Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

L’insertion du personnage de jeune combattant dans les modèles romanesques

p. 87-112


Texte intégral

1Des interactions existent entre les textes d’information journalistique et la littérature, pour ce qui est des combattants juvéniles. Mais le format du fait divers n’est pas le seul à être exploité par nos romanciers et contiers. Ils s’inscrivent aussi dans ce que Marie-Ève Thérenty appelle la « fiction d’actualité1 », formule générale que l’on peut compléter par celle de « roman populaire de guerre2 » d’Alain Fuzellier, et mettent en œuvre des modèles fictionnels préexistants. Il n’existe pas, en effet, une nouvelle catégorie de fictions que la guerre aurait suscitée et que l’on désignerait comme « le roman du combattant juvénile ». Sauf exception, littérature populaire et littérature pour la jeunesse ne cherchent pas à inventer, et quand elles inventent, elles le font malgré elles. Leurs contraintes de productivité les incitent toutes deux à tirer parti de modèles romanesques éprouvés. Il convient de constater leur emprise sur ce personnage à la mode, et surtout de mesurer avec quel degré de facilité s’opère son insertion dans ces paradigmes. Un bon indicateur de ce point de vue tient aux transformations qu’impose au héros son activité de combattant : celle de civil à militaire, d’enfant à adulte, ou encore celle transversale d’enfant à combattant, sans oublier la question du retour éventuel à la vie civile.

Le modèle du roman d’aventures

2Les récits fictionnels de combattants juvéniles qui prennent pour cadre la guerre en cours ne sont pas tous des récits d’aventures, même quand des aventures sont rapportées. Des fictions longues comme Chuchuniou ou Le Roman d’un soldat de 16 ans sont des romans sentimentaux ; Braves cœurs et La Grande Épreuve, des sagas familiales ; Gringalet et Le Jambon de Grapu sont des romans humoristiques ; Histoires héroïques de mon ami Jean est un roman psychologique. Il faut donc s’entendre sur la définition de l’expression « roman d’aventures » qui pour Matthieu Letourneux n’acquiert une valeur générique en France qu’à la fin du xixe siècle3, et dont il situe l’apogée en volume dans la période allant de 1870 à 19204, en comprenant donc les années de guerre. Voici la définition empirique qu’il propose :

L’analyse de la notion permet de mettre en évidence les trois principaux traits qui définissent le genre : un aspect formel, qui lie l’aventure à une structure ambiguë, combinant l’unité d’ensemble du roman à la multiplication des unités autonomes que sont les mésaventures, un aspect thématique qui lie le récit aussi bien au dépaysement et au risque (comme mixte de hasard et de danger), un aspect poétique enfin, qui institue une relation entre aventure et évasion, et qui conduit le genre à privilégier une esthétique du dépaysement, envers du niveau thématique, à travers le recours à une imagination débridée5.

3Beaucoup de récits de notre corpus correspondent à ce faisceau de traits distinctifs. Deux d’entre eux sont intéressants en ceci qu’ils entrent en tension avec le contexte historique et géographique de production des textes. Le premier porte sur la notion de « dépaysement ». Le référent des récits est tel qu’ils inversent le parcours spatial propre au roman colonial : ce sont désormais les hordes de « primitifs » qui envahissent le territoire national. La plupart de nos jeunes héros vivent leurs aventures chez eux, et à tout le moins en France. Il faut donc donner un sens plus large à la notion de dépaysement, ce à quoi s’emploie d’ailleurs Letourneux dans la suite de ses explications. On peut encore parler de dépaysement spatial lorsque le même lieu est désormais ravagé par les bombardements et les incendies, passant de lieu de vie à lieu de mort. Mais c’est surtout le basculement d’une vie paisible de civil vers une existence trépidante de combattant militaire ou paramilitaire, redoublé par celui d’enfant à adulte, qui provoque le dépaysement principal.

4Le second trait distinctif porte sur la « relation entre aventure et évasion ». Les romans ou contes d’action cherchent effectivement à faire « s’évader » le lecteur en l’immergeant dans des scénarios invraisemblables, qui jouent sur le principe de plaisir et non sur celui de réalité. Mais le support diégétique de cette évasion est une guerre qui est en train d’endeuiller la plupart des familles françaises. Comment les romanciers peuvent-ils neutraliser l’inconvenance consistant à utiliser un drame contemporain comme support d’un projet de divertissement ? La réponse semble être dans l’utilisation du discours propagandiste comme prétexte, et ce quelle que soit la sincérité patriotique des auteurs.

5De 1914 à 1918, Galopin, Chancel, Le Rouge, Magog et d’autres rédigent encore et toujours des récits d’aventures comme ils le faisaient avant le conflit et comme ils le feront après. Mais les circonstances d’une guerre en cours de réalisation, avec le lot de malheurs qu’elle engendre en continu, font que certains peinent à le reconnaître. La cause nationale (défendre sa patrie) devient l’alibi qui justifie les menées individualistes de jeunes héros que l’on cherche à rendre palpitantes pour plaire au lectorat. Or ces aventures parlent d’une guerre réelle, que subissent les lecteurs comme les héros, une guerre dont l’issue n’est toujours pas connue. Telle est l’ambiguïté des inventeurs de ces jeunes aventuriers : le conflit qui ravage le pays est une ressource providentielle pour leur production. Techniquement, les discours patriotiques qui investissent ces récits ont donc aussi une fonction superstructurelle au sens marxiste du terme : ils dissimulent la raison d’être véritable de ces histoires en permettant au lecteur (et à l’auteur) de se donner bonne conscience.

Des militaires aventuriers

6Jean-Yves Tadié affirme que « le roman d’aventures est un roman de l’individu », car dans ce genre de récits, « l’individu tend à l’emporter sur la société constituée6 ». Or s’il y a bien un groupe humain qui relève de la « société constituée », dans ces histoires, c’est l’armée. D’où la difficulté d’insuffler cet esprit d’indépendance et d’initiative individuelle, avec l’euphorie qu’il fait goûter à l’aventurier, dans un milieu aussi hiérarchisé et disciplinaire qu’un régiment. Les romanciers qui s’engagent dans cette voie n’ont guère de solutions.

7La formule idéale, mais impossible, consisterait à imaginer une aventure qui soit collective, programmée, et réalisée par devoir et non par plaisir ou passion, ce qui est en soi contradictoire. Dans de telles histoires, cet état d’esprit ne pourrait se manifester que dans les discours du narrateur ou des personnages, pas dans la réalité des actions menées. Il ne suffirait pas de répéter que le jeune héros risque sa vie pour la France pour qu’il cesse d’être un aventurier dans les faits. Afin de rendre le récit captivant, le combattant juvénile devrait tôt ou tard faire face à des imprévus stimulants et prendre des initiatives individuelles qui l’éloigneraient du statut de fonctionnaire de l’action militaire.

8Cette difficulté d’être un aventurier soldat est surmontée par Marcel Allain dans son roman Zizi, dit « le tueur de Boches ». Son héros est « plus que jamais décidé à devenir soldat, à se battre, à vivre dans toutes ses émouvantes péripéties la tragique et glorieuse aventure de la guerre7 ». Il est significatif cependant que Zizi ne parvienne à se faire recruter pour réaliser ce programme que dans la dernière partie du récit. Le romancier thématise ainsi le sujet à la mode de l’enfant-soldat tout en permettant à son héros de garder sa liberté d’action dans la majeure partie du roman.

9C’est pourquoi la solution de la plupart des écrivains est d’exploiter les circonstances où les normes militaires s’affaiblissent : patrouille fourvoyée en territoire ennemi, mission individuelle périlleuse, activité d’espionnage ou de guerre secrète. Le jeune adolescent Georges Hurlu et ses amis du Boy-scout de la Revanche concilient régiment et aventure. Leurs auteurs placent le roman sous le patronage explicite d’Alexandre Dumas père. De simples éclaireurs de France, incorporés en connaissance de cause cependant, montent à l’assaut, actionnent une mitrailleuse, prennent leurs aises avec les ordres formels de leurs supérieurs, n’en sont pas moins décorés, en somme immergent le lecteur dans une atmosphère euphorique d’exploits, où l’héroïsme du combat à l’antique perdure au sein d’une guerre industrielle. Comme dans les romans historiques d’aventures, le héros de fiction est intégré dans des représentations d’événements factuels (bataille de la Marne, bombardement de Soissons...), croise des personnages illustres (Joffre) et combine ses missions militaires avec des objectifs privés (ramener à l’arrière son père blessé en première ligne, prendre sa revanche sur un adversaire détesté...).

10Y a-t-il dans de tels récits d’aventures une spécificité du soldat juvénile par rapport à son confrère adulte ? La vraisemblance dissuade les auteurs de donner à ces personnages des rôles de chefs réglementaires. Leur âge comme la légalité problématique de leur enrôlement s’y opposent. Cette contrainte est cependant de peu de poids dans leur caractérisation. D’abord, l’esprit d’aventure est plutôt réfractaire à la mise en œuvre d’un héros pourvu d’un pouvoir de commandement officiel, notamment sur un nombre important de subordonnés. Ensuite, le charisme de ces héros en fait souvent des chefs naturels. En dehors de toute hiérarchie de commandement, ils s’imposent non seulement auprès de jeunes de leur âge (d’autres boy-scouts, le plus souvent), mais aussi auprès d’adultes. Le jeune Guy d’Arlon, 14 ans, interné dans un camp de prisonniers allemand, est le chef d’un petit groupe de soldats adultes qui tentent des actions de sabotage ou préparent leur évasion8.

11La seule particularité des soldats enfants par rapport aux soldats adultes est leur plus grande propension à s’affranchir des règles de la vie militaire, comme si leur âge leur donnait une latitude d’action supérieure, alors que ce devrait être l’inverse. Le héros du Boy-scout de la Revanche, Georges Hurlu, accumule les transgressions, qu’elles soient familiales (fuguer pour rejoindre la ligne de front), morales (faire exploser des péniches pour tuer des Allemands qui s’y trouvent) ou militaires (désobéir aux ordres pour pouvoir se battre). Il y a en lui des attributs du héros romantique tel que l’a compris le roman populaire, en ce sens qu’il se donne à lui-même sa règle de conduite, indépendamment des conventions sociales et des prudences d’adulte. L’aventure individualiste l’emporte donc sur l’action militaire collective, mais la mauvaise foi constitutive du récit fait que l’armée française y trouve son compte, puisque de telles entreprises sont systématiquement couronnées de succès.

12Si certains romanciers tirent parti des contraintes qu’impose à leurs protagonistes la vie militaire pour mettre en valeur leur personnalité, d’autres en sont embarrassés. C’est le cas de Pierre Adam et de son roman Trois cœurs de France. Les deux frères, Jean et Jacques, viennent d’être incorporés et apprennent que l’adversaire qui a enlevé leur petite sœur se trouve dans les environs. Ils partent alors à sa recherche en zone occupée par les Allemands, et ce sans demander l’autorisation à leurs chefs ni même les avertir9. Pourtant, l’auteur ne cherche nullement à présenter ses héros en aventuriers réfractaires à la discipline militaire. L’actualité et les impératifs de célébration de l’armée en guerre l’ont poussé à en faire des soldats, mais il entend mener comme d’habitude un type d’intrigue familiale qui n’a que faire d’un environnement militaire.

13L’espionnage pratiqué par les héros du Journal d’un boy scout belge ou du Boy-scout de la Revanche est certainement l’activité militaire où l’aventure se déploie avec le plus de facilité et de variété. Contrairement à la lutte sur les champs de bataille, qui s’exerce en pleine lumière, il donne au héros la possibilité de mener des enquêtes et de résoudre des énigmes, et donc de mettre en valeur d’autres qualités, comme la perspicacité et l’inventivité. Le jeune espion en guerre sera donc aussi bien un militaire qu’un civil – ainsi dans le roman Sous le masque allemand10. Mais la littérature populaire et de jeunesse cultive l’idée que l’armée française met en œuvre des principes presque chevaleresques de loyauté et de générosité, ce qui n’est guère compatible avec l’espionnage, qui est donné comme une spécialité germanique. D’où cette ligne de conduite romanesque qui veut que les jeunes Français pratiquent en réalité du contre-espionnage. Seules les circonstances les contraignent à se battre avec les armes de leurs adversaires : « C’est comme ça que devaient naître tous ces contre-espions d’occasion, enfants, jeunes filles, innocents attirés par hasard dans les manigances des espions11. »

Faire transition entre le civil et le militaire : le roman scout de 1913 à 1918

14Le roman scout est un cas particulier de roman d’aventures, et il a ceci d’intéressant que ses débuts en France sont presque contemporains de ceux de la Grande Guerre. Introduit dans le territoire national à partir de 1911, le mouvement des éclaireurs de France entre dans la littérature peu avant le début du conflit, avec notamment deux romans du colonel Royet publiés sous forme de feuilletons dans Le Journal des voyages (qui n’est pas un périodique pour la jeunesse) : Le Défi d’un boy-scout12 et Éclaireurs Robinsons13, dont l’intrigue s’inspire de celle de L’Île mystérieuse de Verne. Un troisième roman scout est diffusé à partir du 25 décembre 1913 dans l’hebdomadaire pour la jeunesse Le Bon-Point amusant. Il s’agit d’En guerre ! Les boy-scouts francs-tireurs14. Les deux derniers mentionnés sont des romans d’aventures guerrières. Ils commencent à être publiés avant le conflit, mais se poursuivent avec lui. Les auteurs inscrivent alors à la volée dans leurs histoires les informations portant sur la guerre qui s’est déclenchée, par exemple le bombardement de Reims15.

15Cette transition de la paix vers la guerre qui traverse Éclaireurs Robinsons et En Guerre ! justifie en quelque sorte que la fiction fasse basculer ses personnages du statut de civils à celui de militaires, avec les précautions d’usage liées à une réglementation rédhibitoire. Le boy-scout est en effet le « frère cadet du soldat16 ». Il appartient à une organisation paramilitaire avec son uniforme, sa hiérarchie, sa vie de groupe, sa préparation physique. Du point de vue idéologique, le statut d’éclaireur de France constitue donc la transition idéale, à la fois pour amortir et pour justifier ce que le passage du jeune héros de la vie civile à la vie militaire peut avoir de violent. Nouveau venu dans l’actualité des corporations juvéniles, mais aussi comme type romanesque, il remplace poste pour poste dans les fictions la figure désormais anachronique de l’enfant de troupe. Dans l’épilogue d’Éclaireurs Robinsons, l’un des membres du petit groupe travaille déjà comme mousse dans un navire de guerre français, alors que les autres ne veulent pas être traités comme des enfants et se promettent de faire de même dans l’armée de terre : « Nous pourrons bien prendre le métier d’enfants... de troupe17 ! »

16Cependant, alors que les enfants de troupe étaient disséminés dans les différents régiments, les personnages d’éclaireurs de France aiment rester entre eux et garder une forme d’autonomie dans le conflit. Dans En guerre !, le héros Léon Sorrieux a organisé un bataillon exclusivement formé d’éclaireurs qui accompagne un régiment. Quant à « Richard Bertier, jeune Français de seize ans18 » et héros du roman Les Éclaireurs rouges, il a constitué une compagnie d’éclaireurs dénommée « La patrouille des hiboux19 ». De même, Éclaireurs Robinsons nous présente une poignée de boy-scouts agissant seuls contre l’ennemi, sauf dans la dernière partie du roman où ils reçoivent l’aide de marins britanniques et de Français évadés.

17Nés juste avant la guerre, les boy-scouts littéraires français disparaissent rapidement de la scène des fictions à combattants juvéniles. Une fiction à boy-scouts combattants commence en 1913, une autre en 1914, sept nouvelles fictions du même type interviennent encore en 1915. Ensuite tout s’arrête ou presque : une seule occurrence en 1916, plus aucune en 1917 et 1918. De nouveaux personnages de boy-scouts y interviennent toujours, mais jamais au combat. Au même titre que le type plus général du combattant juvénile, mais de manière beaucoup plus nette, les éclaireurs de France en guerre sont des personnages littéraires de la première partie du conflit.

Épilogues

18Matthieu Letourneux estime qu’à la fin d’une histoire d’aventures, le héros retrouve jusqu’à un certain point la situation stable qui était la sienne au départ :

La forme du récit distingue deux moments enchâssés, l’aventure et le quotidien. Le roman d’aventures fonctionne comme une mise en crise de l’univers familier, qui correspond à l’entrée en aventure, et l’intrigue se résume aux efforts du personnage pour réintégrer le monde ordinaire20.

19Les romans d’aventures qui nous occupent ne s’ajustent pas toujours à ce schéma. En effet, ce sont des fictions d’actualité : elles mettent en scène une guerre qui n’est toujours pas finie au moment où les auteurs la décrivent. Idéologiquement, faire prendre sa retraite à un jeune héros alors que la grande besogne nationale n’est pas terminée est une option délicate. Achèvement de l’histoire et inachèvement d’une guerre qui en est le support engendrent une contradiction surmontée de diverses façons par les auteurs. La réintégration de l’univers familier – le combattant juvénile retourne à la vie civile – est effectivement exploitée dans des romans tels que Du lycée aux tranchées ou Sous le masque allemand, et des nouvelles ou contes journalistiques comme Histoire d’un orphelin de la guerre : en tout, neuf occurrences dans notre corpus. Mais cet épilogue est minoritaire : la mort finale du jeune héros est plus fréquente – treize occurrences exactement –, et la décision de poursuivre le combat, beaucoup plus encore, avec trente-trois occurrences. Et celle-ci n’est pas le seul fait de séries romanesques dans lesquelles l’auteur anticipe une suite possible : des romans singletons (dans le sens où ils ne connaissent pas de suite) comme Les Aventures d’un enfant de Provence, Le Boy-scout de la Revanche ou Éclaireurs Robinsons la pratiquent également.

20Si l’on en reste à la catégorie des épilogues avec retour à la vie civile, une autre affirmation de Matthieu Letourneux est en partie démentie par les caractéristiques propres aux récits d’aventures à combattants juvéniles : celle du bénéfice acquis par le héros. Le critique observe que « s’il y a un retour à l’ordre, le récit ne forme donc pas pour autant une simple boucle : le héros ne revient pas identique, mais plus riche, marié, bref supérieur à ce qu’il était21 ». Indépendamment des exemples donnés par Letourneux, qui ne conviennent pas à un enfant ou un adolescent, cette notion de plus-value finale est problématique dans notre corpus, pour les mêmes raisons que celles évoquées précédemment : comment ces héros qui sont des patriotes ardents pourraient-ils avoir atteint une plénitude personnelle alors que la France est toujours menacée ?

21Il en est ainsi du petit Albert, l’un des protagonistes du roman La Grande Épreuve. Il revient au foyer familial entre des gendarmes qui expliquent que « trois fois il s’échappa et prit sa course à travers les champs en escaladant les haies et les ruisseaux. C’était plus fort que lui, il voulait retourner au feu22 ». Son attitude d’ancien combattant qui raconte à qui veut l’entendre ce qu’il a vécu pendant ses quelques semaines au front montre qu’il n’est plus un enfant comme les autres, mais qu’il n’a pas non plus tourné la page. Ces personnages ne peuvent que continuer à mener la guerre par d’autres moyens : en travaillant dans un hôpital (Le Petit Général), en reprenant les études au lycée (Du lycée aux tranchées) ou en préparant Centrale (Sous le masque allemand). Cette poursuite d’une activité est l’indice d’une incomplétude provisoire de leur destin personnel, incomplétude qui est à l’image d’une patrie qui n’est toujours pas libérée.

22Abel Hermant prend en compte cette particularité en consacrant une fiction à la difficulté psychologique du retour à la vie civile pour un enfant-soldat. Dans ce conte journalistique intitulé Cincinnatus, deux enfants dialoguent alors qu’en arrière-plan des femmes accomplissent des travaux de labour. L’un des causeurs, Jean, n’a « pas quatorze ans23 » et a été placé en famille d’accueil. Il raconte au second comment il en est arrivé là. Se trouve alors décliné le scénario usuel : occupation de la ferme familiale par les Allemands, fuite générale, accueil du protagoniste par un régiment français, adoption et participation aux combats. Mais l’expérience ne dure pas : « Il est v’nu des civils, qu’ont tiqué. [...] Alors, ils m’ont emmené pour protéger mon enfance24. » Depuis, et c’est ce point qui nous intéresse, le héros souffre de mélancolie, car il a le sentiment d’une déchéance dont il explique la cause :

Jean. — [...] C’que je r’grette, c’est d’n’être plus un homme.
Pierre. — Plus un homme ?
Jean. — J’suis diminué, j’suis humilié : on m’a r’mis gosse.
Pierre. — T’as trois mois d’plus.
Jean. — Six ans d’moins. Là-bas, comprends, n’y a pas d’vieux, d’jeunes, puisque tous peuvent y passer d’une minute à l’autre ; et la mort, c’est ça qui donne le même âge à tout le monde. J’pouvais y passer aussi : j’étais un homme comme les camarades. On m’a remis gosse. C’est comme si j’avais eu un grade, et que l’on m’aye rétrogradé25.

23Ce récit rapporte deux métamorphoses du jeune héros, celle qui a fait de lui un combattant, mais aussi et surtout celle qui le ramène au statut d’enfant. À en croire le jeune démobilisé, seul le contact accepté avec la mort ferait qu’on est un « homme », et non pas un âge réglementaire. Sa frustration tient donc au sentiment d’avoir régressé dans l’ordre de l’humain. Jean s’est comporté en « homme » dans les tranchées, mais il est redevenu un « gosse » une fois renvoyé à l’arrière par des civils. Et lorsque son camarade lui explique qu’il suffit de prendre la charrue au lieu de prendre les armes, il répond : « C’est pas la même chose. Y a pas de danger26. » Cette allusion au caractère addictif du combat dès lors qu’il procure des émotions intenses – la mort de soi ou d’autrui se joue en direct – et ce en dehors de toute considération morale, est unique dans notre corpus.

Le modèle du récit de formation et ses limites

Les convergences

24Lorsque l’on parcourt la littérature romanesque française entre 1914 et 1918, on se rend compte qu’un modèle classique est parfois exploité : celui du récit de formation, ou Bildungsroman. Il rapporte la difficile confrontation d’un personnage jeune et naïf avec la vie, qui lui permet de se transformer pour aboutir à une maturité qui en fait presque un adulte. La littérature pour la jeunesse, en particulier, propose régulièrement ce modèle. Pendant la Première Guerre mondiale, le roman de Marie Girardet, Braves Cœurs, nous présente deux adolescents, frère et sœur, confrontés aux horreurs de l’invasion et de l’exode. L’héroïne a dû apprendre à vaincre sa peur, son égoïsme et sa vanité, et peut constater à la fin de l’histoire : « Je suis une autre personne que la Delphine d’avant la guerre27. »

25On peut aussi appréhender certains romans à héros combattant juvénile comme des récits d’apprentissage. Cette formation concerne aussi bien la catégorie des victimes que celle des volontaires. Dans le premier cas, l’expérience de la violence perpétrée par des personnages hostiles, de la solitude, de la faim et de la soif, de l’épuisement, est vécue par le personnage qui subit l’invasion germanique avant de trouver secours auprès d’un régiment français. Dans le second cas, celui du fugueur, la rudesse du contact avec le monde est moindre, car le héros n’a pas à affronter un ennemi mortel. Mais il subit aussi des échecs, se fait refouler une ou plusieurs fois par la troupe ou les officiers, accomplit des marches épuisantes, doit faire preuve d’ingéniosité et de persévérance pour parvenir à ses fins.

26Quant à l’épilogue du récit, il montre le protagoniste dans une situation de qualité supérieure à la situation de départ, même si nous avons noté précédemment qu’elle ne pouvait être parfaite puisque la France est toujours en danger. Le personnage se prépare parfois à un statut de soldat réglementaire, comme Justin Pougin, le héros d’Un gosse héroïque de Lortac ; ou comme Jacques, qui à la fin du Fils du prisonnier « partait pour le dépôt du 13e Chasseurs alpins28 ». Le retour à la vie civile fournit une perspective de vie apaisée après les tribulations guerrières. Le héros de Sous le masque allemand, Jean Robin, renonce à devenir soldat et prépare l’École centrale. Dans Trois cœurs de France, toute la famille, dont les deux enfants-soldats, est réunie après des aventures palpitantes. La poursuite du combat ne semble plus d’actualité pour eux, comme l’indique un des personnages évoquant les « vaillants soldats, [leurs] camarades d’hier29 ».

27Ce retour à la vie civile peut se présenter plus précisément comme la marque d’un accès à une maturité d’esprit qui conclut tout récit de formation. Le héros d’Histoire d’un orphelin de la guerre a beau avoir un comportement de petit vacancier modèle à la dernière page du texte, cela n’en fait pas pour autant un militaire redevenu un enfant, mais plutôt un petit adulte. Si « Pierre n’est plus triste », ses pensées n’en sont pas moins graves, parfois, car il a mûri :

Il est raisonnable, les épreuves subies pendant les vingt derniers mois de guerre en ont fait un petit homme plein d’expérience.
Il sait que le moment n’est pas encore venu de déloger les Boches ; il sait qu’il faut attendre pour revoir ce cher coin de terre où reposent les siens, où il a vécu une enfance si douce30.

28De tels récits ressemblent donc à ceux de Dickens ou Malot : un enfant traverse des épreuves et en sort grandi et victorieux, déjà presque adulte au dénouement.

Les limites

Des récits d’apprentissage incomplets ou simplistes

29Cependant, il n’y a pas dans notre corpus d’histoires qui relèvent totalement du récit de formation ou d’apprentissage. On trouve plusieurs raisons à cela : d’abord, ces récits pour la plupart populaires visent avant tout à mettre en scène des aventures et s’intéressent peu à la psychologie des personnages. Quant au pathos, il ne sert pas à marquer une maturation du héros, mais à émouvoir le lecteur. C’est qu’il est difficile de concilier roman héroïque et roman de formation, car le premier modèle suppose un héros déjà parfait ou presque et le second demande un héros perfectible. L’épilogue de Zizi, dit « le tueur de Boches » illustre cet entre-deux artificiel. À la dernière page du roman, l’enfant-soldat est décoré pour ses exploits :

Quand il frôle la Croix de guerre, quand il sent la médaille sacrée peser sur sa poitrine, Zizi tombe, évanoui, vaincu, – vaincu cette fois !
Ce n’est plus un cœur d’enfant qui bat dans sa poitrine... Le gavroche est mort en lui. C’est un soldat... un vrai soldat qui vient d’être décoré31...

30Cette métamorphose de l’enfant en soldat est typique du roman de formation. Mais ici la transition se fait en un instant et non pas sur un temps long. L’évanouissement, la formule religieuse employée (« le gavroche est mort en lui ») signalent une accession à l’âge adulte qui relève plus de la conversion que de la progression. Et lorsque l’on revient sur les tribulations du héros, on se rend compte que le narrateur ne donne aucune indication qui prépare cette transition. Le roman a enchaîné une succession mécanique d’aventures qui n’ont jamais pesé sur la personnalité du protagoniste.

31Une autre raison tient au statut d’enfant combattant du héros. Dans un récit d’aventures patriotiques, mettre fin à l’activité guerrière du héros en expliquant que c’est une preuve de maturité enfin acquise n’est pas sans risques du point de vue idéologique. Le principal consiste à discréditer le combat physique contre l’ennemi. Cela n’est guère envisageable, sauf à insister sur la trop grande jeunesse du protagoniste. C’est pourquoi la métamorphose du fougueux vengeur individualiste en soldat discipliné est une meilleure option. C’est aussi pourquoi les récits où le héros meurt les armes à la main sont aux antipodes du récit de formation.

32En outre, les auteurs qui se rapprochent le plus du roman d’apprentissage perdent beaucoup de la pénétration de romanciers comme Dickens ou Malot. L’explication ne tient pas seulement au talent individuel, mais relève aussi du formatage idéologique de nos histoires. Dans le cas du héros fugueur, les obstacles à surmonter ont beau être considérables, ils ne sont jamais opposés par des personnages malveillants, mais simplement trop sentimentaux ou légalistes à l’excès. Et dans le cas du héros victime, le mal à affronter n’est plus interne – la naïveté ou la vanité personnelle, ou encore l’injustice sociale dans son pays... –, mais externe : c’est celui de l’agression militaire par un pays voisin, la nation allemande et ses tares. Si l’organisation de l’intrigue est similaire, il y a régression dans la forme de connaissance de soi et du monde. La description des maux propres à son pays ou à soi-même, même réalisée de manière paternaliste, disparaît pour laisser place à un péril à la fois unique et extérieur.

Histoires héroïques de mon ami Jean : psychologie et non-sens

33Ce roman d’Abel Hermant pourrait passer pour une exception. Il est l’un des très rares récits de facture classique – ou académique – qui prennent en charge durant la guerre une histoire de combattant juvénile. Il fournit une analyse psychologique, de type rationaliste, de cet entre-deux que vit le protagoniste dans cette période troublée qui est en train de le façonner. Le comportement du héros est encore enfantin ou déjà adulte, suivant les circonstances, et le narrateur se plaît à suivre les méandres de ce développement. Sa maturation connaît cependant deux étapes décisives, toutes deux liées à l’histoire de son père, et qui sont caractéristiques d’un roman de formation. La première a lieu le 5 août 1914, lorsqu’avec sa mère, il accompagne à la gare son père mobilisé qui part pour le front : « Mon ami était si enfant le 2 août qu’il n’a pas compris du tout ce qui arrivait ; et le 5, il a cessé d’être un enfant. Il se rappelle, il pourrait dire à quelle minute juste s’est opérée cette métamorphose, soudaine, mais sans choc, sans brusquerie32. » La seconde résulte de la mort de son père au champ d’honneur :

J’avoue que sa physionomie [celle du jeune protagoniste] n’avait aucunement changé, ni ses manières. Il n’affectait aucun sérieux, aucune correction de langage. Il ne se surveillait pas, il faisait les mêmes fautes ; il avait autant de gaieté, autant d’esprit : il était tendre et irrespectueux, et gamin.
Mais, dans le fond de son cœur, où s’était réfugié le deuil, tout était changé : ses façons de sentir, naturellement, et ses idées, qui n’étaient que des façons de sentir.
La mort du père avait modifié son système du monde. (p. 32-33)

34Pourtant, le roman évite la facilité de proposer un héros qui suivrait une progression linéaire ou d’une cohérence simpliste. Pour ce qui est de l’enfance, par exemple, et de ce qu’en fait la guerre, on trouve des observations contradictoires, mais qui ne le sont que parce que la contradiction est inhérente au protagoniste à ce moment de sa vie. Voici Jean qui regrette que la guerre ait écourté son enfance : « Il pense que, le jour de ses dix-sept ans, qui n’est pas loin, il s’engagera ; et il compte les jours. Il ne sait pas le prix de la vie. Mais il sait le prix de l’enfance ; et il regrette, sans se plaindre, de n’avoir eu qu’une aube écourtée. » (p. 10) Puis Jean note que la guerre a prolongé outre mesure son enfance : « Depuis que Jean s’est avisé que Marcel n’était pas moins enfant que le premier jour, et depuis que Marcel a fait la même observation sur Jean, ils ne s’inquiètent plus de cette enfance prolongée. » (p. 144)

35Les mêmes incohérences apparaissent, appliquées aux relations entre enfance et héroïsme, de la part du narrateur, cette fois : « Jean était héroïque avant la mort de son père, il ne l’est plus. Sans doute parce qu’il n’est plus un enfant. Les vrais héros sont les enfants. L’héroïsme ne comporte aucune maturité d’esprit. » (p. 36) Or la remarque suivante suppose un processus inverse : « Je crois en vérité, qu’il n’a commencé d’être un enfant que depuis qu’il est un héros. » (p. 185)

36Ces contradictions éloignent le texte du roman de formation conventionnel. Elles prennent sens lorsque le lecteur découvre le dénouement de l’histoire. Jean s’est engagé, il participe aux combats, est blessé, puis guérit... mais se noie accidentellement en se baignant dans une rivière. Un tel dénouement n’est pas seulement antihéroïque, il contredit également le principe optimiste du roman d’apprentissage, qui veut qu’à la fin le héros profite durablement des bienfaits d’une maturité douloureusement acquise. Histoires héroïques de mon ami Jean se présente donc comme un roman singulier. Il fournit une psychologie du combattant juvénile, mais fait intervenir l’absurde dans son histoire, absurde qui n’est pas celui de la guerre (le roman est tout sauf pacifiste), mais de la vie en général, que la guerre vient souligner.

Le récit d’un rite de passage

Pertinence et incompatibilité

37Comme le modèle du roman de formation n’est pas satisfaisant pour rendre compte de l’inscription de nos héros dans la tradition générique, il faut se tourner vers une autre forme de récit : celle des rites de passage qui, d’après Arnold Van Gennep, « se décomposent en Rites de séparation, Rites de marge et Rites d’agrégation33. » Ce schéma tripartite mis en œuvre par de nombreuses communautés archaïques s’applique par exemple au rite de puberté sociale, qui est le plus pertinent dans le cas qui nous occupe. Séparation d’avec le groupe des femmes, phase de marginalisation puis intégration dans le groupe des adultes masculins sont trois étapes actualisées sans mal dans le contexte d’une guerre contemporaine que vit une société moderne comme la France. Le conflit en cours scinde en effet physiquement la communauté nationale en deux ensembles qui rappellent l’organisation de certaines sociétés traditionnelles. Le groupe des femmes et des enfants se trouve à part, nettement séparé de celui des adultes masculins massés sur la ligne de front. L’histoire des enfants-soldats est celle du passage du premier groupe au second.

38La guerre conduit le jeune protagoniste à se séparer du groupe des femmes. Dans le cas du héros victime, cette séparation est involontaire. Les Allemands par exemple massacrent la mère et les deux petites sœurs de Charles, « treize ans », qui se retrouve alors libre de ses mouvements34. Dans le cas du héros fugueur, l’entrée en guerre décide le protagoniste à se séparer du groupe féminin, à l’instar du jeune François : « Dans une lettre qu’il devait laisser sur son petit lit, il expliquait à sa mère la cause de son départ, lui disait de ne pas s’ennuyer pendant son absence, qu’il reviendrait bientôt pour l’embrasser35. » Cette tutelle féminine peut aussi être celle de la grande sœur, comme dans Les Aventures d’un enfant de Provence, ou encore d’une grand-mère.

39La phase de marginalisation est la période pendant laquelle l’impétrant n’est plus dans le groupe des femmes, sans être encore intégré dans celui des hommes. C’est le moment le plus délicat, car le héros doit subir, physiquement ou symboliquement seul, refus, fatigues et dangers. Il correspond à la phase d’épreuves qualifiantes qui assurent la formation du sujet.

40Si le fugueur ou fugitif réussit à surmonter ces épreuves, l’intégration au groupe masculin peut s’effectuer. Germain, « petit garçon d’une quinzaine d’années36 », prend l’initiative de ramasser un fusil lors d’un combat et de tuer un ennemi à la baïonnette. Le résultat de ce baptême du feu improvisé ne se fait pas attendre :

Grapu rendit à Germain son fusil. Il le lui rendit dans un geste où il y avait de l’admiration et du respect.
— T’es digne d’être avec nous, Germain !... J’suis sûr que l’capitaine va te l’dire37 !...

41Le protagoniste accède alors à un corps strictement composé d’hommes, car en 1914, la tradition des cantinières qui suivent la troupe (avec leurs enfants, parfois) est révolue. L’agrégation n’est pleine et entière que si le personnage acquiert le droit de tenir un fusil et de tuer l’ennemi. Dès ce moment, il est un soldat, malgré son jeune âge et une réglementation rédhibitoire. Le récit peut alors s’arrêter là s’il se contente de rapporter cette initiation, ou se poursuivre si c’est un roman d’aventures dans lequel l’initiation n’est qu’un épisode préparatoire.

42Le simplisme de l’intrigue de beaucoup de ces histoires de combattants juvéniles s’ajuste avec la simplicité du schéma tripartite de Van Gennep. En revanche, une différence considérable distingue le rite de passage traditionnel de tous les récits de notre corpus. Ici, la communauté n’organise pas la mutation du héros, elle s’y oppose même le plus souvent, du moins dans un premier temps. Celle-ci est mise en œuvre par l’impétrant lui-même, quand il s’agit d’un fugueur, ou est commandée par les circonstances dramatiques de la guerre (massacre de la famille, chasse à l’homme...), pour ce qui est du héros victime. C’est toute la différence entre un rite traditionnel où la communauté décide de la mutation du sujet, et un récit occidental du xxe siècle qui fait la part belle à l’individu et à son initiative, même si c’est pour le plus grand profit de la patrie.

43De fait, les récits adoptent une solution hybride sur ce point. L’historiette La Mission de Paulot, par exemple, met en scène un gamin de 14 ans adopté par la troupe, Paul Desgraves. Il finit par obtenir du capitaine de sa compagnie de participer à une mission dangereuse dans son village natal qui se trouve dans le no man’s land. Une fois la mission accomplie avec brio, le capitaine lui déclare : « – À présent, Paulot, tu es un homme, un vrai poilu et un brave, tu auras une citation et je vais réclamer pour toi une croix de guerre38. » Le gamin prend donc l’initiative de passer l’épreuve, mais seul l’officier reste qualifié pour la valider. La locution adverbiale « à présent » suggère d’ailleurs une attente implicite de la part du groupe à travers son chef.

Écrits de désintégration, paroles d’intégration

44Ces récits de rite de passage modernisé donnent souvent lieu à deux productions langagières symétriques de la part de l’impétrant. La première est la justification du départ vers le front fournie à la famille. Concrètement, l’enfant ou l’adolescent écrit une lettre à ses responsables légaux, particulièrement à sa mère, si le père est parti au front ou est mort au champ d’honneur. La lettre à l’instance féminine est formulée dans un esprit de séparation. Cette instance appartient déjà au passé, même si les fugueurs indiquent le caractère provisoire de leur absence. C’est ce que fait Jean, orphelin de 12 ans et demi, lorsqu’il écrit à sa grande sœur : « Je reviendrai dès que les Boches seront battus, ce sera bientôt puisque Dieu est avec nous. Donc, à bientôt39. » La lettre justifie une fugue dont on regrette l’effet dévastateur, à l’instar de Chuchuniou s’adressant à sa mère : « Il demandait pardon à sa mère du chagrin qu’il lui causait, mais la suppliait de ne pas trop pleurer s’il lui arrivait de demeurer là-bas40. » Le choix de la lettre plutôt que de la communication orale est contraint par l’illégalité de la fugue. Tout échange épistolaire est un cas de communication différée puisqu’un laps de temps s’écoule entre le moment où la lettre est rédigée et celui où elle est lue. Cet intervalle temporel permet la réussite de l’escapade : il faut qu’il soit trop tard pour faire changer d’avis le petit fugueur ou le rattraper lorsque le texte sera lu par le destinataire.

45La seconde production porte sur la volonté exprimée par le sujet auprès de l’armée française d’incorporer une unité combattante. Après avoir emboîté le pas à un régiment qui traversait sa bourgade, ou avoir été découvert par une compagnie dans un village saccagé, il en vient à demander à des militaires, simples troupiers ou officiers, mais toujours masculins, de l’accepter dans leurs rangs. Le message ici n’est plus épistolaire, mais oral. Ces paroles visent à intégrer un groupe, elles sont tournées vers le futur, un futur incertain : si rompre avec un groupe humain ne dépend que de soi, en intégrer un autre dépend aussi de la bonne volonté de celui-ci, bonne volonté d’autant plus difficile à obtenir que la requête n’est pas légitime. D’où ces entretiens dont le résultat dépend de la force de persuasion du candidat et de l’état d’esprit du militaire :

Vous pourriez pas me faire donner un fusil ?
— Pour tuer des lapins ?
— Non, pour tuer des Boches.
— Mais tu n’y penses pas... tu n’es qu’un gosse, et le capitaine ne t’a-t-il pas dit, l’autre jour, qu’il ne pouvait t’accepter à la compagnie41 ?

46Le roman L’Espionne d’Èze suggère l’obstination de l’enfant recueilli à participer au prochain combat en ne citant que ses premières paroles, les suivantes étant éludées comme trop répétitives ou interminables :

« On y va ? s’écria Wilhelm, sautant de joie.
— C’est-à-dire que nous irons... Toi, tu regarderas.
— Des nèfles. Je marche avec vous. »
Il fallut l’emmener42.

47Toujours est-il que si la lettre rend compte d’une désintégration, les paroles cherchent à déclencher une intégration.

Le récit de révélation

48Il existe un modèle de récit qui prend à bien des égards le contre-pied du roman de formation. L’examen de l’épilogue de Zizi, dit « le tueur de Boches » en a donné un aperçu. On pourrait le qualifier de récit de révélation. Il regroupe en effet un ensemble de textes disparates, mais qui présentent cette particularité commune de rapporter l’émergence décisive d’une impulsion ou prise de conscience dans la vie du protagoniste. Il fournit au lecteur l’histoire de l’actualisation immédiate d’un héroïsme juvénile. Un enfant s’y révèle à lui-même et aux autres comme un héros combattant, et ce sans qu’il y ait besoin d’apprentissage ou d’initiation.

Une prise de conscience décisive

49Dans ce type de récit, la bascule de l’enfant au combattant se fait sans transition, comme le signale l’auteur pour la jeunesse Charles Guyon dans une préface évoquant les jeunes conscrits historiques : « Ils étaient, il y a quelques jours encore, choyés, comme des enfants, dans la famille ; ils passent, sans broncher, du foyer paternel si doux, si cher, à la caserne d’abord, puis aux terribles épreuves du front43. » Ce phénomène est aux antipodes du principe de l’apprentissage et détermine immédiatement le sujet à se vouer corps et âme à la patrie en danger. Il intervient au moins autant dans les histoires vraies ou prétendues telles que dans les fictions.

50Paru sous forme de feuilleton dans Le Pays de France en 1915, le roman Chuchuniou de Georges Le Faure raconte la vie et la mort d’un très jeune adolescent breton, surnommé Chuchuniou, au début de la guerre. Sa brève existence est marquée par une révélation, entraînant chez lui ce que l’on pourrait presque appeler une conversion. Avant cette révélation, l’existence du héros est ravagée par une passion impossible pour une femme mariée, compliquée de jalousie à l’égard de son frère aîné qui est l’amant de cette femme. Son désespoir devient tel qu’il décide de se suicider. Au moment où il va se jeter du haut d’une falaise, il entend un clairon sonner. C’est la sonnerie militaire qui règle les manœuvres de nouveaux conscrits faisant leur instruction près du village :

Il s’immobilisa sur la crête rocheuse du haut de laquelle il allait se précipiter. Il lui sembla qu’un rideau se déchirait, un rideau derrière lequel lui apparaissait tout à coup son devoir [...].
Comment ! Lorsque l’ennemi était en France, incendiant, massacrant, pillant, lorsque la terre ancestrale écrasée sous le lourd talon allemand se révoltait de toutes les forces de ses fils contre le vol odieux dont elle était victime, il songeait, lui, plein de force et de vigueur, à fuir le combat... [...]
Le soir même, après une longue station sur ce chêne du haut duquel il avait, pendant de si longues nuits, épié son frère caché dans la pergola de Kercoat, Chuchuniou gagnait à bicyclette Morlaix, où il s’embarquait dans le premier train à destination de Paris44.

51Touché par la grâce patriotique, Chuchuniou expérimente par la même occasion une régénération morale de sa personne. Lui qui avait cherché à faire tuer son frère par le mari de sa maîtresse, sacrifie sa vie pour le sauver lors d’un affrontement avec les Allemands. L’adolescent dominé par des passions fatales est devenu un héros. Ce bouleversement moral s’inscrit dans un lieu commun idéologique diffusé aussi bien par la littérature catholique que laïque du temps, celui de la régénération par l’épreuve de la guerre : « En pleine guerre, la France au combat accouchait déjà d’une société différente, régénérée45 ».

52Mais cette régénération des esprits par l’expérience de la souffrance ne se produit pas à la suite d’une patiente rééducation. Elle s’effectue par le truchement d’une révélation dont le romancier souligne l’immédiateté avec ses « tout à coup » et « le soir même ». Associée à la grande jeunesse de celui qui l’expérimente, cette inspiration subite a une fonction idéologique. Elle signifie que le patriotisme est un fait non d’éducation ou de culture, mais de « race », comme on disait alors. Comme Chuchuniou, Jean (17 ans) reçoit un avertissement décisif. Le spectacle des tombes de soldats français tués à l’ennemi le trouble profondément, au point qu’il interprète le chant des oiseaux environnants comme un reproche, celui de ne s’être toujours pas engagé : « La vue des tombes des soldats a déchiré comme un voile devant ses yeux ; sa conscience de Français s’éveille46... » Ce procédé de révélation est suffisamment utilisé par la littérature propagandiste pour que Judith Gautier le tourne en dérision dans le récit illustré Un général de cinq ans. Son héros, le petit Belge Joseph, fait « un rêve prophétique47 » dans lequel une jeune fille armée lui enjoint de sauver son pays : « si tu n’obéis pas, tu seras puni48 », ajoute-t-elle dans le rêve. Et Joseph, 5 ans, s’exécute en préparant une fugue avec ses camarades.

53La littérature de propagande de ces années de conflit insiste volontiers sur l’impact brutal qu’aurait eu la guerre, et en particulier le moment de l’entrée en guerre, sur la maturation des enfants et jeunes adolescents. Psychologiquement et moralement, cet événement aurait brusquement fait d’eux des adultes, et parfois des adultes héroïques. Ces trois affirmations en témoignent :

Au matin que s’ébranlèrent nos armées, toute la jeunesse française vieillit de dix ans49.
Il n’y a plus d’âme enfantine. Le grand souffle de patriotisme l’a transformée et mûrie en quelques jours50
Nous avons des héros de quinze ans, grandis soudain au souffle de la guerre qui fait des hommes51.

54Ce même discours se traduit sous forme narrative par des récits qui rapportent cette brusque mutation. À Chuchuniou ou Jean, il faut ajouter « Bob que la gravité de l’heure a vieilli en quelques instants52 ». Voici encore l’exemple pseudo-historique d’Albert Schuffrenkes, 14 ans : « Un beau jour, il rencontra le 42e d’infanterie cherchant sa route. Il s’offrit à être son guide, et comme il restait encore sept frères dans la hutte paternelle, il résolut tout à coup de tâter de l’infanterie53. »

55Ce dernier cas est représentatif d’une inspiration qui s’opère dans des circonstances comparables. Qu’elle soit sonore, comme pour Chuchuniou, ou plus souvent visuelle, comme pour Schuffrenkes, la sollicitation qui entraîne cette vocation est presque toujours celle du régiment qui passe. Cet élément déclencheur rejoint des observations de terrain. Dans son rapport sur le comportement des élèves du primaire pendant la guerre en cours, la Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant signale une

cause d’absence fréquemment indiquée [par les maîtres] : la présence de troupes. C’est sur les garçons que s’exerce surtout l’attraction des cantonnements ; alors ils assistent aux défilés, ils regardent les exercices, ils s’amusent aux moindres détails ou même ils vont vivre avec les soldats. L’action est d’autant plus forte qu’il y a plus de changements. Toute troupe nouvelle, tout mouvement : passage de troupes coloniales ou de voitures d’aviation, départ, etc., suscite des désertions scolaires54.

56Le lieutenant Herscher narrativise cette fascination lorsqu’il évoque dans ses notes de guerre le petit Raoul, qui va à l’école en conduisant ses petites sœurs et s’arrête à tout bout de champ pour admirer la troupe :

Raoul prolonge manifestement le temps qu’il faut pour descendre la rue du village. Aussi, elle est pleine d’attraits. Tous ces chevaux ! Et puis cette familiarité avec les hommes, qui lui donnent, en passant, une tape amicale dans le fond de sa culotte de zouave55 !

57Si cet engouement ne provoque ici qu’un absentéisme ponctuel, il aide à comprendre que, dans des récits de propagande, il serve d’élément déclencheur à des fugues et autres velléités d’engagement. C’est dire que notre récit de révélation porte principalement sur la catégorie des personnages fugueurs et volontaires, et non celle des personnages de victimes. Et même lorsque l’auteur se borne à narrer les faits de l’extérieur, le fait de ne pas rendre compte des conditions psychologiques de cet engagement héroïque crée précisément cet effet de spontanéité caractéristique de la révélation : « C’était au début de la guerre ; un régiment d’infanterie traversait la Champagne, se dirigeant vers la frontière. Un jeune paysan, à peine âgé de 15 ans, se mit en route avec les soldats et ne voulut plus les quitter56. »

58Parodiée quelques années plus tard par Céline au début de Voyage au bout de la nuit57, la scène du régiment qui passe en déclenchant des vocations juvéniles sert de scène dernière58 au petit roman Les Volontaires de la Revanche. L’histoire est celle des démêlés amoureux de trois adolescents parisiens, jusqu’à ce que la guerre survienne et ramène les protagonistes à des préoccupations plus patriotiques. Deux d’entre eux s’engagent, alors que le troisième, Petit-Gig, le plus désinvolte de la bande, hésite encore. Attablés à la terrasse d’un café, les deux engagés cherchent à convaincre Petit-Gig de faire de même. Mais le spectacle du régiment qui passe sera peut-être plus persuasif qu’une argumentation :

Fais ton devoir, mon cher André. Et il n’y en a pas deux en ce moment. Un cavalier comme toi, un beau gas [sic] bien fort et qui n’a jamais eu froid aux yeux, quel dragon épatant tu feras ! [...]
Toto n’acheva pas sa phrase. Une immense rumeur s’élevait de la foule. Une fanfare retentit toute proche. Et l’on vit s’avancer, au pas lent des chevaux bien dressés, fendant la cohue qui avait envahi la chaussée, un régiment de cuirassiers.
Tous étaient couverts de fleurs. Des bouquets au mors, à la selle, à la cuirasse. La plupart tenaient dans la main droite, une admirable rose rouge à la longue tige.
Et les femmes criaient ! Et les hommes acclamaient ! Et les gosses couraient entre les chevaux pour être plus près des héros.
La Marseillaise éclata à une fenêtre à laquelle se pressaient une dizaine d’ouvriers59.

Réhabilitation de l’instinct

59À la différence d’une éducation qu’il est toujours loisible d’adapter et de relativiser, une révélation ne souffre pas de contradiction ni de demi-mesures si l’on décide de répondre à son appel, qui trouve son origine dans une manière d’atavisme national que nos auteurs se gardent de préciser. L’enfant n’a pas besoin de formation, ni pour être animé de sentiments patriotiques, ni pour se rendre utile dans cette guerre.

60Le patriotisme est moins présenté comme une construction culturelle nécessitant une adhésion réfléchie à des valeurs que comme une donnée instinctuelle qu’il suffit de mettre au jour. En témoigne la représentation de la nation française comme race : « Je vous aide à pénétrer en vos jeunes âmes, pour y éclairer les réserves de vos forces ethniques, et vous en révéler la richesse », indique aux jeunes lecteurs le préfacier de La Jeunesse héroïque60. « Le petit Français [...] connaît d’instinct le maniement d’arme avant de savoir épeler les lettres de son alphabet », expliquent Jacquin et Fabre dans Petits héros de la Grande Guerre61. Quant à Jean, le protagoniste du roman de Colomban, « il est né soldat ! D’instinct il prend le pas militaire62. » L’« instinct » précède donc l’éducation dans des domaines vitaux, et fait aussi bien qu’elle.

61Ainsi s’opère la liaison, lorsque les auteurs font l’effort de l’expliciter, entre une très haute idée du devoir patriotique et le ressourcement dans un atavisme où se mêlent confusément l’instinct biologique et les spécificités de la race française, au sens qu’avait ce mot « race » au tournant du xixe et du xxe siècle : « un groupe humain possédant des caractères communs transmis par l’hérédité63 » – définition encore élargie dans la littérature industrielle de l’époque, « car tout fait “race” dans le roman populaire64 ». Dès lors, l’objectif assigné à l’enfant est moins de prendre l’adulte pour modèle que de prendre les héros pour modèles. Le message implicite, c’est qu’il n’y a pas besoin d’être un adulte pour faire un héros. Les romanciers rapportent une brusque mutation héroïco-guerrière de l’enfance, qui n’en reste pas moins enfance. L’enfant-soldat Bob est un garçonnet « qui fit à sa manière son devoir le plus grandement qu’il put, sans le savoir, simplement, parce qu’il était un bon petit Français, et que tout naturellement il aimait la justice, la bonté, l’égalité et la fraternité65 ». Le petit Bob se révèle un héros, et ce sans qu’il y ait besoin d’apprentissage. L’enfant est resté un enfant, mais est devenu héroïque.

62En somme, instinct et atavisme national sont même plus accessibles à l’enfant, qui n’a pas encore été formaté par l’éducation, qu’à l’adulte. Cette idée est suggérée dans le roman pour la jeunesse Les Robinsons de Sambre-et-Meuse. L’auteur, Edmond Chollet, compare les aventures de deux soldats adultes qui se sont évadés d’un camp de prisonniers à celles d’un groupe d’enfants qui se sont réfugiés dans la forêt des Ardennes. Il évoque « les deux soldats, épris depuis la guerre de la vie d’aventures où les succès se mesurent à toutes sortes de vertus primitives que les hommes devaient réapprendre et que les enfants avaient pratiquées d’instinct66 ». L’utilisation laudative des termes « primitive » et « d’instinct » dans ce commentaire est notable. La guerre brise le carcan culturel des êtres humains et leur permet de déployer sans contrainte leur énergie et leur volonté. Et dans ces situations, les enfants sont mieux lotis que les adultes, car ils sont moins inhibés qu’eux, plus près de l’instinct qu’eux.

63Dès lors, la littérature de ces années 1914-1918 peut ponctuellement exalter au nom de la patrie une forme d’antihumanisme. Sur le champ de bataille est un recueil à l’usage des enfants composé par l’abbé Blain des Cormiers. Il contient des citations à l’ordre du jour, des extraits de journaux et de correspondances. Une citation reprend l’observation amère de La Fontaine sur la cruauté infantile, mais pour la célébrer, puisqu’elle s’exerce désormais aux dépens de l’adversaire : « Cet âge est sans pitié. Mais ce n’est pas le moment de le lui reprocher67. » Et dans un texte qui évoque avec enthousiasme les « noms d’enfants héroïques », Edmond Teulet affirme qu’« il y a le surenfant, comme il y a le surhomme68 ». En voulant rivaliser avec Nietzsche, philosophe « boche », Teulet fait de l’enfant français le meilleur adversaire du soldat adulte allemand. Le « surenfant » est un combattant de premier ordre précisément parce qu’il n’est pas un adulte, mais une mutation superlative de ce qu’est un enfant par rapport à un adulte. C’est parce qu’il a conservé son instinct, son énergie et sa témérité d’enfant qu’il est un redoutable guerrier.

64Le personnel de boy-scouts du roman Éclaireurs Robinsons illustre ce que devait être le surenfant pour Teulet. Ces jeunes gens combattent les Allemands avec une totale absence de scrupules, redoublée par le récit complaisamment morbide qu’en fait le narrateur, par exemple lorsque l’un d’entre eux, âgé de 14 ans, déclenche une explosion dévastatrice sur le passage de soldats allemands :

Parmi le déchirement d’une explosion, une flamme monta à cent mètres dans les airs. Au milieu de cette langue de feu, les éclaireurs, les matelots français virent, l’espace d’une seconde, les silhouettes des boches cabrioler, se tordre, culbuter, puis se fondre, se réduire...
Parmi le tableau terrible de cette danse macabre par des monstres de feu vomis de l’Enfer, ils purent distinguer la forme massive de Sudermann.
Rejeté à quelques pas en avant du cercle enflammé, torche vivante, le misérable se roulait sur le sol avec des cris de damné.
Et bientôt, les éclaireurs ne purent détacher leurs yeux d’un petit tas noirci, semblable à quelque loque informe.
C’était tout ce qui restait d’un traître69.

65Une sensibilité minoritaire dans notre corpus exalte l’instinct et la force, qui seraient un moyen d’accomplissement de l’être humain, notamment à travers les figures de l’enfant et de l’adolescent. Ainsi s’insinue cette idée qui renverse les opinions usuelles et selon laquelle la violence est plus appropriée à la jeunesse qu’à l’âge adulte. En effet, les jeunes seraient plus proches que les adultes de cet état d’esprit primitif ou « primitiviste ». Parce que leur violence est spontanée, elle ne saurait être que salutaire. Quelques pièces de notre corpus font le lien entre une résurgence proclamée de l’atavisme national et un retour à la sauvagerie primitive. Le héros adolescent du roman La Bombe silencieuse, combattant occasionnel lors d’un affrontement, constate que « par ces temps de guerre, l’homme primitif, avec ses facultés de bête sauvage, renaît en [lui]70 ». Cette remarque en rappelle plusieurs autres du même ordre, faites par des personnages adultes. La particularité de celle-ci est de figurer dans un roman publié par l’éditeur catholique Mame, spécialisé dans la littérature pour la jeunesse. Le conflit qui ravage le pays est un moyen détourné pour un petit nombre d’auteurs de remettre en question la vie policée des États modernes et démocratiques, qui inhiberait les meilleurs d’entre leurs sujets. On est loin du message propagandiste diffusé de manière massive, et qui veut que dans cette guerre la France soit la championne de la civilisation contre la barbarie germanique.

66Dès lors, il est logique que beaucoup de ces récits de révélation soient fondés sur l’inversion du rapport usuel entre adultes et enfants. L’enfant – le surenfant – n’est plus celui qui apprend, mais celui dont on apprend, qui donne l’exemple aux adultes, à l’instar de Fritz le Lorrain : « La conduite de ce gamin de onze ans donne du courage à nos plus vieux soldats71 ». C’est pourquoi un nombre notable de récits de cette période applique le schéma de l’enfant qui sauve des adultes – civils ou militaires – et non l’inverse. Georges Hurlu – 14 ans – risque sa vie dans une zone de combat pour ramener à l’arrière son père grièvement blessé72. De même, le charisme du surenfant romanesque fait qu’il s’impose comme le chef d’un groupe composé d’adultes. Le lieutenant Dancourt, le lieutenant anglais Teddy Riley et le fantassin Système composent le personnel d’auxiliaires au service de Zizi, « le tueur de Boches ». Dans le camp de prisonniers où il a été interné, le jeune Guy d’Arlon commande un groupe de trois adultes, anglais, français et polonais (Du lycée aux tranchées). Dans Éclaireurs Robinsons, le capitaine de vaisseau anglais Buxton aborde sur une île tenue par sept éclaireurs de France qui s’opposent aux troupes allemandes. Il déclare à Vasseur, le chef de la petite bande : « Vous êtes de braves petits Français et nous, Anglais, sommes vos alliés fidèles. À mon bord, je suis le maître, ici, je serai sous vos ordres73. »

67La question de la violence exercée par de jeunes protagonistes et présentée de manière favorable par les romanciers relève d’une problématique qui, pour Matthieu Letourneux, est celle de tout récit d’aventures : les relations entre civilisation et barbarie. Dans bien des romans d’aventures de guerre, nos jeunes héros tirent parti d’un conflit armé pour transgresser les règles de la vie en société – pas seulement contre l’ennemi, d’ailleurs –, et ce avec l’aval du narrateur. Letourneux indique à cet égard que « la guerre est sans doute un des seuls lieux où la sauvagerie se convertit en vertu74 ». Comment les auteurs et avec eux les lecteurs peuvent-ils concilier cette sauvagerie assumée et cette défense revendiquée de la civilisation ? Nous n’avons trouvé aucune justification dans notre corpus. Ce n’est certes pas dans les attributions de nos littérateurs. C’est d’autant moins le cas que cette contradiction participe de cette mauvaise foi qui, pour Letourneux, est l’une des dimensions importantes du roman d’aventures « comme discours contradictoire et comme masque, déléguant dans tous les niveaux du récit une relation à l’aventure faite tout à la fois de refus et de désir75 ».

68On peut ajouter à cette mauvaise foi (ou comme relevant d’elle) la distinction entre barbare et sauvage empruntée à Michel Foucault par l’historien de la Grande Guerre Nicolas Beaupré pour mieux cerner la perception que l’on avait à cette époque des différents belligérants : « Alors que le barbare s’oppose à la civilisation de manière irrémédiable, le sauvage, lui, “est toujours sauvage dans la sauvagerie avec d’autres sauvages ; dès qu’il est dans un rapport de type social, le sauvage cesse d’être sauvage”76. » Cette distinction retient d’autant plus l’attention que le vocabulaire de la littérature de propagande française durant ces années réserve systématiquement ou presque le mot « barbarie » au soldat allemand et le terme « sauvagerie » au guerrier français. Ce comportement à géométrie variable est en effet celui de bien des héros de romans de guerre de cette période, a fortiori de combattants juvéniles. Si « Petit Pierre », 13 ans, « était radieux de “démolir” des Boches, et cela lui apparaissait amusant comme un jeu77 », le même enfant et son cousin fondent en larmes « au souvenir de leur cher pays78 » envahi par les Allemands.

Révélation, éducation et propagande en littérature de jeunesse

69La brusque maturation des protagonistes, leur héroïsme spontané qui n’a rien à envier à celui des adultes sont des postulats anthropologiques qui permettent aussi des affirmations à caractère polémique : puisque les enfants français ont ces qualités, il ne reste plus qu’à tolérer leur participation dans les rangs de l’armée en guerre.

70À cet égard, il faut souligner la dimension propagandiste du récit de révélation dans l’ensemble de textes qui a priori lui sont le moins favorables : la littérature pour la jeunesse, dont nous avons déjà cité plusieurs exemples. Le développement du récit de révélation est redevable des impératifs de mobilisation des esprits et des énergies juvéniles pendant le conflit, impératifs qui, dans une large mesure, écartent la littérature pour la jeunesse du modèle de l’apprentissage qui est souvent proposé aux jeunes lecteurs.

71En effet, si cette littérature poursuit des objectifs de divertissement, les visées éducatives d’information et de formation des lecteurs sont également présentes, dans des proportions et sous des formes variables. Il suffit pour s’en convaincre de rappeler le tollé qu’ont suscité dans les milieux conservateurs les publications pour la jeunesse de la maison Offenstadt en ces premières années du xxe siècle, précisément parce qu’elles délaissaient la portée éducative du genre au profit du pur (et, pour beaucoup, vulgaire) divertissement : l’alphabétisation qui se généralise en France développe maintenant un « public populaire [qui] est perçu par bon nombre de maisons d’édition comme un nouveau marché, facile et peu exigeant79 ». Or les récits que nous examinons introduisent un troisième paramètre, lié aux circonstances historiques de leur production : celui du message propagandiste. Laurence Olivier-Messonnier note, pour ce qui est des périodiques de l’époque, qu’« il existe une réelle propagande culturelle française perçant en filigrane sous la littérature de jeunesse80 ». Concrètement, les lecteurs juvéniles vivent par procuration des aventures supposées palpitantes, s’engagent par leur biais dans une démarche d’éducation, mais sont également mobilisés pour appréhender comme il se doit la guerre en cours et y participer dans la mesure de leurs moyens. Le récit de révélation est le produit le plus abouti de cette « intrusion d’objectifs et de moyens propagandistes au sein d’une littérature pour la jeunesse traditionnellement focalisée sur des objectifs éducatifs81 ».

72Cette intrusion met en évidence une convergence et une contradiction. La convergence porte sur la gestion des séquences temporelles. On ne peut pas ne pas faire le rapprochement entre la brusquerie de la prise de conscience ou impulsion du futur combattant juvénile et la situation de danger mortel que vit le pays dans les premières semaines du conflit. Cette crise héroïque de l’enfant que décrivent les récits de révélation traduit le sentiment d’une urgence de la mobilisation face à un péril aigu. Le temps de la guerre – qui est aussi celui de la propagande – disqualifie celui de la maturation progressive d’un être humain que prend volontiers en charge la littérature pour la jeunesse. L’immédiateté, la précocité prodigieuse, le dévouement total à une cause transcendante qui caractérisent ces personnages traduisent de la part de leurs créateurs la volonté de bousculer les procédures et les objectifs usuels de ces écrits éducatifs.

73La contradiction tient au caractère anti-éducatif de la scène stéréotypée du régiment qui passe sous le regard fasciné du protagoniste. Loin de mettre en lumière un mystérieux atavisme patriotique, ce passage du régiment joue simplement sur la séduction. La description la moins déformée de ce mécanisme qui aboutit au choix d’incorporer l’armée se trouve involontairement dans le recueil d’un compilateur pour la jeunesse déjà mentionné, l’abbé Bretonneau. C’est ici le jeune Mercadier (16 ans et demi) qui rapporte, ou plutôt à qui Maurice Barrès fait rapporter la scène : « La vue des canons, le hennissement des chevaux, l’allure martiale des cavaliers décidèrent de ma vocation. Le soir même, j’étais des leurs, habillé et armé, ainsi que trois autres volontaires. Mon instruction fut brève. Quarante-huit heures après, j’étais de garde82. »

74La scène réunit un faisceau de circonstances qui exercent sur l’adolescent une attraction irrésistible. Il se trouve d’abord en présence d’une force organisée, et dont l’organisation s’affiche, dans un contexte de désorganisation liée à l’invasion. De plus, cette armée est composée d’hommes adultes, ce qui ne peut laisser indifférents des enfants qui ont perdu leur père ou leur grand-frère, ou qui ne les ont pas revus depuis des mois et qui vivent désormais dans des familles ou des communautés administrées par des femmes. À cela s’ajoute le prestige de l’uniforme et de l’armée française : « Entre 1870 et 1914, écrit l’historien Bertrand Joly, l’armée jouit donc d’une popularité immense, irréfléchie, aveugle83 ». Remarquons encore et surtout, car ce n’est pas le moindre principe de séduction, que cette force organisée est de passage : elle traverse le village ou n’y bivouaque que pour la nuit, c’est-à-dire qu’elle se dérobe à toute possibilité de saisie durable, ce qui la rend d’autant plus désirable.

75Pour une littérature à dimension éducative qui prône la réflexion et la raison, cette scène ne devrait pas être décrite en termes favorables. En toute rigueur, c’est bien une apologie des apparences, de la séduction, du premier mouvement qui est faite ici. Or la séduction est forcément diabolique d’un point de vue religieux (point de vue que doit épouser, par exemple, l’abbé Bretonneau) ou trompeuse du point de vue rationaliste et positiviste qui informe la morale à l’usage des enfants de l’école républicaine. Le récit de révélation flatte ici ce contre quoi le récit de formation visant un public juvénile ne cesse de mettre en garde. Il dessert l’éducation pour servir la propagande.

Notes de bas de page

1  Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien, Paris, Éditions du Seuil, 2007, p. 108.

2  Alfu [Alain Fuzellier], Les Tueurs de Boches : les romanciers populaires dans la Grande Guerre, Amiens, Alfu & Encrage, 2016, passim.

3  Matthieu Letourneux, Le Roman d’aventures : 1870-1930, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2010, p. 32.

4  Ibid., p. 19.

5  Ibid., p. 33.

6  Jean-Yves Tadié, Le Roman d’aventures, Paris, Presses universitaires de France, 1982, p. 17.

7  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », Paris, Fayard, 1915, p. 21.

8  Jules Chancel, Du lycée aux tranchées [1917], Amiens, AARP & Encrage, 2012, p. 91-149.

9  Pierre Adam, Trois cœurs de France, paru dans La Croix d’honneur, nº 34, 29 août 1915, p. 6.

10  Jules Chancel, Sous le masque allemand, Paris, Delagrave, 1917.

11  Paul Bleton, « Espionnage, crime et châtiment (1871-1918) », dans Ellen Constans & Jean-Claude Vareille (dir.), Crime et châtiment dans le roman populaire de langue française du xixe siècle, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 1994, p. 131.

12  Colonel Royet, Le Défi d’un boy-scout, paru dans Le Journal des voyages, nº 863 à 897, 15 juin 1913-8 février 1914.

13  Colonel Royet, Éclaireurs Robinsons, paru dans Le Journal des voyages, nº 914 à 941, 7 juin 1914-11 juillet 1915.

14  Marcel Fabre, En guerre ! Les boy-scouts francs-tireurs, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 78 à 343, 25 décembre 1913-5 juin 1919.

15  Colonel Royet, Éclaireurs Robinsons, op. cit., nº 941, 11 juillet 1915, p. 95.

16  Joseph Jacquin & Aristide Fabre, Petits héros de la Grande Guerre, Paris, Hachette, 1918, p. 79.

17  Colonel Royet, Éclaireurs Robinsons, op. cit., nº 941, 11 juillet 1915, p. 95.

18  D. H. Parry, Les Éclaireurs rouges, paru dans L’Intrépide, nº 273, 14 novembre 1915, p. 11.

19  Ibid.

20  Matthieu Letourneux, Le Roman d’aventures : 1870-1930, op. cit., p. 20.

21  Ibid., p. 40.

22  M. Deschamps, La Grande Épreuve, paru dans L’Écho d’Alger, vol. 5, nº 1 526, 18 mai 1916 [1915], p. 3. Une citation plus importante de cette scène est donnée en annexe.

23  Abel Hermant, Cincinnatus, paru dans Le Journal, nº 8 528, 1er février 1916, p. 4.

24  Ibid.

25  Ibid. Une citation plus importante de cette scène est donnée en annexe.

26  Ibid.

27  Marie Girardet, Braves cœurs : histoire d’une famille française pendant la guerre [1916], Paris, Delagrave, 1917, p. 153.

28  Reginald Véran, Le Fils du prisonnier, paru dans La Jeune France, vol. 3, nº 115, 20 mai 1917, p. 3.

29  Pierre Adam, Trois cœurs de France, paru dans La Croix d’honneur, nº 40, 10 octobre 1915, p. 7.

30  Mme Pascal-Saisset, Histoire d’un orphelin de la guerre, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 192, 1916, p. 32.

31  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », op. cit., p. 560.

32  Abel Hermant, Cincinnatus, op. cit., p. 11. Les prochaines références à ce texte mentionneront, entre parenthèses, la page dans cette édition.

33  Arnold Van Gennep, Les Rites de passage [1909], Paris, Picard, 1981, p. 14.

34  Léon Peigné, Le Diable noir, dans Jeunesse et vaillance, Paris, Gedalge, 1916, p. 121.

35  Abel Romorant, Le Petit François, paru dans L’Image de la guerre, nº 11, janvier 1915, p. 2.

36  Pierre Valdagne, Le Jambon de Grapu, paru dans Le Journal, nº 8 143, 12 janvier 1915, p. 2.

37  Ibid., nº 8 145, 14 janvier 1915, p. 2.

38  Anonyme, La Mission de Paulot, paru dans Les Belles Images, vol. 15, nº 727, 1er août 1918, p. 6.

39  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, paru dans L’Étoile noëliste, nº 41, 18 février 1915, p. 125.

40  Georges Le Faure, Chuchuniou [1915], Paris, Tallandier, « Les jolis romans », 1932, p. 64.

41  Arnould Galopin, Les Petits Bleus de la 8e, paru dans Le Petit Journal, nº 19 948, 8 août 1917, p. 2.

42  H.-J. Magog, L’Espionne d’Èze, paru dans L’Éclaireur de Nice, nº 304, 31 octobre 1915, p. 4.

43  Charles Guyon, Bleus et volontaires au feu, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 213, 1917, p. 5.

44  Georges Le Faure, Chuchuniou, op. cit., p. 64.

45  Stéphane Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants : 1914-1918, Paris, Armand Colin, 1993, p. 74.

46  H. Bezançon, Le Petit Marchand de mouron, paru dans La Jeunesse illustrée, vol. 16, nº 759, 31 mars 1918, p. 6.

47  Judith Gautier, Un général de cinq ans, Paris, Berger-Levrault, 1918, p. 18.

48  Ibid.

49  Pascal Forthuny, Graine de héros, Paris, Maison de l’édition, « Petite bibliothèque de la Grande Guerre », 1915, p. 2.

50  Henriette Perrin, Le Roi chevalier, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 154, 1915, p. 34.

51  Étienne Jolicler, Six mois de guerre, Tours, Mame, 1915, p. 87.

52  Louis Techary, Bob, Top et Lili ou Les Aventures d’un aviateur de 15 ans, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 264, 29 novembre 1917, p. 5.

53  Joseph Jacquin & Aristide Fabre, Petits héros de la Grande Guerre, op. cit., p. 21.

54  Collectif, Nos enfants et la guerre, enquête de la Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant, Paris, Alcan, 1917, p. 49.

55  E. Herscher, Quelques images de la guerre, Paris / Nancy, Berger-Levrault, 1917, p. 46.

56  Jean Guirbal, La Grande Guerre en compositions françaises, Paris, Nathan, 1915, p. 44.

57  Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Paris, Denoël, 1932.

58  À moins que la version que nous avons consultée sous forme de microfiches soit tronquée.

59  Pierre de La Marne, Les Volontaires de la Revanche, Paris, Ferenczy, « Le petit livre », 1915, p. 123.

60  Edmond Haraucourt, « Préface », dans Gustave Fraipont, La Jeunesse héroïque [1917], Paris, Lointier, s. d., p. 3.

61  Joseph Jacquin & Aristide Fabre, Petits héros de la Grande Guerre, op. cit., p. 5.

62  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, op. cit., nº 35, 6 janvier 1915, p. 26.

63  Carole Reyniaud-Paligot, La République raciale : 1860-1930, Paris, Presses universitaires de Lyon, 2006, p. 12.

64  Jean-Marc Proust, Racisme et nationalisme dans le roman populaire français sous la IIIe République, thèse de doctorat, sous la direction de Claude De Grève, Université Paris Nanterre, 1997, p. 703.

65  Guy Lionnet, Historiettes glorieuses pour les enfants, Paris, [s. n.] 73, Boulevard Saint Michel, 1915, p. 21.

66  Edmond Chollet, Les Robinsons de Sambre-et-Meuse [1915], Lausanne, Spes, 1917, p. 138.

67  Abbé Blain des Cormiers, Sur le champ de bataille, Paris, Beauchesne, 1914, p. 253.

68  Edmond Teulet, La Guerre et l’enfant, Paris, Maison de l’édition, « Petite bibliothèque de la Grande Guerre », 1915, p. 4.

69  Colonel Royet, Éclaireurs Robinsons, op. cit., nº 941, 11 juillet 1915, p. 94.

70  Charles Dodeman, La Bombe silencieuse, Tours, Mame, « Collection pour tous », 1916, p. 198.

71  Charles Guyon, Les Braves Petits Français pendant la guerre, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 147, p. 29.

72  Joseph Jacquin & Aristide Fabre, Le Boy-scout de la Revanche [1915], Paris, Hachette, 1917, p. 243.

73  Colonel Royet, Éclaireurs Robinsons, op. cit., nº 937, 13 juin 1915, p. 23.

74  Matthieu Letourneux, Le Roman d’aventures : 1870-1930, op. cit., p. 363.

75  Ibid., p. 356.

76  Nicolas Beaupré, Écrits de guerre : 1914-1918 [2006], Paris, CNRS, 2013, p. 274.

77  Mme Pascal-Saisset, Histoire d’un orphelin de la guerre, op. cit., p. 28.

78  Ibid., p. 26.

79  Alain Fourment, Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants (1768-1988), Paris, éditions Éole, 1987, p. 151.

80  Laurence Olivier-Messonnier, Guerre et littérature de jeunesse française (1870-1919), thèse de doctorat, sous la direction de Robert Pickering, université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II, 2008, vol. 1, p. 984, en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00681071/document (avril 2021).

81  Daniel Aranda, « Écrire la guerre pour les enfants : essor du récit de révélation dans la littérature française pour la jeunesse durant la Grande Guerre », dans Fiona McIntosh-Varjabedian et al. (dir.), Écrire la guerre, écrire le conflit, Lille, Éditions du conseil scientifique de l’université Lille III, 2016, p. 74.

82  Abbé Léon-Joseph Bretonneau, L’Apostolat de la jeunesse pendant l’année de la guerre, Paris, Téqui, 1916, p. 158.

83  Bertrand Joly, « Le souvenir de 1870 et la place de la Revanche », dans Stéphane Audoin-Rouzeau & Jean-Jacques Becker (éd.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2004, p. 114.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.