Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Trois scénarios pour l’enfant-soldat

p. 65-86


Texte intégral

1Les enfants-soldats sont des enfants qui ont été acceptés par l’armée, et à cet égard ils ne représentent qu’une portion de ceux que nous appelons des combattants juvéniles. Ce cas particulier d’enfant ou d’adolescent en armes, qui contrevient à la législation française du temps en matière de recrutement, constitue un point de divergence dans le positionnement idéologique des auteurs. La manière dont ces derniers considèrent cette législation interfère avec l’organisation et le contenu de leurs histoires, et bien entendu avec les commentaires du narrateur. C’est pourquoi nous nous limitons dans ce développement aux aventures ou mésaventures fictionnelles de ces jeunes protagonistes qui veulent devenir soldats de l’armée française en dépit du règlement, qu’ils y parviennent ou pas. Différentes configurations organisent ces histoires, déterminées par des prises de position idéologiques distinctes qui prouvent la liberté d’opinion sur cette question, et soulignent le caractère particulier – voire paradoxal – de la propagande française entre 1914 et 1918.

2Un premier groupe de textes relève de ce qu’on pourrait appeler un scénario de compromis. Leurs auteurs rapportent les aventures héroïques d’enfants-soldats durant cette guerre, mais prennent des précautions pour ne pas heurter de front la règlementation sur la conscription. Un deuxième ensemble de récits propose une célébration radicale des enfants-soldats dans la guerre en cours. Il appelle visiblement de ses vœux une mobilisation de type militaire de l’enfance, et par le biais de la fiction oppose une fin de non-recevoir aux principes qui inspirent la loi sur l’âge de recrutement des volontaires. Un scénario de condamnation régit le troisième et dernier groupe de récits. Ce sont des histoires d’enfants ou de jeunes adolescents qui éprouvent la plus grande envie de combattre l’ennemi les armes à la main, mais qui ne parviendront pas à leurs fins, parce que leurs créateurs estiment que le temps des combattants juvéniles est révolu. Il faudra s’interroger sur le très faible nombre d’histoires qui suivent ce dernier scénario. Nous évoquerons enfin quelques récits qui tiennent des discours contradictoires à propos des enfants-soldats, et illustrent les limites d’une appréhension exclusivement idéologique de ces textes.

Le scénario de compromis

3La malléabilité de la fiction permet aux auteurs de ce premier groupe de textes de rapporter des histoires de combattants juvéniles dont l’exaltation héroïque se combine avec le plus de prudence réglementaire possible.

Des volontaires de 17 ans

4Les jeunes gens qui s’engagent à 17 ans ne sont pas des enfants-soldats au sens que nous donnons à cette expression, puisqu’ils ne contreviennent pas à la loi. Nous souhaitons cependant inclure ces personnages dans ce développement. En effet, lorsqu’on lit des histoires de jeunes gens qui se présentent au conseil de révision, on est frappé par un âge qui est presque systématiquement de 17 ans, et non pas 18 ou 19. Ce choix permet aux auteurs d’éviter de mettre en œuvre un combattant illicite tout en affichant que c’est bien le plus jeune âge possible qu’ils souhaitent plébisciter. Cette pratique est donc un indicateur d’une volonté de compromis de leur part.

5Aristide, l’ami du protagoniste des Aventures d’un enfant de Provence, s’est engagé « dès qu’il a pris ses 17 ans. Il n’y avait plus moyen de le tenir1 ». Dans un roman d’Abel Hermant, Heures de guerre de la famille Valadier, Lucien, le fils de famille, s’est engagé alors qu’il « n’avait pas dix-huit ans2 ». Et « l’Aztèque3 », surnom donné au héros de la nouvelle de Georges Le Faure, s’engage au même âge. Quant au conte de Valdagne intitulé Les Deux Bras4, il présente une mère qui finit par autoriser son enfant de 17 ans à s’engager, une fois qu’elle a rendu visite à son mari amputé de guerre. Ce même âge est présumé avec plus ou moins de bonne foi par le personnage de Gringalet dans le roman-feuilleton éponyme du Bon-Point amusant. Orphelin élevé par l’Assistance publique, Gringalet ne connaît pas son âge exact. Lorsque l’officier commandant sa compagnie lui pose la question, il répond : « Je crois que j’ai dix-sept ans, capitaine. Si je ne les ai pas..., je ne dois pas en être bien loin en tout cas5. »

6Mieux encore, certaines histoires mettent en scène des jeunes gens poussant la coquetterie jusqu’à s’engager le jour de leur dix-septième anniversaire. Bernard d’Andeville, le beau-frère du héros de L’Éclat d’obus, a « dix-sept ans le jour de [s]on engagement6 ». Il en est de même pour le protagoniste du roman d’Abel Hermant, Histoires héroïques de mon ami Jean, qui explique à sa mère : « Je pense que je dois m’engager le jour de mes dix-sept ans7 », ce qu’il fera. Dans le même quotidien, Edmond Haraucourt campe un sergent qui s’est engagé « le jour où [il] a eu dix-sept ans, Papa et Maman l’ont permis8 ». Ces auteurs choisissent donc la voie de la légalité pour leurs protagonistes, légalité purement comptable, tout en leur faisant garder le bénéfice de la plus grande jeunesse admise. C’est une manière, parmi d’autres que nous examinerons ultérieurement, de créer des personnages impossibles dans la France de 1914 : des enfants-soldats réglementaires.

7Cette voie narrative engendre une possibilité de psychologie particulière du jeune combattant. Son impatience patriotique se donne à la fois comme ardente et raisonnable. Le romancier Abel Hermant tire le meilleur parti de cette virtualité. Le patriotisme de son jeune héros Jean « n’est plus tout à fait désintéressé », car il veut dès que possible venger son père tué à l’ennemi. Il en résulte un état d’esprit qui n’est pas celui de l’héroïsme tapageur des récits populaires, et qui n’est même plus de l’héroïsme d’après le narrateur du récit : « Jean était héroïque avant la mort de son père, il ne l’est plus. Sans doute parce qu’il n’est plus un enfant. Les vrais héros sont les enfants. L’héroïsme ne comporte aucune maturité d’esprit9. » Cette maturité d’esprit douloureusement acquise détermine Jean à attendre l’âge légal.

Justifier l’illégalité

8D’autres auteurs s’engagent dans la rédaction de récits qui contournent la législation, mais avec prudence, en déployant une batterie de circonstances diégétiques et d’arguments qui expliquent sinon justifient l’infraction. Leur ligne de défense est que l’adoption de l’enfant-soldat résulte d’un cas de force majeure. C’est pourquoi, sur les deux grandes catégories d’histoires qui produisent des combattants juvéniles, celle du héros victime est plus exploitée que celle du héros volontaire.

9La première difficulté pour de tels auteurs consiste à justifier qu’un mineur puisse quitter le domicile familial pour rejoindre le front. La solution romanesque la plus économique consiste à faire du héros un orphelin de père et de mère, ou seulement de mère, sachant que le père peut être absent en tant que soldat au front, voire disparu ou prisonnier dans un camp en Allemagne, et à ce titre difficilement joignable. C’est le cas dans le roman pour la jeunesse Le Roman d’un petit Français, où le personnage d’André vient se réfugier avec sa petite sœur auprès de la troupe après avoir échappé aux Allemands. La réaction des poilus se justifie sans peine : « Les mioches, répondit un sergent, on ne peut que les garder avec nous jusqu’à ce qu’on puisse sans danger les mener au village le plus proche10. » C’est encore le cas d’Yvon le mousse qui s’explique : « Je n’ai plus de parents ; mon père était lieutenant de vaisseau, il a été tué en Belgique ; ma mère est morte aussi, tuée par le chagrin11. » Il en est de même pour le personnage de Claude, « enfant d’une dizaine d’années12 », dans la nouvelle Le Petit Poilu : son père et sa mère sont morts alors qu’il n’était qu’un bébé, le grand-père qui s’occupait de lui est décédé également, et la famille de châtelains qui l’a recueilli se disperse lors de l’invasion germanique. L’auteur fait donc table rase de toute attache pour son héros ; ce n’a ainsi plus personne à qui désobéir ou mentir pour s’engager dans l’armée.

10Cependant, en procédant de la sorte, le romancier justifie également le désir de combattre de l’enfant, désir qui est d’abord une volonté de venger les siens. Dans le roman Les Enfants du Lorrain, par exemple, le grand-père de « Maurice et Georges Courtois, jeunes garçons de seize et quatorze ans13 » veille sur ces deux orphelins de père et de mère. Or il est fusillé par les Allemands, et l’aîné peut proclamer sur son lit de mort : « Je te jure aussi que tu seras vengé14. » Le jour suivant, Maurice parvient à gagner les lignes françaises et s’enrôle dans l’armée. Il articule donc sa soif de vengeance privée sur le supposé désir de revanche collective que la France assouvit à l’occasion de cette guerre, eu égard à la défaite de 1870 et à l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine.

11Une autre circonstance permet de ménager l’autorité parentale. L’enfant a un père – ou tout autre parent masculin –, mais qui est soldat au front. Dans ce cas, quitter le domicile familial ne revient plus à fuir sa famille, mais à la retrouver, à en retrouver du moins la composante masculine absente des foyers depuis le début des hostilités. C’est ce que projette « le petit Pierre » dans une bande dessinée dont le titre reprend le message laissé par le fugueur à sa mère : Je veux aller avec Papa !15 Et lorsque Jean, le héros des Aventures d’un enfant de Provence, est rétabli d’une blessure et demande à sa grande sœur de pouvoir repartir pour le front, celle-ci hésite et finit par s’en remettre à l’aîné et chef de famille, le conscrit Guillaume, car leur père et leur mère sont morts. Mais au lieu de lui écrire une lettre et d’attendre la réponse, Jean fugue à nouveau pour retrouver son frère aîné en Argonne, et essayer de le convaincre de vive voix. Il retourne donc au front16. Guy d’Arlon utilise ce même argument du parent aux tranchées, mais de façon mensongère, cette fois. Pendant que sa mère attend anxieusement de ses nouvelles à Senlis, le héros du roman Du lycée aux tranchées fait tout pour intégrer un régiment. Pour cela, il déclare à l’officier qui l’interroge : « Mon colonel, je ne sais où aller... je n’ai de parents nulle part, sauf ceux qui sont aux armées17. »

12Le scénario de compromis le plus utilisé consiste à faire précéder le recrutement d’une assistance. Quand il arrive sur la ligne de front ou lorsqu’une escouade le découvre dans les décombres d’un village en ruines, l’enfant ou l’adolescent est dans un tel état d’épuisement, de faim et de déréliction qu’il faut bien le secourir. Ce secours sert de caution à l’action suivante, l’adoption, qui pourtant n’est en rien sa conséquence. Il suffirait à ce stade que le régiment évacue l’enfant à l’arrière et le remette à La Croix-Rouge pour qu’il ait fait son devoir. Mais ce n’est pas ce qui se produit. L’adoption et le recrutement sont présentés comme un acte de bienfaisance. Dans le roman-feuilleton Le Caporal Oscar, l’enfant-soldat Georges est sous la protection du héros, ce qui inquiète un fantassin de la compagnie :

Comment, caporal, demanda-t-il, vous avez un enfant avec vous ?
— Pourquoi donc pas ?...
— Dame !... À la guerre...
— C’est justement parce que nous sommes à la guerre que ce mioche-là m’est tombé sur les bras18...

13Mais c’est à l’officier de prendre la responsabilité de ce recrutement illicite. S’engage alors une négociation plus ou moins laborieuse avec ses hommes, qui aboutit à l’adoption et plus rarement à l’armement de l’enfant. Conteurs et romanciers s’ingénient ici à exonérer l’officier de la responsabilité ultime, celle de laisser l’enfant participer au combat en première ligne. La désobéissance du jeune héros aux ordres de ses chefs, les aléas des attaques et contre-attaques qui l’obligent à se défendre pour sauver sa vie, sont les derniers artifices circonstanciels qui forcent la main de l’officier et le déterminent à l’accepter de fait sinon de droit comme un soldat à part entière.

Un engagement temporaire

14Souvent, le romancier fait en sorte que la carrière de soldat du héros soit limitée dans le temps, soit parce qu’il meurt au combat, soit parce que le récit le laisse glorieux, mais blessé dans une chambre d’hôpital, soit encore, et c’est le cas le plus pertinent ici, parce qu’il retourne définitivement auprès des siens ou à l’arrière. Lisons le dénouement de l’historiette Le Petit Général :

La renommée de l’enfant ayant grandi, le bruit vint aux oreilles de sa mère, à l’hôpital où elle était, que son fils était au front.
Elle désira l’avoir près d’elle. On fit droit à sa demande. Ce fut un gros crève-cœur pour Lucien que de quitter la tranchée. Mais c’était un bon fils et il ne voulut pas causer à sa mère un vif chagrin.
Le « petit général » est maintenant attaché à l’hôpital où sa maman est soignée19.

15Un retour définitif à l’arrière caractérise aussi le héros du roman Petit soldat de la Grande Guerre. L’enfant-soldat Étienne est blessé dans un bombardement. Il est amputé et ne peut plus participer aux combats20. C’est le même dénouement pour le héros d’Histoire d’un orphelin de la guerre : « Le capitaine décida de ne pas garder Petit Pierre et de le confier à une colonie de pupilles de la nation21. »

16Nous interprétons ces interruptions définitives de la vie de soldat comme une concession à la règlementation en vigueur. L’engagement illicite n’est rapporté de manière avantageuse que dans la mesure où il reste un moment limité dans la vie de ces petits héros. L’auteur fait admirer l’intention de l’enfant et son courage, mais montre également que ceux-ci ne résistent pas à l’épreuve des faits et au temps long. L’enfant devient soldat, mais tôt ou tard redevient un enfant, alors même que la guerre n’est pas terminée.

Le scénario de célébration

17Durant la Grande Guerre, un pan considérable de la littérature française de fiction célèbre sans nuances le personnage de l’enfant-soldat, son courage bien français, ses exploits, parfois aussi sa mort glorieuse. Cette apologie transcrit le souhait d’une mobilisation de type militaire de l’enfance en ces temps de guerre. L’axe de déploiement de ce scénario est celui des options les plus radicales.

Des enfants opérationnels

18Ces protagonistes peuvent d’autant plus devenir soldats que leur condition physique et mentale est exemplaire. L’incipit du roman-feuilleton Le Petit Artilleur anticipe toute objection à cet égard : « Jean Maury avait à peine treize ans lorsque la guerre éclata. C’était un de ces gamins dont la vie dure des champs a bientôt fait des hommes et il était débrouillard, madré et courageux plus que ne le sont beaucoup de conscrits22. »

19Les petits héros sont d’autant plus prêts à la vie militaire qu’ils sont quelquefois des boy-scouts, ainsi que l’indiquent des titres de romans-feuilletons comme Les Boys-scouts alliés, Les Éclaireurs rouges23 ou Éclaireurs Robinsons24. Dès lors, la question de l’âge est oiseuse, comme l’explique le héros du Boy-scout de la Revanche, Georges Hurlu, devant ses camarades rassemblés : « Croyez-vous vraiment qu’il faille attendre d’avoir de la barbe au menton pour se servir d’un fusil ? Quant à moi, je ne le pense pas. Aussi ai-je résolu de partir pour le front25 ! » Si le boy-scout est l’ersatz juvénile du soldat, il est dans l’ordre des choses pour lui de passer tôt ou tard à l’étape suivante, celle du combattant. Et le plus tôt sera le mieux, car la France est en guerre.

Des enfants résolus

20La préparation physique et technique de l’enfant a pour corollaire sa haute conscience patriotique, qui détermine sa décision irrévocable d’aller combattre. Autant le scénario de compromis table sur le personnage de l’enfant victime, autant celui de célébration s’appuie plutôt sur un protagoniste volontaire. Les auteurs ne jouent plus sur les effets mélodramatiques de l’enfant orphelin et malheureux adopté par la troupe. L’engagement patriotique est plus remarquable lorsqu’aucune contrainte matérielle ne le détermine : « Aller chez sa grand-mère à Paris, jamais de la vie, par exemple ! Il en avait assez de jouer durant cette guerre le rôle ridicule d’un enfant inutile et désœuvré. Il était capable de faire un soldat26. » C’est pourquoi il est également capable de tenir un discours justificatif sur sa volonté d’en découdre avec l’envahisseur, à l’instar de l’« enragé » Zizi, « de treize à quatorze ans27 », dialoguant avec son instituteur et appelant de ses vœux la nécessaire Revanche qui n’a que trop tardé :

Et vous voudriez que je ne me batte pas ?... Et vous voudriez que je ne souhaite pas la guerre ?... Allons donc !... M’sieur Lantier, c’est pas des choses possibles ! Quand on a pris des coups, on les rend !... J’connais qu’ça ! Et on les pilera, les Boches, cette fois28 !...

21Une même résolution patriotique s’affiche dans la lettre que Georges Hurlu adresse à sa mère, une fois la fugue réussie : « Un boy-scout se doit à sa patrie : je suis allé vers ceux qui se battent pour elle afin de les aider dans la mesure de mes moyens29. »

22Dans ce scénario radical, la conviction des jeunes héros et la conduite qu’ils tiennent les obligent à choisir entre deux valeurs intangibles de la IIIe République, la famille et la patrie, sauf si l’enfant est orphelin et en tire argument pour être adopté par la troupe : « Je n’ai pas de parents, moi ! Si je disparais, tant pis ! ni vu, ni connu ! Vaut encore mieux que ce soit moi plutôt qu’un brave père de famille, pas vrai30 ? » Dans le cas contraire, ces jeunes quittent leur famille (le plus souvent leur mère) contre son gré, ou sans la prévenir, parfois même sans l’avertir une fois l’escapade réussie. Ces initiatives font du personnel familial adulte un obstacle fonctionnel à l’objectif du jeune héros – se couvrir de gloire en participant au sauvetage de la France – alors que les soldats ennemis (adultes eux aussi) servent d’adjuvants à ce même but.

23De tels actes d’insubordination contre l’autorité familiale bénéficient de l’indulgence parfois explicite des auteurs. Le discours du jeune héros est alors soutenu ou suppléé par celui du narrateur dans des histoires données pour vraies. « Que répondre à une parole aussi héroïque ? », demande Charles Guyon à propos d’un enfant qui explique à sa mère pourquoi il veut monter au front31. « Elle est donc plus forte que la famille, cette patrie qui appelle », note Jean des Mauges à propos d’un fugueur32. Quant à Gustave Fraipont, il juge à propos de telles actions que « c’est blâmable d’un point de vue familial, mais le but est si noble qu’en vérité on n’ose les blâmer33 ». Ces commentaires sont l’expression d’un message propagandiste sans nuances qui a choisi de sacrifier la famille à la patrie, celle-ci étant « une grande famille qu’il faut aimer plus que l’autre encore et défendre jusqu’à la mort34 ».

Des enfants transgressifs

24Parce qu’ils sont sûrs de leur fait, ces protagonistes cumulent le plus souvent les deux transgressions réglementaires possibles : la fugue, mais aussi l’engagement illicite. Celui-ci est parfois le fruit du mensonge et de la désobéissance à l’autorité militaire. Le fugueur Fernand Meffre expérimente la première possibilité :

Le capitaine P., du 20e escadron du train des équipages, nous fait appeler, nous questionne. Comme il nous demande l’autorisation de nos parents, nous payons d’audace et nous lui répondons que nous l’avons laissée au capitaine commandant le détachement du 163e de ligne35.

25Quant à la désobéissance, elle est une façon de forcer le destin. Tolérés au titre d’agents de liaison dans l’armée de terre, les candidats à l’enrôlement profitent de la première occasion pour monter en première ligne et faire le coup de feu. Le cas du marin Joël, 15 ans, est similaire : décidé à combattre l’ennemi, il se cache dans un navire de guerre, et ne se montre au capitaine que lorsque le bateau a appareillé36. Joël affronte donc les péripéties du voyage, au même titre qu’un engagé.

Des enfants-soldats « réglementaires »

26Parmi les possibilités de combattants juvéniles, les auteurs de scénarios de célébration choisissent celui de l’enfant recruté « régulièrement », et non pas du franc-tireur ou du vengeur ponctuel. Par « régulièrement », nous entendons que le recrutement est officialisé, en dépit d’une illégalité qui est patente. Cette option présente en effet pour ces écrivains maximalistes l’avantage de contredire la législation en vigueur, et d’en proposer une autre sur un mode fictionnel qui leur paraît plus conforme aux impératifs du moment. Un tel recrutement est obtenu par Claude, 16 ans, eu égard à son statut d’orphelin :

Sévère, le général s’étonna de rencontrer un soldat aussi jeune. Bien qu’il fût démontré que je faisais mon devoir comme les autres et que je supportais parfaitement les fatigues de la campagne, il parlait, déjà, de me renvoyer dans ma famille. Or, je vous l’ai dit, je suis orphelin.
— Eh bien ! qu’il reste, fit-il, moitié bourru, moitié paternel37.

27Zizi obtient ce recrutement comme récompense de ses exploits, et l’obtient non pas d’un officier quelconque, mais du général « Maloury », alter ego de l’authentique général Maunoury :

Que veux-tu ?... avait demandé le général Maloury.
Le gavroche, bien que tremblant, répondit sans hésiter :
— Tiens ! cette question ! Parbleu... Un uniforme à ma taille, un flingot, une baïonnette et des cartouches !...
— Le général Maloury ne répliqua pas...
Il s’en fut voulu d’hésiter à admettre, parmi les soldats qui l’entouraient, cet enfant qui avait fait preuve, maintes et maintes fois, du plus éclatant
des héroïsmes !... L’officier supérieur fit un signe, appela un capitaine :
— Vous avez entendu ?... demandait-il.
— Oui, mon général !
— Eh bien, veuillez faire habiller cet homme-là38 !...

28Une fois recrutés, les jeunes protagonistes évoluent dans un monde qui se présente comme un espace dangereux, mais simple et exaltant, où il faut payer de sa personne pour venir à bout de l’ennemi. C’est pourquoi de tels récits répugnent à s’achever sur le renoncement à la vie militaire. Puisque le choix de la guerre est le bon pour ces enfants et adolescents, il doit se prolonger jusqu’à la fin du conflit. Les Aventures d’un enfant de Provence s’achèvent avec six mois de repos forcé pour Jean, sévèrement blessé. Mais les dernières lignes du roman indiquent quels sont les projets du convalescent. Il interroge sa sœur sur la durée probable de la guerre en espérant qu’elle se prolongera suffisamment pour pouvoir reprendre le combat : « Emmène-moi bien vite, guéris-moi : et dans six mois, si les Boches ne sont pas encore vaincus, je retournerai servir la France39 ! » Quant aux aventures guerrières de Georges Hurlu, elles ne s’achèvent pas à la fin du roman. Le général qui le félicite pour ses exploits lui désigne son nouveau champ d’action : « un grand bonheur nous échoit : demain nous partons pour l’Alsace40 ». Milo, l’enfant-soldat du roman Les Poilus de la 9e, continue ses exploits car dans l’épilogue du récit le héros réformé explique ce que font ses camarades valides : « Robin se bat toujours avec succès, aux côtés du lieutenant Hénault, et le petit Milo vient de recevoir le ruban jaune et vert41. »

Le scénario de réprobation

29Pendant ces quelques années de guerre, la littérature peut également manifester un refus de la figure héroïque du personnage de l’enfant-soldat. Mais à la différence des deux scénarios précédents, celui-ci n’intervient que dans la littérature pour la jeunesse. La cible de ces récits est le jeune lecteur qui risque de s’enflammer à la lecture des exploits de combattants juvéniles et de vouloir les imiter, alors que cette possibilité n’existe pas pour un lecteur adulte, déjà conscrit ou réformé, ou encore féminin. Ce point est notable : nous sommes ici en présence de la seule différence sensible de contenus idéologiques entre la littérature populaire visant un lectorat adulte et la littérature pour la jeunesse.

30La marge de manœuvre des auteurs qui s’engagent dans cette voie est mince, car leurs histoires peuvent passer pour antipatriotiques, alors qu’elles sont simplement légalistes. C’est pourquoi le modèle d’une histoire où un enfant-soldat ne serait pas à la hauteur des événements parce qu’il ne parviendrait pas à surmonter sa peur, ne saurait être suivi. Quant à l’hypothèse selon laquelle cette fonction dépasserait ses possibilités physiques et nerveuses, elle n’est guère envisagée. De même, un autre modèle d’histoire, le récit d’avertissement, typique de la littérature pour la jeunesse, n’est pas exploitable non plus : « Proposer des enfants-soldats blessés ou tués au combat, de manière à dissuader les jeunes lecteurs de suivre leurs traces, serait contre-productif42. » La blessure de guerre, la mort au champ d’honneur même, sont régulièrement présentées aux jeunes lecteurs comme objets d’admiration sinon d’imitation.

31Pour un romancier, la première possibilité de manifester sa réprobation à l’égard de l’enfant-soldat consiste à ne pas raconter d’histoires comportant un tel personnage. Mais il est difficile de distinguer un silence réprobateur d’un silence qui tient simplement à ce que l’écrivain n’est pas inspiré par ce genre d’histoire. Le cas de Marie Hollebecque nous donne la possibilité de trancher ce point. En 1915, soit au plus fort de l’engouement pour la question des enfants-soldats, elle publie chez Larousse un recueil de récits portant sur la guerre en cours, La Grande Mêlée des peuples. Écrites pour « la jeunesse du monde entier43 », ces histoires ont parfois pour héros des enfants, par exemple le fameux « enfant au fusil de bois » d’août 191444. Mais il n’y a nulle trace d’enfant-soldat ni même de combattant juvénile au sens large, comme Émile Desprès.

32Cette omission trouve son explication dans La Jeunesse scolaire de France et la Guerre (1916), de la même auteure. Dans cet ouvrage de psychologie sociale, Marie Hollebecque étudie des cas d’enfants qui ont voulu partir combattre au front, et manifeste son incrédulité quant à l’efficacité d’une intervention de l’enfance dans le conflit, et a fortiori de sa militarisation : « psychologiquement et sociologiquement, une action efficace des enfants dans la guerre est impossible45 ».

33Mais la principale possibilité pour un écrivain de manifester sa désapprobation consiste à la narrativiser, en écrivant des nouvelles ou des épisodes de romans dans lesquels l’histoire d’un enfant-soldat devient celle d’un non-enfant-soldat. Leur modèle est toujours le même : il consiste à suivre le parcours stéréotypé de l’enfant enrôlé, en le subvertissant. Ce détournement peut s’opérer à différents moments de l’histoire. Le premier est celui où la possibilité de partir pour le front est examinée par les enfants, qui y renoncent finalement. La bifurcation suivante s’opère lors de l’étape de la fugue, celle-ci étant mise en échec. Plus avant encore dans ce parcours, le fiasco survient au moment de l’enrôlement, celui-ci étant refusé par l’officier sollicité.

La prise de décision

34Beaucoup d’histoires d’enfants-soldats proposent la scène où le petit héros, seul ou en accord avec d’autres camarades, prend la décision de quitter le domicile familial pour suivre un régiment ou rejoindre la ligne de front. Les romanciers hostiles au principe de l’enfant-soldat recyclent cette scène à leur avantage, en inversant le résultat de la décision.

35La nouvelle Trop petit présente un enfant de 5 ans, Louis, qui avait demandé à son père l’autorisation de partir avec lui à la guerre. La prise de conscience de son vrai devoir s’effectue lorsqu’il se rend compte que sa mère ne reçoit plus de courrier du front et devient taciturne : « Et Henri comprend alors où est sa tâche dans l’horrible guerre. Elle est là, tout près de lui et si douce ! On n’est jamais trop petit pour consoler sa maman46. »

36La même conclusion raisonnable est tirée par Fred, 7 ans et demi, et Hubert, 12 ans, la veille du départ de leur père pour le front. Les deux frères évoquent l’histoire fameuse du petit tambour d’Arcole, qui en 1796 aurait donné la victoire à Bonaparte en se jetant avec d’autres dans les eaux glacées du torrent à franchir, et dont ils aimeraient suivre l’exemple :

On peut donc être soldat sans être grand ? Si nous partions avec papa ?
Hubert, surpris.
C’est drôle ce que tu dis là, Fred. Je pensais que j’aimerais bien ça, moi, partir avec papa, vivre avec les soldats, voir la guerre et faire aussi quelque chose pour que les Français gagnent. Oui, j’ai vu cela plusieurs fois, il y a eu des enfants soldats, j’en suis sûr.
Fred
Seulement voilà, si nous partions, maman resterait seule ! Ça serait trop triste, vraiment !
Hubert
Oh ! je n’en parlerai pas, sois tranquille, pauvre mère47 !

37La force transgressive du désir de combattre dans ces deux exemples est atténuée par le fait que ces enfants veulent aller à la guerre en compagnie de leur père. L’autorité familiale reste donc sauve, même au niveau du désir enfantin. Et l’âge des personnages est suffisamment rédhibitoire pour que leur choix final ne souffre d’aucune suspicion de pusillanimité.

La fugue avortée

38L’histoire d’un non-enfant-soldat peut se préciser plus avant, lorsque le héros a pris sa décision et quitte le domicile familial en cachette, et que la fugue échoue. Dans Nous deux Colette pendant la guerre, la mère alerte la police de la fuite de ses enfants Jean et Henri et les fugueurs sont « rattrapés par des gendarmes48 » avant d’avoir pu rejoindre le front.

39Simple épisode dans ce roman de Ducamp, la fugue avortée prend un relief supplémentaire dans le récit pour la jeunesse Un général de cinq ans, écrit par Judith Gautier49 : elle en constitue en effet le dénouement. Quelques enfants (dont plusieurs réfugiés) en villégiature en Bretagne pendant l’été 1914 sont déçus de ne rien faire alors que se joue le sort de la Belgique et de la France. Ils prennent la décision de s’enfuir par le train pour combattre l’envahisseur. Mais le complot est éventé, et les mamans surviennent alors que le train s’arrête : « Quelle chute ! Chacun reconnaît les siens ; maintenant les torgnoles sont distribuées, les douces mamans sont hors d’elles50. » La fessée administrée par les mamans aux enfants fugueurs, relayée par une illustration pleine page, est un dénouement quasi militaire que les petits comploteurs n’avaient pas prévu. La déculottée qu’ils voulaient infliger aux Allemands s’est transformée en un Waterloo prosaïque qui les ramène – et les petits lecteurs avec eux – à davantage de bon sens. L’échec de la fugue est malicieusement décrit par la narratrice en termes militaires : « C’est bien la défaite, la honteuse retraite51 ! » Et l’auteure de conclure dans l’épilogue sur l’irréalisme du projet : « Mieux vaut, certes, pour nos jeunes conjurés, conserver la foi et les regrets de leur déception, que de toucher le fond et l’inanité de leurs espoirs52. »

Le refus de l’officier

40La scène de refus de l’officier cumule deux avantages : du point de vue de l’économie du récit, elle permet de dérouler une histoire ou un épisode plus longuement ; du point de vue idéologique, le refus est signifié et argumenté par l’autorité militaire, avec le prestige qui lui est associé, et non par une mère de famille que l’on pourrait soupçonner de sentimentalisme. Ce scénario est par exemple suivi dans l’historiette sous forme de bande dessinée Amour filial : orphelin de mère, « Jean, âgé de quatorze ans et demi53 », apprend la mort de son père au champ d’honneur et veut le venger. Il échappe à la servante qui s’occupe de lui et parvient jusqu’à la zone de combat, où il rencontre un général qui le garde trois jours avec lui :

Puis, tout doucement, il lui fit comprendre qu’il était trop jeune pour s’engager et qu’il lui fallait le renvoyer auprès de sa vieille bonne, qui devait être inquiète. L’enfant éprouva un gros chagrin, mais il obéit, comprenant que le général avait raison54.

41Dans Un coin de province à l’avant, roman de Claude Mancey, la même bienveillance accompagne le refus d’un lieutenant d’enrôler le petit Jean-Louis qui a suivi un régiment d’infanterie.

[L’officier] explique amicalement au petit garçon qu’il faut grandir encore un peu avant de pouvoir réaliser son projet, et qu’au surplus l’autorisation écrite de la famille est nécessaire pour contracter un engagement. Si grande est la consternation de l’enfant en entendant ces paroles, si expressive est la mimique de sa pauvre petite figure contractée, que son interlocuteur allait le consoler, lorsqu’il en fut empêché par une voix de femme, à la fois criarde et gémissante55.

Cette voix est celle de la domestique de la famille qui est partie à la recherche de Jean-Louis et le ramène à la maison.

42L’album La Classe 1925 propose une variante plus agressive de cette scène d’échec. Il dénigre en effet la fugue de l’adolescent en la présentant comme un acte de délinquance. C’est pourquoi le protagoniste de cette escapade n’est pas le héros de l’histoire, mais son adversaire, un personnage négatif au nom peu engageant, « Cancrelat », mauvais élève et mauvais sujet. Avant de s’enfuir, il « a volé le “browning” de son papa et dérobé vingt francs dans sa caisse56 ». Au chapitre intitulé « La leçon du général », le jeune fugueur rencontre un général sur un quai de gare et lui explique qu’il a quitté sa famille et veut s’engager. Voici la réponse de l’officier supérieur :

Déserteur et insoumis ! c’est complet !... Eh bien mon gaillard, apprenez ceci : nous avons refusé aux condamnés de droit commun l’honneur de se battre à côté des honnêtes gens. Ce n’est pas pour embaucher je ne sais quel polisson, qui se permet de désobéir à ses chefs légitimes et de vagabonder au lieu de travailler. Rompez57 !

Et le candidat au front doit retourner piteusement chez lui.

L’argumentation narrative et conceptuelle

43Les quelques récits que nous venons de mentionner mettent en avant un ou plusieurs des points faibles des histoires héroïques d’enfants-soldats. Il en ressort une argumentation plus ou moins narrativisée ou conceptualisée en défaveur de ce type de personnage.

44L’argument le plus répandu est celui de l’âge inadapté de ces candidats à l’enrôlement. À cet égard, le titre de l’album Un général de cinq ans est une reprise – poussée jusqu’à l’absurde et recélant donc une intention parodique – de tous les récits qui célèbrent la glorieuse distorsion entre l’âge et le statut militaire du héros, comme Le Tringlot de douze ans58, Dix champs de bataille à treize ans59, Un caporal de huit ans60, La Croix de Guerre à seize ans61... Le corollaire de ce trop jeune âge est la puérilité du projet. Il suffit de le formuler avec les propres mots des petits comploteurs pour s’en convaincre. Ceux-ci veulent par exemple, dans Un général de cinq ans, creuser une galerie souterraine depuis Charleroi : « et pis on crèverait le plafond et tous les Boches tomberaient dans le trou et la terre avec, et y aurait plus de Boches en Belgique62 ».

45Le second argument porte sur l’inacceptable désobéissance de personnes mineures à leurs parents. Cette transgression familiale est rapportée par l’officier de La Classe 1925 en termes militaires : « déserteur et insoumis », « désobéir à ses chefs légitimes ». L’obéissance est une vertu militaire qu’il faut commencer à pratiquer au sein de la cellule familiale. Et de la désobéissance à la délinquance, il n’y a qu’un pas, comme l’indiquent La Classe 1925, mais aussi le roman de S. Ducamp Nous deux Colette pendant la guerre, avec ces paroles de la mère évoquant la fugue de ses deux fils : « Ils ont eu la honte d’être rattrapés par des gendarmes comme des voleurs. Tu vois la belle prouesse63 ! »

46D’autres arguments interviennent plus ponctuellement. Dans le même Nous deux Colette pendant la guerre, publié par l’éditeur catholique Mame, les fugueurs auraient fait preuve d’égoïsme (« ils se sont enfuis sans penser au désespoir qu’ils allaient me causer64 ») et d’orgueil : « ce ne sont que des petits garçons, et ils ont eu l’amour-propre de croire qu’ils pourraient agir comme des hommes65 ». En outre, un roman comme Un coin de province à l’avant propose une autre option que l’engagement militaire pour un enfant patriote. À la fin du récit, Jean-Louis prend la décision d’alerter une compagnie de soldats français qui est restée en territoire envahi et, en chemin, il est arrêté par une patrouille allemande, molesté et menacé de mort66. On peut donc faire preuve de courage et aider son pays tout en restant un petit civil au sein de sa famille.

Complexité de l’enfant-soldat littéraire

Paradoxe

47L’hostilité à l’égard de l’enfant-soldat est extrêmement minoritaire dans notre corpus. Il y a là un paradoxe car ce scénario défend la position réglementaire de la France sur cette question. En revanche, l’acceptation voire l’apologie de la participation militaire des enfants à la guerre est plébiscitée.

48Les explications à cette contradiction sont diverses. Il faut mentionner la routine professionnelle qui incite les romanciers populaires à continuer de produire des récits de combattants juvéniles alors que leur temps est révolu. Il faut surtout garder à l’esprit que, dans cette littérature de divertissement, lire les aventures de jeunes guerriers est plus attractif que de suivre l’histoire d’un enfant qui échoue à le devenir. On doit aussi rappeler les quelques exemples d’authentiques enfants ou jeunes adolescents qui, pendant cette guerre et au mépris de la loi, ont combattu un temps aux côtés de leurs aînés dans des troupes régulières, et qui ont inspiré nos littérateurs.

49Du point de vue idéologique, la littérature populaire, voire populiste (nous pensons à celle que fournit la maison Offenstadt), et la littérature catholique conservatrice (celle émanant de La Maison de la Bonne Presse, par exemple) se rejoignent le plus souvent sur cette question des enfants-soldats. Toutes deux relèvent pour l’essentiel d’une sensibilité nationaliste présente dans le champ de forces politique français, mais trop minoritaire pour être représentée au sein du pouvoir exécutif. À ces auteurs « revanchards », ulcérés par la défaite de 1870, l’invasion de la France par l’Allemagne en août 1914 semble donner raison. Leur bellicisme ne peut trouver qu’un écho favorable en ces temps troublés. Pour des raisons circonstancielles, donc, et du point de vue quantitatif, le traitement littéraire de l’enfant-soldat entre 1914 et 1918 apparaît comme l’image inversée des rapports de force politiques qui caractérisent la France de ce début de xxe siècle. Tout se passe comme si la guerre avait interrompu les objectifs de protection de l’enfance qui guident la IIIe République, et comme si une littérature de propagande spontanée voulait faire revenir l’opinion publique à l’option antérieure, selon laquelle l’enfant doit pouvoir tuer et être tué si la défense de la patrie l’exige.

Contradictions

50Bien qu’ils soient schématiques, nos trois scénarios recouvrent l’immense majorité du corpus. Cependant, ils ne rendent pas compte de situations qui témoignent de l’ambiguïté d’un auteur ou d’un éditeur sur la question des enfants-soldats. Une fois de plus, seule la littérature pour la jeunesse est concernée, car le jeune lecteur n’est pas un consommateur comme les autres. Son statut juridique postule qu’il est plus vulnérable, et son âge fait que le personnage du combattant juvénile est pour lui une source de questionnement particulier.

51Toujours est-il que nous avons constaté à différentes reprises la juxtaposition de scénarios ou de jugements contradictoires, et ce dans un même texte ou un même ensemble de textes. Par exemple, la collection « Les livres roses pour la jeunesse » de Larousse propose un nombre non négligeable de fictions apologétiques d’enfants combattants, et un nombre encore plus imposant d’historiettes prétendument authentiques sur le même sujet, rapportées dans le même esprit. Pourtant, un auteur comme Gérard Harry y donne deux récits de fugues avortées, de la part de jeunes Belges, il est vrai : l’une dans Les Enfants belges à la guerre67 (recueil d’anecdotes données comme authentiques), l’autre dans le petit roman Les Petits Émigrés belges en France68, où un enfant de 12 ans s’enfuit d’une colonie française et est ramené chez lui par un officier qu’il avait sollicité. La même remarque pourrait être faite pour l’éditeur catholique Mame.

52La contradiction est plus sensible encore lorsqu’elle se produit dans un même texte. L’album La Classe 1925 contient, nous l’avons vu, l’histoire la plus virulente contre le type de l’enfant-soldat. Pourtant, le même ouvrage propose plusieurs autres histoires à leur gloire, comme celles d’Albert Shuffrenckes69, François Ratto70 ou Fernand Colin71. La seule différence entre eux et Cancrelat tient au fait que les premiers sont des enfants-soldats authentiques ou donnés comme tels alors que le dernier est un personnage de fiction. Dans un même volume s’opère ainsi un curieux partage : l’enfant réel devenu soldat est célébré, l’enfant imaginaire qui veut l’être est condamné.

53D’autres textes contiennent des contradictions comparables, mais leur signification se laisse mieux cerner. Le roman Les Aventures d’un enfant de Provence nous présente un jeune héros, Jean, qui parvient par deux fois à fuguer pour s’engager et se battre contre les Allemands. Il n’en est pas de même pour le neveu du protagoniste, le petit Yvan, dont la fugue est rapportée sous une forme plaisante par sa grande sœur :

Quand il a su [...] ce qu’avait fait « petit oncle Jean », il n’y a plus tenu. Un matin, il s’est réveillé avant sa bonne, a fait son petit paquet, l’a mis au bout d’un bâton, le bâton sur son épaule, et... en route. Il était déjà sur le chemin, lorsque maman, qui se méfiait de quelque chose, lui a couru après. Ç’a été tout un drame que de le faire rentrer à la maison : il trépignait, criait qu’on lui faisait manquer le train72...

Ici Max Colomban célèbre sur un mode majeur le statut d’enfant-soldat de son héros, et condamne sur un mode mineur les efforts fournis pour l’atteindre par un personnage de troisième ordre, le neveu du héros. C’est l’âge du personnage qui sert de critère d’évaluation : il peut rendre admirable ou ridicule une même volonté enfantine de monter au front.

54Le roman Nous deux Colette pendant la guerre témoigne d’un effort de son auteure pour rendre compte de la complexité de la question de l’enfant-soldat. Les deux fugueurs Henri et Jean sont interceptés par les gendarmes et ramenés à leur mère, qui les punit en les plaçant en internat pendant un mois. Elle expose en outre à son dernier né, Toto, les raisons de son indignation. À l’évidence, elle est le porte-parole de l’écrivaine sur cette question. Pourtant, celle-ci fait intervenir un autre personnage en contrepoint, l’oncle des fugueurs, soldat réformé car devenu aveugle à la guerre. L’oncle Pierre ne conteste pas la réprobation de la mère et la sanction qu’elle inflige aux deux candidats à l’engagement. Il se contente de confier à Toto un message à leur transmettre : « Tu leur diras que ce qu’ils voulaient faire était très beau73. » L’inconscience du projet n’est pas incompatible avec sa générosité.

55Certains auteurs pour la jeunesse résolvent la question de la complexité de ce personnage en proposant à leurs jeunes lecteurs de s’enthousiasmer pour les actes des enfants-soldats, tout en les dissuadant de faire comme eux. Cet objectif ne va pas de soi, car admiration et imitation sont interdépendantes. Ici, en effet, la proximité est grande entre objet admiré et sujet admirant. Un enfant peut vénérer Joffre sans grand risque : l’âge et la fonction du Généralissime sont hors de portée des enfants, qui peuvent tout au plus l’incarner dans le cadre d’un jeu. En revanche, les choses diffèrent pour les enfants-soldats : sujet admirant et objet admiré ont le même âge, vivent la même guerre, expérimentent les mêmes possibilités de fugue et de prouesses contre l’adversaire. La gloire que connaissent ces enfants-soldats historiques ou fictionnels semble à la portée du jeune lecteur. Ici le lien est fort entre admiration et imitation.

56Face à ce mimétisme du modèle, des auteurs décident de rompre le lien entre ces deux comportements, pour bloquer tout passage à l’acte. Les possibilités de réaliser cette opération dans un récit sont multiples. Elles prennent cependant toutes la forme d’une opposition entre deux initiatives contradictoires, qui sont présentées sous la forme d’un mouvement en deux temps : temps de l’exaltation puis temps de la réserve, ou inversement (et beaucoup plus rarement) temps de la réserve puis temps de l’exaltation. Le plus souvent, le commentaire du narrateur tempère ce que peut avoir d’enivrant le récit héroïque. C’est vrai pour des héros de fiction, mais c’est encore plus vrai pour des héros authentiques ou supposés tels, car la vérité est plus entraînante que la fiction. Dans l’avant-propos de son recueil Petits récits de la Grande Guerre, Maurice Randoux déconseille aux jeunes lecteurs d’aller se battre :

Je voudrais, me disait l’autre jour un lecteur des Livres roses, imiter les enfants héroïques dont j’ai lu l’histoire. Il est beau d’aller se battre dans les tranchées ou de mourir, sous les balles ennemies pour la France... À l’école, nous causons souvent de ces jeunes héros dont le nom nous est familier. [...]
— Je te félicite, lui répondis-je. Je n’approuve pas cependant ton enthousiasme. Sans doute, tu as raison d’admirer la conduite des adolescents qui ont donné leur vie pour la patrie. Leur sacrifice, certes, n’a pas été inutile. Mais tu es trop jeune pour songer à suivre leur exemple.
Laisse aux soldats qui ont vingt ans le soin de défendre nos frontières74.

57Le même raisonnement est tenu par Carlos Larronde dans son ouvrage Les Vertus triomphantes, précisément dans le préambule du chapitre « Les enfants et la guerre » :

Lisez, chers enfants, les prouesses de vos petits camarades. Admirez de tout votre cœur ces héros qui ne sont pas vos aînés. En découvrant chaque épisode, pour vous consoler de ne pas y avoir joué un rôle, dites-vous : « Moi aussi, j’aurais pu faire cela. » Nous ne vous donnons pas ainsi un conseil d’orgueil. Votre qualité de Français vous permet de compter sur les richesses que la race a mises en vous. La manière vraiment féconde d’admirer les héros est de les égaler dans ses désirs.
Et que les odyssées d’un artilleur précoce ou d’un fantassin adolescent ne vous fassent pas regretter les jours que vous avez passés en classe, préparant à la France des esprits dignes d’elle75.

58Ces deux auteurs veulent donc non pas que les jeunes lecteurs imitent les enfants-soldats, mais qu’ils se contentent de les admirer. Leurs désirs doivent être les mêmes que ceux des combattants juvéniles, mais pas leurs actions. Nous sommes en présence ici d’une difficulté inhérente à cette culture médiatique qui participe à l’effort de guerre national, et souhaite entraîner ses consommateurs dans ce même effort : eu égard au public concerné, il faut certes le mobiliser, mais pas à l’excès, en imaginant donc une échelle dans le niveau d’implication des jeunes lecteurs.

59La question de l’engagement d’un enfant dans l’armée peut aussi faire l’objet d’un débat entre personnages, les uns hostiles et les autres favorables à cet enrôlement. La répartition des rôles est la même dans beaucoup de récits : le parent ne veut pas, le poilu veut bien, l’officier refuse avant de céder. L’idée est que cet engagement présente des difficultés matérielles, morales, réglementaires, que le jeune lecteur doit connaître et évaluer. C’est l’un des buts que poursuit le roman-feuilleton Petit soldat de la Grande Guerre. Comme son géniteur, au front, Étienne, 14 ans, orphelin de mère, voudrait se battre contre l’envahisseur au lieu de rester à attendre à l’arrière. Les deux options sont incarnées d’une part par le père Guillot, un ancien de la guerre de 1870, et d’autre part la sœur du héros, Suzanne, qui reproche au père Guillot la nocivité de ses propos : « C’est mal, vieux, de monter la tête à des enfants76. »

On ne veut pas des enfants pour se battre.
— Ah ! ma p’tite, on vieillit vite en temps de guerre77 !

60Le débat peut aussi être intériorisé par un seul personnage. Dans Les Aventures d’un enfant de Provence, Max Colomban livre sur deux pages le monologue intérieur de Jeannie, la sœur aînée du héros, qui lui a demandé la permission de rejoindre le front. Un même mouvement en deux temps organise les incertitudes de Jeannie, que résume cette phrase : elle « ne peut se défendre d’admirer son petit frère, tout en le blâmant très fort78 ». On rend hommage au désir de se battre, mais on blâme l’inconscience du projet.

61Le principal argument utilisé par le narrateur ou l’un de ses personnages pour provoquer l’enthousiasme sans susciter l’imitation est le principe de l’exceptionnalité. Les cas de combattants juvéniles sont rares, et il est inapproprié de vouloir reproduire ce qui est exceptionnel. Cet argument est utilisé par la même Jeannie au style indirect libre : « Évidemment, – on pourrait presque dire heureusement – la précocité de Jean constitue une exception. Son exemple ne se généralisera pas. Cette précocité peut affliger sa grande sœur, mais il faut pourtant qu’elle en tienne compte79. » Le chanoine Stephen Coubé effectue une mise au point du même ordre dans son recueil de récits factuels Les Enfants héroïques. Au début de la seconde partie, consacrée aux exploits des combattants juvéniles durant la guerre en cours, l’auteur développe ce point :

Oui, mes amis, quelques-uns de vos camarades de douze à quinze ans ont pu, pendant cette guerre, grâce à des circonstances exceptionnelles, s’engager, faire le coup de feu, battre de vrais Boches en chair et en os. [...]
Mais attention ! Mon but n’est pas que, petits Robinsons des tranchées, vous partiez dès maintenant pour le front avec la musette et la bourguignotte, à l’insu de papa et de maman. Ces aventures-là ne peuvent être qu’exceptionnelles. Vous entrerez dans la carrière, quand vos aînés n’y seront plus. C’est le devoir que vous rappelle la Marseillaise. Chacun son tour. Pour le moment il y a encore, parmi vos papas et vos grands frères, assez de bons poilus qui se chargent de vous défendre80.

62La mise à contribution du texte de l’hymne national pour dissuader les lecteurs veut prouver que le vrai patriotisme est compatible avec une retenue de l’enfance et de l’adolescence en matière de lutte armée. Et en cette année 1917, la référence aux « bons poilus » comme seul rempart contre l’envahisseur témoigne d’un changement de personnage de prédilection parmi ceux qui défendent la patrie.

Palinodies

63Les palinodies de Jules Chancel dans le roman Du lycée aux tranchées sont d’un autre ordre. Le récit applique les recettes usuelles pour faire l’apologie de l’enfant-soldat. Le jeune Guy d’Arlon est recueilli par les troupes françaises, tue des soldats allemands et s’empare d’une mitrailleuse ennemie. Plus tard, il est capturé et interné plusieurs mois dans un camp de prisonniers d’où il parvient à s’évader. Or voici les paroles que lui adresse son général dans les dernières lignes du texte :

Mon enfant, je regrette que vos seize ans me privent du plaisir de vous donner une croix que vous avez certainement méritée, je le sais ; mais j’approuve le gouvernement qui, en n’accordant pas de récompense à un enfant, veut prouver que, durant la guerre, ceux-ci ont, eux aussi, leur devoir à remplir.
Et ce devoir n’est pas aux armées : il est sur les bancs du lycée, où ils doivent travailler à acquérir la force et la science qui contribueront à faire grande et forte la France de demain.
La France d’aujourd’hui doit être prévoyante : elle ne veut pas manger le blé en herbe, détruire son espoir. Enfants, vous êtes la véritable réserve du pays, ceux qui doivent profiter de la victoire et la consolider81.

64Ainsi, tout au long du roman, l’auteur rapporte avec complaisance les exploits militaires d’un jeune héros. Mais à la fin de l’histoire, par le truchement d’un général et de la force de conviction que sa fonction lui donne, il explique que le héros a eu tort d’agit comme il l’a fait...

65La même contradiction se retrouve dans certains épisodes du même récit. On la trouve cette fois présentée sous l’angle inverse : le colonel commence par un rappel à l’ordre à l’intention du héros, il ne veut pas que son protégé prenne part au combat. Puis, l’exploit réalisé, il félicite le gamin pour n’avoir pas suivi cet ordre :

— Alors, demanda l’enfant, vous ne me punissez pas ?
— Pourquoi ?
— Pour la consigne que je n’ai pas observée.
— Imbécile ! fit le chef... Si tu l’avais observée, nous n’aurions peut-être pas pris Cerneux [un village occupé par les Allemands]82.

66De fait, des écrivains pour la jeunesse comme Jules Chancel ne veulent pas se priver de raconter des histoires d’enfants-soldats. Il y a là une source d’inspiration et de production facile, et qui a de bonnes chances d’intéresser leur jeune public, puisqu’il est question d’enfants dans une guerre qui est aussi la leur. C’est pourquoi de tels écrivains créent les conditions qui permettront à un jeune héros de donner la mesure de son courage patriotique dans un milieu aussi rigide qu’une armée. Encore faut-il ne pas susciter de vocations suicidaires auprès des jeunes lecteurs. Tel est le but des rappels à l’ordre et au bon sens qui interviennent dans ces récits, le plus souvent à la fin. On le voit, les prises de position idéologiques fluctuent en fonction d’impératifs qui sont aussi d’ordre commercial. Les contradictions ne manifestent plus une volonté de complexifier, mais une forme de duplicité.

Notes de bas de page

1  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, paru dans L’Étoile noëliste, nº 70, 9 septembre 1915, p. 174.

2  Abel Hermant, Heures de guerre de la famille Valadier, paru dans Le Journal, nº 8 213, 23 mars 1915, p. 4.

3  Georges Le Faure, L’Aztèque, paru dans Journal des voyages à travers la guerre, nº 928, 11 avril 1915.

4  Pierre Valdagne, Les Deux Bras, paru dans Le Journal, nº 8 085, 15 novembre 1914.

5  Pierre Guillon, Gringalet, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 134, 27 mai 1915, p. 4.

6  Maurice Leblanc, L’Éclat d’obus, paru dans Le Journal, nº 8 404, 30 septembre 1915, p. 2.

7  Abel Hermant, Histoires héroïques de mon ami Jean, Paris, Flammarion, 1918, p. 37.

8  Edmond Haraucourt, Le Cafard, paru dans Le Journal, nº 8 587, 31 mars 1916, p. 4.

9  Abel Hermant, Histoires héroïques de mon ami Jean, op. cit., p. 36.

10  Louis Farge, Le Roman d’un petit Français, paru dans Le Bon-Point amusant, n° 222, 8 février 1917, p. 5.

11  Charles Guyon, Aventures d’un petit mousse, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 210, 1917, p. 6.

12  Joachim Renez, Le Petit Poilu, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 174, 1916, p. 8.

13  Jacques Rinet, Les Enfants du Lorrain, paru dans La Croix d’honneur, nº 1, 10 janvier 1915.

14  Ibid.

15  Anonyme, Je veux aller avec Papa !, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 2, nº 36, 12 août 1915, p. 3.

16  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, paru dans L’Étoile noëliste, nº 43, 4 mars 1915.

17  Jules Chancel, Du lycée aux tranchées [1917], Amiens, AARP & Encrage, 2012, p. 46.

18  Frédéric Valade, Le Caporal Oscar, paru dans L’Éclair de l’Est, nº 3 924, 21 novembre 1915, p. 2.

19  Georges Jardin, Le Petit Général, paru dans La Jeune France, vol. 2, nº 57, 9 avril 1916, p. 2.

20  Blanche Petithuguenin, Petit soldat de la Grande Guerre, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 185, 25 mai 1916.

21  Mme Pascal-Saisset, Histoire d’un orphelin de la guerre, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 192, 1916, p. 30.

22  Landac, Le Petit Artilleur, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 2, nº 43, 30 septembre 1915, p. 6.

23  D. H. Parry, Les Éclaireurs rouges, paru dans L’Intrépide, nº 268 à 293, 10 octobre 1915-2 avril 1916.

24  Colonel Royet, Éclaireurs Robinsons, paru dans Le Journal des voyages, nº 914 à 941, 7 juin 1914-11 juillet 1915.

25  Joseph Jacquin & Aristide Fabre, Le Boy-scout de la Revanche [1915], Paris, Hachette, 1917, p. 91.

26  Jules Chancel, Du lycée aux tranchées, op. cit., p. 44.

27  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », Paris, Fayard, 1915, p. 3.

28  Ibid., p. 4.

29  Joseph Jacquin & Aristide Fabre, Le Boy-scout de la Revanche, op. cit., p. 96.

30  Arnould Galopin, Les Poilus de la 9e, paru dans Le Journal, nº 8 165, 3 février 1915, p. 2.

31  Charles Guyon, Les Enfants héroïques de 1914, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 144, 1914, p. 44.

32  Jean des Mauges, Soldats de France [1915], Tours, Mame, 1916, p. 8.

33  Gustave Fraipont, La Jeunesse héroïque, Paris, Lointier, 1917, p. 29.

34  Marie de La Hire, Deux boy-scouts à Paris, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 186, 1916, p. 8.

35  Fernand Meffre, Vacances d’un collégien sur le front, paru dans Lectures pour tous, nº 113, 15 août 1916, p. 1662.

36  Alfred Poidloüe, Le Capitaine du « Lanvéoc », Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 224, 1918, p. 9-11.

37  Maurice Gicquel, Le Roman d’un soldat de 16 ans [1916], Paris, Figuière, s. d., p. 9.

38  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », op. cit., p. 396-397.

39  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, paru dans L’Étoile noëliste, nº 85, 23 décembre 1915, p. 425.

40  Joseph Jacquin & Aristide Fabre, Le Boy-scout de la Revanche, op. cit., p. 288.

41  Arnould Galopin, Les Poilus de la 9e, paru dans Le Journal, nº 8 239, 18 avril 1915, p. 2.

42  Daniel Aranda, « Entre célébration et réprobation : les histoires d’enfants-soldats dans la fiction française pour la jeunesse entre 1914 et 1918 », dans Nahid Shahverdiani et al. (dir.), Dire la guerre dans la fiction contemporaine de langues française et persane, Téhéran, Presses de l’université de Téhéran, 2016, p. 232, en ligne : http://aillf.com/wp-content/uploads/2016/10/Dire-la-Gerre-v02.pdf (avril 2021).

43  Marie Hollebecque, La Grande Mêlée des peuples, Paris, Larousse, 1915, p. 4.

44  Marie Hollebecque, « Un petit fusil de bois », dans La Grande Mêlée des peuples, op. cit., p. 33-38.

45  Marie Hollebecque, La Jeunesse scolaire de France et la Guerre, Paris, Didier, 1916, p. 35.

46  Louis Farge, Trop petit, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 126, 1er avril 1915, p. 15.

47  Hortense Giraldon, Petites tailles et grands cœurs – 1914 !, Paris, Hachette, 1916, p. 55.

48  S. Ducamp, Nous deux Colette pendant la guerre, Tours, Mame, 1916, p. 182.

49  Sur Judith Gautier, voir en annexe l’introduction à Un récit de révélation parodique.

50  Judith Gautier, Un général de cinq ans, Paris, Berger-Levrault, 1918, p. 28.

51  Ibid.

52  Ibid., p. 30.

53  Anonyme, Amour filial, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 222, 8 février 1917, p. 5.

54  Ibid.

55  Claude Mancey, Un coin de province à l’avant : Jean-Louis, Paris, Lethielleux, 1916, p. 52.

56  Gustave Le Cordier, La Classe 1925, Paris, Delagrave, 1915, p. 23.

57  Ibid., p. 24.

58  Stephen Coubé, Les Enfants héroïques [1917], Paris, De Gigord, 1918, p. 107.

59  Ibid., p. 127.

60  Ibid., p. 109.

61  Ibid., p. 133.

62  Judith Gautier, Un général de cinq ans, op. cit., p. 20.

63  S. Ducamp, Nous deux Colette pendant la guerre, op. cit., p. 182.

64  Ibid.

65  Ibid.

66  Claude Mancey, Un coin de province à l’avant : Jean-Louis, op. cit., p. 141 et sq.

67  Gérard Harry, Les Enfants belges à la guerre, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 190, 1916.

68  Gérard Harry, Les Petits Émigrés belges en France, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 230, 1918.

69  Gustave Le Cordier, La Classe 1925, op. cit., p. 17.

70  Ibid., p. 19.

71  Ibid., p. 20.

72  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, op. cit., 4 mars 1915, p. 154.

73  S. Ducamp, Nous deux Colette pendant la guerre, op. cit., p. 182.

74  Maurice Randoux, Petits récits de la Grande Guerre (3e série), Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 200, 1917, p. 4.

75  Carlos Larronde, Les Vertus triomphantes, Paris, Larousse, 1916, p. 136-137.

76  Blanche Petithuguenin, Petit soldat de la Grande Guerre, op. cit., nº 116, 21 janvier 1915, p. 13.

77  Ibid., p. 12.

78  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, paru dans L’Étoile noëliste, nº 41, 18 février 1915, p. 125.

79  Ibid., nº 43, 4 mars 1915. Le texte de cette réflexion est donné en annexe.

80  Stephen Coubé, Les Enfants héroïques, op. cit., p. 15-17.

81  Jules Chancel, Du lycée aux tranchées, op. cit., p. 250.

82  Ibid., p. 64.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.