Version classiqueVersion mobile

Schopenhauer en France

 | 
René-Pierre Colin

Deuxième partie. La place de Schopenhauer en France après la guerre de 1870

Chapitre III. Les traductions

Texte intégral

1Ce n’est qu’en 1877 que parut en France la première traduction d’une œuvre entière de Schopenhauer, l’Essai sur le Libre-Arbitre. Un lecteur de la génération des naturalistes pouvait cependant disposer des travaux antérieurement publiés qu’il convient de rappeler ici :

Philosophie de la magie (Revue française du 20 décembre 1856.
Traduction A. Weill).
Base fondamentale de la morale (Revue française du 10 décembre 1857.
Traduction A. Weill).
Du style et des écrivains (Revue germanique de janvier 1859. Sans nom
de traducteur).
Métaphysique de l’amour (Revue germanique du 31 janvier 1861.
Traduction A. Maillard).
Métaphysique de la mort (Revue germanique d’avril et juin 1861.
Traduction A. Maillard).
Jurisprudence et politique (traduction Alexandre de Balche dans
M. Renan et Arthur Schopenhauer. Essai de critique. Odessa, chez l’auteur 1870).

2Le bilan est quantitativement important, mais la diffusion restreinte que connurent la plupart de ces travaux en réduisit considérablement la portée.

3Le retard des traductions après 1870 peut être attribué à la prudence des éditeurs peu pressés d’aventurer leurs finances dans la publication hasardeuses des œuvres d’un philosophe encore peu connu : cela explique également le choix des titres traduits les premiers qui ne concernent d’abord que la morale tenue, à tort, pour la partie la plus immédiatement accessible de l’œuvre de Schopenhauer. A partir de 1880 seulement, la maison Germer-Baillière rassurée par la réputation désormais bien assise du pessimiste fait mettre en chantier des projets plus ambitieux.

  • 1 Par exemple dans : Aphorismes sur la sagesse dans la vie. Dans De la quadruple racine..., l’éditeu (...)

4On annonce1 dès cette date la parution du Monde comme Volonté et comme Représentation dans la traduction de Burdeau qui ne commencera à paraître qu’en 1888 ! Les publications sont pourtant régulières :

1877 Essai sur le libre-arbitre (Germer-Baillière sans nom de traducteur. Les éditions suivantes l’indiquent : Salomon Reinach).
1879 Le fondement de la morale (Germer-Baillière. Traduction A. Burdeau).
1880 Aphorismes sur la sagesse dans la vie (Germer-Baillière. Traduction J. A. Cantacuzène).
Pensées, Maximes et Fragments (Germer-Baillière. Traduction et choix de Jean Bourdeau).
1881 Pensées et Fragments (Edition revue et enrichie du précédent titre. Mêmes indications).
1882 De la quadruple racine du principe de raison suffisante (Même éditeur. Traduction J. A. Cantacuzène).
1886 Le Monde comme Volonté et comme Représentation 2 volumes. (Leipzig. Brockhaus. Distribué en France par Perrin et Co. Traduction J. A. Cantacuzène). 1888-1889-1890 - Le Monde comme Volonté et comme Représentation 3 volumes. (Germer-Baillière. Traduction Auguste Burdeau). Le second volume comporte la Critique de la philosophie kantienne.
1889 Critique de la philosophie kantienne. (Bucarest. Traduction Cantacuzène).

5Il faut ensuite attendre 1905 pour qu’Auguste Dietrich entreprenne la publication de sa traduction des Parerga et paralipomena qui s’achèvera en 1912 (Alcan).

  • 2 Lettre de Flaubert à Mme Roger des Genettes, 17 juin 1874. A la fin du mois de février 1880, Flaub (...)

6L’ordre des publications ne s’inspire pas, on le voit, de l’enchaînement logique et nécessaire évoqué par Schopenhauer : celui-ci recommandait, pour entrer dans le système, la lecture de De la quadruple racine de raison suffisante qui seule permet de pénétrer, selon l’auteur, dans les arcanes du Monde. Les deux problèmes fondamentaux de l’éthique apportent ensuite des compléments à ce texte essentiel. Cependant, les lecteurs à qui s’adressaient les deux essais moraux qui inauguraient en France après la guerre les entreprises de traduction, formaient un public déjà solidement initié au système par Ribot, en particulier. La découverte des textes dépouillés de l’écran critique fut malgré tout pour de nombreux esprits une révélation. Flaubert, sans crainte de la palinodie, écrivait à Mme Roger des Genettes, le 13 juin 1879 : « Connaissez-vous Schopenhauer ? J’en lis deux livres. Idéaliste et pessimiste, ou plutôt bouddhiste. Ça me va. » A la même personne, cinq ans plus tôt, il avait pourtant confié : « Mon opinion sur Schopenhauer est absolument la vôtre. Et dire qu’il suffit de mal écrire pour avoir la réputation d’un homme sérieux ! »2.

7La librairie Germer-Baillière qui publiait également Darwin et Spencer, fut pratiquement la seule source de diffusion des traductions auxquelles elle donnait une bonne publicité grâce aux articles publiés dans la Revue bleue, organe de cette maison dont certains symbolistes devaient plus tard se gausser, précisément à cause de son rôle dans la publication d’œuvres anglaises ou allemandes.

8Tous les textes publiés ne reçurent pas le même accueil et il convient de préciser l’importance respective des traductions. Si la version du Monde procurée par Burdeau fut largement diffusée, gardons-nous de lui prêter la moindre influence sur les naturalistes. Un simple regard sur les dates de publication suffit à établir que ce texte parut bien tard pour susciter l’attention de ces romanciers : Zola était devenu l’irréductible adversaire du pessimiste, Huysmans s’en détournait alors et Maupassant était tout près de sa fin.

9Burdeau exerça d’abord son influence par son enseignement. Né à Lyon en 1851 dans une famille très modeste, ce boursier tenace avait été admis à l’Ecole Normale en 1870. Il obtint cette année-là le premier prix de philosophie au concours général des lycées de Paris. Ce n’est qu’après la guerre qu’il fit en tant qu’engagé, qu’il reprit ses études : il fut reçu premier à l’agrégation de philosophie en 1874. D’abord professeur au lycée de Saint-Etienne de 1874 à 1879, il fut ensuite nommé à Nancy où il ne demeura que de septembre 1879 à janvier 1880. C’est au cours de cette brève période que Maurice Barrès reçut son enseignement.

  • 3 Claudel, adversaire du kantisme, conserva par contre une forte impression de l’enseignement de Bur (...)
  • 4 Léon Daudet : Fantômes et vivants. (Première série) (Nouvelle Librairie nationale, 1914) pp. 136-1 (...)

10Le témoignage de celui-ci nous permet de nous forger une idée très partielle, il est vrai, du contenu des cours du jeune philosophe. Semblable à beaucoup de ses collègues, Burdeau tenait l’éthique kantienne pour la morale propre à redonner à une France vaincue les bases capables de soutenir la reconstruction. Cet aspect important de son enseignement devait attirer les violentes critiques de Barrès et de Léon Daudet qui fut plus tard l’élève de Burdeau à Louis le Grand3. Ces écrivains qui prirent une position politique opposée à celle de leur ancien maître, ont flétri non point l’intention, mais la démarche adoptée. Qu’on en juge par le témoignage de Léon Daudet qui définit ainsi la place accordée par Burdeau au kantisme : « Le plus fort, c’est que cette imprégnation, que cette pénétration se soient faites au nom du patriotisme « bien compris ». Ne fallait-il pas, avant toute chose, connaître à fond nos vainqueurs et nous soumettre à une discipline mentale où se trouvait — selon Burdeau et les autres — le secret de leurs récentes victoires ? »4. Cette « effraction de (son) esprit par les insanités germaniques » le conduit à conclure : « Le kantisme est un poison pour l’intelligence française. Il l’engourdit et le paralyse. » Le pouvoir de Schopenhauer est plus pernicieux encore !

  • 5 29 octobre 1884.

11Le Journal d’Edmond de Goncourt prouve en effet que le lycéen Léon Daudet a bien été vivement troublé par l’enseignement philosophique qu’il a reçu : « Hier, à ce qu’il paraît, à la suite d’une paraphrase de son professeur sur Schopenhauer, le jeune Daudet a eu le soir une attaque de sensibilité, une crise de larmes, demandant à son père et à sa mère si vraiment la vie était telle que nous la montre le pessimiste allemand et, si vraiment elle était comme ça, si ça valait la peine de vivre (...). Ah ! il se prépare en ce moment, dans le monde, des tristes et c’est fini de la rigolade de la jeunesse d’autrefois.5 »

  • 6 Barrès : Mes Cahiers (L’œuvre de Maurice Barrés. Club de l’Honnête Homme, 1968, t. XIII, p. 60).

12La critique de Barrès, aussi vive que celle de Daudet se fonde sur des arguments différents : « M. Burdeau faisait reposer tout son enseignement sur le principe kantien. Il le formulait ainsi : agir toujours de telle manière que notre action puisse servir de règle à tout homme placé dans la même situation que nous. Il y a dans ce principe un élément de stoïcisme ; il y a aussi un élément de grand orgueil ; car cela équivaut à dire que l’on peut connaître la règle applicable à tous les hommes ; il y a un germe d’intolérance fanatique, car concevoir une règle commune à tous les hommes, c’est être bien tenté de les y asservir « pour leur bien ». Enfin, il y a une méconnaissance totale des droits de l’individu, de tout ce que la vie comporte de varié, de peu analogue, de spontané dans mille directions diverses.6 » On sait de quelle responsabilité se trouve en conséquence chargé le professeur Bouteiller des Déracinés en qui Barrès lui-même nous invite à reconnaître Burdeau.

  • 7 Daudet : op. cit. p. 130.

13A ce kantisme, Burdeau apportait le complément du schopenhauerisme : ses travaux de traducteur étaient dès cette date engagés et Léon Daudet rapporte d’ailleurs que son professeur infligeait (sic) à ses élèves « sa propre traduction du Monde comme Volonté et Représentation de cet hérédo-misanthrope de Schopenhauer, toujours à deux doigts de la paralysie générale »7.

  • 8 Monde (P.U.F., 1966) Avertissement p. XXII.

14La carrière politique du jeune philosophe retarda la progression de ce travail : chef de cabinet de Paul Bert, député du Rhône (1885), son ascension fut rapide. En 1892, il fut nommé ministre de la Marine et il obtint le portefeuille des Finances, une année plus tard. A sa mort, en 1894, il était président de la Chambre des députés. Devant ce vaste déploiement d’activités, on se demanderait comment Burdeau put mener à bien sa tâche de traducteur si l’on ne savait par ses avertissements que trois collaborateurs l’y ont aidé : Dubuc, Pierre Blerzy, mort à vingt-deux ans pendant qu’il participait à la traduction du second volume et Alekan, collaborateur de Burdeau pour le troisième volume, étaient élèves de l’Ecole Normale Supérieure. Ils semblent avoir travaillé dans une parfaite indépendance par rapport à Burdeau. Il n’est pas sûr, même, que celui-ci ait revu les pages confiées aux normaliens. Richard Roos, qui a réédité l’édition Burdeau après l’avoir sur bien des points corrigée, affirme sans ambages que « cette collaboration a consisté manifestement en une répartition des chapitres, sans aucune coordination, ni révision de l’ensemble »8.

15On comprend ainsi aisément que ce travail, sous sa forme originale, n’offre pas toutes les garanties désirables : parfois des paragraphes entiers qui offraient trop de tablature à un germaniste mal assuré ont été abandonnés, parfois aussi des confusions extrêmement graves fleurissent entre « médiat » et « immédiat », « objectivité » et « objectité », etc. Tantôt enfin des contresens étonnants nous obligent à mettre en doute les connaissances de l’interprète : « Leicht übersehbar » est traduit par « imperceptible », par exemple !

  • 9 Nietzsche contre Wagner, cité par R. Roos : op. cit. p. XXII.

16On connaît pourtant l’étonnant jugement de Nietzsche : « Dès maintenant, Schopenhauer est chez lui en France, plus qu’il ne l’a jamais été en Allemagne : son œuvre principale y a été traduite déjà à deux reprises, et la seconde fois d’une manière excellente, si bien que je préfère maintenant lire Schopenhauer en français.9 » Il est vrai qu’en décembre 1888, Nietzsche ne peut connaître que le premier volume de la traduction. En outre, et surtout, il est alors dans cette dernière période de lucidité où il exalte tout ce qui vient de France, tandis que l’Allemagne subit de sa part un dénigrement systématique.

  • 10 Monde t. 2, p. 206.
  • 11 Monde (édition Burdeau, t. 2, p. 274).

17Les traductions de J.-A. Cantacuzène qui ne sont pas exemptes de défauts présentent du moins l’avantage de l’unité : cet homme scrupuleux, germaniste solide, ne nous procure jamais les divertissantes surprises que ses confrères nous offrent parfois. Ainsi le vers de Faust (Iv. 671) : « Zwar euer Bart ist kraus, doch hebt ihr nicht die Riegel » est rendu avec justesse : « Le panneton est ouvragé, mais il ne fait pas jouer le pêne »10, alors que Burdeau ou un de ses collaborateurs traduit : « Je vois bien que votre barbe est crépue, mais vous ne soulevez pas les verrous ! »11.

  • 12 Nous précisons ultérieurement l’étendue des lectures de chacun.
  • 13 La seizième (mais non la dernière !) parut en 1900. En 1929, un an après la mort de Bourdeau, paru (...)

18Pourtant, si la traduction des Aphorismes eut un écho certain, la première édition du Monde qui ne fut pas éditée par Germer-Baillière, sans doute à cause d’un contrat passé antérieurement par cette maison avec Burdeau, ne prit pas la place qu’à coup sûr elle méritait. C’est elle que nous avons utilisée puisqu’elle est la plus ancienne, mais rien ne prouve que les naturalistes l’aient pratiquée, puisque tous paraissent avoir découvert Schopenhauer dans un unique bréviaire12 : Pensées, Maximes et Fragments que Jean Bourdeau publia en 1880. Dès l’année suivante, poussé par l’important succès de ce petit volume, Bourdeau reprit cette édition et l’enrichit d’extraits de la correspondance du philosophe et de quelques nouvelles pages. La nouvelle édition s’intitulait Pensées et Fragments et devait connaître un grand nombre d’éditions13.

  • 14 Préface à l’op. cit. (édition 1880) p. 5.
  • 15 Ibid. p. 14.
  • 16 Ibid. p. 15.
  • 17 Ibid. p. 17.
  • 18 Ibid. p. 17.

19Jean Bourdeau, élégant et mondain, avait épousé en premières noces la fille de Caro, qui mourut prématurément. C’est son beau-père qui l’introduisit au Journal des Débats et dans de nombreux cercles intellectuels. A l’abri du besoin, Bourdeau menait une existence de dilettante spirituel et cultivé, toujours soucieux de flatter le public que Caro s’était gagné par son brio d’orateur de salon. Le succès du travail tint essentiellement à son caractère de vulgarisation : de toute évidence, Bourdeau visait les « honnêtes gens qui ne se piquent pas de métaphysique »14 en leur offrant presque uniquement des vues sur la morale du philosophe. Sa préface, brillante, mais superficielle, recherche avant tout l’anecdote et le pittoresque : Schopenhauer y est peint sous les traits d’un être timoré, mais violent, ami des plaisirs jusqu’au libertinage dans sa jeunesse, puis célibataire maniaque à la fin de sa vie. C’est sur ce dernier aspect de sa personnalité que Bourdeau s’attarde le plus complaisamment. On chercherait par contre en vain un exposé clair du système : tout au plus apprend-on que le philosophe veut nous conduire à l’ascèse sans être lui-même capable d’y parvenir. Utilisant en partie les propos du « vieux cynique »15, Bourdeau imagine le dialogue qu’il tiendrait avec un jeune philosophe (« Fuyez avant tout les universités (...) Pensez donc par vous-même, après avoir lu Kant et Schopenhauer, votre serviteur »)16, avec un théologien (« Je ne demande qu’à laisser les dieux en paix, pourvu toutefois qu’ils me rendent la pareille »)17, avec un avocat (« L’histoire, n’est-ce pas au fond toujours la même chose ? »)18. Quant à l’amoureux, le gendre de Caro ne voudrait pas, on s’en doute, le désabuser.

  • 19 Ibid. p. 22.
  • 20 Ibid. p. 25.

20Bourdeau apprécie plus l’écrivain que le philosophe dont il parle d’ailleurs avec une légèreté confondante. Comment Schopenhauer bâtit-il son œuvre ? « Lecteur très soigneux, il découpe en petites notes les idées saillantes qu’il rencontre sur sa route, puis il coud ces bouts de papier et les relie par un long fil philosophique. »19 L’éditeur du pessimiste ne croyait décidément pas si bien dire lorsqu’il concluait : « Comme si ce n’était pas assez d’avoir des disciples, Schopenhauer, pour comble d’infortune, est maintenant exposé aux traducteurs. »20

21Nous citerons abondamment les extraits de ce bréviaire des naturalistes dans les pages qui vont suivre et nous verrons comment à partir de cette base, ils ont pu se forger une idée du système schopenhauerien. Contentons-nous pour l’heure de noter les trois axes du florilège. La plus importante part des Pensées... provient de la Métaphysique de l’amour et de l’Essai sur les femmes qui suivent des réflexions éparses sur « les douleurs du monde et le mal de la vie ». Le recueil s’achève par des « aphorismes sur l’homme, la vie, la société, la politique, l’art, la religion, etc. ».

  • 21 Jean Bourdeau : Le bonheur dans le pessimisme (Revue des Deux Mondes, 15 août 1884). Bourdeau publ (...)

22Quelques années plus tard, Bourdeau remarquait que « ce qui (était) devenu populaire dans l’œuvre de Schopenhauer, (c’étaient) les pages du moraliste, le profond chapitre de la métaphysique de l’amour, ses boutades acrimonieuses contre les femmes et la doctrine pessimiste répandue à travers tous ses écrits »21 au détriment de l’ensemble du système ; le traducteur y était évidemment pour beaucoup ! C’est ce recueil destiné au grand public qui allait toucher une génération d’écrivains dans l’ensemble bien mal armés sur le plan philosophique !

Notes

1 Par exemple dans : Aphorismes sur la sagesse dans la vie. Dans De la quadruple racine..., l’éditeur annonce que le travail est « sous presse », ce qui est manifestement faux.

2 Lettre de Flaubert à Mme Roger des Genettes, 17 juin 1874. A la fin du mois de février 1880, Flaubert réclame à Maupassant « les nouveaux documents sur Schopenhauer, l’engueulade à Challemel-Lacour, etc. »

3 Claudel, adversaire du kantisme, conserva par contre une forte impression de l’enseignement de Burdeau qui l’avait, en particulier, initié à la pensée cosmogonique des présocratiques. Claudel fut son élève pendant l’année scolaire 1884-1885. On consultera sur ce point André Espiau de la Maëstre : Humanisme classique et syncrétisme mythique chez Paul Claudel (1880-1892) Recherche de sources (Thèse dactylographiée. Paris-Sorbonne, 1976.)

4 Léon Daudet : Fantômes et vivants. (Première série) (Nouvelle Librairie nationale, 1914) pp. 136-137.

5 29 octobre 1884.

6 Barrès : Mes Cahiers (L’œuvre de Maurice Barrés. Club de l’Honnête Homme, 1968, t. XIII, p. 60).

7 Daudet : op. cit. p. 130.

8 Monde (P.U.F., 1966) Avertissement p. XXII.

9 Nietzsche contre Wagner, cité par R. Roos : op. cit. p. XXII.

10 Monde t. 2, p. 206.

11 Monde (édition Burdeau, t. 2, p. 274).

12 Nous précisons ultérieurement l’étendue des lectures de chacun.

13 La seizième (mais non la dernière !) parut en 1900. En 1929, un an après la mort de Bourdeau, parut la vingt-neuvième édition.

14 Préface à l’op. cit. (édition 1880) p. 5.

15 Ibid. p. 14.

16 Ibid. p. 15.

17 Ibid. p. 17.

18 Ibid. p. 17.

19 Ibid. p. 22.

20 Ibid. p. 25.

21 Jean Bourdeau : Le bonheur dans le pessimisme (Revue des Deux Mondes, 15 août 1884). Bourdeau publia d’autres articles sur Schopenhauer : Le philosophe du Romantisme (Journal des Débats, 31 janvier 1912) et Schopenhauer en Italie (Journal des Débats, 4 novembre 1920).

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search