Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élire domicile

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Catherine Bonvalet
, 
Jean-Pierre Lévy

La dimension territoriale des choix

Les choix résidentiels des franciliens : l’attraction des pavillons ne se dément pas

Martine Berger

Texte intégral

1Le rôle des positions sociales des individus et des structures des ménages dans leurs choix résidentiels et leurs comportements de mobilité est bien connu. On admet en général que les catégories les plus aisées effectuent des déplacements de plus longue portée, alors que les plus défavorisées apparaissent plus souvent captives de leur environnement immédiat. De même, la structure des ménages – personnes seules ou couples avec ou sans enfants – constitue un élément essentiel pour la compréhension des destinations de leurs mobilités résidentielles.

2En Île-de-France comme dans d’autres grandes régions métropolitaines, la spécialisation des espaces de résidence s’accentue, tant en fonction des structures des ménages que de leurs positions socioprofessionnelles. Dans Paris intra muros, les personnes seules constituent aujourd’hui plus de la moitié des ménages, les couples ayant des enfants moins d’un tiers. Une proportion croissante des couples franciliens ayant des enfants réside en maison individuelle : ils étaient 28 % en 1975, 41 % en 1999, et ils représentent 2/3 des nouveaux installés en pavillon dans les années 1990. Pour un tiers des ménages franciliens, ils constituent aujourd’hui la moitié des propriétaires de pavillons, et les 3/4 d’entre eux sont des couples biactifs. Au fil du temps, le modèle d’accession à la propriété pavillonnaire s’est diffusé : le nombre de pavillons a doublé en 30 ans, et trois Franciliens sur dix résident aujourd’hui en maison individuelle, au lieu d’un sur quatre en 1968.

  • 1 Les entrants venus de province, des DOM-TOM ou de l’étranger ont représenté, entre 1990 et 1999, 1/ (...)

3L’évolution de la taille des familles et des positions professionnelles au cours du cycle de vie constituant un des moteurs principaux de la mobilité résidentielle intra-régionale1, les différences dans les localisations des types de logement (petits appartements locatifs au centre, grands logements et pavillons en propriété plus nombreux en périphérie) rendent compte, pour l’essentiel, de ces destinations. Mais si l’âge et la structure des ménages jouent un rôle croissant dans les destinations de leurs mobilités, leurs positions sociales constituent toujours un des déterminants principaux des horizons de leurs choix.

1. LA DIVERSITÉ DES ARBITRAGES RÉSIDENTIELS DES MÉNAGES ET LES HORIZONS DE LEURS CHOIX

1.1. Un ménage francilien sur quatre est propriétaire d’un pavillon

  • 2 Les contremaîtres sont particulièrement nombreux dans des métiers qui rendent plus facile, sinon l’ (...)
  • 3 C’est dans les couples dont la personne de référence appartient aux professions intermédiaires que (...)

4Dans une région où l’offre de logement collectif et locatif a été longtemps très largement dominante, l’accession à la propriété pavillonnaire a constitué, dans les années 1970 et 1980, un modèle adopté par une large palette de ménages franciliens [Berger, 2004]. Alors que les cadres franciliens propriétaires (plus d’un ménage sur deux) possèdent plus fréquemment un appartement et qu’une tradition locative se maintient dans les classes aisées parisiennes, les ménages appartenant aux professions intermédiaires ont plus souvent fait l’acquisition d’un pavillon, plus vaste mais plus périphérique. Si un tiers environ des retraités est propriétaire d’un pavillon, aux âges actifs, c’est le cas d’un ménage de cadre sur 4, d’un ménage d’ouvrier qualifié ou de profession intermédiaire sur 5. C’est parmi les contremaîtres et agents de maîtrise que la proportion de propriétaires d’une maison individuelle est la plus élevée (4 ménages sur 10), faisant figure de forme de reconnaissance d’une ascension sociale pour une catégorie souvent d’origine ouvrière qui ne peut accéder à la propriété dans le parc collectif central2. C’est parmi les ouvriers non qualifiés et les employés qu’elle est la plus faible (respectivement 13 % et 11 % des ménages), pour des raisons qui tiennent aux revenus, aux structures des ménages – nombreux jeunes célibataires ou couples sans enfant chez les employés –, voire aux projets migratoires et professionnels, compte tenu de la part des ménages d’origine étrangère dans ces deux catégories. Seuls les ouvriers les plus qualifiés et dont les ménages comportent deux actifs peuvent espérer accéder à la propriété d’un pavillon. C’est donc autant aux couches moyennes, de plus en plus nombreuses et de plus en plus solvables – du fait, en particulier, de la hausse du taux d’activité des conjointes3 – qu’aux catégories les plus aisées, restées plus attachées à la centralité et plus mobiles, que se sont adressés les « pavillonneurs ».

5On a cherché à modéliser l’évolution du poids relatif, au cours des deux dernières décennies, des positions socioprofessionnelles, de l’âge et de la structure des ménages dans leurs choix résidentiels (Tableau 1). Si on considère la probabilité d’être (ou de devenir) propriétaire d’un pavillon, l’effet type de ménage est écrasant : ainsi un couple ayant au moins deux enfants a, toutes choses égales par ailleurs quant à l’âge et à la catégorie socioprofessionnelle de sa personne de référence, 7 fois plus de chances qu’une personne seule d’être propriétaire d’un pavillon, et 12 fois plus de chances de le devenir s’il déménage. Au fil du temps, l’effet de position sociale tend à diminuer, le modèle d’accession à la propriété pavillonnaire devenant de plus en plus « interclassiste », avec l’élargissement de la gamme des produits offerts, en particulier du fait de la remise sur le marché du parc construit dans l’entre-deux-guerres en Petite couronne et des maisons dans les premiers lotissements périurbains.

  • 1 La probabilité conditionnelle est mesurée par le rapport de chances, toutes choses égales par aille (...)

Tableau 1 - Logique d’établissement des 1271 répondants selon l’âge

Tableau 1 - Logique d’établissement des 1271 répondants selon l’âge

Sources : RGP 1982 (1/4) et 1999 (1/20), fichiers-détail.
On cherche à mesurer la probabilité, pour les ménages franciliens, d’être propriétaire d’un pavillon (ou de le devenir), en fonction de différentes caractéristiques individuelles. Les variables retenues dans le modèle sont : la catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence, son âge et le type de ménage (personnes seules, familles monoparentales, couples selon le nombre d’enfants). Le rapport des chances (ou rapport des cotes, odd’s ratio) exprime la chance, pour un ménage, d’être propriétaire d’un pavillon, ou de s’installer dans un pavillon en propriété, comme l’écart de probabilité par rapport à une modalité de référence. Les modalités de référence sont ici : pour la catégorie socioprofessionnelle, celle des cadres ; pour l’âge, les 35-44 ans ; pour le type de ménage, les personnes seules. Par exemple, la chance d’être propriétaire d’un pavillon pour un ménage dont la personne de référence est un employé, est moitié moindre que celle d’un ménage de cadre, toutes choses égales par ailleurs quant au type de ménage et au nombre d’enfants. Celle d’un ménage appartenant aux professions intermédiaires est légèrement supérieure à celle d’un ménage de cadre, mais l’écart se réduit au fil du temps.

1.2. Des distances de mobilité inégales

6Du fait de modes de construction de plus en plus standardisés, d’une publicité qui le pose en modèle de ce qui convient à la vie familiale et à l’éducation des enfants, le pavillon se répand et se banalise. Mais tout le monde n’accède pas à la propriété au même endroit : la distance à Paris, qui demeure le principal pôle d’emploi, est révélatrice des inégalités sociales. En 1999, les cadres propriétaires de pavillons résident en moyenne à 24 km de Paris, les ménages de professions intermédiaires à 27 km, les employés, personnels de service ainsi que les contremaîtres à 28,5 km, les ouvriers à 29,5 km. Au fil du temps, le gradient social en fonction de la distance à Paris devient de plus en plus net (Tableau 2).

Tableau 2 - La distance à Paris (en km) des pavillons en propriété selon la catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence du ménage

1982

1999

ensemble

24,9

26,5

patrons industrie+commerce

23,9

25,7

cadres, prof. intellectuelles supérieures

23,5

24,2

professions intermédiaires*

25,2

27,6

contremaîtres, agents de maîtrise

26,2

28,8

employés, personnels de service

24,8

28

ouvriers qualifiés

26,3

29,5

ouvriers non qualifiés

28,5

29,3

retraités, anciens patrons ind. et comm.

25,4

26,3

retraités, anciens cadres

21,7

23,6

retraités, anciennes prof. intermédiaires

22,5

25,2

retraités, anciens employés

24,8

24,9

retraités, anciens ouvriers

23,8

27

7Les distances parcourues lors du déménagement varient aussi selon les positions sociales (Tableau 3) et témoignent de l’inégale capacité des ménages à réaliser ce projet en zone urbaine ou périurbaine proche. Les cadres et professions intermédiaires ont des distances de mobilité plus importantes mais qui tendent à diminuer, alors que celles des catégories modestes augmentent.

Tableau 3 - Ménages nouveaux installés en maison individuelle en propriété résidant déjà en Île-de-France au recensement précédent

Tableau 3 - Ménages nouveaux installés en maison individuelle en propriété résidant déjà en Île-de-France au recensement précédent

* non compris les contremaîtres et agents de maîtrise.
Sources : RGP 1982 (1/4) et 1999 (1/20).

  • 4 Elles ont été réalisées en 1989-1990, en collaboration avec J. Brun, avec l’appui du Plan construct (...)

8L’analyse des distances moyennes parcourues lors des déménagements met donc en évidence l’effet des positions sociales sur les horizons spatiaux des migrations résidentielles des pavillonnaires franciliens. Des enquêtes réalisées en Grande couronne francilienne permettent de préciser les marges de manœuvre inégales dont ils disposent dans leurs choix résidentiels : elles ont concerné des quartiers de Saint-Quentin-en-Yvelines, ainsi que quatre communes de l’Essonne autour de Montlhéry4. Les ménages ont été interrogés sur les raisons qui ont présidé au choix du dernier logement, en particulier les lieux vers lesquels leurs recherches se sont portées, la dimension du territoire prospecté et la distance entre les localisations auxquelles ils aspiraient et celles qu’ils ont finalement retenues.

1.3. Des marges de manœuvre très inégales selon les positions sociales

9Les ménages les plus aisés ont eu des horizons de choix à la fois plus précis dans leurs objectifs (certains quartiers à l’intérieur des périmètres communaux) et plus larges, témoignant sans doute pour certains d’entre eux d’une plus grande indifférence aux distances domicile-travail. Parce qu’elles sont plus souvent motorisées, donc plus rapidement parcourues ? Parce que les coûts de déplacement pèsent moins sur leurs budgets ? En raison du degré croissant de spécialisation des emplois au fur et à mesure qu’on s’élève dans la hiérarchie professionnelle, les plus qualifiés n’hésitant pas à se déplacer plus loin pour trouver un emploi correspondant à leur spécialité ou à leurs projets de carrière ? Les catégories moyennes ont été plus souvent conduites à accepter un allongement des distances par rapport à leurs choix initiaux, compte tenu de possibilités financières plus limitées ne les autorisant pas à surenchérir pour rester en zone dense. Elles ont dû modérer leurs aspirations, accepter de s’éloigner tout en restant dans le même secteur : ainsi à Saint-Quentin-en-Yvelines, les ménages de professions intermédiaires ont effectué plus souvent des recherches dans un groupe de communes situées le long d’un axe de circulation.

10La distance du domicile actuel aux lieux initialement prospectés, l’écart entre le territoire où s’est portée la recherche de logement et la commune où s’est effectivement réalisé le déménagement constituent un indicateur intéressant et une mesure du degré de contrainte : plus cette distance est élevée, moins le choix est conforme aux souhaits initiaux. C’est pour les catégories moyennes que la distance entre le logement actuel et les communes prospectées est la plus élevée. Les choix résidentiels des professions intermédiaires les éloignent davantage de leur territoire de prédilection initial et des lieux où elles ont passé leur enfance. Les distances qui séparent les lieux prospectés et la résidence actuelle des ménages de celle des personnes « proches » (ceux de leurs parents résidant en Île-de-France qu’ils visitent le plus souvent) sont plus élevées pour les catégories moyennes, alors que les ménages de cadres ne semblent pas avoir été contraints de réviser beaucoup leurs intentions initiales. Dans cet éloignement inégal, choisi ou subi, l’effet de l’accession à la propriété est considérable, en particulier pour les ménages des classes moyennes, alors que les plus aisés ont souvent pu réaliser leur projet sans trop s’éloigner de leurs proches et de leur résidence antérieure. La perception de l’étendue des possibilités de choix résidentiel lors du dernier déménagement confirme l’importance des positions sociales des enquêtés.

1.4. La configuration et l’étendue des aires de recherche

  • 5 La question s’adressait uniquement aux ménages ayant déclaré qu’ils avaient au départ une idée « tr (...)

11Les ménages ont été interrogés sur les lieux dans lesquels ils ont « effectivement cherché » un logement5. Il en ressort que leurs aires de recherche ont été relativement restreintes : les réponses évoquant des lieux très éloignés de celui dans lequel ils se sont installés sont rares. Manifestement, l’Île-de-France, et même la partie densément urbanisée de la région, l’agglomération parisienne, ne saurait être considérée comme l’espace de prospection, le « marché du logement » potentiel des candidats à la mobilité résidentielle.

12Dans les communes périurbaines de l’Essonne, la plupart des ménages déclarent avoir prospecté dans un groupe de communes (53 % des réponses), voire dans l’ensemble du département. C’est moins pour eux une localisation qu’un type de logement, le pavillon en accession à la propriété, à un certain prix, avec un certain standing, qui est recherché : 4 ménages pavillonnaires sur 5 étaient fermement décidés pour une maison individuelle. À Saint-Quentin-en-Yvelines, l’effet « ville nouvelle » perçue comme un ensemble, explique que près de la moitié des ménages déclarent avoir effectué leurs recherches dans un groupe de communes, et un ménage sur cinq, dans une commune en particulier. Cadres et professions intermédiaires se distinguent assez nettement : alors que l’horizon de recherche des cadres est nettement dual – ils ont prospecté soit dans un quartier ou un petit nombre de quartiers, soit dans une partie de la banlieue ou de la périphérie –, c’est parmi les professions intermédiaires que la recherche s’est le plus souvent orientée le long d’un axe de circulation. N’est-ce pas parce que les catégories moyennes doivent modérer leurs aspirations et réajuster leurs critères, accepter de s’éloigner tout en restant dans le même secteur ? Cette orientation plus fréquente des recherches par les axes de transport n’est sans doute pas sans relation avec le fait que c’est dans ces catégories qu’on trouve la plus forte proportion de couples biactifs.

13Les personnes interrogées devaient indiquer, pour chaque lieu où elles avaient effectivement procédé à la recherche d’un logement, les raisons qui avaient guidé leur choix. Alors que pour les ménages enquêtés à Paris et en proche banlieue la suprématie des motifs relatifs à l’environnement du logement s’avère écrasante, il en va différemment à Saint-Quentin-en-Yvelines. Certes les caractéristiques d’environnement pèsent dans le choix des ménages qui s’y sont installés (environnement calme, aéré, quartier bien équipé, bien fréquenté, bon voisinage, y compris pour les écoles) et représentent 4 réponses sur 10, mais les caractéristiques propres au logement (type, taille, confort, standing, coût, existence d’un jardin) regroupent la moitié des réponses.

14L’exploitation des enquêtes dans l’ensemble des sites d’étude met en évidence des comportements socialement diversifiés, mais également des « familles de choix » qui renvoient plutôt aux données démographiques, qu’il s’agisse des tailles de ménages et des contraintes plus ou moins fortes qu’elles induisent dans le choix d’un type et d’une taille de logement – auxquels correspondent des localisations différentes au sein de la région –, mais aussi des effets de génération, d’évolution du contexte de l’offre et de la demande de logement au cours des dernières décennies, puisque l’échantillon enquêté incluait à la fois des ménages récemment installés et d’autres dont l’ancrage résidentiel était plus ancien. Il reste qu’une opposition majeure se dessine entre les pavillonnaires périurbains et les autres ménages, en ce qui concerne le degré de priorité accordé au logement et à son environnement : pour les propriétaires de maisons individuelles, viennent au premier rang des choix le prix et la dimension du logement ; pour les autres ménages enquêtés, une plus grande sensibilité à l’environnement social de la résidence.

2. L’ATTRACTION DU MODÈLE PAVILLONNAIRE

2.1. Les motifs de choix invoqués par les ménages

15Il est difficile de savoir si le choix d’une installation périurbaine est d’abord commandé par le souhait d’habiter en maison individuelle ou par celui d’accéder à la propriété. Parmi les pavillonnaires interrogés à Saint-Quentin-en-Yvelines, où coexistent maisons individuelles et immeubles collectifs, 9 ménages sur 10 étaient fermement décidés ou penchaient pour un pavillon, pratiquement aucun ne souhaitait s’installer en appartement, 1 sur 10 a déclaré que son choix avait été l’effet du hasard ou des circonstances, alors que parmi les propriétaires d’appartements dans des quartiers voisins, 1 ménage sur 4 penchait pour une maison, 1 sur 10 hésitait. La structure des ménages influence fortement les conditions du choix : les familles de 2 enfants ou plus se sont plus souvent décidées d’emblée pour un pavillon, et à nombre d’enfants équivalent, la demande de maison individuelle est plus forte dans les couples où l’homme seul est actif. Il s’agit de choix d’autant plus mûris qu’ils impliquent des transformations importantes des modes de vie, avec en particulier un allongement des distances, et le plus souvent des durées, des déplacements.

16Que choisit-on dans une maison individuelle ? Qu’est-ce qui est apprécié et regretté ? Les réponses des ménages propriétaires de pavillons à Saint-Quentin-en-Yvelines et dans l’Essonne mettent en évidence la recherche de plus d’espace et de confort (un logement plus grand, avec une chambre pour chaque enfant) ainsi que le poids des déterminants économiques (devenir propriétaire à un coût compatible avec les ressources du ménage). L’environnement calme et aéré du quartier, la moindre densité, sont appréciés alors que l’attrait du jardin personnel ou la proximité de la nature sont rarement cités. Comme l’a montré N. Haumont [1966], la maison individuelle, c’est un territoire où l’on n’entend pas les voisins et où les enfants ont la liberté de jouer. Interrogés sur les inconvénients du logement actuel et les avantages perdus lors du déménagement, les ménages mettent en avant l’éloignement des commerces et de leurs lieux de travail, mais aussi des changements de mode de vie tels que la réduction des sorties, dont il est difficile de dire si elle relève des contraintes financières, de l’arrivée d’enfants ou de leur nouvelle localisation. Cependant, leur degré de satisfaction à l’égard du logement actuel est particulièrement élevé : à Saint-Quentin-en-Yvelines, 4 ménages pavillonnaires sur 10 jugent leurs conditions actuelles de logement très satisfaisantes, contre 1 sur 3 parmi les propriétaires d’appartements, et moins d’1 sur 10 parmi les locataires en immeuble collectif. Ce n’est donc pas en premier lieu en tant que territoires plus proches de la nature que les espaces périurbains sont choisis par les ménages, mais parce qu’ils offrent l’accès à des logements plus confortables à des prix jugés compatibles avec leurs revenus, et avec des budgets et des temps de déplacements considérés par eux comme acceptables.

2.2. Un modèle toujours attractif pour les catégories aisées

17On a souvent parlé d’un « retour au centre » des ménages de cadres dans les grandes métropoles des pays européens. À une phase de périurbanisation intense dans les années 1970, avec la diffusion d’un modèle de déconcentration urbaine fondé sur l’auto-mobilité synonyme de modernité, auraient succédé une revalorisation des positions résidentielles centrales et un freinage des mobilités centrifuges des plus aisés. Ce renversement de modèle est-il observable en région parisienne ? L’ampleur de l’embourgeoisement du centre de l’agglomération suggère a priori un ralentissement des processus de périurbanisation des cadres et un renversement de modèle en faveur de localisations résidentielles plus centrales : la part des ménages de cadres franciliens résidant à Paris s’est accrue de 33 % en 1982 à 35 % en 1999. Mais ce renforcement de la concentration parisienne est lié pour l’essentiel à l’installation d’immigrants provinciaux – plus souvent de jeunes célibataires ou de jeunes couples sans enfant – et d’étrangers au cœur de l’agglomération. Entre 1975 et 1999, la capitale a « cédé » 28 000 cadres aux autres départements franciliens et en a gagné 43 000 dans ses échanges avec la province. La concentration croissante des cadres à Paris n’est donc pas le résultat d’un « retour au centre » et d’un abandon du modèle pavillonnaire périurbain de la part des Franciliens aisés. La propension des cadres parisiens à quitter la ville centre n’a pas fléchi pour les ménages qui constituent l’essentiel de la clientèle périurbaine, les couples ayant des enfants.

18L’exemple des choix résidentiels des cadres originaires de Paris intra muros est particulièrement éclairant dans la mesure où, pour eux, le choix de la maison individuelle signifie clairement une migration, contrairement aux ménages résidant en Petite ou en Grande couronne, qui ont souvent la possibilité de changer de type de logement en restant dans la même commune. Cette migration représente un choix et une rupture avec les avantages – et les inconvénients – d’un tissu urbain dense, bien desservi, très bien équipé en services de toutes sortes, mais où l’espace est rare et coûteux. Parmi les couples de cadre ayant des enfants qui résidaient à Paris au recensement précédent et sont restés en Île-de-France, la proportion de ceux qui restent à Paris d’un recensement à l’autre varie peu des années 1970 aux années 1990 (3 ménages sur 4), mais ceux qui quittent Paris se dirigent de plus en plus souvent vers la Petite couronne. Ceci n’implique pas pour autant une réduction des entrées dans le parc pavillonnaire, qui augmentent sensiblement, en particulier parmi les ménages comptant 2 enfants ou plus, pour lesquels la proportion de ménages quittant la capitale pour accéder à la propriété d’un pavillon n’a cessé de croître, de 9 % entre 1968 et 1975 à 16 % dans les années 1990.

19C’est donc l’évolution des structures des ménages de cadre parisiens (de plus en plus de personnes seules et de couples sans enfant, de moins en moins de familles ayant des enfants) qui explique la stagnation des départs vers les périphéries pavillonnaires. À structure de ménage équivalente, on ne constate aucun fléchissement des migrations des cadres parisiens vers le parc pavillonnaire périphérique. Ainsi, parmi les couples de cadre ayant des enfants qui habitaient Paris en 1968 et résidaient encore en Île-de-France en 1975, plus des 2/3 (70 %) sont restés à Paris ; parmi ceux qui se sont installés en Petite ou en Grande couronne, un quart est devenu propriétaire d’un pavillon. Au cours de la dernière décennie, les proportions observées ne sont guère différentes : 69 % des couples de cadre ayant des enfants résidant à Paris en 1990 y habitent toujours en 1999, 37 % de ceux qui sont partis en Petite ou Grande couronne sont propriétaires d’un pavillon. L’attrait de l’accession à la propriété d’une maison individuelle ne s’est pas démenti : il ne faut donc pas exagérer l’importance, dans les stratégies résidentielles des classes aisées parisiennes, du modèle des « bobos », largement diffusé par les médias.

20Au tournant du siècle, la maison individuelle en propriété constitue toujours un modèle très attractif pour les cadres ayant des enfants et résidant en Île-de-France (cf. Tableau 4). Parmi les couples de cadre dont la personne de référence est âgée de 30 à 49 ans ayant un enfant, la proportion de propriétaires de pavillon est, en 1999, d’un ménage sur 3 ; elle atteint ou dépasse la moitié des couples ayant 3 enfants ou plus, qui se dirigent surtout vers le parc situé en Grande couronne. On observe cependant, au fil du temps, une attraction croissante des communes de Petite couronne, bénéficiant d’une bonne accessibilité par les transports en commun et du desserrement des emplois tertiaires. Ceci conduit à une réduction des distances moyennes parcourues lors des déménagements et à un moindre éloignement par rapport au centre de l’agglomération et aux emplois [Berger et Brun, 2006]. Au début des années 1970, un couple de cadre de 30 à 49 ans devenant propriétaire d’un pavillon se déplaçait en moyenne de 14,8 km, sa nouvelle résidence se situait 9,2 km plus loin de Paris que la précédente et le trajet moyen entre domicile et lieu de travail était de 16,2 km. Dans les années 1990, il se déplace de 12,8 km, sa nouvelle résidence est seulement 7,3 km plus loin de Paris, la longueur moyenne des navettes est de 16 km.

21Le développement du marché de revente de pavillons anciens ou récents non neufs accroît les possibilités de déménagement à l’intérieur d’une même commune et contribue au raccourcissement des distances de mobilité. La progression des mobilités intracommunales témoigne sans doute d’un renforcement volontaire des processus de ségrégation résidentielle. L’extension des espaces où les cadres sont majoritaires s’effectue ainsi, dans l’ouest parisien, sans rupture entre la ville centre et les différentes couronnes de banlieue. À l’inverse, les espaces résidentiels des ménages d’ouvrier et d’employé sont marqués par une discontinuité entre les anciens quartiers ou banlieues populaires et les nouvelles périphéries pavillonnaires.

Tableau 4 – Les types de logements des couples de cadre franciliens âgés de 30 à 49 ans en 1999

Tableau 4 – Les types de logements des couples de cadre franciliens âgés de 30 à 49 ans en 1999

Source : RGP 1999 (1/20).

2.3. Employés et ouvriers : une périurbanisation de plus en plus lointaine

22Ouvriers qualifiés et contremaîtres constituent moins d’un cinquième des nouveaux installés propriétaires de pavillon entre 1990 et 1999, au lieu de près d’un quart dans les années 1980, recul qui va au-delà de la baisse de leur part relative dans la population régionale et traduit leur difficulté d’accéder à la propriété dans un contexte d’instabilité croissante de l’emploi et de réduction de l’offre de logements neufs. Alors qu’ils ont longtemps eu une présence non négligeable dans les pavillons anciens et les lotissements de l’entre-deux-guerres, le fort renchérissement de ce segment du parc face à l’explosion de la demande des couches moyennes et aisées a considérablement réduit leurs possibilités d’accès aux zones les plus denses et les mieux équipées. Une juste mesure du desserrement résidentiel des ouvriers et employés franciliens, en particulier des plus modestes, suppose de prendre aussi en compte une partie des départs vers le proche Bassin parisien : employés, ouvriers et contremaîtres représentaient, en 1990, 59 % des personnes de référence actives venues d’Île-de-France et y conservant leur emploi ; en 1999, ils constituent encore près de la moitié (44 %) des nouveaux installés. Ces flux ne diminuent guère, malgré la baisse sensible de la construction pavillonnaire : comme en Île-de-France, le desserrement périurbain ne s’y appuie pas seulement sur l’offre de logements neufs mais aussi sur la réoccupation de l’habitat rural ancien. Encore faut-il souligner que même lointaine, la propriété pavillonnaire n’est accessible qu’aux plus qualifiés et à ceux dont l’emploi est le plus stable. En témoigne, par exemple, l’écart entre les types de logement et les localisations résidentielles des ouvriers français et étrangers de l’usine Renault de Flins [Guillon, 1988 ; Berger, 2006a].

23Dans le proche Bassin parisien, la concurrence est de plus en plus forte entre les nouveaux arrivants modestes et les ménages appartenant aux professions intermédiaires, de plus en plus nombreux à quitter l’Île-de-France où l’on a peu construit au cours de la dernière décennie. La déconcentration des emplois du pôle parisien, avec, en particulier, la montée en puissance des villes nouvelles, entretient ce mouvement, en réduisant la distance à une gamme d’emplois de plus en plus large. Ainsi, autour des villes nouvelles de Cergy-Pontoise et de Saint-Quentin-en-Yvelines, on peut observer la constitution de ceintures périurbaines et l’émergence d’un dispositif en auréoles attestant de la valorisation des communes les plus proches du pôle urbain, où s’opère progressivement un filtrage social résultant de la hausse des prix fonciers [Berger, 2006b]. Les cadres ont les moyens de rester plus près de la ville nouvelle et d’assumer des coûts de plus en plus élevés du fait de la proximité des emplois, des services et des équipements publics de la ville nouvelle.

24Au cours du dernier quart de siècle, l’évolution des choix résidentiels des ménages franciliens traduit une spécialisation croissante des espaces de résidence. En témoigne la diffusion sélective du modèle d’accession à la propriété pavillonnaire : parmi les couples ayant des enfants, plus d’une famille sur trois est, en 1999, propriétaire d’une maison individuelle, mais si ce modèle est adopté par 4 familles de cadre ou de profession intermédiaire sur 10, il concerne seulement 1 ouvrier ou 1 un employé sur 4. De plus, dans l’agglomération comme dans les espaces péri urbains, ménages aisés et ménages modestes n’accèdent pas aux mêmes localisations. Dans un contexte de forte croissance de leurs effectifs et de hausse des valeurs foncières, les cadres ont renforcé et étendu leurs territoires dans la continuité des belles banlieues de l’ouest et du sud-ouest parisien, alors que les catégories plus modestes ont été plus souvent contraintes à l’éloignement, de part et d’autre des limites de la région. Au-delà de la convergence apparente vers un modèle dominant d’habitat pour les familles ayant des enfants, l’éventail de leurs localisations témoigne de l’inégale capacité des groupes sociaux à maîtriser l’évolution de leurs espaces de résidence et à en assurer, d’une génération à l’autre, la reproduction.

Notes

1 Les entrants venus de province, des DOM-TOM ou de l’étranger ont représenté, entre 1990 et 1999, 1/4 de la mobilité résidentielle en Île-de-France.

2 Les contremaîtres sont particulièrement nombreux dans des métiers qui rendent plus facile, sinon l’auto-construction largement pratiquée dans l’entre-deux-guerres, du moins l’investissement dans le travail terminal d’aménagement, qui permet d’en diminuer les coûts.

3 C’est dans les couples dont la personne de référence appartient aux professions intermédiaires que l’on trouve le plus de conjointes actives, et que leur proportion a le plus progressé entre 1975 et 1999.

4 Elles ont été réalisées en 1989-1990, en collaboration avec J. Brun, avec l’appui du Plan construction et architecture et de la direction régionale de l’INSEE. Elles comportaient aussi un terrain parisien (le quartier Plaisance, dans le 14e arrondissement) et deux terrains en banlieue (Châtillon-sous-Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, et Le Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis). Au total, 1 200 ménages ont été interrogés, dont 400 en Grande couronne.

5 La question s’adressait uniquement aux ménages ayant déclaré qu’ils avaient au départ une idée « très » ou « assez précise » de « l’endroit où [ils voulaient] habiter ». Elle était formulée ainsi : « vous avez cherché effectivement… 1) dans un quartier déterminé. 2) dans une commune de banlieue ou de la périphérie. 3) dans un groupe de communes. 4) dans un petit nombre de quartiers précis. 5) de façon plus générale, dans le centre. 6) de façon plus générale, dans une partie de la banlieue. 7) le long d’un axe de circulation, de transports en commun ? ».

Notes de fin

1 La probabilité conditionnelle est mesurée par le rapport de chances, toutes choses égales par ailleurs.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Logique d’établissement des 1271 répondants selon l’âge
Légende Sources : RGP 1982 (1/4) et 1999 (1/20), fichiers-détail.On cherche à mesurer la probabilité, pour les ménages franciliens, d’être propriétaire d’un pavillon (ou de le devenir), en fonction de différentes caractéristiques individuelles. Les variables retenues dans le modèle sont : la catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence, son âge et le type de ménage (personnes seules, familles monoparentales, couples selon le nombre d’enfants). Le rapport des chances (ou rapport des cotes, odd’s ratio) exprime la chance, pour un ménage, d’être propriétaire d’un pavillon, ou de s’installer dans un pavillon en propriété, comme l’écart de probabilité par rapport à une modalité de référence. Les modalités de référence sont ici : pour la catégorie socioprofessionnelle, celle des cadres ; pour l’âge, les 35-44 ans ; pour le type de ménage, les personnes seules. Par exemple, la chance d’être propriétaire d’un pavillon pour un ménage dont la personne de référence est un employé, est moitié moindre que celle d’un ménage de cadre, toutes choses égales par ailleurs quant au type de ménage et au nombre d’enfants. Celle d’un ménage appartenant aux professions intermédiaires est légèrement supérieure à celle d’un ménage de cadre, mais l’écart se réduit au fil du temps.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 3 - Ménages nouveaux installés en maison individuelle en propriété résidant déjà en Île-de-France au recensement précédent
Légende * non compris les contremaîtres et agents de maîtrise.Sources : RGP 1982 (1/4) et 1999 (1/20).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4992/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 4 – Les types de logements des couples de cadre franciliens âgés de 30 à 49 ans en 1999
Légende Source : RGP 1999 (1/20).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4992/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540