Version classiqueVersion mobile

Le Temple national

 | 
Vincent Petit

L’homme, l’ecclésiastique, le parlementaire

Essai d’anthropologie historique de l’ecclésiastique catholique parlementaire1

Paul Airiau

Texte intégral

  • 1 Un certain nombre d’informations ont été extraites de : Adolphe Robert & Gaston Cougny (dir.), Dic (...)

À la mémoire de Jean-Marie Mayeur

  • 2 Dominique Julia, « Le prêtre », dans Michel Vovelle (dir.), L’Homme des Lumières, Paris, Éditions (...)

1Si l’on considère que peut être réglée facilement la question de l’accès des ecclésiastiques catholiques à la fonction parlementaire à partir de 1789 (ce qui n’est en réalité pas évident, mais qu’on laisse de côté, tant cela nécessiterait de longs développements), demeure celle de la manière ils sont effectivement parlementaires. Et celle-ci mérite d’être traitée car, par eux, avec eux et en eux, se noue une série de questions sur la place réciproque du religieux et du politique, la place et le rôle du catholicisme, l’identité de l’État, la fonction parlementaire, les rôles sociaux. Ces questions se doublent d’enjeux de genre, puisqu’un prêtre est une modalité spécifique de la masculinité du milieu du xviiie siècle au milieu du xxe siècle, la réorganisation des habitus de la civilisation des mœurs et des valeurs bourgeoises par le biais de l’ayance (les dispositions psycho-comportementales stables acquises) ecclésiastique créant une distance entre la masculinité sacerdotale et celle des autres hommes, notamment des parlementaires2.

D’étranges parlementaires

2Qu’un ecclésiastique parlementaire soit une chose étrange et incertaine, rien ne le montre mieux que ces questions accessoires, et donc essentielles, que sont l’appellation et la tenue.

  • 3 « Chambre des députés », Journal des débats politiques et littéraires, 24 mars 1847, p. 3 ; « Cham (...)
  • 4 « Chambre des députés », Le Journal des débats politiques et littéraires, 24 juin 1847, p. 3 ; « C (...)

3Si la Révolution use des titres ecclésiastiques, sa radicalisation conduit à ne plus voir que des citoyens ou d’honorables représentants. Le Premier Empire reprend les titres ecclésiastiques, ainsi que la Restauration, qui, cependant, identifie les pairs ecclésiastiques par leur titre nobiliaire et leur nom, seuls les cardinaux faisant exception. Cependant, les comptes rendus utilisent les titres officiels : Monsieur le cardinal, Monsieur l’archevêque, Monsieur l’évêque. L’usage est repris par la Monarchie de Juillet. Mais, lorsque l’abbé Antoine de Genoude est élu en 1847 (Haute-Garonne), la Chambre lui donne du « Monsieur ». Cependant, les députés ne peuvent oublier leur naturel ni l’identité du député. Et ce qui devait arriver arriva. À l’occasion d’un débat sur la réforme électorale, le gouvernemental Pierre-Chaumont Liadières pose qu’il n’a pas « le moins du monde l’intention d’encourager le premier pas de l’honorable abbé Genoude ». L’appellation suscite des protestations, rapportées différemment selon les titres de presse. Liadières précise alors qu’il n’entendait donner aucun sens particulier au titre et reprend son discours3. D’ailleurs, même en faisant attention à ne jamais dire « l’abbé Genoude », on n’oublie pas son ordination, ainsi lors du débat du budget 1848, où, à l’occasion d’une escarmouche, le garde des Sceaux Hébert lance à l’ecclésiastique qu’il ne le prendrait pas comme confesseur4.

  • 5 La Nation et le clergé, Paris, Chez Perrotin, p. 7.
  • 6 « Assemblée nationale », Journal des débats politiques et littéraires, 6 septembre 1848, p. 2-3 ; (...)

4Sous la IIe République, la brochure anticléricale La Nation et le clergé (1848) refuse l’éligibilité du clergé en argumentant que « Nous verrons un archevêque monter à la tribune, et dire citoyen, quand on lui renverra du monseigneur », et rappelant en note l’article 12 du concordat qui interdit aux archevêques tout titre autre que citoyen ou monsieur. L’usage des titres ecclésiastiques au Parlement trahirait ainsi l’égalité civile5. Malgré la présence de nombreux ecclésiastiques, et même si Lamennais a été élu en tant que « abbé publiciste » et que Le Moniteur mentionne d’abord le « citoyen abbé Fayet », avant d’user du terme générique « monsieur », une culture parlementaire déjà enracinée tend ainsi à imposer le refus de toute distinction fondée sur la fonction ou l’origine. Encore qu’il faille observer de près les situations. Le 5 septembre 1848, au cours des débats sur la mention de « Dieu » dans le préambule de la Constitution, le pasteur Coquerel répond à l’« honorable prélat » (Fayet) auquel il vient de succéder à la tribune. L’expression n’entraîne aucune réaction. Mais, lorsqu’il évoque bientôt le « vénérable évêque d’Orléans », il s’attire des réclamations. Quant au titre d’« abbé », donné à Fayet par le légitimiste Armand Fresneau qui succède à la tribune à Coquerel, il ne suscite aucune réaction. On pourrait ainsi penser à une réaction automatique lorsque surgit un terme renvoyant à la hiérarchie ecclésiastique, réaction qui n’est pas sans relever aussi de la posture. Hugo le relève lorsqu’il note que Jules Dufaure avait juste auparavant évoqué « Monseigneur l’évêque d’Orléans », sans susciter de réactions. Faut-il croire que les circonstances de l’énonciation jouent et qu’une appellation ecclésiastique en début de discours est davantage relevée que durant le discours, peut-être parce que l’attention est plus soutenue ? Que les circonstances jouent est certain. En effet, lorsque Coquerel a demandé la parole immédiatement après Fayet, la Chambre a eu une « Hilarité générale ». Est-ce le statut ecclésiastique des deux orateurs successifs qui joue ? Sans doute, si l’on suit le Journal des débats, qui mentionne que Coquerel est pasteur et membre de la commission de la Constitution. De plus, le libéral Adolphe Crémieux a demandé la parole juste avant Coquerel, un catholique, un juif et un protestant se succédant ainsi en quelques instants6...

  • 7 JO : « Séance du samedi 22 juillet 1871 », vol. 4, p. 260 ; « Séance du mercredi 8 mai 1872 », vol (...)

5Sous la IIIe République, l’enjeu de l’appellation se renouvelle bientôt. La Chambre de 1870 et 1871 use sans complexes aucuns du titre et de la qualité de Mgr Félix Dupanloup, évêque d’Orléans et député du Loiret. Même Gambetta y va de son « éminent prélat » à l’occasion de la discussion sur les pétitions épiscopales consacrées au pouvoir temporel du pape en 1871. Le conservateur Alfred Giraud mentionne quant à lui l’« illustre et vénéré collègue monseigneur l’évêque d’Orléans », le 8 mai 1872, alors que le républicain modéré Charles Bertauld se contente d’un « Monseigneur » lors du débat sur l’église du Sacré-Cœur en 1873, tout comme le monarchiste Henri de Lacretelle lors d’un débat sur la liberté de l’enseignement supérieur le 5 décembre 18747. En revanche, sous la République anticléricale, l’usage d’« évêque » ou des appellations honorifiques prend un sens politique. Lors de la première prise de parole de Mgr Freppel, évêque d’Angers et député de Brest, le 2 juillet 1880, sur l’application des décrets anti-jésuites du 29 mars, Gambetta, président de la Chambre, qui a tenté de repousser l’interpellation de l’évêque au ministre de l’Intérieur, donne finalement la parole à « Monsieur le député Freppel ». S’étonnant des murmures de la droite, il affirme que « dans cette enceinte, [il ne connaît] pas d’autre titre que celui de député », ce qui pousse l’évêque à répliquer : « Monsieur le Président m’a donné un titre dont je m’honore et me glorifie. »

  • 8 JO, 24 janvier 1881, p. 31-33 [32].
  • 9 JO, 25 novembre 1881, p. 2087-2088.
  • 10 « Chambre des députés. Séance du vendredi 2 juillet 1880 », Annales du Sénat et de la Chambre des (...)
  • 11 JO, 12 mai 1885, p. 791.
  • 12 JO : 29 mai 1896, p. 774 ; 28 novembre 1897, p. 2619 ; 22 janvier 1898, p. 135 ; 22 novembre 1898, (...)

6La question dépasse d’ailleurs Freppel. Lorsque le député républicain de tendance radicale Louis Guillot questionne le ministre de l’Intérieur Constans sur l’usage de l’appellation « Monseigneur » dans sa circulaire prescrivant les prières publiques à la rentrée des Chambres en 1881, le ministre lui répond que les « formules sans importance [...] n’engagent pas la politique du Gouvernement ». Pourtant, « Monseigneur » devient un marqueur politique, au point de susciter des mouvements dans l’hémicycle8. Le 24 novembre 1881, lors de la discussion sur l’invalidation du député Boscher-Delangle en raison de « l’intervention du clergé », son usage par le rapporteur opportuniste Auguste Galpin fait réagir. Il le remplace par « monsieur l’évêque », que Freppel commente, amusé, d’un : « Ne regrettez pas d’être un homme bien élevé. » Si Galpin ne cesse alors de se reprendre, le radical Jean-Louis de Lanessan, qui a pris la parole pour dénoncer l’ingérence ecclésiastique dans les élections, finit par prononcer un « Mons... ». Une partie de la Chambre rit ou murmure, Freppel rejouant sa partition : « Ne craignez pas, vous non plus, d’être un homme bien élevé. » Reconnaissant qu’il a dit la moitié du mot qu’on ne doit pas dire lorsqu’on est anticlérical, Lanessan attribue le fait à l’influence néfaste de son éducation religieuse, argument qu’il utilise aussitôt pour demander la séparation afin que l’autorité religieuse, qu’il marque en utilisant volontairement l’expression « Monseigneur Freppel », ne marche pas avec l’autorité politique pour asservir9. Si un certain nombre de députés opportunistes et radicaux donneront ainsi ostensiblement du « Monsieur » à Freppel (Henri Brisson présidant la Chambre ou Georges Clemenceau le rappelant à l’ordre lors de la séance du 22 novembre 1883 ; Martin Nadaud, le 2 février 1889, demandant à son « cher collègue Monsieur Freppel » de l’écouter)10, progressivement, la présence de l’évêque se banalise, et « monsieur l’évêque » ou « l’évêque d’Angers » deviennent fréquent – le radical Émile Vernhes lançant même le 11 mai 1885 un « Mon cher évêque » qui déclenche des rires11. D’Hulst connaîtra le même traitement, comme les abbés Hippolyte Gayraud (Brest) et Lemire (Hazebrouck)12.

7Après 1918, les titres ecclésiastiques sont bien plus facilement utilisés. Le président du conseil du Cartel des Gauches, Édouard Herriot, donne du « Monsieur l’abbé Bergey » lors de la discussion sur la suppression de l’ambassade près le Vatican en janvier 1925. Le radical Aimé Berthod s’adresse lui à « Monsieur le chanoine Desgranges » en 1929, alors qu’en 1936 le député communiste Florimond Bonté interpelle indirectement « Monsieur le chanoine Polimann » lors d’une discussion sur la validation de l’élection de Philippe Henriot avec l’appui du clergé bordelais. Le caractère sacerdotal devient même l’occasion de bons mots qui détendent l’atmosphère de la Chambre. Ainsi fait le républicain conservateur Louis Marin :

  • 13 JO : 24 janvier 1925, p. 261 ; 28 mars 1929, p. 1397 ; 25 juillet 1936, p. 2136 ; 18 octobre 1922, (...)

Croyez-vous, messieurs, que le rôle d’un président de commission – même élu, comme je l’ai été, à l’unanimité – qui assume une responsabilité pareille, soit d’envoyer à ses membres de l’eau bénite de cour ? Si c’est cela que veulent certains membres de la commission des spéculations, qu’ils s’adressent à nos collègues ecclésiastiques, à Monsieur l’abbé Wetterlé, à Monsieur l’abbé Muller, habitués à manier l’encensoir ! Ils feront cela très bien ! (Rires et applaudissements) (1922). Tout à l’heure, Monsieur le chanoine Desgranges vous a donné l’absolution ; actuellement, c’est Monsieur le chanoine Polimann ! (Rires) (1938)13

  • 14 JO, 9 février 1949, p. 400-404.
  • 15 JO, 22 novembre 1959, p. 2777.

8À partir de 1945, Kir est massivement qualifié de son titre de chanoine. Manière de l’honorer, prise en compte de son pittoresque ou usage partiellement ironique ? Sans doute un peu de tous ces éléments. L’abbé Albert Gau, député de l’Aude, est aussi largement appelé « Monsieur l’abbé », même par des communistes ou des socialistes, y compris lors de débats tendus. Ainsi par Roger Garaudy et Jean Llante, lorsqu’il interpelle le gouvernement sur l’impossibilité pour des journalistes français d’assister au procès du cardinal Mindzsenty, en 1949. Herriot, quant à lui, président de l’Assemblée, fluctue entre « Monsieur Gau », « Mon cher collègue » et « Monsieur l’abbé14 ». Les abbés Henri Grouès, Félix Viallet et Hervé Laudrin sont moins souvent appelés par leurs titres, même si Grouès titre systématiquement ses questions écrites : « Question de Monsieur l’abbé Pierre-Grouès ». Cependant, leur caractère ecclésiastique n’est jamais vraiment oublié. Ainsi, en 1959, alors que le député UNR Bernard Le Douarec, traitant d’un rapport de Laudrin, estime qu’il exprime « un vœu naturellement très pieux », le socialiste Jean Durroux lance un « C’est normal ! » ; et, quelques minutes plus tard, le socialiste Fernand Darchicourt interpelle de son côté « Monsieur l’abbé15 ».

  • 16 « Assemblée nationale », Le Moniteur universel, 6 septembre 1848, art. cité, p. 2321.
  • 17 Annales du Sénat et de la Chambre des députés, 24 décembre 1880, p. 186.
  • 18 « Chambre des députés », Le Moniteur universel, 24 mars 1848, p. 584 ; « Chambre des députés », Jo (...)
  • 19 « Assemblée nationale », Le Moniteur universel, 11 août 1848, p. 1968.

9Incessamment, les députés se débattent avec le fait relevé en 1848 par Coquerel après qu’on avait protesté contre son usage du titre d’évêque pour Fayet : « je n’ai dit ce mot que parce que le représentant de la Lozère est absolument le même individu que l’évêque d’Orléans16 ». Le « même individu » relève de deux champs dont le premier est théoriquement seul reconnu, le second renvoyant à une forme de notabilité qui doit être ignorée, ou tout au moins réduite, voire niée. Derrière ces disputes sur les titres se niche, outre l’anticléricalisme et les positionnements des différents orateurs sur la question religieuse, la question de l’autorité de celui qui s’exprime. La chose ressort assez bien lors des débats du 23 décembre 1880 à l’occasion de la loi sur l’obligation de l’enseignement primaire. En l’absence de Freppel, Paul Bert, rapporteur du projet, estime que s’il « n’a pas le droit de parler au nom de l’épiscopat français », l’évêque d’Angers est « revêtu de la dignité épiscopale qu’il ne peut dépouiller dans cette enceinte » et que s’il propose « un amendement qui touche aux relations de l’État et de l’Église : cet amendement n’aurait-il pas une autorité que ne saurait lui donner un simple laïc ? » Lorsque le bonapartiste Louis Le Provost de Launay avance que « Puisque vous appelez l’évêque d’Angers “monsieur Freppel”, c’est que, ici, dans cette enceinte, il n’est point évêque ; il n’est que député », Gambetta qui préside la Chambre opine : « C’est bien mon opinion17 ». Gambetta veut réduire le prêtre ou l’évêque à son mandat, et distinguer pour dissocier entièrement l’élu du consacré. Il rejoint ici de manière plus virulente ce que Liadières déclarait en 1847, après les réactions à son utilisation du qualificatif « abbé » pour Genoude : « je n’ai pas attaché plus d’importance au titre que je viens de donner à l’honorable préopinant, qu’à celui de colonel, de général ou de magistrat, qui peuvent appartenir à certains membres de cette Chambre ». Mais le mouvement même de la Chambre qui avait alors entraîné cette précision montrait que le sacerdoce n’était jamais équiparé aux autres professions18. Mais, en 1880, Bert saisit mieux que Gambetta combien l’union tend à la confusion. Quoi que disent ou fassent les prêtres élus qui se présentent incessamment comme les mandants de leurs concitoyens, toujours revient le sacerdoce. Jamais ignoré, le caractère ecclésiastique est toujours pris en compte, mais, par une règle tacite, ne doit jamais être exprimé comme un élément déterminant l’identité de celui auquel il renvoie. C’est un accident, et non une substance, qui ne doit être qu’exceptionnellement mentionné comme tel, comme lorsque le 10 août 1848, le « citoyen Graveran, évêque de Quimper » se voit donner la parole19.

10La notabilité ecclésiastique diffère donc nettement de celle conférée par d’autres professions dont les titres ne font pas réagir. Une passe d’armes entre Jules Roche, demandant la suppression du budget des cultes en 1882, en raison du comportement politique des évêques, et Freppel, le montre particulièrement bien. Roche commence par mettre en cause l’antirépublicanisme épiscopal, dont Freppel est le représentant à la Chambre. Puis, il pose que, parmi les députés, « un évêque, malgré le caractère indélébile et éternel dont il est revêtu, est en définitive un député [...] ». Il continue alors en mettant en cause le rôle joué « dans son diocèse » par « Monsieur l’évêque d’Angers [...] », ou « monseigneur l’évêque d’Angers, pour l’appeler par son titre, par le titre qu’il se donne ». Enfin, il dénonce les propos et l’attitude du prélat, qui a refusé que les presbytères et les églises fussent pavoisés le 14 juillet malgré les consignes ministérielles. Puis il porte une botte : « Voilà comment un évêque, payé par la République, parle et des fêtes nationales, et des lois, et des instructions ministérielles et des ordres donnés par son chef ! » Le duel est alors immédiat :

  • 20 JO, 14 novembre 1883, p. 1580-1581.

M. Freppel. — Mon chef ! Allons donc.
Sur plusieurs bancs à gauche, ironiquement. — Très bien ! très bien !
M. Jules Roche. — À la bonne heure !...
M. Freppel. — Je n’ai pas d’autre chef que le pape, et celui-là, vous ne le connaissez pas !
À droite. — Certes non !
M. Jules Roche. — Monsieur l’évêque d’Angers ne veut pas reconnaître le ministre de l’Intérieur et des Cultes comme son chef...
M. Freppel. — Non, monsieur !
M. Jules Roche. — ... et déclare à l’instant qu’il ne reconnaît pas d’autre chef que le pape.
M. Freppel. — Dans l’exercice de mes fonctions20 !

11Ainsi, Roche unit fermement le député et l’évêque pour mettre en cause la désobéissance de celui qu’il tient pour un fonctionnaire. Puis, face à la revendication radicale de l’évêque de ne dépendre religieusement que du pape, contre tout gallicanisme, il condamne implicitement une violation de la souveraineté française. Mais cette accusation est en réalité déjà contenue dans la mise en cause des positions politiques du député-évêque qui, monarchiste, refuse la souveraineté du peuple qui a choisi la République conçue par les républicains.

  • 21 Journal des débats politiques et littéraires, 14 mai 1848, p. 1 ; « Assemblée nationale », Le Moni (...)

12Un enjeu souterrain agit ainsi dans la question de l’appellation des ecclésiastiques parlementaires : celui de la nécessaire subordination du religieux au politique, comme le rappelle Joseph-Marie Portalis attaquant la robe dominicaine du père Henri Lacordaire le 13 mai 1848, en rejetant ce qui ne s’appelle pas encore le cléricalisme, soit le refus du fondement de la modernité politique dans laquelle la France se reconnaît21. La souveraineté temporelle ne peut reconnaître de souveraineté religieuse, sinon elle ne serait pas une souveraineté. Or, puisque la religion est la seule activité sociale à revendiquer à sa manière la souveraineté, il est indispensable pour le politique de lui assigner une place disant qu’elle n’est pas souveraine. Aussi, de même que la religion ne peut être considérée comme une activité sociale comme les autres, qu’elle a été réduite au culte et qu’un statut dérogatoire au droit commun lui a été assigné, afin de rappeler sans cesse qu’elle a perdu son combat avec le politique identifié à l’État, de même les ecclésiastiques parlementaires ne peuvent-ils être autre chose que des citoyens dont le titre lié à leur profession ne saurait être utilisé dans le cadre de la représentation politique de la nation.

  • 22 Edmond Launay, Costumes, insignes, cartes, médailles des députés, 1789-1898, André Souyris-Rolland (...)

13Cette question se retrouve de manière moins nette lorsqu’il s’agit de la tenue, même si le glissement vers une appellation cléricale est soutenu par la tenue des ecclésiastiques parlementaires22.

  • 23 L’abbé Grégoire prète [sic], le premier serment de fidélité à la Constitution civile du clergé et (...)
  • 24 « Assemblée nationale législative. Séance du vendredi 6 avril, au matin », « Assemblée nationale l (...)
  • 25 Edmond Launay, Costumes, insignes, cartes, médailles des députés, 1789-1898, op. cit., p. 34. Aucu (...)
  • 26 Emmanuel de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables : les pairs de France et la Chambre des p (...)

14Les États généraux tentèrent, sans vrai succès, de codifier la tenue parlementaire. Si le règlement du 27 avril 1789 impose aux ecclésiastiques le port de la soutane, adaptée à leur dignité, la réglementation du costume parlementaire sombre inéluctablement face aux revendications d’égalité. Les prêtres et prélats députés sont donc identifiables à leur vêtement, pour autant qu’ils le veuillent23. Le creusement de la logique révolutionnaire change la donne. À la Législative, le 6 avril 1792, jour du Vendredi saint, Mgr Pierre-Anastase Torné, évêque et député du Cher, abordant la suppression des congrégations séculières, défend la nécessaire suppression du port du costume ecclésiastique : la nation, ayant aboli toute corporation, c’est-à-dire toute appartenance collective infranationale, et se gouvernant par la loi, qui seule peut déterminer les distinctions entre citoyens, doit abolir les habits distinctifs de ceux qui s’associent librement, sous peine de réalisation d’une sécession de facto. Fondé sur une conception extensive de l’indivisibilité de la nation, cet argumentaire emporte l’adhésion. L’Assemblée interdit le vêtement ecclésiastique en dehors des fonctions cultuelles. Les députés-évêques Claude Fauchet et Léonard Gay-Vernon déposent alors immédiatement leur croix pectorale et leur calotte, le second laissant entendre qu’il regrette le vote mais s’y soumet. L’abbé Dominique Lacombe, absent pourtant, soutiendra aussi la mesure. Trois jours plus tard, Torné entre en séance « avec un costume laïque [...] coiffé en queue et chaussé de bottines », accueilli par de « vifs applaudissements ». Mgr Claude Le Coz se conforma aussi au décret, dont il revendiquait une partie de la paternité. Les peu nombreux députés ecclésiastiques demeurés prêtres se plièrent-ils au décret ? Pour Mgr Henri Grégoire, non. Il porte sa tenue ecclésiastique après son élection à la Convention. Alors qu’il est en mission dans le comté de Nice au début de 1793, il raconte avoir harangué les bataillons en « habit violet24 ». Les députés ecclésiastiques portèrent-ils aussi les costumes prévus par la Convention puis par les Cinq-Cents ? Difficile de le savoir. Peut-être Grégoire porta-t-il le costume destiné aux Anciens et aux Cinq-Cents, puisqu’il l’avait fait voter par ses collègues de la Convention le 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) ? Ce costume fut de toute façon abandonné pour un autre dès le 4 frimaire an VI (24 novembre 1797), et la législation sur les tenues parlementaires continua à occuper les assemblées jusqu’en 1803. Difficile ici aussi de savoir si les ecclésiastiques les portèrent25. En tout cas, après que l’Empire eut recréé les dignités et magnifié les notabilités, et la Restauration embrayé sur ce croisement entre égalité civile et distinctions sociales, les ecclésiastiques pairs de la Restauration tranchèrent sur l’apparat du costume de leurs collègues en se vêtant en ecclésiastiques, avec rabat et croix pectorale, calotte pour certains, voire bonnet cardinalice – et toujours les cheveux courts devant mais tombants et ondulés par derrière. Les portraits croqués par le comte de Noé dans l’Album de MM. les pairs de France le montrent bien. On repère aussi leur tenue particulière dans le tableau d’Auguste Vinchon, Louis XVIII préside la session d’ouverture des Chambres, le 4 juin 1814 (1841, château de Versailles ; deuxième rang, à gauche, troisième rang au centre), mais on peine à les apercevoir dans l’aquarelle anonyme Séance royale du 4 juin 181426.

  • 27 « Nº 301 – Arrêté qui règle le costume des Représentants du Peuple », Bulletin des lois de la Répu (...)
  • 28 Fayet en redingote sans rabat, en calotte et avec une discrète croix pectorale : Auguste Pichon, M (...)
  • 29 « Assemblée nationale. Présidence du citoyen Buchez. Séance du samedi 13 mai », Le Moniteur univer (...)
  • 30 « M. l’abbé Déclais et M. Ledru-Rollin », L’Ordre et la Liberté, 26 mai 1848, p. 4 ; « La soutane (...)
  • 31 Edmond Biré, Mes souvenirs, 1848-1870, Paris, Jules Lamarre, 1908, p. 10 ; Souvenirs de Alexis de (...)

15Le 30 avril 1848, un décret du gouvernement provisoire fixe l’habit des députés à la Constituante, ce qui laisse dubitative une partie de la presse, qui s’interroge sur ce que fera Lacordaire. Lorsque la session s’ouvre le 4 mai, les députés ignorent massivement le décret. Les ecclésiastiques, qui ont hésité sur leurs vêtements, ont opté pour la soutane à rabat (et la robe dominicaine pour Lacordaire)27. La vêture révèle des sensibilités ecclésiologiques différentes, entre Parisis revendiquant sa dignité épiscopale, Lacordaire affirmant la légitimité des ordres religieux (quoi qu’il ait envisagé de venir en soutanelle), et ceux maintenant des traditions gallicanes ou se ralliant à une relative discrétion (Fayet, sur les conseils de Mgr Affre, et Graveran, viennent en redingote, mais Fayet passera vite à la soutane, accompagnée d’une calotte)28. Lacordaire est remarqué par sa robe lorsque la Chambre sort saluer la foule devant le palais Bourbon. Lorsque, le 13 mai, Portalis l’attaque sur celle-ci, il se cantonne à une apologétique : son habit est celui de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, de l’Église elle-même29. Est-ce dans ce contexte que Ledru-Rollin aurait lancé à l’abbé Jacques Desclais : « Citoyen, la coupe et la couleur de votre habit ont besoin d’une transformation ; quittez donc cette tunique, qui n’est ni gauloise, ni républicaine », et qu’il se serait vu répondre : « Ma soutane a l’habitude de m’accompagner partout et toujours, et je ne lui ferai pas l’affront de la quitter », puis, face à son insistance, « Vive la République et ma soutane ! Nous sommes venus ici pour faire des lois, non pour en recevoir » ? Si l’anecdote n’est pas forcément authentique, elle montre que la focalisation sur la tenue n’est pas insignifiante puisqu’elle est rapportée et est l’objet d’un développement en faveur du rôle du catholicisme dans la République30. Mais cette escarmouche n’est rien par rapport à la journée du 15 mai, lorsque l’extrême gauche parisienne envahit et occupe la Chambre. Désignés par leur tenue, Pierre Parisis, évêque de Langres et député du Morbihan, et Lacordaire sont pris à partie plus ou moins directement par des manifestants – Parisis, assis au premier rang, au contact direct de la foule, est finalement exfiltré31.

  • 32 Charles de Riancey, « Ouverture de la session de 1852 », L’Ami de la religion et du Roi : journal (...)
  • 33 Jules Gaildrau, Ouverture de la session législative de 1859, par S. M. l’Empereur, dans la nouvell (...)
  • 34 Alain Di Stefano, Histoire des insignes et des costumes des sénateurs, op. cit., p. 67, donne une (...)
  • 35 Jean-Marie Mayeur, L’Abbé Lemire, 1853-1928. Un prêtre démocrate, Tournai, Casterman, 1968, p. 496 (...)

16Rien de tout cela ne conduit cependant les ecclésiastiques parlementaires à renoncer à la tenue de leur état. En 1852, après la modification de la Constitution qui fait des cardinaux des membres de droit du Sénat, trois d’entre eux portent leur tenue cardinalice à l’ouverture de la session législative, le dernier se contentant de son costume archiépiscopal avec une calotte rouge32. Leur silhouette caractéristique est parfois évoquée sur les gravures des séances d’ouverture des sessions législatives du Second Empire33. En 1852, les sénateurs décident de siéger dans le costume imposé par le prince-président. Un des arguments utilisés étant que cela leur permet de manifester leur respect envers les ecclésiastiques membres de droit du Sénat, cela implique que ceux-ci siègent en tenue cardinalice ou prélatice34. Sous la IIIe République, le port de la soutane est systématiquement relevé par la presse – Freppel porte en sus sa calotte, que, pour certains journalistes, il porte en bataille ou oublie un peu partout. La soutane passe sans difficultés véritables, Lemire faisant même admettre en 1914 par la questure de la Chambre qu’il pouvait siéger dans cette tenue comme vice-président – droit qu’il n’exercera pas, puisqu’il démissionne le lendemain de son élection. Elle paraît ainsi moins transgressive, tout au moins moins décalée, que la blouse de Christophe Thivrier, portée à partir de 1889, ou le burnous de Philippe Grenier en 1897. À l’Assemblée consultative provisoire de 1943-1945, la robe dominicaine du père Anselme Carrière ne pose non plus aucune difficulté35.

  • 36 B.D., « Une bombe à la Chambre. Après l’explosion. Les blessés dans la salle des pas-perdus », Le  (...)
  • 37 Hulst : par exemple Pépin, « Persécution religieuse », Le Grelot, 3 avril 1892, p. 1 ; Jean-Pierre (...)
  • 38 Jean Pascal, Les Ecclésiastiques parlementaires français, 1848-1977, op. cit., p. 355.

17Cette tenue typée marque les esprits, ne serait-ce que par l’image. Le prêtre député en soutane devient un lieu commun des photographies de presse, à sonder la collection « Monde et Caméra » de la Bibliothèque nationale de France. Lors des élections présidentielles couvertes par l’agence Rol, Lemire est l’une des 15 personnalités photographiées en 1913, et en 1920, les prêtres députés représentent 9 des 62 clichés de personnalités (la proportion est même supérieure, puisque certains sont photographiés plusieurs fois). Dans les Chambres, les prêtres sont ainsi un peu plus repérables que les autres parlementaires, nulle chemise blanche ne venant trancher avec les couleurs sombres des costumes, les tenues claires ne relevant pas non plus de leur univers – pas plus que la barbe ou la moustache, quasi universelles en revanche pour les laïcs jusqu’au premier tiers du xxe siècle. Ainsi, blessé dans l’attentat d’Auguste Vaillant le 9 décembre 1893, Lemire n’est pas oublié par les illustrateurs36. Avec la poursuite de la romanisation du clergé, le col romain concurrence le rabat après la Première Guerre mondiale – avant 1914, seul Mgr Maurice d’Hulst le portait, point suffisamment marquant pour que les caricatures ne l’oublient pas. Alors que Polimann, Wetterlé (qui privilégie désormais la soutane après s’être souvent habillé en laïc) et Lemire demeurent fidèles au rabat (le dernier au nom des traditions gallicanes), Muller, Hackspill, Bergey, Desgranges, puis, après la Deuxième Guerre mondiale, tous les prêtres parlementaires passent au col romain37. D’aucuns ont d’ailleurs compris à ce moment-là l’importance de la représentation de soi. Grouès, Félix Kir et Barthélemy Boganda font ainsi de leur tenue un signe identitaire. Le premier mélange soutane et uniforme d’aumônier de la marine, associés pour sortir à une pèlerine et un béret. Le second choisit une soutane trop courte mettant en valeur son embonpoint pour se créer la silhouette d’un « bon curé de campagne ». Le troisième conserve la soutane du pays de mission d’où il vient, blanche, mais la barre d’une ceinture noire. Avec l’autorisation du port d’un autre costume que la soutane, à Paris en 1962, Laudrin passera au clergyman, suscitant la réprobation du chanoine Kir38.

  • 39 JO, 5 novembre 1907, p. 2033.

18Repérée et mise en valeur, la soutane n’est pourtant pas l’objet de conflits. Lorsque Lemire revendique en 1907 son intégrale « parlementarité », la soutane ne fait qu’illustrer son propos : « [...] comme tous mes collègues de la Chambre, je tiens mon pouvoir et mon devoir de mes électeurs, et d’eux seuls. (Nouveaux applaudissements.) Il peut y avoir entre mes collègues et moi la différence d’une soutane, mais l’habit ne fait pas le moine, ni le député. (Applaudissements et rires.)39 »

  • 40 H. Valoys, « La Chambre. L’interpellation sur la politique générale », Le Journal, 13 juin 1902, p (...)
  • 41 JO : 13 mars 1903, p. 1121 ; 7 juin 1905, p. 2049 ; 6 septembre 1919, p. 4177 ; 20 mars 1925, p. 1 (...)

19Le plus souvent, elle alimente les disputes ponctuelles. Le monarchiste Baudry d’Asson renvoie Combes à sa « carrière ecclésiastique » et l’incite à reprendre la soutane en montrant ou en saisissant celle de l’abbé Gayraud40 ; Gayraud lance à l’extrême gauche voulant imposer la fin du débat alors qu’il est à la tribune : « Ce n’est pas parce que je suis de la droite et que je porte la soutane que vous m’empêcherez de parler ! » ; Lemire, évoquant les articles organiques, constate que Gayraud, lui-même et tous les parlementaires les violent, les premiers parce qu’ils portent la soutane, les derniers parce qu’ils laissent faire à la Chambre, et rétorque au socialiste Jules Nadi qui l’interrompt d’un « Aimez-vous les uns les autres », « Si ma soutane gêne quelqu’un, qu’on dise qu’on n’entrera dans cette chambre qu’en habits civils ! » ; le conservateur Pierre Lamazou-Betbeder apostrophe le socialiste Frédéric Brunet (qui vient lui-même d’interrompre le catholique républicain Henri Groussau accusant la franc-maçonnerie de vouloir déchristianiser la France) : « Si vous mettiez votre tablier ? Monsieur l’abbé Bergey porte bien sa soutane, lui ! (Interruptions à l’extrême gauche) »41.

  • 42 JO, 24 janvier 1902, p. 138.
  • 43 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., v (...)

20Le socialiste Victor Dejeante est finalement assez isolé lorsque, demandant l’application stricte du concordat, il interpelle Lemire : « Le costume que vous portez vous assure à lui seul une supériorité que je n’admets pas. »42 Il considère la soutane comme une contestation objective de l’égalité républicaine. Pourtant, à suivre Lemire dans les réflexions de ses carnets intimes au début de son premier mandat, la soutane est loin d’une concordance absolue du signe, du signifié et du signifiant : une manifestation politique de la part de ceux qui ont élu des prêtres, un vêtement qui pourrait signer une notabilité, mais ne peut masquer une communauté d’appartenance avec des électeurs, un obstacle à la communication avec les autres députés, notamment de gauche, le vêtement de son état admis dans toute la société, une obligation pour le prêtre, un moyen de manifester au peuple de Paris la liberté de ses prises de position en suivant les funérailles de Jules Simon ceint de son écharpe tricolore43. L’abbé perçoit finement comment le sens du vêtement dépend partiellement des circonstances, et du sens que lui donnent ceux qui l’observent.

  • 44 Victor Hugo, Choses vues, op. cit., p. 1085 ; Lamennais représentant du peuple, Chez Deshayes, 184 (...)

21Malgré tout, l’habit clérical conserve une objectivité qui s’impose à celui qui le porte, en le renvoyant toujours à son statut ecclésiastique. Celui-ci perdure même quoi qu’on en veuille. Ainsi de Lamennais, pourtant éloigné du sacerdoce et de son signe majeur. Hugo l’appelle « l’abbé de Lamennais », un certain nombre de dessins le représentant en rabat ou associé à un rabat44. S’il faut en croire Tocqueville, l’habit a tellement fait le moine que le moine le demeure même sans l’habit :

  • 45 Souvenirs de Alexis de Tocqueville publiés par le comte de Tocqueville, op. cit., p. 265.

Lamennais avait beau porter des bas blancs, un gilet jaune, une cravate bariolée et une redingote verte, il n’en était pas moins resté prêtre par le caractère et même par l’esprit. Il avançait à petits pas pressés et discrets, sans jamais détourner la tête ni regarder personne et se glissait ainsi dans la foule d’un air gauche et modeste comme s’il fut sorti d’une sacristie, et avec cela un orgueil à marcher sur la tête des rois et à tenir tête à Dieu45.

22Les souvenirs du député républicain Pierre Joigneaux convergent (sur la manière de marcher et la discrétion) et divergent (sur la tenue et le caractère) :

  • 46 Pierre Joigneaux, Souvenirs historiques, Paris, Marpon et Flammarion, 1891, vol. 1, p. 290 (plutôt (...)

C’était un homme de petite taille, au visage blême, allongé, sillonné de quelques rides. Il était tout d’une pièce et paraissait plutôt trottiner que marcher. Sa mise était des plus simples : redingote ordinaire, d’une coupe un peu incorrecte, gilet droit et court, pantalon plus court encore et ne dépassant guère la cheville. Lamennais parlait peu et n’interrompait pas, et quand il parlait, c’était pour questionner ses voisins. Sa voix était si faible qu’il fallait tendre l’oreille et se pencher vers lui pour l’entendre46.

  • 47 Michel Pastoureau, « Formes et couleurs du désordre : le jaune avec le vert », Médiévales, vol. 2, (...)

23Alors que Joigneaux décrit, Tocqueville analyse un personnage déréglé aux plans vestimentaire (des bas et non des pantalons, le bariolage redondant avec l’association du vert et du jaune qui signe la folie depuis le xive siècle47), comportemental (une démarche peu virile) et moral (l’orgueil), ces deux derniers s’opposant l’un à l’autre (orgueil du caractère, modestie de l’attitude). La confusion vestimentaire indique d’emblée l’incohérence ensuite analysée (le comportement contre le tempérament), l’hexis sacerdotale (la modestie) servant à condamner l’orgueil mennaisien, et donc à le discréditer politiquement et à le réprouver moralement.

  • 48 Zapeck, « En blouse », Le Radical, 22 octobre 1889, p. 1 ; version différente dans Francis Chevass (...)

24Cette même manière de juger par le biais des vêtements se retrouve dans deux anecdotes non ou mal datées rapportées en 1889 par Le Radical, sur Freppel, confronté à l’hostilité du député radical Gaston de Douville-Maillefeu : un refus de répondre à une question adressée à la sortie d’une séance, en lançant un brutal « D’abord, je ne parle pas aux hommes habillés en femme » ; et une interpellation puis une désignation à distance du « déguisé » qui se terre derrière son pupitre. La soutane signe une absence de virilité et une inauthenticité suspecte, se répondant l’une à l’autre, qui disqualifient doublement son porteur. Freppel ne peut être au niveau de son interlocuteur, puisqu’il ne lui est pas comparable, ne portant pas la vêture de son sexe. Sa masculinité est défectueuse puisqu’il ne l’assume pas par sa tenue. Infériorisé en tant qu’homme, Freppel ne peut non plus être crédible comme délibérateur. Cachant ce qu’il est par sa tenue, il cache aussi ce qu’il veut dans ses paroles. Morale, l’attaque est tout autant politique. Elle se produit en effet à propos de l’arrivée prochaine à la Chambre du socialiste Thivrier qui entend siéger en blouse. Le journal refuse alors toute signification politique qu’on voudrait donner à la tenue parlementaire, mais par la même occasion la politise lui-même. Non seulement l’absence d’uniforme ou d’« habit brodé », contrairement au Sénat impérial, renvoie directement à l’égalité républicaine et à la primauté du pouvoir civil, mais en sus, la mise en cause de la soutane de Freppel permet de l’accuser de violer volontairement la légalité concordataire. La tenue de l’évêque devient alors le signe de son antirépublicanisme48.

  • 49 JO, 2 octobre 1936, p. 2878.

25Ainsi, présent ou absent, l’habit renvoie aux idées et aux habitus, et, par-delà, aux positions que ses interlocuteurs estiment que son porteur devrait avoir. Car, de même qu’on attend de l’ecclésiastique un type de comportement, celui que l’idéologie ecclésiastique détermine (modestie, discrétion, contrôle des passions) ou que le libéralisme attend des spécialistes du culte (longanimité) – le communiste Arthur Ramette semonce Polimann participant à l’agitation de la Chambre : « Monsieur Polimann, vous pourriez respecter votre soutane49 ! » –, de même on attend et anticipe également de lui, positivement ou négativement, un type de positionnement, dans l’attitude et dans le contenu de ses idées.

  • 50 Charles Guillemant, Pierre-Louis Parisis, 2. Le Champion de l’Église, op. cit., p. 394-395.

26La IIe République, malgré Portalis, ne craint point trop le cléricalisme, d’autant plus que les journées de juin ont convaincu le « Parti de l’ordre » de l’utilité sociale de la religion. Elle découvre cependant avec Parisis la complexité du positionnement ecclésiastique. Après avoir défendu à la tribune la loi sur l’enseignement en 1850, il s’abstient lors de son vote, ce qui ouvre la voie à l’interprétation voulant qu’il juge le texte insatisfaisant car maintenant l’autorité de l’État – un des points fondamentaux pourtant pour permettre l’adoption du texte. Pour des raisons d’opportunité, il se garde d’expliquer sur le moment ses raisons, se contentant d’évoquer publiquement son souci de ne pas paraître désavouer certains membres de l’épiscopat défavorables à la loi. En son for intérieur, il se justifiera : contraire aux principes catholiques, la loi ne peut être votée par un évêque chargé de défendre la doctrine, même si elle représente un progrès par rapport à la situation antérieure50. Mais son attitude suscite la suspicion, alimentant les craintes qu’exprimait Portalis dans son attaque contre Lacordaire.

  • 51 Lettre à un correspondant non identifié (abbé Pisani sans doute ?), dans Émile Cavé, Mgr d’Hulst, (...)

27Les républicains de la IIIe République, convertis à l’anticléricalisme par le Second Empire, anticipent bien plus nettement des parlementaires ecclésiastiques qu’ils soient des cléricaux batailleurs. Les ministères d’ordre moral et la loi de 1875 sur l’enseignement supérieur entretiennent leurs inquiétudes et leur virulence. Freppel ne les déçoit pas, en revendiquant inlassablement le droit public ecclésiastique ou en défendant les intérêts catholiques. Lorsqu’il s’aventure dans d’autres questions, il y rencontre aussi peu de succès. Il connaît ce que relève d’Hulst en 1893 : « [...] combien difficile est la position d’un prêtre à la Chambre. S’agit-il de questions profanes ? On admet difficilement qu’il s’en occupe. S’agit-il de questions religieuses ? Les adversaires affectent de voir dans sa seule présence à la tribune une provocation, et les amis font quelquefois tout ce qu’ils peuvent pour l’empêcher d’y monter51. »

  • 52 JO, 28 novembre 1899, p. 1965.
  • 53 JO, 14 avril 1911, p. 2037.

28Lemire pâtit de la même situation. En 1900, il refuse nettement d’être identifié à un représentant du catholicisme dans une réponse au socialiste Marcel Sembat demandant que les « représentants qualifiés » du catholicisme à la Chambre désavouent le cléricalisme : « Le catholicisme, dans cette Chambre, n’a pas de députés, pas plus que le protestantisme, pas plus que la maçonnerie, pas plus que l’islamisme, pas plus qu’aucune religion ; nous sommes tous députés au même titre, nommés par des électeurs français et libres52. » Vaine proclamation. En 1911, alors qu’il demande avec son collègue socialiste Adrien Veber une extension du repos hebdomadaire « aux clercs des études dans les offices ministériels », le radical-socialiste Adolphe Simonet lance qu’« il ne faut pas confondre le repos hebdomadaire et le repos dominical ». Il lui rétorque alors : « Précisément ; la loi ne parle pas du repos dominical. » Et il enchaîne : « Parce que je porte une soutane, on s’imagine toujours que j’ai des préoccupations confessionnelles. Dans un sentiment d’humanité et de justice, je demande que la loi sur le repos hebdomadaire soit étendue à tous les travailleurs qui n’en bénéficient pas ; voilà tout53. »

  • 54 JO, 10 novembre 1961, p. 4175.
  • 55 Position un peu différente lors du débat sur la loi Haby (JO, 20 juin 1975, p. 4412).

29La tonalité est comparable chez Laudrin, cinquante ans plus tard, en 1961, au cours du débat sur le budget de la défense. Interrompu par l’ancien gaulliste Jean-Baptiste Biaggi qui lui lance : « Le confessionnal a du bon, mais cela ne suffit pas ! », il répond directement : « Vous me permettrez de parler comme parlementaire et non pas comme ecclésiastique. Je n’ai pas été envoyé ici par mon évêque mais par mes électeurs. » Et le débat continue à fleurets mouchetés jusqu’à ces sentences définitives de l’abbé : « Ne divisez pas l’homme en lui-même. [...] Permettez qu’un prêtre parle en prêtre », auxquelles Biaggi rétorque tout aussi définitivement : « Vous avez parfaitement raison, monsieur Laudrin. Un député parle en député54. » Le maurrassien anticlérical conséquent qu’est Biaggi renvoie Laudrin à son double statut, et sous-entend son absence d’autonomie ou son incompétence en matière temporelle. Quant à Laudrin, il exploite la christologie chalcédonienne de l’union sans confusion et de la distinction sans séparation en unissant sans confusion l’homme au prêtre et en distinguant sans séparer le prêtre du parlementaire. Mais l’opération ne fonctionne que par une dissociation antérieure, celle du prêtre et de l’ecclésiastique, le second étant la modalité institutionnelle du premier, c’est-à-dire intégré à un ordre hiérarchique le déterminant. Laudrin se veut prêtre et député, mais non ecclésiastique, posant la parfaite compatibilité du prêtre et du parlementaire, en tenant son indépendance plénière envers toute institution. Il rejoint ainsi la théorie française de la représentation et peut se trouver sur le terrain de son adversaire tout en maintenant sa spécificité55.

  • 56 JO, 22 février 1945, p. 155.
  • 57 JO, 10 décembre 1958, p. 3.

30Celle-ci peut d’ailleurs être exploitée volontairement par les ecclésiastiques parlementaires. On peut évoquer le cas du père Philippe de la Trinité, député de Paris, le 21 février 1945, qui plaide la grâce de trois responsables FFI de Maubeuge ayant exécuté des condamnés à mort qui avaient été graciés, et défend avec succès la hiérarchisation des niveaux de culpabilité dans la collaboration56. L’identité sacerdotale peut donc être utile aux ecclésiastiques parlementaires, mais il leur faut savoir l’articuler à d’autres arguments et aux circonstances. C’est ainsi que Kir, doyen d’âge de l’Assemblée nationale en 1958 et donc présidant la séance inaugurale de la première législature de la Ve République, peut obtenir de « Vifs applaudissements » après avoir dit à ses collègues : « vous ne serez pas étonnés qu’en raison de l’habit que je porte, dans ce pays libre où constitutionnellement toutes les croyances sont respectées, face aujourd’hui à des collègues catholiques, protestants, israélites et musulmans, face aux représentants de toutes les expressions de la spiritualité, et je ne veux en excepter aucune, le vieux prêtre et le républicain tolérant que je suis, invoque l’aide de Dieu en cette première séance de notre Assemblée nationale57. » Il avait en effet su amener cette phrase par un ample discours faisant un bilan de la situation française, présentant les espérances liées au nouveau régime, soulignant la responsabilité des parlementaires, pointant des enjeux nationaux et internationaux, tout en tissant son propos avec la certitude d’une refondation nationale, les valeurs républicaines et un patriotisme clémenciste, le tout parsemé d’humour et de gravité.

31Cependant, si l’identité sacerdotale peut être un argument, elle est aussi toujours un contre-argument possible. Car le risque demeure de se voir renvoyé aux propos que l’on attend d’un ecclésiastique, comme le fait en juin 1960 le centriste de gauche et catholique pratiquant Eugène Claudius-Petit avec Laudrin, qui s’est opposé au militantisme estudiantin favorable à l’indépendance algérienne et à l’objection de conscience, au nom des devoirs envers la patrie :

Même sans porter de vêtements particuliers, il me semble qu’un certain nombre d’hommes pourraient estimer que la véritable dynamique de la paix, c’est l’amour du prochain et seulement cela.
En la circonstance, à l’heure où nous sommes, il y a des hommes qui devraient par-dessus tout rappeler aux autres que notre devoir essentiel, c’est de ne pas mentir et de ne pas désobéir à celui qui a dit aux hommes qu’il fallait d’abord aimer son ennemi autant que soi-même ou bien alors la paix n’aurait pas de sens et c’est elle que nous attendons.

  • 58 JO, 25 juin 1960, p. 1528, 1530.

32Une forme d’évangélisme est ainsi mobilisée contre la théologie de la patrie, avec laquelle Laudrin répondra malgré tout indirectement à Claudius-Petit58. À sa manière, ce dernier retrouve l’opposition, classique dans l’argumentation républicaine sous la IIIe République, entre le message du Christ et le comportement de l’Église.

La vie parlementaire des ecclésiastiques : l’expérience du décalage

  • 59 Jean Joana, Pratiques politiques des députés français au xixe siècle : du dilettante au spécialist (...)

33Plongés dans le bain de la représentation, les ecclésiastiques y sont décalés en raison de leur position sociale, déterminée par leur statut, leurs origines, leur formation59. Autant, sous la Révolution, ils ont tendu à s’insérer dans le monde révolutionné, spécialement pour ceux qui ont mené une carrière politique à partir de 1791, autant, à partir du début du xixe siècle, ils ont tenu à préserver leur spécificité. Celle-ci s’impose alors à eux d’emblée.

  • 60 François Grèzes-Rueff les place parmi les « spécialistes », mais juge qu’il aurait pu tout aussi b (...)
  • 61 Romain Rambaud & Julien Bonnivard, « Histoire du droit des indemnités des élus. Pour une analyse e (...)
  • 62 Si l’on prend en compte les carrières allemandes des députés d’Alsace-Moselle, la durée peut être (...)

34Minoritaires, ils sont difficiles à situer, entre notabilités déclinantes et professions libérales, fonctionnaires ou professions intellectuelles dont la place croît. Même si leurs origines sociales sont majoritairement populaires, leurs revenus et leurs études longues les extraient de leurs origines. Mais leurs compétences philosophico-théologiques et littéraires les éloignent d’un monde parlementaire où dominent la formation juridique, la médecine, les formations spécialisées60. Financièrement, leur célibat et leur mode de vie réduisent leurs dépenses, l’indemnité parlementaire leur suffisant, à la différence de nombre de leurs collègues61. Ces caractéristiques permettent a priori une certaine circulation au sein du monde parlementaire, en ne fixant pas les prêtres élus dans un groupe, quel qu’il soit. Cependant, leur statut ecclésiastique les empêche de disposer de solides ancrages sociaux au sein du personnel politique. Ils n’ont pas de capital politique familial, sauf Fayet et Edmond de Cazalès, voire d’Hulst, ou de capital politique local antérieur à leur élection, sauf Viallet. Ils ne peuvent compter que sur un capital local, s’ils sont prêtres « du pays », sur le transfert géographique dans leur circonscription d’élection du capital qu’est leur sacerdoce et leur militantisme (Desgranges), voire leurs origines sociales (Gayraud), et sur la construction, grâce aux réseaux que leurs fonctions sacerdotales leur ont éventuellement permis de développer, d’un capital politique (Dupanloup, Freppel, d’Hulst). Seule la transmission ininterrompue de la troisième circonscription de Brest à un député ecclésiastique de 1880 à 1911 peut être rapprochée d’une forme de dynastie politique, grâce à la mobilisation des curés léonards. Certains joueront cependant assez bien d’une capitalisation politique construite dans la durée et appuyée, plus ou moins, sur un ancrage local (Lemire, Laudrin, Gau, Viallet, Desgranges), originel (Laudrin, Gau, Viallet, Lemire, et les Alsaciens-Mosellans) ou construit (Desgranges, Gayraud, d’Hulst), qui permet des carrières relativement longues, pour autant qu’ils le veuillent et le puissent (Lemire, trente-cinq ans, Kir vingt-deux ans, Muller, vingt et un ans, Laudrin, dix-neuf ans ; dans une moindre mesure Desgranges quatorze ans, Gayraud quatorze ans, Freppel douze ans, Boganda treize ans – mais seulement quatre comme prêtre)62.

35Cette longévité est d’autant plus remarquable que, sans réseaux familiaux, sans clientèle à placer, sans spécialisation dans la défense d’intérêts socio-économiques nationaux, ils sont aussi éloignés des réseaux d’appui des milieux d’affaires, d’autant qu’ils ne peuvent espérer une carrière ministérielle. Encore qu’il faille nuancer. Freppel, fondateur des Facultés catholiques d’Angers et légitimiste, ne peut négliger une aristocratie et une grande bourgeoisie catholique finançant ses œuvres, intéressées au maintien de l’autorité des propriétaires et des patrons. En revanche, Desgranges, Bergey et Gau défendent plutôt les travailleurs de leurs circonscriptions (marins pêcheurs, viticulteurs). Quant à la sociabilité ecclésiastique, elle ne s’imbrique pas à d’autres réseaux sociaux. Exclus de la maçonnerie, les ecclésiastiques n’ont pas non plus bénéficié des conférences parlementaires comme lieux de formation à la politique. Leur appartenance, sauf exceptions (Muller, Delsor), aux réseaux intellectuels : universités, sociétés savantes, revues..., est limitée. Enfin, c’est seulement à la toute fin du xixe siècle, et surtout au xxe siècle, qu’ils accèdent à des responsabilités diocésaines liées à une militance catholique élargie capable d’embrayer sur la société (Wetterlé, Bergey, Desgranges, Polimann, Gau), ou à un journalisme militant (Genoude étant un précurseur isolé, avant Desgranges et les Alsaciens-Mosellans), même si celui-ci n’est pas aussi lié au monde politique que d’autres.

  • 63 Charles Beslay, Mes souvenirs : 1830-1848-1870, Guillaume de Bertier de Sauvigny (prés.), Paris / (...)
  • 64 Jean Pascal, Les Ecclésiastiques parlementaires français, 1848-1977, op. cit., p. 374.

36En revanche, la commune origine géographique et les communs intérêts facilitent l’entrée en relation par-delà les divergences politiques : l’abbé Julien Daniélo développe de cordiales relations avec deux députés républicains, le Morbihannais Charles Beslay et François Arago, avec lequel il partage une même passion scientifique ; Muller se fait une certaine renommée au Sénat en raison de ses compétences artistiques appliquées au patrimoine63. L’expérience de la Grande Guerre (Bergey, Desgranges, Polimann, Kir), de la Seconde Guerre mondiale, de la France Libre et de la Résistance (Viallet, Grouès, Gau, Laudrin, Kir), légitime aussi les prêtres députés, en montrant leur patriotisme, par-delà la question du régime républicain, et leur donne aussi, voire surtout, une connaturalité avec les députés anciens combattants et résistants, voire leur permet d’intégrer des réseaux déjà constitués. Laudrin, qui s’est présenté avec la démocratie chrétienne de Georges Bidault, adhère finalement au groupe UNR en 1958, car il y retrouve des anciens des FFL64. De même, l’expérience parlementaire allemande des députés alsaciens-mosellans empêche de les tenir pour des novices ou des étrangers au monde politique, même si les expériences diffèrent.

37In fine, le succès et l’ancrage des prêtres parlementaires s’expliquent surtout par la spécificité ecclésiastique. Décalage donc du prêtre élu par rapport au reste de ses collègues, et décalage encore plus grand du fait que le prêtre est profondément modelé, à la différence de ses collègues, par des habitus qui lui imposent des contraintes fortes.

38Homme des habitudes de l’hexis sacerdotale, le prêtre est assujetti par le droit canonique à une série d’obligations. Lemire les liste en octobre 1895, lors de sa retraite annuelle, destinée à le réenraciner dans ses habitus :

  • 65 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., v (...)

Je dois porter la soutane et avoir la tonsure. Je dois éviter le commerce, la médecine, les professions et occupations qui répugnent avec la dignité, le désintéressement, l’horreur du sang versé, l’abnégation, la mansuétude propres aux clercs, aux hommes d’Église. Je dois éviter la chasse, le théâtre, le cabaret, les jeux de hasard. Je dois garder le célibat et éviter tout ce qui pourrait blesser les fidèles, et observer les lois de l’Église qui ont pour but de sauvegarder le célibat des prêtres. Je dois réciter l’office divin tous les jours au nom de l’Église. Je dois, sous peine de péché grave, célébrer la sainte Messe trois ou quatre fois l’an65.

  • 66 Sur l’importance des enjeux cultuels : Vincent Petit, Église et nation : la question liturgique en (...)
  • 67 A. Gros, « Le coup d’État du 2 décembre 1851 vu par un député protestataire », Revue du Nord, vol. (...)

39Du point de vue du député, si la soutane et la tonsure ne posent pas de difficultés, les impératifs cultuels peuvent être plus gênants66. La récitation du bréviaire, qui doit se faire en vocalisant, quitte à ce qu’il ne s’agisse que d’un murmure, représente, pour le texte romain généralisé à la fin du xixe siècle, plus d’une heure – une heure environ à partir de la réforme de Pie X (1911, entrée en vigueur en 1913). Jusqu’à la réforme de Vatican II (la nouvelle Liturgia horarum est promulguée en 1971), les offices peuvent être dits sans souci de concordance avec les heures de la journée, soit en les groupant à deux ou trois moments, soit en les disant tous à la suite. Les prêtres députés doivent donc bloquer une partie de leur temps pour cette activité, même lorsque les circonstances n’y sont pas favorables. En 1851, arrêté avec d’autres députés lors du coup d’État et incarcéré à Orsay, l’abbé Irénée Fréchon psalmodie ainsi à la lumière d’une des rares chandelles que se disputent ses collègues enfermés écrivant à leurs proches – il se déplaçait donc avec son bréviaire. En 1871, à Bordeaux, l’abbé Jean Jaffré se plaint d’avoir dû réciter ses heures dans les bureaux de l’opéra où siège la Chambre, où « les comédiennes, les danseuses... » – sous-entendu : ont eu un comportement immoral en une tenue légère. En 1872, Dupanloup psalmodie en déambulant dans un bureau de la Chambre ; il fera de même plus tard dans la forêt de Viroflay. Quant à la messe, sa célébration (vingt à trente minutes pour une messe basse) est facilitée par les nombreux lieux de culte parisiens, pour certains généreusement pourvus en autels. Le matin du coup d’État, Fréchon a ainsi célébré à l’hospice des Petits-Ménages, rue de Sèvres67.

  • 68 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, Robert Schuman (avant-propos), chanoine Du (...)

40À ces obligations cultuelles s’ajoutent les obligations morales de l’hexis sacerdotale : une règle de vie fixant quotidiennement les horaires d’une oraison préparée (le matin au réveil), d’une lecture spirituelle (à un moment dans la journée) et d’une visite au Saint-Sacrement (de préférence le midi), soit au total une bonne heure, et comptant également une retraite annuelle. Elles sont suffisamment intégrées pour que les prêtres députés les mentionnent à l’occasion. Ainsi, en juin 1936, Desgranges fait-il sa visite au Saint-Sacrement à Saint-Sulpice en allant du Sénat à la Chambre. Lemire montre très bien ces autocontraintes, lorsque, à l’occasion de sa retraite annuelle, il fait le point sur le respect de ses obligations canoniques et de sa conformation à l’ayance sacerdotale. Il note dès sa première campagne électorale que les multiples occupations politiques gênent, voire empêchent, le respect des normes sacerdotales. Par la suite, quoiqu’il se soit rédigé un règlement, sa difficulté à se lever le matin l’empêche souvent d’avoir assez de temps pour articuler fonctions politiques et pratiques de piétés, au détriment des dernières68.

  • 69 L’obligation de résidence (avec exceptions) a été établie par le chapitre 1 des décrets de réforma (...)
  • 70 Caroline Chopelin-Blanc, « Discours de Fauchet contre les prêtres insermentés (26 octobre 1791) », (...)
  • 71 A. Artaud, « Gay-Vernon, évêque constitutionnel et député de la Haute-Vienne », « Gay-Vernon, évêq (...)
  • 72 François Robitaille, Vie de Monseigneur P.-L. Parisis, op. cit., p. 123-150 ; Charles Guillemant, (...)
  • 73 Christiane Marcilhacy, Le Diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Monseigneur Dupanloup, 1849-1878 : (...)

41Encore est-il sans ministère, comme Desgranges, Grouès, Laudrin. D’autres n’ont pas véritablement choisi la carrière politique, ou, l’ayant choisi, ont conservé des fonctions ecclésiastiques nécessitant la résidence. Ainsi, Bergey a refusé d’être remplacé dans sa cure, demandant seulement un vicaire. Leur élection ne fait pas disparaître leurs obligations d’ordinaires canoniques. Ils sont donc censés être dispensés de résidence pour pouvoir siéger à Paris. Ainsi Parisis adresse-t-il une demande au Saint-Siège en 1848 puis 184969. Mais cette absence ne les exonère pas de l’administration de leur territoire, même si celle-ci pèse sur celle-là. La chose est particulièrement vraie pour les évêques. Les nombreux évêques députés de la Législative et de la Convention ne peuvent faire fi des tensions suscitées dans leur diocèse par la politique de répression des réfractaires – que d’aucuns alimentent d’ailleurs, comme Fauchet70. Si la grande majorité d’entre eux se concentrent sur leur mandat politique en se reposant sur leurs vicaires généraux (Gay-Vernon a nommé son frère vicaire général ; Le Coz), si certains entendent malgré tout continuer à administrer à distance d’une manière ou d’une autre (Gay-Vernon publie des lettres pastorales et refonde un séminaire), deux d’entre eux (Marc-Antoine Huguet, Jacques Lefessier) préfèrent cependant leur diocèse. Quant à Lacombe, n’ayant pu trouver un suppléant pour sa cure bordelaise, il démissionne de la Législative huit mois après son élection71. Sous l’Empire, les peu nombreux prélats sénateurs exercent leurs fonctions épiscopales. Sous la Restauration, l’assiduité des prélats pairs est importante, mais les sessions législatives ont une durée limitée. Sous la IIe République, les élus de la Constituante sont assidus, organisant, pour un certain nombre d’entre eux, la vacance de leur administration. Parisis administre son diocèse par correspondance, par l’intermédiaire de son vicaire général, continuant à donner des lettres pastorales. Transféré de Langres à Arras (effet direct de l’aura que son rôle politique lui a donnée), il entreprend immédiatement la réorganisation de son nouveau diocèse alors même qu’il est encore député – il vient de demander à Pie IX de pouvoir démissionner72. Sous le Second Empire, la situation de la Restauration se retrouve, avec une durée limitée des sessions du Sénat jusqu’en 1865. Malgré tout, certains prélats préfèrent s’occuper de leur diocèse. Sous la IIIe République, Dupanloup, ayant trouvé dans la vie politique un substitut à son épiscopat devenu fort compliqué, délaisse son diocèse (résidence épisodique, plus d’ordinations ni de confirmations), confié à ses archidiacres. Freppel partage son temps entre Angers et Paris, revenant régulièrement pendant ou en dehors des sessions, pour traiter certaines affaires (Université catholique d’Angers) ou réaliser des actes cultuels nécessitant sa présence – c’est d’ailleurs à l’occasion d’un retour pour ordonner qu’il décède73.

  • 74 Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, Paris, Ancienne Libraire Poussielgue, J. de Gigord, 1914, (...)
  • 75 [Gustave] Baguenault de Puchesse, « Le vicomte de Melun. Souvenirs et correspondance », Le Corresp (...)
  • 76 Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, op. cit., vol. 2, p. 403-404.

42À partir du deuxième tiers du xixe siècle, et plus encore à la fin du siècle, l’amélioration des communications entre la province et Paris facilite l’exercice de la responsabilité pastorale alors que le travail parlementaire s’est technicisé et nécessite un plus grand investissement. Polimann peut ainsi prendre en charge la direction des œuvres du diocèse de Verdun alors qu’il est déjà député, conseiller général et conseiller municipal. Évidemment, l’enracinement parisien facilite les choses. D’Hulst conserve ainsi ses multiples fonctions de présidence d’œuvres et de direction spirituelle (il fait son courrier durant les séances de la Chambre, comme il l’avait envisagé dès avant son élection), mais délègue malgré tout la gestion de l’Institut catholique à un vice-recteur74. Cependant, la présence à Paris est aussi l’occasion d’activités pastorales remplaçant celles qu’on ne peut exercer. Graveran confirme abondamment après la mort de Mgr Affre en juin 1848, car les paroisses parisiennes sont accoutumées à la confirmation annuelle ; Fayet, l’abbé Henri de Lespinay, l’abbé Félix Fournier, Fréchon donnent des sermons (de réunions pieuses, de charité, ou pour le carême), comme le feront plus tard Lemire ou Louis. Auguste du Marhallac’h demeure aumônier militaire, et Grouès s’invente un ministère auprès des mal-logés75. Dans certains cas, l’élection rajoute des activités pastorales, dans une convergence politico-religieuse significative, telles les prédications de d’Hulst lors de ses passages en Léon76.

  • 77 Pascal Dupuy, « La fête de la Fédération entre témoignages et histoire », Philippe de Carbonnières (...)
  • 78 « Revue et nouvelles ecclésiastiques. Récit de la cérémonie funèbre du 6 juillet », L’Ami de la re (...)
  • 79 Francisque Sarcey, « Les prières publiques », Le xixe siècle, 19 janvier 1882, p. 1 ; L’Univers, 1 (...)

43Ce cumul des fonctions politiques et religieuses a une dimension politique sous la Révolution et la IIe République. Les ecclésiastiques parlementaires dirigent et participent à des cérémonies cultuelles officielles. Si la Fête de la Fédération, durant laquelle officie Talleyrand, encore évêque d’Autun, assisté du futur baron et ministre des Finances Louis, est bien connue77, les offices de la IIe République le sont moins. Le 6 juillet, Parisis célèbre la messe de l’hommage aux soldats tués lors des journées de juin, en présence des deux autres évêques députés et de trois des prêtres élus. Le 12 novembre, les évêques députés participent à la proclamation de la Constitution aux côtés de Mgr Sibour, successeur de Mgr Affre, sur la plate-forme sur laquelle était érigé l’autel, et non dans la tribune dévolue à leurs collègues députés – de son côté, Fournier assiste à la célébration organisée à Nantes le 19 novembre. Lors des obsèques du maréchal Bugeaud aux Invalides, l’abbé Léon Sibour assiste son oncle, Mgr Sibour, Parisis étant dans le chœur et le bureau de l’Assemblée au premier rang de l’assistance78. Le culte catholique sert ici à signer l’unité nationale, sans que pourtant ses hiérarques élus en tirent un quelconque avantage. En revanche, sous la IIIe République, les évêques députés Dupanloup et Freppel n’accorde pas grande importance aux prières publiques prescrites de 1875 à 1884 à l’ouverture des sessions parlementaires. En 1877, Freppel s’en abstient, et, en 1881 et 1882, il les organise sans concertation, théoriquement obligatoire, avec le préfet79.

  • 80 Rosemonde Sanson, « Les parlementaires vus par eux-mêmes », dans Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Ch (...)
  • 81 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., v (...)
  • 82 Correspondance de Le Coz, évêque constitutionnel d’Ille-et-Vilaine publiée pour la Société d’histo (...)

44Mais le cultuello-politique n’est pas l’essentiel de la vie de représentant. Participation aux bureaux, commissions et séances, possibles amendements, éventuelles propositions de loi, rapport sur une proposition de loi, vote, courrier abondant, intervention dans l’administration font le quotidien80. Certains deviennent des spécialistes reconnus des sujets qu’ils traitent : Parisis des cultes, Hackspill et Muller des affaires d’Alsace-Moselle, Laudrin de politique sociale agricole et de sport à la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales, tandis que Gau devient président de la commission des boissons. Tous sont plus ou moins surchargés d’activités, sollicités comme députés pour participer à des réunions ou des réceptions, sans compter que le monde catholique ne les néglige pas. Ainsi, en mai-juin 1903, Lemire visite les religieuses du Bon Pasteur et ouvre le « mois de Marie » dans un patronage à Angers, participe à un congrès de l’ACJF à Chalon-sur-Saône, à une réunion de catholiques sociaux à Lille, à une réunion de l’ACJF à Sens, à la réunion des syndicats agricoles de Champagne, à un congrès d’assistance et de bienfaisance de Bordeaux, à la réunion de l’Association internationale des travailleurs, à des conférences à Poitiers, visite une coopérative ouvrière à Lens, participe à une réunion au Musée social81. L’intensité du travail se voit aussi dans les relations avec les électeurs. Sous la Convention, Le Coz tient régulièrement informés les administrateurs d’Ille-et-Vilaine de ce qui se passe à Paris. Un siècle et demi plus tard, Polimann a une grosse correspondance parlementaire : 1 650 lettres du 1er mai 1936 au 7 juillet 1937, soit 4 lettres par jour, et sans compter les cartes de visite et les faire-part. Les relations avec les électeurs nécessitent l’organisation de réunions et des relais locaux. D’Hulst, s’il peut compter sur les curés léonards, organise des comités de soutien et visite sa circonscription ; Lemire et Desgranges rendent compte de leur mandat à leurs électeurs, Lemire contrôle fermement sa circonscription ; Bergey fonde son propre parti politique pour assurer ses bases ; Laudrin tient une permanence toutes les fins de semaine à Locminé. Les campagnes électorales nécessitent aussi un engagement parfois intense, telle celle de Laudrin visitant tous les maires des communes de sa circonscription et tenant trois réunions par jour pendant trois semaines en 197282.

  • 83 Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, op. cit., vol. 2, p. 397-398 ; « Le ministre de la Marine (...)
  • 84 Sur l’importance des savoir-faire administratifs, voir Jean Joana, Pratiques politiques des député (...)
  • 85 Saint-Réal, « L’évêque d’Angers », Le Gaulois, 23 décembre 1891, p. 2.

45En tout ceci, les ecclésiastiques parlementaires ne diffèrent pas des autres parlementaires. Comme eux, ils ont appris leur métier de parlementaire, mais davantage encore, car les parlementaires laïcs étaient déjà préparés par leurs insertions dans des réseaux politiques et les conférences parlementaires. Lemire consigne les traces de cet apprentissage lors de son premier mandat : savoir comment voter, entretenir des relations avec des collègues, maîtriser le règlement et le fonctionnement administratif et politique de la Chambre, comprendre le rôle et le sens de l’assistance officielle, qui doit savoir faire fi des clivages idéologiques – d’Hulst avait bien perçu ce dernier point lorsqu’il choisit avec ses collègues finistériens Albert de Mun et François-Émile Villiers d’assister à la visite présidentielle de Félix Faure, accompagné de Jules Méline, à Brest en août 1893, de même que Gayraud, qui salue Édouard Lockroy, alors ministre de la Marine, lors de son arrivée à Brest en août 189883. Mais l’hexis ecclésiastique n’a pas nécessairement favorisé l’apprentissage de l’efficacité, de même que le caractère ecclésiastique en tant que tel a pu réduire cette même efficacité. Dupanloup a sans doute mieux réussi que d’autres, notamment parce que, engagé de longue date dans la défense des intérêts catholiques, il était habitué à la négociation politico-administrative, et appartenait en sus à une Assemblée comptant nombre de ses amis politiques84. En revanche, la moindre expérience de Freppel, son positionnement et le contexte défavorable, l’ont conduit à des échecs répétés, quoiqu’il ait été un gros travailleur, dévoreur de dossiers, servi par une excellente mémoire85.

  • 86 « Assemblée nationale », Le Moniteur universel, 27 juin 1848, p. 1503, et « Assemblée nationale », (...)
  • 87 Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, op. cit., vol. 2, p. 438-440.

46Jouent ainsi l’expérience et la maîtrise des us et coutumes parlementaires. Savoir quand et comment parler a manqué à Parisis lorsqu’il annonce la gravité de la blessure de Mgr Affre à l’Assemblée le 27 juin 1848. En rapportant que les insurgés affirment ne pas être les auteurs du coup de feu, il suscite des mouvements assez violents et une interruption de David d’Angers, refusant qu’on accuse la garde nationale86. La même tactique parlementaire, devenue nécessité politique, oblige d’Hulst et Lemire à ne pas interpeller le gouvernement sur les massacres en Arménie en 1896 – Lemire est dissuadé par des collègues, d’Hulst par le ministre des Affaires étrangères Berthelot. En effet, ils mettraient le gouvernement Bourgeois dans l’embarras : celui-ci aurait à justifier son inaction destinée à complaire à la Russie, laquelle ne veut pas pallier l’échec du Royaume-Uni, qui a soulevé les Arméniens en espérant mobiliser l’Europe contre l’Empire ottoman. Au nom du patriotisme, vraisemblablement, et peut-être pour ne pas mettre en difficulté un gouvernement confronté à une poussée socialiste, les ecclésiastiques s’abstiennent87.

  • 88 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 21, 89.

47Comme tout parlementaire, les ecclésiastiques ne deviennent donc efficaces qu’avec une certaine expérience, qui suppose plusieurs mandats. Desgranges note ainsi à propos de sa troisième candidature : « Aujourd’hui je suis connu et je connais mon métier et ma situation. » Son enracinement à la Chambre lui permet de faire avancer les questions qu’il juge fondamentales (dont l’amélioration de la situation de l’enseignement catholique), en associant avancées à petits pas, échanges de bons procédés, courtoisie et relations humaines. Aussi soutient-il la candidature du sous-secrétaire d’État Mazé à Morlaix en avril-mai 1936, car ce service rendu permettra « bien des complaisances, bien des interventions discrètes en faveur de la liberté et de la pacification religieuse ». Méthode fructueuse : début 1937, François de Tessan, député radical et sous-secrétaire d’État à la présidence du conseil, répond à propos de rumeurs sur l’enseignement privé sur lesquels le chanoine l’interroge : « S’il y avait le moindre danger, mon amitié pour vous est trop sincère pour que je ne vous le dise pas88. »

  • 89 Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, op. cit., p. 386.
  • 90 Chanoine Le Clanche, Correspondance de M. J. Jaffré..., op. cit., lettre à l’abbé Guillaumet, p. 2 (...)
  • 91 Philippe Boutry & Alain-René Michel, « La religion », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Histoir (...)

48À la différence des autres parlementaires, les ecclésiastiques élus sont plus rétifs à s’inscrire automatiquement dans une logique partisane, tout en étant capables de repérer les députés d’influence pour les questions qui les retiennent, tel d’Hulst qui déplore la disparition de ténors catholiques (de Mun, Lamarzelle...) après les législatives de 189389. Cependant, une certaine homogénéité de leurs votes peut s’observer. Ils votent plutôt en prenant leur distance avec le processus révolutionnaire à partir de l’automne 1789, généralement avec le Parti de l’ordre à partir de mai-juin 1848 (Fréchon participe à la réunion de la rue de Poitiers), avec la droite le plus souvent à partir de 1870 (Dupanloup œuvre à l’avènement du comte de Chambord, Jaffré fait le pèlerinage de Breda pour rencontrer le prétendant en mars 1872), et plus encore lorsque la République devient républicaine après 1877 (Freppel se place clairement dans l’opposition antirépublicaine, confiant la boîte contenant ses bulletins de vote au monarchiste duc de La Rochefoucauld de Bisaccia, qui avait versé une plus que généreuse obole pour la fondation de l’Université catholique d’Angers)90. Après 1918, le tropisme conservateur l’emporte toujours, à des degrés divers : Desgranges l’est moins que Polimann, et Gau et Grouès peuvent prendre leur distance avec le MRP. Les prêtres députés ne diffèrent pas en cela de la majorité des catholiques chez qui l’avènement du suffrage universel conduit à une configuration dans laquelle droite et catholicisme sont associés91. En revanche, les prêtres patriotes, les membres de la Législative et plus encore ceux de la Convention, puis Lemire, sont bien davantage sensibles à l’accomplissement de l’autonomie humaine par le politique.

  • 92 Charles Guillemant, Pierre-Louis Parisis, 2. Le Champion de l’Église, op. cit., p. 432-424.

49Cette orientation droitière n’empêche cependant pas la dissonance avec les autres conservateurs, bonapartistes ou royalistes. Dès la IIe République, Parisis estime que les prêtres ne peuvent s’aligner sur les logiques partisanes92. Presque un demi-siècle plus tard, d’Hulst s’en explique, lors de l’interpellation de Jean Jaurès contre la politique gouvernementale anti-anarchiste (30 avril 1894) :

  • 93 JO, 1er mai 1894, p. 672.

Quand nous avons voté dans le même sens que le ministère, nous n’avons suivi d’autre mot d’ordre que celui de notre conscience, et le Gouvernement, en bénéficiant pour un jour de nos suffrages, ne se sentait redevable envers nous d’aucune reconnaissance. Nous ne lui en demandons pas ; nous le voyons à l’œuvre, et nous avons plus d’un sujet de n’être pas satisfaits de sa conduite. (Mouvements divers) Toutes les fois cependant qu’il proposera des mesures qui nous paraîtront équitables et salutaires, nous les voterons, ne prétendant pas par-là lui donner un gage d’amitié ni une promesse d’alliance, mais le suivant au jour le jour, quand sa ligne de conduire nous paraîtra bonne ; comme aussi, au jour le jour, s’il s’en écarte, nous serons prêts à le combattre93.

  • 94 JO : 15 décembre 1883, p. 2831-2833 ; 19 décembre 1883, p. 2904. « L’incident Freppel », Le Gauloi (...)

50Il théorise ainsi la possibilité de transcender ponctuellement les divergences politiques en fonction de l’intérêt général, après analyse de la situation et obéissance à la conscience justement éclairée. Il refuse donc les votes réflexes qui se sont imposés parmi l’opposition parlementaire. Freppel s’était déjà appuyé sur l’argument de la conscience droite articulée à l’intérêt national pour voter les crédits du Tonkin le 18 décembre 1883 (comme il l’avait fait en mai précédent), contre presque toutes les droites réunies, dont il avait explicitement refusé la position prise lors de sa réunion parlementaire. Les parlementaires monarchistes avaient alors manifesté leur mécontentement. La Rochefoucauld de Bisaccia lui avait rendu sa boîte de bulletins, et les députés de l’opposition de droite l’avaient snobé durant le scrutin. Quant aux radicaux, ils avaient soupçonné l’évêque de passer un accord implicite avec le radical Eugène Spuller, qui, quatre jours plus tôt, comme rapporteur de la commission du budget, avait justifié le maintien de l’ambassade près le Saint-Siège. Le vote fut suffisamment retentissant pour que fleurissent des rumeurs, jusque dans la circonscription de Freppel, laissant supposer une récompense gouvernementale (chapeau cardinalice, transfert à un siège archiépiscopal)94.

51Malgré une tendance réelle au vote réflexe, les ecclésiastiques parlementaires ont en réalité rapidement découvert la complexité des situations et la difficulté à suivre une ligne tracée d’avance dans les matières temporelles. D’Hulst l’explique dans une lettre à Eugène Veuillot et répondant à des critiques adressées par un lecteur de L’Univers à propos de son vote sur la loi réprimant la presse anarchiste, votée définitivement le 28 juillet 1894 :

  • 95 « Lettre de Mgr d’Hulst », L’Univers, 28 juillet 1894, p. 1.

Notre situation est si fausse en face d’un gouvernement qui veut rétablir l’ordre matériel sans égard à l’ordre moral, que je comprends également bien les trois attitudes : le vote résigné pour des mesures imparfaites ; le vote contraire ; et l’abstention. Au moment de se décider, chacun compare les points de vue divers que la question présente et, sans méconnaître l’importance des uns, attribue aux autres une valeur prépondérante. [...] Votre correspondant semble croire qu’il y avait, pour les catholiques avant tout, une ligne de conduite toute tracée ; il insinue même que la direction du Pape traçait cette ligne. Je n’ai point vu la chose ainsi. [...] Je ne mets pas ma conscience et mon jugement au-dessus de ceux d’autrui. Mais à défaut d’une indication autorisée, je ne puis agir que sous la dictée de ma conscience et à la lumière de mon jugement95.

  • 96 Christiane Marcilhacy, Le Diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Monseigneur Dupanloup, 1849-1878, (...)

52Quant à Freppel, sa correspondance est claire sur la primauté des intérêts religieux, sur ce qu’il est envisageable d’obtenir en fonction des circonstances (l’impossibilité d’une restauration royale à court terme doit conduire à faire primer la défense religieuse), sur l’utilité d’appuyer ponctuellement les opportunistes contre les radicaux, sur l’impossibilité de l’opposition systématique au budget au nom du bien de la société française, et sur la confiance relative à accorder aux parlementaires monarchistes aux plans moral, intellectuel et tactique. La complexité du réel conduit donc à tenter de tenir une ligne droite par le biais de multiples courbes, au moins en hiérarchisant les enjeux et en envisageant les alliances possibles et le rôle des rapports humains avec ceux qui sont indifférents ou opposés. Dupanloup tentera ainsi de constituer un groupe conservateur cohérent à l’Assemblée, sans succès face aux positionnements radicaux des légitimistes. Desgranges s’éloignera quant à lui de l’antimaçonnisme parlementaire aux débuts du Front populaire, car les francs-maçons pourraient être utiles contre les communistes96.

  • 97 Gilles Le Béguec, « Naissance et développement des groupes parlementaires sous la IIIe République  (...)
  • 98 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 72.

53L’organisation très progressive du monde parlementaire en groupes avec discipline de vote finit par avoir raison de la relative autonomie et des jeux individuels97. Le phénomène est en partie présent après la Première Guerre mondiale. Trois Alsaciens-Mosellans, Hackspill, Wetterlé et Muller, appartiennent à l’Entente républicaine démocratique (devenue Union républicaine démocratique en 1924), mais Louis s’inscrit aux démocrates populaires et Delsor, au Sénat, à la Gauche républicaine. Bergey n’appartient à aucun groupe. Desgranges est député indépendant, puis, à partir de 1932, se rapproche des démocrates populaires, assistant ponctuellement à leurs réunions98. Polimann est au Centre républicain en 1933, puis aux Républicains indépendants d’action sociale en 1936. Après 1945, l’inscription dans un groupe devient la règle, même si des flottements perdurent. Gau et le père Jacques Bertho (député du Dahomey-Togo) sont au groupe MRP, comme Grouès, qui finit par fonder la Gauche indépendante en 1950, ou Boganda, rapidement non inscrit. Kir est Républicain indépendant jusqu’en 1956, puis aux Indépendants et Paysans d’action sociale, puis rejoint le Rassemblement démocratique en 1962. Viallet est aux Républicains sociaux, puis à l’UNR, dont il devient vice-président, Laudrin est apparenté UNR en 1958 puis UNR en 1959, devenant membre du bureau politique du groupe jusqu’en 1974. La discipline de vote s’est alors imposée.

54Reste enfin, dans la pratique professionnelle, ce qui est perçu, sous le régime parlementaire, comme l’essentiel : la prise de parole dans les assemblées.

  • 99 Arlette Michel, « Romantisme, littérature et rhétorique » ; Françoise Douay-Sublin, « La rhétoriqu (...)
  • 100 Jean Joana, Pratiques politiques des députés français au xixe siècle : du dilettante au spécialist (...)

55A priori, on pourrait penser les clercs en position de force. Leur formation et leur pratique professionnelles les conduisent à s’exprimer ex cathedra, par le prône dominical ou la prédication d’occasion (sermons de carême, de missions...) – ce qui ne veut pas dire que tous sont doués ou efficaces... Cependant, la situation est dans les faits plus compliquée pour le clergé que pour les autres professions oratoires. Car, si les clercs partagent avec elles une même formation rhétorique dominant dans l’enseignement secondaire jusqu’à la fin du xixe siècle – et dans l’enseignement catholique plus tard encore99 –, la chaire n’est pas la tribune ni le prétoire. Et les règles sont loin d’être identiques. Si les mêmes techniques rhétoriques sont utilisées ici et là, le ton diffère cependant sensiblement car la parole à la tribune est destinée non pas à établir ou développer une vérité, susciter des émotions et des motions spirituelles pour enraciner des certitudes ou entraîner des changements de comportement, mais, dans le cadre d’un débat, à prendre une décision, éventuellement toujours contestable, ou à construire une majorité, en prenant en compte la possibilité pour l’assistance d’intervenir. La tribune suppose donc la détermination de son objectif, la gestion des interruptions, la capacité à suivre le fil de son propos malgré les perturbations, une voix capable de porter (au moins tant que les Chambres ne sont pas sonorisées, et spécialement dans les enceintes à l’acoustique peu favorable comme à la Constituante de 1848)100.

  • 101 Jacques Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997, p. 359-360.
  • 102 Journal des débats politiques et littéraires, 3 juillet 1880, p. 1 ; Albert Savarus, « Les Chambre (...)
  • 103 Jules Cornély, « Mgr Freppel », Le Gaulois, 23 décembre 1891, p. 1 ; Mgr Antoine Ricard, Mgr Frepp (...)
  • 104 « Chambre des députés », Journal des débats politiques et littéraires, 27 mars 1892, p. 2 ; J. Cor (...)
  • 105 « L’affaire de Saint-Merri à la Chambre », Le xixe siècle, 28 mars 1892, p. 1 ; jugement aussi sév (...)

56Analyser l’éloquence des ecclésiastiques parlementaires serait un sujet en soi. Aussi, après avoir rappelé qu’ils ne prennent que rarement la parole à la tribune (et souvent moins que les autres parlementaires) et interrompent peu (sauf Freppel, et surtout Kir, spécialiste de la chose, qui transforme ses innombrables interventions en discours101), on partira d’une comparaison entre Freppel et d’Hulst. La première intervention de Freppel, annoncée à l’avance, suscite un fort intérêt. Le prélat répète son interpellation dans la bibliothèque de la Chambre, gestes compris, certains de ses collègues venant l’observer si l’on en croit la presse. Les appréciations sont contrastées. Le ton peut être jugé décalé, les périodes s’élevant « comme un vers classique récité par un tragédien de province », la voix étant celle d’un prédicateur, avec un peu de fausset, qui sait cependant imposer sa volonté à la foule. Pour d’autres, l’évêque à « des éclats de voix et des gestes que comporte peut-être l’éloquence de la chaire, mais que la tribune n’admet point », ou dispose de gestes opportuns et d’une bonne voix mais doit s’adapter à la tribune102. Ayant rapidement modifié ses techniques, Freppel est finalement considéré comme un bon praticien, capable de résister aux interventions, développant ses vues de manière organisée, jouant des registres multiples et variés de la rhétorique, doté d’une solide mémoire et d’une réelle maîtrise des dossiers. Son style oratoire est même finalement rapproché de son physique : familier sans être trivial, plein d’entrain, sans apprêt103. En revanche, d’Hulst est jugé plus défavorablement. L’appréciation dépend de la valeur qu’on attribue à sa personnalité. La presse politico-mondaine présente un raisonneur précis et rigoureux, marqué par son caractère ecclésiastique et capable de riposter à une Chambre hostile sans dévier de sa ligne face aux interruptions, voire un homme où l’intérieur libéral et humain contraste avec l’extérieur austère et froid. La presse catholique estime qu’il argumente rationnellement, précisément et rigoureusement pour défendre la vérité, qu’il est maître de lui-même, sa distinction l’imposant à ses adversaires104. A contrario, la presse anticléricale monte en série origines sociales (aristocratiques), physique (ascétique), procédés oratoires (scolastiques, ignorant l’émotion, mais agité) et idées (défense du droit public ecclésiastique) dans une approche où tout est signe. Le jugement est alors viscéralement négatif, comme le pose d’emblée le portrait du xixe siècle après le premier discours du recteur : « [...] il est violent et passionné ; on le sent impuissant à maîtriser son humeur autoritaire et emportée. Il a la parole sèche et saccadée, le geste abondant et comme tranchant. Avec cela une mince et blême figure de moine inquisiteur et un grand nez en bec d’aigle qui accuse encore ses appétits de domination105. »

  • 106 Comment ignorer ce point lorsque l’on relève incessamment sous la plume de Lemire (qui a des idées (...)
  • 107 Jean Pascal, Les Ecclésiastiques parlementaires français, 1848-1977, op. cit., p 109.
  • 108 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., v (...)
  • 109 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., v (...)
  • 110 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 46.

57Que retenir de ces éléments, si ce n’est l’extrême subjectivité des appréciations, où la valence du jugement dépend du positionnement politique, semblant réduire à rien une éventuelle objectivité de l’éloquence parlementaire106 ? Malgré tout, les appréciations sont toutes plus ou moins organisées selon quatre enjeux : la tribune impose une prosodie spécifique ; l’usage du corps pour asseoir le propos doit être articulé harmonieusement au ton et au rythme de la parole ; faire face aux interruptions et savoir débattre est un impératif, au risque même d’être jugé pinailleur ; les émotions doivent être exploitées pour entraîner l’adhésion. Or, à ces aunes-là, on ne peut négliger les transformations de l’ayance sacerdotale à partir de la fin du xixe siècle, la militance acculturant les prêtres à la prise de parole dans le cadre du débat et de la conférence contradictoires, donc au fonctionnement de la tribune. En 1848, Desclais promet à ses électeurs de prêcher de « bons petits prônes républicains », et Cazalès, après un débat sur l’instruction publique, admet : « j’ai parlé peut-être plus en prêtre qu’en représentant107 ». Freppel et d’Hulst se forment à la tribune par la pratique. Lemire, sans grande expérience de prédicateur, conserve de son côté ses réflexes de professeur et de conférencier. L’usage pertinent de son corps, la manière de s’adresser à ses collègues, sa façon de s’imposer comme orateur, lui posent d’abord des difficultés, et il fait peu appel à l’émotion, alors qu’il juge celle-ci nécessaire, voire indispensable, dans la prédication108. En revanche, Bergey, Desgranges, Polimann et Kir ont fait du débat contradictoire entrecoupé d’interventions une de leur spécialité pastorale. Lemire saisit bien la différence lorsque Bergey intervient pour la première fois à la Chambre, lors du débat de janvier 1925 sur la suppression de l’ambassade près le Saint-Siège : « Il a l’habitude des auditoires de toute espèce. Il a la riposte facile. [...] Geste sobre et les yeux constamment tendus vers le public. Des compliments et des précautions [...] précautions qui sont plus du métier que de la nécessité109. » Cette nouvelle pratique militante permet même une nouvelle proximité, voire une connivence, avec les adversaires politiques, puisqu’en 1936, Desgranges se rappellera avec le socialiste Marx Dormoy des souvenirs d’un débat qui les avait opposés à Montluçon110.

  • 111 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., v (...)
  • 112 JO, 13 décembre 1891, p. 2620-2622. Certains journaux notent l’agitation (« La séance. La Séparati (...)

58Dernier point que permet de relever Lemire dans son appréciation de Bergey : le rôle du public : « Ce matin devant un auditoire restreint à gauche et le soutenant très bien à droite, son succès a été complet111. » Ce qui arrive à Freppel lors de sa dernière intervention le 12 décembre 1891 le souligne aussi. Son discours fut inaudible, couvert par les bavardages des députés, sans que Charles Floquet, qui présidait la séance, pût imposer une véritable attention. Mais il intervenait dans des conditions défavorables : il prit la parole alors que le président du conseil, Freycinet, avait déjà répondu à ceux qui l’interpellaient, il était gravement malade, ne pouvait élever la voix, les députés étaient fatigués et avaient anticipé la clôture de la séance après le discours du président du conseil112. Le sujet et les circonstances de la prise de parole, qui déterminent en partie la composition de l’assemblée, jouent donc un rôle non négligeable dans le succès oratoire, sans oublier le rôle du président de séance, contrôlant plus ou moins les assistants.

La vie parlementaire comme expérience masculine

  • 113 Paul Airiau, « La formation sacerdotale en France au xixe siècle », Archives de sciences sociales (...)

59Sous la Révolution, l’engagement patriote des clercs députés à la Législative et à la Convention les avait conduits à se rallier à l’hexis de l’appartenance civique – au point, pour 85 % d’entre eux, de quitter le sacerdoce. La reconstruction concordataire de la formation sacerdotale peut donc aussi se comprendre comme manière de couper court aux effets d’un alignement de l’ayance cléricale sur celle des autres hommes113. Même si la loi municipale de 1831 fait en partie entrer les curés dans le jeu politique local, la dimension censitaire des régimes successifs jusqu’en 1848 contient aussi les effets de la politisation. Ainsi, des deux prêtres candidats à des élections entre 1815 et 1848, l’un, Fayet, a entamé une carrière d’avocat avant d’entrer dans les ordres, et l’autre, Genoude, est un veuf, publiciste, ordonné à 43 ans. Ce type de député prêtre à vocation tardive se retrouve en partie en 1848 (Cazalès, Lespinay) et 1870 (du Marhallac’h), mais disparaît ensuite. Dès 1848, les clercs politiciens sont en réalité formatés par le séminaire, ayant incorporé les habitus ecclésiastiques.

  • 114 JO, 14 novembre 1883, p. 1580.

60Or, pour espérer jouer un rôle efficace, ils doivent s’insérer dans des us et coutumes parlementaires quelque peu distants de la modestie et de la gravité ecclésiastiques. Et, comme le note en positiviste Jules Roche en 1883 en parlant de Freppel : « Ici un évêque, malgré le caractère indélébile et éternel dont il est revêtu, est en définitive un député, et il subit, malgré qu’il en ait, l’influence du milieu, car les lois de l’évolution s’appliquent même à ceux qui n’y croient pas114. » Et, de fait, avec le prolongement des transformations comportementales suscitées par la militance politique et sociale-démocratique, un certain relâchement de l’ayance s’observe, aux dires des observateurs, entremêlés de jugements implicites en fonction de ce que l’on attend ou non d’un comportement ecclésiastique. Ainsi, si l’aisance de Fayet est relevée, l’appréciation du journaliste Philibert Audebrand, très favorable, diffère nettement de celle, fort négative, de Hugo :

  • 115 « Paris, 22 novembre », La Presse, 23 novembre 1848, p. 1 ; Alfred de Falloux, Mémoires d’un royal (...)

L’abbé Fayet est un bonhomme, vraie bête à bon Dieu, qui ressemble plus à un hanneton qu’à un évêque. À l’assemblée, il va de banc en banc, s’assoit sur les chaises des huissiers, rit avec les bleus, avec les blancs, avec les rouges, rit avec tout le monde et se fait rire au nez par tout le monde. Il a une calotte de velours noir, des cheveux blancs qui sont vénérables malgré lui, un accent gascon, et il monte à la tribune en se mouchant dans un vaste mouchoir de couleur qui a toute la mine d’un mouchoir d’invalide. On rit. Il dit en gasconnant que le grand danger de l’époque c’est l’école romantique. On rit. Il propose un amendement. On rit. – Est-il appuyé ? – Non ! Non ! – Il descend de la tribune et se mouche. On rit115.

  • 116 Michel Pastoureau, L’Étoffe du diable : une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris, Éditi (...)

61Hugo procède d’abord à une animalisation physique (hanneton), comportementale (virevoltant) et donc morale. Il insiste ensuite sur la circulation entre les couleurs, politiques (bleu, blanc, rouge), physique et vestimentaire (noir et blanc), qui signe un dérèglement moral manifesté dans l’usage d’un mouchoir de couleur rayé ou à carreau (« mouchoir d’invalide116 »). Enfin, il nasalise Fayet : on lui rit au nez, son accent gascon peut avoir tendance à la nasalisation, il se mouche (car il prise). Se croisent dans ce portrait à charge, outre la réaction d’un ténor romantique attaqué, une répulsion pour le style de l’évêque, le sentiment outragé de la dignité que l’on se doit à soi-même et l’attente d’un comportement spécifique de la part d’un prélat. Mais se dit en même temps combien un ecclésiastique parlementaire devient comparable à d’autres parlementaires, ridicule compris, tant le portrait à charge diffère peu en fin de compte des autres membres de l’Assemblée décrits par Hugo.

  • 117 Quidam, « L’évêque d’Angers », Le Figaro, 27 décembre 1883, p. 1 ; « Mgr Freppel à la Chambre », a (...)

62Dans le cas de Freppel, les observateurs de la vie politique relèvent une urbanité bonhomme, voire campagnarde, un aspect un peu rustique et une forte expressivité corporelle (avec notamment des manipulations de sa calotte, qui devient un accessoire plus ou moins comique dont les mouvements soulignent son humeur). Le tout devient un relatif hommage du côté des journalistes, une manifestation des qualités humaines de l’évêque du côté catholique (avec une euphémisation du recul de la gravité et de la modestie), ou un élément à charge pour les opposants. Freppel, et plus tard Polimann, Grouès ou Kir, manifestent ainsi concrètement combien la politisation modifie l’habitus ecclésiastique en produisant un relatif relâchement comportemental, les passions et pulsions politiques et religieuses s’exprimant par le corps117.

  • 118 Paul Airiau, « La virilité du prêtre catholique : certaine ou problématique », art. cité.
  • 119 Sur ce point, voir Fabrice d’Almeida, La Politique au naturel : comportement des hommes politiques (...)

63Cet ébranlement du modèle clérical à partir du dernier tiers du xixe siècle, visible dans le monde parlementaire, doit être relié à l’entrée du catholicisme en militantisme et à une certaine uniformisation des expériences masculines. Sans renoncer à leur statut, les ecclésiastiques acceptent implicitement d’être jaugés sur leur virilité, alors que, depuis le milieu du xviiie siècle au moins, l’identité sacerdotale consiste en partie à échapper à la comparaison virile118. Cette compétition, qui ne conduit cependant pas – sauf l’exception Grouès qui se construit une identité repérable – à signer sa virilité par des appendices pileux développés119, se poursuit à la Chambre (le Sénat est une chambre plus paisible...) lorsque les clercs choisissent un positionnement offensif. La capacité à engager (et de préférence à gagner) des duels oratoires permet aux clercs de prouver leur virilité, d’affirmer la légitimité de leur présence et, plus ou moins, de marquer des points pour faire avancer leurs positions. La dimension belliqueuse de la joute oratoire est ainsi visible dans l’accrochage opposant Freppel à Lockroy lors du débat sur l’invalidation Boscher-Delangle le 24 novembre 1881. Après qu’il a justifié l’intervention du clergé en matière politique, après que le rapporteur a rejeté ces positions, Freppel est indirectement interpellé par Lockroy  :

  • 120 JO, 25 novembre 1881, p. 2086.

J’aurais envie de demander à Monsieur l’évêque d’Angers [...] s’il ignore qu’il y a une loi, qui a été passée autrefois entre le gouvernement de la France et la cour de Rome, et qui s’appelle le Concordat, de lui demander s’il n’en a jamais entendu parler ? (Rires au centre et à gauche.)
M. Freppel. — Vous me prenez pour un naïf.
M. Édouard Lockroy. — Je lui demanderai s’il ignore absolument qu’elle existe et qu’elle a pu exister ; et s’il me répond qu’il en a vaguement entendu parler autrefois au séminaire, quand il y faisait ses études, je lui demanderai s’il se souvient que cette loi concordataire...
M. Freppel. — Je proteste contre ce langage ! Nous ne sommes pas au vaudeville, ici. Soyons sérieux.
M. le Président. — Ces paroles peuvent être blessantes pour l’orateur.
M. Freppel. — Comment l’orateur peut-il dire que je n’ai jamais entendu parler du Concordat ? Est-ce sérieux ?
M. Édouard Lockroy. — Monsieur l’évêque d’Angers, si je vous ai blessé en quelque chose, je vous en fais mes excuses.
M. Freppel. — Vous m’avez blessé en supposant que je n’ai jamais entendu parler du Concordat.
M. le Président. — Il n’était point convenable non plus que vous établissiez entre cette tribune et un théâtre une assimilation qui, je crois pouvoir le dire, est inconvenante. Voilà pourquoi je vous ai interrompu en disant que vos paroles pouvaient être blessantes pour l’orateur.
M. Freppel. — Comme les siennes étaient blessantes pour moi.
M. Édouard Lockroy. — Monsieur l’évêque d’Angers, permettez-moi de donner ici un exemple d’humilité chrétienne (Hilarité à gauche et au centre) et de vous présenter une seconde fois mes excuses, si mes paroles ont pu vous blesser.
M. Freppel. — Je les accepte ! (Rires à gauche.)
M. Édouard Lockroy. — Il faut avouer, monsieur l’évêque d’Angers, que, si vous refusiez, ce serait peu évangélique. (Nouveaux rires.) Je vous ai écouté, je vous l’assure, monsieur l’évêque, sans la moindre passion ; et cependant, vous blessiez tous mes sentiments de citoyen120.

  • 121 « Chambre des députés », L’Univers, 26 novembre 1881, p. 2 ; « Journée parlementaire du jeudi 25 n (...)
  • 122 A. Gaulier, « À la Chambre », Le Rappel, 26 novembre 1881, p. 1 ; « La Séance. Chambre des députés (...)
  • 123 N. Doges, « La Chambre », Le Radical, 26 novembre 1881, p. 1.
  • 124 Paul Airiau, « La virilité du prêtre catholique : certaine ou problématique », art. cité ; Françoi (...)

64Un certain nombre de journaux reproduisent la passe d’armes (in extenso en utilisant le JO, dans une version alternative ou dans une version analytique) sans l’apprécier121. D’autres, notamment les organes radicaux, insistent sur la dimension agonique, en particulier Pelletan qui recourt à la métaphore du duel (« Monsieur Freppel, lardé par le député du onzième arrondissement, se démenait comme dans un bénitier122 »). Le plus persifleur est N. Doges dans Le Radical, qui note : « il fallait voir avec quel aimable dédain furent présentées et renouvelées, [?] excuses dont le sens vrai était : Je vous passerai tout ce que vous voudrez, vous n’êtes pas un homme123. » Implicitement, le sacerdoce de Freppel, symbolisé par sa tenue, le disqualifie comme homme. Ses remarques ou attaques ne peuvent donc atteindre à l’honneur, et celui-ci n’a pas à être réparé par cette rencontre contenant en elle toute la virilité, le duel, que s’approprient à la fin du xixe siècle les élites politiques et journalistiques. Ainsi, quoique député, il n’est pas un véritable parlementaire car il ne peut mettre en jeu sa vie pour défendre son honneur. Il n’est qu’un adversaire à flétrir verbalement, avec lequel toute camaraderie parlementaire est impossible124.

  • 125 Sur le conflit à la Chambre, et sa dimension comique, voir Thomas Bouchet & Jean Vigreux, « Violen (...)
  • 126 JO, 20 juillet 1881, p. 1698.

65Le contexte et les personnalités expliquent sans doute beaucoup la dimension agonique de cet échange. Le ministère Gambetta, formé le 14 novembre, est soumis à une pression radicale afin d’accentuer ou de conserver la lutte anticléricale. Charles Lepère, ancien ministre de l’Intérieur et des Cultes du cabinet Freycinet, qui a assuré l’application stricte des décrets du 29 mars 1880, préside. Sa réaction au mot « vaudeville » permet de favoriser un député radical que le ministère Gambetta cherche à rallier. Cependant, profondément, l’enjeu est bien l’appartenance à une communauté virile capable de s’affronter tout en conservant une relative mesure, où l’on combat son adversaire pour le défaire, mais aussi pour montrer à ses partisans que l’on sait se battre et imposer ses idées. Or, Freppel, dès avant cet accrochage, avait montré sa capacité à maîtriser ce fonctionnement parlementaire où il faut, plus ou moins, savoir jusqu’où ne pas aller trop loin et être capable de renverser la situation par un bon mot125. Outre sa répartie indirecte à Gambetta lors de sa première prise de parole, il avait croisé le fer directement avec lui en juillet 1881. À l’occasion du débat sur la désaffectation de Sainte-Geneviève (dont Freppel fut chapelain), Gambetta avait demandé à la Chambre de ne pas interrompre l’évêque et de l’écouter « dans le silence et le recueillement », pique renvoyant Freppel à un statut clérical jugé implicitement inadapté à la Chambre. L’évêque avait alors répliqué : « Monsieur le Président, du recueillement, c’est plus que je ne demande en ce moment. Ce serait certes pour moi un grand honneur, mais je me contenterais facilement du silence126. »

  • 127 « Nos députés chez eux », dessins de Mars, Le Monde illustré, 13 mai 1882, p. 294, 301. Hugues aur (...)
  • 128 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 76.
  • 129 L’Estoile, « Propos et à-propos », Le Figaro, 1er novembre 1860, p. 2 ; Henri Welschinger, « Mgr F (...)
  • 130 André Gaillemin, Un prêtre député : le chanoine L. Polimann, op. cit., p. 107-109.

66Malgré tout, la conflictualité virile n’empêche pas une certaine convivialité virile, à tout le moins, une neutralisation de l’expression de l’opposition idéologique. Freppel travaille à côté du radical Alfred Naquet ou se tient à côté du radical Clovis Hugues en mars 1882127. En décembre 1936, Desgranges, dans les vestiaires de la Chambre, demande plus ou moins sous forme de plaisanterie au socialiste morbihannais Louis Lhévéder des nouvelles du procès pour calomnie pendant entre eux deux depuis cinq ans. Mais il ne le fait que parce qu’une plaisanterie du chanoine sur l’orthographe du nom de leur collègue André Le Troquer les a réunis, avec leurs autres collèges présents, dans une communauté de rire trivial : Le Troquer n’a qu’un « q », à la différence du sénateur Yves Le Trocquer128. Autre élément de virile camaraderie qui facilite les relations y compris avec les opposants : le tabac. D’abord, jusqu’à la fin du xixe siècle, le tabac à priser. Fayet en est un généreux dispensateur, présentant sa tabatière au couvercle orné d’un portrait de Jean-Jacques Rousseau, dont il précise que « c’est la seule façon dont [il] le prise ». Quant à Freppel, si l’on s’étonne, voire se moque, de ses mouchoirs rouges (la prise fait éternuer), la presse catholique rapporte après sa mort que « Clemenceau [...] demandait sans façon à “Monseigneur” une prise de tabac, et, comme les députés de la gauche pouvaient s’en montrer offusqués, il élevait en l’air, mystérieusement, son pouce et son index, leur montrait la prise en disant à demi-voix, sur le ton d’une fierté comique : “C’est du tabac bénit !” 129 » Au xxe siècle, ce sera la cigarette, mais avec ce trait tout ecclésiastique de l’abstinence pénitentielle chez Polimann, qui s’en prive en Carême et pendant un an après la mort de son père, et résiste à ses collègues lui proposant des cigarettes130.

  • 131 Edmond Biré, Mes souvenirs, 1848-1870, op. cit., p. 180 ; A. Rénal, « L’évêque d’Angers », Le Figa (...)

67Cette transformation de l’ayance ecclésiastique suscitée par l’insertion dans le monde parlementaire ou la pratique politique peut cependant être relativisée. En effet, la vie parlementaire comme vie masculine, avec ses codes et ses pratiques, est, pour les prêtres députés, une déclinaison particulière de la sociabilité cléricale, pratiquée entre prêtres, en famille, ou avec une partie des notabilités ou des hommes catholiques. Le monde ecclésiastique, lorsqu’il n’est pas en représentation, a déjà une pratique relâchée de la modestie et de la gravité. Lorsque Lespinay partage en 1848 un dîner arrosé avec deux autres députés et chante avec eux, il se comporte comme il a toujours fait (d’autant plus qu’il a été marié), mais dans un cadre différent. La relative dérégulation relevée à propos de Freppel juste après son élection, en opposant le prélat célébrant, hiératique et majestueux, à « l’homme d’étude qui n’a nul souci de son aspect ni de sa pose », se retrouve dans son attitude alors qu’il est en train de rédiger un discours à la Chambre en 1882 : penché sur une table, les jambes tendues l’une croisée sur l’autre131.

  • 132 « Les noces d’argent sacerdotales de M. le chanoine Polimann, député de la Meuse », La Croix, 5 ju (...)

68Les cercles de sociabilité peuvent même se rencontrer, par exemple lorsque des députés assistent au jubilé sacerdotal de Polimann et lui offrent, au nom de 200 des membres de la Chambre, dont Édouard Herriot, un crucifix en argent du xviie siècle, surmontant un reliquaire, ou lorsque Laudrin est entouré de parlementaires lors de son jubilé en 1976. Le caractère ecclésiastique permet même de s’insérer immédiatement dans certaines sociabilités parlementaires, celle des catholiques qui prient et célèbrent ensemble – mais non préférentiellement dans celle des clercs. Lemire officie ainsi devant onze de ses collègues de la Chambre et du Sénat le 2 juin 1894, en la fête du Sacré-Cœur, à Montmartre. Il prend l’initiative avec Gayraud et quatre députés de réciter des prières pour l’ouverture des Chambres en janvier 1898. En 1899, la procession de la fête du Sacré-Cœur compte « peu de députés et deux sénateurs », en 1905 et 1908, il n’y a plus que cinq parlementaires aux processions de la même fête. La Première Guerre mondiale se chargera de faire remonter l’assistance. Desgranges participe à la même cérémonie en 1936, et la trouve plus fréquentée que les années précédentes – Front populaire oblige. Quant à Gau, il célèbre une messe pour l’élection présidentielle de 1953 dans la chapelle du château de Versailles en étant servi par son collègue de la Manche, Maurice Lucas132.

  • 133 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., v (...)
  • 134 JO, 23 janvier 1904, p. 99. Invité par le député de l’ALP, Jules Corrard des Essarts, à donner une (...)
  • 135 JO, 7 décembre 1922, p. 3881.
  • 136 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., v (...)

69Certains clercs parlementaires souhaitent pouvoir agir efficacement auprès de leurs collègues aux plans politique et spirituel. Leur attitude est alors volontairement apaisée. Les cahiers de Lemire sont remplis de ce souci d’être disponible, cordial, aimable, de tisser des liens personnels. Présent après les décès (recueillement et prière agenouillée auprès du corps d’Auguste Burdeau, 13 décembre 1894) et aux vœux (Henri Brisson, président de la Chambre, est sensible à sa visite du 1er janvier 1896), il veut faire de sa députation un apostolat en misant sur sa longanimité133. Émile Combes perçoit suffisamment cette attitude pour que, dans le cadre de l’interpellation sur l’expulsion hors de France de Delsor en janvier 1904, il débute sa réponse en affirmant que « Monsieur Lemire m’a [interpellé] sur un ton qui n’était pas celui de son habituelle courtoisie134. » L’abbé revendique même ce positionnement publiquement en 1922 : « venant à cette tribune avec une soutane, il y a des délicatesses qui me sont imposées à l’égard de tous mes collègues ; je ne puis en froisser aucun sans mettre entre lui et ma religion un obstacle qui serait dangereux et regrettable135. » De fait, il réussit, dans une certaine mesure, à exercer son ministère auprès de ses collègues. Il assiste le républicain progressiste Ferdinand Lechevallier lors de sa mort en 1905, célèbre en 1909 le mariage religieux du radical Charles Guernier (ce qui crée une espèce de petit scandale puisque celui-ci, élu en 1906, a voté les lois sur les cultes de 1907-1908), prépare à la mort l’ancien sénateur républicain Jean-Baptiste Tystram en 1926-1927136.

  • 137 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 30, 87, 66, 73, 75-76.

70Desgranges joue lui aussi l’apaisement, ainsi le 30 juin 1936, après que Vallat a violemment attaqué Blum pour son judaïsme (« Ma bonhomie souriante a détendu les excités »), et s’entretient toujours six mois plus tard dans ses résolutions « de sérénité indulgente et bienveillante ». C’est pour cela qu’il n’a pas assisté à l’interpellation consacrée à Roger Salengro le 13 novembre 1936 : « Mon habit, mon rôle, mes relations avec le ministre de l’Intérieur m’imposaient cette attitude. » Comme Lemire, il entend avoir des relations dépassant la simple cordialité parlementaire. Ainsi, le 12 octobre 1936, il recommande au sénateur radical Georges Le Bail de bien entendre la messe des obsèques nationales célébrée à Notre-Dame pour les défunts du naufrage du Pourquoi pas ? et lui explique prier pour lui chaque jour – Le Bail, 79 ans, le remercie d’un serrement de main chaleureux. Après le suicide de Salengro, il présente avec Polimann ses condoléances à Blum le 24 novembre 1936 : il a célébré la messe pour le défunt, et ajoute être fidèle au mot du cardinal Liénart : « prier avec ceux qui prient, pleurer avec ceux qui pleurent » – Blum le remercie vivement137.

*

  • 138 Michel Fourcade, « Vatican II dans le débat théologico-politique français », dans Bernard Barbiche (...)

71Écartelé entre le duel et la compassion, tel est donc le prêtre parlementaire, jamais pleinement semblable aux autres parlementaires. Il est toujours décalé, d’un décalage personnel, bien sûr, dans sa manière d’être homme, et d’un décalage institutionnel surtout, qui redouble l’éventuel décalage personnel. Sans être à la marge de la vie sociale, le clerc député ou sénateur, quoique représentant du peuple, est aux lisières du centre, symboliquement, humainement, politiquement, comme l’est l’Église catholique avec l’instauration de l’ère moderne du politique de 1789 : une institution parmi d’autres, importantes, mais non plus fondatrices, au rôle social reconnu, mais non premier. Est signifiante ici la chronologie de la présence des ecclésiastiques dans les enceintes parlementaires : en nombre conséquent lorsqu’il s’agit de refonder politiquement et socialement la France (Révolution jusqu’en 1793, en 1848-1851, en 1945-1946), en quantité contrôlée lorsqu’il s’agit d’encadrer la société et de faire servir le religieux au politique (Empire, Restauration, Second Empire), en quantité négligeable lorsque l’État affirme sa primauté en désinstitutionnalisant le religieux (première moitié de la IIIe République), en nombre variable lorsque le religieux est compris comme l’une des composantes de la société pouvant participer à son organisation (IVe République, vingt premières années de la Ve République). Le nombre de clercs au Parlement suit ainsi également les transformations de la laïcité, d’une laïcisation première donnant une place publique aux cultes sous la Révolution à une laïcité gestionnaire lorsque l’Église catholique finit de digérer le choc de 1789. Dans cette perspective, la disparition de l’ecclésiastique parlementaire depuis la mort de Laudrin et la disparition des candidatures cléricales sont marquantes. Plus qu’une intégration définitive de la rupture révolutionnaire par la société française, elles signent, parce qu’elles ont été voulues par la hiérarchie ecclésiastique et les clercs eux-mêmes, au nom d’une théologie politique renouvelée, la rupture du clergé avec l’engagement politique militant et avec l’État. Si l’État a volontairement manqué à l’Église depuis 1789, ce n’est qu’à partir du milieu des années 1960 que l’Église décide de manquer à l’État138. Ce faisant, tout en tournant la page d’un bon siècle de tactique (la représentation organique des catholiques), elle renonce à toute médiation sociopolitique institutionnalisée. Certes, elle consone alors avec les évolutions françaises, mais sans percevoir qu’elle se prive aussi de relais politico-administratifs que la place héritée du clergé dans la société, et encore reconnue par l’État, ne peut pas totalement compenser.

72L’intérêt des parlementaires ecclésiastiques est donc bien de voir jouer toute une série de questions sur la place réciproque du religieux et du politique, la place et le rôle du catholicisme, l’identité de l’État, la fonction parlementaire, les rôles sociaux. C’est sur cette dernière dimension que l’on peut conclure. Car le clerc parlementaire est heuristique du point de vue de l’étude des masculinités et du catholicisme. Entre positions religieuses, aspirations spirituelles, certitudes idéologiques, ayance cléricale, sociabilité masculine et expérience parlementaire, le jeu est subtil, rendu plus complexe encore si l’on prend en compte les caractères et les tempéraments, modelés par les origines sociales, et qui influent nettement sur l’attitude prise dans le monde politique. Le prêtre député permet ainsi de voir se diffracter en un petit nombre d’hommes quantité de caractéristiques sociales, de voir en un observatoire restreint se combiner de manière variable un ensemble de facteurs. À ce titre, la cohérence globale et la forte variabilité interne des ecclésiastiques élus constituent ces derniers en corpus privilégié pour comprendre ce qui fut, justifiant pleinement l’attention toujours portée à la biographie et la prosopographie du politique et du religieux par ce grand historien du religieux et du politique que fut Jean-Marie Mayeur.

Bibliographie

Airiau Paul, « La formation sacerdotale en France au xixe siècle », Archives de sciences sociales des religions, nº 133, 2006, p. 27-44.

Airiau Paul, « Le prêtre catholique : masculin, neutre, autre ? Des débuts du xixe siècle au milieu du xxe siècle », dans Régis Révenin (éd.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours : contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Alain Corbin (préf.), Paris, Autrement, « Mémoires / Histoire », 2007, p. 192-207.

Airiau Paul, « La virilité du prêtre catholique : certaine ou problématique », dans Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine & Georges Vigarello (dir.), Histoire de la virilité, 3. Le Triomphe de la virilité : le xixe siècle, Paris, Éditions du Seuil, « L’Univers historique », 2011, p. 241-254.

Almeida Fabrice d’, « Introduction. Pour une chronologie de l’éloquence démocratique », dans Fabrice d’Almeida (éd.), L’Éloquence politique en France et en Italie des années 1870 à nos jours, Rome, École française de Rome, 2001, p. 1-14.

Almeida Fabrice d’, La Politique au naturel : comportement des hommes politiques et représentations publiques en France et en Italie du xixe au xxie siècle, Rome, École française de Rome, 2007.

Billard Yves, Le Métier de politique sous la IIIe République, Jean-Marie Mayeur (préf.), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, « Études », 2003.

Blenner-Michel Séverine, « Une élite dans la France du xixe siècle : les évêques concordataires face au modèle romain (1802-1906) », thèse d’histoire, Jean-Marie Mayeur (dir.), Paris, Université Paris IV Sorbonne, 2006.

Bonhomme Éric, « Les carrières locales », dans Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République, 1870-1940 : portrait de groupe, Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995, p. 133-141

Bouchet Thomas & Vigreux Jean, « Violences parlementaires en perspective (1850-1900-1950-2000) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, « Violence des échanges en milieu parlementaire », nº 14, 2010/2, p. 18-34.

Boutry Philippe, « Paroisses et clergé paroissial en France », dans Benoît Pellistrandi (dir.), L’Histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, 2004, p. 175-200.

Boutry Philippe & Michel Alain-René, « La religion », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, 3. Sensibilités, Paris, Gallimard, « NRF Essais », 1992, p. 648-695.

Carbonnières Philippe de, « Iconographie de la fête de la Fédération », dans Pascal Dupuy (dir.), La Fête de la Fédération, Mont-Saint-Aignan, Publication des Universités de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », 2012, p. 73-114.

Chaban-Delmas Jacques, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997.

Chopelin-Blanc Caroline, « Discours de Fauchet contre les prêtres insermentés (26 octobre 1791) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, « Clergé et politique en France (xvie-xixe siècles) », nº 3, 2010 (vol. hors-série nº 6), p. 165-173.

Chopelin-Blanc Caroline, « La prise de parole des évêques-députés à l’Assemblée législative (1791-1792) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, nº 3, 2010 (hors-série nº 6), p. 118-134.

Compagnon Antoine, « La rhétorique à la fin du xixe siècle (1875-1900) », dans Marc Fumaroli (dir.), Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, 1450-1950, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 1215-1260.

Courty Guillaume, « Quand l’habit faisait le parlementaire (1789-1875). Sociologie des formes sensibles des institutions », site Academia.edu, en ligne : https://www.academia.edu/28305334/Quand_lhabit_faisait_le_parlementaire_1789_1875_Sociologie_des_formes_sensibles_des_institutions (avril 2021).

Desgranges (abbé), Journal d’un prêtre député, 1936-1940, Robert Schuman (avant-propos), chanoine Dutroncy (introd.), Denise Aimé-Azam (notes), Paris / Genève, La Palatine, 1960.

Delannoy Jean-Pierre & Vanhove Jean-Pascal (éd.), Abbé Jules Lemire. Cahiers 1893-1928, 2 vol., Hazebrouck, Mémoire de l’abbé Lemire, 2013.

Di Stefano Alain, Histoire des insignes et des costumes des sénateurs, Alain Poher (préf.), Paris, Public-Réalisations, « Guide français des ordres, décorations et médailles », 1980.

Douay-Sublin Françoise, « La rhétorique en France au xixe siècle à travers ses pratiques et ses institutions : restauration, renaissance, remise en cause », dans Marc Fumaroli (dir.), Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, 1450-1950, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 1071-1214.

Drouin Jean-Claude, « Éléments d’une sociabilité », dans Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République, 1870-1940 : portrait de groupe, Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995, p. 145-172.

Dupart Dominique, « Le rire parlementaire : une petite histoire des (Rires) de 1830 à 1851, ou l’apprentissage de la démocratie par le comique », dans Alain Vaillant & Roselyne de Villeneuve (dir.), Le Rire moderne, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 2013, p. 95-109.

Dupuy Pascal, « La fête de la Fédération entre témoignages et histoire », dans Pascal Dupuy (dir.), La Fête de la Fédération, Mont-Saint-Aignan, Publication des Universités de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », 2012, p. 11-25.

Fayat Hervé & Bayon Nathalie, « Le “Robert et Cougny” et l’invention des parlementaires », Revue d’histoire du xixe siècle, nº 33, 2006/2, p. 55-78.

Fourcade Michel, « Vatican II dans le débat théologico-politique français », dans Bernard Barbiche & Christian Sorrel (dir.), La France et le concile Vatican II, actes du colloque de La Courneuve (Centre des archives diplomatiques), 9 novembre 2012, Bruxelles, Peter Lang, « Diplomatie et histoire », 2013, p. 113-121.

Gaillemin André, Un prêtre député : le chanoine L. Polimann, Paris, La Pensée universelle, 1973.

Grèzes-Rueff François, La Culture des députés français (1910-1958) : essai de typologie, Jean Estèbe (préf.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, « Tempus », 1994.

Guillet François, La Mort en face : histoire du duel de la Révolution à nos jours, Paris, Aubier, « Historique », 2008.

Guillet François, « Le duel et la défense de l’honneur viril », dans Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine & Georges Vigarello (dir.), Histoire de la virilité, 3. Le Triomphe de la virilité : le xixe siècle, Paris, Éditions du Seuil, « L’Univers historique », 2011, p. 83-124.

Guiral Pierre & Thuillier Guy, La Vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, Paris, Hachette, « La vie quotidienne », 1980.

Guislin Jean-Marc, « Parlementarisme et violence rhétorique dans les années 1870 », Revue du Nord, vol. 80, nº 326-327, juillet-décembre 1998, p. 697-727.

Guislin Jean-Marc, « Techniques rhétoriques des parlementaires français au début de la IIIe République », dans Fabrice d’Almeida (éd.), L’Éloquence politique en France et en Italie des années 1870 à nos jours, Rome, École française de Rome, 2001, p. 24-40.

Guislin Jean-Marc, « L’éloquence parlementaire aux débuts de la IIIe République », Parlement[s], Revue d’histoire politique, nº 3, 2005, p. 39-60.

Ihl Olivier, « Des fêtes sans Dieu. L’enjeu de la laïcité dans les célébrations républicaines du début de la Troisième République », dans Pim Den Boe & Willem Frijhoff (dir.), Lieux de mémoire et identité nationale, Amsterdam, Amsterdam University Press, 1993, p. 227-235.

Jean Gérard, « Dominique Lacombe, curé constitutionnel et évêque métropolitain de Bordeaux (1788-1802) », Revue d’histoire de l’Église de France, vol. 63, nº 170, 1977, p. 93.

Joana Jean, Pratiques politiques des députés français au xixe siècle : du dilettante au spécialiste, Paris, L’Harmatan, « Logiques politiques », 1999.

Jolly Jean (dir.), Dictionnaire des parlementaires français. Notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Paris, Presses universitaires de France, 1960-1977.

Jolly Jean (dir.), Dictionnaire des parlementaires français. Notices biographiques sur les parlementaires français de 1940 à 1958, Paris, Service des archives de l’Assemblée nationale / La Documentation française, 1988 (disponibles sur « Base de données des députés français depuis 1789 », site internet de l’Assemblée nationale et « Les anciens sénateurs », site internet du Sénat).

Julia Dominique, « Le prêtre », dans Michel Vovelle (dir.), L’Homme des Lumières, Paris, Éditions du Seuil, « L’Univers historique », 1996, p. 391-430.

Lagrée Michel & Lemaître Nicole (dir.), Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002.

Lalouette Jacqueline, La Libre pensée en France, 1848-1940, Maurice Agulhon (préf.), Paris, Albin Michel, « Bibliothèque Albin Michel de l’histoire », 1997.

Launay Edmond, Costumes, insignes, cartes, médailles des députés, 1789-1898, André Souyris-Rolland (rév. jusqu’en 1981), Jacques Chaban-Delmas (préf.), Paris, Public-Réalisations, « Guide français des ordres, décorations et médailles », 1981.

Le Béguec Gilles, « L’éloquence française entre politique et juridique », dans Fabrice d’Almeida (éd.), L’Éloquence politique en France et en Italie des années 1870 à nos jours, Rome, École française de Rome, 2001, p. 131-142.

Le Béguec Gilles, « Naissance et développement des groupes parlementaires sous la IIIe République », Parlement[s]. Revue d’histoire parlementaire et politique, [nº 1], « Faut-il tourner le dos à la politique ? », printemps 2003, p. 68-83.

Lemay Edna Hindie (dir.), Dictionnaire des constituants, 1789-1791, Paris, Universitas, 1991.

Lemay Edna Hindie (dir.), Dictionnaire des législateurs, 1791-1792, Mona Ozouf (préf.), Fernay-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle, « Publications du Centre international d’étude du xviiie siècle », 2007.

Marcilhacy Christiane, Le Diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Monseigneur Dupanloup, 1849-1878 : sociologie religieuse et mentalités collectives, Paris, Plon, « Histoire des mentalités », 1962.

Mayeur Jean-Marie, L’Abbé Lemire, 1853-1928. Un prêtre démocrate, Tournai, Casterman, 1968.

Mayeur Jean-Marie, Chaline Jean-Pierre & Corbin Alain (dir.), Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, « Histoire de la France aux xixe et xxe siècles », 2003.

Michel Arlette, « Romantisme, littérature et rhétorique », dans Marc Fumaroli (dir.), Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, 1450-1950, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 1039-1070.

Muller Pierre-Eugène, « L’éloquence de Jaurès et la lexicométrie », dans Fabrice d’Almeida (éd.), L’Éloquence politique en France et en Italie des années 1870 à nos jours, Rome, École française de Rome, 2001, p. 65-78.

Pascal Jean, Les Ecclésiastiques parlementaires français, 1848-1977, Jean Foyer (préf.), Pontoise, Edijac, 1988.

Pastoureau Michel, « Formes et couleurs du désordre : le jaune avec le vert », Médiévales, vol. 2, nº 4, « Ordre et désordre », 1983, p. 62-73.

Pastoureau Michel, L’Étoffe du diable : une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris, Éditions du Seuil, « La librairie du xxie siècle », 1991.

Petit Vincent, Église et nation : la question liturgique en France au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2010.

Petit Vincent, God save la France : la religion et la nation, Paris, Éditions du Cerf, 2015.

Prost Antoine & Rosenzveig Christian, « La Chambre des députés (1881-1885). Analyse factorielle des scrutins », Revue française de science politique, vol. 21, nº 1, 1971, p. 5-50.

Rambaud Romain & Bonnivard Julien, « Histoire du droit des indemnités des élus. Pour une analyse en termes de régimes politiques : vers une fonction publique républicaine sui generis de la représentation politique », communication au congrès de l’Association française de science politique, 2017, en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02321267 (avril 2021).

Robert Adolphe & Cougny Gaston (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, 5 vol., Paris, Bourloton, 1889-1891.

Roussellier Nicolas, Le Parlement de l’éloquence : la souveraineté de la délibération au lendemain de la Grande Guerre, Paris, Presses de Sciences Po, 1997.

Roussellier Nicolas, « La diffusion de l’éloquence en France sous la Troisième République », dans Fabrice d’Almeida (éd.), L’Éloquence politique en France et en Italie des années 1870 à nos jours, Rome, École française de Rome, 2001, p. 41-46.

Ruhlmann Jean, « Comique, éloquence et discours politiques en “voix” de réhabilitation », Histoire@Politique, nº 1, 2007/1, en ligne : https://doi.org/10.3917/hp.001.0009 (avril 2021).

Ruhlmann Jean, « Rire en Chambre : le comique parlementaire au début de la IIIe République », dans Alain Vaillant & Roselyne de Villeneuve (dir.), Le Rire moderne, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 2013, p. 111-128.

Sanson Rosemonde, « Les parlementaires vus par eux-mêmes », dans Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline & Alain Corbin (dir.), Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, « Histoire de la France aux xixe et xxe siècles », 2003, p. 346-358.

Waresquiel Emmanuel de, Un groupe d’hommes considérables : les pairs de France et la Chambre des pairs héréditaires de la Restauration, 1814-1831, Paris, Fayard, 2006.

Notes

1 Un certain nombre d’informations ont été extraites de : Adolphe Robert & Gaston Cougny (dir.), Dictionnaire des parlementaires français comprenant tous les membres des assemblées françaises et tous les ministres français depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889 avec leurs noms, état-civil, états de services, actes politiques, votes parlementaires, etc., Paris, Bourloton, 1889-1891 ; Jean Jolly (dir.), Dictionnaires des parlementaires français. Notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Paris, Presses universitaires de France, 1962-1977, et Dictionnaire des parlementaires français. Notices biographiques sur les parlementaires français de 1940 à 1958, Paris, Service des archives de l’Assemblée nationale / La Documentation française, 1988 ; disponibles sur la « Base de données des députés français depuis 1789 », site internet de l’Assemblée nationale et « Les anciens sénateurs », site internet du Sénat ; Edna Hindie Lemay (dir.), Dictionnaire des constituants, 1789-1791, Paris, Universitas, 1991, Dictionnaire des législateurs, 1791-1792, Mona Ozouf (préf.), Fernay-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle, « Publications du Centre international d’étude du xviiie siècle », 18-19, 2007 ; Auguste Kuscinski, Dictionnaire des conventionnels, publié par Alphonse Aulard, Paris, F. Rieder, 1916-1919 ; Jean Pascal, Les Ecclésiastiques parlementaires français, 1848-1977, Jean Foyer (préf.), Pontoise, Edijac, 1988. Pour une lecture scientifique du Robert et Cougny, voir Hervé Fayat & Nathalie Bayon, « Le “Robert et Cougny” et l’invention des parlementaires », Revue d’histoire du xixe siècle, nº 33, 2006/2, p. 55-78. Sans négliger nécessairement la période révolutionnaire, on considère qu’elle est suffisamment spécifique pour moins la prendre en compte que les périodes ultérieures.

2 Dominique Julia, « Le prêtre », dans Michel Vovelle (dir.), L’Homme des Lumières, Paris, Éditions du Seuil, « L’Univers historique », 1996, p. 391-430 ; Michel Lagrée & Nicole Lemaître (dir.), Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, p. 181-202, 227-246 ; Philippe Boutry, « Paroisses et clergé paroissial en France », dans Benoît Pellistrandi (dir.), L’Histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, 2004, p. 175-200 ; Paul Airiau, « Le prêtre catholique : masculin, neutre, autre ? Des débuts du xixe siècle au milieu du xxe siècle », dans Régis Révenin (éd.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours : contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Alain Corbin (préf.), Paris, Autrement, « Mémoires / Histoire », 2007, p. 192-207 ; Paul Airiau, « La virilité du prêtre catholique : certaine ou problématique », dans Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine & Georges Vigarello (dir.), Histoire de la virilité, 3. Le Triomphe de la virilité : le xixe siècle, Paris, Éditions du Seuil, « L’Univers historique », 2011, p. 241-254 ; Séverine Blenner-Michel, « Une élite dans la France du xixe siècle : les évêques concordataires face au modèle romain (1802-1906) », thèse d’histoire, Jean-Marie Mayeur (dir.), Paris, Université Paris IV Sorbonne, 2006.

3 « Chambre des députés », Journal des débats politiques et littéraires, 24 mars 1847, p. 3 ; « Chambre des députés », Le Constitutionnel, 24 mars 1847, p. 3 ; « Chambre des députés », La Presse, 24 mars 1847, p. 2 ; « Chambre des députés », Le Moniteur universel. Journal officiel de la République française, 24 mars 1847, p. 584.

4 « Chambre des députés », Le Journal des débats politiques et littéraires, 24 juin 1847, p. 3 ; « Chambre des députés », Le Constitutionnel, 24 juin 1847, p. 3 ; « Chambre des députés », La Presse, 24 juin 1847, p. 2.

5 La Nation et le clergé, Paris, Chez Perrotin, p. 7.

6 « Assemblée nationale », Journal des débats politiques et littéraires, 6 septembre 1848, p. 2-3 ; « Assemblée nationale », La Presse, 6 septembre 1848, p. 1-2 ; « Assemblée nationale », Le Moniteur universel, 6 septembre 1848, p. 2320-2321. Une mention du Journal des débats peut laisser penser à une autre explication à l’hilarité : Crémieux demande la parole juste après Fayet, mais Coquerel monte à la tribune et demande la parole ; Victor Hugo, Choses vues, Jean-Claude Nabet, Caroline Raineri, Guy Rosa & Carine Trévisan (éd.), dans Œuvres complètes. Histoire, Sheila Gaudon (prés.), Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1987, p. 1079-1080.

7 JO : « Séance du samedi 22 juillet 1871 », vol. 4, p. 260 ; « Séance du mercredi 8 mai 1872 », vol. 11, p. 277 ; « Séance du mardi 22 juillet 1873 », vol. 15, p. 331 ; « Séance du samedi 5 décembre 1874 », vol. 35, p. 57.

8 JO, 24 janvier 1881, p. 31-33 [32].

9 JO, 25 novembre 1881, p. 2087-2088.

10 « Chambre des députés. Séance du vendredi 2 juillet 1880 », Annales du Sénat et de la Chambre des députés, vol. 9, p. 271 (citation) ; JO, 23 novembre 1883, p. 2430, 3 février 1889, p. 284.

11 JO, 12 mai 1885, p. 791.

12 JO : 29 mai 1896, p. 774 ; 28 novembre 1897, p. 2619 ; 22 janvier 1898, p. 135 ; 22 novembre 1898, p. 2237 ; 16 novembre 1897, p. 2438 ; 25 janvier 1910, p. 268 ; 28 février 1899, p. 513 ; 12 décembre 1897, p. 2851 ; 17 novembre 1897, p. 2456.

13 JO : 24 janvier 1925, p. 261 ; 28 mars 1929, p. 1397 ; 25 juillet 1936, p. 2136 ; 18 octobre 1922, p. 2678 ; 3 mars 1938, p. 738.

14 JO, 9 février 1949, p. 400-404.

15 JO, 22 novembre 1959, p. 2777.

16 « Assemblée nationale », Le Moniteur universel, 6 septembre 1848, art. cité, p. 2321.

17 Annales du Sénat et de la Chambre des députés, 24 décembre 1880, p. 186.

18 « Chambre des députés », Le Moniteur universel, 24 mars 1848, p. 584 ; « Chambre des députés », Journal des débats politiques et littéraires, 24 mars 1847, p. 3 ; « Chambre des députés », Le Constitutionnel, 24 mars 1847, p. 3 ; « Chambre des députés », La Presse, 24 mars 1847, p. 2.

19 « Assemblée nationale », Le Moniteur universel, 11 août 1848, p. 1968.

20 JO, 14 novembre 1883, p. 1580-1581.

21 Journal des débats politiques et littéraires, 14 mai 1848, p. 1 ; « Assemblée nationale », Le Moniteur universel, 14 mai 1848, p. 1039.

22 Edmond Launay, Costumes, insignes, cartes, médailles des députés, 1789-1898, André Souyris-Rolland (rév. jusqu’en 1981), Jacques Chaban-Delmas (préf.), Paris, Public-Réalisations, « Guide français des ordres, décorations et médailles », 1981 ; Alain Di Stefano, Histoire des insignes et des costumes des sénateurs, Alain Poher (préf.), Paris, Public-Réalisations, « Guide français des ordres, décorations et médailles », 1980 ; Guillaume Courty, « Quand l’habit faisait le parlementaire (1789-1875). Sociologie des formes sensibles des institutions », site Academia.edu [en ligne].

23 L’abbé Grégoire prète [sic], le premier serment de fidélité à la Constitution civile du clergé et invite les curés et les évêques à imiter son exemple, estampe, s. d. [1791 ?], Bibliothèque nationale de France (BNF), coll. Hennin 10617, représente l’écrasante majorité des députés ecclésiastiques en soutane, avec quelques-uns en habit avec rabat.

24 « Assemblée nationale législative. Séance du vendredi 6 avril, au matin », « Assemblée nationale législative. Séance du lundi 9 avril 1792 », dans Archives parlementaires de 1789 à 1860. Première série (1787 à 1799), 61. Du 31 mars 1793 au 12 avril 1793, Paris, Paul Dupont, 1893, p. 231-251, 385 ; Auguste Roussel, Un évêque assermenté (1790-1802) : Le Coz, évêque d’Ille-et-Vilaine, métropolitain du Nord-Ouest, Paris, Lethielleux, 1898, p. 96, 98 ; Jean Gérard, « Dominique Lacombe, curé constitutionnel et évêque métropolitain de Bordeaux (1788-1802) », Revue d’histoire de l’Église de France, vol. 63, nº 170, 1977, p. 93 ; Mémoires ecclésiastiques, politiques et littéraires de M. Grégoire, ancien évêque de Blois, Hippolyte Carnot (éd.), Paris, Ambroise Dupont, 1837, p. 423 ; dans sa « Notice historique sur Grégoire », p. 92, placée en tête des Mémoires, Carnot affirme qu’il a présidé la Convention en soutane violette. François Bonneville, Grégoire : député du département de Loir et Cher à la Convention nationale, estampe gravée par Jean-Baptiste Gautier, Paris, entre 1793 et 1796 (BNF, coll. De Vinck 2708, coll. Hennin 16456), représente Grégoire en costume civil.

25 Edmond Launay, Costumes, insignes, cartes, médailles des députés, 1789-1898, op. cit., p. 34. Aucun député ecclésiastique n’apparaît sur les estampes de Pierre Gonord, coll. des Portraits des Membres Composant le Corps Législatif en l’An 7e, Paris, 1799 (BNF, coll. De Vinck, 6666-6671).

26 Emmanuel de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables : les pairs de France et la Chambre des pairs héréditaires de la Restauration, 1814-1831, Paris, Fayard, 2006, ill. h.-t. « Pavane pour une élite défunte », nº 60, 128, 129, 151, 162, 164, 180, 198, 213. et ill. h.-t. après la p. 110. Charles Motte, « Le bon et loyal député de 1819 » C’est l’abbé Grégoire, l’ex-conventionnel, élu député de l’Isère, s. l., estampe, 1819 (BNF, coll. De Vinck 10497), représente l’abbé Grégoire mi-parti en soutane, mi-parti en sénateur, avec le visage de Napoléon et un bonnet phrygien en tête.

27 « Nº 301 – Arrêté qui règle le costume des Représentants du Peuple », Bulletin des lois de la République française, nº 32, [3 mai 1848], p. 326 ; Le Moniteur universel, 2 mai 1848, p. 921 ; Journal des débats politiques et littéraires, 1er mai 1848, p. 1 ; « Assemblée nationale », Journal des débats politiques et littéraires, 5 mai 1848, p. 1 ; « Esquisses parlementaires », L’Illustration, journal universel, 27 mai 1848, p. 202 ; les représentants détermineront leur costume les 12 et 20 mai 1848 (notamment le port d’une écharpe tricolore dans les cérémonies officielles : Le Moniteur universel, 13 et 21 mai 1848, p. 1030, 1111).

28 Fayet en redingote sans rabat, en calotte et avec une discrète croix pectorale : Auguste Pichon, M. Fayet, représentant du peuple (Lozère), Paris, imprimerie Domnec, lithographie, s. d. [1848 ou 1849] (arch. dép. Lozère, 1 Fi Ecclésiastiques 5 – absent dans BNF, coll. De Vinck, alors que d’autres portraits de représentants, du même graveur, s’y trouvent) ; Fayet en soutane, calotte, croix pectorale, insigne de représentant du peuple, ceinture, sans rabat : Mgr Fayet, évêque d’Orléans, né à Mende, 1786-1849, député de la Lozère (1848) (après 1849), Mende, J. B. Gourdon phot., coll. Galerie Lozérienne publiée sous le Patronage du Conseil général et de la Société d’agriculture, arts et sciences de la Lozère, s. d. (arch. dép. Lozère, 2 Fi Ecclésiastiques 14). Selon Alfred de Falloux, Mémoires d’un royaliste, Paris, Librairie académique Didier, Perrin et Cie, 1888, vol. 1, p. 307, Fayet portait « le petit collet de l’ancien régime » à l’ouverture de l’Assemblée. On peut deviner Lacordaire (en haut à droite des tribunes des députés) dans l’estampe de Charles Fichot, Première séance de l’Assemblée nationale, appartenant à la série Fêtes et cérémonies de la République française, Paris, Gihaut, 1848 (BNF, coll. De Vinck 14066). Henri Cabane, Histoire du clergé pendant la Révolution de 1848 : de la chute de Louis-Philippe à l’élection de Louis Bonaparte, 24 février-20 décembre 1848, Paris, Librairie Bloud et Cie, 1908, p. 147.

29 « Assemblée nationale. Présidence du citoyen Buchez. Séance du samedi 13 mai », Le Moniteur universel, 14 mai 1848 ; Alfred de Falloux, Mémoires d’un royaliste, op. cit., vol. 1, p. 311. Représentation illustrée : série Annales de la République française, 1848 ; Victor Adam, Proclamation de la République, New York / Paris / Londres, Goupil, Vibert & C° / Goupil, Vibert & Cie / E. Gambart & C°, 1848, BNF, De Vinck 14068 (Lacordaire sur les marches à gauche) ; « Assemblée nationale. Présidence du citoyen Buchez. Séance du samedi 13 mai », Le Moniteur universel, 14 mai 1848, p. 1039 ; Journal des débats politiques et littéraires, 14 mai 1848, p. 1.

30 « M. l’abbé Déclais et M. Ledru-Rollin », L’Ordre et la Liberté, 26 mai 1848, p. 4 ; « La soutane de M. l’abbé Desclais », L’Ordre et la Liberté, 30 mai 1848, p. 4.

31 Edmond Biré, Mes souvenirs, 1848-1870, Paris, Jules Lamarre, 1908, p. 10 ; Souvenirs de Alexis de Tocqueville publiés par le comte de Tocqueville, Paris, Calmann-Lévy, 1893, p. 157 ; Charles Guillemant, Pierre-Louis Parisis, 2. Le Champion de l’Église, Marconne-les-Hesdin / Paris, Librairie Brunet / Librairie Lecoffre, 1917, p. 284-285. Lacordaire est représenté sur une estampe de François Bonhommé, 15 mai 1848. Dédié à l’Assemblée nationale, imprimerie Lemercier, 1848 (BNF, coll. De Vinck 14197 – avec annotations précisant sa présence), sur une gravure de cette même estampe par Beyer, imprimerie Lemercier (BNF, coll. De Vinck, 14198), et dans la série Annales de la République française, 1848, Victor Adam & Jules Arnout, L’Assemblée nationale en permanence, New York / Paris / Londres, Goupil, Vibert & C° / Goupil, Vibert & Cie / E. Gambart & C°, 1848 (BNF, coll. De Vinck 14208 – en bas à gauche ; au second rang, un évêque de dos repérable à sa calotte et sa cape).

32 Charles de Riancey, « Ouverture de la session de 1852 », L’Ami de la religion et du Roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, 30 mars 1852, p. 756 (il manque un cardinal, car Mathieu est à Rome pour le consistoire du 18 mars durant lequel il reçoit son chapeau) ; « Installation of the Senate and Legislative Corps in the Salle des Maréchaux, palace of the Tuileries », The Illustrated London News, 3 avril 1852, p. 272, représente un évêque assis au premier plan, mais il est difficile de savoir si c’est un sénateur ou un invité (BNF, coll. De Vinck, 16121) ; aucun prélat visible sur la lithographie de A. Provost, Salle des Maréchaux au palais des Tuileries. Installation et prestation de serment des grands corps de l’État, le 29 mars 1852, Paris, Imprimerie Auguste Bry, 1852 (BNF, coll. De Vinck, 16122).

33 Jules Gaildrau, Ouverture de la session législative de 1859, par S. M. l’Empereur, dans la nouvelle salle des États, au Palais du Louvre, le 7 février 1859, paru dans L’Illustration, février 1859, p. 105 (BNF, coll. De Vinck, 17720).

34 Alain Di Stefano, Histoire des insignes et des costumes des sénateurs, op. cit., p. 67, donne une longue citation du discours du rapporteur de la commission du règlement, le 15 mai 1852.

35 Jean-Marie Mayeur, L’Abbé Lemire, 1853-1928. Un prêtre démocrate, Tournai, Casterman, 1968, p. 496 ; Marie Aynié, « Quelle tenue en séance ? Les transgressions du député en blouse, Christophe Thivrier », Parlement[s], Revue d’histoire politique, « Transgresser en politique », nº 23, 2016/1, p. 95-113 ; JO, 13 décembre 1944, p. 496.

36 B.D., « Une bombe à la Chambre. Après l’explosion. Les blessés dans la salle des pas-perdus », Le Petit Parisien. Supplément littéraire illustré, 17 décembre 1893, p. 401 (Lemire à l’arrière-plan à droite) ; « Explosion d’une bombe à la Chambre des députés », Le Petit Parisien. Supplément littéraire illustré, 21 décembre 1893, p. 412-413 (Lemire au premier plan à gauche) ; Moulignié, « Paris. Explosion de dynamite à la Chambre des députés (Séance du 9 décembre) », Le Monde illustré, 16 décembre 1893, p. 392-393 (Lemire p. 392 à l’arrière-plan au centre) ; Félix Dhernart ?, « La dynamite à la Chambre. L’explosion », Le Petit Journal. Supplément illustré, 23 décembre 1893, p. 401 (Lemire au centre à l’arrière-plan les bras en croix) ; « L’explosion du Palais-Bourbon. L’abbé Lemire recevant les premiers soins dans le 3e bureau converti en ambulance », L’Illustration, 15 décembre 1893, p. 536 (avec des chaussures à boucle). Photographie de presse de l’Agence Roll de la première séance du gouvernement Ribot (qui chute le jour même), 12 juin 1914 (BNF, coll. Rol 39916), où l’on repère, très attentif à l’orateur, Lemire (au centre à droite, au cinquième banc).

37 Hulst : par exemple Pépin, « Persécution religieuse », Le Grelot, 3 avril 1892, p. 1 ; Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire. Cahiers 1893-1928, Hazebrouck, Mémoire de l’abbé Lemire, 2013, vol. 2, p. 1224. La transformation visuelle s’observe sur Les Députés alsaciens et lorrains dans la cour d’honneur du Palais-Bourbon, photographie de presse Agence Meurisse, 1919 (BNF, coll. Meurisse, 77345). Wetterlé : Abbé Wetterlé, photographie de presse Agence Roll, 1916 (BNF, coll. Rol, 47185) ; L’Abbé Wetterlé en civil, photographie de presse Agence Meurisse (BNF, coll. Meurisse, 67632) ; « Une séance historique », Le Petit Journal, 12 novembre 1918, p. 2.

38 Jean Pascal, Les Ecclésiastiques parlementaires français, 1848-1977, op. cit., p. 355.

39 JO, 5 novembre 1907, p. 2033.

40 H. Valoys, « La Chambre. L’interpellation sur la politique générale », Le Journal, 13 juin 1902, p. 2 ; F. H., « Courrier parlementaire. Chambre des députés », La Croix, 14 juin 1902, p. 2 ; JO, 13 juin 1902, p. 1830.

41 JO : 13 mars 1903, p. 1121 ; 7 juin 1905, p. 2049 ; 6 septembre 1919, p. 4177 ; 20 mars 1925, p. 1726.

42 JO, 24 janvier 1902, p. 138.

43 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 1, p. 21, 44-45, 58, 89, 126, 233, 302.

44 Victor Hugo, Choses vues, op. cit., p. 1085 ; Lamennais représentant du peuple, Chez Deshayes, 1848 ; Lamennais. Exposition organisée pour le centième anniversaire de sa mort, Julien Cain (préf.), Paris, BNF, 1954, p. 49-50 ; 58-59. Dessin de Cham dans Auguste Lireux, Assemblée nationale comique, Paris, Michel Lévy Frères, 1850, p. 127 ; Buffet, La Montagne, Paris, Léotaux (BNF, coll. De Vinck, 14400) ; République française – Montagne de 1848, Paris, Lith. Deshayes édit. r. du Petit-Pont, 21, s. d. (BNF, coll. de Vinck, 14402) ; Les Républicains de la montagne de 1848. (Assemblée constituante), Saint-Gaudens, Casse frères, Paris, A. Bes et F. Dubreuil, s. d. (BNF, coll. De Vinck, 14403) ; La Montagne, s. l. n. d. (BNF, coll. De Vinck, 14405) ; Buffet, La Montagne de 1849, Paris, Léotaud Quai Saint-Michel 11, s. d. (BNF, coll. De Vinck, 14406).

45 Souvenirs de Alexis de Tocqueville publiés par le comte de Tocqueville, op. cit., p. 265.

46 Pierre Joigneaux, Souvenirs historiques, Paris, Marpon et Flammarion, 1891, vol. 1, p. 290 (plutôt proche de Hugo, Choses vues, op. cit., p. 1070, 1225).

47 Michel Pastoureau, « Formes et couleurs du désordre : le jaune avec le vert », Médiévales, vol. 2, nº 4, « Ordre et désordre », 1983, p. 62-73.

48 Zapeck, « En blouse », Le Radical, 22 octobre 1889, p. 1 ; version différente dans Francis Chevassu, « Mgr d’Hulst », Le Figaro, 23 mars 1892, p. 1.

49 JO, 2 octobre 1936, p. 2878.

50 Charles Guillemant, Pierre-Louis Parisis, 2. Le Champion de l’Église, op. cit., p. 394-395.

51 Lettre à un correspondant non identifié (abbé Pisani sans doute ?), dans Émile Cavé, Mgr d’Hulst, député, Paris, Poussielgue, 1898, p. 26.

52 JO, 28 novembre 1899, p. 1965.

53 JO, 14 avril 1911, p. 2037.

54 JO, 10 novembre 1961, p. 4175.

55 Position un peu différente lors du débat sur la loi Haby (JO, 20 juin 1975, p. 4412).

56 JO, 22 février 1945, p. 155.

57 JO, 10 décembre 1958, p. 3.

58 JO, 25 juin 1960, p. 1528, 1530.

59 Jean Joana, Pratiques politiques des députés français au xixe siècle : du dilettante au spécialiste, Paris, L’Harmatan, « Logiques politiques », 1999, p. 28-53, 89-191 ; Éric Bonhomme, « Les carrières locales », Jean-Claude Drouin, « Éléments d’une sociabilité », dans Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République, 1870-1940 : portrait de groupe, Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995, p. 133-141, 145-172 ; Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline & Alain Corbin (dir.), Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, « Histoire de la France aux xixe et xxe siècles », 2003, p. 45-63, 65-85, 167-195, 221-238, 241-262, 295-325 ; François Grèzes-Rueff, La Culture des députés français (1910-1958) : essai de typologie, Jean Estèbe (préf.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, « Tempus », 1994.

60 François Grèzes-Rueff les place parmi les « spécialistes », mais juge qu’il aurait pu tout aussi bien les situer dans les « littéraires » (ibid., p. 153).

61 Romain Rambaud & Julien Bonnivard, « Histoire du droit des indemnités des élus. Pour une analyse en termes de régimes politiques : vers une fonction publique républicaine sui generis de la représentation politique », communication au congrès de l’Association française de science politique, 2017 [en ligne] ; Pierre Guiral & Guy Thuillier, La Vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, Paris, Hachette, « La vie quotidienne », 1980, p. 79-114 ; Yves Billard, Le Métier de politique sous la IIIe République, Jean-Marie Mayeur (préf.), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, « Études », 2003, p. 193-202.

62 Si l’on prend en compte les carrières allemandes des députés d’Alsace-Moselle, la durée peut être importante : douze ans pour Hackspill, dont sept ans au Landtag ; vingt-neuf ans pour Muller, dont huit ans au Landtag ; vingt-deux ans pour Wetterlé dont dix-sept au Reichstag ; vingt-sept ans pour Delsor, dont vingt au Reichstag.

63 Charles Beslay, Mes souvenirs : 1830-1848-1870, Guillaume de Bertier de Sauvigny (prés.), Paris / Genève, Slatkine Reprints, « Ressources », 1979, p. 172-174, 234 ; F. Moigno, « Bulletin des sciences », La Presse, 30 avril 1849, p. 1-2 ; Joseph Zemb. Témoin de son temps : le chanoine Eugène Muller. L’Alsace de 1861-1948, Paris, Éditions Alsatia, 1961, p. 102-147.

64 Jean Pascal, Les Ecclésiastiques parlementaires français, 1848-1977, op. cit., p. 374.

65 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 1, p. 233.

66 Sur l’importance des enjeux cultuels : Vincent Petit, Église et nation : la question liturgique en France au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2010.

67 A. Gros, « Le coup d’État du 2 décembre 1851 vu par un député protestataire », Revue du Nord, vol. 52, nº 206, juillet-septembre 1970, p. 381 ; Chanoine Le Clanche, Correspondance de M. J. Jaffré, chanoine honoraire, recteur de Guidel, député à l’Assemblée nationale. Lettres à Madame la marquise de Saint-Pierre, lettres à ses amis, lettres parlementaires, Vannes, Imprimerie Lafolye Frères, 1911, p. 94, 109, 253 ; François Lagrange, Vie de Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, membre de l’Académie française, Paris, Poussielgue, vol. III, p. 266, 322, 340, 345-346.

68 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, Robert Schuman (avant-propos), chanoine Dutroncy (introd.), Denise Aimé-Azam (notes), Paris / Genève, La Palatine, 1960, p. 36 ; Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 1, p. 47, 72, 129, 174, 270, 273, 274, 298.

69 L’obligation de résidence (avec exceptions) a été établie par le chapitre 1 des décrets de réformation des 6e et 23e sessions du concile de Trente (1547, 1563). C’est aussi une prescription des articles organiques (article 20). François Robitaille, Vie de Monseigneur P.-L. Parisis, évêque d’Arras, de Boulogne et de Saint-Omer, Arras, E. Bradier, 1866, p. 127 ; Charles Guillemant, Pierre-Louis Parisis, 2. Le Champion de l’Église, op. cit., p. 276.

70 Caroline Chopelin-Blanc, « Discours de Fauchet contre les prêtres insermentés (26 octobre 1791) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, « Clergé et politique en France (xvie-xixe siècles) », nº 3, 2010 (vol. hors-série nº 6), p. 165-173.

71 A. Artaud, « Gay-Vernon, évêque constitutionnel et député de la Haute-Vienne », « Gay-Vernon, évêque constitutionnel et député de la Haute-Vienne (suite) », « Gay-Vernon, évêque constitutionnel et député de la Haute-Vienne (suite et fin) », La Révolution française, nº 27, octobre 1894, p. 314-334 (331-333), novembre 1894, p. 447-467, 12/1894, p. 502-531 (avec une erreur p. 450 sur les circonstances du dépôt des atours épiscopaux : après le discours de Torné et non le rapport de Gaudin, erreur reproduite dans A. Fray-Fournier, « Revue des livres. Gay-Vernon, évêque constitutionnel et député de la Haute-Vienne, d’après un travail récent de M. A. Artaud », Le Bibliophile limousin, p. 45). Auguste Roussel, Un évêque assermenté, op. cit., p. 60-61 ; Jean Gérard, « Dominique Lacombe, curé constitutionnel et évêque métropolitain de Bordeaux (1788-1802) », art. cité, p. 93. Caroline Chopelin-Blanc, « La prise de parole des évêques-députés à l’Assemblée législative (1791-1792) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, nº 3, 2010 (hors-série nº 6), p. 118-134.

72 François Robitaille, Vie de Monseigneur P.-L. Parisis, op. cit., p. 123-150 ; Charles Guillemant, Pierre-Louis Parisis, 2. Le Champion de l’Église, op. cit., p. 425.

73 Christiane Marcilhacy, Le Diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Monseigneur Dupanloup, 1849-1878 : sociologie religieuse et mentalités collectives, Paris, Plon, « Histoire des mentalités », 1962, p. 444-449, 501-547 ; Eugène Terrien, Mgr Freppel, sa vie, ses ouvrages, ses œuvres, son influence et son temps, d’après des documents inconnus et inédits, 1827-1891, Mgr Joseph Rumeau (préf.), Angers, chez l’auteur, 1931-1932, vol. 2, p. 488-489, 494, 501, 684-685.

74 Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, Paris, Ancienne Libraire Poussielgue, J. de Gigord, 1914, vol. 2, p. 355, note 2, p. 443-461, 574.

75 [Gustave] Baguenault de Puchesse, « Le vicomte de Melun. Souvenirs et correspondance », Le Correspondant, 10 février 1882, note 1, p. 451 ; « Nouvelles religieuses », L’Ami de la religion et du roi, 9 mars 1850, p. 316 ; « Nouvelles religieuses », L’Ami de la religion et du roi, 8 mars 1851, p. 564 ; « Nouvelles diverses », Le Constitutionnel, 22 février 1851, p. 2 ; « Paris », Journal des débats politiques et littéraires, 26 décembre 1848, p. 3, 31 janvier 1849, p. 2, 10 février 1849, p. 3, 2 mars 1849, 8 mars 1850, p. 2 ; Pitre-Chevalier, « Les prédicateurs de Paris. L’abbé F. Fournier, membre de l’Assemblée nationale », Musée des familles, vol. 16, février 1849, p 153-157 ; Abbé Pothier, Vie de Mgr Fournier, évêque de Nantes, Paris, 1901 ; Clovis Boulard, « Nécrologie. M. l’abbé Fréchon », [Société des antiquaires de la Morinie], Bulletin historique, 1re livraison, janvier-mars 1852, p. 28 ; Joseph-Marie Téphany, Vie de Mgr Joseph-Marie Graveran, évêque de Quimper et de Léon, dédiée à Mgr René-Nicolas Sergent, évêque de Quimper et de Léon, avec une notice sur M. l’abbé Dumoulin, émigré en Bohême en 1793, et le récit de la mort sur l’échafaud en 1794 de M. Raguénés, prêtre de Crozon, Paris, Louis Vivès, 1870, p. 176 ; Abbé Lucien Rossi, Notice sur Mgr du Marhallac’h, protonotaire apostolique, vicaire-général du diocèse de Quimper ancien aumônier de mobiles, ancien député, chevalier de la Légion d’honneur, Quimper, Typographie Arsène de Kerangal, 1891, p. 24 ; Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 1, p. 540-541 ; François Veuillot, « Le chanoine Louis, député de la Moselle », Almanach catholique français pour 1925 publié sous le patronage du Comité catholique des Amitiés françaises à l’étranger, Paris, Librairie Bloud & Gay, 1925, p. 205.

76 Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, op. cit., vol. 2, p. 403-404.

77 Pascal Dupuy, « La fête de la Fédération entre témoignages et histoire », Philippe de Carbonnières, « Iconographie de la fête de la Fédération », dans Pascal Dupuy (dir.), La Fête de la Fédération, Mont-Saint-Aignan, Publication des Universités de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », 2012, p. 11-25, 73-114.

78 « Revue et nouvelles ecclésiastiques. Récit de la cérémonie funèbre du 6 juillet », L’Ami de la religion et du roi, 7 juillet 1848, p. 61-62 ; « Cérémonie de la promulgation de la Constitution sur la place de la Concorde », L’Ami de la religion et du roi, 14 novembre 1848, p. 434-436 ; « Promulgation solennelle de la Constitution », L’Alliance, 21 novembre 1848, p. 3 ; « Chronique locale et de l’Ouest », Le National de l’Ouest, 22 novembre 1848, p. 2 ; « Funérailles du maréchal Bugeaud aux Invalides », Le Constitutionnel, 20 juin 1849, p. 1.

79 Francisque Sarcey, « Les prières publiques », Le xixe siècle, 19 janvier 1882, p. 1 ; L’Univers, 19 janvier 1882, p. 1 ; Vincent Petit, God save la France : la religion et la nation, Paris, Éditions du Cerf, 2015, p. 97-98 ; Olivier Ihl, « Des fêtes sans Dieu. L’enjeu de la laïcité dans les célébrations républicaines du début de la Troisième République », dans Pim Den Boe & Willem Frijhoff (dir.), Lieux de mémoire et identité nationale, Amsterdam, Amsterdam University Press, 1993, p. 231, note 11.

80 Rosemonde Sanson, « Les parlementaires vus par eux-mêmes », dans Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline & Alain Corbin (dir.), Les Parlementaires de la Troisième République, op. cit., p. 346-358 ; Pierre Guiral & Guy Thuillier, La Vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, op. cit., p. 115-146, 221-256. Il y a bien sûr énormément à prendre dans Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit.

81 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 1, p. 545-550.

82 Correspondance de Le Coz, évêque constitutionnel d’Ille-et-Vilaine publiée pour la Société d’histoire contemporaine par le P. Roussel de l’Oratoire, Paris, A. Picard et fils, vol. 1, 1900, p. 16-60 ; André Gaillemin, Un prêtre député : le chanoine L. Polimann, Paris, La Pensée universelle, 1973, p. 85, note 1 ; Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, op. cit., vol. 2, p. 403-404 ; Jean-Marie Mayeur, L’Abbé Lemire, 1853-1928. Un prêtre démocrate, op. cit., p. 412 ; Jean Pascal, Les Ecclésiastiques parlementaires français, 1848-1977, op. cit., p. 375, 378.

83 Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, op. cit., vol. 2, p. 397-398 ; « Le ministre de la Marine à Brest », La Croix, 5 août 1898, p. 2 ; Alexis Durand, « M. Lockroy à Brest », Le Figaro, 4 août 1898, p. 3.

84 Sur l’importance des savoir-faire administratifs, voir Jean Joana, Pratiques politiques des députés français au xixe siècle : du dilettante au spécialiste, op. cit., p. 68-86

85 Saint-Réal, « L’évêque d’Angers », Le Gaulois, 23 décembre 1891, p. 2.

86 « Assemblée nationale », Le Moniteur universel, 27 juin 1848, p. 1503, et « Assemblée nationale », Le Constitutionnel, 27 juin 1848, p. 2, ne font pas part d’autant d’indignation de la part des députés que « Assemblée nationale », Journal des débats politiques et littéraires, 27 juin 1848, p. 1, et surtout « Assemblée nationale », Le Siècle, 27 juin 1848, p. 4. Charles Guillemant, Pierre-Louis Parisis, 2. Le Champion de l’Église, op. cit., p. 287, suit plutôt la version du Siècle.

87 Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, op. cit., vol. 2, p. 438-440.

88 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 21, 89.

89 Alfred Baudrillart, Vie de Mgr d’Hulst, op. cit., p. 386.

90 Chanoine Le Clanche, Correspondance de M. J. Jaffré..., op. cit., lettre à l’abbé Guillaumet, p. 250-251. Pour une étude de la Chambre de 1881-1885, avec mention de Freppel comme presque toujours opposé aux opportunistes au pouvoir, Antoine Prost & Christian Rosenzveig, « La Chambre des députés (1881-1885). Analyse factorielle des scrutins », Revue française de science politique, vol. 21, nº 1, 1971, p. 5-50.

91 Philippe Boutry & Alain-René Michel, « La religion », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, 3. Sensibilités, Paris, Gallimard, « NRF Essais », 1992, p. 648-695.

92 Charles Guillemant, Pierre-Louis Parisis, 2. Le Champion de l’Église, op. cit., p. 432-424.

93 JO, 1er mai 1894, p. 672.

94 JO : 15 décembre 1883, p. 2831-2833 ; 19 décembre 1883, p. 2904. « L’incident Freppel », Le Gaulois, 19 décembre 1883, p. 1 ; Camille Pelletan, « La fin d’un malentendu », Édouard Durranc, « La Chambre », La Justice, 20 décembre 1883, p. 1 ; N. Doges, « La Chambre », Le Radical, 20 décembre 1883, p. 2 ; A. Savarus, « Les coulisses de la politique. La Séance de la Chambre. Les vingt millions du Tonkin », La Lanterne, 20 décembre 1883, p. 1 ; « Les coulisses de la politique. Les couloirs de la Chambre », La Lanterne, 21 décembre 1883, p 1 ; « M. Freppel archevêque de Tours », Le Petit Parisien, 21 décembre 1883, p. 1 ; « Coulisse des Chambres », Le Radical, 20 décembre 1883 ; Pierre Veuillot, article sans titre, L’Univers, 20 décembre 1883, p. 1 ; « La Séance. La Chambre », Le Siècle, 19 décembre 1883, p. 2 ; L’Univers, 24 décembre 1883, reproduisant Le Tirailleur.

95 « Lettre de Mgr d’Hulst », L’Univers, 28 juillet 1894, p. 1.

96 Christiane Marcilhacy, Le Diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Monseigneur Dupanloup, 1849-1878, op. cit., p. 498-500 ; Étienne Cornu, Mgr Freppel, d’après des documents intimes et inédits, Paris, Victore Retaux et Fils, 1893, p. 348-370 ; Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 21, 49.

97 Gilles Le Béguec, « Naissance et développement des groupes parlementaires sous la IIIe République », Parlement[s]. Revue d’histoire parlementaire et politique, [nº 1], « Faut-il tourner le dos à la politique ? », printemps 2003, p. 68-83.

98 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 72.

99 Arlette Michel, « Romantisme, littérature et rhétorique » ; Françoise Douay-Sublin, « La rhétorique en France au xixe siècle à travers ses pratiques et ses institutions : restauration, renaissance, remise en cause » ; Antoine Compagnon, « La rhétorique à la fin du xixe siècle (1875-1900) », dans Marc Fumaroli (dir.), Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, 1450-1950, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 1039-1070, 1071-1214, 1215-1260.

100 Jean Joana, Pratiques politiques des députés français au xixe siècle : du dilettante au spécialiste, op. cit., p. 92-95, 105-108, 144-148 ; Nicolas Roussellier, Le Parlement de l’éloquence : la souveraineté de la délibération au lendemain de la Grande Guerre, Paris, Presses de Sciences Po, 1997 ; Jean-Marc Guislin, « L’éloquence parlementaire aux débuts de la IIIe République », Parlement[s], Revue d’histoire politique, nº 3, 2005, p. 39-60 et « Parlementarisme et violence rhétorique dans les années 1870 », Revue du Nord, vol. 80, nº 326-327, juillet-décembre 1998, p. 697-727 ; Fabrice d’Almeida, « Introduction. Pour une chronologie de l’éloquence démocratique », Jean-Marc Guislin, « Techniques rhétoriques des parlementaires français au début de la IIIe République », Nicolas Roussellier, « La diffusion de l’éloquence en France sous la Troisième République », Pierre-Eugène Muller, « L’éloquence de Jaurès et la lexicométrie », Gilles Le Béguec, « L’éloquence française entre politique et juridique », dans Fabrice d’Almeida (éd.), L’Éloquence politique en France et en Italie des années 1870 à nos jours, Rome, École française de Rome, 2001, p. 1-14, 24-40, 41-46, 65-78, 131-142.

101 Jacques Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997, p. 359-360.

102 Journal des débats politiques et littéraires, 3 juillet 1880, p. 1 ; Albert Savarus, « Les Chambres. La Journée parlementaire. La Chambre », La Lanterne, 3 juillet 1880, p. 1-2 ; Albert Millaud, « Gazette de la Chambre. 2 juillet 1880. Mgr Freppel », Le Figaro, 3 juillet 1880, p. 1-2 [citation] ; Journal des débats politiques et littéraires, 3 juillet 1880, p. 2 [citation] ; Gaston Jollivet, « La Chambre des députés », Le Gaulois, 3 juillet 1880, p. 2.

103 Jules Cornély, « Mgr Freppel », Le Gaulois, 23 décembre 1891, p. 1 ; Mgr Antoine Ricard, Mgr Freppel, Paris, E. Dentu, 1892, p 165-166.

104 « Chambre des députés », Journal des débats politiques et littéraires, 27 mars 1892, p. 2 ; J. Cornély, « Dans les Églises », anonyme, « Chambre des députés », Le Gaulois, 27 mars 1892, p. 1, 2 ; Pas-perdus, « La Chambre », Le Figaro, 27 mars 1892, p. 2 ; « Chambre des députés », Le Temps, 29 mars 1892, p. 3 ; J. Cornély, « Mgr d’Hulst. Mort du député de Brest », Le Gaulois, 8 novembre 1896, p. 1 ; J. M., « Chambre des députés », La Croix, p. 2 ; « Biographie de Mgr d’Hulst », La Croix Supplément, 10 novembre 1896, p. 1 ; Eugène Tavernier, L’Univers, 28 mars 1892, p. 1 ; Pierre Veuillot, L’Univers et Le Monde, 6 novembre 1869, p. 1.

105 « L’affaire de Saint-Merri à la Chambre », Le xixe siècle, 28 mars 1892, p. 1 ; jugement aussi sévère dans « Mort de l’abbé d’Hulst », Le xixe siècle, 9 novembre 1896, p. 1 (publié sous le même titre dans Le Rappel, 9 novembre 1896, p. 1) ; Lucien Victor-Meunier, « L’interpellation d’hier », Le Rappel, 28 mars 1892, p. 1 ; « Question religieuse. Le cléricalisme devant la Chambre », « M. d’Hulst. Le successeur de M. Freppel », La Lanterne, 28 mars 1892, p. 1 ; Édouard Durranc, « La Chambre », La Justice, 28 mars 1892, p. 1. Les réductions pratiquées sur Mgr d’Hulst sont classiques dans le monde libre-penseur : Jacqueline Lalouette, La Libre pensée en France, 1848-1940, Maurice Agulhon (préf.), Paris, Albin Michel, « Bibliothèque Albin Michel de l’histoire », 1997, p. 219-258. Francis Chevassu, « Mgr d’Hulst », art. cité, ne diffère pas, par ses rapprochements entre le moral et le physique de d’Hulst, des journaux républicains.

106 Comment ignorer ce point lorsque l’on relève incessamment sous la plume de Lemire (qui a des idées précises sur l’acte oratoire) des jugements négatifs sur la rhétorique de Jaurès, par exemple Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 1, p. 594, à propos de l’affaire Thalamas : « [...] en sophiste incurable, glorifie Jeanne d’Arc et défend Thalamas. Ce boursouflé personnage, composé de Gorgias et de Dion Chrysostome, démontre, démontre toujours et ne prouve rien. Jusqu’à quand abusera-t-il de la patience de la Chambre ? »

107 Jean Pascal, Les Ecclésiastiques parlementaires français, 1848-1977, op. cit., p 109.

108 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 1, p. 189, 275.

109 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 2, p. 1615.

110 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 46.

111 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 2, p. 1615.

112 JO, 13 décembre 1891, p. 2620-2622. Certains journaux notent l’agitation (« La séance. La Séparation de l’Église et de l’État devant la Chambre. Le vote sur l’interpellation », La Lanterne, 14 décembre 1891, p1 ; « La Chambre », Le Temps, 14 décembre 1891, p. 3 ; Georges Lefevre, « Au Palais Bourbon », Le Radical, 14 décembre 1891, p. 2 ; « L’Église et l’État. L’interpellation Hubbard », Le xixe siècle, 14 décembre 1891, p. 1), d’autres mettent en cause le comportent des députés et du président (« Chambre des députés », La Croix, 15 décembre 1891, p. 2 ; « Mgr Freppel », La Croix, 26 décembre 1891, p. 1 ; Henri Conseil, « Chambre des députés », Le Gaulois, 13 décembre 1891, p. 2), les derniers soulignent que même la droite n’écoute pas (Édouard Durranc, « La Chambre », La Justice, 13 décembre 1891, p. 1 ; « L’État et les Églises. La Chambre – Séance d’hier », Le Siècle, 13 décembre 1891, p. 2).

113 Paul Airiau, « La formation sacerdotale en France au xixe siècle », Archives de sciences sociales des religions, nº 133, 2006, p. 27-44.

114 JO, 14 novembre 1883, p. 1580.

115 « Paris, 22 novembre », La Presse, 23 novembre 1848, p. 1 ; Alfred de Falloux, Mémoires d’un royaliste, op. cit., vol. 1, p. 307 ; Philibert Audebrand, Souvenirs de la tribune des journalistes (1848-1852), Paris, E. Dentu, p. 192-195 ; Victor Hugo, Choses vues, op. cit., p. 1085 ; jugement aussi peu amène p. 1069, 1079, 1166.

116 Michel Pastoureau, L’Étoffe du diable : une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris, Éditions du Seuil, « La librairie du xxie siècle », 1991.

117 Quidam, « L’évêque d’Angers », Le Figaro, 27 décembre 1883, p. 1 ; « Mgr Freppel à la Chambre », art. cité, p. 511 ; Jehan de Bonnefon, « Deux manifestations à Saint Augustin et à Angers », Le Journal, 16 novembre 1899, p. 2 ; Édouard Durranc, art. cité ; Le Photographe, « Musée parlementaire. M. Freppel », Beaumarchais, 2 avril 1882, p. 2 ; « À la Chambre des députés. La séance du 11 décembre 1891 », L’Univers illustré, 19 décembre 1891, p. 613-616 (613) ; Jehan des Ruelles, « Mgr Freppel. Sa mort », Gil Blas, 24 décembre 1891, p. 2 ; Jules Cornély, « Mgr Freppel », Le Gaulois, 23 décembre 1891, p. 1 ; Saint-Réal, « L’évêque d’Angers », Le Gaulois, 23 décembre 1891, p. 2 ; O., « Ces dames à la Chambre », La Vie parisienne, 17 décembre 1881, p. 726-727.

118 Paul Airiau, « La virilité du prêtre catholique : certaine ou problématique », art. cité.

119 Sur ce point, voir Fabrice d’Almeida, La Politique au naturel : comportement des hommes politiques et représentations publiques en France et en Italie du xixe au xxie siècle, Rome, École française de Rome, 2007, p. 79, que l’on nuance sur l’inutilité de la manifestation de la virilité.

120 JO, 25 novembre 1881, p. 2086.

121 « Chambre des députés », L’Univers, 26 novembre 1881, p. 2 ; « Journée parlementaire du jeudi 25 novembre », Le Temps, 26 novembre 1881, p. 2 ; « Chambre des députés », Journal des débats, 25 novembre 1881, p. 3 ; « Journée parlementaire », Le Petit Parisien, 26 novembre 1881, p. 2 ; Paul Hémery, « La Chambre », Le Figaro, 25 novembre 1881, p. 1 ; Gustave Pinta, « La Chambre des députés », Le Gaulois, 25 novembre 1881, p. 2.

122 A. Gaulier, « À la Chambre », Le Rappel, 26 novembre 1881, p. 1 ; « La Séance. Chambre des députés », Le Siècle, 25 novembre 1881, p. 2 ; Camille Pelletan, « Les beautés du Concordat », La Justice, 26 novembre 1881, p. 1 ; Albert Savarus, « Les chambres », La Lanterne, 26 novembre 1881, p. 1.

123 N. Doges, « La Chambre », Le Radical, 26 novembre 1881, p. 1.

124 Paul Airiau, « La virilité du prêtre catholique : certaine ou problématique », art. cité ; François Guillet, « Le duel et la défense de l’honneur viril », dans Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine & Georges Vigarello (dir.), Histoire de la virilité, 3. Le Triomphe de la virilité : le xixe siècle, op. cit., p. 83-124, et du même, La Mort en face : histoire du duel de la Révolution à nos jours, Paris, Aubier, « Historique », 2008.

125 Sur le conflit à la Chambre, et sa dimension comique, voir Thomas Bouchet & Jean Vigreux, « Violences parlementaires en perspective (1850-1900-1950-2000) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, « Violence des échanges en milieu parlementaire », nº 14, 2010/2, p. 18-34 ; Jean Ruhlmann, « Comique, éloquence et discours politiques en “voix” de réhabilitation », Histoire@Politique, nº 1, 2007/1 [en ligne] ; Jean Ruhlmann, « Rire en Chambre : le comique parlementaire au début de la IIIe République », Dominique Dupart, « Le rire parlementaire : une petite histoire des (Rires) de 1830 à 1851, ou l’apprentissage de la démocratie par le comique », dans Alain Vaillant & Roselyne de Villeneuve (dir.), Le Rire moderne, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 2013, p. 111-128, 95-109.

126 JO, 20 juillet 1881, p. 1698.

127 « Nos députés chez eux », dessins de Mars, Le Monde illustré, 13 mai 1882, p. 294, 301. Hugues aurait même appelé Freppel « mon vieil évêque » et l’aurait tutoyé, selon Le Maréchal, « Nécrologie. Monseigneur Freppel », Le Figaro, 23 décembre 1891, p. 2.

128 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 76.

129 L’Estoile, « Propos et à-propos », Le Figaro, 1er novembre 1860, p. 2 ; Henri Welschinger, « Mgr Freppel », Le Monde, 10 avril 1893, p. 1 (repris dans les Annales catholiques, 22 avril 1893, p. 169) ; « Mgr Freppel à la Chambre », La Revue illustrée, 10 août 1911, p. 512. Charge dans Édouard Durranc, « La Chambre », La Justice, 9 mars 1882, p. 1, et Quidam, « L’évêque d’Angers », art. cité.

130 André Gaillemin, Un prêtre député : le chanoine L. Polimann, op. cit., p. 107-109.

131 Edmond Biré, Mes souvenirs, 1848-1870, op. cit., p. 180 ; A. Rénal, « L’évêque d’Angers », Le Figaro, 20 octobre 1882, p. 3 ; « Nos députés chez eux », art. cité, p. 301.

132 « Les noces d’argent sacerdotales de M. le chanoine Polimann, député de la Meuse », La Croix, 5 juillet 1938, p. 1 ; André Gaillemin, Un prêtre député : le chanoine L. Polimann, op. cit., p. 105-107 ; Jean Pascal, Les Ecclésiastiques parlementaires français, 1848-1977, op. cit., p. 388 ; « Notes mondaines », Journal des débats politiques et littéraires, 25 janvier 1898, p. 3 ; Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 1, p. 104, 823 ; Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 38 ; Jack Garofalo, Election of the New President of the Republic, Gettyimages, nº 166489940, Paris Match Archive [en ligne]. L’assistance des parlementaires à une messe pour remplacer les prières publiques a été promue par L’Univers à partir de 1887 (L’Univers, 11 décembre 1887, p. 2, 10 janvier 1889, p. 1).

133 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 1, p. 57-58, 103, 165, 173, 270, 302 ; « La fête du Sacré-Cœur à Montmartre », La Semaine religieuse de Paris, 15 juin 1918, p. 689, p. 690 ; « La fête du Sacré-Cœur à la Basilique de Montmartre », La Semaine religieuse de Paris, 19 juin 1920, p. 793.

134 JO, 23 janvier 1904, p. 99. Invité par le député de l’ALP, Jules Corrard des Essarts, à donner une conférence aux Alsaciens catholiques de Lunéville le 7 janvier 1904, Delsor, alors député au Reichstag, est expulsé avant la conférence comme « sujet allemand » par ordre du préfet ; Combes est interpellé à la Chambre le 22 janvier, mais le ministère conserve sa majorité.

135 JO, 7 décembre 1922, p. 3881.

136 Jean-Pierre Delannoy & Jean-Pascal Vanhove (éd.), Abbé Jules Lemire Cahiers 1893-1928, op. cit., vol. 1, p. 609, 758, 886, vol. 2, p. 1766, 1910 ; « M. le député Lemire a marié hier M. le député Guernier », Le Matin, 6 juillet 1909, p. 1 ; « Inconcevable faiblesse », La Lanterne, 8 juillet 1909, p. 1 ; « Le mariage de M. Guernier », L’Ouest-Éclair, 8 juillet 1909, p. 1 ; Jean-Pierre, « Choses et gens. Sur un mariage », L’Ouest-Éclair, 10 juillet 1909, p. 1.

137 Abbé Desgranges, Journal d’un prêtre député, 1936-1940, op. cit., p. 30, 87, 66, 73, 75-76.

138 Michel Fourcade, « Vatican II dans le débat théologico-politique français », dans Bernard Barbiche & Christian Sorrel (dir.), La France et le concile Vatican II, actes du colloque de La Courneuve (Centre des archives diplomatiques), 9 novembre 2012, Bruxelles, Peter Lang, « Diplomatie et histoire », 2013, p. 113-121.

Auteur

Paul Airiau, agrégé et docteur en histoire, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, spécialiste d’histoire politique et religieuse des XIXe-XXe siècles, a notamment publié L’Église et l’Apocalypse en France : du XIXe siècle à nos jours (Berg International, 2000), et Cent ans de laïcité française, 1905-2005 (Presses de la Renaissance, 2005).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search