Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Annexes

Notice biographique1

Texte intégral

  • 1 On se reportera à la “Chronology” proposée par Namascar Shaktini dans On Monique Wittig (p. 7-11) (...)
  • 2 Sur ces « temps d’enfance », voir aussi l’hommage de Gille Wittig dans Ma sœur sauvage, s. l., 200 (...)

1Monique Wittig naît en 1935 en Alsace. Comme pour beaucoup d’enfants de sa génération, ses premières années sont scandées par des déménagements liés à la guerre et à l’Occupation : la famille Wittig s’installe en Franche-Comté, puis en Aveyron2. En 1950, la famille monte à Paris, où Wittig s’inscrit à la Sorbonne et aux Langues orientales.

2En 1964 paraît L’Opoponax pour lequel Wittig reçoit le prix Médicis. Les écrivains du Nouveau Roman, Duras, Simon, saluent une œuvre novatrice qui par ses propositions formelles renouvelle en profondeur le genre du « récit d’enfance ». De cette entrée dans le monde des lettres date aussi une rencontre primordiale pour Wittig : celle de Nathalie Sarraute, à qui une amitié la lie indéfectiblement. Elle publie plusieurs textes de fiction dans des revues littéraires et Jérôme Lindon lui confie la traduction de The One Dimensional Man d’Herbert Marcuse, qui paraît en avril 1968, à la veille des « événements ».

3Les Guérillères est publié en 1969, Le Corps lesbien en 1973. Entre ces deux dates, le mouvement de libération des femmes émerge, les premiers groupes lesbiens se constituent : Monique Wittig y est en première ligne. Son intervention politique prend une forme résolument collective, avec la signature à plusieurs mains d’un texte fondateur, publié sous le titre « Combat pour la libération de la femme », et avec l’invention de nouveaux modes de manifestations politiques (le dépôt de la gerbe à la femme du soldat inconnu, à l’Arc de Triomphe). Wittig, en tant qu’écrivain, donne plusieurs entretiens dans des revues littéraires pour souligner l’importance de ce qui est en train de se passer dans les groupes féministes, et les conséquences du surgissement de ce mouvement politique quant à l’écriture et à la création.

4C’est dans ce contexte militant que Wittig rencontre Sande Zeig et qu’ensemble, elles écrivent le Brouillon pour un dictionnaire des amantes (1976). Wittig participe aussi à la création de la revue Questions féministes, à laquelle elle collabore avec des textes fictionnels et/ou politiques articulant la « question lesbienne » et l’engagement féministe. Des tensions apparaissent rapidement au sein du comité éditorial et Wittig rejoint alors la revue américaine Feminist Issues qui publie les textes politiques qu’elle prononce lors de conférences académiques. Depuis 1976, Wittig vit en effet aux États-Unis, où elle travaille dans diverses universités (notamment à Berkeley, à New York University, à lʼUniversité de Duke, à Vassar College, puis surtout, en qualité dʼenseignante titulaire, à lʼUniversité de lʼArizona à Tucson) : l’enseignement devient alors un moyen supplémentaire d’articuler l’acte littéraire (de création et de lecture) et le questionnement politique.

5Les années 1980 sont celles où Wittig mène sur tous ces fronts une activité intense : publication d’articles théoriques dans les revues féministes, interventions dans des colloques, enseignement, mais aussi écriture. Virgile, non paraît en 1985, l’année où Le Voyage sans fin, écrit par Wittig et mis en scène et interprété par Zeig, est créé en français. 1985 voit aussi la publication du numéro 4 de la revue Vlasta consacré intégralement à Wittig.

6Deux livres importants paraissent dans les années 1990 : The Straight Mind (Boston) reprend les articles théoriques de Wittig, et Paris-la-politique (Paris) recueille plusieurs textes fictionnels parus en revue depuis les années 1970. Le processus de co-création avec Zeig se poursuit, avec la sortie, en 1999, du film The Girl. Wittig intervient au colloque sur « Les Études gays et lesbiennes » organisé par Didier Eribon en 1997 à Paris. Elle travaille alors à la publication d’un texte, Le Chantier littéraire, réécriture du mémoire qu’elle a soutenu en 1985 à l’EHESS sous la direction de Gérard Genette. La disparition de Nathalie Sarraute, à qui de nombreuses pages du Chantier sont consacrées, rend impossible pour Wittig sa publication.

7La Pensée straight paraît en français au moment où le premier colloque international consacré à Wittig, organisé par Marie-Hélène Bourcier et Suzette Robichon, se tient à Paris. Monique Wittig travaille au Chantier littéraire lorsque la mort l’emporte, en 2003.

Notes

1 On se reportera à la “Chronology” proposée par Namascar Shaktini dans On Monique Wittig (p. 7-11) et à la « Chrono-biblio » établie par Marie-Hélène Bourcier dans Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes (p. 237-249) pour une biographie plus détaillée.

2 Sur ces « temps d’enfance », voir aussi l’hommage de Gille Wittig dans Ma sœur sauvage, s. l., 2008.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search