Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Écritures majeures/écritures mineures

Présentation

Yannick Chevalier

Texte intégral

  • 1 « Une littérature mineure n’est pas celle d’une langue mineure, plutôt celle qu’une minorité fait (...)

1En intitulé de cette section, nous avons choisi de faire entendre le doublet conceptuel forgé par Deleuze et Guattari1, moins parce que les articles ici réunis se réclament de cette tradition critique – ce n’est le cas d’aucun – que parce qu’y est interrogé le rapport qu’entretiennent les œuvres wittigiennes avec ce qui, dans Le Chantier littéraire, est nommé « la littérature déjà là » : la formule pointe le fait que toute parole s’effectue sur un fond de déjà-dit, avec lequel la parole entre, quoi qu’elle en ait, en dialogue. L’écriture est ce qui s’enlève ou s’élève de ce donné a priori, et l’œuvre wittigienne va loin dans l’affichage, toujours très ostensible, d’une intertextualité. C’est là une des marques de fabrique constante des textes de Wittig.

  • 2 Sur la puissance structurante de cette tripartition antique sur nos propres conceptions, voir F. R (...)

2Or, ce que masque un peu la formule « la littérature déjà là », et que fait saillir la formule deleuzo-guattarienne, c’est que ce « déjà-là » est fortement structuré par des hiérarchies, l’hégémonie de certaines œuvres (celles dites majeures), de certains genres (littéraires), de certains noms propres (d’auteurs) l’emportant axiologiquement et socialement sur d’autres œuvres (celles dites mineures), sur d’autres genres (dits para-littéraires), sur d’autres noms propres (d’auteur.e.s). Que le champ littéraire soit fortement hiérarchisé, on le sait depuis au moins l’Antiquité où se formule la fameuse théorie des trois styles2, souvent représentée sous la forme d’une roue : le corpus virgilien est l’étalon au sein duquel l’on trouve le genre noble (L’Énéide) et son style épique, le genre moyen (Les Géorgiques) et son style didactique et le genre bas (Les Bucoliques) et son style simple. Pour autant, cette typologie générique, par son aspect fixiste, ne rend pas compte des phénomènes dynamiques à l’œuvre dans l’activité d’écriture : ce que Deleuze et Guattari permettent de penser, c’est que cette roue tourne, et que ce qui est considéré comme genre noble à un moment de l’histoire littéraire (l’épopée au temps d’Homère et de Virgile) peut être un genre désuet à un autre moment. Parler du mineur et du majeur, c’est précisément réintroduire une tension dans ce qui pourrait apparaître comme trop figé par les représentations héritées.

3La perspective que Merete Stistrup Jensen et Alexandra Bourse adoptent est celle du point de vue mineur, ou de la position minorée : en confrontant l’écriture de Wittig à celles d’Annie Ernaux et de Gloria Anzaldúa, toutes deux montrent les affinités stratégiques adoptées par des femmes/lesbiennes/issues de la classe populaire/considérées socialement comme marginales/considérées comme étrangères, engagées dans des praxis littéraires, c’est-à-dire des configurations discursives impliquant une légitimité dont l’assurance est assertivement anticipée. À ce titre, sont mises en évidence les manières partagées ou divergentes qu’adoptent des écrivains assujettis socialement (assujettis, c’est-à-dire considérés socialement comme subalternes et constitués socialement comme sujets) pour se faire entendre malgré tout : ce faisant, le geste d’écriture en vient à introduire du je(u) dans le système très pesant des hiérarchies statiques et opère comme possible clinamen, décalage ou « décalement » à l’origine ou au fondement d’un bouleversement cataclysmique. L’attention se porte donc sur la manière dont une écriture minorée ou minoritaire compose avec la littérature majeure.

4La perspective qu’adopte Marie-Hélène Bourcier est celle du point de vue majeur, ou de la position majorée, qui se dit et se pense comme position majoritaire : examinant la façon dont la modernité esthétique, conçue comme manifestation dans l’ordre du symbolique (de la représentation) de l’organisation sociale et politique, prescrit péremptoirement les hiérarchies entre catégories esthétiques (il y a le canon – ce qu’est l’art – et ce qui ne l’est pas – c’est-à-dire, rien ou pas grand-chose) et distribue les positions sociales légitimées, le propos vise à évaluer la tactique de Wittig d’accession à la littérature majeure. L’œuvre wittigienne des années 1960, 1970 et 1980 est relue à travers la grille conceptuelle forgée par les studies (qu’elles soient postcolonial, women’s, gay and lesbian ou queer) à partir des années 1980, et à ce titre la démarche est puissamment actualisante. L’attention se porte alors moins sur la façon que sur l’être minoritaire et la lutte qu’il engage avec les identités hégémoniques : dans cette optique, l’écriture littéraire est ce qui vise, non plus à saper ou à faire trembler l’ordre des choses tel qu’il se donne, mais à affronter – c’est-à-dire à prendre de front – avec ses propres armes les catégories légitimes ennemies.

5On verra que l’adoption de l’une ou de l’autre des perspectives conduit à des conclusions divergentes.

Notes

1 « Une littérature mineure n’est pas celle d’une langue mineure, plutôt celle qu’une minorité fait dans une langue majeure. », G. Deleuze & F. Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Les Éditions de Minuit, 1975, p. 29.

2 Sur la puissance structurante de cette tripartition antique sur nos propres conceptions, voir F. Rastier, Arts et sciences du texte, Paris, PUF, « Formes sémiotiques », 2001, p. 168 et sq.

Auteur

Maître de conférences en stylistique française à l’Université Lumière Lyon 2, membre du groupe Textes & langue de lʼéquipe Passages xx-xxi. Il a consacré sa thèse de doctorat au phénomène métaphorique dans les romans de Nathalie Sarraute, et publié avec Philippe Wahl La Syllepse, figure stylistique (PUL, 2006). Il a participé à l’édition du Chantier littéraire de Monique Wittig (PUL/Éditions iXe, 2010). Ses travaux portent sur l’articulation entre langue et genre. Il est membre du comité pédagogique et scientifique du master européen ÉGALES (Études de genre et actions liées à l’égalité dans la société).

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search