Version classiqueVersion mobile

Élire domicile

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Catherine Bonvalet
, 
Jean-Pierre Lévy

Entre choix et contraintes : la diversité des parcours résidentiels

Mobilité et choix résidentiels en Grande-Bretagne

Jim Ogg

Texte intégral

INTRODUCTION

1Pourquoi déménager ? La réponse à cette question n’est pas évidente. Depuis le travail considérable effectué par Peter Rossi à Philadelphia dans les années 1950 [Rossi, 1955], la plupart des chercheurs s’entendent sur le fait que la mobilité résidentielle résulte d’une combinaison de plusieurs facteurs, qui relèvent d’une part des choix individuels et, d’autre part, de l’accessibilité des logements. Ces facteurs dépendent en même temps du contexte institutionnel et culturel de chaque pays. Dans les pays où il existe des politiques qui ont pour objectif de promouvoir l’accession à la propriété, il est évident que le taux de propriétaires est plus élevé que dans les pays qui favorisent les logement sociaux. De ce fait, toute tentative d’expliquer les raisons liées au désir de déménager est forcément réductrice. Néanmoins, afin d’identifier les comportements des Britanniques en ce qui concerne la mobilité résidentielle, il est utile d’isoler plusieurs critères à l’intérieur de ces deux champs.

2La Grande-Bretagne a quelques spécificités qui font d’elle un cas intéressant en ce qui concerne les choix résidentiels. Après le développement considérable des logements sociaux qu’a connu le pays à l’arrivée au pouvoir du gouvernement travailliste en 1945, la politique menée depuis 1980 est d’encourager l’accession à la propriété. Ce changement de politique a eu un effet considérable sur les choix résidentiels des Britanniques. En même temps, le prix de l’immobilier sur cette période a fortement augmenté, et la barre de £ 200 000 en moyenne pour un logement a été atteinte en juin 2007. De ce fait, les primo-accédants ont de plus en plus de difficultés non seulement à emprunter, mais à rembourser leur prêt immobilier. Cette situation a créé une crise du logement, et le gouvernement a été forcé de repenser ses politiques du logement social.

  • 1 Cette enquête, qui porte sur 3 199 individus, est réalisée chaque année depuis 1983. Les questions (...)

3Dans l’analyse qui suit, nous présenterons brièvement comment les critères qui influencent la mobilité résidentielle en Grande-Bretagne s’articulent dans un contexte politique qui favorise, voire incite, la population à devenir propriétaire. Plus précisément, nous examinerons les grandes tendances liées aux choix individuels et à l’accessibilité des logements depuis les trente dernières années. Ensuite, nous essaierons d’établir les choix résidentiels actuels des Britanniques à partir d’une enquête représentative de la population adulte menée en 2004 (British Social Attitudes Survey)1. Nous utiliserons également des chiffres récents tirés d’autres enquêtes, notamment du recensement de 2001 et de l’English Longitudinal Survey of Ageing (ELSA) pour éclaircir le contexte dans lequel les Britanniques exercent leurs choix résidentiels.

1. LA PROPRIÉTÉ : UN CHOIX QUASI OBLIGÉ EN GRANDE-BRETAGNE

1.1. L’accessibilité du logement en Grande-Bretagne

4Les préférences individuelles dans le choix d’un logement s’exercent dans le cadre des contraintes institutionnelles de l’accessibilité du logement, c’est-à-dire l’état du marché privé aux niveaux national et régional, les politiques nationales et locales concernant le logement social et les conditions de l’accès au crédit. Non seulement ces conditions peuvent favoriser l’acquisition d’un premier logement, mais elles peuvent également inciter les gens à devenir propriétaires ou bien à rester locataires. Le désir d’être propriétaire est bien installé chez les Britanniques. Cette préférence, en partie culturelle, s’est renforcée au cours des années 1980 avec la politique de Margaret Thatcher. Pour Thatcher et son gouvernement, être propriétaire d’un logement était un symbole fort de réussite. En même temps, la conviction de l’époque était qu’une nation de propriétaires est aussi une nation de consommateurs, facteur stimulant l’économie à son tour. Thatcher a introduit un programme surnommé « le droit d’acheter », qui s’appliquait seulement aux individus locataires du parc social. Avec l’aide des primes et des incitations à l’acquisition au cours des années 1980, 1,5 million de locataires sont devenus propriétaires. Ainsi on constate que le nombre de logements occupés par un propriétaire a fortement augmenté entre 1981 et 2003 tandis que le nombre de logements dans le parc social (collectivité locale) a diminué (Figure 1). Cette baisse du nombre de logements du parc social a été en partie compensée par un accroissement dans le secteur appartenant aux associations privées. Néanmoins, la construction des logements dans le parc social sur cette période devançait la demande. Depuis les années 1990, les associations privées (registered social landlords, qui sont pour la plupart « housing associa­ tions ») ont dominé la construction de logements dans le parc social – seulement 1 % a été construit par les collectivités locales en 2003-2004 [Summerfield et Gill, 2005].

Figure 1 - Stock de logements en Grande-Bretagne selon le statut d’occupation

Figure 1 - Stock de logements en Grande-Bretagne selon le statut d’occupation

Source : Summerfield et Gill, 2005.

5La politique du « droit d’acheter » existe toujours en 2007, et malgré le fait qu’elle s’applique seulement aux locataires actuels du parc social (des collectivités locales), la préférence pour devenir propriétaires a été fortement intégrée par les Britanniques locataires. Ainsi, en l’espace de quelques années, l’opinion publique à l’égard du statut de propriétaire et de ses avantages a complètement changé. Avant 1980, devenir propriétaire était vu plutôt comme un risque que la moitié de la population ne voulait pas prendre. L’accès à un prêt était relativement difficile et l’idée d’une longue période d’endettement effrayait beaucoup d’acheteurs potentiels. Même si les taux de chômage restaient plutôt bas jusqu’aux années 1970, les risques associés au remboursement d’un prêt, et les frais potentiels de la maintenance d’un logement, détournaient beaucoup de personnes vers le parc locatif privé ou social. Ainsi, beaucoup de jeunes couples préféraient rester locataires, situation qu’ils croyaient plus sûre. En 2007, la situation est quasiment inversée. La crainte de la précarité et le chômage, ainsi que les soucis pour les niveaux futurs de retraite incitent les individus et les familles à devenir propriétaires plutôt que de rester locataires. Seulement, avec l’augmentation des prix de l’immobilier et la pénurie des logements sociaux, une part importante de la population a de graves difficultés à se loger.

1.2. Un choix très valorisé et un objet de consommation

– Valorisation du statut de propriétaire

  • 2 « Quels que soient vos projets, dans quel type de logement aimeriez-vous habiter ? »

Figure 2 – Proportion des Britanniques qui préfèrent le statut d’occupation « propriétaire » selon deux catégories socioprofessionnelles2

Figure 2 – Proportion des Britanniques qui préfèrent le statut d’occupation « propriétaire » selon deux catégories socioprofessionnelles2

Source : British Social Attitudes Survey, 2004 (analyse de l’auteur).

6La figure 2 montre clairement la préférence majoritaire pour le statut d’occupation « propriétaire » (82 % de la population adulte préfèreraient être propriétaires), sauf pour la catégorie socioprofessionnelle des « ouvriers » de 70 ans ou plus. On observe également que c’est à partir de 30 ans que la préférence pour le statut de propriétaire est la plus élevée, mais qu’en même temps les différences entre les catégories socioprofessionnelles s’accentuent. En revanche, le désir d’être propriétaire reste fort quelle que soit la catégorie professionnelle.

7Si le désir d’être propriétaire reste fort quels que soient l’âge ou la catégorie socioprofessionnelle des individus, ceci s’explique par le fait que la majorité de la population est déjà propriétaire. Dès que le statut d’occupation actuel des individus est pris en compte, l’interaction entre ce dernier, l’avancement de l’âge et le statut d’occupation souhaité apparaît plus fortement. Généralement, les propriétaires britanniques veulent conserver ce statut, à l’exception d’une minorité au grand âge qui préfère changer de logement pour des appartements spécifiquement adaptés aux besoins des retraités ou même entrer en maison de retraite. Mais on voit qu’avec l’avancée en âge, les locataires montrent moins de préférence pour le statut de propriétaire, bien que ce désir soit généralement plus marqué parmi les locataires du secteur privé. Après 40 ans, les locataires du parc social ne sont plus majoritaires à souhaiter devenir propriétaires (Figure 3).

Figure 3 – Proportion des Britanniques qui préfèrent le statut d’occupation « propriétaire » selon le statut d’occupation actuel

Figure 3 – Proportion des Britanniques qui préfèrent le statut d’occupation « propriétaire » selon le statut d’occupation actuel

Source : British Social Attitudes Survey, 2004 (analyse de l’auteur).

8Mais si la majorité des ménages est propriétaire, la précarité du marché – phénomène très marqué en Grande-Bretagne – peut empêcher les nouveaux acquéreurs de pénétrer le marché. En avril 2005, le prix moyen pour un logement était de 260 000 euros, plus du double de sa valeur à la fin de 1999 (120 000 euros), et en juin 2007 il atteignait presque 300 000 euros. Cette augmentation résulte en partie de la croissance économique ainsi que du budget déficitaire des dépenses du gouvernement. Malgré quelques actions sociales comme l’introduction d’un programme de co-propriété (entre l’individu et le parc social) avec le but d’aider ceux qui n’ont pas suffisamment de ressources pour un achat au prix du marché, il semble de plus en plus difficile pour les nouveaux acquéreurs d’accéder au marché (Figure 4).

Figure 4 – Part des transactions d’acquisitions de logements représentant les nouveaux acquéreurs

Figure 4 – Part des transactions d’acquisitions de logements représentant les nouveaux acquéreurs

Source : Council of Mortgage Lenders – loans for house purchase.

– La propriété, un type de consommation comme un autre

9La hausse des prix des logements se traduit par un effet de richesse – les Britanniques voient la valeur de leur patrimoine augmenter sans qu’ils aient besoin d’épargner. Le résultat est clair – ils consomment. Les ménages développent leurs prêts immobiliers pour financer leurs achats sur cartes de crédit. Dans un article récent, Susan Smith [2004] offre une nouvelle interprétation du paysage des propriétaires en Grande-Bretagne : la valeur des logements ne cesse d’augmenter, le patrimoine immobilier fluctue, et l’attitude des Britanniques envers le logement change : le logement n’est plus un bien fixe, mais mobile. Le capital acquis par une valeur immobilière qui ne cesse d’augmenter est de plus en plus mobilisé pour financer d’autres formes de consommation. Un bon exemple de ce phénomène est la faiblesse des pourcentages d’accédants ayant entre 50 et 60 ans. La figure 5 montre clairement cette tendance. En comparant les taux d’accédants parmi les propriétaires en France et en Angleterre, on constate que les Anglais sont beaucoup moins accédants que les Français. Nombre de ces non accédants anglais sont des propriétaires qui ont hypothéqué de nouveau leur logement pour financer d’autres dépenses.

10Un des facteurs les plus importants de la mobilité résidentielle en Grande-Bretagne réside dans les conditions de crédit avantageuses par rapport à d’autres pays européens. Les taux faibles ainsi que les conditions du crédit stimulent l’accession à la propriété. Le marché de l’immobilier britannique est caractérisé par la modération des taux consentis, les longues durées de prêts dont les taux sont révisables, et la possiblilité de prêts allant jusqu’à 100 % du prix. En conséquence, les Britanniques peuvent acheter plus cher avec un revenu plus faible qu’auparavant. Alors que l’achat d’un logement s’accompagne souvent d’une plus grande stabilité résidentielle, notamment en France [Courgeau], en Grande-Bretagne la propriété ne constitue nullement un obstacle à la mobilité.

Figure 5 – Proportion d’accédants (parmi les propriétaires)

Figure 5 – Proportion d’accédants (parmi les propriétaires)

Source : English Longitudinal Study on Ageing, 2004, et Survey on Health and Ageing in Europe (SHARE) (analyse de l’auteur).

2. LA MOBILITÉ ET LES CHOIX INDIVIDUELS DANS LE CADRE DE LA PROPRIÉTÉ

11L’acquisition d’un logement est considérée depuis longtemps en Grande-Bretagne comme un processus et non une fin. Il s’agit en fait d’une « échelle immobilière » qui s’étale sur l’ensemble du cycle de vie, l’objectif étant, par des achats successifs, d’adapter le logement aux nouvelles situations, qu’elles soient familiales, professionnelles ou sociales.

2.1. L’effet cycle de vie familiale

  • 3 « families adjust their housing to the housing needs that are generated by the shifts in family com (...)

12Les recherches sur la mobilité résidentielle ont montré depuis longtemps l’effet de la structure familiale et des trajectoires de vie sur la probabilité de déménager. Ce qui différencie les Britanniques des Français, c’est qu’avec le désir d’être propriétaires fortement installé dans les normes britanniques, acheter sa propre maison est une des raisons principales pour les jeunes générations de déménager de leur maison parentale ou du secteur privé. La découverte de Peter Rossi que « les familles adaptent leur logement aux besoins créés par les modifications dans la composition de la famille qui accompagnent les changements liés au cycle de vie »3 demeure pertinente aujourd’hui. Toutefois, il faut souligner que cette découverte reposait sur le parcours classique qui émergeait dans la deuxième moitié du XXe siècle en Grande-Bretagne, fortement lié à la notion de famille nucléaire conçue par le sociologue américain Talcott Parsons [Parsons, 1955]. Dans ce schéma, les enfants quittaient la maison parentale relativement tôt (au moins quand les conditions d’accessibilité du logement le leur permettaient), formant ensuite leur propre ménage (vie en couple). Il faut noter que cette tradition de décohabitation précoce, au contraire de l’Europe continentale et de l’Europe du Sud, était répandue en Grande-Bretagne depuis le XVIe siècle au moins [Laslett, 1977].

13Ensuite, avec l’arrivée des enfants, la probabilité de déménager était élevée, le couple adaptant son logement en fonction de la taille de la famille nucléaire. Suite au passage à la retraite et au départ des enfants, la taille et la structure du logement ne sont plus adaptées aux besoins familiaux – facteur qui provoque le désir d’emménager dans une maison ou un appartement plus petit (downsizing). Si ce schéma existe toujours, dans certains cas, il n’est plus possible de considérer le cycle de vie comme un processus linéaire qui se déroule par étapes successives, telles que le départ définitif de la maison parentale, la formation d’une nouvelle famille pendant une longue période de plein emploi, et le départ à la retraite à un âge fixe. La famille nucléaire qui avait été, durant les vingt années suivant la Deuxième Guerre mondiale, la référence de la vie familiale britannique, s’effrite avec la précarité conjugale, l’accroissement du divorce, l’augmentation du nombre de familles monoparentales (très élevé en Grande-Bretagne par rapport à d’autres pays d’Europe), et les incertitudes liées à la précarité de l’emploi.

Figure 6 – Proportion de personnes qui désirent déménager selon la composition familiale

Figure 6 – Proportion de personnes qui désirent déménager selon la composition familiale

Source : British Social Attitudes Survey, 2004 (analyse de l’auteur).

14La figure 6 montre ces tendances. Environ un tiers de la population souhaite déménager de son logement. Avant 45 ans, les taux les plus élevés se trouvent parmi les familles monoparentales (73 %). La Grande-Bretagne, avec 1,8 million de familles monoparentales (ce qui représente 6,5 % du total des ménages) est l’un des pays d’Europe où le pourcentage de familles monoparentales est le plus élevé. Une famille monoparentale sur deux habite le parc social, et le désir de déménager résulte de facteurs liés à l’instabilité de la famille et aux conditions de logement. Mais jusqu’à 45 ans, le taux de familles monoparentales qui souhaitent déménager reste plus élevé que la moyenne. Les ruptures conjugales créent des comportements résidentiels parfois atypiques et temporaires, comme par exemple un retour à la location après avoir vécu en couple propriétaire. Ensuite, parmi les enfants de moins de 30 ans, environ les deux tiers souhaitent déménager du domicile parental. Les jeunes Britanniques ont depuis longtemps une tendance à décohabiter du domicile parental relativement jeunes, même si les conditions actuelles d’accessibilité à un logement indépendant retardent la réalisation de ce souhait.

15Toutefois, la probabilité de déménager diminue avec l’âge, à quelques exceptions près comme le départ à la retraite ou l’arrivée du grand âge (au-delà de 80 ans). Ermisch et Jenkins [1999], à partir des données longitudinales du British Household Panel Survey dans les années 1990, ont montré que le passage à la retraite a un effet positif sur la mobilité résidentielle. Le déménagement après 55 ans, dans les années 1990, restait un phénomène assez rare. Quand il y avait un déménagement après 55 ans à cette période, il y avait également tendance à adapter les caractéristiques du logement vers le bas. Les propriétaires achetaient un logement moins cher, et le nombre de pièces diminuait. Avec l’arrivée de la génération des baby-boomers à l’âge de la retraite, il se peut que ce taux augmente. La figure 7 montre qu’il existe une augmentation des taux des baby-boomers arrivant à la retraite et souhaitant déménager.

Figure 7 – Proportion de la population qui répond par l’affirmattive aux questions : « Aimeriez-vous déménager dans les 2 années à venir ? » et « Avez-vous l’intention de déménager dans les 2 années à venir ? »

Figure 7 – Proportion de la population qui répond par l’affirmattive aux questions : « Aimeriez-vous déménager dans les 2 années à venir ? » et « Avez-vous l’intention de déménager dans les 2 années à venir ? »

Source : British Social Attitudes Survey, 2004 (analyse de l’auteur).

2.2. La flexibilité géographique malgré la propriété

16Contrairement à ce qui se passe en France, le statut de propriétaire ne constitue pas un obstacle à la mobilité professionnelle. Un des critères qu’il faut prendre en compte quand on examine le désir de déménager des Britanniques concerne les motifs professionnels – principalement le rapprochement du lieu de travail. Fortement lié à la catégorie socioprofessionnelle, le désir de déménager pour des motifs relatifs au travail ne se limite pas simplement aux cadres sous contrat à durée indéterminée, il concerne aussi des chômeurs ou des intérimaires. Souvent évoquée dans les pays à dominante libérale (parmi lesquels se trouve la Grande-Bretagne) comme mécanisme de souplesse qui aide les pratiques d’embauche des entreprises, la mobilité résidentielle peut entraîner des déménagements de longue distance.

17La migration à l’intérieur d’un pays est un facteur important pour son économie. Des pays comme les États-Unis ou, plus près de nous, le Danemark, sont connus pour leur taux élevé de mobilité résidentielle parmi la population active. En Grande-Bretagne, la structure du marché du logement facilite le déménagement : obtenir un crédit est relativement facile et les frais de déménagement ne sont pas trop élevés (à peu près la moitié du coût d’un déménagement en France). Néanmoins, la volatilité du marché peut dissuader un déménagement lié au rapprochement du lieu de travail. Un autre facteur important est l’existence de grands écarts entre les régions. Vendre une maison dans le nord de l’Angleterre pour aller travailler ou chercher du travail dans le sud nécessite obligatoirement un surcoût pour le même type de logement. Dans l’enquête BSA 2004, seulement 9 % de la population active ont donné une raison liée au travail pour expliquer un projet de déménagement, et ce chiffre ne varie pas selon le statut socioprofessionnel (sauf pour les indépendants, avec un taux au-dessus de la moyenne).

2.3. L’amélioration de la qualité de l’environnement au cours de la vie

18Les stratégies d’accession à la propriété ont permis non seulement d’adapter le logement à l’évolution de la famille, mais également à l’évolution du statut social. Dans la période d’après-guerre, l’accession à la propriété commençait par un prêt fixe qui permettait à un jeune couple d’acheter un « logement de démarrage ». L’objectif était d’améliorer la qualité du logement au fur et à mesure du cours de la vie active, cela dans le contexte des Trente Glorieuses (taux de chômage faible, économie croissante, etc.). Cette idée a fortement imprégné l’esprit des Britanniques, et s’est même renforcée dans les années 1980 avec la politique menée par Margaret Thatcher ; mobilité sociale et mobilité résidentielle allaient de pair. Une idéologie forte suggérait que le logement de démarrage se situait dans les centres urbains, puis les familles choisissaient un logement plus grand dans la zone périurbaine, et enfin à la retraite, le départ des enfants se traduisait par un déménagement vers un logement plus petit (appartement ou bungalow) à la campagne ou en bord de mer.

19La qualité de l’environnement constitue l’un des critères pouvant conduire les Britanniques au souhait de déménager. La forte concentration de la population dans le sud-est de la Grande-Bretagne et la densité urbaine élevée incitent beaucoup de personnes à envisager de vivre ailleurs et, dans certains cas, à déménager pour améliorer leur cadre de vie. Dans ce contexte, il s’agit d’une délocalisation de la ville vers la campagne (fuir les bruits, la foule, la pollution, etc.). Les raisons invoquées sont diverses ; les jeunes couples peuvent s’installer dans une commune périurbaine où ils auront plus de chances d’acquérir une maison indépendante, plus grande avec un jardin – ce qui est plus difficile à trouver en milieu urbain. Pour ceux qui prennent leur retraite, les prix élevés des maisons à la campagne et la pénurie de logements spécifiques pour retraités sont les raisons principales qui poussent les Anglais à chercher ailleurs. La qualité de l’environnement est aussi un facteur important pour les personnes âgées, qui parfois cherchent un logement en foyer. L’accessibilité des services compte aussi : écoles pour les jeunes couples, services de santé pour les retraités.

20Que ce soit un départ souhaité de la grande ville pour le périurbain pendant la période de la vie active, ou le désir d’habiter à la campagne, au bord de la mer, voire à l’étranger pendant la retraite, l’environnement joue un rôle important. Depuis vingt ans, de plus en plus de Britanniques, surtout parmi les retraités, cherchent au-delà du territoire national pour trouver une meilleure qualité de l’environnement. Déménager à l’étranger au moment de la retraite est devenu un phénomène courant en Angleterre. La majorité des retraités en Europe sont des propriétaires qui, grâce au prix élevé de leur logement en Angleterre, ont soit vendu leur résidence principale pour acheter une maison moins chère, principalement en Espagne, soit opté pour une double résidence.

21Il ne faut pas sous-estimer le nombre de Britanniques retraités habitant à l’étranger. Les derniers chiffres montrent qu’à peu près 1 million de Britanniques reçoivent leur pension de retraite à l’étranger, et l’Espagne est la première destination (Figure 8).

Figure 8 – Nombre de ressortissants de l’UE qui résident en Espagne

Figure 8 – Nombre de ressortissants de l’UE qui résident en Espagne

Source : Instituto Nationale de Estadistica, 2004.

22Néanmoins, on ne sait pas encore si cette tendance persistera pour la génération actuelle des baby-boomers. Cette génération a profité de la hausse des prix depuis 1999 et quelques indices laissent penser que ces baby-boomers vont déménager et acheter un logement moins cher et moins grand pour libérer du capital afin d’augmenter le niveau de leur retraite.

2.4. Statut social et localisation géographique

23Toutefois, la qualité de l’environnement n’est pas simplement une affaire de localisation géographique. La composition de la population locale devient aussi un critère primordial comme l’ont montré les sociologues et géographes britanniques à travers les concepts de « gentrification » ou « urban flight » (fuite urbaine). Issu des recherches menées à Londres depuis les années 1960, le processus de gentrification a permis d’étudier les tendance des populations non immigrées de la classe moyenne à emménager dans des quartiers densément peuplés qui jusque-là étaient plutôt des quartiers ouvriers. Même s’il y a des débats sur ce concept, notamment quant à son application en dehors de Londres, il est une métaphore utile pour comprendre les changements intervenus dans ces quartiers et les aspirations qui attirent la classe moyenne vers ces quartiers. En ce qui concerne les populations ouvrières déplacées, quelques évidences montrent que leurs trajectoires sociales n’ont pas toujours évolué vers le bas, que ce soit en termes de mobilité sociale ou de trajectoires résidentielles (quartiers plus aisés, valeur des maisons plus élevée) [Hamnett et Randolph, 1988 ; Butler, 1997].

24Le concept de fuite urbaine, produit de l’école de Chicago sur la composition ethnique des quartiers, a été développé dans les années 1960 par le sociologue britannique John Rex qui parlait de « saute-mouton » urbain [Rex et Moore, 1967]. En utilisant ce modèle, quelques chercheurs britanniques contemporains soutiennent que, dans la région du sud-est de l’Angleterre, la notion de fuite urbaine est polarisée, d’une part sur les milieux urbains à forte densité de population, caractérisés comme épicentre des zones de criminalité et à forte présence de populations immigrées et, d’autre part, sur les zones périurbaines (notamment l’Essex) qui constituent un refuge des valeurs anglo-saxonnes, avec la tranquillité rurale et la sécurité publique.

Figure 9 – Les principaux motifs de déménagement (base = enquêtés qui veulent déménager)

Figure 9 – Les principaux motifs de déménagement (base = enquêtés qui veulent déménager)

Source : British Social Attitudes Survey, 2004 (analyse de l’auteur).

25On retrouve l’importance de la position résidentielle comme révélateur de la position sociale dans la figure 9 qui résume les motifs des Britanniques ayant l’intention de déménager dans les deux années à venir. Les enquêtés ont été invités à citer toutes les raisons qu’ils considèrent comme ayant une importance dans leur choix de mobilité. Les raisons les plus citées sont fréquemment liées au logement lui-même, comme par exemple la superficie de celui-ci, le nombre de pièces et sa situation dans un meilleur quartier. On se retrouve sans doute encore dans le schéma de Peter Rossi qui explique le déménagement en termes de parcours de vie. Mais il est peut-être possible d’interpréter ces chiffres d’une autre manière. Aujourd’hui, le type de logement que l’on a et l’endroit où il se trouve expriment en partie le statut social d’une personne. Comme si, pour établir la position sociale de quelqu’un, on ne lui demandait plus « que faites-vous dans la vie ? » mais « où habitez-vous ? ». L’espace et la mobilité sont utilisés comme marques de prestige ou de standing.

CONCLUSION

26Cette brève analyse des choix résidentiels des Britanniques souligne quelques thèmes qui mériteraient d’être approfondis dans une perspective comparative. Les Britanniques se trouvent aujourd’hui confrontés à une politique qui révèle enfin ses limites : jusqu’où est-il possible de mener une politique qui incite la population à devenir propriétaire ? La Grande-Bretagne se trouve actuellement dans une impasse, coincée par un marché de l’immobilier aux coûts trop élevés par rapport au salaire moyen. Depuis trente ans, le gouvernement n’a pas financé la construction de nouveaux logements sociaux. En même temps, la demande pour ce type de logements est restée plus élevée que le nombre de logements disponibles. Cette situation est actuellement évidente pour le gouvernement, et depuis deux ans, il existe une nouvelle ligne politique centrée sur « le logement à prix abordable ». Gordon Brown, le nouveau Premier ministre depuis juillet 2007, a déclaré que « la crise » du logement est une priorité pour les années à venir, et qu’il développera un programme important de construction de logements.

27En ce qui concerne les propriétaires de longue date, on peut constater que les Britanniques, même s’ils sont plus souvent propriétaires, semblent être plus mobiles que leurs voisins français. Est-ce un effet culturel ou bien une conséquence de l’évolution du marché du logement et des politiques en vigueur depuis une trentaine d’années ? D’autre part, l’acquisition d’un logement suit davantage une logique de consommation qu’une logique d’investissement. Le logement devient un bien de consommation comme d’autres produits. Finalement, les nouvelles formes de la famille et les changements démographiques de la population, tels que l’arrivée à la retraite de la génération du baby-boom, sont en train de créer des aspirations nouvelles en ce qui concerne le type de logement souhaité et l’habitat désiré.

28Les années à venir semblent être décisives pour l’évolution des choix résidentiels des Britanniques. Les signes inquiétants que l’on remarque aux États-Unis ne sont pas passés inaperçus. La souplesse du crédit immobilier a atteint un niveau où non seulement les accédants n’arrivent plus à rembourser leur prêt mais où les banques font faillite. Quand le marché de l’immobilier commence à avoir un effet sur d’autres secteurs de l’économie, il est clair que les choix résidentiels sont influencés et modifiés. L’enjeu pour les Britanniques, comme pour les Français, est à nouveau de garantir un logement pour tous plutôt que de promouvoir l’accession à la propriété.

Notes

1 Cette enquête, qui porte sur 3 199 individus, est réalisée chaque année depuis 1983. Les questions portent sur les préférences et les opinions des Britanniques concernant une diversité de sujets. Des questions identiques sont posées chaque année, ainsi que des modules différents. En 2004, un de ces modules portait sur les choix résidentiels. Bien que la plupart de ces questions n’aient jamais été posées dans les enquêtes antérieures, quelques-unes permettent une analyse des préférences et des comportements dans le temps.

2 « Quels que soient vos projets, dans quel type de logement aimeriez-vous habiter ? »

3 « families adjust their housing to the housing needs that are generated by the shifts in family composition that accompany life-cycle changes » [Rossi, 1955].

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Stock de logements en Grande-Bretagne selon le statut d’occupation
Légende Source : Summerfield et Gill, 2005.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 2 – Proportion des Britanniques qui préfèrent le statut d’occupation « propriétaire » selon deux catégories socioprofessionnelles2
Légende Source : British Social Attitudes Survey, 2004 (analyse de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4890/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 3 – Proportion des Britanniques qui préfèrent le statut d’occupation « propriétaire » selon le statut d’occupation actuel
Légende Source : British Social Attitudes Survey, 2004 (analyse de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4890/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4 – Part des transactions d’acquisitions de logements représentant les nouveaux acquéreurs
Légende Source : Council of Mortgage Lenders – loans for house purchase.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4890/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 5 – Proportion d’accédants (parmi les propriétaires)
Légende Source : English Longitudinal Study on Ageing, 2004, et Survey on Health and Ageing in Europe (SHARE) (analyse de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4890/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 6 – Proportion de personnes qui désirent déménager selon la composition familiale
Légende Source : British Social Attitudes Survey, 2004 (analyse de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4890/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 7 – Proportion de la population qui répond par l’affirmattive aux questions : « Aimeriez-vous déménager dans les 2 années à venir ? » et « Avez-vous l’intention de déménager dans les 2 années à venir ? »
Légende Source : British Social Attitudes Survey, 2004 (analyse de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4890/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 8 – Nombre de ressortissants de l’UE qui résident en Espagne
Légende Source : Instituto Nationale de Estadistica, 2004.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4890/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 9 – Les principaux motifs de déménagement (base = enquêtés qui veulent déménager)
Légende Source : British Social Attitudes Survey, 2004 (analyse de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4890/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search