Version classiqueVersion mobile

Généalogies

 | 
Chantal Rodet

Première partie. Histoire et contexte de la généalogie bourgeoise

Texte intégral

1. L’HISTOIRE DU GENRE GÉNÉALOGIQUE EN FRANCE

  • 1 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 23.
  • 2 L’essentiel des données, sur les périodes qui précèdent le XXe siècle, a été puisé dans les travau (...)

1L’histoire de la généalogie est « inséparable de l’histoire des représentations religieuses et des idéologies qui se sont déposées dans la culture occidentale », dit André Burguière1. Au fur et à mesure du temps, le champ généalogique a agrandi ses frontières : les généalogies ont été d’abord divines puis royales, puis, par le jeu des redistributions régaliennes, patriciennes, puis bourgeoises. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, il en est apparu une nouvelle forme qui a été qualifiée de populaire, démocratisée ou vulgarisée2.

1. 1. Les origines de la généalogie en Europe

2Dans toutes les civilisations antiques, la généalogie se révèle d’abord l’une des composantes essentielles des religions. On la trouve dans la plupart des mythes qui concernent la création de l’homme. Elle émerge en même temps que l’écriture.

1. 1.1. L’Antiquité

  • 3 BOOS Emmanuel de (1998), La Généalogie. Familles, je vous aime, p. 33.

3La généalogie est d’abord une succession de rois ou de chefs de peuples mise sous une autorité divine. En effet, les premiers textes écrits qui ne soient pas de simples aide-mémoire comptables sont des listes royales inscrites sous l’autorité des dieux, datées du troisième millénaire avant l’ère chrétienne3. On observe ce fait dans tous les grands foyers anciens de civilisation. Ainsi en est-il aussi pour les textes judéo-chrétiens qui décrivent les origines de l’homme de notre civilisation. Puis la généalogie devient une descendance, issue d’un ancêtre éponyme divin. Son objectif est alors de fonder la légitimité historique d’une religion, d’un chef ou d’un peuple. Les candidats à un rôle dans l’histoire, en quête de reconnaissance publique, et surtout leurs propagandistes, développent, grâce à elle, un argumentaire où origines et filiations divines tiennent une place de choix.

  • 4 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 18-51. Pline l’Ancien et Sénèque ont décrit comment l’atrium (...)

4Mais on trouve aussi dans l’Antiquité des généalogies profanes. Ainsi, à Rome, dit André Burguière, on en découvre dans les familles patriciennes. Elles configurent des lignes de filiation verticales entre leurs ancêtres les plus anciens et leurs enfants, celle-ci comprenant des filiations juridiques et non charnelles. Elles conservaient les masques funéraires en cire (imagines) de leurs membres. Les morts devenaient ancêtres accueillis dans le panthéon familial où ils contribuaient au renom de leur famille4. Ainsi, dans la civilisation qui a le plus influencé les structures de l’Europe, bien avant notre Moyen Âge, déjà à l’époque de la République romaine, le patriciat était formé de clans familiaux dont les membres se prévalaient de leurs pouvoirs politiques et religieux par une communauté d’ancêtres, et en face, les autres, la plèbe qui regroupait les Romains dépourvus d’aïeux.

5En conclusion, le mouvement du monde a trouvé son premier enchaînement explicatif et son premier ordre dans un lien généalogique, d’abord entre le divin et l’humain – le premier créant le second puis le second descendant du premier – et secondairement, entre les humains, mais seulement dans les élites.

1. 1.2. Le Moyen Âge

  • 5 BOOS Emmanuel de (1998), op. cit., p. 43-44.

6Avec la chute de l’Empire romain et les grandes invasions barbares, la généalogie régresse dans la plupart des pays d’Europe à cause du recul de l’écriture. Mais elle ne disparaît pas entièrement grâce à l’influence de l’Église chrétienne. Dès les premiers siècles, on trouve des clercs qui élaborent un nouveau type de généalogie : une généalogie hagiographique. Ces clercs font jouer à un grand nombre de saints le rôle tenu dans les sociétés antiques et barbares par les héros et les dieux éponymes à l’origine des peuples et dynasties royales : des saints à la place des héros et dieux païens. Ils établissent la parenté de ces saints avec d’autres illustres personnages (d’autres saints ou rois) pour les légitimer. Ces généalogies connurent un succès considérable qui se poursuivit très longtemps, au moins jusqu’au XVIIe siècle et même, pour certains écrits hagiographiques, jusqu’à l’aube du concile Vatican II (1962-1965)5.

  • 6 KLAPISH-ZUBER Christiane (1993), L’Arbre : histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et (...)

7Au XIIe siècle, une métaphore végétale vint rénover la présentation généalogique que les clercs donnaient des lignées saintes6. Elle apparut d’abord pour décrire la généalogie du Christ, figurant les versets du prophète Isaïe annonçant la venue d’un sauveur, dans le texte biblique. Le verset est bref, mais il a inspiré les commentateurs et l’iconographie de la généalogie jusqu’à ce jour. Christiane Klapisch-Zuber explique que cette métaphore végétale était déjà présente dans les rami et ramusculi romains et les arbores juris servant de tableaux de consanguinité aux clercs (IXe siècle). À partir du XVe siècle, ce modèle de l’arbre de Jessé constituera un modèle fixe pour représenter les généalogies du Christ et des saints. Dans l’art gothique, il fut aussi proposé retourné, c’est-à-dire montrant le Christ au sommet de sa généalogie : les artistes cherchaient à remettre celui-ci dans la posture du divin, en position de dominer et dans la hauteur des cieux.

8L’importance croissante donnée à cette iconographie du Christ vient en même temps que la montée de la centralisation du pouvoir monarchique en Europe. En effet la lignée du Christ étant royale (de sang royal), les rois qui reconnaissent leur royauté par la grâce de Dieu cherchent avec cette identification la préséance sur les autres seigneuries. On trouvera, par exemple, dans les galeries de grandes cathédrales, des généalogies des ancêtres du Christ sous les attributs des rois de l’époque (les Galeries des rois).

  • 7 DUBY Georges (1979), op. cit., p. 174.
  • 8 BOOS Emmanuel de (1998), op. cit., p. 52-53.

9Quant aux généalogies profanes, Georges Duby explique qu’on les trouve en Europe seulement dans les maisons royales jusqu’au début du IXe siècle. En France, on constate les premières généalogies dans les grandes familles princières durant ce siècle. Elles sont élaborées dans des monastères privés intégrés dans leur patrimoine. Elles apparaissent au moment où ces familles s’organisent en maisons et en lignages par l’effet de la décomposition du pouvoir royal, « à l’image de ce qui avait été jusqu’alors la seule "maison", la seule race, la seule généalogie véritable, celle du souverain »7. Ces principes tenaient la place du roi dans ce qu’ils appelaient leur regnum et ont adopté ce qui était au moins implicitement une prérogative régalienne. Leurs généalogies ont les mêmes objectifs de légitimation du pouvoir, d’exaltation de la lignée, que celles des rois avec lesquels ils entendaient rivaliser à cette période. Pourtant, même lorsqu’elles ont été conçues en opposition au pouvoir royal et pour manifester une indépendance, le prestige de la fonction royale était tel que, souvent d’emblée, parfois avec un temps de retard, la plupart d’entre elles affichaient du sang royal, surtout si ce sang était carolingien8.

  • 9 DUBY Georges (1979), op. cit., p. 165.
  • 10 DUBY Georges (1979), ibid., p. 25.

10Auparavant, les hommes appartenant à l’aristocratie n’ont en effet pas toujours ressenti le besoin d’entretenir la mémoire de leurs ancêtres ni de se situer au sein d’une lignée verticale. Au contraire, ils ont longtemps considéré leur famille comme un groupe horizontal, étalé dans le présent, sans limites précises, ni fixes. À l’époque franque, ils s’agrégeaient à la maison royale, la première à se manifester comme race, et attendaient bienfaits et honneurs d’elle. La noblesse était alors domestique et ne s’est organisée en maisons particulières qu’à partir du moment où des hommes de celles-ci ont été choisis par les rois pour assurer des charges en leur nom. Ce fut seulement lorsque les familles nobles se dégagèrent de la domesticité royale, s’approprièrent un pouvoir autonome, une seigneurie particulière, qu’elles s’ordonnèrent en dynastie et eurent une conscience lignagère d’elles-mêmes. Ainsi, la façon de se représenter l’individu au sein de sa parenté se resserre sur la filiation agnatique. Cet individu se sent désormais membre d’une race où de père en fils se transmet un patrimoine. Il est devenu lui-même un prince, ayant pris conscience d’hériter. « Il se sent noble, puisque être noble, c’est d’abord se réclamer d’ancêtres connus, c’est se référer à une généalogie9. » Il est « conscient de sa position et de l’honneur de sa descendance »10. Une telle vision lignagère valorise l’ancienneté du groupe familial, héroïse l’ancêtre commun et souligne la supériorité de la filiation agnatique. Elle produit une conscience de classe, mais aussi une conscience familiale de soi, c’est-à-dire une conscience d’héritier.

  • 11 DUBY Georges (1979), ibid., p. 165.
  • 12 DUBY Georges (1979), ibid., p. 176-178.

11Il faut attendre le Xe siècle pour commencer à trouver dans des familles autres que princières une telle vision et l’écriture généalogique qui s’ensuit. En effet, par contamination, on voit des familles de plus en plus modestes faire l’objet d’une généalogie. Une conscience généalogique émerge chez elles quand leurs richesses et leurs pouvoirs deviennent autonomes et héréditaires11. Elle accompagne ainsi l’apparition de la noblesse et la naissance de la féodalité. Dans son armature profonde, la généalogie relate alors d’abord la transmission d’un titre et d’un patrimoine. Puis, à partir du XIIe siècle, elle tend à devenir une suite d’éloges individuels moins à destination de la transmission d’une puissance politique qu’à celle de la transmission d’une gloire et d’un honneur dont les héritiers devaient se montrer dignes12. Mais les généalogistes ne se sont pas intéressés seulement aux individus d’un lignage. Dès le XIIIe siècle, ils se sont penchés aussi sur leurs maisons en tant que lieu d’implantation et sur leurs armoiries. Au XIVe siècle se trouvent réunies les principales composantes – généalogies, provincialisme, héraldique – du récit généalogique noble.

12Bien après, avec l’imprimerie, les contenus et méthodes des textes généalogiques deviennent des objets de travail scientifique et se renouvellent. En effet, les historiens passent toute la documentation en leur possession au crible de la critique pour déterminer le degré de fiabilité de ses références et opérer un classement dans des fonds d’archives. Ils ne puisent pas encore leurs sources dans l’état civil – celui-ci étant l’œuvre de la hiérarchie basse de l’Église tenue en piètre estime – mais dans les fonds d’archives des maisons nobiliaires. Ainsi, dès le XVIe siècle, paraîtront les premiers ouvrages de référence en matière de généalogies de grandes maisons. Mais en France, comme dans l’ensemble de l’Europe, ils seront principalement écrits pour établir la légitimité des familles dans leur prétention et se répondront les uns les autres pour servir le débat politique. Qui règne ? Qui a régné ? Qui va régner ? Le principe exclusif de la généalogie agnatique continuera d’occuper tout le champ, même s’il sera, au XVIIe siècle, un temps donné, relativisé par les effets des pratiques des pays de droit germanique – Allemagne, Angleterre, mais aussi Espagne – qui exportèrent, par leurs ouvrages, le principe des quartiers de noblesse. À cette époque aussi naîtra la référence de numérotation de classement mondialement utilisée aujourd’hui : la méthode Stradonitz.

  • 13 DUBY Georges (1979), ibid., p. 166.

13Ainsi, avec Georges Duby, on peut constater que la conscience généalogique de soi apparaît dans les familles de la noblesse « à l’instant où la richesse et le pouvoir revêtent décidément une allure patrimoniale et où commencent d’entrer en jeu, par conséquent, des règles successorales qui favorisent les fils aux dépens des filles, les plus âgés aux dépens des puînés et qui valorisent donc à la fois la branche paternelle et l’aînesse »13. Mais on comprend qu’elle évolue et se différencie en lien très étroit avec le processus de décomposition de la puissance royale : avec la dissémination de son autorité et la dissociation progressive des pouvoirs de commandement.

1. 2. L’émergence de la généalogie bourgeoise

  • 14 BRAUNSTEIN Philippe (1985), « Approche de l’intimité : XIVe – XVe siècles », in Histoire de la vie (...)

14On trouve les premières généalogies bourgeoises dès la fin du XIVe siècle, notamment dans les villes d’Italie du Centre et du Nord, puis les villes de Haute Allemagne. On les découvre dans les mémoriaux, livres de raison, livres secrets, etc., de négociants et de banquiers qui avaient besoin de transcrire des informations de nature secrète et privée. Philippe Braunstein montre en effet que les marchands écrivains en Europe, à partir de cette époque, puis durant la Renaissance, ont cherché à transmettre une expérience et un savoir dont ils s’estimaient comptables : l’utilité et la dignité. Ils insistaient, dans leurs livres, sur l’inaliénable et l’exemplaire. Ainsi, ils pouvaient noter les décisions et les choix qui, à leur connaissance, ont renforcé ou affaibli la société ou le patrimoine, ou aussi exalter un ancêtre pour le rendre exemplaire ou encore confesser leurs propres erreurs. D’autre part, ils pouvaient apporter un ensemble de savoirs nécessaires à la vie du groupe familial, qu’il s’agisse de vider la fosse d’aisances de la maison ou de conserver d’une génération à l’autre le réseau des apparentements et des amitiés d’affaires. Par exemple, Philippe Braunstein décrit ce qu’un bourgeois français du XVe siècle juge bon de transmettre à ses enfants : « rappel des naissances, mariages et décès, enregistrement des contrats qui occupent plus du quart du livre, et legs spirituels, si l’on peut ranger sous cette même rubrique tutélaire prières et citations de textes sacrés – un choix familial – et le "testament politique" non daté d’un homonyme de l’auteur, code de conduite hérité d’un ancêtre et déjà recopié à la génération précédente ». Il montre aussi comment, dans leurs récits respectifs, deux marchands florentins se sont définis et inscrits dans le contexte de leur siècle : chacun témoigne de ses références éducatives et relate le décès tragique d’un fils14.

15On trouve des détails pertinents sur les contenus de plusieurs mémoires privés (ricordanze) de familles notables des villes toscanes et florentines de ces XIVe et XVe siècles, chez Charles de La Roncière, dans son article sur les Velluti et son étude de la vie privée des notables toscans au seuil de la Renaissance. Il montre notamment que ces familles font toutes part de leur attachement à une famille ample et à large cohabitation dont les contours sont le lignage. L’un de leurs membres – un père de famille enraciné dans sa génération, dit-il – confie à quelques pages distinctes d’un livre de comptes ou à un cahier tout spécialement acheté dans ce but, des informations glanées un peu partout, reconstituant, de la lignée des ancêtres, une galerie bien typée. Celle-ci peut être circonscrite aux ancêtres directs et aux parents les plus proches comme pour la famille Morelli, ou bien aux cousins et aux cousines éloignés, comme pour la famille Velluti, mais elle ne cherche pas à flatter. Elle montre comment vit un lignage, met en valeur les moments saillants de son passé, souligne l’ancienneté et la continuité (ou les méandres) de son engagement professionnel. « Elle dégage, en un mot, tous les éléments de la solidarité lignagère (solidarité patrimoniale, spirituelle, politique, etc.) sans pour autant effacer l’originalité des orientations individuelles et des personnalités (parfois merveilleusement campées – chez les Velluti – jusqu’à celles des arrière arrière-cousins), ni escamoter les frictions et les inévitables brouilles. »

  • 15 LA RONCIÈRE Charles de (1985), « La vie privée des notables toscans au seuil de la Renaissance », (...)

16Ces livres mémoires de lignage, dit l’auteur, entretiennent dans le groupe qui les conserve un attachement réfléchi, motivé et personnalisé à leur famille. Ils marquent la volonté de voir se prolonger les coutumes, les orientations et l’originalité du lignage et de trouver l’inspiration dans ses exemples, en en évitant les faiblesses. Après l’honneur des ancêtres, le temps présent est aussi commenté. Ainsi, les pages les plus fines et les plus sensibles de G. Morelli sont consacrées à ses oncles et à ses frères et sœurs. Mais, si la parenté est très présente, les relations amicales trouvées dans la cité et le voisinage sont aussi longuement décrites comme des gages de solidarité et des bienfaits affectifs à maintenir dans la descendance15.

  • 16 LA RONCIÈRE Charles de (1977), « Une famille florentine au XIVe siècle : les Velluti », in Famille (...)

17Charles de La Roncière indique que le généalogiste des Velluti a conscience que son éducation a puisé prioritairement aux valeurs de sa branche maternelle. Celui-ci explique qu’il a été élevé par sa seule mère. Elle lui a donc inculqué une autre vision de la famille que celle de la lignée de son père et transmis moins fidèlement les valeurs familiales de celle-ci. C’est ce qui l’amène à écrire sur sa lignée paternelle, avec ses collatéraux, sur cinq générations. La notoriété de sa famille est relativement récente : c’est son bisaïeul qui est venu s’installer à Florence et son aïeul qui s’est allié une famille de condition supérieure bien enracinée dans la cité. Sa famille a compté de nombreuses alliances avec des familles de l’aristocratie. La terre d’origine appartenait à quatre frères qui l’exploitaient, dont son bisaïeul. Enfin, il évoque les conflits dont il a été témoin dans sa famille. Il parle longuement des divisions et successions, mais aussi d’une vendetta qu’il souhaite voir s’arrêter à l’heure de sa génération. Il déclare écrire à la perpétuelle mémoire de ses descendants et des autres de sa maison16.

  • 17 Georges DUBY (1979), indique que l’on trouve déjà à cette époque des personnages de romans dans le (...)

18En France, les préoccupations généalogiques sont inséparables de la crise d’identité que traverse la noblesse avec la montée de la bourgeoisie robine. En effet, dès le XIIIe siècle, explique Georges Duby, la noblesse s’endette. Les chevaliers qui sont, plus que les autres, touchés par ce mouvement, empruntent à des vilains – des hommes d’affaires riches des villes – mais ne peuvent régler leurs dettes et leur cèdent alors des fragments de seigneuries17. Les princes sont amenés à anoblir et à donner le privilège de l’adoubement, alors réservé aux fils de nobles à ces vilains qui les servent. Avec la montée de la monarchie, les offices royaux purent s’acheter et une bourgeoisie de fonctionnaires se constitua pour organiser l’administration de l’État. Sous Louis XIV, ils purent engendrer l’anoblissement et devenir héréditaires. La mobilité de la bourgeoisie vers la noblesse devint une perspective possible.

  • 18 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 28-30.

19Ulcérée de se voir envahie et concurrencée, la noblesse demande au roi qu’on limite l’anoblissement accéléré par la vénalité des offices en redéfinissant de manière plus restrictive les critères d’appartenance au deuxième ordre. Ainsi, avec la pénétration de la culture écrite, « la vieille idéologie lignagère doit composer avec de nouvelles exigences intellectuelles qui sont partiellement celles de l’esprit scientifique ». Il faut authentifier, par le recours à des traces écrites et à une analyse critique, la réputation, la notoriété et l’ancienneté. C’est en 1595 qu’est créée la charge de généalogiste des ordres du Roi, un corps d’experts patentés. Les procédures d’authentification sur lesquelles ceux-ci vont s’appuyer empruntent au droit et à l’histoire savante, et le savoir généalogique deviendra une rhétorique de légitimation dont les profanes viendront se saisir pour leur exercice personnel18.

  • 19 BURGUIÈRE André (1991), art. cit. et (1992), op. cit., p. 18 à 51.
  • 20 BURGUIÈRE André (1991), ibid., p. 775.

20André Burguière montre comment la généalogie bourgeoise française s’est glissée dans les plis du modèle aristocratique, mais en produisant d’autres valeurs et d’autres représentations de la parenté19. Elle profita, selon lui, des effets de l’intervention de l’autorité publique dans la reconnaissance du statut nobiliaire à la fin du XVIe siècle. En effet, ce statut échappa à l’autorité traditionnelle qui était la plus difficile à circonvenir : la renommée, l’attestation de ses pairs et de la mémoire collective. L’argument généalogique fut alors contaminé par le rôle égalisateur de l’État et par la légitimation qui en était attendue. C’est pourquoi il fut possible à ceux qui se trouvaient trop loin de la sphère nobiliaire, en termes d’assise matérielle ou de prestige, d’espérer bénéficier de ce levier d’élévation sociale, le pouvoir de l’illusion et du rêve, c’est-à-dire « la possibilité de se donner les apparences de l’excellence familiale en s’appropriant le discours généalogique »20.

  • 21 BURGUIÈRE André (1991), ibid., p. 780.

21Pour autant, l’idéal généalogique bourgeois n’est pas nobiliaire ; il répond à une légitimation appliquée à sa problématique. Il est bourgeois, c’est-à-dire, explique André Burguière, patriotique, « car il fait dépendre le destin exemplaire de la famille de son enracinement dans une société urbaine qui l’a accueillie rituellement par un mariage ». Ainsi, l’enracinement dans la ville constitue l’idéal qui inspire les familles de la bourgeoisie beaucoup plus que les tentatives incertaines de quelques-unes pour mimer les usages de la noblesse en privilégiant la branche aînée et la descendance par les mâles21.

  • 22 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 22.
  • 23 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 33.

22Avec André Burguière, on peut distinguer les traits spécifiques des récits généalogiques bourgeois des temps modernes et de leurs auteurs. Celui-ci a, en effet, réuni un corpus de cinq récits dans lesquels des amateurs reconstituent leurs généalogies familiales. Il indique leurs supports : trois d’entre eux sont extraits de livres de raison et deux sont autonomes. Ils ont en commun de figurer dans une littérature privée et d’utiliser librement les principes de la généalogie. Ils retracent des généalogies, mais les accompagnent d’une riche documentation, relatant des souvenirs et anecdotes et introduisant des considérations morales ou psychologiques22. Ils remontent entre quatre à douze générations selon les cas. Ils témoignent d’une présence permanente des ancêtres dans une même localité – respectivement pour quatre d’entre eux, 2, 4, 6 et 12 générations – ce qui fait dire à André Burguière qu’il y aurait dans la préservation de la mémoire généalogique une tension entre le temps et l’espace23.

23Trois auteurs sur les cinq sont des praticiens du droit (notaires, avocats) et un autre, après s’être lancé dans les affaires, a très vite cessé pour devenir rentier. Les premiers ont la même profession que leur père et l’un d’entre eux compte quatre générations de cette même profession avant lui. Le père du rentier est marchand d’étoffes. L’un écrit la généalogie de son épouse. Si c’est lui qui tient le livre de raison, suggère André Burguière, c’est sans doute parce qu’il a repris la charge d’avocat de son beau-père : transparaît dans son récit une « suridentification à sa belle-famille » repérable par son énonciation. On connaît l’âge d’un seul des auteurs : ans. Deux proviennent d’une branche cadette. Les objectifs stratégiques de la démarche généalogique de chacun n’apparaissent pas nettement. Trois auteurs se voient confier la charge de « chefs de famille » et en conséquence le statut de rédacteurs du livre de raison commencé par leurs ascendants. Un seul indique que c’est « aux fins d’esclercier [éclaircir] les affaires de la maison » qu’il transcrit sa généalogie ; il s’agit en fait d’une question d’héritage. Deux insistent sur un assassinat qui a troublé l’histoire de leur famille juste avant eux.

  • 24 BURGUIÈRE André (1991), art. cit., p. 771-788.

24On apprend que deux auteurs empruntent une partie des informations à l’un de leurs grands-pères. Pour l’un, il s’agit de l’aïeul de son épouse qui avait laissé un vieux manuscrit citant des « nativités » et des documents lui permettant de pouvoir désigner l’ancêtre fondateur. Pour l’autre, son propre grand-père paternel avait déjà constitué une généalogie. Pour tous, les informations sur chaque ascendant sont inégalement apportées. Il est clair que leur sélection traduit les représentations avec lesquelles les auteurs ont rédigé leur généalogie : par exemple, pour l’une des familles, celle-ci vise à souligner l’appartenance précoce et continue à un milieu patricien urbain24.

  • 25 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 32.
  • 26 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 36.
  • 27 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 39 ; (1991), art. cit., p. 782. La propriété est bourgeoise et l (...)

25Dans ces récits, constate André Burguière, « une bonne généalogie commence par une intégration réussie »25. La revendication de l’autochtonie est constamment présente26. En effet, si les auteurs empruntent une partie de leur « habillage au discours aristocratique », leur insistance à souligner l’insertion de la famille dans le milieu local exprime des valeurs qui ne sont pas celles de l’aristocratie : une gestion avisée, un patriotisme citadin qui peut donner accès aux charges municipales, une sociabilité pacifique, mais aussi, comme il le dit au sujet de l’une des familles de son étude, la propriété27.

  • 28 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 35. L’ancêtre enracineur fait l’objet de commentaires comme par (...)

26Dans la construction bourgeoise, continue André Burguière, l’enracinement n’est pas immémorial comme dans la vision lignagère de l’ancienne noblesse où il se confond avec la possession d’un fief. Il doit s’opérer et se mériter. « Il résulte principalement de la décision et du déplacement de celui qu’on peut appeler l’ancêtre "enracineur" de la lignée. En effet, venu d’ailleurs, c’est lui qui a choisi de s’établir là où la famille déroulera son histoire et son intégration réussie, en s’y mariant. Les auteurs lui reconnaissent des valeurs et des sentiments individuels spécifiques ayant influencé le cours de l’histoire de leur famille28. »

  • 29 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 35-36.

27On assiste alors à un dédoublement du récit des origines : une origine lointaine d’une part, et la véritable fondation, d’autre part. Cette dernière est celle de l’installation dans la ville, où la famille qui a scellé par un mariage fondateur son intégration à la bonne société, s’est depuis perpétuée. Ce dédoublement « permet à la fois de se conformer au modèle aristocratique et de s’en séparer. L’origine lointaine rejoint l’immémorial nobiliaire et protège l’ancêtre qui a fait souche là où la famille se trouve encore au moment où son descendant construit sa généalogie contre les apparences désobligeantes du parvenu ». Mais l’ancienneté comporte aussi une autre signification. Elle ne traduit pas un pur désir de durer, une puissance biologique de la lignée qui sous-tendrait sa puissance morale. Elle affirme un droit à demeurer là, au sein de la bonne société : un droit qui a été acquis par l’ancêtre responsable de l’établissement et confirmé par la suite grâce au maintien des qualités que la ville d’accueil avait reconnues chez le nouvel arrivant. Le récit généalogique bourgeois « énonce en forme de parabole un droit de bourgeoisie »29.

28L’autochtonie et la solidarité des vivants et des morts assument donc dans ces récits bourgeois des fonctions symboliques, celles de sanctionner une histoire méritée. « Gérer de façon avisée, conserver, transmettre ; ces trois commandements de la morale bourgeoise procurent la respectabilité qui permet à une famille de conserver son crédit et donc sa place dans la cité où elle a su se perpétuer ».

29Avec cette histoire de la généalogie précédant la Révolution française, on voit qu’entre les mémoires des bourgeois de l’Europe des XIVe et XVe siècles, et ceux des temps modernes, les ressemblances sont fortes même si l’on ne peut dire jusqu’où, dans la mesure où leurs observateurs n’avaient pas les mêmes objectifs pour leurs études. Mais on s’aperçoit que la légitimation de l’ancienneté et le souhait de marquer la continuité du lignage restent les objectifs de tous ces bourgeois. Ceux-ci ne recourent pas au registre hagiographique même s’ils invitent à l’exemplarité à partir de leurs ancêtres. C’est au contraire à une vision avisée de leur famille, par leurs descendants, qu’ils font appel. On a constaté qu’ils pouvaient témoigner des problèmes sociaux auxquels ils furent confrontés et des comportements à ne pas suivre, de leurs conflits familiaux, de leurs tragédies affectives, etc.

30André Burguière a montré que les bourgeois des temps modernes ordonnaient un véritable droit à demeurer dans leur cité et que l’enracinement était un enjeu essentiel. Ces deux facteurs sont-ils aussi précisément présents chez les bourgeois des deux siècles précédents ? Les données manquent pour répondre. Mais on peut le supposer d’après les descriptions des relations de solidarité de voisinage et d’amitié que les généalogistes disent avoir trouvées dans leur cité.

  • 30 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 39.

31Comme l’aristocratie, la bourgeoisie s’est constituée en couche sociale autonome et héréditaire avec la redistribution de pouvoirs régaliens sur elle ; l’aristocratie, en effet, a eu besoin d’elle et elle s’est rendue indispensable. Comme pour l’aristocratie, les familles qui ont composé la bourgeoisie de ces époques ont souhaité être légitimées et voir se perpétuer leur légitimation. Cependant, les valeurs qu’elles expriment chacune diffèrent. La subversion du modèle aristocratique que la bourgeoisie a produite, dit André Burguière, a rendu « la représentation généalogique plus réceptive aux linéaments affectifs ou narcissiques de la mémoire familiale, plus adaptable aussi à d’autres cultures familiales »30.

1. 3. La généalogie après la Révolution

32Au siècle des Lumières, la nécessité de paraître, la recherche des faveurs du roi et l’achat des charges anoblissantes ont contribué à faire perdre à la généalogie ses lettres de noblesse et à la rendre douteuse. La Révolution l’enterre avec les privilèges de la noblesse. Pour les propagateurs des idées nouvelles de l’époque, la généalogie est une science vaine et artificielle. La France la laisse dans l’ombre. Pendant ce temps, les archivages et les instructions sur l’état civil deviennent rigoureux et s’ouvrent à des publics plus nombreux. Le reste de l’Europe du Nord ne connaît pas cette éclipse du genre généalogique – bien plus, en Allemagne par exemple, la généalogie devient une pratique interdisciplinaire novatrice. À la fin du XIXe siècle, des généalogies recommencent à s’écrire manifestement dans les milieux nobles et bourgeois français. Aucune étude approfondie n’a été menée sur les généalogies bourgeoises de ces deux derniers siècles jusqu’à ce jour.

1. 4. La généalogie des nouvelles populations

  • 31 Un tel mouvement de masse est observé aussi dans d’autres pays de l’Europe de l’Ouest. KONIG-SCAPA (...)
  • 32 Il en est de même pour ce qui concerne l’Allemagne et l’Italie.
  • 33 CABANEL Patrick (1995), Le Groupe familial, et une série de trois articles dans la Revue française (...)
  • 34 SAGNES Sylvie (1998), « Une parenté sur mesure… Les nouvelles formes de parenté à l’épreuve de l’a (...)
  • 35 CABANEL Patrick (1995), « La "fièvre" généalogique (1) : Depuis quand ? Comment ? Pourquoi ? », in(...)

33Depuis ces quarante dernières années, de nouvelles populations sont arrivées sur le terrain de la généalogie31. Le premier accroissement net du lectorat des généalogistes dans les Archives nationales a été constaté en 197432. Depuis, il prend les contours d’une « petite révolution culturelle »33. Le nombre d’adhérents des associations généalogiques augmente de trois cents à vingt mille en vingt ans34. À lire les noms des fondateurs et présidents des associations généalogiques, on y voit que le savoir-faire est encore une activité aristocratique jusqu’en 1986, date à laquelle on voit advenir un président roturier35.

  • 36 Voir l’ouvrage d’Emmanuel Le Roy Ladurie (1976), Montaillou, village occitan.
  • 37 L’École des Hautes Études en Sciences Sociales crée un séminaire sur La construction de la mémoire (...)

34Dans ce mouvement, deux objectifs semblent poursuivis parallèlement : d’une part une quête généalogique individuelle, mais aussi un intérêt pour l’histoire locale. C’est à cette époque qu’ont été édités avec un immense succès de très nombreux ouvrages portant sur les traditions rurales et régionales de la France36. Ce double chemin vers les archives indiquerait-il, se demande Patrick Cabanel, que la quête généalogique est, en ce siècle, d’abord une recherche de racines rurales ? Les médias ont alors accompagné puis soutenu l’intérêt des Français pour la généalogie. Et les historiens se sont eux-mêmes intéressés à l’objet37.

  • 38 BURGUIÈRE André (1991), art. cit. et (1992), op. cit. CABANEL Patrick (1995), « La "fièvre" généal (...)

35Qui sont dont ces nouveaux généalogistes ? Leurs observateurs38 se retrouvent globalement pour indiquer qu’ils sont plutôt des hommes, retraités ou proches de la retraite, appartenant aux couches moyennes, issues de milieux modestes ruraux et disposant d’un certain bagage culturel, ou aux couches supérieures issues de couches moyennes diplômées. Les secteurs d’activités n’ont pas fait l’objet d’études systématiques, mais lorsqu’on relève ceux des généalogistes donnés en exemple dans l’ensemble des études, on remarque qu’ils appartiennent, dans leur plus grande majorité et sur plusieurs générations à des secteurs public, social et associatif.

  • 39 LORQUIN Claire-Emmanuelle (1997), op. cit., p. 409-417.

36Deux ou trois générations les séparent, le plus généralement, de l’ancêtre emblématique de leur filiation. Leur lignée patronymique est prioritaire dans leur généalogie. Elle est en ascension sociale. Le discours qui la commente met l’accent sur certains personnages pivots : des personnalités emblématiques. Elle rend frappante, explique Claire-Emmanuelle Lorquin, la distance économique ou socioculturelle de l’une à l’autre des générations. Elle est aussi exaltation des difficultés rencontrées par les grands-parents et arrière-grands-parents : les différences de leurs modes de vie sont lyriquement et matériellement mises en scène. Mais, dit l’auteur, elle produit une ambivalence dans ces couches sociales : entre preuve irréfutable de la vaillance de ces derniers et, donc, de toute la lignée, et crainte de les trahir. Ils paraissent chercher à assumer cette ambivalence, à la fois en tentant de s’inscrire dans une continuité « héréditaire » et en vivant une liberté individuelle39.

  • 40 LORQUIN Claire-Emmanuelle (1997), ibid., p. 415.

37Concernant les autres branches de la famille, continue Claire-Emmanuelle Lorquin, elles sont rarement situées comme équivalentes. L’auteur observe que beaucoup « semblent des métis de deux familles et deux cultures dont l’une a été vécue dans le couple de leurs parents comme dominante, et l’autre comme plus ou moins exclue40. » Mais on trouve une unité quand même ; on la trouve dans la maison, omniprésente à travers tous leurs discours : celle de l’enfance ou celle des vacances de l’enfance.

  • 41 SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), op. cit., p. 199-200.

38Quant aux pratiques de conception et de diffusion des généalogies, on a très peu d’informations. Les débutants, disent Martine Segalen et Claude Michelat, cherchent à « remonter » le plus haut possible dans leur généalogie, mais une fois la liste des noms et des dates établie la recherche s’affine : celle-ci concerne alors les professions, les trajectoires, les mérites, le détail de la vie, l’époque, voire les aspects physiques des ancêtres. Beaucoup espèrent « tomber » sur des ancêtres nobles ou célèbres, sur une figure emblématique. Ils ont du mal à l’avouer, mais ils les recherchent et les trouvent souvent41.

  • 42 SAGNES Sylvie (1998), op. cit., p. 301. Évelyne Ribert observe aussi que certains généalogistes so (...)

39L’entourage des généalogistes ne s’intéresse pas toujours à leurs investigations. Comme Sylvie Sagnes l’a constaté dans son étude, les deux tiers de leurs parents estiment qu’il faut laisser les morts où ils sont. En ce qui concerne les couples, on note deux attitudes. La première, que l’on trouve plutôt chez les retraités commençant leur généalogie, exprime la complicité du compagnonnage. Mais la seconde est faite de tension et peut aboutir à des ruptures : l’exemple donné par les auteurs est celui d’un homme dérangé par les recherches que son épouse effectue sur un ancêtre remarquable de son ascendance. Pour leurs enfants, on relève des cas dans lesquels les enfants sont intéressés eux-mêmes par les recherches de leurs parents, et des cas contraires, dans lesquels ils considèrent celles-ci comme une lubie42.

  • 43 RIBERT Évelyne (1997), op. cit., p. 384.
  • 44 LORQUIN Claire-Emmanuelle (1997), op. cit., p. 409-417.
  • 45 SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), op. cit., p. 203.

40Les motivations sont encore mal connues. Les points de vue convergent pour les ancrer dans un devoir de mémoire et un sentiment de dette envers les générations plus anciennes, dans une attente de légitimation du passé familial et un désir de continuité et d’ancienneté. La généalogie, dit Évelyne Ribert, cherche à produire une essence de la parenté. Elle assigne aux descendants une identité et les charge de transmettre un projet familial. Elle est assimilée, à la fois, à un don et à un contre-don. Les généalogistes acceptent de s’inscrire dans une chaîne de dettes offrant leur travail à leurs enfants et petits-enfants. Ils font de ces derniers des donataires : cadeau gratuit mais porteur de l’espoir que leur descendance s’intéressera à leur investigation. Ils attendent en retour l’acceptation de ce don, qui est, aussi, une reconnaissance par la dette43. Ils désignent même à leurs descendants, comme le remarque Claire-Emmanuelle Lorquin, leur place dans la chaîne des générations et le rôle qui leur est dévolu. Ils attendent qu’ils augmentent cette première généalogie du témoignage de leurs propres destinées. Enfin, ils privilégient « une filiation dans la filiation »44. Ils subsument une lignée élective, disent Martine Segalen et Claude Michelat, support des modèles à transmettre45.

  • 46 SAGNES Sylvie (1998), op. cit., p. 287.
  • 47 SAGNES Sylvie (1998), ibid., p. 289.

41Cependant, certains observateurs font remarquer que ces généalogies servent des buts plus individuels et narcissiques que chez les élites traditionnelles. C’est le cas de Sylvie Sagnes qui observe que l’individu est, au contraire des généalogies traditionnelles, au centre de la généalogie de ces nouvelles populations. Celle-ci est d’abord expression et promotion de soi, aliénée aux besoins de soi. Elle est « un jeu narcissique arbitré par un " je" curieux et soucieux de lui-même »46. Sa visée est autobiographique. Elle est « un récit par procuration »47.

42Quand il s’agit de déterminer, dans les motivations, les enjeux relatifs aux racines rurales, les avis des observateurs des nouvelles populations diffèrent. Est-ce la souffrance du déracinement ou bien le désir de celui qui veut renforcer son appartenance locale ou qui a peur de perdre les avantages de sa position sociale ? On trouve en effet à la fois des généalogistes émigrés ruraux, mobiles géographiquement ou au contraire dont les lignées sont enracinées dans une localité depuis plusieurs générations ; ils résident selon les cas dans des zones urbaines ou rurales. La question est encore en débat.

  • 48 SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), op. cit., p. 197.
  • 49 SAGNES Sylvie (1995), art. cit., p. 124-145 et (1998) op. cit., p. 275-309.
  • 50 RIBERT Évelyne (1997), op. cit., p. 382-383. De plus, sur cette question, voir les travaux de Card (...)

43Martine Segalen et Claude Michelat trouvent, dans le Cercle des PTT parisien qu’ils ont étudié, des généalogistes qui ont connu pour la plupart « une mobilité sociale et géographique vers des emplois de l’administration parfois depuis deux ou trois générations ». Ils ont souffert du déracinement et des cassures de mémoire qui s’ensuivirent48. Sylvie Sagnes, elle, constate au contraire, dans le Cercle généalogique du nord-est du département de l’Aude, que le déracinement n’est pas à l’origine de l’orientation vers la pratique généalogique. Les généalogistes s’intéressent de façon privilégiée aux lignées dont les origines sont implantées là où ils vivent. Ce sont l’appartenance locale de la filiation et la promotion sociale des généalogistes qui constituent les raisons principales de leur mobilisation49. Il n’est pas indifférent, pour elle, que les grandes entreprises, structures éminemment liées à la définition sociale de ceux qu’elles emploient, servent de cadre privilégié au recrutement de la plupart des cercles généalogiques. Ainsi elle ne retient pas le déracinement et les cassures de la mémoire comme origines de la motivation généalogique, mais le besoin de combler les vides d’une mémoire, pour l’adapter à l’expression d’une identité sociale mouvante. Pour Évelyne Ribert, il en est de même. Elle observe, dans les deux associations généalogiques d’Île-de-France qu’elle a examinées, que c’est l’enracinement qui mobilise. Les généalogistes sont, pour la grande majorité, satisfaits de leur situation présente et souhaitent « renforcer encore d’avantage un sentiment identitaire déjà bien assuré »50.

44Cette histoire de la généalogie attend encore d’être mieux connue. Tout particulièrement, elle pose la question des causes de sa continuité et de son accroissement, en France, après la Révolution, que ce soit au sein de la bourgeoisie ou des nouvelles populations. Quelles motivations, se demandent tous les observateurs, poussent à mettre en relief ses ancêtres et à se distinguer par leur intermédiaire, dans une société organisée par les valeurs de la démocratie et de l’individualisme ? Y a-t-il continuité entre bourgeoisie et classes moyennes, comme il y avait continuité entre les différentes couches sociales de l’aristocratie et entre celles-ci et la bourgeoisie ? S’il y a continuité, quelles structures élémentaires créent les conditions de la motivation généalogique ? Mais la continuité n’est-elle pas qu’apparente ou subsidiaire, masquant une rupture, puisque la pratique est sortie des élites, ces quarante dernières années ? Dans ce cas, quels facteurs notre époque moderne a-t-elle fait émerger pour que le besoin généalogique se fasse sentir en dehors de ces élites ?

  • 51 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 113.

45Plusieurs chercheurs ont fait des hypothèses. Béatrix Le Wita est la seule qui voit dans l’orientation des classes moyennes vers la généalogie une logique nette de continuité de l’histoire. Elle considère que la noblesse, d’abord, a trouvé sa légitimité par une démarche généalogique, puis la bourgeoisie ; maintenant les classes moyennes prennent leur tour. Aujourd’hui, pour la bourgeoisie ancienne, la généalogie est devenue un capital qui a dépassé « le stade de l’accumulation », dit-elle. Au contraire, les classes moyennes commencent à arriver à ce stade. « Ce n’est pas seulement une mode que de rechercher sa généalogie, c’est plus profondément un mécanisme de fonctionnement des structures sociales ». De tout temps, dans notre société, il a fallu « en passer par un principe généalogique qui est un principe d’identification », continue-t-elle51. Ainsi, les individus se retourneraient vers leur passé seulement lorsqu’ils peuvent commencer à l’imaginer capitalisable. Cette capitalisation ferait émerger une conscience généalogique.

  • 52 RIBERT Évelyne (1997), op. cit., p. 381.

46Évelyne Ribert estime aussi que la généalogie répond à des enjeux de continuité. Pour toute population, élite ou non, dit-elle, il s’agit d’une démarche identitaire. Elle permet de sortir un peu de l’anonymat et de se distinguer, soit par les ancêtres retrouvés, plus ou moins prestigieux, soit par le caractère intellectuel de cette démarche, quand la famille a toujours appartenu à un milieu modeste52. Elle vise à renforcer une identité à la fois sociale, familiale et géographique et à justifier sa place sociale et son statut, entendu au sens du niveau culturel et de position dans la hiérarchie socioprofessionnelle. S’il y a eu engouement, dit-elle, la cause en est à la mobilité sociale des années postérieures à 1945 et au désir de transmettre le patrimoine culturel et symbolique hérité de cette mobilité.

  • 53 RIBERT Évelyne (1997), ibid., p. 380.

47De plus, en aucun cas la généalogie ne répond à une société en quête de réorganisation des modes de vie en famille, estime-t-elle. Au contraire, la très grande majorité de la population étudiée possède une famille unie. Les généalogistes estiment qu’ils doivent y transmettre des valeurs. Le récit de l’histoire de la lignée est proche de l’autobiographie et de la confession, « à mi-chemin entre l’aveu fait à d’autres, à la famille et à soi-même »53.

  • 54 André Burguière (1992), s’interroge ainsi après avoir comparé son corpus de généalogies bourgeoise (...)
  • 55 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 49.
  • 56 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 23.

48Les autres chercheurs repèrent les continuités mais relèvent aussi des ruptures ou des différences dont il n’est pas toujours aisé de savoir si elles sont seulement des variantes de cette continuité. Ainsi en est-il d’André Burguière qui se demande si le postulat implicite consubstantiel à toute démarche généalogique n’est pas de justifier sa place dans la société54. Les nouvelles populations comme les élites peuvent, autant les unes que les autres, chercher à faire valoir une prédestination familiale. Mais, selon lui, la généalogie des nouvelles couches sociales n’a pas la même fonction que pour les familles bourgeoises : c’est, plus que jamais, « l’imaginaire d’une conscience narcissique, en quête d’identité compensatrice, qui stimule et même engendre cette forme de la mémoire retrouvée »55. Elle ne correspond pas à une mémoire ou à une culture transmise. Cependant, quel que soit le groupe d’appartenance, elle est une démarche autobiographique. Derrière l’image d’une « famille réduite à l’épure de ses alliances et de ses engendrements, c’est-à-dire aux traces les plus "objectives" de son histoire, s’étale un imaginaire familial à travers lequel le descendant se perçoit lui-même et construit son identité »56.

  • 57 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 20.
  • 58 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 49.

49Enfin, l’auteur suggère que notre société est peut-être en recherche d’une identité ancestrale qui puisse se substituer aux formes d’identité déclinantes (celles qui s’affirmaient dans le sentiment d’appartenance nationale ou sociale)57 ou bien occuper la place laissée par le déclin des religions théologiques. Aurait-on besoin « d’une nouvelle religion au sens étymologique du terme, c’est-à-dire d’un lien sacré incarné par la continuité familiale »58 ? Les classes urbaines de cette deuxième moitié du XXe siècle se sont, en effet, construites dans un contexte particulièrement peu attaché à « des religions théologiques ». L’absence de l’attention divine ou le doute sur celle-ci engagerait à se tourner vers le lien généalogique.

  • 59 SAGNES Sylvie (1998), ibid., p. 283.
  • 60 SAGNES Sylvie (1998), ibid., p. 287.

50Comme André Burguière, Sylvie Sagnes hésite à reconnaître les comportements des nouveaux généalogistes comme des signes de continuité de l’histoire ou comme une spécificité de notre contexte contemporain. Cependant, elle n’oscille pas sur les mêmes facteurs. Elle voit chez ces généalogistes, comme chez les élites, le souci de « prolonger » ou de « continuer », et une éthique visant la pérennité et l’unité du groupe parental. Mais, si la généalogie émerge aujourd’hui en masse, dit-elle, c’est d’abord parce qu’elle constitue une résistance opposable à la « dérive organisée » de la famille et de la parenté59. Elle permet, en effet, de choisir la parenté que l’on souhaite mettre en lumière. Au contraire des généalogies traditionnelles, elle est « un jeu narcissique arbitré par un " je" curieux et soucieux de lui-même »60. Sa visée est autobiographique. L’entourage est partagé sur l’intérêt de cette pratique. Ce qui pose la question de la contradiction entre la solitude du généalogiste et son intention de travailler pour la famille et pour transmettre. La généalogie, dit Sylvie Sagnes, ne servirait pas tant à réaliser, à partir de ce bien symbolique commun qu’est la mémoire, cet idéal de cohésion et de partage que revendique le faiseur d’ancêtres, elle permettrait plutôt, à l’échelle individuelle, de réparer les lacunes et les ruptures.

  • 61 LORQUIN Claire-Emmanuelle (1997), ibid., p. 409-417.

51Claire-Emmanuelle Lorquin hésite aussi entre continuité et rupture. Du côté de la continuité, elle constate la présence d’un esprit, d’un destin et de loyautés concernant la famille, sous-tendus par une morale commune à la fois privée, sociale et politique, sur plusieurs générations. Mais elle observe aussi des attentes de liberté individuelle61.

  • 62 CABANEL Patrick (1995), art. cit., (1), p. 17.

52Quant aux facteurs qui s’opposent à l’idée d’une continuité entre les pratiques des élites et celles des nouvelles populations, on les trouve chez plusieurs observateurs, mais ils ne portent pas en eux de contradictions qui radicaliseraient toute discussion et empêcheraient de formuler des hypothèses. On les constate, tout d’abord, chez Patrick Cabanel. Il voit, dans la généalogie, plutôt la réalisation, dans un contexte où la famille est éclatée et où plusieurs générations d’individus n’ont plus vécu proches de leurs ancêtres, d’un travail de recollement et de pardon, d’une couture des segments déchirés et douloureux ; elle serait une forme de psychanalyse pour ceux qui souffrent « de l’oubli et du manque de repères (re-Pères, aurait dit Lacan) ». Elle serait « ce qui reste quand l’on a tout perdu, quand on redécouvre dans les papiers puis par des voyages sur le terrain, les noms et les pays de l’origine »62.

  • 63 SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), op. cit., p. 198.
  • 64 SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), ibid., p. 203

53Martine Segalen et Claude Michelat suggèrent, eux, que ce sont les effets spécifiques du déracinement des classes populaires contemporaines qui constituent des causes à l’engouement généalogique. Ils considèrent que le mouvement migratoire de ces classes est contraire à la continuité observée dans les classes de la bourgeoisie ou de l’aristocratie. Mais la cause ne revient pas à la mobilité sociale et géographique de ces quarante dernières années, qui n’a « jamais rompu les liens familiaux ». Pour eux, elle est remise à une mobilité de lignée, le déracinement créant une absence de liens avec le passé63. Mais, comme dans les élites, le généalogiste donne beaucoup d’importance à la famille et travaille à l’histoire de celle-ci pour sa descendance64.

  • 65 VALYNSEELE Joseph (1992), La Généalogie : histoire et pratique.
  • 66 VALYNSEELE Joseph (1991), ibid., p. 14-16.

54La prégnance de l’individu dans les généalogies est aussi remarquée par Pascale Renard qui observe que les généalogistes et éventuellement leurs conjoints se mettent eux-mêmes le plus généralement à la base de l’arbre généalogique ou au centre du cercle. Enfin, Joseph Valynseele pense qu’une généalogie populaire a pu s’épanouir à cause de la généralisation de l’instruction, du développement des connaissances, de l’acquisition d’une tournure d’esprit scientifique65. En effet, selon lui, pour s’adonner à la généalogie, il faut avoir le goût de l’histoire et de la recherche, la patience, la méthode et le sens critique. Il faut une culture élémentaire qui autrefois était l’apanage d’une élite. De plus, nous sommes dans une civilisation de loisirs, dit-il : les congés payés, l’abaissement de l’âge de la retraite, la réduction du temps de travail hebdomadaire ont laissé des temps libres et augmenté les possibilités de voyages consacrés aux recherches. Enfin, selon lui, la généalogie est une réponse au mode de vie de la société industrialisée, d’une part à cause du besoin de se rattacher à un ensemble auquel on appartient de droit – à une famille –, et d’autre part à cause de la nécessité pour l’être humain d’avoir des points de repère fixes et précis dans un monde en évolution rapide face à l’absolu de la durée66.

2. LA BOURGEOISIE AUX XIXE ET XXE SIÈCLES

55Il ne s’agit pas ici de remettre sur l’ouvrage l’histoire et la sociologie de la bourgeoisie mais de situer les contextes et de réunir les traits caractéristiques de la bourgeoisie lyonnaise des XIXe et XXe siècles, afin de mettre en lumière leurs liens avec la présence d’une conscience généalogique de soi, dans cette couche sociale.

  • 67 GRAFMEYER Yves (1993), « Les Lyonnais du Tout-Lyon : une population auto-définie par l’interconnai (...)
  • 68 « C’est peut-être bien parce que les appartenances familiales y composent avec d’autres éléments d (...)
  • 69 GARDEN Maurice, préface à l’ouvrage d’Yves Grafmeyer (1992), Quand le Tout-Lyon se compte.

56Comme Yves Grafmeyer le remarque en analysant les éditoriaux successifs des annuaires du Tout-Lyon, les expressions pour qualifier le milieu que les familles bourgeoises lyonnaises composent sont hésitantes : « "familles lyonnaises", "haute société de Lyon", "vieilles familles de notre cité", "personnalités marquantes de la ville" »67, autant de définitions que relève l’auteur et qui invitent à retenir trois principes : situer cette catégorie hors du seul champ des dominants ou des classes supérieures de nos catégories socioprofessionnelles, tenir compte de leur dimension familiale dans la définition de leur identité et relever la spécificité de leur participation à la vie de leur localité68. En effet, ces principes n’étant pas saisissables par le biais des catégories socioprofessionnelles, on dépend des familles elles-mêmes pour construire leurs contours et le contenu de leur histoire. Le soutien du Tout-Lyon, pour en décrire les caractères sociologiques de ces cent dernières années, est tout à fait précieux même s’il peut risquer de fournir un portrait « irréel » et « un peu intemporel » puisque dégagé de déterminants statistiques69. À Lyon, comme ailleurs en France, ces principes valent lorsqu’on cherche à identifier sociologiquement les spécificités de la bourgeoisie.

2. 1. Une histoire partagée entre mobilité et stabilité

57La bourgeoisie apparaît comme le résultat d’un mouvement qui, à partir d’un contexte économique et politique et d’un système de droit de l’héritage, a favorisé le destin d’une catégorie d’individus que l’on a appelés bourgeois. Son histoire a été très étudiée, notamment par Adeline Daumard, Anne Martin-Fugier et Régine Pernoud. Aussi il a été retenu ce qui permet de comprendre les paradoxes structurels auxquels les bourgeois se confrontent, depuis les origines de leur existence comme couche sociale. Pour le contexte et les conditions dans lesquels la bourgeoisie a émergé socialement et s’est constituée comme élite il faut ajouter Max Weber, et pour la restitution de l’histoire lyonnaise des XIXe et XXe siècles, Yves Lequin, Bernadette Angleraud et Catherine Pellissier.

2. 1.1. Les origines de la bourgeoisie

  • 70 WEBER Max (1947), La Ville, p. 73.
  • 71 WEBER Max (1947), ibid., p. 71.
  • 72 WEBER Max (1947), ibid., p. 63.

58L’individu identifié comme bourgeois au XIe siècle est l’habitant d’une ville. Il est d’abord un marchand. En effet, à cette époque, on assiste à la renaissance du commerce en Occident. Les villes médiévales constituaient d’un point de vue économique un siège industriel et commercial, mais aussi politiquement, une forteresse et un lieu de garnison, et administrativement une juridiction. Elles avaient besoin d’une armée, d’une police, d’une administration et d’une justice. Aussi, leurs habitants s’associèrent pour organiser leur fonctionnement. Leur lien d’association reposa sur le serment. Avec lui, ils devenaient des bourgeois, c’est-à-dire des citoyens considérés en tant qu’individus. « Plus que l’origine familiale, c’était la qualité de membre de l’association locale de la ville qui garantissait le statut de bourgeois ». Ainsi, à partir d’une simple assemblée de personnes liées par serment, formée suivant les circonstances et à court terme, naquit un groupement politique durable dont les membres légalement associés jouissaient du droit statutaire particulier de citoyen d’une ville70. Les candidats à la bourgeoisie étaient des individus qualifiés par la possession de propriétés foncières urbaines qui devaient répondre de charges et de devoirs particuliers, mais qui jouissaient aussi de privilèges spécifiques : monopole de marché et droits d’entrepôt, privilèges et interdits professionnels légaux, participation au tribunal municipal, position militaire et fiscale privilégiée. « Le but de la fraternisation par serment était d’abord l’union des propriétaires fonciers locaux, pour l’attaque et la défense, pour l’arbitrage pacifique des différends et pour la sauvegarde d’une administration de la justice qui corresponde aux intérêts des citadins. Mais l’objectif était aussi la monopolisation des possibilités économiques que la ville offrait à ses habitants : seul l’associé par serment était admis à participer au commerce des citadins71. » La ville était une fondation profane72.

  • 73 WEBER Max (1947), ibid., p. 34.

59Le bourgeois est en conséquence un adepte de la cité, mais simultanément un voyageur, un mandataire dans le courant des échanges. Il fréquente le marché, mais arpente les murs de la forteresse pour défendre sa ville, une des premières obligations qu’il eut dans l’histoire de sa condition sociale. « Le château à orientation politique et militaire et le marché à orientation pacifique se tiennent souvent côte à côte et servent souvent les deux fonctions : esplanade et lieu de rassemblement de l’armée, donc des bourgeois, d’une part, place du marché aux fonctions économiques et pacifiques, d’autre part73. » Ce rapport entre les deux fonctions du bourgeois des origines est au centre de l’organisation citadine. Il installe le citoyen bourgeois dans un ordre statutairement et communautairement défini, porteur de privilèges et de charges – un ordre de notables – mais n’a d’existence que parce qu’il repose sur une économie de marchands, c’est-à-dire sur une mobilité géographique. Au cours des siècles suivants, le bourgeois poursuivra son destin dans ce même rapport : entre stabilité et mobilité.

  • 74 PERNOUD Régine (1962), Histoire de la bourgeoisie en France, Tome 2 : Les temps modernes, p. 88.

60Dans la seconde partie du Moyen Âge, la responsabilité des affaires communales, et donc l’obligation de gérer des litiges, a amené les bourgeois à apprendre le droit et à se perfectionner en matière de comptabilité et de change. À partir de la Renaissance, la monarchie remplace la France féodale et l’entretien des armées doit compter avec les services des financiers, ce qui ouvre l’ère des banquiers. Les offices royaux s’achètent et une bourgeoisie de fonctionnaires se constitue alors pour organiser l’administration de l’État. Les jurandes s’établissent mais les communes disparaissent. La bourgeoisie exerce au service du Roi. Elle devient une contre-puissance des vassaux. Sous Louis XIV, certains de ses services et de ses fonctions peuvent produire l’anoblissement et devenir héréditaires. Ces bourgeois ne sont plus tous à l’image de ceux des origines, citoyens des villes, libérés de leur tutelle seigneuriale et ecclésiastique. Avec le désir de noblesse, note Régine Pernoud, c’est une tendance profonde vers la stabilité qui s’est manifestée, tendance qui s’est exprimée notamment par les achats de terre. En effet, la bourgeoisie a eu conscience dès l’origine « du caractère passager, transitoire, qui est le sien ; instinctivement elle a tendu à l’effacer par l’acquisition de quelque chose de permanent. Par une sorte de prise de conscience collective elle a compris que, si la fortune crée le bourgeois, la bourgeoisie, elle, ne s’affirmerait que par une consécration autre que celle de la fortune74. » À l’aube de la Révolution, grande et petite bourgeoisies se font face jusqu’à s’exclure.

2. 1.2. La bourgeoisie lyonnaise des XIXe et XXe siècles

  • 75 Nous avons emprunté ce terme à Yves Lequin. Il permet en effet de prendre en compte un des quatre (...)

61Au XIXe siècle, le patriciat75 lyonnais, comme celui de toutes les grandes villes, compte des bourgeois récemment installés, une bourgeoisie ancienne et une noblesse. Trois catégories se côtoient ; trois univers se confrontent. Les richesses affluent abondamment dans la cité avec l’essor industriel. Dès les années 1840, la majorité des grosses fortunes, à Lyon comme en province, est « assise sur une richesse immobilière partagée entre la cité et la campagne [...] » : les patriciats placent leur argent dans « la terre ».

  • 76 DAUMARD Adeline (1979), op. cit., p. 445.

62« C’est la propriété qui porte prestige et respectabilité ! » Cela explique l’apparente importance des inactifs dans les patriciats urbains de cette époque ; on les trouve sous les vocables de rentiers ou mieux, de propriétaires : une étiquette que l’on choisit, quand on y est invité, de préférence à toute autre, même lorsqu’on est en fait occupé pour l’essentiel à la banque, au négoce ou à l’exercice d’une profession libérale. Les hommes qui vivaient sans exercer de profession, explique Adeline Daumard, étaient dans leur grande majorité des gens âgés. Ainsi, les oisifs véritables, ceux qui n’avaient jamais eu à exercer un travail rémunérateur, étaient très peu nombreux76.

  • 77 PERNOUD Régine (1962), op. cit., p. 444.
  • 78 LEQUIN Yves (1983), op. cit., p. 483.
  • 79 DAUMARD Adeline (1980), « La bourgeoisie française au temps des épreuves (1914-1950) », in Histoir (...)

63Le franc est stable et permet aux familles bourgeoises même les plus modestes d’asseoir sur des bases solides leurs stratégies familiales et patrimoniales. En effet, dès la première moitié du XIXe siècle, ces familles s’engagent dans le développement industriel. Mais, dès les années 1830, certaines d’entre elles transforment leurs fonctions dans l’industrie en fonctions commerciales et, très vite, ce ne sera plus l’industriel qui dirigera la production, mais le « négociant »77. Entre 1880 et 1914, la part de la terre dans le patrimoine diminue « avec la logique libérale des emplois de l’argent » et les avoirs mobiliers la remplacent78. Les professions libérales entreront en grand nombre, au cours des années 1890, dans les patriciats urbains. Leurs revenus s’envolent. Mais, vers 1925, une enquête conclut à « la crise des professions libérales » dont les revenus, réduits par la fiscalité nouvelle, n’ont pas suivi le coût de la vie. Les fonctionnaires supérieurs subissent les mêmes pertes de pouvoir d’achat79.

  • 80 CARON François (1980), « La croissance industrielle. Secteurs et branches » et GRAS Christian, « L (...)

64Les patriciats lyonnais se concentrent sur l’industrie textile et tout particulièrement la soierie. Ils connaissent une période de croissance soutenue jusqu’en 1875 et exportent. Mais la restriction des débouchés, du débouché américain particulièrement, et l’abandon par la mode des lourds tissus de soie noire provoquent un engorgement des marchés qui se prolonge jusqu’en 1888. La fabrique lyonnaise subit une crise très grave qui entraîne des ruines familiales et impose une reconversion. Au début du XXe siècle, elle retrouve son niveau de production de 1871-1875. Mais cette crise pousse à la diversification industrielle (la chimie et la métallurgie)80.

  • 81 DAUMARD Adeline (1980), op. cit., p. 875-878.
  • 82 DAUMARD Adeline (1980), ibid., p. 890-893.

65L’étonnant destin des bourgeoisies urbaines démontre leur capacité à demeurer ouvertes à ceux qui viennent renouveler leur puissance en diversifiant leurs moyens. Mais le mythe du self-made man n’est pas la règle ; la progression sociale se fait par étapes, au cours de générations successives. Des dynasties de père à fils ou à gendre, de frère à cousin assureront un apparent partage des tâches. Mais viennent les temps où les affaires se nationalisent et les entrepreneurs extérieurs à la ville viennent ôter une partie de leur puissance aux patriciats locaux. Avec la Grande Guerre, le pouvoir économique et social de ceux-ci sera atteint fortement. Puis, avec la crise économique mondiale des années 1930, le montant des fortunes et des revenus privés diminue. Mais « ce fut une phase difficile, non une ruine complète ». Le chef d’entreprise est entouré de prestige et de considération en France ; entre les deux guerres, les milieux d’affaires se situent au sommet de la hiérarchie bourgeoise81. Cependant, à la veille de 1939, une bonne partie de la bourgeoisie se trouve dépossédée de l’avantage de pouvoir choisir sa profession en conciliant sa vocation et ses dons avec la nécessité de gagner sa vie. Les maîtresses de maison doivent surmonter des difficultés matérielles auxquelles elles n’ont pas été préparées et les chefs de famille sont de plus en plus absorbés par leur profession et craignent de ne plus pouvoir assurer l’établissement de leurs enfants82.

  • 83 Voir l’histoire de ces croyances avec CRUBELLIER Maurice et la collab. de AGULHON Maurice (1983), (...)
  • 84 CRUBELLIER Maurice avec la collab. de AGULHON Maurice (1983), op. cit., p. 451 et 457.

66Avec les migrations rurales et le marxisme-communisme, les croyances se sont confrontées et ont été ébranlées. Les bourgeois catholiques résidaient dans les paroisses du centre et autour de la cathédrale83. Les migrants et ouvriers sont rejetés à la périphérie, où l’on crée pour eux de nouvelles paroisses, et l’anticléricalisme urbain s’organise et prend de l’ampleur. Les femmes deviennent les principales pratiquantes. Mais les comportements des bourgeois catholiques et des prêtres ne sont pas uniformes. Sous l’impulsion de certains, un nouveau style de vie chrétienne, à la fois plus libre et approfondi, viendra dans les années 1940 renouveler les pratiques et la foi catholiques (par exemple avec l’Action catholique)84. Malgré tout, les catholiques doivent prendre la mesure de leur faiblesse et de leur isolement.

  • 85 LEQUIN Yves (1983), op. cit., p. 497.
  • 86 DAUMARD Adeline (1979), op. cit., p. 409.
  • 87 DAUMARD Adeline (1979), ibid., p. 450.

67Comment se reconnaître « dans la multiplication des hommes et des familles venus gonfler l’élite locale »85 devient une question. C’est le temps des annuaires qui commencent à répertorier les notables : un nouveau moyen de retrouver les siens dans cette crise d’identité des bourgeoisies sans cesse renouvelées, et surtout au lendemain de la guerre de 1914-1918. Les élites de l’aristocratie et d’ancienne bourgeoisie implantées depuis le XVIIIe siècle ou le tout début du XIXe siècle cherchent à repousser la déculturation venue des bourgeoisies nouvelles. Elles se confrontent aussi à de nouvelles convictions sociales portées par les classes moyennes. À l’individualisme bourgeois, qui reposait sur la notion de droit, égal pour tous, et qui imposait l’exercice de devoirs, d’autant plus nombreux que l’on était plus haut sur l’échelle sociale, s’oppose dans les esprits l’idée d’une responsabilité de la collectivité et de la nécessité d’une solidarité86. À la position des femmes de la bourgeoisie, protégées, entourées et respectées, mais subordonnées, s’ajoutait celle de femmes, de plus en plus reconnues par les institutions, ayant des capacités intellectuelles et pouvant prendre des responsabilités professionnelles dans certains secteurs87.

  • 88 CRUBELLIER Maurice avec la collab. de AGULHON Maurice (1983), op. cit., p. 365.
  • 89 LEQUIN Yves (1983), op. cit., p. 494.

68Les résistances se traduisent par un repli sur soi et sur les groupes familiers, et par un réflexe de crispation et de sécession88. Repli en premier lieu sur la famille : les familles des notables s’enferment dans leur appartement et se recentrent sur leurs enfants ; repli sur leurs quartiers : elles se concentrent entre le second et le sixième arrondissements ; repli sur un enseignement privé dont elles soutiennent la gestion ; repli dans les cercles ; mais aussi, repli des hommes sur leurs intérêts : les traditions de patronage social et de solidarité s’amenuisent même si, à Lyon, on participe encore au début du XXe siècle à l’administration des hospices par ses dons et sa gestion. La charité devient affaire de femmes89.

  • 90 ANGLERAUD Bernadette et PELLISSIER Catherine (2003), Les Dynasties lyonnaises : des Morin-Pons aux (...)
  • 91 CAYEZ Pierre (1990), « Vers une métropole tertiaire », in Histoire de Lyon : des origines à nos jo (...)
  • 92 ANGLERAUD Bernadette et PELLISSIER Catherine (2003), op. cit.
  • 93 CAYEZ Pierre (1990), op. cit. p. 413.

69Durant la Seconde Guerre mondiale, Lyon est tout à la fois capitale de la Résistance et capitale économique de la zone libre. « Terre d’accueil des résistants de tous horizons, elle représente aussi un potentiel industriel qui intéresse au premier chef l’occupant allemand, on saisit là toute l’ambiguïté de cette période où la ville est à la croisée de différents enjeux ». Après guerre, l’outil industriel mais aussi la confiance doivent se reconstruire. Progressivement, dans tous les secteurs, les entreprises familiales perdent du pouvoir de décision. Les avancées technologiques et la concurrence internationale voient certaines s’effondrer ou obligées de rejoindre des grands groupes, et les autres se recentrer sur leurs traditions lyonnaises pour perdurer90. Les sièges sociaux quittent progressivement Lyon91. Mais le « couloir de la chimie » qui prolonge Lyon vers le sud devient un des principaux atouts industriels. La transformation des métaux et la construction restent solides92. Le secteur tertiaire, à partir des années soixante, prend de l’ampleur sous l’effet de la mutation générale de l’économie, et plus spécialement de la volonté gouvernementale de promouvoir les capitales régionales et d’aider à la décentralisation des activités de ce secteur93.

  • 94 ANGLERAUD Bernadette et PELLISSIER Catherine (2003), op. cit.

70Les hommes des familles bourgeoises traditionnelles s’engagent dans le militantisme patronal : des personnalités marquantes ont joué un rôle-clé dans le syndicalisme patronal et dans le renouvellement de son mouvement. Les femmes continuent à jouer leur rôle de représentation en organisant pour leurs maris des dîners professionnels et leur rôle de mère dans l’éducation de leurs enfants. Les alliances restent endogames, avec certaines qui s’étendent toujours vers des bourgeoisies industrielles du Nord de la France. L’engagement politique reste réservé sauf exception. Enfin, les familles bourgeoises cultivent leur ancienneté et leur continuité dynastiques. Leur nom constitue un sésame à chaque génération94.

2. 2. Une condition héritée

  • 95 GROETHUYSEN Bernard (1927), Origines de l’esprit bourgeois en France, Tome 1 : L’Église et la Bour (...)

71Parvenir à l’état de bourgeois, entrer dans la bourgeoisie, être bourgeois exige de s’imprégner d’une culture et de se soumettre à une condition sociale spécifique. En effet, être bourgeois, c’est, comme l’explique Bernard Groethuysen, endosser un destin particulier : n’être « rien de définitif »95, être dans l’ordre « naturel » des choses, un individu « aux origines profanes », au contraire du grand et du pauvre. C’est aussi être soumis à sa propre fin, trouver à se fonder, et anticiper sur l’avenir pour assurer sa continuité. C’est mettre sa confiance en ses propres forces, se garantir contre l’imprévu et s’établir solidement.

72Avec un tel destin, le bourgeois échappe à l’Église qui considère qu’il s’arroge le droit de rectifier les desseins de la divine Providence. Il veut être seulement un honnête homme et voir fixer sa morale sous forme de catéchisme. Lui parle-t-on des tentations de la richesse et de son salut : il en appelle à ses enfants. « J’ai des enfants, et j’ai besoin pour eux de tout mon bien ». Il se justifie dans ses enfants, c’est son argument le plus pertinent contre les condamnations de l’Église à son propos. Il est père de famille, il connaît ses responsabilités. Il ne confie le soin de sa famille à personne, fût-ce même à Dieu. C’est à lui d’être prudent et prévoyant, afin que ses enfants plus tard le bénissent. Il en appelle aussi à l’estime de son réseau. Il doit se connaître lui-même par la conscience de son histoire : « Sache en revivant les temps où tu n’étais pas, et en passant par les temps où tu commençais à être, te voir comme si déjà tu n’étais plus. » C’est ainsi une condition du bourgeois que de travailler, d’être prévoyant, de justifier sa naissance et de dépendre de la mémoire de son histoire familiale pour être légitimé et dominer son destin en tant qu’individu.

73Étant donnée cette condition héritée, comment les bourgeois ont-ils pu devenir des catholiques engagés ? Comment ces termes ont-ils pu s’allier ? Par la providence des pauvres, répond Bernard Groethuysen. Les bourgeois, explique-t-il, ont été tout naturellement admis dans le monde traditionnel de l’Église, à partir du moment où ceux qui l’ont voulu ont prodigué l’aumône aux pauvres et ont fait fonction d’économes de la Providence. Ils ont ainsi acquis un caractère sacré et retrouvé le prestige dont les grands bénéficient. Ils estimeront qu’il n’est pas donné à chacun d’être honnête homme. Il faut une religion pour le peuple.

  • 96 COENEN-HUTHER Josette (1994), La Mémoire familiale : un travail de reconstruction du passé, p. 190 (...)

74D’autre part, comment concilient-ils leurs besoins de continuité et de mobilité dans leur construction identitaire ? Les bourgeois de longue ascendance, dit Josette Coenen-Huther, montrent une capacité à s’adapter. Ils n’adhèrent pas inconditionnellement au monde dont ils sont issus et en conséquence n’envisagent pas un avenir linéaire et non problématique, c’est-à-dire reposant sur une reproduction de ce passé. Ils adoptent une attitude mitigée face à la perpétuation des valeurs familiales dont ils ont hérité en opérant un tri parmi elles jusqu’à, devant leur propre ambivalence, ne pas les faire passer à la génération suivante96. Ils ne cherchent pas à figer dans leur mémoire leurs valeurs, leurs normes et leurs pratiques ; leur condition est soumise à un maintien et non à une reproduction fidèle du passé.

  • 97 COENEN-HUTHER Josette (1994), ibid., p. 186-189.

75À comparer les attitudes des bourgeois envers l’histoire de leurs ascendants avec celles d’autres groupes sociaux de son corpus, Josette Coenen-Huther remarque que c’est quand même bien parmi les premiers que l’intérêt pour l’histoire du groupe d’appartenance est le plus indéniable. On y possède des archives familiales, plus ou moins conséquentes, des armoiries, des arbres généalogiques. On y est également fortement attaché aux divers supports de la mémoire, qui jouent alors le rôle de symboles de statut, même si la question du partage des patrimoines ne va pas sans poser de problèmes. Ainsi, être en continuité avec leurs origines est un sentiment qui les soutient dans leurs actes. Ils sont fiers de leurs ancêtres et se réclament également de la culture dans laquelle baignent les membres de leur classe sociale. Mais cette continuité n’en est pas pour autant inconditionnelle et sans nuance. Ils peuvent, tout en utilisant l’ancienneté de leur famille, leurs personnages et leur culture comme faire-valoir, émettre certaines réserves à l’égard d’autres aspects de leur groupe97.

  • 98 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 119.

76Béatrix Le Wita constate aussi que « les bourgeois savent s’adapter ». Ils cherchent l’équilibre avec l’histoire de leur temps et le renouvellement des générations, même s’ils veulent donner d’eux aux médias une image de fixation, continue-t-elle. N’est-ce pas cela, la fonction du récit de leur mémoire : « faire en sorte que les choses passent tout en les adaptant », ce qui laisse percevoir à la fois leur stabilité et leur dynamisme ? On tait certaines choses, on fait ressortir certaines autres dans le roman familial98 !

  • 99 COENEN-HUTHER Josette (1994), op. cit., p. 189-190.

77Au contraire, dans une bourgeoisie plus récente, « là où l’accession aux milieux supérieurs date des parents ou, au mieux, des grands-parents, observe Josette Coenen-Huther, on déclare ne pas vraiment s’intéresser à reconstruire les filiations et ne pas accorder de valeur particulière aux supports de la mémoire » ; en effet, le passé éloigné n’est pas source de prestige et de légitimation et l’on ne possède pas de maisons ou d’objets ayant appartenu à des ancêtres. Le sens de la lignée n’a pas vraiment eu le temps de se construire. Aussi, aucune prise de distance n’apparaît chez ces bourgeois, et l’adhésion aux valeurs et à la culture se révèle totale. La reproduction est la norme. « Tout semble ainsi se passer comme si la bourgeoisie de fraîche date ne laissait encore dans les esprits que le souvenir de la réussite sociale et comme si, à l’inverse, le long terme entraînait une conscience de l’érosion du temps99. » En conséquence, le désir de voir ses propres enfants connaître l’histoire familiale est directement proportionnel à la durée de celle-ci.

  • 100 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 112-113.

78En conclusion, même si ce partage en deux groupes distincts de la bourgeoisie est plutôt une facilité d’école, il indique que la bourgeoisie n’est pas une et que son rapport à son identité dépend du patrimoine symbolique dont elle peut se réclamer. Pour la bourgeoisie ancienne, il est vital de transmettre à une génération le poids de la précédente, celle-ci ayant contribué au nom et à la cohésion de la famille. On n’existe que parce qu’il y en a d’autres au-dessus ; on ne naît pas de rien100. Le reconnaître demeure une condition pour être identifié comme bourgeois. Ainsi, non légitimés d’emblée dans les représentations que l’histoire sociale leur a procurées, les bourgeois doivent trouver leur fin dans la maîtrise de leur destin, de leur réseau et de leur mémoire.

2. 3. Un milieu institué

  • 101 La notion de milieu renvoie à l’individu et à sa place dans un ensemble de relations interpersonne (...)

79Les familles de la bourgeoisie forment un milieu social101 structuré par une sociabilité essentiellement familiale et un mode de vie ritualisé.

2. 3.1. Un groupe à la sociabilité familiale

  • 102 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 118-119.
  • 103 Il est difficile de saisir une telle variable, car le corpus bourgeois ne recouvre pas de catégori (...)
  • 104 GRAFMEYER Yves (1993), ibid., p. 26-27.

80Qu’est-ce qu’appartenir à la bourgeoisie ? interroge Béatrix Le Wita, et de répondre : c’est avant tout appartenir à une famille102. En effet, la sociabilité bourgeoise est essentiellement familiale, au point que l’on peut y lire une identification entre bourgeoisie et famille. Deux facteurs donnent à ce milieu sa nature familiale, explique Yves Grafmeyer : la grande fécondité des couples et l’orientation familiale des interactions professionnelles. En effet, cette fécondité est plus élevée que la moyenne et même supérieure à celle des couches supérieures de la société103. « Les enfants, en tant que tels, sont une richesse ». Pris séparément, chacun peut comporter un risque de déclassement. Pris tous ensemble, ils sont une chance de perpétuation du statut de la lignée. Grâce à eux, la famille préserve, au-delà des aléas de chaque destin individuel, sa capacité future à se maintenir collectivement au sein de larges réseaux de parenté, d’alliances et d’interconnaissances. Ces réseaux lui sont un adjuvant précieux non seulement pour entretenir les sociabilités qui confortent sa place dans la société locale, mais aussi pour transmettre, au moins à quelques-uns de ses membres, l’éminence des positions professionnelles sans lesquelles le nom seul finirait, au fil des générations, par ne plus suffire. En effet « les enfants n’appartiennent pas seulement au couple qui les a engendrés, mais aussi aux lignées qui définissent plus largement [...] la notion même de famille »104.

  • 105 RODET Chantal (1989), chapitre sur « Les fondements affectifs de la socialisation », in Étude des (...)

81Les fratries et les collatéraux entretiennent des liens très étroits tout au long du cycle de leur vie. Les familles se rassemblent à l’appel de la génération la plus ancienne. Les occasions en sont nombreuses ; c’est pour célébrer les fêtes religieuses et du calendrier, des anniversaires, ou bien pour passer des vacances ensemble, ou bien aussi pour se rencontrer entre catégories de parenté spécifiques – par exemple entre cousins, et c’est alors un dîner ou un goûter de neveux – ou bien encore pour commémorer le centenaire de la construction d’une maison ou enfin, pour réunir tous les descendants d’un même ancêtre, etc.105.

  • 106 JOMAIN-LACROIX Annick (1986), Les Rallyes lyonnais, p. 43.
  • 107 PELLISSIER Catherine (1996), Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au XIXe siècle, Tome 1, (...)
  • 108 LE WITA Béatrix (1988), Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise, p. 15 (...)

82Les maisons familiales sont des lieux privilégiés pour se retrouver ainsi entre membres de la parenté et de la parentèle. Elles configurent et produisent en même temps « les traces symboliques et réelles de l’appartenance sociale » de leurs habitants et invités106. Le cousinage qui s’y vit engage le destin des jeunes générations. En effet, leur mémoire est une nécessité pour les familles de la bourgeoisie. Elle est l’objet d’un traitement spécial : elle doit être cultivée depuis l’enfance. Sa plus sûre conservation repose sur la construction de contextes favorables aux liens d’affinité. Les familles organisent la vie commune de groupes d’enfants de même génération – fratries et cousins – dans les grands espaces de ces maisons de famille, et cette vie restera pour eux un souvenir tel qu’il cimentera, le plus certainement, leurs liens à venir107. Le jeune bourgeois n’a que peu de rapports duels avec ses parents ; c’est la vie tribale qui l’emporte et la distanciation dans les relations entre générations108.

  • 109 BOURDIEU Pierre (1972), « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », in Annal (...)

83Mais bien sûr, comme le dit Pierre Bourdieu, la propension à entretenir le cousinage est une activité dépendante « des profits matériels ou symboliques que l’on peut trouver à cousiner ». Les relations généalogiques ne tarderaient pas à disparaître, dit-il, « si elles ne recevaient un entretien continu, lors même qu’elles ne sont utilisées que de manière discontinue ». Cet entretien incombe à ceux qui ont le plus à en attendre et permet de distinguer les parents utiles parmi les parents théoriques que décline la généalogie. Et bien sûr, à mesure que l’on s’élève dans les hiérarchies reconnues par le groupe, celle-ci ne cesse de croître109.

  • 110 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 118.
  • 111 RODET Chantal (1989), op. cit.

84Parenté et parentèle sont sollicitées pour les affaires commerciales et financières. Elles mettent à disposition dans la pratique quotidienne, le chirurgien, le médecin de famille, le notaire, le banquier, les conseils divers110. Mais le pragmatisme dans l’entretien du réseau familial ne constitue pas un objectif exclusif. Des solidarités entre générations coexistent notamment dans l’objectif d’équilibrer les aléas que le destin peut apporter à l’encontre de certains membres ou de certaines familles du milieu. La notoriété d’une famille rayonne sur son réseau durant au moins trois générations. Ses déboires, eux, sont pris en charge aussi sur trois générations111.

2. 3.2. Une société ritualisée

  • 112 Nous employons ce terme au sens de Pierre Bourdieu (1982), « Les rites comme actes d’institution » (...)

85Les modes de sociabilité et d’éducation des familles bourgeoises sont ordonnés à des pratiques rituelles : rites d’institution112, rites d’initiation, rites de séparation, etc., tous viennent servir l’unité familiale, le maintien dans l’élite et la reconduction de la condition bourgeoise. En effet, les enfants de bourgeoisie ancienne acquièrent les usages et intègrent les rôles qu’on attend d’eux à travers des rituels. D’abord, ils s’y trouvent pris, puis adolescents, ils en apprennent la théâtralité et enfin adultes, ils y prennent leur place, pour y jouer leur acte en direction de leurs descendants. Ils sont socialisés pour être des héritiers.

  • 113 HÉNAFF Marcel (1991), Claude Lévi-Strauss, p. 162.
  • 114 MARTIN-FUGIER Anne (1987), « Les rites de la vie privée bourgeoise », in Histoire de la vie privée (...)

86Les fratries étant nombreuses, les maisons étant spacieuses, ce mode de socialisation permet de donner toute sa cérémonie et sa sublimation à la vie familiale. Il permet en effet de figurer avec tout le drame nécessaire, la mise en ordre du monde attendue et de favoriser le cérémonial jusque dans son caractère impressionnant et sublime113. Ainsi, il produit l’intégration de chacun à la place qui lui est destinée selon son héritage social au sein de la communauté de ses plus proches. Mais aussi, comme le dit Anne Martin-Fugier, il « donne sa valeur de bonheur à l’événement destiné à devenir souvenir »114.

  • 115 RODET Chantal (1989), op. cit.

87La vie dans les maisons de famille témoigne de cette haute ritualisation des conduites bourgeoises. On y voit les classes d’âge séparées les unes des autres. Les enfants se regroupent de leur côté, entre cousins, les adultes nombreux – grands-parents, parents, oncles et tantes – parlent, lisent, s’activent aux tâches domestiques, les tout-petits avec eux. Quitter la salle à manger accueillante, le matin, pour retrouver dans le jardin les cousins du même âge, quitter ce jardin pour rejoindre à nouveau la salle à manger, puis recommencer ainsi jusqu’au soir tombé, alterner son temps comme cela entre le rituel des repas et la liberté des grands espaces, introduit la sécurité et inscrit la stabilité dans les représentations des jeunes générations comme un donné. Et, dans cette même maison, une fois à l’autre bout de la chaîne des générations, être assis à la même place autour de la grande table, faire bénéficier de sa maison à ses descendants pour leurs vacances, continuer le geste ancestral d’écrire pour eux, classer les documents familiaux, sans pour autant renoncer à la vie économique et sociale, insuffle la respectabilité et recule les bornes du temps115.

2. 4. Une culture de la mémoire

  • 116 LE WITA Béatrix (1988), op. cit., chapitre 5. L’auteur a étudié longuement la bourgeoisie parisien (...)
  • 117 LE WITA Béatrix (1988), ibid., p. 113. L’auteur dit ne pas avoir trouvé de semblables récits dans (...)

88Les familles, bourgeoises depuis au moins trois générations, ont une mémoire généalogique, explique Béatrix Le Wita116. Selon elle, une telle mémoire est capable de se représenter une succession d’ascendants hommes ou femmes sur des lignées remontant jusqu’à un ancêtre fondateur, qu’il soit mythique ou réel ; en général, dans la bourgeoisie, à la différence de l’aristocratie, cet ancêtre est réel. L’une de ses caractéristiques est donc son ampleur. Les membres de telles familles peuvent mentionner oralement jusqu’à cinq générations, connaître les dates essentielles des quatre arrière-grands-parents, citer les collatéraux, pas seulement ceux de leur génération, mais aussi ceux de leurs ascendants (jusqu’à leurs arrière-grands-parents). Ces familles constituent la filiation comme un capital : en effet elles sont poussées par la nécessité à planifier dans la durée l’investissement de leurs ressources. Au XIXe siècle, remarque Béatrix Le Wita, elles ont écrit des récits autobiographiques racontant la montée sociale exemplaire de leur ancêtre fondateur et l’histoire des trois générations qui lui ont succédé et qui ont affirmé le statut117.

  • 118 LE WITA Béatrix (1988), ibid., p. 115 et 118.
  • 119 LE WITA Béatrix (1988), ibid., p. 149. Nos résultats confirment l’ensemble de ces conclusions. Mai (...)

89Rédigée, la mémoire bourgeoise est très peu sélective, continue-t-elle. Elle ne sacrifie aucune branche. Il y a connaissance égale des maternels et des paternels118. Mais elle reste froide. Elle objective le passé : les ancêtres y sont plus décrits sous l’angle des positions qu’ils ont occupées que du point de vue de ce qu’ils furent en tant qu’êtres humains. Elle valorise le patronyme. « Comparables à un défilé, dit l’auteur, les gorges de la généalogie sont pénétrées de lumière jusqu’au troisième degré suivi d’un flou plus ou moins dense, éclairées au bout du tunnel par l’origine réelle ou imaginaire de la famille : la date d’apparition d’un patronyme étant un symbole que l’on mémorise aisément119. »

90Mais, orale, la mémoire laisse place aux éléments féminins « qui attirent les souvenirs "touchants", "enchanteurs", en somme tout ce qui désigne une sociabilité », explique l’auteur. Sans doute la femme compense-t-elle la rigidité de la transmission du patronyme et du statut, ainsi que le silence des pères : telle est l’hypothèse avancée par Béatrix Le Wita pour expliquer cette forte imprégnation féminine de la mémoire bourgeoise ! Dans un système de filiation indifférenciée comme l’est l’Europe et dans un milieu donnant la priorité à la filiation agnatique, ne peut-on y voir une contradiction ? La mémoire sélectionne et ne retient que les éléments nécessaires à la constitution identitaire. Aussi l’auteur s’interroge-t-elle sur la prégnance de ces femmes dans la mémoire individuelle des bourgeois : est-elle une tendance structurelle chez tout individu ? Est-ce « un écho social de ce qui se dit de la prégnance du rôle de la mère dans la constitution psychologique d’un sujet » ?

91Cette mémoire orale, Béatrix Le Wita la désigne par le terme d’affective. Elle est nourrie de souvenirs, d’images, d’anecdotes. Elle est très étendue : elle remonte quatre ou cinq générations au-dessus d’Ego. Elle rassemble de très nombreux collatéraux, à la mesure de l’ampleur du patrimoine et de l’espace de circulation des biens, comme chez les paysans. C’est en quoi on peut citer les fratries des grands-parents dans le milieu urbain, lorsqu’on est de bourgeoisie ancienne.

  • 120 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 112-116.
  • 121 Nous faisons allusion aux travaux de Maurice Halbwachs (1925).

92Ainsi l’univers familial de la mémoire bourgeoise n’est pas centré sur l’auteur, mais sur sa parenté. Il n’est pas constitué d’une famille, mais d’un groupe familial et si cet auteur est bien le pôle fédérateur de cette mémoire, il n’en est pas pour autant le centre120. Mais comment ces deux mémoires – écrite et orale – concourent-elles ? Se complètent-elles ou bien se concurrencent-elles ? Quoi qu’il en soit, elles créent un cadre de vie symbolique quotidien à l’intérieur duquel les morts comme les vivants, et le passé comme le présent occupent une place tout aussi considérable. Les familles forgent l’une pour contenir fermement les références fondatrices de leur identité familiale et activent l’autre pour favoriser la remémoration. Elles configurent avec elles leur continuité à travers le temps et leur stabilité à travers l’espace, et prédestinent chaque génération. Dans ce milieu, on cultive les cadres de sa mémoire121.

  • 122 LE WITA Béatrix (1988), op. cit., p. 149-150.

93La mémoire bourgeoise est chargée de transmettre un statut et un sentiment d’appartenance au groupe : on est bourgeois par la famille et non par le sang ou le droit divin. Elle sert à conjurer la fragilité inhérente à la position de bourgeois, chaque génération devant, à la lumière de la précédente, maintenir le statut acquis. Le passé n’a pas pour objectif de véhiculer la nostalgie d’un âge d’or, remarque Béatrix Le Wita. Pour autant, les bourgeois n’échappent pas plus que les autres couches sociales à elle. Ils l’expriment, mais on a affaire alors à un discours où elle est « contenue, retenue, gardée par devers soi. […] Toute génération a un devoir à accomplir face à la réalité nouvelle qu’elle rencontre. Le récit cherche avant tout à transmettre une telle imposition morale122. »

94Josette Coenen-Huther constate que, dans la narration orale des élites, tout vient rappeler leur statut et l’honneur de leurs aïeux ; elle désigne leur mémoire par le terme de statutaire. C’est la visibilité des postes occupés par leurs ascendants et celle de leur rang, et non une différence de nature dans leurs récits, qui distingue cette mémoire des autres. Sa construction repose, selon elle, « en premier lieu sur l’appartenance à un milieu professionnel » dont on constate qu’il est aisé, en second lieu sur l’inscription dans un certain univers culturel, et en troisième lieu sur l’ancienneté qui peut être liée à une insertion territoriale. Cette mémoire évoque, en effet, plus volontiers que les autres les biens qui se transmettent entre générations, marque une nette préférence pour les souvenirs relatifs aux aïeux de ses narrateurs plutôt que pour leur propre vécu, et se situe presque toujours dans une historicité. Elle donne aux groupes de lignées la fonction d’accompagner, voire de faire l’Histoire : ils laissent « leur marque sur leur environnement, [et] leur position de prestige, leur statut, leur pouvoir n’existent que parce qu’ils jouent un rôle de premier plan dans la société et parce que celle-ci reconnaît leurs mérites et les honore (nomination à des postes importants ou attribution de leur nom à une rue, par exemple) ».

95Dans cette mémoire statutaire, lorsque les aspects culturels de la famille sont abordés, ils font apparaître une inscription active dans un milieu social déterminé. Et lorsque des valeurs sont promues, alors elles indiquent des individus agissant, les tâches des hommes différant de celles des femmes. La performance et la réussite sont deux traits forts. Pour les hommes, elles passent par le succès professionnel, l’ascension sociale, la renommée politique, militaire, scientifique, etc., et pour les femmes, par le domaine artistique, le militantisme au service de bonnes œuvres ou dans des groupements féministes modérés. Cette mémoire est une mémoire d’ancrage.

  • 123 COENEN-HUTHER Josette (1994), op. cit., p. 130-134.

96Pour percevoir toute la finesse des enjeux de cette mémoire statutaire, on apprend beaucoup en retenant ce que leurs narrateurs peuvent craindre le plus. Trois types d’anti-héros sont repérables. Ce sont « ceux qui mettent directement en danger le bon renom de la famille. C’est le cas de femmes (trop) émancipées, mais aussi de parents qui introduisent des individus jugés non convenables dans le groupe, ou encore de ceux qui adoptent eux-mêmes des comportements indignes ». Ils suscitent la honte, mais le plus souvent les rapports avec eux, lorsque les actes sont ou ont été inadmissibles, sont montrés comme des rappels à l’ordre. Ce sont aussi « ceux qui, par leurs intrigues, leur habileté, leur manque de scrupules… s’approprient l’essentiel, si ce n’est la totalité de l’héritage familial, [et enfin] ceux qui ratent leur vie, n’arrivent à rien, tournent mal du fait de ce qu’on interprète comme de la faiblesse, un manque de personnalité ou d’ambition »123.

  • 124 COENEN-HUTHER Josette (1994), ibid., p. 163-171.

97Avec les narrateurs de cet envers de la mémoire statutaire – que l’auteur nomme sociétaire – on retrouve, bien sûr, des traits communs avec la première, « car il faut bien commencer par présenter ce qu’on va ensuite critiquer ». C’est « au nom des droits de l’individu à choisir ce qu’il entend faire, au nom de l’affinité opposée au statut, au nom de l’universalisme, de l’esprit d’ouverture et de tolérance » qu’ils ordonnent leur mémoire. En racontant, ils se situent « en rupture avec ce qui fait l’essence de leur famille sans pour autant avoir rompu avec elle ou s’opposer à tout esprit familial. » La désapprobation se manifeste plus particulièrement à l’égard des aspects « tribaux » des modes de fonctionnement familial. Ils en font valoir deux : d’une part, la rigidité des règles, la soumission de l’individu au groupe et le contrôle des comportements et d’autre part, la fermeture, l’intolérance et l’esprit de clocher. De plus, ils manifestent du recul ou du rejet devant trois grandes caractéristiques de leur famille : « l’affiliation d’office, la solidarité organique et ritualiste, le culte de l’entre-soi ». En effet, ils s’insurgent contre la conception d’une parenté qui rend l’individu indissolublement attaché à ses ascendants et le fait d’appartenir au groupe de parenté, au détriment d’une affiliation librement consentie. Ils évoquent les réunions familiales comme des routines et font ressortir leur caractère rituel, « leur peu de chaleur, leur faible charge affective, accrue par l’ennui […]. Les devoirs qui découlent de l’obligation de s’entraider ne sont pas mieux acceptés » ; les conséquences en sont toujours la dépendance, voire le sacrifice et les conflits. Enfin, ils refusent l’étroitesse d’esprit de leurs parents et la rigidité des règles familiales. Ils réprouvent leur attachement exagéré à leur petit coin ou bien leur incapacité à entrer en contact avec ceux qui n’appartiennent pas à leur micro-culture, ou bien encore, leur précipitation à préserver leur réputation (« craintes relatives aux mésalliances sociales, ethniques, religieuses… et à tout ce qui, d’une manière ou d’une autre, pourrait porter atteinte à l’honneur familial »124).

3. LA PRÉSENTATION DES RÉCITS

98Les récits qui font l’objet de cet ouvrage montrent une homogénéité générique dans leur armature généalogique et dans leurs thématiques. Mais cette homogénéité a des composantes si variées qu’elle se présente sous les traits d’une grande diversité de modalités.

3. 1. Les supports

99Les récits prennent en effet plusieurs formes : ils peuvent être manuscrits, dactylographiés, imprimés ou édités, composés de simples photocopies, mis en pages par ordinateur ou bien encore écrits sur des petits cahiers. Ils peuvent être des originaux ou des copies, parfois peu lisibles, rangés ou non dans des chemises. Il n’y a pas de forme-type. Le nombre de leurs pages varie de 9 à 211. Un récit peut avoir des supports différents, selon les branches des familles, les générations et les individus, selon qui conserve l’original ou des copies dactylographiées ou encore qui détient des photocopies faites à partir de ces dernières ou même à partir d’autres photocopies. Sur les 11 récits, 2 ont été composés sur des petits cahiers manuscrits à l’origine, 3 sur des feuilles volantes (2 manuscrits et 1 saisi sur ordinateur), 1 est un recueil dactylographié et relié, 1 est la réunion de 5 lettres écrites par son auteur à ses enfants, et enfin 4 sont des livrets imprimés, dont 2 édités. L’état de conservation de ces récits montre qu’ils ont été traités de façons très diverses au cours du temps, selon les branches et les générations.

  • 125 Nous rappelons que les prénoms et noms des auteurs de récits ici présentés sont des pseudonymes.

100Le récit de Camille Delérable125 a eu, lui, deux supports imprimés : un provenant d’une première impression en 1924 et l’autre, d’une seconde en 1979. Le premier recueil comporte une couverture de cuir épais et sombre ; ses 94 pages sont de fort grammage et jaunies. Consultation a été faite d’un exemplaire chez un petit-fils de l’auteur, dans l’Ain, et d’un autre chez un petit-neveu, dans le Rhône. Le second recueil est sur un support de demi-format et contient le même nombre de pages. Il a été imprimé chez le même éditeur, 55 ans après. Sa couverture est de carton clair et souple. Cette version a été examinée chez les mêmes informateurs ; ils possèdent donc les récits sous les deux formes.

101Quant au récit de Lilian Collas, il a aussi été trouvé sous plusieurs formes. Tel qu’il a été consulté la première fois dans la famille chez l’un des informateurs à Lyon 2e, il est composé de 117 pages dactylographiées et paginées à la main, photocopiées, glissées dans une chemise. Il n’y a pas de couverture. La seule date indiquant l’époque de sa rédaction est celle de l’adresse : 1941. Ces photocopies ont été faites en 1992, à partir d’un exemplaire appartenant à une cousine maternelle de l’informateur. Cette cousine avait elle-même photocopié une copie ancienne appartenant à une cousine de sa mère. Cette deuxième forme – la copie ancienne – fait partie des exemplaires dits « les copies ». On sait qu’il en existe trois exemplaires. Ceux-ci comptent 58 pages. On les a trouvés, l’un chez deux petites-nièces de l’auteur et les deux autres chez un petit-fils, tous les trois à Lyon 6e. Ils ont la forme d’un ouvrage. Mais il s’agit de feuillets découpés à la taille d’un livre et tenus serrés ensemble par une reliure de cuir épais noir. L’impression est extrêmement pâle, pour l’une des copies. La troisième forme, dite « l’original », a été consultée chez le petit-fils qui avait déjà deux « copies ». Il est manuscrit sur un cahier d’école de 90 pages, à couverture souple recouverte de papier brun. Des généalogies sont ajoutées, pliées et collées sur les dernières pages.

102Le récit d’Auguste Armand, lui, a été examiné la première fois chez son auteur, à Lyon 2e. Il s’agissait de photocopies dactylographiées parce que le texte était en cours de correction. Les fautes de frappe et de français étaient soulignées. Le travail s’était arrêté là depuis plusieurs mois. On était en 1992. Il y avait 142 pages sans couverture et sans date, paginées à la main. Deux ans plus tard, une nouvelle version a été imprimée sur papier demi-format (1994). Elle compte 131 pages. Sa couverture est de couleur vert clair et souple. Certains énoncés ont été modifiés, mais l’ensemble du contenu est identique.

103On remarque encore la diversité des formes de supports avec par exemple le récit de Damien Palluis. Il a été écrit sur ordinateur et est constitué de feuilles volantes rangées dans une chemise. Il compte 11 pages et est daté de 1988. Un exemplaire a été consulté dans la propriété de famille de l’auteur et de son épouse, et un autre, au domicile d’un informateur, ce dernier l’ayant acquis des mains de cet auteur, son cousin par alliance ayant une propriété voisine. Tous deux ont un ancêtre commun : l’auteur ou plutôt son épouse co-auteur – car c’est de la famille de l’épouse dont il est question – est une arrière-petite-fille en lignée patrilinéaire et l’informateur, un arrière-petit-fils en lignée maternelle. Le récit de Cyril et Robert Ramel est la copie sur feuilles volantes d’une transcription dactylographiée de deux communications orales prononcées lors du centenaire d’une maison de famille, en 1945. Il compte 9 pages dont 4 sur les origines familiales. Les copies sont peu lisibles. Chaque communication a son auteur. Ces photocopies se trouvaient dans les papiers de famille de la mère d’un informateur, qui ne sait pas comment celle-ci les a acquises. Enfin, le récit de Florent Reynaud se présente sous la forme d’un recueil dactylographié et relié. Il comprend 149 pages. Il réunit cinq longues lettres écrites par l’auteur à ses enfants. La première est terminée en 1878 et la dernière en 1918. Ces lettres manuscrites ont été d’abord dactylographiées par l’une des filles de l’auteur, 19 ans après le décès de ce dernier. Puis en 1977 une arrière-petite-fille les a organisées et rassemblées pour en faire un recueil. La couverture est cartonnée et bleue.

3. 2. Les premières de couverture

104On trouve trace du titre, et la plupart du temps du nom de l’auteur et de la date de publication, sur la première ou seconde de couverture de chaque récit. Si les titres sont visibles, les noms des auteurs, eux, sont mentionnés avec discrétion au point qu’on n’en découvre pas pour deux récits et que pour un troisième, il faut attendre la troisième page du manuscrit pour le distinguer. Les auteurs de ces récits ne s’imposent pas ainsi aux yeux des lecteurs. Quant aux dates de publication, elles ne sont pas indiquées de fait dans deux cas de supports photocopiés.

105Le genre des récits n’est pas toujours expressément indiqué. Il l’est dans le cas de cinq récits. Mais il ne se présente pas – à la lecture des titres – sous une même identité : on trouve une monographie, un récit, une causerie, des tableaux généalogiques, un livre. Dans les autres cas, il n’y a aucune marque de genre, mais le lecteur est informé qu’il va être question d’un contenu concernant une famille ou une lignée, le ou les patronymes étant la plupart du temps mentionnés. Ainsi, le mot généalogique n’est explicitement écrit qu’une seule fois, et encore seulement en seconde de couverture. Il s’efface derrière la référence patronymique. L’un des récits a même été intitulé : « À l’honneur de notre nom », sans le nom. Le genre généalogique se présente donc sous les traits d’autres genres ou ne s’annonce pas. Ce sont les traits de la composition interne des récits qui l’identifient d’abord comme tel.

106On trouve aussi, sur la première de couverture, les coordonnées des imprimeurs et éditeurs : ils sont lyonnais dans 3 cas, les 2 autres villes étant dans l’Indre-et-Loire et la Haute-Savoie. On y découvre encore des iconographies dans 5 recueils : 3 blasons, un portrait et un dessin en fondu. Enfin, on y lit dans 3 cas des exergues. La sobriété ressort dans la présentation de ces récits.

107La première de couverture du récit de Camille Delérable, écrit en 1924, indique, pour sa seconde édition de 1979, le nom de l’auteur, les titre et sous-titre, et les lieu et date de l’impression. Elle montre en son centre les armoiries familiales. La structure de sa mise en page met en évidence quatre indications que le lecteur est d’emblée invité à voir. En effet, on remarque en premier, à cause de la très grande taille de ses caractères, par rapport aux autres rubriques, le nom de la famille dont l’histoire est contée. Il s’étire sur toute la largeur de la couverture, étant composé des patronymes du père et de la mère de l’auteur : « Les Delérable-d’Arras ». L’histoire racontée sera celle de l’alliance de ces deux patronymes. Puis on aperçoit le sous-titre et les armoiries qui se partagent le centre de la couverture. Le sous-titre « Monographie d’une famille du Lyonnais » fixe le genre auquel le lecteur doit s’attendre – une monographie – et associe deux termes – famille et Lyonnais –, deux termes qui énoncent d’emblée le second lien marquant de l’histoire de cette famille : Lyon. Les armoiries, au-dessous, figurent l’emblème familial. Aux deux extrémités, dans la hauteur du recueil, on lit les noms, en haut, de l’auteur et, en bas, de l’éditeur. L’auteur est identifié par sa fonction dans l’armée. L’éditeur est lyonnais.

  • 126 Le recueil original, manuscrit, lui, mentionne en titre les noms de cinq familles. Par contre, ni (...)

108Le récit de Lilian Collas, écrit en 1945, n’a aucune couverture dans sa forme photocopiée. La première page ne mentionne ni l’auteur, ni le titre126. On ne pourra découvrir l’identité du narrateur que par déduction, en comparant la position de l’énonciation dans le discours et la généalogie disposée en annexe.

109Le récit d’Auguste Armand, écrit en 1994, ne présente sur sa première de couverture que son titre : « Origines de la famille ARMAND ». Le nom de son auteur est sur la seconde de couverture, dans la première moitié de la page, au-dessus des armoiries familiales.

110Parmi les autres récits, on peut déchiffrer par exemple, sur la première de couverture du récit de Thierry Guilbert, daté de 1971, de haut en bas et de gauche à droite, tout d’abord, le titre « Amédée Guilbert, 178~ – 18~~, et sa descendance », puis l’auteur et la date et enfin deux exergues. Pour le récit de Julien Bélors, daté de 1983, on voit en très gros caractères, dans la première moitié de la couverture, le titre – « À l’honneur de notre nom » – et en bas à droite, en plus petits caractères, le nom de l’auteur. On distingue un dessin en fondu, figurant l’étymologie du patronyme. Enfin pour le récit de M.-J. Detilleul – un cahier manuscrit daté de 1814 – on découvre en seconde de couverture, au centre, le titre indiquant qu’il s’agit d’un récit d’événements relatifs à la famille Roelland – le nom de jeune fille de l’auteur – considérée sur deux siècles, et en bas, la date. On n’apprend qu’à la troisième page le nom de l’auteur.

3. 3. La composition

111Tous les récits s’organisent sur un même plan et abordent des thématiques communes, mais présentent aussi d’autres composantes diversifiées. Le plan global est généalogique. Il est construit selon un ordre de déchiffrement qui combine une lecture verticale des ascendants directs et une lecture horizontale déclinant à chaque génération des branches latérales et leurs descendances. Les thématiques communes recouvrent les origines géographiques et l’histoire familiale et sociale rurales, puis lyonnaises de la lignée patrilinéaire des auteurs. Elles décrivent la vie des ascendants les plus directs en suivant un ordre chronologique et de primogéniture. La quantité affectée à chaque ascendant est distribuée inégalement. Grâce à ce plan et à ces thématiques, les auteurs instruisent les problématiques identitaires de leur famille.

112Dans les autres composantes des récits, on repère des adresses explicites dans 9 récits sur 11. Celles-ci sont toutes écrites à l’attention des descendants des auteurs : plus précisément à leurs enfants et petits-enfants ou plus largement aux descendants vivants d’un ancêtre commun à leur parentèle et à eux-mêmes. Elles relatent les intentions et motivations à l’origine des projets d’écriture des auteurs, mais aussi les restrictions qu’ils ont voulu leur donner ainsi que les défauts qu’ils y relèvent. Elles peuvent couvrir quelques lignes ou plusieurs pages. Dans le récit de Camille Delérable, l’adresse occupe 2 pages et demie et dans celui de Lilian Collas, 23 lignes. Dans celui d’Auguste Armand, il n’y a pas d’adresse mais une réflexion couvrant une moitié de page sur des enjeux identitaires familiaux.

113D’autre part, on relève dans 9 récits sur 11 des lignées maternelles aussi : 5 récits leur consacrent au maximum 10 % du nombre total de leurs pages, 2 récits 20 % et les 2 autres plus du tiers ; le récit de Camille Delérable est dans le second cas, celui de Lilian Collas dans le premier cas et celui d’Auguste Armand dans le dernier. Les lignées maternelles sont situées soit à la suite de la présentation de la lignée patronymique soit en son sein.

114On trouve bien sûr des tableaux généalogiques synthétisant les informations textuelles données sur les membres des familles, mais seulement dans 8 des 11 récits : dans les 6 premiers, sur 10 % maximum de leur nombre de pages total et dans les 2 autres sur plus de 40 %. Ils sont insérés dans le fil des récits ou bien placés à la fin des recueils ou encore ils peuvent constituer un document annexe. Dans les récits de Camille Delérable et de Lilian Collas, les tableaux généalogiques sont disposés après les données textuelles et occupent un dixième de l’espace. Le premier récit réunit trois tableaux présentant les informations concernant la lignée patronymique ; le premier indique la descendance des enfants, neveux et nièces du narrateur, le second, l’ascendance unilinéaire de son père et enfin le troisième, sa fratrie : soit 9 pages sur 94. Ils sont placés en fin du récit. Le second récit, lui, propose 8 tableaux manuscrits ajoutés au cahier et collés ; ils instruisent sur les ascendances de chacune des « branches » des quatre grands-parents du narrateur en 5 tableaux et sur leur descendance en 3 tableaux. Ils comptent 14 pages sur 117. Pour ce qui concerne le récit d’Auguste Armand, les tableaux occupent presque la moitié du recueil et sont disposés au sein du texte pour ce qui revient aux lignées patronymiques et aux premiers alliés de la branche lyonnaise, et à la fin pour les alliés suivants. Ils se distribuent sur 60 pages : 16 pages pour les patronymiques et 44 pour les lignées maternelles, sur 131. Il faut ajouter 11 pages citant les quartiers d’un ascendant.

115On voit une iconographie dans 6 récits sur 11, couverture comprise, ayant trait à quatre domaines : les ancêtres, les propriétés de famille, les blasons et la région des origines. Trois récits en montrent sur plus de 10 pages et 3 sur seulement 1 à 2 pages. Dans le récit de Camille Delérable, n’est présent que le blason familial en couverture. Dans celui de Lilian Collas, on peut découvrir sur 13 pages des portraits de famille et sur 2 autres pages les propriétés de la famille. Dans son récit, Auguste Armand consacre 1 page pour le blason et 1 page pour des portraits de famille.

116À cette iconographie, s’ajoutent des photocopies ou photographies de documents officiels ou de lettres. On en trouve soit à l’intérieur du texte, soit en fin de recueil : ce sont, par exemple, des actes d’état civil ou notariés, lettres de noblesse, édits royaux, jugements de commissions révolutionnaires, actes de tutelle, passeports, etc. Mais c’est exceptionnel. Les auteurs préfèrent faire valoir ces derniers sous forme de citations. Enfin, on relève aussi dans 2 récits une dédicace. Dans le récit de Camille Delérable, elle est placée en seconde de couverture et portée « à la mémoire » de deux enfants et d’un neveu du narrateur, décédés à la guerre de 1914-1918.

Notes

1 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 23.

2 L’essentiel des données, sur les périodes qui précèdent le XXe siècle, a été puisé dans les travaux d’André Burguière et de Georges Duby.

3 BOOS Emmanuel de (1998), La Généalogie. Familles, je vous aime, p. 33.

4 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 18-51. Pline l’Ancien et Sénèque ont décrit comment l’atrium des maisons patriciennes pouvait être décoré de portraits de famille reliés entre eux par des rubans ou des guirlandes, les stemmata, qui partaient de l’ancêtre commun. Voir Emmanuel de BOOS (1998), op. cit., p. 36-37.

5 BOOS Emmanuel de (1998), op. cit., p. 43-44.

6 KLAPISH-ZUBER Christiane (1993), L’Arbre : histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Âge, p. 41-81.

7 DUBY Georges (1979), op. cit., p. 174.

8 BOOS Emmanuel de (1998), op. cit., p. 52-53.

9 DUBY Georges (1979), op. cit., p. 165.

10 DUBY Georges (1979), ibid., p. 25.

11 DUBY Georges (1979), ibid., p. 165.

12 DUBY Georges (1979), ibid., p. 176-178.

13 DUBY Georges (1979), ibid., p. 166.

14 BRAUNSTEIN Philippe (1985), « Approche de l’intimité : XIVe – XVe siècles », in Histoire de la vie privée, Tome 2 : De l’Europe féodale à la Renaissance, sous la dir. de Philippe Ariès et Georges Duby, p 543-544.

15 LA RONCIÈRE Charles de (1985), « La vie privée des notables toscans au seuil de la Renaissance », in Histoire de la vie privée, Tome 2 : De l’Europe féodale à la Renaissance, op. cit., p. 260-261.

16 LA RONCIÈRE Charles de (1977), « Une famille florentine au XIVe siècle : les Velluti », in Famille et parenté dans l’Occident médiéval, sous la dir. de Georges Duby et Jacques Le Goff, p. 227-248.

17 Georges DUBY (1979), indique que l’on trouve déjà à cette époque des personnages de romans dans lesquels on voit s’opposer le vilain – villanus – et le noble de souche dans un contexte où la conscience familiale dans la noblesse repose sur une morale de classe et sur la ségrégation (op. cit., p. 125).

18 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 28-30.

19 BURGUIÈRE André (1991), art. cit. et (1992), op. cit., p. 18 à 51.

20 BURGUIÈRE André (1991), ibid., p. 775.

21 BURGUIÈRE André (1991), ibid., p. 780.

22 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 22.

23 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 33.

24 BURGUIÈRE André (1991), art. cit., p. 771-788.

25 BURGUIÈRE André (1992), op. cit., p. 32.

26 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 36.

27 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 39 ; (1991), art. cit., p. 782. La propriété est bourgeoise et la maison aristocrate, ces deux termes ne recouvrant bien sûr pas les mêmes contenus.

28 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 35. L’ancêtre enracineur fait l’objet de commentaires comme par exemple dans la généalogie des Hibon : l’auteur de la généalogie insiste en effet « sur les difficultés pour un étranger de se faire accepter par les habitants de la ville où il a décidé de se fixer », p. 32.

29 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 35-36.

30 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 39.

31 Un tel mouvement de masse est observé aussi dans d’autres pays de l’Europe de l’Ouest. KONIG-SCAPATICCI Wihelmina, « L’identité généalogique se construit-elle à partir de la représentation d’une spatialité individuelle ? La pratique de la généalogie en Allemagne contemporaine » et MERUCCI-CILIBERTO Margherita, « L’articulation des coordonnées spatio-temporelles dans la recherche généalogique : une revue des recherches anthropologiques en Italie sur la question », in La Transmission dans la famille : secrets, fictions et idéaux (2003), sous la dir. de Chantal Rodet, L’Harmattan.

32 Il en est de même pour ce qui concerne l’Allemagne et l’Italie.

33 CABANEL Patrick (1995), Le Groupe familial, et une série de trois articles dans la Revue française de généalogie.

34 SAGNES Sylvie (1998), « Une parenté sur mesure… Les nouvelles formes de parenté à l’épreuve de l’acharnement généalogique », in Adoptions : Ethnologie des parentés choisies, sous la dir. d’Agnès Fine, p. 275.

35 CABANEL Patrick (1995), « La "fièvre" généalogique (1) : Depuis quand ? Comment ? Pourquoi ? », in Revue française de généalogie, no 95, p. 18.

36 Voir l’ouvrage d’Emmanuel Le Roy Ladurie (1976), Montaillou, village occitan.

37 L’École des Hautes Études en Sciences Sociales crée un séminaire sur La construction de la mémoire généalogique ; les Annales ESC rendront compte des travaux de celui-ci, en 1991. Le dernier volume des Lieux de mémoire (Gallimard, 1992) s’ouvre sur le chapitre écrit par André Burguière, intitulé « La généalogie ».

38 BURGUIÈRE André (1991), art. cit. et (1992), op. cit. CABANEL Patrick (1995), « La "fièvre" généalogique (1) », art. cit. LE WITA Béatrix (1988), « "Va voir la tante Yolande, elle te dira" : sur la transmission de la mémoire généalogique dans la bourgeoisie », in Dialogue, no 100, p. 111-119, et (1988), op. cit. LORQUIN Claire-Emmanuelle (1997), « La généalogie ordinaire », in La Généalogie entre science et passion, textes réunis et présentés par Tiphaine Barthélemy et Marie-Claude Pingaud, p. 409-417. RENARD Pascale (1998), Les Généalogistes amateurs de la Société généalogique du Lyonnais. RIBERT Évelyne (1997), « La généalogie comme confirmation de soi », in La Généalogie entre science et passion, op. cit., p. 377-391. SAGNES Sylvie (1995), « De terre et de sang : La passion généalogique », in Terrain, no 25, p. 124-145 et (1998), op. cit., p. 275-309. SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), « L’amour de la généalogie », in Jeux de familles, p. 193-208. Ces études portent sur des petits échantillons. Elles ont chacune leurs objectifs. Aussi, leurs résultats ne sont pas toujours comparables. Pour autant, ils se complètent.

39 LORQUIN Claire-Emmanuelle (1997), op. cit., p. 409-417.

40 LORQUIN Claire-Emmanuelle (1997), ibid., p. 415.

41 SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), op. cit., p. 199-200.

42 SAGNES Sylvie (1998), op. cit., p. 301. Évelyne Ribert observe aussi que certains généalogistes souhaitent montrer que leur lignée est tout à fait respectable, leurs épouses ayant des ancêtres plus prestigieux que les leurs. RIBERT Évelyne (1997), ibid., p. 386.

43 RIBERT Évelyne (1997), op. cit., p. 384.

44 LORQUIN Claire-Emmanuelle (1997), op. cit., p. 409-417.

45 SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), op. cit., p. 203.

46 SAGNES Sylvie (1998), op. cit., p. 287.

47 SAGNES Sylvie (1998), ibid., p. 289.

48 SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), op. cit., p. 197.

49 SAGNES Sylvie (1995), art. cit., p. 124-145 et (1998) op. cit., p. 275-309.

50 RIBERT Évelyne (1997), op. cit., p. 382-383. De plus, sur cette question, voir les travaux de Cardell K. Jacobson qui ont influencé plusieurs des hypothèses françaises. Le chercheur avait l’idée que l’intérêt du généalogiste pour le passé familial était corrélatif à un déracinement. Mais, comparant sa population à une population témoin, il aboutit à montrer le contraire : il y a plus d’individus bien implantés localement dans sa population d’amateurs de généalogie que dans celle qui est témoin. Il fait en conséquence l’hypothèse que les individus bien enracinés peuvent se trouver dans l’inquiétude de voir remis en question l’équilibre qu’ils ont cherché à acquérir et sont alors davantage attirés par leur passé pour mieux assurer leur légitimité avec la généalogie. Les traditionalistes, dit-il, ne sont-ils pas des individus plus menacés que les autres par les bouleversements sociaux ? JACOBSON Cardell K. (1986), « Social Dislocations and the Search for Genealogical Roots », in Human Relations, vol. 39, no 4.

51 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 113.

52 RIBERT Évelyne (1997), op. cit., p. 381.

53 RIBERT Évelyne (1997), ibid., p. 380.

54 André Burguière (1992), s’interroge ainsi après avoir comparé son corpus de généalogies bourgeoises à celui nobiliaire des Bailleul (p. 39).

55 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 49.

56 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 23.

57 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 20.

58 BURGUIÈRE André (1992), ibid., p. 49.

59 SAGNES Sylvie (1998), ibid., p. 283.

60 SAGNES Sylvie (1998), ibid., p. 287.

61 LORQUIN Claire-Emmanuelle (1997), ibid., p. 409-417.

62 CABANEL Patrick (1995), art. cit., (1), p. 17.

63 SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), op. cit., p. 198.

64 SEGALEN Martine et MICHELAT Claude (1991), ibid., p. 203

65 VALYNSEELE Joseph (1992), La Généalogie : histoire et pratique.

66 VALYNSEELE Joseph (1991), ibid., p. 14-16.

67 GRAFMEYER Yves (1993), « Les Lyonnais du Tout-Lyon : une population auto-définie par l’interconnaissance et la parenté », op. cit., p. 21.

68 « C’est peut-être bien parce que les appartenances familiales y composent avec d’autres éléments du statut que ces annuaires représentent, à bien des égards, une voie d’accès privilégiée pour l’histoire des élites citadines ». GRAFMEYER Yves (1992), Quand le Tout-Lyon se compte : Lignées, alliances, territoires, p. 12.

69 GARDEN Maurice, préface à l’ouvrage d’Yves Grafmeyer (1992), Quand le Tout-Lyon se compte.

70 WEBER Max (1947), La Ville, p. 73.

71 WEBER Max (1947), ibid., p. 71.

72 WEBER Max (1947), ibid., p. 63.

73 WEBER Max (1947), ibid., p. 34.

74 PERNOUD Régine (1962), Histoire de la bourgeoisie en France, Tome 2 : Les temps modernes, p. 88.

75 Nous avons emprunté ce terme à Yves Lequin. Il permet en effet de prendre en compte un des quatre caractères de la bourgeoisie de cette époque : la position d’élite, celle de notable, la diversité des comportements et enfin les jeux de mobilité ; voir son chapitre « Les patriciats urbains » dans Histoire de la France urbaine : la ville de l’âge industriel (1983), sous la dir. de Georges Duby, p. 473-499.

76 DAUMARD Adeline (1979), op. cit., p. 445.

77 PERNOUD Régine (1962), op. cit., p. 444.

78 LEQUIN Yves (1983), op. cit., p. 483.

79 DAUMARD Adeline (1980), « La bourgeoisie française au temps des épreuves (1914-1950) », in Histoire économique et sociale de la France. Le temps des guerres et la grande crise (1914-vers 1980), dir. par Fernand Braudel et Ernest Labrousse, Tome 4, vol. 2, p. 873.

80 CARON François (1980), « La croissance industrielle. Secteurs et branches » et GRAS Christian, « Les disparités économiques régionales », in Histoire économique et sociale de la France. Années 1880-1914, Tome 4, vol. 1, p. 285-347.

81 DAUMARD Adeline (1980), op. cit., p. 875-878.

82 DAUMARD Adeline (1980), ibid., p. 890-893.

83 Voir l’histoire de ces croyances avec CRUBELLIER Maurice et la collab. de AGULHON Maurice (1983), chapitre « Les citadins et leurs cultures », in Histoire de la France urbaine : la ville de l’âge industriel, op. cit., p. 447-457.

84 CRUBELLIER Maurice avec la collab. de AGULHON Maurice (1983), op. cit., p. 451 et 457.

85 LEQUIN Yves (1983), op. cit., p. 497.

86 DAUMARD Adeline (1979), op. cit., p. 409.

87 DAUMARD Adeline (1979), ibid., p. 450.

88 CRUBELLIER Maurice avec la collab. de AGULHON Maurice (1983), op. cit., p. 365.

89 LEQUIN Yves (1983), op. cit., p. 494.

90 ANGLERAUD Bernadette et PELLISSIER Catherine (2003), Les Dynasties lyonnaises : des Morin-Pons aux Mérieux. Du XIXe siècle à nos jours. Voir le chapitre « Les entreprises familiales à l’épreuve de la mondialisation : de 1940 à nos jours ».

91 CAYEZ Pierre (1990), « Vers une métropole tertiaire », in Histoire de Lyon : des origines à nos jours, Tome II : Du XVIe siècle à nos jours, sous la dir. de Françoise Bayard et Pierre Cayez, p. 413

92 ANGLERAUD Bernadette et PELLISSIER Catherine (2003), op. cit.

93 CAYEZ Pierre (1990), op. cit. p. 413.

94 ANGLERAUD Bernadette et PELLISSIER Catherine (2003), op. cit.

95 GROETHUYSEN Bernard (1927), Origines de l’esprit bourgeois en France, Tome 1 : L’Église et la Bourgeoisie, préf. p. XI. L’auteur construit son point de vue sur la condition bourgeoise en dégageant des discours théologiques ou pédagogiques de l’Église de l’Ancien Régime les enjeux qui ont confronté celle-ci aux bourgeois. Voir plus spécifiquement la préface et la deuxième partie de l’ouvrage.

96 COENEN-HUTHER Josette (1994), La Mémoire familiale : un travail de reconstruction du passé, p. 190. L’auteur a recueilli les récits du passé d’hommes et de femmes, en cette fin du XXe siècle.

97 COENEN-HUTHER Josette (1994), ibid., p. 186-189.

98 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 119.

99 COENEN-HUTHER Josette (1994), op. cit., p. 189-190.

100 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 112-113.

101 La notion de milieu renvoie à l’individu et à sa place dans un ensemble de relations interpersonnelles. Ces relations permettent la construction et le maintien de jeux complexes de proximité ou de distance sociale, au-delà de la profession. Les modes d’imprégnation, de reproduction et de transmission d’un milieu se retrouvent dans les familles qui le composent. En effet, il apparaît naturel à l’individu de se comporter de telle ou telle façon ; il lui est même inconcevable de faire autrement, c’est devenu chez lui une seconde nature. Le milieu infléchit le destin d’un individu. Collectif (1990), Sociologie basique, Éliane COIFFIER, Yves CROZET, Danielle DEHOUX-GRAFMEYER, et al., p. 127.

102 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 118-119.

103 Il est difficile de saisir une telle variable, car le corpus bourgeois ne recouvre pas de catégories socioprofessionnelles stricto sensu. Pour autant, Yves Grafmeyer a cherché à la vérifier à travers les données du Tout-Lyon. (1993), « Les Lyonnais du Tout-Lyon : une population auto-définie par l’interconnaissance et la parenté », op. cit., p. 25.

104 GRAFMEYER Yves (1993), ibid., p. 26-27.

105 RODET Chantal (1989), chapitre sur « Les fondements affectifs de la socialisation », in Étude des régulations du fonctionnement ethnique de la sociabilité bourgeoise : pratiques et représentations de neuf familles de la grande bourgeoisie lyonnaise catholique, DEA de sociologie, p. 88-126.

106 JOMAIN-LACROIX Annick (1986), Les Rallyes lyonnais, p. 43.

107 PELLISSIER Catherine (1996), Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au XIXe siècle, Tome 1, p. 242.

108 LE WITA Béatrix (1988), Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise, p. 151.

109 BOURDIEU Pierre (1972), « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, no 4-5, p. 1108-1109.

110 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 118.

111 RODET Chantal (1989), op. cit.

112 Nous employons ce terme au sens de Pierre Bourdieu (1982), « Les rites comme actes d’institution », in Actes de la recherche en sciences sociales, no 43, p. 58-63.

113 HÉNAFF Marcel (1991), Claude Lévi-Strauss, p. 162.

114 MARTIN-FUGIER Anne (1987), « Les rites de la vie privée bourgeoise », in Histoire de la vie privée. De la Révolution à la Grande Guerre, Tome 4, op. cit., p. 194.

115 RODET Chantal (1989), op. cit.

116 LE WITA Béatrix (1988), op. cit., chapitre 5. L’auteur a étudié longuement la bourgeoisie parisienne de cette fin du XXe siècle. Rappelons qu’il n’existe pas d’analyse historique ou sociologique approfondie sur la mémoire généalogique au XIXe siècle.

117 LE WITA Béatrix (1988), ibid., p. 113. L’auteur dit ne pas avoir trouvé de semblables récits dans les années 1980, au cours de son enquête.

118 LE WITA Béatrix (1988), ibid., p. 115 et 118.

119 LE WITA Béatrix (1988), ibid., p. 149. Nos résultats confirment l’ensemble de ces conclusions. Mais ils y apportent des précisions, les complètent et les nuancent.

120 LE WITA Béatrix (1988), art. cit., p. 112-116.

121 Nous faisons allusion aux travaux de Maurice Halbwachs (1925).

122 LE WITA Béatrix (1988), op. cit., p. 149-150.

123 COENEN-HUTHER Josette (1994), op. cit., p. 130-134.

124 COENEN-HUTHER Josette (1994), ibid., p. 163-171.

125 Nous rappelons que les prénoms et noms des auteurs de récits ici présentés sont des pseudonymes.

126 Le recueil original, manuscrit, lui, mentionne en titre les noms de cinq familles. Par contre, ni lui, ni les copies anciennes n’indiquent le nom de l’auteur.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search