Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Fiction et information

p. 41-64


Texte intégral

1La littérature du combattant juvénile est aussi bien factuelle que fictionnelle. Nous entendons par « factuelle » le fait qu’elle met en scène des individus qui existent ou ont existé, ou des événements ayant eu lieu, en puisant dans l’arsenal rhétorique et narratologique des procédés littéraires. Cette littérature, qui n’est plus guère pratiquée aujourd’hui, rend compte de faits authentiques ou prétendus tels, dans une perspective de représentation à caractère esthétique.

2Cependant, littérature factuelle et littérature fictionnelle ne doivent pas être appréhendées comme « deux composantes d’un système différentiel au sens structural du terme1 ». Elles entretiennent des relations d’interdépendance et même d’identité relative – relative, car les auteurs tiennent parfois à distinguer les deux ensembles. Nous n’avons jamais rencontré, par exemple, de récits d’aventures imaginaires qui auraient pris pour héros des enfants-soldats authentiques. Néanmoins, le héros fictionnel du Roman d’un soldat de 16 ans rapporte sa rencontre avec Léonce Mallet2, enfant-soldat réel, plusieurs fois évoqué dans les journaux3 pour avoir fugué à deux reprises en 1914 afin d’intégrer un régiment d’infanterie coloniale, et avoir été amputé d’une jambe en février 1915. Dans la représentation du combattant juvénile, la ligne de démarcation entre information et fiction s’avère donc ténue.

La fiction documentaire

3Les deux fonctions principales des fictions narratives de combattants juvéniles entre 1914 et 1918 sont de faire partager au lecteur des aventures et d’exalter le patriotisme d’une nation à travers des représentants pourtant trop jeunes pour être directement concernés. Une troisième fonction consiste à fournir au lecteur des informations données comme fiables sur la guerre en cours.

4Cette mission documentaire est assurée par le narrateur / auteur du récit fictionnel comme par des personnages de l’histoire – qui peuvent également être narrateurs. De tels protagonistes sont de préférence ceux qui, dans l’histoire, ont un accès direct aux combats, c’est-à-dire les militaires, et parmi eux se trouvent nos combattants juvéniles. Lorsque l’information délivrée porte sur des guerres révolues, on parlera plus volontiers de fictions historiques. L’enfant de troupe, Enfant perdu ou Le Petit tambour de Bazeilles relèvent de cette tradition qui parcourt le xixe siècle. On parlera plutôt de fiction documentaire lorsque l’information porte sur des événements contemporains, en l’occurrence la guerre de 1914-1918.

5Pour le lecteur de l’arrière pendant la Première Guerre mondiale, les aventures d’enfants combattants permettent d’accéder à la vie des militaires et à leurs combats. La fonction de médiateurs d’information qu’ils assurent est d’autant plus pertinente que, comme ce lecteur, de tels héros n’ont pas au départ le recul et l’expérience d’un combattant professionnel ou aguerri. Le dépaysement est plus fort pour eux, la distance avec le monde de l’armée plus grande. De tels récits jouent alors sur l’exotisme d’un milieu qui n’est pas fait pour l’enfant, mais auquel ce dernier s’adapte avec une merveilleuse facilité. À cet égard, l’illustration la plus exemplaire est celle de la littérature pour la jeunesse.

6Durant la guerre, en effet, les enfants français se trouvent dans l’une ou l’autre de ces deux situations : soit ils sont (ou ont été) en zone occupée ou ont vécu l’exode, et à ce titre ils n’ont pas (ou pas eu) accès à la presse pour la jeunesse ; soit ils ont accès à cette même presse parce qu’ils se trouvent en dehors des zones de combat ou des régions occupées, et ils n’ont donc pas l’occasion d’expérimenter ce qu’est la guerre au sens militaire du terme, à la différence des millions d’hommes mobilisés et dans une certaine mesure des milliers de femmes qui servent comme infirmières dans les hôpitaux militaires. Pour combler la lacune de ce second cas de figure, les auteurs pour la jeunesse inventent ces personnages d’enfants-soldats qui font le lien entre des enfants lecteurs bien réels et des belligérants adultes fictifs. Ils forgent des personnages juvéniles qui sont des médiateurs en ceci qu’ils permettent aux enfants réels de comprendre la guerre et de la vivre par procuration.

7On le sait, l’utilisation d’un personnage comme médiateur auprès du lecteur est un procédé fréquent au début d’une histoire, dans ce qu’on appelle « l’exposition ». Le lecteur fait son profit d’informations qui sont délivrées par un personnage à un autre. Lorsque tout le récit poursuit un objectif de présentation d’un certain milieu à une certaine époque, les situations de médiation se diversifient. Philippe Hamon relève trois rôles du récit naturaliste : « le regardeur-voyeur attentif », qui permet au lecteur de voir ce que le personnage voit ; « le technicien-travailleur affairé », qui lui permet de saisir son activité sur le vif ; enfin « le bavard volubile4 », qui lui donne accès aux informations verbales communiquées à un autre personnage.

8Cette typologie reste pertinente pour beaucoup de nos textes. Le Boy-scout de la Revanche présente une scène où une bande de quatre jeunes amis, réfugiés dans une cabane de vignerons en Champagne, assistent – et le lecteur à travers eux – au reflux des troupes allemandes lors de la contre-offensive de la Marne (septembre 1914)5. Le même roman rapporte un assaut contre une position ennemie où sont engagés nos protagonistes6 et voit encore le héros Georges Hurlu expliquer par une lettre à sa mère qu’il est parti pour le front7. Le type de l’enfant-espion est une variante associant les rôles du regardeur et du bavard : « Ce petit Hans sait tout et nous raconte tout ce qui se passe, sans que nous ayons encore pu comprendre comment il est si bien informé des choses de la guerre8. »

9Le contenu des informations délivrées par ces enfants-soldats aux enfants lecteurs ne diffère pas de celui que donnent d’autres personnages médiateurs. La majorité des auteurs de fiction pour la jeunesse n’étant pas des écrivains combattants, mais des civils restés à l’arrière, ils ne font que recycler dans leurs récits les descriptions que leur procure la presse d’actualité, toujours orientée et souvent censurée. À quelques exceptions près, on peut dire du récit de guerre pour la jeunesse ce que Jean-Marie Seillan dit du roman colonial français : qu’il « apporte au lecteur le bénéfice jubilatoire de reconnaître ce qu’il ne connaissait pas9 ». Les dizaines de récits à enfants-soldats qui sont publiés pendant ces quatre années et quelques de conflit présentent comme une nouveauté pittoresque la vie dans les tranchées. Ils fournissent des personnages stéréotypés (poilus gouailleurs, officiers impeccables, Allemands ignobles...) et des scènes formatées (assauts à la baïonnette, missions de reconnaissance, cérémonies militaires...). À quoi s’ajoute une attention particulière sur les nouveautés technologiques : ballons dirigeables et aéroplanes, sous-marins...

10Lorsque l’on passe de l’historiette ou de la nouvelle au roman, la fonction documentaire du récit peut engendrer chez les auteurs les plus consciencieux un effort de structuration de l’information. Dans Le Boy-scout de la Revanche, Jacquin et Fabre ménagent leurs effets : la découverte du monde des tranchées se fait progressivement. La partie centrale du roman voit les quatre protagonistes réaliser un trajet de l’arrière jusqu’au théâtre des opérations : « Ils avaient réussi dans leur entreprise, ou à peu près, puisque, s’ils n’étaient pas tout à fait sur le front, ils n’en étaient pas loin10. » Bientôt, les quatre héros effectuent des « incursions dans les ouvrages de première ligne11 », puis vivent enfin le moment du combat : « Les quatre mousquetaires reçurent le baptême du feu12. » Leur parcours permet à l’enfant-lecteur de bénéficier d’un panorama varié et toujours plus palpitant de l’état de guerre. Le roman-feuilleton Les Aventures d’un enfant de Provence13 utilise une autre méthode. Héritier inattendu du roman naturaliste à la Zola, l’auteur catholique Max Colomban invente pour son héros quatre frères aînés qui font la guerre : l’un chasseur à cheval (Roger), le deuxième caporal dans l’infanterie (Maurice), le troisième aviateur (Francis), un dernier lieutenant du génie (Henry). Le héros Jean Queyranne rendra visite à ses quatre aînés, ce qui lui donnera l’occasion – ainsi qu’aux jeunes lecteurs, indirectement – d’en savoir plus sur les conditions de la vie militaire en temps de guerre dans ces quatre armes.

Enfants combattants imaginaires donnés pour vrais

11La presse quotidienne et les revues périodiques sont à leur apogée en France à la veille du premier conflit mondial. Marie-Ève Thérenty estime qu’« en 1914, le tirage global des journaux quotidiens parisiens atteint 5 500 00014 ». De surcroît, avec l’irruption de la guerre, le besoin d’informations sur l’actualité prend un caractère intense, bien qu’il soit mal satisfait. Lorsque Christian Delporte note que bien des articles de journaux diffusés pendant la guerre « tiennent davantage du roman que de la réalité15 » ; lorsque pour la même période, Laurence Olivier-Messonnier décrit, dans son étude sur la collection Larousse des « Livres roses pour la jeunesse », de « jeunes héros et héroïnes de fictions affichées comme autant d’histoires authentiques16 », les deux critiques signalent un fait général dont nous n’examinons qu’une application : celle des enfants combattants imaginaires donnés pour vrais. Mais les termes de « roman » ou de « fictions » ne sont pas à prendre au sens strict. Dans une fiction, romanesque ou non, l’auteur fait savoir au lecteur que l’histoire qu’il conte est imaginaire. Dans le cas qui nous occupe, au contraire, l’auteur trompe le lecteur sur le statut de l’histoire qu’il délivre. Le procédé relève non pas de la fiction, mais de la supercherie.

12Les textes pseudo-informatifs sur de tels combattants juvéniles présentent une difficulté d’ordre historique. À quelques exceptions près, aucun examen d’authentification n’a été fait à l’égard de ces enfants et adolescents qui apparaissent dans les périodiques. Pour ce qui est de l’époque même du conflit, seule Marie Hollebecque traite fugacement ce point. Cette pédagogue publie en 1916 une étude intitulée La Jeunesse scolaire de France et la guerre17. Elle y rend compte d’entretiens avec des sujets qui sont devenus soldats ou ont tenté de l’être, mais mentionne également les cas de jeunes qui ont menti sur leurs équipées : « C’est à l’attraction exercée par les faits épiques autant qu’à la disposition au mensonge qu’il faut attribuer les récits truqués des enfants simulateurs, et en particulier du jeune Mercadier18. »

13Plusieurs journaux19 qui rapportent la commémoration par la Ligue des patriotes, le 6 décembre 1914, de la bataille de Champigny, font état de la présence d’un certain Jean Mercadier, 16 ans et demi, médaillé militaire et convalescent. L’écrivain nationaliste Maurice Barrès le fait acclamer par la foule et se fait photographier avec lui. Et dans un recueil à destination d’un jeune public, l’abbé Bretonneau publie un texte du même Barrès qui fait raconter au jeune soldat son engagement et ses actions20. S’agit-il du même Mercadier que celui évoqué par Marie Hollebecque ? C’est très probable. Dans cette hypothèse, il existe une collusion entre les mensonges qui seraient propres à la population juvénile – ils constituent une échappatoire lui permettant de concilier l’estime qu’elle cherche à obtenir et les contraintes provisoirement insurmontables de la vie – et les mensonges de la propagande qui déforme les faits pour qu’ils s’ajustent à l’idéologie qu’elle diffuse.

14Beaucoup des enquêtes historiques qui ont été menées depuis la fin de la guerre insistent sur les mensonges de la propagande, mais sans s’arrêter à des exemples de combattants juvéniles. Le cas d’Émile Desprès fait exception dans une certaine mesure. Cette figure juvénile de la résistance armée à l’invasion allemande est la plus populaire de son temps en France, avec celle de « l’enfant au fusil de bois », étudiée plus loin.

15Ses deux premières mentions datent du 16 septembre 1914. Daniel Lesueur en fait état dans Le Gaulois sous le titre : « Émile Després, un héros de 14 ans ». Les faits se déroulent à Douchy, dans le département du Nord envahi. Un sergent d’infanterie français « qui agonisait au fond d’une ornière21 » abat le lieutenant allemand qui commande le peloton chargé de fusiller quinze mineurs. Le sous-officier français va alors rejoindre le groupe des mineurs pour être fusillé avec eux. C’est ici qu’intervient le « héros de quatorze ans » : ayant voulu apporter un verre d’eau au sergent français, il est lui aussi condamné à être fusillé. Mais un officier allemand lui promet la vie sauve à condition qu’il abatte avec un fusil qu’il lui tend le sergent qu’il voulait désaltérer. Desprès feint de céder au chantage et en profite pour tuer l’officier allemand : « d’un agile mouvement de jeune lion, le gamin s’était retourné, et, à bout portant, avait abattu la bête féroce22 ». Il ne reste plus à Desprès qu’à mourir « en vrai fils de France23 ».

16Le quotidien Le Matin évoque aussi le gamin, ce même 16 septembre, sous le titre « La fin d’un monstre, la mort d’un héros ». Le texte donne ses sources dès la première phrase : « Un nouvel acte de cruauté allemande, qui révoltera toutes les consciences, nous a été conté hier par M. Pauliat, sénateur du Cher24. » L’article non signé ajoute un personnage au drame, qu’il situe dans un coron occupé par la troupe. Le sergent français blessé abat l’officier allemand non pour défendre les mineurs qui vont être fusillés, mais pour le châtier d’importuner la maîtresse du logis. Les actions de l’« enfant, le jeune Émile Desprès, âgé de quatorze ans25 » restent les mêmes.

17Ce second récit affiche un dispositif d’authentification de l’information plus complet que le précédent. Le premier procédé, implicite, mais d’autant plus efficace, consiste à placer le texte dans la section informative de la publication, qu’on ne peut confondre avec les zones réservées au récit de fiction qui sont nettement circonscrites, par exemple le « rez-de-chaussée » d’une page de journal. Dès lors, et en l’absence d’indications contraires, le lecteur donne par défaut son assentiment vérifonctionnel aux événements et aux acteurs qui lui sont soumis.

18Le deuxième procédé consiste pour le journaliste anonyme à se prévaloir d’une source qui est identifiée. La mention de « M. Pauliat » est d’autant plus probante qu’elle est associée à la désignation de la fonction du narrateur (il est « sénateur »), fonction prestigieuse qui cautionne mieux encore la vérité du fait. Or le sénateur Pauliat n’a pu être le témoin de la scène, et la personne qui a pu l’être et lui rapporter ces faits n’est pas nommée. Relevons également l’indication temporelle « hier », qui authentifie cette narration. Puisque le journal est paru le 16 septembre, le récit du sénateur aux journalistes a eu lieu le 15. Pourtant la livraison du 17 septembre du quotidien La Croix, rapportant la même histoire, précise que le sénateur du Cher a également rapporté l’histoire « hier26 », soit le 16 septembre et non plus le 15...

19Le troisième procédé tient à la multiplicité des récits convergents. L’article du Matin n’est qu’une manifestation d’une série de comptes rendus émanant de périodiques variés. Le fait divers est repris le lendemain 17 septembre par des quotidiens comme Le Figaro27, La Croix28, Le Journal des Débats29, L’Ouest-Éclair30, puis le 18 encore par Le Journal31. Le lecteur est conduit à penser que si tant de médias rapportent la même histoire, c’est qu’elle est vraie. Or, le caractère circulaire de l’information délivrée ne fait aucun doute. Si les supports du récit sont nombreux, la source est unique. Le récit du Journal des Débats, notamment, est une reprise légèrement résumée de celui du Matin. De manière générale, les mêmes phrases, parfois des paragraphes entiers sont reproduits tels quels. L’historien Christian Delporte explique que « le service d’information du Grand Quartier général, animé par des journalistes, comme André Tardieu ou François de Tessan, cherche à calmer les impatiences en fournissant à la presse des articles “clés en main”32 ». À l’évidence, dans le cas qui nous occupe, un texte a été diffusé dans les salles de rédaction des principaux quotidiens français pour que l’on « brode » dessus, et les rédacteurs s’y sont employés avec une paresse variable.

20Encore faut-il reconstituer les événements du drame de Douchy pour établir les affabulations propagandistes, ce qui ne va pas de soi. Le patronyme du héros, par exemple, est d’emblée problématique. Dès le 16 septembre, les textes du Gaulois et du Matin proposent une orthographe différente : « Després » pour l’un et « Desprès » pour l’autre. L’année suivante, certaines inexactitudes sont mises à jour, qui témoignent d’une capacité d’autocritique relative de la part des journalistes. Maurice Barrès fait état de deux lettres envoyées par des correspondants bien informés. L’une d’elles affirme que le héros s’appelle en vérité « Émile Desjardins33 ». La confusion sur le patronyme est telle qu’en 1916, André Bellessort, proche de l’Action française, préfère ne désigner le héros que par périphrases : « le jeune justicier », « un jeune garçon, âgé de quatorze ans34 »... Bien plus tard, en 1990, le club d’histoire locale de Douchy se fonde sur le témoignage du neveu du héros et restitue son nom et son âge : « Victor Dujardin (18 ans)35 ». La femme molestée a disparu, le courageux sergent français est devenu un insignifiant prisonnier anonyme. Mais le chantage pervers et son retournement par le héros sont confirmés : « Au moment de tirer, il fait volte-face vers l’officier et l’abat comme un chien36. » Ils sont réfutés en revanche en 2009 par l’historien local Michel Turpain qui affirme dans un entretien que « la thèse la plus vraisemblable est celle donnée par le journal Le Petit Valenciennois du 14 novembre 1920, sous la plume d’Émile Carlier37 » :

Dujardin aurait été pris pour avoir tenté de donner à boire à Eugène Boite, un territorial de Neuville, prisonnier des Allemands avec quelques douaniers et garde-voies. Tous prennent la route de Bouchain. Arrivés sur la nationale, Victor Dujardin et son ami neuvillois Florimond Lancelin, également prisonnier, sont intégrés au groupe d’otages en partance pour le lieu de leur exécution. Ils seront les neuvième et dixième victimes38.

Pour Carlier, il n’y aurait donc eu ni chantage ni meurtre d’officier allemand. La propagande de guerre a recyclé le mineur Dujardin pour en faire le résistant Desprès.

Le fait divers : modèle d’inscription journalistique des histoires de combattants juvéniles

21Observons comment une information portant sur un combattant juvénile prend en charge ce personnage dans le texte intitulé « Un caporal de seize ans », publié dans Le Figaro :

Montpellier, 28 octobre
Joseph Lauzonne, âgé de seize ans, avait pu s’engager dans un régiment d’infanterie.
Déjà, il avait pris part à plusieurs combats, avait été nommé caporal sur le champ de bataille et était proposé pour le grade de sergent. Mais, en raison de son âge, qu’il n’avait pas avoué, il a dû quitter le régiment, à son grand regret39.

22La consultation des journaux français publiés pendant la première partie du conflit conduit à rencontrer régulièrement de petits articles comme celui-là. Du point de vue des dimensions (variables, mais le plus souvent modestes) comme du contenu, nous sommes en présence de faits divers au sens de « menus événements du jour rapportés par la presse40 ». L’enfant combattant comme sujet d’information est essentiellement en 1914 un personnage de fait divers, rubrique journalistique qui perdure pendant le conflit, mais en se recentrant du point de vue du contenu.

23Dominique Kalifa note qu’en 1914, le recul du fait divers dans les journaux « est plus net et plus massif [qu’en 1870], accentué encore par la brutale réduction de la pagination41 ». Marine M’Sili observe encore à propos d’un quotidien régional de 1914 : « Le Petit Marseillais laisse de côté les faits divers qui se refusent à côtoyer les informations militaires42. » Si dans les premiers mois du conflit, la guerre concentre la majorité des sujets d’information que fournissent les journaux, il est logique qu’à l’intérieur de ce tout réapparaissent les rubriques habituelles du temps de paix. Le fait divers est donc bien présent dans la presse des années de guerre, mais il est majoritairement militaire ou paramilitaire, et les combattants juvéniles y ont toute leur place. Il se rattache paradoxalement à un fait primordial qui est tout sauf « divers », au sens d’inclassable : celui du conflit en cours. Ce n’est qu’au sein de ce flux de nouvelles engendré par la grande affaire du moment que l’on mettra à part une information comme celle concernant l’enfant-soldat Joseph Lauzonne qui, dans le journal où elle est rapportée, appartient à cette rubrique au titre significatif : « Autour de la guerre ».

24On considère volontiers les faits divers comme les récits d’une anomalie. Pour Roland Barthes, ils prennent en charge les « troubles de la causalité43 » tels qu’ils sont perçus par la société. Le titre « Un caporal de seize ans » attire l’attention du lecteur sur la conjonction aberrante d’un âge et d’un statut militaire. Telle est l’anomalie primordiale, présentée de manière laudative, de toutes ces anecdotes. Un individu à qui la législation en vigueur interdit de participer à un conflit armé cherche et parvient parfois à transgresser cette interdiction.

25Pour Marine M’Sili, les faits divers ont été en premier lieu des « éléments hors norme pour illustrer la toute-puissance de la Providence44 ». Mais avec l’avènement de la IIIe République, ils désignent tout incident erratique, le plus souvent négatif, engendré par les écarts de conduite individuels par rapport aux normes du nouveau régime : raison, travail, prudence, hygiène, sobriété... Cette même « laïcisation de la Providence45 » est à l’œuvre dans nos histoires de jeunes candidats heureux ou malheureux à l’engagement armé en temps de guerre. Des titres de faits divers comme « Mort pour la France à treize ans46 », « Des jeunes filles veulent remplacer Jeanne d’Arc47 », « Les enfants soldats48 », « Un boy-scout de 15 ans a déjà tué deux “Boches”49 », mettent au jour une causalité sacrée bien que laïque : le patriotisme, qui perturbe par excès le fonctionnement conventionnel d’une communauté. L’essentiel est que malgré les contrariétés qu’il engendre, ce patriotisme juvénile traduit la bonne santé de la nation et augure heureusement de l’issue du conflit. Ces faits divers rendent compte d’une pulsion sacrée dont la puissance est telle qu’elle met à mal les usages, mais garantit le salut de la France.

Le traitement littéraire de l’information journalistique sur l’enfant combattant

26Un autre aspect de la question des rapports entre fiction et information pour le combattant juvénile de 1914 est celui d’une présentation « littéraire », faite dans des articles informatifs, des tribulations données comme authentiques d’enfants qui sont devenus soldats ou ont tout fait pour le devenir.

27Aujourd’hui, dans un article d’information, le rédacteur s’abstient de rentrer dans la conscience des individus pour ne présenter que ce que des témoins ou enquêteurs ont pu recueillir, distingue la relation des faits de leur commentaire, ponctue son récit d’indications vérifiables sur l’identité des protagonistes et les circonstances de leur action. Ce modèle est pratiqué déjà dans les faits divers d’enfants-soldats, par exemple le texte « Un caporal de seize ans » précédemment cité. Mais il est concurrencé par un modèle plus libre, moins exigeant du point de vue méthodologique, et qui à cet égard relève de la « littérature », au sens d’une histoire où l’agrément du récit compte autant que le compte rendu des faits. Examinons ce second modèle, qui se caractérise d’abord par l’insertion d’éléments fictionnels.

Fictionnalisation de l’information

28Pendant le xixe siècle et une partie du xxe siècle, les journalistes d’actualité pratiquent ce que Marie-Ève Thérenty appelle la « fictionnalisation de l’information50 », qui n’est pas un mensonge, mais une manière de proposer une « consommation » de l’actualité à travers des codes narratifs fictionnels. La guerre de 1914-1918 ne pouvait qu’encourager cette pratique, puisque pour l’essentiel, les journalistes d’information ne disposent que de communiqués officiels tout à la fois sobres et évasifs. Il existe certes des correspondants de guerre, mais triés sur le volet, encadrés et censurés dans leurs productions.

29Il en résulte une pratique de la fictionnalisation qui cherche entre autres à combler un déficit pour ce qui est de « la chose vue ». Prenons l’exemple des premières phrases d’un article du quotidien Le Petit Parisien consacré à l’authentique enfant-soldat Joseph Soutelet :

Le jeune Joseph Soutelet n’avait pas encore dix-sept ans, au mois de septembre dernier. Et c’était là, pour ce brave enfant, une grande source d’ennuis.
En effet, du logis maternel, à Neuilly-sur-Seine, 156, avenue de Neuilly, il entendait gronder le canon. Simples exercices de tir, mais pour son imagination surchauffée, c’était la bataille qui rugissait là, tout près de lui, et il brûlait d’y participer.
Par malheur, au bureau de recrutement, on refusa de l’enrôler, parce qu’il n’avait pas atteint l’âge légal51.

30Dans ce texte, plusieurs éléments du récit outrepassent la stricte information et conduisent le lecteur à une approche bienveillante du sujet (« ce brave enfant ») et surtout à sa saisie fictionnelle : accès offert par le rédacteur à la conscience de l’adolescent (« imagination surchauffée »), à ses rêveries exaltées (« c’était la bataille qui rugissait là ») comme à ses projets (« il brûlait d’y participer ») ; point de vue du héros qui commande le récit (« par malheur [...] on refusa de l’enrôler ») ; dramatisation de son rejet en conseil de révision donné comme une douloureuse surprise, alors que l’âge légal pour être volontaire est de notoriété publique. Le rédacteur donne du piment à cette histoire d’enfant-soldat historique en l’ornant de traits descriptifs et narratifs qui sont inventés, et doivent être goûtés comme tels par le lecteur.

31La fictionnalisation n’est pas en soi un procédé de propagande, puisqu’on la trouve dans tous les domaines, avant et après la guerre de 1914-1918, mais elle se met aisément au service de la mobilisation contre l’adversaire. C’est ce que nous montre la comparaison entre deux versions d’une même histoire d’enfants fugueurs rapportée par le quotidien Le Figaro. Voici la première, en date du 9 septembre 1914 :

L’Odyssée de quatre gamins
Quatre enfants de treize à quatorze ans, originaires de Bourges, ayant rencontré la semaine dernière un régiment d’artillerie se dirigeant sur Paris, se mêlèrent aux soldats qui les prirent en affection et les nourrirent.
Les jeunes recrues arrivèrent ainsi sur le front de la bataille ; on leur dit qu’ils ne pouvaient s’exposer, et les artilleurs se cotisèrent pour leur permettre de gagner le camp retranché de Paris.
Ils sont arrivés hier à Saint-Denis et ont été arrêtés.
M. Guilbourg, juge d’instruction, après les avoir félicités de leurs sentiments patriotiques, a pris les mesures nécessaires pour les rapatrier52.

32Ce récit journalistique se veut résolument informatif. Si l’on excepte la référence littéraire du titre comme la formule ironique « jeunes recrues » (les protagonistes ne sont pas recrutés) il ne contient pas de jugement de valeur. Il met également en place un dispositif d’attestation avec des données factuelles susceptibles d’être vérifiées : le lieu et la date de la fugue comme du rapatriement, l’âge des enfants, le nom du juge d’instruction. L’identité des fugueurs n’est pas révélée parce qu’ils sont mineurs, et celle du régiment suivi est occultée pour des raisons de sécurité militaire.

33Or, trois jours plus tard, le même journal donne une seconde version de ce fait divers. En voici quelques extraits :

Les quatre petits gars de Bourges
C’était quatre braves petits gamins de Bourges.
Un matin qu’ils flânaient par les rues, les mains dans les poches, le nez au vent et sifflotant, un régiment d’artillerie, qui se rendait à la guerre, passa.
La foule, dans les acclamations, accompagnait les artilleurs qui partaient. Les quatre gamins avaient emboîté le pas, et quand le régiment s’éloigna de la ville, ils le suivaient encore.
[...] Le canon tonnait au loin ; eux, ils souriaient.
Mais alors un sous-officier, en les apercevant, songea qu’ils ne pouvaient rester plus longtemps, et avec une brusquerie derrière laquelle se cachait une véritable émotion, il intima l’ordre aux gosses d’avoir à décamper. [...] Il fit entre ses hommes une rapide collecte, leur en remit le montant, et leur dit :
— Et maintenant, au revoir ; vous êtes de braves petits gars. La main... et filez !
Ils filèrent en pleurant, et en se retournant souvent, comme de bons chiens qu’on chasse, vers les soldats qu’ils quittaient et qu’ils aimaient [...]53.

34À l’évidence, ce second texte ne résulte pas d’un complément d’enquête sur cette fugue, mais fournit une amplification du texte précédent par le biais d’une fictionnalisation du récit. Désormais le narrateur a accès à la conscience des protagonistes, « émotion » cachée du sous-officier ou amour des enfants pour les soldats. Il peut reproduire les paroles du militaire sous forme de citation : « Et maintenant, au revoir »... Il sait quelle allure adoptaient les enfants dans Bourges : « les mains dans les poches, le nez au vent »... Mais cette réinvention de l’anecdote est orientée. Elle met d’abord à contribution une encyclopédie de lieux communs qui produisent un effet de réel. Comme l’indique Marie-Ève Thérenty, « fictionnaliser le réel, ce n’est pas le transformer, mais en proposer un mode de représentation immédiatement compréhensible et accepté par tous54 ». Sont mobilisés le poncif du gamin parisien à la Poulbot (« le nez au vent et sifflotant ») ; celui de la sympathique inconscience de l’enfance face au danger (« Le canon tonnait au loin ; eux, ils souriaient ») ; de la tendresse des sous-officiers dissimulée sous une rude écorce (« brusquerie derrière laquelle se cachait une véritable émotion »)...

35Mieux encore, cette fictionnalisation reconstruit la fugue enfantine pour la mettre au service d’un message de solidarité patriotique. La seconde version insiste sur l’union entre jeunes et adultes, civils et militaires. Se trouve conjurée ici la hantise d’une cassure entre « l’avant » et « l’arrière ». Le mépris du danger de la part des enfants, leur souhait de suivre les soldats et de se battre avec eux prouvent également que la relève est assurée. L’activation des poncifs évoquée plus haut contribue à célébrer une identité française. Ajoutons que le traitement de la fugue par un juge d’instruction est gommé de cette seconde version, pourtant plus longue, car il orienterait l’appréhension de ces individus comme autant de délinquants.

Novellisation du fait divers

36Marie-Ève Thérenty note que « les rédacteurs de faits divers peuvent avoir pour modèle de référence l’écriture romanesque55 ». L’examen des faits divers de combattants juvéniles confirme parfois cette affirmation. À l’invention de traits pour agrémenter une anecdote authentique s’ajoute son adaptation à des scénarios qui relèvent du roman, tout particulièrement du roman populaire. En témoigne ce fait divers paru dans Le Matin et intitulé « Soldat de seize ans » dont voici les deux premiers paragraphes :

Le ...e régiment d’infanterie, qui se rendait de Longuyon à Spincourt, vers le milieu du dernier mois d’août, était accompagné de deux chasseurs à cheval chargés d’éclairer sa marche. En approchant d’un petit boqueteau, dont les dernières broussailles venaient mourir au bord du chemin, les deux cavaliers aperçurent un groupe suspect où il leur semblait bien reconnaître des uniformes allemands.
En un temps de galop, carabine au poing, ils arrivèrent à portée, lâchèrent leurs deux coups de feu et chargèrent. Une demi-douzaine de uhlans s’envolèrent comme des pies qu’on dérange au milieu de leur repas ; et les nôtres, poussant leurs chevaux jusqu’au point où l’ennemi avait paru s’appliquer à quelque mystérieuse besogne, y découvrirent un jeune homme de seize ans à peine, presque un enfant encore, attaché à un arbre et bâillonné56.

37Avec cet enfant captif entouré de soldats ennemis, le fait divers touche au roman de la victime. Les parents de l’enfant ont été tués sous ses yeux et les Allemands s’apprêtaient à le fusiller. L’escarmouche engagée par les deux cavaliers s’inspire du second modèle, le récit d’aventures. De plus, pour piquer l’attention du lecteur, le rédacteur emploie le procédé romanesque de l’ouverture in medias res : nous n’éluciderons qu’avec les soldats français l’énigme du gamin ligoté, lorsque celui-ci leur contera sa lamentable histoire, qui justifiera son enrôlement. Il n’est pas jusqu’à la notation descriptive (« dont les dernières broussailles venaient mourir au bord du chemin ») qui ne soit romanesque. Incongrue d’un point de vue informatif, elle fait « tableau », oriente le lecteur vers une réception plus esthétique qu’informative de la scène. Cette ouverture de fait divers s’insérerait aisément dans un roman historique à la Dumas, d’autant plus que la cavalcade renvoie plus à la « guerre en dentelles » du xviie siècle qu’à une guerre industrielle.

38Mais un stéréotype propre aux fictions romanesques populaires de la Grande Guerre, usé jusqu’à la corde, met un comble au mimétisme : « On allait le fusiller quand, pour le délivrer, les nôtres étaient accourus57. » Pour prendre la mesure de cette convergence, il suffit de parcourir une fiction romanesque d’enfant-soldat, par exemple le début du conte Un gosse français de Léon Valbert :

Là, tout près, à la lisière de la forêt voisine, ils ont, au tronc d’un chêne, lié solidement, avec des cordes qui meurtrissent sa chair, arrêtent le sang dans ses veines, le propre fils aîné des fermiers massacrés tout à l’heure, sous ses yeux. C’est un enfant de treize ans, presque un gamin, petit, pâlot, malingre... un gosse58 !

39Et comme il se doit, « une vingtaine de zouaves59 » sauveront aussi le héros qui allait être exécuté. Dans la suite du récit journalistique, le rédacteur revient à un modèle plus sobre d’anecdote informative. Pas d’exploits ni de mort glorieuse : l’enfant est laissé entre les mains de la troupe bienveillante, prêt à se battre contre l’envahisseur. Le texte réalise donc une fusion du récit romanesque bref et du fait divers à enfant-soldat. Et le contenu de l’histoire est mis au service d’un message patriotique convenu : supériorité des soldats français sur leurs adversaires allemands, cruauté germanique, solidarité entre civils et militaires français.

Le poids de l’information journalistique sur la littérature fictionnelle

40Si les conventions de la littérature fictionnelle sont exploitées par les journalistes pour rendre compte d’anecdotes authentiques portant sur des enfants combattants, le contenu de ces faits divers inspire également les contes et romans.

41On trouve parfois des cas d’emprunts textuels faits par la fiction littéraire à des récits journalistiques d’enfants combattants. En témoigne la dernière phrase de l’article du Matin, comme d’autres quotidiens rendant compte de l’acte d’héroïsme du jeune Desprès : « L’histoire retiendra son nom : il s’appelait Émile Desprès60. » Il se trouve que le recueil Les Enfants héroïques de 1914 reprend l’anecdote, ainsi que plusieurs autres. Si cette série d’histoires ne relève pas de la littérature fictionnelle, mais factuelle, le récit-cadre qui les enchâsse est bien une fiction. L’auteur imagine un officier en permission de convalescence, « le commandant Desloges61 », qui occupe ses journées à conter des histoires à ses enfants. Lorsqu’il a fini de rapporter celle du jeune héros tueur d’officier, l’un deux fait la remarque suivante : « Oh ! le brave petit garçon, dit Pierre, je n’oublierai jamais son nom62 ! » Le commentaire du journaliste anonyme du Matin (« L’histoire retiendra son nom ») est donc transféré avec la même idée et deux mots identiques dans la bouche d’un personnage qui relève d’un récit fictionnel (« je n’oublierai jamais son nom »). On peut en conclure que lorsque Guyon a rédigé ce récit, il avait sous les yeux l’article de ce quotidien ou d’un autre.

42Le poids de l’information journalistique sur la littérature fictionnelle transparaît également dans les titres utilisés. Nous l’avons noté, la pratique de la presse d’information consiste à jouer sur le contraste entre l’âge et la fonction (« Mort pour la France à 13 ans63 », « Un soldat de quinze ans64 »), mais aussi à employer des superlatifs absolus (« Le plus jeune sergent de l’armée française65 », « Léonce Mallet (15 ½), le plus jeune amputé de France66 »...) Le premier procédé se retrouve dans des titres de fictions comme Le Petit Artilleur67, Petit soldat de la Grande Guerre, Le Petit Poilu, Le Petit Général68... Arnould Galopin reprend le second procédé dans deux romans quand il désigne le personnage d’enfant-soldat, Milo69, pour Les Poilus de la 9e, Charlot70 pour Les Petits Bleus de la 8e, comme étant « le plus jeune poilu de France ».

43L’influence de l’information sur la fiction s’observe notamment à travers une scène littéraire récurrente, celle de l’enfant français qui abat un officier germanique. Cette scène reprend l’exploit d’Émile Desprès qui tue un officier allemand avec l’arme que celui-ci lui tend pour achever un soldat français. Le récit bref La Mort du barbare71 est la fiction qui suit au plus près le fait divers. La scène ne se déroule plus en Lorraine, mais dans les Ardennes, dans la maison où un soldat français blessé a été recueilli par une famille. Un officier allemand impose le même chantage à un garçon de 15 ans : « Tiens, voici mon revolver, achève-le et vite72 ! » Comme Desprès, le héros abat l’officier avec cette arme, mais connaît un sort plus heureux puisqu’il parvient à s’échapper avec sa famille et le militaire. La scène de mise à mort d’un officier ennemi par un enfant est exploitée dans bien des fictions : Pierrik le mousse pêcheur de sous-marins73, Les Poilus de la 9e, Zizi, dit « le tueur de Boches »74, Le Petit Poilu, Trois cœurs de France, Pour la France75, La Poupée de Jacqueline76, La Vengeance du petit mécanicien77, Confitou78, Le Petit pâtre79, Du lycée aux tranchées... Nous repérons ici un impact indéniable de l’information sur la fiction, sachant qu’à une exception près80, nous n’avons pas trouvé d’histoire fictionnelle d’enfant tueur d’officier publiée pendant les vingt ans qui précèdent le fait divers « Desprès ».

Quelques interactions supplémentaires

44Pour ce qui est du combattant juvénile, nous venons de remarquer que la fiction emprunte à l’information d’actualité, et auparavant, que l’information d’actualité pouvait user des codes romanesques de la littérature de fiction. Il existe en effet une relation d’inspiration réciproque entre ces deux corpus. Pendant ces quatre années et quelques de conflit, information et fiction sont prises dans un mouvement global de mobilisation des esprits. D’ailleurs, romanciers et journalistes d’information appartiennent parfois au même milieu de rédacteurs, quand ils ne pratiquent pas les deux activités simultanément. Pendant la guerre, Arnould Galopin est à la fois correspondant de guerre et romancier pour le quotidien Le Journal, de même que Gustave Le Rouge pour le journal L’Information.

Confusion

45Cela explique cette confusion spontanée ou concertée entre fiction de l’enfant-soldat et information sur l’enfant-soldat. L’hebdomadaire pour la jeunesse Les Trois Couleurs crée en 1914 la rubrique « Épisodes, contes et romans de la Grande Guerre », où figurent pêle-mêle fictions et faits divers. De même « Les jeunes et la guerre » est une page créée dans l’hebdomadaire L’Étoile noëliste qui rapporte indifféremment des histoires inventées et des anecdotes authentiques. Et la collection « Les livres roses pour la jeunesse » est consacrée par la maison Larousse, dès le numéro 144, à des récits sur la guerre contemporaine, aussi bien factuels que fictionnels.

46À cette promiscuité se joint souvent un refus des rédacteurs d’indexer clairement leurs récits à l’une ou l’autre des catégories, comme dans les deux exemples que nous venons de mentionner. On ne dit pas si telle histoire de combattant juvénile est une fiction. Le rédacteur laisse donc le lecteur estimer qu’en l’absence d’indications contraires, par défaut, l’histoire qu’il déchiffre est authentique. En somme, l’auteur se protège tout en laissant le lecteur, en particulier le jeune lecteur, suivre sa pente « naturelle » et croire que ce qu’il lit est exact, parce qu’il a envie de le croire et que la catégorie de la fiction est plus sophistiquée, suppose une posture intellectuelle et culturelle plus complexe que l’adhésion vérifonctionnelle.

47Pourquoi les littérateurs de l’époque tiennent-ils à faire croire à leurs lecteurs que leurs personnages existent ou ont existé ? L’explication que nous avançons est que, pour des événements aussi graves et dont le dénouement reste à venir, la fiction est moins mobilisatrice que la vérité. Académicien polygraphe qui se dévoue pendant la guerre à la cause nationale, Jean Aicard affirme que « la réalité est le plus puissant des exemples et le plus magnifique, lorsqu’elle est de l’idéal réalisé81 ». L’inféodation de la littérature à des objectifs d’édification exige donc que l’on invente pour les besoins de la cause de « l’idéal réalisé », par exemple sous la forme de mensonges. Dans cette confusion entre littératures fictionnelle et factuelle, l’objectif des littérateurs n’est jamais de laisser croire qu’une histoire vraie est fictionnelle, mais toujours qu’une histoire fausse est vraie.

48Ce refus d’indexation générique ramène à la question des enfants combattants imaginaires donnés pour vrais. Il faut insister sur l’importance numérique des récits sur lesquels pèse une suspicion d’affabulation. Comme la plupart du temps aucune enquête n’a été menée pour valider l’authenticité de telle figure d’enfant combattant, on ne peut qu’émettre des doutes, doutes subjectifs, mais fondés sur une fréquentation assidue de ces histoires courtes, souvent évasives, presque toujours dépourvues de procédure d’attestation, parfois inféodées à des procédés et des intrigues romanesques. Observons le cas de l’enfant-soldat René Oger, donné comme authentique par Gustave Le Rouge dans un fascicule :

On amenait dernièrement à l’hospice de Clermont (Oise) un poilu de treize ans, René Oger, qui, depuis un an, a fait campagne comme un véritable troupier. Son histoire est en dix lignes, tout un roman. Il a vu sa mère fusillée sous ses yeux par les Barbares, à Noyon, son pays natal. Il s’était enfui, vivant comme il pouvait, il a réussi à gagner les tranchées françaises. Il est tombé au milieu d’un régiment de zouaves qui l’ont adopté, nourri, habillé, et il s’est bravement battu avec ses nouveaux amis à Tracy-sur-le-Mont. Au grand désespoir du petit René, la chose s’est ébruitée, et, les ordres du grand chef sont formels, le petit poilu a dû quitter en pleurant ses compagnons d’armes82.

49À la réserve près du « désespoir » du sujet, qui est cependant déductible par un observateur extérieur, ce récit est strictement informatif et fournit quelques données vérifiables (mais jamais vérifiées) : lieu de résidence, participation à une bataille... Pourtant, ces quelques lignes condensent la matière traditionnelle de bien des romans misérabilistes : père absent, mère abattue, orphelinage, vagabondage et adoption, au point que l’authenticité de l’anecdote en devient douteuse. Elle l’est d’autant plus que le mimétisme fictionnel du fait est admis et comme revendiqué par le narrateur (« tout un roman »). Un canevas mélodramatique centré sur une victime pitoyable, qui pourrait donner lieu à un interminable roman-feuilleton comme en a écrit le romancier Gustave Le Rouge, sert de support à un fait divers journalistique comme sait aussi en rédiger le journaliste Gustave Le Rouge.

50Nous avançons les mêmes réserves pour l’histoire de l’orphelin de 16 ans sauvé in extremis par l’irruption d’un régiment français, dont rend compte Le Matin du 14 septembre 1914. Le dénouement rapporté n’est pas impossible en soi, mais son caractère providentiel, son efficacité narrative de Deus ex machina inspirent plus que de la méfiance. Il en est de même pour les héros donnés pour vrais dans certains récits de Charles Guyon publiés par Larousse : le « tout jeune soldat, un engagé volontaire83 » non nommé, heureux de mourir d’un éclat d’obus à la place de son commandant ; le « petit Parisien, un enfant, qui avait devancé l’appel84 », dont le nom est également omis, et qui va récupérer seul le portefeuille d’un commandant mort dans la zone tenue par les Allemands avant d’exciter victorieusement un régiment à se lancer à l’assaut d’une tranchée ennemie ; « Marcel G.85 », 17 ans lui aussi, qui prend la relève des officiers morts au combat pour lancer les troupes françaises à l’assaut de l’ennemi...

51Mais la confusion peut se manifester également au sein de l’information journalistique. En ces temps de propagande de guerre, le lecteur est livré à lui-même et jugera seul du statut vérifonctionnel à accorder à telle histoire de combattant juvénile rapportée par la presse. La mort de l’enfant-soldat François Ratto illustre cette situation. Tout part d’un arrêté du 14 janvier 1915, publié le lendemain dans le Journal officiel :

Article unique. – est inscrit au tableau spécial de la Médaille militaire, à compter du 3 janvier 1915
M. Ratto (François) âgé de seize ans, volontaire au 27e bataillon de chasseurs : parti de Menton avec le 27e bataillon de chasseurs alpins, a marché constamment dans ses rangs et a combattu avec lui depuis le début des hostilités, payant d’exemple et montrant la plus héroïque bravoure ; a été grièvement blessé, le 23 novembre, par un éclat d’obus qui lui a sectionné presque complètement le pied ; au milieu des plus cruelles souffrances, il a conservé sa gaieté86.

52Cet arrêté ne précise pas si la médaille est décernée à titre posthume ou non. Plusieurs journaux restent aussi évasifs et se contentent, à l’instar du Gaulois87, de L’Humanité88 ou du Temps89, de reproduire le texte du Journal officiel. Mais d’autres veulent apporter un commentaire, ce qui les conduit à trancher la question et à estimer qu’en l’absence d’indication contraire, Ratto est bien vivant. La Croix conclut le compte rendu en signalant le catholicisme militant de l’adolescent : « Ce vaillant jeune homme est un des membres les plus actifs du patronage de Menton90. » De même, Le Figaro insiste sur la précocité du médaillé : « François Ratto sera probablement le plus jeune médaillé de la guerre : il a seize ans91. » « Il a seize ans », il « est un des membres les plus actifs »... À l’évidence, les deux journalistes font croire que François Ratto est vivant. Or l’adolescent est mort le lendemain de sa blessure, soit le 24 novembre 1914, comme l’atteste son certificat de décès92 et comme l’indique Le Matin dès le 7 décembre 1914 : « Sa mère vient d’apprendre la mort du jeune héros, tombé au champ d’honneur au cours de la bataille de l’Yser, frappé par un éclat d’obus. Il fut inhumé avec tous les honneurs militaires dans le cimetière français de Furnes93. »

53Que pensera un lecteur de ces comptes rendus ? Plusieurs réceptions sont possibles, qui privilégient ou combinent la détection de la vérité, de l’erreur et de la supercherie. Le lecteur peut croire en la survie de François Ratto, ou suspendre son jugement, ou encore démonter le mécanisme de l’erreur et mesurer la fragilité de la presse verrouillée par la censure. La discrétion du Journal officiel sera interprétée comme une rétention d’information : les autorités concernées et avec elles plusieurs journaux savaient, mais n’ont pas voulu donner ou rappeler une information susceptible de démoraliser l’opinion. Au mieux, les journalistes du Figaro et de La Croix ont fait preuve de légèreté ; au pire, ils ont apporté leur contribution au « bourrage de crâne ».

Dissonances

54Plus ponctuellement, des dissonances apparaissent entre les textes journalistiques qui évoquent un même protagoniste dans des rubriques différentes. Les faits divers élogieux publiés par la presse détonnent alors avec ce qu’elle dit par ailleurs. Parmi ces rubriques, il y a les avis de recherche diffusés par les proches dans les journaux, qui constituent à la fois une information et une demande d’information émanant de particuliers.

55Considérons André Guédé, enfant-soldat célébré pour avoir ramené à l’arrière son protecteur blessé, le sous-lieutenant Grivelet. Les conditions de son départ de la maison familiale sont rapportées par exemple dans le quotidien L’Écho de Paris à travers la publication d’une lettre de « M. Fernand Engerand, sénateur du Calvados » :

Au cours des opérations préparatoires de notre belle victoire de la Marne, le village de Neuilly-en-Thelle (Oise) dut être évacué. Le... régiment d’infanterie passait par là. Le jeune André Guédé, âgé de 12 ans, dit à sa mère : « Je veux suivre les soldats », et il accompagna le régiment94.

56D’après ce texte, l’enfant avertit la mère de son départ. La réponse maternelle n’est pas donnée, cette lacune permettant d’éluder la question de savoir s’il y a fugue ou pas. Voici maintenant l’avis de recherche relayé par le maire de la commune et diffusé dans deux quotidiens, le même Écho de Paris et Le Petit Parisien :

– Neuilly-en-Thelle (Oise). – 1° Le maire invite la population qui a quitté la commune à réintégrer ; 2° André Guédé, 12 ans, disparu depuis le passage des troupes françaises, sa mère inquiète demande des nouvelles ; 3° Service postal étant interrompu, écrire au maire de Neuilly-en-Thelle, poste restante à Pontoise (Seine-et-Oise)95.

57Pour une fois, la presse relaie la position de la mère d’un enfant devenu soldat, sans effet mélodramatique, avec l’économie rédactionnelle que suppose ce type d’appels à témoin. Il n’est pas loisible à partir de ces quelques mots de savoir si l’enfant a fugué en avertissant sa mère. Mais à l’évidence, celle-ci n’a pas de nouvelles depuis le départ de son fils et n’est pas enthousiasmée par cette situation. Cette lumière projetée sur la question des combattants juvéniles est pour le moins inhabituelle et pertinente.

58Lisons enfin les premières lignes de l’article suivant, recueilli non dans la chronique de la guerre ou les avis de recherche, mais dans la « chronique judiciaire » :

L’Odyssée du jeune Marzin
Les récits de guerre exaltent l’imagination de certains enfants. Ils paraissent avoir sérieusement agi sur le cerveau de Lucien Marzin, âgé de 16 ans, qui était déféré, hier, au tribunal des adolescents sous l’inculpation de vol [...]96.

59L’article se poursuit par les déclarations du prévenu au juge d’instruction, où il n’est d’ailleurs jamais question du vol présumé. Lucien Marzin a été célébré antérieurement par Le Matin97 et Le Journal des Débats98. Le même Petit Parisien qui en parle avec distance comme d’un Don Quichotte infantile lui a consacré six mois auparavant un éloge appuyé, comme en témoigne le titre de l’article : « Un boy-scout de 15 ans a déjà tué deux “Boches”99 ». Pour ce qui est de l’acte supposé de délinquance, il n’aurait pas eu les honneurs de la presse si son auteur n’était pas une petite célébrité. Loin de dissimuler cet acte, le quotidien le met en avant pour attirer le lecteur, dans une logique sensationnaliste. La lecture de cet article peut amener à reconsidérer de manière critique la masse des textes journalistiques qui font l’éloge des enfants-soldats et de leur patriotisme. Une interprétation tout aussi partiale, mais pertinente, vient à l’esprit : et si ces jeunes gens n’étaient que des têtes brûlées à qui la guerre a donné l’opportunité de nuire à autrui en toute impunité, c’est-à-dire sans affecter la communauté nationale ?

Légende

60Si la comparaison des différentes versions d’une même histoire d’enfant combattant donnée pour vraie amène à relever des contradictions qui jettent le doute sur l’authenticité des faits, elle oriente aussi la réception de l’histoire dans une direction que nous n’avons pas encore signalée. Cette littérature peut en effet basculer du côté de ce qui n’est plus la fiction ou la réalité, ni même la supercherie, mais la légende. Reprenons l’exemple d’Émile Desprès. Nous avons recensé plus de quarante versions de son histoire. Il était alors inévitable que les comptes rendus, tout en conservant l’essentiel des événements, se contredisent les uns les autres, par exemple pour ce qui est de son patronyme – Després, Desprès, Depret, Desjardins, Dujardin – mais aussi, nous l’avons vu, pour le déroulement de l’action, les individus qui y prennent part et les circonstances de la mort (ou non) du héros.

61Paradoxalement, ces contradictions grandissent le protagoniste en lui conférant une dimension légendaire. Alors que l’anecdote est immédiatement contemporaine, elles lui donnent la patine des héros si anciens et si mémorables que leurs exploits comme les récits qui en rendent compte se multiplient et finissent par se brouiller. Sa force ne tient plus dans son authenticité, mais dans sa capacité à rassembler et exprimer un complexe d’angoisses et de désirs qui hantent l’opinion publique du temps, et qui n’ont que faire de l’exactitude historique : admiration pour le faible qui élimine le fort, indignation devant le cynisme « boche », identification à des circonstances où se joue la vie et la mort du sujet...

62Il est donc souvent difficile de démêler en ces années 1914-1918 la fiction de l’information. Or cette confusion revêt une efficacité particulière pour la question des combattants juvéniles, car elle rend service aux journalistes qui leur sont favorables. Pour les plus timorés d’entre eux, rapporter une histoire vraie d’enfant-soldat en laissant planer le doute sur son statut vérifonctionnel, c’est se mettre à l’abri de tout soupçon d’agressivité anti-légaliste.

63Mais la démarche inverse se justifie également : raconter comme une anecdote attestée ce qui est une fable donne plus de poids à la leçon que l’on veut en tirer. C’est le cas du fait divers intitulé « Soldat de seize ans », diffusé dans le quotidien Le Matin du 14 septembre 1914. Il est mis au service des poncifs idéologiques habituels, mais aussi, ce qui est plus transgressif, d’une protestation à l’encontre de la législation hostile aux enfants-soldats. L’histoire donnée pour vraie d’un combattant juvénile se révèle être un exemplum et à ce titre elle est la première pièce d’un dispositif rhétorique. Elle permet au rédacteur anonyme de plaider avec efficacité pour qu’on tolère la présence d’enfants au sein des unités combattantes :

Est-il coupable, selon les règlements, l’officier qui l’a ainsi enrôlé ? Lui reprochera-t-on d’avoir gardé cet enfant après l’avoir sauvé ?... Est-ce qu’il est vraiment interdit de recruter des héros de tout âge ?... Il est possible cependant que l’opinion publique soit d’un autre avis et qu’elle amnistie le chef de cette famille de troupiers qui a pensé qu’autour de la Patrie, cette Mère, il y a place, aux jours de danger, pour tous ceux de ses fils qui ont du cœur100.

Information et fiction en diachronie

64Jusqu’ici, nous avons considéré la relation entre information et fiction du combattant juvénile sur toute la durée du conflit, comme si ce dernier formait un bloc inentamable. Mais il est indispensable de distinguer d’éventuelles évolutions au fil des années de guerre.

65La figure 1 présente le nombre d’occurrences de « situations » de combattants juvéniles dans notre corpus année après année, en distinguant littérature factuelle et littérature fictionnelle. Nous entendons par « situations » des fonctions guerrières endossées par les personnages de ces récits : boy-scout combattant, enfant-soldat, conscrit de 17 ans, franc-tireur, justicier solitaire, vengeur ponctuel (c’est le type Émile Desprès), mais aussi personnage échouant à se faire recruter. Un même récit peut contenir plusieurs situations : il suffit pour cela qu’il présente plusieurs personnages ou qu’un même personnage prenne en charge plusieurs de ces traits au fil de ses tribulations. De plus, pour que la comparaison entre littératures factuelle et fictionnelle ne soit pas faussée, nous ne comptabilisons que les récits développés sur un nombre de lignes conséquent, de l’ordre d’une demi-page au moins : cela invalide les dizaines d’entrefilets informatifs de quelques lignes qui n’ont pas d’équivalent dans le registre fictionnel et qui ne mettent pas en œuvre ou presque de procédés littéraires. Enfin, pour ce décompte comme pour ceux qui suivront dans cette étude, l’année 1914 est à part : le conflit se déclenche en août, ce qui invalide, sauf à procéder par extrapolation, toute comparaison annuelle.

Figure 1. Évolution diachronique du nombre d’occurrences de combattants juvéniles.

Image

66Il ressort de ce graphique que la production totale de « situations » atteint son pic dès 1915 (85 occurrences) et fléchit régulièrement ensuite. Cette décrue, à partir de la première année complète de guerre, est une constante et réapparaîtra dans la plupart de nos décomptes. Les combattants juvéniles sont une denrée littéraire qui est principalement consommée au cours des premiers mois du conflit.

67En outre, ce personnage est plus traité par la littérature factuelle (135 occurrences en tout, soit 58,7 %) que fictionnelle (95 occurrences, soit 41,3 %). Même si l’écart n’est pas considérable, il indique suffisamment que les directeurs de périodiques et les éditeurs d’ouvrages estiment que la population désire autant sinon plus lire des histoires vraies de combattants juvéniles que des récits d’imagination. En temps de guerre, le véridique serait plus attractif que la fable.

68Considérons maintenant l’évolution comparée des deux corpus. En 1914, la littérature factuelle produit cinq fois plus de « situations » de combattants juvéniles que la littérature fictionnelle : c’est le moment où l’histoire d’Émile Desprès se répand, abondamment « littérarisée ». En 1915, la suprématie de la production factuelle se maintient, même si l’écart avec la production fictionnelle se réduit. C’est le temps notamment des histoires d’enfants-soldats, recrutés illicitement. En 1916, les deux courbes se croisent : il y a un peu plus de fictions de combattants juvéniles que de faits divers « littérarisés » sur la question. En 1917 et 1918, la littérature factuelle reprend un léger avantage numérique sur la littérature fictionnelle. Ainsi, durant la guerre, la mode littéraire des histoires de combattants juvéniles se manifeste dans un premier temps par la reprise de faits divers. Le registre fictionnel ne devient consistant qu’à partir de 1915 (alors même que le factuel demeure fortement représenté) et doit attendre 1916 pour parvenir à son pic de production.

Notes de bas de page

1  Daniel Aranda, « Informations et fictions de l’enfant-soldat dans la presse française entre 1914 et 1918 », dans Germain-Arsène Kadi & Johanne Villeneuve (dir.), Acteur et victime : la figure de lenfant dans les guerres modernes, Québec, Presses de l’Université Laval, 2017, p. 15.

2  Maurice Gicquel, Le Roman d’un soldat de 16 ans [1916], Paris, Figuière, s. d., p. 50.

3  Par exemple : A. G., « Un jeune héros », Journal de Saint-Denis, 5 décembre 1914.

4  Philippe Hamon, Le Personnel du roman : les systèmes des personnages dans les « Rougon-Macquart » d’Émile Zola, Genève, Droz, 1983, p. 58.

5  Joseph Jacquin & Aristide Fabre, Le Boy-scout de la Revanche [1915], Paris, Hachette, 1917, p. 143 et sq.

6  Ibid., p. 187.

7  Ibid., p. 96.

8  Mme Cremnitz, Journal d’une petite Alsacienne, Paris, Boivin, 1917, p. 117.

9  Jean-Marie Seillan, Aux sources du roman colonial, Paris, Karthala, 2006, p. 22.

10  Joseph Jacquin & Aristide Fabre, Le Boy-scout de la Revanche, op. cit., p. 151.

11  Ibid., p. 183.

12  Ibid., p. 190.

13  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, paru dans L’Étoile noëliste, nº 41, 18 février 1915.

14  Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien, Paris, Éditions du Seuil, 2007, p. 45.

15  Christian Delporte, « Journalistes et correspondants de guerre », dans Stéphane Audoin-Rouzeau & Jean-Jacques Becker (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2004, p. 721.

16  Laurence Olivier-Messonnier, « L’enfance en guerre dans “Les livres roses de la guerre” : 1914-1918 », dans Christian Chelebourg (dir.), Représenter la jeunesse pour elle-même, Caen, Lettres modernes Minard, « Écritures jeunesse », 2010, p. 146.

17  Marie Hollebecque, La Jeunesse scolaire de France et la guerre, Paris, Didier, 1916.

18  Ibid., p. 30.

19  Par exemple : Maurice Barrès, « Le mot d’ordre aux patriotes », L’Écho de Paris, vol. 31, nº 11 071, 7 décembre 1914 ; Anonyme, « Quand même ! », Le Matin, nº 11 241, 7 décembre 1914 ; Anonyme, « L’anniversaire de Champigny », Le Petit Journal, nº 18 973, 7 décembre 1914.

20  Abbé Léon-Joseph Bretonneau, L’Apostolat de la jeunesse pendant l’année de la guerre, Paris, Téqui, 1916, p. 157-158.

21  Daniel Lesueur, « Émile Després, un héros de 14 ans », Le Gaulois, nº 13 486, 16 septembre 1914, p. 1.

22  Ibid, p. 2.

23  Ibid.

24  Anonyme, « La fin d’un monstre, la mort d’un héros », Le Matin, nº 11 159, 16 septembre 1914, p. 1.

25  Ibid.

26  Anonyme, « Un héros de quatorze ans », La Croix, vol. 35, nº 9 666, 17 septembre 1914, p. 2.

27  Anonyme, « Les grands exemples », Le Figaro, vol. 60, nº 260, 17 septembre 1914.

28  Anonyme, « Un héros de quatorze ans », art. cité.

29  Anonyme, « Acte de sauvagerie », Le Journal des débats, vol. 126, nº 258, 17 septembre 1914.

30  Anonyme, « Un jeune héros », L’Ouest-Éclair, vol. 16, nº 5 525, 17 septembre 1914.

31  Gustave Téry, « Les jours se suivent... », Le Journal, nº 8 027, 18 septembre 1914.

32  Christian Delporte, « Journalistes et correspondants de guerre », art. cité, p. 721.

33  Maurice Barrès, « L’héroïsme des enfants », L’Écho de Paris, vol. 32, nº 11 170, 16 mars 1915, p. 1.

34  André Bellessort, Petit recueil de compositions françaises, Paris, Belin, 1916, p. 30-31.

35  Collectif, Mémoire vivante : Douchy-les-mines 1900-1920, Douchy, Amicale laïque de Douchy, 1990, p. 89.

36  Ibid., p. 91.

37  Francis Thuilliez, « Victor Dujardin, authentique héros ou simple victime civile de 14-18 ? », La Voix du Nord, 20 novembre 2009.

38  Ibid.

39  Anonyme, « Un caporal de seize ans », Le Figaro, vol. 60, nº 302, 29 octobre 1914, p. 2.

40  Collectif, « Divers », dans Trésor de la langue française, Paris, CNRS, 1979, vol. 7, p. 343.

41  Dominique Kalifa, « Faits divers en guerre (1870-1914) », dans Dominique Kalifa (dir.), Crime et culture au xixsiècle, Paris, Perrin, 2005, p. 190.

42  Marine M’Sili, Le Fait divers en République, Paris, CNRS, 2000, p. 185.

43  Roland Barthes, « Structure du fait divers », dans Essais critiques [1971], Paris, Éditions du Seuil, 1991, en ligne : www.ae-lib.org.ua/texts/barthes__essais_critiques__fr.htm (avril 2021).

44  Marine M’Sili, Le Fait divers en République, op. cit., p. 15.

45  Ibid., p. 121.

46  Anonyme, « Mort pour la France à treize ans », La Croix, vol. 37, nº 10 310, 15-16 octobre 1916.

47  Anonyme, « Des jeunes filles veulent remplacer Jeanne d’Arc », La Grande Guerre du xxe siècle, vol. 1, nº 7, août 1915.

48  Anonyme, « Les enfants soldats », Le Journal des débats, vol. 126, nº 323, 21 novembre 1914.

49  Anonyme, « Un boy-scout de 15 ans a déjà tué deux “Boches” », Le Petit Parisien, nº 13 878, 28 octobre 1914.

50  Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien, op. cit., p. 22.

51  Anonyme, « Les exploits d’un enfant de Neuilly », Le Petit Parisien, nº 13 880, 30 octobre 1914, p. 2.

52  Anonyme, « L’odyssée de quatre gamins », Le Figaro, vol. 60, nº 252, 9 septembre 1914, p. 4.

53  Anonyme, « Les Quatre Petits Gars de Bourges », Le Figaro, vol. 60, nº 255, 12 septembre 1914, p. 3.

54  Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien, op. cit., p. 151.

55  Ibid., p. 110.

56  Anonyme, « Soldat de seize ans », Le Matin, nº 11 157, 14 septembre 1914, p. 2.

57  Ibid.

58  Léon Valbert, Un gosse français, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 2, nº 30, 1er juillet 1915, p. 4.

59  Ibid.

60  Anonyme, « La fin d’un monstre, la mort d’un héros », art. cité.

61  Charles Guyon, Les Enfants héroïques de 1914, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse » n° 144, 1914, p. 7.

62  Ibid., p. 12.

63  Anonyme, « Mort pour la France à treize ans », La Croix, vol. 37, nº 10 310, 15-16 octobre 1916.

64  Anonyme, « Un soldat de quinze ans », Le Figaro, vol. 61, nº 22, 22 janvier 1915.

65  Anonyme, « Le plus jeune sergent de l’armée française », Le Petit Parisien, nº 13 956, 14 janvier 1915.

66  Anonyme, « Léonce Mallet (15 ½), le plus jeune amputé de France », La Grande Guerre du xxe siècle, vol. 1, nº 6, juillet 1915.

67  Landac, Le Petit Artilleur, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 2, nº 43, 30 septembre 1915.

68  Georges Jardin, Le Petit Général, paru dans La Jeune France, vol. 2, nº 57, 9 avril 1916.

69  Arnould Galopin, Les Poilus de la 9e, paru dans Le Journal, nº 8 192, 2 mars 1915, p. 2.

70  Arnould Galopin, Les Petits Bleus de la 8e, paru dans Le Petit Journal, nº 19 975, 4 septembre 1917, p. 2.

71  Anonyme, La Mort du barbare, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 3, nº 79, 8 juin 1916.

72  Ibid., p. 1.

73  Georges-Gustave Toudouze, Pierrik le mousse pêcheur de sous-marins, Paris, Rouff, « Patrie », 1917.

74  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », Paris, Fayard, 1915.

75  Louis Farge, Pour la France, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 119, 11 février 1915.

76  Anonyme, La Poupée de Jacqueline, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 174, 9 mars 1916.

77  Noël Amy, La Vengeance du petit mécanicien, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 201 et 202, 14 et 21 septembre 1916.

78  Gaston Leroux, Confitou, Paris, Lafitte, 1916.

79  Anonyme, Le Petit Pâtre, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 3, nº 97, 12 octobre 1916.

80  Anonyme, Les Étrennes d’un petit Français, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 27, 2 janvier 1913.

81  Jean Aicard, préface à « Un Français », dans L’Héroïsme français : anecdotes de la guerre suivies de réflexions et de questions pour les écoliers de France, Paris, Hatier, 1915, p. VI.

82  Gustave Le Rouge, Nos Gosses & la guerre, Paris, Maison de l’Édition, « Petite bibliothèque de la Grande Guerre », 1915, p. 7.

83  Charles Guyon, Les Fils de nos poilus, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », n° 187, 1916, p. 18.

84  Ibid., p. 31-32.

85  Charles Guyon, Bleus et volontaires au feu, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse, n° 213, 1917, p. 5.

86  Journal officiel de la République française, n° 14, 15 janvier 1915, p. 234.

87  Anonyme, « Un jeune brave », Le Gaulois, nº 13 607, 15 janvier 1915.

88  Anonyme, « Un brave », L’Humanité, vol. 12, nº 3 925, 15 janvier 1915.

89  Anonyme, « Un médaillé de seize ans », Le Temps, vol. 55, nº 19 551, 16 janvier 1915.

90  Anonyme, « Médaille militaire », La Croix, vol. 36, nº 9 768, 16 janvier 1915, p. 2.

91  Anonyme, « Échos », Le Figaro, vol. 61, nº 15, 15 janvier 1915, p. 3.

92  Le document numérisé est consultable en ligne : www.horizon14-18.eu/ratto.html (avril 2021).

93  Anonyme, « L’enfance héroïque », Le Matin, nº 11 241, 7 décembre 1914, p. 2.

94  Anonyme, « Un héros de douze ans », L’Écho de Paris, vol. 31, nº 10 992, 19 septembre 1914, p. 1.

95  L’Écho de Paris, vol. 31, nº 1 099, 15 septembre 1914, p. 3 ; Le Petit Parisien, nº 13 838, 18 septembre 1914, p. 2.

96  Anonyme, « L’odyssée du jeune Marzin », Le Petit Parisien, nº 14 021, 20 mars 1915, p. 3.

97  Anonyme, « L’héroïsme d’un boy-scout de 15 ans », Le Matin, nº 11 199, 26 octobre 1914.

98  Anonyme, « Les aventures d’un boy-scout morlaisien », Le Journal des débats, vol. 126, nº 321, 19 novembre 1914.

99  Anonyme, « Un boy-scout de 15 ans a déjà tué deux “Boches” », art. cité.

100  Anonyme, « Soldat de seize ans », art. cité.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.