Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Choix esthétiques et modalités d'action

Un Cheval de Troie nommé dé-marquage : la neutralisation des catégories de sexe dans l’œuvre de Monique Wittig1

Dominique Bourque

Texte intégral

  • 1 Je remercie le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) qui a subventionné cett (...)

Elles doivent arborer leur étoile jaune, leur éternel sourire jour et nuit. (PS, p. 40)

Le langage projette des faisceaux de réalité sur le corps social. Il l’emboutit et le façonne violemment. (PS, p. 105)

  • 2 Voir D. Bourque, Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig, Paris, (...)
  • 3 M. Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, [1975] 1993, p. 119.
  • 4 M. Aucouturier, « Préface », dans ibid., p. 12.
  • 5 M. Bakhtine : « C’est le grand rire de la fête collective, des saturnales ou du carnaval, dont le (...)
  • 6 Ibid., p. 14.

1L’œuvre romanesque de Monique Wittig, par la représentation d’une libre interaction des énoncés, participe du roman dialogique. Comme je l’ai déjà montré2, cet engagement dialogique mine les perspectives arrêtées et absolues qui caractérisent une époque. Selon Mikhaïl Bakhtine, le prosateur « ne purifie pas ses discours de leurs intentions et des tonalités d’autrui, il ne tue pas en eux les embryons du plurilinguisme social3 ». Bakhtine, en élaborant une « poétique sociologique dans le cadre d’une science générale des idéologies4 », conçoit l’« objet esthétique » comme étant la mise en forme d’une vision du monde et d’une sensibilité artistique, ce qui lui permet de saisir le caractère innovateur des œuvres de Rabelais et de Dostoïevski − caractère émanant soit de la représentation du « grand rire5 », soit du dialogue ouvert : « Loin de faire du personnage un “il” enfermé dans un réseau de déterminations (la nature humaine, le type social, le caractère psychologique), il [Dostoïevski] en fait une liberté6. » Aussi le récit dostoïevskien est-il constamment travaillé par le jeu complexe du plurilinguisme.

  • 7 « Laisser le sexe hors champ du genre risque de lui conserver le statut de réel incontournable. (E (...)
  • 8 « Si le désir pouvait se libérer, il n’aurait rien à voir avec le marquage préliminaire des sexes. (...)

2Ce plurilinguisme, on le retrouve dans le corpus wittigien, ce qui lui donne en partie son originalité formelle, d’autant plus que ce corpus vise à universaliser constamment un point de vue minoritaire lesbien. Comme on va le voir, c’est sur une mise en question du sexe social7, dans une perspective dialogique particulièrement décentrée, que se réalise cette universalisation. Selon Wittig, le genre doit être aboli car il n’opère rien de moins que la déshumanisation des individus déclarés « femmes » en les réifiant et en les réduisant à leur sexe. En présentant des protagonistes dits « féminins » en tant qu’êtres (de désir) résistant non seulement à la norme hétérosexuelle8, mais également au régime politique qui l’impose, elle leur donne une pleine subjectivité (à la fois individuelle et sociale) et donc une représentativité. L’audace de cette esthétique se fonde en partie sur les conceptions politiques et philosophiques de Wittig. J’en retracerai d’abord les grandes lignes afin de bien situer l’analyse textuelle d’œuvres dont je n’ai pas encore traité : sa pièce radiophonique La Récréation (1967) et sa pièce de théâtre Le Voyage sans fin (1985), ses nouvelles « Une partie de campagne » (1973) et « Un jour mon prince viendra » (1978), ainsi que ses essais rédigés entre 1976 et 1990. Nous inclurons le Brouillon pour un dictionnaire des amantes (1976) de même que le scénario du film The Girl (2001), créés en collaboration avec Sande Zeig. En fait, la poétique wittigienne opère une subversion formelle en faisant usage de plusieurs procédés littéraires que je classe sous le concept de « dé-marquage ». Avant de voir ce que ce concept recouvre, voyons quels sont les enjeux de la réflexion politique et philosophique de Wittig.

SEXE SOCIAL, DIFFERENCE ET MARQUE DU GENRE

  • 9 “The Category of Sex” paraît à l’automne 1982 dans la revue américaine Feminist Issues, vol. 2, no(...)
  • 10 Titre d’une conférence qu’elle a donnée en 1979 au congrès annuel de la Modern Language Associatio (...)
  • 11 Christine Delphy avait bien mis en relief cette oppression dans son article « L’ennemi principal » (...)

3Dans son premier essai, qu’elle rédige en 19769, Wittig s’attaque au fondement de ce qu’elle appellera par la suite la « pensée straight10 », soit les catégories de sexe. S’inspirant de l’analyse matérialiste, elle prend le contre-pied de la doxa qui stipule l’existence d’une nature distincte des êtres humains en fonction de leur sexe biologique. En réalité, cette division masque un rapport de domination, celui de l’oppression de la classe des femmes par la classe des hommes11 :

Masculin/féminin, mâle/femelle sont les catégories qui servent à dissimuler le fait que les différences sociales relèvent toujours d’un ordre économique, politique et idéologique. Tout système de domination crée des divisions sur le plan matériel et sur le plan économique. (PS, p. 36)

4Elle conclut que « le sexe est une catégorie politique » (PS, p. 38) qui, loin de préexister à l’oppression des individus classés « femmes », loin d’en être la cause, en est le produit. Pour que ces individus objectivés puissent exister en tant que sujets à part entière, il n’est d’autre solution que leur refus du « féminin » en tant qu’il renvoie, comme elle le précisera plus tard, au « mythe de la-femme » (PS, p. 49) et à « l’obligation […] de la reproduction de la société hétérosexuelle » (PS, p. 39).

5Dans « La catégorie de sexe », Wittig ne se contente pas d’articuler une perspective radicale et révolutionnaire. Elle historicise la pensée des différences, qui, en bon discours autoritaire et donc monologique, se présente dans une version irréfutable : « La pensée dominante refuse de se retourner sur elle-même pour appréhender ce qui la remet en question. » (PS, p. 37) Ce système conceptuel binaire (femme/homme, nature/culture, corps/esprit, l’autre/le même, etc.) impose, justifie et perpétue des politiques qui donnent à une élite le statut de référent au détriment des autres groupes sociaux :

Le concept de « différence des sexes » par exemple constitue ontologiquement les femmes en autres différents. Les hommes [hétérosexuels] eux ne sont pas différents. (Les Blancs non plus d’ailleurs ni les maîtres mais les Noirs le sont et les esclaves aussi). (PS, p. 58-59)

6Le régime hétérosexuel, fondé sur cette bi-catégorisation, agit très efficacement en socialisant des individus qui, dès leur naissance, passent obligatoirement par la déclaration du « sexe ». Pour les petites « filles », nous rappelle l’auteur dans « On ne naît pas femme » (1980), le modelage de la personnalité, en fonction de leur soi-disant « nature » particulière (fragilité, passivité, insécurité), confirme l’oubli de soi au profit des autres (altruisme, patience, compréhension, dévouement), oubli qui rend possible leur domestication et leur exploitation matérielle. Non seulement ce régime politique affecte différemment les femmes selon qu’elles appartiennent à une classe sociale ou à une autre, à un groupe racisé ou non, etc., mais il concerne aussi les « autres-différents » que sont par exemple les homosexuels, les hommes non virils, les Noirs, les pauvres :

La société hétérosexuelle n’est pas la société qui opprime seulement les lesbiennes et les hommes homosexuels, […] elle opprime toutes les femmes et de nombreuses catégories d’hommes, tous ceux qui sont dans la situation de dominés. (PS, p. 36)

7La question qui se pose pour Wittig, c’est la manière de combattre efficacement cette société, d’éliminer ses classes et ses répartitions catégorielles. En fait, le matérialisme dialectique aurait refusé de penser la subjectivité des individus dominés et passé outre la nécessité de la concevoir et de l’intégrer dans ses analyses, ce qui constitue une faille selon Wittig. Or au-delà de la prise de conscience de leur exploitation, il y a deux facteurs qui permettent aux individus de devenir sujets de leur histoire. Ce sont d’une part leur refus individuel des catégories politiques (de sexe, de classe, de race, etc.) qui les aliènent, et d’autre part l’élaboration de concepts qui, à partir du point de vue minoritaire, visent « une nouvelle définition de la personne et du sujet pour toute l’humanité » (PS, p. 52).

  • 12 T.-G. Atkinson, Odyssée d’une amazone [1974], Paris, Des femmes, 1975, cité dans PS, p. 47.

8Précisons que Wittig ne se réfère pas à des sujets ontologiques dans ses essais, contrairement à ce qu’a affirmé Judith Butler dans Trouble dans le genre, mais bien à des sujets cognitifs, politiques et historiques (PS, p. 51). Les lesbiennes, de par leur position externe à l’économie hétérosexuelle (et non parce qu’elles possèderaient une essence propre), font l’illustration que cette économie n’est pas « naturelle » comme le discours dominant s’acharne à nous le faire croire. Fuyant la classe des femmes sans intégrer celle des hommes, indépendantes de ces derniers sur tous les plans, elles montrent qu’il est possible d’entrevoir « une société sans sexes12 ». Dans ce monde, l’anatomie génitale des individus n’aurait aucune incidence sur la façon dont ils sont perçus ni sur leur statut. Le lesbianisme, en tant que posture politique, fait la preuve qu’on peut concevoir des modes de vie et des concepts résistant au régime actuel.

  • 13 Voir C. Michard, Le Sexe en linguistique. Sémantique ou zoologie ?, Paris, L’Harmattan, 2002. Elle (...)

9La tâche reste néanmoins considérable pour les nouveaux sujets, car les catégories à supprimer sont au fondement même des sciences humaines et du langage. En obligeant les « femmes », et elles seules, à déclarer leur sexe lorsqu’elles s’expriment, la langue française relativise leur subjectivité, la restreint à leur seule « anatomie », ce qui constitue une violence contre leur humanité. De fait, parce que la marque du genre n’est attribuée qu’à ce groupe social, elle positionne les hommes comme les représentants de l’humanité (la norme) et les femmes comme les représentantes seulement d’un sexe, et donc d’un type particulier d’humains, voire d’animaux (les femelles), ainsi que l’a montré la linguiste Claire Michard13. Wittig conclut qu’il est nécessaire « de déloger de la grammaire et de la linguistique une catégorie sociologique qui n’ose pas dire son nom » (PS, p. 105).

10La notion syntaxique de « marque du genre » retient ainsi l’attention de l’auteur qui la rattache au système social pour rendre compte de l’ampleur du phénomène de la domination que subissent les femmes :

Ce que nous prenons pour la cause ou pour l’origine de l’oppression n’est en fait que la « marque » (C. Guillaumin) que l’oppresseur impose sur les opprimés : le « mythe de la femme » (S. de Beauvoir) en ce qui nous concerne, plus ses effets et ses manifestations matérielles dans les consciences et les corps appropriés des femmes. (PS, p. 45)

  • 14 C. Guillaumin, « Race et nature. Système des marques. Idée de groupe naturel et rapports sociaux » (...)

11Dans son texte « La marque du genre » (1985), Wittig précise que l’éradication du sexe social sur les plans politique, philosophique et linguistique a été son principal objectif, car « même les catégories abstraites et philosophiques agissent sur le réel en tant que social » (PS, p. 105). Wittig rejoint ici la perspective sociologique de Colette Guillaumin, à savoir que le système des marques « témoigne de l’inscription conventionnelle et artificielle des pratiques sociales ». La sociologue constate que le caractère indélébile et la proximité au corps de la marque varient en fonction « 1) de la permanence supposée de la place qu’elle énonce ; 2) du degré de dépendance qu’elle symbolise éventuellement ». Elle précise enfin que le « groupe dominant impose une inscription fixe à ceux qui sont dans sa dépendance matérielle14 » et donne l’exemple de la marque vestimentaire dont la permanence ne subsiste aujourd’hui que dans le cas de la division des sexes, contrairement aux employés, par exemple, qui quittent leur uniforme après le travail. Comme nous allons le montrer, il suffit d’ouvrir n’importe lequel des textes wittigiens pour s’apercevoir qu’ils subvertissent, chacun à leur manière, ce système des marques.

DÉ-MARQUAGE

  • 15 Dictionnaire en ligne Reverso : http://dictionnaire.reverso.net

12Le terme « marquage » que j’utilise recouvre ce phénomène d’imposition d’une « inscription » par le « groupe dominant ». Le « marquage », c’est l’action de marquer pour rendre reconnaissable, pour surveiller ou pour entraver. Cette définition tient compte des significations habituelles du terme, soit : « 1. Action de marquer, de faire ou laisser une trace, une empreinte ; 2. Fait de rendre reconnaissable par un signe distinctif ; 3. (sports) Fait de surveiller de près un joueur adverse15. » Ce marquage des dominées est donc au cœur des préoccupations de Monique Wittig, il s’agit là d’une problématique qui informe l’entièreté de son travail, qu’il soit philosophico-politique ou littéraire. L’exergue qui annonce sa nouvelle intitulée « Un jour mon prince viendra » l’énonce clairement :

  • 16 Cette citation est attribuée à Camille Larsen, pseudonyme de Wittig. « Un jour mon prince viendra  (...)

Contrefaites, trafiquées dans leur physique, dans leurs gestes, dans leur mentalité, quels que soient leur sexe, leur espèce, leur race, les créatures esclavagisées par le corps social et politique dans son ensemble témoignent jusque dans les formes de leurs corps des effets de la brutalité et de la violence de ce que nous appelons la culture16. (PLP, p. 101)

  • 17 P. Noizet, « Voir et dire : la conscience de l’Histoire dans Virgile, non », dans D. Bourque & J. (...)

13On s’en doute bien, l’auteur ne se contente pas d’évoquer mais représente également cette violence multiforme dans chacune de ses œuvres. Comme le remarque Pascale Noizet, par de telles représentations, Wittig « amplifie les effets et les marques de genre pour mieux les singulariser et forcer une réalité masquée la plupart du temps sous de beaux atours17 ». Elle met ainsi en relief cette violence au quotidien, qu’elle soit celle du marquage corporel via les modes vestimentaires et les agressions physiques, ou qu’elle touche l’estime de soi, par le moyen d’humiliations et de traitements déshumanisants. En décalant ainsi la perspective par rapport au discours hégémonique, elle le circonscrit tout en le contextualisant. Détrôné de sa position transcendante et autoritaire, il apparaît comme un discours cernable parmi d’autres ; comme un discours surtout qui protège férocement le pouvoir et les privilèges du groupe social dominant.

14Pour dialogiser cette perspective doxique, Wittig recourt à des stratégies variées. Elle met en scène par exemple plusieurs points de vue dissidents, associés à divers genres littéraires, cultures et époques : de l’Italie médiévale (adaptation à partir d’un point de vue lesbien du récit de voyage de La Divine Comédie dans Virgile, non) au Paris contemporain (mise en fables de confrontations entre militantes dans Paris-la-politique), en passant par la Renaissance espagnole (actualisation des aventures d’une Don Quichotte volant au secours des femmes dans Le Voyage sans fin). Elle nous conduit de la chronique rebelle d’une enfance catholique (L’Opoponax) à la geste utopique de féministes révolutionnaires (Les Guérillères), à la réécriture subversive et ludique des mythes et des définitions (Brouillon pour un dictionnaire des amantes), ainsi qu’à une version saphique du Cantique des cantiques (Le Corps lesbien) et du film noir (The Girl). La mise en forme à la fois familière et surprenante de ces points de vue inédits dans la sphère littéraire force l’attention et donne une portée inattendue aux propos de protagonistes atypiques.

15Par ses appropriations de célèbres figures dissidentes (Sappho, Dante, Don Quichotte, Jésus, etc.) et de formes littéraires variées, par l’hybridité qu’elle pratique entre les personnages (en adjoignant un héros masculin et féminin, en « lesbianisant » un héros masculin, en associant action et passion, etc.) et les genres (nobles et populaires, fictifs et scientifiques, épiques et lyriques, « masculins » et « féminins »), Monique Wittig brouille le système représentationnel occidental et en sape le simplisme binaire. Soudainement, il n’y a plus finalement des êtres lucides (les savants, les philosophes et les psychanalystes) d’un côté et des fous (les meurtris et les critiques de l’idéologie dominante) de l’autre, des êtres normaux (les hétéros et les bien-pensants) d’un côté et des êtres anormaux (les homos et les rebelles) de l’autre, des groupes « naturellement » forts (les hommes, les riches, les non racisés…) d’un côté et des groupes « naturellement » faibles (les femmes, les pauvres, les racisés…) de l’autre, mais un décentrement qui travaille les univers symbolique et esthétique jusqu’à produire un « contre-texte », véritable Cheval de Troie pour paraphraser Wittig.

  • 18 Voir le projet de recherche « Mort annoncée du sexe social : stratégies de “dé-marquage” du genre (...)
  • 19 Voir D. Bourque, Écrire l’inter-dit, op. cit.

16On peut comprendre ce procédé de décentrement comme étant de l’ordre d’un « dé-marquage18 », ainsi que je le nomme. Le dé-marquage wittigien opère formellement le contournement, la neutralisation ou l’abolition du marquage infligé aux classes dominées, faisant surgir ainsi un point de vue minoritaire sur le monde au sein de la culture dominante. Un examen des diverses formes que prennent les procédés du dé-marquage dans les arts m’a permis d’identifier quatre niveaux d’inscription de ces derniers : linguistique, représentationnel, structurel et conceptuel. Concernant le plan structurel, j’ai déjà montré19 qu’en métissant les formes littéraires traditionnelles et en proposant de « vraies » héroïnes (courageuses, actives, autonomes) plutôt que des repoussoirs ou des modèles de féminité (charmantes, douces, réservées), sinon des cas d’exception, Wittig mine les catégories esthétiques et sociales, et peut donc proposer des visions plus complexes des êtres humains et de leurs relations. Ainsi, dans Le Corps lesbien par exemple, les protagonistes (j/e et tu) passent alternativement par toute la gamme des émotions et des postures (violence du désir/indifférence, jalousie/complicité, paralysie/fébrilité, colère/quiétude, détresse/joie, etc.) que peuvent vivre des amants quels qu’ils soient. Leurs rencontres entraînent en outre de constantes transformations (morcellements et recompositions des corps, métamorphoses) qui rendent j/e et tu littéralement insaisissables, et donc inclassables. Nous ne reviendrons pas ici sur le niveau structurel ou dialogique du travail de Wittig. Quant au plan conceptuel, nous venons de voir comment elle en arrive à miser sur le lesbianisme politique comme étant une porte de sortie de la « pensée straight », ce qui nourrit bien sûr son travail littéraire.

17En ce qui concerne les plans linguistique et représentationnel vers lesquels nous nous tournons maintenant, je limiterai les exemples à la seule catégorie du sexe social qui est, comme je l’ai montré, le principal cheval de bataille de l’auteur. Je tire ces exemples des œuvres moins connues de Wittig de manière à leur donner une plus grande visibilité dans la sphère des études wittigiennes et à favoriser, suivant l’esprit du colloque qui a donné lieu à ce texte, leur (re)découverte. À l’occasion, je me référerai également aux essais pour montrer que le travail qu’effectue l’auteur sur la langue ne se limite pas à ses seuls textes de fiction.

Stratégies linguistiques

18L’analyse socio-linguistique montre que la langue n’est pas neutre, c’est-à-dire intouchée par les structures sociales. Ainsi limitée, figée, elle cadre notre regard sur le monde. Pour en réactiver les potentialités, les écrivains doivent donc la libérer de ces structures. Dans la perspective du dé-marquage des sujets catégorisés « femmes », ce sont les lieux d’inscription linguistique de la personne qui retiennent l’attention de Wittig. Ils concernent les dimensions nominales, pronominales et syntaxiques.

  • 20 Cette pièce inédite a été diffusée par Radio Struttgart en 1967. Un enregistrement sonore est disp (...)

19Afin d’échapper à la taxinomie hétérosexuelle, le texte wittigien se distancie d’un premier mode de stigmatisation, soit le marquage envahissant des anthroponymes. Par exemple, l’auteur use de prénoms épicènes appartenant à diverses cultures, en particulier celles de l’Antiquité comme Hippolyte, Lucrèce, Hannah. Cette préoccupation onomastique n’est en aucun cas un effet de mode. En effet, en 1967, la radio propose la pièce de Wittig intitulée La Récréation20 qui relate une conversation entre une massothérapeute et sa cliente durant une séance de massage. Il y est question à plusieurs reprises d’une connaissance commune qui a choisi de se faire appeler Aubierge, un prénom mixte épicène très peu usité, comparativement à dʼautres prénoms similaires que comporte la langue française : Camille, Claude et Dominique, notamment. Ces quatre prénoms apparaissent d’ailleurs dans la liste nominale qui ponctue Les Guérillères (1969), sorte de « poème épique » (PS, p. 113) porté, comme le précise l’auteur, par la fureur du protagoniste collectif que représente le pronom pluriel elles en lutte contre le pronom ils pour lui dérober son universalité, et donc rendre caduques les catégories de sexe. Wittig s’approprie par ailleurs l’un de ces quatre prénoms dans la signature de l’exergue de la nouvelle « Un jour mon prince viendra », où elle utilise le pseudonyme Camille Larsen (PLP, p. 101). Dans cette nouvelle, des individus, appelés corps et réduits à leur seule capacité reproductrice par des êtres impitoyables, fomentent une révolte avec le peu de moyens qu’il leur reste pour le faire, soit la concoction d’un poison dans leur bouche. Le choix d’un prénom épicène pourrait paraître aussi dérisoire qu’une morsure venimeuse administrée individuellement à l’ennemi, mais s’il se multiplie, il introduit un grain de sable dans la mécanique de la polarisation des sexes.

  • 21 « Quand on demande à Blandine le plus petit […] il devient méfiant », PLP, p. 129.
  • 22 P. Noizet, L’Idée moderne d’amour. Entre sexe et genre : vers une théorie du sexologème, Paris, Ki (...)

20Dans la parabole « Les Tchiches et les Tchouches », où l’élément discriminant est le statut social, l’emploi de sobriquets neutres tels Malte, Turnip et Blowsie (PLP, p. 130 et 136), ainsi que d’un prénom féminin « générisé »21, participe de ce même combat contre un système de classification discriminatoire. Enfin, Wittig et Sande Zeig réutilisent un procédé original des Guérillères dans le Brouillon pour un dictionnaire des amantes. Il s’agit de l’universalisation parodique du « féminin » par la féminisation systématique, marquée ou non, des références masculines : Arès (« Ménélippe a ainsi permis à Arès de partir saine et sauve », BDA, p. 31), Bacche pour Bacchus (BDA, p. 37), Fausta pour Faust (BDA, p. 40), Frederica pour Zarathoustra dans une allusion ironique à Nietzsche (BDA, p. 44), Pascale pour Pascal (« Pleurs, pleurs de joie, disait la grande Pascale », BDA, p. 45). Le décentrement onomastique montre bien que l’usage récurrent des anthroponymes a « affaire à la sexuation d’une pratique signifiante qui ne laisse voir, dès son application, aucun vide sémantique : le nom propre remplit une fonction de classification genrée des êtres humains22 », et ce avant même leur naissance. Le décentrement force l’attention du lecteur en le confrontant à son horizon d’attente.

21Du côté des substituts lexicaux, relevons les « tchiches » et les « tchouches » dans la nouvelle éponyme, « les petites chaises » et « les judas » dans Paris-la-politique, ainsi que “ lover” et “Agnus Dei” dans The Girl, film de Sande Zeig réalisé en 2001 à partir d’un scénario de Wittig racontant une passion entre une peintre lesbienne et une chanteuse prise en otage par un proxénète. Ces substituts lexicaux permettent d’éviter l’usage d’un prénom marqué et introduisent un brouillage dans l’usage des pronoms habituels, car ce sont les substantifs (chaises, judas, Agnus Dei, etc.) qui déterminent le genre employé et non le sexe des protagonistes. Dans « Un jour mon prince viendra » le substantif référentiel « corps » – « les nourrices viennent alimenter les corps » (PLP, p. 102) –, qui évoque les femmes en tant qu’elles sont réifiées, appelle en outre des attributs qui déstabilisent cette référence : « le vainqueur » (PLP, p. 106), « le victorieux » (PLP, p. 109), « le parleur » (PLP, p. 115). Dans Brouillon pour un dictionnaire des amantes, tout comme dans La Pensée straight, plutôt que de rester dans l’ambiguïté référentielle des termes génériques comme « homme », l’auteur privilégie un lexique indifférencié, tel « sujet », « personne », « êtres », « humains », « peuple », lequel lexique rectifie le rapport asymétrique entre les catégories de sexe. En montrant ainsi que le langage est caractérisé par une extrême codification qui produit la symbolique du dominant, Wittig subvertit son apparente coïncidence avec le monde en contournant son caractère soi-disant inéluctable.

  • 23 Voir D. Bourque, Écrire l’inter-dit, op. cit.

22En ce qui concerne l’ordre pronominal, la palme revient au pronom indéterminé en genre et en nombre on qui se retrouve dans tous les textes susmentionnés. J’ai montré par exemple l’impact de ce pronom sur la construction actorielle de Catherine Legrand dans L’Opoponax23. En optant pour le seul pronom accessible à tous qui échappe au marquage du genre grammatical, Wittig soustrait ses personnages de petites filles à la catégorie métaphysique du féminin qu’a assimilée la langue française : la dialogisation du pronom indéfini abolit aussi bien les frontières entre les personnes qu’entre les catégories de sexe. Cet objectif, l’auteur le poursuit aussi en usant de pronoms non marqués comme le « qui » relatif (« Rompre le contrat social en tant qu’il est hétérosexuel, c’est une nécessité pour qui n’y consent pas », PS, p. 69), ou en éliminant des pronoms « féminins ». Il en va ainsi lorsqu’elle recourt à « eux » plutôt qu’à « elles » pour se référer au mot « sirènes » par exemple (« Mais les sirènes, eux, avaient des membres antérieurs. », PLP, p. 103). Enfin, elle générise le nous dans un contexte d’universalisation du « féminin spécifique » : « Nous sommes actuellement entrées dans l’âge de gloire » (BDA, p. 19). Ces entorses aux règles pronominales déstabilisent notre lecture et nous invitent à un questionnement : pourquoi le générique et le masculin se confondent-ils ? Qu’arriverait-il s’il n’y avait plus de marques du féminin dans la langue ?

  • 24 L’universalisation du féminin se distingue de la féminisation, telle qu’elle est généralement ente (...)

23Sur le plan syntaxique, l’auteur procède de deux manières : le contournement du genre féminin ou son universalisation24. Dans le premier cas, Wittig évite ou limite les formes grammaticales appelant l’accord des participes et des adjectifs. Il n’y a ainsi qu’un seul accord la concernant dans son introduction à La Pensée straight, et il se trouve dans la dernière portion du texte, au sein d’une proposition subordonnée : « La première a été Questions Féministes dont le collectif m’a invité [sic] à les rejoindre lorsque je suis venue pour la première fois aux États-Unis. » (PS, p. 16) En général, elle opte pour une structure qui contourne l’accord avant d’en venir à celle qui en contient un, ce qui, dans le cas des pronoms collectifs, crée un effet d’universalisation : « Il y a dix ans, nous nous mettions debout pour nous battre pour une société sans sexes. Aujourd’hui, nous revoilà prises au piège […] du “c’est-merveilleux-d’être-femme”. » (PS, p. 47) On voit bien comment la stratégie discursive peut se modifier selon le contenu à divulguer : il s’agit en l’occurrence d’insister sur le caractère répressif de cette posture qui essentialise encore une fois les femmes, et l’on comprend dès lors que le pronom revendique une collectivité qui autrement pourrait s’engloutir dans l’espace carcéral d’une féminité anhistorique.

  • 25 « Une partie de campagne », Nouveau commerce, no 26, 1973. Cette nouvelle reparaît dans Paris-la-p (...)

24En ce qui concerne le procédé d’universalisation, Wittig « générise » le genre féminin. Ainsi, dans « Une partie de campagne25 », texte tombé des Guérillères et qui consiste en la description des gestes et des perceptions d’une bande en vacances, tous les prénoms sont féminins et tous les personnages sont désignés par les pronoms « elle » et « quelqu’une », ou par un substantif féminisé comme « chasseuses », « conductrice », « promeneuses », « femme en bras de chemise », ou encore par le substantif au référent générique « la personne ». Là encore, le procédé de dé-marquage a pour effet de délivrer les personnages de leurs rôles socioculturels, mais il permet également au lecteur de se resituer lui-même en tant qu’il observe des protagonistes qui s’observent à tour de rôle, ainsi que le monde qui les entoure, en tant donc que le regard circule de l’un à l’autre, et se pose sur l’un et sur l’autre.

25Neutraliser et combattre la marque du genre telle qu’elle s’inscrit dans la langue française, voilà l’objectif qui détermine l’écriture wittigienne. En usant de l’une ou l’autre des stratégies susmentionnées, Wittig s’attaque aux problèmes que pose la sexuation associée à la dimension de la personne, soit la spécificité discriminante et la coïncidence du masculin et du générique. Ces problèmes correspondent au traitement asymétrique réservé aux catégories de sexe dans la majorité des discours. Comme le rappellent Claire Michard et Catherine Viollet :

  • 26 C. Michard & C. Viollet, « Sexe et genre en linguistique. Quinze ans de recherches féministes aux (...)

seuls les membres de la classe de sexe dominée (les femmes) sont définis par leur sexe – femme –, les membres de la classe dominante se définissant par leur genre – humain –, leur appartenance de sexe intervenant éventuellement comme une qualification secondaire, contingente26.

26C’est bien à ce processus de différenciation que s’attaque Wittig. Mais elle ne l’affronte pas seulement sur le plan linguistique ; les stratégies représentationnelles garantissent un travail de sape aussi original qu’efficace.

Stratégies représentationnelles

27De même que la langue oriente notre perception des êtres humains par son traitement des personnes en fonction de leur sexe, de même les représentations culturelles que sont les personnages concourent à notre constitution en fonction de l’identité qui nous a été assignée (hommes/femmes, Blancs/Noirs, riches/pauvres, etc.). Les stratégies représentationnelles englobent la mise, les comportements et l’inscription sociale des personnages. On percevra immédiatement un dé-marquage lorsqu’il y a refus ou détournement des codes sociaux en matière vestimentaire (tenues, chaussures, coiffure, etc.). Dans le cas des protagonistes dits « féminins », cela consisterait à préférer une tenue confortable à des vêtements ou à des accessoires gênants ou entravant les mouvements, et qui n’accentuent ni ne mettent en évidence les caractères sexuels secondaires (peau lisse, seins, fesses).

28Il en va de même des comportements qui concernent la gestuelle, l’expressivité ou les modes relationnels. On parlera par exemple d’une déconstruction des normes hétérosexuelles via les pratiques de transgenrisme, performance drag ou encore androgynat. Mieux encore, on notera un court-circuitage des impératifs hétérosociaux en rencontrant l’évitement ou l’abolition, plutôt que la représentation, des comportements « genrés », et l’invention de nouvelles manières d’être. Dans la sphère de l’inscription sociale, le dé-marquage s’exprime lorsqu’il y a refus de l’hétérosexualité, de l’enfantement, du sexage ou de toutes autres formes d’oppression. Il peut aussi prendre la forme du choix d’un métier non traditionnel ou d’une migration, voire d’un exil politique (par exemple pour cause de limitation des libertés ou des droits civils).

  • 27 Réalisation Anne Faisandier, production Compagnie Renaud-Barrault & Centre audiovisuel Simone de B (...)
  • 28 M. Wex, citée par C. Michard & C. Viollet, « Sexe et genre en linguistique », art. cit., p. 115.

29Wittig met en œuvre de telles stratégies représentationnelles visant à un dé-marquage. Prenons Le Voyage sans fin, pièce de théâtre qui dissocie son et action afin de réactiver le potentiel d’expressivité de l’un et de l’autre. Il s’agit d’une actualisation comique des aventures de Don Quichotte et de Sancho Panza, incarnés respectivement par un mime et par un clown. Dans cet exemple, on retrouve beaucoup des procédés susmentionnés. En effet, les choix de mise de Quichotte et Panza, tels qu’ils apparaissent dans l’enregistrement d’une représentation au Théâtre du Rond-Point en juin 198527, sont commodes. Elles portent les cheveux courts, des chaussures sans talons et des vêtements pratiques et souples qui ni n’embarrassent leurs mouvements ni n’appellent le regard sur certaines parties de leur corps. Elles ne se plient pas non plus à l’injonction de la féminité en ce qui concerne la posture que Marianne Wex décrit ainsi : « jambes serrées, pieds droits ou tournés vers l’intérieur, bras près du corps, c’est-à-dire qu’elles utilisent le minimum d’espace28. » Au contraire, on les voit dans des positions acrobatiques lorsqu’elles font mine de galoper à toute allure ou de se battre, ou encore dans des positions de détente totale, conformément à cette didascalie de l’auteur : « l’ensemble du spectacle doit […] faire montre de couleurs et d’une grande variété de gestes et de postures. » (VSF, p. 6) Plutôt que de se faire les plus discrètes ou gracieuses possibles, elles occupent les lieux et se concentrent sur leurs objectifs respectifs, ceux-là mêmes qui les ont amenées à parcourir les routes et à quitter l’univers de la domesticité, n’en déplaise à l’une des sœurs de Quichotte qui tente en vain de la convaincre de rentrer au bercail : « Reviens à la maison et admets qu’il y a des occupations mieux assorties à des personnages de ton âge et de ton sexe que d’aller courir le monde revêtue d’une armure, une lance à la main. » (VSF, p. 41) Quichotte cherche à réparer les injustices qui sont faites aux femmes (le métier de justicier est encore une chasse gardée masculine dans la culture occidentale) et n’hésite pas à user d’armes pour le faire. Panza, elle, a quitté mari et enfants, pour améliorer son sort avec le salaire que lui verse Quichotte et l’île qu’elle lui a promise. Enfin, Quichotte est amoureuse d’une fermière qu’elle voit comme « un pair et compagnon » (VSF, p. 26), prête à partager ses aventures, et non comme la figure effacée et passive qu’évoque la Dulcinée de Cervantès.

30On pourrait faire une analyse similaire des amantes du Brouillon et du couple lesbien plus contemporain représenté dans le film The Girl, qui remettent en question, entre autres, la monogamie historiquement imposée aux femmes occidentales et amplement illustrée dans la littérature. Ainsi, dans le premier cas, les allusions à la liberté amoureuse sont nombreuses, comme on peut le voir dans ces deux extraits :

Anactoria
Amante d’Attis et de Sappho. « Anactoria que nous aimons toutes les deux, Atthis, / demeure maintenant dans la lointaine Sardes / […] son cœur est lourd de peine, / alors elle nous appelle et nous crie de venir, / cela ne reste pas ignoré de nous deux, / la nuit aux mille oreilles nous le chante à travers la mer » (Sappho, Poèmes, Grèce, âge de fer). (BDA, p. 26-27)

Butiner
[…] Recueillir diverses sortes de cyprine pour les conserver. On les utilise généralement à la confection de parfums. Cette activité n’est pas pratiquée uniquement par celles qui ont une grande quantité d’amantes. (BDA, p. 46-47)

31De toute évidence, loin d’être contraintes par un contrat, les figures évoquées sont maîtres de leur vie.

32Dans The Girl, le narrateur lesbien s’éprend d’une jeune chanteuse sans que ceci n’occasionne de crise avec son amante. Cette dernière prend même ses distances de manière à lui laisser l’espace dont il a besoin. Elle reste toutefois aux aguets et ressurgit lorsque la vie du narrateur est menacée. On sort clairement de l’injonction hétérosexuelle à la fidélité qui ne concernait par ailleurs que les épouses puisque les maris bénéficiaient d’une impunité :

  • 29 C. Denoël, « L’histoire de l’adultère au xixe siècle », 1789-1939 L’Histoire par l’image : http:// (...)

Jusqu’à la fin du xixe siècle, la dissymétrie entre les sexes qui est au cœur de l’adultère demeure plus que jamais d’actualité : la femme, éternelle mineure, est réduite à la sujétion de son mari et, lorsqu’elle se rend coupable d’adultère, ne doit attendre aucune indulgence de la part de la justice comme de la société, au contraire du mari dont l’adultère passe inaperçu29.

33On le voit, les représentations des protagonistes de Wittig se démarquent à plusieurs titres de celles qui ont dominé la culture occidentale, d’autant plus qu’elles ne comportent que très peu de lesbiennes jusqu’aux années 1960. Celles-ci étaient par ailleurs dépeintes comme des êtres anormaux, déchirés ou pervers et connaissaient une fin tragique. Ces représentations ne correspondent pas du tout aux protagonistes wittigiens qui sont critiques de l’ordre établi, résistants à toute forme d’enfermement ou de contrôle des femmes et résolument tournés vers l’avenir.

UNE PO-É/LI-TIQUE30

  • 30 Je reprends ce néologisme au titre que j’ai donné à l’article « L’exil comme po-é/li-tique de la m (...)

34Le corpus wittigien déploie de multiples procédés formels pour éradiquer le système de marques. C’est précisément au marquage des femmes que s’attaque Wittig en cernant, contournant, ou en supprimant ses manifestations conceptuelles, structurelles, représentationnelles et linguistiques. Dans le premier cas, une saisie du discours hégémonique la conduit au repérage du système de pensée à l’origine des concepts en jeu (catégories de sexe, de différence, de genre, etc.) dans la culture occidentale, système qu’elle a qualifié d’hétérosexuel. Au niveau structurel, l’hybridation de genres littéraires conventionnels rend possible la représentation d’une variété de discours et ainsi de points de vue minoritaires dissidents. Du côté des protagonistes, liberté de mouvement, d’action et de désir rime avec projets émancipateurs ou révolutionnaires, et leur assure une pleine subjectivité. Enfin, en ce qui concerne la marque du genre grammatical, Wittig propose deux avenues, évitement et universalisation, qui ne s’excluent pas nécessairement et permettent d’envisager une langue débarrassée du genre grammatical et donc en mesure d’assurer une représentation universelle à tous les locuteurs, quels qu’ils soient.

35Les stratégies du dé-marquage agissent non seulement à plusieurs niveaux du texte, mais également dans l’ensemble de l’œuvre, incluant les textes les moins étudiés. Elles donnent force et cohérence à ce Cheval de Troie wittigien qui ouvre la voie à un profond renouvellement des différentes facettes d’une œuvre littéraire : point de vue, forme, mots. Si pour moi l’intérêt de lire Monique Wittig a été la mise au jour des non-dits, voire des « inter-dits » de la culture occidentale, aujourd’hui c’est la mise au jour du Cheval de Troie qu’elle a créé qui retient mon attention. Il paraît étrange, informe et même ridicule à certains, ce Cheval qui s’avance sur plusieurs terrains à la fois, mais il n’en traverse pas moins les années, érodant page après page nos conditionnements et nos résistances à envisager les êtres et le monde autrement.

  • 31 M. Yagello, Les Mots et les femmes, Paris, Payot, 1978, p. 187.
  • 32 A. Livia, Pronoun Envy. Literary Uses of Linguistic Gender, Oxford, Oxford University Press, 2001, (...)

36Coup d’épée dans l’eau que le dé-marquage en cette ère de retour en force des modèles sexués et même d’hypersexualisation ? Wittig n’est pourtant pas la première ni la dernière à s’être mesurée au marquage que représente le genre. Marina Yagello rappelle que la première proposition pour régler le problème des pronoms qui manifeste la primauté du masculin date de 1889 et qu’elle est le fait d’un certain Charles Converse qui suggéra l’usage d’« une forme ambigène thon (abrégé de that one)31 ». Dès le début des années 1970, de nombreuses linguistes américaines ont fait des propositions pour contrer le sexisme dans leur langue. Des romanciers et des essayistes se sont aussi engagés dans cette voie. Dans Pronoun Envy, Anna Livia recense vingt-six œuvres qui « ont fait des expériences avec ou mis au défile système pronominal32 » entre 1868 et 1999.

  • 33 C. Michard & C. Viollet, « Sexe et genre en linguistique », art. cit., p. 117.

37Donnons-en quelques exemples parmi les plus éloquents. Cinq ans après L’Opoponax (1964), Brigid Brophy nous propose, dans In Transit (1969), un protagoniste au nom mixte qui n’arrive plus à se souvenir de quel sexe il est, ce qui donne lieu à l’évitement des formes marquées et au recours au « “splitting” où sont combinées les marques du féminin et du masculin33 ». Dans The Cook and the Carpenter (1973), June Arnold aussi contourne le genre grammatical, mais en inventant une syntaxe épicène. Anne F. Garréta de son côté réussit l’exploit en français de ne jamais indiquer le sexe de ses protagonistes dans Sphinx (1986). Danielle Charest, quant à elle, reporte et limite tant cette indication dans Mais où est mais (2000) qu’elle n’a plus d’impact lorsqu’elle apparaît. Enfin Michèle Causse, dans son essai Défigures du soi, resté inédit, remplace les pronoms « il(s) » et « elle(s) » par ceux, indéfinis, d’« ul(s) », en opposition à « nul(s) ». Il reste à espérer que cette remise en question des catégories de sexe s’imposera progressivement sur les plans tant politique que littéraire. Ne tombe-t-il pas sous le sens que la ségrégation des « femmes » (et de tous les groupes sociaux discriminés) dans la langue et dans toutes les sphères de la vie est appelée à disparaître un jour ? Pour l’heure, on ne peut que saluer l’œuvre wittigienne qui est sans conteste celle qui a poussé le plus loin cette entreprise dans la culture occidentale.

Notes

1 Je remercie le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) qui a subventionné cette recherche. Je remercie également Pascale Noizet pour sa lecture attentive de ce texte et ses conseils éditoriaux.

2 Voir D. Bourque, Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme », 2006.

3 M. Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, [1975] 1993, p. 119.

4 M. Aucouturier, « Préface », dans ibid., p. 12.

5 M. Bakhtine : « C’est le grand rire de la fête collective, des saturnales ou du carnaval, dont le sujet est le peuple, hors de toute hiérarchie sociale, dont le lieu est la place publique, et dont les rites expriment l’ambivalence fondamentale en abolissant les distances et en associant les contraires, la naissance et la mort, la fin et le commencement, le haut et le bas. », ibid., p. 15.

6 Ibid., p. 14.

7 « Laisser le sexe hors champ du genre risque de lui conserver le statut de réel incontournable. (Et celui de réel immuable, en oubliant que la “biologie” − et notamment la physiologie de la fécondité − est largement dépendante de l’environnement social.) », N.-C. Mathieu, « Sexe et genre », dans H. Hirata, F. Labori, H. Le Doaré & D. Senotier (dir.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, 2000, p. 196-197.

8 « Si le désir pouvait se libérer, il n’aurait rien à voir avec le marquage préliminaire des sexes. […] Le désir est résistance à la norme. », « Paradigmes », PS, p. 81.

9 “The Category of Sex” paraît à l’automne 1982 dans la revue américaine Feminist Issues, vol. 2, no 2. Cet essai a été repris dans The Straight Mind, puis sous le titre « La catégorie de sexe » dans La Pensée straight.

10 Titre d’une conférence qu’elle a donnée en 1979 au congrès annuel de la Modern Language Association.

11 Christine Delphy avait bien mis en relief cette oppression dans son article « L’ennemi principal » (Partisans, no 54-55, juillet-octobre 1970, p. 157-172), qui paraît sous le pseudonyme de Christine Dupont.

12 T.-G. Atkinson, Odyssée d’une amazone [1974], Paris, Des femmes, 1975, cité dans PS, p. 47.

13 Voir C. Michard, Le Sexe en linguistique. Sémantique ou zoologie ?, Paris, L’Harmattan, 2002. Elle a également montré que le caractère hégémonique de l’idéologie de la différence des sexes transparaît dans l’usage que font de la langue les dominants, même dans un cadre scientifique.

14 C. Guillaumin, « Race et nature. Système des marques. Idée de groupe naturel et rapports sociaux » [1977], Sexe, race et pratique du pouvoir, Paris, Côté-femmes, 1992, p. 179-180.

15 Dictionnaire en ligne Reverso : http://dictionnaire.reverso.net

16 Cette citation est attribuée à Camille Larsen, pseudonyme de Wittig. « Un jour mon prince viendra », Questions féministes, no 2, 1978, p. 31-39. La nouvelle reparaît sous le titre « Le jardin » dans Paris-la-politique.

17 P. Noizet, « Voir et dire : la conscience de l’Histoire dans Virgile, non », dans D. Bourque & J. Balén (eds.), Annulling Gender : The Legacy of Monique Wittig, à paraître.

18 Voir le projet de recherche « Mort annoncée du sexe social : stratégies de “dé-marquage” du genre dans les œuvres des féministes universalistes depuis le xviie siècle en France » (CRSH). Voir aussi D. Bourque, Écrire l’inter-dit, op. cit., p. 42.

19 Voir D. Bourque, Écrire l’inter-dit, op. cit.

20 Cette pièce inédite a été diffusée par Radio Struttgart en 1967. Un enregistrement sonore est disponible à la Bibliothèque nationale de France. Je remercie Natacha Chetcuti de m’avoir signalé ce document.

21 « Quand on demande à Blandine le plus petit […] il devient méfiant », PLP, p. 129.

22 P. Noizet, L’Idée moderne d’amour. Entre sexe et genre : vers une théorie du sexologème, Paris, Kimé, 1996, p. 101.

23 Voir D. Bourque, Écrire l’inter-dit, op. cit.

24 L’universalisation du féminin se distingue de la féminisation, telle qu’elle est généralement entendue, car elle élimine plutôt qu’elle n’étend la sexuation de la langue. Voir D. Charest, « Féminisation ? Bousculer ou basculer », Amazones d’hier, lesbiennes d’aujourd’hui, no 25, mars 1999, p. 5-8.

25 « Une partie de campagne », Nouveau commerce, no 26, 1973. Cette nouvelle reparaît dans Paris-la-politique.

26 C. Michard & C. Viollet, « Sexe et genre en linguistique. Quinze ans de recherches féministes aux États-Unis et en RFA », Recherches féministes, vol. 4, no 2, 1991, p. 98-99.

27 Réalisation Anne Faisandier, production Compagnie Renaud-Barrault & Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, VHS, 52 min.

28 M. Wex, citée par C. Michard & C. Viollet, « Sexe et genre en linguistique », art. cit., p. 115.

29 C. Denoël, « L’histoire de l’adultère au xixe siècle », 1789-1939 L’Histoire par l’image : http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=1133, site consulté le 15 mai 2011.

30 Je reprends ce néologisme au titre que j’ai donné à l’article « L’exil comme po-é/li-tique de la marge », dans D. Bourque & N. Hogikyan (dir.) Femmes et exils, Presses de l’Université de Laval, 2011, p. 267-279.

31 M. Yagello, Les Mots et les femmes, Paris, Payot, 1978, p. 187.

32 A. Livia, Pronoun Envy. Literary Uses of Linguistic Gender, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 20. Nous traduisons.

33 C. Michard & C. Viollet, « Sexe et genre en linguistique », art. cit., p. 117.

Auteur

Codirigé les ouvrages Femmes et exils : formes et figures, avec Nillie Hogikyan (Presses de l’Université de Laval, 2010), et Ces pays qui m’habitent : expressions d’artistes canadiens d’origine arabe, avec Aïda Kaouk (Musée canadien des civilisations, 2003). Elle a publié également Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig (L’Harmattan, 2006) qui lui a valu le Prix d’excellence de la Fondation Lambda au Canada. Ses recherches portent sur les stratégies de « dé-marquage » des catégories de sexe, de sexualité, de « race » et de citoyenneté (Mort annoncée du genre, Conseil de recherches en sciences humaines du Canada 2004-2008 et Ouvrir la question identitaire, CRSH 2008-2012). Elle mène également une étude sur les jeunes lesbiennes canadiennes francophones. Son article « Être ou ne pas être subversives ? » (Genre, sexualité et société, 2009) traite des résultats préliminaires de cette enquête.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search