Version classiqueVersion mobile

Élire domicile

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Catherine Bonvalet
, 
Jean-Pierre Lévy

La dimension territoriale des choix

Stratégie résidentielle des jeunes foyers et formation d’espaces sociaux urbains en Espagne

Jesús Leal

Texte intégral

1. LE CONTEXTE DE L’ACCÈS AU LOGEMENT EN ESPAGNE

  • 1 Ministerio de Vivienda, Vivienda visadas.

1La demande de logement liée à la création d’un nouveau ménage est très élevée en Espagne, compte tenu de l’existence de très nombreuses cohortes de jeunes en âge de décohabiter et de l’affluence de jeunes migrants étrangers. Si l’on ajoute à cette forte demande celle relative aux résidences secondaires et au renouvellement du parc de logements, on comprend pourquoi la construction neuve s’élevait en 2005 à quelque 716 145 logements1, chiffre supérieur à celui de plusieurs des pays européens les plus peuplés et s’élevant presque au double des logements construits en France. Actuellement, l’Espagne se trouve à un stade important de l’histoire du développement urbain, où les processus de localisation des nouveaux ménages vont conditionner petit à petit les caractéristiques sociales des quartiers du futur. À Madrid par exemple, plus de la moitié des demandes de logement correspondent à la décohabitation d’un membre de la famille, le plus souvent un enfant qui prend son autonomie, ou bien à des immigrants quittant leur famille ou leur communauté.

2La stratégie résidentielle des ménages permet d’expliquer la morphologie sociale des villes. La répartition des ménages dans l’espace urbain en termes socioéconomiques, à un moment donné, est le résultat des stratégies résidentielles mises en œuvre au cours des années passées, autrement dit le résultat de l’histoire récente de la ville. La connaissance de ces stratégies nous permettra de mieux comprendre les changements qui se produisent au niveau de la mosaïque sociale des villes.

  • 2 Ces données sont les résultats de l’Enquête sur la demande de logement réalisée dans la Communauté (...)

3À Madrid, la demande de logement en 2003, c’est-à-dire les changements de résidence prévus pour un horizon inférieur à deux ans, aussi bien pour l’ensemble du ménage que pour l’un de ses membres, concernait 10,6 % du total des ménages. Plus de la moitié (58,5 %) de ces projets de déménagement provenaient de la décohabitation des jeunes, le solde (41,5 %) étant le fait de ménages désirant changer de logement2. Ces pourcentages révèlent l’importance des processus d’émancipation, qui expliquent la diminution rapide de la taille du ménage. Les divorces et les séparations constituent un autre facteur de décohabitation, mais qui est de moindre importance en Espagne que dans le reste de l’Europe.

4Pour comprendre les choix résidentiels des primo-accédants, il est essentiel de prendre en considération l’offre de logements, qui résulte de ce que l’on pourrait appeler le régime de providence (Welfare System). On adopte ici le point de vue selon lequel ce régime se compose de trois éléments principaux, qui sont l’État, le Marché et la Famille [Allen, Barlow, Leal, Maloutas, Padovani, 2004]. La structure et les liens de ces trois composantes déterminent alors les caractéristiques de la stratégie d’accès au bien nécessaire qu’est le logement, stratégie que la logique du marché ne peut expliquer à elle seule. Mais il convient de tenir compte des mutations rapides et profondes qui se produisent au sein de chaque composante ainsi que dans leurs relations, comme l’a mis en lumière Robert Castel [1990 ; 1995].

5En Espagne comme dans d’autres pays du sud de l’Europe, tant le système d’État-providence que l’offre de logement se caractérisent par un rapport qu’on ne retrouve pas dans les autres pays européens. L’intervention de l’État est plus faible et de nature différente, parce que la politique du logement est plus axée sur l’aide fiscale et financière aux demandeurs qui ont des difficultés à accéder à un logement libre que sur la création et l’existence pérenne d’un service public habituellement basé sur un parc locatif. Afin de compenser cette faiblesse et les conséquences de ce type d’intervention, dont les effets sont éminemment régressifs (souvent, ce ne sont pas les plus démunis qui obtiennent le volume d’aide le plus important), le rôle du marché et de la famille est plus marqué que dans le reste de l’Europe [Leal, 2004b].

6Il est fréquemment admis que le rôle de la famille est supérieur parce que l’État intervient moins, mais on pourrait également soutenir l’hypothèse inverse que l’État intervient moins parce la famille se sent plus responsable de l’accès au logement d’un de ses membres que dans d’autres pays européens. En fait, l’accès au logement dans chaque pays varie en fonction des caractéristiques du régime de providence. Au-delà de ces considérations, il est important de souligner que toute modification de l’une des composantes du système d’offre de logement va modifier aussi les autres, sans qu’il y ait besoin de définir les relations causales entre elles. Aujourd’hui, la tendance est contradictoire, dans la mesure où l’on observe un recul de la capacité de solidarité de la famille alors que l’orientation de la politique économique interdit un développement de l’intervention publique.

7Cette caractéristique de l’offre de logement s’appuie, par conséquent, sur un système qui en raison de l’importance de la famille est appelé par certains « familialiste » [Sarraceno, 1995], dont les effets sont importants sur les choix résidentiels des Espagnols. L’implication plus forte de la parenté dans l’accès au logement suppose que cette question soit davantage « une affaire de famille », comme l’affirment Bonvalet et Gotman [1993] et qu’il entre dans ses attributions d’intervenir dans la mesure de ses possibilités. Ainsi, le recours à l’intervention de l’État serait une alternative à l’incapacité de la famille à répondre à la demande de logement.

8Quand on envisage les effets du système sur la distribution territoriale des groupes sociaux et, en particulier, sur les choix résidentiels, il importe de prendre en compte non seulement l’investissement public dans le logement, généralement exprimé en termes de part du budget de l’État affecté à la création de logements et à l’aide à l’accès au logement pour les plus démunis, mais également la forme que revêt l’affectation de ces ressources. Une intervention accrue de l’État ne se traduira pas toujours par une plus grande égalité devant le logement ; cette égalité dépend aussi du type et des moyens mis en œuvre. La faible intervention de l’État sur le marché du logement dans les pays du sud est frappée de clientélisme. On estime qu’une intervention en termes de services permet de maîtriser plus efficacement le principe de redistribution que les transferts de fonds qui constituent la forme d’intervention prédominante en Espagne.

2. LES STRATÉGIES RÉSIDENTIELLES DES JEUNES

9C’est dans ce contexte particulier que les jeunes ménages espagnols effectuent leur choix en matière d’habitat. Parmi les facteurs de choix, on en retiendra quatre qui distinguent l’Espagne mais également les pays d’Europe du Sud du reste de l’Europe :

  • l’âge tardif de formation du premier foyer et d’accès au logement ;

  • la priorité donnée à l’achat sur la location ;

  • le choix d’un logement près de la famille d’origine ;

  • l’aide de la famille à l’accès à ce logement.

10L’Espagne et l’Italie sont les pays où les jeunes quittent le plus tard leur famille. Si l’on considère le pourcentage de jeunes de 16 à 29 ans vivant avec leurs parents, ces deux pays se différencient de l’ensemble de l’Europe des 15, suivis des deux autres pays du sud, la Grèce et le Portugal [Allen, Barlow, Leal, Maloutas, Padovani, 2004].

Graphique 1- Pourcentage de jeunes de 25 à 9 ans vivant avec leurs parents dans quelques pays européens

Graphique 1- Pourcentage de jeunes de 25 à 9 ans vivant avec leurs parents dans quelques pays européens

Source : Eurostat. Household PAnnel 1997

11L’augmentation des prix de l’immobilier et le manque de logements locatifs décrits par Taltavull [2000] ne suffisent pas à expliquer le retard à la décohabitation des jeunes du Sud de l’Europe. Il s’agit d’un phénomène complexe, dans lequel intervient un ensemble de circonstances diverses, parmi lesquelles les politiques sociales, le marché du travail, le prolongement des années de formation, la précarité des contrats de travail et bien sûr la solidarité familiale qui prend en charge ces jeunes. La décohabitation survenant tard dans le cycle de vie, elle coïncide fréquemment avec le mariage ou la formation d’un couple stable [Leal, 1997], les jeunes Espagnols « sautant » la première étape de vie solitaire que l’on observe dans les pays d’Europe. Cette décohabitation tardive se répercute sur l’âge à la première maternité (un an plus tard environ que la moyenne européenne), d’où la baisse de la fécondité constatée dans ce pays, qui présente actuellement les plus faibles indices synthétiques de fécondité de toute l’Europe des 15.

Graphique 2 – Évolution par tranches d’âge des proportions des jeunes Espagnols qui n’habitent pas chez leurs parents, 1980-2004

Graphique 2 – Évolution par tranches d’âge des proportions des jeunes Espagnols qui n’habitent pas chez leurs parents, 1980-2004

Source : Enquête de population active

Graphique 3 – Répartition des jeunes (hommes et femmes) Espagnols (2001) et Français (1997) de moins de 30 ans selon le statut d’occupation

Graphique 3 – Répartition des jeunes (hommes et femmes) Espagnols (2001) et Français (1997) de moins de 30 ans selon le statut d’occupation

Sources : Census espagnol 2001 ; Enquête française sur le logement 1997

12Les conditions du marché du logement ont des effets importants sur les processus d’émancipation et de formation du premier ménage, rendus plus difficiles par le manque de logements locatifs à un prix accessible. Teresa Jurado [2004] affirme qu’il existe une relation entre l’âge de décohabitation des jeunes et l’offre de logements locatifs dans les différentes régions espagnoles (Comunidades Autónomas). Nombre de jeunes retardent leur départ du domicile parental pour pouvoir acheter directement un logement (Graphique 3) et de fait, plus de la moitié de ceux qui partent de chez leurs parents pour fonder un foyer le font en accédant à la propriété. Par ailleurs, sur l’ensemble de ceux qui accèdent à un premier logement en tant que locataires, la moitié deviendra propriétaire dans les deux ans. À Madrid, à peine moins du quart des ménages dont la personne de référence a moins de trente ans sont locataires, notamment les immigrés. La situation est très différente en France, où la plupart des jeunes s’installent d’abord dans un logement en location.

  • 3 Pour tout genre de foyer jeune avec des enfants. Source : Enquête de Population active.

13En tout état de cause, la décohabitation plus tardive chez les femmes apparaît plus réfléchie, mieux définie et clairement liée à la maternité. Cela suppose, d’une part, que le logement recherché soit de dimension suffisante pour accueillir les enfants à venir. D’autre part, le fait de devoir payer un crédit qui représente très souvent la moitié des revenus du jeune ménage [Rodriguez, 2006] a des répercussions importantes sur l’activité des jeunes femmes qui, soit retardent le moment d’avoir leur premier enfant, soit font en sorte que cette maternité ne les oblige pas à interrompre durablement leur travail. La proportion de couples avec des enfants dont la personne de référence est âgée de moins de 35 ans est passée de 74,3 % en 1980 à 45,1 % en 20043. De plus si l’on tient compte de la faiblesse des allocations versées et du manque de garderies publiques abordables, il est évident que mener de front activité professionnelle et maternité suppose de faire appel à la solidarité familiale, notamment lorsque les ressources du ménage sont limitées.

14Le recours à la famille pour garder les enfants transparaît dans les choix des jeunes ménages qui privilégient les logements situés à proximité des parents ou d’autres membres de la famille. La génération actuelle des grands-mères, dont le taux d’activité est encore relativement faible, peut s’occuper de ses petits-enfants, permettant à leurs filles de maintenir, en poursuivant leur activité professionnelle, le niveau de revenu permettant de faire face au remboursement du crédit.

15Dans ce processus de décohabitation tardive qui privilégie l’accès à la propriété, l’héritage anticipé joue un rôle de plus en plus important, intervenant soit sous forme d’une aide financière pour l’achat d’un premier logement, soit simplement sous forme de donations. Cette progression des transmissions de patrimoine va contribuer à son tour à modifier les inégalités entre les ménages. Les différences de patrimoine, très souvent traduisibles en termes d’inégalités devant la propriété, vont peser encore plus que les écarts de salaires et de revenus, d’où la nécessité de revoir complètement les critères de mesure des inégalités. Toutefois, il semble difficile de définir un indicateur permettant d’évaluer les caractéristiques de ce nouveau patrimoine, puisqu’il faudrait s’appuyer sur la valeur du logement occupé, moins le montant du prêt restant à rembourser et plus les autres biens possédés. L’évaluation précise du patrimoine des ménages est une tâche complexe qui conduit à des approximations, mais que l’on peut de moins en moins ignorer si l’on veut mesurer les inégalités qui existent au sein d’une société de propriétaires.

16L’émancipation tardive des jeunes du Sud de l’Europe va de pair avec une plus grande dépendance de la famille d’origine, qui se traduit par des aides financières ou autres. Cette dépendance se manifeste par l’installation du jeune couple à proximité du domicile des parents ou des proches, facilitant la prestation de toute une série de services : garde des enfants de façon habituelle ou exceptionnelle, entretien du logement, démarches administratives, etc. Il faut préciser que les aides reçues de la famille dépendent de plusieurs facteurs. D’une part, la nature de l’aide va dépendre du statut socioéconomique de la famille d’origine. Les classes moyennes auront plus tendance à aider financièrement le jeune ménage, que ce soit pour l’achat du logement, ou pour payer les services dont il aura besoin dans les premiers temps de son installation. Par contre les familles d’origine modeste soutiendront plus fréquemment les jeunes ménages en apportant les aides matérielles au moment de leur emménagement dans un nouveau logement.

17La première étape du parcours logement est partagée à parts presque égales entre le logement en propriété et en location, soit en colocation avec d’autres personnes sans lien de parenté ni affectif, soit en couple, marié ou non. En matière de cohabitation hors mariage, les comportements évoluent rapidement en Espagne, et les couples qui vivent ensemble sans être mariés sont de plus en plus nombreux, leur proportion se rapprochant de la moyenne européenne, même si des différences persistent.

Tableau 1 – Origine des financements pour l’achat du logement des jeunes autres que le prêt hypothécaire, à Madrid (2003)

Origine des ressources

Proportion

Épargne propre

54

Aide de la famille

19

Vente du logement

1

Prêt non hypothécaire

8

Autres ressources

1

Non réponse

35

Source : Enquête sur la demande de logements. Comunidad de Madrid 2003.

Tableau 2 – Aides exceptionnelles concernant le logement des jeunes (location ou achat), à Madrid (2003)

Origine des ressources

Proportion

Aide familiale directe

11

Aide familiale indirecte

5

Autres ressources extraordinaires

2

Aucune

78

Non réponse

5

Source : Enquête sur la demande de logements. Comunidad de Madrid 2003.

Graphique 4 – Cycle de vie familiale et proportion de ménages qui habitent à proximité d’un membre de la famille en Région Métropolitaine de Madrid (2003)

Graphique 4 – Cycle de vie familiale et proportion de ménages qui habitent à proximité d’un membre de la famille en Région Métropolitaine de Madrid (2003)

Source : Enquête sur la demande de logements 1/20

18Le statut d’occupation du logement est directement lié au projet de mise en couple et au projet d’emploi stable ; lorsqu’un de ces projets se concrétise, le jeune ménage tend à devenir propriétaire. Ainsi, on trouve chez les jeunes qui viennent de quitter leur famille, les divorcés vivant seuls et les immigrants récemment arrivés, une proportion de locataires supérieure à la moyenne. À mesure que les jeunes développent un projet familial précis en vivant en couple et savent mieux quel type d’emploi ils occuperont, avec à la clef une stabilité accrue, l’achat d’un logement intervient rapidement. Dans le cas des immigrants, le processus est similaire mais plus lent ; la majorité occupe un premier logement en location et souvent en colocation, l’achat étant subordonné au travail, au projet de vie en famille et à la volonté de rester dans le pays d’accueil. D’autre part, lorsque le retour est au contraire programmé, il est fréquent qu’un logement soit acheté dans le pays d’origine. De nombreux immigrants consacrent les devises envoyées dans leur pays d’origine au remboursement du prêt contracté pour acquérir un logement qui leur offrira à leur retour de meilleures conditions de vie.

19Comme nous l’avons déjà souligné, les classes moyennes et supérieures sont plus enclines à apporter une aide financière, alors que les classes modestes apportent des aides en nature en rendant directement des services. À ces différences de type d’aides vont correspondre des différences de choix de localisation. Les jeunes issus de classes populaires seront plus contraints d’habiter à proximité pour pouvoir bénéficier des aides de leurs parents alors que les jeunes des classes supérieures seront plus autonomes quant à la localisation géographique de leur logement. Plus leur capacité économique sera élevée, plus leur liberté de choix de lieu de résidence sera grande, en revanche le poids des contraintes sociales sera plus élevé.

Tableau 3 – Raisons de la localisation des logements cherchés par les jeunes qui demandent un logement pour la première fois selon leurs catégories socioprofessionnelles résumées (Enquête à réponses multiples)

Cadres et « professionals »

Intermédiaires

Travailleurs manuels

Total

Proximité de la famille

36

47

37

40

Proximité des amis

15

19

14

16

Qualité résidentielle

16

10

7

10

Bien communiqué

22

15

14

17

Accès au travail

29

29

27

27

Prix

10

14

26

17

Il y a beaucoup d’offres

7

8

13

11

Proximité des services et équipements

7

11

5

7

Central, bien placé

10

5

4

6

Bonne ambiance et sûr

6

5

4

5

Lui plaît/c’est agréable

11

8

12

12

Est habitué et ne veut pas changer

18

29

20

22

Source : Enquête sur la demande de logements. Comunidad de Madrid 2003.

20Cette plus grande liberté de choix de localisation qui s’offre aux jeunes venant de familles à revenus moyens ou élevés expliquerait les nouvelles stratégies résidentielles à l’œuvre depuis plusieurs années dans les villes espagnoles. En effet, de nouvelles zones urbaines moins denses apparaissent loin du centre-ville avec la construction de quartiers pavillonnaires bénéficiant d’une série de services ajoutés, tels que piscines et installations sportives.

21Parallèlement, les jeunes des familles les moins aisées, issus en général des quartiers périphériques populaires, disposent d’une série de choix mais optent en grande partie pour les nouvelles constructions qui se développent autour de leur quartier d’origine, parce qu’ils valorisent davantage la proximité des parents. Dans la périphérie sud-est de la ville de Madrid, composée davantage de ménages ouvriers aux revenus modestes, le pourcentage de ménages désireux de changer de logement et privilégiant la proximité de leurs parents est presque deux fois plus élevé que dans le centre et dans la périphérie nord et ouest, où les ménages de catégories socioprofessionnelles supérieures sont nombreux.

22Du fait d’une mobilité sociale élevée liée à l’essor de classes moyennes constituées de techniciens et de professions libérales issus en partie de familles ouvrières, il n’est pas surprenant de voir se développer, dans certaines villes à composante majoritairement populaire, des ensembles urbains différenciés – plus grande proportion de maisons individuelles – accueillant des jeunes dont les revenus sont supérieurs à ceux de leur famille d’origine, qui souhaitent rester près de leurs parents mais dans de meilleures conditions de logement. Mais ce qui devrait être un métissage social accru ressemble davantage, vu de plus près, à une juxtaposition d’anciens et de nouveaux quartiers de typologie et de composition différentes. Trois processus conjoints peuvent ainsi être soulignés :

23Dans le premier, les nouveaux comportements résidentiels des jeunes ménages induisent un phénomène d’extension des zones urbaines très valorisées socialement, dans un mouvement de ségrégation par le haut. On observe ainsi une augmentation de la mixité sociale (qui n’implique pas forcément une mixité ethnique) à la périphérie des banlieues populaires qui disposent encore de terrains constructibles.

24Dans le second, les jeunes issus des quartiers ouvriers centraux sont contraints, faute de logements sur place et d’une extension spatiale difficile, de s’éloigner pour s’installer dans des zones plus périphériques. Ils condamnent ainsi ces quartiers à vieillir peu à peu en raison du non renouvellement de la population.

25Le troisième et dernier processus concerne enfin l’installation des couches moyennes dans les quartiers centraux, qui n’est pas accompagnée d’un déplacement d’une ancienne population ouvrière (c’est le cas du district d’Arganzuela à Madrid). Contrairement à ce qui a pu se produire dans certaines villes anglo-saxonnes, en Espagne les classes moyennes n’ont jamais vraiment abandonné les espaces centraux. Aujourd’hui, elles se dirigent vers les anciennes zones industrielles ou ferroviaires devenues résidentielles, en privilégiant la proximité du lieu de travail et des services, en renforçant leur présence dans le centre-ville, dans un contexte où la croissance urbaine gagne les périphéries.

Graphique 5 – Proportion des foyers qui valorisent positivement le fait de vivre près de la famille dans la Région de Madrid (2003)

Graphique 5 – Proportion des foyers qui valorisent positivement le fait de vivre près de la famille dans la Région de Madrid (2003)

Source : Enquête sur la demande de logements 1/20

26Au final, et comme le constate Susino Arbucias [2003] pour Grenade, le choix des ménages déjà constitués des classes moyennes se partage entre les logements du centre urbain qu’elles occupent traditionnellement et les pavillons ou petits ensembles suburbains avec services précédemment évoqués. Une des conséquences de ces stratégies résidentielles est l’apparition, dans les nouvelles zones bâties autour des quartiers périphériques populaires, d’une mosaïque sociale plus complexe, où la proximité de la famille est un élément de choix plus important que le prestige du lieu de résidence. De sorte que la mobilité sociale et professionnelle ne s’accompagne pas d’une forte mobilité géographique – les ménages restant près du quartier où ils ont vécu –, le désir de changement s’exprimant alors par l’amélioration du logement et de son environnement.

CONCLUSION

27En Espagne, les stratégies de localisation des jeunes ménages s’effectuent dans le cadre de contraintes sociales très fortes qui vont au-delà des conditions de transport et de la localisation de l’emploi. Cette situation s’explique non seulement par la faiblesse de l’État-providence en matière d’aides et de services aux jeunes ménages, mais aussi par la pénurie de logements locatifs et l’inexistence d’un parc social. Cette absence de logements HLM conditionne fortement la localisation des ménages et a des effets sur les comportements résidentiels qui diffèrent des autres pays européens. C’est particulièrement vrai pour les jeunes et les immigrés, qui sont quasiment obligés de vivre en colocation, en attendant de créer une famille. Il s’ensuit une dispersion de ces populations, dont la distribution dans l’espace n’est pas forcément homogène.

28La proximité de la famille et des amis ainsi que celle du quartier d’origine constituent des facteurs essentiels dans les choix de localisation, surtout au moment de la constitution de la famille. Au fur et à mesure que la famille s’agrandit et que les enfants deviennent autonomes, la demande d’aides quotidiennes devient moins pressante et la proximité de la famille moins cruciale. Ce n’est que lorsque les parents deviendront âgés qu’apparaîtra une nouvelle demande de « protection rapprochée » avec le besoin d’une aide extérieure ou la présence d’un fils comme prestataire d’aide.

29Ces comportements – en particulier les choix de localisation des cadres et employés issus de familles ouvrières dans un contexte de grande mobilité professionnelle – expliquent l’émergence d’une diversité sociale accrue au sein des anciens quartiers populaires des banlieues dans le cas de Madrid. Mais cette mixité est trompeuse parce qu’il s’agit d’une juxtaposition de quartiers plutôt que d’un mélange. Par ailleurs, l’arrivée massive d’immigrants étrangers a contribué à renforcer la ségrégation sociale en créant des « poches de logements locatifs » dans certains quartiers du centre-ville et en grande banlieue.

30La recherche d’un logement locatif et l’achat d’un logement en propriété dans des quartiers populaires mettent en concurrence les immigrés et les jeunes Espagnols aux revenus modestes, qui suivent une stratégie d’accès au logement et une trajectoire spatiale similaires. Cette rivalité produit des effets en termes de composition sociale de certains quartiers, notamment dans les centres-villes et dans les banlieues où les logements sont de qualité médiocre. Au fur et à mesure que les jeunes ménages espagnols constituent leur famille, ils quittent ces espaces dévalorisés, à la recherche de lieux plus conformes à leur situation sociale et d’un meilleur environnement pour leurs enfants.

31Mais les comportements résidentiels varient selon les classes sociales. Une grande majorité des jeunes de classes moyenne et ouvrière rechercheront surtout la proximité des parents, tandis que les classes sociales supérieures développeront des stratégies plus complexes où l’image du quartier et la qualité du logement constituent des facteurs de choix importants. Ces nouvelles stratégies sont à l’origine du processus de périurbanisation qui touche depuis peu les villes espagnoles.

Notes

1 Ministerio de Vivienda, Vivienda visadas.

2 Ces données sont les résultats de l’Enquête sur la demande de logement réalisée dans la Communauté Autonome de Madrid en 2003, à partir d’un échantillon de près de 3 000 ménages demandeurs de logement, choisis parmi un échantillon de 30 000 ménages consultés, à leur tour choisis dans l’ensemble de l’agglomération urbaine.

3 Pour tout genre de foyer jeune avec des enfants. Source : Enquête de Population active.

Table des illustrations

Titre Graphique 1- Pourcentage de jeunes de 25 à 9 ans vivant avec leurs parents dans quelques pays européens
Légende Source : Eurostat. Household PAnnel 1997
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/5001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 2 – Évolution par tranches d’âge des proportions des jeunes Espagnols qui n’habitent pas chez leurs parents, 1980-2004
Légende Source : Enquête de population active
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/5001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 3 – Répartition des jeunes (hommes et femmes) Espagnols (2001) et Français (1997) de moins de 30 ans selon le statut d’occupation
Légende Sources : Census espagnol 2001 ; Enquête française sur le logement 1997
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/5001/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 4 – Cycle de vie familiale et proportion de ménages qui habitent à proximité d’un membre de la famille en Région Métropolitaine de Madrid (2003)
Légende Source : Enquête sur la demande de logements 1/20
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/5001/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 5 – Proportion des foyers qui valorisent positivement le fait de vivre près de la famille dans la Région de Madrid (2003)
Légende Source : Enquête sur la demande de logements 1/20
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/5001/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteur

Professeur de sociologie à la Faculté de sciences politiques et sociologie de l’Université Complutense de Madrid, Espagne.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search