Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Travailler la langue, travailler le réel

Présentation

Benoît Auclerc

Texte intégral

1Il s’agit ici d’entrer plus avant dans le « chantier littéraire » de Monique Wittig, d’étudier ce qu’elle fait à la langue et, partant, ce qu’elle escompte faire au réel. L’esthétique de Wittig est en effet fondée sur la conviction forte d’un façonnement du réel par le langage – ce que parfois elle appelle la « plastie du langage sur le réel » (ChL, p. 46) –, donc d’une responsabilité formelle de l’écrivain. Entrer dans le détail de la fabrique des textes et de leur texture, c’est ainsi interroger dans le même temps ce qu’effectuent les textes et ce qu’ils proposent à leurs lecteur.rice.s de faire.

2Les quatre études ici réunies interrogent plus particulièrement les rapports problématiques que les textes de Wittig instaurent avec les représentations dominantes de la réalité, à travers notamment la question de la référence : qu’est-ce qu’un « corps lesbien » (Yannick Chevalier, Namascar Shaktini) ? Qu’est-ce qu’un « opoponax » – dans le dictionnaire, dans le livre qui porte ce titre –, qu’est-ce qu’une « glénure », et quels effets produit l’intrusion de ces mots étranges dans la fiction (Benoît Auclerc) ? Que sont les limbes dans le San Francisco de la fin du xxe siècle (Catherine Écarnot) ? Le second axe de réflexion qui se dégage concerne l’auctorialité et l’autorité telles que les textes de Wittig les traitent : comment mettre en question les normes grammaticales sans pour autant se mettre en position d’énoncer un ordre linguistique (Y. Chevalier) ? Comment assumer la position de donner un nom à « ce qui n’a pas de nom pour l’heure » (B. Auclerc), d’énumérer les parties du corps (lesbien) (N. Shaktini), sans que cette position auctoriale ne bascule dans des formes d’autoritarisme ? Catherine Écarnot montre quant à elle comment la construction d’un personnage baptisé Wittig, dans Virgile, non, loin de correspondre à un épanchement égotiste, permet une mise à distance auto-ironique.

3Cette narratrice de Virgile, non dénommée Wittig offre en effet un point de vue privilégié pour interroger la figuration de l’auteur au sein de la fiction. À partir de ce double quichottesque, Catherine Écarnot explore diverses figures (les ménagères, les objets d’échange, les rebelles) et différentes conditions (paradis, enfer, limbes) : à travers ce personnage de Wittig et ses pérégrinations se donne ainsi à lire une forme de désillusion par rapport à l’enthousiasme des Guérillères, même si la nécessité du combat collectif demeure présente. Namascar Shaktini revient également sur la question de l’autorité et de l’auctorialité, à partir de deux lectures du Corps lesbien, dues à Dianne Chisholm et à Kym Martindale ; suivant la première, le corps lesbien, auquel ne correspond « aucun référent sur un plan empirique », est « non hiérarchique ». Namascar Shaktini réfute en conséquence la seconde lecture, qui propose un parallèle entre les listes du Corps lesbien et les descriptions anatomiques jugées normatives de Vésale. Revenant sur « la fausse transparence » du titre Le Corps lesbien, Yannick Chevalier, par une analyse du traitement syntaxique que Wittig réserve au corps dans ce livre, met en lumière la syntaxe discrètement subversive, le recours à des tours inhabituels, voire habituellement jugés comme irrecevables. De telles constructions proposent aux lecteur.rice.s une expérience de conscience où se trouve remise en cause la relation entre le corps et la conscience telle qu’elle est habituellement conçue dans la langue – relation que les grammaires traditionnelles qualifient de « propriété inaliénable ». Benoît Auclerc part également de ces interventions sur la langue, considérées cette fois du point de vue lexicologique : les détournements de sens, les néologismes, les rêveries lexicographiques, sont lus comme la marque d’une insatisfaction quant au réel tel qu’il a cours. Plus généralement, ces exemples mettent au jour le rapport fondamentalement ambivalent que Wittig entretient avec le nom : l’acte de nomination est désiré et mis en scène comme redécoupage plus juste du réel, mais aussi désigné comme risque de figement mortifère. L’instabilité des rapports aux noms chez Wittig permet finalement de nuancer les reproches qui lui ont été adressés concernant le primat de la substance et les dérives autoritaires de sa poétique.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Jean Moulin Lyon 3 en littérature du xxe siècle et membre du groupe Marge, composante de l’équipe de recherche CEDFL. Sa thèse porte sur la relation des textes à leurs lecteurs et sur la déstabilisation des genres littéraires chez Francis Ponge et Nathalie Sarraute. Il est responsable du Centre de recherche sur Francis Ponge (ENS de Lyon). Il a participé à l’édition du Chantier littéraire de Monique Wittig (PUL/Éditions iXe, 2010). Ses travaux portent plus généralement sur les relations entre littérature et politique.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search