Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le combattant juvénile : une première incarnation de la France en guerre

p. 113-140


Texte intégral

« L’enfant au fusil de bois » et Émile Desprès : deux faits divers d’août 1914

1Parmi les faits divers liés à la guerre qu’exploite la propagande française, les plus retentissants font jouer les premiers rôles à des personnages juvéniles, et rapportent des événements qui se sont produits durant le mois d’août 1914. Celui qu’on a tout de suite appelé « l’enfant au fusil de bois » est le héros de la première histoire, qui s’est déroulée le 13 août. La seconde anecdote, dont nous avons déjà examiné les comptes rendus journalistiques, concerne Émile Desprès. Elle s’est produite le 25 août. Le Figaro du 17 septembre 1914 associe d’ailleurs les deux affaires1, inaugurant une tradition maintenue par des recueils comme 1914, août-septembre, chants de guerre2, L’Apostolat de la jeunesse pendant l’année de la guerre ou Les Enfants héroïques.

2Ces deux faits divers ont pour point commun de mettre en scène un personnage juvénile qui entre en résistance physiquement ou symboliquement contre l’envahisseur germanique, et qui le paie de sa vie. Ils connaissent tous deux une carrière médiatique sans équivalent pendant la durée du conflit, en s’émancipant très vite du registre de l’information journalistique pour être repris par la plupart des médias de l’époque : historiettes, chansons de rue, poésie, mais aussi cartes postales, images scolaires, cinématographe, gravures, dessins satiriques et tableau... Un journaliste témoigne du succès de la première histoire :

Hier, j’ai déambulé dans les rues de Charonne. Ce qui m’a le plus frappé, c’est le grand nombre de chanteurs éparpillés un peu partout. À tous les carrefours, concert : cinquante, cent personnes, surtout des femmes, groupées autour de musiciens, improvisant des chœurs. Naturellement, ce sont des couplets patriotiques qui forment le programme. Il y a, notamment, une chanson qui fait fureur. Cela s’appelle l’Enfant au fusil de bois, et c’est dédié « aux mères d’Alsace ». Il faut voir avec quelle ferveur attendrie, hommes et femmes répètent sur un rythme de valse : [suit le refrain de la chanson]3.

3En outre, chacun des deux héros a fait l’objet d’un projet de commémoration institutionnelle. Le préfet du Territoire de Belfort, Émile Goublet, promet au chansonnier Théodore Botrel, qui a écrit un poème sur l’enfant au fusil de bois, de graver ses vers sur le tombeau du petit martyr en guise d’épitaphe, une fois la guerre terminée4. Pour ce qui est de Desprès, « M. Alasseur, député de Gien, a demandé au ministre de l’Instruction publique de bien vouloir commander à un artiste le buste de ce jeune héros, afin que toutes les écoles de France puissent en posséder un moulage5. »

4Nous défendons dans ce développement l’hypothèse selon laquelle le succès exceptionnel de ces deux anecdotes à résistants juvéniles, qui se traduit par une kyrielle de variations fictionnelles, tient au fait qu’elles illustrent le conflit en cours tel que veut se le représenter l’opinion publique française du temps, ou tel qu’on a souhaité le lui présenter. Ces affrontements ponctuels entre un gamin français et l’armée allemande apparaissent comme un modèle réduit de la guerre, perçue à travers les espoirs et les angoisses du camp français à un moment particulièrement sensible. Concurremment à la figure du « poilu », mais plus représentative des premières semaines du conflit, celle du résistant juvénile est l’une des métaphores de la France en guerre.

Des contenus comparables

5Le lundi 17 août 1914, à 23 h 30, un communiqué émanant du Bureau de la presse (ministère de la Guerre) fait état de crimes perpétrés par les troupes allemandes contre les populations civiles et les soldats français capturés. La liste comporte le récit suivant : « Enfin à Magny, un enfant de 7 ans s’amusant à mettre en joue une patrouille avec son fusil de bois a été fusillé sur place6. » Le récit tient en une mince phrase. Il met en parallèle deux actions, le divertissement de l’enfant et son exécution, la cause et l’effet, la première au mode participe et la seconde à la voix passive, dans l’ordre chronologique de leur réalisation. La formule est lapidaire, et mime dans sa sobriété martiale la brièveté d’une exécution sommaire.

6Pendant tout le mois d’août et une partie du mois de septembre 1914, des florilèges de faits divers comparables sont communiqués à la presse, qui les reproduit dans une rubrique quasi quotidienne intitulée selon les journaux « Atrocités allemandes », « Cruautés allemandes », ou ironiquement « Exploits allemands ». Notre communiqué est reproduit tel quel dès le lendemain 18 août par L’Humanité, Le Figaro, Le Petit Journal ou Le Bulletin des Armées. Le Matin fait de même dans son édition matinale, mais dans celle du soir, le même jour donc, il développe cette « brève » en un récit anonyme intitulé « Une patrouille passa7... ».

7Cette première amplification inaugure la considérable carrière médiatique que connaît l’anecdote pendant la durée du conflit. Le Temps et Le Journal des débats ne reprennent le communiqué que le surlendemain 19 août, sans doute parce que la confection de l’édition du 18 était trop avancée pour recueillir l’information. Il en est de même du Petit Parisien, à ceci près qu’au lieu de diffuser le communiqué, ce journal décide d’en faire le sujet de son éditorial en lui donnant un titre qui fera école : « L’enfant au fusil de bois8 ». La première traduction artistique de ce fait divers date du 20 août, quand Rapha crée la chanson Le Gosse au fusil de bois9. Le lendemain, Daniel Lesueur publie un poème intitulé L’Enfant de sept ans dans le quotidien Le Gaulois10.

8L’anecdote, telle qu’elle est rapportée par la culture médiatique, est fort différente de ce qui s’est passé à Magny ce 13 août 1914. Un recueil de souvenirs d’enfance composé par l’Alsacienne Élisa Rossignol et paru en 1990 exhume le fait divers. L’autrice, qui avait 7 ans en 1914, affirme que le garçonnet « s’appelait Evald Scharrschmitt. C’était le jeune frère du meilleur copain de Camille [le frère de l’autrice]11 ». Élisa Rossignol adjoint à ses explications le texte d’un instituteur français qui après la guerre a mené l’enquête pour savoir la vérité : « Il s’agit de l’enfant d’un douanier allemand de Magny qui au cours de la bataille du 13 août à Montreux-Jeune regarda par la fenêtre et fut atteint par une balle12. »

9À en croire ces mémoires, l’enfant au fusil de bois était donc un petit Allemand. Effectivement, Magny se situe en Alsace, tout près de la frontière avec la France, alors même que la région est devenue une province allemande à la faveur du traité de Francfort de 1871. Et de nombreuses familles allemandes se sont installées dans ces territoires annexés à partir de cette date, les pères y ayant souvent obtenu des postes administratifs. Cette version est confirmée par Bertrand Dicale, qui ne donne cependant pas ses sources : « Alors qu’on se bat autour de Romagny, le petit Ewald entend passer des soldats, il va voir à la fenêtre, son petit fusil de bois à la main. Un fantassin allemand a un réflexe malheureux et l’enfant est tué sur le coup13. » La culture de guerre française ne pouvait se satisfaire de soldats allemands tuant un enfant allemand. Le flou artistique concernant la nationalité de la victime, sa mise à mort effectuée sciemment permettent en revanche de mettre en scène une opposition radicale.

10Esquissons une comparaison entre Émile Desprès et l’enfant au fusil de bois. Si la résistance armée de ce dernier est de simple posture, celle de Desprès se traduit par le meurtre d’un officier allemand. De plus, aucun des deux protagonistes n’est un enfant-soldat, mais un civil aux prises avec l’occupant, un résistant ponctuel. Le temps médiatique des enfants-soldats n’est pas encore tout à fait venu : les « brèves » journalistiques concernant des candidats heureux ou malheureux à l’enrôlement ne commencent à se déployer qu’à partir de la seconde quinzaine du mois de septembre 1914. Par ailleurs, il faut noter, dans le cas d’Émile Desprès, le décalage temporel entre le moment des faits (le 25 août) et celui de leur relation dans les journaux (à partir du 16 septembre 1914). Entre-temps sont intervenues l’angoissante retraite des armées françaises puis la contre-offensive de la Marne.

Variations et dérivations littéraires

11L’histoire de l’enfant au fusil de bois et celle d’Émile Desprès donnent lieu à des modulations narratives qui peuvent s’éloigner de leur cellule génératrice – le récit journalistique – sans que celle-ci ne cesse d’être reconnaissable. Ces variations et dérivations témoignent de l’impact des deux anecdotes sur l’inspiration des littérateurs. Par leur nombre, elles finissent par constituer un paradigme narratif en ces années de guerre : celui de l’enfant français prêt à sacrifier sa vie pour résister à l’adversaire germanique.

12À cet égard, les variantes relatives à l’enfant alsacien sont moins nombreuses que celles qui concernent son confrère nordiste, sans doute parce que la mort de l’enfant n’est pas associée à celle de son bourreau allemand. Cependant, deux récits comblent cette lacune en faisant châtier le coupable. L’historiette Le Petit Fusillé14 reprend et prolonge le récit pseudo-factuel du gamin au jouet emblématique. Le père de l’enfant abattu se venge en tuant l’officier qui a ordonné l’exécution avec plusieurs de ses soldats. La Vengeance d’une mère, de son côté, se démarque ainsi du fait divers :

Sur le pas de sa maison, un enfant de sept ans, le petit Jeff Kerdyck, jouait à la balle. Le ballon roula dans les jambes d’un soldat qui trébucha. Furieux, le barbare s’élança, saisit l’enfant, et, malgré les cris de sa mère éperdue, aux rires de ses compagnons d’armes, il fendit le crâne du garçonnet d’un coup de sabre. L’enfant tomba mort15.

Pour se venger, la mère enivre les fantassins et met le feu à la maison. Aucun n’en réchappe, la mère est fusillée.

13Trois autres récits pour la jeunesse reprennent l’anecdote. L’album Un général de cinq ans l’insère comme épisode factuel rappelé au moment de l’exode des populations civiles : « Y en avait un qui racontait qu’il fallait pas laisser les gosses emporter leurs joujoux, qu’c’était dangereux ; qu’un petit de 7 ans qui, pour rire, avait mis un Boche en joue avec son fusil de bois avait été fusillé16. » Le roman de Mme Cremnitz, Journal d’une petite Alsacienne, intègre davantage l’anecdote dans l’intrigue et le système des personnages. L’enfant au fusil de bois devient Michel, le petit-frère de Hans qui est lui-même le camarade de Francette, l’héroïne-narratrice du récit. La mort de Michel aura des conséquences sur la suite de l’histoire, car elle détermine Hans à se venger des Allemands17. Quant à l’officier qui fait exécuter le père du héros dans l’historiette Vengeance d’un petit Belge, il « venait de faire fusiller un enfant de 7 ans, parce qu’il l’avait couché en joue avec son petit fusil de bois18 ».

14Dès 1914, Gaston Leroux se tourne vers la littérature patriotique, mais continue à inspirer ses fictions de l’actualité dont la presse rend compte. Il fait coup double dans le roman Confitou en proposant simultanément une variation sur l’enfant au fusil de bois et une autre sur Émile Desprès. Voici d’abord Louis, 16 ans, qui « s’exerçait à tirer dans le jardin avec ce pistolet de deux sous, avec cette arme de foire. [...] Von Bohn avait dû passer près de la haie et dû entendre siffler quelque chose ; de là tout le malheur ! Enfin les Allemands criaient qu’on avait voulu assassiner leur chef19 ! » Louis est fusillé comme l’enfant au fusil de bois. Quant à Confitou, 8 ans, il abat d’un coup de revolver un officier germanique qui se trouve être son oncle – le frère de sa mère –, et à ce titre il réédite l’exploit de Desprès, en échappant à la mort, cependant :

L’oncle Moritz, en apercevant von Bohn, s’était mis à courir et le rejoignit aussitôt. Il allait lui parler. Il ouvrait la bouche. Tout à coup, il sentit qu’on le touchait à la hanche et il regarda par là... Il eut un geste tardif pour rattraper le revolver que Confitou venait de sortir de l’étui resté ouvert, mais il n’eut même pas le temps de dire « ouf » ! Le coup partait, et l’oncle Moritz, après avoir fait un demi-tour sur lui-même, tomba en plein sur le nez20.

15Ce n’est pas une coïncidence si la littérature propose assez régulièrement des histoires qui ne correspondent plus formellement à celle de Desprès, mais en recyclent la cellule génératrice, puisqu’un très jeune civil, au péril de sa vie (et parfois en la sacrifiant), abat un officier allemand. Le poème d’Albert Michel intitulé Une exécution : épisode de la guerre actuelle, reprend en la simplifiant l’histoire d’Émile Desprès, devenu Jean, jeune Lorrain qui « n’a que dix-sept ans21 » et est orphelin de père. Accusé d’abriter un belligérant armé (le sous-officier chevaleresque du récit originel), le jeune héros est soumis au chantage habituel et y répond de belle manière :

Mais tout à coup l’enfant se retourne, intrépide,
Et braquant son fusil vers le chef interdit :
« À toi la mort, s’écria-t-il, Prussien maudit22 ! »

16L’historiette La Mort du barbare23 propose, elle, un dénouement heureux. Desprès est devenu un jeune Ardennais qui tue un officier ayant pénétré seul dans la maison du héros. Celui-ci, avec sa famille et le sergent blessé, s’enfuit et gagne les lignes françaises. Dans Pour la France, Robert, « qui n’a pas douze ans24 », est fusillé pour avoir tué un officier ennemi avec un revolver. De même, il est impossible de ne pas faire le lien entre le moment le plus saisissant de l’histoire de Desprès, le changement subit et imprévu de cible pour celui à qui on prête une arme, et la scène déjà citée du roman Du lycée aux tranchées où le jeune héros Guy d’Arlon, obligé d’assister à l’exécution de son père, réagit de manière tout à la fois épidermique et héroïque en tuant l’officier germain qui commande le peloton25.

17Cependant, les histoires de personnages juvéniles qui abattent des officiers prussiens ne procèdent pas nécessairement de l’histoire d’Émile Desprès. Nous ne saurions affirmer l’existence d’un lien, par exemple, avec cette scène du roman Éclaireurs Robinsons, dans laquelle un scout français, Lulu, abat un officier ennemi dans le cadre d’un affrontement armé : « D’un coup furieux de sa hachette d’éclaireur, Lulu fendit la tête de l’Allemand26 ». Pensons également à d’autres histoires où ce sont des personnages juvéniles, incorporés dans l’armée ou pas, qui accomplissent une besogne identique. La liste est longue.

18Vengée est paru dans Les Trois Couleurs et présente le « petit Jacques, âgé de dix ans27 », qui tue à coups de revolver un officier germanique venu piller la maison familiale et qui a ligoté sa mère. Dans la bande dessinée La Poupée de Jacqueline, le jeune Robert fait exploser une bombe artisanale qui tue plusieurs officiers28. Le récit bref Le Petit Pâtre propose un héros qui élimine deux officiers ennemis en les précipitant d’un promontoire rocheux29. Dans le roman de Marcel Allain Zizi, dit « le tueur de Boches », le héros entame sa série d’exploits en abattant un lieutenant prussien30. L’auteur pour la jeunesse Noël Amy décrit, dans la nouvelle La Vengeance du petit mécanicien31, l’histoire d’un fils qui venge la mort de son père en tuant le meurtrier, encore un officier allemand. Dans le conte de Rosny aîné David et Goliath32, un orphelin de 15 ans tue avec sa carabine un officier prussien qui a fait exécuter son père adoptif. Et la nouvelle Le Petit Poilu raconte comment le jeune Claude, adopté par l’armée française, venge l’assassin du major Verteuil – un officier prussien – en le tuant d’un coup de bâton ferré.

19Le contexte est certainement propice à l’éclosion et au succès de ce schéma narratif : un enfant français abattant un officier allemand. Son actualisation la plus célèbre est l’histoire de Desprès, notamment parce que les faits sont donnés comme authentiques ; mais d’autres versions apparaissent, qui ne sont pas forcément des ersatz de la première. Il faut dès lors approfondir l’analyse de l’organisation et de la signification d’un paradigme aussi productif.

Un affrontement structural

20En l’absence d’enquête policière française (nous sommes en territoire occupé ou allemand), il est logique que les versions successives des histoires de l’enfant au fusil de bois et d’Émile Desprès prennent des libertés avec des sources journalistiques elles-mêmes plus que douteuses. À cette forme d’indépendance peut s’ajouter celle propre à une mise en forme littéraire des contenus.

21Cette autonomie du récit par rapport à la vérité fait que les deux héros sont modelés en fonction du système des personnages, et particulièrement par rapport à leur adversaire. Les caractéristiques de chacun des deux actants n’existent que par opposition à celles de l’autre, selon un jeu de traits différentiels : enfant / adulte, civil / militaire, faible /  fort, agressé / agresseur, Français / Allemand, seul / en nombre, courageux / lâche, bon / cruel... L’historien Claude Digeon ne dit pas autre chose lorsqu’il examine le type de « l’enfant héroïque » : celui-ci « est indispensable parce qu’il souligne mieux la brutalité allemande, parce qu’il oppose à la force impitoyable sa faiblesse, à la maladresse germanique son agilité, à la grossièreté des soudards sa délicatesse33 ». Examinons quelques-uns des traits qui résultent de cette exaspération de l’affrontement entre Français et Allemands.

Combativité

22Dans le sillage du communiqué officiel, beaucoup de récits continuent à faire de « l’enfant au fusil de bois » une victime innocente qui ne pensait qu’à s’amuser. Mais après cette série de versions, plusieurs récits en prose comme en vers attribuent au gamin une volonté de résistance face à l’ennemi. Ces versions en font un héros qui, comme tant d’autres, affronte l’adversaire. « Sans croire vraiment à la force performative de ses actes, l’enfant en tirant sur les soldats allemands avec son jouet veut leur signifier qu’il les déteste et qu’il n’a pas peur d’eux34. » Théodore Botrel décrit ainsi les sentiments du gamin quand surviennent les Allemands : « Et la chose énerve et vexe/ Ce petit-fils des Gaulois35. »

23De même, le texte qui accompagne les vignettes de la bande dessinée La Valeur n’attend pas le nombre des années... rapporte que « bien des fois, il avait écouté son grand-père disant les horreurs commises par les Prussiens, lors de l’ancienne guerre. Ah ! S’ils venaient jamais dans le village, les Prussiens, le brave petit garçon se promettait bien d’aller à leur rencontre36... » L’agression de l’enfant sera donc une réponse à l’agression antérieure des Prussiens lors de la guerre de 1870. Le discours indirect libre à la fin de la citation, dans la mesure où il nous fait pénétrer dans la conscience du gamin, ne laisse aucun doute sur ses intentions hostiles. Celles-ci sont explicitées dans le poème Les Enfants martyrs d’Emmanuel Ducros :

C’était un jeune enfant, avec de blonds cheveux,
Ayant à peine sept années !
On le vit menacer, tout à coup, courageux,
L’arme en main, leurs troupes armées !
Faible gosse ! il osa, de son fusil de bois,
Tenir tête aux brutes sauvages37...

24Mieux encore, dans son récit bref, Un petit fusil de bois, Marie Hollebecque fait de la résistance patriotique de l’enfant le sujet du récit. La narration est prise en charge par le grand-père de l’enfant qui a à cœur, dès ses premières paroles (qui constituent l’incipit du texte) de réfuter la version d’un enfant joueur : « Alors vous aussi, monsieur, vous croyez ce qu’ils ont raconté dans les journaux, qu’un enfant de 7 ans, ça n’a pas la pleine connaissance de ses actes38 ?... » Le narrateur va s’efforcer de prouver au contraire qu’« il savait bien, ce petit, ce qu’il faisait39 ». Dès lors, le récit du contact du héros avec la patrouille allemande prend les proportions d’un affrontement lucide du bien contre le mal, d’autant plus mélodramatique que les forces en présence sont disproportionnées. Mais l’enfant n’en a cure et accomplit malgré tout sa mission de justicier :

Ces damnés s’approchèrent pour l’interroger, monsieur, et leur canaille d’officier, avec son air arrogant et son monocle, fixa ce pauvre enfant, en disant : « Der Bürgmeister (le maire) ».
Ah ! Ce devait être un regard si froid, si dur, qu’il mit sur ce petit ; un regard que je crois avoir vu et qui ne me sortira plus de devant les yeux, quand je devrais vivre cent ans. Pour sûr, François dut penser aux géants dont le regard change les hommes en pierres ; mais, en brave chevalier, il n’abaissa pas ses paupières, car il croyait à ce qui est juste... Et alors, monsieur, il leva son fusil de bois et il mit en joue ces voleurs du droit. J’en jurerais sur mon âme, qu’à ce moment, il songeait aux paroles du père : « N’oublie pas que nous sommes de France40. »

25La détermination de Desprès à ne rien céder à l’adversaire apparaît suffisamment dans ses actes. Pourtant, Chagneau-Saintipoly le présente déjà avant le drame comme un franc-tireur parmi d’autres, faisant le coup de feu contre l’envahisseur : « L’orphelin a tiré sur les bandes farouches,/ De son propre fusil, les dernières cartouches 41!... » Cette indication a l’inconvénient d’affaiblir la surprise du revirement final pendant la scène du chantage. Elle témoigne de la tendance de la littérature propagandiste à faire de la redondance un moyen de supprimer toute incertitude, et ce ad nauseam.

Âge

26Si les premières mentions journalistiques indiquent l’âge de l’enfant au fusil de bois (7 ans) et celui de Desprès (14 ans), les versions suivantes tendent à l’abaisser. Botrel explique que le petit Alsacien « n’avait pas encore sept ans42 », Chataignon que c’est « un enfant de six ou sept ans43 ». Cami et D’Abzac en font dans le texte de leur chanson un « bambin de trois ans à peine44 ». Pour ce qui est de Desprès, le rédacteur de Lectures pour tous le présente comme « un jeune garçon de treize à quatorze ans45 » ; pour l’auteur de L’Héroïsme français, c’est « un enfant de treize ans46 » ; « c’est un gosse, treize ans à peine47 » chez Pellissier. Le journaliste d’information du Petit Journal précise qu’il est « âgé de douze ans48 ». C’est que l’horreur du forfait est supposée augmenter au fur et à mesure que diminue l’âge des victimes. Les coupables, quant à eux, doivent rester des adultes pour que l’opposition des rôles recoupe celle des âges.

Orphelinage

27Un procédé de la littérature populaire consiste à faire des deux jeunes gens des orphelins. Langrand, dans le texte de sa chanson Le Bambin au fusil de bois, évoque la mère de l’enfant « À qui la bataille dernière/ Avait ravi brutalement/ Du chérubin le jeune père49 ».

28Un orphelinage est d’autant plus pathétique qu’il est récent. C’est pourquoi deux autres littérateurs font mourir le parent au moment même où va se dérouler le drame. Et ce parent sera non plus le père, mais la mère, car il s’agira alors d’une civile, supposée plus vulnérable qu’un homme. Pour l’histoire de l’enfant au fusil de bois comme pour celle d’Émile Desprès, les auteurs imaginent une dernière escarmouche entre les soldats français et les soldats allemands qui envahissent le village. C’est le cas de Cami et D’Abzac dans La Troisième Couleur :

Près de lui tomba sa maman
Percée par les balles prussiennes.
Et courroucé d’être battu,
L’officier au casque pointu
Aux soldats donna l’ordre atroce
De fusiller le pauvre gosse50.

Ainsi encore de Chagneau-Saintipoly dans L’Enfant de la Moselle :

Seul, auprès des mourants, un enfant est resté ;
Je dis seul, car la mère, au crépuscule est morte,
D’une balle en plein cœur, sur le seuil de sa porte51.

29Ce stéréotype fictionnel affecte même l’information journalistique : « Pourquoi ce bambin était-il dans la rue ? Ses parents avaient-ils été exécutés, ou par négligence l’avaient-ils laissé dehors ? », s’interroge l’éditorialiste du Petit Parisien quand il relate les faits52. S’il a d’abord une vertu pathétique, l’orphelinage permet aussi de radicaliser le déséquilibre des rapports de force franco-germaniques : il contribue à fragiliser encore le héros face à la puissance de l’envahisseur.

Nationalité

30Une même configuration différentielle du fait divers est à l’œuvre pour ce qui est de la nationalité de l’enfant au fusil de bois eu égard à celle de ses agresseurs. Le communiqué officiel ne la mentionne pas, ce qui doit éveiller la curiosité dans ce contexte d’exacerbation du sentiment national. C’est que Magny, Romagny ou Montreux-Jeune sont en territoire allemand depuis le traité de Francfort (1871). L’enfant de 7 ans qui y vit et qui y meurt ne peut être qu’allemand. Mais cette évidence nuit à l’efficacité du message propagandiste. Il aurait été bien plus pertinent que l’agression allemande portât sur un enfant français. D’où un silence pesant sur cette question, tant de la part des textes informatifs que de leurs avatars littéraires.

31La solution la plus honorable est de désigner le héros en fonction de son appartenance régionale. C’est « un gai petit Alsacien53 », un « cher petit enfant de l’Alsace54 », ou même un « gamin lorrain55 ». Il suffit alors de signaler que l’enfant est un Français de cœur et de souche, car son grand-père qui a vécu dans l’Alsace ou la Lorraine française lui en a expliqué les beautés. C’est le sens qu’il faut donner à l’expression « petit-fils des Gaulois56 » employée par Botrel pour désigner le héros. Mais puisque la Belgique est alliée à la France, le gamin pourra aussi bien être « un petit Belge57 ».

32Enfin, la poétesse Marie Grandin saute le pas et accommode la nationalité de l’enfant aux exigences d’une opposition frontale avec l’Allemagne. Son poème s’intitule Le Petit Français, et l’expression revient à trois reprises dans ce texte de quinze vers, par exemple dans les derniers : « Il sera vengé par sa race,/ Le petit Français58. »

33Le mot « race » est porteur d’un argument : peu importe le statut officiel de l’Alsace et de ses habitants en 1914. La vérité ethnique et culturelle l’emporte sur une vérité administrative obtenue par la force des armes en 1870. Le postulat historique sur « nos ancêtres les Gaulois », diffusé par les manuels d’histoire de la IIIe République, mais apparu dès le Second Empire, est ici à l’œuvre. L’enfant au fusil de bois est de souche française, c’est-à-dire gauloise. C’est un Gaulois qui s’oppose à l’éternel envahisseur germanique.

État civil, état militaire

34Les deux anecdotes décrivent des faits de guerre au moment le moins glorieux d’une campagne militaire : celui où le belligérant, à l’issue d’une bataille gagnée ou d’un territoire conquis, s’assure de la soumission des populations civiles et profite de sa position de vainqueur pour commettre des abus. L’habileté des deux pseudo-faits divers tient au fait qu’ils ont lieu à ce moment qui permet de dénigrer l’adversaire germanique à peu de frais. C’est pourquoi l’enfant au fusil de bois, Desprès et la plupart de leurs émules sont des civils. Seules des circonstances dramatiques les poussent à prendre les armes de manière réelle ou figurée, leur faisant alors retrouver la tradition républicaine de la levée en masse héritée de la Révolution, du citoyen soldat, ou plus tard, du franc-tireur. De même, Marcel Allain désigne régulièrement son héros par l’antonomase « le gavroche59 ». La référence au personnage de Hugo inscrit Zizi dans la continuité littéraire du jeune civil belliqueux et généreux. Mais si l’auteur des Misérables prend soin de ne pas faire tirer un seul coup de feu à son personnage lors de l’insurrection parisienne de juin 1832, Desprès, Zizi et leurs pairs fictionnels font bien autre chose que briser des vitres de réverbère ou dépouiller de leurs munitions des gardes nationaux tués au combat. À l’inverse, la troupe allemande est souvent désignée comme prussienne, c’est-à-dire appartenant à un État qui, comme le note Paul Bleton, est présenté comme « quasi dépourvu de société civile60 ».

35De manière générale, le système différentiel à l’œuvre dans ces récits exploite la situation conventionnelle du faible qui affronte le fort et parvient à le vaincre en quelque manière, sinon physiquement, du moins moralement. Ainsi se met en place une tension constitutive entre sa faiblesse apparente – par son statut de civil, mais aussi par son âge, ou encore son statut familial ou social, car il est souvent orphelin et pauvre – et sa puissance réelle, que les circonstances vont révéler. À cet égard, la référence biblique au combat de David contre Goliath est exploitée. Le titre du conte de Rosny aîné, David et Goliath61, illustre la dissymétrie entre les adversaires et la surprise convenue à laquelle aboutit l’affrontement. La même référence est donnée par le héros épistolier du Roman d’un soldat de 16 ans : « Comme David, j’ai tué un Goliath à casque pointu62. » Le colonel Royet la mentionne aussi pour évoquer l’éclaireur de France Lulu, qui vient d’abattre un officier allemand pour venger son camarade Dureau, et qui adopte

la posture d’un David qui a vaincu un Goliath, le pied posé sur la nuque du Prussien tombé face contre terre :
« Le crachat, c’était de la part du monde civilisé... Le coup de hache, c’est de la part de Dureau63 ! »

36Une parabole pugilistique reprend cette situation dans l’article « Un grand match », publié par Le Petit Journal, pour célébrer – ce point est notable – la victoire de la Marne :

Avez-vous assisté à l’un des matches de boxe qui faisaient naguère courir tout Paris avant que des jeux plus sanglants nous eussent réclamés ?
Les deux adversaires sont en présence. L’un est presque un géant. Son torse et ses épaules roulent d’athlétiques masses musculaires. Il a un cou de taureau. Ses membres sont pareils à des troncs d’arbre polis. En face de lui son adversaire, pourtant merveilleusement proportionné, apparaît grêle, menu, presque un enfant64.

37La suite du récit rapporte la victoire du boxeur apparemment le plus faible, la France en l’occurrence, mais c’est l’expression « presque un enfant » qui retient l’attention. Elle est d’une faible pertinence, en particulier quand elle s’oppose à « presque un géant » : du point de vue des proportions, la superficie de la France n’est guère éloignée de celle de l’Allemagne ; et pour ce qui est de l’âge, c’est l’Allemagne qui est une « enfant », puisque la France s’est constituée en État bien avant elle. Comme d’autres auteurs, le journaliste tient à représenter la France sous des traits juvéniles alors que la logique de son récit allégorique s’y prête mal. Il exploite de fait le même procédé de représentation des affrontements qui opposent de jeunes combattants à des soudards germaniques aguerris.

38La dissymétrie qui est disposée oriente sans ambiguïté l’évaluation des deux actants par le lecteur. Un code moral implicite est sollicité, qui veut que l’on ne s’attaque pas à des êtres plus fragiles que soi. À quoi s’ajoutent les qualités associées à l’enfance dans la société occidentale moderne – pureté, innocence – qui entrent en conflit avec la brutalité et la perversité du peuple allemand. Fidèle à sa mission propagandiste, cette littérature indexe nettement les deux adversaires du point de vue axiologique. On devine aisément ce que des événements équivalents deviennent dans la propagande germanique de l’époque : le récit édifiant de fantassins allemands lâchement agressés par des francs-tireurs embusqués, au mépris des lois de la guerre65.

39Si le galibot Desprès est intéressant par son statut socioprofessionnel, l’enfant au fusil de bois l’est par son identité régionale d’Alsacien. Mettre en œuvre un enfant d’Alsace hostile à l’Allemagne, c’est montrer narrativement qu’en 1914 cette région, malgré son statut de province allemande, est restée fidèle à la France. C’est pourquoi les auteurs du corpus mettent volontiers en œuvre des combattants juvéniles issus des régions annexées, comme l’indiquent des titres comme Le Petit Alsacien66 ou Les Enfants du Lorrain. De même, le père décédé de Zizi s’appelait « Louis Urwiller67 » et était originaire de Mulhouse ; le héros du conte Cricri s’appelle « Cristophe Zimmer68 », c’est un Alsacien qui a pris le maquis dans le massif vosgien ; même chose pour Hans, le camarade de l’héroïne du Journal d’une petite Alsacienne...

40À l’instar de celle d’Émile Desprès, la condition sociale des protagonistes est fréquemment modeste, et souvent accentuée par leur orphelinage. Dans La Grande Épreuve, l’oncle qui adopte l’orphelin Paul Gerbier est serrurier ; le père de Chuchuniou est garde-chasse ; celui du héros d’Un gosse français est fermier ; le héros du Petit Artilleur est valet de ferme, celui du Petit pâtre, berger... Cette tendance s’explique mal par la volonté des auteurs de littérature populaire de s’adapter à l’origine socioprofessionnelle de leurs lecteurs et prescripteurs. En effet, les consommateurs de ces revues et romans sont bien plus urbains que ruraux, ce qui n’est pas le cas des protagonistes, plus représentatifs d’une France des campagnes. Leur humble condition sociale sert surtout à préparer le contraste avec les succès qu’ils vont remporter. Elle permet aussi, chez des éditeurs de littérature scolaire comme Larousse ou Delagrave, de mettre en œuvre une idéologie de type méritocratique. De même qu’un enfant d’ouvrier ou de paysan doit pouvoir désormais s’élever dans l’échelle sociale en temps de paix, il peut se révéler par des exploits militaires en temps de guerre. Dans sa nouvelle Le Diable noir, l’instituteur Léon Peigné invente le personnage de Louis Renaut : fils d’un modeste « peintre-verrier69 », Louis est « un excellent élève70 » qui prépare Centrale tout en travaillant à la mine. Mais puisque la guerre éclate et que la région est envahie, il s’illustrera par d’autres moyens, en menant une sanglante guérilla contre l’occupant.

41La condition sociale modeste des combattants juvéniles n’est pas systématique, cependant. On trouve également quelques personnages d’enfants ou adolescents aisés, voire fortunés, et pas seulement dans des publications qui visent un lectorat plus élitaire. Certes, ce n’est pas un hasard si tel jeune héros, fils du « marquis de Bozac, chef d’escadrons de cavalerie71 », apparaît dans le périodique catholique et conservateur Le Noël. Mais un quotidien populaire comme Le Journal propose aussi un héros qui est l’enfant du « célèbre professeur Raucoux-Desmares », médecin responsable du « fameux institut de Saint-Rémy-en-Valois72 ». Et Le Bon-Point amusant fournit un jeune combattant dont le père est le dirigeant d’une entreprise textile florissante73. Considérés simultanément, ces jeunes héros illustrent l’idée d’une union sacrée contre l’ennemi, union qui rend la lutte des classes ou toute autre forme de division nationale plus que jamais inopportune. C’est ce qu’explique en mai 1914 le présentateur du roman-feuilleton Éclaireurs Robinsons, qui raconte les aventures guerrières d’un groupe de sept éclaireurs de France :

Originaires de diverses régions de la France, appartenant à toutes les classes de la société, ces éclaireurs apportent avec eux leurs défauts, leurs petites passions, bonnes ou mauvaises [...]. Impossible de démontrer avec plus de force la nécessité de l’union fraternelle qui doit lier les enfants d’une même patrie dans l’effort, dans la joie, comme dans la peine74 !

Un recul diachronique du nombre de personnages de combattants juvéniles

42Les faits divers héroïco-tragiques portant sur « l’enfant au fusil de bois » et Émile Desprès se sont produits en août 1914, lors du premier mois de la guerre, à un moment où la France se trouve dans une situation critique d’un point de vue militaire. Malgré une information muselée ou déformée, une partie de la population française ne peut pas ignorer l’exode massif des populations belges, puis françaises du Nord, parisiennes enfin, pendant ces quelques semaines. Le transfert des autorités civiles de Paris à Bordeaux le 2 septembre ne saurait non plus être dissimulé. Le retentissement considérable des histoires d’Émile Desprès et de l’enfant au fusil de bois, avec pour corollaire la multiplication des fictions où un enfant français affronte un officier allemand, nous paraît s’expliquer par le fait qu’elles cristallisent la façon dont l’opinion publique considère, conceptuellement, mais aussi affectivement, son pays dans cette guerre, à un moment particulier de son développement, en l’occurrence les premières semaines du conflit.

43Dès lors, il n’est pas étonnant que les statistiques confirment un déclin du combattant juvénile au fil des années. Les tableaux 1 et 2 ci-dessous reprennent les données commentées au chapitre « Fiction et information », en les ventilant selon les catégories de « situations » de combattants juvéniles.

Tableau 1. Évolution de la ventilation des occurrences de combattants juvéniles en littérature factuelle

AnnéeBoy-scout combattantEnfant-soldatConscrit de 17 ansFranc-tireurJusticier solitaireIndépendant ponctuel (Desprès)Échec du recrutementTotal
191421300014130
191503132011653
19161170003223
19170123003119
1918171001010
Total4807203210135

44Dans ce premier tableau, qui rend compte de la littérature factuelle, l’examen des totaux fait apparaître que les faits divers « littérarisés » portent très majoritairement sur deux « situations » : celle de l’agresseur indépendant et ponctuel Émile Desprès, qui est même prédominante en 1914 ; celle des enfants-soldats, qui forment dès 1915 et jusqu’à la fin de la guerre la principale source d’inspiration. Qu’en est-il maintenant pour la littérature fictionnelle ?

Tableau 2. Évolution de la ventilation des occurrences de combattants juvéniles en littérature fictionnelle

AnnéeBoy-scout combattantEnfant-soldatConscrit de 17 ansFranc-tireurJusticier solitaireIndépendant ponctuel (Desprès)Échec du recrutementTotal
191410210105
19157103245334
19161184066136
19170112100115
191803101027
Total9421241112797

45Dans ce second tableau, les totaux par type de combattants montrent que les textes privilégient massivement les personnages d’enfants-soldats (42 sur 96, soit 44 %). Chose remarquable cependant, l’année 1914 n’en fournit aucun, et il faut attendre 1916 pour que cette catégorie atteigne son pic, alors qu’elle y parvient dès 1915 pour la littérature factuelle. C’est également en 1916, et non 1915 à deux unités près, que le nombre total de « situations » est à son apogée. En diachronie, le fictionnel est donc à la remorque du factuel en volume comme il l’est du point de vue thématique.

46Si nous en restons au registre fictionnel, il est utile de comparer l’évolution du nombre de romans de guerre d’actualité avec celle du nombre de personnages de combattants juvéniles présents dans ces romans (figure 2). Le nombre de récits enregistrés correspond à nos propres lectures et à celles qu’Alain Fuzellier a consignées dans son répertoire des Romanciers populaires dans la Grande Guerre.

Figure 2. Évolution diachronique du nombre de romans à combattants juvéniles

Image

47Les romans de guerre connaissent un pic dès 1915 – avec 69 romans – puis décroissent régulièrement jusqu’en 1918 pour atteindre le même niveau que les cinq derniers mois de l’année 1914. Comme le note Alain Fuzellier, « la place du roman de guerre est très importante au cours des deux premières années du conflit, où il occupe un feuilleton sur trois, et décroît considérablement ensuite pour ne plus occuper qu’un feuilleton sur dix en 191875 ». Les mêmes conclusions sont tirées par Catherine Frichet et Hélène Veilhan lorsqu’elles examinent le nombre d’histoires militaires dans les magazines pour la jeunesse du fonds Bastaire76, que ces histoires soient des romans ou de simples historiettes :

L’exploration a rapidement mis en évidence une présence massive des soldats dans ces illustrés, avec une mobilisation particulièrement forte en 1915 et en 1916 : alors qu’ils apparaissent en moyenne dans plus de cinq rubriques par illustré en 1915, ils ne sont plus représentés que dans deux rubriques par illustré en 1917 et 191877.

48Ce recul s’amplifie en valeur absolue si l’on considère parmi ces romans ceux qui comportent des héros combattants juvéniles. Le fléchissement est plus net après 1915 : de douze romans en 1915, on passe à six dès 1916. La rupture est un peu plus prononcée encore pour ce qui est du nombre de personnages de combattants juvéniles, héros ou pas, dans ces mêmes romans : dix-sept en 1915, mais seulement huit dès 1916. Si la figure 1 avait indiqué que les situations de combattant juvéniles en récits de fiction longs ou brefs n’atteignaient leur pic qu’en 191678, 1915 est bien l’acmé pour les récits longs, qui impliquent le plus gros effort de préparation d’écriture sur le long terme.

49Les chiffres diffèrent quelque peu si l’on considère le pourcentage de romans à héros combattants juvéniles par rapport au nombre total de romans de guerre : environ 13 % en 1914, 17 % en 1915, 12,5 % en 1916, 12 % en 1917, enfin 12,5 % en 1918. 1914 et 1915 enregistrent les meilleurs scores et sont conformes en cela aux résultats précédents ; mais 1916, 1917 et 1918 présentent des pourcentages stables avec 12 % ou plus. Cette stabilité peut être nuancée si l’on examine quels sont les deux romans concernés pour 1918. Le premier est Les Exploits des « Sans-Peur », qui poursuit mécaniquement un cycle romanesque engagé dès 1916, et dont le héros est pluriel, Roger Lefranc ne comptant pas plus que le groupe de poilus auquel il est associé. Le second est Histoires héroïques de mon ami Jean, qui refuse justement une mise en scène héroïque de son protagoniste. On peut donc affirmer que le petit héros guerrier se démode un peu plus vite que ne dépérit la catégorie des romans de guerre, même si son apparition dans les trois dernières années du conflit reste numériquement stable.

50Un autre relevé statistique confirme cette tendance. C’est celui de l’évolution du nombre de combattants juvéniles dans trois publications pour la jeunesse : la collection « Les livres roses pour la jeunesse », chez l’éditeur républicain et laïque Larousse ; l’hebdomadaire populaire Le Bon-Point amusant, diffusé par Albin Michel ; l’hebdomadaire catholique L’Étoile noëliste, publié par La Maison de la Bonne Presse. L’objet de la comparaison est ici plus large : nous comptabilisons des combattants juvéniles aussi bien factuels que fictionnels et dans des récits qui peuvent être aussi bien des historiettes que des nouvelles ou des romans (figure 3).

Figure 3. Évolution diachronique du nombre de combattants juvéniles dans trois publications pour la jeunesse.

Image

51Le nombre de combattants juvéniles dans ces trois publications connaît des évolutions comparables. Pour la collection de Larousse, cependant, l’année 1915 ne constitue pas le pic de production. La publication, en 1914, du recueil d’anecdotes Les Enfants héroïques de 1914, avec ses six histoires de jeunes combattants, suffit à modifier la physionomie de la courbe. Les quarante et une occurrences relevées dans L’Étoile noëliste en 1915 s’expliquent par l’ouverture, à partir du numéro du 1er janvier 1915, de la rubrique « Les jeunes et la guerre », qui comprend régulièrement des histoires d’enfants combattants données comme authentiques. Or cette rubrique est certes reconduite en 1916, mais de manière plus ponctuelle, et les histoires de combattants juvéniles deviennent alors l’exception. C’est dans Le Bon-Point amusant que l’on retrouve les résultats les plus proches de ceux portant sur les romans de guerre.

52Les résultats fournis par ces trois publications pour la jeunesse apparaissent donc plus disparates. L’explication ne tient pas seulement au fait que de faibles volumes sont considérés, susceptibles d’être beaucoup infléchis par telle production ponctuelle. Elle résulte aussi du fait que, pour un auteur, le risque de lasser son lectorat est plus grand s’il s’agit de diffuser sur une année ou plus un roman-feuilleton dont le héros est un enfant-soldat, que de produire ponctuellement sur le même sujet des historiettes qui comblent les vides de telle publication hebdomadaire. En tout état de cause, le personnage du combattant juvénile se raréfie au fil des ans. Ces chiffres corroborent l’observation de Manon Pignot, pour qui les « engagements [juvéniles] recensés le sont au début de la guerre, en 1914 et 1915. Rien d’étonnant à cela : l’enthousiasme de la jeunesse pour la guerre décline à mesure que la guerre dure79 ». Mais cette indication suppose la prise en compte de deux paramètres distincts, sans pour autant être exclusifs l’une de l’autre : les journaux évoquent moins les combattants juvéniles parce qu’il y en a de moins en moins, mais aussi parce qu’ils se désintéressent de plus en plus des enfants qui sont déjà incorporés ou qui voudraient l’être.

Combattants juvéniles et guerre de mouvement

53Le nombre de récits à combattants juvéniles, on l’a vu, décline au fur et à mesure que le conflit se prolonge. On constate également qu’ils ont très majoritairement pour cadre la première phase du conflit : la guerre de mouvement. Même en 1917 ou en 1918, dès lors qu’un auteur met en scène des enfants-soldats, il situe le plus souvent son histoire en 1914. Les textes restent certes contemporains de la guerre dont ils rendent compte, mais plus les années passent, plus la distorsion s’accentue entre le moment de l’histoire – qui reste fixe – et le moment de l’écriture, qui s’éloigne de plus en plus de celui de l’histoire.

54Le constat se vérifie particulièrement pour les récits brefs, qui privilégient cette période d’avancée des troupes allemandes en territoire français, avec son cortège d’exactions, de civils en fuite, d’enfants livrés à eux-mêmes et de fugueurs enthousiastes. Le conte Cuisinier, brancardier, soldat, héros (1917) rapporte une histoire qui commence « le 8 août 1914, à 9 heures du matin80 ». La nouvelle Un gosse héroïque (1917) débute ainsi : « C’était par un crépuscule gris et triste du début d’octobre 191481. » L’histoire de l’enfant passager clandestin dans Le Capitaine du Lanvéoc (1918) commence lorsque le commandant du navire apprend que « la guerre [est] déclarée82 ». La nouvelle Le Fils du prisonnier (1917) s’amorce au début du conflit : « On se battait avec acharnement de l’autre côté de la frontière depuis plus de trois semaines83 » (le récit est fait du point de vue allemand). L’Enfant du régiment (1917) s’ancre en août 1914, « quand les Allemands, après avoir violé la neutralité de la Belgique, débordèrent sur [le] territoire [français], dévastant, pillant, massacrant84 ». De même dans le roman Journal d’une petite Alsacienne (1917) : l’histoire commence avant la guerre, mais le jeune Hans décide de combattre l’envahisseur lorsqu’il apprend la mort de son petit frère, le fameux « enfant au fusil de bois », soit en août 1914.

55Ce décalage croissant entre le moment de la narration et celui de la chose narrée est une faiblesse, même si son amplitude reste modeste : l’auteur se donne pour mission de produire de la fiction d’actualité, or cela se vérifie de moins en moins. C’est pourquoi certains conservent cette diégèse, mais omettent toute indication temporelle qui trahirait son caractère daté. C’est le cas de Techary, dans le roman-feuilleton Bob, Top et Lili ou les aventures d’un aviateur de 15 ans (1917). Le récit commence par rapporter l’occupation d’une ville par l’envahisseur germanique. Le père de Bob et de sa sœur en est le maire et il est fusillé par l’occupant. Le lecteur est donc placé dans un scénario qui est celui d’août 1914, sans que ce soit confirmé par le narrateur.

56La Mission de Paulot (1918) contourne la difficulté en étirant la durée de la diégèse sur deux ans, ce qui est rare pour une historiette d’une page sous forme de bande dessinée. Le début de l’histoire est conforme aux circonstances d’« août 1914 », même si aucune date n’est donnée : « Les poilus d’un régiment d’infanterie de la ...e division, en pénétrant dans une maison d’un village dont ils venaient de chasser les Boches, avaient trouvé, caché derrière une futaille, un petit garçon de douze ans85. » Le régiment adopte l’orphelin, et deux ans plus tard, l’enfant-soldat se propose de remplir une mission dangereuse – laquelle introduit le lecteur dans une guerre de positions immédiatement contemporaine, avec ses tranchées et son no man’s land – : afin de découvrir un espion, Paulot doit pénétrer dans un village abandonné qui se trouve entre les deux camps adverses.

57La solution que propose Arnould Galopin dans son roman Les Petits Bleus de la 8e (1917) est différente. L’auteur situe l’histoire pendant la bataille de la Somme de 1916. Mais pour introduire le personnage de Charlot, futur enfant-soldat, il recrée autant que possible les conditions qui étaient celles d’août 1914. Quand les soldats français le découvrent, Charlot est affamé, mais parce qu’il a dû vivre caché dans le parc d’un château occupé par les Allemands. Si Charlot est seul, c’est parce que son père a été réquisitionné comme guide par l’ennemi...

58Diffusé le 28 novembre 1918, mais élaboré et imprimé pendant la guerre, le conte L’Odyssée de Georges profite des dernières péripéties du conflit pour être en phase avec l’actualité et recycler les caractéristiques du début de la guerre. Le narrateur place en effet l’histoire pendant l’offensive germanique du printemps 1918 : « De nouveau les Allemands avaient déclanché [sic] une formidable offensive et, suivant leur habitude, ils brûlaient et pillaient les villages qu’ils rencontraient. De nouveau, le douloureux exode des réfugiés avait recommencé86. » Mars 1918 répète donc août 1914. Le héros Georges voit sa mère malade mourir de saisissement à l’arrivée de l’envahisseur, et se réfugie auprès d’un régiment français. Mais cette fois, les officiers sont intraitables, et Georges doit combattre à l’insu des autorités, avant d’être adopté par une unité américaine.

Une hypothèse : le moment « août 1914 »

59Le pic de production au début du conflit et l’ancrage diégétique des histoires dans les premiers mois de la guerre suggèrent que la figure du combattant juvénile, mieux que celle du « poilu » qui se met aussi en place, est la représentation la plus pertinente de la France en guerre à un moment particulier du conflit, que nous désignons comme le moment « août 1914 ». Dans cette incarnation de la France à travers des combattants infantiles ou adolescents qui se dévouent et parfois se sacrifient pour la cause patriotique, se manifeste un pays qui a le sentiment de se battre en situation d’infériorité numérique, technique, logistique, et qui ne pourra éventuellement se sauver qu’en puisant dans ses forces morales.

60La représentativité des protagonistes tient à leur statut d’enfants, soit des acteurs de force inférieure, mais dont les potentialités restent inexplorées. Les historiens John Horne et Alan Kramer indiquent que « les enfants occupent une place importante dans la culture et l’imagination collective des sociétés en guerre en 1914-1915. Face à l’invasion allemande, les civils et les soldats alliés déplacent leur propre impuissance à protéger famille et maison sur l’image de l’enfant87. » La supériorité de l’adversaire est d’autant plus écrasante que dans les deux faits divers fondateurs – l’enfant au fusil de bois et Émile Desprès – intervient un personnage qui est tout à la fois un adulte, un militaire, un gradé de rang supérieur qui commande un groupe de soldats et à ce titre fonctionne comme un personnage collectif.

61Un tel sentiment d’infériorité est probablement suscité, du moins en partie, par la défaite de 1870. Le désastre qui conclut le conflit franco-prussien, présent dans toutes les mémoires, semble se répéter avec l’invasion apparemment irrésistible que subit la France au début du premier conflit mondial. Le sacrifice des jeunes de 1914 illustre une certaine conception de l’esprit français tel qu’on aime désormais à le définir. Cet esprit se manifeste à travers les monuments commémoratifs de la guerre de 1870 sous la forme d’un « Gloria victis », le plus connu et le plus reproduit étant le groupe statuaire « Quand même ! » d’Antonin Mercié (1882). Sa meilleure réalisation littéraire est sans doute le Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, et sa célébration du panache dans la défaite88. Bertrand Dicale relève le même état d’esprit dans la chanson française de 1914-1918, « obsédée par l’exaltation des valeurs martiales françaises, mais avec une curieuse inclination pour le sacrifice et la belle défaite. [...] Les Français aiment que l’on succombe après une belle résistance89. » C’est pourquoi certaines versions des deux faits divers célèbrent une victoire paradoxale dans la mort des deux protagonistes, une victoire morale plus digne et ayant plus d’avenir que la défaite physique du moment. Ainsi pour Émile Desprès : « Tu tombes en vaincu, mais c’est toi le vainqueur90 ! » Ou encore :

Tu ne fus bientôt plus qu’une loque de chair,
Mais ton nom, petit gars à la France si cher,
À jamais restera gravé dans notre Histoire
Comme le souvenir joli d’une victoire91 !...

62L’avenir, pour l’enfant au fusil de bois ou Desprès, se trouve dans la perpétuation de leur souvenir comme dans les promesses de vengeance sur lesquelles s’achèvent certains récits. Mais de manière paradoxale, il réside également dans leur association avec des personnages historiques de combattants juvéniles morts pour la patrie, et devenus des légendes au service de la IIIe République. Émile Desprès est rapproché de Joseph Bara, qui aurait été abattu par les Vendéens en 1793, dans Le Journal92, Les Annales politiques et littéraires93, Le Petit Journal94, le supplément du Petit Journal95. Il l’est encore de Joseph Viala, tué par les royalistes marseillais en 1793, dans le même numéro du Petit Journal et un autre des Annales politiques et littéraires96. Les mêmes rapprochements sont effectués pour des enfants-soldats morts au champ d’honneur : « L’exemple de Roger Gsell nous montre qu’au xxe siècle la tradition des Bara et des Viala s’est maintenue dans la jeunesse française97. » Et des personnages de fiction rêvent aussi d’imiter ces figures historiques : Étienne (« je serai courageux comme Bara98 », Claude (« fier comme Bara99 »), Jean et Jacques (« Bara et Viala n’étaient pas plus âgés que nous100 »).

63Célébrés d’ores et déjà par certains manuels scolaires contemporains101, le combat et la mort des jeunes de 1914 sont en effet supposés réincarner, réactiver ceux des enfants héroïques de la Révolution française dont les manuels d’histoire de la IIIe République administrent toujours le récit aux écoliers102. La situation dramatique que vit la France en ce début de conflit prédispose à cette superposition : invasion par des armées venues de l’est, mais aussi lutte entre deux conceptions irréconciliables du monde. Dans un même mouvement, cependant, cette superposition donne des raisons d’espérer : ce rappel du passé dessine les contours d’un futur victorieux, puisque furent victorieuses les guerres révolutionnaires où s’illustrèrent ces combattants infantiles. L’idée d’un sacrifice salvateur se trouve recyclée.

64Comme le rappellent les statistiques précédentes, ce « moment août 1914 » ne s’est pas arrêté en août 1914. L’histoire d’Émile Desprès n’a d’ailleurs commencé à être diffusée dans les journaux qu’à partir du 16 septembre, soit au lendemain du « miracle de la Marne ». De fait, ce moment structure l’un des schémas idéologiques qui servent de cadre de compréhension de la guerre à la population française pendant la durée du conflit. Ce cadre est fourni par la propagande, mais sa réussite exceptionnelle indique qu’elle excède un « bourrage de crâne » réussi. Les histoires de l’enfant au fusil de bois et d’Émile Desprès, plus généralement les histoires de combattants juvéniles, fictionnelles ou pseudo-authentiques, touchent l’opinion publique parce qu’elles donnent corps à son indignation, son angoisse de mourir et sa volonté de résister. Le moment « août 1914 » se prolonge même au lendemain de la guerre. Arnould Galopin publie de 1920 à 1924 la série de fascicules Un poilu de douze ans. Dans son premier numéro, le protagoniste Fanfan Verdier abat un officier prussien, comme Desprès et ses émules, dans le contexte mélodramatique d’une exécution sommaire103. Ce paradigme a beau s’étioler au fil des ans, il reste une référence.

Combattants juvéniles et « poilus »

65Dans un chapitre du roman Zizi, dit « le tueur de Boches », le protagoniste est capturé par des fantassins français qui le prennent pour un espion et menacent de l’abattre. S’ensuit une réflexion de Zizi sur le mot « poilu », qu’il entend pour la première fois dans son sens militaire. En voici les premières lignes :

Zizi, sans se troubler, questionna :
— Mais nom d’un chien, qui êtes-vous donc ?
On lui jeta cette réponse, d’une même voix, d’une voix ardente, rageuse aussi :
— Qui on est ? des poilus ! Voilà ! des poilus !
... C’étaient des « poilus » qui l’avaient pris... Qu’était-ce donc que des poilus ?...
Le nom ne disait encore rien à Zizi.
Il n’éveillait en lui aucune image, et cependant, instinctivement, il lui trouvait comme un goût mystérieux, comme un sens savoureux, comme un mérite français.
— Des poilus !...
Zizi, certes, ignorait encore que la France entière avait surnommé, de ce surnom épique et vaillant, les soldats qui combattaient à ses frontières.
Il ignorait, pour ne les avoir pas encore rencontrés, les régiments fatigués, hirsutes, en loques, qui menaient les premières batailles de cette grande guerre, de cette guerre sans précédent, et qui avaient mérité ce surnom fantastique entre tous de « poilus ».
Mais à la vérité, en dépit de son ignorance, le mot « poilu » le faisait tressaillir.
Il devinait, dans son apparent laisser-aller, dans sa façon d’être sans prétention, comme un mystère, un mystère d’héroïsme et de vaillance104.

66La scène décrit la rencontre entre ces deux catégories de personnages que sont les enfants combattants et les fantassins adultes. Ce contact est à la fois lexical, avec le terme « poilu », et diégétique, avec des personnages typés de soldats chevronnés de l’armée de terre. Zizi entend pour la première fois ce terme alors que ses aventures sont déjà avancées. Il est significatif que le fantassin surnommé « Système », qui sert d’auxiliaire au héros depuis le début du récit, n’ait jamais été désigné comme un « poilu » alors qu’il en a toutes les caractéristiques. Ce « simple pioupiou, exagérément grand, inénarrablement mince105 » est gouailleur, patriote et d’un courage sans faille comme tant de poilus littéraires. L’ordre d’apparition de ces deux modèles dans le roman de Marcel Allain suggère que du point de vue culturel, le combattant juvénile est le meilleur représentant du début des hostilités, alors que le poilu semble plus représentatif de la suite des combats. Il convient donc d’examiner l’articulation chronologique et actancielle entre ces deux personnages de la littérature de guerre des années 1914-1918.

67Si l’association de l’enfant-soldat avec des poilus désignés comme tels est une nouveauté dans la tradition des histoires de combattants juvéniles, le principe d’une coopération entre un personnage d’enfant combattant et des troupiers aguerris n’est pas inédit. À ce titre, le « poilu » résulte d’un recyclage du « grognard » d’Empire, tant du point de vue lexical que diégétique. Le roman de Marc Janin, Un grognard de douze ans, en témoigne par son titre comme par son argument : deux soldats républicains recueillent en 1793 un nouveau-né orphelin qui rentrera dans l’armée impériale sous la tutelle des mêmes fantassins devenus « grognards106 ».

68Pour ce qui est du terme « poilu », le Lexique des termes employés en 1914-1918 mis en ligne par le CRID-1418107 indique qu’il désigne les « soldats français dès le début de la guerre de 1914-1918108 ». Cependant, notre corpus n’en mentionne qu’à partir de 1915, année de publication de Zizi. Le roman Chuchuniou (1915) contient par exemple cette phrase prononcée par un officier à qui le jeune héros demande d’effectuer une mission dangereuse : « Tu crois que je vais confier le sort de mes poilus à un gosse qui rêve de mourir109!... » L’utilisation combinée dans un même récit de l’enfant-soldat et du poilu désigné comme tel ne serait donc pas antérieure à 1915.

69Dès 1915 également, et pas avant, le mot « poilu », dans son acception militaire, est utilisé pour désigner, par une antiphrase bienveillante, l’enfant ou l’adolescent soldat. Dans Les Aventures d’un enfant de Provence, le père Michelin, qui recueille et soigne le jeune héros, lui dit au bout de quelques jours : « Tu redeviens un gars solide et d’attaque, un vrai poilu110. » Une telle désignation se retrouve à plusieurs reprises. Elle est à la fois laudative (ces très jeunes gens ont déjà les qualités du fantassin français) et humoristique, puisque le poil est précisément ce qui manque à ces héros imberbes. L’enfant-soldat peut aussi se définir par opposition au poilu, comme dans Le Roman d’un soldat de 16 ans : « Je ne suis pas un poilu à la barbe de moujik. Pas même un poilu à simple moustache. J’ai seize ans111. »

70Du point de vue narratif, poilus et enfants-soldats peuvent faire partie du système de personnages d’une même histoire. Dans Zizi, les poilus qui viennent de s’emparer du héros sont eux-mêmes prisonniers des Allemands. Une fois le malentendu dissipé, ils s’évaderont ensemble. Poilus et enfants-soldats sont suffisamment complémentaires pour que leur association soit mise en œuvre par plusieurs auteurs de fictions d’aventures. La manifestation la plus spectaculaire de cette collaboration est fournie par le romancier populaire H.-Pierre Linel. Dès mars 1915, il publie dans l’hebdomadaire Les Trois Couleurs un roman-feuilleton au titre significatif : Les Trois Poilus112. À partir du même mois, il produit sous le pseudonyme d’Henri Pellier et sous forme de fascicules, Les Exploits d’un héros de 15 ans, avec pour protagoniste principal le combattant juvénile Roger Lefranc113. Les parcours de ces personnages restent parallèles jusqu’en 1916, date à laquelle Linel décide de réunir enfant-soldat et poilus avec le roman Les Trois Poilus à Salonique114. Dans ce récit, Roger Lefranc n’est encore qu’un personnage secondaire intervenant à la fin de l’histoire. Les deux romans suivants, Les Trois Poilus et Roger Lefranc, jeune héros français115, de même que Les Exploits des « Sans Peur »116, consacrent l’égalité de statut de ces personnages.

71Poilus et combattants juvéniles participent le plus souvent du même système de personnages selon deux formules différentes. L’enfant-soldat peut être le héros, et les poilus sont alors des personnages secondaires qui lui servent d’initiateurs et d’auxiliaires, apportant souvent une touche comique au récit par leur désinvolture et leur verve. C’est le cas de romans pour la jeunesse comme Le Boy-scout de la Revanche ou Du lycée aux tranchées. Ou alors le héros est un poilu qui recueille un futur enfant-soldat, lequel en reste au statut de comparse. C’est le cas des romans à lectorat populaire comme Les Poilus de la 9e et Les Petits Bleus de la 8e d’Arnould Galopin, ou encore du Jambon de Grapu, de Valdagne.

72Dans de nombreux récits, en outre, le premier contact du héros avec l’armée qu’il va intégrer se fait par l’intermédiaire de personnages de troupiers anonymes, ceux-ci n’apparaissant plus par la suite. Ainsi du récit bref L’Odyssée de Georges : « Enfin, un matin, il tomba dans un régiment français qui montait à la bataille et avait fait halte pour déjeuner. Les poilus recueillirent le malheureux gosse117. » Fidèles à leur qualité de fantassins dont la solidarité fait la force, les poilus constituent souvent un acteur collectif et parfois anonyme dans ces histoires, ce qui n’est pas le cas des jeunes combattants, exception faite de certains groupements de boy-scouts.

73Si le type littéraire de l’enfant-soldat n’est pas antérieur à celui du poilu, ce dernier ne semble pas connaître dans les fictions de guerre le déclin progressif du premier. Ces deux types romanesques entrent dès 1915 dans une relation de coopération et de concurrence qui se solde par la suprématie littéraire du poilu : ce que nous appelons « le moment août 1914 » perd progressivement de sa pertinence, nous l’avons vu à partir de quelques chiffres, au fur et à mesure que se déroulent les hostilités. Le combattant juvénile est une figure caractéristique de la guerre de mouvement et d’invasion des tout premiers mois du conflit, qui met en présence civils français aux abois et militaires allemands conquérants, ou qui voit des fugues d’enfants exaltés profitant des congés scolaires de l’été 1914. C’est ce moment révolu qu’évoque début 1918 ce récit prétendument factuel d’un enfant devenu soldat :

Enchanté de cette bonne fortune, le petit Basile connut alors cette vie extraordinaire, joyeuse, terrible, que beaucoup d’autres gamins héroïques et insouciants ont connue comme lui, au début des hostilités, et que nombre d’écoliers d’à présent regrettent tant de ne pouvoir connaître eux aussi118.

74Ce type littéraire entre en compétition avec celui du poilu qui finit par l’emporter. À la différence de notre personnage, le poilu est désormais un adulte – sa pilosité emblématique en témoigne – et un militaire toujours réglementaire. Son environnement est celui des tranchées, c’est-à-dire celui d’une guerre de positions où il s’agit désormais de « tenir », sans héroïsme spectaculaire ni mort sacrificielle. Ce n’est donc pas seulement la lassitude qui explique le reflux des histoires d’enfants-soldats pendant cette période, reflux qui s’inscrit dans un recul général du récit de guerre durant ces années. L’explication tient aussi au fait que les conditions objectives et subjectives du conflit dans le camp français s’éloignent de leur figuration par un très jeune combattant.

Notes de bas de page

1  Anonyme, « Les grands exemples », Le Figaro, vol. 60, nº 260, 17 septembre 1914.

2  H. Renonas, 1914, août-septembre, chants de guerre, Paris, Dorbon-Aîné, 1915.

3  F. M., « À travers les rues parisiennes », Le Temps, vol. 54, nº 19 429, 16 septembre 1914, p. 2.

4  Théodore Botrel, Refrains de guerre de Botrel, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 202, 1917, p. 23.

5  Anonyme, « À la mémoire d’un petit héros », L’Ouest-Éclair, vol. 16, nº 5 589, 30 novembre 1914, p. 2.

6  Anonyme, « Cruautés allemandes », Le Figaro, vol. 60, nº 230, 18 août 1914, p. 1.

7  Anonyme, « Une patrouille passa... », Le Matin, nº 11 130, 18 août 1914, édition du soir, p. 1.

8  Anonyme, « L’enfant au fusil de bois », Le Petit Parisien, nº 13 808, 19 août 1914, p. 1.

9  Bertrand Dicale, La Fleur au fusil, Paris, Acropole, 2014, p. 34.

10  Daniel Lesueur, L’Enfant de sept ans, paru dans Le Gaulois, nº 13 460, 21 août 1914, p. 2.

11  Élisa Rossignol, Une enfance en Alsace, Paris, Sand, 1990, p. 104.

12  Ibid., p. 105.

13  Bertrand Dicale, La Fleur au fusil, op. cit., p. 34.

14  Anonyme, Le Petit Fusillé, paru dans Les Belles Images, vol. 12, nº 548, 25 février 1915.

15  Anonyme, La Vengeance d’une mère, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 47, 2 septembre 1915, p. 5.

16  Judith Gautier, Un général de cinq ans, Paris, Berger-Levrault, 1918, p. 5.

17  Mme Cremnitz, Journal d’une petite Alsacienne, Paris, Boivin, 1917.

18  Anonyme, Vengeance d’un petit Belge, paru dans Les Belles Images, vol. 12, nº 545, 4 février 1915, p. 3.

19  Gaston Leroux, Confitou [1916], Amiens, Encrage édition, 2012, p. 103.

20  Ibid., p. 123.

21  Albert Michel, Une exécution : épisode de la guerre actuelle, Saint-Dié, Cuny, 1916, p. 4.

22  Ibid., p. 8.

23  Anonyme, La Mort du barbare, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 3, nº 79, 8 juin 1916.

24  Louis Farge, Pour la France, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 119, 11 février 1915, p. 15.

25  Jules Chancel, Du lycée aux tranchées [1917], Amiens, AARP & Encrage, 2012, p. 31.

26  Colonel Royet, Éclaireurs Robinsons, paru dans Journal des voyages, nº 941, 11 juillet 1915, p. 95.

27  Anonyme, Vengée, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 3, nº 68, 23 mars 1916, p. 6.

28  Anonyme, La Poupée de Jacqueline, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 174, 9 mars1916.

29  Anonyme, Le Petit Pâtre, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 3, nº 97, 12 octobre 1916.

30  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », Paris, Fayard, 1915, p. 197.

31  Noël Amy, La Vengeance du petit mécanicien, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 201 et 202, 14 et 21 septembre 1916.

32  J.-H. Rosny aîné, David et Goliath, paru dans Le Journal, nº 8 091, 21 novembre 1914. Le texte intégral est donné en annexe.

33  Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française : 1870-1914, Paris, Presses universitaires de France, 1959, p. 62.

34  Daniel Aranda, « Succès de circonstance d’un micro-récit d’enfance : “L’enfant au fusil de bois” (1914-1918) », Chemins de formation, nº 17, « Récits pour enfants, récits d’enfants, récits d’enfance », Renaud Hétier (dir.), mai 2013, p. 104.

35  Théodore Botrel, Le Petit Fusil de bois, dans Les Chants du Bivouac, Paris, Payot, 1915, p. 180.

36  Anonyme, La Valeur n’attend pas le nombre des années..., paru dans La Jeune France, vol. 1, nº 18, 11 juillet 1915, p. 1.

37  Emmanuel Ducros, Les Enfants martyrs, dans Flammes de guerre, Paris, Lemerre, 1916, p. 12-13.

38  Marie Hollebecque, Un petit fusil de bois, dans La Grande Mêlée des peuples, Paris, Larousse, 1915, p. 33.

39  Ibid., p. 38.

40  Ibid., p. 37-38. Une citation plus importante de cette scène est donnée en annexe.

41  A. Chagneau-Saintipoly, L’Enfant de la Moselle, dans La Sublime Épopée : les beaux poèmes de la guerre contre l’Allemagne, 1914-1915, Paris, La Renaissance du livre, 1915, p. 18.

42  Théodore Botrel, Le Petit Fusil de bois, op. cit., p. 179.

43  Charles Chataignon, Le Fusil de bois, dans Chants de la Revanche, Montbrison, Imprimerie du Journal de Montbrison, 1916, p. 69.

44  Cami & Guy d’Abzac, La Troisième Couleur, dans Bertrand Dicale, La Fleur au fusil, op. cit., p. 36.

45  Anonyme, Enfants héros, dans Lectures pour tous, 3 décembre 1914, p. 136.

46  Un Français, L’Héroïsme français, Paris, Hatier, 1915, p. 120.

47  Eugène Pellissier, La Mort d’un gosse, dans Les Barbares, Paris, Jouve, 1915, p. 119.

48  Anonyme, « La rue Émile-Després », Le Petit Journal, nº 18 948, 12 novembre 1914, p. 3.

49  André Langrand, Le Bambin au fusil de bois [1914], Paris, Coutarel, s. d.

50  Cami & Guy d’Abzac, La Troisième Couleur, op. cit., p. 36.

51  A. Chagneau-Saintipoly, L’Enfant de la Moselle, op. cit., p. 18.

52  Anonyme, « L’enfant au fusil de bois », art. cité.

53  Théodore Botrel, Le Petit Fusil de bois, op. cit., p. 180.

54  Alberty, L’Enfant au fusil de bois, dans Bertrand Dicale, La Fleur au fusil, op. cit., p. 35.

55  Anonyme, « Le général Joffre en Alsace », Le Temps, vol. 54, nº 19 507, 3 décembre 1914, p. 1.

56  Théodore Botrel, Le Petit Fusil de bois, op. cit., p. 180.

57  Jean Peltier, Le Loup et l’agneau, paru dans Les Annales politiques et littéraires, nº 1 716, 14 mai 1916, p. 571.

58  Marie Grandin, Le Petit Français, dans Fleurs de la guerre, Paris, Delagrave, 1915, p. 69.

59  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », op. cit., passim.

60  Paul Bleton, « Espionnage, crime et châtiment (1871-1918) », dans Ellen Constans & Jean-Claude Vareille (dir.), Crime et châtiment dans le roman populaire de langue française du xixe siècle, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 1994, p. 117.

61  J.-H. Rosny aîné, David et Goliath, op. cit.

62  Maurice Gicquel, Le Roman d’un soldat de 16 ans [1916], Paris, Figuière, s. d., p. 8.

63  Colonel Royet, Éclaireurs Robinsons, op. cit., p. 95.

64  A. L., « Un grand match », Le Petit Journal, nº 18 887, 12 septembre 1914, p. 1.

65  John Horne & Alan Kramer, 1914 : les atrocités allemandes [2001], Hervé-Marie Benoît (trad.), Paris, Tallandier, 2011, p. 236-238.

66  Anonyme, Le Petit Alsacien, paru dans La Jeune France, vol. 1, nº 5, 11 avril 1915.

67  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », op. cit., p. 4.

68  Gayar, Cricri, paru dans La Croix d’honneur, nº 132, 15 juillet 1917, p. 6.

69  Léon Peigné, Le Diable noir, dans Jeunesse et vaillance, Paris, Gedalge, 1916, p. 107.

70  Ibid., p. 108.

71  Goutte d’eau, La Demoiselle, paru dans Le Noël, nº 1 069, 16 décembre 1915, p. 875.

72  Gaston Leroux, Confitou, paru dans Le Matin, nº 11 646, 16 janvier 1916, p. 2.

73  Louis Farge, Le Roman d’un petit Français, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 214, 14 décembre 1916.

74  Anonyme, « Présentation », dans Éclaireurs Robinsons, paru dans Journal des voyages, nº 913, 31 mai 1914, p. 1.

75  Alfu [Alain Fuzellier], Les Tueurs de Boches : les romanciers populaires dans la Grande Guerre, Amiens, Alfu & Encrage, 2016, p. 22.

76  Le fonds Bastaire est conservé à la bibliothèque universitaire de Lettres de l’université Blaise-Pascal. C’est un ensemble d’environ seize mille documents relevant de la littérature populaire et rassemblés par Michel et Jean Bastaire à partir des années 1960.

77  Catherine Frichet & Hélène Veilhan, « Mobilisation des soldats dans les illustrés de la collection Bastaire 1914-1918 », Le Rocambole, nº 71 / 72, « La Grande Guerre du soldat populaire », Daniel Compère (dir.), été-automne 2015, p. 97.

78  Voir la figure 1 dans le chapitre « Fiction et information » du présent ouvrage.

79  Manon Pignot, « Entrer en guerre, sortir de l’enfance ? Les “ado-combattants” de la Grande Guerre », dans L’Enfant-soldat, xixe-xxie siècle, Manon Pignot (dir.), Paris, Armand Colin, 2012, p. 72.

80  Maurice Randoux, Cuisinier, brancardier, soldat, héros, dans Petits récits de la Grande Guerre (3e série), Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 200, 1917, p. 4.

81  Robert Lortac, Un gosse héroïque, Paris, Rouff, « Patrie », 1917, p. 1.

82  Alfred Poidloüe, Le Capitaine du « Lanvéoc », Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 224, 1918, p. 3.

83  Reginald Véran, Le Fils du prisonnier, paru dans La Jeune France, vol. 3, nº 96, 7 janvier 1917, p. 4.

84  Anonyme, L’Enfant du régiment, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 240, 14 juin 1917, p. 6.

85  Anonyme, La Mission de Paulot, paru dans Les Belles Images, vol. 15, nº 727, 1er août 1918, p. 6.

86  Valdor, L’Odyssée de Georges, paru dans L’Étoile noëliste, nº 238, 28 novembre 1918, p. 676.

87  John Horne & Alan Kramer, 1914 : les atrocités allemandes, op. cit., p. 310. Sur la question des viols pratiqués par l’envahisseur et leurs conséquences, on consultera de Stéphane Audoin-Rouzeau L’Enfant de l’ennemi, Paris, Aubier, 1995.

88  Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Paris, Charpentier & Fasquelle, 1898.

89  Bertrand Dicale, La Fleur au fusil, op. cit., p. 10.

90  Jean Aicard, Émile Desprès, paru dans L’Étoile noëliste, nº 40, 11 février 1915, p. 99.

91  Charles de Bussy, Le Gosse sublime, paru dans Pages de gloire, vol. 1, nº 1, 6 décembre 1914, p. 3. Le texte intégral du poème est donné en annexe.

92  Gustave Téry, « Les jours se suivent... », Le Journal, nº 8 027, 18 septembre 1914.

93  Anonyme, « Le Livre d’or des héros », Les Annales politiques et littéraires, vol. 32, nº 1 632, 4 octobre 1914.

94  Anonyme, « La rue Émile-Després », art. cité.

95  Ernest Laut, « Les jeunes héros », Le Petit Journal, nº 1 287, supplément du dimanche 22 août 1915.

96  A.-D. Sertillanges, « Aux morts de la guerre », Les Annales politiques et littéraires, nº 1 713, 23 avril 1916.

97  Anonyme, « Un héros de dix-sept ans », Le Petit Journal, nº 19 038, 10 février 1915, p. 3.

98  Blanche Petithuguenin, Petit soldat de la Grande Guerre, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 117, 28 janvier 1915, p. 12.

99  Maurice Gicquel, Le Roman d’un soldat de 16 ans, op.cit., p. 9.

100  Pierre Adam, Trois cœurs de France, paru dans La Croix d’honneur, nº 30, 1er août 1915, p. 7.

101  Ainsi pour Émile Desjardins [Desprès] dans André Bellessort, Petit recueil de compositions françaises, Paris, Belin, 1916, et Adolphe Mironneau, Choix de lectures : cours moyen, Paris, Armand Colin, 1917 ; pour André Lange, dans Jean Guirbal, La Grande Guerre en compositions françaises, Paris, Nathan, 1915.

102  Sur ce point, voir François Wartelle, « Bara, Viala. Le thème de l’enfance héroïque dans les manuels scolaires (IIIe République) », Annales historiques de la Révolution française, nº 241, 1980, p. 365-389.

103  Arnould Galopin, L’Héroïsme d’un enfant, paru dans Un poilu de 12 ans, nº 1, Paris, Albin Michel, 1920.

104  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », op. cit., p. 175.

105  Ibid., p. 5.

106  Marc Janin, Un grognard de douze ans, Paris, Boivin, 1914, passim.

107  Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918.

108  Lexique des termes employés en 1914-1918, en ligne : www.crid1418.org/espace_pedagogique/lexique/lexique_ini.htm (avril 2021).

109  Georges Le Faure, Chuchuniou [1915], Paris, Tallandier, « Les jolis romans », 1932, p. 72.

110  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, paru dans L’Étoile noëliste, nº 62, 15 juillet 1915, p. 45.

111  Maurice Gicquel, Le Roman d’un soldat de 16 ans, op. cit., p. 8.

112  H.-Pierre Linel, Les Trois Poilus, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 2, nº 14 à 45, 11 mars 1915-14 octobre 1915.

113  Henri Pellier, Les Exploits d’un héros de 15 ans, 2 mars 1915 et suivants [n. c.].

114  Henri Pellier, Les Trois Poilus à Salonique, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 3, nº 69 à vol. 4, nº 140, 30 mars 1916-9 août 1917.

115  Henri Pellier, Les Trois Poilus et Roger Lefranc, jeune héros français, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 4, nº 140 à vol. 5, nº 184, 9 août 1917-13 juin 1918.

116  Henri Pellier, Les Exploits des « Sans Peur », paru dans Les Trois Couleurs, vol. 5, nº 184 à vol. 6, nº 217, 13 juin 1918-30 janvier 1919.

117  Valdor, L’Odyssée de Georges, op. cit.

118  V., Le Petit Vitrier, paru dans L’Étoile noëliste, n° 197, 14 février 1918, p. 197.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.