été rayé ». Celui-ci était né à la fin du XVIIIe siècle et était un trisaïeul maternel de Madame appartenant à sa branche paternelle. Il était le fils d’un échevin, donc d’une famille anoblie, et avait épousé une femme de lignée noble. Il avait écrit sa vie et l’histoire de sa famille après avoir dû partir à l’étranger, seul, durant plusieurs années, sur la fin de sa vie.

154Fabrice Adelin a expliqué que les notes généalogiques circulant déjà dans la famille avaient été extraites par sa mère de tableaux communiqués par un de ses cousins, l’illustration de leur famille, dans la première moitié du XIXe siècle. Il énonce ainsi explicitement dans l’adresse de son recueil les modèles qui l’ont inspiré et poussé à écrire son récit généalogique. Ce sont ces premières notes qui lui ont « donné l’idée de les compléter et d’en faire d’analogues » pour sa famille paternelle. Enfin, un travail sur une grande famille ayant vécu dans la Loire lui a fourni des indications précises et nombreuses : il s’agit en fait d’une lignée maternelle dont est issu un de ses arrière-grands-pères, qui a été anoblie avant la Révolution.

155Florent Reynaud quant à lui possède un exemplaire d’un livre généalogique sur une lignée maternelle lyonnaise d’échevinage, des « papiers » sur une autre et aussi un recueil d’une généalogie maternelle de son épouse, anoblie aussi par échevinage.

2. 1.3. Les sources

  • 52 Nous comprenons les actes et les rapports figurant sur les registres de commerce, des hôpitaux, de (...)

156Deux catégories de sources sont prises en compte dans les récits. Ce sont tout d’abord les actes d’état civil, officiels52 et notariés – recopiés ou photographiés – dans les archives communales, départementales et paroissiales, les inscriptions sur les maisons et les frontons des caveaux de famille, les contributions scientifiques ou politiques des membres des familles, les notes, essais et ouvrages, les renseignements empruntés aux historiens ou à des hagiographes, les articles de journaux, des sources venues d’autres membres de la famille. Mais ce sont aussi des mémoires, livres de comptes, généalogies brèves, lettres, testaments moraux et autres documents manuscrits constituant des témoignages de la vie des ascendants. Toutes les sources sont mises à profit pour éclairer l’histoire paternelle des auteurs encore dans l’ombre ou parcellaire. Leur quantité est inégale et les ascendants concernés rares.

157Tous les enracineurs ont une place favorable dans ces sources, mais ils n’ont pas écrit eux-mêmes, à l’exception d’un seul. On trouve, par contre, 5 fils d’enracineurs sur les 11 et un petit-fils qui ont rédigé les premières listes généalogiques, toujours mentionnées comme parcellaires, ou des notes de famille. Il faut attendre les auteurs dans 5 cas (ceux-ci pouvant être aussi les fils d’enracineurs). L’élément pertinent provient du fait que tous les premiers généalogistes – qu’ils aient conçu de simples listes, produit des notes sur leur vie ou leur famille, ou bien qu’ils aient été les auteurs des récits généalogiques – ont été des fils (ou filles) de parents ayant contracté des alliances hétérogames, dans lesquelles les mères sont de condition supérieure à leurs époux. Ainsi, l’écriture de la généalogie requiert la présence d’une ascendance dans laquelle les branches paternelle et maternelle n’appartiennent pas aux mêmes couches sociales et ne véhiculent pas les mêmes valeurs et représentations. Il reste à se demander comment se fait le choix : entre liste et récit. En effet, quelles différences y a-t-il entre les généalogistes qui écrivent pour la première fois dans leur lignée un récit et ceux qui ont eu un ascendant généalogiste, même si c’était pour rédiger une brève liste ? Les seconds devraient déjà avoir une conscience généalogique d’eux-mêmes, par héritage de leur ascendant. En avaient-ils une, restée vague ? Mais jusqu’où la conscience généalogique s’hérite-t-elle ? A-t-elle pu s’amenuiser entre l’ascendant généalogiste et eux ? Les alliances hétérogames successives ont-elles pu alors avoir un effet d’effacement de la mémoire des pères ? Les questions seront reprises plus avant.

158De nombreuses lettres ont été conservées. Toutes celles citées concernent des événements forts vécus par les familles, qu’ils aient été sociaux ou familiaux : c’est le cas de 7 familles. Il faut ajouter les documents scientifiques, littéraires et artistiques, d’une certaine notoriété, publiés par des ascendants directs : mais c’est le cas pour 3 familles seulement. On trouve encore de nombreux papiers officiels ayant appartenu à des ascendants, comme les inventaires professionnels et familiaux, les diplômes, les passeports, les papiers militaires, les nominations, les testaments, les rapports de police, etc.

  • 53 LÉVI-STRAUSS Claude (1962), op. cit., chapitre 1, « La science du concret », p. 12-49.

159Toutes ces sources ont façonné le matériau du bricoleur, dirait Claude Lévi-Strauss53. Des renseignements en ont été extraits pour servir quatre objectifs aussi essentiels les uns que les autres, à savoir ordonner et valider les faits, témoigner de qualités attribuées à des ascendants, situer les cadres sociaux des époques et lieux qui ont vu vivre ceux-ci, et enfin attester du bien-fondé des vues des auteurs sur les valeurs apportées par l’histoire ou par l’héritage familial.

  • 54 ZELLER Olivier (1986), Une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la IIIe République : (...)

160Mais aujourd’hui, ce matériau du bricoleur sorti des archives est aussi l’objet de toutes les attentions de l’historien de la vie privée. Les généalogistes amateurs et les historiens ne procèdent pas avec les mêmes méthodes. Là où les premiers puisent leurs données dans des papiers anciens selon leurs besoins en extrayant ce qui les intéresse, les autres doivent d’abord classer et s’ils doivent déclasser, ils indiquent par une référence le nouveau lieu de leur classement : ils visent la cohérence d’un ensemble. Les premiers sont parfois considérés comme des « prédateurs » au regard des seconds soumis aux contraintes des archives. Voici ce qu’Olivier Zeller regrette d’avoir trouvé dans les fonds qu’il a étudiés, après le passage, à la toute fin du XIXe siècle, du premier généalogiste de la famille Brac : « Il eut le tort de tout visiter – ou presque – pour extraire ce qui présentait un intérêt généalogique. Son principe de travail consistait à créer des dossiers, personnage par personnage, famille alliée par famille alliée. [...] La sentence, le testament ou la lettre qui établissait une filiation était réservé, classé, cité ; le reste était rejeté en vrac. Ainsi, put être établie la généalogie qui, dactylographiée, fut le point de départ de l’historique des Brac ; mais à quel prix ! Amputées, les quelques liasses qui subsistèrent avaient perdu leur cohérence. Elles étaient même devenues à peu près incompréhensibles. Mais surtout l’ensemble ne formait plus qu’un gigantesque puzzle54. »

161Camille Delérable a exploité le contenu de lettres. On trouve des lettres écrites durant la Révolution française : plusieurs échangées entre son arrière-grand-père, alors engagé dans l’armée – les Chasseurs de la Montagne –, et son fils aîné ; une de ce même arrière-grand-père, qui a été rédigée juste avant son exécution et remise à son épouse le soir de sa mort ; la lettre d’un inconnu à l’attention de ce bisaïeul ; des lettres échangées durant 13 années entre ses deux fils aînés ; la dernière lettre du grand-père de l’auteur à ses enfants en guise de testament moral ; les lettres du second fils de l’auteur à sa mère, fils qui mourra à la guerre de 1914-1918. D’autre part, l’auteur a repris des extraits de « notes » écrites par son grand-père sur la dénonciation ayant mené son père à la guillotine. Enfin, il a pu décrire l’état d’esprit dans lequel se trouvait son fils aîné au front pendant la guerre de 1914-1918, à la veille de sa mort grâce au « carnet de campagne » tenu par celui-ci.

162Lilian Collas a tiré des extraits de trois mémentos : ceux d’une tante, de son père et de son frère ; mais aussi d’échanges de lettres importants entre son père et ses beaux-parents et entre son père et deux de ses enfants, après le décès de son épouse (la mère de l’auteur) et de deux de leurs filles ; puis d’une lettre à sa fille au sujet de la maladie de sa petite-fille ; des lettres de son frère aîné à leur père au sujet de ses études puis d’autres relativement à la maladie de son épouse ; d’une lettre de son avant-dernier frère à leur père, pour lui annoncer son projet d’entrer au séminaire.

163Auguste Armand a mis en ordre les lettres qu’il a recueillies : « les extraits de lettres, j’aurais pu en mettre plus. [...] J’ai mis tout ce que j’avais des documents de famille ». Il a consulté par l’intermédiaire d’un lointain cousin les « mémoires » d’un allié de la famille ayant vécu au XIXe siècle : il en a fait usage pour dresser les portraits de celui-ci et de son épouse. Il a bénéficié aussi de « notes de famille » concernant son trisaïeul écrites par le fils de celui-ci né juste après la Révolution ; d’une note indiquant le nom du dénonciateur d’un ascendant direct pendant la Révolution française ; de précisions mentionnées sur un dossier appelé : « Lettres de Catherine Mogin à son fils Jacques-Edmond pendant ses études de droit à Paris (début du XIXe siècle) » ; d’un catalogue de tableaux du beau-père du même trisaïeul ; d’un thème latin composé par le bisaïeul pour la fête de son père ; de faire-part de mariage de la fin du XIXe siècle ; de « petites généalogies » de familles différentes de cette même époque ; d’un bulletin de décès d’avant la Seconde Guerre mondiale, etc.

164Parmi les autres auteurs, Thierry Guilbert s’est inspiré de deux documents manuscrits pour parler de son trisaïeul en lignée patrilinéaire : un « cahier » retranscrivant son arrestation et sa captivité durant la Révolution, recopié par un des descendants de celui-ci, notaire dans le village des origines familiales, et une conférence prononcée dans les années 1950 par un cousin, notaire aussi, dans ce même village. Pour s’informer sur son bisaïeul, il a disposé de quelques pages que celui-ci avait laissées dans sa vieillesse, sous le nom de « Notes en dehors de mon testament ». Enfin, un livre publié par un éditeur sur la petite-fille de ce trisaïeul, a permis de compléter la biographie de ce dernier. Son auteur était un beau-frère d’une cousine paternelle de l’auteur.

165Julien Bélors avait à sa disposition le « journal » et des « notes diverses » de son père dont il a produit de larges extraits. Il avait aussi de nombreuses lettres attestant des échanges épistolaires de son père avec sa famille et ses amis poètes. Élisabeth Durieux possède le carnet dans lequel son arrière-grand-père fit la relation de ses campagnes napoléoniennes.

2. 2. Une diffusion dans le cercle de famille

166Tous les récits n’ont pas eu le même mode et la même ampleur de diffusion. Quelle destinée ont-ils eue, du vivant de leurs auteurs ? Qui les a reçus des mains des auteurs ?

2. 2.1. Les modes de publication et de diffusion

167Les récits ont été édités ou imprimés ou encore copiés. Trois récits sur les onze ont été édités, deux à Lyon et le troisième en Haute-Savoie. Camille Delérable a édité la première version et l’un de ses fils la seconde, à Lyon. Le premier avait gardé les fers de la reliure de l’impression. C’est grâce à cela que 55 ans plus tard, une seconde impression put être faite. Il n’y avait plus d’exemplaires ! Rien n’a été modifié, excepté le fait que les pages sont plus fines et que la couverture est en carton souple. Julien Bélors a choisi son éditeur en Haute-Savoie parce que sa propriété de famille y est implantée et que le recueil consacre des chapitres entiers à la région.

168Deux autres récits ont été imprimés. C’est le cas de ceux d’Auguste Armand et de Thierry Guilbert. Auguste Armand explique que plusieurs cousins ont mis de l’argent. L’imprimeur est lyonnais. Il a été trouvé de la manière suivante :

C’est un peu le hasard. C’est par un ami de [mon association] ; il m’a dit : « J’ai été à S., ça peut t’intéresser ». On y est allé ; l’éditeur a fait un devis. On a écrit à tous les membres de la famille.

169Thierry Guilbert, lui, a fait imprimer son manuscrit en Indre-et-Loire, où il résidait.

170Les autres récits ont été diffusés par le système des copies : copies manuscrites ou dactylographiées pour les récits les plus anciens et photocopies ou tirages ordinateur. C’est l’une des filles de Lilian Collas qui a fait dactylographier puis copier le manuscrit original de son père, en plusieurs exemplaires, chez des religieuses. Les généalogies n’ont pas été dactylographiées ; elles ont été recopiées à la main en autant d’exemplaires qu’il fallut. Les copies furent insérées par un système judicieux dans une couverture de cuir noir amovible. Ce mode de diffusion a permis que des copies puissent être faites ensuite à la demande pour d’autres membres de la famille qui le désiraient.

171Pour les lettres manuscrites de Florent Reynaud, c’est aussi l’une de ses filles qui les a rassemblées juste après son décès. Vingt ans après, elles furent dactylographiées par la fille de cette dernière, et 39 ans plus tard, mises sous la forme que l’on a consultée, par une arrière-petite-fille. Celle-ci a alors 21 ans et c’est avec son père qu’elle s’est chargée de la diffusion dans les années 1970.

2. 2.2. Les destinataires

172Ce sont les auteurs ou leurs enfants qui remettent directement les récits aux membres de leur famille. Ce ne sont ainsi pas toujours les premiers qui choisissent de donner une diffusion à leur recueil. Qui sont donc les premiers destinataires ?

2. 2.2.1. Les premiers destinataires : les enfants et la fratrie

173Les premiers destinataires sont en priorité les enfants et la fratrie des auteurs. Les auteurs ou leurs descendants ne connaissent pas toujours le nombre exact d’exemplaires remis. Tout dépend du mode de diffusion choisi.

174Les descendants de Camille Delérable ne savent pas exactement en combien d’exemplaires le récit de la première édition a été diffusé. Ils peuvent nommer chacun un ou deux propriétaires actuels ; l’un des petits-fils pense que chacun de ses oncles et tantes – c’est-à-dire les enfants de l’auteur – en a reçu un exemplaire ainsi que les frères et sœurs de son grand-père, soit 9 exemplaires.

175L’un des petits-fils de Lilian Collas dit que sa tante a fait remettre, après le décès de celui-ci, une copie du cahier manuscrit à chacun de ses frères et sœurs : c’est-à-dire aux enfants de l’auteur. Si tel est le cas, les copies ont dû être au nombre de 4.

176Auguste Armand a remis un exemplaire de son propre récit à chacun de ses enfants et à ses frères et sœurs, soit 6 exemplaires. Parmi les autres auteurs, Damien Palluis en a remis en premier lieu un à chacun des frères et sœurs de son épouse, soit 6 exemplaires. Ni l’un ni l’autre n’a précisé en avoir donné à leurs enfants ! Mais, pour d’autres auteurs, les descendants ne savent pas auprès de qui ni dans quelles circonstances la distribution ou la répartition des récits s’est faite. Pour Cyril Ramel, s’agissant d’un discours énoncé devant les enfants et petits-enfants, la fratrie et les neveux et nièces de l’auteur, personne n’a su à qui l’allocution avait été remise une fois transcrite. Thierry Guilbert, décédé juste après avoir mis un point final à son récit, n’a pas pu remettre des exemplaires lui-même à sa famille. Le récit d’Élisabeth Durieux, écrit récemment et ayant été rédigé dans un but de communication à l’attention des critiques d’art, n’a pas encore fait l’objet d’une distribution familiale.

2. 2.2.2. La descendance et la parentèle

177Hormis le noyau familial, d’autres destinataires ont bénéficié des recueils : en premier les petits-enfants et les cousins, puis leurs descendants. On trouve deux modes d’acquisition pour eux : le don ou la souscription. Mais les descendants ne connaissent pas toujours les modalités de transmission.

178– Le don

179Des petits-enfants ou des cousins ont pu recevoir un recueil de la main des auteurs. Pour les petits-enfants, tout dépend de leur âge du vivant de leur aïeul(e). Ils sont le plus souvent trop jeunes entre la fin de l’écriture et le décès de leur aïeul. Tout dépend aussi des intentions des auteurs et des modes de publication. Lorsque les petits-enfants n’acquièrent pas directement l’ouvrage, plusieurs voies possibles d’accès existent. Soit l’un au moins des enfants de l’auteur est impliqué dans l’œuvre de son père ou de sa mère et leur en remet un exemplaire à titre posthume. Soit les petits-enfants le trouvent parmi les documents de famille après le décès de leurs parents. Leur accueil diffère. Certains ont été intéressés jusqu’à par exemple se faire les dépositaires de l’original ou poursuivre sa diffusion. D’autres en ont eu un exemplaire en leur possession, mais en ont une image défavorable et n’aiment pas en parler. D’autres encore connaissent son existence, mais ne s’y sont jamais attardés. Beaucoup de récits se sont trouvés délaissés dans une cave, un grenier ou un fond de tiroir, sans être même lus ou à peine parcourus, mais aussi jetés, vendus ou donnés avec d’autres ouvrages de bibliothèque.

180Pour les cousins, c’est à leur demande, en général, que le récit est remis. Ils peuvent être des cousins d’un degré très lointain. C’est alors la fréquentation entre cousins installés sur les terres héritées qui favorise l’occasion d’acquérir un tel document. Cette influence du réseau, tissé entre les membres des familles possédant des propriétés proches de la ville d’intégration, sur les chances de se trouver dépositaire d’un récit sera reprise ultérieurement.

181Pour Camille Delérable, les informateurs ne savent pas quel était le nombre d’exemplaires imprimés. Les petits-enfants de l’auteur étaient très jeunes et en nombre très réduit du vivant de l’auteur ; aussi n’en avaient-ils sûrement pas reçu. Quant aux cousins, personne ne peut dire s’ils en avaient obtenu de la première édition. Par contre, l’un des petits-enfants informateur peut dire que, concernant la seconde édition, sans doute 500 exemplaires ont été édités par son père. Ainsi, les enfants ont été dynamiques pour que les petits-enfants en aient tous un exemplaire, avec cette seconde édition. L’informateur lui-même en donne aux cousins et aux descendants qui se montrent intéressés. Il en reste une cinquantaine d’exemplaires aujourd’hui. Pour autant, l’informateur est critique sur certains contenus qui l’amènent à s’interroger sur les positions de certains membres de sa famille durant la Révolution et au-delà. Une de ses cousines et un de ses cousins savent posséder le récit, mais la mémoire qu’ils en ont les conduit à le laisser dans un tiroir.

182Il n’y a pas eu de diffusion du manuscrit de Lilian Collas, de son vivant, aux petits-enfants et cousins. Par contre, les enfants ne sont pas restés inactifs en dactylographiant et copiant le récit après son décès. C’est grâce à cela que les petits-enfants en bénéficièrent, mais ce mode de circulation est le résultat d’une transmission posthume et sera repris dans le chapitre suivant. Certains descendants en gardent une impression de grande tristesse : ils sont renvoyés à l’histoire douloureuse – encore proche – de certains de leurs ascendants.

  • 55 C’est ainsi que l’on appelle certaines propriétés de famille. Avec les nombreux partages des patri (...)

183Damien Palluis et son épouse, eux, disent qu’ils ne savent pas combien ils ont donné d’exemplaires en 10 ans. Ils en remettent à qui le désire : il n’y a qu’une dizaine de pages ; il suffit de photocopier ! Les petits-enfants sont assez grands pour en avoir eu. Un des informateurs a expliqué comment il avait reçu un exemplaire. Il est un arrière-petit-cousin en lignée maternelle pour les auteurs. Il a su l’existence du récit, très vite après la distribution des premiers exemplaires, en 1988, par l’intermédiaire de son oncle. Ce dernier et les auteurs se sont rencontrés l’été dans le village où ils ont chacun leur propriété sur les terres achetées par leurs ascendants communs avec la fortune héritée de leur ancêtre commun. Ils ont conversé comme ils le font souvent et l’un des auteurs lui a expliqué qu’il avait « écrit un petit papier, et il a dû dire : "si quelqu’un en veut un". Mon oncle a insisté pour régler les frais de photocopies ». L’informateur connaît lui-même l’auteur pour l’avoir rencontré quelquefois sur ces mêmes terres, lors de réunions de famille ou à des sorties d’église. « Dans la famille, on dirait que tout a commencé à Au. », dit-il. Un autre des informateurs a aussi expliqué comment il avait reçu ce récit. Il est un cousin issu de germain du précédent et, par rapport aux auteurs, un petit-cousin. Il a appris l’écriture du récit car il a une ferme55 sur les terres familiales, donc pas très loin de chez les auteurs.

184Un petit-cousin au 3e degré de Julien Bélors explique qu’il a reçu son exemplaire de l’auteur lui-même alors qu’il allait lui rendre visite, sept ans après la publication du recueil, dans sa villa à proximité du lieu où il passait ses vacances en Haute-Savoie, sur les terres originaires de leurs ancêtres communs. Il ne pense pas que ses frères et sœurs en possèdent un exemplaire, à l’exception d’une sœur qui le reçut par l’intermédiaire de son père. Par contre, un de ses cousins germains en a eu un par la voie de sa propre mère. Un fils de cet auteur, autre informateur, explique que son père a offert un exemplaire à chacun de ses petits-enfants, au fur et à mesure, à l’occasion de leur naissance. Quant aux cousins et petits-cousins de son père, ce sont surtout ceux de Haute-Savoie qui en possèdent des exemplaires. Il y a enfin un exemplaire dans plusieurs bibliothèques municipales. L’accueil du récit fut ambivalent. Il laisse chez plusieurs descendants et collatéraux l’impression d’une hagiographie.

185– Les souscriptions

186Il n’y a qu’Auguste Armand qui ait lancé une souscription auprès de ses cousins, qui étaient eux-mêmes demandeurs d’une large impression. Il a demandé cent exemplaires à son imprimeur.

J’ai écrit systématiquement à toutes les familles de mes cousins germains et issus de germains. 80 % m’ont donné leur accord pour souscrire. [...] On a vu que 100 environ étaient intéressés. On en a commandé 100.

187Les petits-enfants de cet auteur sont encore trop jeunes pour que le récit leur soit remis.

3. LES PRATIQUES DE TRANSMISSION POSTHUME ENTRE GÉNÉRATIONS

  • 56 Nous avons opté pour les deux premiers récits de référence parce que les trajectoires de leurs exe (...)

188Une fois écrits, une fois diffusés, une fois leurs auteurs décédés, que deviennent les récits avec le temps ? Comment les recueils d’origine sont-ils arrivés jusqu’aux informateurs ? En hérite-t-on ? Si oui, qui en hérite et qui hérite de l’original, lorsqu’il y en a un ? Selon quelles lois, originaux, copies et photocopies aboutissent chez les uns ou chez les autres ? Comment fait-on pour en acquérir quand les copies sont épuisées ou quand on n’est pas de la famille proche ? Ce parcours posthume est proposé pour deux récits seulement car il faut prendre en compte les trajectoires de plusieurs de leurs exemplaires56.

  • 57 L’interrogation reste pour le prêtre. Certes, il se rendait très régulièrement chez ses parents et (...)

189Après le décès de leurs auteurs, les récits originaux, les copies anciennes et les anciennes éditions se retrouvent chez les enfants de sexe masculin : plus précisément, soit chez les fils uniques, soit chez les derniers survivants avec postérité. Pour la génération suivante, ils parviennent indifféremment chez des fils ou filles, aînés ou cadets. Ce qui semble le critère pertinent, c’est que tous ces petits-enfants dépositaires ont vécu dans une très grande proximité avec leurs parents ou dans leur maison57. Vivre dans le lieu où a habité son parent ou à proximité semble influer sur le parcours des récits généalogiques et des documents de famille. Enfin le fait que le récit relate l’histoire d’une lignée maternelle n’empêche pas de l’acquérir : le port du nom de l’auteur n’est pas systématiquement un frein à son appropriation.

190Vers qui iront ces recueils à la quatrième génération ? Plusieurs dépositaires n’ont pas d’enfants. Vont-ils circuler jusqu’à un frère ou une sœur après leur décès, puis être transmis à l’un de leurs enfants, selon les lois appliquées aux deux générations précédentes ? En sera-t-il de même pour les informateurs ayant des enfants ? S’ils décèdent avant l’un de leurs frères, les papiers vont-ils rester dans leur lignée ou être remis à l’un de ceux de leur génération, et en conséquence être transmis à la descendance de celui-ci ? Il n’a pas été possible de le savoir. Quoi qu’il en soit, la position d’aîné ne donne jamais de gage de propriété des recueils et des papiers de famille.

191Pour les trajectoires de récits sous forme d’éditions posthumes ou de photocopies, on remarque aussi l’effet de la proximité de l’habitat des parents ou des collatéraux avec, en sus, la profession – notaire – qui, on le sait dans le milieu, invite à prendre en charge les affaires de la famille.

192Comment les exemplaires de la première et de la seconde édition du récit de Camille Delérable sont-ils parvenus chez leurs dépositaires ? Comment deux de la première édition se sont-ils trouvés par exemple chez l’un des petits-fils de l’auteur portant son patronyme et chez l’un de ses petits-neveux, le petit-fils de sa sœur ? Ce n’est pas par héritage. Le premier réside sur les terres achetées par son père pendant la guerre, dans le Rhône. Il est le second garçon de sa fratrie. « C’est moi qui ai hérité des papiers de mon père », dit-il. Mais on va voir que dans les faits, il les a acquis plus qu’hérités. Plus exactement, précisera-t-il, il a reçu son exemplaire de sa sœur qui s’était occupée, après le décès de leur mère, de vider les placards et l’avait trouvé avec tous les documents ayant servi à concevoir l’original. Le tout était classé dans des cartons, « comme le grand-père l’avait laissé », sous le titre : « Les Delérable, papiers Camille Delérable ». « Dans la famille, explique-t-il, c’est seulement ma sœur et moi qui avions eu envie et avons pris les livres de famille ». Ainsi donc, dans ce cas, le destinataire est un cadet de sexe masculin et le récit généalogique lui est revenu par l’intermédiaire de sa sœur qui l’avait trouvé et donc ne l’a pas gardé.

193Qui était le père de cet informateur et comment a-t-il acquis les documents originaux à partir desquels son propre père a conçu son récit ? Il était, après le décès de ses 3 premiers frères, devenu le dernier fils survivant au moment de la mort de sa mère. C’est probablement parce qu’il était le « dernier fils survivant de la génération des enfants de l’auteur qu’il a reçu les papiers de famille », a suggéré un autre informateur, un cousin germain du premier. Il avait pourtant 2 sœurs aînées encore vivantes. L’informateur ne sait pas pourquoi les documents de famille se trouvaient chez son père et pas chez ses tantes. Ainsi, cet exemplaire se retrouve chez le dernier fils survivant de la génération – un fils devenu aîné des garçons – et pas chez les filles aînées. Ce père a fait rééditer la monographie écrite par son propre père.

194Le second dépositaire, petit-neveu par la sœur de l’auteur, a acquis son exemplaire à la suite de circonstances semblables à celles de son cousin issu de germain, le précédent informateur. Il explique qu’il l’a recueilli dans la bibliothèque de son père, après le décès de sa mère, lorsque s’est fait le déménagement de leur appartement, en 1988. « Cela n’intéressait personne, alors je l’ai pris », explique-t-il. Il avait également trouvé alors un autre recueil de son grand-oncle. L’informateur a toujours vécu dans la banlieue ouest de Lyon. Il est le troisième de 9 enfants et l’aîné des garçons. Il est prêtre et a résidé plusieurs années dans la même maison que ses parents, mais l’une de ses sœurs aussi. Pourquoi a-t-il été le seul des 9 à avoir pris ces deux recueils ? Le fait d’être un frère aîné a-t-il eu un impact sur le retrait de l’intérêt des autres ? Est-ce le fait d’avoir vécu proche de ses parents et longtemps dans la même maison ? Est-ce la conjonction des deux ?

195Pourquoi était-ce le père de l’informateur qui avait reçu l’exemplaire de sa propre mère (sœur de l’auteur) ? Il était le troisième de cinq enfants nés de secondes noces (deuxième garçon sur trois), mais les décès de deux frères et d’une sœur vers l’âge de vingt ans l’amenèrent à devenir le seul garçon avec une sœur aînée. Ainsi le recueil est parvenu chez ce seul fils même s’il n’était pas l’aîné. Ce dépositaire, prêtre, à qui le remettra-t-il ? Ou plutôt, qui choisira d’en être dépositaire ? Il a deux neveux qui s’intéressent depuis plusieurs années à la famille ; l’un d’entre eux a écrit une histoire romancée de son grand-père – le père de l’informateur – en 1987. Ainsi, pour cet exemplaire, quelque forme qu’ait eue la transmission entre les générations à partir du décès de la sœur de l’auteur, ce sont des garçons qui en furent les dépositaires : un cadet devenu fils unique puis un aîné.

  • 58 Nous avons cherché à joindre ce petit-fils aîné. Mais nous n’avons eu qu’une seule conversation té (...)

196La trajectoire de deux exemplaires de la seconde édition amène vers un petit-fils et une petite-fille de l’auteur – tous deux frère et sœur –, cousins germains du dépositaire des originaux. Lui est l’aîné d’une fille de l’auteur, la seule mariée et l’aîné des petits-enfants. Elle est la benjamine après deux frères. Lui vit près de Paris58 et elle, dans un bourg près de Lyon. Elle a eu cet exemplaire de son oncle mais dit ne pas l’avoir lu : « c’est à mon âge qu’on commence à y prendre intérêt ». Avec ses frères, ils sont les aînés des petits-enfants de l’auteur. Son frère aîné, dit-elle, est le seul qui ait bien connu leur grand-père ; il avait 12 ans quand ce dernier est décédé. Elle se souvient, elle, « d’un vieux monsieur sur son lit de mort ». Ainsi, une petite-fille et un petit-fils, enfant d’une fille ont les recueils de la deuxième édition.

197Dans le cas du récit de Lilian Collas, il y a un recueil original, des copies anciennes et des photocopies. Le recueil original est rangé avec d’autres documents de famille dans une malle déposée chez un petit-fils (fils d’un fils) de son auteur. Cette malle se trouve en fait habituellement chez la mère de celui-ci qui habite à quelques pas de chez lui à Lyon 6e. Depuis plusieurs mois, elle fait la navette, entre eux. « Ce sont des papiers », dit-il. « Mon frère n’y tient pas. Il a les portraits car c’est l’aîné. » En effet, cet informateur est un second garçon, 4e enfant de 5. Son frère aîné a reçu au décès de leur père des portraits de valeur peints par leur oncle, artiste lyonnais. Cette malle, « ce ne sont que des papiers pour lui ». Aucun des deux n’a de fils, l’informateur, lui, n’ayant pas d’enfant.

198Ces papiers sont parvenus jusque chez ses parents comme précédemment, à la suite d’un déménagement. Après le décès de son grand-père – 4 ans après la fin de l’écriture du récit – sa tante, son oncle et son père ont fait le partage des objets entre eux. L’oncle aîné était déjà décédé. Personne d’autre que son père n’était intéressé par les papiers de famille, dit l’informateur. Dans leur fratrie, ils étaient 5, mais à l’époque ils n’étaient plus que 2 frères et une sœur vivants. Son oncle – le plus jeune – était célibataire et il avait un tout petit appartement ; c’est la raison qui l’a poussé à ne pas prendre les papiers de famille chez lui, explique l’informateur. Cependant, dès qu’il avait un document pouvant avoir trait à la famille, il le donnait à son frère, le père de l’informateur.

199Sa tante n’était pas non plus sans porter de l’intérêt à la famille puisque c’est elle qui avait fait dactylographier et recopier le récit généalogique de son père. Aujourd’hui cette tante et cet oncle sont décédés. Il y avait aussi une tante par alliance, l’épouse de l’oncle aîné qui était encore en vie à l’époque du déménagement. Elle n’a pas été dépositaire des papiers de la famille de son mari. Elle est encore en vie aujourd’hui, comme la mère de l’informateur. Le fait qu’elle n’ait pas eu avec son mari de fils mais 2 filles (il y avait une autre fille du premier mariage) a-t-il joué dans la destinée de la malle ? C’est chez sa belle-sœur que les papiers de famille ont abouti, la mère de l’informateur qui est dépositaire pour son mari décédé. Aujourd’hui, ces papiers semblent destinés à rester chez son second fils.

200Pour les copies anciennes, on peut en voir l’une chez deux petites-nièces de l’auteur, cousines issues de germain de l’informateur précédent et l’autre chez un petit-neveu (fils d’une nièce de l’auteur). Les premières résident ensemble à Lyon : elles sont célibataires. Comment l’ont-elles eue en leur possession ? Parce que, ont-elles expliqué, leur père a longuement habité avec elles dans les dernières années de sa vie. Ainsi, les documents de famille du père sont tout simplement restés chez elles. Elles sont les filles aînées d’une fratrie de 5 enfants et ont trois frères cadets. Ce sont donc ici des filles aînées qui sont dépositaires de l’exemplaire du père, et ceci parce qu’elles ont vécu dans le même lieu que celui-ci. Il n’y a pas eu de déménagement, comme cela a été le cas pour les autres informateurs, car l’appartement leur a été légué. Les papiers sont restés où ils étaient, « dans le même tiroir que du temps de leur père ». Ils n’ont fait l’objet d’aucun partage. Le rang d’aîné des informatrices a-t-il joué dans le fait de laisser l’ensemble des documents de famille en l’état, chez elles ? Où est-ce d’abord la résidence dans le lieu familial qui rend favorable le dépôt ?

201Leur père était le seul garçon d’une fratrie de 5 et le seul aussi à avoir eu le récit. Ses sœurs n’ont pu l’avoir puisque les copies anciennes n’avaient été remises qu’aux seuls frères et sœurs de l’auteur. L’exemplaire provenait donc directement d’un frère de l’auteur. Elles ont appris l’existence du recueil rédigé par leur grand-oncle lorsqu’elles étaient jeunes filles, « sans doute peu de temps après qu’il ait été écrit ». Ainsi le recueil avait circulé du frère de l’auteur à son seul fils, puis vers les 2 filles aînées de ce dernier ayant partagé le même appartement que lui.

202Le petit-neveu est le second fils d’une fratrie de 3 enfants et clerc de notaire à Roanne. Il a reçu ce récit de sa mère. Celle-ci avait bien un frère avant elle, mais il était déjà décédé au moment du partage ayant suivi le décès de leur père. On ne sait pas comment cette mère a acquis le récit. Pourquoi est-ce ce second fils qui l’a à présent ? Est-ce sa profession qui a canalisé le recueil ancien vers lui ? S’occupe-t-il des affaires de la famille ?

203Pour les photocopies du récit, on en trouve par exemple une copie chez un petit-neveu de l’auteur et une autre chez une petite-nièce (cousine issue de germain). Le premier dépositaire a photocopié le récit « il y a 4 ou 5 ans » – soit une cinquantaine d’année après sa publication – à partir de l’exemplaire prêté par cette cousine. C’est ainsi que l’informateur a découvert l’histoire de sa lignée maternelle. Il est le dernier de 6 enfants et le second garçon, et aucun de ses aînés n’avait jamais eu ce récit en main. Il ne savait pas, avant l’enquête, où se trouvait l’exemplaire qu’avait dû recevoir sa grand-mère maternelle, sœur plus âgée de l’auteur. Sa mère était restée la seule enfant sur 4, arrivée à l’âge adulte et aurait donc dû en avoir un ! Il pensait que l’original se trouvait chez une cousine de celle-ci toujours en vie, mais il ne savait pas laquelle. Il a proposé à son frère aîné de photocopier l’exemplaire. Il l’a fait mais celui-ci lui a répondu : « Mais qu’est-ce que tu veux que j’en fasse ? ».

204Pourquoi dans sa fratrie, un deuxième garçon, le dernier de la famille, a-t-il eu connaissance de ce récit, le premier ? L’informateur a la caractéristique d’avoir vécu dans l’appartement jouxtant celui de ses parents, puis après leur décès, dans leur propre appartement, où il vit encore aujourd’hui avec son épouse. Son aîné et sa sœur vivent dans le même immeuble que lui ; le fait qu’il ait été le plus proche dans l’espace (une porte reliait l’intérieur des deux appartements) et ait ensuite repris l’appartement, fait-il la différence avec sa fratrie ? Ainsi se précise la relation entre la vie dans les espaces partagés et hérités des parents et la propension à être dépositaire de récits généalogiques. Le second dépositaire, la petite-nièce de l’auteur, elle, était en possession du récit parce qu’elle avait fait des photocopies d’une copie ancienne appartenant au cousin clerc de notaire cité ci-dessus. Elle habite à Lyon et est la quatrième enfant d’une fratrie de 8. Elle explique que sa mère ne leur parlait pas beaucoup de son histoire : « un truc très triste, je ne sais rien ». Elle a un frère aîné : pourquoi n’est-ce pas ce frère qui s’est préoccupé d’acquérir le récit ?

205Ainsi, il n’y a pas de dévolution des récits généalogiques : ils ne s’héritent pas, ils se présentent à vous parce que les lieux que vous habitez ou que vous fréquentez les conservent ou les attirent comme naturellement. Vous saisissez l’occasion de les accueillir. En effet, les descendants sont d’abord des dépositaires ; c’est bien le mot – dépositaire – car c’est le lieu qui compte, le lieu dans lequel le récit a été déposé.

Notes

1 Rappelons que la variable du sexe n’a pas été prise en compte a priori dans la composition de l’échantillon. En effet, l’enquête n’a pas pu nous amener à réunir un nombre conséquent de femmes auteurs de récits généalogiques. Aussi, nous avons considéré que ce fait était le reflet de la structure de la population.

2 D’ailleurs, lorsque nous avons cherché à rencontrer cet auteur, c’est son épouse qui s’est présentée comme interlocutrice compétente : est-ce parce que l’objet du récit est l’histoire de sa famille à elle ou parce que le grand âge de son mari (88 ans) l’amenait à prendre le relais ? Dans tous les cas, nous avons décidé du fait de son implication de la prendre en compte, même si elle n’était pas signataire. Il faut ajouter que dans ces 9 récits, 2 adresses ont été écrites par des femmes : la première par une cousine de l’auteur du récit, celui-ci étant décédé à l’époque de la publication, la seconde par sa sœur aînée, celui-ci n’ayant pas renoncé à sa propre adresse (il y a donc deux adresses).

3 COENEN-HUTHER Josette (1994), chapitre 2, op. cit. On peut aussi voir l’étude de Catherine Bonvalet, Dominique Maison et Laurent Ortalda (1999) sur les caractéristiques différentielles de discours masculins et féminins de narrateurs contemporains sur leur famille, au cours d’entretiens. Voir « La place des univers familiaux, résidentiels et professionnels dans la structure du discours. Analyse textuelle des entretiens de "Proches et parents" », in La Famille et ses proches. L’aménagement des territoires, p. 225.

4 COENEN-HUTHER Josette (1994), ibid., p. 48. Nous n’avons pas cherché à calculer le taux différentiel de présence masculine et féminine dans les récits selon le sexe de leurs signataires, les femmes étant en nombre insuffisant pour obtenir des résultats pertinents.

5 André Burguière ne dit pas avoir choisi son échantillon en fonction d’une problématique sur l’identité sexuelle, non plus.

6 Josette Coenen-Huther n’a pas mis en rapport la variable du sexe et la mémoire statutaire.

7 LE WITA Béatrix (1983), Mémoire familiale et mémoire généalogique de quelques familles de la bourgeoisie parisienne, p. 250 à 258, mais aussi (1988) art. cit., p. 116.

8 LE WITA Béatrix (1988), op. cit., p. 118. L’auteur n’a pas effectué de comparaisons systématiques entre les nombres de personnages masculins et féminins cités oralement par les hommes et par les femmes de son corpus.

9 LE WITA Béatrix (1983), op. cit., p. 193

10 LE WITA Béatrix (1988), op. cit., p. 152-153.

11 COENEN-HUTHER Josette (1994), op. cit., p. 238 (en italiques dans le texte).

12 Il aurait fallu établir une comparaison entre des récits généalogiques parisiens et les récits du corpus lyonnais pour nous assurer qu’il n’y ait pas de différence entre les deux mémoires généalogiques écrites. Les récits généalogiques étant un genre, nous n’avons pas effectué une telle comparaison, la pertinence, ici, étant de comprendre le mode de construction spécifique de la mémoire écrite de la bourgeoisie.

13 La troisième auteur – Élisabeth Durieux – a écrit le récit généalogique pour répondre à des attentes professionnelles du milieu artistique de grande notoriété dans lequel son père et ses aïeux ont vécu.

14 Nous entendons ici publier dans le sens restreint de rendre public pour la première fois, quels qu’en soient le mode et le contexte.

15 L’âge du retrait des activités professionnelles est relatif aux professions des auteurs et à l’époque de l’écriture. Par exemple, il est différent pour un officier de l’armée et pour un chef d’entreprise de la fin du XIXe siècle.

16 HALBWACHS Maurice (1925), op. cit., p. 104-105. Ces hypothèses ont été largement reprises par les observateurs des généalogistes de notre époque.

17 LE WITA Béatrix (1988), op. cit., p. 148.

18 Au vu de la variabilité des âges et de la taille limitée de l’échantillon, prendre en compte une moyenne n’a pas grande signification. Mais nous en avons quand même fait usage pour évaluer la relativité des faits, c’est-à-dire pour témoigner d’un écart entre les âges des auteurs au décès de leur père, et ceux de leurs père et grand-père paternel au décès de leur père. C’est l’amplitude de cet écart qui nous importera et non les moyennes en tant que telles. L’époque à laquelle les auteurs ont vécu ne paraît pas avoir influé sur ce temps de fréquentation : que les auteurs soient nés à un siècle ou à un autre ne paraît pas créer de différences.

19 Nous avons examiné les rangs des mères des auteurs dans leur fratrie. Nous cherchions à savoir si elles étaient, elles, plutôt des aînées. Dans un tel cas, nous pouvions faire l’hypothèse que les auteurs se trouvaient dans une configuration généalogique spécifique entraînant une fréquentation plus élevée de leurs maternels et de la mémoire de ceux-ci. Nous avons relevé les âges des auteurs et de leurs ascendants patrilinéaires au décès de leurs mères respectives, pour nous assurer des temps de fréquentation pour chaque génération et chaque lignée des auteurs. Cette hypothèse n’est pas confirmée. Ce n’est pas le rang des mères dans leur fratrie qui leur donne plus de poids dans la balance des mémoires affectives de leurs enfants. La lignée patrilinéaire n’a pas souffert non plus d’une perte de mémoire plus grande sous l’effet d’un temps de fréquentation plus élevé des grands-mères paternelles.

20 Les informations manquent pour 2 de ces grands-pères.

21 FAUVE-CHAMOUX Antoinette (1994), « Mariages sauvages contre mariages-souches : la guerre des cadets » in Les Cadets, sous la dir. de Martine Segalen et Georges Ravis-Giordani, p. 188.

22 Les 3 fils aînés de Camille Delérable meurent très jeunes, les 2 premiers à la guerre de 1914-1918 et le troisième à l’âge d’un an. Florent Reynaud précise, dans sa première lettre adressée à son fils aîné, en 1878, que son épouse avait fait deux fausses couches. Il ajoute un commentaire pour dire ses inquiétudes de ne pas avoir d’enfants en ces termes : « Là vinrent au monde nos deux fils aînés : Régis, que des prières spécialement faites à Saint François-Régis, nous ont obtenu après toutes nos tristesses et nos craintes de ne point avoir de postérité, puis André. » Dans l’avant-dernière lettre en 1918, on apprendra qu’il perd 2 garçons – dont l’un à 30 ans à la guerre de 1914-1918 – et 1 fille. La fille aînée de Fabrice Adelin meurt à un jeune âge. Enfin, Marie-Joséphine Detilleul perd son fils aîné alors que celui-ci a 18 ans.

23 Le nombre maximum de petits-enfants est 17. Deux auteurs sont dans ce cas. Florent Reynaud est une exception : il a 39 petits-enfants quand il termine sa dernière lettre. Mais rappelons qu’il n’en a pas quand il commence sa première lettre : il a alors seulement un fils de 3 ans.

24 S’il y avait eu crainte, elle pouvait être justifiée car la postérité de son patronyme n’a pas été assurée dans sa propre descendance, ses deux petits-fils du nom n’ayant pas eu de postérité eux-mêmes. C’est l’un d’entre eux qui me fit part de la fin de la postérité du nom dans la lignée de son grand-père auteur. Nous n’avons pas de données permettant d’imaginer que celui-ci s’était préoccupé de la question.

25 Ni les auteurs dans leur récit ni les informateurs privilégiés ne peuvent dire si les premiers ont eu des cousins issus de germains, c’est-à-dire si leur grand-père paternel avait eu une autre postérité portant le même patronyme que celle de leur père. L’inconnu, ici, est celui de la famille elle-même, jusqu’à ce jour.

26 On ne constate pas d’origines rurales communes aux premiers ancêtres des bourgeois lyonnais, si ce n’est que les migrations se sont faites à partir des départements limitrophes du Rhône, ce qui va tout à fait dans le sens de l’histoire de la bourgeoisie.

27 Les 2 cas qui font exception sont l’auteur du récit de Cyril Ramel, dont la ville d’élection n’est pas Lyon, et l’auteur qui fit la généalogie des graveurs et peintres lyonnais.

28 GOTMAN Anne (1988), Hériter, p. 113.

29 Dans la mesure où une logique transcende nettement les rapports aux études et professions des acteurs pour toutes les générations, nous avons pris en compte pour chacun d’eux les données sans faire cas de la variable temps. En effet, on pouvait penser que les auteurs et leurs ascendants nés les plus récemment avaient plus de chances de faire des études étant donné l’évolution continue de l’accès aux études de ces cent dernières années. Mais cette variable n’était justement pas pertinente pour la population que nous analysions. La pertinence se trouve dans le degré d’ancienneté des générations.

30 Veuve à la Révolution, elle est obligée par le Comité révolutionnaire de rouvrir un atelier. Rappelons que l’épouse de Damien Palluis ne travaille pas mais a monté bénévolement, dès après la guerre, un service de bibliothèque pour des hôpitaux et en est devenue la directrice.

31 Nous avions des documents permettant de montrer les niveaux financiers de certains membres des familles mais nous n’avions pas d’informations suffisantes pour établir une comparaison systématique. De plus, l’essentiel, au vu de la pertinence du sujet, était plus le sentiment qu’avaient les auteurs et informateurs que la réalité évaluée par la preuve empirique.

32 Nous aurions pu appliquer des indices calculés selon la méthode utilisée par Maurizio Gribaudi (1987) pour son étude sur l’immigration des ouvriers à Turin, mais le nombre de familles était trop restreint pour nous lancer dans une méthode aussi lourde. D’autre part, l’objet n’était pas central, car nous avions déjà la preuve d’un sentiment de déclassement, à partir de l’analyse des rapports entre générations ; pour autant, une telle recherche serait sûrement pertinente.

33 Nous avons compté comme diplôme supérieur le diplôme de maître-chirurgien de l’ancêtre fondateur du troisième auteur, délivré en 1751 après concours.

34 L’auteur du récit explique que sans doute l’industrie de la chapellerie dans laquelle son arrière-grand-père est entré appartenait à son beau-père. Quand il a épousé la fille de ce dernier, elle avait 17 ans, alors que lui en avait 32.

35 Cette information ne se trouve pas dans le récit généalogique. C’est un petit-fils qui nous l’apprend lors de l’enquête. En effet, l’auteur eut des revers dans sa profession, tels qu’il dut rembourser ses clients, vendre son étude et revenir à la profession de clerc : « à partir de là, il n’a plus été le même homme », précise ce petit-fils.

36 Mais aussi, on pouvait penser que les auteurs eux-mêmes avaient fait des alliances spécifiques, car il avait bien dû y avoir chez eux aussi une négociation de leur mémoire avec leur épouse, pour qu’ils aient transmis la leur. Il nous a été difficile d’en juger, n’ayant pas anticipé sur une telle hypothèse et donc n’ayant pas retenu d’indicateurs à proposer pour évaluer leurs alliances. La question méritait d’être examinée. Nous ne ferons que la poser. Dans tous les cas, avec les seuls éléments que nous pouvions réunir, nous avons supposé fortement que les alliances étaient soit une homogamie, soit une hétérogamie ascendante, mais avec la même configuration que celle des parents, du moins pour les auteurs de sexe masculin. La transmission de leur mémoire, si elle pouvait rencontrer une rivalité, pouvait donc l’emporter dans le cas d’un fort désir. Dans tous les cas, nous n’avons pas repéré d’alliance pouvant laisser penser à une condition inférieure du conjoint.

37 Dans les critères d’estimation des bourgeoisies catholiques anciennes, la noblesse reste une condition supérieure à la bourgeoisie. L’estimation de la supériorité de la condition d’une lignée bourgeoise sur une autre a été mesurée sur des échelles d’influences en cours dans le milieu bourgeois : nous avons considéré l’aisance financière des parents par le contrat de mariage ; l’ancienneté dans la cité par le multi-établissement des ascendants à Lyon ; la notoriété par la participation aux activités sociales et politiques, et par la présence du nom de famille dans le Tout-Lyon ; la noblesse des alliés ; la supériorité des professions des ascendants, etc. Au moins trois critères devaient pouvoir être présents.

38 HALBWACHS Maurice (1925), op. cit., p. 170.

39 BERTAUX Daniel et BERTAUX-WIAME Isabelle (1988), Life stories, p. 21. Les auteurs précisent que « si un mariage consacre formellement l’union de deux familles, il est courant (et inscrit dans la situation) que ces deux familles soient dans un rapport de rivalité sourde dont l’enjeu réel est, dans le long terme, l’appropriation symbolique des enfants ».

40 COENEN-HUTHER Josette (1994), op. cit., p. 235-236.

41 COENEN-HUTHER Josette (1994), ibid., p. 236.

42 COENEN-HUTHER Josette (1994), ibid., p. 237-238. Les guillemets du terme culture sont dans le texte de l’auteur.

43 8 auteurs sur les 11 font part explicitement des raisons qui les ont amenés à écrire l’histoire de leur famille ou à prendre la parole pour la raconter. Les entretiens ont permis de compléter les données, notamment pour les 3 autres auteurs.

44 GROETHUYSEN Bernard (1927), op. cit., p. 285-286.

45 GRAFMEYER Yves (1993), op. cit., p. 26-27.

46 LÉVI-STRAUSS Claude (1962), La Pensée sauvage, p. 282.

47 LE WITA Béatrix (1988), « "Va voir la tante Yolande, elle te dira" : sur la transmission de la mémoire généalogique dans la bourgeoisie », art. cit., p. 113.

48 GARDEN Maurice (Préface), ZELLER Olivier et SAINT-ROMAIN Michel de (1986), Les Brac, Racines, Alliances, Fortune : une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la IIIe République, Tome 1, p. XVI.

49 L’étude de la dynamique de la genèse textuelle d’une œuvre est la génétique textuelle. Celle-ci a été l’objet des travaux de Jean-Marie Schaeffer (1989), notamment dans Qu’est-ce qu’un genre littéraire ? et dans son article « Poétique », in DUCROT Oswald et SCHAEFFER Jean-Marie (1972), Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage. La génétique textuelle est l’étude des avant-textes d’une œuvre. Elle porte sur des états textuels multiples référant à un même projet et produit les traces directes de la créativité textuelle.

50 L’informateur n’a pas pu nous dire comment était l’ouvrage qu’avait en sa possession son grand-père, car il a trouvé le sien chez un bouquiniste, par hasard. Il y a 3 exemplaires de cette généalogie chez les descendants : chez un de ses cousins issus de germain, notaire, chez son frère aîné et chez des cousins en lignée matrilinéaire.

51 Il s’agit d’une association lyonnaise dont l’objectif a été motivé par l’avènement du bicentenaire de la Révolution. Des familles lyonnaises dans les lignées desquelles il s’était trouvé des membres guillotinés durant la Révolution, avaient créé cette association.

52 Nous comprenons les actes et les rapports figurant sur les registres de commerce, des hôpitaux, des prisons, les témoignages en justice, les actes de sociétés, les baux d’appartements et de commerces, les inventaires de mobilier, les passeports, les actes de tutelle, d’émancipation, les nominations, les diplômes, etc.

53 LÉVI-STRAUSS Claude (1962), op. cit., chapitre 1, « La science du concret », p. 12-49.

54 ZELLER Olivier (1986), Une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la IIIe République : les Brac. Racines, Alliances, Fortune, Tome 1, p. 12.

55 C’est ainsi que l’on appelle certaines propriétés de famille. Avec les nombreux partages des patrimoines familiaux, les fermes implantées sur les terres des châteaux ont été données en héritage. Elles ont été transformées en maisons de famille.

56 Nous avons opté pour les deux premiers récits de référence parce que les trajectoires de leurs exemplaires ont une profondeur généalogique et que l’on a pu obtenir des informations suffisantes pour les décrire. En effet, les autres récits ont été publiés récemment ou bien leurs auteurs sont encore vivants ou bien les informateurs connaissent mal les chemins pour arriver jusqu’à eux et d’autant moins le destin des autres exemplaires. On a souhaité pourtant faire part des conclusions sur cette observation, même si on n’a pu qu’esquisser des hypothèses. Celles-ci permettent de mettre en lumière certains indicateurs propres à affiner nos interprétations.

57 L’interrogation reste pour le prêtre. Certes, il se rendait très régulièrement chez ses parents et se trouvait être un aîné. Mais sa sœur vivait aussi dans la même maison que leurs parents avec sa famille.

58 Nous avons cherché à joindre ce petit-fils aîné. Mais nous n’avons eu qu’une seule conversation téléphonique brève. Il ne souhaitait pas prendre le temps de parler de son grand-père ni de son récit sur lequel il restait assez critique. Était-ce bien ce seul sentiment critique qui lui a fait refuser une rencontre, alors que plusieurs autres informateurs l’éprouvaient aussi ? Était-ce sa position d’aîné ? Nous ne savons pas de quelle édition il est dépositaire.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search