Version classiqueVersion mobile

La femme au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Deuxième partie. Idéologie et romanesque : La Fille aux yeux d'or de Balzac

Misogynie et gynophobie dans La fille aux yeux d’or

Lucette Czyba

Texte intégral

  • 1 Le texte de référence est celui de l’édition établie sous la direction de P.G. Castex, La Comédie h (...)
  • 2 Voir chaque rencontre de Paquita et d'Henri, la présence de la duègne, agent du pouvoir de Margarit (...)
  • 3 « ... la jeune fille le frôla, et de sa main serra la main du jeune homme » (ibid., p. 1065) ; voir (...)
  • 4 Ibid., p. 1106.
  • 5 « ... de Marsay..., pour la première fois, depuis longtemps, ouvrit son cœur. Ses nerfs se détendir (...)
  • 6 Voir Dr W. Lederer, Gynophobia ou la peur des femmes, Payot, 1970.

1Il nous semblerait naïf de lire La Fille aux Yeux d’or comme un texte qui valorise la femme sous prétexte que les efforts et les tentatives du héros masculin se heurtent sans cesse à la toute-puissance d’un mystérieux « pouvoir féminin »1 que l’absence de Margarita s’impose en fait comme une présence qui domine « l’histoire »2, que le séducteur fait preuve ici d’une étrange passivité, la victime menant le jeu3, qu’il est frustré même de sa vengeance4 et qu’il en arrive à éprouver la tentation de renoncer à son habituelle méfiance devant l’amante idéale qu’il découvre en Paquita5. Dans le même temps en effet la misogynie du texte apparaît, souvent de façon patente, parfois plus insidieusement, nous le montrerons. Si le problème se pose de la signification de cette misogynie, des obsessions et des peurs qu’elle traduit, du rapport qui s’établit entre misogynie et gynophobie6, encore faut-il en délimiter la portée et le sens et ne pas courir le risque de généralisations abusives. La Fille aux yeux d’or ne permet nullement de poser le problème de « la femme » dans la Comédie humaine, comme Flonorine ou les Mémoires de deux jeunes mariées par exemple. Paquita n’incarne « la femme » que pour de Marsay, et il y aura lieu de s’interroger là-dessus ; le point de vue de Balzac ne se confond pas avec celui de son personnage masculin car le romancier domine et juge le fat dont il a voulu l’échec final. Il convient donc de préciser d’emblée que la misogynie-gynophobie du texte ne signifie pas nécessairement celle de son auteur, et d’essayer, à travers les ambivalences de l’image que La Fille aux yeux d’or donne de la femme, d’évaluer la distance que prend son créateur à l’égard de l’idéologie contemporaine.

  • 7 La Fille aux yeux d'or, p. 1064.
  • 8 Ibid., p. 1064 ; la suite du passage suggère sans ambiguïté l'animalité de Paquita : Henri de Marsa (...)
  • 9 Ibid., p. 1083.
  • 10 Ibid., p. 1091 ; cf. la duègne qui est une hyène, ibid., p. 1065.
  • 11 L.F. Hoffmann, Mignonne et Paquita, L’Année Balzacienne, 1964. Mignonne, avant de mourir, mord le s (...)
  • 12 Les Proscrits, La Comédie humaine, éd. Rencontre, T. IV, p. 426, 427.
  • 13 Ibid., p. 1058.
  • 14 Ibid., p. 1099 ; voir dans le même passage : « Tu ignores à quel point je suis idiote ? »
  • 15 Ibid., p. 1102.
  • 16 Ibid., p. 1072 ; souligné par nous : en fait Henri ne fait pas « travailler » Paquita « pendant qua (...)

2Les comparaisons sur lesquelles se fonde la description de Paquita par de Marsay composent un véritable bestiaire : elle a « deux yeux jaunes comme ceux des tigres »7, elle est « semblable à une chatte qui veut venir frôler vos jambes »8, elle « s’entortille » autour de son amant « comme un serpent »9 et ressemble à « un oiseau battant des ailes »10. L.F. Hoffmann montre justement le caractère félin de Paquita et la compare à la panthère d’Une passion dans le désert11. L’animalité n’a pas nécessairement une fonction dépréciative dans l’écriture balzacienne : les yeux de Dante dans Les Proscrits sont « comme ceux du milan... », son « regard brillant et lucide comme celui des serpents ou des oiseaux »12 ; de même Henri de Marsay est évoqué parcourant « nonchalamment la grande allée des Tuileries à la manière des animaux qui, connaissant leurs forces, marchent dans leur paix et leur majesté »13. Il en va autrement pour la fille aux yeux d’or car les métaphores animales qui la caractérisent ont pour complément l’ignorance : elle n’a « rien appris », elle ne sait « ni lire ni écrire »14, elle ignore tout « des choses de ce monde »15. Dans l’univers d’Henri de Marsay qui croit au contraire tout savoir après avoir reçu l’éducation de l’abbé de Maronis, cette ignorance dévalorise celle qui en est victime. Cette interprétation se confirme quand on considère la conception qu’affirme le jeune homme d’une « nature » féminine vouée irrémédiablement à la sottise : « Et qu’est-ce que la femme ? Une petite chose, un ensemble de niaiseries. Avec deux mots dits en l’air, ne la fait-on pas travailler pendant quatre heures ? »16. Nous montrerons plus loin comment cette conception met en cause l’influence de l’idéologie contemporaine sur la vision qu’Henri a du monde et en particulier de la femme.

  • 17 Voir ibid., p. 1089 : « Comme un aigle qui fond sur sa proie, il la prit à plein corps... »
  • 18 H. de Marsay s’ennuie de ses triomphes faciles (voir ibid., p. 1070) ; le rapport de Laurent révéla (...)
  • 19 Ibid., p. 1065.
  • 20 Ibid., p. 1078.
  • 21 Ibid., p. 1082.
  • 22 Ibid., p. 1102.
  • 23 Ibid., p. 1100.
  • 24 Ibid., p. 1099.
  • 25 « Quand les deux amants se regardèrent, Paquita parut honteuse ; elle baissa les yeux pour ne pas r (...)
  • 26 Ibid., p. 1089.
  • 27 Ibid., p. 1099.
  • 28 Ibid., p. 1100.

3Cette réification qu’implique le discours du fat résume en fait le statut de la femme à ses yeux, objet pour et par le regard de l’homme. Elle est la « proie »17 d’autant plus convoitée18 que plus difficile à atteindre : « ... la duègne m’a rendu plus qu’amoureux, je suis devenu curieux »19. En revanche dès qu’il croit Paquita à lui, l’aventure perd « de son piquant »20. Il ne reconnaît à la femme aucun droit à disposer de soi-même, elle doit être la propriété exclusive de son amant : « Si tu ne devais pas être à moi seul, je te tuerais »21. Dans sa relation avec de Marsay, Paquita se trouve dans une situation de dépendance totale, d’aliénation complète : « Ai-je une volonté ?... »22. « Je quitterais tout pour toi, emmène-moi. Si tu le veux, prends-moi comme un jouet, mais laisse-moi près de toi jusqu’à ce que tu me brises »23. Son statut est celui d’une esclave entièrement soumise au despotisme de son maître :... « je te donnerai des plaisirs tant que tu voudras en recevoir de moi. Puis quand tu ne m’aimeras plus, tu me laisseras, je ne me plaindrai pas, je ne dirai rien ; et mon abandon ne devra te causer aucun remords car un jour passé près de toi, un seul jour pendant lequel je t’aurai regardé, m’aura valu toute une vie »24. Dans le couple formé par les deux amants la supériorité masculine est manifestée à plusieurs reprises, même s’il apparaît finalement qu’elle se fonde sur un leurre ; elle s’exprime dans la domination du regard25 ; les comparaisons animales qui qualifient Henri de Marsay signifient la toute-puissance et la force sur lesquelles se fonde sa séduction ; il est semblable à I’« aigle qui fond sur sa proie »26 et donne à Paquita l’occasion de découvrir que les hommes sont « ce qu’il y a de plus beau sous le ciel »27 ; elle s’estime idiote parce qu’elle les a jusqu’alors ignorés, son amant équivaut pour elle à la « lumière »28.

  • 29 Honorine, Comédie humaine, éd. Rencontre, t. XVI, p. 522.
  • 30 La fille aux yeux d’or, p. 1072.

4Les caractères de cette relation duelle sont particulièrement marqués — (supériorité complaisante du fat, réification de la femme) — parce que Balzac a choisi de mettre en scène une rencontre privilégiée, celle d’une « esclave d’Orient »29 et d’un fat « dont les femmes sont friandes »30 ; tous les éléments sont réunis qui permettent le démontage du système idéologique dans lequel l’un et l’autre s’inscrivent.

  • 31 Ibid., p. 1108.
  • 32 « Appartenir ! répéta-t-elle. Ne m’as-tu pas prise ? Quand nous l’aurons pris, il nous appartiendra (...)
  • 33 Du Fortunio de Gautier (1837-1838) aux œuvres de jeunesse de Flaubert (Mémoires d’un fou. 1838 ; No (...)
  • 34 La fille aux yeux d'or, p. 1064. La nommer, c’est la posséder et la réifier ; d’où le « ça ».
  • 35 Ibid., p. 1082.
  • 36 Ibid., p. 1101.
  • 37 Ibid., p. 1066.
  • 38 Ibid., p. 1065.
  • 39 Ibid., p. 1102.
  • 40 ... « mon inconnue est la seule dont le sein vierge, les formes ardentes et voluptueuses m’aient ré (...)
  • 41 Cf. Latouche, Fragoletta, note de P. Castex, La Fille aux yeux d’or, éd. Garnier, 1966, p. 401.
  • 42 La Fille aux yeux d'or, p. 1065. Voir les représentations iconographiques du même idéal : Delacroix (...)
  • 43 Ibid., p. 1065, c’est pourquoi « tout le monde se retourne pour... voir » La Fille aux yeux d’or (i (...)

5La femme orientale (opposée à la Parisienne) est la femme-objet type, comme le signifie le commentaire de Margarita : « Elle est d’un pays où les femmes ne sont pas des êtres, mais des choses dont on fait ce qu’on veut, que l’on vend, que l’on achète, que l’on tue, enfin dont on se sert pour ses caprices, comme vous vous servez ici de vos meubles »31. Paquita, vendue par sa mère à la Marquise, s’éprouve elle-même comme un objet qui « appartient » à qui le « prend » ; l’équivalence qu’elle établit « innocemment » entre elle-même et l’argent que les deux amants pourraient s’approprier est significative32. La femme orientale apparaît aussi comme le bien exclusif d’un propriétaire dans la mesure où elle est jalousement gardée : c’est ce que signifie la fonction de la duègne. Dans le même temps cette esclave est investie d’un exceptionnel pouvoir érotique et incarne le mythe de l’amante idéale qui nourrit les fantasmes de toute une génération33. Ainsi s’explique le succès de Paquita femme à la mode réduite à un surnom, auprès de la jeunesse dorée contemporaine qui ne voit en elle qu’un objet propre à incarner son idéal : « Nous ne connaissons que ça, mon cher ! s’écria Paul... c’est La Fille aux yeux d’or. Nous lui avons donné ce nom-là »34. Henri reconnaît en elle « la plus riche organisation que la nature se fût complu à composer pour l’amour »35, elle semble « avoir été créée pour l’amour », il trouve en elle « ce sérail que sait créer la femme aimante »36, elle est « la fille qui réalisait si bien les idées les plus lumineuses exprimées sur les femmes par la poésie orientale »37. Henri de Marsay la définit comme « un abîme de plaisirs »38 pour l’homme, c’est-à-dire qu’elle n’existe qu’en fonction du désir masculin : « Je ne suis quelque chose hors de toi qu’afin d’être un plaisir pour toi »39. Elle éveille ce désir dans la mesure où elle semble incarner un idéal rêvé par une imagination masculine40, être la représentation vivante d’un modèle imposé par l’idéologie (masculine) contemporaine : « Elle est l’original de la délirante peinture, appelée la femme caressant sa chimère »41,... « c’est une femme idéale qui se voit en réalité dans l’Espagne, dans l’Italie, presque jamais en France »42. La vulgarisation de ce modèle est mise en évidence dans la reproduction « industrielle » qui en est faite : « ... une sainte poésie prostituée par ceux qui l’ont copiée pour les fresques et les mosaïques ; pour un tas de bourgeois qui ne voient dans ce camée qu’une breloque, et la mettent à leurs clefs de montre... »43.

  • 44 Ibid., p. 1072, 1073.
  • 45 La référence est explicite p. 1074 : « Son regard se coula par en dessous pour regarder les pieds e (...)
  • 46 Ibid., p. 1079.
  • 47 Voir fin de la note 45.
  • 48 La Fille aux yeux d’or, p. 1084-1085.

6Dans ce système idéologique où la femme (orientale) est conçue comme un objet, le fat a une fonction amoureuse rigoureusement complémentaire ; à la sujétion passive de la première répond la toute-puissance du second : « Le fat est le colonel de l’amour... il a son régiment de femmes à commander !... La fatuité est le signe d’un incontestable pouvoir conquis sur le peuple femelle »44. Les images militaires révèlent le code qui régit les rapports amoureux, code influencé par la tradition du libertinage romanesque du XVIIIe siècle45 : ce qui est « chute » pour la femme46 est au contraire victoire masculine. Parce qu’il connaît à fond ce code amoureux, selon lequel « les femmes47 aiment prodigieusement ces gens qui se nomment pachas eux-mêmes, qui semblent accompagnés de lions, de bourreaux, et marchent dans un appareil de terreur », H. de Marsay peut exercer « le pouvoir autocratique du despote oriental »48. En fait le texte de La Fille aux yeux d’or dénonce le caractère illusoire de la puissance du fat et révèle la lucidité de Balzac à l’égard du système idéologique dont son personnage masculin est moins bénéficiaire que victime puisque le « savoir » d’H. de Marsay l’aveugle plus qu’il ne le sert ; il ne séduit Paquita que travesti, sa vengeance même lui échappe, la défaite des Treize accompagnant la sienne, une fois de plus. La « victoire » d’Henri n’est qu’un leurre ; comment peut-on en effet l’emporter sur un être dépourvu de liberté ? Cette « victoire » consiste donc seulement à s’approprier ce qui appartient à autrui, apparemment ; en fait derrière autrui se cache Margarita, sœur et double d’Henri. Le combat de ce dernier se réduit en définitive à un combat contre lui-même, plus précisément la partie féminine de lui-même sur laquelle le texte appelle à plusieurs reprises l’attention du lecteur, ce qui contribue à donner une dimension nouvelle au roman.

  • 49 Voir l’analyse du libertin faite par Pierre Michel, « Les Egarements ou le roman impossible », Les (...)
  • 50 La Fille aux yeux d’or, p. 1075.
  • 51 Voir ibid., p. 1063 : « ... une femme qui vient le dimanche aux Tuileries n’a pas de valeur, aristo (...)
  • 52 Ibid., p. 1079.
  • 53 Ibid., p. 1089.
  • 54 Voir ibid., p. 1089 : « Cette retraite a été construite pour l’amour ».
  • 55 Ibid., p. 1088.
  • 56 Ibid., p. 1087.
  • 57 Ibid., p. 1089.

7Dans le commerce amoureux, le libertin n’est pas moins objet que sa victime, il ne « s’appartient pas ». Incapable de s’inventer à chacune de ses conquêtes il est réduit à répéter49 les mêmes gestes et le même discours qui constituent le rituel convenu de la séduction ; en témoigne la lettre qu’il adresse à Paquita et dont l’efficacité est une fois encore assurée : « Elles croient cela pourtant, ces pauvres créatures !... mais elles ont raison. Que penserions-nous d’une femme qui ne se laisserait pas séduire par une lettre d’amour accompagnée de circonstances si probantes ? »50. C’est aussi pourquoi l’espace dans lequel s’inscrit chaque apparition de Paquita est la reprise d’un certain nombre de lieux traditionnels correspondant aux étapes stéréotypées de la « conquête » amoureuse : la Terrasse des Tuileries, lieu des rencontres galantes51, l’appartement délabré qui ressemble « au salon d’un mauvais lieu »52, le boudoir enfin qui a l’aspect d’une « coquille, semblable à celle où naquit Vénus »53, qui inspire et signifie l’amour54 : « Il y avait dans cette harmonie parfaite un concert de couleurs auquel l’âme répondait par des idées voluptueuses... »55. Paquita y apparaît « dans sa gloire de femme voluptueuse »56, elle s’agenouille devant son amant, « l’adorant comme le dieu de ce temple où il avait daigné venir »57.

  • 58 Ibid., p. 1081.
  • 59 Ibid., p. 1080.
  • 60 Ibid., p. 1084.
  • 61 Ibid., p. 1054, 1055.
  • 62 ... « la bonne fille prenait bien dégoûtamment son tabac, et devenait si laide, si sourde, si ennuy (...)
  • 63 Ibid., p. 1056.
  • 64 Op. cit., voir n. 6.
  • 65 Ibid., p. 1101.
  • 66 Ibid., p. 1103.
  • 67 Ibid., p. 1101.
  • 68 Ibid., p. 1097.
  • 69 Voir la référence allusive à Sade, ibid., p. 1097, à la suite précisément du passage où Henri affir (...)
  • 70 Ibid., p. 1090.
  • 71 Ibid., p. 1107.

8Le mythe de l’esclave orientale révèle de plusieurs façons la peur masculine de la femme. La complémentarité établie entre la réification de cette dernière et son pouvoir érotique signifie la peur de la séduction qu’elle exerce et le désir de la maîtriser ; l’existence même du mythe et l’incapacité de concevoir la femme autrement que de façon mythique sous-entendent l’impossibilité pour l’autre sexe d’accepter la réalité de la femme, dans le système idéologique que nous avons tenté de définir. C’est pourquoi la répétition qui caractérise le comportement du libertin peut se lire comme une tentative renouvelée pour exorciser cette peur de la femme. Dans le même sens peut s’interpréter l’évocation du caractère hideux de la femme vieillie ; ainsi la mère de Paquita, « esclave achetée en Géorgie pour sa rare beauté »58 et devenue une “momie " monstrueuse : « Cette femme décrépite était là comme un dénouement possible »59 ; elle reste « dans l’imagination d’Henri comme quelque chose d’infernal, d’accroupi, de cadavéreux, de vicieux, de sauvagement féroce »60. Il est vrai que l’univers dans lequel évolue le complice et l’associé des Treize, celui dans lequel il a été élevé est exclusivement masculin. L’indifférence a caractérisé le comportement de la mère d’Henri de Marsay : « Elle s’inquiéta peu de son enfant (...) les succès de la femme élégante, jolie, universellement adorée étourdirent dans la Parisienne le sentiment maternel »61. Sa « seule mère » a donc été une vieille fille dont les ridicules et les faiblesses déconsidèrent62 la sollicitude. Cette présence féminine a été finalement éliminée au profit du précepteur, l’abbé de Maronis, qui « tenta de remplacer virilement la mère »63. Sans doute ces précisions contribuent-elles dans le récit balzacien à accréditer l’incapacité d’Henri de Marsay à assumer la découverte d’un être fondamentalement différent qui remet précisément en cause l’image qu’il se fait de lui-même. Lederer64 montre que la gynophobie se fonde sur le mystère qu’implique cette différence. Le combat qui caractérise le commerce amoureux aux yeux du libertin, comme en témoignent la métaphore65, puis la réalité matérielle66 de la lutte, la présence, lors des deux dernières rencontres des amants, du poignard, instrument de la vengeance de la Marquise, double d’Henri, a pour but d’annihiler cette différence puisqu’il s’agit de mettre la femme à sa merci, de la « dompter »67, c’est-à-dire de la réduire à l’image qu’on se fait d’elle et de la définir selon son désir. Aussi l’amour est-il une relation où chaque partenaire est à la fois bourreau et victime :... « la volupté mène à la férocité »68. Le fantasme sadique69 de la possession par le meurtre paraît une constante du récit balzacien, Paquita évoque la possibilité de « s’approprier » définitivement son amant en le faisant jeter dans un puits : « Tu resterais dans mon cœur, à moi pour toujours »70 ; de même la Marquise s’adresse à la fille aux yeux d’or, morte : « ... ne sois plus à personne... »71. Ce fantasme de la possession par le meurtre se lit le plus clairement dans la scène du meurtre final où, par un procédé de substitution qui n’est pas le seul dans le roman, la Marquise joue le rôle qu’aurait dû tenir H. de Marsay.

  • 72 Ibid., p. 1090.
  • 73 Voir P. Citron, Le rêve asiatique de Balzac, L'Année Balzacienne, 1968.

9La différence irréductible entre les amants est encore signifiée par l’impossibilité dans laquelle ils se trouvent de communiquer ; Paquita ne comprend rien à ce que dit Henri et lui apparaît à son tour comme une « charade vivante dont le mot (lui) semble bien difficile à trouver »72. Le recours au rêve oriental73 traduit l’échec d’une union impossible entre deux êtres irrémédiablement étrangers l’un à l’autre et condamnés à rêver un ailleurs mythique où le bonheur résisterait à l’usure du temps, à une contrée harmonieuse, où les idylles, comme les étés, sont éternelles :... « l’Asie est le seul pays où l’amour puisse déployer ses ailes... »

  • 74 La Fille aux yeux d'or, p. 1102 ; pour l’obsession contemporaine d’un Orient mythique, séjour de la (...)

10— « Allons aux Indes, là... où la terre n’a jamais que des fleurs, où le soleil illumine toujours un palais qui reste blanc, où l’on sème des parfums dans l’air, où les oiseaux chantent l’amour... »74.

11Le rêve de la toute-puissance masculine, incarnée dans le personnage envié du despote oriental apporte une preuve supplémentaire et décisive de la peur que la femme inspire à H. de Marsay :

  • 75 Ibid., p. 1102.
  • 76 Ibid., p. 1104.
  • 77 Ibid., p. 1102.
  • 78 Ibid., p. 1106.
  • 79 Ibid., p. 1106.

12— « Allons aux Indes, là... où l’homme peut déployer l’appareil des souverains, sans qu’on en glose comme dans les sots pays où l’on veut réaliser la plate chimère de l’égalité... où l’on vit au milieu d’un peuple d’esclaves... »75. Confirmé dans la certitude « d’avoir posé pour une autre personne », le séducteur se sent en effet atteint dans sa virilité même : « L’exclamation de Paquita fut d’autant plus horrible pour lui qu’il avait été détrôné du plus doux triomphe qui eût jamais agrandi sa vanité d’homme »76. Son cœur est « mortifié pour la première fois »77. La peur de la femme s’exprime dans l’affirmation d’une « nature » féminine caractérisée par la cruauté et la perfidie : « La Marquise était femme : elle avait calculé sa vengeance avec cette perfection de perfidie qui distingue les animaux faibles »78. Cette « cruauté » féminine est en effet perçue ou plutôt interprétée par des témoins masculins : Ferragus et Henri entendent « des cris qui eussent attendri des tigres » ; l’humour noir du commentaire du second paraît un réflexe de défense inconsciente contre la peur : « ... je crois qu’elle la fait cuire à petit feu »79.

  • 80 Ibid., p. 1072.
  • 81 Ibid., p. 1079.
  • 82 Ibid., p. 1096 ; voir Dr W. Lederer, op. cil., p. 12 : « L’homme a peur que la femme ne l’affaiblis (...)
  • 83 Ibid., p. 1064 ; c’est Paul de Manerville, l'ami d’Henri de Marsay, qui parle ; lui aussi est entiè (...)
  • 84 Ibid., p. 1052.
  • 85 Ibid., p. 1045 ; souligné par nous.
  • 86 Ibid., p. 1043.
  • 87 Ibid., p. 1042.
  • 88 Ibid., p. 1051.
  • 89 Ibid., p. 1052-1053.
  • 90 Ibid., p. 1053.
  • 91 Ibid., p. 1053.

13C’est l’intégrité masculine que la femme menace. Selon H. de Marsay, le fat « ne s’appartient pas », « l’amour est essentiellement voleur »80. Il provoque l’abêtissement de celui qui en est victime : « Souvent l’homme spirituel se trouve doué d’un rire bête qui lui sert de réponse à tout ; son esprit est comme engourdi sous la glaciale compression de ses désirs »81. Le remède contre ce « mal » ? « L’homme se bronze ainsi : il use la femme, pour que la femme ne puisse pas l’user »82. L’image de la femme « corvette construite pour faire la course, et qui se rue sur le vaisseau marchand avec une impétuosité française, le mord et le coule bas en deux temps »83 traduit sans ambiguïté la hantise de la castration et de l’impuissance, d’autant que l’image de la « nauf »84 conquérante qualifie également la ville de Paris que l’imagination balzacienne associe dans ce texte au pouvoir destructeur de la femme. L’une et l’autre sont présentées, dans le tableau parisien du début, comme un danger pour l’homme parce qu’elles sont synonymes d’or et de plaisir. Les métaphores qui traduisent les phobies engendrées par Paris-Vénus sont révélatrices : « L’ouvrier meurt à l’hôpital, quand son dernier terme de rabougrissement s’est opéré... le petit bourgeois... vit, mais crétinisé... la face usée, plate..., se tramant d’un air hébété sur le boulevard »85 ; la figure de l’eunuque86 parachève les multiples avatars du petit mercier, « roi du mouvement parisien »87. La peur que signifient toutes ces métaphores de la virilité menacée se fonde sur la reconnaissance de la féminité profonde de Paris : « Cette ville à diadème est une reine qui, toujours grosse, a des envies irrésistiblement furieuses... »88. Argument a contrario, les prestiges de la chasteté ; résistent à l’usure parisienne, l’ecclésiastique « jeune et fervent », « quelque bon abbé quadragénaire », « le jeune homme frais débarqué de province, et confié à une douairière dévote qui le laisse sans un sou... », « quelque garçon de boutique, qui se couche à minuit, bien fatigué d’avoir plié ou déplié du calicot, et qui se lève à sept heures... », « une jeune personne de mœurs pures », « un homme de science ou de poésie, qui vit monastiquement... qui demeure sobre, patient et chaste »89. C’est pourquoi aussi « les seuls gens heureux à Paris »90 sont les flâneurs, ceux qui prennent leurs distances, échappent au mouvement infernal de la ville, renoncent à l’action et à la passion au profit de la contemplation, ceux qui « dégustent à chaque heure les mouvantes poésies »91 du spectacle qu’ils ont sous les yeux.

  • 92 Suspecte à Balzac, sinon condamnée par lui, tandis qu’il exalte le mariage de raison (voir les Mémo (...)
  • 93 En ce sens on peut considérer que le texte de Balzac participe à « la dégradation du personnage du (...)

14La misogynie qui caractérise le discours du fat traduit donc sa peur fondamentale de l’autre sexe, son incapacité à assumer le mystère d’un être foncièrement différent de lui. La complémentarité établie, dans le mythe de l’« esclave d’Orient », maîtresse idéale, entre la réification et le pouvoir érotique de la femme signifie la peur de la séduction qu’elle exerce, le rêve de la toute-puissance masculine traduit la réalité de la faiblesse du séducteur. Le texte de Balzac démystifie le fat, dénonce le caractère illusoire de ses victoires et révèle la lucidité du romancier à l’égard du fonctionnement de l’idéologie contemporaine ; la femme qui suscite la passion92 est celle qui paraît être l’incarnation d’un modèle imposé par l’idéologie (masculine) contemporaine et vulgarisé par les nouvelles techniques industrielles mises au service de la mode ; conjointement le fat, malgré les apparences, est en réalité la victime spectaculaire du même système idéologique qui l’aliène et ne lui permet qu’un faux-semblant de maîtrise sur les autres êtres93. Il apparaît dans La Fille aux yeux d’or que l’homme (à femmes) se sent menacé par les femmes dans son intégrité et sa virilité. La métaphore de Paris-Vénus précise cette hantise de castration et d’impuissance. Le texte peut donc se lire aussi comme la transcription d’obsessions et de fantasmes inconscients de Balzac en 1834-1835. Si le personnage du fat a pu être une des tentations du dandysme de sa jeunesse, il s’en libère ici, en réglant son compte à H. de Marsay : à la fausse domination du séducteur réduit à la répétition stérile, le romancier oppose le pouvoir vrai de l’artiste, seul capable d’invention. L’histoire de Paquita masque et révèle le conflit à cette date du créateur tenté de s’abandonner à ses passions et mu par la crainte de compromettre ainsi sa puissance de création, l’enfer parisien figurant en ce sens l’enfer personnel de Balzac, la cellule-boudoir de la rue des Batailles, décrite précisément dans La Fille aux Yeux d’or, résumant l’ambiguïté de l’écrivain.

Notes

1 Le texte de référence est celui de l’édition établie sous la direction de P.G. Castex, La Comédie humaine, t. V, Pléiade, N.R.F., 1977. La Fille aux yeux d’or, p. 1099.

2 Voir chaque rencontre de Paquita et d'Henri, la présence de la duègne, agent du pouvoir de Margarita, le cri de Paquita qui détermine la rage meurtrière de son amant, ibid., p. 1103.

3 « ... la jeune fille le frôla, et de sa main serra la main du jeune homme » (ibid., p. 1065) ; voir aussi p. 1073 : « ... de Marsay se sentit presser la main par elle... ».

4 Ibid., p. 1106.

5 « ... de Marsay..., pour la première fois, depuis longtemps, ouvrit son cœur. Ses nerfs se détendirent, sa froideur se fondit dans l’atmosphère de cette âme brûlante, ses doctrines tranchantes s’envolèrent, et le bonheur lui colora son existence... » (Ibid., p. 1101).

6 Voir Dr W. Lederer, Gynophobia ou la peur des femmes, Payot, 1970.

7 La Fille aux yeux d'or, p. 1064.

8 Ibid., p. 1064 ; la suite du passage suggère sans ambiguïté l'animalité de Paquita : Henri de Marsay lui suppose « des fils cotonneux sur la troisième phalange (des) doigts ; et le long des joues un duvet blanc dont la ligne, lumineuse par un beau jour, commence aux oreilles et se perd sur le col ».

9 Ibid., p. 1083.

10 Ibid., p. 1091 ; cf. la duègne qui est une hyène, ibid., p. 1065.

11 L.F. Hoffmann, Mignonne et Paquita, L’Année Balzacienne, 1964. Mignonne, avant de mourir, mord le soldat à la cuisse, de même Paquita mord les muscles du cou de pied de Mme de San Réal.

12 Les Proscrits, La Comédie humaine, éd. Rencontre, T. IV, p. 426, 427.

13 Ibid., p. 1058.

14 Ibid., p. 1099 ; voir dans le même passage : « Tu ignores à quel point je suis idiote ? »

15 Ibid., p. 1102.

16 Ibid., p. 1072 ; souligné par nous : en fait Henri ne fait pas « travailler » Paquita « pendant quatre heures », ce qui est une façon de montrer l’échec du fat et de démystifier son « pouvoir ».

17 Voir ibid., p. 1089 : « Comme un aigle qui fond sur sa proie, il la prit à plein corps... »

18 H. de Marsay s’ennuie de ses triomphes faciles (voir ibid., p. 1070) ; le rapport de Laurent révélant les difficultés pour accéder à La Fille aux yeux d’or lui donne « un prix énorme » aux yeux du jeune homme (ibid., p. 1070-1071).

19 Ibid., p. 1065.

20 Ibid., p. 1078.

21 Ibid., p. 1082.

22 Ibid., p. 1102.

23 Ibid., p. 1100.

24 Ibid., p. 1099.

25 « Quand les deux amants se regardèrent, Paquita parut honteuse ; elle baissa les yeux pour ne pas revoir les yeux d’Henri... » (ibid., p. 1073-1074).

26 Ibid., p. 1089.

27 Ibid., p. 1099.

28 Ibid., p. 1100.

29 Honorine, Comédie humaine, éd. Rencontre, t. XVI, p. 522.

30 La fille aux yeux d’or, p. 1072.

31 Ibid., p. 1108.

32 « Appartenir ! répéta-t-elle. Ne m’as-tu pas prise ? Quand nous l’aurons pris, il nous appartiendra ». (Ibid., p. 1102). Paquita devient pour elle-même l’objet qu’elle est pour d’autres : valeur d’usage et valeur marchande confondues et intégrées à la « conscience »...

33 Du Fortunio de Gautier (1837-1838) aux œuvres de jeunesse de Flaubert (Mémoires d’un fou. 1838 ; Novembre. 1842) ; voir La Fille aux yeux d’or, p. 1065 : « ... c’est toute la femme... c’est une femme idéale... ».

34 La fille aux yeux d'or, p. 1064. La nommer, c’est la posséder et la réifier ; d’où le « ça ».

35 Ibid., p. 1082.

36 Ibid., p. 1101.

37 Ibid., p. 1066.

38 Ibid., p. 1065.

39 Ibid., p. 1102.

40 ... « mon inconnue est la seule dont le sein vierge, les formes ardentes et voluptueuses m’aient réalisé la seule femme que j’aie rêvé, moi ! » (Ibid., p. 1065).

41 Cf. Latouche, Fragoletta, note de P. Castex, La Fille aux yeux d’or, éd. Garnier, 1966, p. 401.

42 La Fille aux yeux d'or, p. 1065. Voir les représentations iconographiques du même idéal : Delacroix, Femmes d’Alger, Mort de Sardanapale...

43 Ibid., p. 1065, c’est pourquoi « tout le monde se retourne pour... voir » La Fille aux yeux d’or (ibid., p. 1065).

44 Ibid., p. 1072, 1073.

45 La référence est explicite p. 1074 : « Son regard se coula par en dessous pour regarder les pieds et la taille de celui que les femmes nommaient avant la révolution leur vainqueur ». D’autre part la généralisation du style moraliste (« les femmes »...) signifie l’existence du code. Enfin Les liaisons dangereuses sont citées par Henri de Marsay p. 1097.

46 Ibid., p. 1079.

47 Voir fin de la note 45.

48 La Fille aux yeux d’or, p. 1084-1085.

49 Voir l’analyse du libertin faite par Pierre Michel, « Les Egarements ou le roman impossible », Les Paradoxes du romancier : les Egarements de Crébillon, Presses universitaires de Grenoble, 1975, p. 35.

50 La Fille aux yeux d’or, p. 1075.

51 Voir ibid., p. 1063 : « ... une femme qui vient le dimanche aux Tuileries n’a pas de valeur, aristocratiquement parlant ».

52 Ibid., p. 1079.

53 Ibid., p. 1089.

54 Voir ibid., p. 1089 : « Cette retraite a été construite pour l’amour ».

55 Ibid., p. 1088.

56 Ibid., p. 1087.

57 Ibid., p. 1089.

58 Ibid., p. 1081.

59 Ibid., p. 1080.

60 Ibid., p. 1084.

61 Ibid., p. 1054, 1055.

62 ... « la bonne fille prenait bien dégoûtamment son tabac, et devenait si laide, si sourde, si ennuyeuse, qu’il devait des remercîments à la mort ». (Ibid., p. 1056, 1057).

63 Ibid., p. 1056.

64 Op. cit., voir n. 6.

65 Ibid., p. 1101.

66 Ibid., p. 1103.

67 Ibid., p. 1101.

68 Ibid., p. 1097.

69 Voir la référence allusive à Sade, ibid., p. 1097, à la suite précisément du passage où Henri affirme que la volupté mène à la férocité : « ... je ne sais quel autre livre qui a un nom de femme de chambre ».

70 Ibid., p. 1090.

71 Ibid., p. 1107.

72 Ibid., p. 1090.

73 Voir P. Citron, Le rêve asiatique de Balzac, L'Année Balzacienne, 1968.

74 La Fille aux yeux d'or, p. 1102 ; pour l’obsession contemporaine d’un Orient mythique, séjour de la félicité rêvée, voir T. Gautier, Fortunio (1837-1838), G. Flaubert, Œuvres de jeunesse (Mémoires d’un fou, 1838, Novembre, 1842).

75 Ibid., p. 1102.

76 Ibid., p. 1104.

77 Ibid., p. 1102.

78 Ibid., p. 1106.

79 Ibid., p. 1106.

80 Ibid., p. 1072.

81 Ibid., p. 1079.

82 Ibid., p. 1096 ; voir Dr W. Lederer, op. cil., p. 12 : « L’homme a peur que la femme ne l’affaiblisse... », G. Delattre, in « De Séraphita à La Fille aux yeux d’or », L’Année Balzacienne, 1970, a montré cette peur de la « féminisation » dans La Fille aux veux d’or.

83 Ibid., p. 1064 ; c’est Paul de Manerville, l'ami d’Henri de Marsay, qui parle ; lui aussi est entièrement conditionné par l’idéologie contemporaine.

84 Ibid., p. 1052.

85 Ibid., p. 1045 ; souligné par nous.

86 Ibid., p. 1043.

87 Ibid., p. 1042.

88 Ibid., p. 1051.

89 Ibid., p. 1052-1053.

90 Ibid., p. 1053.

91 Ibid., p. 1053.

92 Suspecte à Balzac, sinon condamnée par lui, tandis qu’il exalte le mariage de raison (voir les Mémoires de deux jeunes mariées).

93 En ce sens on peut considérer que le texte de Balzac participe à « la dégradation du personnage du séducteur, du modèle viril », analysé par Jean Borie, in Le célibataire français, Le Sagittaire, 1976, p. 45, 46, 47.

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search