Version classiqueVersion mobile

Généalogies

 | 
Chantal Rodet

Introduction

Texte intégral

1Cet ouvrage met en lumière les conditions dans lesquelles une conscience généalogique de soi émerge chez un individu, dans une famille et dans un milieu social. Plus précisément, il témoigne des usages et des représentations de la généalogie, dans une bourgeoisie française urbaine des XIXe et XXe siècles. Plus largement, il propose d’approcher la connaissance des dimensions sociologiques et anthropologiques du genre généalogique.

2La généalogie est un genre stable pratiqué par les élites en Europe, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, et depuis ces quarante dernières années, par de nouvelles populations appartenant très majoritairement aux couches moyennes et aux couches supérieures issues de ces dernières. On aurait pu s’attendre à voir progressivement disparaître tout intérêt pour elle, étant donné l’ancrage de plus en plus fort des valeurs sociales contemporaines dans les valeurs de la démocratie ; bien au contraire, loin de s’être amoindrie, elle a redoublé, s’étant étendue à d’autres catégories sociales.

3En conséquence, si le genre généalogique est stable, il n’est pas pour autant obsolète, ni fixé à ses cadres originaires. Il est vivant. Le nombre de couches sociales qui l’emprunte n’a pas cessé de croître : l’aristocratie, puis la bourgeoisie et maintenant les couches moyennes. Comme l’explique Georges Duby, l’usage de la généalogie a été, en Europe, d’abord l’apanage des maisons royales jusqu’au début du IXe siècle. Puis ce fut celui des grandes familles princières, et ensuite en France, à partir du Xe siècle, des familles de plus en plus modestes : tout d’abord les comtes puis les seigneurs de moindre volée et, au XIe siècle, les chevaliers. Les premières généalogies bourgeoises, elles, sont apparues en Europe à la fin du XIVe siècle. Leur avènement a provoqué des transformations progressives importantes dans les usages et les représentations de la généalogie telle qu’elle était pratiquée par l’aristocratie jusque-là.

  • 1 DUBY Georges (1979), La Société chevaleresque : hommes et structures du Moyen Âge, p. 165.

4Georges Duby démontre qu’une conscience généalogique naît dans une couche sociale au moment où ses richesses et ses pouvoirs ont commencé à être autonomes et à devenir héréditaires. La décomposition des pouvoirs régaliens – avec la dissémination de leur autorité et la dissociation progressive des pouvoirs de commandement – a produit l’extension de la pratique d’une couche à l’autre, de la plus élevée jusqu’à la plus modeste1. Aujourd’hui, cette décomposition des pouvoirs se poursuit-elle, atteignant une nouvelle étape avec les nouvelles couches sociales ? Il y a là une question qui reste encore posée. Mais elle a amené la recherche sociologique et anthropologique à s’y intéresser. Cet ouvrage s’inscrit dans cette conception dynamique du genre généalogique.

  • 2 Les histoires de vie ont été recueillies par entretien auprès de deux catégories de généalogistes  (...)

5Pour tenter de répondre à cette question, les histoires de vie de onze auteurs et de leur famille appartenant à une bourgeoisie ancienne, et autant de généalogies ont été recueillies2.

  • 3 GRAFMEYER Yves (1992), Quand le Tout-Lyon se compte ; (1993), « Les Lyonnais du Tout-Lyon : une po (...)

6Une unité de lieu a été privilégiée car la localité de résidence est un marqueur d’identité fondamental pour cette couche sociale. Un tel choix amenait à rendre compte à la fois des rapports structurels des familles à leur milieu local et de leurs variantes. Lyon eut la priorité parce que sa bourgeoisie a été l’objet d’une étude sociologique sur cette période contemporaine menée par Yves Grafmeyer3. De plus, un premier noyau d’informateurs avait déjà été formé, ce qui permettait d’envisager un recueil de données très approfondi.

  • 4 HALBWACHS Maurice (1925), Les Cadres sociaux de la mémoire, p. 104-105.
  • 5 Parmi les hommes, on trouve un auteur qui a écrit avec son épouse sur la famille de celle-ci. Une (...)

7Il n’a pas été retenu de critères d’âge et de sexe. La recherche avait pour objectif justement de les mettre en évidence. Les travaux de Maurice Halbwachs4 et des chercheurs sur les nouvelles populations laissaient supposer que les auteurs avaient au moins une soixantaine d’années. Concernant le sexe, il aurait été intéressant de retenir autant d’hommes que de femmes, mais le risque était grand de ne pas réunir assez de femmes : la sociologie des élites traditionnelles et des populations nouvelles donnait une large majorité aux auteurs de sexe masculin. L’échantillon s’est trouvé finalement composé de 9 hommes et de 2 femmes5.

  • 6 Comme pour les catégories du sexe et de l’âge, on ne pouvait attendre une répartition égale des da (...)

8Si l’on se réfère à leur naissance, les auteurs étudiés se distribuent de façon égale entre les deux siècles. Mais si l’on s’attache à la date de signature de leur récit, l’avantage est donné au XXe siècle6. Il n’y a pas trop à le regretter car, étant donné le nombre limité de familles, une comparaison par période n’aurait pas été significative. D’autre part, l’objectif était de relever plutôt les récurrences, dans la mesure où la perspective était la connaissance de processus structurels.

  • 7 Pour être retenues, les familles devaient posséder des informations généalogiques pour au moins se (...)
  • 8 BURGUIÈRE André (1991), « La mémoire familiale du bourgeois gentilhomme : généalogies domestiques (...)

9C’est ainsi que le cycle de vie, au minimum, et l’histoire de 220 individus par famille – soit de plus de 2 400 individus – ont été reconstitués7. Quant aux généalogies, seuls des récits généalogiques8 ont été retenus, c’est-à-dire non de simples listes composées de noms, prénoms, dates et lieux, mais des textes composés, organisés selon un ordre généalogique, et relatant, en les commentant, les histoires des membres d’une même famille, depuis ses origines. Cette option procurait l’avantage de mieux approcher les dimensions dialogique, performative et anthropologique de la généalogie, et ses caractères spécifiques chez les élites traditionnelles.

  • 9 GREIMAS Algirdas Julien (1970), Du sens ; (1976) Maupassant, la sémiotique du texte : exercices pr (...)
  • 10 GREIMAS Algirdas Julien et COURTÉS Joseph (1979), op. cit., p. 127.

101 060 pages de récits ont été aussi réunies, soit une moyenne de 96 pages par récit, le plus volumineux comptant 211 pages et le plus bref, 9 pages. L’analyse de leur contenu a été conduite à partir de la méthode d’analyse sémiotique, issue des travaux d’Algirdas Julien Greimas9. Cette méthode est la plus pertinente pour mettre en lumière l’intentionnalité du discours. Elle admet que ni les motivations à l’origine d’une énonciation ni les finalités de celle-ci ne se résument aux déclarations de leurs auteurs, l’acte d’écrire portant au-delà de la volonté et de la conscience. Elle considère que les textes révèlent la visée du monde avec laquelle leurs auteurs construisent leurs récits en tant qu’objets, tout en se construisant eux-mêmes10.

  • 11 Les auteurs écrivent en effet ces textes à l’adresse de plusieurs générations de leurs descendants (...)

11Une telle méthode était particulièrement adaptée pour des textes dont l’écriture est un moyen de transmission en vue d’une conservation de contenus, c’est-à-dire pour des textes décontextualisables11. Elle s’applique avec la même pertinence à des écrits littéraires et à des récits fondateurs, ce qui convient à des récits généalogiques. Elle poursuit l’objectif tout particulier de mettre en évidence les aspects dynamiques d’un texte. En effet, Algirdas Julien Greimas fait de la visée de toute narration une quête pour la liquidation d’un manque. Pour lui, tout sujet pris à la phase initiale d’un texte est situé face au manque d’un objet (disjonction) et tout le procès narratif décrit sa quête pour obtenir cet objet, jusqu’à y aboutir dans la phase finale (conjonction). Mais l’accomplissement de la quête n’est jamais l’exacte application des attentes initiales du sujet. Celui-ci subit des transformations à chaque étape, ce qui lui permet de regarder autrement son objet. Une telle conception permet de saisir dans les récits généalogiques la dynamique au travail chez leurs auteurs. Elle a aussi l’avantage d’éclairer la présence forte et récurrente d’enjeux liés à des absences, ruptures, pertes, regrets, attentes et transformations, de différente nature.

  • 12 Ces processus s’observent à partir de l’étude des transformations de la trame narrative, des parco (...)

12De plus, la méthode choisie donne du poids à la fonction opératoire des textes. Elle permet de mettre la lumière sur l’écriture généalogique comme acte de langage et d’interpréter les récits comme des structures communicatives, sans risquer de céder au défaut de la linéarité de l’analyse. Algirdas Julien Greimas estime en effet que les textes délivrent des messages, mais que leur communication ne met pas en jeu seulement leur énonciateur et leurs destinataires ; elle y intègre aussi leurs acteurs. Les traits de chacun – énonciateur, destinataires et acteurs – et les liens entre eux s’analysent avec les mêmes règles. L’auteur fait partie du système étudié et celui-ci joue sur lui. Sa position est au carrefour de plusieurs processus12 et lui définit un champ d’interaction avec les autres acteurs, ses destinataires et les objets particulièrement précieux qui circulent dans le système. Il est possible avec cette perspective d’établir précisément les rapports d’un auteur avec les autres membres de sa famille et de voir comment il se place au milieu d’eux. On peut, notamment, faire valoir sa fonction de médiateur.

  • 13 Voir les travaux de Mikhaïl Bakhtine dans TODOROV Tzvetan (1981), Mikhaïl Bakhtine : le Principe d (...)

13En effet, Algirdas Julien Greimas considère que le lecteur est un interprète avec son rôle et ses compétences spécifiques. Ainsi, avec cette méthode, on peut concevoir les récits généalogiques comme des discours conventionnels requis par le genre, mais aussi comme des lieux d’expression individuelle et dialogique13. On peut entendre, ensemble, la voix des auteurs, celle de leurs ascendants et celle de leurs lecteurs – leurs descendants –, toutes se rejoignant pour constituer la voix de leur milieu d’appartenance commun.

14La première partie de cet ouvrage met en lumière les caractéristiques qui identifient le genre généalogique bourgeois, dans la France des XIXe et XXe siècles. Elle relate l’histoire du genre, ses ancrages, ses spécificités et ses contextes. Elle décrit les formes et les contenus des onze récits retenus pour l’étude. La seconde partie présente les traits identitaires et les pratiques des généalogistes dépositaires de ces récits. La troisième partie, la plus ample, dévoile les fonctions de ces derniers à partir de l’analyse de leur discours. Elle montre tout à la fois pourquoi les généalogistes ont construit un tel objet et comment grâce à lui ils se construisent eux-mêmes. Elle amène progressivement à concevoir les conditions dans lesquelles une conscience généalogique de soi peut émerger chez un individu et dans une famille appartenant à la bourgeoisie. Enfin, une longue conclusion permet de découvrir l’ensemble des résultats de l’étude.

  • 14 Les récits du premier corpus ont été écrits au début, au milieu et à la fin du XXe siècle. Leurs c (...)

15Trois récits ont été sélectionnés systématiquement pour illustrer chaque caractère récurrent relevé. Trois autres – exposés plus synthétiquement – leur ont été adjoints ; leur choix a résulté de leur pertinence exemplaire à faire découvrir les variantes14. Le lecteur peut constater ainsi comment chaque caractère se traduit dans plus de la moitié des récits.

Notes

1 DUBY Georges (1979), La Société chevaleresque : hommes et structures du Moyen Âge, p. 165.

2 Les histoires de vie ont été recueillies par entretien auprès de deux catégories de généalogistes : les auteurs et les dépositaires des récits. En effet, l’étude portant sur deux siècles, c’est dans certains cas auprès des descendants que l’enquête a été effectuée. Pour les récits, ils appartiennent au domaine privé des familles, aussi la méthode fut de remonter un réseau menant d’un auteur ou d’un dépositaire à un autre, jusqu’à en obtenir le nombre suffisant. Il est possible qu’un tel mode de sélection ait eu pour conséquence la formation d’un échantillon de familles sociologiquement proches.

3 GRAFMEYER Yves (1992), Quand le Tout-Lyon se compte ; (1993), « Les Lyonnais du Tout-Lyon : une population auto-définie par l’interconnaissance et la parenté », in Milieux et liens sociaux.

4 HALBWACHS Maurice (1925), Les Cadres sociaux de la mémoire, p. 104-105.

5 Parmi les hommes, on trouve un auteur qui a écrit avec son épouse sur la famille de celle-ci. Une troisième femme est donc en jeu. Mais les formes et contenus de ses énoncés s’entremêlent à ceux de son époux. On a tenu compte de ce cas particulier selon chaque objectif d’analyse attendu.

6 Comme pour les catégories du sexe et de l’âge, on ne pouvait attendre une répartition égale des dates de signature. On risquait de ne jamais la trouver au vu du trop petit nombre de récits circulant dans la cité lyonnaise et des critères à remplir. Deux auteurs ont achevé leur ouvrage et l’un en a écrit presque l’intégralité au XIXe siècle. Trois autres l’ont signé dans la première moitié du XXe siècle et cinq dans la seconde moitié. Voir les tableaux des dates de naissance et de signature des auteurs (no 1 et 2 de l’annexe 1).

7 Pour être retenues, les familles devaient posséder des informations généalogiques pour au moins sept générations : 2 générations de leurs descendants (leurs enfants et petits-enfants, leurs neveux et petits-neveux et leurs alliés respectifs), leur génération (avec leur fratrie, leurs cousins germains et issus de germains paternels et leurs alliés respectifs), 4 générations de leurs ascendants (dont celles de leurs parents avec leurs fratries, cousins germains paternels et alliés respectifs, celles de leurs 4 grands-parents et 8 arrière-grands-parents, leurs fratries et alliés respectifs et enfin celle de leurs 16 trisaïeuls).

8 BURGUIÈRE André (1991), « La mémoire familiale du bourgeois gentilhomme : généalogies domestiques en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, no 4, p. 771-788 ; (1992), « La généalogie », in Les Lieux de mémoire : Les France, Tome 3 : De l’archive à l’emblème, sous la dir. de Pierre Nora, p. 18-51. Cet auteur a une définition plus large de ce concept. Il ne fait pas de différence entre la simple liste généalogique et le récit de vie familial organisé par une armature généalogique. C’est cette dernière catégorie qu’on a désignée comme récit généalogique. Le terme de récit a l’avantage de mieux mettre en évidence l’aspect fictionnel de la généalogie et la présence d’un point de vue d’énonciation.

9 GREIMAS Algirdas Julien (1970), Du sens ; (1976) Maupassant, la sémiotique du texte : exercices pratiques ; (1983) Du sens II ; avec Joseph Courtés (1979), Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie du langage. Ses travaux sont enracinés chez les structuralistes (Ferdinand de Saussure et Claude Lévi-Strauss) et chez les formalistes (Louis Trolle Hjelmslev et le Cercle de Copenhague, et Vladimir Ya. Propp). Les règles simplifiées de la méthode appliquée aux récits sont consultables en fin d’ouvrage (annexe 2).

10 GREIMAS Algirdas Julien et COURTÉS Joseph (1979), op. cit., p. 127.

11 Les auteurs écrivent en effet ces textes à l’adresse de plusieurs générations de leurs descendants, dans l’intention de servir à leur socialisation quels que soient les contextes dans lesquels ils vivront.

12 Ces processus s’observent à partir de l’étude des transformations de la trame narrative, des parcours de figures et des champs lexicaux des textes.

13 Voir les travaux de Mikhaïl Bakhtine dans TODOROV Tzvetan (1981), Mikhaïl Bakhtine : le Principe dialogique, suivi de Écrits du Cercle de Bakhtine, p. 80. Tzvetan Todorov cite ici Mikhaïl Bakhtine (30, 299).

14 Les récits du premier corpus ont été écrits au début, au milieu et à la fin du XXe siècle. Leurs contenus sont cités ou repris longuement afin de permettre au lecteur de s’approprier les différences de style, d’expression et de circonscrire le caractère illustré. Les trois autres sont choisis, selon les cas, dans l’ensemble du corpus écrit au XIXe comme au XXe siècle. Les prénoms, patronymes et toponymes (à l’exception de « Lyon ») ont été modifiés ; les dates du cycle de vie sont indiquées à l’étalon du siècle. Nous avons parfois introduit des italiques dans les citations pour mettre en évidence certains caractères examinés plus spécifiquement dans le chapitre.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search