Version classiqueVersion mobile

Autofiction(s)

 | 
Claude Burgelin
, 
Isabelle Grell
, 
Roger-Yves Roche

De Doubrovsky en particulier…

L’autofiction à la Doubrovsky : mise au point

Patrick Saveau

Texte intégral

  • 1 Isabelle Grell, « Pourquoi Serge Doubrovsky n’a pu éviter le terme d’autofiction », dans Genèse et (...)

1Auto-fiction. Au départ, un mot dont les deux composants sont séparés par un trait d’union. Annonçant une césure insurmontable ? Comme s’il était impossible que ces deux composants désignent quoi que ce soit qui puisse entrer dans un raisonnement logique et faire comprendre de quoi il retourne ? Auto-fiction, mot dont la dimension ludique ne doit pas être sous-estimée : il se lit pour la première fois au feuillet 1637 de Monstre dans un contexte où le narrateur réfléchit à « la mise en mots de l’analyse de son rêve » au volant de sa voiture1. Autofiction, en un seul mot cette fois, apparaît pour des raisons somme toute éditoriales sur la quatrième de couverture de Fils, en 1977, sans prétention à une visée théorique, même si le texte dans lequel il est inséré est sans doute celui qui est le plus souvent cité lorsqu’on s’embarque dans l’examen de ce phénomène littéraire.

  • 2 Je tire cette expression de la thèse de Mélikah Abdelmoumen sur les autofictions de Serge Doubrovs (...)
  • 3 Cet entretien est à regarder sur http://auteurstv.blogspot.com/search/label/Camille%20Laurens. Il (...)
  • 4 Philippe Gasparini, Autofiction. Une aventure du langage, Le Seuil, « Poétique », 2008.

2La première inscription du mot est connue depuis peu, depuis que le groupe Autofiction de l’ITEM s’est attelé à retranscrire numériquement les 4099 feuillets du manuscrit original. En revanche, celle de 1977 a donné lieu à une pléthore d’essais et d’articles tentant de cerner cette approche nouvelle de « l’écriture de soi ». J’utilise cette expression délibérément, car le mot autofiction ne fait toujours pas l’unanimité, constituant toujours ce que Mélikah Abdelmoumen appelle « un écueil théorique2 ». Ainsi Camille Laurens exprime sa réserve face à ce terme dans un entretien : « Je préfère parler d’“écriture de soi”, ça me paraît plus juste en tout cas, moins décrié que le mot “autofiction”3 ». Plus récemment encore, il n’est que de lire le livre que Philippe Gasparini a consacré à l’autofiction. Il y examine toute la littérature critique que ce mot a déclenchée depuis son apparition4. Que d’écarts entre les différentes interprétations, que de bisbilles pour défendre son pré carré, que de rigidité dans l’approche de l’écriture de soi ou au contraire, que de souplesse, qui visent à limiter ou dé-limiter ce qui depuis plus de trente ans résiste à une définition claire et distincte.

3Je ne désire pas ici reprendre le travail fait par Gasparini. Cependant, j’aimerais, dans un premier temps, rappeler quelques réactions tranchées que le critique ne mentionne pas dans son essai, mais qui témoignent de l’incroyable passion que déclenche ce mot qui renvoie à un genre « décrié » ; puis, passer rapidement en revue les critères théoriques auxquels j’adhère ou non, lorsque je lis les autofictions de Serge Doubrovsky ; enfin, reprendre un aspect particulier du prière d’insérer, qui me semble avoir été négligé et qui détermine le rapport auteur/lecteur et surtout la manière dont je reçois ses textes.

  • 5 Olivier Mongin, « Littérateurs ou écrivains ? », L’Esprit, no 181, 1992, p. 108.
  • 6 Voir l’article de Martine Laval, « Les silences de Mado », Télérama, no 2474, 11 juin 1997, p. 96- (...)
  • 7 Pierre Jourde, La Littérature sans estomac, L’Esprit des péninsules, 2002.

4Dans les années 90, Olivier Mongin dénonçait cette vague de récits nombrilistes comme le signe de « l’autocomplaisance d’un moi qui ne voit plus que lui-même sans saisir qu’il ne parle que de son impuissance à écrire », déniant ainsi le statut d’écrivains à tous ces égotistes pour leur assigner celui de littérateurs5. Danièle Sallenave, suite à la parution d’un livre dont le titre pouvait prêter à confusion, Viol, six entretiens, quelques lettres et une conversation finale, se disait agacée que l’on cherche systématiquement à savoir quelle était la part de vérité de son roman, attitude qu’elle interprétait comme une perte de confiance en la littérature qui se doit d’être fiction avant tout, et rien d’autre6. Plus récemment, Pierre Jourde balançait un pavé dans la mare avec La littérature sans estomac, s’étonnant de l’écart incongru existant entre les critiques dithyrambiques reçues dans la presse par certains livres ressortissant à cette littérature du moi, dont ceux par exemple de Christine Angot ou Camille Laurens, et l’indigence esthétique de ces œuvres. Son jugement sur l’autofiction était sans appel. Ne condamnant pas le genre en soi, il n’y voyait que recettes éculées, mauvais goût et absence de culture littéraire7. Ces attaques avaient le mérite d’être directes, d’affirmer des positions ne pouvant laisser indifférent.

  • 8 Jacques Lecarme et Éliane Lecarme-Tabone, L’Autobiographie, Armand Colin, 1997, p. 24.

5Bien plus mesuré dans son propos, le livre de Gasparini a le mérite de permettre à chacun de ses lecteurs de prendre parti sur les pistes qui ont été ouvertes et proposées depuis l’apparition de ce mot, ce que j’aimerais faire à présent en examinant quelques-uns des critères qu’il passe en revue. Déjà, dans Est-il je ?, le critique s’était attaché à démontrer que l’autofiction n’était pas un rejeton de l’autobiographie, mais du roman autobiographique. Cette parenté entre les deux genres qui m’avait troublé à l’époque, n’est pas mise aux oubliettes dans son nouvel opus puisque les exemples où s’opère un glissement sémantique entre les deux genres ne sont pas rares, ce malgré l’avertissement de Jacques Lecarme selon qui « le redoutable “roman autobiographique” [est] un fléau du discours critique dont on peut espérer aujourd’hui l’extinction prochaine8 ». Pour moi, l’autofiction à la Doubrovsky n’a rien à voir avec le roman autobiographique dans la mesure où, pour se déclarer telle, elle doit passer par une condition essentielle : l’identité du nom assumée et revendiquée par l’auteur. Lorsque j’ai dans les mains une autofiction de Doubrovsky, je ne me demande pas à quelle instance auctoriale le personnage me renvoie et n’ai aucunement le sentiment de lire un roman autobiographique, comme je lirais par exemple Adolphe.

  • 9 Serge Doubrovsky, La Vie l’instant, Balland, 1985, p. 14.
  • 10 Philippe Gasparini, op. cit., p. 51.

6Autre difficulté sur laquelle achoppe la critique, le sens du mot « fiction ». Tout le métadiscours doubrovskyen sur ce terme renvoie au sens de façonner, mettre en forme, et rejette le sens d’inventer, imaginer, mentir. Le narrateur de La Vie l’instant se déclare incapable d’imaginer des personnages, des situations dans lesquelles ils évolueraient : « les personnages imaginaires, les ectoplasmes fictifs ne m’intéressent pas le moins du monde9 ». Lors de l’émission Apostrophes à laquelle il fut invité à la parution du Livre brisé, Doubrovsky affirmait : « pourquoi aller inventer des personnages romanesques, dans des professions que je ne connais pas, dans des métiers que je ne connais pas, alors que toute vie est romanesque si l’on descend suffisamment profond en soi ? ». Sa propre vie lui ayant semblé suffisamment intéressante, il décida de la mettre en récit, non de l’inventer. Ainsi, que « la valeur initiale de la racine latine [du mot fiction se soit] perdue10 » n’empêche nullement sa pratique d’écriture d’y correspondre.

  • 11 Jacques Lacan, Écrits I, Le Seuil, coll. Points, 1966, p. 91.
  • 12 Dans Moi aussi, Paris, Le Seuil, 1986, Lejeune s’avouait dupé lorsqu’il avait appris que le rêve a (...)

7Enfin, prendre le mot fiction dans le sens d’invention, a pour corollaire d’affirmer que l’autofiction fait peu de cas de la vérité. Parler de vérité, c’est s’embarquer dans un débat sans fin, s’aventurer sur un terrain miné. Cependant, bien que je sache que « le moi, dès avant sa détermination sociale, [est pris] dans une ligne de fiction, à jamais irréductible pour le seul individu11 », je ne peux pas ne pas tenir compte de cette notion de vérité qui, dans le cadre de l’autofiction à la Doubrovsky, non seulement est une part intégrante du pacte autobiographique que ce dernier signe avec son lecteur, mais aussi détermine la manière dont je lis son œuvre. Si les chemins retors qu’utilise Doubrovsky pour mettre en mots « d [es] événements et de[s] faits strictement réels » ont pu troubler ou agacer Philippe Lejeune, en ce qui me concerne, ils ne changent rien à la vérité que l’auteur essaie de faire partager à ses lecteurs12.

  • 13 Serge Doubrovsky, « Analyse et autofiction », dans Écriture de soi et psychanalyse, sous la direct (...)
  • 14 Patrick Saveau, « Autofiction n’est pas invention : le cas Doubrovsky », Dalhousie French Studies,(...)

8Un exemple illustre ce que je viens d’aborder, à savoir le rejet de la fiction-invention, l’adhésion à la fiction-façonnement et l’attachement à la vérité. Dans l’avant-dernier chapitre de Laissé pour conte, son ultime autofiction à ce jour, Doubrovsky reprend « Analyse et autofiction », une communication faite en 1995 lors du colloque Écriture de soi et psychanalyse13. Il y démontrait comment le chapitre, « Sasha, The Beast », que son psychanalyste Robert Akeret lui avait consacré dans son livre, Tales from a Traveling Couch, relevait de la pure fabulation. J’ai étudié ailleurs comment cette communication montre que l’autofiction à la Doubrovsky rejette tout ce qui a trait à l’invention, la falsification, la tromperie et la fabulation14. Je ne désire point y revenir ici. En revanche, j’aimerais examiner comment son œuvre s’inscrit dans un rapport dialogique avec une réalité vécue, avec des « événements et de[s] faits strictement réels » quels qu’ils soient (conférence, événement historique, relation amoureuse, rapport au lecteur, etc.).

  • 15 Il serait sans doute intéressant d’étudier dans quelle mesure le statut de la communication faite (...)

9Bien que toute forme de critique soit une forme d’autobiographie et tout essai une forme de récit, je poserai ici, pour ne pas m’embarquer dans un embrouillamini critique dont j’aurais du mal à sortir, qu’il y a une distinction entre Doubrovsky critique et Doubrovsky romancier. Quand nous lisons la communication susnommée de Doubrovsky, nous ne sommes pas en présence d’un narrateur dont la présence rendrait immédiatement compte du caractère construit, artificiel de la communication, mais bien d’un critique à qui a été allouée une tranche horaire pendant laquelle il tâche de démontrer à son auditoire comment le récit de Robert Akeret est une affabulation. Lorsqu’il reprend sa communication dans Laissé pour conte, sa dimension critique et la véridicité des faits démontrés ne disparaissent pas du fait de leur insertion dans un récit autofictif, de même que l’acte narratif ne dissipe pas Doubrovsky le critique15. Le lecteur avisé, comparant les deux versions, se rend vite compte que dans la deuxième, Doubrovsky est encore plus explicite dans son approche critique du texte d’Akeret, qu’il a ajouté des précisions où le double mouvement du réel aux mots, des mots au réel acquiert une tangibilité à laquelle il s’est, selon moi, toujours accroché.

  • 16 Dans Le Livre brisé, Doubrovsky reprend les mots de Sartre : « il faut choisir : vivre ou raconter (...)
  • 17 Laissé pour conte, Grasset, 1999, p. 395.
  • 18 Ibid., p. 396.

10Un passage, notamment, qui ne figure pas dans la communication, traduit ce mouvement de va-et-vient constant entre le réel et l’écriture et amène le lecteur à constater que dans l’œuvre de Doubrovsky, ce n’est jamais l’écriture ou la vie, mais l’écriture ET la vie16. Cette conjonction de deux domaines hétérogènes, Doubrovsky y adhère sans réserve et renvoie Akeret à son ignorance. En effet, ce dernier affirme qu’il y a eu, non seulement disjonction entre vie et écriture, mais que celle-ci a éclipsé toute vie. Or, la vie que Doubrovsky a mise en mots reste toujours présente, n’est jamais très loin des mots, même si « un livre sur une vie reste un livre et n’est pas “une vie”17 ». Lorsque le narrateur explique qu’« il reste toujours une vie réelle derrière les mots, enrichie, et non appauvrie, de les avoir écrits18 », il éclipse toute supposition que le matériau brut qui est à l’origine du récit puisse être le fruit de son imaginaire, puisse avoir été inventé. Bien au contraire, les êtres dont il a fait des personnages de ses autofictions ont bien existé. Ils ne peuvent être réduits à des êtres de papier. Une simple lecture suffit à Doubrovsky pour les faire remonter à la surface, les faire revivre à même la mémoire.

  • 19 Ibid., p. 239.
  • 20 Il est piquant que, dans le prière d’insérer reproduit dans le livre de Ph. Gasparini, le mot « au (...)

11« L’AUTEUR est UN EFFET DE TEXTE, Barthes disait, les personnages de roman sont des êtres de papier, l’auteur aussi, il n’existe que sur papier19 », certes. Mais, comme l’indiquait la dernière phrase du prière d’insérer de Fils, c’est dans un mouvement de va-et-vient que Doubrovsky désirait s’écrire, une paronomase substituant autofriction à autofiction : « Ou encore, autofriction, patiemment onaniste, qui espère faire maintenant partager son plaisir20 ». Ce va-et-vient ne se situe pas uniquement dans l’aventure du langage selon moi, mais aussi dans le désir d’aller et venir entre la vie et l’écriture, l’écriture et la vie.

  • 21 Serge Doubrovsky, « L’initiative aux maux : écrire sa psychanalyse », dans Parcours critique, Gali (...)
  • 22 Roland Barthes, Le Plaisir du texte, Le Seuil, 1973, p. 25.
  • 23 Ibid., p. 35.
  • 24 Ibid., p. 25.

12Peu après la parution de Fils, Doubrovsky écrivait deux articles critiques d’où se dégageaient deux éléments qui devaient influencer la manière dont je lis une autofiction à la Doubrovsky. Dans « L’initiative aux maux : écrire sa psychanalyse », il écrivait : « Pour l’autobiographe, comme pour n’importe quel écrivain, rien, pas même sa propre vie, n’existe avant son texte ; mais la vie de son texte, c’est sa vie dans son texte21 ». Comment une vie peut-elle naître dans un texte ? D’une part, en donnant à ce dernier une forme et un mouvement qui n’aient aucun équivalent, qui soient empreints d’une originalité sans pareille ; d’autre part, en ne perdant pas de vue le matériau brut à l’origine du texte, en d’autres termes, en n’inventant rien qui ne relève « d’événements et de faits strictement réels ». Avec Fils, cette autofriction que Doubrovsky espérait faire partager à son lecteur relevait seulement de l’écriture. Or, y avait-il vraiment partage ? Le partage n’était-il pas pour le moins incertain ? En effet, Fils, et dans une moindre mesure, le roman qui précède, La Dispersion, se distinguent nettement des livres qui suivent. Fils demeure un texte à part dans l’œuvre de Doubrovsky et constitue, selon moi, un texte de jouissance, texte que Barthes définissait ainsi : « celui qui met en état de perte, celui qui déconforte (peut-être jusqu’à un certain ennui), fait vaciller les assises historiques, culturelles, psychologiques, du lecteur, la consistance de ses goûts, de ses valeurs et de ses souvenirs, met en crise son rapport au langage22. » Cette perte de repères que tout lecteur a dû ressentir à la lecture de Fils ne se reproduit pas dans les livres qu’écrira Doubrovsky par la suite. Fils est un texte de rupture, il surgit « à la façon d’un scandale23 ». Mais, dès Un amour de soi, l’écriture consonantique débridée de Fils fait place à une écriture où la consonance n’est point absente, mais est moins emportée, plus sage, dirons-nous. Nous passons du texte de jouissance au texte de plaisir, « celui qui contente, emplit, donne de l’euphorie ; celui qui vient de la culture, ne rompt pas avec elle, est lié à une pratique confortable de la lecture24. »

  • 25 Entretien avec Jean-François Louette, « Je ne cherche aucune absolution, mais un partage », Les Te (...)
  • 26 Je suis ici en désaccord avec Isabelle Grell qui affirme qu’il y a chez Doubrovsky une volonté d’a (...)
  • 27 Laissé pour conte, op. cit., p. 47.

13Afin que l’autofriction puisse faire partager son plaisir, il fallait que Doubrovsky entraîne ses lecteurs avec lui, entreprise plus complexe, mais qui allait se révéler bien plus bénéfique. D’où la mise en place d’un processus d’identification captatrice mentionné dans sa deuxième autothéorisation, « Autobiographie/Vérité/Psychanalyse ». Au fond, que désire-t-il ? Une captation de son lecteur qui permettrait de lui refiler certains aspects lourds à porter de sa personne et de sa vie ? Non, il cherche « un partage » avec autrui, autrui étant « essentiel dans [son] œuvre25 ». Il ne s’agit pas simplement pour lui d’infuser son venin au lecteur, de lui refiler sa personne. À partir du moment où le lecteur se laisse capter, où il tombe dans les fils d’une toile patiemment tissée, il se sent, lui aussi, moins seul26. L’image que lui tend le texte n’est pas toujours belle à voir, mais le lecteur, une fois pris dans les rets mis en place par ledit processus, peut exprimer un soupir de soulagement, s’adonner lui aussi à une autofriction, qui, elle, ne naît pas de l’écriture, le lecteur n’étant pas le scripteur, mais d’une communion de pensée, de vie. Le mouvement n’est pas à sens unique, il est à nouveau double : « les lecteurs nous soutiennent, nous épaulent, à condition que nous leur prêtions le flanc, que nous nous livrions vraiment en pâture, ils se nourrissent de nous, nous d’eux, transfert, transfusion de vie27. »

  • 28 Roland Barthes, op. cit., p. 100.
  • 29 Laissé pour conte, op. cit., p. 396.

14Dans la typologie que Barthes donnait des lecteurs de plaisir, il en est un qui me correspond tout à fait quand je lis les autofictions de Doubrovsky publiées après Fils : le lecteur « hystérique ». Ce dernier qui « prend le texte pour de l’argent comptant, qui entre dans la comédie sans fond, sans vérité, du langage […] et se jette à travers le texte28 », est à mon image quand je suis en présence d’un texte de Doubrovsky. Si toute vie est irracontable, je ne considère jamais le récit qu’il donne de sa vie comme impossible. Là réside sans doute tout le talent de l’écrivain. Pris dans « la cavalcade des mots29 », le texte prend vie, tant pour l’auteur que pour le lecteur, le touchant au plus profond, lorsque le processus d’identification captatrice a réussi. Me vautrant dans son texte, je me laisse aller à une lecture qu’aucune fiction, dans le sens d’invention, ne vient parasiter.

  • 30 Serge Doubrovsky, « L’autofiction selon Doubrovsky », entretien avec Philippe Vilain, dans Ph. Vil (...)
  • 31 Voir cet entretien sur http://auteurstv.blogspot.com/search/label/Camille%20Laurens

15L’autofiction façon Doubrovsky ne serait-elle alors qu’une « variante “postmoderne” de l’autobiographie » ainsi que l’affirme l’auteur dans les entretiens qu’il a donnés depuis la parution de Laissé pour conte30 ? Rien ne semble pouvoir contester une telle conception de cet avatar de l’autobiographie qu’est devenue l’autofiction. Qu’on ne puisse s’écrire de nos jours comme on s’écrivait du temps de l’autobiographie classique, semble une évidence. Ne point l’accepter serait, entre autres, ne point tenir compte de la révolution psychanalytique, ou de la césure que constitue la Shoah. En d’autres termes, ce serait un contresens. Ainsi que se plaisait à le répéter Alain Robbe-Grillet dans les cours qu’il dispensait à New York University : « Écrire, c’est écrire contre. » C’est dans cette opposition que s’inscrivent Doubrovsky et de nombreux écrivains qui, tous autant qu’ils sont, désirent être en phase avec le monde dans lequel ils vivent. Si l’autofiction, « c’est réfléchir à ce qu’est l’individu, y compris l’individu qui écrit, dans un monde où tout est relatif, où tout est sujet à doute, à remise en cause31 », comme l’affirme Camille Laurens, cette réflexion est contrebalancée dans l’œuvre de Doubrovsky par un ressassement qui permet au lecteur de s’accrocher à des faits qui, si à force d’être repris prennent la force de mythèmes, n’en procurent pas moins un ancrage, ancrage qui permet un partage, une complicité entre l’auteur et son lecteur.

Notes

1 Isabelle Grell, « Pourquoi Serge Doubrovsky n’a pu éviter le terme d’autofiction », dans Genèse et Autofiction, Jean-Louis Jeannelle et Catherine Viollet (dir.), Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2007, p. 45.

2 Je tire cette expression de la thèse de Mélikah Abdelmoumen sur les autofictions de Serge Doubrovsky.

3 Cet entretien est à regarder sur http://auteurstv.blogspot.com/search/label/Camille%20Laurens. Il s’est tenu le 17 avril 2008 et a pour titre : « J’écris de là, de la perte ».

4 Philippe Gasparini, Autofiction. Une aventure du langage, Le Seuil, « Poétique », 2008.

5 Olivier Mongin, « Littérateurs ou écrivains ? », L’Esprit, no 181, 1992, p. 108.

6 Voir l’article de Martine Laval, « Les silences de Mado », Télérama, no 2474, 11 juin 1997, p. 96-98.

7 Pierre Jourde, La Littérature sans estomac, L’Esprit des péninsules, 2002.

8 Jacques Lecarme et Éliane Lecarme-Tabone, L’Autobiographie, Armand Colin, 1997, p. 24.

9 Serge Doubrovsky, La Vie l’instant, Balland, 1985, p. 14.

10 Philippe Gasparini, op. cit., p. 51.

11 Jacques Lacan, Écrits I, Le Seuil, coll. Points, 1966, p. 91.

12 Dans Moi aussi, Paris, Le Seuil, 1986, Lejeune s’avouait dupé lorsqu’il avait appris que le rêve analysé dans le chapitre « Rêves » de Fils, n’avait jamais fait l’objet d’une analyse réelle avec le psychanalyste. Cette duperie faisait dire à Lejeune que Doubrovsky était de « la race des romanciers et non de celle des autobiographes » (p. 68), jugement qu’il corrigera en 2005, quand il dira que Doubrovsky est, selon lui, un autobiographe.

13 Serge Doubrovsky, « Analyse et autofiction », dans Écriture de soi et psychanalyse, sous la direction de Jean-François Chiantaretto, L’Harmattan, 1996, p. 263-282.

14 Patrick Saveau, « Autofiction n’est pas invention : le cas Doubrovsky », Dalhousie French Studies, no 48, 1999, p. 147-153.

15 Il serait sans doute intéressant d’étudier dans quelle mesure le statut de la communication faite lors du colloque Écriture de soi et psychanalyse change dès lors qu’elle est insérée dans Laissé pour conte. Dans le contexte de cet essai, cette communication que Doubrovsky insère dans son autofiction, non seulement garde tout sa dimension critique, mais ne prend guère une dimension autofictionnelle.

16 Dans Le Livre brisé, Doubrovsky reprend les mots de Sartre : « il faut choisir : vivre ou raconter » (p. 75). Cependant, s’il est un livre où la vie ET l’écriture se sont rapprochées dangereusement, c’est bien celui-ci. En attribuant à Ilse le rôle d’une lectrice naïve pour qui l’écriture doit correspondre à la vie, Doubrovsky se donne le beau rôle, puisqu’il sait qu’il faut faire un choix tant ces deux domaines ne sauraient être mélangés sans danger. À vouloir jouer à l’apprenti sorcier, il ne s’est pas rendu compte qu’Ilse n’était que partiellement dans le jeu du « je ». Voilà ce que Doubrovsky critique écrivait quatre ans après la parution du Livre brisé dans « Textes en main », Cahiers RITM, no 6, 1993 : « J’ai écrit mon autofiction jusqu’à être totalement dépossédé de mon entreprise. À un premier niveau, par l’irruption brutale, assassine du réel dans les jeux de la fiction. À un second niveau, plus subtil et retors, parce que ces jeux disaient vrai, sans que j’en aie conscience. » (p. 217)

17 Laissé pour conte, Grasset, 1999, p. 395.

18 Ibid., p. 396.

19 Ibid., p. 239.

20 Il est piquant que, dans le prière d’insérer reproduit dans le livre de Ph. Gasparini, le mot « autofriction » soit épelé sans la lettre « r », comme si ce mot faisait tache (Autofiction, op. cit., p. 15).

21 Serge Doubrovsky, « L’initiative aux maux : écrire sa psychanalyse », dans Parcours critique, Galilée, 1980, p. 188.

22 Roland Barthes, Le Plaisir du texte, Le Seuil, 1973, p. 25.

23 Ibid., p. 35.

24 Ibid., p. 25.

25 Entretien avec Jean-François Louette, « Je ne cherche aucune absolution, mais un partage », Les Temps modernes, no 611-612, décembre 2000 – février 2001, p. 215.

26 Je suis ici en désaccord avec Isabelle Grell qui affirme qu’il y a chez Doubrovsky une volonté d’accuser le lecteur des nombreux maux qui accablent notre monde « à travers une pseudo-auto-accusation », dans « Pourquoi Serge Doubrovsky n’a pu éviter le terme d’autofiction », art. cit., p. 49.

27 Laissé pour conte, op. cit., p. 47.

28 Roland Barthes, op. cit., p. 100.

29 Laissé pour conte, op. cit., p. 396.

30 Serge Doubrovsky, « L’autofiction selon Doubrovsky », entretien avec Philippe Vilain, dans Ph. Vilain, Défense de Narcisse, Grasset, 2005, p. 212.

31 Voir cet entretien sur http://auteurstv.blogspot.com/search/label/Camille%20Laurens

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search