Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Lire, éditer, agir

Présentation

Yannick Chevalier

Texte intégral

1Monique Wittig a, à l’égard de ses lecteur.rice.s, la générosité d’ouvrir son « chantier littéraire », de dévoiler ce qui se trame entre le point de vue de l’avant – quand la page est blanche et que tout reste à faire – et le point de vue de l’après – quand vient le moment où des impressions (de lecture) naissent à la lecture des impressions (des mots sur le papier). Mais y a-t-il là, sur le bureau de travail, autre chose qu’un faisceau de feuilles manuscrites, tapuscrites, ordonnées par la pagination et ordonnancées par un geste singulier qui rassemble, compose pour faire un tout qui ne se réduit pas à la somme de ses parties ? Quand Wittig a fini son travail d’écrivain, l’œuvre déjà existe, mais sur un mode d’existence très fragile, à peine émergent. Catherine Legrand apprend déjà à dire avec les livres, déjà les guérillères composent et jettent les féminaires, j/e et tu sont déjà engagées dans leurs amours agonistiques, Wittig et Manastabal sont en train de parcourir San Francisco, les enfers et le paradis, les corps du « Jardin » (PLP) attendent toujours déjà dans leurs transatlantiques. Manque pourtant quelque chose pour que ces êtres de fiction accèdent à une existence plus affirmée, plus assurée.

  • 1 É. Souriau, Les Différents Modes d’existence, Paris, PUF, 2009, p. 134.

2Ce qui, pour l’heure, fait défaut à ces personnages, c’est « notre attention », « notre souci », à nous autres lecteur.rice.s. Ils sont déjà là, ces personnages, dans une virtualité d’existence qui pour devenir autre – consistante, matérielle – attend notre « sollicitude » : c’est le terme qu’emploie Étienne Souriau pour définir le mode d’existence des personnages de fiction comme « existence sollicitudinaire1 ». C’est bien nous autres, lecteur.rice.s, qui allons opérer la transformation. Nulle autre opération n’est plus nécessaire que cette activité de lecture, qui va par nos soins faire de ces pages imprimées un texte, un livre, voire – si les lecteur.rices se laissent ravir – une œuvre.

3Cette accession à un régime d’existence plus subtantiel est un processus matériel, et là encore précaire : ces feuilles manuscrites s’engagent dans un parcours physique et spatial qui les conduit sur la table de l’éditeur, puis à l’imprimerie, puis sur les étals des librairies, puis enfin dans la poche des lecteur.rice.s. S’il y a un chantier littéraire de l’écrivain, il y a aussi une « carrière des lecteur.rice.s » : espace de travail, où les impressions encrées de la page deviennent sons, sens, émotions, idées.

4Les articles réunis dans cette section s’attachent à suivre ce parcours des feuilles imprimées, ce déplacement des textes depuis le moment où ils quittent le chantier littéraire jusqu’à celui où ils font impression : l’article de Gabriele Meixner décrit les circonstances de sa rencontre avec les œuvres de Wittig et l’aventure que ces textes ont réclamé de leur traduction et de leur diffusion dans les pays germanophones. Celui de Suzette Robichon évoque l’histoire de ces œuvres et comment le choc individuel que fut leur lecture, pour certain.e.s lecteur.rice.s contemporain. e. s des publications, s’est transformé en lutte collective : car l’œuvre wittigienne est étroitement associée au mouvement de lutte de libération des femmes. Enfin, la lecture que propose Céline Belledent articule étroitement le pouvoir des fictions wittigiennes aux conséquences politiques et conceptuelles potentielles qu’elles contiennent, et montre comment la littérature, quand elle est prise au sérieux, informe et nourrit nos existences individuelles et collectives. À la générosité de l’écrivain répond, dans ces pages, celle des lecteur.rice.s.

5Car il ne tient qu’à nous, lecteur.rice.s, en charge de la réalisation des œuvres de Monique Wittig, de faire que le trajet des feuilles imprimées, depuis le chantier littéraire jusqu’aux lieux où nous les lisons, ne soit pas un voyage fini, mais bien, sans finalités assurées, sans achèvements mortifères, un voyage sans fin.

Notes

1 É. Souriau, Les Différents Modes d’existence, Paris, PUF, 2009, p. 134.

Auteur

Maître de conférences en stylistique française à l’Université Lumière Lyon 2, membre du groupe Textes & langue de lʼéquipe Passages xx-xxi. Il a consacré sa thèse de doctorat au phénomène métaphorique dans les romans de Nathalie Sarraute, et publié avec Philippe Wahl La Syllepse, figure stylistique (PUL, 2006). Il a participé à l’édition du Chantier littéraire de Monique Wittig (PUL/Éditions iXe, 2010). Ses travaux portent sur l’articulation entre langue et genre. Il est membre du comité pédagogique et scientifique du master européen ÉGALES (Études de genre et actions liées à l’égalité dans la société).

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search