Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Choix esthétiques et modalités d'action

Monique Wittig : la lettre et le geste

Noura Wedell

Texte intégral

  • 1References are not foregrounded. The body of the work is not organized around the referential axi (...)

Les références ne sont pas mises en avant. Le corps du texte n’est pas organisé d’après l’axe référentiel. N’est donc pas organisé de manière génitale1 ?

  • 2 Voir A. Jardine, “Thinking Wittig’s Differences : ‘ Or Failing That, Invent’”, Gay and Lesbian Que (...)
  • 3 Nous reprenons ici ce qu’écrit Wittig à propos de Djuna Barnes, dans « Le point de vue, universel (...)

1Monique Wittig s’est toujours réclamée du matérialisme, que ce soit un matérialisme lesbien ou un matérialisme textuel. Elle a aussi toujours insisté sur le fait que l’action politique de son écriture devait se situer dans le champ du littéraire. Voilà pourquoi elle a tenu à se définir comme écrivain, plutôt que comme écrivaine, écrivaine lesbienne, ou encore écrivaine féministe2. En effet, la seule « opération politique » que puisse accomplir un texte, selon Wittig, c’est « d’introduire dans le tissu textuel du temps par la voie de la littérature ce qui lui tient à corps » (PS, p. 92). Si les textes minoritaires ont pour charge de « changer l’angle de catégorisation touchant à la réalité sociologique de leur groupe », la bataille est textuelle et doit se mener sur deux fronts, au niveau formel avec les « éléments en cause à ce moment de l’histoire littéraire3 », et au niveau symbolique contre la « pensée straight ». Il incombe à l’écriture de se créer un contexte, de l’intérieur, à travers les textes mêmes ; cela s’avère vrai tout autant lorsque l’enjeu concerne l’existence d’un contexte humain (rendre visibles les lesbiennes), ou l’existence d’un contexte littéraire ou artistique (rendre possibles certaines formes qui ne l’étaient pas jusque là). La lutte pour l’émergence de nouveaux contextes littéraires et politiques se poursuit alors sur un double front, formel et symbolique, ainsi que dans l’espace où ils se recoupent. Wittig pense qu’il est possible d’avoir un impact sur la structuration symbolique du social à travers l’évolution des formes littéraires. Il ne suffit pas de travailler uniquement dans le symbolique. En effet, on peut très bien mettre à plat les rapports entre les catégories de la pensée qui informent les structures sociales et les modes de subjectivation (les codes qui règlent les genres possibles à performer, les catégories de sexe...), c’est-à-dire gagner des batailles sur le front symbolique, encore faut-il pouvoir faire varier ces catégories de pensée. Ce sera le rôle des lettres. Si Monique Wittig entreprend la lutte armée dans la littérature, c’est qu’elle se voit comme une poseuse de bombes, à l’image de Djuna Barnes, qui inaugure de nouveaux contextes en universalisant un point de vue minoritaire, en s’insérant dans des contextes hostiles et en les transformant de l’intérieur. Moins une poseuse de bombes qu’une adepte de l’universalisation par le Cheval de Troie, mais dans le domaine littéraire. Ainsi, l’universalisation qu’elle pratiquera au niveau formel par son travail sur les pronoms est tout d’abord l’impératif de s’inscrire dans la réalité littéraire, de produire des textes littéraires importants. C’est une question de stratégie politique. On peut se demander quelle politique prend alors le dessus : celle proprement littéraire de l’influence et du rapport stratégique avec l’histoire de la littérature – dont on peut d’ailleurs se demander si cela existe indépendamment d’un champ social qui en définit les contours –, ou celle de la lutte pour l’émancipation du statut de lesbienne, qui se joue aussi au niveau de l’importance littéraire du texte. Le but est le même : transformer les formes de domination, tant au niveau personnel que social, en se faisant une place dans le champ formel et en rapport avec l’évolution formelle. C’est ce à quoi les diverses avant-gardes (ou post-avant-gardes) ont cru, pas toujours de la même façon, et ce pour quoi elles n’ont cessé d’inventer de nouvelles formes d’action (directe, restreinte, etc.). Wittig, lorsqu’elle invoque l’effet du langage sur la réalité matérielle, s’inscrit dans cette lignée :

Nous sommes à ce point des êtres sociaux que même notre physique est transformé (ou plutôt formé) par le discours – par la somme des mots qui s’accumulent en nous. […] Le souci de ces effets des mots, l’économie des transformations qu’ils sont à même d’opérer, font partie des travaux qui se mènent dans le chantier littéraire. (« La marque du genre », PS, p. 108)

2Les différentes stratégies qui ont vu le jour au cours de l’histoire de la littérature, et qui continuent à se propager dans l’arsenal que nous qualifierons de littéraliste, ont su, avec plus ou moins d’efficace, faire se déplacer la ligne de front réel-langue, soigner certaines pathologies linguistiques et leur manière d’informer le réel, ou propager des virus (ainsi de William Burroughs). Nous tenterons ici de voir comment Wittig mène sa bataille sur le front du texte, en considérant qu’il s’agit d’une bataille livrée dans son temps, avec les « éléments en cause » au moment de l’histoire littéraire qu’elle occupe (ou tente d’occuper), et dans la temporalité littérale plus large des pratiques avec lesquelles son œuvre entretient des rapports formels.

  • 4 Barrett Watten tient à user de la catégorie d’avant-garde pour toute pratique expérimentale cherch (...)

3En tant qu’écrivain matérialiste, Wittig peut être rapprochée d’une tradition dite littéraliste, objectiviste, « réelliste », dont les définitions et les pratiques varient selon les moments mais aussi selon les divers positionnements esthétiques et théoriques de ses différents acteurs. Nébuleuse aux contours flous, cette tradition pourrait trouver son origine chez les poètes objectivistes américains (Reznikoff, Zukovsky, Oppen, Niedecker…), et comprendrait Gertrude Stein, Francis Ponge, les écrivains de la modernité négative (Hocquard, Albiach...), les language writers américains, certains membres de Fluxus ayant une pratique textuelle (Dick Higgins, George Brecht...), ou encore des artistes conceptuels (Vito Acconci, Laurence Weiner...). Le poète et théoricien américain Barrett Watten utilise la notion de « moment constructiviste » pour définir les traits partagés de ces poétiques qui tentent de lier construction sociale ou investissement politique et inventivité formelle. Tout d’abord, afin de prendre en compte la forte inscription contextuelle de ces diverses pratiques, le « moment constructiviste » articule une double référence : d’un côté, un moment poétique ou critique dans lequel une œuvre se déploie et prend forme ; de l’autre, la valorisation de la matérialité, de la réflexivité et du constructivisme dans l’invention textuelle ou artistique4. Aux qualificatifs de matérialité, de réflexivité et de constructivisme s’ajoute un enjeu subjectif, plus ou moins affirmé, plus ou moins mis de côté, et qui concerne la transformation de la position de sujet qui se trame dans la pratique esthétique.

  • 5 Lyn Hejinian, dans un article intitulé “The Rejection of Closure”, rend explicites les raisons de (...)
  • 6 J.-M. Gleize, Sorties, Paris, Questions théoriques, 2009, p. 60. Nous empruntons ces lignes à un t (...)
  • 7 Barrett Watten montre ainsi le rapport de la poétique de Gertrude Stein au Fordisme et à la chaîne (...)

4Les littéralismes partagent un même rejet de formes subjectives héritées des divers romantismes : un sujet en possession de tous ses moyens linguistiques, usant d’une langue transparente, dont l’intériorité est le vecteur d’une transcendance ou d’une universalité (muse, capacité prophétique, aptitude à la révélation d’une vérité ou d’une utopie) sur lequel le sujet se clôt. Seront plutôt mises en avant des formes de sujets ouverts vers la non-congruence du langage et du réel qu’ils tentent de capter. Selon Lyn Hejinian, « le mode coercitif, épiphanique d’une certaine poésie lyrique contemporaine, peut servir de modèle négatif, avec sa prétention suffisante à l’universalité et sa tendance à faire du poète le gardien de la Vérité5 ». Les pratiques textuelles se détachent de l’expérience personnelle, en font le récit ou le non-récit autrement, mettent en scène une extériorité, pratiquent la multiplicité et le décentrement subjectif. Cherchant à rompre avec une certaine tonalité accordée à l’expression de la transcendance (accord harmonieux de la lyre ou appel de la muse, etc.), ce refus s’accompagne de bouleversements de ton : neutralité, objectivité, mais aussi ancrage dans la matérialité crue du verbe, variations des niveaux de langue, etc. Ces moyens d’envisager le sujet ouvrent évidemment sur la question de la matérialité de l’expression et de l’importance accordée à cette matérialité, contre l’idée qu’il s’agirait d’une surface transparente pour l’expression d’un substrat sémantique premier. Les pratiques littérales sont fortement réflexives, métadiscursives ; les objets résultant de ces pratiques « font ce qu’ils disent, ils disent ce qu’ils font, ils explicitent, aussi bien, ils donnent à voir la façon dont nos représentations conditionnent notre perception et nos discours6 ». Enfin, elles sont constructives en ceci qu’elles fabriquent des objets textuels liés à leur mode de production. Ceci est plus ou moins apparent et s’affiche plus ouvertement dans des œuvres qui prennent en compte les modalités pratiques de leur production, les diverses machines qui en permettent l’élaboration (ainsi du magnétophone qui joue un rôle prépondérant dans l’innovation formelle en poésie sonore par exemple). Bien qu’elles développent une multiplicité de rapports à la machine, les pratiques littérales entretiennent une relation essentielle avec leur mode de production, que celui-ci soit généralisé dans un moment historique avec lequel le texte présente un lien privilégié7, ou que ce soit le mode concret de la production textuelle. Ainsi, le constructivisme se rapporte aux modes de production que sont toutes les pratiques de montage, de détournement, d’intertextualité, de sérialisation, d’improvisation, etc.

5Les divers littéralismes opèrent des réorganisations de ces aspects de matérialité, de réflexivité et de constructivisme. Gertrude Stein travaille la grammaire et la syntaxe comme matériau concret ; Aram Saroyan, avec son poème “Lighght”, inaugure une forme de réflexivité minimale d’une extrême concision ; Reznikoff s’attache à la mise en forme, à la remédiation poétique de matériaux textuels préexistants (les minutes de procès qu’il reprend pour Testimony par exemple). L’accent placé sur tel ou tel aspect change aussi en fonction des œuvres, faisant ainsi varier au long de la vie d’un. e auteur. e ses préoccupations particulières, en sachant que la combinatoire ouvre aussi sur l’invention de nouvelles formes, de nouvelles approches, de nouveaux partis pris, etc. Et ceci pourtant toujours dans le cadre de pratiques politisées qui actualisent l’interrelation entre pratiques textuelles et constructivité sociale selon l’horizon d’une efficace politique du texte.

6Comment l’œuvre de Wittig s’inscrit-elle dans ce schéma ? De quelle matérialité, quelle réflexivité ou quel constructivisme ses pratiques se soutiennent-elles ? Comment l’inscription de Wittig dans ce schéma peut-elle éclairer la singularité de sa position et le mode particulier d’action politique qui lui est immanent ? En dressant ce portrait différentiel, nous souhaitons faire émerger une figure de Monique Wittig de son arrière-plan littéraire, avec des zones d’ombre où elle se démarque, des points lumineux où l’on peut discerner une homologie de pratiques, des entre-deux de différentes nuances de gris. Si l’on en croit le texte que Wittig écrit sur Djuna Barnes, la stratégie formelle de désinvisibilisation de la catégorie de lesbienne – qui n’existe que passée sous silence et qui est au fondement de l’entreprise littéraire – doit se faire par des actions d’éclat qui permettront de se constituer soi-même : Wittig prône ainsi une stratégie de démarcation vis-à-vis des pratiques littéraires de l’époque. Qu’en est-il vraiment ? Suit-elle son plan de bataille à la lettre ? Élabore-t-elle des stratégies diverses et quelles sont véritablement les plus efficaces ? Cette dernière question peut-elle même être posée et quel effet pourrait-elle avoir sur la conceptualisation du champ esthétique ?

  • 8 E. Marks, “Lesbian Intertextuality” [1979], cité dans T. De Lauretis, “When Lesbians Were Not Wome (...)
  • 9 Voir D. Griffin Crowder, “Universalizing Materialist Lesbianism”, dans N. Shaktini (ed.), On Moniq (...)

7Évidemment, la première grande zone d’ombre du portrait littéraliste de Monique Wittig est ce que j’appellerai son lyrisme révolutionnaire ou utopique. « Il nous faut, dit-elle à ce propos, à l’époque où les héros sont passés de mode, devenir héroïques dans la réalité, épiques dans les livres » (« Le point de vue, universel ou particulier », PS, p. 93). Ici, en effet, Wittig s’écarte des normes en cours dans certaines écritures expérimentales, et ceci par souci stratégique. Notons pourtant qu’il ne s’agit ni d’une tendance partout présente (la neutralité « Nouveau Roman » de L’Opoponax s’y oppose assez fortement), ni d’une égalité de ton (il y a une différence entre le ton épique des Guérillères et la distance parodique de Virgile, non), ni d’une participation à un genre défini. Du ton épique, il a pu être dit qu’il s’agissait d’une stratégie de « création d’images suffisamment criantes pour pouvoir soutenir la réabsorption dans la culture littéraire masculine8 ». On comprend qu’il s’agit pour Wittig d’une réaction contre un parti pris formel, d’autant plus qu’elle ne suit pas la voie du lyrisme dès le début, ni de manière continue. Réaction, détournement, reformulation des mythes et des figures mythologiques dans la tonalité lyrique, essais de réappropriation et de recréation des textes (masculins) classiques de l’histoire littéraire occidentale9 : de telles tentatives cherchent pourtant à inaugurer d’autres tonalités, ironie et parodie, à même de particulariser ce masculin universel.

8Si Wittig emprunte parfois une tonalité lyrique, dans la même veine qu’un Debord dans In Girum Imus Nocte et Consumimur Igni ou bien dans Panégyrique, avec lequel on pourrait lui reconnaître une affinité d’époque sinon de projet, il s’agit toujours de la faire coexister avec une multiplication de registres et de tonalités, et de problématiser le ton lyrique qui a longtemps régi l’accès hétéro-normé à l’universel. En outre, le rapport à la lyrique saphique à laquelle Wittig se réfère et au régime particulier de composition pindarique dans lequel la versification et les spécificités formelles varient selon la position du chœur sur l’espace de la scène et selon son rapport au public, donne à penser que Wittig a voulu se prévaloir d’un tel formalisme compris comme réfléchissant un système de contraintes matérielles plutôt que comme la formalisation non questionnée d’un accès privilégié à la transcendance.

  • 10 Voir K. Cope, “Plastic Actions”, art. cit.
  • 11 J. Butler, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990, p. (...)

9En ce qui concerne la réflexivité de la pratique littéraire de Wittig, il est évident qu’il y a là une tout autre stratégie. Plutôt que de se démarquer fortement des pratiques de l’époque, elle va s’y conformer. Cela lui vient de son immersion dans l’atelier littéraire du Nouveau Roman auquel elle est formellement initiée par Sarraute et par Robbe-Grillet. Invoquons à ce sujet l’usage qu’elle fait des pronoms personnels et impersonnels, pronoms qui sont « la matière de tous [ses] livres », écrit-elle (« La marque du genre », PS, p. 108). Par pratique réflexive, nous entendons ces usages qui disent ce qu’ils disent en le faisant. De tels usages abondent, et constituent le gros des pratiques textuelles de Wittig, sa machine de guerre, ses multiples stratégies, paris, tentatives, qui ne sont, elle le dit bien, que des « solution[s] provisoire[s] » (ibid., p. 111) : efforts de vigilance envers les glissements dans la langue du général au masculin, et de même, envers la multiplication des occasions de subsumer le genre féminin par l’indéfini. Concrètement, il s’agit, entre autres, de l’universalisation du elles dans Les Guérillères, de la coupure du pronom j/e dans Le Corps lesbien, actions critiques qui agissent en portant leur propre regard sur leur modalité d’action et dont la pensée critique est logée dans l’usage. Car bien évidemment, le détournement de l’usage hétéronormé de la langue dit son opposition à cet usage dans sa pratique propre. En voilà la force de frappe, malgré les critiques qui ont pu être adressées à de telles stratégies. Premier à être soumis à ce traitement dans le déroulement de l’œuvre, le pronom on, dans L’Opoponax, est un exemple privilégié de réflexivité de par son statut de référentiel intralinguistique, invoquant l’instant présent du discours plutôt qu’un référent extérieur au langage10. Il se présente ainsi comme une arme privilégiée dans cette stratégie réflexive. Que Wittig ait pratiqué une multiplicité de genres, de la critique (sur Proust, sur Barnes) à la poétique et aux textes plus ouvertement politiques, ne diminue en rien l’importance de la réflexivité dans ses pratiques plus particulièrement esthétiques. Par ailleurs, cette réflexivité peut nous amener à tempérer les critiques qui ont pu être adressées à Wittig concernant la justesse politique de ses choix, et notamment la première approche critique de Judith Butler dans Gender Trouble, qui notait que la stratégie d’universalisation wittigienne était sujette à une métaphysique de la présence, et « non seulement universalisait à son tour “la pensée straight”, mais omettait de prendre en considération les conséquences totalitaires d’une telle théorie de la souveraineté des “speech acts”11 ». L’efficace de l’action de Wittig, que nous avons à juger dans le champ du littéraire, réside de fait en partie dans sa réflexivité, où la puissance de dire de l’acte se suffit à elle-même en tant qu’elle adhère formellement à son action.

  • 12The willing receptor of transformative agencies destined to either alter or confirm one’s positio (...)

10En ce qui concerne le constructivisme, Wittig nous éclaire sur la stratégie qu’elle mène lorsqu’elle aborde sa pratique de composition des Guérillères : montage, détournement, réécriture, elle dira qu’il s’agit d’un livre « composé d’éléments complètement hétérogènes, de fragments de toutes sortes, pris un peu partout, qu’il a fallu faire tenir ensemble pour former un livre » (« Quelques remarques sur Les Guérillères », PS, p. 115). Il semble qu’en ce qui concerne le constructivisme, Wittig ait opté encore une fois pour une stratégie de guérilla, à l’inverse d’autres stratégies d’éclat plus frontalement polémiques qu’elle a pu mener. Et pourtant, cette stratégie d’incorporation de textes préexistants n’a pas été sans heurts. En effet, durant la composition du livre, la tension entre les deux domaines textuels qui se déroulaient de manière parallèle, l’un sur la page de droite qui constituait l’histoire, se remplissant de textes de Lacan, de Freud, de Lévi-Strauss, et l’autre sur la page de gauche où devait se déployer le texte du livre, était trop forte et Wittig a dû abandonner pour reprendre différemment. En effet, le problème pour Wittig est de se faire une place (non pas personnelle, mais hors domination) dans un espace non seulement hostile, mais violemment destructeur, ontologiquement opposé. Wittig est très consciente de l’importance de la lecture dans l’écriture : s’engager dans l’atelier littéraire qu’est l’écriture, c’est d’abord connaître d’autres textes, en connaître les formes et pouvoir choisir parmi elles. Le rapprochement entre la pratique d’écriture et la pratique de lecture dans les écritures littérales est dû à cette importance grandissante du lecteur-écrivain. Jed Rasula, poète et théoricien du mouvement L=A=N=G=U=A=G=E, écrit ainsi que la disparition de l’importance de la notion d’originalité dans l’écriture entraîne une position plus affirmée du lecteur, c’est-à-dire « le récepteur volontaire d’actions transformatrices destinées à altérer ou à confirmer notre position dans un circuit social12 ». Pour Wittig, une telle confiance demeure impossible dans le monde hétéronormé où se déroule son combat et dans lequel la littérature, sauf quelques exemples épars, ou bien détruits, est tout aussi impliquée.

11Enfin, Wittig insistera toujours sur une action dans le domaine de la matérialité, et en particulier de la matérialité textuelle littéraire. En cela, elle se range décidément du côté des littéralistes. Matérialisme linguistique que Judith Butler analyse ainsi :

  • 13 J. Butler, “Wittig’s Material Practice : Universalizing a Minority Point of View”, Gay and Lesbian (...)

Il refuse le caractère abstrait et formel de l’universalité en faveur d’une compréhension de l’universalité comme point de vue conditionné par une catégorie sexuelle, c’est-à-dire, qui apparaît à travers une catégorie sexuelle qui n’est pas marquée. Cette compréhension est matérialiste en tant qu’elle relocalise des vérités formelles comme des effets de positions de pouvoir, et aussi car elle agit sur la langue elle-même qui agit sur le corps13.

12Mais deux conceptions du matérialisme s’affrontent ici : un matérialisme politique qui pense les effets matériels de la langue dans un dispositif de pouvoir, et un matérialisme de la lettre, tout aussi politique mais concentré sur le signe, qui s’attache à ses qualités formelles, sonores, rythmiques, etc., et ce jusqu’à la sortie (ou la tentative de sortie) du domaine signifiant. On connaît les choix faits par Wittig pour son action linguistique dans ce matérialisme de la lettre, et ceci résolument du côté du sens. En effet, écrit-elle, « à l’époque où il s’opère une énorme poussée pour évacuer le sens des pratiques de langage il nous faut insister du côté du sens et par le sarcasme et l’ironie rendre manifeste ce qui tire à hue et à dia. » (PS, p. 93) Judith Butler, dans son analyse de la performativité du genre, indique qu’il faut distinguer les causalités physiologiques et biologiques qui structurent l’existence corporelle et les sens (“meanings”) que l’existence incorporée assume dans le contexte de son expérience vécue. Ainsi, la performativité du genre se base d’une certaine manière sur une théorie de la signifiance : le corps, en performant le genre, se trouve dépositaire de sens culturels établis en même temps qu’il performe ces sens culturels, les inaugurant en acte. Dans ce dernier processus de performativité, le corps est toujours déjà pris dans un maillage de signifiance, les sens à sa disposition sont limités et il ne peut performer que l’ensemble des possibilités historiques qui lui sont disponibles. On pourrait dire que Wittig, en ouvrant l’horizon d’un ailleurs de la féminité, en désinvisibilisant le régime hétérosexuel de l’universalité, opère une ouverture vers de nouvelles possibilités historiques et vers de nouveaux sens inouïs jusque là. Au sein de la langue, ses textes maintiennent l’ordre de la signifiance, mais font référence à ce qui demeurait de l’ordre de l’invisible dans le système hétéronormé de la langue et pouvait même paraître, plus encore qu’invisible, hors du sens : c’est ainsi qu’on peut qualifier le choc, lorsqu’on l’entend pour la première fois, de l’affirmation « les lesbiennes ne sont pas des femmes ». Wittig opère ainsi cette révolution étonnante : en demeurant résolument dans le sens, elle ouvre à de nouvelles possibilités historiques impossibles à désigner jusqu’alors, ou coupées d’un accès à la signifiance dans le langage et dans les corps.

13Il est ainsi apparent que Wittig, parmi les possibilités historiques formelles (littéraires) dont elle peut user pour mener la bataille qu’est son œuvre, opère des choix stratégiques divers : cherchant par endroits à se démarquer des pratiques de son temps (à travers un certain lyrisme et par le maintien de pratiques signifiantes), elle choisit par ailleurs de faire usage de dispositifs formels établis. Son allégeance est ainsi avant tout au combat.

  • 14 B. Andrews, “Text and Context”, art. cit., p. 37.

14Que signifie mener une bataille rangée dans le tissu textuel ? S’agit-il de comprendre que les mêmes rapports de domination sont véhiculés au sein des pratiques d’avant-garde ou de post-avant-garde que dans le champ social, et qu’il faille ainsi se méfier des formes d’innovation textuelle tout autant que de la langue elle-même ? que le lieu de cette mise en avant de ce qui « nous tient à corps », le « chantier littéraire » comme l’écrit Wittig, n’est pas, et loin s’en faut, exempt de calcul, de stratégie, de guérilla, tout comme l’est le champ social auquel ces textualités s’adressent ? Dans l’art de la guerre wittigienne, certaines stratégies manquent peut-être de subtilité : son lyrisme, son insistance à demeurer dans le sens. Car, si le système hétérosexuel, pour asseoir son contrôle de la reproduction de l’espèce, domine en accordant une influence, un sens particulier à certains organes – les organes génitaux – parmi une multiplicité d’organes, cette même domination s’effectue dans le langage lorsque l’axe référentiel est privilégié. C’est ainsi que Bruce Andrews peut dire de ses textes : « Les références ne sont pas mises en avant. Le corps du texte n’est pas organisé d’après l’axe référentiel. N’est donc pas organisé de manière génitale14 ? » Et pourtant, Wittig aussi s’émancipe de l’axe référentiel par moments. Elle nous décrit ainsi son travail du mode épique de la geste dans Les Guérillères. Substantif féminin, la geste se meut aussi, formellement, en l’amorce du geste (alors grammaticalement masculin) de renversement : « LACUNES LACUNES LACUNES/ CONTRE TEXTES/ CONTRE SENS/ CE QUI EST À ÉCRIRE VIOLENCE/ HORS TEXTE/ DANS UNE AUTRE ÉCRITURE/ PRESSANT MENAÇANT/ MARGES ESPACES INTERVALLES/ SANS RELÂCHE/ GESTE RENVERSEMENT. » (G, p. 205) Il apparaît clairement que l’usage du sens chez Wittig se fait d’une certaine manière contre le sens, contre le système de la signifiance même, vers le geste de renversement qui est attention à la matérialité non signifiante de la langue : rythme des mots, mots choisis pour leur aspect, leur son, lourd et rude. Nous terminerons en notant que la stratégie du Cheval de Troie s’insinuant dans le fort du littéraire semble la plus périlleuse des méthodes wittigiennes. Elle se met ainsi à la merci d’un régime de validation symbolique, sans prendre son parti de certaines stratégies, post-littéraires ou post-artistiques, résolument post-esthétiques, qui se trouvaient à sa disposition dans l’arsenal formel de l’époque. Mais si l’on doit juger l’efficace politique de cette œuvre à son incorporation dans les canons littéraires, ainsi que Wittig le souhaitait, à l’évidence, la stratégie a porté ses fruits. Et doit se poursuivre. Car ce n’est pas sur le seul texte de Wittig qu’une telle incorporation repose, mais bien sur son contexte de réception. À vous donc...

Notes

1References are not foregrounded. The body of the work is not organized around the referential axis. Therefore, is not genitally organized ?”, B. Andrews, “Text and Context”, dans B. Andrews & C. Bernstein (eds.), The L=A=N=G=U=A=G=E Book (Poetics of the New), Carbondale, Southern Illinois University Press, 1984, p. 37. Nous traduisons.

2 Voir A. Jardine, “Thinking Wittig’s Differences : ‘ Or Failing That, Invent’”, Gay and Lesbian Questions, vol. 13, no 4, dossier “Monique Wittig : At the Crossroads of Criticism”, B. S. Epps & J. N. Kats (eds.), 2007, p. 460.

3 Nous reprenons ici ce qu’écrit Wittig à propos de Djuna Barnes, dans « Le point de vue, universel ou particulier », PS, p. 93.

4 Barrett Watten tient à user de la catégorie d’avant-garde pour toute pratique expérimentale cherchant à inventer de nouvelles formes en opposition à un état des lieux auquel elles se confrontent, et refuse de restreindre le terme à certains moments triomphalistes, tel celui des avant-gardes historiques et des néo-avant-gardes des années 1960 et 1970, ou encore de considérer qu’il s’agit d’un moment historique dépassé. Voir B. Watten, The Constuctivist Moment : From Material Text to Cultural Poetics, Middletown, Wesleyan University Press, 2003.

5 Lyn Hejinian, dans un article intitulé “The Rejection of Closure”, rend explicites les raisons de refuser la clôture signifiante, et reprend des exemples d’écriture féminine comme pratiques d’ouverture, notamment chez Cixous ou Irigaray, tout en gardant ses distances vis-à-vis de leur définition restreinte du désir, de l’identification de ce dernier à la sexualité et de la littéralité du modèle génital pour une écriture féminine. Voir L. Hejinian, The Language of Inquiry, Berkeley, University of California Press, 2000, p. 43.

6 J.-M. Gleize, Sorties, Paris, Questions théoriques, 2009, p. 60. Nous empruntons ces lignes à un texte sur les post-poètes, mais cette définition pourrait s’appliquer à un champ plus large de pratiques qui ne seraient pas nécessairement liées à la distinction prose/poésie.

7 Barrett Watten montre ainsi le rapport de la poétique de Gertrude Stein au Fordisme et à la chaîne de montage. Voir B. Watten, “The Bride of the Assembly Line”, The Constuctivist Moment, op. cit.

8 E. Marks, “Lesbian Intertextuality” [1979], cité dans T. De Lauretis, “When Lesbians Were Not Women”, dans N. Shaktini (ed.), On Monique Wittig. Theoretical, Political, and Literary Essays, Urbana/Chicago, University of Illinois Press, 2005, p. 58. Nous traduisons.

9 Voir D. Griffin Crowder, “Universalizing Materialist Lesbianism”, dans N. Shaktini (ed.), On Monique Wittig, op. cit., p. 81 ; et K. Cope, “Plastic Actions : Linguistic Strategies and Le Corps lesbien”, Hypatia, vol. 6, no 3, dossier “Feminism and the Body”, automne 1991, p. 74-96.

10 Voir K. Cope, “Plastic Actions”, art. cit.

11 J. Butler, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990, p. 150. Nous traduisons.

12The willing receptor of transformative agencies destined to either alter or confirm one’s position in a social circuitry.”, J. Rasula, “Statement on Reading in Writing”, dans B. Andrews & C. Bernstein (eds.), The L=A=N=G=U=A=G=E Book, op. cit., p. 52-53. Nous traduisons.

13 J. Butler, “Wittig’s Material Practice : Universalizing a Minority Point of View”, Gay and Lesbian Questions, op. cit., p. 522. Nous traduisons.

14 B. Andrews, “Text and Context”, art. cit., p. 37.

Auteur

Docteur de la Columbia University (New-York, États-Unis) en littérature comparée, spécialiste de littératures expérimentales françaises et américaines (xxe et xxie siècles). Elle s’attache notamment à la question des rapports entre littérature et politique. Après quatre années passées à l’ENS de Lyon, elle enseigne aujourd’hui à la Roski School of Fine Arts (Californie, États-Unis). Membre du comité éditorial de la revue Nioques, elle est aussi écrivain (Odd Directions, 2009), traductrice (Pierre Guyotat, Toni Negri, Maurice G. Dantec) et éditrice pour les éditions Sémiotext(e) à Los Angeles.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search