Version classiqueVersion mobile

La Jeune sociologie urbaine francophone

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Alain Bourdin
, 
Marie-Pierre Lefeuvre

Agrégation, ségrégation, gentrification

Des classes populaires en recomposition dans le périurbain : accès à la propriété pavillonnaire et restructurations de l’emploi industriel (1982-1999)

Violaine Girard

Texte intégral

  • 1 Les noms de lieux et de personnes ont été changés afin de préserver l’anonymat des ménages rencontr (...)

1Territoire de la périphérie rurale d’une grande agglomération régionale, la Riboire1 ne correspond pas aux représentations dominantes des espaces résidentiels périurbains, souvent perçus comme dédiés à l’entre-soi de classes moyennes soucieuses de leur cadre de vie. Elle est au contraire un territoire à la fois industriel et ouvrier : depuis les années 1970, elle est le siège d’un redéploiement industriel massif où dominent les ménages d’accédants à la propriété issus des classes populaires. Or ce type d’espace pavillonnaire éloigné des grands centres urbains et caractérisé par le maintien au premier plan des ouvriers et employés, est resté jusqu’ici relativement peu étudié par les sociologues. Comme le soulignent Julian Mischi et Nicolas Renahy, ces espaces, qui constituent pourtant l’une des composantes des « mondes ouvriers » (2008, p. 10) contemporains, sont souvent oubliés lorsqu’il s’agit d’évoquer les transformations actuelles des classes populaires, plus souvent abordées à travers le prisme de contextes urbains.

  • 2 Nous reprenons ici la notion de classes populaires qu’Olivier Schwartz (1998) définit autour de deu (...)

2Au croisement de la sociologie urbaine et de la sociologie de la stratification sociale, notre démarche vise à complexifier l’approche de la catégorie « du » périurbain, en mettant au jour les évolutions à l’œuvre au sein d’un territoire devenu, comme beaucoup d’autres au cours des années 1980 et 1990, un lieu d’accueil privilégié pour de nombreux ménages des fractions supérieures des classes populaires2. L’analyse localisée permet en effet de saisir dans leur contexte les liens entre les transformations des lieux et des formes d’emploi dans les périphéries urbaines, d’une part, et les recompositions qui s’observent parmi les fractions stables des classes populaires et qui sont liées au mouvement d’accès à la propriété individuelle, d’autre part.

3Afin de cerner les évolutions des caractéristiques sociales de ces ménages, nous avons privilégié une approche monographique, seule capable d’autoriser la combinaison de sources variées. Une enquête ethnographique approfondie, centrée sur l’analyse des trajectoires résidentielles des pavillonnaires des classes populaires, a ainsi été menée dans une commune rurale de la Riboire (le territoire de la Riboire est composé de 3 cantons et rassemble 33 communes). La recherche a ensuite été guidée par le souci d’inscrire ces trajectoires dans leurs « contextes de pertinence » (Chamboredon, 2004, p. 310), en croisant les matériaux recueillis avec une exploitation secondaire des recensements de l’INSEE ainsi qu’avec des données portant sur le bassin d’emploi local. Travailler à une échelle territoriale relativement restreinte, celle du canton, a alors permis d’aller au-delà des catégories socioprofessionnelles, agrégées en six postes, pour appréhender finement les dynamiques affectant les différentes fractions du salariat industriel résidant dans ce territoire.

4Nous présentons d’abord les évolutions affectant les espaces périur-bains au cours des années 1980 et 1990, évolutions beaucoup plus contrastées que ne le donnerait à penser une vision homogénéisante des zones pavillonnaires. Nous décrivons ensuite les liens, relevés à partir du cas de la Riboire, entre relocalisation des emplois et urbanisation pavillonnaire à la périphérie des grandes agglomérations, avant d’aborder les processus qui concourent à faire de ce territoire un espace d’accession quasi réservé aux ménages appartenant au salariat intermédiaire ou d’exécution du secteur de l’industrie.

5Il s’agit de montrer que ces pavillonnaires des classes populaires, s’ils ne peuvent être assimilés aux fractions plus diplômées des classes moyennes, se distinguent également des figures mieux connues des ouvriers des anciens grands bastions industriels ou encore des fractions précarisées des classes populaires qui constituent une part de la population des quartiers d’habitat social. L’analyse localisée d’un territoire périurbain, croisant questionnements sur la stratification sociale et analyse des trajectoires résidentielles, apparaît alors comme une approche offrant la possibilité d’éclairer certaines recompositions en cours parmi les classes populaires, à l’heure où un nombre croissant d’ouvriers et d’employées travaillent dans des pôles d’emploi périurbains et où une majorité d’entre eux ne résident plus « dans des quartiers typiquement ouvriers » (Oberti & Préteceille, 2011, p. 203).

AU-DELÀ DE LA CATÉGORIE « DU » PÉRIURBAIN : DES ESPACES FORTEMENT DIFFÉRENCIÉS

  • 3 Construit autour d’une tripartition des espaces résidentiels urbains, ce modèle dépeint les process (...)

6Après le travail pionnier de Catherine Bidou-Zachariasen (1984) portant sur les pavillonnaires des « nouvelles classes moyennes », ce n’est qu’au début des années 2000 que les territoires périurbains ont de nouveau suscité l’intérêt des sciences sociales. L’expansion de ces zones résidentielles a alors été décrite comme le signe d’aspirations généralisées au mode de vie pavillonnaire chez de nombreux ménages des classes moyennes dont les contours restent parfois peu définis : la thèse du « séparatisme » des classes moyennes, défendue par l’économiste Éric Maurin (2004), ou encore le modèle de la « ville à trois vitesses » du sociologue Jacques Donzelot (2004)3 font ainsi des « choix » résidentiels des ménages l’un des principaux facteurs d’une ségrégation socio-spatiale grandissante. Non dénuées de visées dénonciatrices, ces lectures recèlent par ailleurs de nombreuses limites : peu attentives aux multiples déterminants des trajectoires résidentielles, elles offrent une vision par trop globalisante des espaces périurbains. Les travaux sur la ségrégation socio-spatiale permettent toutefois de dépasser une telle vision. Marco Oberti et Edmond Préteceille (2011, p. 203) soulignent, données statistiques à l’appui, que ce sont bien les espaces « mélangés » qui dominent autour de la métropole parisienne et que, de ce fait, la majorité de la population ne réside pas dans des espaces fortement ségrégués.

7Plusieurs enquêtes ethnographiques se sont également attachées à complexifier l’approche de la figure des classes moyennes périurbaines, en montrant que ces catégories recouvrent une grande diversité de profils et de trajectoires sociales : La France des « petits-moyens » (Cartier et al., 2008) met au jour les déterminants des courtes mobilités ascendantes chez les pavillonnaires issus des classes populaires dans la banlieue francilienne ; le travail de Josette Debroux (2011) s’intéresse aux liens entre statuts professionnels et trajectoires résidentielles des ménages des classes moyennes, en soulignant qu’ils occupent des positions très diverses mais que celles-ci ont en commun d’être situées aux limites supérieures ou inférieures de ces classes.

8Il faut enfin noter la montée récente de discours qui interprètent la surreprésentation des ouvriers au sein des espaces périurbains les plus distants des centres urbains comme le résultat de la « relégation » des classes populaires vers les périphéries lointaines (Guilly & Noyé, 2004, p. 20). Fondés sur des données géographiques agrégées à grande échelle, ces discours semblent là encore fort réducteurs. Ils ratent tout d’abord la complexité des évolutions territoriales liées à la périurbanisation, qui se traduisent, dans la Riboire et sans aucun doute dans beaucoup d’autres territoires, par la prédominance des fractions supérieures et stables des classes populaires, ainsi que par la diversification progressive des catégories d’actifs, avec l’augmentation des professions intermédiaires et supérieures. Ils occultent ensuite le sens que prennent, aux yeux des ménages concernés, les trajectoires d’installation dans le périurbain : elles sont vécues bien différemment d’une relégation, notamment parce qu’elles marquent l’entrée dans un statut résidentiel valorisant.

  • 4 La catégorie du périurbain renvoie, sur le plan statistique, au zonage en aires urbaines et en aire (...)

9Les espaces périurbains apparaissent bien plutôt comme le siège de processus diversifiés, leur hétérogénéité interne entraînant l’impossibilité « d’analyser le périurbain comme catégorie unifiée » (Rivière, 2008, p. 32 ; voir aussi 2011)4. Pour autant, si l’on en croit les données issues des recensements de l’INSEE, deux grands types d’évolutions, demeurées jusqu’ici peu étudiées, ont affecté les espaces périurbains au cours des années 1980 et 1990.

10D’abord, dans ces deux décennies, beaucoup de ces territoires ont constitué des lieux d’installation privilégiés pour de nombreux ménages des classes populaires, entre des centres urbains attractifs pour les catégories supérieures et des espaces ruraux relativement préservés de la pression immobilière mais éloignés des équipements et des emplois urbains. Les dispositifs d’encouragement à l’accession à la propriété (Groux & Lévy, 1993) ont ainsi concouru à une hausse de la part des classes populaires parmi la population périurbaine (Gobillon & Le Blanc, 2005). Ainsi, en 1999 :

Plus on s’éloigne des « pôles urbains », plus la part des classes populaires augmente : la part des CSP [catégories socioprofessionnelles] ouvriers et employés parmi les actifs est de 55 % dans l’espace urbain, de 58 % dans le périurbain, et de 61 % dans l’espace à dominante rurale. (Mischi & Renahy, 2008, p. 14)

  • 5 Un autre type de données, les revenus fiscaux des ménages, montre également que le revenu moyen par (...)

11Deux précisions s’imposent cependant : les processus de ségrégation résidentielle qui accompagnent la périurbanisation n’affectent pas de la même manière les différentes fractions des classes populaires et ne sont pas uniformes au sein des espaces périurbains. Si, par exemple, les ouvriers qualifiés et les professions intermédiaires s’installent massivement au cours des années 1980 dans le périurbain (Schmitt et al., 1998), les espaces périurbains les plus éloignés apparaissent marqués par la surreprésentation des seuls ouvriers qualifiés (Cavailhès & Selod, 2003), quand les espaces ruraux sont caractérisés par de plus fortes proportions d’ouvriers non qualifiés5.

  • 6 Malgré le maintien d’une forte concentration urbaine des emplois (71 % des emplois sont localisés d (...)
  • 7 En 1999, les emplois industriels sont localisés pour 63 % dans les pôles urbains, 12 % dans le péri (...)

12En second lieu, les espaces périurbains sont également marqués par un mouvement de relocalisation des activités productives, en lien avec les restructurations économiques en cours depuis une trentaine d’années : le recul de la population industrielle – près d’un million des effectifs du secteur secondaire en France entre 1975 et 1982 (Noiriel, 2002, p. 238) – s’accompagne dans les décennies suivantes du transfert et de la création de nombreux emplois dans les espaces périurbains. De façon générale, la croissance des emplois, toutes catégories confondues, a lieu majoritairement dans le périurbain au cours des années 19906. La dynamique des emplois industriels est elle aussi très favorable au périurbain, où ils connaissent une hausse de 5 % entre 1990 et 1999, alors qu’ils chutent de 16 % dans les pôles urbains7 (Gaigné et al., 2005).

13Ces deux grandes dynamiques – maintien d’une forte proportion de catégories populaires et renouveau des emplois – enregistrées en moyenne au sein la catégorie statistique « du » périurbain, doivent toutefois être appréhendées à une échelle plus fine, car elles ont toutes les chances de ne pas se déployer de façon homogène dans l’ensemble des espaces périurbains. Elles sont plus accentuées dans certains des territoires qui forment les couronnes périurbaines, et demandent donc à être appréhendées à une échelle rapprochée.

L’ESSOR D’UN PARC INDUSTRIEL : PÉRIURBANISATION ET SEGMENTATION DE L’EMPLOI

  • 8 Soulignons cependant que les évolutions de l’organisation du travail depuis les années 1970, au sei (...)

14Dans la Riboire, des implantations industrielles massives se sont conjuguées au mouvement d’accès à la propriété principalement porté par les ménages les classes populaires. Ce territoire incarne ainsi, en quelque sorte, les deux grands types d’évolutions qui ont affecté bon nombre de territoires périurbains éloignés. Si l’on articule rarement les mécanismes de périurbanisation, qu’on aborde plus souvent à une échelle macro, avec les dynamiques de relocalisation des emplois, le cas de la Riboire montre que l’implantation d’activités productives dans les périphéries urbaines a contribué à favoriser, au cours des années 1980 et 1990, l’installation de ménages d’ouvriers et d’employés à proximité de ces nouveaux lieux d’emploi. Or les effets du développement récent de nombreuses zones d’activité demeurent peu connus8, à l’inverse des conséquences de la désindustrialisation des anciens « bastions » ouvriers (Schwartz, 1990, 2002 ; Beaud & Pialoux, 1999). Il s’agit donc ici de préciser, à partir de statistiques localisées, les modalités d’« articulation » avec le territoire (Fournier, 1994) de l’industrialisation de la Riboire à partir des années 1980.

Une structure d’emploi marquée par les réorganisations industrielles

15Marquée au cours des années 1950 et 1960 par le développement de plusieurs grands établissements industriels, la Riboire est un territoire rural dominé par les activités industrielles. Plus tardive que dans les principaux centres industriels français, cette industrialisation se traduit par la formation d’une main-d’œuvre ouvrière à fort ancrage local, composée de nombreux ouvriers-paysans, bien plus qu’elle ne permet la reproduction familiale des positions ouvrières comme au sein d’une industrie dominante. Les processus de constitution de ces groupes ouvriers sont très rapidement ébranlés, dès le début des années 1970, en raison de la désindustrialisation qui frappe les établissements anciens mais aussi de l’installation de nouveaux sites de production. Ces transformations massives de l’emploi local participent du mouvement plus général de restructuration industrielle, qui se traduit par la formation de nouvelles concentrations industrielles bien souvent localisées dans le périurbain et au sein desquelles a lieu « l’éclatement des formes d’organisation du monde du travail actuel autour de pôles diversifiés » (Noiriel, 2002, p. 261).

  • 9 « Entre 1975 et 1996, la part des établissements du secteur industriel de plus de 200 salariés est (...)

16Après la construction d’une centrale nucléaire au milieu des années 1960, la Riboire devient un parc industriel dont le projet est porté par les services de l’État puis financé et géré par les collectivités territoriales. Le parc accueille, à partir des années 1980, de nombreux sites industriels, parmi lesquels on compte aujourd’hui une dizaine d’unités de production de grands groupes et de nombreuses PME dans des secteurs d’activité diversifiés : chimie, industrie pharmaceutique, logistique, maintenance industrielle, etc. Il prend progressivement le pas sur la centrale nucléaire en matière d’emploi local, puisqu’il rassemble près de 3 000 emplois permanents, auxquels s’ajoutent entre 1 000 et 2 000 emplois temporaires au début des années 2000, contre un effectif d’environ 1 300 agents EDF à la centrale. Les caractéristiques de ce parc (80 établissements de moins de 200 salariés sur 91 établissements en 2007) reflètent la tendance structurelle à la diminution du nombre de gros établissements, alliée au renforcement du contrôle exercé par les grands groupes sur les PME sous-traitantes9. Si, dans le canton de Varieu où sont situés la centrale et le parc industriel, la structure des emplois reste marquée par une nette prédominance des postes d’ouvriers et de techniciens et contremaîtres (tableau 1), elle se caractérise aussi par une forte segmentation tant des lieux de travail que des statuts d’emploi.

PCS

Canton de Varieu (n = 8 789)

Agriculteurs

1,5 %

Artisans, commerçants, chefs d’entreprise

4,8 %

Cadres, professions intellectuelles supérieures

10,2 %

Professions intermédiaires,

27,2 %

dont techniciens

6,7 %

et contremaîtres

11,6 %

Employés

16,1 %

Ouvriers

40,2 %

dont ouvriers qualifiés

21,1 %

Tableau 1. Emplois au lieu de travail par PCS (professions et catégories socioprofessionnelles) en 1999 (INSEE, recensement de 1999, sondage au quart).

Une main-d’œuvre « rurale » au sein d’une aire de recrutement étendue

17Plusieurs facteurs expliquent l’attrait exercé par le parc auprès des entreprises ayant choisi de s’y implanter : un coût du foncier peu élevé, de faibles taux de fiscalité locale pour des terrains aménagés par le syndicat mixte gestionnaire de la Riboire (SMR) et une localisation à proximité de plusieurs nœuds autoroutiers, en périphérie d’une grande agglomération régionale. Ce développement s’appuie aussi sur la présence d’un bassin d’emploi en expansion, du fait du dynamisme démographique que connaît, à partir des années 1980, l’espace périurbain que constituent les trois cantons de la Riboire. L’aire de recrutement des établissements du parc s’étend en effet de l’agglomération voisine jusqu’aux espaces ruraux les plus proches, comme en témoigne la forte dispersion des lieux de résidence des salariés (tableau 2).

Août 1992 (n = 1 238)

Décembre 1999 (n = 1 850)

Canton de Varieu

38,4 %

35,2 %

Autres cantons de la Riboire

21,7 %

25,1 %

Total des communes de la Riboire

60,1 %

60,3 %

Communes rurales hors Riboire

26,2 %

18,7 %

Agglomération et banlieue voisine

8,5 %

14,6 %

Autres

5,2 %

6,4 %

Tableau 2. Lieux de résidence des salariés en CDI du parc industriel (recensement effectué par le SMR, 2000).

  • 10 Parc industriel de la Riboire, dossier de presse, 2004.

18Les documents diffusés par le SMR mettent ainsi l’accent sur la présence, au sein de ce territoire, d’une « population jeune et disponible, résidant dans un rayon de 15 km, pour alimenter les besoins de main-d’œuvre », notamment pour les emplois du bas de l’échelle, quand l’agglomération voisine permet « les embauches de cadres ». Ils vantent également les qualités d’une « population rurale qui se fidélise volontiers [...] en adhérant à la philosophie et à l’esprit d’entreprise10 ». On sait que le recours à une main-d’œuvre dite « rurale » s’accompagne bien souvent de l’imposition managériale de nouveaux modes d’organisation du travail, associés à des niveaux de rémunération souvent plus faibles qu’en zone urbaine (Renahy, 2002). Soulignons enfin que ces nouveaux sites ont bénéficié de l’impact des fermetures et des réductions d’effectifs des établissements plus anciens de la Riboire. On peut ainsi évoquer le cas d’un ancien ouvrier de la métallurgie, salarié d’une usine située dans une petite ville voisine, qui, licencié en 2001 lors de la fermeture du site, a ensuite retrouvé un emploi dans l’une des entreprises de logistique du parc. Cette industrialisation « nouvelle » a également fourni de nombreux débouchés professionnels aux enfants d’ouvriers-paysans nés dans les années 1960, et a ainsi fortement contribué au maintien sur place de ménages ouvriers.

19La trajectoire professionnelle de Jean Loiseau, né en 1960, en fournit un exemple : à son entrée dans la vie active, Jean travaille à la construction de la centrale nucléaire, chez Alsthom qui « le loue » à EDF pour des travaux de câblage électrique. Au grand regret de ses parents, originaires d’une commune rurale de la Riboire, Jean n’a pas pu accéder au statut d’agent EDF à la fin du chantier de la centrale, en 1979. Il aurait en effet refusé la proposition du directeur du site d’une embauche comme agent, par crainte des risques, notamment l’exposition aux rayonnements radioactifs (entretien avec Albert et Marie-Louise Loiseau, 10 avril 2003). Depuis, sa situation professionnelle apparaît moins valorisante et surtout moins stable que celle qu’a connue son père, Albert, qui a mené une carrière de chef de chantier dans les travaux publics : Jean a travaillé dans la maintenance électrique, puis a effectué de nombreuses missions d’intérim pour les entreprises présentes sur le parc de la Riboire, notamment dans les usines chimiques. Au moment de l’entretien, il est intérimaire dans une plateforme logistique de distribution de véhicules. S’il signale qu’il a toujours trouvé du travail en se débrouillant, il déplore le faible niveau général des salaires au sein des entreprises du parc (entretien avec Jean Loiseau, 16 février 2004). Sa trajectoire sociale est aussi marquée par un divorce qui l’a déstabilisé. Mais ses difficultés d’insertion dans un emploi stable, qui signent un déclassement par rapport au statut professionnel de son père, sont en partie compensées par des investissements importants dans la rénovation d’une maison « ancienne », « en pierres », qui lui a été transmise par ses parents. La structure d’emploi du parc, en même temps qu’elle entraîne pour Jean Loiseau une précarité statutaire, lui offre également la possibilité de se maintenir dans l’emploi et de construire, par le biais de son ancrage local et de la valorisation d’un petit patrimoine immobilier familial, des signes de respectabilité sociale au sein de sa commune de résidence.

20La Riboire constitue ainsi un type de territoire ouvrier demeuré jusqu’ici peu étudié, à l’instar des « concentrations inaperçues » de la classe ouvrière décrites par Michel Verret (1979, p. 89) à la fin des années 1960, autour de sites industriels implantés dans les espaces ruraux. Le caractère ouvrier de ce territoire est en effet peu visible, tant les caractéristiques de ce « nouveau » pôle industriel sont différentes de celles des espaces mono-industriels structurés autour d’un site qui rend possibles des processus d’affiliation à un groupe socioprofessionnel stable : à l’éclatement des différents sites industriels s’ajoutent, dans la Riboire comme dans de nombreuses zones d’activités périurbaines, la différenciation des statuts d’emplois et la dispersion des lieux de résidence des salariés de l’industrie. De nombreux ouvriers du parc de la Riboire habitent en effet à distance de leur lieu de travail, alors que ceux qui accèdent à la propriété dans le canton de Varieu continuent parfois de travailler dans l’agglomération voisine.

UN TERRITOIRE PAVILLONNAIRE OUVRIER ?

21L’accession ouvrière à la propriété connaît en France une accélération notable au cours des années 1980, à la fin desquelles le statut de propriétaire concerne quasiment un ouvrier sur deux (Groux & Lévy, 1993). Or, c’est en 1982 que la mise en service de l’autoroute desservant le parc de la Riboire « ouvre » à la périurbanisation les communes rurales de ce territoire, en les rendant plus facilement accessibles depuis l’agglomération voisine. Le renouveau de l’emploi industriel concourt alors à faire de la Riboire un espace qui accueille principalement des ménages d’accédants pour une très large part issus des classes populaires, où les ouvriers demeurent surreprésentés. Mais si ce mouvement semble s’inscrire en continuité avec le caractère ouvrier très marqué de ce territoire au cours des années 1960 et 1970, il procède toutefois d’importantes recompositions au profit des fractions supérieures des classes populaires. Là encore, les évolutions relevées dans la Riboire renvoient à des processus plus globaux, ceux qui conduisent à l’approfondissement des différenciations internes aux classes populaires, travaillées depuis les années 1970 par un double mouvement : la précarisation des fractions les moins stables et la relative ouverture des possibles sociaux pour les fractions les mieux dotées, liée à l’allongement de la durée des études (Schwartz, 1998) comme à la hausse des qualifications dans l’industrie.

L’expansion pavillonnaire portée par les ménages ouvriers

22Le dynamisme démographique de la Riboire depuis la fin des années 1960 porte la marque d’une urbanisation diffuse. Dans le canton de Varieu, entre 1982 et 1990, le taux de croissance annuel moyen s’élève à 1,85 %, soit un peu plus que dans l’ensemble du périurbain français (1,75 %), et repose principalement sur le solde migratoire (1,14 %). En 1990, près de 40 % de la population des trois cantons de la Riboire se compose de nouveaux résidents installés au cours de la décennie précédente.

  • 11 INSEE, recensements de 1982, 1990 et 1999, base de données communales du recensement de la populati (...)

23Cette urbanisation repose principalement sur des migrations de courte distance, la grande majorité des nouveaux résidents étant issue de l’agglomération régionale voisine. Si la période 1990-1999 est marquée par un léger infléchissement du taux de croissance démographique, la Riboire constitue bien, au cours des décennies 1980 et 1990, un espace d’expansion résidentielle de cette agglomération. Le canton porte ainsi la marque d’une urbanisation récente et d’initiative individuelle, dont témoigne la part élevée de propriétaires occupants de maisons individuelles (62 %)11.

  • 12 Dans l’ensemble de la vallée, entre 1990 et 1999, le gain migratoire le plus important est celui de (...)

24Pour les services régionaux de l’INSEE, la Riboire s’inscrit au sein d’un vaste espace identifié comme un continuum périurbain s’étendant sur six cantons à l’est de l’aire urbaine régionale : « croissance démographique », « prédominance de l’habitat individuel » et forte part des professions intermédiaires constituent autant de caractéristiques dominantes de cette « vallée périurbaine », selon le portrait statistique qui lui est consacré. Le choix de ce découpage territorial conduit pourtant l’INSEE à minorer certaines spécificités internes de ce territoire : la surreprésentation des ménages ouvriers et l’attractivité liée, sur le plan de l’emploi, aux nombreuses activités industrielles. De fait, si la catégorie des professions intermédiaires prédomine parmi les migrants venus s’installer dans la vallée périurbaine12, dans le canton de Varieu ce sont au contraire les ouvriers et employés qui sont majoritaires parmi les nouveaux venus. En 1990, ces deux catégories représentent respectivement 39 % et 20 % des nouveaux actifs installés depuis 1982. Lors de la décennie suivante, les ouvriers sont moins nombreux (29 %), mais la part des employés a augmenté (25 %). Si l’on raisonne en termes de soldes migratoires par catégories d’actifs, on mesure mieux l’importance du mouvement d’installation de ménages d’ouvriers et d’employées au sein de ce canton. Les ouvriers représentent en effet, au cours de la décennie 1980, 59 % du solde des actifs (+ 464 ouvriers pour un solde global de + 780 actifs), bien avant les professions intermédiaires (20 %) et les employés (17 %).

  • 13 La Riboire se distingue ainsi du terrain étudié par Lionel Rougé (2005) dans l’agglomération toulou (...)

25Le canton de Varieu se caractérise ainsi par une part élevée d’ouvriers (près de 39 % des actifs en 1999), ce qui tend à le rapprocher non pas de la catégorie du périurbain, mais plutôt de celle des espaces ruraux, où les ouvriers forment le groupe le plus nombreux avec 34,7 % des actifs en 1999 (Mischi & Renahy, 2008, p. 14). Il constitue ainsi, aux franges rurales de l’aire urbaine régionale, un espace quasi réservé aux ménages d’ouvriers et d’employés, même si la périurbanisation s’accompagne aussi de l’arrivée de cadres et professions intermédiaires. Le développement du parc industriel joue un rôle majeur dans ces processus. En s’installant dans la Riboire, les ménages des classes populaires sont en effet en mesure d’accéder aux emplois de ce nouveau pôle industriel13. Pour certains des ménages que nous avons rencontrés, la possibilité d’embauches sur le parc joue un rôle non négligeable dans la stabilisation des trajectoires résidentielles, même s’il s’agit souvent d’emplois temporaires ou à temps partiel, principalement pour les femmes.

Au-delà de la catégorie des ouvriers, un salariat industriel en recomposition

26L’installation de nombreux ménages ouvriers s’accompagne toutefois d’importantes recompositions affectant les classes populaires de ce territoire. Trois évolutions principales se jouent, au cours des années 1980 et 1990, parmi la population des actifs ayant un emploi : la part de la catégorie des ouvriers y diminue, parallèlement à l’augmentation de celle des employés et de celle des professions intermédiaires. Ces évolutions sont conformes aux grandes dynamiques qui affectent les classes populaires en France depuis les années 1980 : le poids relatif de la catégorie des ouvriers connaît une forte baisse, que compense la hausse des employés (graphique 1). Pourtant, ces données agrégées masquent d’autres recompositions plus fines qui ont cours parmi les actifs des classes populaires. Une première façon de compléter les apports de ces données consiste à croiser les PCS avec le sexe des actifs, afin de prendre en compte l’existence d’un marché de l’emploi fortement clivé selon le sexe (tableau 3).

Graphique 1. Évolution de la composition par PCS de la population active en emploi, dans le canton de Varieu et en moyenne nationale, de 1982 à 1999 (INSEE, recensements de 1982, 1990 et 1999).

PCS

Hommes (n = 4 444)

Femmes (n = 2 868)

Agriculteurs

2 %

1 %

Artisans, commerçants, chefs d’entreprise

7 %

3 %

Cadres, professions intellectuelles supérieures

10 %

5 %

Professions intermédiaires

25 %

21 %

Employés

8 %

49 %

Ouvriers

48 %

21 %

Tableau 3. Actifs ayant un emploi par PCS et par sexe en 1999, canton de Varieu (INSEE, recensement de 1999).

27À la lumière de ces données, l’augmentation de la part des employés parmi les actifs s’explique très largement par le développement d’un salariat féminin peu qualifié, de façon similaire aux évolutions nationales. La catégorie des employés, composée à 80 % de femmes dans le canton de Varieu, comme en moyenne nationale, rassemble ainsi une part croissante des actives du canton (de 36 % en 1982 à 49 % en 1999), en lien avec la hausse du taux d’activité des femmes, passé de 25 % à 34 % entre 1982 et 1999, alors qu’entre 1968 et 1975 les ouvrières formaient la première catégorie des actives du territoire. Cette première distinction de sexe permet ainsi de faire apparaître, de façon plus nette, la prédominance des catégories populaires au sein de ce canton.

  • 14 Les données qui suivent sont tirées d’un traitement de données extraites des « fichiers détail » de (...)

28La seconde manière de poursuivre l’analyse à partir de ces constats, pour cerner plus spécifiquement les caractéristiques socioprofessionnelles de ces périurbains des classes populaires, consiste à aller au-delà des catégories génériques des PCS en six postes. Le recours à l’outil plus précis des catégories socioprofessionnelles à deux chiffres permet en effet d’aiguiser le regard sociologique, en appréhendant les différenciations à l’œuvre au sein et aux frontières du salariat d’exécution masculin14.

29On a déjà souligné que des disparités significatives existent entre ouvriers qualifiés et ouvriers non qualifiés en matière de localisation dans les espaces périurbains et ruraux. Dans le cas de la Riboire, l’affaiblissement global du poids des ouvriers parmi les hommes actifs est principalement dû à la baisse des effectifs des ouvriers non qualifiés. Le maintien à un niveau élevé du taux d’ouvriers masque donc une recomposition interne du groupe en faveur de la catégorie des ouvriers qualifiés, qui deviennent majoritaires à partir de 1982 parmi les ouvriers du canton (graphique 2).

30C’est ensuite la catégorie des professions intermédiaires, qui rassemble 25 % des hommes actifs du canton en 1999, dont il s’agit d’analyser plus précisément la dynamique. Là encore, la prise en compte de clivages dans la catégorie même amène à préciser les évolutions qui ont cours dans la Riboire. On sait que cette catégorie dissimule un clivage important entre le pôle des salariés du public et celui des salariés du privé (Desrosières & Thévenot, 1988), le premier étant plus féminisé et constitué de fractions souvent plus diplômées que le second. Mais c’est une autre sous-distinction qui est pertinente dans le canton de Varieu : celle qui sépare, au sein du pôle des professions intermédiaires du privé, les salariés du secteur industriel des salariés occupant dans les entreprises des fonctions administratives, commerciales ou de gestion. Les techniciens, contremaîtres et agents de maîtrise représentent en effet près des trois quarts des effectifs masculins des professions intermédiaires. La progression de cette catégorie enregistrée dans la Riboire se nourrit donc principalement de celle des salariés du secteur industriel. Les techniciens constituent par ailleurs un groupe socioprofessionnel socialement proche de celui des ouvriers, l’accès aux postes de techniciens constituant une voie de promotion ouvrière importante, même si le recrutement des techniciens se fait désormais à des niveaux de qualification élevés (Bosc, 2008).

31Au final, dans ce canton, ce sont plus des deux tiers des hommes actifs qui appartiennent en 1999 à un continuum de positions professionnelles allant des salariés d’exécution aux salariés intermédiaires, en passant par les ouvriers qualifiés qui forment le groupe dont la part demeure la plus élevée parmi les hommes actifs ayant un emploi : on compte ainsi 18 % d’ouvriers non qualifiés, 30 % d’ouvriers qualifiés, 18 % de techniciens et contremaîtres (graphique 2).

Graphique 2. Part cumulée des ouvriers (qualifiés ou non), des contremaîtres et des techniciens parmi les hommes actifs ayant un emploi, canton de Varieu.

32Autour de la prédominance des emplois du secteur industriel, c’est donc celle des salariés d’exécution et des intermédiaires de l’industrie qui permet de décrire au mieux les caractéristiques de la population de ce territoire, quoique du côté des femmes et notamment des employées, les types et les secteurs d’emploi demeurent très diversifiés – services à la personne, commerce, secrétariat et comptabilité, etc. Si le développement des espaces périurbains est couramment associé à un mouvement d’installation des « classes moyennes », souvent objectivé à partir de la catégorie agrégée des professions intermédiaires, ces données amènent à noter tout l’intérêt d’un travail sur les PCS détaillées, qui permet de tirer profit des apports de l’analyse localisée de la stratification sociale. Les salariés résidant et s’installant dans la Riboire au cours des années 1980 et 1990 paraissent alors bien différents des ménages des « nouvelles classes moyennes » étudiés par Catherine Bidou-Zachariasen dans le périurbain au début des années 1980, qui occupent des professions du secteur public dans les domaines alors en expansion de l’éducation, de la santé ou de l’animation socioculturelle. À l’inverse, les résidents de la Riboire se distinguent tout autant de l’image des groupes ouvriers frappés par la montée du chômage dans les territoires en proie à la désindustrialisation, comme en témoigne la faiblesse relative du taux de chômage du canton de Varieu (8,9 % en 1999).

Promotion résidentielle et trajectoires professionnelles contrastées

33Dans la commune où nous avons principalement enquêté, les ménages rencontrés ont pour point commun d’avoir accompli des parcours de promotion résidentielle en « faisant construire » ou en sortant des quartiers d’habitat social où ils résidaient précédemment. Une partie d’entre eux deviennent propriétaires au cours des années 1970 et 1980, période où les possibilités d’accession s’assouplissent mais où, à l’inverse, la fragilisation des positions professionnelles et le ralentissement des mécanismes de la mobilité sociale contribuent à restreindre les espoirs d’ascension sociale. Les conditions d’accession à la propriété, chez ces ménages très largement issus du monde ouvrier, reflètent alors les processus de différenciations internes aux groupes ouvriers contemporains : si certains ouvriers accèdent par exemple à des postes d’intermédiaires à la fin de leur carrière, d’autres connaissent au contraire des trajectoires marquées par la déstabilisation des statuts professionnels. Ces derniers ont des difficultés pour effectuer l’ensemble de leur carrière dans une même entreprise et changent souvent d’emploi, même si la proximité du parc industriel leur permet d’échapper aux périodes d’inactivité.

34Le parcours de Michel Claves, né en 1952, fournit un exemple de trajectoire d’accession partie d’une position professionnelle d’ouvrier qualifié relativement assurée quoique soumise aux risques de déstabilisation. Après une entrée précoce dans la vie active, sa carrière est en effet marquée par de nombreuses reconversions rendues possibles par les qualifications acquises « sur le tas » et qui lui permettent de se tenir à l’abri du chômage. Il accède toutefois, à la cinquantaine, à un poste de responsable qualité et sécurité dans une entreprise de maintenance d’ascenseurs :

Bon, j’ai le certificat d’études, et puis à 14 ans et demi, eh bien j’ai commencé à bosser, en apprentissage de serrurier, ce qu’on appelle maintenant les métalliers, et puis petit à petit, en changeant de boulot, je me suis formé sur le tas, en pneumatique, en hydraulique, en électromécanique. [...] J’ai tout fait comme métiers ! [Rire] Non, j’ai travaillé dans différentes branches, bâtiment, métallurgie, automatisme... J’ai pas mal vadrouillé dans différents boulots. À une époque, je travaillais dans une société où on vendait du matériel de revêtement en peinture. Et cette boîte a commencé à baisser de l’aile, j’ai décidé de changer, et là je suis parti en carrosserie industrielle poids lourds, l’installation des grues, des bennes qui sont sur les plateaux des camions. Et puis de là, après, je suis reparti dans l’ascenseur. Et maintenant je ne travaille plus sur les ascenseurs mêmes, je ne fais plus de dépannages, tout ça. Maintenant, je suis calé au bureau ! (Entretien avec Michel Claves, 20 janvier 2004)

35Originaire d’une ville populaire de la banlieue voisine, Michel s’y installe avec son épouse, secrétaire de direction depuis l’âge de 20 ans. Le couple choisit cependant rapidement de déménager pour louer une maison dans la première couronne périurbaine de l’agglomération. Ce premier déménagement incite Michel à se lancer à 35 ans dans l’accession. Le promoteur immobilier vers lequel il se tourne, en 1988, lui propose alors trois terrains, tous situés dans des communes rurales de la Riboire et dont les prix sont accessibles aux ressources financières du ménage :

Et puis un jour on a dit, tiens, si on faisait construire, ce serait pas mal. Alors on est partis se renseigner, visiter des maisons témoins, enfin comme ça se passe, on a trouvé une maison qui nous convenait, dans un budget qui nous convenait, et on a dit au constructeur, eh bien, dans l’enveloppe budgétaire qu’on a, il faut trouver un terrain. Alors on lui a dit, on ne veut pas du centre-ville, on ne veut pas de la ZUP, on ne veut pas des grands lotissements, on veut un petit coin tranquille, campagne et tout. Deux jours après, il nous a convoqués, voilà. Et on a choisi la commune par un pur hasard, le terrain me plaisait, mais je ne connaissais pas du tout. (Ibid.)

36La réalisation de ce projet d’accession renvoie à l’implication conjointe des deux membres du couple, qui disposent tous deux de revenus salariaux, dans des efforts financiers autorisés en grande partie par la stabilité professionnelle de l’épouse de Michel, qui travaille dans la même entreprise depuis le début de sa vie active. Elle suppose également une mobilisation importante dans les travaux d’aménagement et de finition du pavillon :

Les premières connaissances, ça a été les voisins qui ont emménagé en même temps que nous, tout le monde était bien sympa, et puis quand on on démarre avec une maison neuve, il y a toujours beaucoup de boulot à faire, donc on s’est aidés mutuellement, les uns les autres, à donner des coups de main, passer des week-ends à la bétonnière, quoi ! (Ibid.)

37Si c’est en assumant une part d’autoconstruction que le couple parvient à posséder sa maison, cette expérience est vécue positivement pour ce qu’elle comporte de solidarité avec le voisinage.

38Pour de nombreux ménages qui appartiennent à la génération née dans les années 1960 et qui se sont installés au cours des années 1980 dans la Riboire, les voies de la promotion ouvrière sont moins nombreuses ; les parcours d’accession, plus difficilement assurés, sont parfois remis en cause par la précarisation professionnelle. Dans ces derniers cas, la stabilité conjugale et les qualifications des femmes sont déterminantes dans la réussite des projets d’installation en pavillon, comme le montre le cas du couple Lelay. Marie et Éric arrivent dans la Riboire en 1989, pour venir « à la campagne » et quitter la ville de banlieue où ils résident, alors que Marie est âgée de 23 ans et que le couple attend son troisième enfant. Ils achètent leur terrain à un promoteur immobilier, mais pour faire construire leur maison, ils passent par une petite entreprise artisanale dont le patron est un ami du père de Marie. Eux aussi ont recours à une part importante d’autoconstruction ; en 2003, leur pavillon est toujours en chantier :

Nous, la maison on l’a pas finie parce que quand on est arrivés il n’y avait rien, il y avait juste le toit et les fenêtres, il fallait faire tout le reste à l’intérieur, c’est vrai qu’on a mis longtemps, on aurait encore beaucoup de travaux à faire. (Entretien avec Marie Lelay, 16 avril 2003)

39La desserte de la Riboire par l’autoroute permet d’abord à Éric d’effectuer les trajets jusqu’à l’entreprise de transport où il travaille. Puis, lassé des embouteillages, il choisit de travailler quelques mois en intérim sur le parc industriel, avant de retrouver un emploi stable dans une petite entreprise de transport. Quant à Marie, elle est embauchée en 1992 par la mairie pour le service de la cantine, à temps partiel, puis comme ATSEM à l’école, alors qu’elle s’était investie dans l’association de parents d’élèves. Pourtant, lorsque je rencontre Marie, le couple a vendu sa maison et souhaite déménager pour s’installer comme gérants d’un hôtel dans un département rural du Sud. Éric souffre en effet de douleurs aiguës au dos, causées par son travail de chauffeur-livreur. Marie a désormais quatre enfants et se plaint du faible salaire lié au temps partiel. Le couple effectue depuis dix ans des « extras » chez un traiteur, le week-end, et souhaite réinvestir cette expérience dans l’hôtellerie, à la suite du projet d’Éric « d’ouvrir un routier ». Leur décision apparaît liée à l’affaiblissement d’une mobilisation familiale coûteuse en temps et en argent, à la fragilisation de l’insertion professionnelle d’Éric ainsi qu’à l’absence de qualifications professionnelles de Marie. Mais si le ménage ne parvient plus à soutenir les efforts financiers nécessaires pour rester propriétaire, la vente du pavillon lui assure toutefois la possibilité d’une reconversion valorisante par l’accès à l’indépendance.

40En portant le regard sur ces trajectoires d’ouvriers et d’employées pavillonnaires, on perçoit à quel point ils se distinguent des fractions plus précarisées des classes populaires demeurées captives des quartiers d’habitat social de la banlieue proche. La diffusion de nouvelles normes sociales en matière de logement, qui sont associées à l’accession pavillonnaire, joue en effet un grand rôle dans les recompositions qui affectent la construction des statuts sociaux au sein des différentes fractions des classes populaires contemporaines, en lien avec la diversification de leurs lieux de résidence. L’étude de ces trajectoires amène également à souligner que les modalités d’accession des ménages ouvriers demeurent marquées par des formes d’instabilité et d’ambivalence, en lien avec les fortes contraintes rencontrées en matière de localisation résidentielle ou encore avec l’importance des efforts consentis pour l’achat et la finition des pavillons. Pour le dire autrement, l’accès au « rêve pavillonnaire » ne s’opère pas au sein d’espaces socialement indifférenciés, mais concourt plutôt, aux côtés des dynamiques de relocalisation des emplois industriels, au développement de nouvelles formes de concentration résidentielle chez les ménages des classes populaires stables.

*

41Au travers d’une analyse localisée de la stratification sociale, menée au sein d’un territoire périurbain éloigné, nous avons souhaité « sociologiser » le regard porté sur ce type d’espaces, par-delà l’identification courante du périurbain aux seules « classes moyennes », et à l’inverse, par-delà l’association étroite de ces territoires aux ménages « modestes » relégués à la périphérie des grandes villes. Nous avons également souligné que la recomposition des lieux d’emploi industriel constitue l’un des déterminants des migrations périurbaines, alors que la plupart des analyses des phénomènes de périurbanisation prennent rarement en compte les dynamiques de relocalisation des emplois. Le cas de la Riboire, que caractérise une forte prédominance des ouvriers qualifiés et des employées, ainsi qu’une part élevée de techniciens parmi les actifs, amène ainsi à dépasser une appréhension par trop uniforme ou globalisante des catégories sociales présentes dans les espaces périurbains.

42Nous souhaitons contribuer plus généralement, par ce travail, aux questionnements récents sur les mouvements de différenciations internes aux classes populaires, à partir du cas de pavillonnaires résidant autour de pôles d’emploi issus des restructurations industrielles en cours depuis les années 1970. Alors que les univers de vie des classes populaires apparaissent aujourd’hui de moins en moins ségrégués, les territoires périurbains les plus éloignés constituent en effet l’un des principaux types d’espaces où se réalisent les aspirations à la promotion résidentielle de ménages ouvriers engagés dans des trajectoires d’accès à la propriété à distance des quartiers populaires de banlieue.

Bibliographie

Bibliographie

Beaud Stéphane & Pialoux Michel (1999), Retour sur la condition ouvrière : enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard.

Bidou-Zachariasen Catherine (1984), Les Aventuriers du quotidien : essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, Presses universitaires de France.

Cartier Marie, Coutant Isabelle, Masclet Olivier & Siblot Yasmine (2008), La France des « petits-moyens » : enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte.

Cavailhès Jean & Selod Harris (2003), « Ségrégation sociale et périurbanisation », Recherches en économie et sociologie rurales. INRA sciences sociales, no 1-2, 4 p.

Chamboredon Jean-Claude (2004), « Une rue dans la ville », dans Marseille, entre ville et ports : les destins de la rue de la République, Pierre Fournier & Sylvie Mazzella (dir.), Paris, La Découverte, p. 309-314.

Debroux Josette (2011), « Stratégies résidentielles et position sociale : l’exemple des localisations périurbaines », Espaces et sociétés, no 144-145, p. 121-139.

Desrosières Alain & Thévenot Laurent (1988), Les Catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Donzelot Jacques (2004), « La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, périurbanisation », Esprit, no 303, p. 14-39.

Fournier Pierre (1996), Mobilisation industrielle et position sociale : deux générations de travailleurs du nucléaire sur le centre de Marcoule, Gard, thèse de sociologie, Marseille, EHESS.

Gaigné Carl, Piguet Virginie & Schmitt Bertrand (2005), « Évolution récente de l’emploi industriel dans les territoires ruraux et urbains : une analyse structurelle-géographique sur données françaises », Revue d’économie régionale et urbaine, no 1, p. 3-30.

Gobillon Laurent & Le Blanc David (2005), « Quelques effets économiques du prêt à taux zéro », Économie et statistique, no 381-382, p. 63-89.

Groux Guy & Lévy Catherine (1993), La Possession ouvrière : du taudis à la propriété (xixe-xxe siècle), Paris, Éditions de l’Atelier.

Guilly Christophe & Noyé Christophe (2004), Atlas des nouvelles fractures sociales en France : les classes moyennes oubliées et précarisées, Paris, Éditions Autrement.

Huiban Jean-Pierre (2003), « Entreprises et activités industrielles en milieu non urbain. Bilan et perspectives », Recherches en économie et sociologie rurales. INRA sciences sociales, no 1-2, 4 p.

Jaillet Marie-Christine (2004), « L’espace périurbain : un univers pour les classes moyennes », Esprit, no 303, p. 40-62.

Maurin Éric (2004), Le Ghetto français : enquête sur le séparatisme social, Paris, Seuil.

Mischi Julian & Renahy Nicolas (2008), « Pour une sociologie politique des mondes ruraux », Politix, vol. 21, no 83, p. 9-21.

Noiriel Gérard (1986, 2002), Les Ouvriers dans la société française, xixe-xxe siècle, Paris, Seuil.

Oberti Marco & Préteceille Edmond (2011), « Cadres supérieurs et professions intermédiaires dans l’espace urbain, entre séparatisme et mixité sous contrôle », dans Cadres, classes moyennes, vers l’éclatement ?, Paul Bouffartigue, Charles Gadea & Sophie Pochic (dir.), Paris, Armand Colin, p. 202-212.

Renahy Nicolas (2002), « Les transformations récentes du monde ouvrier », Écoflash, no 168, 6 p.

Rivière Jean (2011), « La division sociale des espaces périurbains français et ses effets électoraux », dans Données urbaines, 6, Denise Pumain & Marie-Flore Mattéi (dir.), Paris, Anthropos, p. 11-20.

Rivière Jean (2008), « Le vote pavillonnaire existe-t-il ? Comportements électoraux et positions sociales locales dans une commune rurale en cours de périurbanisation », Politix, vol. 21, no 83, p. 23-48.

Rougé Lionel (2005), Accession à la propriété et modes de vie en maison individuelle des familles modestes installées en périurbain lointain toulousain. Les « captifs » du périurbain ?, thèse de géographie et aménagement du territoire, Université de Toulouse 2-Le Mirail.

Schwartz Olivier (1990, 2002), Le Monde privé des ouvriers, Paris, Presses universitaires de France, « Quadrige ».

— (1998), La Notion de « classes populaires », habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Schmitt Bertrand, Perrier-Cornet Pierre, Blanc Michel & Hilal Mohamed (dir.) (1998), Les Campagnes et leurs villes, Paris, Éditions de l’INSEE.

Verret Michel (1979), L’Ouvrier français : l’espace ouvrier, Paris, Armand Colin.

Notes

1 Les noms de lieux et de personnes ont été changés afin de préserver l’anonymat des ménages rencontrés.

2 Nous reprenons ici la notion de classes populaires qu’Olivier Schwartz (1998) définit autour de deux éléments, la position sociale dominée et la distance à la culture dominante. Cette notion apparaît en effet moins restrictive que celle de « classe ouvrière », qui ne permet plus aujourd’hui de saisir la diversité interne des classes populaires.

3 Construit autour d’une tripartition des espaces résidentiels urbains, ce modèle dépeint les processus affectant chacun de ces types d’espaces : la gentrification des centres-ville par les ménages des classes supérieures, la périurbanisation menée par les classes moyennes, la relégation des classes populaires dans les cités d’habitat social dégradées. Dans la lignée de ce modèle, la géographe Marie-Christine Jaillet (2004) décrit également un espace périurbain étroitement associé au mode de vie des classes moyennes.

4 La catégorie du périurbain renvoie, sur le plan statistique, au zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER), proposé par l’INSEE et l’INRA à partir du recensement de 1990, qui définit plusieurs types d’espaces : l’espace à dominante urbaine rassemble, autour d’un pôle urbain (unité urbaine offrant au moins 5 000 emplois), la couronne périurbaine (composées de communes dont 40 % des actifs au moins travaillent dans l’aire urbaine ainsi formée) et les communes multipolarisées (qui n’appartiennent pas à l’aire urbaine mais dont 40 % des actifs au moins travaillent dans plusieurs aires urbaines) ; l’espace à dominante rurale regroupe les autres communes. La délimitation des espaces périurbains, construite sur la base du seul critère des migrations alternantes domicile-travail, rassemble ainsi des espaces fortement différenciés socialement, même si elle permet de mesurer l’extension des zones d’urbanisation diffuse et de mettre en évidence l’attraction exercée par les agglomérations en matière d’emploi auprès de nombreux actifs résidant en dehors des pôles urbains.

5 Un autre type de données, les revenus fiscaux des ménages, montre également que le revenu moyen par habitant est plus faible dans les couronnes périurbaines éloignées que dans le reste du périurbain ou que dans les centres-ville, mais aussi qu’en banlieue (Cavailhès & Selod, 2003).

6 Malgré le maintien d’une forte concentration urbaine des emplois (71 % des emplois sont localisés dans les zones urbaines en 1999, pour 13 % dans le périurbain et 16 % dans les espaces ruraux), les espaces périurbains enregistrent une augmentation des emplois non agricoles de 17,88 % entre 1990 et 1999, un taux bien supérieur aux 3 % relevés dans les espaces urbains, comme aux 5 à 10 % relevés dans les espaces ruraux (Huiban, 2003).

7 En 1999, les emplois industriels sont localisés pour 63 % dans les pôles urbains, 12 % dans le périurbain, et 25 % dans les espaces ruraux.

8 Soulignons cependant que les évolutions de l’organisation du travail depuis les années 1970, au sein notamment des sites implantés sur les nouvelles zones d’activité, ont fait l’objet de nombreux travaux. Voir en particulier les numéros d’Actes de la recherche en sciences sociales consacrés aux « nouvelles formes de domination dans le travail » en 1996 ou celui de Genèses consacré aux « recompositions du salariat » en 2001.

9 « Entre 1975 et 1996, la part des établissements du secteur industriel de plus de 200 salariés est passée de 54,4 % à 39,7 % » (Renahy, 2002, p. 3).

10 Parc industriel de la Riboire, dossier de presse, 2004.

11 INSEE, recensements de 1982, 1990 et 1999, base de données communales du recensement de la population, Centre Maurice Halbwachs.

12 Dans l’ensemble de la vallée, entre 1990 et 1999, le gain migratoire le plus important est celui des professions intermédiaires (+ 1 100), pour un gain migratoire total (comprenant actifs et non-actifs) de 6 600 personnes (dont 6 100 personnes originaires du reste de l’aire urbaine). « Portrait de la vallée périurbaine de la Riboire », INSEE région, janvier 2006.

13 La Riboire se distingue ainsi du terrain étudié par Lionel Rougé (2005) dans l’agglomération toulousaine, au sein duquel le géographe décrit de nombreux ménages d’accédants comme des « captifs du périurbain », installés à distance des lieux d’emploi et fortement contraints par des déplacements domicile-travail, coûteux en temps et en argent.

14 Les données qui suivent sont tirées d’un traitement de données extraites des « fichiers détail » des recensements de 1982, 1990 et 1999 (Centre Maurice Halbwachs). Elles ont permis d’effectuer des tris croisés entre PCS et sexe pour les actifs ayant un emploi. Nous avons travaillé à partir de la variable CS24 des recensements de l’INSEE, construite à partir de la nomenclature des catégories socioprofessionnelles à deux chiffres (42 postes), au sein de laquelle des regroupements préalables sont opérés. Cette variable contient ainsi 18 modalités pour les actifs, qui sont construites à partir des 31 postes d’actifs des PCS à deux chiffres. Voir le « Dictionnaire des variables » du fichier détail du recensement de 1999 (Centre Maurice Halbwachs).

Table des illustrations

Légende Graphique 1. Évolution de la composition par PCS de la population active en emploi, dans le canton de Varieu et en moyenne nationale, de 1982 à 1999 (INSEE, recensements de 1982, 1990 et 1999).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Graphique 2. Part cumulée des ouvriers (qualifiés ou non), des contremaîtres et des techniciens parmi les hommes actifs ayant un emploi, canton de Varieu.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/4739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Auteur

Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université de Rouen et membre du laboratoire Dynamiques sociales et langagières (Dysola, EA 4701). Elle a soutenu sa thèse en 2009 à l’EHESS : Un territoire périurbain, industriel et ouvrier. Promotions résidentielles de ménages des classes populaires et trajectoires d’élus salariés intermédiaires de l’industrie. Elle a poursuivi cette enquête en explorant les formes de politisation de ménages populaires dont les trajectoires sociales sont liées aux évolutions des emplois industriels.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search