Version classiqueVersion mobile

La Jeune sociologie urbaine francophone

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Alain Bourdin
, 
Marie-Pierre Lefeuvre

Mobilités, ancrages, expériences citadines

Vacances au bled et rapports aux origines : l’espace comme support concret des identités

Jennifer Bidet

Texte intégral

1Les vacances et le tourisme sont depuis longtemps un objet central de la discipline des sciences humaines qui s’intéresse le plus explicitement aux relations entre les hommes et les espaces : la géographie. S’il y est souvent question de l’impact de l’activité touristique sur les espaces concernés (dans leur dimension physique ou humaine), certains chercheurs interrogent aussi la manière dont les touristes eux-mêmes sont modifiés :

Les touristes ne se [trouvent] pas dans les lieux touristiques uniquement pour consommer, consumer les lieux, mais pour, à travers les lieux, se construire, se reconstruire, évoluer, se transformer [...]. Les touristes aussi habitent les lieux, pas seulement les résidents. On peut avancer que les pratiques touristiques participent de l’habiter, car il y a nécessairement un rapport au lieu qui est impliqué, de quelque ordre que ce soit. (Équipe MIT, 2002, p. 102)

2En sociologie, l’étude des vacances et des pratiques touristiques apparaît comme un champ émergent : des travaux fondateurs ont déjà pu rappeler l’histoire de la diffusion de ces pratiques dans la société française et ont dressé les premières typologies de touristes (Viard, 1984, 2007) ; depuis, d’autres études se sont intéressées plus en profondeur à des catégories de touristes (comme les vacanciers de classes populaires, Périer, 2000), à des acteurs économiques (à l’image du Club Méditerranée, Réau, 2007) ou à des types de tourisme (tel le tourisme sexuel, Roux, 2011). Mais c’est dans le champ de la sociologie de l’habitat et du logement que nous trouvons des outils conceptuels pour penser le rapport aux espaces des vacances. Face à l’augmentation des mobilités de loisir et au développement d’autres espaces de référence que le seul logement principal, des sociologues de l’habitat ont proposé de travailler sur des « systèmes résidentiels » ou sur la notion de « multi-résidence », qui prennent en compte le rôle joué dans la vie des individus par la « résidence secondaire » :

L’augmentation du temps de loisir, de vacances et de retraite a permis de développer un second espace de vie face à l’existence laborieuse, voire de maintenir et développer les liens avec le lieu d’origine, d’identité première, celui des siens. (Bonnin & Villanova, 1999, p. 5)

3Plus largement, c’est l’ensemble des lieux de vacances – même s’ils n’impliquent pas la propriété immobilière – qui vient enrichir la compréhension des rapports résidentiels des individus :

Outre le regroupement de la parenté dans les traditionnelles maisons de famille, pendant les week-ends ou les vacances, on assiste à des phénomènes de transplantations familiales aussi bien dans les stations balnéaires que dans les villages les plus reculés. (Bonvalet, 1991, p. 76)

4Dans l’un et l’autre cas, la référence centrale mobilisée est le couple notionnel « primarité/secondarité » tel qu’il a été travaillé par Jean Remy. En reprenant à Pierre Sansot la distinction entre espaces de primarité et de secondarité (Sansot et al., 1978), il a cherché à théoriser la rupture introduite dans la vie quotidienne par les vacances et à montrer en quoi l’expérience touristique ou l’espace secondaire peuvent permettre à l’individu de s’affranchir des contraintes qui marquent les espaces de la vie quotidienne :

Les espaces de primarité sont ceux où se réalisent les activités structurant la vie quotidienne, tandis que ceux de la secondarité permettent d’être ailleurs. Ces derniers espaces sont importants parce qu’ils concrétisent la distance au rôle, condition de réflexivité. (Remy, 1996, p. 142)

5Les vacances sont ainsi un espace-temps permettant à l’individu de s’affranchir momentanément des contraintes matérielles mais aussi symboliques de la vie sociale du quotidien. Elles lui offrent la possibilité d’être quelqu’un d’autre, d’habiter un autre rôle. On aperçoit déjà comment une sociologie de l’habitat amène à s’intéresser à une sociologie des vacances et à poser la question des identités sociales.

  • 1 Cette thèse porte sur les séjours de vacances en Algérie chez les descendants directs d’immigrés al (...)
  • 2 Nous employons délibérément le mot arabe bled pour l’imaginaire qu’il véhicule sur le pays d’origin (...)
  • 3 Dans l’ensemble du texte, les guillemets n’ont pas pour vocation de pallier une imprécision lexical (...)

6Dans le cadre de notre thèse sur les vacances en Algérie de descendants d’immigrés algériens1, nous mobilisons ces concepts pour analyser les rapports entretenus avec le pays d’origine, croisant ainsi sociologie de l’immigration et sociologie des rapports à l’espace. Nous verrons ici, en étudiant les effets d’âge, de génération et de genre, que ce cas particulier des vacances dans le pays d’origine modifie et enrichit l’articulation entre primarité et secondarité. L’analyse de ces manières d’habiter en vacances et de leur diversité sera alors l’occasion de montrer ce qu’elles révèlent des rapports au pays d’origine, ici le « bled2 », et, plus largement, « aux origines3 ».

UN JEU COMPLEXE ENTRE PRIMARITÉ ET SECONDARITÉ

  • 4 Sur ce point, des travaux ont très directement nourri et confirmé notre analyse, en particulier plu (...)

7Quand on pense au retour des migrants, l’image d’Épinal qui s’impose d’abord est celle de l’émigré venant montrer, dans son village d’origine, la réussite de son entreprise migratoire. Une certaine inversion des hiérarchies socio-économiques se joue en effet à l’occasion de ces séjours. Mais au-delà de cette traduction un peu simpliste de la grille « primarité/secondarité », le cas particulier des vacances au pays d’origine complexifie les rapports entre les deux notions, dès lors que les variations individuelles dans le temps, entre les générations et selon le sexe sont prises en compte4.

L’inversion des hiérarchies socio-économiques

8Samia a 45 ans ; elle habite un logement social dans une commune de la banlieue populaire lyonnaise, plus précisément le quartier des Minguettes, avec ses trois enfants. Diplômée d’un BEP, elle est employée de saisie informatique et se plaint des cadences élevées qu’exige son travail, en contrepartie d’un salaire qui n’augmente pas malgré vingt ans d’ancienneté. En Algérie, elle est propriétaire à Sétif d’une maison de deux étages avec toit en terrasse et cour intérieure. Lors de notre rencontre, elle eut à cœur de me guider dans « son quartier », Dallas, et m’invita pendant toute la visite à remarquer la beauté des maisons et la recherche des styles architecturaux. Certaines maisons y sont en effet assez monumentales. À son retour en France, elle m’expliqua à quel point elle avait l’impression, dans son appartement, de se retrouver dans une « boîte de fromage », par contraste avec sa maison de Sétif. Passer, pour le temps des vacances, des Minguettes à Dallas, c’est en effet endosser temporairement un autre statut social.

9Pour Farès, 16 ans, habitant une autre cité de la banlieue lyonnaise et étudiant dans un lycée professionnel, les qualités de l’Algérie comme lieu de vacances sont incontestables, mais elles se résument essentiellement aux avantages accordés par le différentiel de niveau de vie avec la France :

C’est l’ambiance, le climat, je sais pas, ça change d’ici [la France], c’est vraiment pas la même chose ! Il fait chaud, c’est pas cher ! Tout est accessible ! Il y a beaucoup ça qui joue. Et après, du moment que t’as l’argent, tu passes de bonnes vacances ! [...] Cet été, des fois on se donnait rendez-vous à 1 heure, 2 heures de l’après-midi, on en avait marre, on prenait un taxi, on allait à Bejaia [sur la côte] ! Voilà, c’est des choses qu’on pourrait pas se permettre en France. Appeler un taxi, « j’vais à Marseille ». C’est la vie de rêve un peu là-bas !

10Plus encore que l’inversion des hiérarchies économiques, c’est celle des hiérarchies sociales qui fait de l’Algérie une destination appréciée par Farès :

C’est pas comme en France ! Moi et mes copains, on va aller en ville, on va être mal vus par les policiers, par les gens et tout, alors que là-bas, on peut y aller, on sera pareils que les autres. [...] Les soirées, c’est pas comme ici : ils demandent pas les pièces d’identité. Là-bas, un enfant de 10 ans, il pourrait rentrer ! Moi, pour vous dire, j’vais en claquettes aux soirées ! Ça change de la France, hein ? !

11Dans ces deux cas, l’espace-temps des vacances permet d’être quelqu’un d’autre et de modifier la place généralement occupée dans les hiérarchies socio-économiques et symboliques. Mais au-delà de cette inversion des hiérarchies socio-économiques – qui peut concerner tout touriste voyageant dans un pays où le niveau de vie est moins élevé que celui de son pays de résidence –, il faut aussi penser comment la spécificité de la population de notre étude joue sur l’articulation des différents espaces. Plus qu’un simple espace de vacances, pour les primo-migrants, le pays d’origine est premier, du moins au sens chronologique du terme, et revêt donc un sens particulier. Insérés dans des relations sociales fortes au sein de ces espaces (surtout des relations familiales), nos vacanciers sont davantage soumis aux contraintes normatives de la société visitée. Jean Remy définit précisément la secondarité comme un relâchement des contrôles, des contraintes, des normes : en quoi la spécificité de ces vacanciers amène-t-elle à repenser et à complexifier l’articulation entre primarité et secondarité ?

L’évolution du statut de la maison du bled

12Espace premier dans la biographie des migrants, le pays d’origine demeure-t-il pour autant un espace de primarité, c’est-à-dire à la fois un espace fortement investi en terme de présence physique et fortement structurant dans la définition des rôles sociaux de l’individu ?

13De manière générale, l’évolution du calendrier des retours, dans l’histoire de l’immigration algérienne, montre que le statut du pays d’origine, pour les primo-migrants, change progressivement. D’abord défini en fonction des rythmes de l’agriculture dans le pays d’émigration, ce calendrier a fini par être soumis au rythme de la production industrielle (et des congés payés) dans le pays d’immigration :

Les séjours [en France] sont allés en s’allongeant jusqu’à devenir quasi permanents, entrecoupés seulement de brèves périodes, celles des congés annuels. Corrélativement, les retours au pays, assujettis désormais au calendrier de l’activité industrielle, se font de plus en plus régulièrement et fréquemment au moment des vacances et pour la durée des vacances. (Sayad, 1977, p. 74-75)

14Cette transformation du pays d’origine en espace secondaire peut aussi avoir lieu à l’échelle de la vie d’un migrant : alors qu’à son départ d’Algérie, l’émigré voit son installation en France comme nécessairement provisoire, petit à petit le retour définitif dans le pays d’origine lui semble de moins en moins envisageable. Ainsi, le père de Djamila (37 ans, titulaire d’un BTS action commerciale, assistante commerciale, mariée) m’avoue, alors que j’interroge sa fille dans leur maison de Sétif, le changement de statut de cette résidence :

Moi ici c’est ma maison secondaire, qui était censée être la maison de retour au pays. Maintenant c’est la maison secondaire de vacances, par la force des choses !

15Les enfants nés en France ont conscience de ce revirement et peuvent juger négativement certains partis pris (notamment architecturaux : la construction de grandes et somptueuses maisons) encore guidés par l’idée du retour. Ainsi, Nadia (37 ans, BEP, sans activité, mariée), relate les regrets de son père quant à la conception de leur maison en Algérie :

Et mes parents, ils ont toujours dit qu’ils allaient y habiter une fois qu’ils seraient à la retraite, et c’est pas du tout ce qui se passe [...]. Si vous voulez, mon père il a pas été intelligent du tout. Il aurait dû faire des garages en bas, comme les voisins ont fait [...]. Et mon père il dit souvent : « Je regrette parce j’aurais dû faire comme eux quoi », parce que maintenant elle sert à rien cette grande maison [...]. Mon père il dit toujours : « Ce truc immense qui sert à rien, on aurait pas dû faire comme ça. »

16Si l’on comprend que le rôle structurant du pays d’origine peut s’affaiblir pour les primo-migrants au fil de leur sédentarisation en France, on comprend d’autant mieux que ce pays d’origine puisse avoir un sens encore différent pour les enfants de migrants nés ou ayant grandi en France. La maison en Algérie est pour eux un lieu de vacances d’où ils rayonnent pour allier visites familiales et tourisme balnéaire, et leurs investissements immobiliers restent en priorité basés en France.

Lieu de liberté ou de contrainte ? Le genre comme élément perturbateur

17Des contraintes spécifiques peuvent aussi concerner certaines catégories de notre population plus que d’autres : ainsi en va-t-il des normes qui s’appliquent différemment aux hommes et aux femmes, notamment dans la division sexuée de l’espace. Ce qui est vrai pour les primo-migrantes est encore plus frappant pour les jeunes filles nées en France et habituées à d’autres normes. Djamila (37 ans, BTS, assistante commerciale, mariée) raconte le choc ressenti quand, au détour de ses 12 ans, elle a vu disparaître des espaces publics du quartier ses copines algériennes de vacances :

Une année ça nous a fait un choc : on est rentrées, on est allées en vacances, et on s’est tournées un petit peu et toutes les copines qu’on avait, on les voyait plus dehors. Et on nous expliquait que maintenant on était grandes et qu’on pouvait pas forcément... on rentrait toutes un petit peu dans le même moule.

18Dans les récits de vacances des uns et des autres, il est très net que le passage de l’adolescence à l’âge adulte marque une frontière entre les pratiques des garçons et celles des filles : nombreux sont les hommes qui racontent comment l’élargissement progressif de leur maîtrise du territoire algérien leur a permis d’aller à la plage entre amis ou de visiter d’autres villes. Chez les femmes, une telle maîtrise est beaucoup moins courante, elles ont souvent une connaissance plus limitée du pays.

19Pourtant, cette différenciation sexuée des niveaux de contrainte n’est pas nécessairement vécue comme un choc, car elle prolonge parfois les normes parentales d’éducation en France, ainsi que le souligne Abdel (43 ans, bac + 3, fonctionnaire catégorie A, marié) à propos de ses sœurs :

Surtout en Algérie, dès que t’arrives, tu vois bien la différence entre filles et garçons ! C’est vrai ! C’est radical ! Il y avait pas d’activités communes ! Très petites, les filles étaient à la maison ! [...] Nos parents nous ont élevés : c’étaient les mêmes règles. Il y avait toujours une différence entre filles et garçons, ici aussi [en France]. Parce que mes parents ont été élevés comme ça.

20Enfin, pour complexifier encore la lecture qu’on peut faire de ces séjours, le bled est parfois présenté comme un espace de liberté pour certaines jeunes filles, loin du contrôle d’un père, d’un frère ou d’un petit ami en France. Ainsi, Dounia (27 ans, infirmière, célibataire) raconte qu’elle n’a pas pu partir en Tunisie, en 2009, parce que son petit frère craignait qu’elle y rencontre des hommes en passant ses soirées dans des boîtes de nuit. Sous le coup de cet interdit, Dounia s’est finalement repliée sur un séjour en Algérie où elle était censée rester avec sa mère, dans la petite ville de l’intérieur qu’est Sétif où, en effet, elle ne risquait pas de trouver de boîtes de nuit.

À Sétif, il y a ce truc sévère où la fille reste à la maison, où tu sors pas comme tu veux, tu fumes pas dans la rue – Alger tu fumes dans la rue, Oran tu fumes dans la rue, Annaba pareil mais Sétif, tu verras jamais une fille en train de fumer, tu verras jamais une fille habillée en minijupe, ou en short [...]. On est nés là, on a grandi ici, ma mère elle ne disait rien quand je fumais. Puis tu arrives là-bas on te critique parce qu’on a trouvé une cigarette dans ta voiture !

21Contrairement au cas d’Abdel, Dounia souffre des différences de règles entre « ici » et « là-bas ». Mais on constate aussi qu’il serait réducteur de voir dans l’Algérie comme entité nationale un univers uniformément contraint : les normes ne sont pas les mêmes selon le lieu – petite ville (surtout celle de ses parents) ou grande ville côtière. Avec l’aval de sa mère, Dounia fausse rapidement compagnie à son « bled » (ici au sens de village) et part rejoindre des amies à Alger pour des vacances plus festives :

Du coup, tu vois, j’ai mené ma vie en fait ! Et mon frère, il a jamais été au courant ! [...] Même en Algérie, j’y suis allée avec mes copines, donc ambiance boîtes de nuit, alcool et tout le tralala, c’était la même chose quoi. Mais lui, il se disait : « Si elle va avec ma mère, dans notre campagne profonde, elle va rester, elle va pas faire n’importe quoi. »

22Alors qu’on a tendance à figer trop rapidement les notions de primarité et de secondarité en les associant à des lieux précis (de résidence, de vacances), les appliquer à notre population invite à réfléchir aux variétés de combinaisons et de significations de ces deux types d’espace. Jean Remy lui-même, en s’appuyant d’ailleurs sur l’exemple des familles issues de migrations, mettait en garde contre une utilisation trop figée de ces notions :

La primarité et la secondarité ne sont pas une caractéristique permettant d’identifier un lieu indépendamment de ses modes d’appropriation. Un même espace peut voir sa signification évoluer dans le temps ou changer d’après les personnes qui l’utilisent. (Remy, 1999, p. 320)

23Cette complexité des articulations entre primarité et secondarité, qui combinent ruptures et continuités entre lieu de résidence et de vacances, nous permet d’examiner à présent les différentes manières de passer ses vacances au bled comme des indices de différents rapports aux « origines » des parents.

DES MANIÈRES D’HABITER EN VACANCES RÉVÉLATRICES DES RAPPORTS AUX ORIGINES

  • 5 Contrairement au Maroc ou à la Tunisie, l’Algérie présente trop de réelles carences, tant subjectiv (...)
  • 6 « Tonton du bled » raconte les séjours en Kabylie d’un jeune d’origine algérienne, des cabas chargé (...)
  • 7 Les manières d’habiter un lieu peuvent être étudiées dans leurs dimensions proprement spatiales (fo (...)

24Une fois établi que le pays d’origine des parents n’est plus qu’un lieu de vacances, tout n’est pas vraiment dit sur la nature de ces séjours – particulièrement quand ils ont lieu en Algérie5. Au-delà de leur représentation homogénéisante, telle qu’elle peut être véhiculée, par exemple, par la chanson populaire du groupe 1136, il s’agit d’identifier et d’analyser les manières de passer ses vacances au bled et, derrière elles, les différents rapports entretenus avec le pays d’origine, à travers les indices matériels qui ont trait aux manières d’habiter un lieu7. On verra notamment que loin de ne dépendre que d’une origine nationale commune, le rapport au bled se décline différemment selon des caractéristiques sociales classiques (âge, catégorie sociale, sexe, situation conjugale) qui ne perdent en rien leur efficacité explicative.

Le bled comme entre-soi amical : les vacances en Algérie de jeunes de cités

  • 8 Nicolas Jounin (2008) souligne bien comment certains intérimaires parviennent à tirer leur épingle (...)
  • 9 . C’est ainsi que se nomment ces jeunes quand ils veulent me faire comprendre de qui ils parlent – (...)
  • 10 Dans certains discours, « la France » est mobilisée pour caractériser toutes sortes de produits qui (...)
  • 11 Par métonymie, café où l’on peut fumer le narguilé.

25Mehdi a 25 ans. Titulaire d’un bac professionnel et d’un BTS en traitement des matériaux, il travaille aujourd’hui en intérim – forme de contrat de travail qui pour l’instant lui permet à la fois d’être souple sur ses congés et de toucher des salaires relativement importants8. C’est à Sétif, la ville natale de ses deux parents, que je le rencontre, dans un café où se retrouvent les « immigrés9 » ; il revient d’Oran où il a passé une semaine. « Oran, c’est le deuxième Paris, c’est un peu la France », me dit-il. Par rapport à Sétif, petite ville de l’intérieur des terres souvent présentée comme traditionnelle, Oran – ville côtière dont la réputation a été faite par les cabarets et les chanteurs de raï – représente pour certains le lieu de la fête par excellence, pour d’autres le lieu de la débauche (boîtes de nuit, alcool, prostitution, excès de vitesse...). Là-bas, Mehdi a loué une grande maison en bord de mer avec des amis ; d’autres se sont offert quelques nuits au Sheraton, à raison d’environ 200 € la nuit. Les journées se passent sur les plages privées où se retrouvent essentiellement « immigrés » (« tu trouves toute l’Île-de-France là-bas, même des Blacks ! Y a des mecs de Trappes ils sont venus à trente ! T’as tout un quartier ! ») et jeunes Algériens favorisés (car il faut avoir les moyens de payer son entrée et ses consommations), entre les haut-parleurs tournés vers la plage et les jet-skis rôdant autour des baigneurs. Contrairement à la plupart des plages publiques, les maillots deux-pièces sont de rigueur pour les femmes. Le soir, on commence souvent la soirée par un restaurant où l’on juge la qualité des mets supérieure à celle d’autres villes algériennes et l’on apprécie le rapprochement avec les standards « de France10 », même s’il s’agit essentiellement de fast-foods et de pizzérias ; ensuite un narguilé qui rappelle également les soirées lyonnaises dans les « chichas11 » à la mode ; enfin, une virée en boîte de nuit, au son des D. J. qui lancent tout au long de leur set des « spécial dédicaces à la Courneuve ». Ces virées oranaises ont un coût : Ramzy (19 ans, bac professionnel interrompu, célibataire) revient de quatre jours à Oran en ayant épuisé son budget prévu pour le mois, il y a dépensé 1 000 €.

  • 12 Environ 55 €. Un repas pour deux dans une pizzéria ou un restaurant grill peut revenir à 10 ou 15 €

L’hôtel il a dû nous prendre 200 € chacun, un quatre étoiles quand même ! En plus on mangeait tout le temps dehors, midi et soir, plus le matin on déjeunait dehors, et là-bas c’est plus les prix de France. Avec mon pote on faisait 8 000 dinars à deux12 ! Il a les additions en photo : salade du chef, escalope, pâtes au saumon puis des chichas ! [...] Après, entrée en plage 8 €, donc c’est parti trop vite !

26Quand ils prennent des vacances ailleurs qu’en Algérie, ils semblent reproduire le même genre de pratiques de tourisme balnéaire et festif : avant de passer trois semaines en Algérie, Mehdi est parti en Turquie avec des amis, notamment pour faire la fête à Kusadasi, une ville balnéaire et touristique de la côte turque. Il est aussi allé en Thaïlande, pays dont il vante principalement le faible coût de la vie qui permet d’accéder à de nombreux loisirs, même les plus surprenants : « C’est pas cher et on peut tout faire là-bas, même se faire prendre en photo avec un tigre ! »

  • 13 Comme le mot bled, celui de blédard peut renvoyer à des significations distinctes. En dehors de ses (...)

27Tout le séjour ne se déroule pas à Oran, et souvent ce n’est qu’une excursion depuis la ville d’origine des parents. Certains (les plus jeunes) passent l’essentiel de leurs trois ou quatre semaines de vacances à Sétif ; d’autres, comme Mehdi, ne font que de brefs passages dans la maison familiale. Mais même à Sétif, on prolonge une certaine manière d’habiter qui reproduit les habitudes de la vie quotidienne : certains préfèrent explicitement manger des pizzas ou des nuggets ramenés de France plutôt que des plats traditionnels ; on fréquente certains cafés ou restaurants clés où l’on sait qu’on retrouvera des jeunes « immigrés » (dont l’âge varie généralement entre 12 et 25 ans) ; on se couche tard après avoir fumé des chichas entre amis et regardé des films chez soi (ou joué à des jeux vidéos), on se lève tard, plutôt que de suivre le rythme des « blédards13 » qui se lèvent tôt pour éviter les grandes chaleurs de l’été. À Sétif comme à Oran, le bermuda s’arrêtant en bas de la cuisse est de mise même si, en pays musulman, les hommes doivent normalement cacher leurs genoux. De leur côté, si elles disent faire des efforts pour ne pas se faire siffler dans la rue, les filles portent des tenues relativement moulantes.

28Au final, pour les représentants de ce groupe, les vacances en Algérie sont surtout l’occasion de reconstituer un entre-soi où peuvent s’intégrer quelques amis algériens, mais qui est dominé par les manières d’être et de parler auxquels ils sont habitués en France. Cette mise à distance du bled (sa nourriture, ses rythmes, parfois même ses habitants) ne signifie pas qu’ils rejettent ou méprisent les origines de leurs parents. Beaucoup d’entre eux sont satisfaits de revenir chaque année et fiers d’être staifi (sétifiens) : ils sont nombreux à accoler cet adjectif à leur prénom dans leur identifiant Facebook. Ils peuvent même aller jusqu’à revendiquer « leur » quartier sétifien : ils précisent qu’ils sont des 750, de Tandja ou de Dallas, des signes d’identification qui rappellent ceux des jeunes habitants des cités françaises, où vivent d’ailleurs une grande part d’entre eux.

29Généralement leur parcours scolaire est relativement modeste (filières professionnelles ou technologiques), voire précocement interrompu, même si certains ont poursuivi des études jusqu’au BTS et sont sortis adroitement des chemins sinueux de l’intérim. En plus du niveau de diplôme et du lieu de résidence, l’âge est un facteur clé pour comprendre ce groupe : au fil des années, le changement de statut conjugal modifie les pratiques. Ce n’est pas un hasard si les plus âgés dans le groupe rencontré à Sétif ont autour de 25 ans. Une jeune fille annonçait par exemple en 2010 que c’était la dernière fois qu’elle passait ses vacances à « délirer » avec ses copains, parce qu’elle devait se marier dans l’année et que les sorties au café ne seraient plus envisageables. Enfin, on peut aussi identifier un effet de génération qui les distingue de leurs aînés au même âge : à la fin des années 2000, l’Algérie a retrouvé une certaine stabilité politique, et surtout, le pays est entré pleinement dans la société de consommation. Pour des jeunes avides de loisirs et de consommation, les séjours y sont aujourd’hui plus attractifs qu’ils ne l’étaient, bien sûr, dans les années 1990, pendant la guerre civile, mais aussi dans les années 1980, où l’économie était encore largement administrée et les biens de consommation importés, presque totalement absents.

Le bled comme une deuxième maison

30Myriam a 37 ans. Titulaire d’un BEP, elle n’a jamais travaillé et s’occupe de ses quatre filles. Elle habite un logement social dans une commune de la banlieue populaire lyonnaise. Son mari Kader est né en Algérie, dans la même région que les parents de Myriam, et s’est installé en France après leur mariage. Je les ai rencontrés pendant l’été 2011 dans leur toute nouvelle « maison » : formellement, il s’agit d’un appartement situé au quatrième étage de ce qui ressemble plus à un immeuble qu’à une villa – cage d’escalier collective distribuant des appartements de part et d’autre du palier. En fait, tout l’immeuble appartient à Myriam et Kader : la location des six appartements (dont cinq encore en construction) devrait les aider à payer cet appartement qu’ils se sont réservé au dernier étage. Kader est venu un mois avant sa petite famille pour finir les travaux et les accueillir dans les meilleures conditions : comme il est chauffeur intérimaire, ses congés sont assez souples pour qu’il se permette de partir trois mois. Ce statut est un choix qui lui permet également de gagner un salaire plus élevé que s’il était « embauché » et donc de financer cette « deuxième maison » ; en revanche, c’est un handicap pour accéder en France à un prêt bancaire et donc à la propriété. L’appartement donne tout de suite une impression d’espace (environ 180 m2) et son degré de finition contraste avec la cage d’escalier en béton brut. Comme dans beaucoup de maisons algériennes, le carrelage monte jusqu’à mi-hauteur des murs du hall d’entrée qui distribue d’une part quatre chambres à coucher et la salle de bains (équipée d’une grande baignoire à jets d’eau), d’autre part le grand salon et la cuisine. Myriam souligne le contraste avec son appartement de la périphérie lyonnaise, un peu sombre car situé au rez-de-chaussée, et depuis longtemps trop petit pour accueillir sa famille nombreuse ; voilà quatre ans qu’elle demande au bailleur un appartement plus grand, pour l’instant sans succès.

31Élément étonnant quand on s’est accoutumé aux intérieurs algériens en quelque sorte introvertis – souvent organisés autour d’un patio, ils préservent toujours avec soin l’intimité de l’espace domestique –, la cuisine permet d’accéder à une grande terrasse donnant sur la rue et aménagée pour que la famille y prenne ses repas. Autre différence : alors que dans les maisons algériennes, les chambres ne sont pas toujours strictement attribuées et sont, quoi qu’il en soit, assez modestement meublées, ici chacune des filles a sa chambre, avec son mobilier et ses éléments de décoration. La petite Dora de 5 ans a même un petit bureau rose, assorti au tapis « Barbie », « pour qu’elle puisse aussi faire ses coloriages ». Myriam se souvient que dans sa jeunesse, pendant ses vacances algériennes avec ses parents, le couchage était sommaire, dans un grand salon transformé en dortoir pour la nuit, où se mêlaient différentes générations (mais pas différents sexes) sur des nattes assez fines, les freshiat ; ici et maintenant, chacun dort dans sa chambre et dans son lit.

32Myriam vient passer les deux mois de vacances scolaires de ses filles en Algérie : comme elle ne travaille pas, elle a toute la souplesse nécessaire pour venir profiter de sa deuxième maison. Pour elle, un mois, c’est la durée idéale quand on se loge dans la famille ; quand on a sa maison, il est bon de pouvoir en profiter plus longtemps. Si elle apprécie les séjours en Algérie, c’est notamment parce qu’ils lui permettent de mettre à distance les contraintes du quotidien. Ici, il n’y a pas de factures, et ce n’est pas elle qui se charge des courses mais son mari : la répartition sexuée des rôles et des espaces (ce sont les hommes qui vont au souk) se transforme, selon elle, en avantage. Dans sa maison et même au-dehors, elle s’habille de manière décontractée et discrète : elle troque son jean contre une robe « arabe » – une robe ample sur laquelle on enfile facilement une djellaba pour sortir. Le discours est toujours double : cette tenue permet de passer inaperçue dans la ville et de ne pas alimenter la réputation des « immigrées » qui ne s’habilleraient pas de manière respectueuse par rapport aux normes du pays ; c’est également une tenue adaptée selon elle aux grandes chaleurs de l’été, qui entérine la rupture avec le contrôle de soi de la vie quotidienne : « On sort comme ça, on se prend pas la tête, c’est les vacances ! »

33Myriam apprécie d’avoir son chez-soi en Algérie car elle n’aime pas loger chez les autres, y compris chez ses parents qui ont eux-mêmes une grande maison de vacances non loin de là. Comme le mois de ramadhan approche, elle prévoit de prendre ses repas plutôt à domicile, éventuellement d’inviter de temps en temps quelques membres de sa famille ou de sa belle-famille. Leur intérieur est un sas entre la France et l’Algérie : il leur permet de suivre leur propre rythme dans la journée et de cuisiner ce que bon leur semble. Pendant le mois de ramadhan (au mois d’août en 2011), Myriam alternera les plats « traditionnels » et les plats plus « français », surtout pour ne pas « dégoûter » ses filles qui vivent difficilement ce mois de jeûne pendant les grandes chaleurs. Quand elles arrivent en Algérie, elles font avec leur père leur tour rituel au supermarché où l’on trouve des produits « français » ; elles achètent une seule fois « leurs céréales », pas davantage ; d’une part, ces produits coûtent cher, et d’autre part : « Bon, si c’est pour tout faire comme en France, autant rester là-bas ! » Myriam apprécie aussi, le soir, de brancher son écran plat sur le satellite pour regarder le « 19/20 » de France 3 : « J’aime bien avoir ma petite dose de France. »

34Les deux mois se déroulent ainsi, entre la finition des travaux dans la maison (surtout pris en charge par son mari), quelques visites familiales (essentiellement parents et beaux-parents) dans la ville et, exceptionnellement, dans le petit village d’où sont issus les parents de Myriam, un ou deux jours à la plage et le reste du temps dans sa deuxième maison. Pour l’avenir, Myriam n’a pas vraiment d’autres projets de vacances qu’en Algérie ; peut-être, dans trois ans, un grand voyage, seule avec son mari, pour fêter leur anniversaire de mariage – et quand Kader suggère la destination de Tamanrasset, une ville du Sud de l’Algérie, elle s’y oppose fermement : « Ah non, cette fois, pas en Algérie ! »

35Ce type de vacances en Algérie est avant tout déterminé par la situation conjugale de Myriam : parmi les personnes rencontrées, les rares individus qui ont fait construire leur propre résidence secondaire, séparée de celle des parents, sont mariés avec des émigrés, qui sont nés et ont grandi en Algérie, où ils conservent bien souvent une grande partie de leur famille proche (parents, fratrie), ce qui constitue une attache très forte avec le pays d’origine. En fonction de la catégorie sociale, du niveau de diplôme ou du motif de la migration (trouver du travail, poursuivre des études supérieures ou fuir des menaces politiques), le retour du conjoint primo-migrant prendra des formes différentes : certains se contentent de rapides séjours pour rendre visite à leurs parents, souvent indépendamment de leur conjoint(e) et de leurs enfants ; d’autres, souvent de condition sociale plus populaire, comme Kader (qui a le niveau d’un baccalauréat en Algérie et a décidé de s’installer en France pour des raisons surtout économiques), souhaitent y passer tout leur temps libre et mener une existence parallèle à leur vie en France, le salaire français permettant d’y réaliser des projets auparavant impossibles. Pour le conjoint né en France, la résidence secondaire est un élément indispensable pour supporter ces séjours prolongés en Algérie. Tout comme Myriam, Souad (35 ans, CAP, sans activité) est mariée avec un émigré ; pendant plusieurs années, elle a refusé de l’accompagner pendant ses vacances en Algérie parce qu’elle ne supportait pas la cohabitation avec sa belle-famille ; ce n’est que depuis qu’ils y ont construit leur maison qu’elle y revient régulièrement, et pour des durées d’un mois ou plus. La résidence secondaire permet de ménager un sas entre les habitudes incorporées en France et les normes locales.

Le bled comme lieu de mémoire

36Djamila aussi a 37 ans et habite une autre commune populaire de la banlieue est lyonnaise. Elle a suivi des études plus longues que Myriam, puisqu’elle est titulaire d’un BTS action commerciale. Elle travaille aujourd’hui en tant qu’assistante commerciale dans une grande entreprise de la région lyonnaise. Elle et son mari sont nés en France de parents originaires de deux départements voisins en Algérie. Depuis son enfance, elle est habituée à venir régulièrement en Algérie, contrairement à son mari qui d’ailleurs ne parle ni ne comprend l’arabe. Aujourd’hui, elle continue à s’y rendre, mais de manière épisodique : depuis qu’elle est mariée (dix ans), c’est son troisième séjour, et le premier avec son mari, qui n’y a pas mis les pieds depuis vingt-trois ans. Cette fois, elle est venue pour trois semaines, accompagnée également de ses enfants. Pour elle, pas d’ambiguïté : ce séjour, ce n’est assurément pas du tourisme ; c’est surtout retrouver la famille et faire connaître leurs « racines » à ses enfants :

La notion de « vacances en Algérie », pour moi, c’est la notion de famille et non pas de tourisme, de visite, de découvrir [...]. Je suis venue parce que j’ai mes enfants et je me suis dit : à un moment donné, moi, je trouve ça indispensable, il faut qu’ils connaissent l’Algérie, d’une manière ou d’une autre, même si c’est pas les vacances qu’ils ont l’habitude d’avoir ! Je les ai briefés [...]. Quand j’ai dit à mes enfants qu’on y allait, j’ai dit : « Il y a pas de mer, y a pas de piscine. » Ils ont l’habitude d’aller en camping, on est partis en Tunisie en hôtel, toutes les années ils ont la mer. Donc cette année je leur ai dit : « Il y a pas ça, on va plutôt voir la famille, donc on va pas forcément dormir dans un lit. » Ma fille qui me disait : « Mais c’est vrai maman ? ! »

37Ne pas dormir dans un lit, c’est justement ce qui plaît à Djamila : retrouver l’univers spartiate de son enfance, dans la famille de la campagne (qu’elle trouve plus chaleureuse que celle de la ville), partager de grands plats collectifs, et le soir venu, jeter les freshiat au sol et se coucher tous ensemble, échanger encore quelques anecdotes avec les femmes de la famille dans un arabe qu’elle assume « approximatif » – voilà pour elle l’intérêt de ses rares séjours au bled. Dans sa famille, alors que de nombreuses femmes utilisent des fourchettes pour manger dans le plat collectif, Djamila se plaît à manger avec la main, un bout de galette pour tout couvert. Si elle fait attention à sa tenue vestimentaire pour ne pas choquer, c’est avec ses moyens : elle porte des tuniques larges et des pantalons en toile, mais n’adopte pas la robe « arabe », surtout pas pour sortir.

38Cette année, la nouveauté, c’est que la maison de ses parents est un peu plus aménagée et qu’ils s’y retrouvent tous en même temps qu’une de ses sœurs, elle aussi accompagnée de son mari et de ses enfants. Djamila passe donc un peu plus de temps dans cette « maison de vacances » (l’expression est de son père), notamment pour les repas et les nuits, mais elle critique justement ce nouveau rythme :

Ici [dans la maison des parents], quand on est là on cuisine, on mange entre nous, donc c’est pour ça que c’est pas très intéressant de rester ici. Ce que je dis à ma mère : c’est bien, il y a l’appart, ça nous permet de nous poser un peu mais malgré tout, c’est bien quand on est dans la famille, avec tout le monde. Ici, c’est comme si j’étais chez mes parents en France.

39Djamila avoue que c’est depuis qu’elle a des enfants qu’elle s’est mise à s’intéresser de plus près à l’histoire de l’Algérie et à son histoire familiale. Même si elle se méfie un peu des discours de sa famille algérienne sur la guerre d’Algérie, qui sont pour elle trop nationalistes et partiaux, elle me dit l’intérêt qu’elle a eu à écouter son grand-oncle raconter l’histoire du « grand colon » à qui appartenaient les terres autour de son village.

40Les postures les plus réflexives qui investissent l’histoire familiale ou nationale sont souvent le fait d’individus à la trajectoire scolaire et sociale plutôt ascendante, certains ayant pu acquérir par exemple des dispositions les incitant davantage à la pratique d’une forme de tourisme culturel. Si la rupture avec les parents et donc avec les origines ne s’est pas faite de manière symbolique par l’ascension sociale, c’est une rupture plus matérielle qu’il s’agit de combler : ceux qui ne sont pas partis depuis longtemps en Algérie n’y ont pas les habitudes des routiniers de la destination ; ils peuvent avoir alors tendance à surinvestir les relations familiales et l’histoire de leur famille, laquelle permet d’expliquer les liens familiaux parfois complexes auxquels ils sont concrètement confrontés. Le mariage, l’arrivée des enfants ou le fait de prendre de l’âge sont souvent présentés comme des éléments déclencheurs de cette prise de conscience.

  • 14 Une présentation synthétique est proposée en annexe.

41Dans ces trois portraits14, auxquels on pourrait ajouter chaque fois d’autres cas, malgré une histoire commune (des parents venus d’Algérie, et même, plus précisément, de la région de Sétif, dans les années 1950-1970 ; une condition sociale relativement homogène durant leur enfance, avec des pères généralement ouvriers et des mères souvent cantonnées au foyer), les vacances passées en Algérie ne prennent pas les mêmes formes matérielles, s’inscrivent différemment en continuité et en rupture avec la vie en France et ne révèlent pas les mêmes manières de concevoir les « origines algériennes ». Si certains cherchent à reconstituer une partie de leur mode de vie quotidien, d’autres au contraire optent plus nettement pour la rupture et le contraste. Les différences de pratiques qui révèlent différentes manières de vivre ses origines algériennes se comprennent en articulant différentes caractéristiques sociales : l’âge et la place dans le cycle de vie, la trajectoire scolaire et sociale, la situation conjugale – notamment l’histoire migratoire du conjoint.

*

42Les notions de primarité et de secondarité nous ont montré quels jeux complexes se jouent dans les rapports des populations issues de migrations avec le pays d’origine, que ce soit au premier ou au deuxième degré (primo-migrants ou descendants directs d’immigrés) : lieu d’une plus grande liberté économique mais parfois d’une plus grande contrainte sociale, le bled, qui renvoie lui-même à des espaces aux caractéristiques fort variables, offre la possibilité d’appropriations différenciées selon l’époque, l’âge, le sexe, la catégorie sociale. L’inconvénient du couple primarité/secondarité est d’introduire une hiérarchisation entre les lieux et, par là, entre les rôles ou les facettes identitaires qui sont susceptibles de s’y déployer. À cette lecture binaire, on pourrait préférer une lecture plus horizontale, sans hiérarchisation, de la pluralité des espaces d’identification et de la variation des rôles sociaux. Mais ces notions restent stimulantes en ce qu’elles nous invitent à considérer tout autant les ruptures que les continuités dans les manières concrètes d’être et de faire entre ces deux espaces distincts que sont celui de la résidence principale et celui des vacances.

43L’étude des pratiques matérielles à l’occasion de séjours de vacances en Algérie permet de contourner les difficultés propres à toute étude sur le sentiment d’appartenance. Proposer un questionnement inspiré de la sociologie des rapports à l’espace permet ainsi d’éviter un raisonnement abstrait et potentiellement tendancieux sur la question de l’identité et des origines : il s’agit de comprendre comment concrètement on se comporte et on se perçoit pendant ses vacances en Algérie par rapport à son quotidien en France. S’intéresser à la multiplicité des espaces d’appartenance des individus et à la variation des manières d’être et de faire qui leur sont associées, et, pour ce faire, manier des outils conçus pour tout type de population, c’est en fin de compte éviter une approche uniquement intégrationniste et potentiellement essentialisante des phénomènes liés aux migrations.

Bibliographie

Bibliographie

Bonnin Philippe & Villanova Roselyne de (dir.) (1999), D’une maison l’autre : parcours et mobilité résidentielle, Grâne, Créaphis.

Bonvalet Catherine (1991), « La famille et le marché du logement : une logique cachée », dans Jeux de famille, Martine Segalen (dir.), Paris, Presses du CNRS, p. 57-77.

Équipe MIT (Mobilités, itinéraires, territoires) (2002), Tourismes, 1. Lieux communs, Paris, Belin.

Jounin Nicolas (2008), Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte.

Périer Pierre (2000), Vacances populaires : images, pratiques et mémoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Réau Bertrand (2007), « S’inventer un autre monde : le Club Méditerranée et la genèse des clubs de vacances en France (1930-1950) », Actes de la recherche en sciences sociales, no 170, p. 66-88.

Remy Jean (1996), « Mobilités et ancrages : vers une autre définition de la ville », dans Mobilités et ancrages : vers un nouveau mode de spatialisation ?, Monique Hirschhorn & Jean-Michel Berthelot (dir.), Paris/Montréal, L’Harmattan, « Villes et entreprises », p. 135-149.
— (1999), « Dédoublement des espaces sociaux et problématiques de l’habitat », dans D’une maison l’autre : parcours et mobilité résidentielle, Philippe Bonnin & Roselyne de Villanova (dir.), Grâne, Créaphis, p. 315-346.

Roux Sébastien (2011), No money, no honey : économies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, Paris, La Découverte.

Sansot Pierre, Strohl Hélène, Torgue Henry & Verdillon Claude (1978), L’Espace et son double : de la résidence secondaire aux autres formes secondaires de la vie sociale, Paris, Champ urbain.

Sayad Abdelmalek (1977), « Les trois “âges” de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, no 15, p. 59-79.

Viard Jean (1984, 2007), Penser les vacances, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Annexes

Annexe : manières d’habiter le pays d’origine pendant les vacances

 

Mehdi

Myriam

Djamila

Profil

25 ans, célibataire, BTS, intérimaire

37 ans, mariée avec un immigré, BEP, sans activité

37 ans, mariée avec un descendant d’immigré, BTS, assistante commerciale

Hébergement

Hôtel de luxe ou location à la plage

Résidence secondaire aménagée « à la française » avec chambres individuelles et personnalisées

Résidence principale de la famille algérienne, sans espace individuel, couchage collectif sommaire

Emploi du temps

Libre (grasse matinée, coucher tardif)

Libre (grasse matinée pour ses filles)

Plus soumis aux rythmes de la famille algérienne (lever plus tôt, sieste « obligatoire »)

Sociabilité

Surtout « immigrés » (amis de France ou nouvelles rencontres)

Famille conjugale et, dans une moindre mesure, famille élargie (surtout parents, beaux-parents et beaux-frères)

Famille élargie algérienne

Nourriture

À l’extérieur et non « traditionnelle »

À domicile, entre plats algériens et plats « français » cuisinés par elle

Partager les repas de sa famille algérienne, manger avec la main, dans des grands plats collectifs

Habillement

Short au-dessus du genou

Robe arabe, aussi bien dehors que dedans

Tenue « respectueuse », mais prise dans sa garde-robe de France

Autres vacances

Turquie, Thaïlande : « bien s’amuser pour pas cher »

Projet lointain pour son anniversaire de mariage

Vacances familiales en Tunisie ou sur la côte méditerranéenne française

Notes

1 Cette thèse porte sur les séjours de vacances en Algérie chez les descendants directs d’immigrés algériens installés en France à l’époque des trente glorieuses. Elle est fondée sur un matériau combinant une enquête quantitative auprès de voyageurs partis pendant l’été 2008 (n = 200) et surtout une enquête qualitative auprès de vacanciers interrogés sur leur lieu de résidence en France (n = 44) ou directement sur leur lieu de vacances en Algérie (n = 19). Ces entretiens approfondis, qui s’apparentent en partie à des récits de vie, sont complétés par des séjours d’observation (étés 2009, 2010 et 2011).

2 Nous employons délibérément le mot arabe bled pour l’imaginaire qu’il véhicule sur le pays d’origine des personnes issues de l’immigration maghrébine. Si le premier sens du mot est celui de « pays », il peut renvoyer, dans le langage courant, au pays dans son ensemble aussi bien qu’au petit village d’où les parents sont originaires, mais aussi au centre-ville de la ville habitée, dans des usages plus rares mais attestés. Tous ces sens sont présents dans notre enquête.

3 Dans l’ensemble du texte, les guillemets n’ont pas pour vocation de pallier une imprécision lexicale mais renvoient aux expressions ou catégories utilisées par les personnes rencontrées. La question qui m’a été fréquemment posée : « Mais toi, t’as des origines ou pas ? », montre que le terme origine n’a pas toujours à être accolé à l’adjectif algérienne pour être utilisé.

4 Sur ce point, des travaux ont très directement nourri et confirmé notre analyse, en particulier plusieurs contributions de l’ouvrage D’une maison l’autre sur les résidences secondaires de migrants portugais, marocains ou algériens (Bonnin & Villanova, 1999).

5 Contrairement au Maroc ou à la Tunisie, l’Algérie présente trop de réelles carences, tant subjectives (en termes d’image) qu’objectives (par exemple en termes d’infrastructures d’hébergement), pour constituer une véritable destination touristique et être pleinement vécue comme un lieu de vacances.

6 « Tonton du bled » raconte les séjours en Kabylie d’un jeune d’origine algérienne, des cabas chargés sur la voiture aux discussions sur la plage, avec les cousins du bled, à propos de visa ou de couscous, le tout agrémenté du soda local et d’une « chicha » (appellation maghrébine du narguilé).

7 Les manières d’habiter un lieu peuvent être étudiées dans leurs dimensions proprement spatiales (forme concrète de l’habitat, mode d’occupation de l’espace du logement) tout autant qu’à travers les pratiques (emploi du temps, sociabilités) que l’on y déploie.

8 Nicolas Jounin (2008) souligne bien comment certains intérimaires parviennent à tirer leur épingle du jeu, en compensant la précarité réglementaire de leur statut par des salaires mensuels relativement élevés, liés à leur qualification et à leur réputation de « bons ouvriers ».

9 . C’est ainsi que se nomment ces jeunes quand ils veulent me faire comprendre de qui ils parlent – c’est-à-dire de jeunes Français, par opposition aux « blédards » que sont les Algériens. Même si, parallèlement, comme la plupart des personnes interrogées, ils refusent cette appellation quand elle vient des Algériens.

10 Dans certains discours, « la France » est mobilisée pour caractériser toutes sortes de produits qui peuvent ne pas être typiquement français (on les trouve en Algérie), mais dont le goût ou la qualité ne seraient pas les mêmes : le Nutella ou les nuggets « de France » sont présentés comme meilleurs que ceux d’Algérie.

11 Par métonymie, café où l’on peut fumer le narguilé.

12 Environ 55 €. Un repas pour deux dans une pizzéria ou un restaurant grill peut revenir à 10 ou 15 €.

13 Comme le mot bled, celui de blédard peut renvoyer à des significations distinctes. En dehors de ses connotations souvent négatives (un blédard est alors stigmatisé pour son manque de culture ou de savoir-vivre, jugé un peu rustre), parfois positives (dire d’un « immigré » que c’est un « blédard », c’est valoriser sa bonne intégration dans la société algérienne), le mot renvoie à deux groupes qu’il est important de distinguer. Ici, le blédard est littéralement l’habitant du bled, l’Algérien résidant en Algérie. Le terme peut aussi désigner des personnes résidant en France mais qui sont nées et ont grandi en Algérie, avant d’émigrer vers la France à l’âge adulte.

14 Une présentation synthétique est proposée en annexe.

Auteur

Enseignante (agrégée préparatrice) à l’ENS Paris. Elle a préparé et soutenu à l’Université Lumière Lyon 2, au sein de l’équipe Modes, espaces et processus de socialisation (MEPS) du Centre Max Weber, sa thèse intitulée Vacances au bled de descendants d’immigrés algériens. Trajectoires, pratiques, appartenances. Initialement formée à la sociologie urbaine, elle s’est spécialisée en sociologie des migrations et interroge les liens avec le pays d’origine, tels qu’ils sont maintenus ou reconstruits par des descendants d’immigrés à travers des pratiques matérielles directes – en l’occurrence, les séjours de vacances dans le pays de naissance des parents.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search