Version classiqueVersion mobile

Leurs enfants dans la ville

 | 
Clément Rivière

Introduction

Les parents, leurs enfants et les espaces publics urbains

Texte intégral

Comme aucune personne normale, pas même un enfant, ne peut passer toute son existence claquemurée dans une maison, il est bien évident que tout le monde est bien obligé d’emprunter les rues. (Jacobs, 1961, 2012, p. 42)

  • 1 Les textes anglais et italiens sont traduits par l’auteur lorsque seule la version originale est m (...)

1Alors que les niveaux de mobilité autonome des enfants sont partout en recul en Europe depuis plusieurs décennies (Vercesi, 2008), les recherches conduites dans différents champs disciplinaires (géo­graphie, histoire, psychologie, sociologie) convergent pour attester la poursuite du processus de retrait progressif des enfants des espaces publics des villes occidentales (voir notamment Holloway & Valentine, 2000 ; O’Brien et al., 2000 ; Karsten, 2005 ; 2011), enfants qui seraient désormais « séquestrés pour leur propre bien1 » (Cahill, 1990, p. 392). Au-delà du contexte hors norme des périodes de confinement liées à la crise sanitaire du Covid-19 (Ferrier, 2020 ; Gilbert, 2020), la présence d’enfants non accompagnés dans les espaces publics éveille la suspicion, les laisser jouer ou se déplacer sans surveillance étant progressivement devenu un marqueur de négligence, voire d’irresponsabilité parentale (Cahill, 1990 ; Pain, 2006 ; Karsten, 2016). Voilà pourquoi les géographes néerlandais Lia Karsten et Willem Van Vliet ont proposé la figure de l’« enfant d’intérieur » (indoor child) pour rendre compte du passage d’une époque où la présence non supervisée des enfants dans les espaces publics était perçue comme allant de soi à une époque où ceux-ci ne peuvent plus fréquenter ces espaces que sous certaines conditions (2006).

  • 2 Les espaces publics urbains sont définis dans cet ouvrage comme les espaces physiques formellement (...)

2Dans ce contexte de retrait progressif des enfants vers les espaces privés, ce livre s’intéresse à un domaine de pratiques particulier : la régulation par les parents de l’accès des enfants aux espaces publics. Il n’aborde donc pas la ville du point de vue des enfants, mais du point de vue de leurs parents et plus précisément du « travail parental » (voir Déchaux, 2009) que ces derniers mettent en œuvre au quotidien pour encadrer les usages que font leurs enfants des espaces publics urbains2. Il s’agit d’un ensemble de pratiques éducatives ordinaires, en partie impensées, dont font ou ont fait l’expérience la plupart des parents, mais aussi toutes celles et tous ceux qui, bien que n’élevant pas ou n’ayant jamais élevé d’enfant(s), en ont eux-mêmes été un il y a plus ou moins longtemps.

3Le caractère banal des pratiques éducatives étudiées (voir également Garcia, 2018) ne saurait masquer l’importance de l’enjeu que revêt pour les parents le passage progressif de leurs enfants à l’autonomie dans ce « monde d’étrangers » (voir Lofland, 1973) qu’est la ville. L’expérience du côtoiement d’étrangers, c’est-à-dire d’individus personnellement inconnus (Lofland, 1973), revêt en effet les usages des espaces publics urbains d’une tension spécifique, cristallisation de la serendipity – la découverte inattendue d’une chose alors qu’on en cherchait une autre – qui fait selon l’anthropologue suédois Ulf Hannerz l’« essence de l’urbain » (1980, 1983, p. 154). Pour le dire autrement, le fait que les espaces publics se caractérisent d’un point de vue sociologique par leur accessibilité (Goffman, 1963, 2013 ; Joseph, 1998 ; Lofland, 1998) confère un caractère ambivalent à leur fréquentation, ces arènes de sociabilité étant aussi des arènes d’exposition à l’imprévu et au danger (Delgado, 2011, 2018).

Comment se comporter dans les lieux publics ?

  • 3 Le lecteur curieux pourra consulter différents articles proposant une littérature plus extensive s (...)

4L’expérience des parents habitant les grandes villes européennes contemporaines a le plus souvent été abordée à l’aune de leurs choix résidentiels (Karsten, 2003 a ; Vermeersch, 2011) et scolaires (Oberti, 2007 ; Raveaud & Van Zanten, 2007 ; Van Zanten, 2009 a). Ces travaux ont notamment mis en lumière les nombreux « dilemmes moraux » susceptibles d’accompagner ces choix (sur le thème du « bon parent » dont les choix ne coïncident pas nécessairement avec ceux du « bon citoyen »), particulièrement dans le cas des parents des classes moyennes (Oria et al., 2007 ; Vincent & Ball, 2007 ; Posey-Maddox, McDonough Kimelberg & Cucchiara, 2016 ; Frank & Weck, 2018). Les recherches portant sur les pratiques mises en œuvre au quotidien par les parents pour encadrer les usages enfantins des espaces publics sont quant à elles plus rares3 (voir en particulier Valentine, 1997 a ; 1997 b ; Authier & Lehman-Frisch, 2012), ce qui semble paradoxal dans une période caractérisée par l’inquiétude diffuse pour la sécurité des enfants (Pain, 2006). Ainsi, bien que les habitants des villes soient dès leur plus jeune âge bombardés d’instructions relatives à leurs déplacements (voir Lofland, 1973), les sociologues n’ont fait preuve que d’un intérêt limité pour celles-ci. Si Lyn Lofland considère comme « évidente » (familiar stuff) l’existence de ce processus de socialisation, la faible connaissance empirique dont nous disposons à son sujet invite plutôt à considérer ce processus comme l’une des regiones incognitae des espaces publics que la chercheuse invite à explorer (Lofland, 1998). Alors que la fréquentation des rues constitue une contrainte presque incontournable en milieu urbain, de quelle(s) manière(s) les parents enseignent-ils à leurs enfants « comment se comporter dans les lieux publics » (voir Goffman, 1963, 2013) ?

  • 4 Terme désignant « les approches qui, dans les sciences humaines et sociales, tiennent compte du “p (...)

5Ce livre se donne pour objectif de contribuer à une meilleure connaissance de la socialisation des enfants aux espaces publics, et plus précisément du rôle que jouent les parents dans ce processus. Il vise à apporter un éclairage sur la transmission de manières différenciées d’agir, de penser et de percevoir dans les espaces publics urbains. Il tâche ainsi de saisir l’action socialisatrice au plus près de sa mise en œuvre et s’intéresse à la transmission dans le cadre familial de normes de comportement et de présentation de soi, de compétences d’interaction et de mobilité et de représentations du danger, de l’altérité sociale et plus largement de l’ordre social. Cette attention à la transmission de schèmes d’action, de perception et d’évaluation interroge la formation de dispositions différenciées selon le sexe des enfants, mais aussi selon les ressources dont disposent les familles. À sa manière, cet ouvrage entend en effet contribuer à l’étude empirique de la différenciation sociale des enfants et des enfances (Lareau, 2003 ; Lignier, Lomba & Rénahy, 2012 ; Lignier & Pagis, 2017 ; Lahire, 2019 a) et à la mise en lumière des nombreuses inégalités qui en découlent. Alors qu’un ensemble de travaux a montré que la méfiance exprimée à l’égard de la présence autonome des enfants dans les espaces publics l’est davantage encore dans le cas des filles (voir notamment Valentine, 1997 b ; Karsten, 2003 b ; Lehman-Frisch, Authier & Dufaux, 2012), cette perspective de recherche dispositionnaliste4 permet de ne pas « placer du côté de la nature ce qui peut être pensé comme le produit d’une intériorisation par petites touches insensibles, répétées, parfois volontaires et parfois involontaires » (Lahire, 2007 a, p. 275).

6Les parents ne détiennent bien entendu pas le monopole de la socialisation de leurs enfants, dont la découverte et les usages des espaces publics sont en partie également façonnés par l’action d’autres instances et agents de socialisation, à commencer par l’institution scolaire et les pairs enfantins. Mais « si la famille n’occupe pas tout le terrain de la socialisation enfantine et si elle est souvent concurrencée, dans nos sociétés différenciées, par d’autres institutions ou d’autres groupes sociaux, elle a encore de nos jours une place centrale » (Lahire, 2019 b, p. 31), et les enfants continuent à devoir « se tirer d’affaire avec les parents que le destin [leur] a envoyés » (Berger & Luckman, 1966, 2006, p. 231). Autrement dit, l’approche par l’action éducative des parents n’offre qu’un point de vue partiel sur la socialisation aux espaces publics des enfants, mais la découverte enfantine de la ville est très largement cadrée par les autorisations et les interdits parentaux, en particulier dans le cas des enfants les plus jeunes.

Comparer deux quartiers, comparer deux villes

7Résolument inscrit dans le champ de la sociologie urbaine, ce livre se veut également attentif aux recherches conduites dans d’autres domaines de la discipline, notamment en sociologie de l’éducation. L’enquête réalisée constitue en effet un révélateur à la fois des conceptions qu’ont les parents de ce que constitue une « bonne éducation », de leurs propres représentations de la vie urbaine et des (nombreuses) contraintes matérielles et normatives qui pèsent sur eux.

  • 5 En 2008, année précédant le début de l’enquête de terrain, aucune des huit catégories socioprofess (...)

8Le choix d’une enquête de terrain localisée et comparée à Paris et à Milan avait d’ailleurs pour objectif de mieux comprendre la façon dont les contextes locaux contribuent à définir les pratiques parentales, dans une perspective de monographie comparée (Pinson, 2019). La mise en parallèle de deux espaces présentant des similarités mais situés dans deux métropoles européennes distinctes constitue ainsi une « stratégie d’enquête » (Vigour, 2005), dans la mesure où elle permet d’interroger la façon dont les processus de socialisation aux espaces publics des enfants s’inscrivent dans des contextes locaux et nationaux. La comparaison permet en particulier d’interroger le rôle joué par les systèmes éducatifs et de protection sociale, ainsi que le rôle des modalités d’inscription des parents dans leur espace de résidence. Le choix de terrains d’enquête caractérisés par l’hétérogénéité sociale et culturelle de leur population5 avait pour objectif de faciliter la rencontre de parents présentant des profils variés et donc l’étude de la différenciation sociale des pratiques dans un type de contexte urbain donné.

  • 6 Délimité par le boulevard de la Villette, la rue de Belleville, le boulevard périphérique et le ca (...)
  • 7 Délimité par deux axes routiers importants, viale Monza et via Palmanova, sa base correspondant à (...)
  • 8 Une part multipliée par 10 en vingt ans, tandis que l’Italie devenait un pays d’immigration.

9Les terrains choisis pour mener l’enquête à Paris et à Milan présentent de nombreux traits communs, tant en ce qui concerne leur morphologie que leur localisation et leur histoire. Ce que j’ai respectivement appelé le « quadrilatère Villette-Belleville6 » dans le 19e arrondissement de Paris (125 393 habitants en 2008, dont 15,7 % d’étrangers) et le « triangle Monza-Padova7 » à Milan (76 427 habitants à la fin de l’année 2008, dont 23,7 % d’étrangers8) partagent ainsi la même situation géographique, à la périphérie nord-est de l’hypercentre dans les deux métropoles (voir les cartes 1 à 4). Rapidement accessibles depuis celui-ci par le réseau de transports en commun, ils comptent plusieurs grands espaces verts (les parcs des Buttes-Chaumont, de la Villette et de la Butte du Chapeau-Rouge à Paris, le parco Trotter et le parco della Martesana à Milan) et sont traversés par un canal (le canal de l’Ourcq / bassin de la Villette à Paris et le naviglio della Martesana à Milan).

Carte 1. Quadrilatère Villette-Belleville, à Paris.
Fond : contours IRIS. Coédition INSEE et IGN.

Carte 1. Quadrilatère Villette-Belleville, à Paris.Fond : contours IRIS. Coédition INSEE et IGN.

Carte 2. Situation du quadrilatère Villette-Belleville dans Paris.
Fond : contours IRIS. Coédition INSEE et IGN.

Carte 2. Situation du quadrilatère Villette-Belleville dans Paris.Fond : contours IRIS. Coédition INSEE et IGN.

Carte 3. Triangle Monza-Padova, à Milan.
Fond : contours aree funzionali.

Carte 3. Triangle Monza-Padova, à Milan.Fond : contours aree funzionali.

Carte 4. Situation du triangle Monza-Padova dans Milan.
Fond : contours aree funzionali.

Carte 4. Situation du triangle Monza-Padova dans Milan.Fond : contours aree funzionali.
  • 9 Le 1er janvier 1860 dans le cas parisien, Belleville et La Villette faisant partie des 11 communes (...)
  • 10 Incarnée sur le terrain milanais par la fin de la production de l’usine Magnetti Marelli en 1978.
  • 11 36,6 % de logements sociaux en 2011, pour une moyenne municipale de 17,1 %. La population vivant s (...)

10Ces anciens espaces agricoles et de villégiature, progressivement absorbés par la ville-centre dans le cadre de son expansion9, ont successivement fait l’objet de processus d’industrialisation, de désindustrialisation10 puis de gentrification (voir notamment Agustoni & Alietti, 2009 ; De Villanova & Deboulet, 2011), moins avancée cependant sur le terrain milanais au moment de l’enquête. Les deux terrains se caractérisent à la fois par une tendance à la hausse des prix immobiliers, en particulier à Paris, et par la visibilité de « formes d’occupation populaire de la rue » (voir Clerval, 2011). Le 19e arrondissement, dans lequel les maisons individuelles du secteur de la Mouzaïa ou les abords du parc des Buttes-Chaumont et du bassin de la Villette attirent une population aisée, est en même temps l’arrondissement parisien dont le taux de logements sociaux est le plus élevé11.

11Les interprétations proposées dans ce livre s’inscrivent donc dans des contextes urbains spécifiques, en ce qui concerne à la fois leur situation dans l’aire métropolitaine et la composition de leur population. Leur localisation à la périphérie intérieure de la ville-centre ne permet pas à tous les profils de parents d’y habiter : le niveau élevé des prix de l’immobilier dans les deux villes, en particulier à Paris, exerce une contrainte spécifique sur les ménages avec enfants, la naissance puis l’avancée en âge des enfants engageant un rapport au logement distinct de celui des célibataires ou des couples sans enfant (Vermeersch, 2011 ; Giraud, 2014 ; Vermeersch, Launay & Charmes, 2018) et des arbitrages – relatifs notamment à la taille du logement ou à l’accession à la propriété – susceptibles de remettre en cause y compris la nette préférence de certains profils de parents pour un « style de vie urbain » (Karsten, 2003 a).

L’enquête

  • 12 La liste complète des parents interrogés, avec leurs caractéristiques principales, figure en annex (...)
  • 13 Correspondant à trois années en amont et en aval de l’entrée théorique au collège à Paris et en sc (...)

12L’enquête présentée dans ce livre s’appuie principalement sur une campagne d’entretiens menés entre 2009 et 2012. 78 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de 88 parents (51 mères, 17 pères et 10 couples) ayant au moins un enfant âgé de 8 à 14 ans (69 garçons et 54 filles au total)12. Ces bornes d’âge13 ont été définies afin d’appréhender les pratiques d’encadrement mises en œuvre par les parents à l’interface des scolarités primaire et secondaire, le passage dans l’enseignement secondaire constituant une étape charnière du processus d’autonomisation vis-à-vis des parents (voir notamment Delalande, 2010).

  • 14 Les extraits d’entretiens réalisés en italien et mobilisés dans l’ouvrage ont été traduits en fran (...)

13Les entretiens en italien (43) ont été conduits entre octobre 2009 et décembre 2010 à Milan (28 mères, 7 pères et 8 couples)14 et ceux en français (35) entre mars 2009 et avril 2012 à Paris (23 mères, 10 pères et 2 couples). La difficulté d’interroger des pères (27 enquêtés au total sur 88) est caractéristique des recherches portant sur les pratiques éducatives (voir notamment Barker, 2011) et liée à l’implication plus importante des mères dans le suivi quotidien des enfants. D’une durée moyenne de soixante-treize minutes, ces entretiens ont fait l’objet d’une retranscription intégrale dans leur langue de réalisation, puis d’une analyse thématique. Six d’entre eux ont été partiellement ou intégralement réalisés en présence d’un ou de plusieurs des enfants concernés, ce qui leur a permis d’intervenir à différents moments dans les échanges.

14Commun aux deux terrains d’enquête, le guide d’entretien était construit autour de trois thèmes principaux. Dans un premier temps, il s’agissait d’interroger les parents sur leur parcours résidentiel et leur rapport à la vie de quartier. Le cœur de l’entretien portait ensuite sur les activités et les déplacements réalisés par les enfants dans les espaces publics, ainsi que sur les pratiques d’encadrement de leurs parents. Enfin, un dernier volet introduisait un questionnement plus large sur les représentations et les usages parentaux des espaces publics urbains.

15Les parents ont été recrutés par le biais de quatre canaux principaux :

  • le démarchage direct dans des espaces publics (parcs, rues) ou semi-publics (réunions publiques, centres d’animation à Paris, patronages paroissiaux à Milan15) ;
  • la mise en contact par l’intermédiaire d’informateurs liés à des centres sociaux, des associations ou des lieux de culte ;
  • les réseaux de parents d’élèves ;
  • la recommandation par un enquêté précédent.

16Dans la majorité des cas, les entretiens se sont déroulés au domicile des enquêtés ou dans un café de leur choix ; et dans les autres, sur leur lieu de travail, dans un parc public ou dans des locaux associatifs ou paroissiaux. La recherche était présentée à tous les enquêtés comme portant sur les usages enfantins des espaces publics dans des quartiers caractérisés par une population hétérogène. La comparaison entre Paris et Milan était systématiquement signalée et l’anonymisation des entretiens garantie, les parents se voyant assurés que l’ensemble des noms évoqués seraient systématiquement modifiés. À ce titre, le choix de désigner les parents par des prénoms ne doit pas être interprété comme une marque de condescendance à leur endroit (voir Pinçon & Pinçon-Charlot, 1991), ni comme le reflet d’une absence de réflexivité vis-à-vis de la relation d’enquête. Tous les enquêtés ont fait l’objet du même traitement, indépendamment de leurs ressources et de leurs propriétés sociales, et le choix de les prénommer découle au contraire d’un désir de les considérer sur un pied d’égalité et au même titre : celui de parents s’efforçant d’accompagner de leur mieux leurs enfants dans la découverte de la ville.

17Alors que de nombreuses normes structurent, comme nous le verrons, l’exercice de l’encadrement parental, la situation d’enquête est susceptible de mettre en jeu la légitimité des parents en tant qu’éducateurs : la curiosité de l’enquêteur peut alors entraîner le risque d’un effacement ou d’une sous-évaluation des pratiques perçues par les enquêtés comme étant moins légitimes et une mise en avant des pratiques perçues comme légitimes (Lahire, 1995 ; Gilbert, 2012). Il s’agit donc pour le chercheur de veiller à proposer des interprétations contrôlées des matériaux collectés, cela d’autant plus que la situation d’entretien est une arène de discours sur soi à laquelle les enquêtés ne sont pas tous également disposés et préparés (Mauger, 1991), la capacité à parler de soi n’étant « pas distribuée socialement de manière aléatoire » (Pollak, 2005, p. 8).

  • 16 La réalisation sur plusieurs mois d’observations portant sur les pratiques éducatives dans 12 fami (...)

18Mais si tous les parents n’entretiennent pas le même rapport à la parole et à la mise en récit de leur expérience, l’enquête par entretiens présente l’avantage d’être un dispositif méthodologique permettant à la fois « une approche privilégiée des carrières, des trajectoires ou de tout processus qui s’étale dans le temps » (Darmon, 2003, p. 104) et d’interroger de manière fine, sous certaines conditions, les pratiques ordinaires (Lahire, 2007 b). Si l’observation participante dans des familles aurait présenté l’avantage d’associer au recueil du discours l’observation directe des pratiques, elle n’aurait permis de rencontrer qu’un nombre restreint de familles, du fait de son caractère particulièrement exigeant en matière de présence sur le terrain16, rendant de ce fait plus délicate l’approche de la différenciation sociale des pratiques, qui se trouve au cœur de la démarche engagée dans cette recherche.

  • 17 Le travail de conversion des professions des parents milanais a été facilité par la liste établie (...)
  • 18 L’Algérie, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Espagne, le Mali, le Maroc, le Portugal et la Tunisie (...)

19Le profil des parents rencontrés présente ainsi une importante diversité, même si les parents des classes moyennes et moyennes-supérieures font l’objet d’une surreprésentation, sans doute en partie favorisée par la proximité sociale avec l’enquêteur. Un peu moins d’un tiers des parents interrogés ont été classés a posteriori (sur la base de la profession déclarée17) comme faisant partie des « cadres et professions intellectuelles supérieures » (CS3 de l’INSEE), un peu plus d’un quart comme membres des professions intermédiaires (CS4), un cinquième comme employés (CS5) et un peu moins d’un dixième comme ouvriers (CS6) d’une part, comme artisans, commerçants et chefs d’entreprise (CS2) de l’autre. Près de deux fois plus de parents cadres et de professions intellectuelles supérieures ont été interrogés à Paris et, de façon symétrique, près de deux fois plus d’indépendants et d’employés l’ont été à Milan, ce qui reflète dans une certaine mesure la structure sociale contrastée des deux métropoles (Cousin & Préteceille, 2008). Une part relativement similaire de parents ouvriers et membres des professions intermédiaires a en revanche été rencontrée dans les deux villes. Enfin, plus d’un cinquième des parents interrogés sont originaires ou ressortissants de 15 pays étrangers à la France et à l’Italie18. Les parents décrits au fil de l’ouvrage comme appartenant aux « classes populaires » ont en commun de partager une position subalterne sur le marché du travail et dominée dans l’espace social (Schwarz, 2011). Ceux décrits comme appartenant aux « classes moyennes-supérieures » disposent à l’inverse de revenus importants et / ou exercent diverses professions d’encadrement, tandis que les parents décrits comme appartenant aux « classes intermédiaires » occupent une position qui les situe dans l’intervalle entre ces deux types.

20Pour reprendre en la détournant une formule de Florence Weber décrivant l’apport des données quantitatives à l’enquête ethnographique (Weber, 1995), ces parents ont été rencontrés dans le cadre d’une campagne d’entretiens « armée » par le recours ponctuel à l’observation ethnographique (observations focalisées et non focalisées dans des espaces publics, entretiens informatifs et tenue d’un journal de terrain) et par la constitution d’un large corpus d’articles de presse locale et nationale et de supports d’information institutionnels portant sur les terrains d’enquête dans les deux villes. La combinaison de ces méthodes en appui de l’entretien a permis l’acquisition progressive de « compétences culturelles » (Bonnet, 2008, p. 68) qui permettent d’interagir de manière plus fluide et plus riche avec les enquêtés, mais aussi de mieux contrôler les propos recueillis. Le fait d’habiter alternativement sur les deux terrains pendant la durée de l’enquête a également favorisé l’accumulation de ces « connaissances locales », qui « constituent autant de marques d’attention qui permettent de gagner relativement vite la confiance des enquêtés » (Trémoulinas, 2007, p. 113).

21L’ensemble de ces entretiens et leur analyse approfondie a donné lieu à la rédaction d’une thèse de doctorat en sociologie (Rivière, 2014 a) et à la publication d’une série d’articles de recherche (Rivière, 2014 b ; 2016 ; 2017 a ; 2017 b ; 2017 c ; 2018 a ; 2018 b ; 2019) sur lesquels cet ouvrage de synthèse s’appuie.

22Il est probable que la crise sanitaire liée à l’épidémie mondiale de Covid-19 laisse une empreinte sur les usages des espaces publics (Semi, 2020) et notamment sur ceux qu’en font les enfants et leurs parents (voir conclusion). Mais en dépit du caractère de facto daté des données sur lesquelles il s’appuie, qui reflète à la fois le temps long de la recherche, la difficulté qu’il peut y avoir à trouver du temps pour écrire et les contingences liées à la marche du monde, ce livre espère constituer une contribution utile aux chercheurs en sciences sociales, ainsi qu’aux différents acteurs (élus, aménageurs, urbanistes, militants) qui éprouvent de l’intérêt pour la place des enfants dans la ville, au tout premier rang desquels leurs parents.

23Le premier chapitre décrit les différentes étapes du passage du domicile aux espaces les plus publics, le long d’une gradation fine d’espaces perçus comme plus ou moins protégés par les parents rencontrés. Le deuxième chapitre explore les souvenirs d’enfance de ces derniers et interroge leurs perceptions, souvent nostalgiques, des évolutions des usages enfantins des espaces publics urbains. Le troisième chapitre s’intéresse aux ressources dont disposent les familles et présente une typologie de manières d’encadrer qui éclaire la différenciation sociale de la socialisation aux espaces publics des enfants. Cette réflexion est poursuivie et approfondie dans le quatrième chapitre, qui décrit les modalités et les principes de la différenciation de ces processus selon le sexe des enfants et montre le rôle que jouent les parents dans la fabrique des inégalités sexuées d’accès à la ville. Le cinquième et dernier chapitre s’intéresse quant à lui à la façon dont les pratiques parentales sont en partie définies par les contextes locaux et nationaux de leur mise en œuvre.

Notes

1 Les textes anglais et italiens sont traduits par l’auteur lorsque seule la version originale est mentionnée dans la bibliographie.

2 Les espaces publics urbains sont définis dans cet ouvrage comme les espaces physiques formellement ouverts à tous en milieu urbain, principalement le réseau viaire, les places, les parcs et les transports en commun.

3 Le lecteur curieux pourra consulter différents articles proposant une littérature plus extensive sur les enfants et la ville (voir notamment Cloutier & Torres, 2010 ; Lehman-Frisch & Vivet, 2011 ; Rivière, 2018 a).

4 Terme désignant « les approches qui, dans les sciences humaines et sociales, tiennent compte du “passé incorporé” (des produits de la socialisation passée) en vue de rendre compte des pratiques » (Lahire, 2013, p. 137).

5 En 2008, année précédant le début de l’enquête de terrain, aucune des huit catégories socioprofessionnelles agrégées distinguées par l’INSEE ne représentait plus d’un cinquième de la population active sur le terrain parisien (données INSEE – Recensement général de la population 2008). Nettement surreprésentés par rapport au niveau national (20,5 % contre 8,7 %), les cadres et professions intellectuelles supérieures correspondaient au groupe le plus nombreux, devant les employés (17,2 % contre 16,4 %), les professions intermédiaires (16,7 % contre 13 %), les ouvriers (7,4 % contre 13,1 %) et les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (2,8 % contre 3,3 %).

6 Délimité par le boulevard de la Villette, la rue de Belleville, le boulevard périphérique et le canal de l’Ourcq, à cheval sur le territoire des anciennes communes de La Villette et de Belleville.

7 Délimité par deux axes routiers importants, viale Monza et via Palmanova, sa base correspondant à la frontière entre Milan et la commune voisine de Sesto San Giovanni. D’autres recherches se sont intéressées au même territoire, en lien avec l’installation de nombreux immigrés autour de via Padova (Agustoni & Alietti, 2009 ; Arrigoni, 2011), une longue rue devenue au tournant des années 2010 selon différents titres de presse la « plus multiethnique de la ville » (Libero, 15 février 2010), voire le « cœur de la ville africaine » (Corriere della Sera, 10 juin 2009). Les titres des journaux sont traduits par l’auteur.

8 Une part multipliée par 10 en vingt ans, tandis que l’Italie devenait un pays d’immigration.

9 Le 1er janvier 1860 dans le cas parisien, Belleville et La Villette faisant partie des 11 communes disparues dans le cadre de la création des nouveaux « arrondissements extérieurs » ; en 1923 à Milan, année où Gorla, Precotto et Crescenzago sont annexées avec 9 autres communes, après Turro en 1918.

10 Incarnée sur le terrain milanais par la fin de la production de l’usine Magnetti Marelli en 1978.

11 36,6 % de logements sociaux en 2011, pour une moyenne municipale de 17,1 %. La population vivant sous le seuil de bas revenus atteignait alors presque le double de la moyenne parisienne (Atelier parisien d’urbanisme, 2012).

12 La liste complète des parents interrogés, avec leurs caractéristiques principales, figure en annexe.

13 Correspondant à trois années en amont et en aval de l’entrée théorique au collège à Paris et en scuola media di primo grado à Milan.

14 Les extraits d’entretiens réalisés en italien et mobilisés dans l’ouvrage ont été traduits en français par l’auteur.

15 Plusieurs patronages paroissiaux catholiques (oratori) proposent tout au long de l’année (année scolaire et vacances) aux enfants du triangle Monza-Padova un ensemble d’activités sportives, ludiques ou culturelles encadrées à un tarif très bas et dans l’enceinte de la paroisse. Si ces patronages paroissiaux ne trouvaient pas (ou plus ?) d’équivalent sur le terrain parisien au moment de l’enquête, Rose-Marie de Casabianca indique qu’environ 400 enfants entre 6 et 14 ans fréquentaient un patronage catholique dans le quartier parisien de Notre-Dame-de-Lorette à la fin des années 1950 (1959).

16 La réalisation sur plusieurs mois d’observations portant sur les pratiques éducatives dans 12 familles américaines a ainsi exigé la participation de nombreux enquêteurs (Lareau, 2003).

17 Le travail de conversion des professions des parents milanais a été facilité par la liste établie par Bruno Cousin des correspondances en matière de catégories socioprofessionnelles de l’INSEE des catégories utilisées par l’Istituto nazionale di statistica (ISTAT), son équivalent italien (Cousin, 2008).

18 L’Algérie, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Espagne, le Mali, le Maroc, le Portugal et la Tunisie sur le terrain parisien ; le Bangladesh, la Bolivie, le Brésil, l’Égypte, le Maroc, les Pays-Bas et le Sri Lanka sur le terrain milanais.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Quadrilatère Villette-Belleville, à Paris.Fond : contours IRIS. Coédition INSEE et IGN.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/36905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Carte 2. Situation du quadrilatère Villette-Belleville dans Paris.Fond : contours IRIS. Coédition INSEE et IGN.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/36905/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Carte 3. Triangle Monza-Padova, à Milan.Fond : contours aree funzionali.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/36905/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Carte 4. Situation du triangle Monza-Padova dans Milan.Fond : contours aree funzionali.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/36905/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search