Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Travailler la langue, travailler le réel

Le Corps lesbien : syntaxe corporelle et prédicat lesbien

Yannick Chevalier

Texte intégral

Si la prédication binaire mérite l’intérêt, il faut étudier comment notre espèce est parvenue à la dépasser.
François Rastier, « Prédication, actance et zones anthropiques », 1998.
Dans ce face à face avec la lectrice, dans cette réversibilité du vécu à l’écrit, tout comme l’éclairage réciproque que se prodigue chacun des textes, s’inscrivent en hologramme les sens lesbiens, modifiant ainsi la réalité (et non la catégorisant).
Éditorial de Vlasta, 1985.

1Un texte comme Le Corps lesbien opère, chez le sujet engagé dans sa lecture et son interprétation, un certain nombre de bouleversements d’affects dont il est malaisé de rendre compte. Plus largement, c’est le corpus wittigien qui agit ainsi : les articles de Simon, de Duras, à la parution de L’Opoponax, témoignent de ces affects qui font du sujet interprétant le lieu d’une appropriation. Comme Duras, parlant de « son Opoponax », l’on a envie de dire à son tour « mon corps lesbien ». Ces mouvements d’appropriation sont bouleversants car l’on ne sait qui, du texte wittigien ou du sujet interprétant, s’approprie l’autre.

2Plus précisément encore, cette expérience princeps s’accomplit sur un fond de « ne pas comprendre » assez déroutant dès lors qu’il s’agit de formuler et d’étayer cette lecture. Ainsi, que signifie le syntagme « le corps lesbien » ? Sans qu’il y paraisse, le titre wittigien ne laisse pas de poser question : que peut-il être dit ou qu’est-il dit du corps lorsqu’il est qualifié de lesbien ?

L’ÉNIGME DU TITRE

  • 1 Ceci est une feinte sur laquelle nous reviendrons.

3Une analyse grammaticale s’impose, qui analyse « lesbien » comme l’épithète liée de « corps », l’ensemble étant actualisé par le déterminant article défini « le ». « Lesbien » est donc à entendre comme un prédicat dont « corps » est le support nominal. Si « corps » ne pose pas problème1, il n’en va pas de même pour l’adjectif « lesbien ». Une consultation des dictionnaires de langue est alors nécessaire et fournit les acceptions suivantes :

LESBIEN : (1549) I. Adj. Didact. De Lesbos, île de la mer Égée. II. (par allusion aux mœurs que la tradition attribue à Sapho et à ses compatriotes) 1. Adj. r a r e Relatif à l’homosexualité féminine. => gomorrhéen, saphique. Un amour lesbien. 2. N. f. (1666) cour. Femme homosexuelle. => tribade ; fam. et péj. gouine. Un couple de lesbiennes. (Le Petit Robert)

4La périphrase définitionnelle « relatif à l’homosexualité féminine » ne permet pas de mieux expliciter la prédication « - lesbien » dans le syntagme « corps lesbien ». La raison en est que sémantiquement, « corps » est un substantif dit catégorématique, permettant de circonscrire une catégorie, alors que « lesbien », entendu comme para-synonyme de « homosexuel », fonctionne comme syncatégorématique, permettant de définir un rapport, une relation entre catégories. Ou bien s’agit-il de comprendre « lesbien » comme la forme adjectivale d’un nom ? Ce entre quoi ne tranche pas le dictionnaire, c’est entre deux fonctionnements sémantiques de « lesbien » : adjectif qualificatif ou adjectif relationnel. Examinons les deux parcours interprétatifs ainsi distingués :

5(i) « lesbien » est un adjectif qualificatif : à ce titre, il exprime une propriété, une qualité. Par « corps lesbien », il faudrait entendre « corps dont la spécificité est d’être marqué par une propriété intrinsèque spécifique/spécifiante qui est la qualité “lesbien” ». Dès lors, « lesbien » opère une sous-classification : de tous les corps possibles, il est une catégorie de corps repérables à la propriété d’être dits lesbiens ;

6(ii) « lesbien » est un adjectif relationnel qui peut être paraphrasé par le groupe prépositionnel « du lesbien » ou « de la lesbienne ». Par « corps lesbien », il faudrait alors entendre « corps du lesbien ou de la lesbienne » : de tous les corps, il en est qui appartiennent aux lesbiens ou aux lesbiennes.

7Quel que soit le parcours interprétatif (selon que « lesbien » est qualificatif ou relationnel), la moisson est rare, et plutôt que d’éclaircir la difficulté d’interprétation du syntagme « corps lesbien », le recours au dictionnaire tendrait plutôt à le rendre plus complexe et obscur encore.

8Plus obscur, car à paraphraser et à suivre les procédures grammaticales habituelles, l’on en vient à dire de drôles de choses :

9(i) si « lesbien » désigne une propriété intrinsèque de « corps », de quel type cette propriété relève-t-elle ? L’examen de la nomenclature qui scande le texte du Corps lesbien ne permet pas de repérer où se manifeste, où opère cette propriété :

LE CORPS LESBIEN LA CYPRINE LA BAVE LA SALIVE LA MORVE LA SUEUR LES LARMES LE CÉRUMEN L’URINE LES FÈCES LES EXCRÉMENTS LE SANG LA LYMPHE LA GÉLATINE L’EAU LE CHYLE LE CHYME LES HUMEURS LES SÉCRÉTIONS LE PUS LES SANIES LES SUPPURA-TIONS LA BILE (CL, p. 22)

10En effet, tous les substantifs constituant l’énumération sont catégorématiques. Sera ici reconduite l’impossibilité sémantico-logique de concevoir la jonction avec l’adjectif syncatégorématique « lesbien » ;

11(ii) si « lesbien » est la forme adjectivale d’un substantif, de quel genre est ledit substantif ? S’agit-il de « un lesbien » ou de « une lesbienne » ? L’examen du Robert historique révèle en effet que :

Lesbien (1640), nom masculin, apparu au sens de « mignon, amant d’un homme », a pris son sens moderne « homosexuelle » comme adjectif féminin (1784) et, vers 1867, comme nom féminin.

12On concèdera que, Le Corps lesbien paraissant en 1973, il faut entendre « une lesbienne », et que les premiers emplois de « lesbien » désignant l’homosexuel masculin ne sont plus à convoquer. L’incompatibilité sémantico-logique entre catégorématique et syncatégorématique étant levée, le syntagme « le corps lesbien » peut être paraphrasé par « le corps de la lesbienne ». Mais c’est pour aussitôt retomber dans la même aporie que précédemment : l’examen de la nomenclature ne permet pas de repérer ce qui ferait, en termes physiologiques, la spécificité du corps de qui est une lesbienne.

13La seule vertu de ce détour par les dictionnaires et par les procédures d’analyse grammaticale est cependant de mettre au jour le modus operandi de cette prédication liant le support nominal « corps » à son ajout « lesbien », ce même modus operandi qu’explicite, un an plus tôt, Guy Hocquenghem dans un livre dont le titre repose sur la même fausse transparence, Le Désir homosexuel :

  • 2 G. Hocquenghem, Le Désir homosexuel, Paris [Éditions universitaires, 1972], Fayard, 2000, p. 24-25

Désir homosexuel : ces termes ne vont pas de soi. Il n’y a pas de subdivision du désir entre homosexualité et hétérosexualité. Il n’y a pas plus au sens propre de désir homosexuel que de désir hétérosexuel. Le désir émerge sous une forme multiple, dont les composantes ne sont séparables qu’a posteriori, en fonction des manipulations que nous lui faisons subir. Tout comme le désir hétérosexuel, le désir homosexuel est un découpage arbitraire dans un flux ininterrompu et polyvoque. Dans sa forme actuelle, la caractérisation homosexuelle du désir de façon exclusive est un leurre de l’imaginaire2.

14Le prédicat « - lesbien » opère une restriction de « corps ». Ce qui existe, c’est le corps, du corps, des corps ; ce qui est indu, réducteur, c’est l’expansion par « lesbien », que soit entendue là tout aussi bien une propriété intrinsèque spécifiante qu’une catégorie spécifique.

15L’on ne saurait pourtant négliger la puissance heuristique de cette réduction par la prédication « - homosexuel » ou « - lesbien » :

  • 3 Ibid., p. 25.

Mais parce que dans l’homosexualité le jeu d’images apparaît avec la plus grande évidence, on peut commencer un travail de déconstruction de ces images à partir de leur point le plus sensible. [...] L’homosexualité manifeste quelque chose du désir qui n’apparaît pas ailleurs, et ce quelque chose n’est pas simplement l’acte sexuel accompli avec une personne du même sexe3.

16Pour paraphraser, le « - lesbien » manifeste quelque chose du corps qui n’apparaît pas ailleurs, et ce quelque chose n’est pas simplement le corps. Il faut donc se livrer au texte en confiance, et en suivre la voix/voie dans l’exploration et la mise au jour de ce que « - lesbien » peut vouloir dire lorsqu’il est l’épithète de « corps ».

  • 4 C. Écarnot, L’Écriture de Monique Wittig. À la couleur de Sappho, Paris, L’Harmattan, 2002.
  • 5 D. Bourque, Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig, Paris, L’Ha (...)

17Les commentateur.rice.s du Corps lesbien ont bien rendu compte de cette combinaison problématique : Catherine Écarnot4 propose, par exemple et à très juste titre, de considérer que « lesbien », entendu dans son acception relationnelle comme équivalent de « homosexuelle femme », est un néologisme de sens ; Dominique Bourque5 s’attache plutôt à ce qu’il peut y avoir d’éminemment ironique dans ce syntagme, en ce qu’il transpose la locution figée « Corpus Christi » qu’il transfigure donc. Ces propositions interprétatives, qui permettent de lire le texte wittigien, d’en mettre au jour la puissance politique et d’en repérer les modes de fonctionnement en termes de bouleversement épistémologique, sont d’une très grande efficace.

  • 6 En physique on parle de « particules bleues » ou « rouges » : les adjectifs n’ont alors qu’une sim (...)

18Nous voudrions, à notre tour, proposer une autre interprétation de ce syntagme, en procédant comme suit. Dans un premier temps, il s’agira de considérer « - lesbien » comme un prédicat sans contenu sémantique, sans présupposer aucun sème enclenchant la procédure réductionniste que dénonce Hocquenghem, de la même manière que les scientifiques usent d’épithètes de couleur à valeur diacritique6. Dans un deuxième temps, on analysera le texte même dont le syntagme « le corps lesbien » est le titre : dans l’exploration, l’interprétation du texte, peut-être trouverat-on quelque indice de ce qu’il faut entendre par « - lesbien » ; ce faisant, par découverte progressive, élaboration sémantique, sera construit, circonscrit le contenu sémantique de « - lesbien ». Dans un troisième temps, il conviendra de revenir au seuil titulaire, de prendre la mesure de ce que « - lesbien » signifie, tel que le texte le produit.

19Une remarque préliminaire s’impose : dans toute interprétation, il faut partir d’un point fixe, qui sera pour moi le substantif « corps ». On feindra que le contenu sémantique de « corps » ne pose pas problème, ni non plus les lexèmes hyponymes (dont l’énumération en capitales qui scande le texte wittigien fournit une nomenclature). En outre, parce que le problème interprétatif que soulève le titre Le Corps lesbien résulte précisément de la jonction syntaxique entre le support nominal et son épithète adjectivale, l’attention est amenée à se concentrer moins sur les catégories linguistiques que sont le nom, l’adjectif, etc., que sur les relations, les fonctions syntaxiques qui les lient les unes aux autres. Ainsi circonscrite, l’interprétation doit prendre en compte certains phénomènes linguistiques propres à la langue française, qui adviennent dans l’emploi des noms de parties du corps et dans les articulations, plus ou moins enregistrées et stabilisées, que la syntaxe opère dans ces cas-là.

  • 7 Ces exemples forgés permettent d’étiqueter les domaines d’emploi du nom de partie du corps en fran (...)

20Plus précisément, il convient d’insister ici sur un certain nombre de patrons syntaxiques disponibles pour tout locuteur en français lorsqu’il s’agit de parler du corps. Tout locuteur francophone a, en effet, à sa disposition plusieurs formes concurrentes7 :

A. Je bouge la tête.
B. Je me lave les mains.
C. Je lave mes mains.
D. Je me lave mes mains.

21Cette série est redoublée par la suivante :

B’. Je te lave les mains.
C’. Je lave tes mains.
D’. Je te lave tes mains.

22Il n’existe pas d’équivalent de A car ces deux séries correspondent à deux configurations : la première lorsque l’action est opérée sur soi (configuration réflexive), la seconde lorsque l’action est opérée sur autrui (configuration transitive).

  • 8 Ce critère d’acceptabilité grammaticale n’est pas à considérer comme rédhibitoire ou décisif, puis (...)
  • 9 M. Grevisse, Le Bon Usage, A. Goosse (éd.), Bruxelles, De Boeck & Duculot, 1993 (13e éd.), p. 910.

23Les grammaires, même les plus normatives, enregistrent ces patrons, considérant cependant les patrons D et D’comme incorrects et agrammaticaux8. Grevisse et Goosse estiment que le patron B est « plus élégant » et que le patron C permet d’« imiter la langue familière9 ». Or de tels jugements sociaux ou de goût ne peuvent être allégués pour expliquer la coexistence de ces patrons syntaxiques. L’amorce de justification est à lire dans l’exposé portant sur l’alternance entre déterminant article et déterminant possessif pour actualiser le nom de partie du corps. Goosse et Grevisse écrivent ainsi :

  • 10 Ibid., p. 910.

En principe, on remplace le déterminant possessif par l’article défini quand le rapport d’appartenance est assez nettement marqué par le contexte, notamment devant les noms désignant les parties du corps, les facultés intellectuelles. [...] Dans d’autres cas, le rapport d’appartenance doit être indiqué, mais il est plus élégant de le marquer par un pronom personnel complément du verbe que par un possessif attaché au nom10.

  • 11 C. Chamoreau, « Les possessions “aliénables” et “inaliénables”. L’exemple du phurhépecha », Faits (...)

24Le principe explicatif est à lire entre les lignes et peut être ainsi reformulé : s’il n’est pas nécessaire de marquer le rapport d’appartenance du corps à soi, c’est parce que le corps est une « propriété inaliénable ». C’est cette expression, la « propriété inaliénable », à laquelle recourent les grammairiens et linguistes en guise d’explication du phénomène. Claudine Chamoreau11, par exemple, définit ainsi la « propriété inaliénable » :

  • 12 Ibid., p. 71.

La possession dite « inaliénable » renvoie à l’impossibilité (physique) de séparer le possesseur de l’objet possédé. Ce type de relation et d’association peut être décrit comme inhérent, naturel, permanent et essentiel, il inclut alors une notion d’intégration de la « chose » possédée à une relation de type hiérarchique (relation entre supérieur et subordonné, le premier ayant le pouvoir sur le second) mais aussi de type affectif (par exemple la mère « possède » les enfants qu’elle met au monde). La possession « aliénable » définit une relation qui est perçue comme acquise, accidentelle, temporaire et facultative12.

25L’on pourrait à loisir ironiser sur les impensés politiques et ontologiques d’une telle définition : s’il en est qui luttent en disant « notre corps nous appartient », c’est bien parce qu’il ne va pas de soi que le corps soit une propriété inaliénable ; s’il en est qui par les aléas de la vie se trouvent dépourvus de quelque partie de leur corps ou vivent dans la souffrance corporelle, ceux-ci et celles-ci savent bien qu’il n’y a là aucune « impossibilité (physique) ».

26C’est pourtant cette notion de « propriété inaliénable » qui est systématiquement avancée pour justifier de l’emploi de l’article à la place du possessif. C’est là un de ces « cela va de soi » de la pensée grammaticale. Ce primat accordé à l’inaliénabilité corporelle se manifeste par le fait que ce sont les patrons A et B/B’ qui sont employés comme entrées dans les syntaxes, et que les tours C/C’et D/D’sont seulement examinés à la faveur de l’analyse d’exemples attestés : à A et B la théorie, à C et D les illustrations des aléas de la parole.

  • 13 Jacques Damourette et Édouard Pichon sont surtout connus pour avoir, les premiers, théorisé lingui (...)

27Nous examinerons successivement chacun de ces tours, en résumant ce qu’en disent les grammairiens et en étudiant leurs occurrences dans Le Corps lesbien. Nous suivrons pour cela le classement que proposent Damourette et Pichon13 qui pour chaque patron syntaxique fournissent des analyses d’exemples présentant tantôt le déterminant article, tantôt le déterminant possessif ; en outre, ils explicitent pour chaque cas les effets ainsi produits.

28Un premier constat doit être fait quant à la répartition de ces deux séries que sont la configuration réflexive et la configuration transitive dans Le Corps lesbien. Relèvent de la configuration réflexive vingt-cinq occurrences ; de la configuration transitive plus de cent cinquante occurrences (les chiffres sont indicatifs). Une telle prégnance quantitative vaut d’être interprétée qualitativement : le corps wittigien, qu’il soit celui du j/e ou celui du tu, existe en tant qu’il est engagé dans un rapport à autrui. Il peut donc être dit « fonctionnel », dans la mesure où il n’existe qu’« en relation à », et beaucoup plus rarement dans une saisie solitaire. Cette dépendance de l’existence même de m/on corps vis-à-vis de tu se manifeste corporellement, même quand tu s’absente, sa non-présence étant un régime possible de la présence (selon l’aporie logique du type : « le non-être est » ou « ce qui n’est pas est »). Le passage suivant figure cette possibilité, le texte insistant sur les effets physiques, et donc sur la présence paradoxale que l’absence de tu opère sur m/on corps :

Ton visage ton corps ta silhouette sont perdus. Il y a un vide à la place de toi. Il y a dans m/on corps une pression au niveau du ventre au niveau du thorax. Il y a un poids dans m/a poitrine. Il y a des phénomènes à l’origine d’une douleur intense. [...] j/e cherche, j/e m//interroge dans le silence dans le manque de trace, j//interroge une absence si étrange qu’elle m/e cause un trou au-dedans de m/on corps. [...] j/e te somme d’apparaître toi qui es sans visage sans mains sans seins sans ventre sans vulve sans membres sans pensées, toi au moment même où tu n’es pas autre chose qu’une pression une insistance dans m/on corps. (CL, p. 31)

LES CONFIGURATIONS RÉFLEXIVES

29Sauf erreur, l’on ne trouve que cinq occurrences du patron A (« je bouge la tête ») dans Le Corps lesbien : « j/e lève les bras », « tu tentes de relever la tête, tu bouges les mains », « j/e ferme les yeux », « j/e m/e hâte d’ouvrir les yeux », « certaines sont obligées de bouger la tête pour te voir » (CL, p. 10, 104, 114, 153 et 155). Damourette et Pichon ont, pour analyser ce type d’emploi, l’heureuse formule que voici :

  • 14 J. Damourette & É. Pichon, Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, 8 vol. (...)

Fonctionne un mécanisme psycho-neurologique par lequel ou bien on enregistre une sensation-perception, ou bien on meut une partie du corps. L’on est alors considéré par la langue française simplement comme le support du phénomène sans particulière réflexion14.

30Ce type de patron syntaxique peut donc être analysé comme une locution verbale où le groupe nominal en complément du verbe fonctionne comme objet incorporé : « j/e lève les bras » peut donc être réécrit, selon les principes de l’analyse en constituants immédiats, comme « j/e [lève les bras] », le noyau verbal fonctionnant comme locution synthétique.

31Pourtant, sont davantage employées dans Le Corps lesbien les constructions où le groupe nominal objet est actualisé par un possessif : « tu penches tes yeux à l’oblique par rapport à la lumière », « tu tiens tes paupières au-dessus de tes globes », « sans que j//aie d’autre effort à faire que battre m/es avant-bras à toute vitesse », « tu soulèves tes paupières », « tu élèves tes pieds pour que tes plantes soient teintes à leur tour », « j/e secoue m/on cou et m/a tête de toutes m/es forces. J//approche m/a bouche des yeux de ton ventre » (CL, p. 10, 61, 95, 100, 131 et 151).

32À suivre la tradition grammaticale, l’emploi du déterminant possessif est redondant puisqu’il marque un rapport de possession suffisamment marqué par le seul article défini. Or, à examiner les occurrences, il n’y a pas redondance : plutôt que de redoubler le rapport tout/partie, le recours au possessif exhibe, au contraire, une disjonction entre le tout et la partie. Le déterminant possessif marque ainsi, plutôt que la possession, un rapport autre où la partie corporelle est figurée comme actant en rapport non inclusif avec l’actant totalisant. Damourette et Pichon enregistrent ce type de construction et proposent, à partir d’exemples, un commentaire qui met en évidence cet effet sémantique. Examinant la phrase d’Alphonse Daudet « Il [M. Millerand] furi-bondait, en haussant ses épaules de déménageur », Damourette et Pichon commentent : « M. Daudet confère [...] aux épaules de M. Millerand une espèce de personnalité propre, liée seulement à M. Millerand par un rapport d’appartenance comme celui que tel personnage pourrait avoir avec ses pantoufles. » (§ 2654)

  • 15 La diathèse désigne le mode de distribution des actants sémantiques par rapport au noyau verbal. E (...)
  • 16 « Ergatif » désigne un des rôles sémantiques du sujet, lorsque l’actant est doté d’une puissance d (...)

33C’est dire ainsi que le nom de partie du corps n’est pas présenté comme étant lié par un rapport de possession inaliénable, mais par un rapport plus large, où le référent du nom de partie du corps accède à une certaine autonomie ou indépendance par rapport au référent du je. Syntaxiquement, cela revient à reconnaître à ce type de construction une diathèse nettement active15 : là où le patron avec article défini exploite le groupe verbal comme une locution synthétique, la construction avec possessif pose l’objet syntaxique comme un actant accusatif nettement distinct de l’actant ergatif en position de sujet syntaxique16. Conséquemment, le sujet syntaxique, et le cas sémantique correspondant, est instancié par un actant dont la supériorité hiérarchique, dont le pouvoir sont nettement remis en question. Pour le dire autrement, le j/e wittigien s’élabore et se donne à lire comme instance discursive au même rang actanciel que les parties du corps qu’il évoque : entre « j/e » et « m/a tête », il n’est pas loisible de concevoir un rapport hiérarchique d’inclusion ou de subordination, mais un strict rapport d’équivalence et de contiguïté.

  • 17 M. Herslund, « Partitivité et possession inaliénable », Faits de Langue, vol. 4, no 7, 1996, p. 39

34Conséquemment encore, une telle élaboration discursive rend possible le recours à la diathèse passive, très présente chez Wittig. S’il n’est pas possible de « renverser » la distribution syntaxique dans le cas de « j/e lève les bras » – ce qui donnerait quelque chose comme *les bras sont levés (par moi) –, il n’en va pas de même pour la formulation « j/e secoue mon cou et ma tête », où le correspondant à la diathèse passive est « mon cou et ma tête sont secoués (par moi) ». Cela permet de minimiser singulièrement l’affirmation de Michael Herslund qui explique que « le passif est exclu, ou problématique, s’il existe une relation de coréférence entre le sujet et le complément d’agent17 ». Or, la difficulté à concevoir ce passif résulte avant tout de la confiance sans doute indue accordée à cette notion problématique de « possession inaliénable », et du caractère précaire et vulnérable du pouvoir que le sujet vivant s’imagine posséder sur son propre corps.

35Damourette et Pichon analysent le patron B, « je me lave les mains », ainsi :

le phénomène atteint bien une partie de la personne de l’agent, mais sans que cette partie prenne part au mécanisme physiologique sensitif ou moteur exprimé par le verbe. La langue française emploie alors le réflexif assomptival, dans lequel le reflet assomptif représente l’agent réfléchi en tant qu’intéressé au phénomène, et fait introduire la partie de la personne qu’atteint ce phénomène par l’article simple, l’emploi du réfléchi rendant le possessif inutile. (§ 2655)

36En termes syntaxiques, ce type de construction exploite aussi la tendance à la locution synthétique que nous avons précédemment évoquée pour le patron A. Ainsi, « je me lave les mains » peut être analysé comme « [je] [me] [lave les mains] » dans lequel deux actants nettement repérables sont l’ergatif « je » et l’accusatif « me », le groupe nominal « les mains » fonctionnant comme objet intégré. Damourette et Pichon le disent plus clairement à propos d’un exemple considéré comme aberrant de François Mauriac : « Je pose ma main sur ma poitrine ». Nos deux grammairiens font justement remarquer que « “Je me pose la main sur la poitrine” exprimerait un simple geste » (§ 2657).

37Le Corps lesbien semble peu recourir à cette construction. Sauf erreur ou oubli, l’on ne trouve dans l’ensemble des cent dix séquences textuelles qu’une seule occurrence de ce patron syntaxique : « Tu ne te bouches pas le nez » (CL, p. 12).

  • 18 Nous remercions Denis Vigier pour cette remarque.

38Par contre, les constructions où le nom de partie du corps est actualisé par un déterminant possessif abondent. En voici quelques exemples : « tu me contrains de m//appuyer sur m/es coudes », « tu t’enfiles à ta main m/on duodénum », « j/e m//introduis m/a bouche m/a langue m/es doigts », « j/e m//appuie du plat de m/es mains au bord de m/a barque » (CL, p. 15, 60, 82 et 119). Un facteur entre sans doute en jeu dans l’apparition du possessif dans ces cas-là : la présence d’une préposition introduisant le complément (s’appuyer sur)18 ; reste que dans certains cas, la construction verbale est directe (comme dans « j/e m//introduis m/a bouche »). Michael Herslund n’envisage pas l’existence de telles configurations ; quant à Damourette et Pichon, ils enregistrent cette possibilité lorsqu’ils analysent le tour « Candide cultive son jardin » :

La substance atteinte par l’acte appartient bien à l’agent, mais elle ne fait pas partie intégrante de lui. La construction est alors banale ; la voix réflexive n’y apparaît pas ; la possession y est marquée par le possessif. (§ 2657)

39Le patron ne présente pas de nom de partie du corps, mais c’est dans le détail de l’analyse que Damourette et Pichon remarquent qu’il existe des exemples « aberrants [qui] nous montrent le tour D dans le domaine que nous avons défini être celui du tour B », c’est-à-dire des occurrences avec noms de parties du corps :

Lavons nos mains,
Et soyons bien certains
D’enlever tout indice (Labiche, Monnier et Martin)

Les Labadéens sont effrayés par leurs mains qu’ils croient salies de charbon à la suite d’un crime qu’ils auraient oublié ; ces mains sont devenues des objets encombrants et qu’ils voudraient bien pouvoir quitter, d’où « Lavons nos mains » au lieu du banal et naturel « Lavons-nous les mains ». [...]

La phrase suivante de Gustave Droz est étonnante au premier abord par la construction « sentit ses deux bras pris » au lieu de « se sentit les deux bras pris » :

En même temps, notre ami sentit ses deux bras pris comme dans un étau. Le flambeau lui tomba des mains.

Mais peut-être y a-t-il là une nuance. Déjà, par la présence de deux, l’auteur insiste sur l’impuissance à laquelle il est réduit. L’emploi de ses augmente encore cette impuissance, c’est à peine si les bras font encore partie de sa personne. (§ 2657)

40Les commentaires que fournissent Damourette et Pichon ne font que renforcer la conclusion à laquelle ils parviennent dans l’analyse des cas avec possessif dans le tour « je lave mes mains » : il y a bien « nuance » entre les constructions, et même effet particulier et systématique. On s’étonnera dès lors peu que Le Corps lesbien manifeste une très grande cohérence dans le traitement de ces configurations réflexives : en recourant aux constructions avec possessif dans les tours sans pronom réfléchi (type « je lave mes mains »), Le Corps lesbien contrecarre les habitudes interprétatives reconduisant la conception du corps comme « possession inaliénable » et déjoue les implications hiérarchisantes posant le tout comme super-ordonné à la partie. Obligeant à un défigement des locutions analytiques, Le Corps lesbien construit progressivement une figuration du corps comme composition d’actants indépendants dotés d’une autonomie actancielle inédite. Le recours au possessif, dans le cas des constructions avec pronom réfléchi (« je me lave mes mains »), valide et entérine cette figuration nouvelle.

LES CONFIGURATIONS TRANSITIVES

41Assez étonnamment, dans cette seconde série, le relevé des occurrences présente un très net déséquilibre dans la répartition d’emplois entre d’une part le domaine B’(« Je te lave les mains ») et le domaine D’(« je te lave tes mains »), et d’autre part le domaine C’(« je lave tes mains »), au profit quantitatif de ce dernier.

42En effet, on trouve seulement quarante-neuf occurrences, dans Le Corps lesbien, du tour B’, « je te lave les mains ». L’identité des actants est fluctuante, tantôt j/e, tantôt tu : « tu m//arraches la peau des griffes de tes quatre pattes », « tu m/e lèches les épaules les seins les bras le ventre la vulve les cuisses », « tu m/e bourdonnes aux oreilles », « j/e te tiens à la gorge », « j/e te tiens la tête » (CL, p. 15, 15, 44, 67 et 110). Tantôt, et ce sont les occurrences les plus nombreuses, l’actant est un nom de partie du corps : « m/es jambes t’enserrant les flancs », « tes larmes m/e frappant au front à la poitrine », « tes bras m/e tiennent par le cou », « m/a langue te forçant à ouvrir la bouche » (CL, p. 15, 26, 56 et 106). Un sort particulier doit être fait à une série d’occurrences, où le sujet syntaxique désigne un processus, un sentiment ou une sensation ; on en trouve, avec les seuls verbes « venir » et « prendre », quatre-vingt-deux occurrences : « une faiblesse m/e prend aux jarrets m/e forçant à plier les genoux », « une légère humidification m/e vient aux deux orifices respiratoires », « pas une rougeur aux joues ne te vient », « une douleur qui m/e vient dans le ventre », « une secousse te prend de la tête à la queue », « une faiblesse m/e prend aux aisselles et à m/es membres » (CL, p. 19, 32, 40, 54, 67 et 67).

43La dernière occurrence citée montre pourtant que ces constructions alternent très régulièrement avec le tour où le nom de partie du corps est actualisé par un possessif. Sont ici à reconduire les analyses que nous avons déjà présentées sur le fait que le possessif mine le parcours interprétatif reposant sur la croyance en l’inaliénabilité du corps. Le plus important ici est cependant de voir que ces constructions syntaxiques évincent le j/e ou le tu de la position syntaxique de sujet et leur assignent un rôle sémantique de type bénéficiaire ou nominatif : dans tous les cas, le j/e et le tu sont écartés du rôle ergatif, rôle de la maîtrise (de soi et d’autrui) et de la puissance agentive. Délogés de cette place centrale et hégémonique, le j/e et le tu wittigiens sont les supports d’affects et de percepts qui les traversent et les parcourent.

44La prospection est plus maigre encore pour le tour D’, « je te lave tes mains ». On ne relève que deux occurrences : « Des rais de soleil [...] te touchent à tes lèvres à tes cheveux à tes poils pubiens », « elle [ta voix] m/e cogne de l’intérieur à toutes m/es parois » (CL, p. 38 et 121), où sans doute la construction indirecte avec préposition contraint le choix du déterminant.

45Enregistré en langue, ce type de constructions, pour présent qu’il soit dans le texte, semble peu exploité par l’écriture wittigienne qui lui préfère la construction C’, « je lave tes mains », qui n’a pourtant rien de remarquable. Damourette et Pichon la définissent ainsi :

Quand la substance repère agit sur un objet mobilier qui n’est pas partie intégrante d’une personne, c’est le possessif qui se montre. (§ 2662)

46Pourtant, ils évoquent deux exemples où le groupe nominal complément actualisé par un possessif est un nom de partie du corps :

Julien accourut à son aide, détruisit l’armée des infidèles, assiégea la ville, tua le calife, coupa sa tête et la jeta comme une boule par-dessus les remparts (Flaubert, Trois contes).

Le calife étant déjà mort n’est plus intéressé à la décollation de la tête qui a été la sienne.

47Le commentaire est plaisant, qui pointe cependant de manière évidente le fait que l’emploi du possessif marque l’autonomie du nom de partie du corps par rapport à la personne globale : lorsque celle-ci n’est plus, la partie du corps s’émancipe et acquiert une indépendance. L’autre exemple, tiré des Hommes de bonne volonté de Jules Romains, porte sur l’expression « mon pouls », que Damourette et Pichon commentent ainsi : « la locutrice a déjà remarqué que son pouls était fort et rapide ; elle lui a déjà donné une individualité ».

48C’est ce tour auquel Wittig recourt quasi systématiquement dans Le Corps lesbien : on repère au moins cent sept occurrences de cette construction. C’est la structure syntaxique majoritaire dans le corpus : « les longs filets verts de ta bile coulant sur tes seins », « j/e touche ton crâne », « j/e parcours toute ton échine à doigts légers », « j/e touche tes mamelles dures », « Ta tête sur m/a nuque pèse », « tes canines entaillent m/a chair au plus sensible », « M/on clitoris l’ensemble de m/es lèvres sont touchés par tes mains » (CL, p. 7, 9, 14, 14, 15, 15 et 33). Ces quelques exemples suffisent à montrer la productivité et la variété d’emplois de ce tour dans Le Corps lesbien : l’on trouve ces constructions avec j/e, avec tu, à la diathèse active, à la diathèse passive, en construction absolue, en construction détachée, etc. Ces occurrences se retrouvent partout dans l’ensemble des cent dix séquences textuelles, sans exclusive.

49Le primat accordé à ce type de configuration syntaxique permet de pointer quelques principes figuratifs à l’œuvre ici :

  • ce qui l’emporte quantitativement et qualitativement dans Le Corps lesbien, c’est la figuration de corps engagés dans des processus actanciels de nature nettement active. Les personnes que sont j/e et tu sont posées comme agissantes ou agies tour à tour, et ne sont plus les seuls supports de prédications attributives. Les corps wittigiens ne sont pas beaux, ou blessés, ou resplendissants, mais ils embellissent autrui ou sont embellis par d’autres corps, blessent ou sont blessés par d’autres corps, resplendissent ou sont resplendis par d’autres corps. L’emploi systématique des déterminants possessifs contraint les parcours interprétatifs stipulés par les verbes, lesquels sont transformés en verbes d’action. On est loin de la pratique du blason, lequel se sert du corps comme support passif et silencieux ;
  • cet usage du déterminant possessif rend les constructions disponibles à la diathèse passive : que manifeste-t-elle, sinon la symétrie fondamentale qui sous-tend l’univers discursif wittigien, entre le sujet agissant et le sujet agi, et le caractère éminemment réversible de ce type de rapport ? Le corps n’est plus ce seul objet que le sujet a à sa disposition, il est le matériau physique dont le j/e ou le tu sont faits et qu’ils font collaborativement ;
  • le recours à la détermination par le possessif permet aussi de contrer tout parcours interprétatif exploitant la notion de possession inaliénable. Au contraire, l’usage wittigien tend plutôt à faire du sujet interprétant du Corps lesbien un sujet plus conscient de la matérialité propre du corps, de son indépendance et de sa singularité. Plus largement, l’écriture wittigienne oblige à faire retour sur cette relation corporelle et à la dépouiller de sa trop grande évidence (le fameux « cela va de soi » de la « pensée straight ») ;
  • en posant ainsi les parties du corps dans leurs singularités et leur indépendance, la syntaxe (en micro-contexte local) participe de la représentation (en macro-contexte global) de la dissémination corporelle, dans une grande cohérence avec d’une part la pratique de la nomenclature qui parcourt l’ensemble du Corps lesbien, d’autre part la thématisation de cette dissémination dans les scènes de démembrement/dissection de certaines séquences textuelles. Cette dissémination se caractérise par sa grande disponibilité axiologique, puisqu’elle advient dans des contextes aussi bien iréniques qu’agonaux : dissémination désirée, et donc désirable, ou dissémination soufferte et souffrante.
  • cette dissémination corporelle élabore aussi une érotique singulière qui opère par une érogénéisation qui n’est plus génitale. Namascar Shaktini19 a bien montré comment, sans être niée ou tue, lʼérogénéisation du Corps lesbien ne se résout pas à certains constituants anatomiques, mais se diffuse à tout membre ou organe. Érotique singulière, avons-nous dit. Il faut compléter : politique particulière qui opère par une relationnalité qui n’est plus capitale (au sens du latin caput). En effet, aucun primat n’est accordé à la tête, au cerveau, à l’esprit : la relation corporelle est déconstruite en tant que rapport vertical hiérarchique et subordonnant, et reconfigurée comme relationnalité strictement horizontale, matérielle et coopérante (ou pas).

50On vient de voir que les choix opérés par l’écriture du Corps lesbien mettent à mal les procédures descriptives et les principes explicatifs généralement avancés par les grammaires. Le texte wittigien entérine l’obsolescence de certaines notions faussement explicatives (car reposant sur des topoï inquestionnés), en remettant violemment en cause les régimes habituels de l’expression du corps en français. Il convient, avant de conclure, de proposer en quelques traits un modèle explicatif alternatif à la coexistence des structures syntaxiques que nous venons de voir, et d’examiner comment, dans ce cadre-là, fonctionne et se singularise l’écriture du Corps lesbien.

51C’est dans un article intitulé « Prédication, actance et zones anthropiques » de François Rastier qu’il est possible de trouver un modèle explicatif alternatif. La théorie de Rastier est une théorie résolument non ontologique, et éthiquement fondée, qui propose de considérer les langues comme les entours sémiotiques dans lesquels les êtres humains vivent, agissent et parlent.

  • 20 F. Rastier, « Prédication, actance et zones anthropiques », dans M. Forsgren, K. Jonasso & H. Kron (...)

À l’hypothèse ontologique nous préférons substituer une hypothèse anthropologique : la prédication ne décrit pas des interactions dans le monde, mais présentifie et ordonne le couplage des individus avec leur entour, par la constitution sémiotique de leur monde propre (l’Umwelt selon Uexküll)20.

52Rastier part du constat que les langues humaines distinguent trois zones anthropiques : zone identitaire (organisée autour du je-ici-maintenant), zone proximale (centrée sur le tu-là-naguère/bientôt) et zone distale (où se situent le il/elle-ailleurs-passé/futur). Ces trois zones ne sont pas à considérer comme des espaces physiques, mais plutôt comme une modélisation topologique à même de rendre compte de la manière dont les locuteurs considèrent et/ou manifestent le rapport de soi à son entour. En outre, ces trois zones ne sont pas dans des rapports disjonctifs, mais fonctionnent selon un régime continu ; l’on passe de l’une à l’autre par « décrochements » :

  • 21 Ibid., p. 9.

Ces décrochements sont généralement grammaticalisés, et font donc l’objet de choix incessants et obligatoires des locuteurs, tout énoncé devant être situé dans au moins une des zones qu’ils délimitent21.

53Ce modèle de portée générale permet de mieux distinguer les patrons syntaxiques précédemment évoqués. Les patrons C, « je lave mes mains », et C’, « je lave tes mains », distribuent les actants syntaxiques dans deux zones : « je » relève de la zone identitaire, « mes mains/tes mains » de la zone proximale. Dans le cas des patrons B, « je me lave les mains », et B’, « je te lave les mains », il faut distinguer les configurations : dans le cas de la configuration réflexive, « je » et « me » occupent la seule zone identitaire (ainsi que « les mains » en tant qu’objet intégré). Dans le cas de la configuration transitive, « je » est en zone identitaire, « te » et « les mains » en zone proximale. Enfin, les patrons D, « je me lave mes mains », et D’, « je te lave tes mains », construisent un cas intermédiaire, au mitan des zones identitaire et proximale (ce pourquoi la formulation syntaxique est sans doute considérée comme non-recevable ou difficilement grammaticale puisqu’advenant au lieu même du décrochement). Selon que seront employés les patrons A, B ou C, sont donc construites des représentations ou des figurations du corps particulièrement variées, au fondement d’expériences sensori-motrices incommensurables entre elles. La syntaxe du Corps lesbien, en recourant préférentiellement à certaines formulations plutôt qu’à d’autres, favorise les patrons distribuant les actants dans au moins deux zones anthropiques : pour le dire autrement, l’écriture wittigienne élabore une représentation du corps humain au-delà de la seule zone identitaire, et c’est sans doute en cela que le corps représenté par ces configurations peut être dit lesbien.

RETOUR AU PRÉDICAT « - LESBIEN »

54Le prédicat « - lesbien » est élaboré par le texte en tant que le corps ainsi figuré est engagé dans des praxis non axiologisées, très nettement réversibles, opérant hors de toute dualité ontologique, éminemment matérialisées et matérialistes, à l’œuvre dans des régimes érotiques et politiques non hiérarchisés et non hiérarchisants.

  • 22 M. Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, p. 804.
  • 23 « La marque du genre » date de 1985, « Le point de vue, universel ou particulier » de 1980, la for (...)

55Ces contenus sémantiques sont inédits, mais anticipent sur les discours critiques, les positions théoriques que Monique Wittig élaborera et articulera par la suite, dans d’autres univers discursifs, loin de la fiction, et ailleurs que sous la couverture des Éditions de Minuit. « La marque du genre », « Le point de vue, universel ou particulier », ou la formule qui a fait florès, « parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes », sont autant de discours dont Le Corps lesbien peut être considéré comme un avant-texte ou un « fondateur de discursivité22 ». Explicitant un certain nombre d’implications politiques et poétiques du Corps lesbien, ces discours théoriques, encore à venir en 1973 quand le texte paraît23, semblent pourtant emprunter une voix/voie plus réduite que ce que propose le texte. Parce que Le Corps lesbien est parcouru par des instabilités sémantiques, il figure des dynamiques de renversement qui en rendent l’interprétation moins assurée et plus précaire.

  • 24 Nous proposons de forger ce néologisme pour insister sur le fait que le texte est susceptible d’in (...)

56S’il importe de déployer la polysémie et les potentialités sémantiques inédites que Le Corps lesbien élabore quant à l’adjectif « lesbien » lorsqu’il est prédiqué du « corps », il importe aussi néanmoins, à un autre niveau, et selon d’autres régimes discursifs, d’en maintenir aussi le contenu sémantique a priori, qui est celui du dictionnaire, et d’en stabiliser le sens. Il importe vraiment d’entendre, et de faire entendre, « lesbien » comme « relatif à l’homosexualité féminine », car dans les espaces sociaux et discursifs extérieurs au Corps lesbien, c’est ainsi que « lesbien » est compris, et visible. Et c’est à ce prix que, au sein de cet entour sémiotique qui est le nôtre et qui est paramétré par les pesanteurs de la « pensée straight », d’autres modes d’aperception, tels que Le Corps lesbien en fournit l’expression ou l’exprimabilité24, sont possibles.

57Il en va de même de cette notion de « possession inaliénable », dont l’écriture wittigienne dénonce l’illusoire puissance heuristique dans la description de la langue et des usages discursifs. Dont acte. Et pourtant, il faut, là aussi à un autre niveau et dans d’autres situations, lutter pour maintenir, en droit, la notion d’inaliénabilité des corps.

58La force du Corps lesbien, les bouleversements que le texte opère chez le sujet interprétant engagé dans sa lecture, tiennent sans doute à ceci, pourtant, que cette œuvre ouvre à qui s’y adonne des espaces discursifs, des entours où se composent, s’inventent de nouveaux modes d’encapacitation (empowerment, tel que traduit par Yves Citton) et d’agence (agency). L’expérience du Corps lesbien par un grammairien est une épreuve, qui oblige à revenir sur des certitudes ou des modes opératoires qui n’ont pour eux que la force de l’évidence ou de l’habitude ; mais c’est une épreuve transformante et gratifiante qui invite à se considérer comme un corps grammaticalisant heureux.

Notes

1 Ceci est une feinte sur laquelle nous reviendrons.

2 G. Hocquenghem, Le Désir homosexuel, Paris [Éditions universitaires, 1972], Fayard, 2000, p. 24-25.

3 Ibid., p. 25.

4 C. Écarnot, L’Écriture de Monique Wittig. À la couleur de Sappho, Paris, L’Harmattan, 2002.

5 D. Bourque, Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme », 2006.

6 En physique on parle de « particules bleues » ou « rouges » : les adjectifs n’ont alors qu’une simple valeur diacritique, puisque les particules ne possèdent pas de couleur. Ils sont donc considérés comme vides sémantiquement.

7 Ces exemples forgés permettent d’étiqueter les domaines d’emploi du nom de partie du corps en français contemporain.

8 Ce critère d’acceptabilité grammaticale n’est pas à considérer comme rédhibitoire ou décisif, puisque les énoncés sont d’une part intelligibles, d’autre part attestés.

9 M. Grevisse, Le Bon Usage, A. Goosse (éd.), Bruxelles, De Boeck & Duculot, 1993 (13e éd.), p. 910.

10 Ibid., p. 910.

11 C. Chamoreau, « Les possessions “aliénables” et “inaliénables”. L’exemple du phurhépecha », Faits de langue, vol. 4, no 7, 1996, p. 71-80.

12 Ibid., p. 71.

13 Jacques Damourette et Édouard Pichon sont surtout connus pour avoir, les premiers, théorisé linguistiquement la « marque du genre », quʼils nomment la « sexuisemblance ». Alors que leur engagement (du côté de lʼAction française) les oppose radicalement à Wittig, leur démarche dʼanalyse, des mots à la pensée, du concret de la langue aux représentations idéologiques, est affine au matérialisme.

14 J. Damourette & É. Pichon, Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, 8 vol., Paris, Vrin, 1911-1952, § 2654. Nous soulignons.

15 La diathèse désigne le mode de distribution des actants sémantiques par rapport au noyau verbal. Elle a pour synonyme, en syntaxe, la « voix » (active vs passive).

16 « Ergatif » désigne un des rôles sémantiques du sujet, lorsque l’actant est doté d’une puissance d’agir maximale (on distingue ainsi « Le chat [ergatif] tourne autour de la table » et « La terre [nominatif] tourne autour du soleil »).

17 M. Herslund, « Partitivité et possession inaliénable », Faits de Langue, vol. 4, no 7, 1996, p. 39.

18 Nous remercions Denis Vigier pour cette remarque.

19 N. Shaktini, “The Critical Mind and The Lesbian Body”, dans N. Shaktini (ed.), On Monique Wittig. Theoretical, Political, and Literary Essays, Urbana/Chicago, University of Illinois Press, 2005. Voir aussi, dans le présent volume, « Le projet matérialiste du Corps lesbien et son matériau anatomique ».

20 F. Rastier, « Prédication, actance et zones anthropiques », dans M. Forsgren, K. Jonasso & H. Kronning (dir.), Prédication, assertion, information, Stockholm, Almqvist & Wiksell International, 1998, p. 443-461 ; texte disponible sur le site Texto ! : http://www.revue-texto.net/index.php?id=526 (extrait cité p. 8 de la version en ligne).

21 Ibid., p. 9.

22 M. Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, p. 804.

23 « La marque du genre » date de 1985, « Le point de vue, universel ou particulier » de 1980, la formule « parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes » est prononcée pour la première fois en 1978.

24 Nous proposons de forger ce néologisme pour insister sur le fait que le texte est susceptible d’interprétations non prédictibles. C’est ainsi laisser la lecture ouverte à d’autres possibles herméneutiques.

Auteur

Maître de conférences en stylistique française à l’Université Lumière Lyon 2, membre du groupe Textes & langue de lʼéquipe Passages xx-xxi. Il a consacré sa thèse de doctorat au phénomène métaphorique dans les romans de Nathalie Sarraute, et publié avec Philippe Wahl La Syllepse, figure stylistique (PUL, 2006). Il a participé à l’édition du Chantier littéraire de Monique Wittig (PUL/Éditions iXe, 2010). Ses travaux portent sur l’articulation entre langue et genre. Il est membre du comité pédagogique et scientifique du master européen ÉGALES (Études de genre et actions liées à l’égalité dans la société).

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search