Version classiqueVersion mobile

Leurs enfants dans la ville

 | 
Clément Rivière

Remerciements

Texte intégral

1Je remercie vivement Jean-Yves Authier d’accueillir cet ouvrage dans la collection « Sociologie urbaine » des Presses universitaires de Lyon, ainsi que Nathalie Petitjean et Isabelle Dorland des PUL pour leur travail d’accompagnement et d’édition, leur disponibilité et leur efficacité. Je remercie également mon laboratoire, le CeRIES, pour son soutien à la fabrication de ce livre, et j’en profite pour saluer mes collègues de l’Université de Lille.

2À différents stades de son avancement et de différentes manières, le travail dont cet ouvrage est issu a bénéficié du regard critique et averti de Jean-Yves Authier, Marie Bergström, François Bonnet, Marc Breviglieri, Anaïs Collet, Bruno Cousin, Muriel Darmon, Margot Delon, Virginie Dutoya, Olivier Gaudin, Josué Gimel, Sonja Kosunen, Camille Lancelevée, Christine Lelévrier, Enzo Mingione, Jules Naudet, Marco Oberti, Edmond Préteceille, Fabio Quassoli, Tommaso Vitale et Agnès Van Zanten. Qu’elles et ils en soient toutes et tous chaleureusement remerciés, sans pour autant pouvoir être tenus pour responsables de ses limites ou lacunes.

3Différents chapitres ou passages du livre sont des versions révisées d’articles parus dans les revues Actes de la recherche en sciences sociales, Agora débats / jeunesses, Children’s Geographies, Diversité, Enfances Familles Générations, Espaces et Sociétés, Les Annales de la recherche urbaine, Métropolitiques, RESET, Recherches en sciences sociales sur Internet et Sociétés contemporaines. Je tiens ici à remercier toutes celles et tous ceux qui contribuent au travail d’évaluation et d’édition réalisé dans l’ombre par les revues, une tâche aussi précieuse que chronophage.

4Mes remerciements les plus vifs s’adressent bien entendu aux parents rencontrés à Paris et à Milan, il y a maintenant près de dix ans, pour m’avoir ouvert la porte de leur quotidien et accordé un peu de leur temps pourtant compté. Gratitude et remerciements aussi pour mes propres parents, Geneviève et Yves, pour la confiance qu’ils m’ont donnée dans la vie (et dans la ville ?) et leur exemple constant d’engagement.

5Merci enfin bien sûr aux amies et amis pour leurs sourires et les heureux moments passés ensemble à Lille, Paris, Milan, Buenos Aires ou ailleurs. Last but not least, un merci « grand comme une montagne » à Tiphaine, la plus chouette des épouses et des mamans dans la ville.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search