Version classiqueVersion mobile

Élire domicile

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Catherine Bonvalet
, 
Jean-Pierre Lévy

Entre choix et contraintes : la diversité des parcours résidentiels

Enracinement, migrations, choix résidentiels en Italie

Marco Bottai et Nicola Salvati

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Il faut toutefois observer que l’étude des mécanismes migratoires, fondée sur les données officiell (...)

1La question des choix résidentiels peut être abordée à travers trois aspects de la mobilité. Le premier est celui de la mobilité spatiale et des migrations. C’est certainement l’aspect le plus étudié concernant les relations entre l’homme et le territoire et celui pour lequel de nombreuses informations sont disponibles, même si ces données comportent un certain nombre de limites1. Le deuxième concerne la mobilité journalière, l’usage quotidien de l’espace. Les déplacements effectués chaque jour avec une fréquence diversifiée dessinent autour du lieu de résidence une sorte de réseau qui identifie son espace de vie. L’ampleur et l’intensité croissante de l’espace de vie, non seulement ont des conséquences visibles sur l’environnement mais atténuent le caractère réducteur du lieu de résidence trop souvent considéré comme point fixe dans toutes les analyses et modifient profondément les critères des choix résidentiels. La localisation du lieu de résidence avait traditionnellement pour objectif de réduire la distance domicile-travail. Dans le monde contemporain, ce rapprochement apparaît dépassé. D’une part, les familles comportent de plus en plus fréquemment plusieurs actifs qui travaillent à des endroits différents et souvent éloignés géographiquement. D’autre part, le temps consacré au travail diminue laissant plus de disponibilités pour d’autres activités (shopping, sport, relations sociales, loisirs) et les sujets multiplient les repères géographiques. Avec le développement extraordinaire des moyens de transport, l’espace de vie s’est donc intensifié et dilaté. Les critères de choix de localisation ne peuvent plus se réduire au seul lieu de travail et sont multiples dans la mesure où ils intègrent les différents lieux (travail des conjoints, proximité famille, équipements sportifs, commerces…).

  • 2 Dans notre étude nous avons dédié une section à la reconstruction de tous les déplacements effectué (...)

2Les transports ont radicalement transformé les rapports entre mobilité résidentielle et mobilité quotidienne, cette dernière pouvant éviter, concurrencer, compléter la mobilité résidentielle. C’est la raison pour laquelle il nous a semblé indispensable d’étudier conjointement dans notre enquête les deux mobilités2.

3Enfin il existe une troisième dimension dans le rapport entre l’individu et le territoire qui mérite attention. On pourrait l’appeler immobilité ou inertie : c’est le lien avec les lieux, comme milieu physique et comme système social. Liens et rapports affectifs au lieu de résidence, enracinement, inertie à la mobilité, perception de ses coûts, limitent la mobilité géographique, mais aussi dans une moindre mesure la mobilité quotidienne. On a tenté d’évaluer cette dimension à travers une série de questions qualitatives. Certaines de ces questions sont directes, d’autres interrogent le lieu et le logement idéal (à partir desquelles on peut essayer de déduire si le lieu de résidence est celui qu’on préfère ou lui ressemble) ; d’autres encore s’intéressent aux perspectives et aux rêves résidentiels.

4De nombreux travaux ont souligné la nécessité de replacer l’analyse des différentes mobilités dans leur contexte biographique, que ce soit des travaux méthodologiques comme ceux de Daniel Courgeau et d’Éva Lelièvre [1989] ou des recherches appliquées [Baccaïni, 1997 ; Bonvalet et al., 1993]. Cependant il est important de souligner ici que les déplacements géographiques doivent être resitués dans la perspective du cycle de vie familiale. En effet, beaucoup de choix qui sont traditionnellement étudiés comme comportements individuels, sont en réalité des choix collectifs, résultats de négociations entre les différents membres de la famille. Les décisions de mobilité, les choix de localisation et de logement par exemple sont réduits à la suite de simplifications abusives à de simples choix individuels. De même les décisions de fécondité (nombre d’enfants, calendrier des naissances), de consommation et de loisirs sont le fruit des arbitrages au sein des couples tout comme les pratiques spatiales quotidiennes, la composition du réseau familial et social.

5Le problème actuellement est de savoir quel est le groupe le plus pertinent au niveau duquel un certain nombre de décisions sont prises. En effet, depuis une vingtaine d’années, la famille, cette entité d’agrégation sociale moléculaire, devient toujours plus fluide et ses contours plus flous. Il n’y a pas longtemps – une génération ou guère plus – la famille se créait presque exclusivement avec le mariage de deux jeunes issus de familles respectives et disparaissait avec la mort ou le retour du conjoint survivant chez un enfant. La famille était un objet d’étude assez défini et son existence était ponctuée par des événements traditionnels : peu de changements de lieu de travail de l’unique pourvoyeur de ressources, peu de changements de résidence, la naissance et l’émancipation des enfants. Aujourd’hui, au contraire, la famille est une institution beaucoup moins codifiée et stable dans le temps. À coté des formes classiques, de nouvelles formes familiales apparaissent : les familles se transforment au cours du temps avec des périodes de transition (comme la mise en couple ou la séparation) et des périodes plus stables (vie en couple, familles nucléaires) dont la durée reste parfois incertaine. Cependant ces changements ne diminuent aucunement l’intérêt d’une étude du cycle de vie familiale et l’analyse des biographies des individus en tant que membres d’un ménage et d’une famille étendue.

6Ce chapitre a pour objectif d’étudier les choix résidentiels des ménages italiens à partir d’une enquête effectuée en 2003-2004. Après avoir présenté l’enquête, nous retracerons le contexte urbain dans lequel s’effectuent les choix résidentiels des ménages en Italie, puis nous analyserons à partir des réponses les critères qui sont intervenus dans les décisions pour conclure sur l’importance de différents facteurs dans l’analyse biographique des parcours.

1. LES DONNÉES

1.1. L’enquête HHH

7Cette enquête avait pour objectif général d’analyser le rapport entre l’individu et l’espace à travers le parcours résidentiel, la mobilité quotidienne et l’attachement au territoire. En pratique l’enquête et le questionnaire qui en est l’expression se développent à partir de ces trois thèmes spécifiques ; chacun étudie un aspect particulier de cette relation complexe entre humus et humanus.

8L’enquête comprend donc trois parties :

  • La première concerne les questions relatives aux sentiments d’appartenance à un territoire (allant du quartier au monde en général, en passant par l’Europe, l’Italie et la commune de résidence), la situation actuelle (usage du quartier, inconvénients du logement) et les perspectives résidentielles (en distinguant la part de rêve du projet élaboré).

  • La deuxième traite de la mobilité quotidienne de manière très innovante. Tous les déplacements quotidiens effectués lors d’une journée de référence par chaque membre du ménage sont recensés. Pour chaque déplacement sont demandés la destination, le motif, le mode de transport, la durée du parcours et les personnes accompagnantes ou accompagnées.

  • La troisième partie est un questionnaire biographique qui retrace les différents parcours familial, professionnel et résidentiel.

9La collecte a été effectuée entre l’automne 2003 et le printemps 2004 auprès de 1 820 habitants résidant dans 80 communes de la Toscane, des Pouilles et de la Sicile : 812 entrevues ont été réalisées en Toscane, 504 dans les Pouilles et 504 en Sicile. Les personnes interrogées ont été choisies de façon aléatoire parmi deux groupes d’âge : les 30-39 ans (nés entre 1964 et 1973), les 55-64 ans (nés entre 1939 et 1948). Le choix de deux groupes à un intervalle de 25 ans permet de comparer les pratiques de l’espace d’une génération de « pères » avec la génération de leurs « fils ».

1.2. L’échantillonnage

10Afin de sélectionner l’échantillon, la population-objectif a été stratifiée par typologie de lieu de résidence et par âge. La typologie de lieu de résidence a été déterminée à partir d’une analyse cluster des municipalités du territoire d’étude sur la base de variables de type démographique, économique et social [Cortesi et al., 2005]. Les treize types de municipalités ont généré une stratification proportionnelle de l’échantillon. Aux termes de l’analyse, l’échantillon permet des estimations fiables au niveau de la répartition en : municipalités urbaines (U), municipalités semi-urbaines (SU), et municipalités non urbaines (NU).

11À l’intérieur de chaque stratification on a choisi avec une probabilité proportionnelle à l’importance de la commune (poids démographique et économique) un sous-ensemble des communes appartenant à la stratification elle-même. Les communes sélectionnées sont de 80 au total : 30 en Toscane, 24 dans les Pouilles et 26 en Sicile.

12Au sein de ces communes, on a ensuite procédé à un tirage aléatoire d’individus à partir des listes électorales et des registres communaux. Le nombre d’enquêtés dans les strates est proportionnel à la population des résidants de ces dernières, compris dans les classes d’âge choisies, en tenant aussi compte de la distribution par sexe des résidants.

Tableau 1 – Distribution de l’échantillon dans les strates

Type de commune

Classe d’âge
30-39

Classe d’âge

55-64

Total

Nombre de communes

Urbain

518

399

917

23

Semi-urbain

438

318

756

39

Non urbain

76

71

147

18

Total

1032

788

1820

80

13Pour chaque sous-ensemble déterminé selon le croisement des variables (région – classe d’âge – type de commune) les interviews ont été équitablement distribuées entre les jours de la semaine, dans le but de simplifier les estimations de la mobilité quotidienne moyenne.

14Dans les parties qui suivent nous présentons les premières analyses des données de l’enquête, en particulier celles concernant les migrations, l’enracinement dans le lieu de résidence et dans le logement, les perspectives migratoires et les critères de choix du milieu, de l’habitat, du logement.

2. TENDANCES MIGRATOIRES RÉCENTES

15En Italie, la mobilité est plutôt faible en raison de la stabilité des emplois et du taux élevé de propriétaires. Depuis 1945 jusqu’à la fin des années 1960, des flux migratoires importants liés à l’industrialisation du pays se sont dirigés du Sud vers le Nord, des campagnes vers les villes. Ces migrations internes et cette redistribution spatiale de la population sont allées de pair avec un flux d’émigration vers l’étranger. Mais depuis une dizaine d’années l’Italie est passée d’un pays d’émigration à un pays d’immigration. En même temps, à l’intérieur du pays la mobilité géographique a considérablement diminué et le mouvement vers les grandes métropoles s’est inversé au profit des communes périurbaines, les centres urbains perdant une partie de leur population même s’il existe depuis les toutes dernières années un regain d’attractivité.

16Ces migrations vers la ville, puis vers le périurbain se sont accompagnées d’une transformation profonde du parc de logements, notamment des éléments de confort. Les standards d’habitation des ménages italiens ont connu un progrès extraordinaire dès la deuxième moitié du XXe siècle, aussi bien en termes de valeur et d’équipement de l’habitation, qu’en termes de superficie disponible par ménage et, plus encore, par habitant. Entre la fin de la seconde guerre mondiale et le milieu des années 1970, les constructions massives de logements ont eu des conséquences catastrophiques autant au niveau de l’architecture des villes qu’au niveau des conditions de vie des ménages. C’est pourquoi depuis une trentaine d’années, l’accent a été mis sur la qualité et l’esthétique des constructions.

  • 3 D’après une loi nationale de 1975, une habitation est considérée insuffisante pour un ménage de X m (...)

17Il est possible à travers notre enquête de donner une idée des transformations des conditions de logement qui se sont opérées au cours des cinquante dernières années. La figure 1 qui retrace par âge la proportion de ménages vivant dans des espaces insuffisants3 montre en effet l’amélioration continue des conditions de confort au cours du cycle de vie des générations nées entre 1939 et 1949, alors que les générations plus jeunes ont pratiquement toujours vécu dans des logements plus grands, même si on décèle un faible effet d’âge. L’augmentation de la surface par personne est liée bien sûr à la superficie des logements mais également à la baisse du nombre de personnes par ménage liée à la nucléarisation des familles : la proportion des ménages vivant dans des espaces insuffisants, qui était proche de 10 % au début des années 1970, se situe en dessous de 5 % au début des années 1990.

Figure 1 – Pourcentage de ménages logés dans des espaces insuffisants

Figure 1 – Pourcentage de ménages logés dans des espaces insuffisants

18C’est dans ce contexte de baisse tendancielle de la mobilité, d’urbanisation et d’amélioration des conditions de confort qu’il faut resituer les résultats de notre enquête sur les choix des ménages italiens en matière d’habitat et de lo Dans la section du questionnaire consacrée à l’enracinement et aux perspectives migratoires, la question-clé a été formulée en mode synthétique et direct : « Déménager ? ». Les réponses positives étaient nuancées selon les perspectives éventuelles de migration.

Tableau 2 – Réponse à la question : « Déménager ? », par classes d’âge.

Classe d’âge

55-64 ans

30-39 ans

NON

72.94

42.53

OUI, dont :

27.06

57.47

Rêve

13.53

19.08

Considère possible

5.83

12.72

Prévoit

5.04

20.92

Recherche

1.86

4.06

n. r.

0.80

0.69

100.00

100.00

19Comme de nombreux travaux l’ont constaté, la mobilité varie en fonction de l’âge. Après 40 ans elle diminue fortement. Il n’est donc pas surprenant que la grande majorité des premières générations âgées de 55 à 64 ans affirment vouloir rester dans le même logement (pour les deux sexes le pourcentage de ceux qui ont répondu ne pas chercher ni songer à une nouvelle habitation est supérieur à 70 %), tandis que les générations des 30-39 ans qui sont en train de constituer leur famille envisagent beaucoup plus fréquemment la mobilité (57 % pensent déménager). Il n’y a pas de différence significative de comportement entre les deux sexes. Cependant il est évident que la recherche concrète d’un logement concerne une proportion très faible de personnes interrogées (seulement 1,86 % pour la génération des 55-64 ans et 4,56 % pour les plus jeunes).

20Il est intéressant d’étudier les motifs de l’enracinement dans son logement. Étant donné que les personnes interrogées pouvaient exprimer un ordre de préférence, le tableau 3 a été conçu en attribuant un nombre de points décroissant (de 5 à 1) à partir du premier choix.

21Le tableau 3 met clairement en évidence le rôle joué par la famille dans l’attachement des ménages à leur logement et ce quels que soient la génération ou le sexe. Viennent ensuite les caractéristiques de la résidence (type, surface…) et l’environnement. La distance au lieu de travail ne semble pas primordiale, confirmant ainsi l’inadéquation de la théorie migratoire classique.

Tableau 3 – Les liens avec l’habitation actuelle

Tableau 3 – Les liens avec l’habitation actuelle

22À ceux qui avaient déclaré n’avoir aucune intention de déménager, d’autres questions étaient posées dans le but de dégager les souhaits des ménages en matière de logement et d’environnement. La question : « Si votre maison avait des roues où la déplaceriez-vous ? », devait permettre de discerner l’enracinement dans la localité de l’attachement au logement lui-même.

23Les candidats à la mobilité présentent des caractéristiques que l’on peut facilement repérer à l’aide d’un modèle de régression logistique. Comme on pouvait s’y attendre les enquêtés les plus jeunes appartenant aux générations 1964-1973, les locataires et ceux qui ne disposent pas de dépendances comme un jardin privé ont déclaré plus souvent leur intention de déménager. Ce dernier élément apparaît comme un facteur déterminant dans les choix résidentiels, celui qui distingue la maison de l’appartement en un immeuble collectif.

Tableau 4 – Régression logistique pour la variable « Envie de déménager » par rapport à quelques covariantes plus significatives

Déménager

Ref. (=0)

Odd's ratio

Génération

Âgés

3,75

Jardin privé

Oui

0,42

Propriété

Oui

1,97

Superficie

<80 m2

3,38

Remarques et mode de lecture. La 1ère colonne (Ref.) indique la variable à partir de laquelle s’effectue la probabilité toutes choses égales par ailleurs d’avoir envie de déménager. Ce sont des variables binaires : âgés/pas âgés, propriétaires/autres, un jardin privé/pas de jardin privé, etc. La colonne « Odd’s ratio » présente ces probabilités, par exemple : toutes choses égales par ailleurs les personnes qui ne sont pas âgées ont 3,75 plus de chance de déménager que les personnes âgées ; toutes choses égales par ailleurs, les personnes ne disposant pas d’un jardin privé ont 2,37 (1/0,42) moins de chance de déménager que celles qui en disposent. Concernant ce type de calcul de régression logistique, voir aussi le Tableau 1 de l’article de Martine Berger.

24Il n’en reste pas moins vrai que le fait d’appartenir à une jeune génération a un effet significatif sur la probabilité de déménager sans qu’il soit possible de déméler l’effet « âge » de l’effet « génération ». Si les personnes âgées manifestent une propension moins importante à changer de résidence, (sans tenir compte des caractéristiques relatives à l’habitation présentes dans le questionnaire), on ne peut attribuer ce résultat aux différences de valeurs et comportements résidentiels entre les jeunes générations et les plus âgées ou bien aux phases spécifiques du cycle de vie (vieillissement, entrée dans le 3e âge). En d’autres termes : la génération des personnes âgées avait-elle, il y a 25 ans, des comportements différents de ceux des jeunes adultes actuels ?

3. Les critères du choix résidentiel

25Une des premières questions que l’on se pose lorsque l’on traite des choix résidentiels est de savoir s’il existe une hiérarchie dans les critères des choix résidentiels et comment cette hiérarchie évolue en fonction de l’âge, de la composition familiale, du statut social, de l’origine géographique. Certes, il y a une grande inertie à la migration, inertie par rapport aux coûts économiques et psychologiques et aux liens familiaux et sociaux. Mais il existe toute une série d’autres facteurs qui incitent à la mobilité comme le rapprochement du lieu de travail, de la famille ou encore la recherche de proximité d’autres repères de l’espace de vie du ménage (école, équipements sportifs, commerces…).

26Le développement des transports routiers et ferroviaires qui a permis l’augmentation de la mobilité quotidienne a de fait ouvert l’éventail des possibilités de choix résidentiel des ménages. Ces choix combinent de multiples micro-choix, à savoir le choix d’un environnement (central ou périphérique), le choix d’un type de logement (maison ou appartement), du statut d’occupation, le choix de la qualité de la construction. Les réponses des enquêtés mettent bien en évidence l’aspiration des familles à quitter le centre urbain pour vivre dans un environnement plus vert et tranquille, ce que confirme l’analyse de leur trajectoire géographique. Cette aspiration correspond au mythe toujours présent d’avoir une « maison à soi ». Pour certains ménages, ceux qui ont un modèle de vie que l’on pourrait qualifier de traditionnel, ces deux objectifs (vivre hors centre-ville et être propriétaire d’un pavillon) ne sont pas contradictoires. Il s’agit des pionniers de la périurbanisation car ce sont eux qui, en quittant les centres-villes, ont entraîné leur dépeuplement et contribué au peuplement des zones périphériques. Pour d’autres cependant, ces critères peuvent être contradictoires (en raison du coût des maisons en centre-ville). Une précédente enquête menée dans la région de Pise a montré qu’une moitié de ceux qui avaient migré de la commune urbaine vers des communes périurbaines l’avaient fait sans réel enthousiasme et étaient plus motivés par le souhait de devenir propriétaire d’une maison individuelle que par le souhait de vivre à la campagne. Les ménages sont obligés d’effectuer des arbitrages entre plusieurs critères, le désir d’acheter une maison l’emportant sur l’envie de vivre en ville. Et comme la décentralisation de la résidence ne correspond pas à un changement du lieu de travail situé en centre-ville [Vickerman, 1984], la nouvelle installation résidentielle engendre souvent des navettes et augmente les déplacements journaliers.

3.1. Choix du milieu

27Depuis les années 1970 comme nous l’avons rappelé précédemment il s’est produit une modification des flux migratoires, les grandes villes se dépeuplant au profit des petites villes et des zones périphériques. Un nouveau modèle migratoire s’est donc instauré peu à peu avec l’extension du périurbain. D’après notre enquête, environ 65 % des migrations s’effectuent à l’intérieur du même milieu « géo-urbanistique » (même milieu ou milieu du même type). Pour les autres migrations, la coupure s’est produite aux débuts des années 1970. La figure 2 montre clairement le changement d’orientation dans les choix résidentiels.

Figure 2 – Soldes migratoires des différents milieux

Figure 2 – Soldes migratoires des différents milieux
  • 4 Croissance de localités semi-urbaines.

28Les données de l’enquête confirment les processus de dépeuplement des centres-villes et de périurbanisation (la micro-urbanisation4) observés au cours des trois dernières décennies, tandis que les questions sur le lieu idéal et les projets de déménagement permettent de prévoir si cette tendance de déconcentration urbaine pourrait se poursuivre dans les années à venir (Figure 3).

Figure 3 – Milieu idéal où vivre, par régions et par générations observées

Figure 3 – Milieu idéal où vivre, par régions et par générations observées

29En ce qui concerne la localisation idéale, la préférence pour l’environnement non urbain n’est pas aussi forte qu’on pourrait imaginer. En effet, les enquêtés qui souhaiteraient vivre à la campagne ou dans un village représentent près de 30 % et quasiment la même proportion préfèrerait habiter dans un environnement semi-urbain. En revanche, la ville et la banlieue restent des endroits privilégiés pour nombre des enquêtés. Cependant si on tient compte du fait que un peu plus de 10 % des enquêtés vivent déjà dans un milieu rural, on voit bien que l’attrait de la campagne concerne aussi des populations urbaines.

30L’élection d’une localisation comme lieu idéal est bien sûr très liée à l’environnement et la structure urbaine des zones d’enquête. En Toscane par exemple, les zones rurales décrites par 39 % des enquêtés comme le lieu idéal sont des territoires importants au niveau économique, démographique et social. Dans les zones méridionales d’enquête, au contraire, la suprématie urbaine est encore forte et le milieu rural n’est choisi que par 22 % des enquêtés.

31Les choix de la banlieue ou du périurbain comme environnement idéal sont privilégiés par les deux groupes d’âge enquêtés (30-39 ans et 55-64 ans). En revanche les oppositions restent tranchées en ce qui concerne la ville proprement dite et la campagne : les plus âgés optent pour le milieu rural tandis que les jeunes plébiscitent le centre-ville. Ces résultats sont liés en grande partie à un effet de génération. En effet, les générations les plus âgées sont plus souvent originaires du monde rural et rêvent ou envisagent une migration de retour, tandis que les plus jeunes qui sont nées plus fréquemment dans les villes souhaitent y rester. De plus, à cet effet de génération s’ajoute l’effet d’âge, les enquêtés nés entre 1964 et 1973 trouvant dans le centre urbain plus d’opportunités de travail, loisir, mobilité. On peut quand même supposer qu’il s’est produit un changement de modèle culturel : il y a eu une période (années 1960 et 1970) pendant laquelle l’envie de verdure et la désaffection de la ville étaient généralisées et pourtant les villes étaient largement prédominantes. Au cours des dernières années on a assisté à une revalorisation des centres urbains qui attirent quelques couches particulières de la population, entraînant ainsi une diminution des départs des centres-villes.

3.2. Choix du type d’immeuble

32Les choix de localisation et de type de logement sont interdépendants dans la mesure où les maisons individuelles se trouvent en majorité en zone rurale et périurbaine. Aussi le souhait d’habiter une maison implique presque automatiquement une localisation en dehors de la ville. Si les trois-quarts des enquêtés du groupe plus âgé et presque la moitié des plus jeunes n’ont aucune envie de déménager, ces pourcentages augmentent lorsqu’ils habitent en maison individuelle (84 % et 61 %) (Tableau 5). Quelle que soit la génération, l’enracinement est très lié au type d’immeuble et augmente en passant de ceux qui logent dans un immeuble collectif à ceux qui vivent dans une maison. Le logement idéal et les projets varient également selon le logement occupé actuellement, la maison individuelle restant clairement le logement idéal pour nombre d’enquêtés.

Tableau 5 – Type de logement de résidence et type de logement souhaité par classes d’âge

Tableau 5 – Type de logement de résidence et type de logement souhaité par classes d’âge

33L’analyse réalisée à partir d’une simulation des types de logements habités depuis 1945 et depuis la naissance montre la préférence de la maison individuelle sur les autres types de logements. Cette préférence (voire cette « pulsion pour la maison ») devient de plus en plus nette au cours du cycle de vie et explique les phénomènes de périurbanisation avec la construction de lotissements de pavillons, les centres-villes ne pouvant répondre à cette demande de logement ou alors à des prix prohibitifs pour la plupart des ménages.

Figure 4 – Type d’immeuble de résidence par année de calendrier et par âge des enquêtés

Figure 4 – Type d’immeuble de résidence par année de calendrier et par âge des enquêtés

3.3. Location et propriété

34Un des les plus déterminants avec le type de logement est celui du statut d’occupation. Avant parce que ceux vivent en location sont moins enracinés et plus enclins à migrer et, symétriquement, ceux qui ne se sentent pas stabilisés préfèrent louer un logement au lieu de l’acheter. Il faut savoir que, pour les Italiens, la maison est une valeur, bien entendu économique, mais aussi sociale, existentielle, affective… la possession d’un logement est l’un des grands objectifs de la vie avec ses références de sécurité, de continuité, d’enracinement, de confort et de prestige sous-jacentes à toute trajectoire individuelle et familiale [Bottai, 2006].

35L’analyse issue de la projection markovienne du type de logement, faite sur la base des données observées sur les enquêtés des deux générations, fait ressortir les points suivants :

  • la génération plus jeune commence son parcours résidentiel en vivant le plus souvent chez des parents propriétaires ;

  • la phase du cycle de vie où la proportion des propriétaires diminue à cause du départ du domicile parental et de la constitution d’un nouveau ménage est différée chez les générations les plus jeunes de quelques années et se prolonge un peu plus en raison de la décohabitation tardive ;

  • l’accession à la propriété des générations les plus jeunes se fait de manière moins nette et plus étalée dans le temps en raison de la précarité des emplois et d’une certaine instabilité des liens de couple.

4. FACTEURS DE MOBILITÉ AU COURS DU CYCLE DE VIE

36Une autre manière d’aborder les choix résidentiels des ménages consiste à utiliser les méthodes d’analyses biographiques de façon à déterminer les facteurs qui ont joué sur la probabilité de déménager au cours du cycle de vie. Il ne s’agit pas d’expliquer les choix résidentiels à proprement parler comme peuvent le faire les sociologues mais de repérer les situations qui augmentent ou au contraire qui freinent la mobilité. Ainsi par exemple, le fait d’habiter un logement très étroit augmentera la probabilité de déménager et un des critères de choix d’un nouveau logement sera sa taille.

37Les variables explicatives sont évidemment nombreuses, c’est pour cette raison qu’il est impossible de chercher à introduire un maximum de variables dans un unique modèle de régression sans créer des redondances et conduire à des estimations inefficaces.

38Nous avons donc procédé à un regroupement de variables et effectué l’analyse avec un modèle d’analyse biographique où la variable d’étude est la propension à déménager. Nous avons éventuellement comparé les régions considérées (Sicile, Pouilles, Toscane) en utilisant les variables les plus significatives et réalisé des analyses indépendantes sur les sous-ensembles des enquêtés dans les trois régions.

4.1. Les facteurs de mobilité liés au logement et à l’environnement

39Parmi les facteurs qui interviennent dans la probabilité de changer de logement, on retrouve les principaux critères de choix résidentiels à savoir le type de logement, le statut d’occupation, la surface de logement, l’environnement, le confort. À cela s’ajoutent les raisons du déménagement liées aux différents événements familiaux et professionnels qui ont jalonné les trajectoires individuelles.

40La préférence pour la maison individuelle se trouve confirmée par l’analyse biographique dans la mesure où le risque de déménager est plus élevé si on est logé dans un immeuble collectif. Ce phénomène est encore plus net dans la Région des Pouilles, où la probabilité de changer de logement diminue de 32 % lorsque les enquêtés résident dans une petite villa indépendante par rapport à ceux qui vivent dans un immeuble collectif. En d’autres termes, le ménage qui habite un immeuble collectif (en ville) a 47 % de chances de plus de déménager que celui qui est logé en maison individuelle.

41Les résultats sont encore plus spectaculaires en ce qui concerne le statut d’occupation et le choix très prégnant d’être propriétaire. Ainsi la probabilité de déménager est-elle beaucoup plus importante si le ménage est locataire de son logement. Une fois parvenu à la propriété, ce risque se réduit de 65 %, 79 % et 71 % respectivement dans les trois régions considérées. On voit bien qu’en Italie, contrairement à la Grande-Bretagne (voir le chapitre de J. Ogg), « l’acquisition d’un logement est surtout le point d’arrivée du parcours migratoire. Généralement, la famille qui achète un logement se considère stable dans la localisation choisie. C’est pourquoi la propriété réduit à son tour la mobilité future » [Bottai, 2006].

Tableau 6 – Type de logement, statut d’occupation. Risque relatif (sous-ensemble de référence : logé en collectif ; locataire ; logé en moins de 60 m2 ; milieu rural ; sans aucun équipement)

covariantes

Toscane

Pouilles

Sicile

Maison indépendante

0,7309

0,6775

0,7520

Maison semi-indépendante (duplex)

0,6840

0,6110

0,8321

Statut d'occupation

Propriété

0,3512

0,2115

0,2889

Autre statut

0,8911

0,5171

0,6559

Surface du logement

logé entre 60 et 90 m2

0,5387

0,4298

0,5324

logé entre 90 et 120 m2

0,4825

0,2935

0,4945

logé en plus de 120 m2

0,4177

0,3228

0,4670

Environnement

Banlieue

1,1203

1,6211

1,1606

Ville

1,4603

1,8007

1,0842

Équipement

Double salle de bain

0,7441

0,6372

pas signif.

Téléphone

0,6761

0,5696

0,6251

Place auto

0,7940

pas signif.

pas signif.

Garage

0,8095

0,5965

0,6515

Jardin privé

0,8013

0,6873

pas signif.

Chauffage autonome

0,6027

0,6196

0,6925

42Comme nous venons de l’évoquer, l’adaptation de la taille du logement à la taille du ménage est une préoccupation surtout lorsque la famille s’agrandit et constitue une cause essentielle de mobilité. C’est pourquoi la probabilité de migration diminue au fur et à mesure que la surface du logement augmente. Cela correspond à la réalisation d’un des objectifs du parcours résidentiel : pouvoir disposer de l’espace nécessaire pour tous les membres de la famille.

43La probabilité de déménager varie selon le type d’environnement où l’on habite. Comme on pouvait s’y attendre, le risque de déménagement est plus faible dans les zones rurales, ce qui confirme l’ancrage plus fort que l’on observe dans les campagnes. Cependant, il faut nuancer ces résultats dans la mesure où ils ont été obtenus à partir de migrations qui se sont produites à des époques où les contextes migratoires étaient très différents.

44Il est évident que le risque de mobilité est très lié aux conditions d’équipement du logement (chauffage autonome, double salle de bain, téléphone) et à l’existence de zones privées (parking, garage, jardin privé). L’absence de tout équipement augmente la probabilité de déménager. Il faut toutefois souligner que le niveau d’exigence en matière d’équipements est relatif et représente plutôt les conditions de bien-être du ménage. Par exemple, un Toscan qui par hasard habiterait dans un logement qui n’aurait aucun de ces équipements ou zones privées aurait une probabilité de déménager 6,4 fois plus grande par rapport à un autre Toscan qui résiderait dans un logement les possédant tous.

4.2. Événements familiaux et professionnels

45La mobilité est avant tout une réponse aux transformations du ménage. À chaque étape qui jalonne les trajectoires de l’individu, de son conjoint et des autres cohabitants, il s’agit d’ajuster le logement aux nouveaux besoins. Ces besoins peuvent être liés aux événements familiaux :

  • mariage, en particulier pour les femmes, et mise en couple (en Toscane, la mise en couple pousse le risque de migration de + 25 % à peu près) ;

  • naissance des enfants (les familles avec un enfant né au cours de l’intervalle de temps considéré sont soumises à un risque augmenté de 43,7 % par rapport à celles qui n’ont pas d’enfant, et en Toscane, la naissance d’un autre enfant pendant la période produit une hausse du risque de 23 %).

46La mobilité est également liée aux événements professionnels : le changement du lieu de travail augmente la probabilité de changer de lieu de résidence (+31 % en Toscane, + 43 % en Région Pouilles et + 19 % en Sicile), même si, comme nous l’avons déjà signalé, la proximité domicile-travail a actuellement une moindre importance avec le développement des transports et la bi-activité des couples.

Tableau 7 – Mobilité résidentielle par rapport à des événements familiaux et professionnels. Risque relatif (sous-ensembles de référence : genre masculin, pas marié, sans enfant, ne change pas son travail)

covariantes

Toscane

Pouilles

Sicile

Genre

1,1127

1,2934

1,2224

Mise en couple

1,2490

pas signif.

pas signif.

Premier enfant

1,4370

1,4269

1,4706

Autre enfant

1,2335

pas signif.

pas signif.

Changement de travail

1,3084

1,4384

1,1914

CONCLUSION

47Le vrai défi à l’origine de notre enquête est de relier les trois aspects de la relation habitant-territoire (enracinement, espace de vie, migrations) à la lumière des différentes étapes du cycle de vie familiale et professionnelle et en contrôlant d’autres variables influentes telles que le sexe, la génération et quelques variables géographiques. L’analyse des choix résidentiels n’a de sens que si l’on tient compte de ces trois dimensions et de leur évolution au cours de la vie. En Italie, la possession d’une maison reste le couronnement de la trajectoire résidentielle et cet objectif va orienter les choix des ménages tout au long de la vie, choix du pavillon, choix de l’environnement, choix de l’espace domestique et des dépendances. La réalisation de ce rêve de maison se fait souvent aux dépens d’autres critères comme la proximité travail-domicile, l’enracinement dans le lieu d’enfance, et augmente probablement la mobilité quotidienne. Mais d’autres ancrages se créent au cours de la vie adulte au fur et à mesure qu’évoluent les espaces de vie.

Notes

1 Il faut toutefois observer que l’étude des mécanismes migratoires, fondée sur les données officielles, ne permet pas de rendre compte des choix individuels qui président aux mouvements migratoires et des effets des autres événements familiaux et professionnels, qui ont une influence évidente et décisive sur les localisations résidentielles. De plus, les données officielles enregistrent comme migrations uniquement les changements de résidence au niveau inter-communal et ne recensent donc pas les déplacements intra-communaux.

2 Dans notre étude nous avons dédié une section à la reconstruction de tous les déplacements effectués par la personne interrogée durant le jour précédent.

3 D’après une loi nationale de 1975, une habitation est considérée insuffisante pour un ménage de X membres si sa superficie en mètres carrés est inférieure à 14 + 14 x X pour X ≤ 4 ou à 70 + 10 x (X-4) pour X > 4. On fait référence à cette loi, tout en sachant que la perception d’espace suffisant est variable avec le temps. Il est tout à fait évident que les deux générations suivent des parcours de logement très différents. On peut aussi percevoir un effet d’âge dans le parcours gratifiant d’amélioration de la condition de l’hébergement au long de la vie, et entrevoir aussi le bref recul qui se produit à l’âge de la sortie du ménage des parents.

4 Croissance de localités semi-urbaines.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Pourcentage de ménages logés dans des espaces insuffisants
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 3 – Les liens avec l’habitation actuelle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2 – Soldes migratoires des différents milieux
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4896/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 3 – Milieu idéal où vivre, par régions et par générations observées
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4896/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 5 – Type de logement de résidence et type de logement souhaité par classes d’âge
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4896/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4 – Type d’immeuble de résidence par année de calendrier et par âge des enquêtés
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4896/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

Auteurs

Professeur associé de statistique, Dip. di Statistica e Matematica Applicata all’Economia, Università di Pisa, Italie.

Chercheur de statistique, Dip. di Statistica e Matematica Applicata all’Economia, Università di Pisa, Italie.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search