Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élire domicile

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Catherine Bonvalet
, 
Jean-Pierre Lévy

Introduction

Jean-Yves Authier, Catherine Bonvalet et Jean-Pierre Lévy

Texte intégral

1Dans l’histoire d’un individu, d’un couple ou d’un groupe familial, le choix d’un logement constitue un acte important et difficile. Loin d’être le simple fruit du hasard ou, à l’inverse, le seul produit mécanique des logiques du marché ou des politiques des pouvoirs publics, les « choix résidentiels » résultent d’arbitrages complexes qui engagent différentes dimensions de l’existence et de la vie sociale des individus et des ménages. En même temps, ces choix ne sont pas uniquement une affaire « privée » : d’un côté, ils mettent en jeu d’autres acteurs sociaux (législateurs, promoteurs, agents immobiliers, architectes, etc.) ; d’un autre côté, ils interviennent fortement dans l’évolution du peuplement des types d’habitats et, plus largement, dans les transformations économiques, symboliques et sociales des espaces urbains.

2En première hypothèse, la construction du choix résidentiel consiste à établir une hiérarchie entre les différentes caractéristiques du bien immobilier auquel aspire le ménage : la localisation et l’environnement physique et social, le coût, le statut d’occupation, le type architectural, la superficie du logement, son confort ou son équipement par exemple. Comment et selon quelles logiques ces caractéristiques sont-elles hiérarchisées en confortant certaines d’entre elles et en renonçant à d’autres ? Comment se différencient les souhaits résidentiels selon les milieux sociaux, les âges, les contextes géographiques, les types de ménages ? Quels critères sont privilégiés à une période donnée par rapport à une autre, en fonction des divers événements qui peuvent intervenir sur la situation familiale, la position sociale ou bien encore le capital économique de l’individu ou de la famille ? Comment concrètement les ménages cherchent-ils, puis trouvent-ils, leur logement ? À quels réseaux tant économiques que relationnels font-ils appel : celui du travail, de la famille, des amis ?

3Mais le choix n’est jamais absolu et ne se résume pas à une affaire de hiérarchisation entre les caractéristiques du logement ou du quartier. Un certain nombre de contraintes pèsent aussi sur les ménages et limitent leurs marges de décision et d’action. Elles leur imposent d’aménager leurs priorités, d’adapter les mécanismes décisionnels, d’ajuster les aspirations initiales « idéales » à l’univers des possibles. Dès lors, entre aspirations et réalités, des arbitrages s’imposent.

4Une partie de ces contraintes relève des acteurs eux-mêmes, de leur situation économique et familiale, de leur histoire ou de choix plus personnels. Dans ces cadres fixés par les expériences urbaines, les habitus ou les enjeux identitaires, le choix résidentiel commande ainsi des négociations et des compromis entre les membres d’une famille, entre les dimensions de la vie sociale des personnes aux différents moments du cours de la vie. Il impose des arbitrages entre les opportunités qui peuvent se présenter et les facteurs qui constituent les environnements plus ou moins ouverts auxquels sont assujettis les individus et les familles. Que doit-on privilégier entre le travail de la femme et celui de l’homme ? entre l’école des enfants et la proximité de la famille élargie, voire celle des amis ? Le choix résidentiel traduit alors la mise en œuvre d’un mode de vie, il concrétise des fonctionnements et des relations familiales très variables et évolutifs selon les âges et les milieux sociaux. La compréhension des modes d’arbitrages entre les différents membres du ménage et de leur entourage, y compris lorsque surgissent des conflits éventuels autour du choix, constitue alors un enjeu de connaissance sociétale. Comment ces choix résonnent-ils avec les expériences résidentielles, positives ou négatives ? Comment évoluent-ils selon les âges de la vie ? En quoi traduisent-ils des positionnements sociaux et des fonctionnements familiaux ou affinitaires ?

5Mais d’autres contraintes sont exogènes aux ménages et découlent des opportunités spatiales, des tensions du marché du logement ou des politiques du logement. On sait que les évolutions économiques des trente dernières années ont induit une forte inflexion des processus de différenciations sociale et spatiale. Aux processus d’exclusion du monde du travail se sont associées des dynamiques de relégations spatiales. Comment les choix et les comportements individuels, différenciés selon les âges, les milieux sociaux et les origines géographiques, participent-ils à la stratification sociale et économique de l’espace urbain, voire à l’évolution ou à la pérennité des marquages sociaux de l’espace ? Réciproquement, comment les caractéristiques et les transformations sociales et morphologiques de l’espace urbain interviennent-elles dans les choix résidentiels ? Comment, enfin, les opérateurs (agents immobiliers, promoteurs) et les politiques contribuent-ils à ces processus – voire les anticipent ou les induisent – et tentent-ils ainsi d’agir sur la construction des choix résidentiels ?

6En s’appuyant sur des recherches récentes, menées au Canada et en France essentiellement, mais aussi en Italie, en Espagne, en Angleterre et en Suisse, cet ouvrage traite de cet ensemble de questions et tente d’apporter des éléments de connaissance au sens de la notion de « choix résidentiel », à ses modes de construction sociale et à ses effets socioéconomiques et territoriaux. Il s’inscrit dans les cadres pluridisciplinaires des sciences humaines et sociales, dans lesquels sociologues, géographes, démographes, économistes et anthropologues notamment appréhendent la question du choix résidentiel.

7Dans une première partie un économiste et un sociologue interrogent la façon dont leurs disciplines se sont emparées de cette notion complexe. Ils discutent du sens de la notion. Le choix résidentiel est-il « rationalisable », « mesurable » ? Quelles représentations des comportements, des régulations sociales, économiques et spatiales véhicule-t-il selon les approches disciplinaires et les méthodes utilisées pour le saisir ? Au bout du compte, cette notion peut-elle faire consensus ? Ces questions font depuis longtemps l’objet de nombreux débats théoriques entre économistes et sociologues. On les retrouve aussi sous une forme plus contextualisée dans d’autres disciplines (la démographie, la géographie, etc.), plus largement mobilisées dans les chapitres suivants.

8La seconde partie aborde les choix résidentiels à travers les contraintes pesant sur la construction des parcours résidentiels des individus et des ménages. Quels types de logiques sont mises en œuvre pour organiser ces choix divers et complexes ? Comment les réseaux sociaux et familiaux constitués interviennent-ils ? Comment les contextes nationaux et locaux interfèrent-ils, par leurs spécificités économiques, politiques et culturelles dans la succession des logements occupés par les ménages au cours de leur cycle de vie ?

9La troisième partie regroupe un ensemble de chapitres portant sur les façons dont s’organisent les arbitrages, les tensions et les compromis qui aboutissent à la décision de rester dans son domicile ou de le quitter, de louer ou d’acheter, de s’ancrer dans son quartier ou de s’en éloigner. Dans quelles mesures cette décision relève-t-elle de données sociales, économiques et démographiques structurelles ? De quelle manière la contrainte économique pèse-t-elle, lors d’une menace de licenciement par exemple ? Comment agissent des facteurs exogènes au logement, comme le choix de l’école ? Comment se construisent les alternatives au déménagement, lorsqu’on décide de rester sur place tout en effectuant des navettes journalières longues ou en choisissant une double résidence ? Comment enfin la décision évolue-t-elle au cours du temps, lorsque le choix initial n’a pu être mis en œuvre notamment ?

10La quatrième partie vise à montrer, à travers les exemples des personnes seules et des personnes âgées, que le choix résidentiel s’inscrit dans un mode de vie. Quelles sont les logiques qui prévalent dans la décision lorsque l’on considère que son statut familial est transitoire, que l’on est toujours en attente d’un changement susceptible de modifier l’ordre de l’actuel, que la solitude ne gomme pas l’espoir d’une future rencontre ? Qu’en est-il lorsque cet état s’inscrit dans un choix de vie plus ou moins définitif ? Comment évolue le rapport au lieu, à la banlieue ou au périurbain par exemple, lorsque l’installation s’est inscrite dans un choix familial, que l’on a vieilli et que les enfants sont partis, faisant apparaître une inadaptation entre l’environnement dans lequel on est ancré et la nouvelle situation familiale ?

11La cinquième et dernière partie de l’ouvrage aborde la dimension territoriale des choix résidentiels. Pourquoi quitte-t-on les centres-villes pour s’installer dans le périurbain ? Qui fait ce choix et s’agit-il d’un choix ou d’une contrainte ? Cette évolution socio-spatiale s’observe-t-elle dans tous les contextes, est-elle modulée par les politiques du logement ou les modèles culturels ? Enfin, comment les références identitaires ou communautaires et les opérateurs institutionnels ou privés agissent-ils pour accompagner, susciter ou contrôler les répartitions résidentielles des populations ?

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site