Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La mesure naturelle de la richesse à l’âge classique : Petty et Cantillon

p. 257-287

Entrées d’index

Mots-clés : prix naturel, prix de marché, coût de production, esclave, esclavage, terre, travail, prix de production, richesse, nature, valeur, histoire de la pensée économique


Texte intégral

1La diversité des modalités de lectures des textes engendre la pluralité des histoires de la pensée économique. Tentons une énumération sans espérer qu’elle puisse rivaliser avec celle "d’une certaine encyclopédie chinoise" ;

21. L’approche naïve glisse subrepticement dans le texte ce que le lecteur a dans la tête, les idées de son temps, celle de son école de pensée, etc... tout en affirmant vouloir lui restituer son sens (la signification qu’il avait pour son auteur, pour son lecteur contemporain). Elle n’est guère évitable !.

32. La lecture rétrospective ne cherche dans les textes anciens que les germes d’une théorie ou d’une conception d’ensemble postérieure de façon à établir sa généalogie. Cette recherche des ancêtres, des racines, peut ressembler à une quête de légitimité. On reconnaîtra la démarche de Marx dans ses Théories sur la plus-value (qui, sinon Marx lui-même, pouvait faire des théories pré-classiques ou classiques des théories de la plus-value ?). Telle est celle de Schumpeter et, bien sûr, celle de M. Blaug avec cette célèbre exergue : "to my son Ricardo".

43. La troisième lecture, également diachronique, peut sembler proche de la précédente. Nous la dirons génétique : ici cependant, l’histoire ne remonte plus, elle descend. A partir d’un élément d’une notation ancienne, il s’agit de reconstruire l’évolution ramifiante qui aboutit à plusieurs théories ou concepts contemporains. Alors que les lectures du deuxième type retracent les séquences et les filières qui paraissent tendre vers un point focal actuel (et tout ce qui ne converge pas est une "impasse" ; un "détour", une perte de temps), celles du troisième type partent d’un foyer ancien pour aboutir à la diversité actuelle (c’est une lecture divergente).

54. Ici, le lecteur s’efforce d’isoler dans un texte passé un lieu théorique, c’est-à-dire un discours cohérent sur un objet précis, dans l’entremêlement qu’est l’ensemble du discours. Il dévoile ainsi des théories valides (une validité restreinte à ce type de discipline où la vérification des conclusions est pour le moins difficile et qui s’exprime par la cohérence interne) et qui, de ce point de vue, gardent toute leur jeunesse, voire sont les seuls discours théoriques sur cet objet. L’histoire de la pensée économique tend alors à mettre en relation ces espaces théoriques par des "lectures transversales", par opposition aux séquences diachroniques traditionnelles privilégiant des "courants" idéologiques (cf. le texte de Jean Cartelier, Pour une approche théorique en histoire de la pensée économique, Nice, juillet 1982).

65. Dans l’optique structuraliste, l’oeuvre n’a pas de sens en elle-même et il n’est pas question d’aller lui en chercher un dans la diachronie. L’unité factice de l’oeuvre est disloquée en divers énoncés ou syntagmes1 et la reconstruction se fait pour tout une époque : il s’agit de dévoiler la syntaxe d’une épistémé (c’est-à-dire la structure de l’ensemble des connaissances d’une période) selon la démarche de Michel Foucault.

7Les deux types de lectures qui suivent se distinguent de l’ensemble des précédentes dans la mesure où elles ne cherchent pas à atteindre, à travers le texte, un discours :

86. La lecture socio-économique tente de saisir une société, ses rapports de classe, les divergences nationales, les formes de conscience sociale etc... à partir de ce que les auteurs nous en disent ou de ce qu’ils en révèlent involontairement ;

97. Une dernière forme de lecture n’a d’autre finalité que d’essayer de répondre à la question : "que peut-on savoir d’un homme aujourd’hui (J.P. Sartre, Préface à L’Idiot de la famille). Il s’agit de remonter du texte à l’auteur. Ces deux lectures sortiraient de notre champ qui n’est que de l’ordre du discours si elles ne pouvaient, en éclairant la société ou l’auteur, permettre de revenir à la lettre.

10Mais encore faut-il lire le texte ! En d’autres termes, quelque soit l’objet ultime, il est l’objet premier. Il faut donc toujours un liminaire historique, au sens où un texte ancien est un fait historique, un objet daté même si, évidemment, cet objet ne livre pas une signification donnée. Par la suite "que cent fleurs s’épanouissent !". En d’autres termes, Marx peut bien trouver dans William Petty l’ébauche d’une valeur-travail si cela lui est utile ou Schumpeter faire de Saint-Thomas un premier Pareto si cela l’aide à légitimer telle marche en avant de la science économique, et il est passionnant de montrer comment la théorie des avances de Quesnay s’est transmuée en la théorie du capital de Marshall ou de Marx, comment les théories de la rente de Petty ou Quesnay sont des modalités différentes de systèmes de prix classiques avec des règles de répartition diverses du prix du sur-produit. Comment ne pas avoir été fasciné par la reconstruction de l’âge classique à partir de la juxtaposition de la grammaire générale, de l’histoire naturelle et de l’analyse des richesses ?

11Il nous faut cependant observer que Les mots et les choses recellent deux lectures emboitées : même si l’on ne se hisse pas avec" Foucault jusqu’aux structures des connaissances de l’âge classique (XVIIe – XVIIIe siècles), on peut s’arrêter à ses remarques d’historien. Foucault écrit du domaine, soi et objet de l’"économie" à -l’âge classique, "c’est celui de la richesse. Inutile de lui poser des questions venues d’une économie de type différent, organisée, par exemple, autour de la production et du travail ; inutile également d’analyser ses divers concepts (même et surtout si leur nom, par la suite, s’est perpétué, avec quelque analogie de sens), sans tenir compte du système où ils prennent leur positivité. Autant vouloir analyser le genre linnéen en dehors du domaine de l’histoire naturelle... Il faut donc éviter une lecture rétrospective qui ne prêterait à l’analyse classique des richesses que l’unité ultérieure d’une économie politique en train de se constituer à tâtons. C’est sur ce mode, pourtant que les historiens des idées..." (Les mots et les choses, p. 177). Voilà ce qui peut être retenu, à un premier niveau, modeste et nécessaire, pour fonder toute lecture de l’historien qui, contrairement à ce que l’on imagine, déteste la diachronie ! Et si cette ascèse peut ne pas paraître suffisante, elle n’en est pas moins la base scientifique de toute lecture.

12Encore faut-il ne pas commettre de bévue dans le repérage des dominantes de l’épistémé. Le titre du chapitre consacré à l’analyse des richesses à l’âge classique a été soigneusement choisi par Foucault : échanger, ce qui est cohérent avec sa théorie de l’âge classique comme âge de la représentation. Et il rejette au-delà de la discontinuité qui rompt les dernières années du XVIIIe siècle la production et le travail. La théorie de la valeur est, à cet égard, centrale.

13Foucault remarque : "pour qu’une chose puisse en représenter une autre dans un échange, il faut qu’elles existent déjà chargées de valeur ; et pourtant la valeur n’existe qu’à l’intérieur de la représentation (actuelle ou possible), c’est-à-dire à l’intérieur de l’échange ou de l’échangeabilité. De là deux possibilités simultanées de lectures : l’une analyse la valeur dans l’acte même de l’échange, au point de croisement du donné et du reçu ; l’autre l’analyse comme antérieure à l’échange, et comme condition première pour qu’il puisse avoir lieu" (id., p. 203). Il est vrai que nous sommes, avec ce balancement instantané, au coeur du débat de l’âge classique, mais la seconde possibilité ne se rattache-t-elle pas à la production et au travail ? Suivons encore Foucault : "L’une analyse la valeur à partir de l’échange des objets du besoin, – des objets utiles ; l’autre à partir de la formation et de la naissance des objets dont l’échange définira ensuite la valeur, – à partir de la prolixité de la nature" (id., p. 204) et il ajoute : "Entre ces deux modes d’analyse, il n’y a d’autres différences que le point d’origine et la direction choisie pour parcourir un réseau de nécessité qui demeure identique". Si, effectivement, pour le premier versant, avec Condillac, Galiani et Graslin, il est aisé de repérer la théorie de l’échange de l’"école psychologique", le second versant nous paraît faire problème : il analyserait la valeur "à partir" de la production des objets et la définirait ensuite par l’échange. La suite du texte où Foucault analyse la physiocratie prouve qu’il ne veut nullement dire que, pour ces auteurs, la valeur naît dans la production et précède l’échange. Pour les physiocrates, selon Foucault, l’analyse commence "par la chose elle-même qui se trouve désignée dans la valeur, mais qui préexiste au système des richesses" (id., p. 209) et l’échange transforme les biens en valeurs. Il peut ainsi forcer l’âge classique à entrer dans le moule de la représentation. Ici nous ne voulons pas discuter de l’ambigüe physiocratie (disons seulement que nous pouvons lire la théorie de la valeur physiocratique comme une théorie où la valeur précède l’échange et où l’idée de l’échange précède la réalité de la production), mais montrer que des auteurs comme Petty et Cantillon ne se laissent pas enfermer dans un tel carcan. Selon nous tout l’effort de ces deux auteurs est d’arracher la théorie de la valeur au monde de l’échange et de la représentation (ce qui ne signifie pas qu’ils y parviennent)2. Il nous faut faire ici un rapide détour pour situer les diverses théories de la valeur. Nous pouvons en distiguer trois :

14– la théorie objective des prix de marché, nés de la confrontation des offres et des demandes d’individus rationnels et autonomes. Ces prix sont objectifs car, rapports d’échange, ils ne se forment que dans l’échange et par l’échange.

15– les théories des systèmes de prix normatifs. Nous les disons tels parce qu’ils sont soumis à une règle de répartition posée préalablement. Un tel système de prix ne se forme pas dans l’échange, mais il est défini par sa soumission à cette norme arbitraire (même si, parfois, elle est supposée conforme au fonctionnement de l’économie dans telles conditions). Ainsi Aristote et Thomas d’Aquin posent comme norme la justice commutative et le système des "justes prix" est celui qui est soumis à cette règle. Ainsi les "prix proportionnels" de Boisguilbert sont ceux qui permettent le maintien de l’équilibre social, de l’ordre social (au sens qu’a ce mot dans l’expression "division sociale du travail"), c’est-à-dire une "balance" entre les diverses professions (que le maintien de cet "ordre naturel" soit perçu par Boisguilbert d’une part comme juste et d’autre part comme permettant l’enrichissement général, et celui du Prince, forme des questions connexes). De même le "bon prix" des denrées agricoles de Quesnay est leur prix le plus élevé possible (une norme posée arbitrairement) compatible avec la reproduction simple des autres branches. Il en va de même des prix de production classiques. Un tel système de prix est soumis à la règle de répartition du surplus entre les branches en proportion du capital qu’elles emploient (égalité inter-branches du taux de profit). Cela pourrait être une définition de la justice commutative entre segments du capital, ainsi que le note Marx, ou considéré comme le résultat du fonctionnement du capitalisme, ce que note encore ce même auteur.

16– Nous trouvons enfin des théories des prix absolus, systèmes de valeurs qui ne sont pas des systèmes de prix (relatifs). Ce sont précisément des valences qui précèdent l’équivalence. C’est-à-dire une valeur qui s’exprime non par rapport à d’autres valeurs, mais en une quantité qui la fonde (comme une valence en chimie est un nombre de liaisons qui définit la "valeur" d’un atome).

17D’une certaine façon, tous ces prix ou "valences" sont abstraits, mais selon des ordres différents. La concrétisation des prix de marché ne tient qu’à la réalisation d’hypothèses techniques quant au comportement des échangistes. L’abstraction des prix normatifs tient à ce qu’ils sont subordonnés à une règle qui précède l’échange. L’abstraction des prix absolus ou valeurs (au sens de Marx), est d’une autre nature, car ils sont le reflet d’une conception du monde, des rapports de l’homme à la nature ou des hommes entre eux à l’occasion de leur rapport à la nature.

18Généralement, ces théories des prix se veulent connectées les unes aux autres. Ainsi Thomas d’Aquin, Boisguilbert et Quesnay supposent que respectivement les "justes prix", les "prix proportionnels" et le "bon prix" des denrées agricoles sont obtenus lorsque la concurrence règne sur les marchés. Ainsi la théorie des prix de production peut s’articuler à la théorie de l’échange en supposant que 1. la concurrence sur le marché du travail égalise les taux de salaire entre les branches, 2. la règle de répartition du surplus n’est pas arbitraire, mais est imposée par la concurrence des capitaux, 3. que les prix de marché gravitent autour des prix de production, ces derniers "descendants" de la catégorie de prix normatifs à celle de prix de longue période. Ainsi, les théoriciens des prix de marché démontrent que non seulement tous les échangistes gagnent à l’échange (puisqu’ils sont rationnels et libres) mais que l’équilibre obtenu sous les conditions de concurrence pure et parfaite est un optimum.

19Quant aux théoriciens des prix absolus, ils peuvent être amenés à théoriser un double passage. Tel est le cas de Marx par la théorie de la transformation des valeurs en prix de production et par l’ébauche d’une théorie spécifique du passage prix de production-prix de marché.

20Ricardo pose un problème intéressant dans la mesure où, s’il ne nous livre pas une théorie de la valeur-travail, celle-ci l’avait tenté (première édition des Principes) et il en avait été dissuadé par les critiques de Malthus. Il développe effectivement une théorie des prix de production dans les Principes, mais il cherche encore à lui échapper à la fin de sa vie (Valeur absolue et valeur d’échange). Sans doute était-ce parce que la théorie des prix "classiques" se heurtait à la question d’"une mesure invariable des valeurs". Mais peut-être aussi lui paraissait-elle "polluée" par la théorie de l’échange, son adversaire principal ? Ne l’est-elle pas d’ailleurs dès lors que la règle de répartition du surplus n’est plus posée arbitrairement, mais est déduite de la théorie du fonctionnement d’un marché particulier (le marché des capitaux) et que la nécessaire égalité inter-branches du taux de salaire n’est plus déduite d’un salaire de subsistance naturel, mais est tirée du fonctionnement concurrentiel d’un marché particulier, celui du travail (dès que le salaire devient un minimum socialement nécessaire, sauf si le "socialement" est posé arbitrairement) ?

21D’autres auteurs aux XVIIe et XVIIIe siècles ont été confrontés aux mêmes problèmes. Voulant trouver une mesure réelle (naturelle) de la richesse et de l’enrichissement, Petty et Cantillon doivent rejeter la théorie de l’échange. Petty rejette encore explicitement, pour cette fin, une théorie des prix de production. Tous deux vont tenter de tracer une troisième voie.

I – WILLIAM PETTY

22Comment mesurer la richesse et l’enrichissement ? Un pays est-il plus riche que tel autre ? Un pays est-il plus riche aujourd’hui qu’hier ? Pour comparer ces états différents de richesse, Petty se trouve confronté à deux réalités concrètes : 1 – La série des quantités des produits matériels, des choses utiles. Si tout le monde finit par s’accorder pour affirmer que c’est là la richesse, il est clair que ce vecteur de biens hétérogènes ne permet ni une évaluation globale de la richesse ni de comparaisons – sauf dans des cas très particuliers, si certaines quantités augmentent sans qu’aucune ne diminue.

232 – La série des prix (pecuniary value, current price, prix de marché...) qui peuvent, certes, être utilisés pour pondérer les séries quantitatives. Pourquoi ne pas s’en servir pour évaluer la richesse ?

24D’abord parce que ces prix courants sont variables sur des marchés où l’offre et la demande jouent au jour le jour, parce qu’ils sont souvent artificiels, liés à des situations particulières, à l’existence de monopoles durables et temporaires, de diverses pratiques spéculatives (political price), parce qu’ils sont exprimés en or et en argent et que ce numéraire, aussi bon soit-il, n’est pas parfait et que les circonstances qui agissent sur la valeur de l’or ou de l’argent peuvent modifier les rapports d’échange.

25Ensuite, et principalement, parce que ces prix ne paraissent pas permettre une bonne évaluation de la richesse. La quantité de drap produit en Angleterre est une "molécule" de richesse, mais 12 000 livres sterling de drap représentent-elles toujours une richesse plus grande que 10 000 livres de drap ou de sucre ? Pour une même quantité de drap, l’accroissement de son prix unitaire ne paraît nullement être la preuve, le signe ou la mesure d’une richesse accrue.

26Comment Petty va-t-il procéder pour déterminer des prix naturels c’est-à-dire qui soient l’exact reflet de la richesse représentée par telle quantité d’une marchandise (incorporée dans telle quantité d’une marchandise) et qui permettent l’agrégation pour une mesure de la richesse (locale, régionale ou nationale) ? Suivons d’abord sa démarche dans le Traité des Taxes et Contributions (1662) où il pose le problème et livre un type de solution pour une branche de la question. Nous aborderons ensuite la solution qu’il propose dans "La Table" de l’Anatomie politique de l’Irlande.

§1 – Une démarche inaboutie dans le Traité des Taxes et Contributions.

27Dans le Chapitre IV, à partir du § 12, W. Petty trouve une solution au problème de la détermination des prix relatifs, la critique, propose une autre démarche, la détermination de prix naturels absolus et commence à l’élaborer en s’appuyant sur les résultats de la première solution, d’où peut-être le fait qu’il ne la poursuive pas dans ce Traité et qu’il la reprendra sur une autre base dans la Table de Political Anatomy of Ireland.

28Il cherche à déterminer "la nature mystérieuse" des revenus, la rente de la monnaie et la rente foncière. Et d’abord la rente foncière "naturelle et véritable" (natural and true) pour une année, puis "ordinaire" (ordinary) ou moyenne sur un cycle (de sept ans) de disette et d’abondance.

"Supposez qu’un homme puisse de ses mains cultiver du blé sur une certaine étendue de terrain, c’est-à-dire bêcher ou labourer, herser, sarcler, moissonner, rentrer le blé chez lui, le battre et le vanner autant que l’exploitation de cette terre l’exige et, avant tout, autant qu’il possède de grain pour l’ensemencer. Je dis que quand cet homme aura retiré le grain produit de sa moisson et aussi que lui-même en aura mangé ou en aura donné à d’autres en échange de vêtements et autres objets naturellement nécessaires, le reste du blé est la rente naturelle et vraie de la terre pour cette année ; la moyenne de sept ans, ou plutôt le nombre d’années qui forment le cycle à l’intérieur duquel les périodes de disette et d’abondance accomplissent leur révolution, donnent la rente ordinaire de la terre en blé". Traité des taxes et contributions in les Oeuvres économiques de Sir W. Petty, Giard et Brière, Paris, 1905, I, p. 41 ; pour le texte anglais cf.3.

29Il se demande ensuite ce que cette rente vaut en argent et pour cela il pose que le produit net en blé extrait par travailleur au cours d’une période donnée est de même valeur dans toutes les branches et en particulier le produit net extrait par tête dans la branche blé est égal au produit net extrait dans la branche argent.

"Une autre question qui est collatérale à ce qui précède peut se poser ainsi : quelle est la valeur en monnaie anglaise de ce blé et de cette rente ? Je réponds qu’elle est égale à l’argent qu’un autre homme seul peut économiser dans le même laps de temps en plus de ses dépenses s’il s’est consacré entièrement à cette production. Par exemple : qu’un autre homme s’en aille voyager dans un pays où il y a de l’argent, qu’il l’extraye, l’affine et l’apporte à l’endroit où l’autre aura cultivé son blé, qu’il le convertisse en monnaie, etc., et que, pendant tout le temps qu’il aura manipulé l’argent, il réunisse la nourriture nécessaire à l’existence et se soit procuré le vêtement. Je dis que l’argent de celui-ci doit être estimé à une valeur égale à celle du blé de l’autre ; le premier valant par exemple 20 onces et le second 20 boisseaux. Il s’ensuit que le prix du boisseau de blé est une once d’argent", id. pp. 41-42, pour le texte anglais cf.4.

30Remarquons que cet homme qui "s’emploie lui-même totalement à produire" du blé ou de l’argent n’est pas un travailleur salarié, mais un producteur indépendant qui ne vend pas son travail et ne doit qu’une rente au propriétaire foncier. Peut-être est-ce du fait de ce statut particulier du travail que la rente est ici résiduelle (nous verrons dans la Table de l’Anatomie politique de l’Irlande que lorsque le travailleur est salarié – il reçoit des gages, un salaire – les salaires sont alors déterminés comme un overplus) ?

31Si nous passons sur le fait que Petty se donne le rapport d’échange entre le blé et les "vêtements et autres nécessités naturelles" qu’il est en train de déterminer, il est clair qu’il y a là un "système de prix de production" construit, dans une hypothèse de petite production marchande, à partir de la connaissance du système technique (les quantités des inputs nécessaires à la production d’une unité de tel bien y compris ces consommations qui sont des "nécessités naturelles" pour les producteurs – Natural necessaries – non pas un minimum vital ou un salaire de subsistance, mais une norme sociale) et soumis à une règle pré-classique de répartition du surplus entre les branches (chaque producteur en reçoit une fraction égale5).

32Petty a donc réussi à déterminer des prix relatifs, le numéraire étant l’argent-métal. Il peut mesurer la richesse : "Je dis que ceci est la base sur laquelle on doit égaliser et comparer les valeurs". Mais il n’est pas satisfait par cet étalon, le meilleur pourtant, parce que sa valeur est variable :

"Je dis que ceci est la base sur laquelle on doit égaliser et comparer les valeurs ; cependant dans les théories construites là dessus, dans les méthodes qui en dérivent, j’avoue qu’il y a beaucoup de variété et de complication ; j’en parlerai plus loin.
Le monde évalue les choses d’après l’or et l’argent, mais surtout d’après le second, car il ne pourrait y avoir deux mesures, et, par suite, celle qui est la meilleure de beaucoup d’autres doit être la seule de toutes, c’est-à-dire la mesure par l’argent pur d’un poids déterminé. Mais d’autre part, s’il est difficile de mesurer le poids et le degré de pureté de l’argent... et si le prix de l’argent admis comme étant du même degré de pureté et du même poids, monte ou baisse, et qu’il vaille plus à un endroit qu’à un autre, non seulement parce qu’il se trouve à des distances différentes des mines, mais aussi pour d’autres causes accidentelles, et qu’il puisse valoir davantage aujourd’hui que dans un mois ou à une date moins éloignée, et si sa proportion diffère relativement aux divers objets dont il établit la valeur, suivant les époques, d’après l’augmentation ou la diminution de ceux-ci, nous nous efforcerons d’examiner quelques autres étalons et mesures naturels" (id. p. 42-43, traduction modifiée par nous, pour le texte anglais cf.6.

33Il s’agit donc, non de trouver un meilleur étalon, mais de se passer d’étalon au sens courant, de trouver une autre mesure (ou "étalon naturel"), une mesure invariable (puisque l’argent est le meilleur étalon qui soit). Il doit donc délaisser la méthode de la mesure-étalonnage (c’est-à-dire par quelque chose de même nature) pour celle de la mesure par la connaissance intime (une mesure naturelle). Voici ce qu’écrit Petty :

"Mais ce que je dirai sur cette question, c’est que tout devrait être évalué d’après deux dénominations naturelles qui sont : la terre et le travail. Par exemple, nous devrions dire qu’un vaisseau ou un vêtement valent telle mesure de terre avec telle ou telle autre mesure de travail, attendu que vaisseaux et vêtements sont des produits des terres, et du travail humain dépensé. Ceci étant établi, nous voudrions trouver un rapport naturel d’égalité entre la terre et le travail de manière à pouvoir exprimer la valeur par un seul de ces deux termes aussi bien ou même mieux que par les deux à la fois, et réduire l’un à l’autre aussi facilement et aussi sûrement que nous réduisons des pence en livres", (id. pp. 43-44, pour le texte anglais, cf.7.

34Or Petty vient de trouver la valeur de la rente naturelle ordinaire. Une démarche lui paraît possible : calculer la valeur de la terre par simple capitalisation. Il détermine le chiffre par lequel il faut multiplier la rente annuelle pour obtenir la valeur de la terre : c’est le nombre d’années de coexistence de trois générations, soit 21 ans. Il discute ensuite des circonstances qui font que la valeur des terres irlandaises valent moins. Petty ne va pas au-delà de sa démarche dans cet ouvrage, se contentant de rappeler que "Le travail est le père et le principe actif de la richesse, comme les terres en sont la mère", la formule citée "ad nauseam" (Schumpeter dixit).

35Sans doute Petty n’a-t-il pas poursuivi par cette voie vers la détermination de la "natural Par between Land and Labour" parce qu’il avait conscience de la vanité de cette démarche. En effet, il a déjà déterminé le système des prix relatifs et dispose du meilleur des étalons existants, l’argent. Il peut donc mesurer la richesse. Certes, connaissant le prix de la terre en argent (ou en blé), s’il obtient le prix du travail en argent (ou en blé) – ce qu’il fait d’ailleurs dans son Arithmétique Politique –, il pourrait changer de numéraire, obtenir le prix de la terre en travail et exprimer tous les rapports d’échange en terre ou en travail. Mais ce serait rester dans l’univers de la mesure-étalonnage. En outre, rien ne permet de penser que la terre soit pour lui un étalon invariable des prix – au contraire Petty écrit de nombreuses pages pour nous décrire la variabilité de la valeur de la terre. Reste le travail. Sa valeur serait-elle invariable ? Serait-ce le meilleur étalon possible pour tous les prix y compris celui de la terre ? Non, la quantité de travail permettra "une mesure naturelle", mais nous verrons cependant que, d’une certaine façon, Petty répondra affirmativement : après une démarche étonnante, aux antipodes d’une recherche sur les prix relatifs, il retrouvera le prix du travail comme étalon.

§2 – La démarche de W. Petty dans "La Table" de l’Anatomie politique de l’Irlande.

36Suivons Petty dans sa démarche vers une mesure réelle, vers la détermination de ce qu’il nomme le prix naturel d’une marchandise ; elle va nous apparaître plus intéressante que ce que l’on en retient lorsqu’il ne s’agit que d’une lecture "à la lumière" du néo-classicisme ou du marxisme. Le mieux est de donner le texte :

"Ceci m’amène à considérer la question la plus importante en économie politique, à savoir celle d’établir une équation et une égalité entre la terre et le travail, de manière à exprimer la valeur de chaque chose par l’un ou l’autre des deux termes.
A cette intention, supposez deux acres de pâturages enclos, mettez y un veau sevré qui, je le suppose, en douze mois deviendra plus lourd de 1 C... en viande comestible ; 1 C... de cette viande que je suppose devoir fournir 50 jours de nourriture se trouve être l’augmentation de valeur du veau, et représenter la valeur ou la rente annuelle de la terre. Si le travail d’un homme... pour une année peut forcer la terre à produire de la nourriture pour plus de 60 jours, de la même ou de toute autre espèce, ce surplus de journées de nourriture représente le salaire de cet homme, chacune des deux valeurs étant exprimée en nombre de jours de nourriture. Que certains hommes mangent plus que d’autres, cela n’a pas d’importance, car par une journée de nourriture nous entendons une centième partie de tout ce que mangeraient cent personnes de toute sorte et de toute taille, pour vivre, travailler et procréer. Qu’une journée de nourriture d’une espèce puisse demander plus de travail pour la produire qu’une autre espèce, cela n’a pas non plus d’importance, puisque nous entendons par nourriture celle qui est le plus facilement obtenue respectivement dans les différents pays du monde.
Par exemple, je suppose qu’une pinte de farine d’avoine soit égale à une pinte de riz, un quart de lait, une livre de beurre, ou une livre un quart de viande, etc. ; prenant chacun de ces produits respectivement dans les endroits où chacun d’eux est la nourriture la plus facile à obtenir... Donc, c’est la nourriture d’une journée d’un homme adulte, en moyenne, et non pas le travail d’une journée, qui est la commune mesure de la valeur et elle semble aussi régulière et constante que la valeur de l’argent fin, car une once d’argent, par exemple, au Pérou, équivaut à une journée de nourriture, mais la même quantité en Russie, équivaut à 4 journées de nourriture, en raison du fret et des risques encourus pour le transport de cette somme du Pérou en Russie.
En Russie, le prix de cet argent s’élèvera et vaudra un plus grand nombre de jours de travail, si un ouvrier peut, grâce au désir et à la demande des ustensiles d’argent, gagner plus qu’il ne peut le faire sur d’autres matériaux. C’est pourquoi j’ai évalué la cabane d’un Irlandais d’après le nombre de journées de nourriture que le constructeur a dépensé pour la bâtir". (Anatomie politique de l’Irlande, in Oeuvres..., I, p. 204-205, pour texte anglais, cf.8) •

371 – Le prix naturel, pour exprimer la richesse (être une molécule de richesse), paraît à W. Petty devoir être déterminé par les quantités employées des deux moyens de production primitifs, la terre et le travail (le "capital technique" n’est peut-être pas oublié, mais assimilé à du travail – seulement du travail ? – passé). Il ne peut s’agir que d’un coût réel, nullement d’un coût de production constitué de prix courants (arbitraires, accidentels, fluctuants), ni même de prix naturels, en tous cas de prix naturels du même type que ceux que l’on veut déterminer (il n’est pas question de déterminer un coût réel de production de la terre et du travail : ce serait sans doute possible pour le travail, mais pas pour la terre et de toute manière Petty se croirait dans un raisonnement circulaire).

382 – Pour que des comparaisons soient possibles entre des marchandises, pour construire des prix naturels relatifs dans la généralité des cas, il faut cependant pouvoir transformer des quantités de terre en quantités de travail ou vice versa, trouver la parité naturelle de la terre et du travail "de façon à pouvoir exprimer la valeur de chaque chose par l’un ou l’autre de ces deux termes". Il s’agit donc de trouver une équivalence entre des quantités de deux moyens de production. Nous disons bien équivalence, donc une valeur de la terre par rapport au travail, mais – redisons-le – une valeur naturelle d’un genre tout à fait différent du prix naturel d’une marchandise quelconque : une "valence" dirions-nous.

393 – Comment établir cette valeur naturelle de la terre et du travail ? Pour Petty, si le prix naturel d’une marchandise quelconque est ce qu’elle coûte en quantités de terre et de travail employées, la terre et le travail valent chacun ce qu’ils produisent. Ainsi, on établit aujourd’hui une équivalence entre diverses énergies (équivalent-charbon) à partir des calories produites.

40Que vaut la terre de ce point de vue. La valeur annuelle de la terre est la rente foncière (ou la valeur de la terre est la rente capitalisée) et la rente foncière est l’expression de la productivité singulière de la terre : les fruits qu’elle produit de son seul fait et qui, naturellement, reviennent au propriétaire de cette terre. Existe-t-il une denrée qui soit produite par la terre seule et qui soit le résultat de sa pleine activité ? Petty pense à l’élevage (en fait il s’agit de la terre presque seule puisqu’il prend soin de nous dire que la terre a été préalablement enclose).

41Que vaut le travail d’un homme pendant un an (le travailleur vaudra la capitalisation de cette valeur annuelle du travail) ? Il s’agit ici, semble-t-il, d’un travail "à gage" (salarié) simple (Simple Labour comme Petty l’écrit un peu plus loin), celui d’un ouvrier agricole, d’un valet de ferme. Ce travail vaut ce qui correspond à ses propres fruits, à sa productivité singulière laquelle est déterminée comme un overplus au-delà de ce que produit la terre seule (un travail plus qualifié – "Art" – celui d’un inventeur dans l’exemple cité dans la suite de la Table par Petty, vaudra également ce qu’il produit). Le fait de déterminer la rémunération de ce travail comme un résidu au-delà de la productivité de la terre signifie simplement que ce valet ne saurait manger plus que ce qu’il produit (le producteur indépendant du Traité de Taxes – cf. ci-dessus – retire d’abord ce qui lui est naturellement – socialement – nécessaire, mais les deux modes de calcul sont censés aboutir au même résultat : le propriétaire de la terre et le travailleur recevant ce que la terre et le travail produisent).

42A condition que la terre seule d’une part, la terre et le travail d’autre part produisent le même bien, il est possible de déterminer leur apport productif particulier. Mais Petty observe que la terre seule peut sans doute produire de la viande, mais pas le blé dont la production résulte de la collaboration de la terre et du travail.

43D’où un rebondissement puisqu’il faut pouvoir comparer les apports productifs que représentent la quantité de viande produite par telle quantité de terre seule et la quantité de blé produite par telle quantité de terre et telle quantité de travail. Il faut donc déterminer une valeur du blé par rapport à la viande, non par ce que chacun à coûté (Petty serait dans un raisonnement circulaire), mais par ce que chacune de ces denrées fournit comme apport productif, strictement par ce que telle quantité de blé et de viande produit. On est aux antipodes d’une simple mesure-étalonnage de la valeur du blé et de la viande, il s’agit de peser des apports productifs qui s’expriment en des denrées différentes.

444 – "A common measure of value". Le raisonnement de Petty est prêt d’aboutir. En effet telle quantité de blé ou de viande produit un certain nombre de jours de nourriture d’un travailleur et en définitive produit de la vie et donc du travail. "The days food of an Adult man, at a medium, and not the days labor, is the common measure of value" : la mesure de la valeur de la viande et du blé sera le nombre de jours de nourriture que la production de cette denrée permet, produit, non le nombre de jour de nourriture qu’il a fallu dépenser pour produire le bien.

45Pensons à nouveau à l’équivalence qu’aujourd’hui nous pouvons établir entre diverses denrées à partir de la quantité de calories que leur consommation produit. Si nous supposons une ration quotidienne de subsistance à 2 500 calories, elle peut être obtenue à l’aide de denrées différentes (ainsi "une pinte de farine d’avoine (est) égale à une pinte de riz, un quart de lait, une livre de beurre ou une livre un quart de viande, etc." et ces 2 500 calories produisent une journée de vie, une journée de travail. C’est dans ce sens très "matérialiste" qu’il faut interprêter la mesure de Petty.

46Il y a donc deux déterminations de la valeur naturelle des marchandises

  • la première, générale, par leur coût réel en moyens de production : le prix naturel

  • la seconde, valable pour les deux moyens de production primitifs et pour ces produits intermédiaires que sont les biens-salaires, par leur produit, par le nombre de jours de nourriture qu’ils produisent, par des jours de vie, de travail produits. Alors la valeur du travail est déterminée par la quantité de travail qu’il produit et non par la quantité de blé que reçoit le travailleur.

47Résumons le texte de Petty : soit une terre de deux acres. En un an, elle produit seule 50 jours de nourriture sous forme de viande. Telle est la valeur annuelle (la rente) de la terre. Sur cette même terre s’ajoute maintenant la collaboration d’un certain nombre de jours de travail humain (soit x). Alors la production est de 100 jours de nourriture d’un adulte moyen sous la forme de blé. L’overplus, soit 50 jours de nourriture est le salaire des x jours de travail dépensés sur la terre. La parité terre-travail est trouvée : ces deux acres de terre équivalent à x jours de travail puisqu’ils produisent tous deux le même nombre de jours de nourriture (donc de travail).

485 – L"’errance" de Petty et la double détermination du salaire. Si la productivité propre de x jours de travail est de 50 jours de nourriture, de 50 salaires quotidiens, est-ce que x = 50 ? En d’autres termes, est-ce que la productivité spécifique de 50 jours de travail est de 50 jours de nourriture, donc de travail, le travail ne faisant alors que se reproduire (une règle physiocratique, comme le voit Marx9) ? Le salaire journalier serait déterminé à la fois comme productivité d’une journée de travail et comme ration quotidienne d’un travailleur. Sa stabilité se déduirait non seulement de la stabilité de la technologie, mais aussi de celle de la ration quotidienne d’un travailleur agricole.

49Petty "glisse" alors vers une théorie de la valeur des marchandises fondée sur la valeur du travail. Après avoir expliqué que la valeur de telle quantité de blé est le nombre de jours de nourriture qu’elle produit, il dit que la valeur d’une marchandise est le nombre de rations quotidiennes qu’il a fallu dépenser pour la produire ("c’est pourquoi j’ai déterminé la valeur d’une cabane irlandaise d’après le nombre de rations quotidiennes de vivres qu’a dépensées l’ouvrier pendant sa construction" : une remarque physiocratique puisque la cabane, produit apparemment du seul travail, ne vaut que ce que vaut ce travail. De là à l’idée que la valeur de n’importe quelle marchandise peut être mesurée en salaires journaliers, cette valeur du travail en blé étant aussi régulière et constante que la valeur de l’argent, il n’y a qu’un pas et il est possible d’interprêter ainsi la phrase de Petty : "the days food of an Adult man... and not the days labour, is the common measure of value" (8). Mais si nous suivons le raisonnement complet, ces glissements successifs apparaîssent plutôt comme des errements, l’Idée forte restant qu’il est possible de déterminer la parité terre-travail – et donc le prix naturel des marchandises – à partir de ce que chacun de ces moyens de production produisent, sous la forme de telle ou telle subsistance, de journées de nourriture, donc de jours de vie et de travail.

50S’enrichir pour une nation, ce n’est pas tant produire des richesses par le travail (Petty paraît même, ici, douter que le travail produise de la valeur, donc, pour lui, des richesses) que produire du travail.

II – RICHARD CANTILLON

51(Essai sur la nature du commerce en général) (Londres, 1755) INED, 1952)10.

52Lorsque Richard Cantillon intitule son tout premier chapitre "De la richesse" et le commence par : "La terre est la source ou la matière d’où l’on tire la richesse ; le travail de l’homme est la forme qui la produit : et la richesse en elle-même, n’est autre chose que la nourriture, les commodités et les agréments de la vie" (p. 1), il n’écrit rien de nouveau par rapport à W. Petty (en ce qui concerne les causes de la richesse) et Boisguilbert (en ce qui concerne sa définition). Pourtant, il nous semble qu’il y a là une mutation aussi importante pour le discours économique que, par exemple, le "Longtemps je me suis couché de bonne heure" qui commence Du côté de chez Swann pour la littérature. Non pas, certes, que ses prédécesseurs n’aient pas développé de théories économiques, mais parce que la théorie économique trouve ici, je crois pour la première fois, sa forme, c’est-à-dire qu’elle se structure comme telle. Une étude de la démarche de Cantillon, du plan de l’Essai le montrerait aisément. Notons simplement que ce titre et cette première phrase inaugure une série dont voici les éléments principaux :

  • la première phrase d’Adam Smith dans ses Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (et ce titre lui-même) : "Le travail annuel d’une nation est le fonds primitif qui fournit à sa consommation annuelle toutes les choses nécessaires et commodes à la vie ; et ces choses sont toujours, ou le produit immédiat de ce travail, ou achetées des autres nations avec ce produit".

  • le titre du chapitre 1 des Principes de David Ricardo, "De la valeur", et l"’en-tête" de la première section : "La valeur d’une marchandise, ou la quantité de toute autre marchandise contre laquelle elle s’échange, dépend de la quantité relative de travail nécessaire pour la produire et non de la rémunération plus ou moins forte accordée à l’ouvrier".

  • le titre du chapitre 1 du Capital, "La marchandise" et cette phrase d’attaque : "La richesse des sociétés dans lesquelles règne le mode de production capitaliste s’annonce comme une "immense accumulation de marchandises".

53En quelques phrases, l’évolution dialectique de l’économie politique pourrait être ainsi résumée !

54Pour en rester à Cantillon, ne pourrait-on penser que le progrès est essentiellement dans la démarche, dans la structure du raisonnement d’ensemble, mais qu’il reprend les éléments théoriques de ses prédécesseurs, dans Petty plus spécialement ? En particulier, la théorie de la valeur de Cantillon n’est-elle que la reprise de la théorie du prix naturel de Petty, ornée de quelques améliorations secondaires ? Nous verrons que si l’idée de base est bien celle de Petty, le raisonnement de Cantillon est radicalement différent comme l’est son aboutissement. Ce n’est rien enlever au génie de Petty que d’ajouter que la rigueur de Cantillon est ici supérieure et que la démonstration ne souffre pas d’une quelconque "errance".

55Cantillon ayant défini la richesse par ce qui la constitue (des biens utiles, ou "toutes les choses à l’usage des hommes" (p. 65)11 et précisé ce qui la cause (la terre et le travail), il lui reste à l’évaluer. Dans le chapitre 10 de la Première Partie, il met ses pas dans ceux de W. Petty : chaque parcelle de richesse (telle quantité d’un bien utile) est évaluée à son prix ou valeur intrinsèque (ou à sa "valeur réelle" (p. 65)) qui n’est rien d’autre que le prix naturel de Petty. Le titre de ce chapitre est suffisamment explicite : "Du prix ou valeur intrinsèque d’une chose en général est la mesure de la terre et du travail qui entrent dans sa production" (la terre et le travail étant d’une qualité donnée : "eu égard à la bonté ou produit de la terre et à la qualité du travail" (p. 17)). Malgré l’emploi du mot mesure (au sens d’une certaine quantité), il est sans doute inutile de dire que cette détermination du prix ou valeur intrinsèque n’a rien à voir avec une mesure-étalonnage, mais qu’il s’agit de la connaissance intime de ce qui constitue la richesse. Chaque molécule de richesse (une quantité d’un bien "à l’usage de l’homme") a, en tant que richesse, une valeur absolue, réelle, intrinsèque qui est la quantité de terre et de travail qui est nécessaire à sa production. D’où la possibilité d’agréger les éléments de richesse ainsi évalués en "la richesse" dès lors que tous les prix intrinsèques pourraient être évalués, non en terre et en travail, mais en terre ou en travail. De même, il deviendrait possible d’obtenir une "valeur intrinsèque respective" (p. 65), c’est-à-dire un prix intrinsèque relatif.

56Avant d’aborder le "problème de Petty" (transformation de la terre en travail ou vice versa) tel que Cantillon le traite, notons que dès la première partie où il traite de l’économie réelle, Cantillon distingue les prix du marché des prix intrinsèques, expliquant comment les premiers évoluent selon les variations au jour le jour de l’offre et de la demande, pouvant être tantôt supérieurs, tantôt inférieurs aux prix intrinsèques et ajoutant : "cependant dans les sociétés bien réglées, les prix du marché des denrées et marchandises dont la consommation est assez constante et uniforme, ne s’écartent pas beaucoup de la valeur intrinsèque" (p. 18), ce qui ne constitue évidemment pas une théorie de la gravitation des prix de marché autour du prix naturel (il faudra pour cela attendre Adam Smith).

57Reste la détermination de prix intrinsèques homogènes en quantité de terre ou de travail. Dans le chapitre XI, il reprend le problème de Petty sous ce titre : "Du pair ou rapport de la valeur de la terre à la valeur du travail". Contrairement à ce qui est souvent dit, la démarche de Cantillon n’est pas un simple développement de celle de Petty. Il critique et "retourne" Petty.

58La critique est succincte, mais précise et justifiée : Petty "ne s’est pas attaché aux causes et aux principes, mais seulement aux effets" (p. 25). Qu’est-ce à dire ? Nous avons vu que, si Petty fonde la valeur naturelle des marchandises en général sur ses causes, la terre et le travail, il fonde la valeur de la terre et du travail sur leur produit, c’est-à-dire sur leurs effets. Contradiction que Cantillon relève ; lui va tenter de remonter des effets aux causes, puis aux principes, en d’autres termes aux causes premières de l’un des deux moyens de production (le travail évidemment, ce serait plus délicat pour la terre), ses causes premières s’avérant être l’autre moyen de production (la terre).

59Suivons Richard Cantillon dans sa remontée aux principes. D’abord, nous l’avons vu, le passage de la richesse, ou du prix intrinsèque, à ses causes : les quantités de terre et de travail.

60Ensuite le passage des quantités de travail à ce qui les produit : les quantités de subsistances ("comme ceux qui travaillent doivent nécessairement subsister du produit de la terre, il semble qu’on pourrait trouver un rapport de la valeur du travail à celui du produit de la terre" (p. 18).

61Une telle analyse est plus délicate qu’il ne semble car d’une part les subsistances consommées par les travailleurs ne sont pas le résultat de la productivité de la terre seule (contrairement à ce que laisse entendre la phrase citée ci-dessus), mais de la terre et du travail et, d’autre part, les produits de la terre ne servent pas seulement à entretenir les travailleurs agricoles, la terre donne aussi une rente. Cantillon va, pour trouver une solution, recourir à un modèle particulier mais qui paraît premier, celui de l’esclavage avec casement des esclaves, c’est-à-dire installation de chaque famille servile sur une petite portion de terre qui ne sert qu’à l’entretenir lui et sa famille, la rente étant obtenue en travail sur les terres en réserve du maître (disons le servage pour simplifier). Ainsi, il est immédiatement clair que cette détermination d’un prix intrinsèque n’aura rien à voir avec une théorie de l’échange nécessairement fondée sur la liberté des différents participants.

62Considérons par conséquent une certaine quantité d’une denrée quelconque produite sur la réserve. Quelle est sa "valeur réelle" ? La quantité de terre que le maître a consacré, dans sa réserve, à la production de cette denrée et la quantité de travail qu’un esclave casé a consacré à cette production. Il s’agit ici, simplement, de transformer ce travail servile fait sur la réserve en une certaine quantité de terre. Comment procède Cantillon ?

63La valeur réelle du travail le plus simple ("le travail du plus vil esclave") correspond à la quantité de denrée qu’il consomme, c’est-à-dire à son coût d’entretien, accru de la quantité de denrées nécessaire pour le reproduire (sachant qu’il meure un enfant sur deux pour résumer une longue discussion de Cantillon). Le coût d’entretien d’un adulte étant égal au coût de production d’un enfant vivant (ou au coût de deux enfants dont l’un mourra avant d’être productif), "je conclus que le travail journalier du plus vil esclave correspond en valeur au double du produit de terre dont il subsiste" (p. 20).

64Reste à passer de cette quantité de subsistances à la quantité de terre qui la produit. Comme les terres peuvent rendre des quantités inégales de produits, il faut raisonner avec une terre moyenne, un type d’exploitation donné. Il faut surtout que la terre ne donne directement que des denrées consommées par la famille de l’esclave, pas de rente en nature, d’où la référence au système du casement.

65Dans le cas général, de la terre et du travail donnent une certaine quantité de denrées qui est soit destinée à la consommation du travailleur, soit versée comme rente au propriétaire :

Image 100000000000028200000070B63C9C0E264189C3.jpg

66Dans le cas de la parcelle sur laquelle est casé l’esclave, le travail de celui-ci et la productivité singulière de sa parcelle fournissent les denrées qui servent à la reproduction de l’esclave, qui produisent son travail. Une partie de ce travail sert à cultiver cette parcelle, l’autre partie sert à la production de denrées pour le maître sur sa réserve. En simplifiant, la productivité singulière de la terre de la parcelle est le travail de l’esclave sur la seule réserve du martre ; en d’autres termes, le produit net de la parcelle de l’esclave est le travail fourni par l’esclave sur la seule réserve, la "rente en travail" :

Image 10000000000002A1000001CED42DB2DD1179AD13.jpg

67On remarquera que Cantillon néglige explicitement la femme : "Je ne considère pas ici la dépense de la femme, je suppose que son travail suffit à peine pour son propre entretien" (p. 21), ce qui confirme son mode de calcul : la femme ne travaille pas sur la réserve et sa productivité singulière sur sa parcelle est supposée être égale à son coût d’entretien.

68Cantillon peut donc remplacer le travail de l’esclave sur les terres du maître par son "principe", sa cause première, la quantité de terre qui forme la portiuncula de l’esclave : le produit annuel net de cette parcelle est le travail annuel de l’esclave pour son martre (une quantité de travail nette de la quantité de travail nécessaire à la reproduction de l’esclave), en d’autres termes, la valeur du travail que l’esclave accomplit pour son martre (son surtravail) est la quantité de terre de la parcelle qui permet l’entretien et la reproduction de l’esclave : "le travail du plus vil esclave adulte vaut au moins et correspond à la quantité de terre que le propriétaire est obligé d’employer pour sa nourriture et ses commodités nécessaires et encore au double de la quantité de terre qu’il faut pour élever un enfant jusqu’à l’âge du travail" (p. 19).

69Cantillon peut transformer les quantités de travail qui figurent dans le prix intrinsèque d’un bien quelconque en quantités de terre et écrire : "la valeur intrinsèque d’une chose peut être mesurée par la quantité de terre qui est employée pour sa production et par la quantité de terre dont on attribue le produit à ceux qui y ont travaillé" (p. 24)12.

70Notons d’abord que si Cantillon finit par estimer le prix intrinsèque en terre et non en travail, ce n’est nullement par suite d’une hypothèse pré-physiocratique mais seulement par suite d’une absence de "parallélisme" entre la terre et le travail : il juge possible de faire de la terre le principe du travail, non du travail le principe de la terre.

71Notons ensuite que la référence de Richard Cantillon au système de l’esclavage avec casement peut être considérée comme un substitut à une analyse en terme de terre datée13.

72Le "problème de Petty" résolu, tous les prix intrinsèques absolus étant exprimés en terre seule, il est possible d’obtenir des prix intrinsèques relatifs ("respectifs" (p. 65)). Cantillon passera plus loin de ces prix relatifs "tous azimuths" aux prix en monnaie. A la fin de la première partie, Cantillon introduit des marchandises particulières, les métaux précieux, qui vont servir de monnaie (la deuxième partie de l’Essai est consacrée à la théorie monétaire). Ils ont une valeur intrinsèque14 et un prix de marché comme les autres marchandises. Deux questions se posent : pourquoi une monnaie est-elle nécessaire et pourquoi l’or et l’argent furent choisis. Seule la première de ces questions nous intéresse ici. "Les hommes ont été obligés par nécessité de se servir d’une mesure commune, pour trouver dans le troc la proportion et la valeur des denrées et des marchandises dont ils voulaient faire échange" (p. 60)15. D’où vient cette nécessité ? Les prix relatifs intrinsèques de toutes les marchandises, chacune avec toutes, peuvent être établis théoriquement par mise en rapport des valeurs intrinsèques absolues, mais la réalisation des échanges impose un "équivalent" (p. 66) général du fait de "l’impossibilité qu’il y avait à statuer (la) valeur intrinsèque respective"16 de toutes les marchandises contre toutes (vin contre drap, blé contre souliers, chapeaux, etc...).

73Michel Foucault a lu Cantillon. Il explique que celui-ci avait, comme le fera Adam Smith, l’homme des temps nouveaux qui suivent la rupture de la fin du XVIIIe siècle, utilisé le travail pour mesurer la valeur. Où est alors la différence entre Cantillon et Smith ? "Elle ne réside pas là où on l’imagine" (Les mots et les choses, p. 234). En effet, "depuis Cantillon également on se servait de la quantité de travail pour mesurer (la valeur d’échange). Mais la quantité de travail inscrite dans le prix des choses n’était rien de plus qu’un instrument de mesure, à la fois relatif et réductible. Le travail d’un homme en effet, valait la quantité de nourriture qui était nécessaire à lui et à sa famille, pour les entretenir pendant le temps que durait l’ouvrage. Si bien qu’en dernière instance, le besoin – la nourriture, le vêtement, l’habitation – définissait la mesure absolue du prix de marché. Tout au long de l’âge classique, c’est le besoin qui mesure les équivalences, la valeur d’usage qui sert de référence absolue aux valeurs d’échange ; c’est la nourriture qui jauge les prix, donnant à la production agricole, au blé et à la terre, le privilège que tous leur ont reconnu" (id.p. 234).

74En réalité, avec Cantillon, le travail n’est nullement un instrument de mesure, un étalon. S’il est réductible, il n’est pas relatif. Le quantum de travail est un élément constitutif du prix intrinsèque, de la richesse ; c’est une cause de la valeur, une explication17. S’il est réductible en la quantité de subsistances qu’il faut dépenser pour faire subsister le travailleur pendant la durée du travail, c’est que cette quantité de "blé" produit le travail comme le travail produit n’importe quelle marchandise. Et si la terre peut se substituer à ces quantités de "blé", c’est que, dans le cas de l’esclave casé, c’est la terre seule qui produit le sur-travail, le travail sur la réserve du maître. S’il y a bien référence aux besoins de l’esclave, c’est comme contrainte de production à la fois technique et sociale, une donnée.

75Paradoxalement, ce que Foucault dit d’Adam Smith pourrait convenir pour Petty ou Cantillon, mais pas pour Smith ! En effet, qu’est-ce qui change brutalement entre Cantillon et Smith selon Foucault ? Si le travail sert toujours comme mesure de la valeur d’échange, avec Smith cette unité de mesure est "irréductible, indépassable, absolue" (p. 235). Irréductible, oui, indépassable, encore oui, mais absolue ? La théorie de la valeur de Smith est détermination par les quantités de travail commandées dans l’échange, soit directement (cas de l’échange du "blé" contre du travail salarié), soit indirectement (cas de l’échange de deux marchandises courantes).

76Si l’on oublie son caractère absurde comme théorie explicative de la valeur (il faut que les marchandises aient déjà une valeur pour qu’elles puissent commander des quantités de travail), reste qu’elle est de façon très caractéristique marquée par l’univers de la représentation.

77Les quelques lignes qui précèdent nous paraissent montrer que l’analyse de la richesse de W. Petty et R. Cantillon ne sont pas cohérentes avec une réécriture de l’âge classique dont le thème structurant serait la représentation et, dans sa formulation économique, l’échange. Le prix naturel, intrinsèque, est – pour ces auteurs – parfaitement déterminée dans la production et cette "valence" est une grandeur physique ; les quantités de diverses marchandises ont quelque chose en commun, la quantité de terre et (ou) de travail nécessaire à leur production, elles ne sont que les formes passagères de ces quantités de moyens de production. Qu’elles s’échangent à leur prix naturel ou à tout autre prix, est une question subsidiaire.

Notes de bas de page

1  A la différence du cas précédent, ces énoncés ou syntagmes (groupes de "mots" ayant un sens) ne sont pas nécessairement des lieux théoriques, ils n’ont pas à respecter les critères de validité scientifique.

2  Pour une position plus nuancée, cf. J. Cartelier, Surproduit et reproduction, PUG Maspéro, 1976.

3  "Suppose a man could with his own hands plant a certain scope of Land with Corn, that is, could Digg, or Plough, Harrow, Weed, Reap, Carry home, Thresh, and Winnow so much as the Husbandry of this Land requires ; and had withal Seed wherewith to sowe the same. I say, that when this man hath subducted his seed out of the proceed of his Harvest, and also, what himself hath both eaten and given to others in exchange for Clothes, and other Natural necessaries ; that the remainder of Corn is the natural and true Rent of the Land for that year ; and the medium of seven years, or rather of so many years as makes up the Cycle, within which Dearths and Plenties make their révolution, doth give the ordinary Rent of the Land in Corn". A Treatise of taxes and contributions (London, 1662), Hull ed., London, 1899, p. 43.

4  "But a further, though collateral question may be, how much English money this Corn or Rent is worth ? I answer, so much as the money, which another single man can save, within the same time, over and above his expence, if he imployed himself wholly to produce and make it ; viz. Let another man go travel into a Countrey where is Silver, there Dig it, Refine it, bring it to the same place where the other man planted his Corn ; Coyne it, & c. the same person, ail the while of his working for Silver, gathering also food for his necessary livelihood, and procuring himself covering, & c. I say, the Silver of the one, must be esteemed of equal value with the Corn of the other : the one being perhaps twenty Ounces and the other twenty Bushels. From whence it follows, that the price of a Bushel of this Corn to be an Ounce of Silver". (id., 43).

5  Cf. J. Cartelier, Surproduit et reproduction, op. cit., pp. 110 et sq.

6  "This, I say, to be the foundation of equallizing and ballancing of values ; yet in the superstructures and practices hereupon, I confess there is much variety, and intricacy ; of which hereafter.
The world measures things by Gold and Silver, but principally the latter ; for there may not be two measures, and consequently the better of many must be the onely of ail ; that is, by fine silver of a certain weight : but now if it be hard to measure the weight and fineness of silver, as by the different reports of the ablest Saymasters I have known it to be ; and if silver granted to be of the same fineness and weight, rise and fall in its price, and be more worth at one place then another, not onely for being farther from the Mines, but for other accidents, and may be more worth at présent, then a moneth or other small time hence ; and if it differ in its proportion unto the several things valued by it, in several ages upon the increase and diminution thereof, we shall endeavour to examine some other naturel Standards and Measures, without derogating from the excellent use of these". (id., p. 44).

7  "But that which I would say upon this matter is, that all things ought to be valued by two natural Denominations, which is Land and Labour ; that is, we ought to say, a Ship or garment is worth such a measure of Land, with such another measure of Labour ; forasmuch as both Ships and Garments were the créatures of Lands and mens Labours thereupon : This being true, we should be glad to finde out a natural Par between Land and Labour, so as we might express the value by either of them alone as well or better then by both, and reduce one into the other as easily and certainly as we reduce pence into pounds". (id. p. 44-45).

8  "And this brings me to the most important Considération in Political Oeconomies, viz. how to make a Par and Equation between Lands and Labour, so as to express the Value of any thing by either alone. To which purpose, suppose two Acres of Pasture-land inclosed, and put thereinto a wean’d Calf, which I suppose in twelve Months will become I C. heavier in eatable Flesh ; then I C. weight of such Flesh, which I suppose fifty days Food, and the Interest of the Value of the Calf, is the value or years Rent of the Land. But if a mans labour – for a year can make the said Land to yield more than sixty days Food of the same, or of any other kind, then that overplus of days food in the Wages of the Man ; both being expressed by the number of days food. That some Men will eat more than others, is not material, since by a days food we understand 1 part of what 100 of all Sorts and Sizes 100 will eat, so as to Live, Labour, and Generate. And that 100 of all Sorts and Sizes will eat, so as to Live, Labour, and Generale. And that a days food of one sort, may require more labour to produce, than another sort, is also not material, since we understand the easiest-gotten food of the respective Countries of the World.
As for example, I suppose a pint of Oatmeal equal to half a pint of Rice, or a quart of Milk, or a pound of Bread, or a pound and quarter of Flesh, etc. each, in the respective place where each is the easiest gotten food. But if Rice be brought out of India into Ireland, or Oatmeal carried from Ireland thither ; then in India the pint of Oatmeal must be dearer than half a pint of Rice, by the freight and hazard of Carriage, et vice-versa, et sic de caeteris. For, as for pleasant tast, I question whether there be any certainty, or regularitary of the same in Nature, the same depending upon Novelty, opinion of Virtue, the recommendation of others, etc. Wherefore the days food of an adult Man, at a Medium, and not the days labour, is the common measure of Value, and seems to be as regular and constant as the value of fine Silver. For an ounce, suppose, of Silver in Peru is equivalent to a days food, but the same in Russia is equivalent to four days food, by reason of the Freight, and hazard in carrying the same from Peru to Russia ; and in Russia the price of Silver shall grow to be worth more days labour, if a Workman can by the esteem and request of Silver Utensils earn more than he can on other materials. Wherefore I valued an Irish Cabbin at the number of days food, which the Maker spent in building of it". (Political Anatomy of Ireland (London, 1672), Hull ed., pp. 181-182.

9  K. Marx, Théories sur la plus-value, in Ed. Sociales, I, p. 424.

10  Londres, 1755, éd. française I.N.E.D., 1952. Nous mettrons la pagination de cette édition à la suite des citations. Lorsque des divergences apparaissent avec le texte de Essai de la nature du commerce en général de la bibliothèque municipale de Rouen, édité par Takuml Tsuda (ed. Kinokuniya, Tokyo, 1979), nous le préciserons en note.

11  "à l’usage ou commodités" selon le manuscrit de Rouen, ed. Tsuda, op. cit., p. 144.

12  L’éd. Tsuda dit : "et par la quantité de travail qui y entre, c’est-à-dire encore par la quantité..." (p. 50). Cf. également p. 65 éd. I.N.E.D. : "la valeur réelle de toutes les choses à l’usage des hommes, est leur proportion à la quantité de terre employée pour leur production et pour l’entretien de ceux qui leur ont donné la forme".

13  valeur réelle de 10 quintaux de blé en tO = 1 arpent annuel en t et 1 "vil esclave" – an en t . Si 1 "vil esclave" par an o o vaut 500 kg de blé, on aura : prix naturel de 10 q. de blé = 1 arpent-an en to + 1/2 arpent-an en t ^ + 1/4 arpent-an en t-2...

14  ou "valeur réelle". Cantillon prend soin de distinguer les deux sens de valeur intrinsèque pour l’or et l’argent : sa définition propre (les quantités de terre et de travail) et la définition courante (la quantité d’or ou d’argent dans une certaine masse de métal).

15  Le manuscrit de Rouen (ed. Tsuda) dit plus clairement : "pour trouver la proportion des valeurs des denrées et marchandises qu’ils avaient besoin d’échanger" (p. 134).

16  "la difficulté" selon le manuscrit M. 780, cf. éd. INED, n° 3 p. 65.

17  Contrairement à ce que croit Schumpeter (History of Economie Analysis, p. 214).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.