Version classiqueVersion mobile

La Jeune sociologie urbaine francophone

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Alain Bourdin
, 
Marie-Pierre Lefeuvre

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Jennifer Bidet est enseignante (agrégée préparatrice) à l’ENS Paris. Elle a préparé et soutenu à l’Université Lumière Lyon 2, au sein de l’équipe Modes, espaces et processus de socialisation (MEPS) du Centre Max Weber, sa thèse intitulée Vacances au bled de descendants d’immigrés algériens. Trajectoires, pratiques, appartenances. Initialement formée à la sociologie urbaine, elle s’est spécialisée en sociologie des migrations et interroge les liens avec le pays d’origine, tels qu’ils sont maintenus ou reconstruits par des descendants d’immigrés à travers des pratiques matérielles directes – en l’occurrence, les séjours de vacances dans le pays de naissance des parents.

2Anaïs Collet est maîtresse de conférences à l’Université de Strasbourg, membre du laboratoire Sociétés, acteurs et gouvernements en Europe (SAGE, UMR 7363). Elle est l’auteure d’une thèse de sociologie intitulée Générations de classes moyennes et travail de gentrification. Changement social et changement urbain dans le Bas-Montreuil et à la Croix-Rousse, 1975-2005, soutenue en 2010 à l’Université Lumière Lyon 2. Elle travaille sur la gentrification des anciens quartiers populaires, les transformations des classes moyennes, les choix résidentiels et la place des enfants dans la ville.

3Eleonora Elguezabal est sociologue, actuellement chargée de recherche au Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (CESAER-INRA) et membre associée à l’équipe Enquête, terrains, théories du Centre Maurice Halbwachs (CMH-ETT). Elle a soutenu sa thèse à l’EHESS en 2011 : La Production des frontières urbaines : les mondes sociaux des « copropriétés fermées » à Buenos Aires. Elle a réalisé une recherche postdoctorale au département de géographie du King’s Collège de Londres sur la mise en place de dispositifs de sécurité dans un quartier d’habitat social et sur les enjeux de classement résidentiel. Ses thèmes de recherche sont l’usage et la circulation des dispositifs de sécurité autour du logement, le marquage des frontières territoriales et le classement résidentiel, la relation de service. Ses enquêtes ont porté sur l’Argentine, la France et l’Angleterre. Elle a notamment publié Frontières urbaines : les mondes sociaux des copropriétés fermées, à paraître aux Presses universitaires de Rennes, et Verbaliser le client : les contrôleurs du métro, Aux Lieux d’être, 2007.

4Aurélien Gentil est doctorant en sociologie à l’Université Lumière Lyon 2, rattaché à l’équipe Modes, espaces et processus de socialisation (MEPS) du Centre Max Weber. Son travail de thèse s’intitule Entre ancrages et mobilités : les dimensions spatiales du processus de socialisation des salariés bi-saisonniers mobiles du tourisme.

5Violaine Girard est maîtresse de conférences en sociologie à l’Université de Rouen et membre du laboratoire Dynamiques sociales et langagières (Dysola, EA 4701). Elle a soutenu sa thèse en 2009 à l’EHESS : Un territoire périurbain, industriel et ouvrier. Promotions résidentielles de ménages des classes populaires et trajectoires d’élus salariés intermédiaires de l’industrie. Elle a poursuivi cette enquête en explorant les formes de politisation de ménages populaires dont les trajectoires sociales sont liées aux évolutions des emplois industriels.

6Colin Giraud est maître de conférences en sociologie à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, où il est membre du laboratoire Sociologie, philosophie et socio-anthropologie politiques (Sophiapol, EA 3932). Il est aussi membre du Centre Max Weber (Université Lumière Lyon 2). Ses travaux portent sur les transformations des centres métropolitains, les dimensions spatiales de la socialisation et la sociologie des homosexualités. À la suite d’une thèse soutenue à l’Université Lumière Lyon 2 sur le rôle des gays dans la gentrification à Paris et Montréal, il a fait paraître plusieurs articles et publiera en 2014 Quartiers gays, aux Presses universitaires de France.

7Anne Jarrigeon est anthropologue, docteure en sciences de l’information et de la communication, maîtresse de conférences en urbanisme et aménagement à l’Université Paris-Est, membre du laboratoire Ville mobilité transport (UMR Université Paris-Est Marne-la-Vallée, École nationale des ponts et chaussées, Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux). Soutenue en 2007 au CELSA (Centre d’études littéraires et scientifiques appliquées, Université Paris 4), sa thèse s’intitule Corps à corps urbains. Vers une anthropologie poétique de l’anonymat parisien. Ses recherches actuelles portent sur les pratiques, les représentations et les imaginaires de la ville et de la mobilité. Sa démarche se situe à la croisée de l’ethnologie, de la sémiotique et de l’anthropologie visuelle. Également photographe et vidéaste, elle s’intéresse tout particulièrement aux apports de la photographie et du film dans la recherche urbaine. Elle est notamment l’auteure de Gerland. État de lieux, ENS Éditions, 2012.

8Maira Machado-Martins est architecte-urbaniste, chercheure postdoctorale en anthropologie urbaine au Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq), maîtresse de conférences à l’université catholique de Rio de Janeiro (PUC-RJ), membre du Laboratoire d’ethnographie métropolitaine (LeMetro, Instituto de filosophia e ciências sociais, Universidade federal de Rio de Janeiro) et membre associée au Lab’Urba (Université Paris-Est Marne-la-Vallée). Ses recherches portent sur l’habitat informel et l’aménagement urbain. Sa thèse, intitulée Les Copropriétés populaires de l’avenida Brasil : étude d’une nouvelle forme d’habitat informel à Rio de Janeiro dans les années 2000, a été soutenue à l’Université Paris-Est en 2011.

9Marie Muselle est actuellement commissaire d’arrondissement de la province de Namur (c’est-à-dire gouverneur adjoint) et maîtresse de conférences à l’Université de Liège. Elle y assure des enseignements tant dans le domaine du développement local et territorial que dans celui de la gestion de crise. Elle est également collaboratrice scientifique du Centre de recherche et d’intervention sociologique (CRIS) de l’Université de Liège. Ses travaux portent sur la construction sociale et politique du cadre de vie et plus particulièrement sur la gestion des espaces périurbains. Elle a entamé une thèse en cotutelle avec le Lab’Urba (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et le CRIS sur la gestion des espaces périurbains dans les recompositions territoriales en Belgique et en France.

10Nicolas Oppenchaim est maître de conférences en sociologie à l’Université François Rabelais de Tours et chercheur au laboratoire Cités, territoires, environnement et sociétés (Citeres, UMR 7324). Il a soutenu en 2011 une thèse de sociologie à l’Université Paris-Est : Mobilité quotidienne, socialisation et ségrégation : une analyse à partir des manières d’habiter des adolescents de zones urbaines sensibles. Ses travaux se situent principalement dans le domaine de la sociologie urbaine et de la sociologie de l’exclusion.

11Burcu Özdirlik, architecte et urbaniste, est chargée de cours à l’Institut français d’urbanisme et chercheure au Lab’Urba (Université Paris-Est Marne-la-Vallée). Elle est doctorante, en dernière année de thèse (L’Organisation de l’action collective urbaine. Le développement du nouveau centre d’affaires d’Istanbul). Ses travaux portent sur la fabrication de la ville et l’action collective à travers deux entrées complémentaires : la régulation de la production de la ville et les pratiques de travail collaboratif dans le domaine de l’urbanisme.

12Clément Rivière est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et docteur en sociologie. Dans le cadre de sa thèse, il a interrogé le processus de socialisation urbaine sous l’entrée des pratiques parentales qui visent à encadrer les déplacements et les activités des enfants au sein des espaces publics urbains : Ce que tous les parents disent ? Approche compréhensive de l’encadrement parental des pratiques urbaines des enfants en contexte de mixité sociale (Paris-Milan), en cotutelle avec l’Observatoire sociologique du changement (Institut d’études politiques de Paris) et l’Università degli studi di Milano-Bicocca.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search