Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Annexes

Présentation des auteur.e.s

Texte intégral

1Benoit Auclerc est maître de conférences à l’Université Jean Moulin Lyon 3 en littérature du xxe siècle et membre du groupe Marge, composante de l’équipe de recherche CEDFL. Sa thèse porte sur la relation des textes à leurs lecteurs et sur la déstabilisation des genres littéraires chez Francis Ponge et Nathalie Sarraute. Il est responsable du Centre de recherche sur Francis Ponge (ENS de Lyon). Il a participé à l’édition du Chantier littéraire de Monique Wittig (PUL/Éditions iXe, 2010). Ses travaux portent plus généralement sur les relations entre littérature et politique.

2Céline Belledent est doctorante en sociologie à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne. Son travail, Critiques des dispositifs de sexualité : entre gestion des populations et subversions des normes sociales, vise à construire une cartographie de la sexualité contemporaine. Cette thèse fait suite à des recherches sur la sexualité sadomasochiste : Questions de sexualité, entre pouvoirs et résistances (mémoire de sociologie de master 2, Saint-Étienne, 2007), “Kink as a Thing to Talk about and a Way to Talk about Things…” avec Stéphanie Kunert (colloque “Performing and Queering BDSM”, Berlin, 2007), La Sexualité SM comme repolitisation de la sphère sexuelle : sexe, pouvoir et identité (2006).

3Marie-Hélène Bourcier est activiste queer et sociologue. Elle enseigne à l’Université Lille 3. Elle est la traductrice de La Pensée straight (Balland, 2001, réédition aux Éditions Amsterdam, 2007). Elle a organisé en 2001, avec Suzette Robichon, un colloque consacré à Monique Wittig à la Columbia University de Paris, dont les actes, Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, ont paru en 2002 aux Éditions gaies et lesbiennes. Fondatrice de l’association Le Zoo, elle est l’auteur de nombreux articles sur la théorie, les politiques, les études queer et les cultures lesbiennes : on les trouve notamment dans ses ouvrages Queer Zones : politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs (Balland, 2001, réédition aux Éditions Amsterdam, 2006), Queer Zones : sexpolitiques (La Fabrique Éditions, 2005) et Queer Zones 3 : identités, cultures et politiques (Éditions Amsterdam, 2011). Elle a également écrit une fiction wittigienne, Lesvos, oui (Paris, Éditions gaies et lesbiennes, 2000).

4Dominique Bourque a codirigé les ouvrages Femmes et exils : formes et figures, avec Nillie Hogikyan (Presses de l’Université de Laval, 2010), et Ces pays qui m’habitent : expressions d’artistes canadiens d’origine arabe, avec Aïda Kaouk (Musée canadien des civilisations, 2003). Elle a publié également Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig (L’Harmattan, 2006) qui lui a valu le Prix d’excellence de la Fondation Lambda au Canada. Ses recherches portent sur les stratégies de « dé-marquage » des catégories de sexe, de sexualité, de « race » et de citoyenneté (Mort annoncée du genre, Conseil de recherches en sciences humaines du Canada 2004-2008 et Ouvrir la question identitaire, CRSH 2008-2012). Elle mène également une étude sur les jeunes lesbiennes canadiennes francophones. Son article « Être ou ne pas être subversives ? » (Genre, sexualité et société, 2009) traite des résultats préliminaires de cette enquête.

5Alexandra Bourse est agrégée de lettres modernes. Ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon, elle prépare actuellement une thèse en littérature comparée à l’Université de Paris XIII. Prenant pour objet d’étude le personnage métis, elle interroge les relations entre identité sexuelle et identité raciale dans la littérature des Amériques.

6Natacha Chetcuti est sociologue, docteur en anthropologie sociale (EHESS), chercheuse en contrat post-doctoral à l’INSERM, dans l’équipe Genre santé sexuelle et reproductive. Ses recherches portent sur les enjeux épistémologiques et politiques des catégorisations de genre. Elle s’intéresse aussi aux formes d’énonciation et de politisation des groupes minorisés, dans le rapport entre laïcité et féminisme. Elle est l’auteur de Se dire lesbienne, vie de couple, sexualité, représentation de soi (Payot, 2010). Elle a écrit plusieurs articles dont « De “on ne naît pas femme”… à “on n’est pas femme”. De Simone de Beauvoir à Monique Wittig » (Genre, sexualité et société, no 1, 2009). Elle a codirigé plusieurs ouvrages dont Violences envers les femmes : trois pas en avant, deux pas en arrière, avec Maryse Jaspard (L’Harmattan, 2007).

7Yannick Chevalier est maître de conférences en stylistique française à l’Université Lumière Lyon 2, membre du groupe Textes & langue de lʼéquipe Passages xx-xxi. Il a consacré sa thèse de doctorat au phénomène métaphorique dans les romans de Nathalie Sarraute, et publié avec Philippe Wahl La Syllepse, figure stylistique (PUL, 2006). Il a participé à l’édition du Chantier littéraire de Monique Wittig (PUL/Éditions iXe, 2010). Ses travaux portent sur l’articulation entre langue et genre. Il est membre du comité pédagogique et scientifique du master européen ÉGALES (Études de genre et actions liées à l’égalité dans la société).

8Catherine Écarnot a soutenu en 1999 la première thèse consacrée à l’œuvre de Monique Wittig en France. Elle est l’auteur de L’Écriture poétique de Monique Wittig, paru en 2002 chez L’Harmattan.

9Anne F. Garreta est écrivain et universitaire. Elle est maître de conférences en littérature du xviiie siècle à l’Université Rennes 2 et Research Professor au Department of Literature Programs à l’Université de Duke (Caroline du Nord). Elle est membre de l’OULIPO depuis 2000 et a publié six romans dont Sphinx (Grasset, 1986), Pas un jour (Grasset, prix Médicis 2002) et, avec Jacques Roubaud, Éros mélancolique (Grasset, 2009). Elle a écrit la préface de la réédition du Brouillon pour un dictionnaire des amantes (Grasset, 2011).

10Gabriele Meixner fut l’une des cofondatrices des éditions Amazonen-Verlag (Berlin), et membre du comité de lecture et traductrice aux éditions Frauenoffensive (Munich). Depuis plus de vingt ans, elle mène des recherches et publie dans le domaine de l’interprétation de l’art préhistorique. Elle compte aujourd’hui parmi les théoriciennes de référence pour la recherche féministe sur la préhistoire. Elle s’est fait connaître en 1995 par son livre Frauenpaare in kulturgeschichtlichen Zeugnissen [Couples de femmes à travers les témoignages de l’histoire de la civilisation] et par l’exposition itinérante du même nom. En 1999, dans sa biographie de la chercheuse en préhistoire Marie E. P. König intitulée Auf der Suche nach dem Anfang der Kultur [À la recherche du début de la civilisation], Gabriele Meixner rend hommage à une penseuse qui a décodé le premier langage symbolique de l’humanité. À travers sa biographie de l’essayiste Erika Wisselinck (2010), elle apporte une contribution supplémentaire au travail de mémoire féministe.

11Suzette Robichon est activiste lesbienne. Elle a participé au groupe Lesbiennes de Paris (1978) et à Quand les femmes s’aiment (1978-1980), premier journal lesbien national. Elle a fait partie du comité de rédaction de la revue Masques, a fondé Vlasta, revue des fictions et utopies amazoniennes dont elle a dirigé le numéro consacré à Monique Wittig comprenant l’édition du Voyage sans fin (1985). Elle a également collaboré à Lesbia et à d’autres revues lesbiennes. Elle est coauteur avec Traude Bührman du guide lesbien de Paris publié sous le titre Lesbisches Paris (Orlandaverlag, 2002). En 2001, elle a co-organisé avec Marie-Hélène Bourcier un colloque sur Monique Wittig à la Columbia University de Paris, et en a coédité les actes (Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, Éditions gaies et lesbiennes, 2002).

12Namascar Shaktini, qui portait à l’époque le nom de son ex-mari, Margaret Stephenson, a vécu en France de 1967 à 1971. Elle a étudié à la Sorbonne et à l’École pratique des hautes études où elle a notamment suivi le séminaire de Barthes sur S/Z. Elle a milité dès le début du mouvement de libération des femmes. « L’Américaine non identifiée » par la presse lors de l’action devant l’Arc de Triomphe le 26 août 1970, aux côtés de Monique Wittig et de Christiane Rochefort, c’est elle. La fondatrice du groupe des Polymorphes perverses, dédié à l’étude de la « politique sexuelle » à partir des textes de Freud et de Marcuse, c’est encore elle. De retour aux États-Unis, Margaret Stephenson décide de s’identifier autrement que filialement ou maritalement. C’est donc sous le nom de Namascar Shaktini qu’elle entre à l’Université de Californie de Santa Cruz où elle soutient en 1981 son doctorat en histoire de la conscience. Elle a enseigné en Californie, en Oregon et en Floride où elle est actuellement professeur de littérature française à la Florida Atlantic University. Elle a publié de nombreux articles consacrés à Monique Wittig et a notamment dirigé le volume On Monique Wittig. Theoretical, Political, and Literary Essays (University of Illinois Press, 2005).

13Merete Stistrup Jensen est maître de conférences en littérature comparée à l’Université Lumière Lyon 2 et membre de l’équipe Passages xx-xxi. Ses travaux portent sur l’énonciation littéraire, en particulier sur les questions de voix narratives et d’inscription du genre (gender) masculin ou féminin dans l’écriture et les discours critiques. Elle a publié notamment « Les Voix entre guillemets » : problèmes de l’énonciation dans quelques récits français et danois contemporains (Ellug, 2000) et a dirigé le volume Nature, langue, discours des Cahiers masculin/féminin (PUL, 2001) ainsi que Frontières des genres : migrations, transferts, transgressions (avec Marie-Odile Thirouin, PUL, 2005).

14Noura Wedell est docteur de la Columbia University (New-York, États-Unis) en littérature comparée, spécialiste de littératures expérimentales françaises et américaines (xxe et xxie siècles). Elle s’attache notamment à la question des rapports entre littérature et politique. Après quatre années passées à l’ENS de Lyon, elle enseigne aujourd’hui à la Roski School of Fine Arts (Californie, États-Unis). Membre du comité éditorial de la revue Nioques, elle est aussi écrivain (Odd Directions, 2009), traductrice (Pierre Guyotat, Toni Negri, Maurice G. Dantec) et éditrice pour les éditions Sémiotext(e) à Los Angeles.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search