Version classiqueVersion mobile

Lire Monique Wittig aujourd’hui

 | 
Benoît Auclerc
, 
Yannick Chevalier

Introduction

Benoît Auclerc et Yannick Chevalier

Texte intégral

  • 1 La graphie « certain.e.s », ou plus bas « lecteur.rice.s », manifeste la prégnance de la marque du (...)
  • 2 J. Butler, « Monique Wittig : désintégration corporelle et sexe fictif », Trouble dans le genre. Po (...)

1Il y a une forme d’évidence à lire Monique Wittig aujourd’hui. C’est en effet revenir sur une œuvre importante, éditée et rééditée dans de nombreux pays, sur une réflexion théorique qui a joué un rôle fondateur pour le mouvement féministe et qui, ces dernières décennies, s’est trouvée au cœur de l’action militante, des courants de pensée et des débats intellectuels les plus vivants et les plus stimulants. Cette évidence avec laquelle les textes de Wittig s’imposent à nous et l’exigence concomitante d’en manifester l’importance et d’en proposer instamment la lecture ont été à l’origine de ce livre, alors même qu’étudier Monique Wittig pourrait paraître incongru à certain.e.s1 : d’une part, son nom ne fait pas encore pleinement partie du canon littéraire ; d’autre part, la théorie queer, pour s’être en partie développée à partir des positions de Wittig, les a également discutées de façon critique et a invité à les dépasser. Cette lecture queer, volontiers polémique, a joué cependant de façon paradoxale : le chapitre entier2 de Gender Trouble (1990) que Judith Butler consacre à une analyse détaillée des écrits théoriques et fictionnels de Wittig souligne a contrario leur importance. Le retentissement majeur de l’ouvrage, dont la traduction française – Trouble dans le genre – paraît en 2005, est l’occasion pour une nouvelle génération de lecteur.rice.s de (re)découvrir Wittig et de s’apercevoir que, dans le monde académique nord-américain, elle est un « classique » du xxe siècle. L’incongruité semble donc circonscrite à un contexte culturel et géographique donné : le nôtre.

2Lire Monique Wittig suppose de tenir compte d’une œuvre, d’une pensée et d’une action militante qui, au-delà de la disparition de leur auteur, en 2003, continuent de se déployer dans leur diversité. Outre les quatre livres parus aux Éditions de Minuit (L’Opoponax, 1964, Les Guérillères, 1969, Le Corps lesbien, 1973 et Virgile, non, 1985) et Paris-la-politique, édité en 1999 chez P.O.L, il convient d’ajouter une pièce de théâtre (Le Voyage sans fin, publié en 1985 en supplément au numéro 4 de la revue Vlasta dirigé par Suzette Robichon), l’écriture d’un scénario (The Girl, film réalisé en 2000 par Sande Zeig) et le Brouillon pour un dictionnaire des amantes écrit en collaboration avec Sande Zeig (Grasset, 1976, 2011). Ces écrits de fiction s’articulent étroitement à une réflexion théorique où se formule un point de vue lesbien radical ; rassemblés d’abord aux États-Unis, où Wittig vit et travaille à partir de 1976, sous le titre The Straight Mind and Other Essays (Boston, Beacon Press, 1992), les essais qui livrent cette pensée paraissent en français – moyennant quelques réagencements – près de dix ans plus tard (La Pensée straight, Balland, 2001 ; Éditions Amsterdam, 2007). La publication récente du Chantier littéraire (PUL/Éditions iXe, 2010) confirme la continuité entre la réflexion politique et ce qui relève de la théorie littéraire. C’est la complexité de cette production diverse, aux formes variées, située au-delà des partages disciplinaires, que nous voulons ici interroger, tant du point de vue de la cohérence que des tensions internes et des usages qu’il nous est possible d’en faire. Considérant que là comme ailleurs, il n’y a pas de « cela va de soi », les pages qui suivent proposent de déplier les termes mêmes qui ont guidé notre démarche.

LIRE (MONIQUE WITTIG AUJOURD’HUI)

  • 3 « [Les] livres [de Monique Wittig] ont, par leur simple existence, donné une force et une légitimat (...)

3Lire : il est frappant de constater à quel point lire est chez Wittig une activité qui accompagne à tout moment la pratique militante, la pratique d’écriture, la pratique révolutionnaire, qui participe de la vie affective. Lorsqu’elle réfléchit à la « pensée straight », Monique Wittig le fait avec des écrivain.e.s et des théoricien.ne.s (Nathalie Sarraute, Djuna Barnes, Colette Guillaumin, Marcel Proust, Nicole-Claude Mathieu, etc.). Dans L’Opoponax, plus Catherine Legrand progresse dans la découverte de sa vie affective, plus sont présentes les citations de Charles d’Orléans, de Baudelaire et des nombreux écrivains à travers lesquels « on dit » l’expérience du monde. Lorsqu’elles construisent une société nouvelle dans Les Guérillères, elles le font en lisant, en citant, en reformulant un certain nombre de textes dont Wittig fournit la liste à la fin de son livre. Pareillement, lorsque Wittig et Zeig proposent un Brouillon pour un dictionnaire des amantes, elles prennent soin d’exemplifier les mots qu’elles définissent par des citations et de fournir une bibliographie, fût-elle en partie imaginaire. Tant dans les textes de fiction que dans les écrits théoriques, toute reconfiguration du réel, toute action supposent une lecture, examen critique non seulement préalable à l’action, mais qui constitue en soi une action, ainsi que le montre exemplairement le dispositif des Guérillères : lire, pour elles, c’est d’emblée se ressaisir du « déjà-là » et modifier l’ordre des choses dans lequel elles évoluent. En ce sens, lire Monique Wittig consiste à retenir cette leçon et à s’interroger sur les possibles ouverts par les livres, sur leurs incidences possibles dans nos réalités3.

4L’activité symétrique à celle de lire est très logiquement celle de ne pas lire : ce pendant peut s’entendre tout à la fois comme un acte par défaut (on ne lit pas Monique Wittig parce que l’on est dans l’ignorance que ses œuvres existent), et comme un acte motivé par un refus (celui de lire Monique Wittig résultant sans doute d’une trop grande visibilité de la thématique lesbienne et/ou féministe). Ces alternatives coexistent et opèrent simultanément.

  • 4 F. Guattari, Les Années d’hiver. 1980-1985, Paris, Bernard Barrault, 1986. Sur cette période où son (...)
  • 5 On pense aux comptes rendus de lecture de Madeleine Chapsal dans L’Express (26 novembre 1973), de J (...)

5On peut en observer la manifestation à travers ces deux institutions de la lecture que sont l’école et la presse. Les œuvres de Wittig n’appartiennent pas au canon de l’université française ou de l’enseignement secondaire, alors même que les programmes officiels encadrant l’enseignement de la littérature au collège et au lycée stipulent l’étude du biographique (à cette occasion, L’Opoponax aurait pu être « redécouvert ») ou celle des « genres et registres » (à ce titre, Les Guérillères fournissent un exemple, rare dans la littérature française, d’une écriture épique) – sans doute parce que la mémoire de leur publication ou de leur existence s’est perdue lors des « années d’hiver » de la décennie 19804. L’autre instance prescriptive de la littérature que sont la presse et les mass medias n’a pas fait grand cas non plus du corpus wittigien : une raison peut en être qu’à partir de 1976, Wittig vit aux États-Unis, éloignée de la télévision ainsi que des revues et journaux littéraires français. Pourtant, à leur parution, Les Guérillères et Le Corps lesbien avaient fait l’objet de comptes rendus de lecture particulièrement élogieux dans des instances légitimantes5. Certes, dans les cercles militants, les livres de Monique Wittig ne cessent de circuler, de se transmettre avec ferveur entre lecteur.rice.s. Mais la mémoire de l’œuvre semble fragile encore, dans un contexte où décidément ne pas lire Monique Wittig résulte d’une méconnaissance ou d’un oubli.

  • 6 « Combat pour la libération de la femme », L’Idiot international, no 6, mai 1970, texte cosigné ave (...)
  • 7 Sur cette question, voir I. van der Poel, Une révolution de la pensée : maoïsme et féminisme à trav (...)
  • 8 « “Écriture féminine” est la métaphore naturalisante du fait politique brutal de la domination des (...)

6Cela dit, il convient de ne pas négliger l’autre facteur, plus manifestement idéologique, qui consiste à ne pas lire Monique Wittig par défiance, crainte ou prise de position politique (consciente ou non). Féministe, matérialiste et lesbienne, l’œuvre wittigienne déroute sans nul doute à ces trois titres. Féministe d’abord : Wittig participe aux premières actions du mouvement de libération des femmes. Elle est cosignataire du texte « Combat pour la libération de la femme » paru dans L’Idiot international en mai 19706 ; le 26 août de la même année, elle fait partie du groupe de militantes qui dépose une gerbe à la femme du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe. Un tel engagement a pu lui valoir la sympathie d’un certain lectorat, mais a certainement contrarié nombre de lecteur.rice.s hostiles ou indifférent.e.s. Pour ces dernier.ère.s, la littérature féministe viserait un lectorat strictement féminin, voire se ferait contre les hommes, et mettrait en cause de façon préjudiciable une certaine conception du féminin – celle que Wittig appelle ironiquement le mythe de « la-femme » (PS, p. 44). Cet engagement a pu aussi largement étonner un lectorat cultivé, chérissant les expérimentations littéraires du Nouveau Roman qui s’était, en son temps (les années 1950), violemment opposé à l’engagement sartrien. Matérialiste en outre : pour la partie du lectorat acquise à la cause des femmes dans les années 1970, le féminisme en littérature est largement « dominé » par l’idée d’une « écriture féminine », avec ses revues (Sorcières), ses maisons d’édition (Des femmes), ses soutiens médiatiques (le numéro de l’été 1974 de la revue Tel quel7) et l’apparition de nouveaux auteurs (en particulier Hélène Cixous). Or Wittig conteste l’existence d’une spécificité de l’écriture féminine8 : du même coup, les œuvres wittigiennes sont reléguées à la périphérie du nouveau champ d’étude qui s’organise autour de la notion de « féminité de l’écriture », et ne bénéficient pas de l’engouement des organes de presse spécialisés et du grand public. Lesbienne enfin : au sein de la revue Questions féministes, Wittig va faire entendre la nécessité d’une réelle prise en compte de la question lesbienne dans le féminisme, ce qui conduit à l’éclatement de l’équipe éditoriale. L’affichage ostensible du lesbianisme, dans le titre même du Corps lesbien, contribue à l’éloignement d’un certain lectorat. « D’abord », « en outre », « enfin » : la séquence historique que nous dressons rapidement ici n’est pas à lire comme la trame de causalités simples, mais comme la proposition, hypothétique, d’une explication quant à ce qui a pu jouer dans la réception des œuvres de Wittig et dans le témoignage d’une (non-) reconnaissance problématique.

7Ne pas lire Monique Wittig résulte pour partie d’un positionnement de l’auteur – théoriquement cohérent, politiquement responsable et littérairement fondé – à l’écart des dispositifs légitimants que sont (ou ont pu être) la littérature d’avant-garde (le Nouveau Roman), « l’écriture féminine », le féminisme matérialiste : tous ces relais, qui pouvaient assurer à l’œuvre de Wittig un soutien, ont fait défaut, l’un après l’autre. C’est sans doute cette conscience vive des processus sociaux et identitaires engagés dans la réception d’une œuvre littéraire qui conduit Wittig à écrire :

Djuna Barnes redoute que les lesbiennes fassent d’elle leur écrivain et ce faisant réduisent son œuvre à une dimension. En tout état de cause et même si Djuna Barnes est lue d’abord et massivement par les lesbiennes, il ne faut pas la destituer et l’attirer dans notre minorité. Non seulement ce n’est pas lui rendre service mais ce n’est pas nous rendre service, car là où l’œuvre de Barnes peut le mieux opérer, et pour elle et pour nous, c’est dans la littérature. (PS, p. 92)

8Car, pour Wittig, « la seule opération politique qu’[un texte littéraire] puisse accomplir [c’est] introduire dans le tissu textuel du temps par la voie de la littérature ce qui lui tient à corps. » (PS, p. 92)

  • 9 Le titre pouvait en effet tomber sous le coup de la « Loi no 60-773 du 30 juillet 1960 autorisant l (...)
  • 10 Merci à Suzette Robichon de nous avoir confié les éditions étrangères des livres de Wittig.

9La conversion du ne pas lire en lire est étroitement redevable aux supports concrets, donc au travail éditorial. C’est là la tâche qui incombe aux maisons d’édition (Les Éditions de Minuit pour le domaine francophone) mais aussi aux réseaux de diffusion, aux amitiés, aux rencontres. Le soutien de Jérôme Lindon aux œuvres de Wittig doit être souligné : si publier Les Guérillères en 1969 semble aisé dans le contexte de l’immédiat après-1968, il n’en va sans doute pas de même pour Le Corps lesbien : à cette date, en effet, un tel texte pouvait encore être poursuivi en justice9. Si l’obtention du prix Médicis en 1964 a sans doute favorisé la traduction très rapide de L’Opoponax, les œuvres suivantes de Monique Wittig ont continué à être diffusées régulièrement et selon des stratégies moins institutionnelles. L’article de Gabriele Meixner, dont on trouvera ici la traduction française, rappelle ainsi la manière dont Wittig a été reçue et lue dans le domaine germanophone. En France, le travail que Suzette Robichon et toute l’équipe de la revue Vlasta fournissent en 1985 à l’occasion de la création française du Voyage sans fin au Petit Théâtre du Rond-Point aboutit à la diffusion, en supplément au numéro spécial de la revue, de la version imprimée de la pièce que Wittig et Zeig interprètent et mettent en scène. Sans cette activité, souvent méconnue, d’édition et de diffusion, lire Monique Wittig aujourd’hui ne serait pas possible. Du résultat de ce travail on se fera également une idée à travers les couvertures d’éditions étrangères – anglaises, russes ou japonaises entre autres – de livres de Wittig reproduites dans ce volume10. L’article de Gabriele Meixner et ces images soulèvent bien d’autres questions encore dont l’étude systématique reste à faire : celles des réseaux de diffusion, des circonstances de leur constitution, des lectures croisées et des contextes de réception différents selon les aires linguistiques.

10Lire est donc, dans les livres de Wittig, comme dans ce qui rend la lecture de ces livres possible – travail d’édition, de traduction, de diffusion – une activité au sens plein du terme, relevant de choix, d’affirmations et de refus. C’est aussi un processus de transformation par lequel on (se) met en mouvement. Mais si lire renvoie à des postures et revêt des significations susceptibles de varier dans l’espace et dans le temps, l’objet même de cette activité – malgré l’évidence du nom figurant sur la couverture des livres – est lui-même polymorphe.

(LIRE) MONIQUE WITTIG (AUJOURD’HUI)

  • 11 Merci à Colette Geoffrey dont nous publions ici les photographies.
  • 12 G. Wittig, Ma sœur sauvage, s. l., 2008. Merci à Dominique Samson de nous avoir offert un exemplair (...)

11Monique Wittig, c’est d’abord un nom propre, celui qui désigne la personne historique que fut, pour celles et ceux qui la connurent, « Théo ». Ce nom propre, on en trouvera le parcours biographique brièvement retracé à la fin de ce volume. Insistons néanmoins sur le fait que Monique Wittig semble étrangère au souci (auto) biographique : significativement, c’est toujours dans un espace public, une gare, un square, dans la rue, quʼelle est saisie par l’objectif lorsqu’elle est photographiée en tant qu’écrivain11. Pour celles et ceux qui ne l’ont pas connue (c’est notre cas), Wittig est donc moins un nom propre qu’un nom d’auteur qui figure au frontispice de ses œuvres. Ce nom, s’ouvrant sur cette consonne rare en français, W, apparente les personnes qui sont ainsi désignées à « des nordiques, des étrangères », selon le beau témoignage de sa sœur Gille12.

  • 13 Pour les variations de composition d’un livre à l’autre, voir la présentation de La Pensée straight(...)
  • 14 Maria Isabel Barreno, Maria Teresa Horta & Maria Velho da Costa, Nouvelles lettres portugaises, Par (...)

12Sous ce nom d’auteur, pourtant, on ne trouve pas un corpus stabilisé : certes, c’est bien « Monique Wittig » qui est imprimé en couverture des textes publiés aux Éditions de Minuit, chez Grasset, P.O.L ou Balland, signature qui circonscrit un corpus unifié. Mais l’on sait qu’il est d’autres œuvres (en particulier des textes radiophoniques) qui portent ce nom d’auteur sans être disponibles pour l’heure. De même, les œuvres divergent selon la langue de publication : La Pensée straight n’est pas The Straight Mind13. Ou encore : les textes collectifs, quelquefois signés, d’autres fois anonymes, parus dans la presse militante féministe et/ou lesbienne des années 1970, sont aussi pour partie l’œuvre de Monique Wittig, mais sans que l’apposition du nom propre opère ses effets d’appropriation. Et enfin : une des œuvres importantes du corpus wittigien, Brouillon pour un dictionnaire des amantes, est cosignée avec Sande Zeig. Cette co-création du Brouillon est aussi à l’œuvre pour Le Voyage sans fin, où la disposition typographique associe le travail d’écriture de Wittig à la mise en scène et à la pantomime de Zeig, de même que dans The Girl, la réalisation de Zeig se fonde sur une histoire écrite par Wittig. Cette pratique auctoriale collaborative se retrouve aussi dans l’activité de traduction de Wittig : l’entreprise de traduction des Nouvelles lettres portugaises, œuvre collective des Trois Marias (Maria Isabel Barreno, Maria Teresa Horta et Maria Fátima Velho da Costa), est le fruit de la collaboration de Wittig avec Évelyne Le Garrec et Vera Prado14. Là encore, toute tentative pour circonscrire le nom Monique Wittig doit affronter un effet d’instabilité : le corpus n’est pas borné par le nom d’auteur, mais est labile, ouvert au travail collectif et collaboratif.

  • 15 Voir dans ce volume la contribution de Catherine Écarnot.
  • 16 Les textes intitulés « Quelques remarques sur… » se caractérisent par une formulation toujours mode (...)
  • 17 D. Bourque, Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig, Paris, L’Har (...)
  • 18 Wittig insiste sur son travail avec ces œuvres dans “Some Remarks on The Lesbian Body”, dans N. Sha (...)

13Au sein même du corpus actuellement disponible, le nom Wittig se translate de la page de titre au corps du texte, dans Virgile, non, où Wittig désigne le protagoniste du récit qu’accompagne un mystérieux cicérone, nommé Manastabal : s’agit-il d’une figuration de l’auteur au sein même de l’œuvre de fiction ? d’un jeu de brouillage identitaire plus retors15 ? Plus largement encore, l’obsolescence – à tout le moins l’impertinence – de toute attribution fixiste au nom d’auteur se manifeste par la pratique, quelquefois explicitée du dehors de l’œuvre16, mais le plus souvent au sein même des dispositifs textuels, de l’interdiscours et du procédé citationnel : L’Opoponax peut être lu comme le récit d’un sujet présent au monde via les lectures des auteurs lus en classe ; Les Guérillères, on l’a vu plus haut, se clôt sur une liste de noms d’auteurs et d’œuvres présentés comme étais, remparts de l’écriture du texte qui précède, citadelles d’où se défendre ou à renverser ; Virgile, non et Le Voyage sans fin sont, globalement et très visiblement – c’est-à-dire : intentionnellement –, une réappropriation de la geste dantesque (La Divine Comédie) ou une translation de Don Quichotte. Seul Le Corps lesbien n’affiche pas aussi explicitement ce que le texte doit à l’intertextualité : et pourtant, les lectures, au premier rang desquelles celle de Dominique Bourque17, repèrent vite ce que l’écriture du Corps lesbien doit à Ovide, au Cantique des cantiques, à Pascal, à Sarraute18. Cette omniprésence de l’interdiscours dans le corpus wittigien reconfigure autrement la posture auctoriale. La pratique de l’intertextualité explicite et de la citation recontextualisée sape l’illusion d’un créateur démiurgique en surplomb de son œuvre, et dispose l’écrivain au sein d’une collectivité d’écritures, là où s’opère le travail. Le Chantier littéraire, publié en 2010, problématise autrement encore cette question de l’autorité et de ce qu’est être écrivain, en soutenant une thèse peu commune sur l’importance du point de vue de l’auteur (ChL, p. 41 et sq.) et sur « les formes déjà là » (ChL, p. 73), invitant à reconsidérer globalement les procédures d’intertextualité chez Wittig.

14Enfin, il est une autre approche possible du nom Monique Wittig, qui est celle de son appréhension par ses lecteur.rice.s. Monique Wittig est aussi ce nom cité, avancé par d’autres, dans des contextes qui ne cohabitent pas nécessairement. C’est d’abord ce nom, prononcé par le président du jury du prix Médicis en 1964, qui se retrouve sous la plume de Claude Simon, Marguerite Duras, et qui va, à ce titre, dans les années qui suivent, être associé au Nouveau Roman. C’est sous la forme travestie de « Monica Wittig » que le narrateur de La Disparition (1969) rend hommage à l’auteur de L’Opoponax : l’altération graphique qu’opère Georges Perec suscite un étonnant rapprochement avec le nom de Monica Vitti, l’actrice-phare des films de Michelangelo Antonioni (L’Avventura, La Nuit, L’Éclipse), associant ainsi dans une même sophistication avant-gardiste l’actrice et l’écrivain. C’est encore, dans les années 1970, le nom de la militante au bas des articles programmatiques de ce qui va devenir le Mouvement de libération des femmes, ou encore le nom qui sera prononcé, en 1981, lors de l’arrêt de la revue Questions féministes.

15Avec la parution tardive en français (2005) de Trouble dans le genre (publié dans sa version originale en 1990), où Judith Butler consacre des pages importantes à The Straight Mind et au Corps lesbien, le nom Monique Wittig est à nouveau évoqué, nommé, cité. Il est alors l’objet d’une réappropriation, via la lecture américaine de Butler, avec ou contre elle.

16Nom propre déjouant les pièges du biographique pour promouvoir une image publique dans l’espace commun, nom d’auteur défiant les habitudes institutionnelles de l’identification du créateur et de son œuvre, nom collectif et collectivisé par ses associations à celui de Zeig, nom cité, circulant, s’éclipsant, renaissant, Monique Wittig est tout cela à la fois.

(LIRE MONIQUE WITTIG) AUJOURD’HUI

  • 19 D. Eribon, Les Études gay et lesbiennes, Paris, Centre Georges Pompidou, 1998. La contribution de W (...)

17Lire Monique Wittig aujourd’hui, c’est, nécessairement, se situer à la suite de ces lectures, dans leurs résonances actuelles. Le développement, en France, d’une réflexion interdisciplinaire sur le genre n’est ainsi pas étranger au nom de Wittig qui, en 1997, a participé au colloque organisé à Beaubourg par Didier Eribon sur Les Études gay et lesbiennes19. Au-delà des cercles académiques, la réflexion sur les identités de genre, le renouvellement des féminismes et la place qu’y occupe le point de vue lesbien se trouvent de façon évidente au cœur des réflexions militantes et, plus généralement, de la pensée politique et sociale. L’articulation du matérialisme avec la contestation des catégories et des assignations de genre, la place du minoritaire – parfois présentée sous les termes repoussoirs de « séparatisme » ou de « communautarisme » –, voilà des questions qui, en effet, se sont imposées dans l’espace public, que l’œuvre de Wittig réfléchit, formule, et qu’elle aide à penser.

  • 20 M.-H. Bourcier & S. Robichon, Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, op. cit.
  • 21 Par exemple, la contribution de Louise Turcotte souligne en quoi le matérialisme de Wittig objecte (...)
  • 22 N. Shaktini (ed.), On Monique Wittig, op. cit.
  • 23 J. Butler, “Wittig’s Material Practice : Universalizing a Minority Point of View”, Gay and Lesbian (...)

18Cette « actualité » de l’œuvre de Wittig nous renvoie ainsi aux lectures dont elle a fait l’objet ces dernières années, aux usages, aux actualisations qu’il est aujourd’hui possible d’en faire. Sans s’y réduire, le colloque organisé en 2001 à la Columbia University de Paris par Marie-Hélène Bourcier et Suzette Robichon20 a ainsi été dominé par les débats portant sur la relation de la pensée queer à Wittig – de façon du reste contradictoire21. De ce débat, on trouve encore des traces dans le volume dirigé par Namascar Shaktini en 200522. Le volume que la revue Gay and Lesbian Questions de l’Université de Duke consacre en 2007 à Wittig est notamment l’occasion pour Butler de revenir sur sa lecture de Wittig : sans gommer ses différends avec elle, en particulier en ce qui concerne ce que l’auteur de La Pensée straight appelle « le régime hétérosexuel », Butler y réévalue néanmoins la notion d’universalité23.

  • 24 Contre la tentation des oppositions binaires et des partitions disciplinaires, il s’agit donc d’env (...)

19Ce moment queer (critique de la pensée queer aussi bien) de la lecture de Wittig est encore le nôtre à bien des égards, et ces débats trouvent un écho dans le présent volume – dans le dialogue continué entre Wittig et Butler que propose Natacha Chetcuti, ou dans l’exploration par Anne F. Garréta du « partage du sensible » (Rancière) propre à Wittig, exploration où se donne à lire une défiance persistante à l’égard des risques d’idéalisation que comporterait la pensée queer. Mais, dans le prolongement de tels débats, et en dépit des fermetures que Butler a pu y voir, la question est aussi celle des possibles (esthétiques et politiques) qu’ouvre l’œuvre – de ses éventuelles illusions et de ses apories également. L’une des tâches qui nous incombe aujourd’hui est assurément de saisir le texte wittigien dans ses ambiguïtés, ses équivoques et sa polysémie, dans sa capacité à juxtaposer, comme Les Guérillères, « ce qui est et ce qui n’est pas » (G, p. 17). La question est donc bien de savoir comment les textes de Wittig articulent originalement une exigence matérialiste et des devenirs possibles, dans la pensée théorique comme dans l’écriture de fiction. À cet égard, les récentes parutions du Chantier littéraire et de la réédition du Brouillon pour un dictionnaire des amantes nous rappellent à la nécessité d’appréhender ensemble les postulations théoriques et les expérimentations d’écriture, de comprendre comment elles s’engendrent mutuellement, se nuancent, voire entrent en tension24.

20Le présent ouvrage se répartit en quatre sections : la première, intitulée « Choix esthétiques et modalités d’action », propose de situer globalement Wittig dans des contextes théoriques et esthétiques ; la seconde, « Écritures majeures/écritures mineures », confronte la démarche de Wittig à d’autres écritures minoritaires – la problématique raciale, la question des rapports de classes – et interroge également son désir de s’insérer dans le canon des œuvres majeures ; dans la troisième, « Lire, éditer, agir », sont envisagées plus précisément les articulations entre l’action militante et la lecture – entendue dans son sens le plus large, comprenant la diffusion, la traduction et autres moyens de lire et de faire lire ; enfin, « Travailler la langue, travailler le réel » étudie au plus près le « chantier littéraire » de Wittig en tant qu’il postule une « plastie du langage sur le réel » (ChL, p. 46).

21Certaines interrogations traversent néanmoins l’ensemble des contributions, où elles trouvent parfois des réponses contradictoires. Résultant d’une réflexion à plusieurs, ce livre n’entend pas araser les différences ni effacer les différends25. Nous nous sommes ainsi efforcés de multiplier les points de vue disciplinaires et les perspectives : par exemple, en abordant avec un regard de sociologue les choix d’écriture de Wittig (Natacha Chetcuti), en interrogeant d’un point de vue littéraire les modalités spécifiques de l’écriture théorique (Dominique Bourque), ou encore en questionnant l’efficacité (et les limites) d’une posture qui, confiante dans les pouvoirs de transformation sociale et politique de l’écriture, fait de l’art un domaine séparé, au risque de l’idéaliser (Noura Wedell, Marie-Hélène Bourcier).

22Nous le disions pour commencer, lire Monique Wittig aujourd’hui est à la fois incongru et évident. Mais c’est sur cette évidence que, pour terminer cette présentation, nous voudrions revenir. Pour qui en effet se refuse à penser que la littérature et les études littéraires appartiennent aux arts décoratifs, pour qui ne se résout pas à ce que leur mission soit d’illustrer l’« histoire des idées » échafaudées ailleurs par les sciences dites humaines, pour qui pense qu’au contraire peuvent s’élaborer dans l’écriture des pratiques susceptibles d’être réappropriées, de se disperser dans différents champs disciplinaires, et que le travail sur le langage est le lieu même où peuvent s’élaborer une pensée et une politique, alors lire Monique Wittig est une évidence.

Notes

1 La graphie « certain.e.s », ou plus bas « lecteur.rice.s », manifeste la prégnance de la marque du genre en français. Aucune solution nʼétant parfaitement satisfaisante pour lʼheure, nous faisons le choix de la forme la plus spectaculaire, qui attire lʼattention en rendant visible lʼalternance morphologique : cʼest là un palliatif dissensuel et transitoire car « la solution finale est bien évidemment de supprimer le genre (en tant que catégorie de sexe) de la langue, une fois pour toutes, décision qui demande un consensus et qui demande forcément un changement de forme. » (PS, p. 111)

2 J. Butler, « Monique Wittig : désintégration corporelle et sexe fictif », Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion [1990], Paris, La Découverte, 2005, p. 222-247.

3 « [Les] livres [de Monique Wittig] ont, par leur simple existence, donné une force et une légitimation à la création des premiers groupes de lesbiennes. », S. Robichon, « Monique Wittig, une œuvre pionnière », dans M.-H. Bourcier & S. Robichon (dir.), Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, Paris, Éditions gaies et lesbiennes, 2002, p. 18.

4 F. Guattari, Les Années d’hiver. 1980-1985, Paris, Bernard Barrault, 1986. Sur cette période où sont enterrées de nombreuses avancées théoriques et politiques forgées dans les années 1970, voir aussi F. Cusset, La Décennie. Le grand cauchemar des années 80, Paris, La Découverte, 2006 : l’auteur y insiste sur la marginalisation, dans l’université, des acteurs de 1968 et de l’après-mai durant cette décennie.

5 On pense aux comptes rendus de lecture de Madeleine Chapsal dans L’Express (26 novembre 1973), de Jacqueline Piatier dans Le Monde (15 novembre 1973) ou encore de Michel Cluny dans Combat (1973).

6 « Combat pour la libération de la femme », L’Idiot international, no 6, mai 1970, texte cosigné avec Gille Wittig, Marcia Rothenburg et Margaret Stephenson [Namascar Shaktini].

7 Sur cette question, voir I. van der Poel, Une révolution de la pensée : maoïsme et féminisme à travers Tel quel, Les Temps modernes et Esprit, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1992.

8 « “Écriture féminine” est la métaphore naturalisante du fait politique brutal de la domination des femmes […]. L’écriture féminine, c’est comme les arts ménagers et la cuisine. », PS, p. 89-90.

9 Le titre pouvait en effet tomber sous le coup de la « Loi no 60-773 du 30 juillet 1960 autorisant le Gouvernement à prendre, par application de l’article 38 de la Constitution, les mesures nécessaires pour lutter contre certains fléaux sociaux » (Journal officiel de la République française, 2 août 1960, p. 7130). Un tel risque n’était pas infondé : en 1969, Bernard Noël et son éditeur sont condamnés pour « outrage aux bonnes mœurs » pour la publication du Château de Cène.

10 Merci à Suzette Robichon de nous avoir confié les éditions étrangères des livres de Wittig.

11 Merci à Colette Geoffrey dont nous publions ici les photographies.

12 G. Wittig, Ma sœur sauvage, s. l., 2008. Merci à Dominique Samson de nous avoir offert un exemplaire de ce texte.

13 Pour les variations de composition d’un livre à l’autre, voir la présentation de La Pensée straight (p. 9-11) et, dans ce volume, la bibliographie où l’on retrouvera l’histoire éditoriale de chacun des essais.

14 Maria Isabel Barreno, Maria Teresa Horta & Maria Velho da Costa, Nouvelles lettres portugaises, Paris, Le Seuil, 1974. Voir aussi les traductions de L’Homme unidimensionnel d’Herbert Marcuse, Paris, Les Éditions de Minuit, 1968, et de La Passion de Djuna Barnes, Paris, Flammarion, 1982.

15 Voir dans ce volume la contribution de Catherine Écarnot.

16 Les textes intitulés « Quelques remarques sur… » se caractérisent par une formulation toujours modeste et non autoritaire : l’indéfini « quelques » ou le nom générique « remarques » laissent aux commentateur.rice.s une large marge de manœuvre interprétative. Là encore, Wittig n’exploite pas à plein l’autorité de la position d’auteur.

17 D. Bourque, Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme », 2006.

18 Wittig insiste sur son travail avec ces œuvres dans “Some Remarks on The Lesbian Body”, dans N. Shaktini (ed.), On Monique Wittig. Theoretical, Political, and Literary Essays, Urbana/Chicago, University of Illinois Press, 2005.

19 D. Eribon, Les Études gay et lesbiennes, Paris, Centre Georges Pompidou, 1998. La contribution de Wittig est « À propos du contrat social », essai repris dans La Pensée straight.

20 M.-H. Bourcier & S. Robichon, Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, op. cit.

21 Par exemple, la contribution de Louise Turcotte souligne en quoi le matérialisme de Wittig objecte à la pensée queer, tandis que Diane Griffin Crowder et Beatriz Preciado s’attachent à montrer comment lʼhypothèse dʼune société lesbienne participe d’une déstabilisation des identités de genre et dessine une continuité possible entre Wittig et la pensée queer.

22 N. Shaktini (ed.), On Monique Wittig, op. cit.

23 J. Butler, “Wittig’s Material Practice : Universalizing a Minority Point of View”, Gay and Lesbian Questions, vol. 13, no 4, dossier “Monique Wittig : At the Crossroads of Criticism”, B. S. Epps & J. N. Kats (eds.), 2007, p. 519-533. Si, comme on le voit, l’œuvre de Wittig est depuis quelques années maintenant lue et discutée en France, on se fera néanmoins une idée de la dissymétrie de la réception de l’œuvre de part et d’autre de l’Atlantique en se reportant à la bibliographie très complète qui figure dans l’ouvrage dirigé par N. Shaktini, On Monique Wittig, op. cit. Ajoutons deux publications récentes : J. D. Davis Jr, Beautiful War : Uncommon Violence, Praxis, and Aesthetics in the Novels of Monique Wittig, New-York/Oxford, Peter Lang, 2010 ; et C. Voysset-Veysseyre, Des amazones et des femmes, Paris, L’Harmattan, « Ouverture philosophique », 2010, p. 177-227.

24 Contre la tentation des oppositions binaires et des partitions disciplinaires, il s’agit donc d’envisager les réflexions de Wittig comme ouvrant le « champ indissocié de la politique, de l’écriture et de la culture lesbienne », ainsi que le rappelait déjà Marie-Hélène Bourcier en ouverture du colloque de 2001. M.-H. Bourcier, « Les ruses de la raison straight », dans M.-H. Bourcier & S. Robichon (dir.), Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, op. cit., p. 29. Nous soulignons. 25. Dans cette perspective, nous avons décidé de ne pas uniformiser les choix différents opérés par les auteur.e.s de ce livre concernant la « marque du genre ».

Auteurs

Maître de conférences à l’Université Jean Moulin Lyon 3 en littérature du xxe siècle et membre du groupe Marge, composante de l’équipe de recherche CEDFL. Sa thèse porte sur la relation des textes à leurs lecteurs et sur la déstabilisation des genres littéraires chez Francis Ponge et Nathalie Sarraute. Il est responsable du Centre de recherche sur Francis Ponge (ENS de Lyon). Il a participé à l’édition du Chantier littéraire de Monique Wittig (PUL/Éditions iXe, 2010). Ses travaux portent plus généralement sur les relations entre littérature et politique.

Maître de conférences en stylistique française à l’Université Lumière Lyon 2, membre du groupe Textes & langue de lʼéquipe Passages xx-xxi. Il a consacré sa thèse de doctorat au phénomène métaphorique dans les romans de Nathalie Sarraute, et publié avec Philippe Wahl La Syllepse, figure stylistique (PUL, 2006). Il a participé à l’édition du Chantier littéraire de Monique Wittig (PUL/Éditions iXe, 2010). Ses travaux portent sur l’articulation entre langue et genre. Il est membre du comité pédagogique et scientifique du master européen ÉGALES (Études de genre et actions liées à l’égalité dans la société).

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search