Version classiqueVersion mobile

La Jeune sociologie urbaine francophone

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Alain Bourdin
, 
Marie-Pierre Lefeuvre

Mobilités, ancrages, expériences citadines

Trajectoires et processus de socialisation des salariés mobiles du tourisme : trois manières d’habiter l’espace-temps saisonnier

Aurélien Gentil

Texte intégral

1En 2005, l’INSEE estimait à 420 000 le nombre d’emplois saisonniers en France directement ou indirectement liés à l’activité touristique (les trois quarts dans l’hôtellerie-restauration). D’après le règlement no 1408/71 de la Communauté européenne et la circulaire ministérielle « Questions-réponses » (29 août 1992), l’emploi est « saisonnier » lorsqu’il est limité dans le temps, qu’il correspond à un accroissement d’activité cyclique, que cet accroissement est fonction du rythme des saisons ou des modes de vie collectifs, c’est-à-dire indépendant de la volonté des employeurs, et que les tâches confiées au salarié sont liées à cet accroissement d’activité. Majoritairement peu qualifiés, 60 % des saisonniers de l’hôtellerie-restauration sont ouvriers ou employés (Cousin & Réau, 2009). Au-delà de ces estimations, cette catégorie de travailleurs hétérogène, aux contours indéterminés, met à mal les outils usuels de classification, qu’ils soient statistiques ou sociologiques (branche d’activité, profession et catégorie socioprofessionnelle, table de mobilité…). Différentes typologies ont été construites pour mieux cerner la situation et les besoins des saisonniers du tourisme (Collectif, 2008). On peut distinguer, par exemple, trois catégories d’individus au sein de cette population si l’on prend pour principal critère de différenciation leur rapport à l’emploi : les « professionnels saisonniers du tourisme » (20 %), les « pluriactifs/multi-salariés locaux » (20 %) et les « jeunes en insertion » (60 %) (Le Pors, 1999).

  • 1 Ainsi en 1996, les moins de 25 ans occupaient deux tiers des emplois saisonniers d’été et, sur l’a (...)

2Mais ces catégories sont trop restrictives et ne restituent pas les dimensions multiples qui régissent le rapport que les individus entretiennent avec leur situation. On retiendra toutefois que la population des travailleurs saisonniers du tourisme est souvent jeune, particulièrement durant la période estivale, et qu’elle est plus masculine l’hiver, plus féminine l’été1 ; et surtout, qu’elle est caractérisée par sa mobilité spatiale et résidentielle. Ainsi, avant d’entamer leur saison, 70 % des saisonniers du tourisme vivent à une trop grande distance de leur lieu de travail saisonnier pour se passer d’un logement sur place (Faure & Brunet, 2003). Nombreux sont donc ceux qui se déplacent temporairement dans des lieux touristiques pour y résider et y travailler.

POUR UNE SOCIOLOGIE DES FORMES D’ANCRAGE SAISONNIÈRES

3On s’intéressera spécifiquement ici aux salariés saisonniers mobiles du tourisme, entendus comme ceux qui vivent principalement de leurs activités saisonnières et qui, au gré des saisons, sont amenés à se déplacer et se loger dans des lieux touristiques différents. Le schéma le plus représentatif consiste à suivre le rythme des saisons climatiques : l’hiver dans les zones de montagne et l’été dans les zones côtières. On a là une population « précarisée » si l’on considère l’instabilité et la discontinuité de son rapport à l’emploi, à l’espace et au temps (Cingolani, 2005). Les travailleurs saisonniers mobiles semblent « incarner » l’impératif de flexibilité, d’adaptabilité et de disponibilité promu par le « nouvel esprit du capitalisme » qui tend à ériger en norme la mobilité spatiale et professionnelle (Boltanski & Chiapello, 1999).

4Mais la mobilité saisonnière peut revêtir un sens et des formes multiples selon les individus (Douarche, 2003). L’hétérogénéité de cette population et des contextes où elle s’inscrit offre une possibilité intéressante pour mettre à l’épreuve les catégories de pensée de la sociologie urbaine et pour interroger les processus qui déterminent des rapports différenciés à l’espace-temps saisonnier. Il s’agit ici de saisir le rôle d’un espace particulier, à la fois lieu de travail et de résidence temporaire, dans la trajectoire des individus. C’est l’occasion de vérifier que la mobilité se situe bien au croisement de déterminants structurels et de logiques individuelles, et que des individus partageant une « communauté de position » (salariés du tourisme, saisonniers, mobiles) composent différemment, selon leur trajectoire, avec la mobilité inhérente à leur activité et avec les contextes où ils doivent s’inscrire pour travailler. Ainsi, au-delà d’un rapport social précarisant imposé par les temporalités et les règles du marché du travail touristique, l’étude des mobilités saisonnières et des formes d’ancrage qu’elles déterminent doit aussi interroger la part de choix et de contraintes que rencontrent les individus au fil de leur existence. Plus encore, elle doit permettre de saisir le rôle de l’articulation des multiples dimensions qui régissent la vie saisonnière (logement, travail, famille, sociabilité, loisirs) dans le processus de formation des manières d’être, de faire et de penser qui oriente la trajectoire des individus : elle invite à penser l’espace-temps saisonnier comme une instance de socialisation dont il faut examiner les rouages.

  • 2 Par exemple Réau (2006) ou, sur un registre plus « militant », Dethyre (2007).
  • 3 Voir par exemple Collectif (2003).

5Les études menées jusqu’à présent se sont principalement appliquées à déterminer le profil sociodémographique des travailleurs saisonniers du tourisme et à dresser l’état des lieux de leur situation sociale et professionnelle. Si certaines recherches mobilisent des méthodes ethnographiques pour accéder au « vécu » des saisonniers et à leur trajectoire2, la plupart se cantonnent à une approche plus « quantitative » (enquêtes par questionnaires, croisement des statistiques publiques). Généralement inscrites dans le vaste champ de la « recherche-action », elles sont à différentes échelles l’initiative d’acteurs nombreux, aux objectifs divers et parfois contradictoires. Alors que certains dénoncent des conditions de vie « indignes3 », d’autres (notamment le syndicat des hôteliers-restaurateurs) s’inquiètent de la difficulté à trouver des travailleurs saisonniers qualifiés et « fidèles ». Avant tout descriptives, ces études se justifient le plus souvent par leur volonté d’améliorer la situation des travailleurs saisonniers et/ou l’« offre touristique ». Chacune des dimensions définissant leur existence est appréhendée séparément et définie en fonction des problèmes « sociaux » ou « économiques » qu’elle pose. Les conditions de vie, d’emploi, de travail, de logement et de santé sont pensées comme des « états » qu’il faut décrire, mesurer et améliorer. Leur situation est appréhendée en termes de position et de condition.

6À rebours de cette approche, il faut penser leur situation comme un rapport contextualisé, articulant plusieurs dimensions, déterminé par une trajectoire et pris dans un processus. Afin de restituer la complexité de ce processus de formation du rapport à l’espace-temps saisonnier, nous étudierons des façons socialement différenciées d’être travailleur saisonnier dans un même espace et des façons spatialement différenciées d’être travailleur saisonnier. Autrement dit, nous interrogerons la variabilité des formes de liens et de rapports aux lieux que les salariés mobiles du tourisme peuvent déployer au fil de leurs déplacements.

POUR UNE ÉTUDE CONTEXTUALISÉE DES MANIÈRES D’HABITER

7À partir du matériau produit durant une recherche menée dans la petite station littorale de Belle-Plage (voir le terrain et la méthodologie ci-dessous), nous voudrions montrer l’intérêt d’une étude contextualisée des relations pratiques et symboliques (Authier, 1993) que les « intermittents » mobiles du tourisme peuvent entretenir avec l’espace-temps saisonnier. Il est bien question, ici, d’interroger le rôle des mobilités saisonnières dans la formation du rapport objectif et subjectif que les individus entretiennent avec leur activité et avec les lieux où ils s’établissent pour travailler. Nous verrons comment, pendant leurs saisons, ils composent avec les contraintes propres à leur situation, et nous montrerons les formes d’ancrage, de sociabilité et de représentations par lesquelles ils construisent leurs « repères » dans un espace-temps discontinu. L’espace doit être pensé à la fois comme le support des pratiques et des représentations sociales, et, à travers ses spécificités (sa morphologie, son histoire, etc.), comme le producteur de manières singulières de faire et de penser (Remy, 1999) : il produit

diverses interactions qui établissent entre les individus des formes déterminées de relations, des plus éphémères aux plus instituées, des plus fugitives aux plus durables, [des] actions réciproques [qui] sont porteuses d’influences mutuelles entre les êtres sociaux. (Grafmeyer & Authier, 2008, p. 86)

  • 4 On retrouve là une définition proche de celle développée par Becker (1963, 1985) : « Cette notion (...)

8Nous verrons ensuite qu’il est possible, en étudiant les manières d'habiter l’espace-temps saisonnier, de repérer différentes phases ponctuant la carrière d’installation du saisonnier mobile. Il s’agira d’examiner le processus séquentiel par lequel, à partir de sa première expérience saisonnière, l’individu franchit différentes étapes, jusqu’à rationaliser et justifier pleinement son mode de vie saisonnier ainsi que les relations qui l’attachent à certains lieux4 : un processus qui amène les saisonniers, au fil de leurs expériences, à se « stabiliser » dans le temps et dans l’espace.

Terrain et méthodologie d’enquête

9Nous nous appuyons sur les résultats d’un travail de terrain mené entre 2006 et 2010 dans la station balnéaire de Belle-Plage, située sur la côte Atlantique, dans le département des Landes. C’est un lieu touristique caractérisé par son « ambiance familiale », sa capacité d’accueil relativement restreinte (environ 5 000 lits) et sa morphologie (superficie restreinte, activité commerciale principalement concentrée dans une rue commerçante). La petite taille de ce terrain (environ 200 individus) et l’opportunité que nous avons eue d’y résider plusieurs mois en tant que travailleur saisonnier (Chauvin & Jounin, 2010) nous ont permis d’entreprendre un travail ethnographique et « monographique ».

  • 5 Les 97 réponses au questionnaire (soit 57 % de retour parmi les saisonniers du bourg) ont permis d (...)

10Durant l’été 2006, nous avons pu dénombrer à Belle-Plage environ 170 salariés en contrat saisonnier et 30 gérants ou propriétaires de commerces dont nous avons tenté de cerner les profils sociodémographiques, les parcours (professionnels, résidentiels et scolaires), la fréquence et le type de sociabilité et les représentations (du logement, de l’emploi, de l’espace-temps saisonnier…)5. Dans un second temps, durant l’été 2007, nous avons pu approfondir et affiner notre réflexion à partir d’observations directes et d’une série d’entretiens semi-directifs avec 26 salariés saisonniers mobiles travaillant à Belle-Plage. Ces entretiens portaient sur leur trajectoire, leurs pratiques et leurs représentations (du travail saisonnier, de la précarité, des lieux dans lesquels ils ont pu s’inscrire…). Entre 2008 et 2010, notre présence sur le terrain nous a enfin offert l’opportunité de mener un suivi longitudinal des trajectoires de nombreux saisonniers mobiles interrogés en 2007 encore présents à Belle-Plage et d’observer l’évolution de la morphologie sociale du lieu.

TROIS MANIÈRES D’HABITER L’ESPACE-TEMPS SAISONNIER

11Au-delà du poids des déterminants sociaux classiques (âge, sexe, qualification, origine sociale) pesant sur la différenciation des pratiques et des représentations individuelles, l’étude des modes d’appropriation différenciés d’un même espace par les saisonniers mobiles révèle l’influence d’autres facteurs. Ainsi la trajectoire d’entrée et l’ancienneté dans un lieu d’activité saisonnière pèsent fortement sur la relation pratique et symbolique à ce lieu.

  • 6 Notre typologie a été principalement construite d’après l’analyse des entretiens semi-directifs de (...)
  • 7 Il est important de préciser que le corpus d’entretiens recueillis en 2007 est représentatif de la (...)

12On peut repérer, à partir de différents indicateurs6, trois manières d’habiter l’espace-temps saisonnier, correspondant à trois catégories : les ambulants, les habitués et les locaux7.

Les ambulants

13Cette catégorie doit être subdivisée en deux groupes d’âge, de qualification et d’expérience. D’une part, les jeunes ambulants (moins de 25 ans) sont les moins expérimentés professionnellement. Ils occupent généralement les emplois les moins qualifiés (plonge, ménage…), pour ceux qui n’ont pas de formation en lien avec le tourisme ou qui ont peu d’expérience dans ce secteur, et des emplois plus qualifiés, pour ceux formés dans la restauration, le sport ou l’animation (cuisinier, moniteur sportif…). D’autre part, les ambulants expérimentés (plus de 25 ans) ont accompli un parcours professionnel plus long en tant que salariés saisonniers. Ils ont une formation en lien avec leur activité ou se sont formés « sur le tas » au fil de leurs expériences. Ils occupent généralement, parmi les ambulants, les emplois les plus qualifiés et qui offrent les meilleurs avantages (salaire, logement, etc.). Si les jeunes ambulants formés dans les métiers du tourisme mettent surtout en avant l’acquisition d’une expérience professionnelle pour expliquer leur arrivée dans le lieu, les jeunes non qualifiés invoquent plutôt leur « curiosité » vis-à-vis du travail saisonnier et leur besoin de gagner de l’argent. Les ambulants expérimentés justifient leur présence d’abord par le plaisir de faire les saisons, puis par la possibilité d’accéder à un emploi et par le fait de gagner de l’argent.

14Le rapport que les ambulants entretiennent à leur lieu de résidence temporaire est largement déterminé par le fait d’être arrivés pour la plupart « au hasard » de leur recherche d’emploi. Cette trajectoire d’entrée dans la vie du lieu pèse à différents niveaux sur les formes et la nature des sociabilités locales qu’ils vont déployer.

15La position géographique de leur logement est rarement le résultat d’un choix, du moins d’une anticipation. Entrés dans la vie du lieu par le biais de leur recherche d’emploi, ils sont amenés à résider dans le logement fourni par leur employeur ou dans les logements disponibles au moment de leur arrivée. Si certains ambulants vivent au cœur de la station, plusieurs d’entre eux se logent à distance du centre. Cet éloignement géographique engendre chez ces « nouveaux » arrivés un sentiment de distance par rapport aux saisonniers plus anciens qui « font » la vie du lieu. Ainsi resteront-ils d’abord « à l’écart » des plus anciens avant peut-être d’apprendre à les connaître. Voici ce que raconte une enquêtée, logée durant notre rencontre dans le centre de Belle-Plage, qui pour sa première saison habitait un camping situé à 5 km du bourg :

J’ai vraiment découvert Belle-Plage cette année, parce que j’ai rencontré les gens qui font Belle-Plage, tous ceux qui sont là depuis des années et voilà, plus l’âme de Belle-Plage, en fait, cette année. L’an dernier j’ai vu plus l’extérieur, plus en touriste en fait […], plus esprit camping, tu rencontres des gens du camping, plus esprit vacances en fait […], et puis moins ambiance saisonnière, beaucoup moins ambiance saisonnière. Je finissais le boulot, je buvais un coup comme ça, devant Chez Keith [son employeur l’année précédente], après j’avais pas forcément envie d’aller à La Salsa [haut lieu de sociabilité pour les saisonniers du bourg] ou ailleurs. (P., 22 ans, serveuse, 2e saison à Belle-Plage)

16Plus que les autres, les ambulants habitent des tentes, des caravanes ou des camions. Ils sont présents généralement durant des périodes plus courtes que les autres saisonniers mobiles (entre deux et quatre mois). Les ambulants ont fréquemment un espace d’habitation restreint qui, par sa taille, sa configuration et les fonctionnalités qu’il offre, ne permet pas de recevoir ni d’héberger des amis ou des membres de leur famille. Logeant parfois seuls, ils peuvent aussi partager leur logement ou leur zone d’habitation (camping) avec des collègues de travail ou d’autres ambulants. Leur réseau de sociabilité, à l’échelle du lieu, est principalement composé par ces cohabitants. Ces relations s’entretiennent surtout dans le cadre du travail et des sorties festives. Se détournant de leur logement, ils préfèrent généralement passer du temps dans les bars et les restaurants.

17Leur fréquentation des commerces dépend étroitement du réseau de relations qu’ils ont tissé. Ainsi, ils fréquentent les mêmes lieux que leurs collègues de travail ou que les ambulants avec lesquels ils ont sympathisé. Les jeunes, qui assimilent plus que les expérimentés la saison à une période où la « fête » rythme la vie, multiplient les sorties nocturnes. Un enquêté, formé dans la restauration, venu pour la première fois à Belle-Plage « au hasard » de ses recherches d’emploi, nous explique :

Ben [la vie d’un saisonnier], c’est travailler et puis sortir, picoler, faire la fête à « donf », et puis aller draguer les nanas, tout ce qui traînait, tout le temps, comme ici tu sais, c’était ça. Bon, après, avec l’âge, on se calme de plus en plus, mais au début t’as envie de faire que ça, d’aller te mettre une mine, d’aller en boîte et puis voilà quoi, faire la teuf. (F., 23 ans, cuisinier, 4e saison à Belle-Plage)

18Ainsi, la trajectoire d’entrée des ambulants dans la vie saisonnière de Belle-Plage participe au déploiement de sociabilités « externes » (Forsé, 1981) centrées sur leurs collègues de travail et les espaces de sociabilité du bourg (rue principale, commerces). Leur logement semble tenir un rôle principalement fonctionnel, servant surtout de lieu de repos.

19Au-delà de l’échelle de leur lieu d’activité saisonnière, le réseau de sociabilité des ambulants s’inscrit dans une pluralité d’espaces et paraît plus labile. Le dessin du réseau de liens « forts » (Granovetter, 1973) tissés et entretenus par les ambulants expérimentés est souvent déterminé par leur expérience de la mobilité saisonnière. Ils ont ainsi rencontré la plupart de leurs « proches » dans d’autres espaces de saison, auxquels ils rendent fréquemment visite durant l’intersaison. Quant aux jeunes ambulants, ils sont pour la plupart encore étroitement attachés aux liens familiaux et amicaux qu’ils ont tissés dans leur lieu « d’origine », où ils « se posent » généralement durant l’intersaison.

20Les ambulants mobilisent peu les catégories indigènes de perception et de qualification du lieu. S’ils apprécient le cadre naturel (la forêt, l’océan, les vagues, la plage), ils semblent moins que les autres (habitués et locaux) avoir construit un rapport « enchanté » et « mythifiant » au lieu dans lequel ils mènent leur activité. C’est avant tout un lieu de travail, certes agréable, mais qu’ils ne considèrent pas comme « unique » ni irremplaçable. Ils se disent « de passage » et n’envisagent pas, au départ, revenir pour les saisons suivantes.

Les habitués

21Plus âgés en moyenne (plus de 25 ans) que les autres salariés mobiles, ils n’étaient pas pour la plupart qualifiés pour l’emploi qu’ils occupent désormais. Souvent formés « sur le tas », ils sont plus anciens que les ambulants dans la vie saisonnière de Belle-Plage (au moins quatre saisons estivales). Ils sont généralement entrés dans la vie du lieu par cooptation ou par recommandation, par le biais d’un ami ou d’une connaissance. Plus que l’argent que leur apporte leur emploi, ils mettent en avant leur degré d’« attachement » au lieu et à sa population pour expliquer et légitimer leur présence. Ils apprécient la forte interconnaissance qui régit les formes de sociabilité locales et la possibilité de tisser et d’entretenir certaines relations d’amitiés. Ils semblent avoir intégré en partie les catégories indigènes de perception et de qualification d’un lieu devenu « familier ».Voici comment un enquêté qui pensait changer de lieu d’activité estivale après sa première saison à Belle-Plage explique le fait d’être finalement revenu :

Moi j’aime bien l’immigration, j’aime bien bouger, donc un saisonnier, tous les six mois, forcément, il bouge, donc il y a ce bon côté. La contrainte, c’est de partir de là où tu es quoi. Par exemple, tu es six mois à un endroit, le plus dur, c’est de partir, tu te poses des questions, tu te dis : oh voilà, est-ce que je reviens l’année prochaine ? Qu’est-ce que je vais aller faire ? Et puis finalement, tu reviens à Belle-Plage quoi, parce que t’as tout, parce que t’es bien, parce que t’as la mer, t’as tes potes. C’est vrai qu’être saisonnier et à Belle-Plage en même temps c’est quelque chose de particulier aussi, ouais il y a quelque chose de différent, ouais je pense que les gens qui vont faire une saison à Cap-Breton ou à Hossegor bon voilà ils vont trouver des amis, d’autres saisonniers, mais ils vont pas forcément revenir exactement là où ils étaient, ils vont peut-être aller autre part, bouger, tandis qu’à Belle-Plage les gens ils restent, les gens qu’on connaît, ben ça fait des années qu’ils reviennent quoi, peut-être des fois dix ans. (F., 23 ans, cuisinier, 4e saison à Belle-Plage)

22La position géographique de leur logement est cette fois le résultat d’un « choix », du moins d’une démarche anticipatrice. Habitués des lieux, ils ont pu préparer leur venue et réserver le logement qui leur convient. Dans tous les cas, le choix de la position de leur logement s’articule avec le rapport qu’ils entretiennent avec la vie du lieu. Ceux qui souhaitent profiter au maximum de l’animation prendront un logement au centre de la station alors que ceux qui veulent pouvoir couper avec la frénésie du lieu et de la vie saisonnière, souvent les plus anciens, se logent à distance des zones les plus animées. Une même position géographique d’habitation n’a pas la même signification et n’engendre pas les mêmes pratiques selon le type de saisonnier.

23Les habitués vivent généralement dans des logements « en dur », le plus souvent de petits appartements, voire des maisons. Ils louent leur logement à titre personnel, mais sont parfois logés par leur employeur ou un ami saisonnier local habitant un logement familial.

24Plus les saisonniers sont anciens dans la vie du lieu, plus leur période de résidence est longue. Qu’ils vivent seuls ou à plusieurs, les habitués pensent avoir « choisi » la situation de leur logement. Ils disent avoir fait le choix de vivre seul et d’éviter ainsi les désagréments d’une « mauvaise » colocation, ou au contraire de vivre en colocation avec d’autres saisonniers devenus des amis, ou encore de vivre avec un concubin ou une concubine. Ils s’approprient généralement un logement comme un « chez-soi » ou un « chez-nous », pour ceux qui vivent en couple. Décoré, personnalisé, aménagé, le logement devient leur principal point d’ancrage au lieu. Comme dans la plupart des cas ils ne possèdent pas de logement « permanent », le logement saisonnier constitue pour eux un point d’appui, de stabilisation qui paraît essentiel. Une enquêtée qui a connu Belle-Plage pendant son adolescence, devenue chef cuisinière dans l’un des restaurants les plus fréquentés du bourg, nous explique comment elle s’est « installée » et a aménagé son logement :

La première année j’avais ramené pas grand-chose, c’est l’année dernière où je me suis vachement installée, j’avais ramené mon petit canapé, la télé, une petite table et tout, mais l’année d’avant j’avais pas grand-chose, une armoire et puis un poste et voilà quoi […]. C’est clair qu’à un moment tu t’installes quoi, surtout qu’au départ on bossait que les week-ends, donc t’as le temps de t’installer la semaine, ça va quoi, c’est pour ça que j’avais des trucs partout au mur et que j’avais besoin aussi de me sentir vraiment dans un chez-moi quoi. (C., 22 ans, cuisinière, 4e saison à Belle-Plage)

25Les sociabilités à l’intérieur et autour du logement sont ainsi directement liées au rôle qu’il a pour les individus. Ils peuvent recevoir de manière plus ritualisée, préparer un repas pour leurs amis saisonniers et parfois héberger des amis ou des membres de leur famille. Leur sociabilité est interne, leur logement étant conçu comme un espace confortable, un espace de retrait et de préservation de leur vie privée, principal point d’ancrage au lieu. Dans la majorité des cas observés, ces habitués s’installent pour un temps dépassant largement la période d’activité touristique (entre quatre et six mois). Certains manifestent même l’envie de s’installer à l’année dans la station ou dans ses environs. Ce fut le cas l’hiver 2009-2010 : une dizaine de saisonniers (certains avaient été interrogés en 2007) louèrent « à l’année » un logement situé dans le bourg de Belle-Plage ou ses environs.

26Leur réseau local de relations est plus élargi et diversifié que celui des ambulants. Avec le temps, ils ont pu nouer des relations d’amitié avec d’autres habitués, avec certains commerçants, avec des vacanciers revenant chaque année ou avec de simples habitants du bourg.

27Avec l’ancienneté, la temporalité des pratiques de sociabilité des habitués en dehors de leur logement se modifie. Avec l’expérience, ils tendent à sélectionner leurs sorties nocturnes et à moins fréquenter la rue et ses commerces dans leurs moments les plus « festifs », spécialement durant la pleine saison (juillet-août). Mais par leurs loisirs et leur sociabilité, ils participent à l’animation d’autres « facettes » de la vie locale. Les matins d’été, on les verra par exemple regroupés à la terrasse d’un café ou sur le sommet des dunes, savourant les premiers rayons du soleil et discutant de leurs aventures (sportives, sentimentales ou festives) de la veille ou à venir. Par leur présence et leur visibilité dans certains commerces et certains espaces (la dune, la plage, la rue…), ils contribuent à donner le ton de la vie matinale de Belle-Plage.

28Leur réseau de liens forts semble au fil du temps se réduire au cercle d’amis qu’ils ont pu se faire durant les saisons à Belle-Plage. Si certains entretiennent quelques relations pendant les intersaisons avec les membres de leur famille et leurs amis de longue date (amis d’enfance, camarades de classe, copains de quartier), il s’avère qu’avec le temps et les saisons passées dans un même lieu, la fréquence et l’intensité de ces relations diminuent. Si certains ont noué des liens forts dans d’autres lieux de saison investis pendant l’hiver, c’est à Belle-Plage que le « noyau dur » de leur réseau de relations semble être ancré.

29Plus que les ambulants, les habitués mobilisent des catégories de classement « indigènes » pour décrire le lieu et ses spécificités. Ils revendiquent la « différence » entre Belle-Plage et d’autres lieux de saison côtiers, une différence qu’il s’agit de protéger. Ils décrivent Belle-Plage comme un espace à l’abri d’un tourisme trop envahissant, et qui offre un cadre naturel particulièrement agréable. Un espace « élu » pour son « ambiance » et son côté « préservé ». Avec le temps, ils ont finalement intériorisé la perception locale d’une potentielle transformation de la morphologie du lieu. Voici comment un enquêté arrivé en vacances en 1995 à Belle-Plage, depuis Paris où il était barman dans les boîtes de nuit les plus réputées, a vu évoluer son regard à propos du lieu :

Au début j’étais dépassé par les problèmes de localisme de merde, par les problèmes de ceux qui s’appropriaient cet endroit […], alors que maintenant je le comprends un peu mieux, ça fait plus de dix ans que je viens ici, je me suis un peu approprié ce lieu, tout en essayant de ne pas tomber dans la même connerie, dans les mêmes excès qu’à l’époque. Mais je comprends mieux, ça se comprend un petit peu […]. Ben voilà, c’est quand même un endroit hyper protégé […]. C’est un petit endroit privilégié et particulier et il a quand même besoin de protection. Ben voilà, c’est génial. Regarde dans dix ans, il y aura peut-être plein de béton ici et ça sera pas du tout la même. Donc quelque part, avec le temps, j’ai un peu compris l’idée des gens d’ici. (M., 38 ans, cuisinier, 10e saison à Belle-Plage)

30Enfin, les habitués portent un regard ambivalent sur leur situation de saisonnier. D’un côté, ils revendiquent une situation d’emploi et un mode de vie extraordinaires. Ils s’estiment à l’écart des préoccupations et des temporalités routinières des gens « normaux ». Ils souhaitent avant tout « profiter » pleinement des lieux dans lesquels ils sont amenés à s’inscrire. Voici comment un ancien électricien dans l’armée, ayant découvert Belle-Plage en 2002, décrit la situation des saisonniers :

C’est un peu bizarre, c’est comme si on voulait même pas être inscrit quelque part, on fait ça mais on veut même pas faire partie de quelque chose, nous on est juste là pour prendre plaisir et basta. En fait je pense que les saisonniers c’est beaucoup de plaisir pour beaucoup de boulot et pour peu de chose […]. C’est surtout pour l’aspect où tu travailles pour être heureux de vivre, pas pour travailler pour faire quelque chose, pour acheter une maison, prendre un crédit, pour faire ci pour faire ça. Ici c’est juste pour être tranquille, être heureux […]. Moi je pense, je sais pas ce que t’en penses, appartenir à quelque chose sans vraiment faire partie de tout ce tas de moutons que tout le monde suit, [qui] font ce qu’on leur dit, voient pas vraiment plus loin que leur bout du nez. On a besoin de partir un peu à droite, à gauche, on a besoin de se sentir bien où on est, on a besoin de travailler à côté de quelque chose qui nous plaît, autre chose que le travail quoi. Parce que le travail en saison c’est pas ce qui nous plaît le plus […], c’est pas vraiment le boulot qui t’apporte l’euphorie à rester là pour un an, deux ans […]. J’aimerais avoir Belle-Plage sous Cham [Chamonix], là ça serait le paradis ! T’imagines, t’as tout ça sur place ! (Y., 26 ans, cuisinier, 5e saison à Belle-Plage)

31D’un autre côté, s’ils manifestent un rapport « enchanté » à la saison pendant leurs premières années d’activité, le regard qu’ils portent sur leur situation devient plus nuancé avec l’expérience. Ils conçoivent que l’activité saisonnière est tenable à long terme à condition de pouvoir se stabiliser à l’année dans un logement où ils pourront s’établir avec les affaires qu’ils transportent d’une saison à l’autre (vêtements, meubles…). Si cette « installation » n’exclut de prendre part aux saisons hivernales, elle peut se traduire à terme par l’ouverture d’un commerce saisonnier, ou par le cumul d’une activité saisonnière l’été et d’autres types d’emplois l’hiver. Écoutons à ce propos un enquêté arrivé à Belle-Plage par le biais d’un local rencontré en saison d’hiver, et Y., que nous avons déjà entendu. Tous deux indiquent à leur manière les limites de la mobilité saisonnière :

Ce que j’aime pas dans les saisons, c’est le côté instable que tu peux avoir, moi par exemple, ben là on passe quatre-cinq mois ici, après j’ai deux mois où, ben, tu sais pas trop où aller, soit tu vas chez des amis, ou chez des parents, c’est chiant tout le temps, après tu repars à la montagne, tu redéplaces tes affaires, tu les reposes à un endroit, cinq-six mois après il faut que tu redéplaces tout, et ça, et ça j’en peux plus. C’est peut-être un peu con, un peu casanier mais c’est ça, un peu un ras-le-bol de bouger tout le temps. Parce que j’ai 32 ans aussi tu vois, j’ai plus 20 ans. À 22-25 ans, t’es content de faire ça, après, arrivé à un âge t’as plus envie de la même chose tu vois. (S., 32 ans, vendeur/homme de ménage, 4e saison à Belle-Plage)

Même là je commence à fatiguer, c’est pour ça qu’on cherche un appartement à l’année, que je puisse me poser un peu tu vois […]. Ouais à l’année là, ouais parce que là c’est bon là, je suis un peu épuisé là de tout ça. Ben tu sais à force de faire, de vivre comme ça pendant 9 ans, je commence à, je sens que j’ai besoin de me poser, pas me poser dans une situation professionnelle, mais me poser, souffler un peu, limite trouver un travail là, rester une année ici […], me poser un petit peu, au moins un ou deux ans que je puisse souffler, que j’aie un petit coin à moi, parce que justement je commence à être fatigué un peu quand même. (Y., 26 ans, cuisinier, 5e saison à Belle-Plage)

Les locaux

32Minoritaires parmi les saisonniers mobiles de Belle-Plage, ils font partie des « figures locales ». Issus d’une famille originaire du département ou de la région, âgés pour la plupart de moins de 25 ans, ils habitent le village depuis leur enfance et s’inscrivent en profondeur dans l’« épaisseur » historique nourrissant la vie du lieu. Belle-Plage est pour eux un espace de référence, un espace « fondateur » (Gotman, 1999).

33Au-delà d’une rémunération, leur emploi saisonnier leur offre la possibilité de « profiter un maximum » d’un lieu dont ils ne veulent pas changer. Socialisés dans ce lieu d’activité saisonnière, il leur semble « naturel » d’y travailler durant l’été. Ils mettent ainsi en avant leur origine locale pour légitimer leur situation. Un enquêté ayant grandi à Belle-Plage a fait l’expérience des saisons d’hiver après sa formation de cuisinier. Il travaille désormais comme saisonnier du tourisme seulement pendant la saison estivale. Il explique ainsi sa situation :

Moi je suis demi-saisonnier, je fais que la saison d’été… si je suis saisonnier ! Mais je suis chez moi aussi donc… pour moi c’est bosser chez moi… et après, l’hiver, vu que je fais plus de saison, je ne suis pas saisonnier. Je suis pas celui qui fait les saisons, qui bouge, qui va bosser l’été dans un endroit, l’hiver dans un autre, qui fait l’intersaison, qui change d’endroit. Moi je bosse chez moi. (B., 22 ans, cuisinier, 5e saison à Belle-Plage)

34Les locaux disposent plus que les autres de ressources localisées (économiques, pratiques et symboliques) qui compensent la précarité inhérente à la condition de saisonnier mobile. On peut noter en premier lieu que leur situation d’emploi et leur projection dans le travail saisonnier sont étroitement liées à leur ancrage local. Ils ont tous pu s’appuyer sur leur réseau familial ou amical pour trouver un emploi à Belle-Plage. Certains sont des enfants de commerçant(s) et reproduisent la position de leurs parents en s’investissant dans le commerce familial. L’un d’entre eux pense ainsi la situation saisonnière à travers l’exemple de ses parents qui tiennent plusieurs magasins de vêtements pendant la saison estivale à Belle-Plage :

Ben [la saison] c’est cool, mais il faut réussir à devenir patron, parce que rester employé, c’est pas ça. Tu peux pas faire ça toute ta vie. Après, avoir un business à toi et faire les saisons, ça, ça peut être sympa, parce que bon, ça te laisse pas mal de vacances dans l’année, ça te laisse pas mal de temps de repos. Après, il faut trouver le bon business au bon endroit et puis réussir à bien le faire tourner. Mais bon voilà, vu que c’est un truc que mes parents font depuis que je suis petit, moi j’ai toujours eu l’habitude de les voir faire ça, donc ça me branche bien. (P., 24 ans, vendeur, 9e saison à Belle-Plage)

35D’autres saisonniers locaux sont salariés par des amis ou des membres de leur famille élargie. Ils restent « fidèles » à leur emploi qu’ils reprennent chaque année. Qualifiés ou non, ils estiment que cet emploi leur offre l’opportunité de mobiliser, d’assimiler et de parfaire certains savoir-faire professionnels, mais surtout qu’il leur permet de travailler avec leurs proches dans un cadre qu’ils apprécient. Satisfaits, dans l’ensemble, de leur situation d’emploi et de leurs conditions de travail, ils entretiennent des liens forts avec leurs employeurs et leurs collègues habitués des lieux, qu’ils côtoient fréquemment en dehors du cadre de leur travail et de la période estivale.

36Certains habitent le logement familial. Cette situation de logement offre plusieurs avantages. C’est d’abord pour eux un atout financier. Les revenus qu’ils peuvent espérer pendant la saison estivale ne sont pas amputés d’un loyer. Ensuite, ce logement généralement plus spacieux et confortable que ceux où s’installent temporairement les autres saisonniers offre des conditions d’habitat moins contraignantes. Il permet à certains, par sa taille et sa configuration, de recevoir et de loger plus facilement et plus régulièrement des amis vacanciers ou d’autres saisonniers de Belle-Plage en mal de logement. Le logement familial peut jouer parfois le rôle de « relais » pour des amis venus mener une saison à Belle-Plage, mais qui n’ont pas encore trouvé d’emploi ou de logement. Solidaires, certains locaux peuvent ainsi pallier le manque de logements disponibles et la difficulté d’en trouver un par leur accueil, temporaire ou « permanent », d’autres saisonniers.

37Ce logement peut aussi être un relais important des sociabilités qui alimentent la vie du lieu et de la population saisonnière. Les fêtes, les repas, les jeux (parties de cartes, jeux vidéo) ou les discussions qui se tiennent fréquemment dans cet espace accueillant offrent la possibilité à de nombreux saisonniers de se rencontrer et de renforcer les liens qui les unissent. La position symbolique des hôtes locaux s’en trouve valorisée. Bien sûr, le rôle du logement familial dans le déploiement de ces formes de sociabilité dépend largement du degré de présence et de tolérance des autres membres de la famille, notamment des parents généralement propriétaires des lieux. Le logement familial est un espace privé dont l’accès reste sélectif.

38Il offre ainsi aux locaux plus d’intimité (une valeur rare en saison), la possibilité de « couper » plus nettement avec la frénésie de la vie saisonnière et de mieux se reposer. Cette « base arrière » permet finalement aux locaux de trouver plus facilement que d’autres un équilibre (lui aussi fragile en saison) entre fatigue, stress et récupération.

39D’autres locaux décident toutefois de quitter le logement familial pendant la saison estivale pour occuper un logement qu’ils partagent avec leurs proches. Souvent plus jeunes, il s’agit pour eux d’expérimenter une nouvelle forme de décohabitation. Dans ce cas, ils « préparent » leur saison et prévoient assez tôt leur « installation ». Ils peuvent ainsi aménager et personnaliser leur logement et se « bricoler » plus facilement un espace d’intimité. Ce « chez-soi » tient là encore une place importante dans leurs sociabilités. Il permet de recevoir amis et voisins, d’héberger leur(s) rencontre(s) amoureuse(s) estivale(s), d’organiser des fêtes et des repas.

40La plupart des saisonniers mobiles locaux que nous avons rencontrés à Belle-Plage en 2007 ont depuis quitté définitivement le logement familial pour une habitation située dans le village ou ses environs qu’ils ont pu trouver par le biais de leurs connaissances, une habitation qu’ils louent à l’année même lorsqu’ils continuent à partir en saison d’hiver. En couple et/ou en colocation, les locaux se sont tous installés avec d’autres saisonniers, originaires du lieu ou habitués. Plus encore que celle des habitués, la sociabilité de certains locaux est interne.

41De façon générale, le réseau de sociabilité des locaux traduit la prégnance de leur ancrage à Belle-Plage. Ils entretiennent des liens intenses et fréquents avec les commerçants les plus anciennement établis, avec les saisonniers et les vacanciers les plus familiers du lieu. Ce réseau semble plus exclusif que celui des autres saisonniers, notamment celui des habitués dont le processus d’intégration dans la vie du village a été alimenté par la formation et l’entretien d’un réseau de liens plus souple et ouvert.

42Dans une forme de « culture de la frontière » (Raphaël, 1996), Belle-Plage est devenu pour les locaux un « mythe référent », socle de leur représentation des autres lieux touristiques saisonniers de la côte Atlantique et, plus généralement, du monde urbain. Conçu comme « un monde à dimensions humaines, où l’individu a une place reconnue et des repères pour s’orienter » (ibid., p. 85), Belle-Plage est pour eux le territoire revendiqué d’un « entre-soi » (commerçants et habitants les plus anciens, saisonniers habitués et locaux) dont les réseaux de sociabilité forment le canevas.

43Les locaux considèrent leur lieu d’origine comme un espace-temps « protégé », « unique », « magique » (notamment en dehors du « pic » de la saison estivale) qu’il s’agit de préserver. Ainsi rejettent-ils l’idée d’un développement trop important de l’activité touristique qui risquerait de priver Belle-Plage d’une morphologie sociale qui en fait la singularité. Le rapport qu’ils entretiennent avec les espaces où ils pratiquent, pour la plupart, des sports aquatiques (surf, bodysurf, natation), est significatif : ils tiennent à la faible fréquentation de leurs « spots » et comptent bien la défendre contre l’« invasion » des « étrangers ». Ils semblent avoir profondément intégré les représentations qu’ont pu véhiculer les générations précédentes, pionnières dans le développement touristique de Belle-Plage. Non sans rappeler les logiques de classement statutaire des « established » dont Norbert Elias et John L. Scotson ont cherché à montrer la genèse (1985), les locaux ont intériorisé les clivages entre anciens et nouveaux qui structurent localement les relations entre commerçants, entre habitants ou entre travailleurs saisonniers. Ainsi, ils fréquenteront moins que d’autres saisonniers certains commerces stigmatisés à l’échelle locale par les plus anciens, parce qu’ils incarnent un développement porté par des « étrangers » au lieu et à son histoire.

MULTILOCALISATION ET TERRITORIALISATION DES LIENS

44Si la formation du réseau de sociabilité des ambulants est caractérisée par un mouvement centrifuge, avec des sociabilités tournées vers l’extérieur de leur logement, pendant la saison d’été, et un réseau dispersé dans les différents espaces où ils se déplacent en hiver et pendant les intersaisons (sociabilités de mobilité), la formation du réseau de relations des habitués est travaillée par un mouvement centripète (sociabilités de proximité) : avec le temps et l’expérience des saisons, leur réseau d’amitiés tend à être de plus en plus ancré localement. On assiste là à une reterritorialisation de leurs liens. Pour les ambulants, il s’agit plutôt d’une multi-localisation des liens. La nature et la forme des relations pendant l’intersaison et la saison hivernale sont étroitement liées aux manières d’habiter Belle-Plage : la localité se construit dans la mobilité. Alors que les liens forts tissés par les habitués et les locaux sont ancrés dans leur lieu d’activité estivale, le réseau de liens forts des ambulants s’inscrit dans d’autres espaces. Dans l’espace-temps de l’intersaison, qui se confond généralement avec le lieu d’ancrage familial et le lieu d’un logement permanent pour les jeunes ambulants ou dans d’autres lieux de saison pour les ambulants expérimentés.

45On peut alors supposer qu’il existe pour les ambulants, les habitués et les locaux des systèmes différenciés de relations qui traduisent par leur forme et leur localisation des façons différenciées de « compenser », à chaque étape de leur trajectoire, l’instabilité et la précarité de leur situation. Chaque manière d’habiter renvoie aux différentes ressources que l’espace-temps saisonnier peut offrir face à la précarité. Si les ambulants entretiennent des sociabilités de mobilité et compensent la précarité de leur situation par la multiplication des liens et des lieux auxquels ils s’attachent, le temps et l’expérience des saisons s’articulent pour les habitués et les locaux à la formation et à l’entretien d’un réseau de sociabilité ancré localement et composé principalement de pairs saisonniers.

  • 8 Nous avons suivi à deux reprises, dans leurs déplacements vers un lieu de saison hivernale, des sa (...)

46À ce propos, on peut noter que les relations amicales et amoureuses nouées au fil des saisons estivales entre les saisonniers (ambulants, habitués, et locaux) prennent souvent des formes « délocalisées » pendant l’intersaison et la saison d’hiver. Nous avons pu observer comment ces relations peuvent se cristalliser par le partage d’une destination hivernale commune8. C’est peut-être là l’une des clés de compréhension des logiques de déplacement des saisonniers mobiles.

MANIÈRES D’HABITER ET SÉQUENCES DE LA CARRIÈRE D’INSTALLATION DU SAISONNIER MOBILE

47Nous pouvons à présent resituer les manières d’habiter isolées dans l’analyse du processus séquentiel qui caractérise la carrière d’installation des salariés saisonniers mobiles du tourisme. Le rapport pratique et symbolique à un lieu doit en effet être saisi non comme une relation figée, mais comme une relation évolutive qui concrétise et alimente en retour le processus de formation et de transformation du rapport que l’individu entretient avec sa situation, sa mobilité et les lieux dans lesquels son activité le guide. Il est alors concevable que les trois manières d’habiter que nous avons identifiées renvoient aux différentes séquences d’une carrière menant à l’« installation » dans une activité saisonnière rattachée à un lieu particulier.

48On peut formuler idéalement ces étapes de la carrière d’installation des saisonniers mobiles. Ambulant, le travailleur saisonnier se familiarise avec différents lieux de saison auxquels il accède au hasard de ses recherches d’emploi ou par le biais de sa famille, d’un ami ou d’une connaissance. Il est d’abord davantage attiré plus par une « manière de vivre » que par un lieu en particulier ; il développe alors des liens multilocalisés qui se distribuent entre un point d’ancrage familial où il peut se replier pendant l’intersaison et les différents lieux de saison où il habite. Sa relation aux lieux et aux populations qu’il rencontre temporairement est assez labile. Il se pense de passage et conçoit l’activité saisonnière comme une expérience temporaire. Puis, au fil de ses expériences, il tend à s’approprier un lieu particulier, plus souvent celui dans lequel il a pu être introduit par un tiers, un lieu où il revient, d’une année à l’autre, pour une période de plus en plus longue. Ce processus d’investissement pratique et symbolique compense bien souvent le délitement des liens affectifs, amicaux, familiaux et professionnels qui l’attachent à ses autres lieux d’ancrage et ses anciennes appartenances. De la relative faiblesse de ces liens multilocalisés dépendent le degré et la forme d’appropriation d’un lieu d’activité saisonnière particulier.

49À mesure qu’il s’attache à la population locale, il partage avec les saisonniers habitués des lieux et avec les commerçants des relations de sociabilité plus fréquentes et plus intenses, même en dehors de la période d’activité touristique. La construction d’une relation de couple enracinée localement participe bien souvent à renforcer son lien affectif au lieu. Parmi les saisonniers devenus des habitués, nombreux sont ceux pour qui la formation d’un couple a déterminé lourdement leur processus de « stabilisation » à Belle-Plage.

50Satisfait par la place et le rôle que lui offre son emploi, il revient généralement travailler fidèlement chez le même employeur. Les liens avec ce dernier et avec ses collègues, en se solidifiant, tendent également à renforcer son degré d’attachement au lieu. Son réseau local de relations se diversifie et lui permet d’accéder à un logement plus confortable, de recevoir et d’héberger plus facilement amis et famille. Ainsi la fréquence et l’intensité des relations de sociabilité autour du logement (voisinage, réceptions et hébergements) traduit une forme de reterritorialisation de ses liens amicaux et affectifs. Au fil du temps et des liens forts qu’il noue et entretient, il développe le sentiment d’être « chez lui » et tend progressivement à concevoir l’activité saisonnière, dans ce lieu-là, comme « durable ».

51Dans la première séquence, il se familiarise avec l’univers saisonnier et semble principalement séduit par un mode de vie festif et nomade, par la possibilité de gagner de l’argent et d’assimiler certains savoir-faire professionnels dans un cadre agréable. La deuxième étape se dessine lorsqu’une certaine « fatigue » vis-à-vis de la mobilité se traduit par la création d’un réseau de relations de plus en plus localisé dans le ou les lieux saisonniers élus. Ainsi s’établit une certaine régularité, une certaine stabilité dans les rythmes et les lieux de déplacement. Parmi les lieux investis, l’un d’entre eux semble pouvoir être privilégié et représenter un lieu potentiel d’installation permanente. Ainsi l’individu élabore-t-il au fur et à mesure un ensemble de pratiques, de rationalisations et de justifications qui l’amènent à élire un lieu comme le lieu où il lui paraît légitime de s’installer.

52Passant du rapport au lieu d’un ambulant à celui d’un habitué, il peut, avec les années, décider de se procurer un logement à l’année et s’intégrer dans la population locale qui anime le lieu en dehors de la période touristique. Cet ancrage dans la vie locale se traduit alors par la combinaison d’activités saisonnières salariées qui ne le dispensent pas de se déplacer pour l’hiver (dans un lieu qui souvent ne change pas) ou par la reprise, voire par l’ouverture d’un commerce estival, qu’il complète, pendant l’hiver, par d’autres types d’activités salariées inscrites localement (bâtiment, restauration…).

53Toutefois une forme de réversibilité n’est pas à exclure. Si le processus d’installation dans la vie saisonnière d’un lieu tend à guider les ambulants vers la situation des habitués, si l’instabilité de la condition saisonnière et l’affaiblissement de liens multilocalisés trouvent une compensation dans l’ancrage et l’attachement identitaire à un lieu particulier, certaines ruptures dans les biographies individuelles (problèmes professionnels, familiaux, affectifs ou de santé) peuvent provoquer un renversement de cette tendance et rappeler l’imbrication complexe de la relation que nous entretenons avec un espace donné et de nos expériences biographiques.

*

54En partant d’un travail focalisé sur un espace défini et sa population, nous avons pu cerner la place différenciée et évolutive des formes de mobilité et d’ancrage dans le processus de socialisation d’une population plus ou moins contrainte de se déplacer pour travailler. L’expérience de la mobilité saisonnière façonne des manières d’être, de faire et de penser qui cristallisent et nourrissent la trajectoire des individus saison après saison.

55Au-delà des déterminants sociaux classiques (origine sociale, niveau de qualification, âge, sexe), ce sont bien la trajectoire d’entrée dans le lieu et l’ancienneté dans le lieu et la vie saisonnière qui déterminent l’accès aux ressources spatialisées (matérielles, identitaires, pratiques et symboliques) que l’espace-temps saisonnier peut offrir face à la précarité. C’est là une des clés qui expliquent le processus d’installation permanente d’une partie des saisonniers mobiles dans l’un des lieux touristiques qu’ils ont pu investir au fil de leur trajectoire professionnelle et résidentielle. Ainsi l’espace-temps saisonnier doit-il être considéré à la fois comme un produit social et comme une instance de socialisation spécifique. Il est un produit social car il est le résultat de la rencontre et de l’imbrication, dans un espace donné, de différentes populations, de différents processus, de différentes trajectoires, de différentes manières d’être, d’agir ou de penser qui, par leur articulation et leur superposition, alimentent la dynamique du lieu et ses transformations. L’espace-temps saisonnier est aussi une instance de socialisation spécifique : en convoquant et en imbriquant plusieurs dimensions de l’existence des mobiles du tourisme (travail, logement, loisirs, sociabilités), il participe à la formation, à la réforme, à la transposition de manières de faire, d’être et de penser qui alimentent l’évolution de leur rapport au monde social et déterminent leur trajectoire.

56Dans le cadre d’une réflexion envisageant la mobilité « comme l’ensemble des techniques et des comportements qui permettent l’accès à des ressources sociales désirées » (Bourdin, 2005, p. 9), ces résultats permettent de porter un nouveau regard sur la sociologie des lieux habités temporairement par de telles populations. Ils incitent à prendre en compte le vécu des intermittents du lieu, à saisir, à travers le sens qu’ils donnent à leur mobilité, la manière dont s’articulent pour eux les différentes dimensions de leur existence (leur rapport au travail et à l’habitat, au lieu, leurs pratiques de sociabilité) et les ressources pratiques et symboliques qu’ils peuvent mobiliser ici et ailleurs. Comme Jean Remy a pu le montrer, pour penser l’imbrication de plus en plus complexe entre le proche et le lointain, le nomadisme et la sédentarité, il est essentiel de comprendre la mobilité comme une « quête de sens » portée par les individus qui occupent des positions moyennes dans la société contemporaine (Remy, 1996, p. 137). Ainsi, les formes d’ancrage saisonnières que nous avons analysées redéfinissent, chacune à sa manière, le sens que prennent l’ici et l’ailleurs dans la construction des trajectoires individuelles de nos contemporains. Produits du processus dialectique qui articule logiques d’individuation et logiques structurelles, ces manières d’habiter sont en quelque sorte des cas idéaltypiques à partir desquels il est possible de penser les nouveaux modes de spatialisation :

L’ancrage peut être pour certaines personnes le point de référence à partir duquel des explorations extérieures se font. Pour d’autres, au contraire, le fait d’être de plusieurs lieux, de se sentir devenir soi-même en changeant d’espace peut constituer l’élément fondateur qui leur permet de s’investir en un lieu, même provisoirement. (Remy, 1996, p. 135)

57Quelle que soit sa manière d’habiter un lieu, l’individu, saisonnier ou non, est toujours pris dans « un double objectif, où il s’agit d’articuler sédentarité et nomadisme » (ibid.). Il est donc toujours question de produire des repères dans un espace à géométrie variable. En rupture avec un rapport à l’espace pensé seulement en termes de sédentarité, le cas des saisonniers mobiles du tourisme (ambulants, habitués et locaux) confirme la place grandissante de la substitution des espaces les uns aux autres dans la construction des individus et des groupes. Il permet d’illustrer la façon dont l’individu se construit et se définit désormais à travers un réseau relationnel dont il devient le centre et de mettre en lumière la substitution des espaces dans lesquels ce réseau se distribue. Le « sens » d’un lieu et la manière de l’investir ne doivent être appréhendés qu’à travers les liens pratiques et symboliques qui le relient à d’autres lieux. Mais comment penser les inégalités face à ce nouveau mode de spatialisation ? Quelle place tient l’ancrage territorial dans une société inégalitaire ? Quand on examine la carrière d’installation des saisonniers mobiles, il semble que l’attachement territorial soit une réponse ambivalente à la précarité. Si, en se stabilisant géographiquement, les saisonniers compensent en quelque sorte les désagréments d’une vie mobile et précaire, ne s’enferment-ils pas du même coup dans une « vie de saisonnier » qui les a choisis plus qu’ils ne l’ont choisie ? Ne s’agit-il pas là d’une « nécessité faite vertu » ? C’est une question qu’il faut se poser.

Bibliographie

Bibliographie

Authier Jean-Yves (1993), La Vie des lieux : un quartier du Vieux Lyon au fil du temps, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Becker Howard S. (1963, 1985), Outsiders : étude de sociologie de la déviance, Jean-Pierre Briand & Jean-Michel Chapoulie (trad.), Paris, Métailié.

Boltanski Luc & Chiapello Ève (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bourdin Alain (2005), « Les mobilités et le programme de la sociologie », Cahiers internationaux de sociologie, no 118, p. 5-21.

Chauvin Sébastien & Jounin Nicolas (2010), « L’observation directe », dans L’Enquête sociologique, Serge Paugam (dir.), Paris, Presses universitaires de France, « Quadrige », p. 143-165.

Cingolani Patrick (2005), La Précarité, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? ».

Collectif (2003), Les Saisonniers : des conditions de vie indignes pour les soutiers du tourisme et de l’agriculture, annexe au rapport de 2002 sur l’état du mal-logement en France, Paris, Fondation Abbé Pierre.

Collectif (2008), Les Travailleurs saisonniers : diverses typologies, Annecy, Centre de ressources interrégional alpin sur la pluriactivité et la saisonnalité.

Cousin Saskia & Réau Bertrand (2009), Sociologie du tourisme, Paris, La Découverte, « Repères ».

Dethyre Richard (2007), Avec les saisonniers : une expérience de transformation du travail dans le tourisme social, Paris, La Dispute.

Douarche Marion (2003), « Travailleurs saisonniers : le météore, l’aspirant et le professionnel », Territoire, no 435, p. 16-18.

Elias Norbert & Scotson John L. (1985), « Remarques sur le commérage », Francine Muel-Dreyfus (trad.), chap. 7 de The Established and the Outsiders (Londres, Frank Cass & Co, 1965), Actes de la recherche en sciences sociales, no 60, p. 23-29.

Faure Julie & Brunet Florence (2003), « Les difficultés de logement des travailleurs saisonniers du tourisme et de l’agriculture », Recherche sociale, no 167, p. 55-77.

Forsé Michel (1981), « La sociabilité », Économie et statistiques, no 132, p. 39-48.

Gotman Anne (1999), « Géographies familiales, migrations et générations », dans La Famille et ses proches : l’aménagement des territoires, Catherine Bonvalet, Anne Gotman & Yves Grafmeyer (dir.), Paris, Presses universitaires de France, « Travaux et documents », p. 69-131.

Grafmeyer Yves & Authier Jean-Yves (2008), Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin, « 128 ».

Granovetter Mark S. (1973), “The Strength of Weak Ties”, American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, p. 1360-1380.

Le Pors Anicet (1999), Propositions pour l’amélioration de la situation sociale et professionnelle des travailleurs saisonniers du tourisme, Paris, La Documentation française, « Rapports officiels ».

Raphaël Freddy (1996), « Anthropologie de la frontière. Culture de la frontière, culture-frontière », dans Mobilités et ancrages : vers un nouveau mode de spatialisation ?, Monique Hirschhorn & Jean-Michel Berthelot (dir.), Paris/Montréal, L’Harmattan, « Villes et entreprises », p. 79-92.

Réau Bertrand (2006), « Les devoirs de vacances : la vie quotidienne d’un Gentil Organisateur du Club Méditerranée », Regards sociologiques, no 32, p. 73-81.

Remy Jean (1996), « Mobilités et ancrages : vers une autre définition de la ville », dans Mobilités et ancrages : vers un nouveau mode de spatialisation ?, Monique Hirschhorn & Jean-Michel Berthelot (dir.), Paris/Montréal, L’Harmattan, « Villes et entreprises », p. 135-149.
— (1999), « Le statut de l’espace dans l’analyse sociologique », Espaces et sociétés, no 96, p. 165-202.

Notes

1 Ainsi en 1996, les moins de 25 ans occupaient deux tiers des emplois saisonniers d’été et, sur l’année, 44 % des emplois caractéristiques du tourisme (permanents ou non). Les emplois saisonniers d’été étaient occupés à 51,5 % par des femmes, contre 56 % des emplois saisonniers d’hiver occupés par des hommes (Le Pors, 1999).

2 Par exemple Réau (2006) ou, sur un registre plus « militant », Dethyre (2007).

3 Voir par exemple Collectif (2003).

4 On retrouve là une définition proche de celle développée par Becker (1963, 1985) : « Cette notion [la carrière] désigne les facteurs dont dépend la mobilité d’une position à une autre, c’est-à-dire aussi bien les faits objectifs relevant de la structure sociale que les changements dans les perspectives, les motivations et les désirs de l’individu » (p. 48).

5 Les 97 réponses au questionnaire (soit 57 % de retour parmi les saisonniers du bourg) ont permis de dresser un portrait assez fidèle de la population des salariés saisonniers en activité durant l’été. Assez jeunes en moyenne (60 % ont moins de 27 ans), ils sont souvent célibataires (87 %) et sans enfant (89 %). Majoritairement des hommes (54 %), ils sont le plus souvent issus d’une famille dont le père est cadre ou commerçant/chef d’entreprise (38 %), mais aussi ouvrier (19 %), profession intermédiaire (13 %) ou employé (8,5 %). Ils ont pour la plupart obtenu leur baccalauréat (70 %) et sont nombreux à continuer leurs études à la rentrée (40 %). Durant la saison, ils travaillent dans la restauration (62 %), mais aussi dans l’hébergement (15 %), la vente (15 %) ou l’animation (8 %). Plus d’un tiers a connu une période de chômage ou d’inactivité durant les six mois précédant la saison d’été (37 %). 79 % ont déjà connu une saison estivale ; si près d’un quart (23 %) des enquêtés entre dans la catégorie des travailleurs mobiles du tourisme telle que nous l’avons définie (ils ont déjà travaillé pendant une saison d’hiver au moins entre 1999 et 2005), cette catégorie nous semble surreprésentée dans notre échantillon : d’après les observations réalisées in situ, les mobiles étaient alors une trentaine, soit moins d’un cinquième des saisonniers dénombrés. Schématiquement, la répartition des saisonniers de Belle-Plage se résume ainsi : 20 % de mobiles, 40 % d’étudiants et 40 % de salariés saisonniers n’entrant pas dans la catégorie de mobile et n’étant plus étudiants.

6 Notre typologie a été principalement construite d’après l’analyse des entretiens semi-directifs de l’été 2007 (n = 26). Cependant, cette construction s’est inspirée de diverses données issues de questionnaires, d’entretiens et d’observations sur des terrains d’activité saisonnière hivernale. Cette typologie convoque différents critères de classification : les indicateurs qui objectivent le profil sociodémographique des mobiles (âge, sexe, type d’emploi occupé, qualifications), les formes d’ancrage qui caractérisent leur situation (« mode d’entrée » dans le lieu, position géographique, type et configuration du logement, statut et temps d’occupation du logement, composition du groupe habitant ce logement et formes de sociabilités à l’échelle du logement et du lieu) et des indicateurs qui rendent compte du rapport subjectif qu’ils entretiennent avec l’espace et la population (sentiment d’appartenance, représentation et qualification du lieu, projection dans la vie du lieu).

7 Il est important de préciser que le corpus d’entretiens recueillis en 2007 est représentatif de la structure de la population des saisonniers mobiles habituellement en activité durant l’été à Belle-Plage. Ainsi, parmi les 26 personnes interrogées, les catégories d’ambulant (8), d’habitué (13) et de local (5) sont inégalement représentées. Si quelques-uns des mobiles interrogés (5) sont issus d’une famille possédant un logement dans le bourg ou ses environs, nombreux sont ceux originaires d’une autre région (19) ou d’un autre département aquitain (2).

8 Nous avons suivi à deux reprises, dans leurs déplacements vers un lieu de saison hivernale, des salariés mobiles ayant fait connaissance à Belle-Plage. Ainsi avons-nous pu partager et observer l’installation et la vie de deux groupes de saisonniers, l’un à Argentière (Haute-Savoie) et l’autre à Chamrousse (Isère), qui avaient pris un logement commun et, pour certains, des emplois dans les mêmes commerces. Comme ils étaient pour la plupart étrangers au lieu, il était intéressant d’appréhender empiriquement la manière dont ils pouvaient s’approprier collectivement et individuellement ce nouvel espace-temps. Ce fut l’occasion de saisir « à la loupe » le processus de formation de manières d’habiter différenciées, tel qu’il était en train de se jouer, de voir quelles formes d’ancrage et de mobilité produisent les liens que tissent les travailleurs saisonniers durant l’été.

Auteur

Doctorant en sociologie à l’Université Lumière Lyon 2, rattaché à l’équipe Modes, espaces et processus de socialisation (MEPS) du Centre Max Weber. Son travail de thèse s’intitule Entre ancrages et mobilités : les dimensions spatiales du processus de socialisation des salariés bi-saisonniers mobiles du tourisme.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search