Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Presentation

p. 5-17


Texte intégral

1Selon H. Brochier il est souhaitable de redonner à l’histoire de la pensée économique une "dimension proprement historisante"1. Est ainsi visée une autre approche, celle des "raccourcis de l’histoire logique"2 dont l’expression la plus nette est l’analyse rétrospective.

2Il faut entendre par ce terme une analyse fonctionnant selon un mode récurrent au sens que lui donne M. Fichant : "L’épistémologie de la récurrence marque la rupture avec l’histoire des sciences telle qu’elle est ordinairement conçue par le savant, telle qu’il l’expose parfois dans les historiques Introductifs. En apparence, l’histoire des historiques est récurrente : partant du vrai actuel, elle choisit les dates de son avènement progressif, sépare le bon grain de l’ivraie – c’est-à-dire ce qui est conforme ou équivalent au vrai actuel et ce qui est annulé et rejeté par lui"3. Pour notre discipline, on substitue ainsi à l’épaisseur des discours économiques, à leur foisonnement et à leurs éventuelles contradictions, ainsi qu’aux changements de problématiques, une sorte d’épure, un temps logique, une reconstruction intellectuelle reposant sur une téléologie qui fournit la grille de lecture. On suppose donc un progrès ou un développement de la pensée économique cohérent, homogène, linéaire, jalonné par une série de précurseurs qui sont autant de bornes le long de la route du savoir. Le point d’arrivée est en réalité le point de départ. Quant au reste, ce qui risquerait de compromettre cette belle ordonnance, il est rejeté comme scories, péripéties, et donc exclu du champ car non essentiel.

3Un exemple aussi net que connu de cette démarche récurrente est l’ouvrage de M. Blaug. Selon ses propres termes, son livre "est une étude de la cohérence logique et de la valeur explicative de ce qui est considéré comme la théorie économique orthodoxe"4. Plus précisément, il a tenté "d’écrire une histoire de l’analyse économique qui la conçoit comme une succession d’analyses, guidées par le souci d’affiner, d’améliorer, de perfectionner, souci que les économistes partagent avec tous les autres scientifiques"5. De même, on peut lire dans les "Eléments d’histoire des Mathématiques" de Nicolas Bourbaki que l’"on a cherché surtout, pour chaque théorie, à faire apparaître aussi clairement que possible quelles ont été les idées directrices, et comment ces idées se sont développées et ont réagi les unes sur les autres"6.

4Abstraction faite du redoutable problème qui consiste à se demander si la ou les sciences économiques peuvent être mises sur le même pied que la physique ou les mathématiques, ce que laissent supposer les citations, l’analyse récurrente part de la science adulte, mûre et consciente d’elle-même, et elle juge son enfance, comme le fils devenu père évoque sa jeunesse : "A mon fils, Ricardo". Il n’y a pas de hasard dans une telle démarche ; il n’y a que des rectifications. Quant aux instruments, l’analyse sémantique et/ou les conditions sociales déterminant plus ou moins directement la position des problématiques, ils seront rejetés ou simplement appelés en renfort pour planter rapidement un décor. On privilégiera la formalisation qui selon le paradigme actuel est la voie royale pour accéder à la connaissance économique. Les économistes du temps passé passent ainsi à la moulinette du calcul différentiel, de l’algèbre linéaire, le fin du fin consistant à utiliser des propriétés topologiques. On obtient alors, et c’est indéniable, une clarification et un texte plus lisible puisque édulcoré de la phraséologie contemporaine de l’auteur étudié. Mais est-ce de l’histoire de la pensée ? Ne s’interdit-on pas de répondre à la question particulièrement pertinente posée par G. Faccarello : "Comment expliquer une absence de formalisation alors que les outils mathématiques adéquats sont disponibles"7. Et plus généralement, n’y-a-t-il pas, au sens strict, un abus de langage.

5Il faut certainement préciser que nous ne visons pas particulièrement la "théorie néo-classique" via M. Blaug. La même démarche est suivie par des auteurs d’horizon scientifique différent ; ainsi de J. Cartelier qui propose de lire les économistes classiques et assimilés à la lumière de la notion de système de prix classique remise en selle par P. Sraffa. Là aussi, la récurrence est-elle légitime ?8.

6Inversement, est-ce bien Intéressant de se limiter à un commentaire littéraire des auteurs étudiés en respectant soigneusement la chronologie et en émaillant le discours de quelques anecdotes ? Plus fondamentalement, cette façon de faire est-elle plus innocente malgré son apparente neutralité ? Ne risque-t-on pas d’énormes contre-sens ?

7En matière juridique par exemple, le "droit des gens" a de fortes chances d’évoquer pour le lecteur non averti d’aujourd’hui l’idée de droit des personnes. En réalité, ce terme contemporain de Rousseau voulait dire – droit international public –. De même nous avons l’habitude d’opposer la Société Civile à l’Etat. Pendant longtemps ces termes furent synonymes. Eh économie, le risque de contre-sens a une probabilité d’autant plus grande que cette discipline n’était pas encore autonomisée comme discours ordonné et séparé. Ce que l’on appelle maintenant l’"Economique" n’existait pas. Alors, par exemple, quand nous lisons – rente – que faut-il comprendre ? Est-ce le revenu généré par un stock de capital, terre agricole et/ou mines, est-ce la contrepartie monétaire de la productivité marginale du facteur de production – terre –, est-ce un revenu lié à la possession d’un droit de propriété, est-ce une valeur capitalisée, est-ce un transfert du au bon vouloir royal ? Ici la méthode sémantique à laquelle nous avons fait allusion s’impose. Dans le même ordre d’idée, s’agissant de nomenclatures, M. Volle a pointé toute une série de vocables qui ont toutes les chances d’être mal compris par le lecteur de 19859. La première nomenclature de l’industrie due à Tolosan, qui date de 1788, comprenait trois rubriques : produits minéraux, produits végétaux, produits animaux. La référence est physlocratique et l’Industrie textile ne peut exister puisque la grille de lecture est celle des ressources naturelles. L’industrie textile est ventilée entre produits végétaux (chanvre, lin, coton) et animaux (soie, laine). Encore plus symptomatique est la nomenclature utilisée lors du recensement de 1861. L’accent est mis sur la nature du produit, ce qui nous est accessible ; mais cette proximité sémantique redouble d’autant le risque d’incompréhension. Ainsi l’ameublement comprend les glaces, tapisseries, tapis et moquettes, papiers peints, toiles cirées, chaises. Les meubles n’en font pas partie car ils appartiennent à l’artisanat. Il suffit de comparer avec le code 49 de la NAP10 pour mesurer la distance qui sépare, bien que nous ayons le même vocabulaire, les nomenclatures. On pourrait multiplier les exemples et M. Volle montre ainsi que "l’utilisation des résultats présentés selon les nomenclatures anciennes pose des problèmes de traduction qu’il est impossible de résoudre avec une parfaite rigueur"11. La lecture naïve est donc grosse de contre-sens car il y a un préalable nécessaire : éviter les pièges sémantiques suppose une retraduction. Très concrètement : qu’est-ce que le Profit Industriel au XVIIIe siècle ?

8Par conséquent, si l’analyse récurrente et la lecture naïve sont ici traitées comme deux démarches-types qui s’opposent par la méthode, le même problème demeure. Comment peut-on lire les auteurs passés ? Entre ces deux extrêmes, d’autres attitudes sont encore possibles et P. Dockes en énumère sept au total (voir plus loin) :

  1. La lecture naïve correspond à la deuxième démarche.
  2. La lecture rétrospective correspond à l’analyse récurrente.
  3. La lecture génétique serait de nature biologique : quelques espèces se sont ramifiées, diversifiées, pour donner les collections actuelles qui sont autant de rejetons.
  4. La lecture, que nous appellerons sélective, consiste à séparer pour mettre à plat ce qui subsiste comme pertinent.
  5. La lecture structuraliste est globalisante ; elle veut retracer les figures du savoir. Il s’agit moins de savoir ce que l’on pense que la façon même de penser.
  6. La lecture socio-économique est attachée définitivement à une vision marxisante bien que, en réalité, elle soit partagée par d’autres écoles de pensée. On peut se référer ici à ce qu’écrivait W.C. Mitchell tel que le rapporte G.I. Stigler12. Mitchell relie Smith à l’émergence de l’individualisme, Ricardo aux problèmes posés par les guerres napoléoniennes, Marx à la croissance du prolétariat urbain. Tout penseur est inscrit dans son temps, dans sa société, et ses écrits donnent accès à la connaissance de cette société.
  7. La lecture, que nous appellerons biographique, est un exercice auquel les littéraires sont habitués. L’exemple devenu classique est celui du "Flaubert" de J.P. Sartre, mais on peut se référer également à la psychanalyse. En gros, dans le premier cas l’oeuvre explique l’auteur ; dans le deuxième l’auteur explique l’oeuvre. Nous pensons ici évidemment au "Léonard de Vinci" de S. Freud.

9Cette énumération, selon nous, ne doit pas être assimilée à une classification. Il s’agit simplement de repérer des "savoir-faire" qui s’exercent sur un objet, l’histoire de la pensée. Bien sûr, ce repérage ne saurait définir des méthodes exclusives les unes des autres, comme des sous-ensembles disjoints. M. Blaug comme J. Cartelier positionnent les auteurs dans la société de leur temps, L. Bourcier de Carbon ne répugne pas à présenter (en annexe toutefois), une formalisation du modèle de croissance des auteurs classiques et du système marxiste13. Il s’agit donc d’orientations générales et notre sentiment est qu’elles sont toutes légitimes si la problématique est bien posée au départ et développée de façon cohérente. Mais, dans tous les cas, cette énumération commode n’aborde pas certains problèmes.

10Dans un article vigoureux fortement inspiré par M. Foucault, J.P. de Gaudemar pose la question des auteurs : "qui sont les dépositaires et les porteurs de la science économique" ?14. Il s’agit de savoir pourquoi certains auteurs ont atteint une légitimité théorique et d’autres pas. A titre d’exemple on pourra constater que la plupart des noms figurant dans l’ouvrage de Michel Lutfalla15 apparaissent rarement dans les études spécialisées quand elles sont faites par des économistes. J.P. de Gaudemar appelle alors une sociologie de la pensée économique qui permettrait de comprendre le processus de reconnaissance de tel ou tel discours économique. La question des auteurs est donc intimement liée à la position sociale occupée par ceux-ci. On peut se référer ici à l’étude statistique de G.I. Stigler16. On remarquera, parmi les "grands noms", la proportion importante de professeurs et de fonctionnaires, c’est-à-dire des personnes reconnues socialement importantes. De même, pour des économistes de "moindre importance", C. There constate que, pour la France de 1715 à 1776, la plus forte proportion des 771 auteurs recensés concerne les professeurs-précepteurs (13,62 %) suivis immédiatement par le Clergé (11,15 %) et les littérateurs (11,15 %)17 qui, eux aussi, ont une position sociale élevée. Il semblerait donc que toute percée théorique ayant vocation à demeurer dans l’histoire soit liée étroitement aux conditions sociales de sa production. Ceci est d’ailleurs simple bon sens. On voit mal comment un manoeuvre du temps de Villerme aurait pu écrire un traité d’économie politique... Par contre, la réciproque n’est pas vraie. On sait que la Dime royale de Vauban fut interdite par le Conseil Privé du Roi. Mais là encore se posait une question de pouvoir.

11Il apparaît donc que, étant donnée la multiplicité des approches, UNE histoire de la pensée n’est pas possible. Il faut DES histoires de la pensée, de la même façon que coexistent en histoire l’histoire événementielle, l’histoire des climats, des mentalités etc. et bien sûr l’histoire quantitative. Le mythe d’une histoire cède le pas à des thèmes historiques et l’on retrouve ceci chez les économistes. Pour être schématique et en se limitant au couple auteurs-thèmes, faut-il étudier un thème à travers une succession d’auteurs ou faut-il, chez un auteur, repérer différents thèmes et leur traitement. Un exemple type de la première démarche est celle de H. Denis dans "la formation de la science économique"18. Un exemple type de la deuxième démarche est fourni par M. Herland à propos de Keynes19. Là aussi il s’agit de convenance personnelle et l’intérêt du résultat dépend, comme partout ailleurs, du talent de l’historien de la pensée. Par contre, ce qui est sûr, du moins pour nous, c’est que l’on ne peut étudier un auteur en extrayant de sa pensée un ou quelques thèmes. On reconnaîtra ici la pensée de L. Althusser à propos des lectures sur Marx : "il est clair que cette discrimination en éléments détachés du contexte Interne de la pensée exprimée, et pensés pour eux-mêmes comme des entités signifiantes par elles-mêmes, n’est possible que sous la condition d’une lecture orientée c’est-à-dire téléologique, de ces mêmes textes"20.

12Ce numéro de la bibliothèque d’AEH étant consacré à un thème, on ne trouvera donc pas, à l’exception de l’article de Pierre Dockes, de "discrimination en éléments". Tout au contraire, nous avons voulu trouver un thème qui permette, quelle que soit la spécificité des recherches ultérieures, de donner une sorte d’éclairage général dans lequel baigne tous les thèmes que l’on peut trouver chez un auteur ou une école de pensée. Il s’agit donc en quelque sorte d’un thème englobant, d’un thème fondateur. Il nous a semblé que celui-ci avait partie liée avec le triplet – ordre-nature-propriété – d’où une question spécifique : il s’agit de la pluridisciplinarité. L’histoire de la pensée économique doit-elle être réservée aux seules économistes ? Il est clair que cette interrogation est indissociable de la méthode choisie. Notamment l’analyse récurrente n’a de chances d’être bien menée que pour un économiste de formation puisqu’il s’agit de lire le passé théorique à partir de l’état actuel de la discipline. Par contre la méthode – 5 – sera certainement plus efficace si on la confie à un philosophe. On pense ici évidemment au M. Foucault des "Mots et les choses". La méthode – 6 – s’adresse plus particulièrement aux historiens et la méthode- 7- aux littéraires, mieux habitués à manipuler ce qu’ils appellent des – corpus-.

13En ce qui concerne le thème que nous avons choisi la pluridisciplinarité s’imposait. Messieurs Dockes, Fradln, Goutte, Latouche et Leclercq sont économistes. Madame Dockes est Juriste et philosophe du Droit, Monsieur Peroh est angliciste et Monsieur Retat littéraire. Mais, comme chacun sait, la science économique est une science sociale : elle ne doit donc pas être enfermée dans un compartiment du savoir, étanche aux autres disciplines, d’où, de la part des économistes de formation, le légitime recours aux autres disciplines. On connaît les exemples prestigieux de Schumpeter et Hayek.

14Voici, très succinctement, le résumé des contributions :

15– G. Leclercq expose les principales thèses de John Locke qui est généralement considéré comme un fondateur de la pensée libérale puisqu’il expose, selon l’heureuse expression de C.B. Macpherson, une théorie politique de "l’Individualisme Possessif"21. Il décompose le texte de Locke en une série de questions : 1) Qu’est-ce que l’état de nature ? 2) Pourquoi passe-t-on à un état politique ? 3) Quelle est la meilleure société ? 4) A quoi ça sert ? Tout le discours s’articule sur la notion de propriété qui est tout à la fois propriété de soi, intégrité physique et respect de la volonté individuelle, et propriété de ses biens, qui apparaissent comme un prolongement de la personne. L’état de nature est pensé comme une fiction logique ayant pour objet de justifier le contrat social qui assure la pérennisation de la propriétée privée. En bref, "ce que l’on perd en liberté, on le gagne en sécurité".

16– M. Peron montre que W. Petty pose d’emblée que le droit de propriété est un droit naturel alors que c’était le résultat d’une démarche déductive chez J. Locke. Partant de ce postulat on montre alors que Petty s’emploie à justifier, sur la base d’une égalité formelle, la très réelle hiérarchie de la société anglaise de son temps. Pour reprendre une plaisanterie populaire, certains sont plus égaux que d’autres. Les "plus égaux" sont les citoyens. N’appartiennent à la cité que les possédants, "les salariés ne sont pas dignes d’être anglais". Les deux grandes classes sont toutes les deux propriétaires au sens de Locke mais la propriété des possédants est complète puisqu’ils sont maîtres de leur personne et de leurs biens alors que les "Poors" ne sont propriétaires que de leur personne. Pour reprendre une formule de Marx, les salariés sont libres, libre de tout, libres d’être tannés. Il est conforme à la nature qu’il y est une hiérarchie sociale car dans le cas contraire nous aurions un Tout indifférencié sans principe d’ordre. Les "Poors" doivent rester pauvres.

17– N. Dockes nous invite à suivre Morelly à la recherche d’une société "dans laquelle l’homme soit aussi heureux et bienfaisant qu’il le peut être". La nature est Ici appelée en renfort car l’homme est naturellement bon et il cherche le bonheur. Cette quête hédoniste produit une tension entre les besoins et les moyens de les satisfaire, d’où l’activité spécifiquement humaine qui mène de l’amour de soi à l’amour d’autrui car le second est tout aussi naturel que le premier. La communauté des hommes bons doit donc former une bonne société, synonyme de société naturelle car le tout social obéit au principe d’attraction, comme la mécanique céleste. Selon Morelly les hommes sont égaux et contrairement aux auteurs précédents, la société réelle, la propriété privée et l’inégalité ne sont pas conformes à l’ordre naturel. La propriété privée est le "mal suprême". En outre, elle est inefficace économiquement puisque la communauté des biens rendrait le travail agréable car non imposé. Le mal provient d’une erreur au départ. Ce sont les législateurs qui, au lieu de faire marche arrière, se sont contentés d’aménager ces déséquilibres. Il faut retrouver la vérité, l’évidente vérité.

18– H. Goutte propose une lecture de Quesnay peu pratiquée par les économistes. Il s’intéresse moins aux propriétés et difficultés du Tableau qu’à son fondement, l’– Evidence – et l’– Ordre Naturel –. L’ordre économique étant "mis à plat" on obtient une sorte de paysage et l’on sait que l’on voit souvent dans le Tableau une comptabilité nationale. Mais ici la représentation ordonnée n’est pas une technique ni une théorie. Elle est prédéterminée par une conception générale de l’univers dans laquelle elle s’inscrit et le principe de cohérence est celui de l’ordre naturel. Toutes les régularités obéissent aux lois de la Nature, aussi bien la société que le corps humain. Le problème est donc de trouver la méthode permettant de découvrir l’ordre naturel et H. Goutte montre que Quesnay allie la méthode inductive à la méthode déductive pour, finalement, établir une norme. Le tableau montre ce qui aurait pu être, l’ordre économique naturel.

19 – P. Retat commence son article par ces mots : "Au commencement était la propriété, et la propriété était la jouissance". Il aborde la pensée physiocratique de façon peu coutumière, du moins chez les économistes. La philosophie politique et morale de la Secte obéit à ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui le principe de plaisir. Une étude détaillée du vocabulaire de l’époque montre la relation étroite qui existe entre possession et jouissance. Conformément au droit naturel, la loi doit protéger la possession qui est, pour le propriétaire "certitude de jouir". Les avances sont un investissement dont les revenus futurs seront des jouissances. La jouissance différée est grosse de jouissances à venir. Nous retrouvons une philosophie hédoniste et la maximisation des bonheurs individuels, par une sorte de main invisible, doit conduire à l’intéret général : c’est au souverain d’incarner cette logique de la jouissance. L’être de l’homme c’est le propriétaire jouissant. La jouissance, dans la société, joue le rôle de la gravitation universelle dans le monde cosmique. La jouissance différée correspond à l’"intérêt bien entendu" tel que le développe H. Goutte.

20– S. Latouche résume parfaitement bien son propos. Il s’agit de retracer la mise en place progressive de l’ordre social naturel, mythe fondateur des sciences sociales. Le grand principe devant fournir l’intelligibilité du social est d’appliquer au monde des hommes la méthode utilisée en physique d’où, comme cela apparaît également dans les autres textes, l’analogie entre la mécanique sociale et la mécanique naturelle. Le postulat hédoniste joue toujours le rôle de la gravitation universelle. L’anthropologie de cette représentation de l’ordre social est donc naturaliste, naturalisme qui, pour S. Latouche, avec ses variantes propres, organise tous les discours appelés – Economie Politique-. La pérennité du mythe de l’ordre naturel va ainsi légitimer le capitalisme comme ordre social naturel et, malgré ses violentes attaques, Marx reste fasciné par la science-. Nous pensons ici au terme de – Socialisme Scientifique –. L’auteur du Capital a donc, lui aussi, cru pouvoir réduire le social à des lois physiques. Par voie de conséquence l’ordre social naturel est aussi le fondement imaginaire des pays du "Socialisme réel".

21– J. Fradin soutient, en ce qui concerne Marx, la même thèse que S. Latouche en l’approfondissant et en l’élargissant : Marx n’a pas su ou pu s’affranchir de la problématique métaphysique par excellence : trouver le "fond qui fonde". Pour mener à bien sa démonstration J. Fradin propose une relecture philosophique serrée des traditionnels "morceaux choisis" du Capital. Le développement des formes de la marchandise apparaît ici comme un processus phénoménologique ou le travail, "substance de la valeur", renvoie en réalité à une Société Naturelle qui est le véritable fondement des échanges d’où l’importance de Robinson comme terme du processus de dévoilement. Ce que trouve Marx n’est donc pas nouveau puisqu’il s’agit du domaine naturaliste tel que nous le donnent à lire Leibnitz, Quesnay et Hegel. Comme chez ces auteurs l’Ordre Social Naturel est articulant, faute de quoi il y a chaos. Cette grille de lecture permet à l’auteur de montrer que le matérialisme de Marx est un Naturalisme, solution d’une équation typiquement métaphysique. Contrairement à ce que d’autres lectures nous ont laissé croire, en quelque sorte, il n’y a pas de "jeune Marx" ni de "Marx de la maturité". Il y a toujours eu un "vieux Marx" car il n’a pu penser la société autrement que dans les termes du Droit Naturel. Marx est un homme du XVIIIe siècle.

22– P. Dockes aborde le thème d’une façon plus coutumière pour les économistes. Alors que M. Peron montre comment Petty aboutit à la nécessaire inégalité des richesses, alors que l’on sait que Petty est le fondateur de l’Arithmétique Politique, on comprend la nécessité de mesurer la richesse. Mais avec quels prix ? Ce ne peuvent être que les prix naturels, le trend, dirions-nous aujourd’hui, autour duquel oscillent les prix de marché. Nous sommes amenés alors à suivre les deux tentatives de Petty qui, la deuxième étant achevée, conduit à considérer le prix naturel comme un coût de production, terre et travail. Mais il y a risque de raisonnement circulaire et P. Dockes montre comment, à partir du stratagème de l’esclave casé, Cantillon pense résoudre le problème en ramenant toute mesure à la terre seule. Ce faisant il apparart qu’un type de lecture, que nous avons appelé naïf, est trompeur. Petty n’est pas un "précurseur" de la valeur travail. Un autre type de lecture apparaît également trompeur. On ne peut relire Petty et Cantillon en s’appuyant sur la notion de prix classique.

23Ayant pris en charge le choix du thème, la coordination et la présentation de ce recueil, nous ne critiquerons pas ici les articles dont nous espérons avoir donné des résumés fidèles quant à l’esprit. Il nous semble nécessaire de donner une suite au thème choisi qui consisterait, tout d’abord, à demander à des philosophes, juristes, historiens et littéraires, des critiques sur les contributions ici présentées. Il serait également souhaitable que les économistes partisans de la méthode récurrente, défendent leur point de vue. L’équipe d’AEH remercie d’avance les personnes intéressées par ce programme, quelles que soient leurs préférences politiques et scientifiques. Pour terminer, nous nous excusons de la parution tardive de ce numéro, la plupart des textes étant arrivés dans les délais.

24Janvier 1985.

Notes de bas de page

1 H. Brochier : Problèmes et méthodes en histoire de la pensée économique. Economie et Sociétés. Série P.E. n° 1. 1984. p. 4.

2 Ibidem.

3 M. Fichant : L’idée d’une histoire des sciences. Sur l’histoire des Sciences (avec M. Pecheux). Maspéro. 1969. p. 101.

4 M. Blaug : La Pensée économique. Economica 1981 p. VII.

5 Ibidem p. IX.

6 N. Bourbaki : Eléments d’histoire des Mathématiques. Hermann, 1969 p.7.

7 G. Faccarello : Avant-Propos. Economie et Société. N° cité p. 9.

8 Voir J. Cartélier : Surproduit et reproduction. Maspéro. 1976. p. 22. Cette question est posée par l’auteur lui-même.

9 Voir M. Volle : Le métier de statisticien. Hachette. 1980. p. 185.

10 Voir J.O. 1976 n° 1420-1. Nomenclature d’activités et de produits. 1973. pp. 193-195.

11 M. Voile : Ouvrage cité p. 185.

12 Voir G.I. Stigler : Essays in the History of Economies. The University of Chicago Press. 1965 p. 18.

13 Voir L. Bourcier de Carbon : Essai sur l’Histoire de la Pensée et des Doctrines Economiques. Tome I. Montchrétien. 1971 pp. 216-219 et pp. 409-412.

14 J.P. de Gaudemar : Faire l’histoire de la pensée économique ? Revue Economique. Vol. 29, N° 4. Juillet 1978 p. 663.

15 M. Luftalla : Aux origines de la pensée économique. Economica. 1981.

16 G.l. Stigler : Ouvrage cité p. 34 à 36.

17 C. There : Eléments d’une sociologie des auteurs économiques de langue française (1715-1776). Economie et Société. n° cité. p. 23.

18 H. Denis : La formation de la science économique. PUF. 1967.

19 M. Herland : Keynes. Union générale d’editions. (10-18). 1981.

20 L. Althusser : Pour Marx. Maspéro. 1969. p. 54.

21 C.B. Macpherson : La théorie politique de l’individualisme possessif de Hobbes à Locke. Gallimard. 1971.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.