Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élire domicile

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Catherine Bonvalet
, 
Jean-Pierre Lévy

Des choix résidentiels aux modes de vie : les personnes seules et les personnes âgées

Les choix résidentiels des ménages solos des quartiers centraux montréalais

Annick Germain, Cécile Poirier, Martin Alain, Mireille Vézina et Johanne Charbonneau

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les ménages solos connaissent une croissance particulièrement forte dans la métropole québécoise. Le phénomène du vieillissement de la population n’y est sans doute pas étranger mais n’en constitue qu’un aspect. Or, une fois celui-ci mis de côté, on s’aperçoit que les significations sous-tendant ce phénomène semblent mal connues et donnent lieu à des considérations souvent alarmistes inspirées par les statistiques sur les taux de pauvreté des personnes seules [Pampalon et Raymond, 2000]. L’examen des choix résidentiels des personnes qui habitent seules s’avère alors une voie d’analyse particulièrement féconde pour revisiter ce phénomène, en comprendre les divers aspects, au-delà des stéréotypes.

2Quelles logiques et quelles perspectives façonnent les choix résidentiels de ceux qu’on pourrait appeler les solos ? Quelles contraintes pèsent sur leurs choix résidentiels et quelle est la part du quartier ? L’habitat en solo est-il envisagé autrement que comme une transition ?

  • 1 Cette enquête a bénéficié du soutien financier du Conseil de recherche en sciences humaines du Cana (...)

3Telles sont les questions que nous nous proposons de discuter en nous servant des matériaux d’une enquête sur les réseaux sociaux, les trajectoires résidentielles et les modes de vie d’une cinquantaine de personnes habitant seules depuis au moins deux ans dans deux quartiers centraux de Montréal où elles sont particulièrement concentrées1. L’enquête dont les résultats préliminaires sont présentés ici comprenait, en plus des données socio-démographiques habituelles, des informations sur les trajectoires socio-résidentielles et familiales, un inventaire assez exhaustif des réseaux sociaux, ainsi que des données sur leur rapport au logement et au quartier obtenues lors d’entrevues approfondies.

4Nous avons identifié nos interlocuteurs comme des ménages solos pour au moins deux raisons. Nous souhaitions d’abord éviter les terminologies usuelles généralement trop connotées au chapitre de l’isolement ou de la solitude. Une partie de notre enquête montre d’ailleurs très clairement que nos solos ont des réseaux sociaux bien fournis. Ensuite, il nous semblait important de considérer la vie en solo comme un mode d’habitat. Dans la terminologie du recensement canadien, la notion de ménage désigne des personnes ou des groupes occupant le même logement. Aussi distingue-t-on les ménages familiaux (couples avec enfants, couples sans enfant, famille monoparentale), les ménages multifamiliaux et les ménages non familiaux (une personne, deux personnes ou plus, vivant sous un même toit mais qui n’ont pas de liens familiaux). Enfin, outre l’augmentation du nombre de solos [Dagenais, 2006 ; Ogden et Hall, 2000], la réalité croissante des couples non cohabitants renforce ce choix analytique [Levin, 2004 ; Milan et Peters, 2003].

5Après avoir très brièvement présenté les composantes de notre enquête dans le contexte montréalais, on fera le tour des choix résidentiels effectués par nos interlocuteurs, pour ensuite examiner plus particulièrement leur rapport au logement et apprécier le rôle du quartier dans leurs choix résidentiels, compte tenu de l’importance prise par la question du quartier dans leurs commentaires sur leur mode de vie. Nous reviendrons enfin sur la différence que les solos font (ou non) entre vivre seul et habiter seul, et sur le sens que revêt ce choix dans leur trajectoire résidentielle.

1. LES MÉNAGES SOLOS À MONTRÉAL

6Habiter seul est le lot d’un nombre croissant d’individus. Ce mode d’habiter a été plus discuté dans la littérature sur les nouvelles figures du couple, de la famille et du célibat [Bawin-Legros, 2004 ; Roseneil et Budgeon, 2004] que dans celle sur l’habitat où, du reste, il était souvent vu comme le fait de catégories sociales particulières concentrées au centre-ville [Authier, 2001 ; Dansereau, 1988] ou comme une condition temporaire dans un cheminement résidentiel relativement linéaire [Grafmeyer, 1995]. On sait aujourd’hui que les trajectoires résidentielles, ou plutôt les parcours, sont plus complexes, éventuellement ponctués de bifurcations, mais aussi que davantage de personnes semblent s’installer de plus en plus longtemps dans ce mode d’habitat [Chandler et al., 2004]. Au Québec, le phénomène commence à être regardé de plus près car si les ménages solos forment le quart des ménages au Canada et si leur nombre augmente de 15 % tous les 5 ans, cette augmentation est particulièrement forte au Québec [Dagenais, 2006]. Depuis le milieu des années 1980 et particulièrement à Montréal où elle était de 12 % entre 1996 et 2001, cette augmentation atteint les 25 % dans certains arrondissements. La proportion de ménages solos représentait, en 2001, 38 % des ménages montréalais. La particularité du cas montréalais tient à la fois à des facteurs socioculturels (comme les transformations des mentalités et le rejet de la famille traditionnelle dans le sillage de la Révolution Tranquille) et aux caractéristiques du parc résidentiel (coût du logement moins élevé qu’à Toronto ou Vancouver et, dans certains quartiers, abondance de petits logements).

  • 2 Selon Statistique Canada, le seuil de faible revenu désigne un ménage consacrant 20 % de plus que l (...)

7Les personnes vivant dans un ménage formé d’une seule personne présentent quelques caractéristiques différentes de celles vivant dans un ménage familial. Le phénomène des solos est surtout associé à une forte mobilité résidentielle, est davantage le fait de locataires et se retrouve plus souvent dans la catégorie des faibles revenus2. En ce qui concerne leur localisation, les ménages solos ne diffèrent pas de ce que l’on observe dans toutes les grandes villes : ils sont particulièrement nombreux dans le centre-ville (54 %). Mais le phénomène a aussi gagné de nombreux quartiers et même les banlieues : on trouve par exemple 20 % de ménages solos à Brossard, une banlieue essentiellement pavillonnaire familiale de classes moyennes et aisées. On remarquera enfin que les ménages solos se retrouvent dans toutes les tranches d’âge, et pas seulement parmi les aînés.

8Nous avons choisi pour notre enquête d’interroger des personnes de 20 à 65 ans, habitant seules depuis au moins deux ans, dans les deux arrondissements de Montréal où les solos sont les plus nombreux, après celui correspondant au centre-ville : soit dans le Plateau-Mont-Royal où ils forment 53 % des ménages et dans Rosemont - La Petite-Patrie où ils représentent 47 % des ménages.

9Pour situer le profil de notre échantillon (colonne de droite du tableau), nous le comparons à celui des deux arrondissements et à la moyenne montréalaise.

Source : Ville de Montréal, www.ville.montreal.qc.ca/montrealenstatistiques

10Dans notre échantillon, la proportion de propriétaires est sous-représentée, mais la proportion d’universitaires est beaucoup plus élevée que pour l’ensemble de la population et pour les deux arrondissements à l’étude. Ces traits sont cependant caractéristiques de la population générale des solos au Québec [Dagenais, 2006].

11Comme on peut le voir dans le tableau, les deux arrondissements à l’étude présentent des caractéristiques différentes. Le Plateau-Mont-Royal est un arrondissement qui se situe dans le prolongement du centre-ville. Il comprend trois quartiers dont Milton-Parc (petit quartier comptant une forte concentration d’étudiants de l’Université McGill), et le Mile-End (historiquement, un des premiers quartiers d’immigration, possédant encore aujourd’hui une population assez diversifiée). Peu de nos interlocuteurs proviennent cependant de ce quartier. Le troisième quartier, connu depuis longtemps sous le nom de Plateau, est un quartier fortement gentrifié (il fut d’ailleurs un des premiers à l’être), et a été qualifié par le New York Times d’un des quartiers les plus branchés d’Amérique du Nord ! Ancien quartier ouvrier devenu haut lieu de l’effervescence culturelle des années 1960 et 1970, il est nettement moins multiethnique que bon nombre de quartiers montréalais et sa population immigrante est, du reste, largement composée d’immigrants venant de France.

12Le coût des logements y a grimpé de façon très importante dans les années 2000 pendant que les taux d’inoccupation s’effondraient (comme dans le reste de la ville mais de manière plus exacerbée). Ce quartier possède cependant un tissu social encore assez mixte au plan des statuts socioéconomiques, du fait de la population étudiante, d’une présence encore significative d’anciens résidants et de logements sociaux. Le tableau montre d’ailleurs une très forte proportion de populations hautement scolarisées.

13Le second arrondissement, Rosemont - La Petite-Patrie (RPP), est assez différent du premier dont il est pourtant contigu. Possédant une grande superficie, il est composé de secteurs assez disparates : Rosemont est un ancien quartier ouvrier en transformation mais où la population âgée est encore importante, La Petite-Patrie regroupe des populations plus diversifiées, notamment sur le plan ethno-culturel. Pour l’essentiel, nos répondants habitent dans ces deux secteurs (l’arrondissement comprend aussi un nouveau quartier développé sur les friches d’anciennes usines de chemin de fer, ainsi qu’un secteur de petites maisons unifamiliales). Dans l’ensemble, l’arrondissement est nettement moins gentrifié que le Plateau-Mont-Royal, de statut socioéconomique généralement plus modeste (surtout si l’on en retranche le nouveau quartier). On y trouve aussi davantage de populations plus âgées et moins d’universitaires.

14Le parc résidentiel des deux arrondissements est composé essentiellement de logements de type « plex » (bâtiments en rangée, comprenant 2 ou 3 logements superposés, dont le rez-de-chaussée était traditionnellement occupé par le propriétaire), assez typiques des anciens quartiers ouvriers. La construction neuve de type « condominium » (appartements en copropriété divise) a cependant connu un certain essor ces dernières années (voir le chapitre de Damaris Rose) et la proportion de propriétaires augmente de façon significative. Le Plateau-Mont-Royal compte aussi quelques tours résidentielles.

15Les solos sont relativement mobiles mais ne semblent pas l’être plus que les autres montréalais. En moyenne, les solos de notre enquête ont déménagé huit fois depuis le départ de chez leurs parents. Logiquement, cette moyenne varie selon l’âge puisque les répondants les plus âgés ont déménagé en moyenne 11 fois, les plus jeunes en moyenne 5 fois et les 35-48 ans 8 fois. Il n’y a par contre aucune distinction selon le genre, le lieu de résidence. Chaque solo, quel que soit son âge, déménage en moyenne tous les 4 ans, peut-être un peu plus souvent chez les 35-49 ans (3 ans). Il y aurait beaucoup à dire sur les périodes durant lesquelles les solos sont les plus mobiles (est-ce durant des périodes où ils vivent seuls ? Quand ils sont jeunes ?), mais nous nous en tiendrons pour l’instant à ces premiers constats. Avant d’aborder la question du choix du logement proprement dite, il convient également d’évoquer l’évolution de la composition des ménages dans lesquels les solos ont vécu avant l’enquête.

16Concernant l’entrée dans la vie solo, l’arrivée dans le logement occupé lors de l’entrevue est rarement concomitante à un changement de composition du ménage : autrement dit, dans la plupart des cas (33 sur 57), les solos sont déjà solos lorsqu’ils accèdent à leur logement, y compris les plus jeunes. Quand il y a correspondance, c’est d’ailleurs rarement la première fois qu’ils vivent seuls.

  • 3 On se réfère aux proportions de vie adulte plutôt qu’aux durées pour éviter les biais dus à l’âge.

17Les entretiens et les calendriers résidentiels permettent de dessiner quatre profils sur la base du croisement de deux variables : la durée de la dernière période de vie solo et la proportion de vie solo par rapport à la vie adulte depuis le départ du foyer parental3. La plupart des répondants se répartissent dans deux de ces quatre profils : d’une part, ceux pour lesquels la dernière période de vie solo est la plus longue ou qui ont à peu près toujours vécu seuls (26), notamment les jeunes de moins de 35 ans ; et d’autre part, ceux qui ont vécu moins de la moitié de leur vie en solo mais pour lesquels la dernière période est la plus longue (21). Ils ont surtout vécu en couple ou en famille avant de devenir solos. Il s’agit principalement de femmes.

18Dans les deux autres profils, on retrouve ceux qui sont devenus solos récemment et pour lesquels il s’agit d’une expérience nouvelle (7 répondants), qui se distinguent de ceux qui ont surtout vécu seuls mais qui sont redevenus solos récemment (3 répondants).

19Ces différents profils permettent de mieux saisir les choix résidentiels ou plus exactement les circonstances dans lesquelles ces choix sont opérés. Les trajectoires résidentielles sont soumises à des « bifurcations imprévues » [Charbonneau, 1998]. Ainsi, les perceptions diffèrent selon que les répondants ont déjà connu la vie à deux ou en famille, ou seulement la vie solo ou la colocation. De même, le caractère intermittent ou permanent de la vie solo influence ces perceptions.

2. LE CHOIX DU LOGEMENT

  • 4 Immeubles dans lesquels les résidants sont locataires de leur logement mais collectivement propriét (...)

20Parmi les personnes rencontrées, on retrouve une variété de statuts d’occupation. La plupart (46) sont locataires, dont deux dans une HLM et quatre dans une coopérative d’habitation4.

21Seulement 11 sont propriétaires, soit moins que la proportion de propriétaires dans les deux arrondissements (respectivement 22 % et 26 %, cf. Tableau supra). La quasi-totalité de ces propriétaires (10 sur 11) vit sur le Plateau-Mont-Royal. Ce ne sont pas nécessairement les plus fortunés ou les plus âgés ; on les retrouve dans toutes les tranches d’âge, dans toutes les professions et dans toutes les catégories de revenus.

22Notons par ailleurs que plusieurs des solos interrogés ont déjà été propriétaires dans le passé, que ce soit en tant que solos ou dans le cadre d’une vie familiale. Certains le sont encore (5 répondants), tandis que d’autres sont redevenus locataires (12 répondants). Les circonstances qui entourent ces changements sont variées, allant d’événements liés à la vie professionnelle, au choix délibéré de ne plus être propriétaire pour éviter les responsabilités. Il s’agit alors généralement de personnes qui ont déjà acheté en solo. Cependant, les circonstances reliées à l’évolution de la vie conjugale sont les plus fréquentes puisque huit d’entre eux sont redevenus locataires après une séparation.

23Sont-ils devenus solos en même temps qu’ils ont changé de logement ou de statut d’occupation ? Pas tout à fait, et on retrouve là les observations soulevées par Chandler et al. [2004] concernant les différences de genre puisque suite à une séparation, les femmes de notre échantillon sont plus susceptibles de vivre une période de monoparentalité avant de devenir des solos (dans notre échantillon, sept femmes se sont retrouvées à la tête d’une famille monoparentale contre un seul homme).

  • 5 La première lettre désigne le quartier de résidence de l’interlocuteur (Plateau-Mont-Royal ou Rosem (...)

24Très souvent, la rupture et la fin de la vie de famille ou de couple entraînent un « déclassement résidentiel », c’est-à-dire une diminution de la taille et de la qualité du logement, ce qui est plus ou moins bien vécu. « Ah oui. C’est important [d’être bien logé], mais j’ai jamais trouvé ce que j’avais eu. Lorsqu’on n’a pas les moyens… Moi j’adorais ma maison, avec un jardin en arrière, des plantes. » (PF055)

25Cela nous amène à questionner la notion même de choix résidentiel.

2.1 Peut-on « choisir » son logement quand on est seul ?

26Certains répondants mettent en doute systématiquement la possibilité de choisir, tant son logement que son mode de vie, quand on est seul. Si tous ne raisonnent pas exclusivement en termes de contrainte, les stratégies résidentielles et les trajectoires des solos illustrent bien la notion de « choix contraint ». Comme tout ménage, les ménages solos sont amenés à faire des choix résidentiels dans les limites fixées par des contraintes de temps, d’argent, de taille, de localisation, etc. Mais dans leur cas, cette notion de contrainte est très présente, soit dans le choix du logement lui-même, soit dans l’occupation en solo. On peut en effet dire que dans beaucoup de cas, les solos n’ont pas vraiment choisi de vivre seul et auraient préféré vivre en couple (ou le rester).

27Parmi ceux qui sont célibataires, pour lesquels la possibilité de vivre en couple ne se pose pas à court terme, le fait de vivre seul peut aussi être présenté comme un geste lié aux circonstances plutôt qu’un objectif en soi, puisqu’ils ont préféré cette solution à la colocation. « Moi, c’est pas un objectif de vie d’être seul. Je le suis par les circonstances, je m’en porte pas trop mal, mais je suis tout à fait prêt à vivre à deux, à trois ou à quatre. » (RH03)

28De plus, l’une des questions qui nous intéressent ici, au-delà de la perception que les solos ont de pouvoir ou non faire des choix, est celle des stratégies et de la planification du déménagement et de l’entrée dans le logement. Dans les faits, il y a peu de mobilités résidentielles vraiment planifiées ; certains ont même dû trouver un logement dans l’urgence d’une séparation ou d’une reprise de bail. D’autres, par contre, ont soigneusement préparé leur recherche avec des critères précis. Plusieurs disent avoir déménagé pour améliorer leur sort (meilleur prix, meilleur logement), mais rarement pour des raisons de promotion sociale ou de distinction sociale. Cette question du choix, ou de la perception du choix, dépend aussi du marché immobilier, certains estimant même qu’à Montréal, on ne peut plus vraiment choisir son logement du fait de l’augmentation des loyers, en particulier dans les quartiers centraux. « J’ai été je crois une des premières personnes à en ressentir les effets de façon abominable. J’ai cherché des logements très sérieusement pendant trois mois et demi, quatre mois. Je n’en ai pas trouvé. Il n’y avait que des logements à 1 500 $ ou 2 000 $. » (RH05)

29C’est là un des résultats de notre recherche qui démontre que les choix sont fortement contraints par la réalité et les perceptions entourant les montants des loyers et la demande de logements dans chacun des deux arrondissements.

2.2 Un logement accessible

30Les solos rencontrés ne semblaient pas avoir établi de critères précis sur le logement lui-même, ce qui s’explique en partie par les contraintes liées à la situation du marché locatif. Par contre, ils ont presque systématiquement évoqué le montant du loyer et la localisation du logement pour expliquer leur choix. À quelques exceptions près, les solos estiment qu’habiter seul coûte plus cher (même si nombreux sont ceux qui estiment que c’est un prix raisonnable pour avoir la paix). Il est donc crucial de trouver un logement dont le loyer est peu élevé.

31De plus, ils privilégient généralement les déplacements à pied et en transport en commun, tant pour le travail que pour leurs loisirs et leurs courses. Un bon logement est donc un logement accessible financièrement, bien situé par rapport aux axes de transport et proche des commerces et services. « C’est près de tout. Tu peux partir d’ici. Admettons que je vais dîner avec une fille à la place Dupuis ou aux alentours, eh bien je peux descendre à pied. Je peux tout faire à pied ici. » (PF06)

32Ainsi, au-delà de l’accessibilité des biens et des services, c’est toute la question du quartier qui apparaît souvent comme la variable majeure. Parfois même, le quartier, sans avoir été délibérément choisi au départ, devient une variable incontournable dans les projets à venir. Certains mentionnent par exemple ne pas envisager de déménager pour améliorer leurs conditions résidentielles parce qu’ils pensent ne pas pouvoir trouver un autre logement dans le quartier qu’ils ont choisi.

3. HABITER AVANT TOUT UN QUARTIER

33Fort peu font preuve d’indifférence par rapport à leur quartier, ce qui rejoint les conclusions de Jean-Yves Authier sur l’attachement au quartier [Authier, 2005] ; 27 répondants nous disent même avoir choisi le quartier avant le logement (on parle toujours ici du dernier logement). « Je guettais les annonces pour éventuellement déménager dans le quartier » (PH01) ; « Je voulais venir habiter dans le Plateau avant de venir à Montréal » (PH07). Ils avaient entendu parler du quartier du fait de sa réputation, en particulier les résidants du Plateau-Mont-Royal, ou par leurs amis, ou voulaient renouer avec un des lieux de leur jeunesse. Nous parlons bien ici de quartier au sens sociologique du terme, même si nos répondants ont été recrutés dans l’ensemble des arrondissements choisis. Ainsi, pour plusieurs résidants du Plateau, le quartier du Mile-End, pourtant dans l’arrondissement, ne fait pas partie de leur quartier. Un seul nous dit avoir voulu se rapprocher de sa famille. Notons cependant que sept disent n’avoir accordé aucune importance au quartier dans le choix du logement. Peu également n’apprécient pas leur quartier ou ne comprennent pas l’engouement dont il fait l’objet : « Rester dans le Plateau, je ne comprends pas la folie, je ne tiens pas plus que ça à y rester. » (PF04)

34La grande majorité nous parle du quartier de manière fort positive, voire enthousiaste : « C’est un quartier formidable » (RH05) ; « J’adore le quartier » (RH10) ; « Je l’aime tellement ce quartier-là, ça n’a pas de bon sens ! J’aimerais y mourir. J’ai déjà décidé que mes cendres iraient sur le toit de la station Mont-Royal [station de métro]. » (PF16) Une interlocutrice se qualifie de Plateaupithèque (PF01). Cet amour du quartier est parfois le résultat d’une découverte : « C’est un peu Rosemont qui m’a découverte ! J’ai donc cherché un appartement, puis je suis tombée en amour aussi avec le bâtiment. » (RF05) Il est intéressant de noter que la majorité des répondants qui n’aiment pas leur logement, aime par contre le quartier (8 sur 10).

35Ce mode d’habiter s’accompagne rarement d’investissements dans les relations de voisinage, comme l’ont montré d’autres auteurs [Héran, 1987]. Celles-ci se limitent à des salutations et quelques échanges de services. Une exception significative à cet égard : l’habitat dans une coopérative qui nécessite une implication et débouche souvent sur des liens d’amitié (quand ceux-ci ne précèdent pas l’entrée dans la coopérative). Les coopérants estiment d’ailleurs que la formule coopérative convient parfaitement à la condition de solo.

36Certains enfin commencent à remettre leur choix en question, généralement du fait de la très forte hausse du prix des logements ces dernières années ou du succès du quartier qui devient une destination (touristique). « Je suis encore une inconditionnelle mais je me demande si je ne vais pas changer car c’est en train de devenir tellement branché, trendy, c’est en train de perdre son âme. » (PF13)

37Cet attachement au quartier renvoie au fait que le quartier est un des piliers de la vie en solo. En effet, cet attachement est lié, pour la grande majorité de nos solos, à la proximité des services (pouvoir tout faire à pied), plus rarement à celle de leurs amis ou de leur travail, ainsi qu’aux lieux de sociabilité publique (restaurants, cafés, parcs, rues commerciales, équipements collectifs culturels). Plusieurs apprécient la combinaison ambiance (quartier effervescent)/tranquillité (il y a de la verdure).

38Ainsi on peut dire que le quartier prolonge le logement : « Habiter le Plateau, c’est comme ne pas vivre seul. » (PF10) Cependant les deux arrondissements étudiés diffèrent sur cette question, l’un présentant tous les attributs du quartier idéal pour les solos, l’autre se trouvant souvent moins bien doté en lieux de sociabilité publique. Le rapport au quartier apparaît donc central dans la manière dont les solos décrivent leur mode d’habiter.

4. CONSTRUIRE SON MODE D’HABITER

  • 6 Le nombre de pièces est une façon approximative d’identifier la taille d’un logement car on retrouv (...)

39Lorsque nous leur avons demandé de décrire leur logement, nous avons réalisé qu’à la différence de certaines enquêtes françaises [dont celle de Lavigne et Arbet, 1992] beaucoup occupent des logements relativement petits. Environ la moitié occupent des logements de 3 pièces et moins6, le tiers des logements de 4 pièces, et à peine 20 % se retrouvent dans des logements de 5 pièces et plus ou de type loft (une pièce sur une grande superficie). Plusieurs se plaignent d’ailleurs de l’étroitesse de leur logement ou de sa piètre qualité. On peut d’ores et déjà dire que la taille et la qualité des logements varient beaucoup d’un répondant à l’autre. Il faut dire que ces critères ont rarement dominé le processus de choix du logement basé surtout, comme on l’a vu, sur la localisation et le prix du loyer. Pour beaucoup, habiter seul coûte cher, d’autant plus que la plupart ont déjà partagé un logement avec un conjoint (35) ou avec des colocataires qu’ils soient membres de leur famille ou non (44) et donc ont partagé les dépenses liées au logement. Le poids financier de la vie solo n’en est que plus palpable.

40Comme l’avait déjà souligné Kaufmann [1994], vivre seul n’est pas toujours un choix, mais avec le temps, les solos semblent apprivoiser ce mode d’habitat et arrivent à s’y sentir bien, après un certain apprentissage. « Il y a des étapes. Il y a un apprentissage à vivre tout seul, oui. Parce qu’il faut se faire respecter, sa vie. » (PH03) « Ça s’apprend vivre seule parce que des fois c’est des moments déchirants où tu te dis “J’y arriverai pas, y a personne, j’m’ennuie”. » (RF09) On ne peut certes pas écarter le phénomène bien connu dans les enquêtes d’opinion de la tendance à l’autosatisfaction des répondants, en l’occurrence à l’égard de leurs conditions d’habitat, pour renvoyer aux enquêteurs une bonne image de soi. Ce biais était d’autant plus probable qu’ils avaient accepté de nous consacrer plusieurs heures et que le sujet de notre enquête (dont ils avaient pris connaissance, règlement éthique oblige) peut les avoir incités à nous renvoyer une image confortable, voire émancipée de la condition de solo. Mais nous avons quand même été surpris d’entendre la plupart de nos interlocuteurs construire un discours franchement positif sur leur habiter solo.

41Ce discours semble se développer surtout sur le registre de l’autonomie [Dulac, 1993]. « Je pense que ça demande une grande autonomie. Puis c’est sûr, il faut aimer la solitude. Ça donne beaucoup de liberté dans les choses qu’on fait et qu’on sacrifie, ça donne un défi aussi. C’est un mode de vie qui est un peu marginal. » (RF11) Mais son envers n’en est pas moins important : ne pas avoir à négocier les menus faits de la vie quotidienne dans un logement. « Ça me tente pas d’avoir à négocier. Fait que ça m’apporte de la liberté. » (RF07) La seule « fatigue d’être soi » [Ehrenberg, 2000] se manifeste à l’occasion des repas : manger seul est souvent la grande épreuve de la vie en solo.

42Mais le rapport au logement doit être replacé dans un contexte plus large [Leloup, 2000]. Habiter seul peut par exemple fonctionner pour certains comme une chambre de décompression, un lieu de repli où on se protège temporairement des contraintes de la vie sociale. Plusieurs interlocuteurs travaillant dans le domaine des affaires sociales soulignent cet aspect : « C’est sûr que dans mon travail, à l’école, je suis tout le temps avec du monde, je suis en intervention. Mais chez nous, ça fait du bien d’être tout seul. » (RF01)

43Dans la plupart des cas également, être bien logé, se sentir bien dans son logement est donc un moyen non seulement de se protéger de l’environnement trépidant, mais également de combattre la solitude, de la rendre moins pesante. D’ailleurs, ceux qui aiment le plus leur logement y investissent beaucoup. Ce sont surtout des femmes, des résidants de coopératives et des propriétaires. Ils l’aiment autant pour les moments de « rapport à soi » qu’il leur permet de vivre que pour la possibilité d’y développer une vie sociale. Inversement, ceux qui aiment le moins leur logement s’y sentent à l’étroit, ont même parfois honte d’y recevoir des amis, au point de le décrire comme une prison. « Le sentiment profond que j’ai, c’est que le petit logement que j’ai, c’est pas mieux qu’une cellule de prison. » (RH05) La luminosité, l’éclairage, le cachet de même que l’insonorisation sont autant d’éléments qui contribuent à faire que l’on se sente bien et que l’on puisse assumer une vie de solo pas toujours choisie. Cela ne veut pas dire qu’on veut y rester car même parmi ceux qui se sentent bien dans leur logement, plusieurs souhaitent déménager soit dans un autre type de logement, soit dans un autre environnement, à la campagne notamment. Une question reste cependant en suspens : aime-t-on mieux son logement quand on assume sa vie solo ou l’inverse ? Les deux s’auto-alimentent sans doute.

44Pour certains, une des principales raisons qui les amèneraient à déménager serait de rencontrer une personne avec qui partager sa vie. Pour beaucoup cependant, cet engagement, ou ce réengagement, devrait être progressif. Pour d’autres encore, une relation amoureuse ne viendrait pas remettre en question le fait d’habiter seul et devrait se développer en restant chacun chez soi. Cela soulève la question de la vie en solo par rapport à l’habiter solo, question que nous avons d’ailleurs posée en ces termes à nos interlocuteurs. Pour les uns, ces deux éléments sont indissociables (ils habitent seuls parce qu’ils sont célibataires), pour les autres, il n’y a pas de lien. D’ailleurs, ceux qui aiment beaucoup leur logement se retrouvent dans la deuxième catégorie. Mais il faut préciser que plusieurs interlocuteurs sont tout simplement restés perplexes face à la question !

45Par contre, que l’on aime ou non son logement, le rapport au quartier reste une des variables marquantes de l’habiter en solo et se décline à la fois au chapitre de la proximité et de la sociabilité publique. Certaines conditions président cependant à son exercice : outre les possibilités qu’offre le quartier, les ressources financières et de santé (pouvoir marcher !) doivent être au rendez-vous, ainsi que, sans doute, les effets de milieu (la présence de nombreux solos). Mais ceci ouvre une nouvelle série de réflexions sur la place du quartier dans les modes de vie.

Notes

1 Cette enquête a bénéficié du soutien financier du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), dossier n ° 410-2004-0250.

2 Selon Statistique Canada, le seuil de faible revenu désigne un ménage consacrant 20 % de plus que la moyenne générale des ménages pour ses dépenses alimentaires, résidentielles et vestimentaires.

3 On se réfère aux proportions de vie adulte plutôt qu’aux durées pour éviter les biais dus à l’âge.

4 Immeubles dans lesquels les résidants sont locataires de leur logement mais collectivement propriétaires de l’immeuble qu’ils gèrent et entretiennent eux-mêmes.

5 La première lettre désigne le quartier de résidence de l’interlocuteur (Plateau-Mont-Royal ou Rosemont - La Petite-Patrie) et la seconde son sexe (Homme ou Femme).

6 Le nombre de pièces est une façon approximative d’identifier la taille d’un logement car on retrouve dans le parc immobilier une variété de superficies pour un même nombre de pièces.

Table des illustrations

Légende Source : Ville de Montréal, www.ville.montreal.qc.ca/montrealenstatistiques
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteurs

Associée de recherche, Centre de recherche Urbanisation Culture Société de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS-UCS), Montréal, Québec, Canada.

Analyste à Statistique Canada, Ottawa, Ontario, Canada.

Directrice du Centre de recherche Urbanisation Culture Société de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS-UCS), Montréal, Québec, Canada.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site