Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Évidence, ordre naturel et science économique dans l’œuvre de Quesnay

p. 119-178

Entrées d’index

Mots-clés : physiocratie, tableau économique, ordre naturel, évidence, lois naturelles, méthode


Texte intégral

1Les écrits physiocratiques sont à l’origine d’un progrès incontesté – ou presque1 – de la pensée économique. Par le contenu même de sa doctrine, la physiocratie est perçue comme un courant précurseur de l’économie politique soit classique2, soit néo-classique3. Par sa méthode, elle a instauré, dans le domaine économique, une vision scientifique originale qui a conduit à donner de ce champ, pour la première fois, l’Idée d’un tout ordonné4, grâce au "Tableau économique". Cette découverte a amené Quesnay à affirmer, dès 1763, l’existence d’une nouvelle science, la science économique. "Toute la science économique consiste à diriger leur marche (la marche des dépenses) vers la plus grande reproduction possible, par la connaissance des résultats physiques qui assurent à l’action de la société la renaissance et la durée des dépenses"5.

2De nombreux auteurs, réfléchissant sur la méthode de la physiocratle, ont fondé leur analyse sur le concept d’ordre naturel, voire en ont fait l’unique objet de leur investigation. Il est vrai que l’ordre, à l’âge classique, organise les savoirs6. De plus, l’ordre naturel, parce qu’il propose un fondement philosophique à la liberté de circuler et d’entreprendre, devient un concept essentiel de cette science spécifique du capitalisme qu’est l’économie politique7. Enfin, cette notion occupe une place privilégiée dans la pensée économique de Quesnay. Présente dans tous les écrits philosophiques de l’auteur, elle n’apparaît que tardivement dans ses oeuvres économiques ; absente des articles économiques antérieurs au "Tableau économique", elle devient l’hypothèse fondamentale de toutes les analyses qui suivent la démonstration de la cohérence de l’économique. Le concept d’ordre naturel apparaît dès lors comme le préalable à toute recherche sur les fondements logiques de la théorie économique de Quesnay. La science des physiocrates est une science de l’ordre naturel.

3Demeure l’assertion de certains auteurs – le plus souvent spécialistes confirmés de la "Secte"8 – selon laquelle l’étude de la méthode des "Economistes" implique l’analyse d’une autre idée : l’évidence. En effet, ce mot et ses dérivés – évident et évidemment – bien que de nature métaphysique, constituent le champ sémantique le plus fréquent dans les écrits physiocratiques9. Mais surtout, l’évidence, définie comme l’une des deux formes de la certitude humaine avec la foi, est la catégorie philosophique que Quesnay glosa le plus longuement : il écrit en 1756, pour l"Encyclopédie" de Diderot et d’Alembert, l’article "Evidence" et, à la fin de sa vie, "Recherches philosophiques sur l’évidence des vérités géométriques, avec un projet de nouveaux éléments de géométrie10". Dans le système de pensée du XVIIIe siècle, ce recours à la métaphysique11 est fondamental. "La science qui contribue le plus à rendre l’esprit lumineux, précis et étendu, et qui, par conséquent, doit le préparer à l’étude de toutes les autres, c’est la métaphysique"12. Elle constitue la clé qui permet de comprendre et d’élaborer tout nouveau savoir. C’est à travers la théorie de l’évidence que peut être saisie la genèse de l’ordre économique naturel dans la pensée de Quesnay.

  1. L’économie, science de l’ordre naturel.

  2. La genèse de l’ordre économique naturel.

I – L’ECONOMIE, SCIENCE DE L’ORDRE NATUREL

4Lors de l’avènement de l’économie politique, à l’encontre des incertitudes dues au caractère fragmentaire du discours économique – essentiellement des conseils d’hommes d’affaires au prince –, et de théories de la connaissance refusant le déterminé ou le certain pour comprendre le vraisemblable ou le probable, Quesnay propose un ensemble de certitudes ordonnées autour d’un objet de connaissance, d’un projet de recherche et d’une méthode scientifique solidaires. D’une part, il définit avec précision un objet de connaissance, l’économie, en en démontrant la cohérence, en exposant son ordre interne grâce au "Tableau économique". D’autre part, il est motivé par un projet de recherche, découvrir l’ordre naturel, fondé sur la vision d’un monde comme totalité structurée. Appliquant ce concept au domaine économique, il veut mettre en évidence l’ordre économique le plus avantageux pour la société. Enfin, il expose une méthode de travail, le "problème économique", qu’il croit apte à guider le chercheur dans sa quête rigoureuse et exacte de l’ordre économique naturel.

5C’est sur ce triptyque- économie, ordre naturel et problème – que se constitue la première véritable école de pensée économique et que repose, pour les physiocrates, l’existence d’une nouvelle science, la science économique.

  1. La cohérence du domaine économique.

  2. L’ordre naturel comme projet scientifique.

  3. Le "problème économique" comme méthode.

A – LA COHERENCE DU DOMAINE ECONOMIQUE

6Quesnay investit, au milieu du XVIIIe siècle, un domaine, l’économie, qui n’est pas précisément délimité aux yeux de ses contemporains. Dans "l’Explication détaillée du système des connaissances humaines" que donne Diderot dans "l’Encyclopédie", l’économie, "science des devoirs de l’homme en famille"13, n’est qu’une branche de la jurisprudence ou science du droit, elle-même incluse dans la morale. Plus significative encore est l’absence de cette science dans "l’ordre et l’enchaînement des connaissances humaines"14 que d’Alembert expose dans le "Discours préliminaire des éditeurs" du même ouvrage.

7Pourtant, la volonté de transformer en un discours "philosophique" ou scientifique les conseils économiques ponctuels et pratiques que donnent des hommes d’affaires au prince, est clairement exprimée par de nombreux auteurs. Dès 1734, Cantillon propose, dans la première partie de l"’Essai sur la nature du commerce en général", une analyse économique fondée sur des principes explicatifs homogènes. Hume, dans le manifeste inaugural de ses "Discours politiques" (1752) préconise, en matière économique, le passage de la "circonstance particulière" au "sujet général”, de la "délibération particulière" au "raisonnement général" : "le rôle de conseiller du Prince ne saurait revenir au négociant ou au banquier dont le calcul est nécessairement limité à une série de circonstances particulières et dont le mode de penser, suffisant peut-être pour assurer un enrichissement progressif ou pour éviter une faillite, se révèle inapte à la gestion générale des affaires"15. De même, selon Turgot, le premier mérite de Vincent de Gournay est d’avoir dépassé le savoir du négociant pour faire oeuvre de philosophie économique :

"Comparer entre elles les productions de la nature et des arts dans les différents climats ; connaître la valeur de ces différentes productions, ou en d’autres termes leur rapport avec les besoins et les richesses des nationaux et des étrangers ; les frais de transport variés suivant la nature des denrées et la diversité des routes, les impôts multipliés auxquels elles sont assujetties, etc., etc. ; en un mot embrasser dans toute son étendue et suivre dans ses révolutions continuelles l’état des productions naturelles, de l’industrie, de la population, des richesses, des finances, des besoins et des caprices mêmes de la mode chez toutes les nations que le commerce réunit, pour appuyer sur l’étude approfondie de tous ces détails des spéculations lucratives, c’est s’occuper de la science du négoce en négociant, ce n’est encore qu’une partie de la science du commercé. Mais découvrir les causes et les effets de cette multitude de révolutions et de leurs variations continuelles ; remonter aux ressorts simples dont l’action, toujours combinée et quelquefois déguisée par les circonstances locales, dirigé toutes les opérations du commerce ; reconnaître ces lois uniques et primitives, fondées sur la nature même, par lesquelles toutes les valeurs existant dans le commercé se balancent entre elles et se fixent à une valeur déterminée, comme les corps abandonnés à leur propre pesanteur s’arrangent d’eux-mêmes suivant l’ordre de leur gravité spécifique ; saisir ces rapports compliqués par lesquels le commerce s’enchaîne avec toutes les branches de l’économie politique ; apercevoir la dépendance réciproque du commerce et de l’agriculture, l’influence de l’un et de l’autre sur les richesses, sur là population et sur la force des Etats, leur liaison intime avec les lois et les moeurs et toutes les opérations du gouvernement, surtout avec la dispensation des finances ; peser les secours que le commerce reçoit de la marine militaire et ceux qu’il lui rend, les changements qu’il produit dans les intérêts respectifs des Etats et ie poids qu’il met dans la balance politique ; enfin démêler, dans les hasards des événements et dans les principes d’administration adoptés dans les différentes nations de l’Europe, les véritables causes de leurs progrès et de leur décadence dans le commerce, c’est l’envisager en philosophe et en homme d’Etat"16.

8Ce souhait du passage à un discours scientifique sur l’homme n’est, d’ailleurs, pas propre au domaine économique. Le siècle des lumières est l’ère de l’avènement, en Europe, de la plupart des sciences humaines17. Le schéma explicatif que la physique donne, depuis la fin du XVIIe siècle, d’un univers comme une totalité ordonnée selon des lois dont peuvent rendre compte les mathématiques, s’est imposée par son Intelligibilité et se diffuse à travers l’ensemble des connaissances, obligeant le savoir à se restructurer sur de nouvelles cohérences. Que Turgbt ait recours pour définir l’économie politique à la loi de l’attraction universelle est, de ce point de vue, significatif. Chaque chercheur rêve de devenir le "Newton" de son champ d’investigation.

9C’est avec la même volonté, mais en apparence sur un tout autre raisonnement, que Quesnay s’appuie pour fonder la cohérence du domaine économique18. En 1758, grâce au "Tableau économique", il assujettit à une intelligibilité d’ensemble des phénomènes économiques dont les hommes n’avaient jusque là qu’une vue fragmentaire. Pour Schumpeter,

"ce furent les Physiocrates, ou "Economistes", qui ouvrirent la brèche décisive, par où tout le progrès théorique ultérieur devait passer ; ceci grâce à la découverte du cycle économique, dont ils fournissent un schéma conceptuel (...). Avant les Physiocrates, on n’avait perçu, en quelque sorte que des phénomènes locaux sur le corps économique ; eux, les premiers, nous permirent de considérer ce corps, sous l’aspect physiologique et anatomique, comme un organisme soumis à un mécanisme vital homogène aux conditions bien déterminées ; ils nous donnent en plus une première analyse de ce mécanisme19".

10Pour arriver à ce résultat, Quesnay utilise la technique qui, à l’âge classique, permet de mettre à plat un ordre et d’exposer une cohérence : le tableau20. Condorcet exprime bien la raison d’être de cette représentation :

"J’entends par méthodes techniques l’art de réunir un grand nombre d’objets sous une disposition systématique qui permette d’en voir d’un seul coup d’oeil les rapports, d’en saisir rapidement les combinaisons, d’en former plus facilement de nouvelles. Nous ferons sentir l’utilité de cet art, qui est encore dans son enfance, et qui peut, en se perfectionnant, offrir soit l’avantage de rassembler, dans le petit espace d’un tableau, ce qu’il serait souvent difficile de faire entendre aussi promptement, aussi bien, dans un livre très étendu ; soit le moyen plus précieux encore de présenter les faits isolés, dans le disposition la plus propre à en déduire des résultats généraux"21.

11Le tableau est à la fois repérage des éléments simples d’un savoir et représentation de sa structure d’ensemble :

"Les sciences portent toujours avec elles le projet même lointain d’une mise en ordre exhaustive : elles pointent toujours aussi vers la découverte des éléments simples et de leur composition progressive ; et en leur milieu, elles sont tableau, étalement des connaissances dans un système contemporain de lui-même. Le centre du savoir, au XVIIe et au XVIIIe siècles, c’est le tableau"22.

12Lorsqu’il analyse "le Tableau économique", Marx saisit très bien à la fois la richesse de ses éléments et la simplicité de la représentation qui permet d’appréhender la cohérence du domaine économique :

"Cette tentative de représenter tout le procès de production du capital en tant que procès de reproduction, de représenter la circulation simplement comme la forme de ce procès de reproduction, de ne représenter la circulation de l’argent que comme un moment de la circulation du capital, et en même temps d’englober dans ce procès de reproduction l’origine du revenu, l’échange entre capital et revenu, le rapport de la consommation reproductive à la consommation définitive, et inclure dans la circulation du capital la circulation entre consommateurs et producteurs (in fact entre capital et revenu), enfin de représenter comme des moments de ce procès de reproduction la circulation entre les deux grandes divisions du travail productif – production brute et manufacture – et de représenter tout ceci en un "Tableau" qui ne se compose in fact que de 5 lignes, reliant 6 points de départ ou points de retour – dans le deuxième (Dans le manuscrit : premier) tiers du XVIIIe siècle, période d’enfance de l’économie politique – fut une idée extrêmement géniale, sans conteste la plus géniale que l’on doive, jusqu’à aujourd’hui, à l’économie politique"23.

13Le "Tableau économique" est, finalement, la meilleure définition qu’ait donnée Quesnay de son objet de connaissance. Mais cette découverte de la cohérence de l’économie politique n’a abouti que parce que Quesnay a inscrit le domaine de l’économie dans une vision plus générale de l’univers où tous ses éléments sont liés par un ordre accessible à la connaissance humaine : l’ordre naturel.

B – L’ORDRE NATUREL COMME PROJET SCIENTIFIQUE

14Toute l’exploration que mène Quesnay dans le domaine économique est motivée par la découverte, derrière le désordre apparent du monde, de la structure qu’il juge la plus conforme aux exigences de la société de son temps : l’ordre naturel. En 1767, alors qu’il compose ses derniers écrits économiques fondamentaux, il désigne très clairement l’objectif qu’il a assigné à la science physiocratique :

"La Science est (...) la condition essentielle de l’institution régulière des sociétés et de l’ordre qui assure la prospérité des nations, et qui prescrit à toute puissance humaine, l’observation des lois établies par l’Auteur de la nature, pour assujettir tous les hommes à la raison, les contenir dans leur devoir, et leur assurer la jouissance des biens qu’il leur a destinés pour satisfaire à leurs besoins24".

15Le projet scientifique de Quesnay consiste donc à représenter la société grâce à des concepts dont les liaisons, lorsqu’elles sont stables, déterminent les conditions de la jouissance maximale de l’individu vivant dans cette société, compte tenu des contraintes naturelles. Ces liaisons stables "qui constituent l’ordre naturel le plus avantageux au genre humain, et qui constatent exactement le droit naturel de tous les hommes, sont des lois perpétuelles, Inaltérables et décisivement les meilleures lois possibles"25.

16La découverte de l’ordre naturel n’est pas un projet spécifique aux investigations dans le domaine économique. Dans ses écrits médicaux, Quesnay insiste sur la nécessité d’une stricte observance des lois de la nature. Par exemple, il écrit au sujet de la saignée : "Cette prétendue déplétion que l’on a dessein d’obtenir par la saignée, ne serait pas, si elle avait lieu aussi favorable qu’elle le paraît aux Médecins, puisque nous voyons qu’elle est réellement contraire aux lois de la nature26". De même, il voit dans la fièvre une réaction naturelle du corps contre la maladie et conseille de ne pas la faire baisser intempestivement. L’objet même de l’"Essai physique sur l’économie animale" est de découvrir l’ordre naturel des corps animés27, puisque, pour Quesnay comme pour Furetière et ses contemporains, économie signifie, entre autres, "bel ordre et disposition des choses28". En ce sens, l’économie concerne aussi bien le corps humain que la société : "C’est une chose admirable que l’oeconomie et la disposition des parties du corps humain, et de voir comme chacune fait ses fonctions (...). On admire aussi l’oeconomie des abeilles, et la belle manière dont elles se gouvernent dans leur petite République (28)". On peut admirer, enfin, l’ordre des hommes vivant librement en société : "L’intelligence suprême a voulu que l’homme fut libre ; or la liberté est mue par différents motifs qui peuvent le maintenir dans l’ordre, ou le jeter dans le désordre ; il fallait des lois précises pour lui marquer exactement son devoir envers Dieu, envers lui-même et envers autrui, qu’il fut intéressé à les observer ; c’est dans ces vues que la religion et la politique se sont réunies à l’ordre naturel pour contenir plus sûrement les hommes dans la voie qu’ils doivent suivre"29.

17Cette omniprésence du concept d’ordre naturel dans les oeuvres médicales, économiques et philosophiques de Quesnay ne doit pas étonner. L’ordre, aux XVIIe et XVIIIe siècles, détermine tout le système épistémologique : il est la règle fondamentale autour de laquelle se constitue la grille d’analyse du savoir. "Ce qui rend possible l’ensemble de l’épistémè classique, c’est d’abord le rapport à une connaissance de l’ordre"30. Dans les domaines économiques et juridiques, le concept d’ordre naturel, découvert par les stoïciens et largement utilisé par l’école scolastique31, prend une dimension nouvelle et essentielle avec la remise en cause de l’alliance entre la féodalité et la hiérarchie écclésiastique par le développement de pouvoirs politiques différents et avec la croissance et l’élargissement des échanges commerciaux. En droit, l’ordre naturel devient ce minimum de langage commun entre des groupes humains que sépare la profession de foi religieuse mais qui, ne pouvant se détruire, doivent coexister32. Dans le champ économique, l’ordre naturel permet de justifier la nécessité d’une limitation de l’intervention étatique puis l’exigence de son abolition pour permettre la libre circulation des marchandises et le libre enrichissement des marchands33. Il devient alors une notion "épistémologiquement essentielle"34 à la naissance de l’economie politique comme science spécifique du capitalisme. Bien sûr, Quesnay n’est pas le premier économiste à mettre en oeuvre le concept d’ordre naturel. Pilter de La Court, Sir Dudley North, Vanderlint, Herbert, Tucker et surtout Boisguillebert l’ont fait avant lui. Mais il est le premier à systématiser cette approche dans ce domaine en lui donnant un fondement spécifiquement économique : la maximisation de la jouissance humaine ou, ce qui revient au même, la maximisation du revenu national.

C – LE "PROBLEME ECONOMIQUE" COMME METHODE

18A tous ceux qui partagent son projet de découvrir l’ordre naturel, Quesnay expose une méthode de travail dans deux articles, "Problème économique" et "Second problème économique". Il veut, ainsi, donner "un exemple de la marche à suivre pour résoudre des questions économiques fort compliquées, et fort importantes à examiner et à développer dans la recherche des vérités immuables de l’ordre physique le plus avantageux aux hommes réunis en société"35. Pour découvrir des certitudes en matière économique, il propose une démarche qui allie rigueur démonstrative et exactitude et qu’il fonde, pour ce faire, sur le tableau économique. Car, "les effets, bons ou mauvais (de toute opération du gouvernement) se démontrent facilement et exactement dans toute leur étendue par le calcul assujetti à la formule du Tableau économique"36.

  1. La rigueur démonstrative.

  2. L’exactitude.

1 – La rigueur démonstrative :

19Quesnay propose à l’économiste un cheminement tel que la succession des différentes opérations de recherche soit conforme à une stricte observation des règles démonstratives et rende ainsi le raisonnement évident37. Il utilise le procédé du "problème", suivant ainsi le conseil donné par d’Alembert aux détenteurs de la science démonstrative par excellence, la géométrie : "Pour les esprits vraiment propres à cette science, pour ceux qui sont destinés à y faire des progrès, nous croyons qu’il n’y a qu’une seule manière de traiter les élémens (sic) ; c’est celle qui joindra la rigueur à la netteté, et qui en même tems mettra sur la voie des découvertes par la manière dont on y présentera les démonstrations. Pour cela il faut les montrer, autant qu’il est possible, sous la forme de problèmes à résoudre plutôt que de théorèmes à prouver"38. La question d’une possible distinction entre méthode d’investigation et méthode d’exposition n’a pas à être posée. "Si l’analyse est la méthode qu’on doit suivre dans la recherche de la vérité, elle est aussi la méthode dont on doit se servir pour exposer les découvertes qu’on a faites (...). Il semble que la meilleure manière d’instruire les hommes, c’est de les conduire par la route qu’on a dû tenir pour s’instruire soi-même39". L’ordre précis des opérations à effectuer pour résoudre un problème n’est pas donné par Quesnay : le plan de ses deux articles n’est pas identique. Cependant, il met en évidence des passages obligés : la formulation du problème et la déduction par le tableau.

20Le fondement de la rigueur démonstrative réside dans le tableau économique, "cette formule étonnante qui peint la naissance, la distribution et la reproduction des richesses, et qui sert à calculer avec tant de sûreté, de promptitude et de précision, l’effet de toutes les opérations relatives aux richesses40". Dans la résolution d’un problème, le tableau économique n’est pas utilisé comme définition de l’économie politique ou comme représentation d’un ordre naturel, mais comme un modèle permettant de prévoir l’impact de certaines dispositions essentielles de politique économique, par exemple l’instauration de la liberté du commerce international des produits agricoles (conter "Problème économique") ou l’abolition de la fiscalité indirecte au profit des prélèvements directs (confer "Second problème économique"). Plusieurs tableaux formalisent des ordres économiques dont les hypothèses de construction ne divergent que sur le point qui pose problème. Les résultats relatifs à la distribution et à la reproduction des richesses qu’ils induisent sont comparés et l’ordre le plus avantageux pour la société, celui qui maximise le revenu national, indique la politique à suivre. Ainsi, par itération, grâce à la multiplication du nombre de problèmes résolus, l’ordre naturel d’une société peut êtré mis en évidence. La recherche progressive de cet ordre est, avec l’instruction des administrateurs41, la fonction de l’économiste du XVIIIe siècle :

"que la nation soit instruite des lois générales de l’ordre naturel qui constituent le gouvernement évidemment le plus parfait (...). Il est nécessaire que ceux qui se destinent aux emplois de l’administration soient assujettis à l’étude de l’ordre naturel le plus avantageux aux hommes réunis en société. Il est encore nécessaire que les connaissances pratiques et lumineuses que la nation acquiert par l’expérience et la réflexion se réunissent à la science générale du gouvernement ; afin que l’autorité souveraine, toujours éclairée par l’évidence, institue les meilleures lois et les fassent observer exactement pour la sûreté de tous, et pour parvenir à la plus grande prospérité de la société"42.

21Pour faciliter la représentation des ordres économiques et la résolution des calculs par le tableau économique, Quesnay effectue une conversion préalable du problème posé en quelques idées simples : la bonne méthode pour découvrir la solution d’un problème – ou analyse – "n’offre jamais que peu d’idées à la fois et toujours dans la gradation la plus simple (...). Ce n’est point avec le secours des propositions générales qu’elle cherche la vérité : mais toujours par une espèce de calcul, c’est-à-dire en composant et en décomposant les notions pour les comparer, de la manière la plus favorable aux découvertes qu’on a en vue"43. Quesnay procède d’une part à l’élimination de certains aspects de la réalité jugés secondaires : ainsi, il ne s’arrête pas à une "observation parce qu’elle n’a pas paru nécessaire à la solution du problème qui revient toujours à l’état de la base de la reproduction quelconque, et parce que cela aurait augmenté la complication du calcul, et varié beaucoup l’ordre du tableau"44. Pour construire les hypothèses qui fondent les différents ordres qui doivent être comparés, il élabore d’autre part des notions suffisamment générales pour être intégrées dans un tableau. Cela suppose une investigation préalable très approfondie de la réalité. Il n’est pas sans importance de remarquer que les deux problèmes qu’a soulevés Quesnay ont été analysés avec précision par lui dans deux écrits antérieurs : les effets positifs de la liberté du commerce international des denrées agricoles ont été décrits dans l’article "Homme" et la fiscalité indirecte française a été étudiée dans l’article "Impôt". Grâce à cette investigation, il peut bâtir, par "composition" des notions spécifiques au problème posé et dont le degré de généralité est compatible avec celui des concepts fondamentaux du "Tableau économique" (dépenses productives, dépenses de revenu, dépenses stériles, avances annuelles). Par exemple, à la notion d’impôt direct qui est un des revenus possibles dans la représentation du tableau, doit correspondre une notion très générale d’impôt indirect :

"L’examen des effets de chacun de ces impôts indirects formerait l’objet d’un calcul particulier, rigoureusement assujetti aux données que présenteraient la plus ou moins grande complication de cet impôt, la plus ou moins grande quotité des frais de perception. Mais la réunion de ces divers impôts indirects, plus ou moins onéreux, formant une masse totale que l’on peut en général appeler l’impôt indirect, la réunion des frais de perception, et des autres surcharges que tous ces divers impôts entraînent par la suite, présente une autre masse que l’on peut appeler aussi en général les frais de l’impôt indirect, et dont la quotité, considérée relativement à la somme que le souverain retire de la totalité des impôts indirects, établit le taux moyen des frais de perception des impôts de ce genre. C’est l’impôt indirect, pris ainsi en masse et réduit à un taux moyen de frais et surcharges de perception que nous examinerons ici"45.

22La simplification proposée par Quesnay n’aboutit pas à la découverte des éléments Indécomposables, mais à la recomposition de la réalité de façon à faciliter le calcul et à mieux traduire l’ordre d’une société en apparence complexe : "Le simple n’est pas ce qui contient un plus petit nombre d’éléments. Un problème ou difficulté est plus simple quand on parvient à la solution par un plus petit nombre d’opérations différentes, et par suite, quand on applique un plus petit nombre de principes"46. Cette simplification ne se fait pas sans précaution. Chaque élimination et chaque recomposition est discutée grâce à un ample système de notes et d’observations où Quesnay démontre que les effets positifs ou négatifs mis en évidence par un tableau économique sont identiques, voire minimisés par rapport à ceux qui peuvent apparaître dans la réalité, car "nous aimons mieux rester au dessous que de nous trouver au dessus de la vérité"47.

2 – L’exactitude

23Pour être pertinente, la méthode doit garantir non seulement la rigueur démonstrative, mais aussi l’exactitude. L’analyse est "ennemie des principes vagues et de tout ce qui peut être contraire à l’exactitude et à la précision"48. Le calcul permet une bonne adéquation entre la pensée et son objet, car "une règle d’arithmétique soumet décisivement les hommes dans les disputes qu’ils ont entre eux sur leurs intérêts ; parce qu’alors leur calcul a un rapport exact et évident avec les objets qui les intéressent"49. Mais il ne suffit pas à prouver l’exactitude des résultats. Seule une excellente investigation alliée à celui-ci le permet :

"Il y a des gens qui croient que les sciences où le calcul est applicable, ne sont pas dans la recherche de la vérité de même nature que les autres sciences. Cependant les calculs ne sont ni causes ni effets ; ainsi ils ne sont jamais dans les sciences les objets de nos recherches. Or, dans toutes les sciences la certitude consiste dans l’évidence des objets. Si nous ne parvenons pas à cette évidence qui présente au calcul les faits ou les données susceptibles de compte et de mesure, le calcul ne rectifiera pas nos erreurs. Les sciences qui admettent le calcul ont donc la même base de certitude que les autres. Cette certitude, il est vrai, peut s’étendre par le calcul sur les quantités qui ne peuvent être supputées que par le calcul, et dans ce cas il est toujours en lui-même essentiellement infaillible, c’est-à-dire qu’il présente toujours infailliblement et conséquemment ou des erreurs ou des réalités, selon qu’on l’applique à des réalités ou à des erreurs. D’où suit que dans la recherche de la vérité par le calcul, toute la certitude est dans l’évidence des données"50.

24Les économistes contemporains de Quesnay critiquèrent violemment, et souvent avec justesse, le concept d’ordre naturel et sa place dans les écrits physiocratiques postérieurs au "Tableau économique". Grimm raille le retour à la pensée du XVIIe siècle que constitue pour lui "l’esprit de système" de la Secte. Galiani comparant les situations économiques de l’Angleterre, de la France, de la république genevoise, de la Hollande et des Etats pontificaux, démontre que l’ordre économique d’une nation à un moment donné de son histoire est unique. En "économie politique un seul changement fait une différence immense. Un canal (, ...) un port (, ...) une province acquise, une place perdue, une manufacture établie suffit pour obliger à changer le système entier d’un grand empire, relativement au commerce des blés"51. La bonne politique économique "est toujours celle qui convient à la constitution, aux forces et à la nature de chaque pays"52. L’ordre naturel, éternel et universel, n’existe pas.

25Cependant, malgré ses erreurs, ou plutôt à cause de ces erreurs, la physiocratie a pris, dans l’histoire de la pensée économique, une place déterminante, ouvrant "la brèche décisive, par où tout le progrès théorique ultérieur devait passer"53. En systématisant, la première, le concept d’ordre économique naturel, elle créé sa science sur les bases mêmes de l’économie politique du XIXe siècle54. En proposant une définition solidaire d’un objet de connaissance, d’un projet et d’une méthode scientifique, elle montre qu’en matière économique, la connaissance scientifique est possible.

II- LA GENESE DE L’ORDRE ECONOMIQUE NATUREL

26L’école physlocratlque, quand elle est opposée aux mouvements de pensée qui la précèdent, peut se caractériser non seulement par la cohésion de son système fondé sur l’ordre naturel, mais aussi par la brièveté de son histoire, la rapidité de son développement et de son déclin. Née en 1756 avec le premier essai économique de Quesnay (l’article "Fermiers" de "l’Encyclopédie"), elle a effectué sa découverte majeure ("le Tableau économique") seulement deux années plus tard. En 1768, tous les grands exposés méthodiques de sa pensée (La "Philosophie rurale", l’"Ordfe naturel et essentiel des sociétés politiques" et la "Physiocratie") ont été publiés. En 1774, alors que Turgot, Contrôleur Général des Finances, promulgue une loi sur la libre circulation des grains et qu’une idée force du programme physiocratique est ainsi reconnue officiellement, elle a "terminé la période active de son existence"55.

27Si la contradiction entre le développement industriel et la théorie de la "Secte", qui reconnaît comme unique source de richesses la grande agriculture, explique le déclin obligé de cette école, c’est l’état du système de pensée lui-même qui permet de comprendre son extrême rapidité. Représentation de l’ordre économique naturel, le "Tableau économique" est, dans la grille du savoir classique, la réponse achevée au projet scientifique de Quesnay. La seule recherche possible pour ses disciples est, désormais, la résolution de "problèmes économiques" afin d’étendre en portée et en précision la connaissance scientifique de l’ordre naturel. La physiocratie enferme ainsi l’économiste dans le rôle peu captivant de collecteur de données et d’enseignant.

28Quant à la rapidité étonnante qui caractérise la création du "Tableau économique", elle suppose que la condition essentielle d’une découverte de la cohérence de l’économie se situe en dehors du champs économique lui-même. Comme l’écrit Dumont, "une telle Idée holiste ne pouvait être atteinte au début de l’intérieur du point de vue économique lui-même – dans la mesure où ce dernier peut être considéré comme ayant existé avant l’invention de Quesnay – mais devait être dérivée de l’extérieur, devait résulter pour ainsi dire de la projection sur le plan économique de la conception générale de l’univers comme un tout ordonné"56.

29La découverte par Quesnay d’un ordre économique implique donc son adhésion préalable à une théorie de la connaissance affirmant l’existence d’un ordre du monde.

30Dans l’article "Evidence" du tome VI de "l’Encyclopédie", le volume où est aussi inséré son premier écrit économique, Quesnay expose une théorie de la connaissance d’un ordre naturel, éternel et universel. L’auteur y affirme, d’une part, que l’homme peut connaître avec certitude toute réalité qui lui est cause de sensations et d’autre part qu’il peut toujours ordonner le monde réel qui l’environne en fonction de l’intérêt immédiat ou à venir qu’il lui porte.

31Dans l’oeuvre de Quesnay, la démonstration de l’évidence de l’ordre naturel précède la représentation d’un ordre économique naturel : c’est la démarche usuelle du chercheur au siècle des lumières. "Puisque tout savoir dépend de l’esprit humain, l’étude de la portée et des limites de l’esprit humain constituera une connaissance de la connaissance, préalable à la division des sciences en secteurs particuliers. L’étude de l’instrument du savoir doit fournir une clé universelle pour la compréhension des formes diverses d’intelligibilité"57. C’est donc à la lumière de l’article "Evidence" qu’il faut comprendre comment doit être découvert l’ordre économique nature) et que peut être ainsi saisie la cohérence de l’oeuvre économique de Quesnay.

  1. L’évidence de l’ordre naturel

  2. La découverte de l’ordre économique naturel

A – L’EVIDENCE DE L’ORDRE NATUREL

32Trois visions ordonnatrices du monde sont présentes au XVIIIe siècle : la scolastique, le cartésianisme et le newtonianisme.

33Pour la scolastique, encore enseignée dans la plupart des universités françaises, notamment dans les facultés de médecine, il existe "un ordre du monde qui relève non de l’arbitraire de toutes puissantes décisions divines, mais des lois mêmes de l’être créé tel qu’il procède d’un dessein divin ordonné". Pour connaître cette volonté de Dieu, "il n’est d’autre moyen que de scruter les réalités de la nature, pour discerner les traces de sa sagesse, et, à la lumière de la foi, de découvrir dans l’histoire sainte les promesses et les gages d’un dessein cohérent de salut"58.

34Pour le cartésianisme, qui influence, par le biais de l’Académie des Sciences, le milieu scientifique français jusqu’au milieu du XVIIle siècle, l’intelligibilité qui a fait ses preuves en mathématique doit être généralisée à tous les domaines. "Il finit par devenir clair pour moi que seules les choses, et toutes les choses dans lesquelles c’est l’ordre ou la mesure qu’on examine, se rapportent à la mathématique, peu importe que cette mesure soit à chercher dans des nombres, des figures, des astres, des sons et quelque autre objet ; que par conséquent il doit y avoir une science générale qui explique tout ce qui est possible de rechercher touchant l’ordre et la mesure, sans assignation à quelque matière que ce soit ; et que cette science s’appelle (...) la mathématique universelle"59. La nature est "mathématisable" et la mathématique doit faire l’unité de la nature.

35Après 1750, tous les grands intellectuels français sont conquis par le paradigme newtonien. Il leur apparaît que l’homme est enfin arrivé à comprendre, grâce à la loi de l’attraction universelle, l’ordre même de l’univers. "C’était enfin le triomphe du savoir humain : la découverte d’un pouvoir de connaître égalant le pouvoir créateur de la nature. C’est ainsi que le XVIIIe siècle dans son ensemble a compris et apprécié l’oeuvre de Newton (...) il proclame inlassablement et avec insistance que Newton n’a pas donné seulement à la nature des règles fixes et durables mais aussi à la philosophie"60. De la pratique scientifique de Newton et des "Règles de philosophie" qu’il exposa dans les "Principes mathématiques de la philosophie naturelle", les scientifiques ont retenu deux préceptes fondamentaux : d’une part, la connaissance implique l’exposé de lois unlversélles, éternelles et formulables par les mathématiques ; d’autre part, la découverte d’un ordre n’est pas le résultat d’hypothèses, mais doit être démontrée dans les faits. Le cheminement de la pensée ne peut alors qu’être Inductif. "Nous ne pouvons commencer par des hypothèses générales sur la nature des choses pour en déduire par la suite la connaissance des effets particuliers ; nous devons au contraire mettre en tête de notre recherche la connaissance telle qu’elle nous est donnée dans l’observàtlon directe, pour tenter de parvenir ensuite, en nous élevant, jusqu’aux premières causes et aux éléments les plus simples du cours des choses"61.

36La théorie de la connaissance que propose Quesnay, parce qu’elle est née d’une réflexion sur sa pratique médicale, est inspirée des principes du newtonianisme, même si, par ailleurs, le docteur a refuté la loi de l’attractioh universelle dans l’"Essai physique sur l’économie animale".

37En effet, les règles méthodologiques de Newton ont trouvé dans le domaine médical un terrain privilégié pour leur mise en oeuvre. Elles ont permis de constituer, à l’encontre de la majorité du corps médical adepte de l’enseignement scolastique, un nouveau savoir qui paraît efficace :

"L’expérience et l’observation doivent seules nous guider ici. Elles se trouvent sans nombre dans les fastes des médecins qui ont été philosophes et non dans les philosophes qui n’ont pas été médecins. Ceux-ci ont parcouru, ont éclairé le labyrinthe de l’homme ; ils nous ont seuls dévoilés ces ressorts cachés dans les enveloppes qui dérobent à nos yeux tant de merveilles (...). Encore une fois, voilà les seuls physiciens qui aient droit de parler ici"62.

38Disciple du "véritable fondateur de la clinique"63 qu’est Boerhaave, Quesnay s’est illustré, notamment lors de la lutte de La Peyronie pour l’obtention d’un nouveau statut pour les chirurgiens, comme un défenseur acharné de cette nouvelle médecine solidaire de l’observation des malades et de l’expérimentation thérapeutique.

39Aussi, Quesnay réfute-t-il, dans sa théorie de la connaissance, les grandes conceptions métaphysiques liant l’univers des idées à celui de la réalité : la scolastique et l’innéisme cartésien. Il affirme, au contraire, que toute certitude, mise à part la foi, trouve directement son origine dans le monde matériel et que l’homme conçoit ceiui-ci comme un tout qu’il ordonne en fonction de son intérêt immédiat ou futur. Si chaque individu, instruit par son intelligence, agit en fonction de son "intérêt bien entendu", l’ordre réel de la société devient l’ordre le plus avantageux pour tous, l’ordre naturel.

  1. Le rejet des théories métaphysiques de l’ordre.

  2. La théorie sensualiste de l’évidence.

  3. L’intérêt et la connaissance de l’ordre naturel.

1 – Le rejet des théories métaphysiques de l’ordre

40Quesnay s’oppose à la fois à la logique scolastique et au rationalisme innéiste du XVIIIe siècle.

41Quesnay repousse les critères scolastiques de transcendance comme fondement d’une théorie de la connaissance. "Il y a deux sortes de certitude ; la foi et l’évidence. La foi nous apprend des vérités qui ne peuvent être connues par les lumières de la raison. L’évidence est bornée aux connaissances naturelles (...). L’évidence n’est pas dans la foi."64. En distinguant très nettement deux domaines de certitude, la foi qui se rapporte aux vérités révélées et l’évidence qui concerne les connaissances naturelles, Quesnay refuse de faire de la transcendance le levier de l’entendement. Il rejette aussi l’enseignement scolastique et sa logique qui freinent le développement des sciences, et de la médecine en particulier. "C’est notre langage, et surtout les fausses notions puisées dans la logique scolastique, qui nous en imposent. La logique des collèges a d’autres défauts, et surtout celui d’apprendre à convaincre par la forme des syllogismes. Une bonne logique ne doit être que l’art de faire apercévoir dans les sensations, ce que l’on veut apprendre aux autres ; mais ordinairement le syllogisme n’est pas, pour cet effet, la forme de discours la plus convenable"65.

42Quesnay combat également l’innéisme des grands systèmes rationalistes du XVIIe siècle. Pour Descartes, l’intuition est "une vision au sens propre du terme (...) elle n’appartient pas aux sens qui ne voient pas à proprement parler (...) mais à l’intelligence pure (...). Elle s’identifie avec cette lumière naturelle qui est tout entière en chacun"66. C’est sur cette intuition que la science fonde ses premières certitudes : il faut rechercher "ce dont nous pouvons avoir une intuition claire et évidente, ou ce que nous pouvons déduire avec certitude ; car ce n’est pas autrement qu’on en acquiert la science"67. Quesnay, comme ses contemporains, reconnaît à Descartes le mérite essentiel d’avoir porté des critiques décisives à l’encontre de la scolastique, mais il refuse de résoudre la question de la vérité scientifique en fondant la connaissance sur des idées que l’esprit porterait en lui a priori. Des idées innées "ne procureraient à l’âme aucune évidence de la réalité d’aucun être, ou d’aucune cause distincte de l’âme même (...). Les idées innées ou essentielles qu’on a voulu attribuer aux parties de la matière, ne leur procureraient aucune aperception d’objets extrinsèques, ni aucune connaissance réëlle"68. Certés, Quesnay construit sa théorie de la connaissance en partie sur des notions mises en oeuvre par Descartes, mais il leur donne un contenu différent. Ainsi, il propose cette première définition de l’évidence : "le terme évidence signifie une certitude si claire et si manifeste par elle-même, que l’esprit ne peut s’y refuser"69. Mais l’évidence n’est plus le lien entre des idées pures : elle "résulte nécessairement de l’observation intime de nos propres sensations"70.

2 – La théorie sensualiste de l’évidence

43Par sa théorie de l’évidence, Quesnay affirme que l’homme n’a besoin d’aucune médiation métaphysique pour connaître la réalité. Toute Idée naît d’impressions ou de sensations : "Nihil est in intellectu quod non antea fuerit in sensu"71. C’est sur cet axiome, conçu par les philosophes de l’Antiquité et admis par la plupart des grands théoriciens de la connaissance au milieu du XVIIIe siècle, que Quesnay bâtit sa deuxième définition de l’évidence : "j’entends par évidence, une certitude à laquelle il nous est aussi impossible de nous refuser qu’il nous est impossible d’ignorer nos sensations actuelles"72.

44Selon que les connaissances ont pour origine des impressions simultanées et actuelles ou une combinaison volontaire effectuée par l’esprit de sensations successives, sont distinguées les connaissances naturelles dues directement aux sensations, des connaissances indicatives, ou, pour reprendre la terminologie plus précise de d’Alembert, les connaissances directes des connaissances réfléchies. "On peut diviser toutes nos connaissances en directes et en réfléchies. Les directes sont celles que nous recevons immédiatement sans aucune opération de notre volonté (...). Les connaissances réfléchies sont celles que l’esprit acquiert en opérant sur les directes, en les unissant et en les combinant"73.

  1. La sensation, unique fondement de la connaissance objective.

  2. L’évidence indicative et la connaissance de la réalité.

a – La sensation, unique fondement de la connaissance objective

45Toutes les connaissances naturelles sont fondées sur deux types de sensations : les sensations affectives (impressions ponctuelles et perçues dans l’immédiat) et les sensations représentatives (combinaisons d’impressions simultanées et actuelles). "Ces deux sortes de sensations, je veux dire les sensations simplement affectives, et les sensations représentatives, forment toutes nos affections, toutes nos pensées, et toutes nos connaissances naturelles et évidentes"74.

– Les sensations affectives :

46"Les sensations séparées ou distinctes de l’image des objets, sont purement affectives ; telles sont les odeurs, le son, les saveurs, la chaleur, le froid, le plaisir, la douleur, la lumière, les couleurs, le sentiment de résistance, etc."75. Ces sensations ponctuelles s’impriment directement et immédiatement dans l’esprit sans que le sujet puisse les déformer. En effet, d’une part, celui-ci ne peut pas en modifier la nature : "l’être sensitif ne peut se causer à lui-même aucune sensation : il ne peut pas, par exemple, quand il sent du froid, se causer par lui-même la sensation de chaleur"76. D’autre part, il ne peut pas en altérer l’intensité : "l’être sensitif ne peut par lui-même ni changer, ni diminuer, ni augmenter, ni défigurer les sensations qu’il reçoit par l’usage actuel des sens"77. Cette impossibilité de modifier une sensation concerne aussi bien le produit des cinq sens que le sentiment de l’agréable et du désagréable : "l’être sensitif a des sensations désagréables dont il ne peut se délivrer (...) il voudrait en avoir d’agréables qu’il ne peut se procurer"78. "Il n’est donc que le sujet passif de ces sensations"79.

47Pour Quesnay, les sensations affectives sont donc une connaissance parfaitement objective. Pour étendre le champ de l’entendement humain, il lui faut prouver que les représentations que l’homme se construit du monde, ne sont finalement que des combinaisons instantanées de plusieurs sensations affectives.

– Les sensations représentatives ou les idées80 :

48Une sensation affective n’est pas suffisante pour que l’homme puisse se représenter le monde qui l’environne. Il lui est notamment impossible de penser de la sorte l’étendue. La distance qui sépare les objets semble même, de par sa nature, impossible à percevoir. "L’idée que j’ai de l’étendue d’une chambre représentée dans un miroir, et l’Idée que j’ai de l’étendue d’une chambre réelle, me représentent également de l’étendue ; parce que dans l’une et dans l’autre de ces deux idées, Il n’y a également que l’apparence de l’étendue"81. Cette dernière est pourtant indispensable à la représentation. Comment donc comprendre la perception correcte qu’a l’homme des objets et de leur distribution dans l’espace sans renier l’empirisme, sans faire appel, comme Descartes, aux idées innées de grandeur et d’étendue ? Pour Quesnay, il faut admettre l’existence d’un ordre capable de créer un rapport entre différentes sensations affectives simultanées et de former ainsi une sensation représentative d’étendue :

"Si on examine rigoureusement la nature des sensations représentatives, on apercevra qu’elles ne sont elles-mêmes que des sensations affectives réunies et ordonnées de manière qu’elles forment des sensations de continuité ou d’étendue (...). Il n’est pas nécessaire que les sensations qui la forment (l’idée représentative d’étendue) soient étendues ; il suffit qu’elles soient senties chacune en particulier distinctement et conjointement toutes ensemble dans un ordre de continuité"82.

49Que signifie cet ordre de continuité que Quesnay place au coeur de sa théorie de la représentation, mais qu’il ne définit pas ? Il semble que l’auteur reprenne, en ce domaine, l’explication des grands philosophes du siècle des lumières : par l’expérience, la conscience acquiert la possibilité de passer d’une sensation à une autre selon des règles bien déterminées, dont la nature n’est pas logique, mais empirique83.

50Une fois résolu le problème de l’idée d’étendue, il est possible de comprendre le fondement de toute représentation. "De l’idée représentative d’étendue, résultent celles de figure, de grandeur, de forme, de situation, de lieu, de proximité, d’éloignement, de mesure, de nombre, de mouvements, de repos, de succession, de temps, de permanences, de changements, de rapports, etc."84.

51Toute représentation découle donc des rapports que les sensations affectives entretiennent simultanément entre elles. La sensation représentative est, par conséquent, comme la sensation affective, une connaissance objective.

b – L’évidence indicative et la connaissance de la réalité

52De par leur nature éphémère, les sensations affectives et les sensations représentatives ne constituent pas des certitudes utiles à l’homme. Seule l’analyse de l’évidence indicative permet de comprendre comment peut se constituer un savoir à la fois durable et objectif.

– La nécessité des connaissances indicatives

53Bien qu’elles soient objectives, les sensations affectives et les sensations représentatives sont des connaissances qui n’ont pour l’homme aucune utilité réelle, car elles ne peuvent pas le guider lors des actions qu’il entreprend pour modifier le monde.

54Pour être utile, une connaissance doit d’abord pouvoir être conservée afin d’être employée dès que la nécessité s’en fait sentir : l’homme profite alors de son expérience. Or, "les sensations n’existent dans l’être sensitif qu’autant qu’elles l’affectent actuellement et sensiblement"85. Sitôt acquises, elles disparaissent. Pour être utile, un savoir doit d’abord concilier l’objectivité que seules permettent les sensations et un processus de conservation fiable. Ce dernier ne peut être régi que par la mémoire, "la faculté qui rappelle ou fait renaître les sensations"86.

55Mais, pour conduire l’action de l’homme, la raison tente surtout de repérer les rapports qui existent entre les phénomènes, les liaisons qui permettent à l’esprit de les rendre intelligibles, notamment le passage de la cause à l’effet. Le dépassement des limites de l’instant présent par la mémoire permet d’abord à l’homme de saisir la permanence de l’association de diverses sensations représentatives entre elles et la constance des rapports entre certaines sensations représentatives et des sensations affectives particulières :

"Les sensations affectives, que nous pouvons recevoir par l’usage des sens et de la mémoire, se correspondent ou se réunissent les unes aux autres, conformément à la représentation des objets corporels qu’elles nous indiquent. Si j’ai une sensation représentative d’un morceau de glace, je suis assuré que si je touche cette glace, j’aurai une sensation de dureté ou de résistance et une sensation de froid"87.

56L’homme peut alors appréhender les liens, essentiels pour la connaissance scientifique, qui existent entre les sensations et les objets qui en sont la cause :

"Nous éprouvons que les objets que nous appelons corps ou matière sont eux-mêmes dans l’ordre naturel les causes physiques de toutes les différentes idées représentatives, des différentes affections, du bonheur, du malheur, des volontés, des passions, des déterminations de notre être sensitif, et que ces objets nous instruisent et nous affectent selon les lois certaines et constantes. Ces mêmes objets, quels qu’ils soient, et ces lois sont donc dans l’ordre naturel des causes nécessaires de nos sentiments, de nos connaissances, et de nos volontés"88.

57Quesnay affirme ainsi l’existence d’un monde réel, source de toutes les connaissances humaines. Ainsi, "nulle intelligence ou nulle combinaison d’idées du présent et du passé, sans la mémoire"89. Nulle connaissance scientifique sans la mémoire, car qu’est ce que la science sinon "la mémoire régulière des connaissances" ?90.

58Quesnay doit donc introduire, à côté des sensations affectives et des sensations représentatives, objectives mais inutilisables en soi, une autre catégorie de connaissances, les connaissances Indicatives que constituent toutes les liaisons qui rendent la réalité compréhensible, notamment les rapports de cause à effet, et qui seules permettent à l’homme d’agir sur le monde :

"Il n’y a que nos sensations qui nous soient connues en elles-mêmes (...) toutes les autres connaissances que nous pouvons acquérir avec évidence ne nous sont procurées que par indication, c’est-à-dire par les rapports essentiels ou par les rapports nécessaires qu’il y a entre nos sensations et notre être sensitif, entre les sensations et les objets de nos sensations, et entre les causes et les effets (...). Deux sortes de rapports constituent l’évidence indicative ; les rapports essentiels consistent dans les liaisons des choses qui ne peuvent exister les unes sans les autres : tel est le rapport qu’il y a entre les effets et leurs causes, par exemple entre le mouvement et la cause motrice et pareillement aussi entre le mouvement et le mobile. Mais ces rapports essentiels ne se trouvent pas entre les causes et les effets, ni entre les sujets sur lesquels s’opèrent ces effets, et ces effets mêmes, ni entre le sujet et la cause ; car le mobile peut n’être pas mû, et la cause motrice peut aussi ne pas mouvoir : mais quand le mouvement existe, il établit, au moins alors un rapport nécessaire entre les uns et les autres ; et ce rapport nécessaire forme ainsi une évidence à laquelle nous ne pouvons nous refuser"91.

– Les conditions d’objectivité des connaissances indicatives

59L’homme arrive à connaître les relations qui lui rendront le monde intelligible, notamment les liaisons de cause à effet, grâce aux opérations intellectuelles fondamentales que sont les pouvoirs de distinguer, de comparer, de juger et de vouloir, et que permet la mémoire. Pour démontrer le caractère évident des connaissances indicatives, il faut prouver d’une part que tous les actes essentiels de l’esprit sont fondés sur les seules sensations, et d’autre part qu’il est toujours possible de vérifier l’exactitude des sensations mémorisées.

. La sensation, source unique des connaissances indicatives

60Les opérations intellectuelles qui, pour Quesnay, fondent les connaissances indicatives, principalement le discernement et le jugement, ne sont pas des qualités primitives de l’homme, mais des structures que celui-ci a acquises par l’expérience, grâce aux sensations affectives et représentatives qu’il a mémorisées. Ainsi, le discernement est possible grâce à la saisie des différences constantes qui existent entre certaines sensations. "Les sensations représentatives que l’âme reçoit par l’usage des sens, ont entre elles des différences essentielles et constantes qui nous instruisent sûrement de la diversité des objets qu’elles représentent (...). L’être sensitif distingue les sensations les unes des autres, par les différences que les sensations elles-mêmes ont entre elles. Ainsi le discernement, ou la fonction par laquelle l’âme distingue les sensations et les objets représentés par les sensations, s’exécute par les sensations mêmes"92. De même, juger "n’est autre chose qu’apercevoir et reconnaître les rapports, les quantités, et les qualités ou façons d’être des objets : or ces attributs font partie des sensations représentatives des objets (...). Il est donc évident que ce sont les sensations elles-mêmes qui produisent les jugements"93.

61La réflexion, comme la représentation est ainsi fondée sur une base objective, la sensation affective. Cette démonstration de l’origine unique de toute connaissance dans la sensation est inspirée des écrits des philosophes empiristes du XVIIIe siècle, notamment de Condillac, qui a voulu systématiser la critique lockienne de l’innéisme cartésien. En effet, si Locke, en stipulant la sensation comme première source de l’entendement humain a porté une critique essentielle au principe cartésien de l’idée innée, il a cependant maintenu, de fait, l’existence de l’innéisme grâce à l’autonomie qu’il a accordé aux actes de l’esprit et n’a donc pas pu prouver l’objectivité des connaissances réfléchies. "Il n’a pas soupçonné qu’elles pourraient tirer leur origine de la sensation même"94.

. La fiabilité de la mémoire

62Réflexion et représentation n’ont donc qu’un seul fondement, la sensation. Mais l’articulation de diverses sensations que suppose la connaissance indicative est plus complexe que celle nécessitée par la représentation. Il faut ordonner non seulement des sensations affectives entre elles, mais aussi diverses sensations représentatives. Surtout, la perception des liaisons entre les sensations n’est pas immédiate, mais se déroule dans le temps grâce à la mémoire.

63Or, de par sa nature, la mémoire n’est pas parfaitement fiable. En effet, "la mémoire ou la faculté qui rappelle ou fait renaître les sensations, n’appartient pas essentiellement à l’être sensitif"95 qui, seul, perçoit correctement les sensations. Elle "est une faculté ou cause corporelle et conditionnelle qui consiste dans l’organisation des animaux : car la mémoire peut être troublée, affaiblie, ou abolie par les maladies ou les dérangements de ces corps"96. Son imperfection explique l’imbecillité ; son dérèglement le rêve, la folie et la passion. Bref, "l’intelligence de l’être sensitif est assujettie aux différents états de perfection et d’imperfection de la mémoire"97.

64L’homme a, cependant, la possibilité de vérifier la véracité des sensations qu’il a mémorisées. Lorsqu’un objet procure dans l’immédiat une sensation que l’homme a déjà eu l’occasion de mémoriser, Il distingue sans risque d’erreurs les sensations affectives et représentatives qui l’affectent actuellement de celles qui lui sont rappelées par la mémoire et les compare. Il peut renouveler l’opération à volonté puisque les "objets nous instruisent et nous affectent selon les lois certaines et constantes"98. Ainsi,

"nous éprouvons continuellement, par l’exercice alternatif des sens et de la mémoire sur les mêmes objets que la mémoire ne nous trompe pas, lorsque nous nous ressouvenons que ces objets nous sont connus par la voie des sens (...). Mes sens m’assurent donc alors de la fidélité de la mémoire, et il n’y a réellement que l’exercice de mes sens qui puisse m’en assurer : ainsi l’exercice de nos sens est le principe de toute certitude, et le fondement de toutes nos connaissances. La certitude de la mémoire dans laquelle consiste toute notre intelligence, ne peut donc être prouvée que par l’exercice des sens"99.

– Les vérités réelles et Idéales

65Tant qu’elle peut être mise en rapport avec un objet précis du monde réel, une connaissance est parfaitement objective. "Les vérités réelles sont celles qui consistent dans les rapports exacts et évidents qu’ont les objets réels avec les sensations qu’ils procurent (... et) la certitude de nos connaissances naturelles ne consiste donc que dans l’évidence des vérités réelles"100. Parce qu’il peut réunir "dans chaque instant et toujours les connaissances détaillées, distinctes et complètes de tous les êtres réels et de toutes leurs dépendances"101, Dieu seul connaît avec certitude le monde réel dans sa totalité.

66Au contraire, l’homme, du fait de son esprit borné, peut être obligé de recourir aux Idées abstraites. "L’esprit qui ne peut être affecté que de fort peu de sensations distinctes à la fois, réunit et confond ensemble les qualités qui l’affectent de la même manière, et se forme de ces qualités, qui existent réellement et séparément dans chaque être, une idée uniforme et générale"102. Les vérités idéales qui en découlent ne portent donc que sur "les rapports que les sensations ont entre elles, séparément des objets réels de ces sensations"103 et peuvent, de ce fait, mener à l’erreur. "Ce sont les idées factices et les idées abstraites générales qui font méconnaître l’évidence, et qui favorisent le pyrrhonisme ; parce que les hommes livrés sans discernement à des idées factices-, à des idées abstraites générales, et à des idées telles qu’ils les ont reçues par l’usage des sens, tirent de ces diverses Idées des conséquences qui se contrarient"104.

67Toute connaissance à la fois utile à l’homme et objective trouve ainsi son origine dans le monde réel : "Les objets sensibles sont le fondement de nos connaissances, de notre mémoire, de notre intelligence, de nos raisonnements, et la source de toute évidence"105. S’il s’en tient aux vérités réelles, l’homme a du monde qui l’entoure, par l’évidence indicative, une connaissance objective. Reste à comprendre comment il articule ses certitudes et quelle est sa vision du monde qui en résulte.

3 – L’intérêt et la connaissance de l’ordre naturel

68La connaissance indicative suppose l’articulation dans le temps de plusieurs sensations affectives ou représentatives dont certaines sont rappelées à l’âme par la mémoire. Or, à une sensation peuvent être liées a priori de nombreuses sensations mémorisées. Il est fondamental que la théorie de la connaissance explicite le critère qui justifie l’oubli de certaines sensations et l’évocation des autres, car c’est lui qui détermine la vision que l’homme a du monde.

69Pour Quesnay, l’homme, comme l’animal, cherche instinctivement à éviter ce qui lui cause des désagréments pour ne retenir que ce qui lui procure des avantages. L’ordre logique de ses idées est donc déterminé par son intérêt, lui-même fonction de ce qui lui paraît le plus profitable à sa conservation. Cependant, soit par passion, soit par inaptitude à percevoir indéfectiblement ce qui lui est réellement bénéfique à long terme, l’individu ne conforme pas exactement son comportement à celui que nécessiterait son intérêt bien compris. L’ordre social réel n’est donc pas l’ordre physique et moral le plus avantageux aux hommes vivant en société. De cette distance, naît le projet scientifique de découvrir l’ordre naturel et d’indiquer les moyens qui permettront sa mise en place effective.

  1. L’intérêt et l’ordre logique des idées,

  2. La connaissance de l’ordre naturel.

a – L’intérêt et l’ordre logique des idées

70Dans son rapport immédiat avec le monde réel, l’homme est saisi par de nombreuses sensations affectives et représentatives. Par la considération qu’il porte à certaines d’entre elles, il effectue une sélection objective. En effet, l’attention met en évidence les données sensibles qui concernent directement l’individu, ses besoins et ses Inclinations, au détriment des autres. Elle privilégie, pour ce faire, parmi les sensations affectives les sensations d’agrément et de désagrément :

"Nous voulons jouir des objets qui nous causent des sensations agréables, et nous voulons éviter ceux qui nous causent des sensations désagréables ; parce que les sensations agréables nous plaisent et que nous sommes lésés par les sensations désagréables ou douloureuses : en sorte que notre bonheur ou notre malheur ri’exlste que dans nos sensations agréables ou désagréables. C’est donc dans les sensations que consiste, dans l’ordre naturel, tout l’intérêt qui forme nos volontés ; et les volontés sont elles-mêmes de l’essence des sensations"106.

71De même, c’est l’Intérêt qui oriente le souvenir, qui rappelle à l’âme certaines sensations et qui interdit la remémorisation des autres :

"Les sensations ont entre elles par la mémoire une multitude de rapports que l’âme aperçoit, qui lient diversement toutes les sensations les unes aux autres, et qui, dans l’exercice de la mémoire, les rappellent à l’âme, selon l’ordre dans lesquelles elles l’intéressent actuellement (...). On a de la peine à comprendre comment le mécanisme corporel de la mémoire fait renaître régulièrement à l’âme, selon son attention, les sensations par lesquelles elle exerce dans la remémorisation ses fonctions intellectuelles. Cependant, ce mécanisme de la mémoire peut devenir intelligible en le comparant à celui de la vision"107.

72Aussi est-ce en fonction de son seul intérêt que l’homme, dans ses réflexions, élimine, conservé ou articule toute sensation, qu’elle soit affective ou représentative, immédiate ou mémorisée : par les sensations affectives d’agrément ou de désagrément incluses dans les représentations que l’individu se fait du monde, Il peut percevoir objectivement ce qui lui est le plus bénéfique. Les opérations fondamentales de l’esprit, notamment la recherche et l’examen, sont donc orientées par le "profit". Lors d’une recherche, "chaque sensation en appelle une autre, par les rapports qu’elles ont ensemble, et par l’Intérêt qu’elle réveille, en sorte que l’induction et l’ordre de la remémoration ne sont que les effets des sensations mêmes108”. Pareillement, quand il doit prendre une décision, l’homme examine au préalable les avantages et désavantages des actions qu’il peut mener en vue de déterminer son véritable intérêt :

"L’examen n’est qu’une remémoration volontaire, dirigée par quelque doute Intéressant : alors l’esprit ne peut se décider qu’après avoir acquis par les différentes sensations qui lui sont rappelées, les connaissances dont il a besoin pour s’instruire, ou pour apercevoir le résultat ou la totalité des avantages et des désavantages, qui peuvent, dans les délibérations, le décider ou le déterminer à acquiescer ou à se désister"109.

73Si, d’une part, l’homme a de la réalité une connaissance évidente ou certaine, notamment si ses sensations affectives d’agrément ou de désagrément sont véritablement objectives, et si, d’autre part, son instinct l’oblige à ordonner ses idées en fonction de son intérêt, il perçoit avec certitude l’ordre physique qui lui est immédiatement le plus avantageux et agit en conséquence :

"Il y a une correspondance certaine entre les corps et les sensations qu’ils nous procurent, entre nos sensations et les divers effets que les corps peuvent opérer les uns sur les autres, et entre les sensations présentes et les sensations qui peuvent naître en nous par tous les différents mouvements et les différents effets de corps : d’où résulte une évidence ou une certitude de connaissances à laquelle nous ne pouvons nous refuser, et par laquelle nous sommes continuellement instruits des sensations agréables que nous pouvons nous procurer, et des sensations désagréables que nous voulons éviter. C’est dans cette correspondance que consistent, dans l’ordre naturel, les règles de notre conduite, nos Intérêts, notre science, notre bonheur, notre malheur et les motifs qui forment et dirigent notre volonté"110.

74Si chaque personne agit "évidemment" en fonction de son profit et si les intérêts individuels ne sont pas opposés les uns aux autres, doit s’établir spontanément l’ordre physique et moral le plus avantageux aux hommes vivant en société.

b – La connaissance de l’ordre naturel

75SI l’homme est capable de déterminer correctement son intérêt et s’il agit en conséquence, Il est inutile d’établir un projet scientifique visant à réformer l’ordre social : il est voué à l’échec. L’ordre réel de la société est spontanément l’ordre physique et moral le meilleur. L’ordre naturel n’est pas à découvrir ; il est.

76Cependant force est de constater que l’ordre qui s’instaure dans une société n’est pas un ordre naturel. La diversité même des institutions humaines révèle différentes facettes de la méconnaissance de l’intérêt bien entendu de l’homme. Quesnay explique cette différence d’abord par la passion des personnes dont le mécanisme des sens et de la mémoire est partiellement déréglé. De plus, il remarque que l’individu ne perçoit pas toujours ce qui est réellement avantageux pour son avenir. Ses propres sensations entrent alors en conflit et son intérêt s’oppose à celui des autres.

77Pour déterminer son véritable profit, son "intérêt bien entendu", l’homme doit se laisser instruire par sa "liberté morale ou d’intelligence", celle-là même qui lui permet de découvrir "les vérités fondamentales des sciences (... et) les lois qui dirigent l’esprit dans le progrès des connaissances"111.

– La passion et la détermination conflictuelle de l’intérêt immédiat

78Outre l’imbécillité, le rêve et la folie, le dérèglement de la mémoire provoque la passion :

"Lorsque le mécanisme des sens et de la mémoire cause quelques sensations affectives, trop vives et trop dominantes, ces sensations forment des goûts, des passions, des habitudes qui subjuguent la raison ; on n’aspire à d’autre bonheur qu’à celui de satisfaire des goûts dominants et des passions pressantes. Ceux qui ont le malheur d’être, par la mauvaise organisation de leurs corps, livrés à des sentiments ou sensations affectives, trop vives ou habituelles, s’abandonnent à des dérèglements de conduite, que leur raison ni leur intérêt bien entendu ne peuvent réprimer. Leur intelligence n’est uniquement occupée qu’à découvrir les ressources et les moyens de satisfaire leurs passions. Ainsi, le dérèglement moral est toujours accompagné du dérèglement d’intelligence"112.

79Quand les hommes sont assujettis aux penchants du corps, ils ne diffèrent pas essentiellement des animaux. "A ne consulter que l’évidence, la raison elle-même assujettie aux dispositions du corps, ne paraîtrait pas essentielle aux hommes, parce qu’il y en a qui sont plus stupides, plus féroces, plus insensés que les bêtes ; et parce que les bêtes marquent dans leurs déterminations, le même discernement que nous observons en nous-mêmes, surtout dans leurs déterminations relatives au bien et au mal physiques"113. Tant qu’ils sont soumis à la seule liberté animale, ils vivent un "conflit de sensations affectives qui bornent l’attention de l’âme à des passions illicites, et aux peines qui y sont attachées, c’est-à-dire au bien et au mal physiques"114. L’homme passionné est alors source de désordres, car il est limité à ses obsessions immédiates.

80Cette conception de la passion comme perturbation de l’âme et comme source de désordre est proche de la pensée du XVIIe siècle, alors que les philosophes contemporains de Quesnay en ont fréquemment une appréciation plus positive. Là où le docteur perçoit un comportement irrationnel, Rousseau voit la conduite normale de l’homme et en déduit l’Innoportunité pour l’économiste de rechercher les lois de l’ordre naturel. Il écrit ainsi à Mirabeau :

"Comment des philosophes qui connoissent le coeur humain peuvent-ils donner à cette évidence tant d’autorité sur les actions des hommes, comme s’ils ignoroient que chacun se conduit très rarement par ses lumières et très fréquemment par ses passions (...). Presque tous les hommes connoissent leurs vrais intérêts, et ne les suivent pas mieux pour cela. Le prodigue qui mange ses capitaux, sait parfaitement qu’il se ruine, et n’en va pas moins son train ; de quoir sert que la raison nous éclaire quand la passion nous conduit ?"115.

81Mais passionné ou non, l’homme discerne souvent difficilement son intérêt véritable. Il perçoit toujours son profit immédiat grâce aux sensations affectives instantanées d’agrément et de désagrément ; par contre, il détermine mal son intérêt à plus long terme, son intérêt "bien entendu", malgré ses recherches et ses "examens" :

"L’êtré sensitif aperçoit par les différentes sensations qui produisent en lui des volontés actuelles, souvent opposées, qu’il peut se tromper dans le choix quand il n’est pas suffisamment instruit ; alors il se détermine par ses sensations mêmes à examiner et à délibérer avant que d’opter et de se fixer décisivement à la jouissance des objets qui lui sont plus avantageux, ou qui l’affectent plus agréablement. Mais souvent ce qui est actuellement le plus agréable n’est pas le plus avantageux pour l’avenir ; et ce qui intéresse le plus, dans l’instant du choix, forme la volonté décisive dans les animaux, c’est-à-dire la volonté sensitive dominante, qui a son effet exclusivement aux autres"116.

– La liberté intellectuelle et l’intérêt bien entendu

82L’homme perçoit avec précision les sensations immédiates d’agrément et de désagrément que lui procure le monde qui l’environne. Aussi, lorsqu’il doit effectuer un choix avant d’agir, certaines de ces affectations Immédiates peuvent d’une part s’opposer les unes aux autres et d’autre part éclipser les sensations que rappelle la mémoire. L’homme détermine alors difficilement son véritable intérêt, surtout si le profit immédiat est contraire au bénéfice futur. De ces oppositions et des conséquences qui en résultent – notamment l’apparition de conflits d’intérêts entre les personnes – naît un ordre réel qui ne procure à personne la jouissance maximale qu’il lui serait possible d’atteindre. C’est l’écart entre la pratique sociale réelle de l’homme et la connaissance possible de son "intérêt bien entendu" qui fonde le projet scientifique de la découverte de l’ordre naturel.

83L’homme peut pressentir l’existence possible d’un ordre social meilleur que celui qu’il vit lorsqu’il s’interroge sur la cause première de ses connaissances. En effet, toute réalité qui lui occasionne une sensation agit par le mouvement. Or ce n’est pas la matière qui est la source de sa propre mobilité : celle-ci se transmet d’un objet à un autre et se présente par conséquent comme extérieure aux choses. Pour comprendre véritablement l’origine des connaissances, il est donc nécessaire de déterminer la cause primitive de tous les mouvements. Quesnay reprend, à cette fin, l’idée aristotélicienne du "premier moteur immobile" : le mouvement du monde est impulsé par l’Etre suprême :

"Nous sommes assurés par nos sensations, que ces sensations elles-mêmes, tous les effets et tous les changements qui arrivent dans les corps, sont produits par une première cause (...) qui vivifie tous les corps vivants (...). Ainsi on ne doit point chercher dans le corps ni dans l’âme, ni dans le composé de l’un et de l’autre, la forme constitutive de l’homme moral, c’est-à-dire du principe actif de son intelligence, de sa force d’intention, de sa liberté, de ses déterminations morales, qui le distinguent essentiellement des bêtes. Ces attributs résultent de l’acte même du premier principe de toute intelligence et de toute activité ; de l’acte de l’Etre suprême"117.

84Pour Quesnay, cette idée de l’existence d’un Etre suprême est une idée "abstraite", car elle n’a aucun rapport exact et évident avec des objets réels : elle naît d’un enchaînement de sensations entre elles. Cependant, l’idée n’est pas "factice", car elle est le résultat d’une recherche dont l’expérience est le point de départ : elle tire son autorité d’une nécessité causale due à l’incapacité dans laquelle se trouve l’homme de rendre compte directement de l’origine du mouvement118. Néanmoins, la théorie de la connaissance de Quesnay, si elle nécessite l’existence de l’Etre suprême pour fonder sa cohérence, diffère radicalement de la scolastique : toute référence à la Révélation et à l’histoire du peuple de Dieu est inutile pour comprendre le monde.

85Cause primitive du mouvement, des sensations et par là de l’intelligence humaine, l’Etre suprême ne peut agir qu’avec intelligence sur l’homme et sur le monde :

"Une cause dont les actes produisent et constituent les actes mêmes de notre puissance, de notre intelligence, est nécessairement elle-même puissante et intelligente ; et ce qu’elle exécute avec intelligence, est de même nécessairement décidé avec connaissance et avec – intention. Nous ne pouvons donc nous refuser à l’évidence de ces vérités que nous observons en nous-mêmes, et qui nous prouve une puissance, une intelligence, et des intentions décisives dans tout ce que cette première cause exécute en nous et hors de nous"119.

86Il apparaît donc comme certain à l’homme croyant que s’il ne fait pas obstacle aux actes de l’intelligence divine, notamment par ses passions, s’il laisse s’exprimer l’intention profonde de l’Etre suprême, il vivra selon son intérêt véritable. Si chacun agit de même, pourra alors s’instaurer un ordre social meilleur que celui qu’il subit.

87Pour contribuer au progrès de la société, l’homme doit en conséquence se laisser interroger par sa foi :

"La foi nous enseigne que la sagesse suprême est elle-même la lumière, qui éclaire tout homme venant en ce monde ; que l’homme par son union avec l’intelligence par essence, est élevé à un plus haut degré de connaissance qui le distingue des bêtes ; à la connaissance du bien et du mal moral, par laquelle il peut se diriger avec raison et équité dans l’exercice de sa liberté ; par laquelle il reconnaît le mérite et le démérite de ses actions, et par laquelle il se juge lui-même dans les déterminations de son libre arbitre, et dans les décisions de sa volonté"120.

88L’homme guidé par sa foi est capable d’acquérir un niveau de connaissances auquel ne peuvent prétendre les êtres assujettis à leurs seules sensations comme le sont les animaux et les hommes passionnés. En effet, lorsqu’il souscrit à l’idée abstraite de l’existence d’un Etre suprême qui agit en lui et en dehors de lui avec intention et intelligence, il se donne les moyens de dépasser la connaissance de son intérêt immédiat pour découvrir son intéref véritable. En premier lieu, il sait que pour être "bien entendu", son intérêt ne doit pas entrer en contradiction avec celui d’un autre, car le monde procède d’une intention unique et l’idée que l’Etre suprême puisse vivre en lui-même des conflits est inadmissible. Ensuite, il est sûr que, si l’Etre suprême agit sur le monde avec intelligence, l’évaluation comparative des avantages et des inconvénients immédiats et futurs de ses actions possibles doit donner un résultat sans équivoque, pour peu qu’il arrive à prendre du recul par rapport à la réalité immédiate. C’est pourquoi, l’exercice de sa liberté morale, ou liberté intellectuelle, au contraire de la liberté animale, requiert avant tout l’interrogation ou la question : elle interrompt le processus de décision pour l’obliger à bien examiner les tenants et les aboutissants de ses choix et à ne pas se laisser emporter par sa spontanéité :

"C’est dans cet état d’intelligence et dans la force d’intention, que consiste le libre arbitre, considéré simplement en lui-même. Ce n’est du moins que dans ce point de vue que nous pouvons l’envisager et le concevoir, relativement à nos connaissances naturelles ; car c’est l’intelligence qui s’oppose aux déterminations animales et spontanées, qui fait hésiter, qui suscite, soutient et dirige l’intention, qui rappelle les règles et les préceptes qu’on doit observer, qui nous instruit sur notre intérêt bien entendu, qui intéresse pour le bien moral"121.

89Après examen de la situation, l’homme va agir soit selon son intérêt immédiat, et il se sera décidé sous l’emprise des sensations, soit selon son intérêt véritable et il se sera conformé aux lumières de sa raison car ’les motifs naturels sont de deux sortes : instructifs et affectifs ; les motifs Instructifs nous déterminent par les lumières de la raison ; les motifs affectifs nous déterminent par le sentiment actuel"122.

90Pour parvenir à l’ordre naturel, la société peut, elle aussi, aider l’homme à se déterminer selon ses motifs instructifs. C’est dans ce but qu’elle édicte des règles qui récompensent, si besoin est, les individus qui agissent selon leurs intérêts véritables et qui obligent, autant que faire se peut, les passionnés à "rentrer dans l’ordre" :

"Dans l’exercice tranquille de la liberté, l’âme se détermine presque toujours sans examen et sans délibération, parce qu’elle est instruite des règles qu’elle doit suivre sans hésiter. Les usages légitimes établis entre les hommes qui vivent en société, les préceptes et les secours de la religion, les lois du gouvernement qui intéressent par des récompenses ou par des châtiments, les sentiments d’humanité, tous ces motifs réunis à la connaissance intime du bien et du mal moral, à la connaissance naturelle du premier principe auquel nous sommes tous assujettis, et aux connaissances révélées, forment des règles qui soumettent les hommes sensés et vertueux.
La loi naturelle se présente à tous les hommes, mais ils l’interprètent diversement ; il leur faut des règles positives et déterminées pour fixer et assurer leur conduite. Ainsi les hommes sages ont peu à examiner et à délibérer sur leurs intérêts dans le détail de leurs actions morales ; dévoués habituellement et à la nécessité de la règle, ils sont immédiatement déterminés par la règle même.
Mais ceux qui sont portés au dérèglement par des passions vives et habituelles, sont moins soumis par eux-mêmes à la règle qu’attentifs à la crainte de l’infamie et des punitions attachées à l’infraction de la règle (...). C’est pourquoi on est obligé dans l’ordre naturel de recourir aux punitions et aux châtiments les plus rigoureux, pour contenir les hommes pervers"123.

– Les principes de la découverte de l’ordre naturel

91L’établissement de règles sociales efficaces, qui permettent à la fois d’instruire le sage sur son véritable intérêt et de contraindre le passionné à ne pas perturber l’ordre social, justifie, à elle-seule, la création d’une science dont le projet serait la découverte de l’ordre social le plus avantageux aux hommes vivant en société. De plus, la science peut permettre à l’homme sensé de comprendre le bien-fondé de ces règles et d’agir en toute connaissance de cause. Pourquoi le médecin de Mantes, qui signa en 1725 une pétition en faveur de la taxation des produits importés124, ne pourrait-il pas un jour comprendre son véritable intérêt, à savoir la suppression des impôts indirects et la création d’un impôt unique sur le produit net ?

92Si Quesnay propose, sous la forme du "problème économique", une méthode capable d’étendre et de préciser le champ des connaissances de la science de l’ordre naturel, il n’a, par contre, jamais exposé le programme définissant la suite des opérations qu’il a jugée nécessaire pour découvrir cet ordre. Conformément au système de pensée du dix-huitième siècle, c’est dans les "connaissances naturelles, primitives, évidentes"125 décrites dans l’article "Evidence" qu’il faut retrouver les principes qui ont guidé le docteur dans sa recherche : la nécessité de l’investigation de la réalité, la détermination du profit le plus élevé de chaque individu et la démonstration de la cohérence des intérêts bien entendus.

931°) Quelque soit son projet, le scientifique qui explore un nouveau domaine d’investigation ne doit pas partir d’hypothèses a priori, mais doit commencer par bien connaître la réalité. Lorsque, parfois, Quesnay réprouve "l’expérience", il fustige l’habitude, ennemie du progrès scientifique ; mais il ne désapprouve pas l’observation :

94"Nous sommes assurés par l’expérience que les corps agissent les uns sur les autres (...)"126.

95Pour Quesnay, la connaissance scientifique parfaite n’est constituée que de vérités réelles : seules, les liaisons exactes entre la réalité et les sensations qu’elle procure sont évidentes. Cette proposition restreint considérablement le champ d’analyse de l’homme de science et apparaît même contradictoire avec sa volonté de déterminer des règles de portée générale. Il est donc obligé de raisonner avec des idées abstraites : "L’esprit ne conçoit les idées sommaires ou générales que pour éviter un détail d’idées particulières dont il ne peut être affecté distinctement en même temps"127. Mais il faut à tout prix éviter que ces Idées ne soient "factices", n’aient "aucun rapport avec les objets, tels qu’on les a aperçus par l’usage des sens"128. Pour ce faire, il convient d’une part, de construire les idées abstraites à partir de l’expérience, à partir d’observations très précises de la réalité et d’autre part, de réduire, à chaque fols qu’il est nécessaire, l’idée abstraite à une réalité :

"On ne peut pas les ramener (les idées abstraites) à l’évidence, qu’en les assujettissant rigoureusement aux vérités réelles ; c’est-à-dire aux sensations des objets telles qu’on les a reçues par l’usage des sens. Alors toute idée factice disparaît, et toute idée sommaire ou générale se réduit en sensations particulières"129.

962°) Le scientifique dont le projet est de découvrir l’ordre naturel doit aussi, à partir de sa connaissance très précise de la réalité, repérer l’intérêt bien entendu de chaque individu lors de chacun de ses choix, car, comme le remarque Diderot, "l’intérêt est le grand instituteur"130.

97Pour ce faire, le chercheur contruit, pour chaque type de décision individuelle, la balance des avantages et des Inconvénients de chacune des solutions possibles et détermine ainsi un "profit" maximum. L’avantage spécifique du scientifique par rapport à l’homme d’action réside dans le recul qu’il lui est possible d’avoir par rapport à la réalité : comme il n’est pas directement concerné par la décision à prendre, il n’est pas dominé par ses sensations immédiates d’agrément et de désagrément. Par contre, parce qu’il est extérieur au monde qu’il étudie, Il peut aisément divaguer. "Les savants beaucoup plus livrés à la méditation, se forment une multitude d’idées factices et d’idées générales qui les égarent continuellement"131.

98Le chercheur doit donc s’astreindre à une démarche inductive stricte. A cette seule condition, il peut utiliser des idées sommaires pour classifier les individus en fonction de leurs véritables intérêts :

"Relativement aux bornes de l’esprit, les idées sommaires sont nécessaires ; elles classent et mettent en ordre les sensations particulières, elles favorisent et règlent l’exercice de la mémoire (... Les sensations particulières des objets) renaissent avec ordre, lorsque nous voulons examiner ces objets pour les connaître exactement"132

993°) Enfin, en prouvant que les intérêts bien entendus de chaque classe ne sont pas contradictoires les uns avec les autres, le scientifique met en évidence l’intelligence et l’intention unique de l’Etre suprême et donc l’existence d’un ordre naturel.

B – LA DECOUVERTE DE L’ORDRE ECONOMIQUE NATUREL

100De 1756 à 1768, la méthode utilisée par Quesnay pour exposer ses analyses économiques s’est profondément transformée. Il est, par exemple, remarquable de constater que dans ses premiers écrits économiques, les articles destinés à être publiés dans l’"Encyclopédie", l’argumentation a pour fondement la connaissance approfondie de certaines réalités de l’économie française : dans l’article "Fermiers", le docteur compare avec précision les coûts et les recettes attendues de la culture de quarante arpents de terrain, selon qu’ils sont travaillés à l’aide de boeufs ou de chevaux, puis il estime, compte tenu de la superficie et de la fertilité des terres, le niveau moyen de production céréalière qu’il serait possible d’atteindre en France. A l’inverse, les dernières publications de Quesnay, notamment celles qui sont éditées dans "Physiocratie" par Dupont de Nemours, sont des constructions où la rigueur démonstrative l’emporte sans conteste sur la recherche de l’exactitude.

101De nombreux historiens de la pensée physiocratique ont constaté divers aspects de cette "rupture" méthodologique. Cependant, les trop rares interprétations de cette réalité invoquent souvent une cause extérieure à la démarche scientifique du docteur, par exemple l’ascendant de son sectarisme ou l’influence de ses disciples. Ainsi, pour Salleron, il faut percevoir, dans ses articles pour l’"Encyclopédie", une

"pensée qui se cherche et peu à peu se trouve. Il (Quesnay) n’a pas encore l’esprit "sectaire" (...). Mais ce libéralisme ne sera qu’un péché de jeunesse- une jeunesse sexagénaire. Soit durcissement de l’âge, soit conscience que le dogmatisme seul entraîne l’opinion, Quesnay, en peu d’années, fixera son vocabulaire et son intransigeance"133.

De même, pour Dockès,
"durant les premières années de l’Ecole, tout au moins à l’époque de l’élaboration de sa théorie, la méthode de Quesnay est inductive. Plus tard, sous l’influence de ses disciples plus orthodoxes souvent que leur maître, Quesnay renonçait à l’analyse positive pour une méthode essentiellement déductive, analogue à celle d’auteurs comme Dupont ou Mercier de la Rivière qui avaient reçu comme un dogme les idées de Quesnay et interprété le monde à la lumière de sa théorie"134.

102Certes, il ne faut pas nier l’importance de ces influences qui ont pu modifier là pensée de Quesnay durant sa maturation. Pourtant, il est, avant tout, nécessaire de chercher, au-delà des ruptures, s’il existe conjointement à l’unité du projet scientifique, une unité méthodologique, une continuité dans la démarche qui aurait permis au docteur de prouver l’existence de l’ordre le plus avantageux aux hommes vivant en société.

103L’oeuvre économique de Quesnay est un produit de la pensée scientifique du dix-huitième siècle et comme telle empreinte de la méthode analytique et d’une certaine conception de la métaphysique. Ainsi replacée dans son contexte, l’évolution méthodologique des écrits du docteur apparaît moins comme une suite de ruptures que comme l’enchafhement nécessaire des moments de l’unique démarche qui, à ses yeux, permette d’aboutir à la découverte de l’ordre économique naturel.

104Pour l’homme de science qui met en pratique la méthode analytique, la distinction, aujourd’hui ordinaire, entre une méthode inductive qui doit être privilégiée lors de l’investigation et une méthode déductive seule apte à exposer correctement les résultats d’une recherche n’a pas lieu d’être :

"Si l’analyse est la méthode qu’on doit suivre dans la recherche de la vérité, elle est aussi la méthode dont on doit se servir pour exposer les découvertes qu’on a faites. N’est-il pas singulier que les Philosophes, qui sentent combien l’analyse est utile pour faire de nouvelles découvertes dans la vérité, n’aient pas recours à ce même moyen pour la faire entrer plus facilement dans l’esprit des autres ? Il semble que la meilleure manière d’instruire les hommes, c’est de les conduire par la route qu’on a dû tenir pour s’instruire soi-même. En effet, par ce moyen, on ne paroitrolt pas tant démontrer des vérités déjà découvertes, que faire chercher et trouver des nouvelles vérités"135.

105La lecture correcte d’un texte scientifique du dix-huitième siècle nécessite donc de bien comprendre la genèse de la pensée de son auteur. Dans le cas très particulier de l’oeuvre de Quesnay qui comprend peu d’ouvrages mais de nombreux articles et brochures, c’est dans l’ensemble de ceux-ci qu’il faut saisir le cheminement de son raisonnement. Quesnay lui-même impose, assez fréquemment, lors de certaines de ses démonstrations, le report à ses écrits antérieurs. A l’inverse, si l’édition, dans "Physiocratie", des seuls textes déductifs de Quesnay par Dupont de Nemours, n’étonne pas aujourd’hui, elle a été vivement critiquée de son temps comme une preuve confirmant l’esprit de système de la secte : elle laisse supposer que la démarche de Quesnay ne part pas d’une investigation de la réalité, mais qu’elle est fondée, comme celle de Descartes, sur un ensembe d’hypothèses a priori, dont celle de l’ordre naturel. Aussi, pour bien lire le "Second problème économique" (1767), il faut s’être instruit de tous les écrits de Quesnay parus depuis l’article "Fermiers" (1756) et qui sont autant d’étapes dans la maturation de sa pensée.

106Dans l’organisation du savoir du dix-huitième siècle, la métaphysique est le préalable à toute investigation sérieuse dans un domaine quelconque de la connaissance. C’est donc essentiellement dans l’article "Evidence" que le lecteur doit trouver le fil d’Ariane de son long périple dans la pensée économique de Quesnay. Il doit comprendre que pour découvrir l’ordre économique naturel, le scientifique doit d’abord démontrer, grâce à l’investigation approfondie d’une réalité limitée, l’intérêt bien entendu de chacune des classes composant la société et l’absence d’opposition entre celles-ci lorsqu’elles agissent en fonction de leur véritable profit et qu’il doit ensuite prouver le caractère éternel et universel de cet ordre par des études sur diverses périodes historiques et sur divers pays.

  1. L’existence possible d’un ordre économique naturel : le cas français.

  2. L’évidence de l’ordre économique naturel.

1 – L’existence possible d’un ordre économique naturel : le cas français

107Dans les articles économiques destinés à être publiés dans l’"Encyclopédie", Quesnay détermine les véritables intérêts de chaque classe composant le royaume de France, puis prouve, grâce au "Tableau économique", leur harmonie réciproque : l’existence possible d’un ordre économique naturel est ainsi prouvée.

  1. Les articles économiques de l’Encyclopédie,

  2. Le Tableau économique.

a – Les articles économiques de l’Encyclopédie

108Qu’ils soient opposés à ses écrits ultérieurs ou qu’ils soient comparés aux écrits d’économistes contemporains non physlocrates, les articles économiques que rédige Quesnay pour l’"Encyclopédie" se différencient par la qualité de l’investigation de la réalité qui les sous-tend.

109Quesnay compare les résultats comptables d’exploitation agricoles ; il estime la superficie et les degrés de fertilité du soi français, la production nationale de céréales et celle qu’il serait possible d’atteindre ; il évalue les rendements céréaliers, le prix moyen des grains, le montant des recettes fiscales ; il dresse même un état de la population. Avec l’aide de Marivelt et de Mirabeau, il lancera même, par la suite une gigantesque enquête "Questions intéressantes sur la population, l’agriculture et le commerce proposées aux Académies et aux autres Sociétés savantes des Provinces" – qui ne comprend pas moins de 228 questions sur l’état économique de la France. Cette recherche de données est d’autant plus rigoureuse qu’elle est déterminante dans la démarche de Quesnay car "ce n’est pas dans la justesse des conséquences logiques que consiste la certitude de nos recherches. C’est toujours sur l’expérience que nous devons décider ; nous ne devons jamais nous en écarter dans nos jugements"136.

110Comme le souligne Schumpeter, cette quête de l’exactitude est rare chez les économistes du milieu du dix-huitième siècle : Quesnay "a eu (...) le mérite d’avoir fait de l’analyse des données disponibles le coeur même de son système, alors que ses contemporains, Stewart par exemple, songeaient encore, avant tout, à donner des conseils à l’homme d’Etat"137. Ceci peut expliquer le fait que les analyses statistiques du docteur ne furent pratiquement jamais discutées par ses contemporains, notamment par Forbonnais qui consacra pourtant une partie importante de son ouvrage "Principes et observations économiques" à critiquer les articles "Fermiers" et "Grains" de l’"Encyclopédie".

111Même s’ils sont réservés, les historiens utilisent encore aujourd’hui les données chiffrées de Quesnay pour retracer l’histoire économique du dix-huitième siècle. Ainsi, Abel reconnaît que

"ces évaluations sont, certes, grossières, mais tout de même pas aussi "hypothétiques" qu’on le dit aujourd’hui, surtout dans les manuels d’histoire des doctrines économiques. Dans sa jeunesse, simple médecin de campagne, François Quesnay a vu de ses yeux la misère des paysans français ; il a eu l’occasion de comparer les recettes et les frais d’une de ces propriétés affermées qu’il connaissait de près"138.

112C’est la détermination de l’intérêt véritable de chaque classe de la société qui dirige cette enquête menée par Quesnay sur l’état de l’économie française. En effet, le calcul que rendent possible les données quantitatives, statistiques ou comptables, permet, notamment par comparaison des résultats, de mettre en évidence les choix les plus avantageux pour l’individu : "Une règle d’arithmétique soumet décisivement les hommes dans les disputes qu’ils ont entre eux sur leurs intérêts"139.

113Ainsi, par exemple en comparant les résultats d’une unité de production agricole où quarante arpents de terrain sont cultivés à l’aide de boeufs et ceux où la même superficie est travaillée en se servant de chevaux, Quesnay "démontre évidemment" que l’intérêt du fermier et indirectement ceux du propriétaire foncier ét du souverain résident dans les nouvelles formes de production agricole.

114De même, lorsque l’analyse porte non plus sur l’unité de production mais sur la nation agricole, c’est encore par le calcul sur des données statistiques que Quesnay tente de démontrer les avantages de ces classes, entre autres leur intérêt au prix élevé et stable du blé que permettrait la liberté du commerce international des denrées agricoles et qui maximise sur longue période le produit net.

115Une analyse sémantique très simple permet de confirmer les visées du docteur lorsqu’il écrit pour l’"Encyclopédie". La fréquence des termes "avantage", "inconvénient", "profit" et "intérêt" et de leurs dérivés est très élevée. Par contre, le mot "ordre" est, dans ces textes, très rare. Il n’apparaît même qu’une fois dans l’article "Fermiers" et qui plus est par référence à la police. Fondement du projet scientifique de Quesnay, le concept d’ordre naturel, dont l’usage est fréquent dans l’article "Evidence", n’est cité qu’une fois dans les quatre articles économiques, au détour d’un raisonnement qui n’est pas crucial140. En effet, faute d’une démonstration pertinente de la complémentarité des intérêts de chaque classe et de la cohérence de l’économique qui doit en découler, la preuve de l’existence possible d’un ordre économique naturel, pour Quesnay, n’est pas encore faite.

b – Le Tableau économique

116Dans le système de pensée classique, le tableau est la seule technique qui permette de mettre à plat correctement une cohérence ou un ordre général. Aussi n’est-il pas surprenant de la voir utilisée par Quesnay, à cette étape de sa démarche scientifique, car elle lui permet de prouver la connexion des intérêts bien entendus de chaque classe dans une société parfaitement organisée.

117Pour Schumpeter,

"la description générale d’un processus économique stationnaire que Quesnay a intégré dans son "tableau" (en Fr.) n’est pas, comme l’ont cru ses disciples et pratiquement tous les commentateurs, la clé de voûte de son système, mais une pièce surajoutée que l’on peut détacher du reste – étant peinte, pour ainsi dire, sur une autre toile, elle peut être étudiée séparément"141.

118Il semble, au contraire, que le "Tableau économique" ne puisse être soustrait du cheminement de la pensée de Quesnay, sans que celui-ci ne perde sa cohérence : prouver la complémentarité des Intérêts véritables, c’est démontrer qu’ont été comprises l’intelligence et l’intention unique de l’Etre suprême.

119Prouver la complémentarité des intérêts véritables, c’est aussi démontrer "l’ordre et la marche de cette machine admirable (...) fixés décisivement par son Auteur"142. Le "Tableau économique" n’est donc pas la représentation de l’économie française sous Louis XV, mais ce qu’elle aurait pu être à cette époque si chacun avait agi selon son véritable intérêt dans les limites imposées par la nature et par l’état de la technique. D’ailleurs, les hypothèses de construction du "Tableau économique", telles qu’elles sont exposées dans "Extraits des économies royales de M. de Sully" ne sont que la reprise des principales conclusions exposées par Quesnay dans ses articles pour l"’Encyclopédie" et concernant le bon gouvernement du royaume. Certes, comme l’affirme le docteur, il n’y a "rien d’imaginaire dans le fond de ces évaluations"143 ; cela ne signifie pas pour autant que ce soit le réel qui soit exposé.

2 – L’évidence de l’ordre économique nautrel

120Si le terme d’ordre naturel n’est cité qu’une fois dans l’ensemble des articles économiques de Quesnay antérieurs au "Tableau économique", la fréquence de son utilisation le fait apparaître comme un des concepts fondamentaux des écrits qui le suivent. Il suffit pour s’en convaincre de comparer l’exposé des prescriptions en matière de gouvernement économique tel qu’il se présente à la fin de l’article "Grains" et dans l’"Extrait des économies royales de M. de Sully" avec celui des "Maximes génrérales du gouvernement économique d’un royaume agricole". D’objectif ultime mais caché des démonstrations consignées dans les articles économiques de l’"Encyclopédie", l’ordre naturel devient l’hypothèse clairement affirmée des raisonnements de Quesnay dans les textes postérieurs à 1759.

121Cette évolution dans la manière de résoudre les questions économiques s’inscrit très bien dans la démarche de Quesnay. En effet, pour valider sa découverte d’un ordre économique naturel, il paraît essentiel au docteur d’en prouver le caractère éternel et universel. Expression de l’intention de l’Etre suprême, l’ordre doit en avoir les qualités. Pour ce faire, Quesnay investit d’autres champs spatiaux et temporels que celui de la France sous Louis XV. Il étudie, notamment, avec précision, deux empires agricoles dont l’état stationnaire et la longévité ont frappé ses contemporains : la Chine – l’autre grande civilisation de l’univers pour les occidentaux au siècle des lumières – et l’empire Inca dont la fin ne s’explique pas par une quelconque décadence économique mais par une cause qui lui est en grande partie extérieure, la défaite militaire contre l’Espagne. Faute de données quantitatives précises, il doit comparer l’organisation économique, juridique et politique de ces sociétés telle qu’elle se présente à travers les récits de voyageurs avec celle qui doit être déduite de la science de l’ordre naturel. En démontrant leur similitude, il affirme ainsi l’existence de l’ordre naturel éternel et universel.

122Parallèlement, Quesnay, conformément à la seconde "maxime générale", commence à instruire les hommes d’Etat sur l’intérêt de chaque classe dans l’ordre économique naturel. Il démontre très longuement où se situe le vrai profit du commerçant et de l’artisan dont les représentants, hostiles au système physiocratique, sont si influents sur le gouvernement économique du royaume. C’est aussi cette volonté d’instruire qui pousse Quesnay à proposer la méthode du "Problème économique". Il faut "que la nation soit instruite des lois générales de l’ordre naturel qui constituent le gouvernement évidemment le plus parfait (...). Il est nécessaire que ceux qui se destinent aux emplois de l’administration soient assujettis à l’étude de l’ordre naturel le plus avantageux aux hommes vivant en société"144.

123Fondement des grandes civilisations, matérialisation de l’intelligence et de l’intention de l’Etre suprême, l’ordre économique naturel est évidemment l’avenir du royaume de France, de son Souverain et de toutes les classes qui composent cette société. Il est donc bien de l’intérêt véritable de l’économiste du dix-huitième siècle d’en faire la clé de voûte de son projet scientifique.

Notes de bas de page

1  J.M. Keynes n’accorde de l’importance qu’à Montesquieu "le plus grand économiste français, celui qu’il est juste de comparer à Adam Smith, et qui dépasse les physiocrates de cent coudées par la perspicacité, par la clarté des idées et par le bon sens" (Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris : Payot, 1979, p. 7).

2  Lire, par exemple, J. Cartelier, Surproduit et reproduction : la formation de l’économie politique classique, Grenoble : PUG ; Paris : Maspéro, 1976, chap. 3 : "Quesnay et l’économie politique des physiocrates".

3  J. SCHUMPETER, History of Economic Analysis, London : G. Allen & Unwin ; New-York : Oxford University Press, 1961, Part II, Chap. 4 : "The Econometricians and Turgot".
La conception qu’a Schumpeter du progrès univoque de la science économique ne lui fait retenir des apports de la physiocratie que les seuls utilisés par l’école de pensée aujourd’hui dominante.

4  L. DUMONT, Homo Aequalls : Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris : Gallimard, 1976, chap. 3 : "Quesnay ou l’économie comme un tout".

5  V. Riquetti, marquis de MIRABEAU, F. QUESNAY, La Philosophie rurale, in François Quesnay et la physlocratie, t. 2. Textes annotés, Paris : INED, 1958, chap. 7 : "Les rapports des dépenses entre elles".
Quesnay est réputé avoir rédigé l’intégralité de ce chapitre.

6  M. FOUCAULT, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris : Gallimard, 1966, chap. 3 : "Représenter".

7  W. HASBACH, "Les fondements philosophiques de l’économie politique de Quesnay et de Smith", Revue d’économie politique 7, 1893.

8  Par exemple, G. WEULERSSE qui explique la philosophie scientifique des physiocrates par "l’évidence physique et la méthode arithmétique". (Le mouvement physiocratique en France de 1756 à 1770, Paris : Alcan, 1910, t. 2, p. 120).

9  C. GIDE et C. RIST, Histoire des doctrines économiques (7e éd.), Paris : Sirey, 1947, t. 1, p. 9.

10  Cet ouvrage n’a aucun intérêt scientifique. A ce sujet, Turgot aurait même déclaré : "C’est bien là le scandale des scandales, c’est le soleil qui s’encroûte". Sa publication démontre cependant que Quesnay n’a jamais cessé sa réflexion sur ce thème.

11  Pour bien comprendre le sens particulier du terme "métaphysique" au XVIIIe siècle, lire, de G. Gusdorf, "Mort et résurrection de la métaphysique" (Les sciences humaines et la pensée occidentale, t. 4, Les principes de la pensée au siècle des Lumières, Paris : Payot, 1971).

12  E. Bonnot de CONDILLAC, Essai sur l’origine des connaissances humaines (J. Derrida éd.), Anvers-sur-Oise : Galilée, 1973, p. 99.

13  D. DIDEROT, "Explication détaillée du système des connaissances humaines" in : Encylopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 1, Paris : Briasson, David, Le Breton et Durand, 1751, p. XLIX.

14  J. le Rond d’ALEMBERT, "Discours préliminaire des éditeurs", ibidem, p.j.

15  D. DELEULE, "Du domestique au politique : Hume, les physiocrates et la naissance du libéralisme économique", Bulletin de la Société française de philosophie 74 (3), juillet-septembre 1980, p. 84.

16  A.-R.-J. TURGOT, Eloge de Gournay, in : E. Daire (éd.), Oeuvres de Turgot, t. 1, Paris : Guillaumin, 1844, p. 263.

17  Lire sur ce thème G. Gusdorf, Les sciences humaines et la conscience occidentale, t. 6, L’avènement des sciences humaines au siècle des lumières, Paris : Payot, 1973.

18  Si certains physiocrates ont pu comparer Quesnay à Newton, le docteur ne se réfère qu’une seule fois au physicien, et ce pour critiquer la loi de l’attraction universelle. En cela, il suit les recommandations de l’Académie des Sciences qui n’admettra officiellement les théories newtoniennes qu’après la mort de Fontenelle (1757).

19  J. SCHUMPETER, Esquisse d’une histoire de la Science Economique des origines au début du XXe siècle (trad. G.-H. Bousquet), Paris : Dalloz, 1972, pp. 56-57.

20  L’emploi qui en sera fait en chimie est resté célèbre. Il faut noter que Quesnay recourra une deuxième fois à ce mode d’exposition, en 1760, dans son opuscule "Aspect de la psychologie" (in François Quesnay et la physiocratie, t. 2, textes annotés, Paris : INED, 1958, pp. 683-685).

21  J.-A.-N. Caritat, marquis de CONDORCET, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (1795), in : F. Dagognet, Tableaux et langages de la chimie, Paris : Seuil, 1969, p. 49.

22  M. FOUCAULT, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris : Gallimard, 1966, p. 89.

23  K. MARX, Théories sur la plus-value, t. 1, Paris : Editions Sociales, 1974, p. 399.

24  F. QUESNAY, Despotisme de la Chine, in : François Quesnay et la physiocratie, t. 2, textes annotés, Paris : INED, 1958, p. 923.

25  F. QUESNAY, Ibid., p. 924.

26  F. QUESNAY, Traité des effets et de l’usage de la saignée, Paris : D’Houry père, 1750, pp. 16-17.

27  Les commissaires de la Société des Arts ne s’y trompèrent pas qui louèrent Quesnay d’avoir présenté dans cet ouvrage les faits "dans un ordre si naturel et si judicieux qu’il en résulte un système rempli de nouveautés, sans avoir cependant le défaut dêtre nouveau". (J. Hecht, "La vie de François Quesnay", in : François Quesnay et la physiocratie, t. 1, Préface – Etudes – Biographie – Bibliographie, Paris : INED, 1958, pp. 227-228).

28  A. FURETIERE, "Oeconomle" in : Le Dictionnaire universel, t. 2, (1ère éd., 1690), Paris : SNL – Le Robert, 1978, non paginé.

29  F. QUESNAY, Essai physique sur l’économie animale (2e éd, 1747), In : A. Oncken (éd.), Oeuvres économiques et philosophiques accompagnées des éloges et d’autres travaux biographiques sur Quesnay par différents auteurs, Francfort : Baer ; Paris : Peelman, 1888, p. 758.

30  M. FOUCAULT, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris : Gallimard, 1966, p. 87.

31  Les diverses conceptions de l’ordre naturel appliqué à l’économie sont exposées par W. Hasbach ("Les fondements philosophiques de l’économie politique de Quesnay et de Smith", Revue d’économie politique 7, 1893, pp. 747-795) et par P. Struvé ("L’idée de loi naturelle dans la science économique", Revue d’économie politique 35, 1921, pp. 294-317). Ce dernier explique la longévité de ce concept par le fait qu’il apparaît comme "un moule commode qui reçoit docilement tout contenu social et politique".

32  G. GUSDORF, Les sciences humaines et la conscience occidentale, t. 6, L’avènement des sciences humaines au siècle des lumières, Paris : Payot, 1973, cinquième partie, chapitre premier : "La théorie du droit naturel".

33  A. F. CHALK, "Natural and the Rise of Economic Individualism in England", Journal of Political Economy 49 (4), août 1951, pp.322-347.

34  J. CARTELIER, Surproduit et reproduction, Grenoble : PUG ; Paris : Maspéro, p. 28.

35  F. QUESNAY, "Problème économique", in François Quesnay et la physiocratie, Ibidem, p. 859, note 2.

36  F. QUESNAY, "Second problème économique, Ibidem, p. 957.

37  Dans l’Encyclopédie, le chevalier de Jaucourt donne du mot Science cette définition : "la connaissance claire et certaine de quelque chose, fondée ou sur des principes évidents par eux-mêmes, ou sur des démonstrations" (article "Science" in : Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 14, Neufchastel : Faulche, 1765, p. 787).

38  J. Le Rond d’ALEMBERT, "Géométrie", in : Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 7, Paris : Briasson, David, Le Breton et Durant, 1757, p. 635.

39  J. Le Rond d’ALEMBERT, "Analyse", Ibidem, t. 1, p. 402.

40  P. S. DUPONT de Nemours, De l’origine et des progrès d’une société nouvelle, in : E. Daire (ed.), Physiocrates, t. 1, Paris : Guillaumin, 1846, p. 339.

41  Comme le souligne Condorcet, le tableau a un intérêt pédagogique certain : "Nous exposerons comment, à l’aide d’un petit nombre de ces tableaux, dont il serait facile d’apprendre l’usage, les hommes qui n’ont pu s’élever assez au-dessus de l’instruction la plus élémentaire, pour se rendre propres les connaissances de détail utiles dans la vie commune, pourront les retrouver à volonté lorsqu’ils en éprouveront le besoin". In : F. Dagognet, op. cit., p. 49.

42  F. QUESNAY, "Maximes générales du gouvernement économique d’un royaume agricole", Ibidem, p. 950.

43  G. Le Rond d’ALEMBERT, "Analyse", Ibidem, p. 401.

44  F. QUESNAY, "Problème économique", Ibidem, p. 860, note 1.

45  F. QUESNAY, "Second problème économique", Ibidem, p. 978.

46  R. DESCARTES, cité dans Vocabulaire technique et critique de la philosophie (A. Lalande ed.) (10 ed.), Paris : PUF, 1968, p. 994, note.

47  F. QUESNAY, "Second problème économique", Ibidem, p. 983.

48  J. Le Rond d’ALEMBERT, "Analyse", Ibidem, p. 401.

49  F. QUESNAY, "Evidence", Ibidem, p. 411.

50  F. QUESNAY, "Problème économique", Ibidem, p. 873, note 14.

51  Abbé F. GALIANI, Dialogues sur le commerce des grains, in : Mélanges d’économie politique (Commentaires et notes explicatives de G. de Molinari), t. 2, Paris : Guillaumin, 1848, pp. 13-14.

52  Abbé F. GALIANI, Ibidem, p. 174.

53  J. SCHUMPETER, Esquisse d’une histoire de la Science économique des origines au début du XXe siècle, Ibidem, p. 56.

54  Cf. C. BOURTHOUMIEUX, Le mythe de l’ordre naturel en économie politique depuis Quesnay, Paris : Rivière, 1935, 141 p.

55  G. WEULERSSE, Le mouvement physiocratique en France de 1756 à 1770, t. 1, Paris : Alcan, 1910, p. 241.

56  L. DUMONT, Homo Aequalis : Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris : Gallimard, 1977, p. 51.

57  G. GUSDORF, Les sciences humaines et la pensée occidentale, t. 4, Les principes de la pensées au siècle des lumières, Paris : Payot, 1971, p. 234.

58  M. D. CHENU, Saint-Thomas d’Aquin et la théologie, Paris : Seuil, 1959, p. 117.

59  R. DESCARTES, "Règle IV", Les règles pour la direction de l’esprit, in : Oeuvres philosophiques (ed. F. Alquié), Paris : Garnier, 1963, t. 1, p. 98.

60  E. CASSIRER, La philosophie des lumières, Paris : Fayard, 1970, p. 75.

61  Ibidem, pp. 81-82.

62  J. Offroy de la METTRIE, cité par G. GUSDORF in : Les sciences humaines et la pensée occidentale, t. 5, Dieu, la nature, l’homme au siècle des lumières, Paris : Payot, 1972, p. 425.

63  G. GUSDORF, Ibidem, p. 434.

64  F. QUESNAY, "Evidence", Ibidem, pp. 397-398.

65  Ibidem, p. 403.

66  F. ALQUIE in : R. DESCARTES, Oeuvres philosophiques (ed. F. Alquié), Paris : Garnier, 1963, t. 1, p. 88 (note).

67  R. DESCARTES, Ibidem, p. 85.

68  F. QUESNAY, "Evidence", Ibidem, p. 409.

69  Ibidem, p. 397.

70  Ibidem, p. 398.

71  "Rien n’est dans l’intelligence qui ne fut auparavant dans les sens".

72  F. QUESNAY, Ibidem, p. 398.

73  J. Le Rond d’ALEMBERT, "Discours préliminaire des éditeurs", in : Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 1, Paris : Briasson, David, Le Breton et Durant, 1751, pp. j-ij.

74  F. QUESNAY, "Evidence", Ibidem, p. 399.

75  Ibidem, p. 398.

76  Ibidem, p. 401.

77  Ibidem, p. 402.

78  Ibidem, p. 401.

79  Ibidem.

80  Quesnay emploie indifféremment les deux concepts.

81  F. QUESNAY, "Evidence", Ibidem, p. 399.

82  Ibidem, pp. 398-399.

83  Cf E. CASSIRER, La philosophie des lumières, Paris : Fayard, 1970, p. 130 sq.

84  F. QUESNAY, "Evidence", Ibidem, p. 399.

85  F. QUESNAY, Ibidem, p. 402.

86  Ibidem, p. 406.

87  Ibidem, p. 405.

88  Ibidem, p. 402.

89  Ibidem, pp. 401-402.

90  F. QUESNAY, Aspects de la psychologie, Ibidem, p. 684.

91  F. QUESNAY, "Evidence", Ibidem, pp. 400-401.

92  Ibidem, p. 402.

93  Ibidem, p. 403.

94  E. Bonnot de CONDILLAC, Extrait raisonné du Traité des sensations, (1ère ed, 1754), Paris : Alcan, 1886, p. 33.

95  F. QUESNAY, "Evidence", p. 406.

96  Ibidem, pp. 406-407.

97  Ibidem, p. 407.

98  Ibidem, p. 402.

99  Ibidem, p. 406.

100  Ibidem, p. 410.

101  Ibidem, p. 409.

102  Ibidem.

103  Ibidem, p. 411.

104  Ibidem.

105  Ibidem, p. 413.

106  Ibidem, p. 422.

107  Ibidem, pp. 403-404.

108  Ibidem, p. 404.

109  Ibidem.

110  Ibidem, p. 405.

111  Ibidem, p. 426.

112  Ibidem, pp. 407-408.

113  F. QUESNAY, "Evidence", Ibidem, pp 422-423.

114  Ibidem, p. 425.

115  J. J. ROUSSEAU, "Lettre à Victor Riquetti, marquis de Mirabeau, 26 Juillet 1767", Correspondance complète (ed. R. A. LEIGH), t. 33, Oxford : The Voltaire Foundation, 1979, p. 239.

116  F. QUESNAY, ibidem p. 422.

117  Ibidem, p. 419.

118  D. DELEULE, Hume et la naissance du libéralisme, Paris : Aubier-Montaigne, 1979, p. 218.

119  F. QUESNAY, "Evidence", p. 420.

120  Ibidem, p. 423.

121  Ibidem.

122  Ibidem, p. 424.

123  Ibidem, pp. 424-425.

124  J. HECHT, "La vie de François Quesnay", in : François Quesnay et la physiocratie, t. 1, Préfaces, études, biographie, bibliographie, Paris : INED, 1958, p. 220.

125  F. QUESNAY, "Evidence" in : François Quesnay et la physiocratie, t. 2, Ibidem, p. 400.
Cette citation est le titre donné par Quesnay au long développement qui expose la nature des connaissances indicatives.

126  Ibidem, p. 405.

127  Ibidem, p. 409.

128  Ibidem, p. 411.

129  Ibidem.

130  D. DIDEROT, "Instruction", Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 8, Neufchastei : Faulche, 1765, p. 802.

131  F. QUESNAY, "Evidence", Ibidem, p. 411.

132  Ibidem, p. 412.

133  L. SALLERON, in : François Quesnay et la physiocratie, t. 2, Ibidem, p. 427, note 1.

134  P. DOCKES, L’espace dans la pensée économique du XVIe au XVIIIe siècle, Paris : Flammarion, 1969, p. 261.

135  J. Le Rond d’ALEMBERT "Analyse" in : Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 1, Paris : Briasson, David, Le Breton et Durand, 1751, p. 402.

136  F. QUESNAY, "Discours préliminaire" de l’Essai physique sur l’économie animale, 1747, cité par D. DELEULE, Hume et le libéralisme économique, Paris : Aubier-Montaigne, 1979, p. 244, note 48.

137  J. SCHUMPETER, Esquisse d’une histoire de la Science Economique des origines au début du XXe siècle (trad. G.-H. BOUSQUET), Paris : Dalloz, 1972, p. 61.

138  W. ABEL, Crises agraires en Europe (XIIIe-XXe siècles) (traduit de la 2° édition allemande revue et augmentée, 1966), Paris : Flammarion, 1973, p. 229.

139  F. QUESNAY, "Evidence", in : François Quesnay et la physiocratie, t. 2, Ibidem, p. 411.

140  F. QUESNAY, "Hommes", Ibidem, p. 554.

141  J. SCHUMPETER, Histoire de l’analyse économique, t. 1, L’âge des fondateurs (1° ed. 1954), Paris : Gallimard, 1984 p. 336.

142  F. QUESNAY, Philosophie rurale, In : François Quesnay et la Physiocratie, t. 2, Ibidem, p. 688.

143  F. QUESNAY, Ibidem, p. 693.

144  F. QUESNAY, "Maximes générales du gouvernement économique d’un royaume agricole", Ibidem, p. 950.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.