Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Lire, éditer, agir

Monique Wittig ou l’utopie de la liberté1

Gabriele Meixner
Traduction de Elke Albrecht

Texte intégral

  • 1 Conférence prononcée dans le cadre de la soirée littéraire « In Memoriam Monique Wittig » qui s’est (...)
  • 2 De tes mille yeux, Sappho (NdT).
  • 3 La Conjuration de Balkis : Les Guérillères (NdT).
  • 4 Peuples lesbiens. Un dictionnaire (NdT).

1J’ai été l’éditrice et la traductrice de Monique Wittig en Allemagne. En 1977 est paru Le Corps lesbien aux éditions Amazonen-Verlag dont j’étais l’une des cofondatrices, sous le titre Aus deinen zehntausend Augen Sappho2. En 1980 est sorti aux éditions Frauenoffensive Die Verschwörung der Balkis : Les Guérillères3, dans la traduction que j’avais faite avec Waltraud Hennig. En 1983 a paru Lesbische Völker. Ein Wörterbuch4, traduit par Verena Stefan et moi-même, également chez Frauenoffensive. Je raconterai ici ma propre histoire en lien avec l’œuvre littéraire de Monique Wittig et je donnerai un aperçu de la situation de la scène littéraire allemande et de la naissance de maisons d’édition et de publications féministes à la fin des années 1970 et au début des années 1980. J’aborderai des questions et des problèmes rencontrés lors de la traduction des livres de Monique Wittig. Enfin, il sera question de la réception de son œuvre littéraire dans la République fédérale d’Allemagne.

QU’EST-CE QUI A ATTIRE MON ATTENTION SUR MONIQUE WITTIG ?

2L’été 1973, je l’ai passé à Lyon avec Marie-Françoise, mon premier grand amour. Par un beau jour ensoleillé, nous nous sommes promenées place Bellecour et nous avons fait un tour chez Flammarion, la plus grande librairie de la place. Au rez-de-chaussée se tenaient de grandes tables avec les nouveautés. Au milieu se trouvait un livre intitulé Le Corps lesbien, avec la présentation sobre des Éditions de Minuit. Je ne me souviens d’aucun autre livre. Mon regard était fixé sur cette couverture blanche aux lettres bleues et violettes et sur ces trois mots que j’ai reçus en pleine figure. J’étais excitée comme lors d’un coup de foudre, à cette différence près que je n’éprouvais pas le sentiment d’insécurité qui accompagne la fascination déclenchée par une personne. Les mots « le corps lesbien » résumaient ce qui constituait mes désirs et mon existence, comme si tout mon être se concentrait dans ces trois mots : c’était moi, c’étaient celles que j’aimais. Sans cette honte que je ressentais auparavant lorsque j’achetais un livre au contenu lesbien, j’apportai cette œuvre à la caisse. Marie-Françoise a dit : « C’est moi qui paie, je te l’offre. » Nous sommes sorties de la librairie en portant le livre tel un trophée. Toutes mes anciennes peurs me quittèrent. Et c’est en ceci justement que réside la puissance formidable des livres.

3Dès la lecture des premiers passages, voire même avant, j’étais convaincue qu’il fallait absolument traduire ce livre en allemand. Mais la réalisation de ce projet a pris du temps. Cela faisait un moment que j’avais l’idée de fonder une maison d’édition lesbienne. Ce livre semblait me donner pour mission de mettre en œuvre cette idée. À l’époque, le mouvement des lesbiennes en était encore à ses prémices. Les sujets dominants dans le mouvement féministe étaient l’avortement, la lutte contre l’exploitation sexuelle et le viol... tandis que, avec sa série « Les crimes des femmes lesbiennes », le journal à sensation Bild traînait dans la boue l’amour entre les femmes.

LES EDITIONS AMAZONEN-VERLAG

  • 5 La poétesse Anne Duden avait été en 1973 cofondatrice de la maison d’édition de gauche Rotbuch Verl (...)
  • 6 La maison d’édition Verlag Rosa Winkel, fondée en 1975, fut la première maison d’édition du second (...)

4C’est en 1976 que nous, quatre militantes du Centre d’action lesbien de Berlin-Ouest, Lesbisches Aktionszentrum, avons fondé les éditions Amazonen-Verlag, la première maison d’édition en Europe ayant pour but de publier exclusivement de la littérature lesbienne. Nous avons travaillé bénévolement et avons financé les frais d’impression sur nos fonds propres. Aucune d’entre nous n’avait une formation d’éditrice. Grâce aux conseils d’Anne Duden du Rotbuch Verlag5 et de Volker Bruns du Verlag Rosa Winkel6, deux maisons d’édition berlinoises, nous avons acquis les rudiments nécessaires pour nous lancer.

5Mon premier acte d’éditrice a consisté en une lettre adressée aux Éditions de Minuit demandant une option pour l’édition allemande du Corps lesbien. Curieusement, l’octroi des droits de traduction par cette célèbre maison d’édition n’a posé aucun problème, contrairement à ce qui s’est passé avec l’auteure Rita Mae Brown, pour laquelle nous avons tenté en vain d’obtenir les droits de son roman Rubyfruit Jungle. L’original américain avait été publié par la petite maison d’édition de femmes Sisters, mais Rita Mae Brown avait cependant explicitement formulé le souhait d’accorder les droits de traduction uniquement à de grandes maisons d’édition. À l’époque, nous jugions cette position non solidaire, puisque de notre point de vue, c’était justement le mouvement lesbien qui avait fait connaître les écrivaines lesbiennes. Aujourd’hui, je pense différemment à ce sujet et l’exemple de Wittig a contribué à nous faire changer de position.

6Avec le recul, je suis surprise de l’enthousiasme innocent et naïf qui m’a poussée vers cette folle entreprise d’obtenir les droits pour Le Corps lesbien. Nous n’avions pas de références et n’avions publié que deux ou trois titres. Et je soupçonnais à peine que nous avions affaire à l’œuvre d’une des auteures les plus douées de notre époque : je ne connaissais alors les ouvrages de Wittig (L’Opoponax et Les Guérillères) que par ouï-dire.

LA SCENE LITTERAIRE ALLEMANDE – LE CAS DE L’OPOPONAX

7Monique Wittig a connu une ascension fulgurante en tant qu’écrivaine en France. Son premier livre L’Opoponax est sorti en 1964 aux Éditions de Minuit et a été couronné par le prix Médicis. Son œuvre fut largement célébrée par des représentant.e.s notables du Nouveau Roman tel.le.s que Nathalie Sarraute et Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet, ainsi que par les critiques. Elle fut admise à l’Olympe de la littérature française.

8En Allemagne, L’Opoponax est sorti en 1969 aux éditions Rowohlt dans la traduction d’Elmar Tophoven, déjà traducteur en allemand des œuvres de Samuel Beckett, entre autres. Bien que le livre reçût des critiques bienveillantes de la part de tous les journaux allemands de référence et fût accueilli avec un certain enthousiasme, il fut vite oublié. Parmi les gens de lettres allemands, personne n’a éprouvé le besoin de suivre ou d’accompagner l’œuvre de cette écrivaine étonnante, au contraire de ce qui se passait en France ou encore aux États-Unis, où Mary McCarthy a beaucoup œuvré pour les livres de Monique Wittig.

9Dans ce contexte, notre publication des ouvrages de Monique Wittig – après L’Opoponax – est survenue dans un moment de vide de l’activité littéraire en général et a trouvé son public chez les lectrices du milieu féministe. À cette époque naquirent les librairies de femmes, avec une gamme de titres d’abord limitée et un rayon des écrivaines lesbiennes où nos publications ont été suivies avec attention et où se trouvaient désormais aussi les œuvres de Wittig.

10Plus tard, nous nous vîmes, les éditions Amazonen-Verlag et Frauenoffensive, confrontées au reproche d’avoir osé, nous, petites maisons d’édition, nous attaquer à l’œuvre de cette auteure géniale. Face à cette accusation, je dois répondre que le fait de publier un livre dans une grande maison d’édition ne garantit pas qu’il ne tombe pas dans l’oubli. Lorsque peu après la mort de Monique Wittig, j’appelai les éditions Rowohlt pour demander qu’on m’envoie les critiques de L’Opoponax, la dame du comité de lecture montra bien peu d’intérêt à la nouvelle qu’une de leurs auteurs venait de décéder. Et de plus, elle me répondit : « Nous n’avons jamais publié ce livre. C’était un projet à une époque, mais nous l’avons abandonné. » C’est seulement quand que je lui ai assuré l’avoir eu entre les mains et l’avoir lu, et quand je l’ai informée que le célèbre Elmar Tophoven l’avait traduit, qu’elle vérifia et me dit : « Ah si, je le vois », puis elle me mit en communication avec les archives où j’obtins comme seule réponse que tout le dossier de Wittig avait disparu lors d’un incendie.

  • 7 “Future : Let me tell you this, someone in/some future time/will think of us (Sappho, Poems, Lesbos (...)

11Je voudrais terminer cette partie par les mots de Wittig et de Zeig dans Lesbian Peoples : Material for a Dictionary, où l’on peut lire sous le terme « Avenir » : « Je vous le dis / on se souviendra de nous / dans l’avenir (Sappho, Poèmes, Lesbos, âge de fer)7. »

LE CORPS LESBIEN

12Mon amante de l’époque, qui était également l’une des cofondatrices des éditions Amazonen-Verlag et qui désirait garder l’anonymat parce qu’elle craignait, comme on peut le comprendre, des difficultés dans son métier, a traduit Le Corps lesbien comme dans un état d’ivresse, d’une seule traite. J’ai toujours été sa première lectrice.

13Une suite de poèmes en prose, une épopée, captivante par la beauté sauvage de ses images, par l’étrangeté de ses visions.

  • 8 Citée dans J. Piatier, « Monique Wittig Sappho d’aujourd’hui », Le Monde, 15 novembre 1973, p. 20.

14Les protagonistes sont une amante et une aimée, j/e et tu, qui se rencontrent avec une cruauté extrême et une tendresse sans bornes, dans l’alternance des rôles. L’acte d’amour décrit la destruction du corps, comprend la décomposition de toutes ses parties, la pénétration de ses orifices et son étrange résurrection. Si en français l’orgasme est désigné comme la « petite mort », Wittig décrit ainsi la grande mort, l’union au prix de la vie : « j/e m/e répands dans toi, tu te mélanges à m/oi [...] j/e t’aime m/a mourante » (CL, p. 53). Elles se tuent l’une l’autre, elles se ramènent l’une l’autre à la vie. Dans leur amour, elles commandent à la vie et à la mort : « et c’est vrai qu’en regardant tes yeux, j/e ressuscite à une vitesse prodigieuse. » (CL, p. 13) Wittig utilise comme procédé stylistique constant la scission du pronom personnel j/e au moyen d’une barre oblique. De la même manière, elle scinde le déterminant possessif m/on et le pronom personnel m/e. Voilà ce qu’elle explique à ce sujet dans un entretien : « J/e est l’indice de cette expérience vécue déchirante qu’est m/on écriture, de cette coupure en deux qu’est à travers l’écriture l’exercice d’un langage qui ne m/e constitue pas comme sujet8. » Dans cette épopée, la passion lesbienne est décrite d’une manière véhémente et absolue qui est sans comparaison aucune dans l’histoire littéraire. Wittig utilise souvent des métamorphoses animalières pour symboliser la passion effrénée :

M/a main en se posant sur ton flanc couvert de sueur fait se hérisser ta peau. J/e parcours toute ton échine à doigts légers [...]. J/e touche tes mamelles dures, [...] tu m/e lèches les épaules les seins les bras le ventre la vulve les cuisses, il vient un moment où tout enfiévrée tu m/e prends sur ton dos m/a louve m/es bras autour de ton cou m/es seins m/on ventre appuyés à ta fourrure m/es jambes t’enserrant les flancs m/on sexe sautant contre tes reins, tu te mets à galoper. (CL, p. 14-15)

  • 9 Manifeste du clit[oris] : appel à toutes les lesbiennes, venez vite (NdT).
  • 10 Ce sont les premiers mots du quatrième texte du Corps lesbien, p. 10.

15Le choix du titre allemand du Corps lesbien a donné lieu à des controverses au sein de notre groupe d’édition. Ironie du sort, dans le programme de notre petite maison d’édition lesbienne, nous ne voulions pas utiliser le mot « lesbien » dans tous les titres. Nous venions de publier Lesbian Nation de Jill Johnston et prévoyions la sortie du Clit Manifest : Rufe alle Lesben, bitte kommen9. Et maintenant, devions-nous proposer un troisième livre avec « lesbien » dans le titre ? Après de longues discussions, nous sommes tombées d’accord – non sans quelques réserves – sur De tes dix mille yeux, Sappho (une citation du texte de Wittig10), le nom de Sappho devant indiquer le contenu lesbien de l’ouvrage. Nous avions reculé devant notre propre courage. Je n’ai jamais caché que c’était une erreur. Le titre aurait dû être Der lesbische Körper, traduction littérale du titre français Le Corps lesbien.

  • 11 Premier magazine féministe en Allemagne (NdT).

16Diverses revues féministes ont publié des comptes rendus. En 1978, Leona Siebenschön écrit pour Emma11 :

Il faut lire et comprendre Monique Wittig. Certes, son expérience littéraire peut donner lieu à discussions, mais c’est dans son langage, plus exactement dans sa façon d’écrire que vient au jour ce qui nous concerne toutes. [...] Dire oui de façon inconditionnelle à la femme [...] est un préalable incontournable pour aimer, tout comme inversement l’amour inconditionnel de la femme [...] approfondit l’expérience de s’aimer soi-même.

17En idéalisant l’amour lesbien, le commentaire bienveillant de Siebenschön est emblématique du raisonnement au sein du mouvement féministe de cette époque.

18Quel contraste offre la critique littéraire française ! André Dalmas écrit en 1973 dans La Quinzaine littéraire :

  • 12 A. Dalmas, « Contre l’ordre masculin », La Quinzaine littéraire, no 172, 1er novembre 1973.

Corps lesbien, ces deux mots sont ensemble l’antithèse de deux autres mots : « corps féminin ». [...] Avec ce livre nous allons vers un monde quasiment neuf [...] – un monde en tout cas inexploré dans la littérature contemporaine. [...] Corps lesbien [sic] présente tous les attributs nécessaires à un accomplissement parfait. Un long travail sur l’écriture, dirigé par une sensibilité absolument neuve, lui a permis d’aboutir [...] à une œuvre qui tient son pouvoir de libération du superbe corps du langage12.

19La très grande discipline de Wittig en tant que styliste se manifeste également dans le fait qu’elle n’utilise le mot « lesbien » que trois fois dans Le Corps lesbien, à savoir dans le titre et aux bornes de la liste (CL, p. 22 et 175), à côté du texte proprement dit, qui énumère séparément, tel un panneau défilant, les éléments constitutifs du corps :

LE CORPS LESBIEN LA CYPRINE LA BAVE LA SALIVE LA MORVE LA SUEUR LES LARMES LE CÉRUMEN L’URINE LES FÈCES LES EXCRÉMENTS LE SANG LA LYMPHE LA GÉLATINE (CL, p. 22).

20Pourtant, et peut-être justement pour cette raison, ces trois mots « le corps lesbien » restent présents pendant toute la lecture. Malgré les possibilités réduites de publicité des éditions Amazonen-Verlag, une deuxième édition allemande du Corps lesbien sortit en 1984.

  • 13 Les éditions Frauenoffensive ont été, dès 1974 en Allemagne, la première maison d’édition du nouvea (...)

21En 1978, je suis passée aux éditions Frauenoffensive13. Lors de ma décision, j’exigeai de pouvoir acquérir les droits de traduction pour Les Guérillères.

LES GUÉRILLÈRES

22Les Guérillères est l’ouvrage le plus connu de Wittig. Paru en France en 1969, il a été traduit dans de nombreuses langues et a trouvé un large écho aux États-Unis. Aux éditions Frauenoffensive, nous en avons obtenu les droits en 1979. Cette fois-ci, j’ai traduit le livre moi-même, d’après un premier jet de Waltraud Hennig. Verena Stefan fut ma conseillère lors de questions difficiles. Le travail de traduction figure parmi les expériences qui m’ont le plus marquée. J’ai pensé que c’était une grande chance pour moi de pouvoir le faire. Mais il y avait aussi le revers de la médaille : sans cesse, nous avons compulsé des dictionnaires pour trouver les expressions allemandes appropriées pour les parfums, fleurs, animaux féminins que Wittig évoque comme dans les encyclopédies anciennes. Parfois j’avais envie de baisser les bras et ne plus traduire des images trop horribles telles que :

elles disent qu’elles sont assaillies par une puanteur insupportable. Plus tard, elles sont prises de vomissements. Elles se mettent à gémir [...] en nageant le plus vite qu’elles peuvent. À un moment donné elles heurtent la charogne flottante d’un âne [...] tandis que les vomissures se multiplient autour d’elles à la surface de l’eau. (G, p. 11-12)

23Je maudissais l’auteure. Il faut dire que de tels passages ont rebuté certaines lectrices pour lesquelles l’œuvre de Wittig était trop « violente ». À d’autres moments, nous étions récompensées par des images d’une grande poésie ou d’une gaieté ludique.

24Les Guérillères décrit la communauté des elles. Le pronom elles, la troisième personne du pluriel féminin est le sujet constant du livre. L’emploi des pronoms personnels par Wittig est un procédé stylistique qui renvoie à une communauté autonome d’êtres féminins. Ce monde est peuplé d’Amazones, de nomades, d’ingénieures, de nageuses, de messagères, etc., qui sont toutes caractérisées comme « porteuses de vulves » :

Elles disent qu’étant porteuses de vulves elles connaissent ce qui les caractérise. [...] Elles disent qu’elles s’enorgueillissent à juste titre de ce qui a longtemps été considéré comme l’emblème de la fécondité et de la puissance reproductrice de la nature. (G, p. 41-42)

25La désignation et l’appropriation de la puissance du sexe, de la vulve, du clitoris, des grandes lèvres, occupent une grande place dans Les Guérillères :

Elles disent qu’elles exposent leurs sexes afin que le soleil s’y réfléchisse comme dans un miroir. Elles disent qu’elles retiennent son éclat. (G, p. 24)

26Pour que vous puissiez vous faire une idée de ce qu’à l’époque nous considérions comme les principaux messages du livre, je vous cite quelques phrases du texte de quatrième de couverture de l’édition allemande :

L’œuvre [...] de Monique Wittig [...] influence jusqu’à ce jour la redéfinition du langage et la recherche de formes propres du vivre ensemble dans le nouveau mouvement féministe.

Dans une suite d’images denses et saisissantes, l’auteure évoque le monde d’une communauté composée de femmes vivant selon leurs propres règles. [...] À travers le langage, l’acte de violence a été scellé par lequel l’espèce homme a réduit en esclavage les femmes et s’est approprié le monde. La libération des femmes doit donc aller de pair avec un apprentissage de leur propre langue qui repose en partie sur des souvenirs de symboles prélinguistiques.

27Je n’ai rencontré Monique qu’une seule fois : c’était en 1979 à Paris, pour parler avec elle de questions liées à la traduction des Guérillères. La discussion s’est déroulée dans une ambiance constructive, en toute simplicité. Monique avait la préoccupation constante de parvenir à une bonne traduction. Elle ne voulait pas que nous utilisions le terme « les femmes » pour elles. Je lui ai expliqué que la possibilité de différencier la troisième personne du pluriel n’existait pas dans la grammaire allemande : sie peut être masculin ou féminin et désigner toutes sortes d’objets, ce qui pouvait engendrer des confusions. Dans la version allemande, nous n’avons donc utilisé « les femmes » qu’en dernier recours et nous avons exposé ce problème dans la postface.

  • 14 En français dans le texte (NdT).

28Lors de notre rencontre, nous avons également évoqué la traduction du titre : Les Guérillères (guerrier/ère, guérillero) est un mot construit sur les radicaux de « guerrière » et de « guérillera », un mot qui déployait sa force visionnaire aussi du fait qu’il avait été inventé. Lorsque j’ai dit à Monique qu’il n’était guère possible de transcrire son néologisme en allemand, elle a répondu simplement : « Il faut le faire14. » À ce propos, une citation des Guérillères me vient à l’esprit : « Tu dis qu’il n’y a pas de mots pour décrire ce temps, tu dis qu’il n’existe pas. Mais souviens-toi.

29Fais un effort pour te souvenir. Ou, à défaut, invente. » (G, p. 127) Monique fit remarquer qu’elle avait d’abord réfléchi à d’autres titres tels que La Conjuration de Balkis (évoquée dans G, p. 174). C’est celui que nous avons repris dans la version allemande en gardant Les Guérillères comme sous-titre.

30Je récuse la hargne avec laquelle nos décisions ont été critiquées, en particulier au sein du mouvement féministe, pour la simple raison que ces critiques ne fournissaient pas de meilleures propositions. Donner le titre de Die Kriegerinnen (Les Guerrières), comme Alice Schwarzer l’exigeait dans son article polémique (paru dans Emma en septembre 1981), n’aurait pas rendu la dimension de création langagière de l’œuvre. Le travail sur la traduction n’a quasiment pas été reconnu, ni notre engagement dans la publication de cette œuvre. Ce sont surtout ces récriminations au sein du mouvement féministe allemand qui ont contribué à ternir le message de Wittig. Renate Stendhal a critiqué dans un article ultérieur, également dans Emma (mars 1986), la mauvaise traduction en allemand sans en donner le moindre exemple.

31Monique elle-même nous a explicitement remerciées pour notre travail et elle a écrit qu’il n’y avait pas de plus belle édition des Guérillères que l’édition allemande. Elle avait fait relire notre traduction par Léna Vandrey qui l’avait jugée excellente. Léna Vandrey, cette peintre qui vit en Provence et qui a grandi en Allemagne, est également à l’origine de l’image de couverture.

LES PRONOMS

32L’emploi homogène des pronoms caractérise les œuvres de Wittig. Elle pousse les possibilités linguistiques jusqu’à leur limite d’une manière jamais exploitée jusqu’alors et révolutionne par là le contenu.

33Dans L’Opoponax, l’instance narratrice est le pronom indéfini on, en allemand man. Le monde d’une jeune fille est présenté ici du point de vue universel et commun à toute l’humanité, celui des « on fait », « on est », « on dit ». Soit dit en passant, on peut se féliciter que L’Opoponax ait été traduit avant le mouvement féministe, car dans l’écriture dite féminine ou féministe, on a commencé à utiliser en allemand le pronom indéfini frau (femme) à la place de man (on) pour éviter le rapprochement entre man et son homonyme Mann (homme/mâle). Nous aurions été très embarrassées pour trancher.

34En revanche, Le Corps lesbien reflète dans le j/e fendu, comme je l’ai dit, l’aliénation, le fait que la locutrice ne soit pas le sujet.

35L’innovation importante qui a consisté à utiliser constamment dans Les Guérillères la troisième personne du pluriel féminin elles bouleverse la façon de penser selon les catégories de la langue, crée un modèle utopique avec les moyens de la langue et fournit aux spécialistes de littérature féministe matière à de nombreuses discussions. L’emploi systématique d’un pronom générique féminin a en outre fait comprendre qu’en désignant celle qui agit par une forme féminine comme « chacune », « aucune » ou « quelqu’une », on sape l’usage linguistique habituel : « Quelqu’un pourrait-il ouvrir la fenêtre ? »

BROUILLON POUR UN DICTIONNAIRE DES AMANTES

  • 15 En français dans le texte (NdT).

36Lors de notre rencontre à Paris, j’ai évoqué avec Monique notre souhait de traduire le livre qu’elle venait de coécrire avec Sande Zeig. Son commentaire fut lapidaire : « Il faut le faire15. » C’est ce que j’ai fait – avec Verena Stefan.

  • 16 Les traductrices ont préféré le terme plus rare de Liebesgefährtin, littéralement « compagne d’amou (...)

37C’est le plus ludique de ses livres. Il apparaît complètement détaché et libéré. Le titre de l’édition française, Brouillon pour un dictionnaire des amantes, comporte le mot « amante » dont la signification est double – celle qui aime et celle qui est aimée. Dans le texte, nous avons traduit « amantes » par Liebesgefährtinnen, au lieu de Liebhaberinnen/Geliebte16, pour ne pas laisser apparaître de référence hétérosexuelle. Wittig et Zeig ont elles-mêmes traduit le livre en anglais sous le titre de Lesbian Peoples (1979) que nous avons repris en allemand : Lesbische Völker.

38Le dictionnaire est écrit pour et par les amantes, ainsi définies dans le texte : « celles qui, éprouvant un violent désir les unes pour les autres, vivent/aiment dans des peuples, suivant les vers de Sappho, “en beauté je chanterai mes amantes”. » (BDA, p. 24) De nombreuses déterminations lexicales utilisées constamment auparavant par Wittig sont maintenant reprises sous la forme raccourcie d’un lexique :

  • 17 “Clitoris : The companion lovers call the clitoris the organ of pleasure since it is the only organ (...)

39Clitoris
Les amantes appellent le clitoris l’organe du plaisir, puisque c’est le seul organe du corps ayant comme fonction le plaisir
17.

  • 18 “Woman : Obsolete since the beginning of the Glorious Age. Considered by many companion lovers as t (...)

40Femme
Mot devenu obsolète depuis le début de l’âge de gloire. De nombreuses amantes le considèrent comme étant la désignation la plus infâme. Dans le passé, ce mot faisait référence à des êtres tombés dans un état absolu d’esclavage. Il signifiait : « quelqu’une qui appartient à quelqu’un d’autre »
18.

L’HISTOIRE DE LA RECEPTION

41Grosso modo,on peut diviser l’histoire de la réception en deux phases. Le premier temps d’euphorie concernait les éléments créateurs d’identité de la poésie de Wittig : notre langue, notre écriture, notre auto-perception lesbienne. L’utopie de combattantes victorieuses, la fin de l’exploitation patriarcale à portée de main. C’est surtout la création d’un nouveau langage qui avait un effet entraînant. Certaines disent que les textes de Wittig ont été instrumentalisés dans le mouvement féministe à des fins propres. Je ne suis pas de cet avis. Car c’est également grâce à l’analyse critique des réactions d’amies comme d’ennemies que Monique Wittig est parvenue à formuler ses textes théoriques pour lever des malentendus et débroussailler le terrain. Ses textes ont constitué une énorme provocation.

42La deuxième phase concerne la discussion littéraire. En Allemagne, la réception de son œuvre a pris du temps, puisqu’elle n’a été admise qu’à la fin des années 1980, voire au milieu des années 1990, dans le canon des études littéraires féministes. Plus tard, on a discuté ses textes théoriques dans le cadre du débat sur le genre et la théorie queer.

  • 19 J. Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion [1990], Paris, La Découverte, (...)

43Je constate régulièrement que la jeune génération ne connaît pas Wittig par ses propres œuvres, mais par le résumé rapide qu’en a fait Judith Butler dans Trouble dans le genre19. Wittig est réduite à celle qui a affirmé : je ne suis pas une femme.

  • 20 « L’établissement d’un sujet lesbien en tant que moi absolu. À propos de la lesbianisation des symb (...)

44J’ai moi-même écrit en 1995, également en vue de défendre Wittig contre son appropriation par la théorie queer, pour le colloque de recherches lesbiennes à Hambourg, un essai intitulé Die Etablierung eines lesbischen Subjekts als absolutes Ich. Zu Monique Wittigs Lesbianisierung der Symbole20.

LE LEGS DE WITTIG : UNE UTOPIE DE LA LIBERTE

45Dans le milieu lesbien autonome, nous sommes restées au premier rang d’une foule d’adeptes enthousiastes. Nous avons célébré les œuvres de Wittig. Lors de grandes fêtes et de manifestations, nous avons souvent cité des passages de ses livres. Nous l’avons perçue comme visionnaire d’un monde de l’amour entre amantes. Wittig elle-même est devenue une figure quasi mythique.

46Le plus fascinant chez elle, c’est sa représentation de l’érotisme radical, qui dépasse les limites de ce qui a jamais été écrit – c’est le paradoxe de l’amour : « j//ai si mal de toi que j//ai bonheur extrême. » (CL, p. 153) Pour ma part, la ténacité de Monique Wittig fut un exemple à suivre pour réaliser plus tard mes propres recherches sur l’archéologie des liens entre femmes. Ses textes m’ont confortée et accompagnée pendant des décennies.

47Monique elle-même a été broyée par les transformations de l’esprit du temps : au début, figure lumineuse d’une époque de lesbianisme impertinent et avide de liberté, d’une époque du renouveau, celui de la révolution de 1968, dans sa forme française : elle était de ce fait pionnière. Beaucoup l’enviaient pour son grand talent. À Paris, des querelles éclatèrent avec les représentantes d’une pratique psychanalytique autoritaire, obsédées de pouvoir (le groupe Psychanalyse et politique), qui contrôlaient également les éditions Des femmes. Ces disputes ont miné Monique et ont contribué à sa décision d’émigrer aux États-Unis où elle a commencé sa carrière d’enseignante. Vu de l’extérieur, on pourrait croire qu’elle a vécu deux vies.

48Le fait de bouleverser l’ordre ancien, mais également l’ordre élémentaire, cosmique, est un élément cardinal de son écriture. Ainsi on peut lire dans Les Guérillères : « Aucune des girouettes n’indique la même direction. » (G, p. 93) Ou : « En hâte Koue Feï saute dans le soleil et s’y introduit. Dans son mouvement elle le fait basculer, quelques étoiles tombent de ce fait. Cependant Koue Feï est parvenue à s’asseoir dans le soleil. À présent elle décide de sa marche. » (G, p. 92) L’anarchie et la liberté se manifestent à travers la force ludique de son langage : « Quand elles répètent, il faut que cet ordre soit rompu, elles disent qu’elles ne savent pas de quel ordre il est question. » (G, p. 38) Parallèlement, Wittig évoque l’espoir d’un nouveau départ :

Elles disent qu’elles ont appris à compter sur leurs propres forces. Elles disent qu’elles savent ce qu’ensemble elles signifient. Elles disent, que celles qui revendiquent un langage nouveau apprennent d’abord la violence. Elles disent, que celles qui veulent transformer le monde s’emparent avant tout des fusils. Elles disent qu’elles partent de zéro. Elles disent que c’est un monde nouveau qui commence. (G, p. 120-121)

49À mes yeux, l’œuvre de Monique Wittig s’inscrit également dans la tradition de la poésie de la libération. À toutes les époques, les poétesses et les poètes ont accompagné les mouvements révolutionnaires. Avec ses moyens linguistiques, Wittig crée un univers proche de ce à quoi nous aspirions. Elle le crée et le fait se décomposer en même temps. Ses paraboles paradoxales, qui font penser à la manière de raisonner des enfants, évoquent un sentiment de gaieté, de liberté élémentaire, permettant de mélanger et de laisser coexister différents niveaux de la pensée et de l’être.

50Bien que je sois bouleversée par la mort de Monique, j’ai toujours le même sentiment vis-à-vis d’elle, à savoir qu’elle est toujours restée insaisissable tant comme personne que comme théoricienne : très claire, catégorique, mais ne se laissant jamais enfermer dans une interprétation univoque. On peut la lire, l’écouter, la traduire. Elle laisse une œuvre difficile à interpréter. Il vaut mieux s’en tenir à la mise en garde qu’elle formule dans sa définition du mot « Vérité » : « Si on répète une affirmation à deux reprises, à la troisième elle devient vérité. » (BDA, p. 241) Monique Wittig était tout d’abord cela : une poétesse. Dotée du talent génial de pouvoir créer au moyen du langage de nouveaux mondes, et d’une confiance presque enfantine dans l’effet des mots : « Redoutez la dispersion. Restez jointes comme les caractères d’un livre. Ne quittez pas le recueil. » (G, p. 82)

Éditions allemandes des œuvres de Monique Wittig

51Opoponax, Elmar Tophoven (trad.), Hambourg, Rowohlt, 1966. Aus deinen zehntausend Augen, Sappho, traduction anonyme, Berlin, Amazonen-Verlag, 1977.

52Die Verschwörung der Balkis : Les Guérillères, Waltraud Hennig & Gabriele Meixner (trad.), Munich, Verlag Frauenoffensive, 1980.

53Lesbische Völker. Ein Wörterbuch (avec Sande Zeig), Gabriele Meixner & Verena Stefan (trad.), Munich, Verlag Frauenoffensive, 1985.

Notes

1 Conférence prononcée dans le cadre de la soirée littéraire « In Memoriam Monique Wittig » qui s’est tenue le 15 février 2003 à la galerie Inselgalerie à Berlin.

2 De tes mille yeux, Sappho (NdT).

3 La Conjuration de Balkis : Les Guérillères (NdT).

4 Peuples lesbiens. Un dictionnaire (NdT).

5 La poétesse Anne Duden avait été en 1973 cofondatrice de la maison d’édition de gauche Rotbuch Verlag.

6 La maison d’édition Verlag Rosa Winkel, fondée en 1975, fut la première maison d’édition du second mouvement gay.

7 “Future : Let me tell you this, someone in/some future time/will think of us (Sappho, Poems, Lesbos, Iron Age)”, Lesbian Peoples : Material for a Dictionary, New York, Avon, 1979, p. 59. Cette entrée n’existe pas dans lʼédition originale en français du Brouillon pour un dictionnaire des amantes ; la traduction allemande a repris toutes les entrées (et les variantes éventuelles) de lʼédition américaine (NdT).

8 Citée dans J. Piatier, « Monique Wittig Sappho d’aujourd’hui », Le Monde, 15 novembre 1973, p. 20.

9 Manifeste du clit[oris] : appel à toutes les lesbiennes, venez vite (NdT).

10 Ce sont les premiers mots du quatrième texte du Corps lesbien, p. 10.

11 Premier magazine féministe en Allemagne (NdT).

12 A. Dalmas, « Contre l’ordre masculin », La Quinzaine littéraire, no 172, 1er novembre 1973.

13 Les éditions Frauenoffensive ont été, dès 1974 en Allemagne, la première maison d’édition du nouveau mouvement féministe.

14 En français dans le texte (NdT).

15 En français dans le texte (NdT).

16 Les traductrices ont préféré le terme plus rare de Liebesgefährtin, littéralement « compagne d’amour », à des expressions banales comme Liebhaberin (« amante ») ou Geliebte (« bien-aimée » ou « maîtresse ») qui comportent habituellement une connotation hétérosexuelle (NdT).

17 “Clitoris : The companion lovers call the clitoris the organ of pleasure since it is the only organ in the body to have pleasure as its function.”, Lesbian Peoples, p. 33. Cette entrée n’existe pas dans la version française (NdT).

18 “Woman : Obsolete since the beginning of the Glorious Age. Considered by many companion lovers as the most infamous designation. This word once applied to beings fallen in an absolute state of servitude. Its meaning was, ‘one who belongs to another’.”, Lesbian Peoples, p. 165. Cette entrée existe dans la version française, mais la définition est tout autre : « Parmi les amazones il n’y avait pas de femmes identifiées comme femmes, c’est-à-dire comme fonction, c’est-à-dire comme mères. Elles n’ont donc jamais accepté le néologisme femme. », BDA, p. 87 (NdT).

19 J. Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion [1990], Paris, La Découverte, 2005.

20 « L’établissement d’un sujet lesbien en tant que moi absolu. À propos de la lesbianisation des symboles chez Monique Wittig » (NdT).

Auteur

Fut l’une des cofondatrices des éditions Amazonen-Verlag (Berlin), et membre du comité de lecture et traductrice aux éditions Frauenoffensive (Munich). Depuis plus de vingt ans, elle mène des recherches et publie dans le domaine de l’interprétation de l’art préhistorique. Elle compte aujourd’hui parmi les théoriciennes de référence pour la recherche féministe sur la préhistoire. Elle s’est fait connaître en 1995 par son livre Frauenpaare in kulturgeschichtlichen Zeugnissen [Couples de femmes à travers les témoignages de l’histoire de la civilisation] et par l’exposition itinérante du même nom. En 1999, dans sa biographie de la chercheuse en préhistoire Marie E. P. König intitulée Auf der Suche nach dem Anfang der Kultur [À la recherche du début de la civilisation], Gabriele Meixner rend hommage à une penseuse qui a décodé le premier langage symbolique de l’humanité. À travers sa biographie de l’essayiste Erika Wisselinck (2010), elle apporte une contribution supplémentaire au travail de mémoire féministe.

Elke Albrecht (Traducteur)

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search