Version classiqueVersion mobile

Élire domicile

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Catherine Bonvalet
, 
Jean-Pierre Lévy

Arbitrages

Pendulaires ou bi-résidentiels en Suisse : un choix de vie ?

Vincent Kaufmann

Texte intégral

INTRODUCTION

1« L’ancrage dans le quartier et la mobilité urbaine, loin de constituer deux modes opposés d’habiter en ville, fonctionnent de pair », relèvent Jean-Yves Authier et Jean-Pierre Lévy [2002] ; pourtant, dans la littérature scientifique, les analyses de la mobilité quotidienne et celles de la dynamique des parcours résidentiels restent encore trop souvent attachées à des traditions de recherche qui, au mieux, s’ignorent. Dans le présent article, nous proposons d’explorer ces liens à partir d’un terrain très spécifique, celui des pendulaires de longue distance et des bi-résidentiels pour le motif travail en Suisse. Basée sur 21 entretiens non directifs, cette exploration permettra d’aborder les formes d’ancrages résidentiels de ces populations et leurs déterminants au plan des réseaux sociaux et de l’attachement aux lieux. L’objectif de cette analyse sera tout d’abord de comprendre ce qui préside aux choix résidentiels respectivement des pendulaires de longue distance et des bi-résidentiels, puis de décrire ce qui différencie ces deux manières d’habiter.

2L’article se compose de cinq parties. Dans une première partie, nous explorons l’émergence des deux formes hybrides de déplacement retenues, qui ne sont ni strictement de la mobilité quotidienne, ni de la mobilité résidentielle. Dans une deuxième partie, nous présenterons les principales caractéristiques du contexte helvétique, contexte qui favorise à divers titres le développement de la pendularité de longue distance et la bi-résidentialité. Dans une troisième partie, nous tenterons de quantifier le phénomène étudié à partir des données des recensements fédéraux de la population de 1970, 1980, 1990 et 2000. La quatrième partie présente l’échantillon qualitatif et les principaux résultats ; quant à la cinquième et dernière partie, elle sera consacrée à un retour sur la question de l’habiter en montrant comment la pendularité et la bi-résidence produisent de véritables systèmes résidentiels qui, pour reprendre l’expression de Daniel Pinson [1988], à bien des titres s’opposent.

1. UNE MOBILITÉ QUI TRADUIT UNE TRANSFORMATION DU RAPPORT À L’ESPACE ET AU TEMPS

3La classique distinction entre la mobilité quotidienne renvoyant aux déplacements réalisés au sein d’une aire urbaine dans le cadre de la vie quotidienne et la mobilité résidentielle comme un parcours se construisant au fil du cycle de vie est chahutée par le développement de formes de déplacement hybrides, comme la pendularité de longue distance dans les pays caractérisés par une organisation spatiale multipolaire (l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, la Suisse) et la bi-résidentialité, c’est-à-dire le fait d’habiter dans deux logements distants de plusieurs centaines de kilomètres [Pierre, 2006]. Ces pratiques nouvelles ont pu se développer en s’adossant aux potentiels de vitesse procurés par les systèmes techniques de transport et de communication. Au fur et à mesure de leur développement et de leur démocratisation, la mobilité que permettent ces systèmes techniques a été largement pratiquée [Wittel, 2001], du fait d’un certain nombre de changements sociaux comme la bi-activité au sein des ménages, la montée en puissance des activités de loisirs ou encore la précarisation et la flexibilisation de l’emploi [Schneider et al., 2002 ; Hofmeister, 2003]. Ces changements rendent la capacité à être mobile de plus en plus importante comme ressource de l’insertion sociale : pour se localiser résidentiellement lorsque deux actifs d’un ménage ne travaillent pas dans la même agglomération [Holmes, 2004 ; Walby, 1997], pour organiser des programmes d’activités quotidiens complexes (comprenant par exemple du travail, des loisirs, de l’accompagnement d’enfants), pour accéder au marché de l’emploi dans un contexte de montée du chômage et de multiplication des contrats à durée déterminée (CDD), ou encore pour répondre à la demande croissante de voyages professionnels de courte durée que connaît le monde du travail.

4L’émergence des formes hybrides de déplacement peut être lue dans un phénomène plus vaste de substitution des formes les plus irréversibles de mobilité (migration, mobilité résidentielle) vers des formes plus réversibles (mobilité quotidienne, voyage). C’est par exemple le cas de l’usage des potentiels de vitesse procurés par les transports rapides pour vivre loin de son lieu de travail et éviter de déménager [Schneider et al., 2002] ou les différentes formes de multi-résidentialité lorsque la distance n’est malgré tout pas annulable au quotidien [Meissonnier, 2001]. Cette substitution traduit une transformation des temporalités du long terme vers le court terme. Surtout, elle correspond à une modification de l’impact de la mobilité sur les relations sociales [Flamm, 2004]. En voyageant plutôt qu’en migrant, en pendulant plutôt qu’en déménageant, les réseaux et ancrages sociaux peuvent être plus facilement maintenus [Larsen et al., 2005].

5La possibilité de maintenir des liens forts avec le milieu d’origine traduit aussi une réversibilisation des formes de déplacement elles-mêmes. Des migrants peuvent par exemple rester en contact avec leur famille ou leurs amis par l’intermédiaire du téléphone ou de la messagerie électronique [Stimson and Minnery, 1998 ; Kesselring, 2005]. Ainsi, migrer n’implique plus une coupure nette, d’autant plus que les moyens de transport rapides permettent facilement de rendre visite au migrant ou à ce dernier de voyager, ce qui se traduit par le développement de formes spécifiques de capital social.

6La littérature sur la composition du capital social différencie deux types de liens : les liens forts et les liens faibles [Granovetter, 1982]. Ces deux types de liens permettent de dessiner trois types de capital social : un capital fondé sur les liens forts (chaîne), un capital fondé sur les liens faibles (pont), et un capital combinant ces deux types de liens (chaîne-pont) [Widmer, 2006]. Si la littérature scientifique est assez peu diserte sur les liens qui unissent le capital social et l’espace, elle permet néanmoins d’affirmer que les formes de déplacement hybrides sur lesquelles nous travaillons sont associées à la prégnance de types de capital social particuliers. Ainsi, les pendulaires de longue distance sont souvent porteurs d’un capital social de type « chaîne », tandis que les migrants ont un capital social « pont » particulièrement développé, et donc une grande capacité à se déraciner/enraciner [Cass et al., 2003].

7Ainsi, la résidentialité se construit non seulement à partir d’ancrages, mais aussi à partir des réseaux sociaux et autres dynamiques de fonctionnements familiaux. Se pose dès lors une question : les formes hybrides de déplacement comme la bi-résidentialité et la pendularité de longue distance ne sont-elles pas le produit des types de capital social face à un élargissement des possibles en matière d’affranchissement des distances ? La littérature oppose implicitement pendularité de longue distance et bi-résidentialité en termes d’ancrages résidentiels. C’est précisément ce que nous proposons de tester.

2. LA SUISSE COMME TERRAIN

8Pour étudier les ancrages résidentiels des pratiques hybrides de mobilité, la Suisse, comme terrain, présente un double intérêt méthodologique : 1) compte tenu de la structure spatiale du pays et de son système de transport, il y a souvent une possibilité de « choix » entre bi-résidence et pendularité de longue distance ; 2) en matière de mobilité spatiale, la Suisse se caractérise par des spécificités qui entraînent des échanges pendulaires très soutenus entre agglomérations urbaines.

9La Suisse est un petit pays composé de 23 cantons disposant d’une forte autonomie. Ainsi, des domaines comme la politique d’aide sociale, le système, les programmes et les horaires scolaires ou la fiscalité relèvent de prérogatives cantonales. La petite échelle à laquelle se construit ce fédéralisme et l’armature urbaine de la Suisse (qui se caractérise par un réseau d’agglomérations distantes de 30 à 100 km) ont pour conséquence de rendre les populations résidentiellement assez sédentaires. En Suisse, déménager dans un autre canton suppose de facto de changer d’environnement institutionnel et législatif, de système scolaire et de taux d’imposition fiscaux. Dans ce contexte, les bassins d’emplois s’étalent au-delà des frontières cantonales et les actifs déménagent de moins en moins lorsqu’ils ont un emploi dans un autre canton. L’incitation à la sédentarité résidentielle est soutenue par le système ferroviaire. Outre un réseau autoroutier très dense, le pays dispose d’un réseau ferroviaire de 5 200 km environ, composé d’un réseau national exploité par les CFF et offrant un haut niveau de service dans les relations entre les centres urbains. Cadencé à la demi-heure, le réseau InterCity et InterRegio offre une bonne ergonomie du temps de déplacement, par des voitures bar/restaurant ainsi que des espaces de travail équipés de tables et de prises. En outre, des abonnements de libre circulation sur l’ensemble des réseaux de transports publics en Suisse rendent l’utilisation de ce moyen de transport économiquement avantageux par rapport à l’utilisation de l’automobile pour aller travailler sur des parcours entre agglomérations.

10Ces ingrédients ont pour conséquence commune que la pendularité de longue distance et la bi-résidentialité se sont fortement développées ces dernières décennies autour du transport ferroviaire en Suisse. Ceci est encore renforcé par un processus de métropolisation qui entraîne une focalisation de la création d’emplois dans les régions urbaines de Zurich, Genève et Bâle.

Carte – Agglomérations suisses, 2000

Carte – Agglomérations suisses, 2000

3. QUANTIFICATION DE L’ÉMERGENCE

11Avant de présenter les résultats de l’analyse qualitative réalisée auprès de pratiquants de la pendularité de longue distance ou de la multi-résidentialité, tentons une quantification de ces pratiques et de leur évolution.

12En Suisse, le recensement de la population est la source la plus riche en matière de données de flux spatialisés désagrégés ; il permet en particulier de décrire les déplacements entre le domicile principal et le lieu de travail ou le lieu de formation. La mesure de la pendularité de longue distance ou de la bi-résidentialité reste cependant partielle avec ces données. Les répondants bi-résidentiels déclarant un domicile principal dans l’agglomération de leur lieu de travail ne sont pas pris en considération, tout comme ceux qui travaillent « officiellement » dans l’agglomération de leur domicile, mais qui passent systématiquement une partie de la semaine dans une autre agglomération, au siège de la société par exemple, ce qui est courant dans le secteur bancaire notamment.

13Les recensements harmonisés de 1970 à 2000 montrent en général qu’au cours des trois dernières décennies les trajets pendulaires se développent sur des distances toujours croissantes, à une vitesse moyenne toujours plus grande et sur des trajets davantage orientés vers les grandes agglomérations.

14L’évolution de la pendularité de longue distance et de la bi-résidentialité peut être observée le plus facilement entre les grandes agglomérations. Pour l’analyse, nous avons retenu deux couples de relations se caractérisant par des distances de centre à centre différentes : Genève – Lausanne : 65 km, Berne – Zurich : 140 km. Les résultats amènent les commentaires suivants :

  • le segment de la pendularité est en très forte croissance, puisqu’un doublement en chiffres absolus des pendulaires s’est opéré dans chaque période intercensitaire pour chaque couple d’agglomérations ;

  • la distance joue manifestement un rôle dans l’intensité des échanges. En 2000 par exemple, on compte plus de 2 300 personnes actives en échange entre les agglomérations de Berne et Zurich, contre plus de 11 000 entre Genève et Lausanne ;

  • les échanges entre les agglomérations sont très fortement tournés vers l’utilisation du train, dont la part modale atteint 75 % entre Berne et Zurich. Relevons là aussi un effet probable de la distance : entre Genève et Lausanne, la part des transports en commun est plus faible (entre 40 % et 50 % suivant le sens), car l’automobile reste compétitive en prix et en fatigue sur des distances de l’ordre de 60 km.

15Ces chiffres très partiels montrent, si cela s’avérait nécessaire, que la pendularité de longue distance et la bi-résidentialité liée au travail ne sont pas en Suisse une quantité négligeable : en forte croissance, elles concernent entre 5 % et 7 % de la population.

4. LES ENTRETIENS ET LEUR ANALYSE

16Pour approfondir empiriquement les ressorts des ancrages résidentiels des pendulaires de longue distance et des bi-résidentiels liés au travail, 21 entretiens exploratoires en profondeur ont été réalisés entre l’automne 2004 et le printemps 2006. L’enquête concerne uniquement des personnes résidant et travaillant en Suisse. Elle a été conduite sur les échanges entre les grandes agglomérations de Bâle, Berne, Genève, Lausanne et Zurich et leurs arrière-pays respectifs. L’échantillon a été construit selon une procédure de type boule de neige, de « proche en proche », à partir de contacts dans les cinq agglomérations étudiées. D’une durée comprise entre 1h et 1h30, les entretiens ont été réalisés à domicile, dans des lieux publics, ou dans certains cas lors d’un trajet pendulaire. Enregistrés, ils ont ensuite été retranscrits.

17Le tableau ci-après présente le profil des enquêtés. Il indique une forte sur-représentation des couples sans enfant (11 sur 21 interviewés), malgré une volonté de notre part de panacher au maximum les profils en matière de composition du ménage. Relevons en revanche une certaine hétérogénéité des catégories socioprofessionnelles, puisqu’un quart de l’échantillon est composé d’employés qualifiés et non-qualifiés. Relevons aussi la présence des femmes – 10 personnes sur 21 – voulue dans la construction de l’échantillon, mais qui n’a pas été difficile à assurer.

18D’emblée, l’examen des entretiens amène à une série d’observations générales sur les éléments décisifs ayant entraîné le choix de l’une ou l’autre des pratiques hybrides de déplacement que nous étudions.

19Le premier point à mentionner rassemble les deux formes de mobilité hybrides que nous comparons. Leur choix, plutôt qu’un déménagement, est généralement motivé par des considérations relatives au travail. Dans les entretiens réalisés, deux déterminants de cet ordre apparaissent comme centraux : la bi-activité dans le couple et la précarité de l’emploi, l’importance de ces deux facteurs étant, semble-t-il, renforcée par la présence d’enfants. Ce premier résultat fait largement écho à la littérature scientifique précédemment mentionnée.

20Le deuxième aspect concerne aussi les deux formes de déplacement comparées, mais d’une manière spécifique : du point de vue des personnes interrogées, la flexibilité horaire est une condition sine qua non pour être pendulaire de longue distance ou bi-résidentiel.

21Chez les pendulaires de longue distance, la plupart des personnes interrogées estiment que des horaires flexibles, ainsi que la reconnaissance par les employeurs des heures consacrées au travail durant les déplacements, sont indispensables pour que ces déplacements soient praticables au quotidien. Lukretia, Adrian et Stefan, par exemple, ont dans des domaines professionnels différents, une organisation par délais à respecter et non des heures de travail à horaires fixes à réaliser. Cette nécessaire flexibilité des horaires est associée chez la plupart des répondants à une forte aptitude à travailler dans des espaces publics et des moyens de transport.

22Chez les bi-résidentiels, l’importance de la flexibilité est de nature différente : elle consiste à avoir réussi à négocier, soit de pouvoir travailler à domicile des jours entiers en étant connectés via Internet et téléphone mobile, soit de pouvoir concentrer leurs heures hebdomadaires sur trois ou quatre jours.

23Troisième constat général : les mobilités hybrides sont tantôt recherchées, tantôt subies. Lorsqu’elles sont recherchées, la pendularité de longue distance ou la bi-résidentialité liée au travail sont souvent motivées par une volonté d’articuler la vie en ville et à la campagne, habitat individuel et appartement de centre-ville. Il ne s’agit plus de choisir l’un ou l’autre, mais de vivre les deux, au quotidien. C’est ainsi, par exemple, que François déclare : « J’habite dans un village. J’apprécie la tranquillité de la campagne et le fait d’habiter une maison individuelle, cela contrebalance largement les temps de trajet importants pour aller travailler ».

24Lorsqu’elles sont perçues comme subies, la pratique de la pendularité de longue distance et la bi-résidentialité sont choisies car elles sont apparues aux répondants comme étant la moins mauvaise solution compte tenu d’un univers de contraintes dans lequel ils se trouvent pris. Le plus souvent, c’est la bi-activité au sein d’un couple ou d’une famille qui constitue le corps de l’univers de contraintes. Une fois encore, le choix de la pendularité et celui de la bi-résidence se distinguent. Parmi les personnes interrogées, le choix de la pendularité est souvent motivé par le refus du living apart together, le choix de la bi-résidence est quant à lui le reflet d’une volonté de concentrer l’univers du travail sur peu de jours afin d’être disponible pour des activités de loisirs et/ou en famille le reste du temps.

Profil des personnes interviewées

Profil des personnes interviewées

5. PENDULAIRE DE LONGUE DISTANCE OU BI-RÉSIDENTIEL ? UNE QUESTION D’ATTACHES SOCIALES ET SPATIALES

25Déjà dans ces observations générales, les attaches sociales et/ou spatiales apparaissent des éléments parfois décisifs dans les arrangements résidentiels adoptés. En approfondissant l’analyse, il apparaît que les deux pratiques que nous étudions se distinguent clairement, voire s’opposent, en matière d’attachement à des lieux et de réseaux sociaux.

5.1 Les pendulaires de longue distance : des sédentaires

26La pendularité de longue distance est un choix effectué par des répondants fortement ancrés dans leur lieu de résidence, soit à cause d’un capital social de type « chaîne » localisé dans l’agglomération de résidence, soit à cause de l’attachement à un logement, un quartier ou une agglomération.

27Le cas Sonia est tout à fait typique d’un capital social de type « chaîne » dans la ville d’origine. Sonia travaille dans une entreprise dont le siège a été déplacé de Bâle à la banlieue de Berne et c’est ainsi qu’elle est devenue pendulaire de longue distance : « Originaire de Bâle, j’y réside depuis toujours et c’est là que se situe mon cercle de connaissances. Pour cette raison, je n’envisage en aucun cas de déménager pour me rapprocher de mon lieu de travail ».

28De la même manière, le cas Aïcha obéit à la même logique : « Je suis restée à mon domicile actuel pour continuer à vivre avec mes parents et mes frères et sœurs. Je suis très attachée à ces liens familiaux ».

29Pour les personnes porteuses de liens sociaux forts et/ou de fonctionnements familiaux fusionnels, ces attaches sociales sont décisives dans le choix de la pendularité.

30L’attachement à un espace « d’origine » est apparu, indépendamment des relations sociales, comme un facteur susceptible d’entraîner une pratique de pendularité de longue distance. Cet attachement peut concerner un logement, dont on est alors souvent propriétaire, mais il peut aussi être relatif à un quartier, soit des ambiances ou une réputation ; nous l’avons enfin rencontré à l’égard d’une localité, pour sa forme ou sa culture locale.

31Christine est par exemple très attachée à sa maison, une ferme qu’elle a refaite elle-même. Elle explique sa pendularité de longue distance par cet attachement : « La maison que j’habite, je l’ai entièrement retapée moi-même. C’est une ancienne ferme typique du Gros de Vaud. Quitte à faire deux heures de transport par jour, je veux y vivre ».

32Alexandre est fortement ancré dans un vieux quartier genevois, il est typique d’un attachement à un lieu à la « madeleine de Proust » : « Je suis attaché au quartier de Plainpalais, où j’ai grandi. Je n’ai plus beaucoup de connaissances dans le quartier car je l’ai quitté pendant des années… Par contre j’y ai plein de souvenirs… »

33Les pendulaires de longue distance apparaissent en fait comme des sédentaires résidentiels ; des personnes aux attaches sociales et/ou spatiales fortement localisées et qui ne souhaitent pas s’arracher à cette fixité. Les pendulaires de longue distance acceptent un travail pour autant qu’il soit possible de ne pas déménager. Les potentiels de vitesse procurés par les systèmes de transport leur permettent donc d’assurer leur sédentarité ; en ce sens, ils vivent le franchissement de l’espace géographique comme une manière d’annuler la distance, de la rendre réversible.

5.2 Les bi-résidentiels : des personnes mobiles

34Les répondants ayant fait le choix de la bi-résidentialité développent des systèmes résidentiels dans lesquels les réseaux sociaux et/ou l’attachement aux lieux sont multiples.

35Nous avons tout d’abord pu observer que la bi-résidence est un mode d’habiter recherché au nom d’une spécialisation spatiale de la vie quotidienne et des réseaux sociaux. Ce cas de figure multiplie le champ du possible des sociabilités, tout en maintenant des frontières assez franches entre des cercles de relations sociales. Il s’agit bien souvent de personnes porteuses de capital social « pont » et/ou de personnes ayant un fonctionnement familial très ouvert sur l’extérieur.

36Parmi les personnes interrogées, Véronique ou Moreno sont typiques de cette situation : ils sont parvenus à tisser des relations sociales dans la ville de leur second domicile. Ils valorisent d’autant plus ces relations qu’elles permettent la découverte d’une autre culture et la pratique d’une autre langue, l’allemand en l’occurrence dans les deux cas.

37Mentionnons que cette bi-résidentialité avec une volonté de bi-ancrage social se traduit par l’abandon d’un certain nombre de relations sociales antérieures, abandon qui n’est généralement pas regretté. La question que l’on peut se poser par rapport à cette pratique est de se demander dans quelle mesure elle n’est pas transitoire vers un déménagement dans la ville où est situé le lieu de travail. Certains parmi les interviewés disent d’ailleurs être de plus en plus attachés à la vie dans la ville de leur travail.

38Nous avons aussi rencontré des personnes ayant choisi la bi-résidentialité pour cause de multi-appartenances spatiales. Dans nos interviews, nous avons repéré ce cas de figure chez des personnes originaires d’une région de montagne et qui y ont gardé un pied-à-terre, à l’instar de Massimo, et parmi des propriétaires de résidences secondaires qui y ont tissé de tels liens sociaux qu’ils se sentent désormais du lieu et sont devenus bi-résidentiels pour cette raison. Le rapport à l’espace de ces personnes se caractérise par une récursivité par laquelle les expériences de mobilité laissent derrière elles des réseaux sociaux ou des attaches locales, y compris identitaires.

CONCLUSION

39Alors que tout semble a priori rapprocher la pendularité de longue distance et la bi-résidence liée au travail, force est de constater que ces deux manières d’habiter s’opposent à plusieurs titres.

40Ces mobilités hybrides mobilisent tout d’abord des compétences spécifiques de la part des acteurs : celle d’habiter les espaces du transport en y déployant des usages du temps assez denses chez les pendulaires de longue distance, et l’aptitude à la multi-spatialité des ancrages chez les birésidentiels. Dans les deux cas de figure, relevons cependant que des objets comme le téléphone mobile et l’ordinateur portable sont centraux dans le choix résidentiel adopté : sans eux il serait considéré par bien des répondants comme étant non praticable au quotidien.

41Mentionnons ensuite que ces choix résidentiels renvoient à des fonctionnements de couples et/ou familiaux assez différents. Les pendulaires de longue distance envisagent difficilement de passer régulièrement des nuits loin de leur conjoint et de leurs enfants, ce qui motive leur choix résidentiel. Les bi-résidentiels, au contraire, valorisent les absences au titre de living apart together, ou de spécialisation spatiale des sphères d’activités de la vie quotidienne.

42Mentionnons enfin que ces deux formes de mobilités hybrides dessinent des rapports à l’espace assez fortement différenciés, de véritables systèmes résidentiels associés à la fois au type de capital social et aux attaches à des lieux. À partir des entretiens exploratoires, deux rapports à l’espace ont pu être identifiés :

  • une logique de « réversibilité » de l’espace où le maintien d’un réseau social fortement ancré localement s’accompagne d’une volonté d’annuler le plus possible les effets des déplacements sur l’insertion sociale. Ce premier comportement conduit à une grande sédentarité résidentielle se traduisant en particulier par le choix de la pendularité de longue distance. Le système résidentiel reste alors fortement localisé et le réseau social ne s’enrichit que très marginalement au fil des expériences de déplacement.

  • une logique de « récursivité » de l’espace où chaque expérience de mobilité spatiale enrichit le réseau social de l’acteur considéré par agrégation. L’ancrage social est dès lors spatialement multiple. La mobilité permet de tisser de nouvelles relations et de construire un système résidentiel multipolaire. Nous avons repéré cette logique chez certains bi-résidentiels qui ont développé des attaches dans les lieux où ils ont successivement vécu, attaches qu’ils actualisent à la fois par la pratique des lieux et un capital social « pont ».

Table des illustrations

Titre Carte – Agglomérations suisses, 2000
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Profil des personnes interviewées
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search