Version classiqueVersion mobile

La femme au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Première partie. Idéologie et écritures du code civil à Camille Flammarion

Flora Tristan : de la révolte à l’apostolat du Tour de France1

Lucette Czyba

Texte intégral

  • 1 Voir Flora Tristan, Tour de France, journal inédit, 1843-1844, Edit. Tête de Feuilles, 1973.

1Comment Flora Tristan est devenue la « femme-Messie », comment expliquer sa vocation apostolique, il est tentant de se poser la question, mais délicat d’y répondre. Il est cependant possible de s’appuyer sur un certain nombre de faits assurés et de suggérer quelques hypothèses.

  • 2 Jules Puech, La vie et l’œuvre de Flora Tristan, Paris, 1925, Avant-Propos, p. 1. Cette thèse de do (...)
  • 3 Elle découvre cette illégitimité à l’âge de quinze ans, à l’occasion d’un projet de mariage qui, de (...)
  • 4 Pour les démêlés de Flora Tristan avec son mari, le graveur André Chazal, voir Jules Puech, op. cit (...)
  • 5 D’où le regain d’intérêt manifesté pour Flora Tristan depuis 1968. Après la thèse de Jules Puech (1 (...)
  • 6 En 1825, à 22 ans, Flora déjà mère d’un garçon et enceinte de sa fille Aline, quitte définitivement (...)
  • 7 Et qui en est un dans les faits, étant donné la situation juridique de la femme mariée à cette date
  • 8 Cf. n. 6 ; voir Flora Tristan, Pérégrinations d'une paria (1833-1834), Paris, Arthus Bertrand, Libr (...)
  • 9 Jules Puech, op. cit., p. 19. Inversement son état de paria est aussi la conséquence de la lutte qu (...)
  • 10 L’abandon de son nom d’épouse exprime la volonté d’émancipation : moins d’un mois après la condamna (...)
  • 11 Il meurt en 1807 ou 1808, quand Flora a 4 ou 5 ans (voir J. Puech, op. cit., p. 6) ; pour l’image m (...)
  • 12 « Le célèbre Montézuma, conquérent du Mexique, figurait parmi ses ancêtres et la famille Tristan jo (...)
  • 13 Voir Ibid., p. 15 et 28.
  • 14 Pérégrinations d’une Paria, 1, 47, cité par J. Puech, ibid., p. 15 ; cf. : « La seule affection qui (...)

2Comme l’a montré Jules Puech2, l’œuvre de Flora Tristan est étroitement dépendante de l’existence qu’elle a menée : « l’agitation romanesque de sa vie lui inspira, en quelque mesure, son nouvel évangile ». Sa situation d’enfant illégitime3, d’épouse et de mère malheureuse4, a sensiblement contribué à faire d’elle l’ancêtre du mouvement féministe5 et du socialisme ouvrier : dès 18256... « son sort qu’elle juge malheureux, sa situation de femme mariée qui lui paraît un esclavage7, son état de femme séparée qui fait d’elle une “Paria "8, l’orientent vers la pensée qui dominera toute sa vie : l’affranchissement, l’affranchissement du pauvre et celui de la femme, car elle est elle-même une pauvre femme »9. Cette condition de « paria » est d’autant plus humiliante pour elle10 qu’élevée dans le culte d’un père mythique11, appartenant à l’une des plus anciennes familles du Pérou12, elle a l’orgueil de ces origines et conserve toute sa vie les goûts de l’aristocrate qu’elle a toujours eu conscience d’être13. L’apostolat de Flora Tristan peut donc être interprété comme un moyen de lutter contre sa condition de paria et de se conférer à elle-même une valeur que la société lui a refusée. De plus l’amour qu’elle a déifié depuis l’âge de 14 ans, le considérant comme « le souffle de Dieu, sa pensée vivifiante, celle qui produit le grand et le beau »14, après l’échec du mariage, se sublime en amour de l’humanité et anime la foi de l’apôtre des années quarante.

  • 15 J. Puech, op. cit., p. 19-20. Si l’on est mal renseigné sur ces années (1825-1830) où Flora voyage (...)
  • 16 Ibid., p. 20 : « Il est vraisemblable que si l’accueil avait répondu à ses espérances, si Don Pio d (...)
  • 17 Dans les Pérégrinations d'une paria, Flora évoque une de ses cousines qui a réussi à s’enfuir du co (...)
  • 18 Ibid., p. 60.
  • 19 Ibid., p. 61 ;... « Elle connaissait maintenant l’ascendant qu’elle exerçait sur les êtres qui l’ap (...)

3En fait les premières années qui suivirent son départ du domicile conjugal sont plutôt des années de documentation involontaire que d’apostolat. Tout d’abord Flora a dû gagner sa vie et surtout a désiré « sortir de son humble condition »15. C’est pourquoi elle a cherché à se rapprocher de sa riche famille paternelle et entrepris le voyage (périlleux) au Pérou en 1833-1834. Parce qu’elle est restée, aux yeux de son aristocratique famille, une étrangère, la fille naturelle et non légitime de Don Mariano, le voyage au Pérou16 a eu des conséquences qu’elle ne pouvait escompter : son désir de valorisation sociale est demeuré insatisfait et a dû se frayer d’autres voies ; plus que ceux qu’elle avait faits précédemment en Europe, ce voyage enrichit son observation des mœurs sociales et politiques ; sa pitié pour le peuple ignorant s’y accroît ; des analogies s’imposent entre la claustration des femmes enfermées dans les couvents péruviens, prisonnières des vœux qu’elles ont prononcés et sa propre captivité, celle dont elle ne peut s’évader davantage : le mariage indestructible17. D’où son aspiration à un idéal d’affranchissement : « Liberté, oh ! chère Liberté, il n’est pour ta perte aucune compensation : la sécurité même n’en est pas une ; rien au monde ne saurait te remplacer »18. Dans le même temps elle est fascinée par l’intransigeance mystique de la supérieure du Couvent de Santa Rosa, vieille carmélite qui soupire après les bûchers de Torquemada, parce qu’elle est animée d’une foi qui transporte les montagnes, foi qui sera précisément celle de Flora quand elle entreprendra son Tour de France. En outre pendant la Révolution péruvienne, les hommes de sa famille sollicitent souvent ses avis et ses conseils. Elle a même eu la tentation d’entreprendre la rénovation politique du Pérou avec l’aide du Colonel Escudero. Pour la première fois sa vocation d’apôtre se manifeste, « ce désir de contribuer au bien » qui a été constamment « la passion de son âme », et ce besoin d’une « carrière active, aventureuse, toujours dans ses goûts... »19.

  • 20 Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères, par Mme F. T., prix : 1 franc. Paris, chez (...)
  • 21 Né cessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères, par Mme F. T., prix : 1 franc. Paris, che (...)
  • 22 « Ce luxe de détails est très conforme à l’esprit du temps et les apôtres de la même époque en sont (...)

4Cette vocation naissante de Flora s’exprime à son retour du Pérou dans la rédaction d’une brochure où l’on trouve en puissance ses idées maîtresses, Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères20, et où se précisent son féminisme et son internationalisme : « Les limites de notre amour ne doivent pas être les buissons qui entourent notre jardin, les murs qui enceignent notre ville, les montagnes ou les mers qui bordent notre pays. Désormais notre patrie doit être l'univers »21. Dans cette première œuvre, considérant l’union comme le seul remède contre le mal social, elle envisage déjà de fonder une association et détaille22 les statuts qui en seront la base. De plus pour l’éditer, comme plus tard pour l’Union ouvrière, elle fait un appel direct au public. La lettre qu’elle écrit alors à Fourier en lui adressant sa brochure traduit également un désir d’apostolat :

  • 23 Lettre du 21 août 1835, citée par J. Puech, Ibid., p. 69 ; cf. la lettre au même, 11 octobre 1835, (...)

5« J’ose vous prier, Monsieur, de vouloir bien vous rappeler de moi (sic) lorsque le cas viendra où vous aurez besoin d’une personne dévouée, je peux vous assurer que vous trouverez en moi une force peu commune à mon sexe, un besoin de faire le bien, et une reconnaissance profonde pour tous ceux qui me procureront les moyens d’être utile »23.

  • 24 « Pour la quatrième fois, Flora Tristan passa la Manche... Elle parcourut tous les milieux, examina (...)

6Le voyage en Angleterre de 183924 a eu une influence décisive sur la vocation apostolique de Flora car il lui a permis d’observer de près la misère du peuple et l’infériorité sociale de la femme, infériorité voulue et organisée par l’homme, double préoccupation qui hante son esprit. Pour elle, comme pour les réformateurs contemporains, l’expérience anglaise est le préalable nécessaire à une prise de conscience des problèmes sociaux français :

  • 25 Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses, Plon, 1958, p. 147 ; voir par exemple (...)

7« C’est essentiellement... à travers les conséquences sociales et morales de l’évolution démographique et économique de l’Angleterre que la littérature sociale en France s’est ouverte au problème français de la misère : avec la littérature sociale, la littérature en général. C’est en Angleterre que la misère urbaine a provoqué le plus tôt ses effets les plus durs et qu’elle a, d’autre part, été le plus décrite. Cette description n’a pas peu contribué à révéler certains aspects de la misère française qu’une moindre violence, des couleurs moins sombres, une lente évolution, l’habitude aussi, rendaient moins évidente... »25.

8Flora reconnaît sa dette à l’égard de Mary Wollstonecraft qui affirmait dès 1792 dans A vindication of the rights of woman :

  • 26 Cité par D. Desanti, Flora Tristan, Vie, œuvres mêlées, 10/18, p. 53 ; « Cependant une voix de femm (...)

9« Le principe est simple : si la femme n’est pas préparée, par son éducation, à devenir le compagnon de l’homme, elle arrêtera le progrès du savoir, car si la vérité n’est pas commune à tous, elle devient inefficace et sans effet sur les actes quotidiens »26.

  • 27 Voir J. Puech, op. cit., p. 102. Flora Tristan a pu faire la connaissance des chefs de ce mouvement (...)
  • 28 Promenades dans Londres, p. 356, cité par J. Puech, ibid., p. 301.
  • 29 Contrairement à Saint-Simon et Fourier plus « théoriciens ».
  • 30 Cité par J. Puech, ibid., p. 306 ; Flora a été fascinée par la personnalité d’O’Connell ; voir à ce (...)

10Toute l’œuvre sociale que Flora Tristan a voulu entreprendre a également été influencée par le mouvement chartiste27 qui présentait précisément en 1839 une pétition nationale au Parlement pour le suffrage universel. Les expériences de Robert Owen, combinées aux lectures de Saint-Simon et de Fourier, imposent à Flora cette conclusion : l’organisation des ouvriers peut mettre fin à leur misère, « le travail par association est le seul qui puisse garantir les hommes de l’oppression et de la famine »28. De plus Robert Owen a prouvé qu’il suffisait29 à un réformateur « d’être un homme dont le cœur est aimant, l’esprit juste et observateur », qualités dont la jeune femme se sait douée. Elle est donc convaincue de pouvoir combattre, elle aussi, en France le mal social. L’exemple de l’Irlande et de son défenseur O’Connell lui fournit un précédent typique qu’elle n’oubliera pas en concevant l'Union ouvrière : « L’Irlande est encore le seul pays qui ait su comprendre que le peuple, s’il veut sortir de l’esclavage, doit commencer par former une vaste union »30, établir un système de cotisations volontaires pour rétribuer convenablement l’homme dévoué qui sera son représentant au Parlement. La rencontre enfin de l’inspiré Chabrier à l’asile de Bedlam a pu avoir une certaine influence sur Flora qui vit en lui non un fou mais un envoyé du ciel, un prophète instruit des vérités divines, la désignant elle-même pour les révéler au monde parce qu’il la croyait aussi marquée du signe divin :

11« Oh ! ma sœur, me dit-il avec un accent de fraternité qui avait quelque chose d’angélique, ma sœur, c’est Dieu qui vous envoie dans ce lieu de désolation non pour me sauver, car je dois y périr, mais pour sauver l’idée que je viens apporter au monde ! Ecoutez ! vous savez, ma sœur, que je suis le représentant de votre Dieu —-le Messie annoncé par Jésus-Christ. Je viens achever l’œuvre qu’il a indiquée. Je viens faire cesser toutes les servitudes, affranchir la femme de l’esclavage de l’homme, le pauvre de celui du riche, et l’âme de la servitude du péché. »

  • 31 Cité par J. Puech, ibid., p. 105.
  • 32 Dans L’émancipation de la femme ou le testament de la paria, ouvrage posthume de Mme Flora Tristan, (...)

12... Ma sœur, me dit-il, je vais te donner le signe de la rédemption, parce que je t’en juge digne ! L’infortuné avait sur son cœur une douzaine de petites croix en paille, entourées d’un crêpe noir et d’une bandelette rouge. Dessus étaient écrits ces mots Dieu et sang. Il en prit une et me la donna, en disant : « Prends cette croix, mets-la sur ta poitrine et va par le monde annoncer la loi nouvelle »31. La relation de cette rencontre qui parachève l’influence du voyage de 1839 est révélatrice de l’illuminisme de Flora Tristan, illuminisme conforme à l’esprit du temps : on croit à l’intervention divine de la femme-Messie. Le sculpteur Ganneau fonde son évadisme sur l’idée de deux sexes égaux et de la femme affranchie « par le culte de l’amour et l’honneur » qu’il rendait à son titre de mère. Les saint-simoniens sont aussi pénétrés de cette idée que la femme, jouant son rôle social, va rénover l’humanité. Dans ce contexte il n’est pas étonnant que Flora Tristan ait acquis l’assurance mystique d’avoir été chargée par le ciel d’une « mission » auprès de la classe ouvrière32.

13Trois lectures ont directement déterminé la conception et la rédaction de l'Union ouvrière, de l’aveu même de son auteur :

  • 33 Union ouvrière, p. 11.
  • 34 Ibid., p. 12.

14« C’est en lisant le Livre du Compagnonnage de M. Agricol Perdiguier (ouvrier mesuisier), la petite brochure de M. Pierre Moreau (ouvrier serrurier), le Projet de régénération du Compagnonnage, par M. Gosset, père des forgerons, que mon esprit fut frappé, illuminé par cette grande idée de l'Union Universelle des Ouvriers et des Ouvrières »33. Après avoir reconnu et affirmé les mérites de ces trois ouvrages, Flora constate l’insuffisance des réformes proposées : « Sans nul doute, ces réformes pourraient améliorer les mœurs des ouvriers ; mais je dois le dire, ce qui m’a frappée, c’est de voir que parmi les améliorations proposées par MM. Perdiguier, Moreau et le père des forgerons, aucune n’était de nature à apporter une amélioration véritable et positive dans la situation matérielle et morale de la classe ouvrière »34.

  • 35 Ibid., p. 12.
  • 36 Ibid., p. 14, 15, 16, 17, 18, 19 : « Des moyens de constituer la classe ouvrière ».

15Aucun des trois réformateurs ouvriers ne propose « un plan d’union générale, dont le but serait de placer la classe ouvrière dans une position sociale qui la mît à même de réclamer son droit au travail, son droit à l’instruction, et son droit à la représentation devant le pays »35, seul « programme » qui permettrait, selon Flora, de lutter efficacement contre la misère qui accable la classe ouvrière. Perdiguier, Moreau et Gosset en conseillant l’entr’aide en cas de maladie, de chômage ou d’accident, peuvent adoucir, soulager, non « extirper » cette misère. Quatre ans avant le Manifeste communiste de Karl Marx et Engels, Flora énonce en revanche la nécessité de l’union universelle des ouvriers et des ouvrières et de l’organisation du prolétariat : c’est en se rendant maîtres d’une puissance réelle, celle de l’argent, au moyen d’une cotisation volontaire versée par chacun d’entre eux, que les ouvriers, constitués en classe36, acquerront le pouvoir de réclamer auprès des bourgeois le droit au travail, c’est-à-dire le droit de vivre et corrigeront ainsi l’« omission grave » que comporte la Charte de 1830 :

  • 37 Ibid., p. 22.

16« Nos législateurs constitutionnels ont oublié qu’avant les droits de l’homme et du citoyen, il existe un droit impérieux, imprescriptible, qui prime et domine tous les autres, le droit de vivre. Or, pour le pauvre ouvrier qui ne possède ni terres, ni maisons, ni capitaux, ni rien absolument que ses bras, les droits de l’homme et du citoyen sont de nulle valeur (et même en ce cas ils deviennent pour lui une amère dérision), si préalablement on ne lui reconnaît pas le droit de vivre, et, pour l’ouvrier, le droit de vivre, c’est le droit au travail, le seul qui puisse lui donner la possibilité de manger, et par conséquent de vivre »37.

17Pour mesurer la hardiesse du projet de Flora Tristan, il convient de rappeler le point de vue officiel exprimé par Casimir Périer en conclusion des événements de Lyon :

  • 38 Cité par Régine Pernoud, Histoire de la bourgeoisie en France, Seuil, 1962, T. II, p. 466.

18« Il faut que les ouvriers sachent qu’il n’y a de remède pour eux que la patience et la résignation »38.

  • 39 Union ouvrière, p. 70, 71, ch. III, « Le pourquoi je mentionne les femmes ». Les « palais » financé (...)
  • 40 Pour remplir cette fonction, Flora Tristan a envisagé le fouriériste Victor Considérant, directeur (...)

19Cette hardiesse paraît encore plus grande quand on considère une des idées-maîtresses de l’Union ouvrière : la reconnaissance de l’égalité absolue de la femme, son émancipation, sont la condition nécessaire et indispensable de celle du prolétaire, « l’oubli et le mépris qu’on a faits des droits naturels de la femme (étant) les seules causes des malheurs du monde... ». Les ouvrières auront donc les mêmes droits que les ouvriers au travail, à l’entrée dans les Palais de l’Union ouvrière, à l’instruction39. En proposant enfin le choix d’un porte-parole de la classe ouvrière40, l’Union ouvrière préfigure ce qui se passera en 1848 :

  • 41 Louis Chevalier, op. cit., p. 497.

20« En 1848 c’est la bourgeoisie avancée qui a eu l’idée d’envoyer des ouvriers à l’Assemblée constituante... Les ouvriers ne confient pas à des hommes de leur classe un mandat quelconque parce qu’ils sont très pénétrés encore du sentiment de leur infériorité, de leur incapacité. Le peuple est encore assez éloigné de croire que la rédemption est venue pour lui »41.

  • 42 Union ouvrière, p. 10.
  • 43 Ibid., p. IX.
  • 44 « Etat actuel de la classe ouvrière sous l’aspect moral, intellectuel, matériel ».

21C’est pour répandre ces idées révolutionnaires dans le public, les mettre à la portée des ouvriers « qui ne savent pas lire », ou « n’ont pas le temps de lire »42, et se révèlent incapables de comprendre que la réalisation du droit au travail n’est pas synonyme d’enrégimentation43 que Flora Tristan entreprend son Tour de France en 1843. La mission ne peut aboutir si l’apôtre n’emploie pas les moyens les plus propres à convaincre ; Flora, dans cette perspective, doit donc apprendre à connaître ses interlocuteurs en les voyant vivre : l’apostolat se double d’une véritable enquête sur la condition ouvrière, comme l’indique le sous-titre de l’œuvre44 ; cette enquête modifie à son tour la vision que l’apôtre a de la classe ouvrière et de la bourgeoisie, ainsi que de leur relation réciproque ; le Tour de France peut donc se lire aussi comme une sorte d’itinéraire moral et politique de son auteur : autant d’aspects du journal inédit de Flora qu’il s’agit désormais d’examiner.

  • 45 Il serait fastidieux et inutile d’en faire le recensement complet. Il suffit d’en dégager les princ (...)
  • 46 Le Tour de France, p. 127.
  • 47 Ibid., p. 213.
  • 48 Ibid., p. 78.
  • 49 Ibid., p. 82.
  • 50 Ibid., p. 209.
  • 51 Ibid., p. 257. « ... une voix intérieure me disait... va éclairer et vivifier les populations ignor (...)
  • 52 Ibid., p. 128.
  • 53 Voir ibid., p. 134.

22L’affirmation de l’apostolat est un leitmotiv du Tour de France et s’exprime grâce à un recours constant au vocabulaire évangélique45. Ainsi Flora-auteur élabore le mythe de Flora-apôtre : « Je réalise à la lettre le commandement de Jésus : Allez droit devant vous sans vous inquiéter de rien, frappez à toutes les portes que vous rencontrerez sur votre chemin et il vous sera ouvert »46... « J’étais là, moi l’apôtre acharné d’une religion nouvelle... »47. Femme-Messie, elle « apporte la vie »48, « la bonne nouvelle »49, considérant l’Union ouvrière comme « un évangile nouveau pour les ouvriers »50, un « catéchisme qui avancera la marche des idées »51. Prophète52, parce que « supérieure » à l’époque où elle vit et capable de voir « la face qu’aura l’humanité dans 50 siècles », elle accepte la « tâche » de « guider » cette humanité encore en enfance53. Aussi exalte-t-elle la « folie » de Pérelle, l’ouvrier saint-simonien de Lyon, capable de comprendre cette fonction prophétique et de reconnaître qu’elle signifie la « supériorité » et « l’avènement de la femme » :

  • 54 Ibid., p. 82 ; Cf. supra, à Londres alors qu’elle visitait l’asile de Bedlam, un des malades salua (...)

23« ... Cet homme pour tous les autres est fou. — Ainsi ont été considérés de tous les temps ceux qui ont devancé leur époque en vivant dans l’avenir. — Jésus passait aux yeux de ses contemporains pour un fou et ceux qui sont venus après en ont fait un Dieux » (sic)54.

24L’illuminisme de Flora se manifeste dans sa conviction d’être investie d’une mission divine et de se trouver ainsi dans un état surnaturel :

  • 55 Ibid., p. 38.
  • 56 Ibid., p. 35.
  • 57 Ibid., p. 44.
  • 58 Ibid., p. 195 ; voir quelques lignes plus haut :... « Un homme qui ne sait pas lire, qui n’a reçu a (...)
  • 59 Ibid., p. 233 ; voir au bas de la même page : « J’ai remarqué que les hommes d’amour sont propres à (...)

25... « je me suis levée pour entreprendre la belle et noble mission pour laquelle Dieux dans sa toute bonté m’a choisie. Je sentais en moi comme une grâce divine qui m’enveloppait, me magnétisait et me transportait dans une autre vie... C’était quelque chose de grand, de sublime, de religieux, c’était pour ainsi dire un enthousiasme porté à son apogée... »55. Elle ne doute pas de la « grandeur » et de la « sainteté »56 de sa mission. Le caractère sublime de la tâche qu’elle a entreprise non seulement accapare toute son attention mais de plus anesthésie la douleur physique provoquée par ses maux de vessie : « ... pour l’instant je sens mes douleurs et au même instant j’en suis détournée par mes pensées au point que je ne me rappelle plus que je souffre. Ainsi voilà un fait que j’éprouve qui m’arrive chaque jour, et qui prouve évidemment que les martyrs ne sentaient pas leurs douleurs physiques »57. Toute l’action de l’apôtre se fonde sur l’amour qui lui paraît le moteur de tout : « A dire ce qu’on peut faire avec de l’amour ! la puissance réelle est là et rien que là »58. C’est l’amour qui suscite l’intelligence et le dévouement : « Dans ce Midi, il n’y a pas d’amour !... pas d’amour, par conséquent pas de dévouement, pas d’intelligence ! »59. Cet amour ne signifie pas pour Flora le sentiment d’une égalité fraternelle dans la lutte menée contre l’injustice sociale ; il se fonde plutôt sur les délires de l’orgueil que provoque l’exercice d’une exaltante maternité spirituelle ; en témoignent ses exclamations lyriques à propos des « ouvriers intelligents » qui ont compris sa « parole » :...

  • 60 Ibid., p. 150 ; voir ibid., p. 154, 155 : « Mon Dieux que je te remercie d’avoir mis en moi tant de (...)

26« Avec quelle délirante passion de l’esprit mon âme a étreint leur âme, lorsque je sentais que la parole de vie que Dieux leur envoyait par ma bouche s’incarnait en eux et vivifiait leur esprit et ennoblissait leur être !... avec quel amour de mère j’ai déversé sur eux de soins et de sollicitudes !... Oh ! combien cet enfantement tout laborieux qu’il a pu être était pour un cœur plein de jouissances ! Donner la vie spirituelle à un frère ! mais c’est être Dieux créant dans l’univers !... »60.

  • 61 Eléonore Blanc que Flora rencontre pendant son séjour à Lyon du 2 mai au 14 juin 1844.
  • 62 Aline Chazal, voir n. 6 ; ibid., p. 131, 132.
  • 63 Tour de France, p. 132.
  • 64 Ibid., p. 127.
  • 65 Ibid., p. 43.
  • 66 Ibid., p. 119 ; voir p. 120 : « Il se passe entre Eléonore et moi ce qui se passait entre Jésus et (...)
  • 67 Ibid., p. 183.
  • 68 Ibid., p. 123.
  • 69 Ibid., p. 158 ; on peut rapprocher de ce banquet qui clôt le séjour de Flora à Lyon, le 7 juillet 1 (...)
  • 70 Ibid., p. 160 : « Je sentis que je ne retrouverais pas une seconde ville comme cela ».

27Cette maternité spirituelle lui paraît supérieure à la maternité physique : « Je viens de recevoir une lettre de ma fille spirituelle61, comme les créations de l’esprit sont préférables aux créations de la chair ! Je me sens pour cette enfant un amour tout particulier, il est très supérieur à celui que j’ai pour ma fille de chair »62. Le prosélytisme de l’apôtre révèle sa paranoïa : son plaisir consiste à modeler sa disciple selon sa volonté : « Je suis heureuse de vivre dans son esprit, dans son cœur, dans sa pensée. C’est moi qui lui ai donné cette vie belle et grande, et maintenant j’en jouis avec délices !... Quel immense bonheur pour moi si je les voyais tous travailler comme je le désire »63. Elle tire fréquemment gloire de l’ascendant qu’elle exerce sur son auditoire, elle aime subjuguer un public a priori rétif, elle se déclare capable de « remuer » en 24 heures les ouvriers d’une ville de 60 000 âmes64, à plusieurs reprises elle se flatte de comprendre ce qui anime ses interlocuteurs grâce au « tact qu’(elle) possède au suprême degré »65. Eléonore Blanc devient la disciple préférée parce que l’admiration exaltée qu’elle voue à Flora « renvoie » à cette dernière une image grandiose d’elle-même :... « je crois pour la première fois à l’existence d’êtres supérieurs, je cherche à comprendre ce qui se passe en vous. Je suis saisie d’un désir violent de vivre de votre vie »66. Ainsi l’apostolat compense les frustrations et les manques d’une existence de « paria ». A Marseille Flora exulte : « J’ai atteint mon but. Voilà l’amour que je voulais leur inspirer. Me rendre “utile” afin qu’ils m’aiment parce qu’ils reconnaissent que je puis "les servir utilement" »67. L’amour n’est donc pas seulement le moteur, il est aussi le « but » de l’action. Il s’agit d’un sentiment supérieur, sublimé, comme si l’amour idéal que Flora a rêvé dans son adolescence devenait réalité ; ainsi elle déclare ne pouvoir consentir au bonheur conjugal dont le ménage Goin de Roanne lui offre le spectacle : « Oh ! que je préfère cette grande et magnifique existence humanitaire dont je jouis avec tant de bonheur ! Etre seule afin de vouloir vivre de la vie de tous qu’y a-t-il de plus grand, de plus beau, de plus heureux au monde ! Mon amant à moi c’est Dieux, c’est l’humanité, c’est l’amour de mes frères, c’est là un amour seul digne de moi ? »68. Le sommet de l’exaltation mystique est atteint dans le banquet communautaire où s’incarne le mythe de la réconciliation universelle provoquée par l’empire de l’apôtre sur ses disciples, de la « mère » sur ses « enfants » : « Ce fut l’étincelle électrique, mon émotion, mon amour se communiquèrent à tous selon le degré d’amour qu’il y avait en eux — et il se passa alors une scène des plus belles, des plus neuves, des plus inattendues, des plus religieuses qu’on puisse se figurer... tous saisis spontanément par l’élan de sensibilité sublime qui s’était emparé de moi, subirent, sans pouvoir s’en défendre, ce même élan, et tous émus, tremblant, pleurant de joie, de bonheur, d’amour pour l’humanité ! »69. Ces scènes (d’hystérie collective) témoignent selon Flora de la communion qui peut s’établir entre les êtres mus par un même amour. D’où sa souffrance de quitter Lyon où elle a connu un semblable bonheur70.

  • 71 Union ouvrière, préface, p. XXXIV. Voir Tour de France, p. 109.
  • 72 Ibid., p. XXXI ; souligné par F. Tristan.
  • 73 Tour de France, p. 199.
  • 74 Ibid., p. 199.
  • 75 Ibid., p. 242.
  • 76 Voir par exemple ibid., p. 149.

28Selon la conception mystique que l’apôtre se fait de son action, la fonction de la foi est sensiblement égale à celle de l’amour : « Jésus avait raison lorsqu’il disait : Ayez la foi et vous transporterez des montagnes »71. Après le refus de l’éditeur Pagnerre, le souvenir du curé de Saint-Sulpice quêtant de porte en porte pour réunir l’argent nécessaire à la construction de son église inspire à Flora l’idée de solliciter des souscriptions pour faire imprimer l'Union ouvrière : « ... si j’hésitais... ce serait avouer que ma foi est moins puissante que celle des catholiques ! »72. Cette foi qui anime l’apôtre, elle entend la communiquer à tous ceux qu’elle visite : tel est, de son propre aveu, le but des repas communautaires, des « Cènes », auxquelles elle prend part73. Communiquer la foi signifie pour elle « magnétiser »74 son auditoire ; aussi insiste-t-elle fréquemment sur « la puissance magnétique » que « Dieux » a mise en elle75. En outre, le recours assez systématique à l’irrationnel quand un phénomène social échappe à la compréhension de Flora marque les limites de son esprit critique et révèle le mysticisme de sa démarche ; elle admet fréquemment que la vie soit « un mystère », qu’on n’y comprenne rien et simultanément exalte la Providence divine76.

  • 77 Peintre et ami de Flora.
  • 78 Tour de France, p. 14.
  • 79 Ibid., p. 12.
  • 80 Ibid., p. 39, 141.
  • 81 Ibid., p. 137, 156 ; voir ibid., p. 257 :... « Mon Tour de France sera un catéchisme... »
  • 82 Voir par exemple ibid., p. 245.
  • 83 Ibid., p. 19.
  • 84 Ibid., p. 20.

29De l’apôtre, elle manifeste l’intransigeance. Convaincue de détenir la vérité, elle ne supporte ni conseil ni critique : « J’ai reçu ce soir une lettre de Jules (Laure)77 sur l’ouvrage qui réellement est curieuse. Il est impossible de porter l’outrecuidance plus loin, il me trace ce que j’aurais dû faire, c’est inconcevable, je ne le croyais pas aussi bête, aussi bouché... »78. Elle est celle qui « apporte la loi »79, « sème » l’idée80 ; les discours qu’elle tient aux ouvriers sont des « prêches »81, elle estime salutaire de critiquer sévèrement leur conduite et de leur parler « durement »82 : « Ma mission la voici : c’est de dire à ces ouvriers la vérité sur leurs défauts, leurs vices, et leur dire cela au point de vue d’une haute idée religieuse et humanitaire... Il faut leur dire la vérité »83. A l’égard de sa fille Aline elle fait preuve de ce que nous appellerions aujourd’hui du terrorisme intellectuel et moral, la condamnant parce qu’elle n’accepte pas de suivre la voie apostolique tracée par sa mère : « Je suis assez contente d’Aline, elle comprend très bien la portée de l’idée... Cependant elle est loin de me satisfaire. Ce qui lui manque c’est la foi, l’amour, l’enthousiasme, le dévouement, l’activité. Elle comprend la grandeur du plan, la beauté de la pensée, mais elle ne sacrifiera ni elle ni ses intérêts pour la faire réussir. Le manque de foi, d’amour met entre ma pauvre fille et moi un mur de fer... Comptez donc sur les enfants pour vous faire des amis, des disciples, des successeurs, quelle folie ! Dans l’épicerie et la boulangerie, oui, mais dans l’ordre intellectuel, absurde ! »84.

  • 85 Voir par exemple ibid., p. 21 : « Cette inintelligence de Vinçard est poignante pour moi... Cette l (...)
  • 86 Ibid., p. 178.

30Le leitmotiv des souffrances subies a une fonction primordiale dans l’élaboration du mythe de l’apôtre. Voulant communiquer sa foi à ses auditeurs, Flora se plaint de se heurter à leur incompréhension85, à leur « indifférence » et à leur « froideur »86 : « Servir l’humanité est chez moi une passion dévorante... Mais comment ? Elle est aveugle et sourde !... quelle souffrance mon Dieux, quelle ne peut m’entendre !

  • 87 Ibid., p. 43.

Voici mon épitaphe :
"Elle a parlé à des sourds".
Cela dit tout ce que j’ai souffert »87.

  • 88 Voir par exemple ibid., p. 66 : « ... hier j’ai été entraînée à parler et j’ai dit des choses digne (...)
  • 89 Ibid., p. 108 ; voir p. 142 : « ... Rittier, (sic) qui est furieux du succès que j’obtiens, me calo (...)
  • 90 Ibid., p. 68.
  • 91 Voir ibid., p. 113, n. 14.
  • 92 Ibid., p. 110. Dans Méphis (t. I, pp. 209, 323 ; t. II, p. 92 et passim) Flora affirme que la missi (...)
  • 93 Voir Tour de France, p. 228, 247 ; cf. ibid., p. 142 : « Oh ! Jésus, mon pauvre frère, que tes gran (...)
  • 94 Ibid., pp. 107, 142, 153, 220... Cf. la lettre adressée à Flora le 28 août 1844 par le Cercle 1er d (...)
  • 95 « Il paraît décidément que ma mission est bien belle puisqu’elle est si difficile ». (Ibid., p. 99)
  • 96 Ibid., p. 102.

31La métaphore biblique de la cécité-surdité revient sous la plume de Flora avec la constance d’un refrain88. Elle se dit également victime de calomnies où elle croit discerner une « jalousie d’homme à femme » ; ainsi Rittiez, le directeur du Censeur de Lyon, l’accuse d’être « un agent du Gouvernement » :« ... ceux qui voudraient remuer les masses ne remuant rien, ils sont furieux de me voir, moi sans journal, remuer les ouvriers de Lyon »89. Elle est en butte à des tracasseries policières, perquisition de sa chambre d’hôtel à Lyon90, mandat de comparaître devant le juge d’instruction à la requête du Procureur du Roi91. L’orgueil de l’apôtre interprète cette souffrance comme le signe de la supériorité incontestable de la « Femme-Guide » : « Ils enragent de voir que j’ai de l’action sur les ouvriers. C’est un fait superbe et qui prouve par action la supériorité de la femme ! »92. Les douleurs éprouvées par Flora l’emportent sur celles des premiers apôtres, des martyrs chrétiens et même de Jésus93. L’élément christique est en effet une composante fondamentale de la figure mythique que l’auteur du Tour de France trace d’elle-même, comme le montre la fréquence de la métaphore du « crucifiement »94. Ainsi tout dans cet auto-portrait concourt à la revalorisation de soi-même95, ce qui confirme l’hypothèse selon laquelle l’élaboration du mythe de l’apôtre signifie la revanche de la « paria » : « Oh ! jamais sainte Thérèse n’a poussé plus loin l’abnégation d’elle-même... C’est sublime ! J’admire moi-même (sic). Oh ! mon Dieux pourquoi n’en envoies-tu pas seulement 10 comme moi sur la terre ! »96.

  • 97 Ibid., p. 50.
  • 98 Ibid., p. 57 ; cf. ibid., p. 231 :... « Si j’avais avec moi 3 autres apôtres nous ferions plus ».
  • 99 Ibid., p. 266. Elle cherche ainsi à comprendre ce qui est le plus opposé à sa nature, « la vie des (...)
  • 100 Ibid., p. 67 ; voir la suite : « Ainsi donc le trop du sentiment le plus sublime devient même un dé (...)
  • 101 Ibid., p. 68.

32L’illuminisme de Flora Tristan, les tendances paranoïaques qu’elle révèle dans la vision qu’elle a d’autrui et de soi-même, ne l’empêchent pas cependant de conduire son enquête auprès des ouvriers avec les qualités indispensables pour la mener à bien. Pendant tout son voyage elle manifeste un souci constant d’efficacité pratique qui requiert autant de discernement et de lucidité que de sens de l’observation ; en témoignent des remarques de ce type : « Pour faire très bien cette propagande il me faudrait un an, et je n’ai ni le temps ni l’argent. Enfin je ferai ce que je pourrai »97 ; ou bien : « ... si l’on veut se faire comprendre et entrer en relation intime avec ses auditeurs, il faut être dans une chambre d’une moyenne grandeur et ne pas avoir autour de soi au plus 40 hommes »98. Elle a aussi la motivation nécessaire :... « cette passion démesurée qui est en moi de tout connaître »99. Enfin et surtout elle est capable d’esprit critique à l’égard d’elle-même et de son propre comportement ; ainsi elle analyse avec sagacité son caractère passionné qui la rend injuste à l’égard des ouvriers :... « aveuglée par l’amour immense qui m’embrase, je veux qu’en six mois les ouvriers sachent ce que moi j’ai mis 20 ans à comprendre ! »100 Elle a conscience de son « impressionnabilité » : « De loin, j’accepte l’ignorance, je la vois, je la discute avec calme et sans en souffrir. Mais de près je ne peux maîtriser l’irritation que cela me cause »101. Dès le commencement cette femme intelligente mesure les difficultés de l’entreprise, constatant lucidement que ceux qui parlent des ouvriers ne les connaissent pas et s’interrogeant sur les moyens d’obtenir cette connaissance :

  • 102 Ibid., p. 19 ; voir ibid., p. 127 : « Il me tarde d’avoir une séance pour faire parler ces hommes-l (...)

33« Pour les connaître il faut se mettre en contact d’intérêt avec eux, quand je dis intérêt, j’entends argent, relations d’affaires, discussions d’opinions religieuses, politiques, etc., etc. Enfin, froissement d’orgueil, amour-propre, vanité. Il faut parler, discuter avec eux, correspondre pour divers sujets, les voir dans diverses situations, calmes, en colère, contents, chagrins, malheureux, misérables et ayant argent en poche, que dis-je, il faut les étudier dans toutes les positions de la vie. C’est une grande étude que j’entreprends là, mais le résultat me payera de mes peines »102.

  • 103 Ibid., p. 66.

34C’est précisément ce qu’elle s’efforce de faire pendant son Tour de France, avec assez d’honnêteté pour reconnaître qu’elle « apprend beaucoup »103 grâce à ce contact direct. Aussi son attitude à l’égard des ouvriers se modifie-t-elle, les jugements qu’elle porte sur eux se nuancent-ils et deviennent-ils plus complexes au cours de son voyage.

  • 104 Ibid., p. 28. Voir ibid., p. 15 : « ... je comprends aujourd'hui pourquoi la classe ouvrière n’a po (...)
  • 105 Voir ibid., p. 28-29.
  • 106 Ibid., p. 28.
  • 107 Ibid., p. 45.
  • 108 Voir supra, n. 102.
  • 109 Ce préjugé est exprimé ici par un ancien ouvrier devenu patron, M. Cherpin de Roanne : « Il nous pa (...)
  • 110 « Oh ! j'aurais bien voulu voir Madame Sand là, elle aurait vu si une femme élégante bien élevée pe (...)
  • 111 « Tout cela, je vous l’assure, fut vraiment beau. Il y eut dans tout ce qui se passa là, du dramati (...)
  • 112 A. L’enquête que Flora mène en France provoque souvent chez elle le souvenir de celle qu’elle a men (...)
  • 113 Ibid., p. 50 ; cf. ibid., p. 96 : « M. Dupin et les autres économistes ne manqueraient pas de vite (...)

35Ses premiers contacts avec la classe ouvrière suscitent surtout chez Flora du mépris, voire de l’aversion : « ...mais qui pourra servir ce pauvre peuple si brute, si ignorant, si vaniteux, si désagréable à frayer, si dégoûtant à voir de près ! »104. La femme de l’ouvrier Gosset est une mégère qui malmène son mari trop faible pour résister et qui l’empêche d’aider l’apôtre, ce qui tend à prouver « l’état d’abrutissement » dans lequel est plongée la classe ouvrière105. En donnant du « peuple » une image collective caractérisée par l’ignorance synonyme de bêtise, la saleté et les mauvaises odeurs, Flora Tristan montre qu’elle ne le connaît pas encore, qu’elle subit à son insu l’influence de l’idéologie contemporaine sans la remettre en cause ; une remarque de ce type en fournit une preuve complémentaire : « Beaucoup de gens comparent le peuple à des animaux, mais les animaux même sauvages seraient de commerce mille fois moins désagréable »106. Le reproche de laideur qu’elle adresse aux ouvriers en alléguant son « antipathie profonde pour tout ce qui est laid »107 et en établissant une correspondance significative entre laideur physique et laideur morale révèle également l’influence de l’idéologie contemporaine sur la femme-Messie. Cette antipathie n’est en effet ni « instructive » ni naturelle comme l’intéressée a tendance à le croire ; elle est à mettre en rapport avec les goûts « aristocratiques » de Flora, c’est-à-dire qu’elle est un pur produit sociologique. Très vite cependant, à mesure que l’apôtre du Tour de France entre en contact avec des individus, dans les conditions qu’elle estime elle-même nécessaires108 à une connaissance moins superficielle, ses jugements deviennent moins tranchés et ses opinions se nuancent. Elle se fonde en effet sur son expérience directe et personnelle pour critiquer les avis émis par d’autres sur la classe ouvrière ; elle dénonce ainsi le préjugé couramment répandu selon lequel les ouvriers sont seuls responsables de leur malheur à cause de leur ivrognerie109. L’esprit critique acquis grâce à l’expérience vécue l’empêche également de tomber dans l’excès inverse, à savoir la vision idéalisée du prolétaire ; elle souligne ainsi l’invraisemblance de l’intrigue du Compagnon du Tour de France110. Rares sont les « scènes » où Flora exalte la « dignité » de l’ouvrier en s’abandonnant à son sens de la théâtralité, conformément au goût du temps, à celui d’Eugène Sue en particulier111. Son propos est plutôt, comme déjà dans les Promenades dans Londres112A, celui de la lucidité critique, de l’observation exacte des faits socio-économiques qui permettent une compréhension meilleure de la situation de la classe ouvrière. Aussi critique-t-elle les méthodes employées par les économistes comme le baron Ch. Dupin et Adolphe Blanqui : « Si d’après M. Dupin et Blanqui je veux établir sur ces trois chiffres une moyenne, je trouve 3 F 65 cent — ce qui fait une journée très passable. — Mais pour les trois ouvriers ici cités, il y en a 40 ou 60 qui gagnent I F. Vraiment il est temps de dire la vérité làdessus »113. Elle invoque une expérience vécue pour montrer comment sont mystifiés ceux qui habituellement rendent visite aux ouvriers :

36... « nous allâmes chez un autre qui nous attendait, l’atelier était propre, les ouvriers mis en habits de dimanche. — Je ne pus donc juger de l’état réel de la misère de celui-là...

  • 114 Ibid., p. 92.

37Si les hommes dits philanthropes faisaient comme moi, ils sauraient à quoi s’en tenir sur la misère de la classe ouvrière — mais au lieu de pénétrer chez un ouvrier à l’improviste, ils se font annoncer, de manière qu’ils ne voient rien114.

  • 115 Ibid., p. 94.
  • 116 Ibid., p. 260, 261, 262, 263 ; Jacques Boé, dit Jasmin (1798-1864) écrivit des poèmes dans le diale (...)

38Elle dénonce la responsabilité des autorités officielles dans le mensonge des visites « organisées » :« ... il faut qu’on sache que les hauts personnages ne vont visiter que ces trois ateliers à Lyon, ils y sont conduits par les hommes de l’autorité ou les fabricants qui ont le soin de faire prévenir les chefs de ces trois maisons... »115. Elle démystifie la gloire de Jasmin, le coiffeur-poète d’Agen ; parce que Louis-Philippe l’a reçu à dîner et lui a fait une pension de 1 000 F116, il prétend que le peuple est « fort heureux », que le droit au travail est inutile, et nie l’existence du chômage : « ... ceux qui ne travaillaient pas étaient des paresseux, des ivrognes... »

  • 117 Ibid., p. 43 ; voir l’explication proposée par Flora : « Comme il est ignorant, ne comprend rien, i (...)
  • 118 Ibid., p. 46.
  • 119 Voir ibid., p. 47 ; grâce à elle, Flora découvre des souffrances des femmes du peuple qu’elle ne so (...)

39Flora Tristan remet donc en cause ses préjugés concernant la « bêtise » du peuple. S’il est vrai que les ouvriers sont ignorants, ils en sont du moins assez conscients pour manifester une réserve que leur interlocutrice admire : « Ces gens-là sont les plus grands diplomates que je connaisse »117. Elle avoue rencontrer à Dijon des ouvriers « très capables »118 bien qu’ils n’appartiennent pas au compagnonnage ; dans la même ville, l’« intelligence supérieure » d’une femme du peuple l’impressionne vivement pour la première fois119. La découverte enfin du prolétariat d’élite que constituent les ouvriers en soie de Lyon exerce sur la voyageuse une influence décisive :

  • 120 Ibid., p. 85 ; Flora exalte la « grandeur » du peuple lyonnais (ibid., p. 152) ; voir aussi ibid., (...)

40« Je viens de passer quatre heures à la Croix-Rousse à visiter des ateliers. Je suis émerveillée de tous ces hommes que j’ai rencontrés là et même des femmes. Ce sont des gens sensés, raisonnables, parlant juste sur toutes choses. C’est réellement pour moi une douce jouissance que de causer avec tous ces hommes. Plus je les connais plus j’ai lieu d’en être contente... Certes je ne m’attendais pas à les trouver aussi bien »120.

  • 121 Ibid., p. 66, cette réunion a lieu le jour où Bardoz est venu saisir les papiers de Flora.
  • 122 Ibid., p. 78 ; voir cette autre expérience lyonnaise relatée par Flora ; « Je viens d’avoir une séa (...)
  • 123 Ibid., p. 73 ; voir aussi cette réunion à Roanne où un ouvrier « à l’enveloppe la plus grossière et (...)
  • 124 Ibid., p. 76 ; voir ibid., p. 96 : « Aucun corps d’état ne vaut pour l’intelligence les tisseurs en (...)

41A Lyon elle parvient à organiser une réunion des femmes, ce qui paraît incroyable au commissaire de police Bardoz121 : « ... elles étaient neuf, toutes très disposées à m’entendre et très disposées à suivre mes conseils qui étaient qu’elles devaient s’occuper des affaires politiques, sociales et humanitaires. Je leur démontrai que la politique entrait jusque dans leur pot-au-feu et elles comprirent fort bien. Il y avait là trois femmes remarquables par leur intelligence et le désir ardent de servir la cause »122. La « bêtise » du peuple, son ignorance n’apparaissent donc plus à Flora comme des tares incurables ; elle affirme à plusieurs reprises sa confiance dans les capacités d’évolution et de compréhension des ouvriers :... « les hommes les plus ignorants, les plus brutes sont susceptibles de s’instruire et très promptement »123. Aussi les ouvriers les plus évolués, ceux de la Croix-Rousse, suscitent-ils chez elle une estime enthousiaste : « ... toujours et sans exception, j’ai rencontré dans la majorité un bon sens extraordinaire et chez plusieurs une intelligence parfois remarquable.... Si ces hommes étaient instruits, développés intellectuellement, ils seraient bien supérieurs à ce qu’on rencontre communément parmi les bourgeois »124.

  • 125 Ibid., p. 48.
  • 126 Ibid., p. 50.
  • 127 Ibid., p. 76 ; cf. p. 131 : « ... voici des hommes qui devraient sentir plus que pas un le besoin d (...)
  • 128 Ibid., p. 121.
  • 129 Ibid., p. 72 ; Flora note l’écart entre les générations : les jeunes compagnons se rallient assez a (...)
  • 130 Ibid., p. 89.

42Un des intérêts majeurs de l’enquête que constitue le Tour de France est l’explication du comportement de la classe ouvrière par l’analyse de sa situation socio-économique : « Ce qui empêche les ouvriers d’agir en vue de leur amélioration, c’est principalement le manque de temps... — Il faut travailler 12 à 15 heures sur 24 pour pouvoir manger ! Quelle galère ! pas un instant pour penser, pour lire, pour se reposer, pour causer avec un ami. — Une pareille vie abrutirait Dieux lui-même »125. Les cordonniers de Dijon sont « grossiers, bruts et ignorants, misérables et sales » parce qu’ils appartiennent à une classe « des plus malheureuses » : « Ils gagnent de 1 F 50 à 1 F 75, les plus habiles 2 F. De plus ils sont assujettis à des chômages continuels, ce qui réduit leur jour à 1 F. Qu’on juge de leur misère »126. Ce sont leurs conditions d’existence qui provoquent « l’apathie » des ouvriers : « ... abêtis par un travail abrutissant, enchaînés à l’esclavage par une misère affreuse, ils ont fini par croire qu’ils étaient destinés fatalement à un pareil sort... »127. L’analphabétisme explique la misère morale et intellectuelle des ouvriers de Roanne, plus heureux pourtant matériellement que ceux de Lyon : « La plus grande partie ne savent ni lire ni écrire, à peine s’ils parlent le français. De sorte qu’ils n’ont aucune lecture, pas une idée, ni dans l’ordre politique ni dans l’ordre social, ni dans l’ordre philosophique »128. Constatant que les compagnons menuisiers « Gavots » sont « bien arriérés », Flora en attribue la responsabilité au pouvoir : « L’un me dit : ce qui nous perd, Madame, c’est qu’on nous empêche de parler politique dans nos réunions, nous pourrions causer comme nous le faisons à présent avec vous. L’observation de ce jeune homme était fort sensée... »129. Flora l’a elle-même précisé sans ambiguïté : « Ma mission n’était pas d’enregistrer les faits, mais bien de rechercher les causes qui les produisent »130.

  • 131 Voir la dédicace du Tour de France : « Je dédie ce livre à tous ceux qui seront capables d’apprécie (...)
  • 132 Ibid., p. 69.
  • 133 Ibid., p. 88.
  • 134 Ibid., p. 89.
  • 135 Ibid., p. 75 (à la Croix-Rousse).
  • 136 Voir ibid., p. 143 : « Et ces ignobles commis de barre ! dans aucun pays d’esclavage il n’y a aucun (...)
  • 137 ... « On veut réduire l’ouvrier, le grand martyr des temps modernes, à n’avoir plus pour corps qu’u (...)
  • 138 Ibid., p. 282.
  • 139 Ibid., p. 143 ; voir ibid., p. 138 : « Les fabricants tiennent toute cette population de travailleu (...)
  • 140 Ibid., p. 71.
  • 141 Ibid., p. 124.
  • 142 Ibid., p. 140.
  • 143 Ibid., p. 79.

43Flora Tristan dénonce et accuse131 : de l’avis même du médecin en chef, M. Robert, l’administration de l’Hôtel-Dieu est responsable des conditions de vie ignobles des malades : « ... l’hôpital est extrêmement riche (il possède...), mais les gens qui sont à la tête de cette administration sont bornés par nature et par système... »132. Elle démystifie l’œuvre « charitable » du dépôt de mendicité qui sert en fait de « prison » aux ouvriers « incapables par leur vieillesse de travailler... machines usées et à mettre au rebut » : « ... On a jugé que ces mendiants pouvaient être dangereux et désagréables aux bourgeois, en conséquence les bourgeois qui régissent la police des villes (conseil municipal) ont rayé sans cérémonie ces misérables vieux mendiants de la société... »133. Evoquant l’Antiquaille, « l’hôpital des fous et des prostituées malades », elle affirme que « la cause de la folie et de la prostitution ce sont la misère et l’ignorance dans lesquelles on laisse le peuple » et remet en cause l’ordre social134. Après avoir montré en effet que « le pauvre prolétaire est crucifié, vingt heures sur vingt-quatre »135, que sa condition est pire que celle de l’esclave136 et même que celle du martyr chrétien137 elle en attribue la responsabilité à la bourgeoisie capitaliste contemporaine : « L’idéal que les économistes rêvent, est un ouvrier machine, une brute, travaillant sans comprendre, existant sans sentir, procréant sans amour... »138... « après ce qui se fait de fabricant à ouvrier je ne vois qu’un degré : l’anthropophagie... »139. Elle accuse l’autorité politique de rendre possible et même de favoriser l’exploitation de l’ouvrier ; l’institution des prudhommes est pour ce dernier une « véritable duperie »140 ; le maire de Roanne qui permet l’existence d’ateliers homicides « tolère », « autorise » l’assassinat, « et cela sur 3000 tisserands »141. En quittant Saint-Etienne où les « pauvres ouvriers (sont) absolument comme en Angleterre », elle conclut : « Voilà l’état florissant où le gouvernement des bourgeois voudrait réduire la classe ouvrière, qu’elle ne sache pas lire, pas même parler français, qu’elle vive avec 50 centimes par jour, oh ! alors les propriétaires vivront en paix »142. Elle rappelle ironiquement les déclarations du duc d’Orléans à Lyon en 1831 : « ... je n’ai pas à m’occuper de donner de l’ouvrage aux ouvriers, je viens pour les faire rentrer dans l’ordre, voilà tout... Voici de ces paroles qui coulent les rois à jamais »143.

  • 144 Voir par exemple ibid., p. 94.
  • 145 Ibid., p. 76.
  • 146 Ibid., p. 73.
  • 147 Cf. E. Sue (Le juif errant) G. Sand, Hugo, E. Quinet, Michelet... ; cf. également l’anticléricalism (...)
  • 148 Ibid., p. 74. Voir également ibid., p. 205, 206, 207 : « Nîmes, la ville des prêtres. Cela veut dir (...)
  • 149 Ibid., p. 74.
  • 150 Voir ibid., p. 77, le cas de l’abbé Tranchant de Lyon.
  • 151 L’archevêque de Lyon, M. de Bonald, a une attitude particulièrement rétro grade : voir ibid., p. 10 (...)
  • 152 Ibid., p. 101.

44En remettant en cause le principe chrétien de l’aumône, au nom de la dignité de l’ouvrier144, et en lui opposant la reconnaissance du droit au travail de ce dernier, Flora Tristan montre comment le clergé et la bourgeoisie au pouvoir s’unissent pour exploiter et aliéner le prolétariat. Prêtres et bourgeois s’entendent pour répéter sans cesse aux ouvriers qu’ils sont « fatalement destinés » à leur sort et pour leur prêcher la résignation145. L’auteur du Tour de France entend dénoncer le « pacte infâme » que la bourgeoisie et les prêtres ont conclu, suivant lequel la première se sert des seconds pour tenir le peuple « qui est (sa) bête de somme, (sa) vache à lait dans l’ignorance, dans l’abrutissement, dans la résignation au sort qu’(il) lui (a) fait »146. L’anticléricalisme147 est une constante du journal de F. Tristan qui multiplie les diatribes contre les jésuites, contre les frères des écoles chrétiennes, coupables d’avoir « façonné » les enfants du peuple « à la résignation, à la souffrance, à la misère, à l’abaissement devant le maître »148. Aussi les conclusions de Flora préfigurent-elles certaines revendications de la Commune de 1871 : « Tant qu’il y aura des prêtres et qu’ils auront quelque pouvoir sur le peuple, il est impossible de songer à l’affranchissement des prolétaires »149. Quand de jeunes prêtres osent s’intéresser aux questions sociales, ils sont immédiatement persécutés150 par la hiérarchie religieuse qui juge subversives les idées défendues par Flora151 ; « le dogme est stupide et ennemi de tout progrès »152.

  • 153 Ibid., p. 16.
  • 154 Voir ibid., p. 51.
  • 155 Voir ibid., p. 47.
  • 156 Ibid., p. 53.
  • 157 Ibid., p. 79.
  • 158 Ibid., p. 83.
  • 159 Ibid., p. 81.
  • 160 Ibid., p. 224.
  • 161 Une ouvrière de la Croix-Rousse, après avoir montré à Flora la misère croissante qui l’accable elle (...)
  • 162 Ibid., p. 77.
  • 163 Ibid., p. 71.
  • 164 « Quand on examine les causes du mal, on reste convaincu qu’il n'y a qu’une seule et unique cause, (...)
  • 165 Ibid., p. 265.
  • 166 Ibid., p. 276-277.

45A l’égard du clergé comme à l’égard de la bourgeoisie l’attitude de Flora évolue dans le sens du durcissement et de la condamnation plus sévère, à mesure précisément que se modifient les jugements qu’elle porte sur la classe ouvrière ; avant d’entreprendre son tour de France, elle a pu regretter « les grands services » que rendait le catholicisme sous l’Ancien Régime : « ... par la confession, les actes de contrition, les sermons, et le ton qui régnait alors, les individus savaient se connaître, se donner de l’étrivière, s’humilier, et il résultait de cette manière de vivre qu’il était moins ignorant et moins outrecuidant »153. Le portrait qu’elle trace de l’évêque de Dijon154 reste encore assez nuancé et comporte des éléments positifs tandis que celui de M. de Bonald tourne à la caricature. De même au début de son voyage, à Dijon, Flora insiste sur le rôle des bourgeois « intelligents », qu’elle appelle les « voyants », pour faire progresser les idées socialistes155 et les croit capables de « changer l’ordre social »156. Un mois plus tard, à Lyon, elle affirme au contraire : « ... il faut absolument que le peuple ne compte que sur lui, s’il confie ses intérêts aux bourgeois, il est encore perdu »157, « ... compter sur la bourgeoisie est une folie qu’il faut laisser aux fouriéristes »158. Un bourgeois en effet, même s’il est désireux de servir la cause de l'Union ouvrière comme le Vicomte du Bouchage, n’ose réclamer le droit au travail pour l’ouvrier159. A Montpellier elle avoue sans ambages : « C’en est fait je ne peux plus croire à un seul bourgeois »160. Il semble bien que le séjour de Flora à Lyon ait eu une influence décisive sur son évolution ; elle découvre en effet alors un prolétariat dont la misère n’est synonyme ni de résignation ni d’asservissement ; formés par l’expérience des luttes passées dont le souvenir n’est pas effacé161, capables de lire « de bons livres d’économie sociale, politique et philosophe »162, les ouvriers lyonnais sont convaincus de la nécessité de ce que Marx appellera quelques années plus tard la lutte des classes : « Ils savent que tous les hommes riches sont leurs ennemis »163. L’attitude de Flora à l’égard de la propriété est également significative. La condammant tout d’abord pour des raisons morales164, elle finit par faire sienne l’accusation de Proudhon « La propriété, c’est le vol »165 et par fonder sa critique de l’aumône sur la dénonciation du capitalisme contemporain :... « parce que le maître de maison n’a d’autre mérite que d’avoir des capitaux et d’être en conséquence un voleur patenté, cet homme s’arroge le droit d’humilier son frère... Oh ! anathème sur l’aumône ! oh ! anathème sur le principe qui l’alimente, la propriété ! »166.

  • 167 Ibid., p. 35.
  • 168 Ibid., p. 156.
  • 169 Ibid., p. 145146 ; cf. p. 143. « Châtrer les ouvriers avec les prêches pacifiques... »
  • 170 Union ouvrière, p. 113 ; souligné par Flora.
  • 171 Tour de France, p. 35. On a vu comment l’expérience s’est chargée de démontrer rapidement à Flora T (...)
  • 172 Ibid., p. 240, 241.
  • 173 Ibid., p. 284. Cf. ibid., p. 265, « ... respecter l’ordre établi tout en travaillant à le démolir v (...)
  • 174 Ibid., p. 269.
  • 175 Ibid., p. 268.
  • 176 Ibid., p. 274.
  • 177 Voir cette affirmation de l'Union ouvrière, ch. VIII, art. 54, « La morale à enseigner aux enfants (...)

46On perçoit aisément pourtant ce qui limite la portée révolutionnaire de l’apostolat de Flora Tristan ; tout d’abord un souci constant de l’ordre et de la légalité. Quand elle se rend à Bordeaux en septembre 1843, elle juge sa mission « sublime » car il s’agit de mettre les ouvriers « dans la voie de la légalité — du droit » et elle décide de les sortir « à tout prix » de « cet ordre politique, idée creuse qui n’engendre que des émeutes, des arrestations, des persécutions pour les ouvriers »167. De même à Lyon, la vue d’un rassemblement qui a l’apparence d’une émeute lui suffit pour ne pas se rendre à une réunion qu’elle a elle-même provoquée168 Aussi Rittiez, le rédacteur en chef du Censeur lyonnais, pense-t-il que l’idée prêchée par Flora est « contraire aux intérêts démocratiques » et qu’elle vient « empêcher le peuple de faire une révolution »169. L’attitude de l’apôtre du Tour de France confirme la profession de foi que Flora adressait aux bourgeois dans l'Union ouvrière170 : « Je veux qu’ils sachent bien que je ne suis pas une révolutionnaire, une anarchiste, une sanguinaire ». Elle entend accomplir sa mission au grand jour, avec l’appui des autorités : « Lors de mon Tour de France voici la marche que je suivrai : en arrivant dans une ville j’irai d’abord faire une visite au préfet — ou au sous-préfet — au directeur de la police, à l’archevêque ou évêque, aux curés principaux, en un mot à toutes les autorités civiles, religieuses et même militaires. Je leur dirai : Monsieur, je viens vous prévenir que je viens dans votre ville, non pas pour prêcher aux ouvriers la révolution, mais bien le contraire pour leur prêcher l’ordre or je viens vous prier de ne pas me confondre avec les émeutiers, les politiques révolutionnaires et autres marchands de palabres et de harangues »171. Elle s’indigne contre les militants républicains capables à ses yeux de soulever tout le Midi de la France, elle désire s’opposer de toutes ses forces à leur « criminel projet » et aimerait mieux « garder Louis-Philippe et M. Guizot pendant 300 ans que de tomber entre les griffes de ces misérables sous-bourgeois »172. Enfin par le droit au travail, elle affirme attaquer « légalement et justement » la propriété173. L’apolitisme professé à plusieurs reprises par Flora dans le Tour de France limite également la portée révolutionnaire de son action. Elle estime inepte, voire grotesque qu’on lui demande quelle forme de gouvernement elle prendrait si elle parvenait à réussir174. Alors qu’elle réclame pour l’ouvrier le droit au travail et à l’instruction, elle juge superflu de revendiquer pour lui « le vote universel »175. Elle est en effet convaincue que les révolutions politiques sont « de fameuses farces » puisque les ouvriers n’en retirent aucun bénéfice176. Ainsi l’analyse que Flora fait de la réalité socio-économique de son temps, malgré la pertinence de certains de ses points de vue, reste sommaire et incomplète ; le caractère utopique du système qu’elle propose en fournit, s’il est besoin, la confirmation : grâce aux cotisations volontaires de ses adhérents, l'Union ouvrière serait en mesure d’acquérier « une puissance réelle, celle que donne l’argent » ! En invoquant enfin fréquemment la Providence177 pour expliquer l’ordre du monde, Flora avoue indirectement son refus de le remettre radicalement en cause.

  • 178 Voir par exemple Paul Viallaneix, « Musset et le Christ », Revue d’Histoire Littéraire de la France (...)
  • 179 A Marseille par exemple elle dénonce la situation des ouvriers immigrés : « C’est parmi cette class (...)
  • 180 Voir Tour de France, p. 106 : « Chacun aura son paquet... » Flora est consciente de la fonction acc (...)
  • 181 Jules Puech, op. cit., p. 432.
  • 182 Voir à cet égard les témoignages d’Eléonore Blanc, Biographie de Flora Tristan, Lyon 1845 ; BN — Ln (...)

47Quand on tente d’expliquer la vocation de Flora Tristan on constate que son histoire individuelle est indissociable d’un contexte historique, socio-culturel, dont l’influence a été déterminante. Ainsi le désir de revanche, d’auto-revalorisation qui a animé la « paria » s’est satisfait dans l’élaboration de la figure mythique de l’apôtre grâce à la coïncidence d’une croyance contemporaine, l’avènement de la femme-Messie ; l’illuminisme de Flora, sa réhabilitation de la folie en particulier, s’insèrent dans un mouvement plus vaste de sensibilité et de pensée ; le discours que tient cette autodidacte trahit l’influence du discours religieux dont on remarque l’importance dans la littérature romantique178. Quand elle entreprend son Tour de France, Flora partage les préjugés de la bourgeoisie contemporaine à l’égard du peuple, conçu comme une masse collective et indifférenciée. L’enquête méthodique que mène cette femme intelligente, observatrice et curieuse modifie son attitude à l’égard du prolétariat et à l’égard de la bourgeoisie, sa rencontre avec les ouvriers en soie de Lyon ayant de ce point de vue un rôle décisif puisqu’ils lui révèlent la nécessité de la lutte des classes. En cherchant à comprendre et à expliquer le comportement de la classe ouvrière par l’analyse de sa situation socio-économique, Flora Tristan nous a laissé un document précieux179 ; elle en vient aussi à dénoncer et accuser les responsables de cet état de fait180 : pouvoir politique, bourgeoisie capitaliste, clergé contemporain et à reprendre à son compte la critique de la propriété formulée par Proudhon quatre ans auparavant. Sa foi avouée dans la Providence, les lacunes de son analyse socioéconomique, son souci permanent de l’ordre et de la légalité, son apolitisme enfin, limitent cependant la portée révolutionnaire de l’action de Flora Tristan ; mais encore faut-il reconnaître la lucidité et le sens des réalités concrètes que peut masquer cet apolitisme : l’auteur du Tour de France n’a pas été dupe de certains révolutionnaires d’estaminet dont l’action se réduisait à des bavardages vains ; elle s’est demandée quel sens pouvait avoir le fait d’accorder le droit de vote à des analphabètes et a montré comment la maturité politique était subordonnée à l’instruction ; en ne cessant pas de revendiquer cette dernière comme un droit pour les ouvriers, elle affirme sa confiance dans l’intelligence et dans la perfectibilité du prolétariat. Elle a compris que l’époque des anciennes associations, sociétés de secours mutuel et compagnonnages était dépassée et démontré la nécessité pour les ouvriers de s’organiser : « L’Association internationale des Travailleurs et le mouvement syndicaliste sont en puissance dans la doctrine de Flora Tristan »181. Enfin elle présente l’originalité d’être la première à s’adresser directement182 aux ouvriers et aux ouvrières : l’histoire ultérieure du mouvement ouvrier permet de supposer que cette propagande n’a pas été vaine.

Notes

1 Voir Flora Tristan, Tour de France, journal inédit, 1843-1844, Edit. Tête de Feuilles, 1973.

2 Jules Puech, La vie et l’œuvre de Flora Tristan, Paris, 1925, Avant-Propos, p. 1. Cette thèse de doctorat, remarque justement Michel Collinet (Préface du Tour de France, p. 10), « d'une richesse de documentation inouïe », a « sorti de l’ombre l’étonnante figure de Flora » et reste l’ouvrage de base auquel doit se référer quiconque s’intéresse à l’auteur de l'Union ouvrière.

3 Elle découvre cette illégitimité à l’âge de quinze ans, à l’occasion d’un projet de mariage qui, de ce fait, n’aboutit pas (voir Jules Puech, op. cit., p. 10).

4 Pour les démêlés de Flora Tristan avec son mari, le graveur André Chazal, voir Jules Puech, op. cit., p. 17, 23, 24, 26, 71, 72, 73, 74, 75, 78, 79, 80, 81, 82, 92, 93, 94, 95.

5 D’où le regain d’intérêt manifesté pour Flora Tristan depuis 1968. Après la thèse de Jules Puech (1925), un seul livre, Lucien Scheler, Flora Tristan, Morceaux choisis, E.F.R., 1947. A. Breton cependant, en 1953, dans Le surréalisme même, publie des lettres d’elle et lui consacre une page. Depuis 1968, trois livres : Jean Baehlen, La vie de Flora Tristan, Seuil, 1972 ; Dominique Desanti (qui reconnaît sa dette à l’égard de Breton), Flora Tristan, la femme révoltée, Hachette 1972 ; D. Desanti, Flora Tristan, vie et œuvre mêlées, 10-18, Union générale d’éditions, 1973 : « Flora Tristan émerge aujourd’hui parce que le mouvement de contestation et le mouvement néo-féministe ont pris un tournant » (p. 8).

6 En 1825, à 22 ans, Flora déjà mère d’un garçon et enceinte de sa fille Aline, quitte définitivement le domicile conjugal. D’où les poursuites et les persécutions (légales) de son mari (voir n. 4) et la condition de « paria » qui devient la sienne.

7 Et qui en est un dans les faits, étant donné la situation juridique de la femme mariée à cette date.

8 Cf. n. 6 ; voir Flora Tristan, Pérégrinations d'une paria (1833-1834), Paris, Arthus Bertrand, Libraire-Editeur, rue Hautefeuille no 23, 1838, Imprimerie de Mme Huzard, rue de l’Eperon no 7, (Bibliothèque nationale Pn/3, 2 volumes in 8° de XLVI — 400 et 462 pages). Dans la première partie et le chapitre VII de la troisième partie de sa thèse, J. Puech déclare avoir souvent mis à contribution ces deux volumes d’autobiographie.

9 Jules Puech, op. cit., p. 19. Inversement son état de paria est aussi la conséquence de la lutte qu’elle a menée pour son affranchissement de femme car « dans une société où la femme est essentiellement un être asservi, son essai d’émancipation individuelle la met simplement en dehors de cette société ». (Ibid., p. 17).

10 L’abandon de son nom d’épouse exprime la volonté d’émancipation : moins d’un mois après la condamnation d’André Chazal, coupable de tentative d’assassinat sur la personne de son épouse, elle se pourvut auprès du Garde des Sceaux, « à l’effet d’être autorisée à quitter et à le faire quitter à ses enfants, Ernest et Aline, le nom de Chazal, pour prendre celui de Tristan » (Le Droit, 2 mars 1839, p. 222, cité par Jules Puech, op. cit., p. 98) ; le nom de Tristan signifie en outre pour elle le caractère aristocratique de sa famille paternelle.

11 Il meurt en 1807 ou 1808, quand Flora a 4 ou 5 ans (voir J. Puech, op. cit., p. 6) ; pour l’image mythique du père, voir Pérégrinations d'une paria, op. cit., T. I, p. 209.

12 « Le célèbre Montézuma, conquérent du Mexique, figurait parmi ses ancêtres et la famille Tristan jouissait d’une grande réputation au Pérou ». (J. Puech, op. cit., p. 3) ; à Paris, Don Mariano de Tristan, père de Flora, a pour ami intime Bolivar, qu’il fréquentait déjà en Espagne.

13 Voir Ibid., p. 15 et 28.

14 Pérégrinations d’une Paria, 1, 47, cité par J. Puech, ibid., p. 15 ; cf. : « La seule affection qui aurait pu alors me rendre heureuse eût été un amour passionné et exclusif pour un de ces hommes auxquels de grands dévoûments attirent de grandes infortunes, qui souffrent d’un de ces malheurs qui grandissent et ennoblissent la victime qu’ils frappent » (ibid., p. 15).

15 J. Puech, op. cit., p. 19-20. Si l’on est mal renseigné sur ces années (1825-1830) où Flora voyage en Europe, vraisemblablement comme dame de compagnie, c’est précisément parce qu’elle a cherché à en faire disparaître la trace, jugeant, de son propre aveu, une telle situation indigne d’elle.

16 Ibid., p. 20 : « Il est vraisemblable que si l’accueil avait répondu à ses espérances, si Don Pio de Tristan l’avait traitée comme la fille de son cher Mariano, son frère chéri, elle se fût estimée heureuse, et, dès lors, n’aurait plus eu d'histoire ».

17 Dans les Pérégrinations d'une paria, Flora évoque une de ses cousines qui a réussi à s’enfuir du couvent de Santa Rosa mais reste aux yeux de la société une défroquée : « Oh ! damnation ! damnation ! je serai donc toujours monja... épouse de Dieu. Et moi, répétai-je tout bas, toujours mariée ! » (cité par J. Puech, p. 59).

18 Ibid., p. 60.

19 Ibid., p. 61 ;... « Elle connaissait maintenant l’ascendant qu’elle exerçait sur les êtres qui l’approchaient. Ainsi, plus consciente de sa force, plus certaine de ses charmes, plus instruite des passions humaines, elle allait orienter sa vie vers la lutte sociale qu’animaient peut-être son ambition et assurément sa révolte sincère contre l’injustice de la destinée ». (Ibid., p. 64).

20 Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères, par Mme F. T., prix : 1 franc. Paris, chez Delaunay, Palais-Royal, 1835. (B.N. Rp. 7322). Voir J. Puech, ibid., p. 66, 67.

21 Né cessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères, par Mme F. T., prix : 1 franc. Paris, chez Delaunay, Palais-Royal, 1835. (B.N. Rp. 7322). Voir J. Puech, ibid., p. 66, 67.

22 « Ce luxe de détails est très conforme à l’esprit du temps et les apôtres de la même époque en sont prodigues ». (J. Puech, op. cit., p. 68).

23 Lettre du 21 août 1835, citée par J. Puech, Ibid., p. 69 ; cf. la lettre au même, 11 octobre 1835, citée ibid., p. 70 : « ... Je n’ai plus qu’une abtitude (sic), c’est le travail, le désir ardent de pouvoir me rendre utile, de servir la cause que nous aimons avec tant de pureté, employez-moi, ah ! employez-moi ! je vous en aurai une gratitude infinie ». De nouveaux démêlés conjugaux empêchèrent Flora de « servir la cause » ; un bref répit cependant lui permit d’adresser à V. Considérant une critique de la doctrine sociétaire qu’il jugea assez intéressante pour la reproduire in extenso dans le no 6 de La Phalange du 1er septembre 1836. Flora sait gré à Fourier d’avoir été parmi ceux qui ont réhabilité la femme : « A la vérité, de temps à autre quelques hommes doués d’intelligence, de sensibilité, souffrant dans leurs mères, dans leurs femmes, dans leurs filles, se sont récriés contre la barbarie et l’absurdité d’un pareil ordre des choses... ». Et de citer un extrait de La Fausse Industrie... (Union ouvrière, troisième édition, Paris et Lyon, 1844, p. 50).

24 « Pour la quatrième fois, Flora Tristan passa la Manche... Elle parcourut tous les milieux, examina la ville, sonda les plus sombres misères... » (J. Puech, op. rit., p. 99). Ce voyage lui a inspiré les Promenades dans Londres, Paris, H.L. Delloye, éditeur, 13, place de la Bourse, Londres, W. Jeffs, libraire, 15, Burlington Arcade, Piccadilly, 1840. Imprimerie de L. Bouchard Huzard, 7, rue de l’Eperon, 1 vol. in 8° de LUI, 412 pages (BN = NS 179). Une édition populaire des Promenades paraît en 1842 ; la préface supplémentaire de cette édition précise le sens de l’œuvre, dédiée « aux classes ouvrières » : « Travailleurs, c’est à vous tous et toutes que je dédie mon livre ; c’est pour vous instruire sur votre position que je l’ai écrit : donc il vous appartient ». (cité par J. Puech, p. 115).

25 Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses, Plon, 1958, p. 147 ; voir par exemple Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France (1840) ; Villermé, Tableau physique et moral des ouvriers (1840).

26 Cité par D. Desanti, Flora Tristan, Vie, œuvres mêlées, 10/18, p. 53 ; « Cependant une voix de femme se fit entendre en Angleterre il y a un demi-siècle, voix qui prit, dans cette vérité dont Dieu a mis l’empreinte en notre âme, une puissance irrésistible et une éclatante énergie, voix qui n’a pas craint d’attaquer un à un tous les préjugés et d’en démontrer le mensonge et l’iniquité — Mary Wollstonecraft... » (Promenades dans Londres, p. 317, cité par Marie-Françoise Cachin, préface p. 5, Mary Wollstonecraft, Défense des droits de la femme, petite bibliothèque Payot, 1976).

27 Voir J. Puech, op. cit., p. 102. Flora Tristan a pu faire la connaissance des chefs de ce mouvement ; elle a cru à leur victoire à cause de « l’immensité de leur amour pour l’humanité tout entière », (cité par J. Puech, ibid., p. 102).

28 Promenades dans Londres, p. 356, cité par J. Puech, ibid., p. 301.

29 Contrairement à Saint-Simon et Fourier plus « théoriciens ».

30 Cité par J. Puech, ibid., p. 306 ; Flora a été fascinée par la personnalité d’O’Connell ; voir à cet égard la lettre de Balzac à Mme Hanska, 5 février 1844 : « En somme, voici le jeu que je joue : quatre hommes auront eu, en ce demi-siècle, une influence immense : Napoléon, Cuvier, O’Connell ; je voudrais être le quatrième. Le premier a vécu du sang de l’Europe ; il s’est inoculé des armées ; le second a épousé le globe ; le troisième s’est incarné un peuple... » J. Puech (p. 300) rappelle que les magazines et publications populaires répandent dans tous les milieux la réputation d’O’Connell ; cf. par exemple, dans le Musée des familles de novembre 1838, p. 66, l'article d’Adélaïde Montgolfier avec portrait.

31 Cité par J. Puech, ibid., p. 105.

32 Dans L’émancipation de la femme ou le testament de la paria, ouvrage posthume de Mme Flora Tristan, complété d’après ses notes et publié par A. Constant, Paris 1846, ce dernier écrit : « La personnalité de Flora s’était tellement exaltée dans la lutte qu’à ses yeux même, elle était passée à l’état de mythe, elle se croyait la femme Messie ; après avoir lutté comme un démon, elle rêvait la transfiguration du martyre pour s’envoler au ciel sur les ailes d’un ange... » (cité par J. Puech, op. cit., p. 121, qui conclut : « l’exaltation du fou de Bedlam n’était peut-être pas étrangère à ce mysticisme »). Notons enfin que déjà dans son roman Méphis ou le prolétaire (1838), Flora a conçu le personnage de Maréquita qui se veut femme-Messie.

33 Union ouvrière, p. 11.

34 Ibid., p. 12.

35 Ibid., p. 12.

36 Ibid., p. 14, 15, 16, 17, 18, 19 : « Des moyens de constituer la classe ouvrière ».

37 Ibid., p. 22.

38 Cité par Régine Pernoud, Histoire de la bourgeoisie en France, Seuil, 1962, T. II, p. 466.

39 Union ouvrière, p. 70, 71, ch. III, « Le pourquoi je mentionne les femmes ». Les « palais » financés par la cotisation versée par chaque ouvrier, sont destinés à l’éducation des enfants, à l’accueil des malades et des vieillards.

40 Pour remplir cette fonction, Flora Tristan a envisagé le fouriériste Victor Considérant, directeur de La Phalange, (ibid., p. 38, 39).

41 Louis Chevalier, op. cit., p. 497.

42 Union ouvrière, p. 10.

43 Ibid., p. IX.

44 « Etat actuel de la classe ouvrière sous l’aspect moral, intellectuel, matériel ».

45 Il serait fastidieux et inutile d’en faire le recensement complet. Il suffit d’en dégager les principales caractéristiques et la signification.

46 Le Tour de France, p. 127.

47 Ibid., p. 213.

48 Ibid., p. 78.

49 Ibid., p. 82.

50 Ibid., p. 209.

51 Ibid., p. 257. « ... une voix intérieure me disait... va éclairer et vivifier les populations ignorantes comme les premiers chrétiens allaient éclairer et vivifier les populations idolâtres », p. 39.

52 Ibid., p. 128.

53 Voir ibid., p. 134.

54 Ibid., p. 82 ; Cf. supra, à Londres alors qu’elle visitait l’asile de Bedlam, un des malades salua Flora comme la future libératrice de l’humanité. (Promenades dans Londres, pp. 255-263) ; Flora écrit toujours Dieux, en raison d’un de ses principes les plus chers : « Dieux, selon elle, est père, mère et embryon, c'est-à-dire que, dans le premier principe, elle reconnaît la génération active, la génération passive et le germe en progrès indéfini... Dieu se manifeste dans l’humanité, le principe créateur, l’amour intelligent devient la femme : la force est représentée par l’homme... ». Telle est l’explication de l’abbé Constant dans la postface à l'Emancipation de la femme, livre posthume de F. Tristan rédigé vraisemblablement par l’abbé lui-même selon J. Puech. (Ibid., p. 161, n. 8).

55 Ibid., p. 38.

56 Ibid., p. 35.

57 Ibid., p. 44.

58 Ibid., p. 195 ; voir quelques lignes plus haut :... « Un homme qui ne sait pas lire, qui n’a reçu aucun développement, qui ne sait pas s’exprimer et qui malgré tous ces empêchements a une puissance de compréhension extraordinaire !... Il comprend tout parce qu’il aime ! »

59 Ibid., p. 233 ; voir au bas de la même page : « J’ai remarqué que les hommes d’amour sont propres à tout dévouement de leur temps, de leur argent, de leur honneur, de leur vie ! »

60 Ibid., p. 150 ; voir ibid., p. 154, 155 : « Mon Dieux que je te remercie d’avoir mis en moi tant de puissance ! A Dijon voilà deux êtres que j’ai créés, à Lyon un, Mme Blanc, peut-être l’abbé Tranchant, à Roanne j’ai ébauché la création de M. Guyard. A Saint-Alban, celle de Mme Coin, ainsi de suite sur mon passage je vais aller créant l’idée de Dieux dans toutes les belles âmes que je rencontrerai, et en fraternité en l’humanité, combien en ai-je créé ! Oh ! cette mission me rend bien heureuse ! »

61 Eléonore Blanc que Flora rencontre pendant son séjour à Lyon du 2 mai au 14 juin 1844.

62 Aline Chazal, voir n. 6 ; ibid., p. 131, 132.

63 Tour de France, p. 132.

64 Ibid., p. 127.

65 Ibid., p. 43.

66 Ibid., p. 119 ; voir p. 120 : « Il se passe entre Eléonore et moi ce qui se passait entre Jésus et saint Jean... »

67 Ibid., p. 183.

68 Ibid., p. 123.

69 Ibid., p. 158 ; on peut rapprocher de ce banquet qui clôt le séjour de Flora à Lyon, le 7 juillet 1844, celui qui eut lieu à Marseille, le 11 août 1844, et où des compagnons, ennemis irréductibles, « fraternisent » : « Il y eut là un mouvement impossible à décrire ! Oh ! dans ce monde tout vient de l’amour ! Tous s’aimaient comme de bons frères. » (Ibid., p. 200, 201). Résumant son séjour à Marseille, Flora note parmi les trois choses importantes à retenir : « ... 6 compagnons de Devoirs ennemis s’embrassent cordialement à ma voix » (ibid., p. 203).

70 Ibid., p. 160 : « Je sentis que je ne retrouverais pas une seconde ville comme cela ».

71 Union ouvrière, préface, p. XXXIV. Voir Tour de France, p. 109.

72 Ibid., p. XXXI ; souligné par F. Tristan.

73 Tour de France, p. 199.

74 Ibid., p. 199.

75 Ibid., p. 242.

76 Voir par exemple ibid., p. 149.

77 Peintre et ami de Flora.

78 Tour de France, p. 14.

79 Ibid., p. 12.

80 Ibid., p. 39, 141.

81 Ibid., p. 137, 156 ; voir ibid., p. 257 :... « Mon Tour de France sera un catéchisme... »

82 Voir par exemple ibid., p. 245.

83 Ibid., p. 19.

84 Ibid., p. 20.

85 Voir par exemple ibid., p. 21 : « Cette inintelligence de Vinçard est poignante pour moi... Cette lettre m'a causé une si grande douleur que j'en ai été atterrée toute la journée... »

86 Ibid., p. 178.

87 Ibid., p. 43.

88 Voir par exemple ibid., p. 66 : « ... hier j’ai été entraînée à parler et j’ai dit des choses dignes d’une assemblée intelligente. J’ai vu que je m’élevais au-dessus de la portée de mon auditoire, et pour plus que de coutume j’ai éprouvé une vive douleur d’être réduite à parler devant des sourds ».

89 Ibid., p. 108 ; voir p. 142 : « ... Rittier, (sic) qui est furieux du succès que j’obtiens, me calomnie... » ; cf. p. 59 la « jalousie » de Lagrange à l’égard de Flora.

90 Ibid., p. 68.

91 Voir ibid., p. 113, n. 14.

92 Ibid., p. 110. Dans Méphis (t. I, pp. 209, 323 ; t. II, p. 92 et passim) Flora affirme que la mission de la femme est « d’inspirer l’homme, d’élever son âme au-dessus des vaines opinions du monde, de l’obliger par la constance de ses efforts à se rendre, capable de grandes choses ». La femme réfléchit en effet la lumière divine, elle possède plus que l’homme l’intuition, cette « voix de Dieu qui vibre en nous ». (cité par J. Puech, Tour de France, p. 112, n. 10).

93 Voir Tour de France, p. 228, 247 ; cf. ibid., p. 142 : « Oh ! Jésus, mon pauvre frère, que tes grandes douleurs doivent te sembler petites comparativement aux miennes ! »

94 Ibid., pp. 107, 142, 153, 220... Cf. la lettre adressée à Flora le 28 août 1844 par le Cercle 1er de l'Union ouvrière de Marseille : « ... vos frères de Marseille ont appris avec douleur que les ouvriers nîmois n’avaient pas compris celle qui, comme le Christ, s’offrait en holocauste pour leur salut sur cette terre... » (Cité, ibid., p. 248, n. 1).

95 « Il paraît décidément que ma mission est bien belle puisqu’elle est si difficile ». (Ibid., p. 99).

96 Ibid., p. 102.

97 Ibid., p. 50.

98 Ibid., p. 57 ; cf. ibid., p. 231 :... « Si j’avais avec moi 3 autres apôtres nous ferions plus ».

99 Ibid., p. 266. Elle cherche ainsi à comprendre ce qui est le plus opposé à sa nature, « la vie des voleurs de profession ». (Ibid., p. 266).

100 Ibid., p. 67 ; voir la suite : « Ainsi donc le trop du sentiment le plus sublime devient même un défaut ».

101 Ibid., p. 68.

102 Ibid., p. 19 ; voir ibid., p. 127 : « Il me tarde d’avoir une séance pour faire parler ces hommes-là, je voudrais bien savoir ce qu’ils sont ».

103 Ibid., p. 66.

104 Ibid., p. 28. Voir ibid., p. 15 : « ... je comprends aujourd'hui pourquoi la classe ouvrière n’a point de défenseurs, d'hommes qui lui soient dévoués. C’est réellement la stupidité des ouvriers qui est capable de rebuter, de refroidir, de dégoûter l’âme la plus ardente. Il faut, pour se trouver en compagnie de ces gens-là, être cuirassé de toutes parts ».

105 Voir ibid., p. 28-29.

106 Ibid., p. 28.

107 Ibid., p. 45.

108 Voir supra, n. 102.

109 Ce préjugé est exprimé ici par un ancien ouvrier devenu patron, M. Cherpin de Roanne : « Il nous parla de l’ouvrier avec le plus grand dédain, nous disant qu’ils seraient heureux s’ils le voulaient, qu’ils gagnaient de fortes journées de 2 à 2,50 mais qu’ils buvaient tout ». Pour « l’ivrognerie » des ouvriers, voir Balzac, La Fille aux Yeux d’or, éd. Livre de Poche, p. 242 : « ... insouciants de l’avenir, avides de jouissances... ils jettent, grands seigneurs d’un jour, leur argent le lundi dans les cabarets... » ; « ... son plaisir, son repos est une lassante débauche qui ne dure que deux jours, mais qui vole le pain de l’avenir, la soupe de la semaine, les robes de la femme, les langes de l’enfant tous en haillons ».

110 « Oh ! j'aurais bien voulu voir Madame Sand là, elle aurait vu si une femme élégante bien élevée peut devenir amoureuse d’un ouvrier grossier ». (Tour de France, p. 259).

111 « Tout cela, je vous l’assure, fut vraiment beau. Il y eut dans tout ce qui se passa là, du dramatique, de l’émotion vraie, beaucoup de courage et de dignité... le silence lui-même avait quelque chose de dramatique et solennel qui était empreint d’une sombre poésie » (Ibid., p. 237). Il s’agit d’une scène à laquelle Flora a assisté sur le bateau-poste qui l’a conduite de Béziers à Carcassonne ; elle y fut à la fois spectatrice et meneur de jeu.

112 A. L’enquête que Flora mène en France provoque souvent chez elle le souvenir de celle qu’elle a menée à Londres en 1840. Voir par exemple ibid., p. 65 : Lyon, la grande ville du prolétariat, « ressemble beaucoup aux villes anglaises... » ;... « ils me rappellent les malheureux ouvriers anglais » (ibid., p. 66). Pour la référence à l’Angleterre si fréquente dans les textes des réformateurs de ces années-là voir supra n. 25.

113 Ibid., p. 50 ; cf. ibid., p. 96 : « M. Dupin et les autres économistes ne manqueraient pas de vite additionner ces chiffres afin de prendre la moyenne. — Mais moi qui sais que la grande science de la moyenne est le tour de Robert-Macaire le plus fort qu’on ait fait jusqu’ici, je laisserai à chacun sa journée — comme on laisse à chacun son estomac. Ainsi les 3/4 ne peuvent pas vivre avec leur gain, cela est prouvé, l'autre 1/4 peut vivre (fort mal) ».

114 Ibid., p. 92.

115 Ibid., p. 94.

116 Ibid., p. 260, 261, 262, 263 ; Jacques Boé, dit Jasmin (1798-1864) écrivit des poèmes dans le dialecte languedocien ; il fut reçu par le roi en 1842 à Neuilly ; Charles Nodier et Sainte-Beuve célébrèrent son génie (ibid., p. 278, n. 2).

117 Ibid., p. 43 ; voir l’explication proposée par Flora : « Comme il est ignorant, ne comprend rien, il craint toujours de se compromettre, et comme il est constamment exploité, il croit toujours que l’on veut le rendre dupe de quelque flouerie » (ibid., p. 43).

118 Ibid., p. 46.

119 Voir ibid., p. 47 ; grâce à elle, Flora découvre des souffrances des femmes du peuple qu’elle ne soupçonnait pas.

120 Ibid., p. 85 ; Flora exalte la « grandeur » du peuple lyonnais (ibid., p. 152) ; voir aussi ibid., p. 126 : « Je les adore les ouvriers de Lyon — que de bons moments ils m’ont procurés ! Pendant les 44 jours que j'ai vécu parmi eux je puis dire que j’ai vécu 40 siècles ».

121 Ibid., p. 66, cette réunion a lieu le jour où Bardoz est venu saisir les papiers de Flora.

122 Ibid., p. 78 ; voir cette autre expérience lyonnaise relatée par Flora ; « Je viens d’avoir une séance de femmes dévideuses. Cela s’est très bien passé. J’avais là une vingtaine de dames des plus raisonnables, j’ai eu du plaisir à instruire ces dames. Elle étaient bien, mais très bien ! » (ibid., p. 102).

123 Ibid., p. 73 ; voir aussi cette réunion à Roanne où un ouvrier « à l’enveloppe la plus grossière et même repoussante a fait une réponse à un autre qui dénotait qu’il avait compris le droit au travail dans sa plus haute portée ». (Ibid., p. 12).

124 Ibid., p. 76 ; voir ibid., p. 96 : « Aucun corps d’état ne vaut pour l’intelligence les tisseurs en soie, velours, etc. Ils sont vraiment très remarquables ».

125 Ibid., p. 48.

126 Ibid., p. 50.

127 Ibid., p. 76 ; cf. p. 131 : « ... voici des hommes qui devraient sentir plus que pas un le besoin d’obtenir le " droit au travail " puisqu’ils chôment continuellement, eh bien ! attachés, rivés comme des esclaves à leur misérable condition de 10 et 6 jours de travail sur 30, ces malheureux esclaves n’osent pas même réclamer pour tâcher de sortir de là ».

128 Ibid., p. 121.

129 Ibid., p. 72 ; Flora note l’écart entre les générations : les jeunes compagnons se rallient assez aisément à son point de vue tandis que les vieux restent « encroûtés dans leurs idées ». (Ibid., p. 73).

130 Ibid., p. 89.

131 Voir la dédicace du Tour de France : « Je dédie ce livre à tous ceux qui seront capables d’apprécier l'utilité et la haute importance qu’on doit attacher désormais à faire connaître en vue de l’intérêt général l’exacte vérité sur les hommes et les choses ». (Ibid., p. 284).

132 Ibid., p. 69.

133 Ibid., p. 88.

134 Ibid., p. 89.

135 Ibid., p. 75 (à la Croix-Rousse).

136 Voir ibid., p. 143 : « Et ces ignobles commis de barre ! dans aucun pays d’esclavage il n’y a aucun tourmenteur... qui puisse se comparer à eux... »

137 ... « On veut réduire l’ouvrier, le grand martyr des temps modernes, à n’avoir plus pour corps qu’un cadavre privé de l’esprit... »... « Y a-t-il dans tout le martyrologe chrétien, un martyr qui osât mettre en parallèle ses souffrances avec celles qu’endure l’ouvrier intelligent à notre époque ? » (Ibid p. 282).

138 Ibid., p. 282.

139 Ibid., p. 143 ; voir ibid., p. 138 : « Les fabricants tiennent toute cette population de travailleurs sous leur pouvoir, c'est eux qui donnent à manger, et ces maîtres disent aux pauvres esclaves, tu seras brute,... bête, tu cesseras d’être homme ! et tu ne mangeras pas !... »

140 Ibid., p. 71.

141 Ibid., p. 124.

142 Ibid., p. 140.

143 Ibid., p. 79.

144 Voir par exemple ibid., p. 94.

145 Ibid., p. 76.

146 Ibid., p. 73.

147 Cf. E. Sue (Le juif errant) G. Sand, Hugo, E. Quinet, Michelet... ; cf. également l’anticléricalisme ouvrier dans la seconde moitié au XIXe siècle.

148 Ibid., p. 74. Voir également ibid., p. 205, 206, 207 : « Nîmes, la ville des prêtres. Cela veut dire : ignorance, bassesse, hypocrisie, égoïsme, fanatisme barbare... » Pour Flora, le clergé catholique et protestant, est responsable de la dégradation du peuple nîmois : « ... Assassiner ainsi tout un peuple ! le tuer moralement... ».

149 Ibid., p. 74.

150 Voir ibid., p. 77, le cas de l’abbé Tranchant de Lyon.

151 L’archevêque de Lyon, M. de Bonald, a une attitude particulièrement rétro grade : voir ibid., p. 105 ; voir aussi l'attitude du pasteur protestant, M. Tachard, à Nîmes, ibid., p. 214, celle de l’évêque de Nîmes, p. 221, n. 7.

152 Ibid., p. 101.

153 Ibid., p. 16.

154 Voir ibid., p. 51.

155 Voir ibid., p. 47.

156 Ibid., p. 53.

157 Ibid., p. 79.

158 Ibid., p. 83.

159 Ibid., p. 81.

160 Ibid., p. 224.

161 Une ouvrière de la Croix-Rousse, après avoir montré à Flora la misère croissante qui l’accable elle et les siens, retrouve son « énergie » pour reprendre à son compte la célèbre formule insurrectionnelle : « ... Nous préférons mourir en combattant que de mourir de faim » (sic), (ibid., p. 93).

162 Ibid., p. 77.

163 Ibid., p. 71.

164 « Quand on examine les causes du mal, on reste convaincu qu’il n'y a qu’une seule et unique cause, c’est la propriété » (ibid., p. 52) ;... « Quelle chose immorale que cette propriété... » (ibid., p. 80-81).

165 Ibid., p. 265.

166 Ibid., p. 276-277.

167 Ibid., p. 35.

168 Ibid., p. 156.

169 Ibid., p. 145146 ; cf. p. 143. « Châtrer les ouvriers avec les prêches pacifiques... »

170 Union ouvrière, p. 113 ; souligné par Flora.

171 Tour de France, p. 35. On a vu comment l’expérience s’est chargée de démontrer rapidement à Flora Tristan le caractère utopique et discutable de ce point de vue.

172 Ibid., p. 240, 241.

173 Ibid., p. 284. Cf. ibid., p. 265, « ... respecter l’ordre établi tout en travaillant à le démolir voilà ce que j’appelle la justice » (souligné par nous).

174 Ibid., p. 269.

175 Ibid., p. 268.

176 Ibid., p. 274.

177 Voir cette affirmation de l'Union ouvrière, ch. VIII, art. 54, « La morale à enseigner aux enfants consisterait à leur faire comprendre l’existence d’un Dieu bon, et l’action toujours providentielle exercée par Dieu sur toute sa création ». (souligné par Flora Tristan), p. 98.

178 Voir par exemple Paul Viallaneix, « Musset et le Christ », Revue d’Histoire Littéraire de la France, Mars-Avril 1976, pp. 228-238.

179 A Marseille par exemple elle dénonce la situation des ouvriers immigrés : « C’est parmi cette classe que l’on voit l’ignoble exploitation de l’homme par l’homme. Les maîtres-portefaix, ceux qui ont de l’argent, se chargent des travaux d’un négociant (...) ils prennent des hommes et des femmes qu’ils font travailler, ce qu’on appelle des " esclaves blancs ", ils donnent aux hommes 4 F, 5, 6, 7 F et jusqu’à 10 par jour — selon le travail — aux pauvres femmes génoises 1 F 50, 23 F et elles en font presque autant que les hommes. Le maître en brouillant seulement les esclaves gagne lui 50, 100 et 200 F par jour, en proportion des hommes qu’il exploite. C’est vraiment une indignité de voir des ouvriers aussi durs, aussi exploiteurs envers les ouvriers, leurs frères, que des bourgeois » (Ibid., p. 182). Elle montre les conséquences de cette « concurrence étrangère » sur les salaires des ouvriers français (ibid., p. 182), comme elle a analysé à Mâcon les causes et les conséquences de l’emploi par le patronat d’une main-d’œuvre d’origine paysanne, peu qualifiée et peu payée, dont le surnom « les carmagnoles » signifie le mépris (ibid., p. 61).

180 Voir Tour de France, p. 106 : « Chacun aura son paquet... » Flora est consciente de la fonction accusatrice de l’écriture dans le Tour de France.

181 Jules Puech, op. cit., p. 432.

182 Voir à cet égard les témoignages d’Eléonore Blanc, Biographie de Flora Tristan, Lyon 1845 ; BN — Ln 27 1980 ; de Sébastien Commissaire, Mémoires et souvenirs, Lyon, Paris, 1888 ; T. 1, p. 108 ; de Joseph Reynier, Mémoires, Lyon, 1898.
Sur l’éloquence de Flora Tristan et ses dons de conférencière, voir les témoignages de Jules Janin, Madame Florin Tristan, La sylphide des 5 et 12 janvier 1845 ; Arnold Ruge, Zwei Jahre in Paris, Leipzig, 1846, chap. XII.

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search