Version classiqueVersion mobile

La Jeune sociologie urbaine francophone

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Alain Bourdin
, 
Marie-Pierre Lefeuvre

Agrégation, ségrégation, gentrification

Pratiques urbaines et ségrégation : approche par l’encadrement parental en contexte de mixité sociale

Clément Rivière

Texte intégral

1Au cours des deux dernières décennies, la sociologie urbaine française a consacré une part non négligeable de son attention à la différenciation sociale des espaces (Brun & Rhein, 1994 ; Préteceille, 2006 et 2009) et aux contextes urbains les plus ségrégués (notamment, pour les quartiers populaires, Lepoutre, 1997, et Lapeyronnie, 2008 ; pour les espaces supérieurs, Pinçon & Pinçon-Charlot, 2007, et Cousin, 2008). Un intérêt croissant a été accordé à la prise en compte de la dimension stratégique du rapport à l’urbain, certains auteurs allant jusqu’à considérer que la recherche d’entre-soi se serait généralisée à l’ensemble des groupes sociaux (Maurin, 2004). Cette accumulation de travaux reflète l’urbanisation de la question sociale dans le débat politique français depuis le début des années 1980 (Préteceille, 2006), dont témoigne la centralité dans le débat sociologique des discussions autour du concept de « ghetto » et de la pertinence de son importation depuis les États-Unis pour qualifier les quartiers populaires les plus ségrégués (Wacquant, 2007 ; Lapeyronnie, 2008), mais aussi les espaces de résidence les plus sélectifs socialement (Pinçon & Pinçon-Charlot, 2007). Dans ce contexte scientifique, la mise au jour de la dimension stratégique des pratiques urbaines nous conduit à proposer de prendre au sérieux leur contribution à la ségrégation urbaine et de les intégrer à son étude.

LA DIMENSION STRATÉGIQUE DES PRATIQUES URBAINES

2Pour pouvoir montrer en quoi la dimension stratégique des pratiques urbaines – c’est-à-dire la gestion, par les citadins, de leurs usages des espaces publics ainsi que leur anticipation des interactions qui s’y déroulent – constitue un point aveugle de l’étude des processus ségrégatifs en milieu urbain, il convient bien entendu de commencer par définir ce qu’on entend par ce concept glissant et polysémique d’« espaces publics ».

3La distinction classique entre le pluriel – les espaces publics en tant qu’espaces physiques – et le singulier – l’espace public comme espace du débat politique, de la confrontation des opinions, de la communication – s’avère en définitive simple mais efficace, et surtout nécessaire afin d’éviter l’ambiguïté récurrente de ces termes. Il peut être utile de préciser qu’il s’agit bien ici d’espaces publics urbains, mais que nous conserverons, pour des raisons pratiques, le label d’espaces publics pour désigner les lieux publics et accessibles à tous, principalement le réseau viaire, les places et les parcs, auxquels nous ajouterons les transports en commun : bien que leur accès soit en théorie payant, la nécessité de la mobilité en contexte métropolitain justifie leur inclusion, l’expérience de la promiscuité consubstantielle à leur usage constituant l’une des principales caractéristiques de la vie urbaine moderne (Simmel, 1908, 1992.)

4Cette précision prend son sens au regard de l’unanimité des définitions des espaces publics quant à leur caractéristique principale, l’accessibilité, qui a pour conséquence théorique la diversité potentielle des interactants (voir notamment Joseph, 1984, et Lofland, 1998). Cristallisant l’imprévu (serendipity) propre à la vie urbaine (Hannerz, 1980, 1983), les espaces ouverts à tous constituent dans le même temps des théâtres d’expériences et de rencontres valorisées, mais aussi d’exposition de soi aux menaces extérieures (Sennett, 1990, 2009). C’est cette tension caractéristique de l’expérience des espaces publics, simultanément arènes de socialisation et de mise en danger de soi et d’autrui, qui rend particulièrement pertinent de prendre en compte la dimension stratégique des pratiques urbaines. Cette tension fondatrice de l’expérience des espaces publics entre exposition et socialisation fait en effet des pratiques urbaines – définies comme l’ensemble des activités et des déplacements réalisés au sein des espaces publics – un analyseur original des processus de socialisation et de ségrégation en milieu urbain, dans la mesure où elles permettent l’étude de la gestion des usages des espaces publics et de l’anticipation des interactions qui s’y déroulent (ou qui sont censées s’y dérouler du point de vue de leurs utilisateurs).

  • 1 Marylène Lieber restitue par exemple de manière probante la diversité des « tactiques de protectio (...)
  • 2 On pourrait dans certains cas imaginer d’autres types de « bases » comme le lieu de travail.

5La distinction de Michel de Certeau entre « tactique » et « stratégie » (1980, 1990, p. 59) permet de montrer en quoi les pratiques urbaines recèlent une dimension stratégique. Nous l’avons déjà approchée au cours d’une recherche sur les modalités de coprésence des supporters du club de football du Paris-Saint-Germain et des résidents du quartier autour du stade du Parc des Princes où celui-ci dispute ses rencontres (Rivière, 2007). Certes, on peut dans un premier temps considérer, avec Michel de Certeau, qu’à l’image de nombreuses pratiques quotidiennes, la circulation est « de type tactique » : elle consiste avant tout en un jeu avec les événements, dans un contexte où ils ne sont pas tous maîtrisables1. Mais sa lecture permet aussi d’observer que le rapport aux espaces publics revêt également une dimension stratégique, dans la mesure où leur pratique s’organise depuis un « lieu propre » qui sert de « base » à la gestion des relations avec autrui : principalement le domicile2. Alors que la tactique s’exprime dans les interactions ou dans leur évitement au sein des espaces publics, les pratiques de préparation et d’anticipation des interactions relèvent d’un rapport de type stratégique à l’urbain, distinct et complémentaire des choix résidentiels et scolaires auxquels les sociologues ont consacré davantage d’attention.

6Un exemple pour donner de la chair à cette distinction entre deux types de pratiques : qu’un individu se mette à écouter de la musique pour éviter une situation d’interaction qu’il considère comme déplaisante (mendicité, personne en état d’ivresse...) dans les transports en commun (pratique de type tactique) ne dit pas la même chose de son rapport à l’urbain que le fait d’acheter un baladeur expressément à cet effet, de veiller à l’emporter dans tous ses trajets en transports en commun, voire de ne plus les emprunter du tout (pratiques de type stratégique).

7Soulignons que l’emploi des termes de tactique et de stratégie n’implique en rien d’adhérer à une conception sous-socialisée de l’action : il ne s’agit pas de détacher ici les comportements individuels de processus plus structurels, mais au contraire d’essayer d’approcher empiriquement la structuration des pratiques urbaines par les institutions sociales et les discours publics, et plus largement par les rapports de classe, de genre et de « race », à partir de pratiques individuelles « ordinaires » (Lahire, 2005, 2007).

8Cette mise au jour de la dimension stratégique de la pratique sociale courante qu’est l’utilisation des espaces publics permet d’aborder les processus ségrégatifs en milieu urbain à partir d’un type particulier d’espaces, théoriquement non ségrégués. Il s’agit dès lors d’essayer d’étudier la contribution des pratiques urbaines à la ségrégation, considérée comme l’inégale distribution des groupes sociaux dans l’espace urbain et comme l’ensemble des processus et des actions qui conduisent à leur séparation. La diversité des faits sociaux rassemblés sous la bannière de la notion « éminemment polysémique » (Grafmeyer, 1994, p. 85) de ségrégation nous conduit à décomposer la ségrégation urbaine en trois dimensions complémentaires et entremêlées : la ségrégation résidentielle, la ségrégation fonctionnelle et les pratiques urbaines.

9La ségrégation urbaine est le plus souvent étudiée sous l’angle de la ségrégation résidentielle, c’est-à-dire l’inégale distribution résidentielle des groupes sociaux dans l’espace urbain (voir par exemple Massey & Denton, 1995, et Préteceille, 2006 et 2009). Cette forme de ségrégation est un objet d’étude classique de la sociologie urbaine : mesurée principalement à partir de données quantitatives comme les données censitaires et par l’intermédiaire d’indices ou de typologies, elle a été et elle demeure étudiée dans des perspectives tendanciellement distinctes selon les préoccupations politiques et scientifiques qui structurent les contextes nationaux des enquêtes. Proposant une évaluation relativement fiable de la distribution des populations selon le critère considéré (profession, catégories ethno-raciales, âge, etc.), l’analyse quantitative de la ségrégation résidentielle présente l’intérêt majeur de permettre d’étudier son évolution de manière diachronique, fournissant ainsi des données de cadrage robustes pour l’étude des rapports entre groupes sociaux au sein d’un espace donné.

10Le concept de ségrégation a également été mobilisé dans l’étude d’un aspect de la vie urbaine distinct de la distribution résidentielle : nous appellerons ici ségrégation fonctionnelle l’inégale distribution, dans l’espace urbain, des groupes sociaux dans le cadre de leurs activités professionnelles ou de formation. Parmi les institutions, équipements et espaces concernés, l’école a particulièrement attiré l’attention des sociologues pour le rôle qu’elle joue dans la reproduction des positions sociales. S’inscrivant dans le cadre d’une longue tradition de recherche sur la socio-différenciation du rapport à l’école, les travaux sur la ségrégation scolaire se sont ainsi multipliés ces vingt dernières années (pour des exemples de travaux français récents, voir notamment Oberti, 2007, et Van Zanten, 2009). À l’articulation de la sociologie de l’éducation et de la sociologie urbaine, ces travaux ont permis d’affiner l’analyse de la ségrégation urbaine et de rendre compte de la nécessité de ne pas la réduire à sa seule composante résidentielle. De fait, l’exemple de l’école montre bien que les distributions résidentielles des populations ne coïncident pas nécessairement avec l’utilisation des équipements situés dans les espaces correspondants.

11La résidence et les activités professionnelles ou de formation constituent donc deux dimensions entremêlées de la ségrégation urbaine. À partir de ce constat provisoire, nous proposons d’intégrer une troisième dimension, celle des pratiques urbaines. La tension entre exposition et socialisation fait des espaces publics des terrains propices à une approche « par le bas » de la ségrégation urbaine, un peu à la manière dont Michèle Lamont s’est intéressée à la place attribuée aux immigrés par des travailleurs ordinaires, et dont elle a ainsi complété une littérature sur l’intégration et la citoyenneté qui tend à se focaliser sur les politiques publiques (Lamont, 2000, 2002). Une telle perspective permet d’appréhender, à partir de pratiques quotidiennes, le rapport entretenu avec les autres groupes sociaux, mais aussi avec l’État et avec l’ensemble des institutions chargées de la surveillance et de l’entretien des espaces publics, et donc de mettre empiriquement à l’épreuve des thèses transversales comme celle de la « grande peur » de l’exposition (Sennett, 1990, p. 18) ou du « séparatisme social » généralisé (Maurin, 2004). Cette distinction de trois registres de production de la ségrégation urbaine ouvre d’autre part la possibilité de travailler sur leur articulation : ils doivent être considérés comme imbriqués et en interaction. En particulier, les premières pratiques enfantines de mobilité autonome s’observent à proximité immédiate du lieu d’habitation : le processus d’autonomisation est éminemment graduel, le niveau d’interconnaissance associé aux espaces fréquentés jouant notamment un rôle majeur.

LA CONSTRUCTION D’UN OBJET ADÉQUAT : L’ENCADREMENT PARENTAL DES PRATIQUES URBAINES ENFANTINES

12Prendre au sérieux la dimension stratégique des pratiques urbaines permet de défricher un large domaine d’exploration, puisque les conduites que l’on qualifiera de conduites d’évitement urbain – en important le concept d’évitement scolaire depuis la littérature sur l’école – peuvent être celles de tous les utilisateurs des espaces publics, indépendamment de leur âge et de leurs propriétés sociales.

  • 3 Pour un exemple parmi tant d’autres, voir Pérez López (2009).

13Le cas des enfants est toutefois particulièrement intéressant (Karsten, 1998), auquel le champ des Segregation Studies n’a consacré qu’assez peu d’attention – manque d’intérêt de la recherche inversement proportionnel à celui qu’elle manifeste pour les « enfants de la rue3 ». Trois raisons principales plaident pour l’intégration des pratiques enfantines de l’espace à l’étude de la ségrégation urbaine :

  1. Les enfants sont les citadins les plus confrontés à la ségrégation résidentielle. D’abord parce que la restriction de leur liberté de mouvement réduit tendanciellement leur périmètre de mobilité, et l’on sait que la ségrégation résidentielle est plus intense à mesure que l’on prend en compte des unités d’analyse plus réduites (Karsten, 1998 ; Préteceille, 2006). Mais aussi parce que pour un même groupe social, la ségrégation résidentielle des enfants semble plus intense que celle des adultes (Oberti, Préteceille & Rivière, 2012).
  2. La littérature sur les modalités de coexistence de populations hétérogènes en milieu urbain a bien montré la centralité des pratiques éducatives et celle des enfants dans les tensions observées (Chamboredon & Lemaire, 1970 ; Butler, 2003 ; Martin, 2008).
  3. Relevée par de nombreux travaux (Butler, 2003 ; Oberti, 2007 ; Henriot-Van Zanten, 2009), la crispation parentale autour du choix de l’école et de la réussite scolaire, dans un contexte où les trajectoires de déclassement sont de plus en plus fréquentes (Peugny, 2009), pourrait ne pas se cantonner à l’espace scolaire.
  • 4 Le travail d’Aurélia Mardon sur les relations entretenues par les jeunes filles avec leurs mères a (...)

14Défini comme l’ensemble des pratiques parentales visant à encadrer les déplacements et les activités des enfants au sein des espaces publics, l’encadrement parental des pratiques urbaines enfantines constitue un objet d’étude approprié. Le fait qu’une partie importante de la socialisation « n’est pensée ou voulue par personne », ses différentes modalités pouvant par ailleurs se contredire mutuellement (Lahire, 2005, 2007, p. 273), ne remet pas en cause la contribution empirique de cette approche : on s’intéresse ici aux pratiques parentales et aux représentations qui les sous-tendent, en ne préjugeant pas de l’efficacité de cet encadrement, dont l’évaluation empirique nécessiterait un autre protocole d’enquête4.

15Alors que les familles développent « de nouvelles stratégies de préservation et de reproduction » dans le domaine scolaire (Felouzis & Perroton, 2009, p. 94) et que les groupes de pairs jouent un rôle croissant dans la socialisation des jeunes adolescents (Pasquier, 2005), il est légitime de se demander dans quelle mesure ces stratégies peuvent s’étendre à l’espace urbain. Si l’on observe que « la ségrégation scolaire est toujours plus forte que la ségrégation urbaine » (Felouzis & Perroton, 2009, p. 95), on peut envisager les espaces publics comme des espaces de déségrégation relative, et donc, d’exercice du contrôle parental, du fait de la diversité des rencontres et des fréquentations possibles. D’où ces deux séries d’interrogations : dans quelle mesure les logiques d’encadrement parental des pratiques urbaines sont-elles congruentes avec celles qu’on relève au niveau des pratiques scolaires ? Trouve-t-on la même différenciation dans le rapport aux espaces publics que dans le rapport à l’école, les mêmes évolutions ? D’autre part, y a-t-il une dialectique entre les pratiques scolaires et urbaines ? En particulier, dans quelle mesure les pratiques urbaines sont-elles structurées par l’institution et par les stratégies scolaires ?

16L’encadrement parental des pratiques urbaines enfantines correspondrait ainsi au volet urbain du « travail parental », défini par Jean-Hugues Déchaux comme « l’ensemble des activités réalisées dans le cadre familial par des adultes en situation de parents en charge d’enfant(s) » (2009, p. 14). Du point de vue du rapport à l’espace urbain, il est intéressant d’envisager comme lui la parentalité en tant qu’« accomplissement pratique » (ibid.) : au-delà du fait qu’elle rend indifférent le choix d’interroger des couples hétéro-ou homoparentaux, cette perspective permet d’affiner l’observation classique que le rapport au quartier de résidence change au moment de l’arrivée d’un enfant. En effet, si le rôle de l’école est bien connu, on peut se demander si l’encadrement parental des pratiques urbaines enfantines, « travail » de supervision et d’accompagnement quotidien, ne constitue pas lui aussi une des manifestations du changement du rapport au quartier. De même que l’étude de la production du « tri urbain » intègre la pratique professionnelle d’un certain nombre d’acteurs comme les agents immobiliers (Grafmeyer, 1994, p. 110), il est légitime de s’intéresser ici à un type de « travail » non marchand qui y contribue lui aussi.

17Bien entendu, ce volet urbain du travail parental ne le résume ; il ne résume pas davantage les conduites à risques auxquelles les parents se trouvent confrontés et face auxquelles ils peuvent mettre en œuvre diverses stratégies (Le Pape, 2009). Par ailleurs, l’étude de l’encadrement parental des pratiques urbaines enfantines ne se limite pas aux risques qu’ils peuvent envisager, dans la mesure où la prise d’autonomie urbaine met plus largement en jeu acquisition de compétences et sociabilité.

UNE APPROCHE LOCALISÉE ET COMPARÉE EN CONTEXTE DE MIXITÉ SOCIALE

18Inscrire cette recherche dans le champ de la sociologie urbaine exige de faire la lumière sur le statut de l’espace dans l’analyse. Si l’encadrement parental peut être abordé dans tous les types de contextes urbains, l’étude de la socio-différenciation qui l’affecte est facilitée par le choix d’espaces semi-périphériques de mixité sociale, que caractérisent l’hétérogénéité sociale et culturelle et la densité relativement importante de leur population. Surtout, les pratiques qui nous intéressent gagnent à être étudiées en contexte de mixité sociale et de densité résidentielle importante, car les espaces publics s’y approchent de leur définition idéale : la libre accessibilité s’y conjugue avec une grande diversité des interactants potentiels. L’analyse des pratiques urbaines dans un contexte non ségrégué, d’un point de vue théorique (définition des espaces publics) mais aussi empirique (contextes de mixité sociale), permet en effet de mieux en saisir la dimension stratégique que dans des espaces plus ségrégués ; la dimension structurelle de l’expérience de l’altérité sociale y favorise l’étude de la gestion de cette dernière à travers les pratiques quotidiennes, davantage que lorsque les « coûts d’interaction » sont par exemple diminués au préalable par le choix d’un espace résidentiel protégé (Cousin, 2008, passim).

19De plus, la variation de la présence des enfants dans les espaces publics, dans le temps (Ariès, 1973 ; Vercesi, 2008), mais aussi dans l’espace (Vercesi, 2008), reflète la structuration de l’encadrement parental par les contextes locaux et invite à son étude comparée. Nous avons choisi pour ce faire des espaces situés dans deux villes qui ont pour point commun d’être des « villes européennes », dont les espaces publics se distinguent de ceux des grandes villes américaines et asiatiques (Häussermann & Haila, 2005), mais qui appartiennent à deux contextes nationaux distincts : Paris et Milan. Les caractéristiques contrastées de ces deux contextes permettent en effet d’affiner l’approche des mécanismes et des institutions qui structurent les pratiques urbaines, en particulier cinq d’entre elles :

  1. Le rapport à l’école et à la réussite scolaire : comparer un terrain parisien avec un espace situé dans un contexte où la préoccupation des parents pour le choix de l’école et la réussite scolaire est moins prononcée, du fait du rôle relativement plus décisif du capital social sur le marché du travail (Cousin, 2009), permet de mettre en jeu les modèles (objectifs et subjectifs) de mobilité sociale.
  2. Les structures familiales : appréhendée de façon plus large que dans sa dimension nucléaire, la famille constitue un pourvoyeur potentiel de services à Paris comme à Milan, mais les différences entre les modes d’organisation de la protection sociale se retrouveront probablement dans les manières dont les solidarités familiales structurent le rapport à l’espace local.
  3. L’histoire et les dynamiques migratoires : si les deux métropoles rassemblent une part importante des immigrés dans les deux pays, le décalage temporel des flux d’immigration et l’absence symptomatique de « modèle d’intégration » en Italie font de Paris et de Milan deux espaces où la présence immigrée structure différemment les discours publics.
  4. Les structures urbaines : les grandes villes italiennes semblent être moins ségréguées que leurs homologues françaises, et la hiérarchisation sociale des espaces, moins prononcée. La France et Paris correspondraient ainsi davantage à des sociétés de « classes spatiales » que l’Italie et Milan, le lien entre mobilité sociale et mobilité résidentielle paraissant en particulier plus ténu à Milan qu’à Paris.
  5. Les discours sur la mixité sociale : la place de la mixité sociale dans le débat politique et scientifique est bien moindre en Italie qu’en France. L’absence d’équivalent ou de traduction en italien du concept de « mixité sociale » est à ce titre symptomatique.
  • 5 Îlots regroupés pour l’information statistique, unités élémentaires de recensement pour l’INSEE.

20Les terrains sélectionnés pour l’enquête sont un espace du 19e arrondissement de Paris, composé de 51 IRIS5 situés à l’est du canal de l’Ourcq (125 393 habitants d’après le recensement de 2008), et le triangle Monza-Padova (70 600 habitants d’après le recensement de 2001), délimité par le viale Monza à l’ouest et la via Palmanova à l’est. Il porte le nom d’une autre voie de circulation qui le traverse, la via Padova, axe historique du développement de la ville de Milan. Le sommet de ce triangle est formé par le piazzale Loreto et sa base, par la frontière entre Milan et Sesto San Giovanni. Ces deux espaces ne correspondent pas à des « quartiers » vécus en tant que tels par les parents que nous avons rencontrés dans le cadre des entretiens, mais à deux contextes urbains cohérents. Notion fluctuante (Authier et al., 2007), le « quartier » est en effet une échelle d’analyse qui risque de cantonner les enquêtés dans des limites spatiales arbitraires et de rendre plus délicate la distinction fine d’espaces considérés comme plus ou moins publics et lointains (Lofland, 1998). Il ne s’agit donc pas de monographies de quartiers, mais d’une approche localisée en contexte de mixité sociale. La composition hétérogène de leur population, pour l’origine nationale autant que pour les catégories sociales, a été décisive dans le choix de ces deux terrains. Leur histoire offre par ailleurs d’importantes similitudes : anciens villages absorbés par l’expansion de la métropole, ils ont tous deux connu une présence marquée de l’industrie avant d’être confrontés aux effets du processus de désindustrialisation.

  • 6 Deux corpus complémentaires aux entretiens ont été parallèlement constitués, l’un rassemblant des (...)

21Le dispositif d’enquête a été principalement construit autour de la technique de l’entretien semi-directif, perspective méthodologique appropriée du fait de la « dimension d’évidence » des pratiques étudiées, dont les enquêtés sont loin d’être toujours conscients6. L’observation au sein de familles aurait pu constituer une alternative pour dépasser les limites inhérentes à l’entretien, mais ce choix n’aurait certainement pas permis de rencontrer le même nombre de familles, perspective peu propice à l’étude de la différenciation sociale des pratiques (Le Pape, 2009).

  • 7 La conversion dans la nomenclature INSEE pour la profession des enquêtés milanais a été permise pa (...)

22Deux critères ont été définis pour sélectionner les enquêtés : habiter les terrains d’enquête et avoir au moins un enfant âgé de 8 à 14 ans, l’ampleur de cette tranche d’âge permettant d’étudier les étapes de l’encadrement parental et de la prise d’autonomie urbaine des enfants, à l’interface de la scolarité primaire et secondaire. La sélection des parents s’est principalement fondée sur leur catégorie socioprofessionnelle d’appartenance, se concentrant sur les catégories 3, 4 et 5 de la nomenclature INSEE7. Notre échantillon regroupe donc principalement des familles appartenant aux catégories moyennes, moyennes-supérieures et intermédiaires. Entre le printemps 2009 et l’automne 2011, 78 entretiens (43 à Milan, 35 à Paris, d’une durée de 45 minutes à 2 h 45) ont été conduits sur les deux terrains auprès de 88 parents (51 mères, 17 pères, 10 couples) de 123 enfants de la tranche d’âge définie (171 enfants au total).

ENCADREMENT PARENTAL, SÉGRÉGATION DE GENRE ET DIFFÉRENCIATION LOCALE DES FIGURES DU DANGER

23L’exploitation des entretiens conduit à formuler une première observation : alors que les parents rencontrés tendent à faire état d’un encadrement des pratiques urbaines ajusté aux traits de caractère des enfants, la dimension de genre est structurante et transversale aux milieux sociaux.

24L’évocation et la description du « caractère » des enfants reviennent ainsi de manière récurrente dans les propos des parents, en particulier ceux qui ont plusieurs enfants. Heures de sorties, autorisations et pratiques diffèrent non seulement en fonction de l’âge, mais aussi, au sein d’une même famille, en fonction de traits de caractère ou d’attributs psychologiques associés à tel ou tel enfant, « ouvert », « autonome », « naïf », « tête brûlée », « distrait », etc. En particulier, l’envie de sortir, le fait d’être ou de ne pas être un enfant « casanier » revient régulièrement dans leurs propos. À l’image de l’adoption, certains éléments du parcours biographique peuvent également participer d’un traitement différencié des enfants.

  • 8 Les prénoms des enquêtés et de leurs enfants ont été modifiés.

C’est-à-dire qu’il n’y a que le grand qui a le droit d’aller chez des copains, le deuxième je ne lui fais pas confiance, c’est une question de caractère, je ne lui fais pas confiance, pour aller tout seul chez un copain ça je ne lui fais absolument pas confiance. (Vincente8, encadrant courrier à La Poste, Paris ; deux fils de 13 et 11 ans, une fille de 8 ans)

25En contraste avec cette personnalisation de l’encadrement, les entretiens permettent d’observer la prégnance de la dimension de genre, non seulement dans les représentations parentales mais aussi dans les pratiques d’encadrement mises en œuvre. Les garçons sont ainsi considérés comme moins vulnérables dans leur très grande majorité, alors que la rue est regardée comme plus menaçante pour les filles ou, tout du moins, comme une arène de sollicitations plus pressantes. Alors que les premiers sont souvent décrits comme moins « matures » que les filles au même âge, l’encadrement des pratiques urbaines est plus strict pour les secondes, en particulier en ce qui concerne leur habillement. Ce traitement différencié s’exprime également à travers des horaires de retour moins lâches et un contrôle majeur des lieux autorisés à la fréquentation. Pour les filles, « on fait un peu plus attention ». On leur apprend « comment réagir » :

Question. — Jusqu’ici ils n’ont donc pas eu de problèmes dans le quartier ?

Réponse. — Non. Peut-être... Une fois ma fille, dans le métro je crois, nous étions ensemble, ma fille m’agrippe et me dit :« Maman, un homme n’arrêtait pas de me regarder les jambes, mais pourquoi, qu’est-ce qu’il voulait ? » Elle avait un peu peur en fait. Cet homme devait la regarder d’un peu trop près... Je lui ai dit : « C’est normal, tu commences à devenir une jeune femme ! Défends-toi, fais attention, mais ne dramatise pas. » [...] C’était pareil pour moi à son âge, pour être honnête, des blondes aux yeux bleus... Quand j’avais treize ans c’était quelque chose... C’était impossible d’aller faire un tour. (Maria, administratrice de biens immobiliers, Milan ; une fille de 12 ans, deux fils de 12 et 9 ans)

26Moins stricte auprès des filles les plus jeunes, la veille vestimentaire s’accentue avec la puberté et l’amplitude accrue des mobilités :

Bon, après, elle a des consignes, de ne pas aller se balader dans le métro avec une jupe comme ça, un machin jusque-là quoi [elle pose ses mains à mi-hauteur de ses cuisses]. Je lui ai dit cette nuit-là : « C’est où tu veux mais pas toute seule », il y a un minimum de... Pour revenir sur les consignes, ça évolue avec l’âge aussi, donc c’est vrai qu’aujourd’hui les consignes du métro c’est : « Tu te couvres les épaules, tu te couvres les seins et puis tu te couvres les cuisses », le reste c’est pas très grave... Voilà, tu ne provoques pas, tu n’attires pas le regard, essaie d’être neutre, regarde le paysage. [Rire.] (Monique, cadre de ressources humaines dans le secteur privé, Paris ; une fille de 14 ans)

27En écho à certains travaux de géographes sur la mobilité indépendante des enfants, qui font état, dans des contextes urbains variés, d’une différenciation des modalités d’accès des garçons et des filles aux espaces publics (Valentine & McKendrick, 1997 ; Karsten, 1998), ces pratiques renvoient à une expérience plus large de ces espaces qui est fortement structurée par la dimension de genre, en particulier du côté des mères. Ce qui correspond à une véritable restriction genrée de l’accès aux espaces publics n’est pas sans rappeler les observations sur des terrains souvent considérés a priori comme plus hostiles aux femmes : les pratiques quotidiennes des parents rencontrés dans le 19e arrondissement et dans le triangle Monza-Padova montrent bien que la restriction de l’accès des femmes aux espaces publics n’est pas l’apanage des « cités » (Clair, 2005) ni de pays lointains souvent considérés comme rétrogrades (Le Renard, 2011).

28Produite par un contrôle plus strict de l’accès des filles aux espaces publics, la ségrégation de genre est une première manifestation du caractère ségrégatif de l’encadrement parental des pratiques urbaines enfantines.

29Illustrant la variation dans le temps et dans l’espace des figures du danger au sein des espaces publics (Lofland, 1998), les préoccupations parentales diffèrent toutefois sensiblement sur les deux terrains. La méfiance marquée envers les « étrangers » (stranieri) observée à Milan s’oppose ainsi à une articulation plus complexe de l’ethnicité avec le genre, l’âge et la classe dans la construction du stigmate à Paris, qui s’exprime à travers la figure des « jeunes », euphémisme désignant les jeunes garçons des catégories populaires et d’origine immigrée, communément associés à la microcriminalité et à des usages considérés comme impropres des espaces publics.

30La consommation et/ou la vente de drogue, l’appropriation plus ou moins bruyante de certains espaces sont également fréquemment reprochées aux « étrangers » par les parents du triangle Monza-Padova, qui tendent à les considérer comme des interactants potentiellement dangereux pour leurs enfants – en particulier pour les filles. L’idéalisation fréquente des rapports sociaux prévalant dans le quartier – décrit comme bien plus sûr alors pour les enfants – avant l’apparition puis l’essor de l’immigration s’accompagne de pratiques d’évitement des espaces qui sont le plus étroitement associés à cette présence immigrée, ainsi que d’une structuration forte des peurs parentales autour de la figure du « clandestin » et de la violence associée aux relations interethniques. Les menaces considérées sont de deux ordres : celles qui sont liées à des représentations plus générales des immigrés comme prédateurs (agressions, racket, voire enlèvement) et celles qui sont associées à leur présence visible dans l’espace local (trafic de drogue, saleté, bris de bouteille, maladies).

31Bien que les craintes pour l’intégrité physique des enfants ne soient pas complètement dissociées de la figure des jeunes dans le 19e arrondissement, les préoccupations parentales s’y concentrent davantage autour des enjeux de socialisation. Les jeunes, dont l’origine étrangère demeure le plus souvent implicite, sont avant tout considérés comme des fréquentations non désirables, y compris pour les parents appartenant aux catégories les moins favorisées et/ou d’origine étrangère, dont les enfants sont souvent ceux qui disposent de davantage de temps libre en dehors de l’école. Ce temps risque alors d’être mis à profit pour « traîner » dans le quartier, activité quasi unanimement condamnée mais en définitive moins sérieusement envisagée par les parents des classes moyennes et moyennes supérieures, dont les enfants entretiennent généralement un rapport plus instrumental aux espaces publics, renforcé par une propension majeure à l’évitement scolaire. Contrastant fortement avec leurs modèles de réussite sociale et scolaire, les jeunes font l’objet d’une critique morale forte de la part de nombre des parents rencontrés, notamment du fait de leur visibilité et de leur intense sociabilité dans les espaces publics, assez semblable à celle qu’on peut observer dans les quartiers périphériques d’habitat social (Lepoutre, 1997 ; Lapeyronnie, 2008). Si cette différenciation de la principale figure perçue à Paris et à Milan comme une menace pour les enfants (à l’exception de celle du pédophile, qui est transversale) revêt une dimension idéal-typique et doit faire l’objet de nuances pour chacun des cas, elle montre bien le rôle des structures sociales et urbaines autant que des héritages historiques dans la construction de l’évitement urbain, second vecteur par lequel les pratiques urbaines contribuent à la fabrique quotidienne de la ségrégation, y compris en contexte de mixité sociale.

*

32La restriction genrée de l’accès aux espaces publics et la structuration locale des figures du danger éclairent le caractère potentiellement ségrégatif de l’encadrement parental des pratiques urbaines enfantines. S’il s’agissait ici avant tout de bien délimiter les contours de ce point aveugle que sont les pratiques urbaines dans l’étude de la fabrique de la ségrégation, l’exploitation approfondie des entretiens doit nous permettre d’examiner plus finement les rouages de l’évitement urbain. Au cœur du travail empirique, l’étude de la différenciation des pratiques et des représentations des parents rencontrés est l’occasion d’aborder la structuration sociale de l’encadrement parental, mais aussi d’en envisager la dimension structurante.

33Ainsi, la contradiction relevée entre la personnalisation du traitement des enfants et la préoccupation transversale pour la tranquillité des filles n’est pas simplement une nouvelle illustration de la force avec laquelle la dimension de genre différencie les utilisations des espaces publics : elle permet de mieux comprendre comment se fabrique l’association entre espaces publics, féminité et danger (Lieber, 2008), que l’encadrement parental des pratiques urbaines contribue sans aucun doute à produire et reproduire. Ces pratiques parentales constituent donc un objet sociologique dont l’intérêt est double, du point de vue de la ségrégation et du mélange dans les espaces urbains : s’il concerne avant tout les pratiques urbaines des enfants à l’instant t, on est en droit de penser que l’encadrement parental maintient une empreinte à plus long terme sur le rapport qu’entretiennent ces derniers avec leur espace de résidence et à la ville.

Bibliographie

Bibliographie

Ariès Philippe (1973), L’Enfant et la Vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil.

Authier Jean-Yves, Bacqué Marie-Hélène & Guérin-Pace France (dir.) (2007), Le Quartier : enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte.

Brun Jacques & Rhein Catherine (dir.) (1994), La Ségrégation dans la ville : concepts et mesures, Paris, L’Harmattan.

Butler Tim (2003), “Living in the Bubble : Gentrification and its ‘Others’ in North London”, Urban Studies, vol. 40, no 12, p. 2469-2486.

Certeau Michel de (1980, 1990), L’Invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

Chamboredon Jean-Claude & Lemaire Madeleine (1970), « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, vol. 11, no 1, p. 3-33.

Clair Isabelle (2008), Les Jeunes et l’Amour dans les cités, Paris, Armand Colin.

Cousin Bruno (2008), Cadres d’entreprise et quartiers de refondation à Paris et à Milan, thèse de doctorat de sociologie, Institut d’études politiques de Paris/Università degli Studi di Milano-Bicocca.

— (2009), « La stratification sociale en Italie et les paradoxes de la modernisation conservatrice », dans L’Italie contemporaine de 1945 à nos jours, Marc Lazar (dir.), Paris, Fayard.

Déchaux Jean-Hugues (2009), « Travail parental et parenté : parlons-nous de la même chose ? », Informations sociales, no 154, p. 14-20.

Felouzis Georges & Perroton Joëlle (2009), « Grandir entre pairs à l’école. Ségrégation ethnique et reproduction sociale dans le système éducatif français », Actes de la recherche en sciences sociales, no 180, p. 92-101.

Grafmeyer Yves (1994), « Regards sociologiques sur la ségrégation », dans La Ségrégation dans la ville : concepts et mesures, Jacques Brun & Catherine Rhein (dir.), Paris, L’Harmattan, p. 85-118.

Hannerz Ulf (1980, 1983), Explorer la ville : éléments d’anthropologie urbaine, Isaac Joseph (trad.), Paris, Éditions de Minuit.

Häussermann Hartmut & Haila Anna (2005), “The European City : a Conceptual Framework and Normative Project”, dans Cities of Europe : Changing Contexts, Local Arrangements, and the Challenge to Urban Cohesion, Yuri Kazepov (dir.), Malden, Blackwell Publishing, p. 43-63.

Henriot-Van Zanten Agnès (2009), Choisir son école : stratégies familiales et médiations locales, Paris, Presses universitaires de France.

Joseph Isaac (1984), Le Passant considérable : essai sur la dispersion dans l’espace public, Paris, Librairie des Méridiens.

Karsten Lia (1998), “Growing up in Amsterdam : Differentiation and Segregation in Children’s Daily Lives”, Urban Studies, vol. 35, no 3, p. 565-581.

Lahire Bernard (2005, 2007), L’Esprit sociologique, Paris, La Découverte.

Lamont Michèle (2000, 2002), La Dignité des travailleurs : exclusion, race, classe et immigration en France et aux États-Unis, Marie-Paule Mitra (trad.), Paris, Presses de Sciences po.

Lapeyronnie Didier (2008), Ghetto urbain : ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont.

Le Pape Marie-Clémence (2009), La Famille à l’épreuve des risques. Logiques éducatives et stratification sociale, thèse de doctorat de sociologie, Institut d’études politiques de Paris.

Lepoutre David (1997), Cœur de banlieue : codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob.

Le Renard Amélie (2001), Femmes et espaces publics en Arabie saoudite, Paris, Dalloz.

Lieber Marylène (2008), Genre, violences et espaces publics : la vulnérabilité des femmes en question, Paris, Presses de Sciences po.

Lofland Lyn H. (1998), The Public Realm : Exploring the City’s Quintessential Social Territory, New York, Aldine De Gruyter.

Mardon Aurélia (2001), « La génération Lolita : stratégies de contrôle et de contournement », Réseaux, no 168-169, p. 111-132.

Martin Leslie (2008), “Protecting Children in Gentrifying Communities”, City and Community, vol. 7, no 4, p. 331-346.

Massey Douglas & Denton Nancy (1994, 1995), American Apartheid, Ada Grigorova & Irène Markowicz (trad.), Paris, Descartes & Cie.

Maurin Éric (2004), Le Ghetto français : enquête sur le séparatisme social, Paris, Seuil.

Oberti Marco (2007), L’École dans la ville : ségrégation, mixité, carte scolaire, Paris, Presses de Sciences po.

Oberti Marco, Préteceille Edmond & Rivière Clément (2012), Les Effets de l’assouplissement de la carte scolaire dans la banlieue parisienne, rapport pour la HALDE-DEPP, Paris, Presses de Sciences po.

Pasquier Dominique (2005), Cultures lycéennes : la tyrannie de la majorité, Paris, Éditions Autrement.

Peugny Camille (2009), Le Déclassement, Paris, Grasset.

Pérez López Ruth (2009), Vivre et survivre à Mexico : enfants et jeunes de la rue, Paris, Éditions Karthala.

Pinçon Michel & Pinçon-Charlot Monique (2007), Les Ghettos du gotha : comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Seuil.

Préteceille Edmond (2006), « La ségrégation contre la cohésion sociale : la métropole parisienne », dans L’Épreuve des inégalités, Hugues Lagrange (dir.), Paris, Presses universitaires de France, p. 195-246.

— (2009), « La ségrégation ethnoraciale a-t-elle augmenté dans la métropole parisienne ? », dans Revue française de sociologie, vol. 50, no 3, p. 489-519.

Rivière Clément (2007), Les Supporters du Paris-Saint-Germain et les Riverains du parc des Princes : éléments d’étude d’une coprésence périodique en milieu urbain, mémoire présenté pour le master de recherche en sociologie, Institut d’études politiques de Paris.

Sennett Richard (1990, 2009), La Conscience de l’œil : urbanisme et société, Dominique Dill (trad.), Lagrasse, Verdier.

Simmel Georg (1908, 1992), « Excursus sur la sociologie des sens », dans Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation, Lilyane Deroche-Gurcel & Sibylle Muller (trad.), Paris, Presses universitaires de France, p. 629-644.

Valentine Gill & McKendrick John (1997), “Children’s Outdoor Play : Exploring Parental Concerns About Children’s Safety and the Changing Nature of Childhood”, Geoforum, vol. 28, no 2, p. 219-235.

Vercesi Monica (2008), La mobilità autonoma dei bambini tra ricerca e interventi sul territorio, Milano, Franco Angeli.

Wacquant Loïc (2007), Parias urbains : ghetto, banlieues, État, Sébastien Chauvin (trad.), Paris, La Découverte.

Notes

1 Marylène Lieber restitue par exemple de manière probante la diversité des « tactiques de protection » mises en œuvre par les femmes lors de leurs déplacements dans les espaces publics (Lieber, 2008, p. 59).

2 On pourrait dans certains cas imaginer d’autres types de « bases » comme le lieu de travail.

3 Pour un exemple parmi tant d’autres, voir Pérez López (2009).

4 Le travail d’Aurélia Mardon sur les relations entretenues par les jeunes filles avec leurs mères au sujet de leur habillement montre ainsi clairement leur capacité à « ruser » pour contourner les consignes et les interdits parentaux (Mardon, 2011).

5 Îlots regroupés pour l’information statistique, unités élémentaires de recensement pour l’INSEE.

6 Deux corpus complémentaires aux entretiens ont été parallèlement constitués, l’un rassemblant des documents municipaux ou associatifs et des coupures de presse couvrant la période 2009/mi-2011 sur les deux terrains, et l’autre des notes d’observation ethnographique non systématique.

7 La conversion dans la nomenclature INSEE pour la profession des enquêtés milanais a été permise par le travail de Bruno Cousin, qui a établi une « liste des correspondances permettant d’exprimer en termes de CS les données construites par l’ISTAT lors du 13e recensement » de la population italienne (Cousin, 2008, p. 153).

8 Les prénoms des enquêtés et de leurs enfants ont été modifiés.

Auteur

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et docteur en sociologie. Dans le cadre de sa thèse, il a interrogé le processus de socialisation urbaine sous l’entrée des pratiques parentales qui visent à encadrer les déplacements et les activités des enfants au sein des espaces publics urbains : Ce que tous les parents disent ? Approche compréhensive de l’encadrement parental des pratiques urbaines des enfants en contexte de mixité sociale (Paris-Milan), en cotutelle avec l’Observatoire sociologique du changement (Institut d’études politiques de Paris) et l’Università degli studi di Milano-Bicocca.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search