Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Travailler la langue, travailler le réel

Le projet matérialiste du Corps lesbien et son matériau anatomique

Namascar Shaktini
Traduction de Yannick Chevalier

Texte intégral

1Le Corps lesbien introduit deux protagonistes principaux, le pronom de première personne j/e, et celui de seconde personne tu, qui interagissent dans les cent dix poèmes en prose. Tous deux possèdent des « identités » (image-concept) qui changent d’un poème à l’autre, des « identités » qui couvrent une très large gamme, du protozoaire à la déesse. J/e prend en charge la narration à l’indicatif présent, endosse le rôle d’amante et nous montre le processus d’écriture des mots que nous lisons.

  • 1 Cette phrase n’est pas reprise dans La Pensée straight.
  • 2 É. Benveniste, « La nature des pronoms », Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard, « (...)

2Wittig a décrit Le Corps lesbien comme « une rêverie sur la belle analyse des pronoms je et tu qu’a faite le linguiste Émile Benveniste1 » (“The Mark of Gender”, SM, p. 87), lequel a, comme on sait, défini la subjectivité en rapport avec une « présente instance de discours2 » bien particulière, et a opposé les véritables sujets linguistiques, je et tu, aux non-personnes il et elle (et leur pluriel). J/e explique bien qu’elles n’existent qu’à un niveau purement figuratif ou symbolique, elles ne possèdent aucun référent dans le monde « réel », elles sont des productions livresques : « J/e les connais toutes par leur nom pour les avoir étudiées dans les livres de la bibliothèque. » (CL, p. 72-73) Néanmoins, elles sʼéchappent des livres dans la mesure où l’écrivain se les approprie dans « la présente instance de discours » : « J/e dénombre leurs attributs, j/e considère leur maintien, j/e ne regrette pas que leur sévérité soit restée attachée aux caractères des livres puisqu’elles en sont là devant m/oi si totalement dépourvues. » (CL, p. 73) En corrélation avec ce divorce advenant dans la réalité attribuée à ce elles de troisième personne, j/e, dans la phrase qui suit, semble implicitement prendre une consistance incarnée : « Le cœur m/e bat ». Tout comme la première personne, la seconde personne semble avoir davantage de « réalité » : tu se voit attribuer une identité/couleur immuable (« toi sans changement dans la couleur châtaigne de tes cheveux », CL, p. 74), tandis que les couleurs et les identités attribuées à elles ne cessent de varier (« les transformations les gagnant de proche en proche, l’arc-en-ciel du prisme leur passe sur la figure », CL, p. 74). Le j/e wittigien est la persona de l’écrivain, nous « montrant », au sens matérialiste brechtien, comment l’identité est construite, comment le « réel » est construit (tout ce qui est écrit existe).

  • 3 D. Chisholm, “Lesbianizing Love’s Body : Interventionist Imag(in)ing of Monique Wittig”, dans S. Ne (...)

3Peu de critiques ont appréhendé le livre de Wittig comme un projet matérialiste, ou ont saisi le fait, évident et ironique, que Le Corps lesbien ne possède aucun référent sur un plan empirique. Dianne Chisholm, exceptionnellement, offre une lecture matérialiste du travail le plus expérimental de Wittig. Elle lit Le Corps lesbien « comme “Cheval de Troie” construit à partir de […] matériaux hétérogènes […] et lancé dans l’histoire littéraire où, avec l’aide de la critique féministe, il opérera son travail de transformation matérielle3 ».

4Commençons donc par cet article de Chisholm, “Lesbianizing Love’s Body”, pour examiner avec elle en détail le projet de Wittig et prendre la mesure de l’interprétation qu’elle propose d’un aspect du Corps lesbien qu’ont négligé la plupart des critiques : les listes. À partir d’une lecture anti-essentialiste, Chisholm identifie la nature militante du travail de construction du « corps » par Wittig :

  • 4 En français dans le texte.

Le « corps lesbien » de Wittig ne représente pas un corps réel, physique ou politique ; il n’imag(in)e pas de personnes lesbiennes, ni non plus d’expériences érotiques lesbiennes. Il opère plutôt comme une métaphore-corps [a body-metaphor] : une catachrèse, une métaphore sans référent littéral, qui sert à conceptualiser un corps/corps politique radicalement différent, qui sert à penser au-delà des représentations conventionnelles et naturalisées du corps. Ce n’est pas tout : ce « corps lesbien » est tout à la fois l’inauguration d’une pensée et une critique de la forme, une catachrèse et une parodie. Doublement subversif, le corps lesbien4 de Wittig lance un assaut contre la littérature canonique par le truchement d’un corps d’interventions textuelles. (p. 204)

5Monique Wittig s’identifiait elle-même comme matérialiste, au sens brechtien du terme. Elle mit ses considérables connaissances textuelles et son talent poétique au service de la transformation des images-concepts reçues. Le projet wittigien consiste à effectuer une transformation du TEXTE en tant que composante de tous les textes qui représentent et agissent sur le corps. En vue de commencer à recomposer le corps, Wittig le décompose en parties constitutives que je considère comme une sorte de liste de matériaux – de matériaux de construction. Ces matériaux sont présentés sous la forme d’une liste discontinue intercalée entre les cent dix poèmes en prose du Corps lesbien.

6Dianne Chisholm propose une excellente description de ces listes, qu’elle considère comme des « pages de titre » :

Dans Le Corps lesbien, il y a onze pages, intercalées à peu près toutes les douze pages, régulièrement imprimées, qui présentent des masses de noms du corps féminin en lettres capitales grasses. Ces pages servent de pages de titre qui mettent au premier plan ou « dénudent » la morphologie inhabituelle et défamiliarisante du corps textuel wittigien. (p. 197)

7En 1993, cette lecture saisit pour la première fois, je crois, la parodie wittigienne du phallogocentrisme enraciné dans l’anatomie et dans la pornographie. [Ces pages] parodient des textes illustrés des ouvrages d’anatomie et de pornographie qui exhibent et/ou exploitent le corps féminin

en tant que catégorie de sexe. Les manuels d’anatomie représentent le corps masculin – structure du squelette et musculature mâle – comme corps universel sur lequel se superposent des transparents représentant les viscères et les organes femelles. (p. 197)

8À ces figurations asservissantes du corps féminin, Chisholm oppose la pratique wittigienne du blason qui déplace le champ de vision hétérosexuel :

Dans un effet de contraste radical, Le Corps lesbien blasonne les noms de tous les éléments constitutifs du corps féminin – les os, les nerfs, les muscles, les veines et artères, les organes sensoriels, les organes de la reproduction – en les affichant sous forme d’empreintes massives d’encre noire sur d’opaques pages blanches. L’organisation de ces noms se soucie peu de la classification androcentrée – ou, selon les termes de Luce Irigaray, de la « phallomorphologie » – de la taxinomie anatomique : fonctions et mouvements, affects et sensations sont énumérés au même titre que le système nerveux central ou les principaux muscles moteurs, et les corps vulvaires sont nommés en détail et abondamment comme parties du modèle corporel de base. Contrairement aux pages centrales des magazines pornographiques qui représentent les corps féminins de sorte qu’ils suscitent un regard pénétrant et colonisant, Le Corps lesbien nomme plus qu’il n’illustre les corps, évitant ainsi la spécularisation et déplaçant du même coup le champ de vision hétérosexuel. Plutôt que de représenter le corps féminin comme un tout/trou, Wittig élève un barrage de noms de fonctions et éléments corporels qui, tout en recatégorisant l’anatomie, ne composent pas une image. Bien que le corps féminin soit là tout entier, il ne s’organise pas autour des organes génitaux. Le corps lesbien n’est pas exclusivement ou spécifiquement sexuel, et sa représentation verbale anatomique ne présente aucun objet spéculaire pouvant donner lieu à manipulation imaginaire, pénétration ou mutilation. (p. 197)

9Chisholm offre ainsi un très riche aperçu de la stratégie politique de Wittig qui nous permet de reconquérir, aux dépens de la construction phallogocentrique, l’écriture (et la possession) de nos corps.

10Chisholm repère d’intéressantes similitudes entre Le Corps lesbien et la notion de révolution telle que Norman O. Brown la développe dans Love’s Body : en particulier « la stratégie matérialiste d’une contre-poétique », les « bouleversements [revel] des catégories », la « profusion proliférante d’images », le « symbolisme polymorphe » (p. 199). Mais elle souligne aussi le phallocentrisme de Brown :

  • 5 N.O. Brown, Love’s Body, New York, Random House, 1966, p. 251.

Lorsque [Brown] en appelle à une liberté de parole radicale, il songe d’abord à la logorrhée des « membres indisciplinés » des locuteurs masculins : « Discours resexualisés. Puissance sexuelle, pouvoir linguistique, abolis à Babel et restaurés à la Pentecôte. À Pentecôte, les langues de feu, flammes en forme de membre viril. Faire usage de sa langue, c’est discourir fiévreusement, parler comme on baise, oiseau de feu ou phénix5. » (p. 200-201)

  • 6 Ibid., p. 250.
  • 7 Ibid., p. 15.

11La différence fondamentale entre Love’s Body et Le Corps lesbien a trait au genre [gender]. En dépit de sa description de l’État comme phallocentrique, le polymorphisme selon Brown s’applique presque exclusivement à la libération (sexuelle) des corps mâles. Brown donne comme équivalente à « perversité polymorphe » ou à « pansexualisme » l’expression « omniprésence des pénis6 ». En dépit de sa description de « la politique comme gang-bang » et de l’État comme institution délinquante fondée sur le regroupement militaire de frères soumis au tabou de l’inceste et luttant pour le viol, et opérant de telle sorte qu’il établit la violence faite aux femmes comme une institution publique, Brown ne cesse de mettre l’accent sur le fait que ce sont les hommes qui ont le plus besoin d’être libérés7. À l’encontre d’une politique du viol, il prône une libre mobilisation et une libre déterritorialisation de la sexualité masculine – « l’omniprésence des pénis » se branchant sur d’autres corps, associés dans des rapports sexuels libérés et une disponibilité [free-for-all] de type hom(m)osexuel. La sémiologie lesbienne de Wittig incarne une catégorie du corps politique jusqu’alors non représentée – à savoir le corps des femmes : à ce titre, elle est autrement plus révolutionnaire que celle de Love’s Body. Wittig adopte jusqu’à un certain point la stratégie polymorphe de Brown : dans l’univers lesbien des Guérillères, elle inscrit les vulves partout par des détails voluptueux. Mais ce n’est là qu’une tactique initiale consciente d’elle-même dans la guerre que mène Wittig contre la tyrannie du « tout génital » ou du genre. Le corps lesbien est à ce point englobant qu’il va jusqu’à inclure le langage de la morphologie phallique, et qu’il absorbe et dissout les catégories de la différence sexuelle. Wittig libère le corps de la « tyrannie du génital » non pas en idéalisant des pratiques symboliques telles que la désexualisation, la sublimation ou l’« hom(m)osexualisation » (lesquelles font du masculin le sexe universel), mais en recourant à la tactique inverse qu’est la lesbianisation du polymorphisme symbolique. On peut donc dire que Le Corps lesbien lesbianise Love’s Body, qu’il englobe la sémiologie révolutionnaire de ce dernier dans une totalité érotique plus vaste.

  • 8 En fait, la comparaison entre les livres de Brown et ceux de Wittig me frappa dès 1974, lorsque Nor (...)

12Même si je n’ai nulle raison de croire que Wittig a lu le livre de Brown, je trouve que la comparaison que fait Chisholm est pertinente8. Chisholm comprend que les listes wittigiennes sont révolutionnaires :

Si nous examinons à nouveau ces pages sur lesquelles sont embla-sonnés les noms des guérilléras lesbiennes et les noms du corps lesbien, nous ne trouvons ni tête, ni phallus, en somme aucun élément corporel suprématisant qui représente ou organise et mobilise la totalité du corps/corpus. Si nous examinons plus attentivement ces pages du Corps lesbien, nous percevons par contre un « bouleversement des catégories », en particulier une orgie païenne de néologismes dont la sémiologie polymorphe vise à saper la rigidité catégorielle de la physiologie classique. (p. 199)

13Le procédé des listes, précise Chisholm, ne se réduit pas à une simple liste d’éléments anatomiques :

Sont énumérées sur le même plan que les habituelles composantes corporelles, telles que le système digestif, le système nerveux central, le réseau de la circulation sanguine, des catégories corporelles jamais jusqu’alors retenues dans les classements, telles que « LA NUTRITION L’ÉLIMINATION LA DÉFÉCATION LA REPRODUCTION [XX + XX = XX] LES RÉACTIONS LE PLAISIR […] LES CRIS LES VAGISSEMENTS LES GÉMISSEMENTS LES MURMURES LES RAUCITÉS LES SANGLOTS LES PLEURS LES HURLEMENTS LES VOCIFÉRATIONS LES PAROLES LES SILENCES LES CHUCHOTEMENTS LES MODULATIONS LES CHANTS LES STRIDENCES LES RIRES LES ÉCLATS DE VOIX LA LOCOMOTION » [CL, p. 144-145].
Inclus parmi les noms de groupes musculaires tels que les abducteurs et les adducteurs, nous trouvons « LES CONGÉNÈRES LES ANTAGONISTES […] LES ACCESSOIRES LES DROITS LES OBLIQUES LES ORBICULAIRES » [CL, p. 96-97]. Parmi les noms d’articulations telles que les genoux, les poignets, les chevilles et les épaules, on trouve « LA MARCHE LA REPTATION LA COURSE LES SAUTS LES BONDS LES RECULADES LA GESTICULATION LES TREMBLEMENTS LES CONVULSIONS […] LA PRÉHENSION […] LES EMBRASSADES » [CL, p. 160-161]. Dans le domaine cutané, se trouvent « LES ARÉOLES […] LES ÉCORCHURES LES RIDES LES AMPOULES LES GERÇURES LES CLOQUES LE HALE LES GRAINS DE BEAUTÉ » [CL, p. 50]. Au milieu des noms des principales artères comme l’aorte et la carotide, il y a « LA MAMAIRE […] LES COAGULATIONS LES FIGEMENTS LES CONCRÉTIONS […] LES SOLIDIFICATIONS » [CL, p. 80-81]. L’ensemble de ces éléments jamais jusqu’alors nommés s’adjoint au corps lesbien, corps non hiérarchique, non catégorisable, hétérogène. Le symbolisme polymorphe wittigien imag(in)e une économie libidinale et politique entièrement différente. (p. 199-200)

14La très minutieuse lecture politique que Dianne Chisholm propose des listes nous permet de comprendre une dimension essentielle du projet matérialiste de Wittig. Ces listes éclairent le MATÉRIAU [MATTER] dont est fabriqué Le Corps lesbien.

  • 9 K. Martindale, “Author(iz)ing the Body : Monique Wittig, The Lesbian Body and the Anatomy Texts of (...)

15Par contraste, je montrerai qu’une autre lecture critique du Corps lesbien, celle de Kym Martindale9, échoue à comprendre le projet politique de Wittig. Même si l’essai de Martindale, qui date de 2001, reprend certains points de la démonstration de Chisholm et offre une solide argumentation féministe en faveur d’un rapprochement et d’une comparaison entre Wittig et Vésale, la révolution épistémologique en cours dans Le Corps lesbien n’est pas perçue. Contrairement à Chisholm, qui considère Le Corps lesbien comme un Cheval de Troie, Martindale ne semble pas réaliser que Wittig est en lutte, avec ses propres mots, contre le sujet phallique. Comme le dit Wittig, « il y a lieu pour un, une minoritaire de s’introduire dans le champ (de bataille) privilégié qu’est la littérature où s’affrontent les tentatives de constitution du sujet » (PS, p. 90-91). Martindale ne fait pas le départ entre le sujet hégémonique (du phallogocentrisme) et les sujets minoritaires. Elle s’inscrit dans un courant que critique Wittig :

Je ne sais pas qui va profiter de cet abandon des opprimés à un courant qui va les rendre de plus en plus impuissants, en ce qu’ils ont perdu la faculté d’être des sujets de leur discours avant même de l’avoir obtenue. Je dirais que nous ne pouvons renoncer qu’à ce que nous avons déjà. Et j’aimerais renvoyer les représentants des dominants dos à dos, d’où qu’ils viennent, du parti de l’Un ou du parti de l’Autre. (PS, p. 98)

  • 10 Ibid., p. 353.

16Martindale reproche à Wittig (comme d’autres ont pu se plaindre de Brecht et d’autres écrivains qui assument un point de vue politique en vue d’une révolution épistémologique) que « son ton soit éducatif ». Et elle déplore avec véhémence que Wittig expose explicitement « le projet du Corps lesbien plutôt que de faire confiance au lecteur pour qu’il en perçoive le projet10 ». Il est vrai que Wittig ne fait pas confiance aux amateurs de pornographie, à ces « lecteurs » et « écrivains » exploiteurs des « corps lesbiens ». En fait, Wittig m’expliqua un jour que l’image d’ouverture du Corps lesbien avait été expressément créée et placée à l’incipit pour rebuter ces lecteurs en quête de pornographie. Mais Martindale interprète le geste de riposte wittigien comme une crainte :

  • 11 Ibid., p. 354.

dans sa non-pluralité, le roman nous abandonne, car dans sa fermeture sur lui-même gît la crainte : crainte des autres qui ne sont pas lesbiens, crainte d’être narré, et conséquemment, crainte de toute narration sur laquelle le narrateur n’a pas prise. [Le Corps lesbien] est un monde clos exclusivement lesbien11.

17Je dirais plutôt que, dans la mesure où Wittig, par le biais du narrateur lesbien, j/e, auquel elle recourt systématiquement, lesbianise l’univers textuel, tous les lecteurs, dans l’activité de production du sens, sont eux-mêmes conduits à adopter une position lesbienne. Dire cela, ce n’est pas dire que l’univers du Corps lesbien est uniquement destiné aux lecteurs qui abordent le texte en tant que lesbiennes déclarées. De même, les textes du canon littéraire, hétérosexuels et phallogocentriques, ne sont pas destinés aux seuls lecteurs qui abordent les textes avec une identité phallique et hétérosexuelle. Nous sommes tous, quels que soient notre genre ou notre orientation sexuelle, contraints, en tant que lecteurs de textes canoniques, d’assumer la position par défaut du sujet hétérosexuel phallique ; cela est particulièrement le cas lorsque les textes sont, pour reprendre le terme de Brecht, « aristotéliciens », c’est-à-dire qu’ils reposent sur une relation d’identification avec le personnage (d’ailleurs, ne nous identifions-nous pas, en tant que lecteurs, au personnage réaliste stendhalien qu’est Julien Sorel, et à ses exploits phalliques et hétérosexuels ?). L’œuvre de Wittig, tout comme le théâtre « épique » de Brecht, est anti-aristotélicienne. Elle use de tous les moyens pour maintenir à distance le lecteur. Il ne s’agit donc pas pour le lecteur wittigien de « s’identifier » au « personnage lesbien » (puisqu’il n’y a pas de vrai personnage dans Le Corps lesbien). Ce qu’exige Wittig de ses lecteurs (quels que soient leurs positionnements), c’est de devenir des sujets cognitifs, c’est qu’ils se mettent à « voir » la matérialité du langage, à « voir » les constructions phalliques qu’il véhicule. Il est redoutablement difficile de percevoir le phallogocentrisme depuis une position centrale. Le point de vue le plus adéquat, pour le sujet cognitif désireux de l’observer, est la position la plus périphérique, celle de la lesbienne. La stratégie de Wittig consiste donc à choquer les lecteurs en les délogeant du positionnement phallocentrique qui est le leur lorsqu’ils abordent un texte, et son texte.

18Pour que ses lecteurs matérialistes, en tant que sujets cognitifs, puissent voir au-delà des idéologies hégémoniques du corps, Wittig fait le choix d’un vocabulaire anatomique qui est l’instrument grâce auquel elle construit un corps fictif :

  • 12 “Some Remarks on The Lesbian Body”, dans N. Shaktini (ed.), On Monique Wittig. Theoretical, Politic (...)

Si j’ai utilisé le vocabulaire anatomique pour dessiner le corps humain, je me le suis approprié pour mon propre usage. Tout le lexique dans la fiction du Corps lesbien est dès lors dérivé d’un vocabulaire anatomique rigoureux. Je me suis ainsi approprié un ensemble précis de mots avec lequel on puisse parler du corps sans recourir aux métaphores, pour rester pratique et pragmatique, sans sentimentalité ou romantisme. Cela obéissait à une vieille idée que j’avais, selon laquelle le lecteur devait connaître a priori les mots que l’écrivain utilisait. Sur ma page blanche, je pouvais commencer à bâtir. Le vocabulaire anatomique est une première base de cette construction. Je lui ai fait traverser de part en part le livre, en vue d’en montrer le caractère instrumental […]. Ce lexique anatomique est froid, distant, et je l’ai utilisé comme un outil pour entrecouper les masses textuelles dédiées à l’amour. D’un autre côté et inversement, s’imposait à moi la nécessité de recourir à une certaine violence textuelle pour métaphoriser la passion charnelle12.

19Le vocabulaire anatomique que nous avons rencontré dans les listes fournit aussi une première base dans la construction des poèmes en prose. De fait, l’identité de l’anatomiste est explicitement attribuée à l’un des protagonistes, tu, et la scène de dissection est semblable à celle de Vésale, en extérieur (CL, p. 62-63). Il pourra donc être utile, dès lors, d’examiner plus en détail le rapprochement et les différences que propose Martindale entre Wittig et Vésale.

  • 13 K. Martindale, “Author(iz)ing the Body : Monique Wittig, The Lesbian Body and the Anatomy Texts of (...)

20Kym Martindale souligne à juste titre que « Le Corps lesbien de Monique Wittig subvertit l’autorité des manuels d’enseignement d’anatomie, et questionne la prétention de ceux-ci à l’objectivité en lesbianisant les textes d’André Vésale13 ». Mais c’est à tort, comme je voudrais le montrer, qu’elle suggère que Wittig se pose elle-même comme une autorité en matière de « corps ». Certes, selon moi, Wittig lesbianise les textes de Vésale, et quantité d’autres auteurs, figures et théories, et elle recourt très manifestement au lexique – anatomique – du discours de Vésale pour décrire le corps. Mais je nie que Wittig se pose comme autorité à la manière de Vésale.

21Ironiquement, c’est de l’autorité de Galien, entre autres, que dérive l’autorité de Vésale, malgré sa dénonciation de ses prédécesseurs. La vue (mâle) du corps femelle disséqué à la Renaissance a suivi la prescription du livre de Galien. L’autorité phallogocentrique millénaire l’a emporté sur la nouvelle dissection de l’anatomie. Le point de vue idéologique informe ce qu’on voit.

  • 14 T. Laqueur, Making Sex : Body and Gender from the Greeks to Freud, Cambridge/Londres, Harvard Unive (...)

22C’est la conclusion du livre de Thomas Laqueur, Making Sex14. Voilà l’autorité anatomique. Mais cela n’a rien à voir avec l’approche wittigienne de l’anatomie, comme nous allons le constater.

23Wittig emploie explicitement le mot « anatomie » une seule fois. J/e rit et parle tandis que tu, au moyen d’un scalpel, est en train de la disséquer :

L’eau fait grésiller m/es nerfs en étoile les plexus brachiaux les lombaires les plexus sacrés. Il fait un sacré temps ici dehors où j/e suis entre tes mains très promptement opérée. Le scalpel habilement manié par tes mains adorables a détaché écarté les muscles. J/e suis une toile d’araignée de nerfs tout à fait pareille aux dessins des précis d’anatomie. Tu dis m/a chérie que tu m/e vois à travers. Tu m/e décris l’eau dégouttant des feuilles d’arbre et même la forme qu’elles ont et même la couleur. Il m/e pleut, c’est une musique que peu d’oreilles féminines ont coutume d’entendre ainsi. Pardonne si j/e ris, elle énerve elle énerve prodigieusement cette pluie tandis que toi du plus fin bout de tes doigts tu m/e joues intensément, j/e suis touchée dans m/es nerfs brachiaux dans m/es circonflexes dans m/es cubitaux dans m/es radiaux dans m/es branches terminales, vous toutes j/e tiens à dire que c’est là le plus exquis, j/e suis touchée dans m/es faciaux dans m/es maxillaires, à ce point-là m//éclatent des trombes lumineuses, j/e ne sais pas si c’est l’orage là au-dehors ou des messages de m/on cerveau de m/es yeux que j/e ne peux pas ouvrir, des centaines de globes par seconde orange partent et s’y reprécipitent, l’intensité est trop forte, j/e crois que j/e ne peux pas y tenir, j/e m//évanouis, mais pas avant que m/es saphènes soient touchés, qui l’eût cru m/a Sappho, pas avant que m/es grands sciatiques bougent ou que m/es nerfs tibiaux soient pris de soubresauts incontrôlables, pas avant que j/e dise j/e ne sais pas de quel nom t’appeler toi qui à présent poses tes deux mains tout entières sur m/es plexus brachiaux. (CL, p. 62-63)

24Wittig insiste sur le fait que la scène se déroule en extérieur : c’est là une référence manifeste à la fameuse page de titre de l’Épitomé de Vésale. Contrairement aux habitudes contemporaines où la dissection se fait en milieu fermé, l’opération de Vésale a lieu à l’extérieur, tout comme celle de Wittig. Les éditeurs de Vésale mettent l’accent sur cet espace extérieur sur la page de titre :

  • 15 J.B. de C.M. Saunders & C.D. O’Malley, The Illustrations from the Works of Andreas Vesalius of Brus (...)

La scène représente une dissection publique menée par le jeune Vésale […]. L’événement a lieu au grand air […] devant un bâtiment à l’architecture ouvragée et non, comme on le croit trop souvent, dans un théâtre. Le fait qu’il s’agisse d’un espace extérieur est indiqué par la végétation grimpante sur la gauche, ornant les maçonneries de la voûte. Conformément aux usages des dissections publiques, une estrade de bois était temporairement élevée pour améliorer le confort des spectateurs15.

  • 16 K. Martindale, “Author(iz)ing the Body : Monique Wittig, The Lesbian Body and the Anatomy Texts of (...)

25Il importe de noter que Martindale choisit, pour traduire Précis d’anatomie, de recourir à la formule « manuels scolaires d’anatomie », ce qui est plus imprécis et peut-être davantage autoritaire [authoritative], lorsqu’elle soulève la question de l’autorité de Wittig [Wittig’s authoritativeness] : « Peut-on dire du Corps lesbien […] qu’il soutient ou questionne les notions de contrôle auctorial [authorial control] et d’autorité textuelle [textual authority] ? » Martindale se demande « si Wittig, en tant qu’auteur, doit conserver la maîtrise sur son texte et sur sa “lesbienne”, et comment ». Elle suggère que « si elle a à imprimer ce “lesbien” sur son texte et sur ce corps […], [Wittig] pourrait bien être contrainte de surveiller son texte/corps aussi précautionneusement que Vésale contrôle ses manuels scolaires d’anatomie. Le Corps lesbien maintient son contrôle auctorial », conclut-elle, car il est « bien en peine de définir le lesbien par et avec ses propres mots, et ne peut donc se permettre de relâcher son autorité16 ».

26Remarquons que Martindale confond deux actes auctoriaux bien distincts : définir l’autre et se définir soi.

27Que Wittig échoue à renoncer à tout contrôle auctorial, comme le soutient Martindale, ce serait sérieusement remettre en cause son projet. À l’époque révolutionnaire de la fin des années 1960, Wittig, en tant que lesbienne matérialiste anarchisante, commença à contester l’autorité livresque. Les Guérillères est une expérimentation narrative brechtienne en ce que ce livre « montre » le problème de l’hégémonie pronominale du point de vue d’un sujet minoritaire : elles. Elles est très rarement employé pour désigner en français les êtres humains, parce que le féminin pluriel est généralement évincé par la suprématie grammaticale du masculin. Wittig transforme ce « pronom minoritaire » en « héros » engagé dans l’attaque. Le corps sexué est narré du point de vue fluctuant des elles – point de vue qui ne se fixe pas, mais est engagé dans une dynamique en rapport avec un contexte historique en évolution. N’importe quel point de vue produit une idéologie. Wittig nous prévient des dangers qu’encourt tout sujet susceptible de croire en sa propre idéologie, au sens absolu du terme :

Elles disent qu’on leur a donné pour équivalents la terre la mer les larmes ce qui est humide ce qui est noir ce qui ne brûle pas ce qui est négatif celles qui se rendent sans combattre. Elles disent que c’est là une conception qui relève d’un raisonnement mécaniste. Il met en jeu une série de termes qui sont systématiquement mis en rapport avec des termes opposés. Ses schémas sont si grossiers qu’à ce souvenir elles se mettent à rire avec violence. Elles disent qu’elles peuvent tout aussi bien être mises en relation avec le ciel les astres dans leur mouvement d’ensemble et dans leur disposition les galaxies les planètes les étoiles les soleils ce qui brûle celles qui combattent avec violence celles qui ne se rendent pas. Elles plaisantent à ce sujet, elles disent que c’est tomber de Charybde en Scylla, éviter une idéologie religieuse pour en adopter une autre, elles disent que l’une et l’autre ont ceci de commun c’est qu’elles n’ont plus cours. (G, p. 111-112, nous soulignons)

28Elles, agissant comme un héros épique collectif brechtien, « montrent » la manière dont le corps sexué est idéologiquement construit. En réponse à l’idéologie phallocentrique hégémonique, elles élaborent une idéologie vulvocentrée ; mais là où le phallocentrisme est autoritaire, comme nous allons le voir, le vulvocentrisme ne l’est pas. Tout en élaborant cette idéologie vulvocentrique, elles nomment leur propre corps : « Elles disent qu’étant porteuses de vulves elles connaissent ce qui les caractérise. » (G, p. 41) Lʼalternative, selon Wittig, est soit que chacune de nous puisse avoir le contrôle de son corps, soit que nos corps soient contrôlés par ceux qui possèdent quelque autorité sur autrui. Martindale ne semble pas distinguer suffisamment les sujets qui, dans l’acte de nomination, exercent une autorité sur autrui, et les sujets qui, en nommant, reconquièrent leur propre corps.

  • 17 N. Shaktini, “The Critical Mind and The Lesbian Body”, dans N. Shaktini (ed.), On Monique Wittig, o (...)

29Le titre même de l’essai de Martindale confond « être l’auteur du corps » et « autoriser le corps » : “Author(iz)ing the Body”. Bien qu’il soit évident que Wittig, comme Vésale, écrit le corps [authors the body], je défends l’idée que Wittig ne l’autorise pas. D’abord, comme on l’a déjà dit, anatomiquement il n’existe rien de tel que « le corps lesbien ». J’ai montré ailleurs17 que Le Corps lesbien est ironique ; c’est une métaphore, une catachrèse, sans référent dans le monde des choses. Il n’est qu’un signifiant sans signifié. En tant que lecteurs du Corps lesbien, nous participons à la déconstruction/construction/déconstruction/construction (dans un processus sans fin) textuelle du corps. En tant qu’êtres inscrits dans une historicité, nous sommes aussi des lecteurs. Nous « interprétons » les corps de chair et de sang en tant qu’ils signifient pour nous. Nous construisons cette signification. Si nous autres, en tant que personnes, devenons sujets du désir (sujets au désir), nous opérons une « cathexis » – nous investissons notre libido dans autrui, et, en tant que corps, dans le corps d’autrui : nous construisons ce corps autre comme objet érotique. Et ce, quelle que soit la forme qu’adopte notre perversité polymorphe (pour employer la terminologie freudienne). Les lesbiennes et les gays sont, dans nos sociétés, identifiés sexuellement, contrairement aux femmes et aux hommes, lesquels sont identifiés par leurs organes de reproduction et par l’échange des femmes. Les lesbiennes et les gays ne peuvent être distingués des femmes et des hommes d’un point de vue anatomique, et quelquefois passent d’une catégorie à l’autre. Tout changement dans l’orientation sexuelle (bien plus fréquent que le changement que vivent les individus transgenres ou transsexuels) n’a aucun rapport nécessaire à l’anatomie.

30Vésale, à l’inverse, décrit avec des termes et dépeint dans les planches de ses manuels d’anatomie des « choses » réelles, des objets incarnés empiriques qu’il dissèque physiquement devant témoins. Même s’il envisage et représente le corps, dans l’Épitomé, par le biais des idées dont il hérite via l’anatomie conventionnelle de son temps (celle de Galien), chaque élément est réputé avoir un référent dans le monde physique. Le corps réel dessiné par Vésale est aussi un corps textuel au sens où il est lu. Nonobstant son statut empirique, c’est une construction tout comme Le Corps lesbien. Néanmoins, Le Corps lesbien est, comme le souligne Wittig, une fiction. Elle constate en 1975 :

  • 18 “Author’s Note”, The Lesbian Body, New York, Morrow, 1975, p. 9-10.

Notre réalité est la fiction telle qu’elle est socialement acceptée, nos symboles nient les symboles traditionnels et sont des fictions pour la culture masculine traditionnelle, et nous possédons une fiction complète dans laquelle nous nous projetons et qui est déjà une réalité possible18.

31Et elle précise encore plus tard :

  • 19 “Some Remarks on The Lesbian Body”, art. cit., p. 46.

Mais revenons-en à mon chantier littéraire. […] me viennent ces mots : Le Corps lesbien. […] C’est ainsi que le livre s’est mis à exister : par l’ironie. Le « corps », un mot dont le genre est masculin en français, et le mot « lesbien » pour le qualifier. En d’autres termes, « lesbien » associé à « corps » m’a semblé déstabiliser la notion générale du corps. […] Ainsi était mon « corps lesbien » : une sorte de paradoxe, mais pas vraiment, une sorte de blague mais pas vraiment, une sorte d’impossibilité mais pas vraiment19.

32Les corps qu’élaborent [authored] Wittig et Vésale n’ont pas les mêmes statuts référentiels.

33De plus, même si Wittig et Vésale sont tous deux des auteurs, ils n’occupent pas les mêmes positions de sujets historiques réels et ne possèdent pas une autorité sociale équivalente. Certes, tous deux questionnent l’autorité anatomique de leur temps, tous deux sont désapprouvés par l’Église, mais les conditions sociales concrètes de leur écriture et de la diffusion de leur œuvre sont très différentes. Lorsque Vésale élabore son œuvre au milieu du xvie siècle, il bénéficie d’une position d’autorité. Son père étant apothicaire impérial, il a été dès le départ en rapport avec l’Empereur. Par la suite, il dédiera l’Épitomé à son protecteur, l’Empereur Charles V, dont il devint le chirurgien. Le public exclusivement masculin de ses séances de dissection était constitué des notables de la ville. Wittig, à l’inverse, est née dans une famille où le père était ouvrier et où la mère venait d’une famille de paysans (même si, par la suite, la famille connut une ascension sociale). Comme nombre de lesbiennes, Monique Wittig a vécu une vie marginale pendant une grande part de sa vie d’adulte. Elle n’eut aucun emploi fixe jusqu’en 1990, lorsqu’elle obtint un poste à l’Université de l’Arizona, longtemps donc après avoir écrit Le Corps lesbien. Son œuvre s’est diffusée dans des cercles de lecteurs minoritaires ou chez des penseurs radicaux qui s’identifient à des communautés minoritaires (femmes, lesbiennes, gays, queers, transgenres, transsexuel.le.s). En termes historiques, Wittig, à l’inverse de Vésale, peut être considérée comme un sujet minoritaire.

34En outre, Wittig et Vésale adoptent des positions de sujets discursifs très différentes. Vésale pose son je comme sujet radicalement distinct de l’objet de sa dissection. Vésale est un sujet qui parle « objectivement » à d’autres sujets de cadavres ou d’« objets » qu’il dissèque : il opère une dichotomie radicale entre les sujets et les objets. Les objets sont absents du discours, pour reprendre l’expression de Benveniste, ce sont les non-personnes. À l’inverse, le j/e de Wittig est un sujet clivé. Si le j/e dissèque, le j/e est aussi disséqué : en tant que j/e endossant le rôle [persona] de l’anatomiste, mais aussi en faisant endosser cette identité au tu avec lequel le j/e entretient une relation de réciprocité identitaire. Le j/e et le tu se construisent et se déconstruisent l’un l’autre. Dans la relation intersubjective discursive, peuvent être « disséquées » aussi bien la première que la deuxième personne. Wittig pose le j/e comme un sujet clivé, tout à la fois sujet et objet de la dissection qu’elle évoque.

35Wittig évite aussi la position de sujet absolu par l’usage original qu’elle fait de la syntaxe, comme Dominique Bourque et Marthe Rosenfeld l’ont fait remarquer. Bourque relève plusieurs exemples limites où Wittig recourt à la tournure passive pour neutraliser la polarisation sujet/objet de la langue, c’est-à-dire la domination par le sujet de l’objet. L’utilisation outrancière de la forme passive neutralise cette polarisation structurelle, cette domination du sujet sur l’« objet » : « j/e ne suis pas vue par toi » (CL, p. 10), « j/e suis désirée par toi » (CL, p. 108-109.), « tu es par moi surprise tout entière, tes seins sont touchés, ta gorge est touchée » (CL, p. 164). Dominique Bourque cite en outre l’article de Marthe Rosenfeld qui pointe les transgressions syntaxiques telles que la transitivisation de verbes intransitifs visant à favoriser la représentation de la complexité des relations humaines :

  • 20 D. Bourque, Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig, Paris, L’Har (...)

En utilisant des verbes intransitifs tels que “résonner”, “venir”, “jaillir”, “plonger”, “s’approcher”, “pleuvoir” avec des compléments d’objet directs, Monique Wittig crée une syntaxe [...] qui facilite l’expression des rapports entre le moi, l’autre et le monde. [...] De même la copule, qui ailleurs renforce l’identité du sujet logocentrique, s’est transformée ici en verbe transitif pour communiquer la sensation des échanges infinis entre des sujets lesbiens [c’est-à-dire hors sexuation] [...] : “j/e te suis tu m//es irréversiblement m/a plus aimée” [CL, p. 135]20.

  • 21 N. Shaktini, The Problem of Gender and Subjectivity Posed by the New Subject Pronoun “j/e” in the W (...)
  • 22 K. Martindale, “Author(iz)ing the Body : Monique Wittig, The Lesbian Body and the Anatomy Texts of (...)

36Ce sont là les raisons que j’avance pour dire que Martindale a doublement tort de dire que Wittig est un auteur autoritaire [an « authorizing » author] et que le corps qu’elle écrit est assujetti [ authorized]. À cela s’ajoute une autre erreur, plus secondaire : Kym Martindale discute longuement des noms du corps qu’emploie Wittig, sans avoir consulté le concordancier lexical qu’elle mentionne pourtant dans sa bibliographie21 : il lui serait apparu que le terme « matrice » apparaît deux fois (une occurrence dans les listes, une autre dans un poème), le terme « utérus » apparaît trois fois (dans les poèmes). Martindale a cependant raison de mentionner que pour Vésale (conformément au point de vue de Galien qu’il adopte dans ses observations), « dans l’anatomie de la femme, l’attention se porte spécifiquement sur l’utérus, sur le lieu de la reproduction22 ».

  • 23 N.O. Brown, Love’s Body, op. cit., p. 265.
  • 24 Ibid., p. 264.

37Pour reprendre le corps féminin, Monique Wittig doit voler le logos du sujet phallique, qu’il soit divin ou séculier. La voix ardente du logos s’affirme comme innommable, sinon par « je suis » ou « je serai » adressé à Moïse (Exode, III, 14). Dans la Genèse (I, 1-5) et l’Évangile selon saint Jean (I, 1-4), logos est le Verbe, le principe premier, qui fait advenir le monde à l’existence, par le biais du rapport Père/Fils via la matrice silencieuse. Brown nous rappelle que « à Lifu, une des Loyalty Islands, l’organe sexuel est dit “Sa parole”. La parole spermatique. Le semeur sème la parole23 ». La matrice dans laquelle la parole est semée est le silence24. Et il conclut son livre en soutenant la thèse d’un modèle unisexuel du corps : « l’organe sexuel » qu’il évoque est l’organe mâle universel.

  • 25 “Some Remarks on The Lesbian Body”, art. cit., p. 46.

38Le j/e et le corps du Corps lesbien sont excommuniés par la « parole spermatique ». Le Corps lesbien, même s’il n’est qu’une construction, offre un espace d’où une subjectivité auparavant supprimée peut lutter pour dépasser le clivage binaire qui a informé notre langage pendant des millénaires. En situant son j/e à la jonction (/) de la dichotomie corps/esprit, telle qu’elle est posée comme dogme par le Verbe fait Chair, Monique Wittig a nié la négation sur laquelle la parole spermatique s’est érigée comme signifié transcendental. “The fire between [her] teeth25 ”, Wittig a décentré le logos « innommable ».

Notes

1 Cette phrase n’est pas reprise dans La Pensée straight.

2 É. Benveniste, « La nature des pronoms », Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1966, p. 252.

3 D. Chisholm, “Lesbianizing Love’s Body : Interventionist Imag(in)ing of Monique Wittig”, dans S. Neuman & G. Stephenson (eds.), Reimagining Women : Representations of Women in Literature, Toronto, University of Toronto Press, 1993, p. 212.

4 En français dans le texte.

5 N.O. Brown, Love’s Body, New York, Random House, 1966, p. 251.

6 Ibid., p. 250.

7 Ibid., p. 15.

8 En fait, la comparaison entre les livres de Brown et ceux de Wittig me frappa dès 1974, lorsque Norman O. Brown (Noby) était mon professeur d’histoire de la conscience, à l’Université de Californie de Santa Cruz. Même si nous débattions férocement de la question de son sexisme, j’ai appris de Love’s Body que « les vraies significations des mots sont des significations corporelles » (ibid., p. 265).

9 K. Martindale, “Author(iz)ing the Body : Monique Wittig, The Lesbian Body and the Anatomy Texts of Andreas Vesalius”, European Journal of Women’s Studies, no 8.3, 2001, p. 343-358.

10 Ibid., p. 353.

11 Ibid., p. 354.

12 “Some Remarks on The Lesbian Body”, dans N. Shaktini (ed.), On Monique Wittig. Theoretical, Political, and Literary Essays, Urbana/Chicago, University of Illinois Press, 2005, p. 46.

13 K. Martindale, “Author(iz)ing the Body : Monique Wittig, The Lesbian Body and the Anatomy Texts of Andreas Vesalius”, art. cit., p. 343.

14 T. Laqueur, Making Sex : Body and Gender from the Greeks to Freud, Cambridge/Londres, Harvard University Press, 1990.

15 J.B. de C.M. Saunders & C.D. O’Malley, The Illustrations from the Works of Andreas Vesalius of Brussels, New York, Dover, 1950, p. 42.

16 K. Martindale, “Author(iz)ing the Body : Monique Wittig, The Lesbian Body and the Anatomy Texts of Andreas Vesalius”, art. cit., p. 344-345.

17 N. Shaktini, “The Critical Mind and The Lesbian Body”, dans N. Shaktini (ed.), On Monique Wittig, op. cit., p. 150-159.

18 “Author’s Note”, The Lesbian Body, New York, Morrow, 1975, p. 9-10.

19 “Some Remarks on The Lesbian Body”, art. cit., p. 46.

20 D. Bourque, Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme », 2006, p. 131-132.

21 N. Shaktini, The Problem of Gender and Subjectivity Posed by the New Subject Pronoun “j/e” in the Writing of Monique Wittig [1981], thèse de PhD non publiée, Université de Californie de Santa Cruz. Résumé no 8218623, Dissertation Abstracts International, Ann Arbor, University Microfilms International, avril 1983.

22 K. Martindale, “Author(iz)ing the Body : Monique Wittig, The Lesbian Body and the Anatomy Texts of Andreas Vesalius”, art. cit., p. 349.

23 N.O. Brown, Love’s Body, op. cit., p. 265.

24 Ibid., p. 264.

25 “Some Remarks on The Lesbian Body”, art. cit., p. 46.

Auteur

Portait à l’époque le nom de son ex-mari, Margaret Stephenson, a vécu en France de 1967 à 1971. Elle a étudié à la Sorbonne et à l’École pratique des hautes études où elle a notamment suivi le séminaire de Barthes sur S/Z. Elle a milité dès le début du mouvement de libération des femmes. « L’Américaine non identifiée » par la presse lors de l’action devant l’Arc de Triomphe le 26 août 1970, aux côtés de Monique Wittig et de Christiane Rochefort, c’est elle. La fondatrice du groupe des Polymorphes perverses, dédié à l’étude de la « politique sexuelle » à partir des textes de Freud et de Marcuse, c’est encore elle. De retour aux États-Unis, Margaret Stephenson décide de s’identifier autrement que filialement ou maritalement. C’est donc sous le nom de Namascar Shaktini qu’elle entre à l’Université de Californie de Santa Cruz où elle soutient en 1981 son doctorat en histoire de la conscience. Elle a enseigné en Californie, en Oregon et en Floride où elle est actuellement professeur de littérature française à la Florida Atlantic University. Elle a publié de nombreux articles consacrés à Monique Wittig et a notamment dirigé le volume On Monique Wittig. Theoretical, Political, and Literary Essays (University of Illinois Press, 2005).

Yannick Chevalier (Traducteur)

Maître de conférences en stylistique française à l’Université Lumière Lyon 2, membre du groupe Textes & langue de lʼéquipe Passages xx-xxi. Il a consacré sa thèse de doctorat au phénomène métaphorique dans les romans de Nathalie Sarraute, et publié avec Philippe Wahl La Syllepse, figure stylistique (PUL, 2006). Il a participé à l’édition du Chantier littéraire de Monique Wittig (PUL/Éditions iXe, 2010). Ses travaux portent sur l’articulation entre langue et genre. Il est membre du comité pédagogique et scientifique du master européen ÉGALES (Études de genre et actions liées à l’égalité dans la société).

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search