Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La femme au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Première partie. Idéologie et écritures du code civil à Camille Flammarion

Huysmans et les saluts du « vieux garçon »

René-Pierre Colin

Texte intégral

  • 1 Cité par Robert Baldick : La vie de J.K. Huysmans (Denoël 1958), p. 312.
  • 2 En Ménage (Fasquelle 1955), p. 58.

1A la date du 20 juin 1898, Huysmans note dans son carnet intime : « Je n’ai plus de goût ni pour le monde, ni pour le cloître — pour rien. Je vois en face ce couple ouvrier, jeune, bien portant, et je les envie. Ils sont dans la norme, dans la vie-mariés et gais. Mais moi ! toujours en dehors. (...) C’est la solitude à jamais. Parler à qui ? les femmes, tout raté. (...) Non, rien, rien. Si je ne vais pas au cloître, j’aurai tout raté : vie de garçon, sans femme-mariage-couvent »1. L’écrivain célibataire mesure son anormalité : il est un corps sans postérité, sans avenir, installé en marge de l’existence commune dont il est le voyeur et le scribe, en dehors pour tout dire de l’Histoire. Pourtant en cet été 1898, Huysmans qui n’a que cinquante ans, jouit d’une certaine notoriété, son existence devrait être d’autant plus confortable que n’y passent plus que rarement les fameuses « crises juponnières » qui le soumettaient à la femme pour l’accomplissement de « clowneries sensuelles »2.

  • 3 Au Vau l’Eau (Croquis parisiens. A Vau l’Eau. Un dilemme. Plon 1908, p. 234.

2Désormais, les églises et les monastères prennent le relais des lieux célibataires privilégiés : le café, le restaurant et le bordel. Dès 1882, Folantin était d’ailleurs persuadé que l’Eglise aurait pu offrir à ses ennuis des exutoires supérieurs à ceux qu’il trouvait dans les brasseries : « Quelle occupation que la prière, quel passe-temps que la confession, quels débouchés que les pratiques d’un culte ! Le soir, on va à l’église, on s’abîme dans la contemplation, et les misères de la vie sont de peu ; puis les dimanches se dégouttent dans la longueur des offices, dans l’alanguissement des cantiques et des vêpres, car le spleen n’a pas de prise sur les âmes pieuses...3 » Par la conversion, puis l’oblation, le croupissement du célibat va être dépassé et cette vie ensablée, acceptée comme le fardeau nécessaire de l’artiste, va prendre enfin un sens.

  • 4 En Ménage, p. 5.

3Auparavant, l’œuvre de Huysmans, sans souci de redondances, posait une alternative douloureuse : célibat ou mariage. Dans le célibat idéal, nul ne vient faire obstacle aux caprices, aux manies. On peut « lire dans (son) lit, et (...) y fumer tranquillement (sa) pipe », on n’a pas à accepter « la misère d’un coucher à deux, l’insomnie ou le ronflement d’un autre, les coups de coude, et les coups de pieds, la fatigue des caresses exigées, l’ennui des baisers prévus »4. Pour tout dire, le rêve de repli qui constitue l’essentiel de l’absolu huysmansien peut s’épanouir : l’immobilité, la vie calfeutrée, ordonnée par des rites de solitaire, peuvent seules préserver le corps de ses pertes.

  • 5 Ibid., p. 6.
  • 6 Ibid., pp. 317-318.

4Le songe, malheureusement, ne tient pas devant les nécessités du quotidien : il faut se nourrir, se chauffer, s’éclairer, tenir son linge propre et devant ces problèmes considérables le célibataire est absolument démuni. André, le héros d'En Ménage, s’est marié. Il nous donne les raisons de son reniement : « Ce moment-là était venu, parce que j’étais las de manger froid, dans une assiette en terre de pipe, le dîner apprêté par la femme de ménage ou la concierge. J’avais des devants de chemise qui bâillaient et perdaient leurs boutons, des manchettes fatiguées, (...) j’ai toujours manqué de mèches à lampes et de mouchoirs propres »5. Le célibataire est un orphelin lâché sans protection dans un espace hostile. Mélie, la maîtresse du peintre Cyprien Tibaille, le dit à sa manière : « Un homme, c’est perdu quand c’est seul ; c’est, sauf votre respect, si empoté de ses dix doigts, c’est si inconsistant et si flemme »6.

  • 7 G. Coquiot : Le Vrai J.K. Huysmans (Bosse 1912), p. 37.

5La femme, mère et maîtresse, est la médiatrice obligée entre le monde et lui : elle raccommode, tient le ménage, chauffe le lit et épanche les « crises juponnières ». Dans la solitude, le vieux garçon est en butte à toutes les agressions, en butte, littéralement, aux objets. Ses actes avortent, les choses qu’il touche se cassent, le feu qu’il veut allumer ne prend pas. Il fait même tourner les mayonnaises ! Gustave Coquiot rapporte, en effet, cette phrase féminine : « Je l’invite avec plaisir, M. Huysmans, mais si je pense à lui au moment de faire servir, mes sauces tournent »7.

  • 8 A Rebours (Fasquelle 1955), p. 35.
  • 9 Cité par Baldick : op. cit.. p. 97.

6On comprend que le solitaire ne se retrouve que dans l’inertie : ne pas bouger, « se blottir », « se calfeutrer »8, telle est la stratégie qui lui permettra de se conserver. La vie réduite à un réseau d’habitudes apaisantes, de manies dorlotées, présente moins de pièges. L’équilibre, il est vrai, est bien instable : la familiarité des êtres et des choses est sans cesse menacée. Lorsqu’Odilon Redon vend le vieux fauteuil que Huysmans aime dans son atelier, l’écrivain « (affecte) de ne plus revenir (chez son ami) pendant quelques jours. Pour (le) punir »9.

  • 10 En Ménage, p. 14.

7Ce n’est que dans la mesure où elle ne vient pas troubler cette quiétude qu’une ombre de femme peut être tolérée. Elle est à certains moments requise, tout à la fois présente et absente, pour le service de la table et du lit. Mais le repas absorbé ou le déduit expédié, qu’elle ne s’attarde pas : elle condamne la conversation aux lieux communs les plus oiseux, surtout si elle a des prétentions à l’esprit et, au lit, elle ôte le sommeil et manifeste des désirs mal à propos. Huysmans définit en ces termes le mariage le moins périlleux : « Lorsqu’on est décidé à accoler son nom à celui d’une autre (...) on devrait avoir pu jauger la parfaite capacité de sottise ou la profonde inertie des sens de celle qu’on épouse ! »10.

  • 11 A Vau l’Eau, p. 187.
  • 12 En Ménage, p. 60.
  • 13 Ibid., p. 60.
  • 14 Ibid., p. 61.

8Bannir la femme, pourtant, c’est renoncer aux refuges, se condamner à la fréquentation des serres chaudes de célibataires où le vieux garçon a, jusqu’à satiété, le spectacle de sa propre relégation : à la table d’hôtes, la convivialité n’est qu’une condamnation de plus pour ces galériens « serrés en deux rangs placés en vis-à-vis »11 qui consomment de basses nourritures. L’homme sans femme ne peut manger chez lui, dans l’appartement où il a réussi au prix de mille ruses, à se faire un trou ; il perd de cette façon le paradis. André et Cyprien en font l’expérience. Ils ont décidé de s’offrir « en garçons » une bonne bouteille au restaurant. A l’évocation du « Pomard » (sic) qu’ils ont choisi, leurs imaginations s’éveillent, ils se figurent « de joyeux compères attablés, la bedaine au vent », « une débauche d’artistes »12. On leur apporte le précieux Bourgogne et la rêverie, aussitôt, s’éteint : « Je n’aperçois plus rien, moi, se dit le peintre. (...) Il buvait du vin qui n’était pas désagréable, mais ça se bornait là »13 La raison en est simple : « Ce vin-ci, eh bien, ce ne serait du Pomard que si on le dégustait chez soi dans un profond fauteuil et dans un joli verre »14.

  • 15 Voir : le Poème en prose des viandes cuites au four (Croquis parisiens p. 113 sqq.)
  • 16 A Rebours, p. 58.
  • 17 A Vau l’Eau, pp. 212-213.
  • 18 En route (Tresse et Stock 1895), p. 6.

9Les rares repas de qualité peints dans l’œuvre de Huysmans (dans En Ménage et Là-Bas) ont tous en commun la présence discrète et attentive d’une femme qui sait apprêter les mets et le caractère d’abri des lieux où on les consomme : au restaurant, les comestibles sont toujours avariés, leur goût est masqué par des sauces qui sont de redoutables sinapismes, c’est le royaume des bouillons insipides, des viandes grasses, des plats tantôt cuits au four15 et par conséquent desséchés, tantôt recuits (« les ratatouilles »), alors que le foyer idéal voit s’épanouir une cuisine mitonnée, épicée à point, où la quintessence des saveurs est développée. De là chez Huysmans un large clavier métaphorique : Cicéron se définit par « la pesante masse de son style, charnu, nourri, mais tourné à la graisse et privé de moelles et d’os »16, les Comédiens du Théâtre-Français sont des « sauciers » qui « ne sont bons qu’à enduire les portions qu’on leur apporte, de l’immuable sauce blanche, s’il s’agit d’une comédie, et de l’éternelle sauce rousse, s’il s’agit d’un drame »17 et Durtal rêve d’un orateur sacré qui servirait à son public « des nourriture fines, des essences de théologie, des coulis de prières, des sucs concrets d’idées »18... Variations sur un « gastro-centrisme » !

  • 19 A Rebours, p. 210.
  • 20 En Ménage, p. 58.
  • 21 Il s’attira cette savoureuse réponse : « Merci (...) de cette bonne petite affection réglée par le (...)

10Privé d’une table conjugale, le célibataire s’achemine vers la malade, ce trouble de l’appétit qui conduit à une préférence morbide pour les mets excitants et, par là, au calvaire de la dyspepsie : Des Esseintes apercevant des gosses qui se battent pour du « fromage à la pie écrasée sur du pain et semé de hachures de ciboule verte » ressent une perversion pour « cette immonde tartine »19 qu’il sera, bien sûr, incapable d’avaler. Cet itinéraire qui mène de l’inappétence à la malade a un équivalent dans la sexualité huysmansienne : assez tôt le romancier a connu des fiascos auxquels il a attaché une importance considérable comme en témoigne sa correspondance avec Théo Hannon. Sa vie s’est partagée entre des moments d’impuissance et des « crises juponnières » qu’il s’est efforcé de concilier par le rythme pondéré de sa pratique : « une soirée perdue par semaine au plus »20 dit Cyprien dans En Ménage où l’on évoque d’ailleure « la femme hebdomadaire ». Ce rythme, Huysmans a cherché à l’imposer à ses maîtresses et l’on sait, par exemple, qu’il l’a proposé à Henriette Maillat21. Le romancier et ses personnages redoutent à vrai dire d’avoir à honorer une femme dont l’appétit sexuel soit un peu marqué : si Madame Chantelouve dans Là-Bas est une satanique, c’est bien entre autres choses parce qu’elle prend au lit de coupables initiatives !

  • 22 En Ménage, p. 303.
  • 23 Lettre à Théo Hannon, 12 novembre 1877 (Bibliothèque de l’Arsenal. Fonds Lambert).
  • 24 En Ménage, p. 175.

11L’idéal féminin, le voici évoqué par Cyprien : « Une dame, mûre, calme, dévouée, sans besoins amoureux, sans coquetterie et sans pose, une vache puissante et pacifique en un mot »22. Ce n’est pas elle qui manifesterait des désirs à contretemps ou réclamerait d’intempestives performances. Hélas, ce n’est pas elle non plus qui réveillerait par un minimum de savoir-faire des désirs souvent défaillants : « Ma chandelle est morte, il me faut des souffles frangipanées (sic) de femmes plus que perverses pour la rallumer »23 avoue l’écrivain, et ses héros rêvent d’une femme « pas bégueule », « suffisamment polissonne (...), d’une jovialité récréante dans ses caresses »24, bref d’une créature qui parviendrait à unir la vertu à la perversité !

  • 25 C’est nous qui soulignons. Journal des Goncourt. (Fasquelle-Flammarion 1956).

12Bon gré, mal gré, le célibataire ne peut donc être en paix avec son estomac et avec son sexe que par le truchement de la femme qui, de toute évidence, a parti lié avec la matière. Ce n’est pourtant que dans la solitude qu’il trouve une dignité puisqu’il peut alors vouer sa vie au travail créatif. L’artiste célibataire est un clerc moderne et son anormalité est curieusement ambiguë : ses maladies, sa « névrose », n’ont rien de commun avec les maux du vulgaire, ce sont les stigmates qui le constituent dans sa particularité. Ses souffrances, il les accepte en martyr de l’esprit. Ainsi, le jour de Noël 1873, Edmond de Goncourt songe à sa collaboration avec Jules : « Je nous revois, pendant deux ans retirés du monde, de notre famille, de tout, ne nous donnant que la distraction d’une promenade d’une heure sur les boulevards extérieurs : je songe à cette chaude-pisse de mon frère, gardée intentionnellement »25. Entendons que Jules a refusé de se soigner pour se donner entièrement à ses travaux !

  • 26 En Ménage, pp. 347-348.

13Le génie forme avec le célibat et la maladie une trinité. Ainsi, accepter la vie conjugale, c’est accepter l’abêtissement, mais aussi recouvrer la santé, d’où la leçon d’En Ménage. André est revenu au mariage, Cyprien a choisi le collage : « Au fond, le concubinage et le mariage se valent puisqu’ils nous ont, l’un et l’autre, débarrassés des préoccupations artistiques et des tristesses charnelles. Plus de talent et de la santé, quel rêve ! » Et André conclut, désenchanté : « Ce n’est pas mauvais d’être vidés comme nous le sommes, car maintenant que toutes les concessions sont faites, peut-être bien que l’éternelle bêtise de l’humanité voudra de nous, et que, semblables à nos concitoyens, nous aurons ainsi qu’eux le droit de vivre enfin respectés et stupides !26 » L’artiste s’endort sous l’édredon de Prudhomme et d’Homais.

  • 27 Fonds Lambert. Bibliothèque de l’Arsenal.
  • 28 A Rebours, p. 267.

14Position extrême à laquelle répond une position de parade : tôt ou tard, le vieux garçon feint de s’accepter malade, angoissé, et malgré lui, chaste. Le 16 janvier 1879, après avoir une fois de plus évoqué ses « pannes », Huysmans confie à Théo Hannon : « Mais bast ! (sic) nous sommes des serins ! ne plus bander ? — Eh bien après — quelle économie, quelle quiétude ! — Il reste la littérature et la cigarette. Ça vanne pas mal aussi, mais moins — Phosphorons-nous ! Phosphorons par des chastetés !27 » Le célibataire commence sa route « à rebours ». Son anormalité, il va la cultiver, elle va lui permettre de s’isoler du monde : c’est précisément le sens de la tentative démiurgique de Des Esseintes dont la sauvegarde tiendra à un refus systématique de l’Histoire et à un culte délibéré de l’artifice, seuls capables de faire pièce à la contamination d’un univers philistin qui tend à répandre sa mollesse, à déverser sa corruption, sur tous les domaines de l’art, jusqu’ici refuges préservés. La peinture n’est plus qu’un déluge de « niaiseries molles », la littérature « une intempérance de style plat et d’idées lâches »28.

15Les indices de la relégation vont dès lors s’éclairer : l’exil du célibataire hors de l’Histoire n’est pas seulement accepté, mais recherché par la fuite dans une thébaïde et la stérilité du corps apparaît comme l’unique moyen d’effacer le mal terrestre. Des Esseintes prône l’avortement qu’une société de bourgeois faiseurs d’enfants condamne évidemment. Le monde, forêt de pièges pour le vieux garçon, se trouve maintenant soumis au duc dans le huis-clos qu’il a bâti, du moins : là, le réel, réduit à ses signes, est exorcisé. La femme a disparu : on lui préfère esthétiquement les locomotives. La nourriture qui faisait souffrir est absorbée sans nulle douleur sous la forme de lavement à la peptone, tandis que le cérémonial de la table, ce faux-semblant essentiel, est conservé...

  • 29 Le corps n’était plus qu’un instrument de jouissance : la douleur, les traces du vieillissement, D (...)

16Le démiurge célibataire qu’est Des Esseintes va pourtant échouer : la Nature va se révéler dans le corps même du duc accablé bientôt de maux intolérables, et le siècle contre lequel l’esthète avait dressé des digues va faire irruption dans le havre. Au cauchemar du chapitre VIII qui évoque les progrès de la névrose répond la chute de Des Esseintes devant les ouvriers qui viennent vider son refuge au chapitre XVI : lui qui n’a pas su dominer la Nature succombe maintenant devant l’Histoire. Le récit est ponctué d’évanouissements (Chapitre X), d’affaissements de l’être, de défaillances (chapitre XIII) d’un corps où s’inscrit lentement la défaite d’un homme qui n’a pu dresser et soumettre à son rêve son enveloppe physique que toute sa conduite tendait à occulter29. A Rebours est une prolifération d’échecs : successivement la mort de la tortue, les réminiscences douloureuses provoquées par l’orgue à bouche, l’avortement probable de l’éducation sadiste du jeune Langlois, ont manifesté l’indocilité de la Nature qui, jusqu’au chapitre VIII pourtant, ne s’était point rebiffée avec une telle violence.

  • 30 A Rebours, p. 132.
  • 31 Ibid., p. 132.

17Le cauchemar de la Grande Vérole qui s’impose alors à Des Esseintes éclaire l’enjeu de la narration : il constitue une véritable « mise en abyme » de l’ensemble du récit puisqu’il nous révèle l’impuissance du duc à échapper à la matière. Le rêve comporte deux actes séparés par une manière d’évanouissement du héros : dans un premier mouvement, Des Esseintes marche au crépuscule dans une allée forestière aux côtés d’une femme à face de bouledogue. Survient alors une « figure ambiguë » en qui il reconnaît « l’image de la Grande Vérole »30 : il s’enfuit pour trouver refuge dans un pavillon où la femme-bouledogue le rejoint. Elle prétend avoir perdu ses dents dans la fuite et « tirant de la poche de son tablier de bonne, des pipes en terre », elle les casse et s’enfonce « des morceaux de tuyaux blancs dans les trous de ses gencives »31. La Grande Vérole resurgit. Des Esseintes supplie la femme de se taire, de ne pas les dénoncer à cette créature monstrueuse. Bientôt une issue se révèle : « Il aperçut, tout à coup, une porte d’estaminet, à persiennes peintes en vert, sans loquet, la poussa, prit son élan et s’arrêta ». Il a la vision de pierrots blancs qui emplissent le ciel de leurs bonds et ne peut franchir le seuil qui le rapprocherait d’eux. La Vérole reparaît.

  • 32 Ibid., pp. 134-135.

18Des Esseintes, à ce moment, renonce à lutter et ferme les yeux. Lorsqu’il les ouvre à nouveau, le tableau a changé : le site est désormais désolé, lunaire. Sur le sol, une femme aux bas verts se forme, ses caractères sexuels s’accentuent et elle devient « la Fleur » toute marquetée de syphilides. Le duc entreprend de la disputer à des plantes phalliques qui s’élancent vers son ventre. Il réussit à approcher de la fleur qui l’étreint, « le saisit » et il voit « s’épanouir sous les cuisses, à l’air, le farouche Nidularium qui (bâille), en saignant dans des lames de sabre »32. Des Esseintes, à cette vision, s’éveille.

  • 33 Ibid., p. 132.
  • 34 Ibid., p. 131.

19Les deux mouvements du cauchemar révèlent une gynophobie radicale puisque, dans un premier temps, la collusion entre la femme-bouledogue et la Grande Vérole est manifeste : c’est pendant que Des Esseintes « (scrute) sa mémoire » pour identifier sa compagne que surgit l’apparition, c’est lorsque la femme se serre contre lui qu’« aussitôt il (comprend) le sens de l’épouvantable vision »33. Plusieurs traits rapprochent d’ailleurs les deux figures : une extraordinaire étisie, le port de bottes... En outre le duc redoute d’être dénoncé à la Vérole par la femme-bouledogue qu’il considère à l’évidence comme dangereuse, sinon... vénéneuse. A son propos, Huysmans joue d’une symbolique de la castration qu’il ne fait que suggérer. La femme-bouledogue se contente d’enfoncer dans sa bouche édentée des tuyaux de pipe, castration parodique pratiquée par une femme dont le portrait grotesque nie toute féminité. Néanmoins, malgré la perte rassurante de ses dents, elle apparaît comme l’intermédiaire inévitable entre Des Esseintes et la Vérole : elle constitue par là un péril que sa désexualisation manifeste aurait dû faire oublier. Au demeurant, le duc sent obscurément que cette femme est « entrée, implantée depuis longtemps » dans son intimité, dans sa vie34 comme pour lui révéler le risque que toute relation sexuelle fait courir à l’homme.

  • 35 Ibid., p. 134.

20Ce thème se trouve repris et développé dans le second mouvement à travers la vision de la femme-fleur : présentée dans la jouissance (« narines entrouvertes », « yeux pamés »35), elle figure une sexualité propre à procurer l’oubli (« des urnes de Népenthès pendaient à ses oreilles »), mais son corps se tache de syphilides précisément lorsqu’elle stimule le plus le désir : c’est pourquoi Des Esseintes s’approche d’elle en luttant contre sa fascination (« Il avançait lentement, essayant de s’enfoncer les talons dans la terre pour ne pas marcher »). Il doit enfin disputer la place « aux noirs Amorphophallus » : le dégoût qu’il éprouve « à voir grouiller entre ses doigts ces tiges tièdes et fermes » répond assurément à l’attrait que l’homosexualité exerce à d’autres moments sur lui.

  • 36 Ibid., p. 135.

21Quand il parvient tout près de la plante, le sexe de celle-ci, le « petit nid » (Nidularium) se découvre, béant, saignant comme une « hideuse blessure »36. Ce « vagin denté » ne laisse aucune place à l’ambiguïté dans l’explication des peurs de Des Esseintes : la femme-fleur succédant à la femme-bouledogue est bien à la fois vénéneuse et castratrice, essentiellement parce qu’elle est « nature », ce que rappelle tout au long du rêve le retour obsédant de la couleur verte (figure de la Vérole, persiennes de l’estaminet sur le seuil duquel le duc se trouve retenu, bas de soie de la femme-fleur...).

22L’échappatoire qui s’ouvre un instant au rêveur lui offre le tableau de pierrots blancs évoquant l’impossible fuite vers l’idéal : le héros ne peut les rejoindre, lié qu’il est à la femme, à la matière, à la nature. Les pierrots qui, bientôt, en se multipliant, se heurtent des pieds et de la tête au ciel et à l’horizon miment cette impuissance qui paralyse Des Esseintes.

  • 37 Marthe, histoire d’une fille.
  • 38 Les sœurs Vatard.

23On ne peut se borner à déceler dans ce cauchemar les seules manifestations d’une syphilophobie qui, longtemps, servit de justification à la misogynie : le plus important est l’obstacle que la femme constitue à la progression intellectuelle ou spirituelle de l’homme, thème ressassé par Huysmans, transposé ici par le jeu des tropes de l’inconscient. Déjà Marthe étouffait les dons poétiques de Léo37, Céline Vatard accablait de niaiseries le peintre Cyprien38...

24Loin de délivrer l’artiste des soucis de la matière, la femme le retient, l’englue, le perd. Le célibataire, faiseur de livres, est condamné à osciller comme une âme en peine entre le manque d’appétit gastronomique et sexuel et les perversions du goût, à se battre pour la victoire de son esprit sur ses sens, à noter précisément ses progrès ou ses fauxpas. Univers du piétinement, éternel retour du vice et de la vertu ! Le vieux garçon mesure, au bout du compte, qu’il n’a place nulle part. Seul le célibat du prêtre est accepté dans la société : ce n’est ni une tare, ni une malédiction. Folantin, déjà, l’avait constaté : « Il demeurait rue des Saints-Pères et les restaurants manquaient. Le VIe arrondissement était impitoyable au célibat. Il fallait être ordonné prêtre pour trouver des ressources, des dîners spéciaux dans des tables d’hôtes réservées aux ecclésiastiques, pour vivre dans ce lacis de rues qui enveloppent l’église de Saint-Sulpice. Hors de la religion, point de mangeaille (...). »

  • 39 On consultera avec plaisir et profit les travaux de Jean Borie :

25Hors de la religion, point de salut pour le vieux garçon huysmansien, pas même dans la création artistique qui n’est qu’une autophagie, la mise en forme littéraire de l’épopée célibataire, le parcours éternel des mêmes terrains, ceux que la bourgeoisie, qui tient l’Histoire et fait des enfants, a bien voulu lui concéder39.

Notes

1 Cité par Robert Baldick : La vie de J.K. Huysmans (Denoël 1958), p. 312.

2 En Ménage (Fasquelle 1955), p. 58.

3 Au Vau l’Eau (Croquis parisiens. A Vau l’Eau. Un dilemme. Plon 1908, p. 234.

4 En Ménage, p. 5.

5 Ibid., p. 6.

6 Ibid., pp. 317-318.

7 G. Coquiot : Le Vrai J.K. Huysmans (Bosse 1912), p. 37.

8 A Rebours (Fasquelle 1955), p. 35.

9 Cité par Baldick : op. cit.. p. 97.

10 En Ménage, p. 14.

11 A Vau l’Eau, p. 187.

12 En Ménage, p. 60.

13 Ibid., p. 60.

14 Ibid., p. 61.

15 Voir : le Poème en prose des viandes cuites au four (Croquis parisiens p. 113 sqq.)

16 A Rebours, p. 58.

17 A Vau l’Eau, pp. 212-213.

18 En route (Tresse et Stock 1895), p. 6.

19 A Rebours, p. 210.

20 En Ménage, p. 58.

21 Il s’attira cette savoureuse réponse : « Merci (...) de cette bonne petite affection réglée par le calendrier que vous m’offrez — mais ce n’est pas ma mesure, mon cœur gante plus grand ». (Cité par Baldick, op. cit. p. 172).

22 En Ménage, p. 303.

23 Lettre à Théo Hannon, 12 novembre 1877 (Bibliothèque de l’Arsenal. Fonds Lambert).

24 En Ménage, p. 175.

25 C’est nous qui soulignons. Journal des Goncourt. (Fasquelle-Flammarion 1956).

26 En Ménage, pp. 347-348.

27 Fonds Lambert. Bibliothèque de l’Arsenal.

28 A Rebours, p. 267.

29 Le corps n’était plus qu’un instrument de jouissance : la douleur, les traces du vieillissement, Des Esseintes voulait les oublier.

30 A Rebours, p. 132.

31 Ibid., p. 132.

32 Ibid., pp. 134-135.

33 Ibid., p. 132.

34 Ibid., p. 131.

35 Ibid., p. 134.

36 Ibid., p. 135.

37 Marthe, histoire d’une fille.

38 Les sœurs Vatard.

39 On consultera avec plaisir et profit les travaux de Jean Borie :

  • Le tyran timide, essai sur le naturalisme de la femme au XIXe siècle (Klincksieck 1973).
  • Une littérature démocratique ? La situation des écrivains naturalistes (in : Qu’est-ce que la Culture française ? Essais réunis par Jean-Paul Aron. Denoël-Gonthier 1975).
  • Le célibataire français (le Sagittaire 1976).

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540