Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Tradition et innovation

p. 17-40


Texte intégral

Passé et présent littéraires du combattant juvénile français en 1914

1Les histoires fictionnelles de combattants juvéniles ne sont pas apparues en France avec la guerre de 1914-1918. Le xixe siècle a produit quantité de récits qui célèbrent les exploits d’enfants de troupe ou de francs-tireurs adolescents. À cet égard, le conflit franco-prussien de 1870 a les faveurs des romanciers, même si toutes les guerres sont représentées, notamment les guerres révolutionnaires et impériales. En outre, si à partir d’août 1914 les auteurs se tournent massivement vers la représentation de cette guerre qui se déroule sous leurs yeux, ils continuent malgré tout à produire des romans, contes et historiettes qui relatent des aventures militaires antérieures au conflit en cours.

2Établir les caractéristiques de l’enfant combattant en France durant le premier conflit mondial implique de comparer ce personnage avec son équivalent des décennies précédentes. Si un certain nombre de points communs apparaissent, on peut également relever quelques spécificités de son incarnation en 1914-1918. Certains aspects de ce protagoniste suivent la tradition, alors que d’autres ont évolué.

3Un regard panoramique sur les centaines de récits de combattants juvéniles diffusés en France durant la Première Guerre mondiale permet de constater une homogénéité des intrigues. L’invasion germanique affecte le protagoniste d’un manque de nature variable, qu’il comblera en luttant les armes à la main contre les troupes ennemies. À ce niveau de généralité, il n’y a pas de différence entre les histoires de jeunes combattants publiées pendant la guerre et celles diffusées dans les décennies antérieures. Dans un cas comme dans l’autre, selon le format du récit, la mission sera unique ou le héros en enchaînera plusieurs selon le principe des intrigues à tiroirs. De telles entreprises se soldent toujours par un succès, même si le héros y laisse parfois la vie.

4L’immuabilité de ces histoires prend un tour caricatural lorsque l’« habillage » diégétique reste lui aussi inchangé avant et pendant la guerre. Le Bon-Point amusant du 6 février 1913 conte l’histoire du Tambour de Lützen qui se déroule en 1813. Le héros est un « petit tambour du nom de Martin, qui n’avait que treize ans1 ». Pendant la bataille, un cavalier prussien « tranche le bras du courageux petit tambour2 » qui continue cependant à battre la charge avec le bras qui lui reste. Quatre ans plus tard, le même hebdomadaire recycle l’histoire en la situant pendant la guerre contemporaine et en pratiquant la surenchère. Jean, « douze ans à peine3 » en 1914, subit la mutilation de sa main par un officier germanique qui a en outre tué sa mère. L’orphelin est adopté par la troupe et, lors d’un combat, il remplace au pied levé le clairon abattu. Un Bavarois tranche alors sa seconde main, mais le héros arrive malgré tout à sonner la charge... Ici s’effectue en douceur la transition entre les histoires légendaires des petits tambours de la Révolution et de l’Empire, toujours prisées en ce début du xxe siècle, et celles des belligérants juvéniles de la Grande Guerre.

5Si cet exemple suggère une permanence en ce qui concerne les contenus, on trouve en revanche une nette différence pour ce qui est de la fréquence d’apparition de ce personnage. Alors que trente-neuf romans à combattants juvéniles ont été dénombrés entre 1914 et 1918, nous n’avons pu en identifier que vingt pour la période 1894-19144. De tels chiffres indiquent une progression considérable du nombre de romans à enfant combattant puisqu’en quatre ans et demi on en trouve presque deux fois plus que pendant les vingt années qui précèdent. La guerre a donc donné un élan considérable à cette formule romanesque qui lui préexistait.

Victimes ou volontaires

6Les fictions narratives qui mettent en scène le personnage de l’enfant combattant retracent toujours l’histoire tour à tour attendrissante, amusante, héroïque voire tragique, d’un gamin que les circonstances ou sa volonté propre amènent à se rapprocher de la troupe, qui parvient ou pas à s’engager, et qui, s’il y parvient, reste dans l’armée un laps de temps suffisant pour accomplir quelque action d’éclat. Néanmoins, deux scénarios ressortent dans le corpus 1914-1918 qui se distinguent par les séquences préparatoires à l’incorporation des personnages juvéniles. Dans le premier cas, le protagoniste subit personnellement l’agression germanique : village bombardé ou pillé, famille massacrée, tentative de meurtre, isolement, faim... Il est alors recueilli puis adopté par la troupe. Voici par exemple le récit que fait de cet épisode intégrateur le héros orphelin du Roman d’un soldat de 16 ans : « Les barbares avaient fait, de mon village, un bûcher lugubre illuminant la nuit. Et, sur ce bûcher, impitoyablement, avait été immolé tout ce que j’aimais sur la terre. Alors, j’ai suivi l’Armée française. Elle m’a adopté, habillé, armé5. » Dans le second scénario, le jeune héros ne se trouve pas en zone envahie, mais éprouve le désir irrépressible de participer au combat contre l’envahisseur. C’est le cas du protagoniste des Histoires héroïques de mon ami Jean : son père ayant été tué à l’ennemi, il prend la décision de le venger et attend l’âge de 17 ans pour s’engager. Mais cette procédure d’intégration révèle mieux sa spécificité lorsque le héros ne subit aucun dommage, et qu’il prend sa décision en toute indépendance d’esprit :

Dès le jour où la France rallia tous ses enfants contre l’envahisseur, je brûlais du désir d’imiter mes frères et de concourir à la lutte, prêt à n’importe quel sacrifice. C’est pourquoi, alors qu’à Nice il faisait un temps splendide, qu’il ne se passait pas une semaine sans une soirée de bienfaisance, que je vivais d’une façon douce et agréable, je résolus de partir coûte que coûte6.

7Ces deux entrées dans l’histoire, par un personnage de victime ou par un personnage de volontaire (souvent fugueur), rappellent la distinction établie par Anne-Marie Thiesse dans les feuilletons publiés à la Belle Époque entre « romans “de la victime” » et « roman[s] d’aventures7 ». Mais pour le premier cas, l’adversaire n’est plus un scélérat qui veut spolier le héros (une héroïne le plus souvent) dans le cadre d’un drame familial, mais un ou des membres d’une armée ennemie qui s’attaquent aux civils. Reste que l’adversaire militaire peut aussi agir à des fins privées. Le roman Mariée le 1er août 1914 présente Frédéric Meyer, naturalisé français, mais fidèle à l’Allemagne, qui fait séquestrer à Berlin son fils Jacques, né d’une mère française, et revient en France comme officier allemand à l’occasion de la guerre. Jacques s’évade et incorpore l’armée française afin « d’effacer la tache qui souille [son] nom8 ».

8Pour ce qui est de ces deux voies d’accès à des parcours romanesques, il n’y a aucune nouveauté par rapport aux romans de guerre antérieurs à 1914-1918. On y trouve aussi bien des personnages de victimes (Trois héros9 ; Un grognard de douze ans10, par exemple) que de héros volontaires (Enfant perdu, 181411 ; Jean Tapin12). Cette continuité est dans l’ordre des choses puisque ces deux modèles s’enracinent dans une tradition qui remonte au moins au Second Empire dans le domaine de la littérature pour la jeunesse. Si l’on fait abstraction du contexte militaire, l’histoire d’un héros juvénile qui se lance dans un projet audacieux est racontée par exemple dans Un capitaine de quinze ans13. Quant à la figure de la petite victime, elle relève du topos de l’enfance malheureuse dont Sans famille14 est un exemple français. Dans ce dernier cas, l’armée française en guerre de notre corpus 1914-1918 joue le rôle de l’auxiliaire qui recueille et adopte l’enfant orphelin ou perdu que les circonstances ont livré à lui-même. Et comme dans le roman de Malot (ou d’autres textes), une rude vie de chemineau attend le gamin enrôlé15.

9Dans les deux cas, également, le combattant juvénile n’est pas toujours le héros du récit. Il peut être simplement l’auxiliaire du protagoniste, même si cela ne change rien à son parcours stéréotypé. Par exemple, le jeune Charlot du feuilleton Les Petits Bleus de la 8e16 n’intervient pas avant le milieu du récit et devient soldat plus tard, son rôle se limitant à accompagner le héros. En revanche, il n’y a que dans le corpus 1894-1914 que l’on peut voir le jeune militaire évoluer dans sa fonction : Ramon de Sierra-Grande est un « officier de seize ans17 » dans la première partie du roman Les Évadés du Mexique, qui commence en 1867. Mais le récit progresse dans le parcours du héros bien au-delà de son adolescence. Cette amplitude temporelle n’est plus possible pour le corpus 1914-1918, sauf à s’engager dans la voie de la science-fiction. Le protagoniste doit être un enfant ou un jeune adolescent pendant toute la durée de l’histoire. Cette littérature du présent empêche l’auteur de faire vieillir son héros en faisant courir son aventure sur un laps de temps important.

Des personnages plus virulents

10Du point de vue du contenu, le principal constat qui ressort de la comparaison de nos deux corpus est que les romanciers des années de guerre durcissent les comportements et les objectifs de leurs personnages, par rapport à leurs prédécesseurs. Ils leur inventent des contraintes qui les obligent à agir de manière plus violente ou transgressive dans ce monde en guerre. Les propos, les actions et les trajectoires de leurs créatures sont plus tranchés, évitent plus volontiers les compromis.

Victimes plus que fugueurs

11Dans les romans des années 1894-1914, l’engagement est un peu plus apaisé que dans ceux des années 1914-1918, car il est plus volontiers légal, consenti par les parents et enregistré par les autorités militaires. Pour ce qui est des jeunes volontaires qui prennent sur eux de désobéir à leurs parents ou tuteurs légaux pour aller se battre, la différence entre les deux corpus n’est pas significative. Ils interviennent dans quatre romans sur les vingt du corpus 1894-1914 : Les Écoliers de Chalons18, Le Petit Tambour de Bazeilles19, Petit Marsouin20 et Pauvre Jacquinet !21, soit 20 %. Pour trente-cinq romans concernés du corpus 1914-1918, ce chiffre de fugueurs s’élève à huit, mais pour un nombre de textes plus élevé, ce qui donne un pourcentage de 23 %.

12Mais la différence entre ces deux groupes est plus nette si l’on observe que les quatre romans du corpus 1894-1914 minimisent la virulence de la transgression. Aucun des personnages de ces récits en effet ne désobéit à ses parents biologiques. Napoléon Marmilloud, le héros des Écoliers de Chalons, comme Jacques, celui de Pauvre Jacquinet !, s’échappent d’écoles militaires. Jacques Loriot, le héros du Petit tambour de Bazeilles, est enfant de l’Assistance publique et la vieille nourrice qui l’a adopté n’a guère d’ascendant sur lui. Quant au fugueur de Petit Marsouin, Paul, il désobéit à son oncle chez qui il se trouve au moment de l’arrivée des Prussiens et non à son père qui s’est rengagé. Par ailleurs, ce personnage n’est pas le héros du roman, mais seulement son auxiliaire. Des situations similaires se rencontrent dans les huit romans du corpus 1914-1918, mais à deux reprises seulement : l’orphelin Georges (Le Caporal Oscar22) et François, l’enfant enlevé des Boy-scouts alliés23, ont pour tuteurs des Allemands qui ne les aiment pas, ce qui justifie leur fugue.

13Ce modeste accroissement du nombre de héros fugueurs tient probablement pour partie à des raisons techniques. À partir du moment où les conditions d’engagement sont plus contraignantes, avec la règle de l’autorisation parentale pour un volontaire dont l’âge ne peut être inférieur à 17 ans, la fugue devient une meilleure solution romanesque. Le durcissement historique des conditions d’engagement dans l’armée française entraîne un durcissement relatif du comportement du personnage juvénile et un accroissement des histoires d’enfants fugueurs.

14Pour ce qui est des héros « victimes », c’est-à-dire des combattants juvéniles dont l’entrée dans la carrière militaire prend comme point de départ leur situation de détresse initiale, l’augmentation est plus nette. Entre 1894 et 1914, on dénombre cinq romans sur les vingt qui se fondent sur cette situation de départ, soit 25 %. Pendant les mois de guerre entre 1914 et 1918, ce nombre s’élève à treize romans sur trente-trois concernés (un peu plus de 39 %). Comme pour le type de l’enfant fugueur, les romanciers en guerre exploitent plus volontiers la situation de l’enfant en danger. Celle-ci présente un intérêt mélodramatique, et autorise dans la suite de l’histoire un comportement plus violent du jeune combattant, qui voudra venger les siens : « Je brûlais de me battre, je me sentais des forces incroyables pour venger mon père24 », explique René Braux d’Arleux, 16 ans, recueilli par la troupe.

Défenseurs du sol national

15Les récits qui évoquent la guerre en cours mettent en avant le fait que la France est un pays envahi. Cela engage les auteurs à souligner le caractère « vital » de ce combat, et donc à cautionner les engagements les plus radicaux, par exemple ceux d’enfants qui veulent devenir soldats. De ce point de vue, les histoires de combattants juvéniles durant la guerre de 1914-1918 prolongent celles qui rapportent des engagements similaires durant la campagne de France de 1814 (Les Écoliers de Chalons, Enfant perdu, 1814...) et plus encore pendant la guerre franco-prussienne de 1870 que beaucoup de romanciers ont vécue : Deux jeunes braves25, Le Petit Tambour de Bazeilles, Titi le Moblot... À beaucoup d’égards, la Grande Guerre est rapportée comme une répétition de celle de 1870, mais aussi comme une revanche sur elle, car il est encore temps d’inverser le dénouement : la particularité du corpus 1914-1918 est qu’il se constitue alors que l’issue de cette guerre n’est toujours pas connue, qu’il faut tout faire pour que la population reste mobilisée, ce qui justifie les scénarios les plus virulents.

16Ces nouveaux « Barbares » qui déferlent sur le territoire national produisent des récits dont le caractère paradoxal doit être signalé. Ils résultent en effet d’un renversement terme à terme des histoires que l’on trouve à la même époque, non dans les récits d’aventures historiques, mais dans les romans d’exploration et d’aventures coloniales. Au lieu de porter la civilisation et la guerre dans des pays exotiques, comme à son habitude, voici que la France est envahie et sur le point d’être colonisée par une « race » donnée comme inférieure. L’Allemagne réalise ici ce que le capitaine Danrit avait imaginé avec ses romans de science-fiction militaire, L’Invasion jaune26 ou L’Invasion noire27. Dans notre corpus des années de guerre, l’officier allemand occupe alors l’emploi conventionnel du roi nègre ou asiatique d’une peuplade insoumise. Même sa cruauté est un recyclage de celle des sauvages des romans d’aventures coloniales. De fait, les thèses racialistes28 élaborées par l’école française d’anthropologie se diffusent dans l’opinion publique. Un lieu commun est développé par les romanciers populaires, selon lequel Français et Allemands occupent des situations opposées dans l’éventail des races. Les Germaniques « se ravalent au rang des peuplades sauvages les plus farouches, des anthropoïdes les plus rudimentaires29 ». Ils relèveraient même plus du monde animal que de l’espèce humaine si l’on en croit un enfant-soldat qui vient de capturer un fantassin ennemi et dit par plaisanterie : « Je vous présente Fritz, soldat du kaiser, que j’ai capturé dans un arbre, tout comme un orang-outang, auquel il ressemble étrangement30. »

17Face à ces envahisseurs se dressent nos combattants juvéniles. Ils profitent bien souvent de la guerre pour transgresser le statut que la loi leur réserve et tirer parti de la désorganisation relative du pays. Il n’est plus besoin d’envoyer de petits aventuriers comme Marcel de Merville31, Victor Marion32 ou Jean Dache33 dans les contrées les plus lointaines et sauvages pour qu’ils donnent la mesure de leur talent. Le conflit en cours, dans leur pays, dans leur village, est pour eux un merveilleux moyen de libérer des potentialités qui seraient restées lettre morte dans des circonstances normales. Ils mettent donc au service de la France et en France leur tempérament de casse-cou et de redresseurs de torts.

18On ne s’étonnera donc pas que la sauvagerie soit aussi une particularité attribuée, mais de manière laudative cette fois, à ces petits héros. Parce qu’ils connaissent parfaitement le terrain, qu’ils sont en situation d’infériorité face aux troupes d’invasion et sont encore des enfants, ils retrouvent spontanément des comportements de membres de peuplades primitives : « Dans le cerveau bouillonnant du petit Alsacien une idée naissait, une ruse de sauvage lue dans un de ces journaux de Paris qu’il dévorait en cachette34. » Après avoir tué un officier allemand, Guy d’Arlon va se réfugier en forêt, dans une cache sous un arbre35. Dans un récit bref de Rosny aîné, « un petit bonhomme d’environ quinze ans36 » vit en homme des bois dans la forêt d’Argonne où il combat l’adversaire germanique. Une forêt sert également de refuge et de terrain de combat à « un gamin de dix ans, dont le père avait été tué par les Boches37 », et qui tire avec son arc et ses flèches sur les soldats ennemis qui s’aventurent sur son territoire. Bien entendu, cette sauvagerie n’a rien à voir avec celle de l’adversaire germanique...

Vengeurs

19La vengeance est un ressort traditionnel des intrigues du récit populaire, et les histoires de combattants juvéniles entre 1914 et 1918 la reprennent à leur compte. Comme fils d’un père tué au combat ou d’une mère abattue par les troupes d’occupation, le jeune héros s’estime dépositaire d’une mission familiale de justicier. Mais le mobile peut être anodin : le héros de l’historiette Le Petit Vengeur abat un Prussien qui a piétiné la photographie de sa mère38. Ces missions sont formulées le plus souvent dans une scène classique, celle du serment de vengeance. Dans le roman-feuilleton Les Enfants du Lorrain, les deux jeunes héros « de seize et quatorze ans39 » proclament devant la dépouille de leur grand-père fusillé : « Je te jure, grand-père, que nous veillerons sur Marguerite comme sur notre petite sœur et je te jure aussi que tu seras vengé40. » L’acte de vengeance s’appliquera à la ou aux personnes qui ont commis le forfait, mais parfois, le héros se considère comme vengé même si ce n’est pas l’auteur du forfait qui est abattu, mais d’autres soldats allemands qui comme lui ont envahi la France. Ainsi du récit pour la jeunesse Sur la voie. Un Belge de 13 ans dont le père a été fusillé se venge en faisant dérailler un train militaire allemand :

Des plaintes, des hurlements, des râles d’agonie s’exhalaient. Quelques hommes, échappés au sinistre, s’enfuyaient... éperdus.
Debout sur le talus, le gamin regardait et son cœur se dilatait d’une joie surhumaine. Il ne put se contenir plus longtemps.
— Vive la Belgique ! À bas l’Allemagne ! clama-t-il à pleins poumons.
Et, satisfait, vengé, il prit sa course dans la nuit41.

20Ce dernier exemple est proche d’une présentation du gamin en héros transgressif comme il en existait à cette époque dans la littérature populaire. À l’instar d’un Fantômas juvénile, il contemple avec délectation son œuvre de mort avant de disparaître. Ainsi, le petit héros n’éprouve aucun scrupule à se venger, et l’auteur du récit ne se démarque en aucune façon de son état d’esprit. Cette vengeance peut même provoquer une satisfaction d’ordre moral. Dans Le Petit Poilu, un enfant-soldat ayant tué un Allemand d’un coup de bâton ferré s’écrie : « J’ai vengé le major Verteuil, je suis heureux, j’ai fait mon devoir42 ! »

21Si les narrateurs approuvent ces héros justiciers, c’est que leur action sert indirectement la cause nationale. De manière explicite, parfois, ils rapportent la métamorphose d’une très haute conscience familiale en une très haute conscience patriotique. C’est le cas pour le héros d’une nouvelle de Valbert intitulée Un gosse français, publiée dans un hebdomadaire pour la jeunesse. Jean-Pierre, 13 ans, s’est engagé pour venger sa famille massacrée par les Allemands. Le glissement de la vengeance privée vers la revanche nationale s’effectue lors d’une scène de charge à la baïonnette où Jean-Pierre devient l’allégorie de la France :

Ivre de vengeance et de haine, il allait, poursuivant sans trêve, sans peur, sans pitié, son œuvre de justicier vouée à la mémoire des siens massacrés et brûlés. Rien ne semblait plus pouvoir l’arrêter... Il était le Droit poursuivant le Crime, la Faiblesse outragée punissant la Force ignoble et lâche. Il était la France, assaillie, outragée, traîtreusement foulée aux pieds et qui, se révoltant sous la cravache du dompteur, l’étreignait à son tour pour l’étouffer, le mettre à jamais hors d’état de nuire, le rejeter hors de ses frontières libérées comme une loque misérable, comme un pantin disloqué, vidé, anéanti43 !

On voit quelle est l’habileté de tels récits. Partir d’une histoire de représailles privées pour aboutir à celle d’une réparation nationale, c’est permettre à un lecteur, jeune ou adulte, de donner corps au concept de nation.

22Sur cette question de la vengeance, les différences entre les deux corpus sont sensibles. Les vingt romans des années 1894-1914 ne mettent en scène que deux histoires comportant des personnages vengeurs (soit 10 %). Aucun d’entre eux, de surcroît, n’est le héros des récits. Les deux frères qui dans Enfant perdu, 1814 « veulent venger la mort de leur père44 » à Iéna sont des comparses. Et Georges qui jure de venger son père mort à la bataille de Saint-Privat en 1870, n’est pas non plus le héros du roman Filleuls de Napoléon45, mais celui du roman suivant de la trilogie – Petit marsouin, où ce serment n’est plus rappelé. En revanche, le groupe des trente-neuf romans des années de guerre compte onze textes à vengeurs juvéniles, soit un peu plus de 28 %. Sur ces onze romans, six présentent des vengeurs qui sont aussi les héros. Dans le même ensemble, cinq sont des récits pour la jeunesse, ce qui est représentatif de la légitimation morale du principe de vengeance diffusé auprès des jeunes lecteurs durant cette guerre.

Tueurs d’officiers

23Entre 1914 et 1918, certains romans mettent en scène un combattant juvénile qui abat un officier allemand. Milo, l’enfant-soldat des Poilus de la 9e, rend compte de l’exploit en quelques mots : « Si j’en étais !... j’vous crois... J’ai même descendu un officier. Demandez plutôt au lieutenant46. » Mais la mise à mort d’un officier allemand par un combattant juvénile français fait souvent l’objet d’une scène spécifique dans le récit, car son caractère spectaculaire en fait un des morceaux de bravoure. C’est le cas dans la nouvelle Le Petit Poilu dont le héros est l’enfant-soldat Claude, 11 ans :

L’enfant devint blême. Ce lieutenant, il le reconnaissait, c’était le meurtrier de Saint-Cyr. Au risque d’attirer vers lui un flot d’ennemis, il braqua son revolver sur l’officier ; mais celui-ci prévenant la décharge donna un coup de sabre sur ce bras tendu vers lui. Claude, le bras et la main entamés, lâcha l’arme, mais son terrible bras gauche devait venger le droit. Il fit un rapide moulinet et au moment où le sabre du uhlan allait lui fendre la tête, à l’aide d’une feinte il esquiva le coup et, rapide, le bout ferré frappa le hideux personnage à la tempe droite d’un coup à assommer un bœuf !
Il chancela, fit un tour sur lui-même et tomba.
Il était mort47 !

24La présence d’enfants tueurs d’officiers dans la littérature des années 1914-1918 (8 occurrences, sur les vingt-sept romans concernés du corpus) retient l’attention, car nous n’en trouvons aucun parmi les vingt romans des années 1894-1914. Ce motif narratif serait donc une nouveauté propre aux fictions françaises de guerre à partir de la Première Guerre mondiale. C’est d’autant plus probable qu’un tel motif a été engendré, nous le verrons, par un fait divers journalistique qui a connu un grand retentissement : la mort, en août 1914, d’Émile Desprès, qui aurait abattu un officier germanique. C’est pourquoi ces jeunes tueurs d’officiers ne sont pas seulement des enfants-soldats, mais aussi des civils aux prises avec les envahisseurs allemands. Tel est le statut de Guy, le héros de Chancel, au début de son roman Du lycée aux tranchées : on vient de l’obliger à assister à l’exécution de son père, premier magistrat de la ville de Senlis : « D’un mouvement brusque, instinctif, irraisonné, il dégagea son bras droit du soldat qui le maintenait, et, voyant devant lui le revolver d’un officier, il l’arracha de l’étui, visa le capitaine qui avait commandé le feu et tira48. »

25En tuant un haut gradé, le combattant juvénile souligne son efficacité et sa détermination face à l’ennemi. Sa participation à la lutte est d’autant moins négligeable qu’elle se traduit par la mise à mort d’un adversaire autrement plus prestigieux que lui. Tout comme la femme, le vieillard ou le réformé, le garçon ou jeune adolescent français est plus faible que l’Allemand adulte et militaire. Il prouve la détermination de l’ensemble de la population française à résister à l’envahisseur. En outre, son âge et son sexe en font un vecteur d’avenir : il prédit un rapport de forces ultérieur qui tournera à son avantage. Il est le futur combattant adulte, et ses succès présents anticipent la victoire finale.

Une nouvelle règlementation

26Nous appelons « combattants juvéniles » les personnages d’enfants ou de jeunes adolescents qui participent à la lutte armée contre l’envahisseur. Pour le corpus 1914-1918, le plus gros contingent de combattants juvéniles est formé d’enfants-soldats, c’est-à-dire de jeunes combattants intégrés dans l’armée. Ce sont aussi les plus problématiques, car le cadre réglementaire de l’enfant-soldat, on l’a vu, a changé depuis 1884. À cet égard, les auteurs du groupe de romans historiques 1894-1914 ont les coudées franches et font de leurs protagonistes des enfants de troupe ou des francs-tireurs. En revanche, les romanciers du groupe de textes 1914-1918 doivent tenir compte de cette nouvelle règlementation d’une manière ou d’une autre. Une palette de solutions est exploitée, les littérateurs les plus habiles tirant parti de cette contrainte pour donner du relief à leurs récits.

27La première option relève du déni de réalité. Les écrivains postulent qu’il n’y a pas de contrainte réglementaire dans cette guerre pour ce qui est des mineurs. Dans Trois cœurs de France, un groupe de jeunes protagonistes franchit les Vosges pour rejoindre la France et assiste à un combat : « Un bataillon français défilait au pas gymnastique devant la ferme. André se précipita dehors, suivi de ses amis. Ainsi se fit, en courant, leur enrôlement dans l’armée française49. » Une même fantaisie réglementaire est à l’œuvre dans l’historiette Un heureux stratagème. Fernand Gilbert, 13 ans, obtient de sa mère « l’autorisation de s’enrôler dans un corps de boys-scouts qui participait sur le front aux opérations de la guerre50 ». Mieux encore, Roland Breton devient Le Petit Tambour de la 9e51, comme s’il s’agissait des guerres napoléoniennes. Quant à « Cristophe », le héros du récit bref Cricri, il est « enfant de troupe52 » dans la compagnie de son père, le capitaine Zimmer. On trouve une aberration identique dans le roman Les Boys-Scouts alliés. Aux trois héros de moins de 16 ans qui demandent à s’engager, un officier répond :

Rien ne m’empêche de vous adopter comme enfants du régiment. Vous y conserverez votre bel uniforme de boy-scouts et ce ne sera pas la besogne qui vous manquera.
— Aurons-nous un fusil ?, dit François, anxieux.
— Oui, bien entendu.
— Nous pourrons nous battre ?
— À toute occasion53 !

28Plus soucieux de vraisemblance, d’autres romanciers reconnaissent cette règlementation tout en mettant en avant les passe-droits dont elle peut faire l’objet. Le père de Roger fait jouer ses relations pour permettre l’engagement de son fils : « Seize ans !... Il fallut des protections pour le faire agréer au bureau de recrutement54. » Mais surtout, sur le front, l’application de certaines instructions se fait de manière plus souple. Le récit signale l’interdiction réglementaire pour la neutraliser aussitôt, comme dans cette réponse d’un capitaine au jeune Charlot, 14 ans, qui veut se battre aux côtés des soldats qui l’ont recueilli : « Bien qu’il ne soit point dans le règlement de prendre des enfants comme soldats, je fais une exception en ta faveur... À partir d’aujourd’hui, tu comptes à la compagnie55... » De même, dans le roman Les Aventures d’un enfant de Provence, les deux enfants qui cherchent à intégrer l’armée lors de la bataille de la Marne ne rencontrent guère d’opposition : « Aucun officier ne songeait à se plaindre d’avoir deux soldats de trop. Aucun ne demanda leur âge à Jean et à Léopold lorsque silencieusement, mais le fusil à la main, ils se glissèrent parmi les braves du 7e corps56. » Magog invoque également ce laxisme supposé pour permettre à son jeune héros d’aller et venir dans les tranchées françaises comme bon lui semble : « Il n’était pas le premier gamin à qui prît la fantaisie de suivre un bataillon. En pareil cas, l’enquête était rapide et les formalités d’adoption presque nulles57. » Ces passe-droits seront interprétés comme la manifestation de la générosité des militaires français à l’égard de mineurs qui veulent se battre, comme Chuchuniou qui « eut un regard si suppliant que l’officier détourna la tête, donnant ainsi un tacite consentement58 ». Mais le caractère illicite de cet enrôlement, compris comme tel par les deux parties, peut être utilisé ultérieurement comme moyen de pression. Le même Chuchuniou, à qui un lieutenant refuse de confier une mission jugée trop dangereuse, proclame qu’il ira quand même, car il n’a pas été incorporé régulièrement et qu’à ce titre il reste « [s]on [propre] maître59 ».

29Lorsqu’un officier supérieur décide de garder un enfant ou un adolescent dans l’armée combattante, ce n’est plus par laxisme, mais pour tenir compte de cas exceptionnels, essentiellement des jeunes qui ont rendu des services insignes dans les régiments qui les ont accueillis. Un général vient rendre visite au jeune Guy d’Arlon sur son lit d’hôpital et lui lit la citation qu’il a obtenue à l’ordre du 126e régiment d’artillerie : « Malgré son jeune âge qui l’a empêché d’être soldat, a fait partie de l’armée pendant dix mois à titre de réfugié d’un département envahi60. » C’est encore le fait du prince, en l’occurrence du général Joffre, qui permet au jeune héros Jean de combattre dans les rangs de l’armée française, comme le lui signifie un colonel de son État-major :

Malgré la bonne volonté du généralissime à son égard, le volontaire de treize ans ne peut être régulièrement incorporé dans l’armée française. Jean dresse les oreilles... Mais « ce sera tout comme », se hâte d’ajouter le bon colonel. Jean est libre de porter l’uniforme, libre de se battre, libre d’accompagner tel ou tel régiment : pas de danger qu’il soit atteint par des mesures vexatoires ou des règlements excluant les bambins de l’armée61.

On appréciera la formule « mesures vexatoires » pour désigner une prescription légale. Elle en dit long sur l’état d’esprit de certains auteurs pour ce qui est de l’interdiction faite aux enfants de combattre l’ennemi.

30Les romanciers peuvent non seulement admettre cette règlementation, mais aussi lui faire jouer un rôle dans le déroulement de l’histoire. Georges, 14 ans, part au front retrouver son père et apprend qu’il a été tué à l’ennemi. Alors « on le conduisit aux autorités qui, tout en lui témoignant une grande sympathie, et en l’écoutant avec bienveillance, furent inexorables ; le jeune garçon serait dirigé sur la zone de l’intérieur62 ». D’où la résolution du petit héros qui veut venger son père : il échappe à la surveillance de ses aînés et participe à un affrontement. Georges prouve la force de son ardeur vengeresse en se passant du statut d’enfant-soldat qu’on lui refuse et en combattant comme un franc-tireur.

31L’obstacle réglementaire fournit désormais un des épisodes de l’intrigue, surtout lorsque cet obstacle parvient à être contourné, généralement au début du récit. La nouvelle populaire Un gosse héroïque présente le difficile recrutement de l’orphelin Justin Pougin, âgé de 14 ans. Adopté par une compagnie de chasseurs, mais renvoyé à l’arrière par le capitaine, l’adolescent retourne malgré tout auprès de la compagnie. Le capitaine cède, cette fois, à condition d’obtenir l’agrément du commandant. Ce dernier vérifie que l’enfant est bien abandonné et rédige un rapport qui enregistre son enrôlement, mais avec la restriction suivante : « Quand le bataillon montera en ligne, Pougin restera à l’arrière avec le train de combat63. » Les circonstances feront que le protagoniste pourra malgré tout donner la mesure de son héroïsme. Le détail de la procédure engagée pour accepter Pugin s’éloigne de la représentation héroïque d’une armée en guerre, mais participe d’une valeur documentaire du récit. Et lorsque l’interdiction réglementaire est intériorisée par la troupe, pour qui « on ne traîne pas des enfants à la bataille64 », l’épreuve qualifiante qu’elle impose au héros est encore plus redoutable. Il faut des trésors de persévérance, d’éloquence et de malice au petit Étienne pour ne pas être refoulé du train militaire dans lequel il est monté, pour suivre le bataillon qui rejoint à pied son cantonnement, et participer enfin aux combats.

32L’épisode de l’enrôlement problématique peut être liminaire, mais aussi terminal. Il constitue alors l’épilogue du récit, une fois que les aventures guerrières du héros sont accomplies. Le Belge Léopold Muysen et ses trois amis sont présentés à un général français qui leur promet une récompense pour les services qu’ils ont rendus aux alliés. Ceux-ci demandent alors de « combattre avec [lui]... d’être les compagnons de [ses] soldats... de porter l’uniforme français ». Et malgré ses objections, l’officier rend les armes à Léopold : « Tu parles comme un homme de cœur et de bon sens, et c’est moi qui suis un sot ! Ce que tes amis et toi avez fait me donne la mesure de ce que vous valez. D’ailleurs, j’ai promis, et je devrais être heureux de faire du coup quatre recrues pareilles65. »

33Cette faveur accordée aux protagonistes à la fin de l’histoire a ceci d’intéressant que l’infraction à la loi n’est plus ce qui permet aux personnages juvéniles de s’exposer aux dangers – ce qui pourrait être reproché au général – mais ce qui sanctionne les épreuves qu’ils ont eu à affronter.

34Dans le roman Zizi, dit « le tueur de Boches », l’originalité tient au fait que la difficulté du jeune héros à s’enrôler ne constitue pas un épisode, mais un motif récurrent qui sert de fil conducteur à l’histoire. Au début du récit, l’instituteur lui explique qu’il est « trop jeune... il faut avoir vingt ans...66 » Plus loin, le commandant du fort où se rend Zizi refuse de le recruter (p. 15). Le roi Albert 1er de Belgique fait de même (p. 68). Plus tard encore, c’est Zizi qui refuse l’offre du généralissime « Doffre » (Joffre) de l’enrôler, car il a des comptes personnels à régler auparavant (p. 140-141). Vers le milieu du roman, le héros fait cette fois la demande à Doffre : « Mon général, je me traînerais, s’il le fallait, à vos genoux, pour vous demander de m’accepter dans l’armée française !... Je n’ai pas l’âge, c’est vrai... mais ça n’a pas d’importance... » (p. 254) Cependant, les circonstances de la mission qui attend Zizi diffèrent encore son recrutement. Il faut attendre le dernier quart du roman pour que « le général Maloury » (Maunoury) accède enfin à la demande du héros (p. 397).

35Suivant l’auteur ou la configuration de son histoire, les règles de recrutement sont donc présentées comme des obstacles à surmonter ou sont tout bonnement ignorées.

La question du père en contexte de guerre

36Les récits fictionnels de tous formats qui sont publiés entre 1914 et 1918 comportent un nombre notable de combattants juvéniles qui sont donnés comme orphelins, et en particulier orphelins de père. On en dénombre trente qui se trouvent dans ce dernier cas en littérature pour la jeunesse, et sept autres en littérature générale. Cependant, l’idée que le nombre de récits présentant un héros privé de père serait plus important dans la littérature de guerre ne se vérifie pas.

37D’abord, le héros orphelin n’est pas nouveau dans cette littérature. Les vingt romans de 1894-1914 comportent dix enfants combattants dont le père est mort, soit la moitié. Par comparaison, le groupe de trente-neuf romans pour 1914-1918 en compte seulement treize, soit le tiers. Sans préjuger de ce qu’aurait donné la même comparaison pour les fictions brèves, on peut donc conclure que, parmi les combattants juvéniles de romans, on trouve proportionnellement plus d’orphelins de père pendant la période d’avant-guerre que pendant la guerre.

38De fait, tout lecteur familier de la littérature de jeunesse constate l’« abondance d’orphelins67 », de père notamment, dans ce segment littéraire. Plutôt que de supposer une montée en puissance du jeune combattant orphelin de père pendant le conflit, ce que démentent nos chiffres, il est plus pertinent de se demander comment se décline cet orphelinage pour une telle créature. À cet égard, il peut être pertinent d’avoir recours à la typologie fonctionnelle établie par Isabelle Nières-Chevrel dans son ouvrage Introduction à la littérature de jeunesse.

39L’examen des circonstances de la privation de père permet de mieux comprendre ce personnage. Dans les textes publiés de 1914 à 1918, sur trente-sept fictions brèves ou longues dans lesquelles le personnage de combattant juvénile est orphelin de père, vingt (soit 54 %) rapportent que ce père est mort avant le déclenchement de la guerre. Dans ce cas de figure, « la situation d’orphelin est utilisée pour distendre les liens d’autorité68 ». L’auteur donne un surcroît prématuré d’indépendance à un personnage qui n’a pas atteint sa majorité, surtout lorsque la mère est également morte ou disparue et que les organismes d’accueil sont déficients. Concrètement, le protagoniste est plus ou moins livré à lui-même, ce qui permet à l’auteur de lui faire affronter de redoutables obstacles, mais aussi de lui faire goûter à l’ivresse de la liberté. Cette situation est le moteur de bien des récits de littérature pour la jeunesse. L’orphelinage en contexte de guerre est ici une opportunité parmi d’autres de faire éprouver au jeune héros – et indirectement au jeune lecteur – la dangerosité exaltante du monde.

40Sur les trente-sept fictions romanesques du corpus 1914-1918 pour lesquelles nous disposons de l’information, huit présentent un combattant juvénile dont le père est mort au champ d’honneur durant la guerre en cours, dont six en littérature de jeunesse. Cette catégorie illustre au mieux cette autre fonction de l’orphelinage par mort du père, que formule ainsi Isabelle Nières-Chevrel : « Si papa a été vaincu par la mort, moi, je serai vainqueur de la mort69. » L’enfant se voit attribuer prématurément, en lieu et place du père, la charge de protéger la famille décapitée : mère, petit frère ou petite sœur. Le but est de remplacer le père, mais pas au sens freudien du terme, et dans ces récits souvent optimistes, le jeune héros parvient à ses fins. En particulier, plusieurs variations fictionnelles sur « l’enfant au fusil de bois » et Émile Desprès, deux héros de faits divers journalistiques que nous évoquerons ultérieurement, remplissent cette fonction. Le protagoniste tue l’ennemi pour préserver sa famille ou lui permettre de s’enfuir. Même quand il n’y a pas de proches à protéger, le héros échappe à la mort dans ses entreprises militaires, là où le père a succombé. Face à un même danger, dans cet entre-deux ambigu qui associe rivalité et relève, le fils a surpassé le père.

41Mais l’orphelinage permet encore de développer dans l’histoire le « motif de la perte et du deuil70 ». Cela se traduit dans notre corpus fictionnel par le récit récurrent de l’action mortelle du fils pour venger le père, déjà mentionné. Plus que la catégorie des pères morts au champ d’honneur, d’ailleurs, c’est celle des pères civils fusillés pour désobéissance aux ordres de l’occupant qui illustre le mieux cette situation, car l’iniquité de l’exécution est un motif supplémentaire de représailles. L’enfant de sexe masculin se sent investi d’une mission réparatrice qui n’échoit nullement à sa mère ou à tout autre membre de la famille, et qui permet de mettre en route son action dans l’histoire.

42La question du père excède cependant celle de l’orphelinage. Quand le père est vivant mais reste inaccessible ou inconnu, le contexte de guerre détermine d’autres possibilités pour le jeune héros. L’une d’entre elles est celle de faire comme le père qui se bat sur la ligne de front, non plus pour le remplacer, mais pour rester fidèle à son statut de modèle. C’est bien l’objectif du petit fugueur Jean-Louis, comme il le confie à l’officier qu’il sollicite :

Mais papa se bat, alors vous comprenez...
L’Officier, souriant.
Tu veux faire comme lui ?
Jean-Louis, avec ardeur.
Oui !... je veux me battre, moi aussi, pour la France71 !...

43Cependant, le scénario le plus répandu en littérature de jeunesse comme en littérature populaire est celui de la « quête des origines72 », c’est-à-dire la connaissance par le héros de la vérité sur son lien de filiation, et dans le meilleur des cas les retrouvailles avec son père. Nous en trouvons des exemples dans notre corpus, mais avec une fréquence modeste. C’est le cas de l’histoire de Gringalet dans le roman éponyme de Pierre Guillon73 : le héros est un enfant trouvé qui découvre fortuitement son père biologique, qui n’est autre que le capitaine commandant la compagnie où il a été affecté. Cette homologie entre le père et le régiment est notable. L’armée, composée exclusivement d’hommes et où le rapport d’autorité est déterminant, devait être la corporation recélant le père disparu pour cet enfant trouvé.

44La fugue du héros peut encore avoir pour but de rejoindre le père absent du foyer depuis de trop longues semaines. Dans ce cas, quitter le domicile familial revient à en retrouver la composante masculine cruellement absente des familles depuis le début des hostilités. Le petit Pierre « pense qu’il y a bien longtemps qu’il n’a revu son père et qu’il voudrait bien aller le retrouver ». C’est ce qu’il entreprend en laissant cette « phrase écrite au charbon sur une porte : “Pleure pas, maman, je vais avec papa”74. » Et pour peu que le père soit en difficulté, blessé en première ligne ou capturé par l’ennemi comme dans Cricri, la mission du petit héros sera d’être « l’enfant sauveur75 » du parent en perdition, montrant implicitement qu’il a toute sa place au sein de ce monde d’adultes.

45Le régiment est également un immense père de substitution pour le combattant juvénile, orphelin ou pas. Et de ce groupe humain se détache souvent dans nos textes celui que Manon Pignot appelle pour ces années de guerre « une figure de mentor76 » : un individu plus âgé qui, à l’instar d’un père, sert de protecteur et de guide dans un milieu dangereux. Dans les romans populaires dont le héros est un poilu (et non pas le combattant juvénile), celui-ci est presque toujours le mentor.

46Ces observations montrent que les relations père-fils ne sont pas affectées par la situation de guerre dans le corpus 1914-1918. Au même titre qu’une situation de pauvreté, d’épidémie ou de catastrophe naturelle, le conflit armé sert à donner du relief à des relations qui sont variées, mais sans originalité. Le jeune héros a toujours besoin d’un père, biologique ou fonctionnel. Il doit le trouver, le composer ou le venger.

Littérature non légitimée, littérature légitimée

Littérature populaire et littérature pour la jeunesse

47La comparaison entre les corpus 1894-1914 et 1914-1918 confirme une continuité dans les lectorats visés par ces histoires de combattants juvéniles. L’intégralité du premier groupe de fictions, la presque totalité du second relèvent de la littérature populaire et / ou de la littérature pour la jeunesse. De fait, des éditeurs comme Fayard ou Albin Michel, mais aussi plusieurs auteurs – Arnould Galopin notamment – évoluent simultanément dans les deux registres pendant les années de guerre.

48Quelques observations peuvent compléter la physionomie déjà décrite de ce double corpus. Pour ce qui est de la littérature populaire généraliste, les principaux éditeurs du temps sont à l’œuvre : Ferenczy (Les Volontaires de la Revanche77), Fayard (Zizi, dit « le tueur de Boches »), Tallandier (Chuchuniou), Albin Michel (Les Poilus de la 9e78), Lafitte (Confitou79). En ce qui concerne la littérature pour la jeunesse, les hebdomadaires les plus prolixes en histoires de combattants juvéniles sont ceux qui sont apparus avec le siècle, et qui cherchent à capter un public « issu de milieux qui, traditionnellement, ont été tenus à l’écart de la culture ; très désireux d’apprendre, mais manquant, et pour cause, de sens critique, ce public populaire est perçu par bon nombre de maisons d’édition comme un nouveau marché, facile et peu exigeant80 ». Intervient également un éditeur inattendu : Larousse et sa collection de brochures « Les livres roses pour la jeunesse », créée en 1910. « Pendant quatre ans, tous les volumes ont le conflit pour thème ou toile de fond ; les manuscrits portant sur d’autres sujets sont refusés81. » C’est pourquoi de nombreuses histoires courtes d’enfants combattants y sont proposées, même si beaucoup d’entre elles sont données comme factuelles et non pas fictionnelles. Dans des pages au style plus scolaire, à la moralité omniprésente, cette collection se propose « de lutter, sur leur propre terrain, contre l’influence supposée “pernicieuse” des magazines et des fascicules82 » précédemment mentionnés.

49Ce n’est pas ici le lieu de débattre de la définition controversée de la littérature populaire, pour la jeunesse ou non. Pour ce qui est des publications destinées à un lectorat juvénile, si notre personnage prolifère surtout dans les titres les moins exigeants (certains disaient à l’époque les plus vulgaires), ce n’est pas simplement en raison de la coïncidence entre l’âge du héros et celui du lecteur. C’est aussi parce qu’il y a dans ce personnage un potentiel de pathétique et d’admiration qui est le fonds traditionnel des affects sollicités par cette littérature. Mais ce n’est pas tout. Recoupant l’analyse d’Alain Fourment, Hélène Millot note qu’« après 1905 l’exigence littéraire et l’impératif éducatif tendent à passer au second plan, certains périodiques pour enfants n’ayant plus guère comme projet que de distraire leurs jeunes lecteurs83 ». De fait, ce déficit d’« impératif éducatif » est compensé pendant la guerre par un discours nationaliste caricatural où le « boche » fait les frais des plaisanteries et des imprécations des rédacteurs. Parce que la nature a horreur du vide et qu’il faut bien se distraire aux dépens de quelqu’un, ce pan de la littérature populaire pour la jeunesse apparu avec le xxe siècle utilise la guerre pour donner un cadre axiologique à ses histoires. L’idéologie antigermanique la plus sommaire y tient donc lieu de projet éducatif.

Une autre littérature du combattant juvénile : Mac Orlan, Gicquel, Hermant

50Notre corpus ne propose que deux romans et un conte journalistique qui se démarquent nettement de cette offre éditoriale, soit populaire, soit destinée à la jeunesse. Leurs auteurs, Pierre Mac Orlan, Maurice Gicquel et Abel Hermant, ont eu l’occasion pendant la guerre de rédiger chacun un texte centré sur un combattant juvénile. Or les trois récits, malgré des différences considérables, ont pour point commun de s’émanciper d’une manière ou d’une autre des formats pratiqués par les autres textes pour ce qui est de ce personnage. Cette modeste présence dans d’autres segments littéraires n’a pas d’équivalent dans le corpus 1894-1914 déjà mentionné. Elle justifie dès lors qu’on en rende compte plus précisément.

Pierre Mac Orlan : Comment mon bataillon adopta « le Petit Père Cayatte »

51Lorsque Mac Orlan publie ce récit bref dans le quotidien Le Journal84 en 1916, puis en 1917 dans le recueil Les Poissons morts, chez Payot85, il ne jouit encore d’aucune notoriété littéraire. Comme les autres récits du recueil, Comment mon bataillon adopta « le Petit Père Cayatte » ne constitue pas une histoire au sens classique du terme, avec une intrigue mise en place et un dénouement qui la résout. Il se présente comme une anecdote dans une chronique de la guerre telle qu’elle est vécue par un de ses acteurs les plus modestes. Son statut vérifonctionnel86, au sens de la posture mentale qu’un récit fait adopter au lecteur du point de vue du rapport que l’histoire entretient avec la vérité, reste volontairement flou. Mais à la différence de bien des auteurs, Mac Orlan a participé au conflit comme fantassin pendant deux ans, avant d’être réformé à la suite d’une blessure de guerre lors de la bataille de la Somme.

52Ce qui démarque ce récit de la masse des textes de littérature populaire mettant en scène des enfants combattants tient à l’angle de vue adopté et à la manière d’en rendre compte. Certes, Mac Orlan reprend toutes les caractéristiques de l’enfant victime : découverte par la troupe (« Il était sorti d’une ruine d’Haraucourt87 ») ; état pitoyable de l’enfant (« à la façon dont cet enfant mangea le riz et le singe88 que nous méprisions déjà, l’émotion nous saisit à la gorge » [p. 1]) ; discussion entre la troupe et l’officier qui se conclut par son adoption (« l’escouade ne voulait pas lâcher son protégé. On lui expliqua l’affaire » [ibid.]). Mais la suite du récit est originale. Comme dans l’ensemble des Poissons morts, Mac Orlan fait l’économie des scènes de combats héroïques auxquels l’enfant aurait participé. Il se focalise sur sa vie quotidienne de mascotte du régiment. Bien qu’enfant-soldat par son adoption et son équipement réglementaire, ce gamin de « treize ans » (ibid.) sert avant tout à attirer sur la troupe la sympathie de la population civile : « “Ah ! pauvre enfant ! disaient les dames et les demoiselles, ah ! ah ! le pauvre enfant !” Grâce à quoi, on invitait le “Petit Père Cayatte” à prendre un verre de bière et les hommes de liaison profitaient de la tournée. » (Ibid.)

53Quelques traits qu’on croirait disparates finissent par donner une cohérence au croquis. La fierté d’appartenir à l’armée et de vivre comme un homme en guerre se manifeste par le dédain du personnage pour les femmes et les enfants : « En général, le “Petit Père Cayatte” méprisait les autres enfants ; il les appelait des “salés89”, leur parlait peu et les invitait péremptoirement à faire ses courses et ses menues corvées. » (Ibid.) Dans la dernière scène du récit, son indifférence affichée à l’égard de la guerre et de ses horreurs vole en éclats lors de sa rencontre avec une jeune fille de l’Assistance publique qui lui offre un porte-monnaie et l’embrasse « une fois, deux fois » : « C’est la seule fois que nous vîmes pleurer le “Petit Père Cayatte”. » (p. 2)

54Le style adopté par Mac Orlan pour évoquer l’enfant-soldat est sophistiqué, plus que ne l’est celui des auteurs de littérature populaire. À mi-chemin entre Zola et Céline de ce point de vue, l’écrivain superpose langage oral et tournures ampoulées, vocabulaire trivial et métaphores de poésie académique. Il crée dès lors une atmosphère composite, révélatrice d’une distance humoristique qui n’a guère d’équivalent dans notre corpus : « La teinte somptueuse de sa chevelure rebelle étincelait comme un appareil de signalisation dans les massifs d’un jardin pourtant fleuri de toute l’opulence des roses de Saâdi. » (p. 1) Ou encore : « C’est lui qui servait de truchement entre les villes où l’on trouve du tabac et le bled de première ligne que nous embellissions de notre présence. » (Ibid.) Pierre Mac Orlan aborde dans ce petit texte une fonction de l’enfant-soldat comme facilitateur auprès des civils que l’on ne trouve pas ailleurs. Et le petit héros est traité sur un ton ostensiblement détaché, proche du registre héroïcomique, qui manifeste paradoxalement la sensibilité de l’auteur comme celle de son personnage.

Maurice Gicquel : Le Roman d’un soldat de 16 ans

55Nous savons très peu de choses de Maurice Gicquel, dont les publications semblent exclusivement contemporaines des années de guerre : Le Roman d’un soldat de 16 ans (1916) et Le Poignant Journal d’un lieutenant réformé (1917), volume qui contient le court roman qui donne son titre au recueil, mais aussi quelques fictions brèves. Les deux textes sont édités par Jouve, mais pour le premier, nous avons consulté une version non datée et non répertoriée par le Catalogue collectif de France, qu’a publiée l’éditeur Eugène Figuière. La mention « Aux armées, octobre 191890 » qui clôt cette réédition permet de penser qu’elle date des débuts de l’après-guerre.

56Dans ce petit roman d’un patriotisme ardent, le narrateur oppose sans nuances deux catégories de Français par le biais de l’amour platonique de l’enfant-soldat Claude, le héros du récit, pour Irène, une demi-mondaine qui est la marraine de guerre du fantassin. Avec Claude se retrouve la France des combattants, des âmes pures prêtes à mourir pour la patrie. Avec Irène se découvre le microcosme parisien des embusqués millionnaires et des profiteurs de guerre, jouisseurs et cyniques. La synthèse entre les deux est impossible, et Claude meurt des suites de ses blessures de guerre en chérissant Irène qui n’a éprouvé qu’indifférence pour « ce poilu de seize ans91 ».

57Le manichéisme du roman attribue au héros des traits qui en font un être désincarné, que seul l’amour éveille modestement à la sensualité et à la jalousie. Cet orphelin élevé par un prêtre est d’une vive piété. Sa sensibilité est nourrie de la lecture de la Bible. Il est un correspondant délicat et un violoniste amateur. L’idéalisme de cette représentation distingue l’enfant-soldat Claude des autres incarnations de ce type romanesque. Pour en prendre la mesure, il suffit de lire tel échantillon de sa prose épistolaire : « Il y eut des noms, au temps des magiciens, que l’on prononçait pour attirer la mort sur un ennemi : quand je prononce le vôtre, ô vous que j’adore, ô Mlle Irène, c’est la vie, une vie céleste, qui s’épanche en torrents dans mon âme92... » Fort timide en temps normal, le jeune héros n’en est pas moins très courageux quand il s’agit d’affronter l’ennemi. Il obtient la croix de guerre sur son lit d’agonie après avoir enlevé un drapeau à l’adversaire. La scène de combat est ici traitée dans un style académique saturé de métaphores, qui fait que la prose du narrateur devient difficilement distinguable de celle du héros épistolier :

Tandis que nous les repoussons entre les ruisseaux de feu, et que nous courons, en chantant, sous les arceaux de fumée, tout à coup, se déchire un voile de ténèbres, et, dans la lumière crue d’une muraille de flammes, voici la charmante vision qu’on entrevoit durant quelques secondes :
un tout jeune soldat, tête nue, en loques, baigné de rose par l’effrayante clarté, brandit, vainqueur, en clamant la Marseillaise, le drapeau noir et blanc des Boches en déroute93.

58Le simplisme binaire de l’histoire s’accommode mal de ce luxe stylistique. Maurice Gicquel est meilleur dans la satire des milieux huppés et corrompus de la capitale, mais ces scènes ne concernent plus le héros.

Abel Hermant : Histoires héroïques de mon ami Jean

59Ce roman est publié en volume par Flammarion en 1918. Il n’est pas impossible, cependant, qu’il y ait eu une prépublication sous forme de feuilletons dans un périodique, car à cette période Abel Hermant est contier94 et feuilletoniste pour le quotidien Le Journal. Si tel était le cas, toutefois, ce n’est pas dans ce périodique que la prépublication a eu lieu. En 1918, Hermant a 56 ans et est un romancier reconnu. Le qualificatif « héroïques » du titre de son texte est ironique. L’auteur prend soin d’éviter l’héroïsme tapageur auquel ce type de récits donne souvent libre cours. Le jeune héros Jean n’est pas victime de la barbarie allemande, il ne fugue pas non plus. Avec l’accord de sa mère, il attend patiemment ses 17 ans pour se porter volontaire et venger son père, mort au champ d’honneur. De même, aucune scène de combat n’est livrée, et s’il y a mort du héros, celle-ci est accidentelle. Elle n’est pas même décrite – de manière à enrayer tout pathos – mais rapportée de manière laconique par un journal de province : Jean Letort se noie en se baignant dans la rivière qui borde le cantonnement où il séjournait, entre deux montées en première ligne.

60L’ironie du titre se prolonge dans l’humour de bien des pages du roman. Le narrateur homodiégétique est un ami de la famille, nettement plus âgé que le héros. Il adopte le procédé stendhalien de l’instance qui surplombe de sa lucidité la conscience du héros, et se plaît à en faire ressortir la noblesse, mais aussi les naïvetés et les sottises. Ainsi, quand le narrateur et la mère du héros se rendent à l’hôpital de campagne où Jean se trouve sérieusement blessé :

Il me parut encore plus enfant quand il nous gronda d’être venus et, pour nous témoigner sa joie d’une façon très détournée, manifesta une violente indignation. C’est le genre des petits collégiens qui sont ravis de recevoir la visite de leur maman, mais qui se demandent avec anxiété :
« Que vont penser de moi mes camarades95 ? »

61Le roman d’Abel Hermant reprend les étapes traditionnelles du parcours d’un jeune volontaire : mort du père au champ d’honneur, engagement, préparation militaire, blessure et convalescence, mort. Cependant, il se démarque de la littérature populaire par l’analyse psychologique des personnages, du héros en particulier, ce dernier étant confronté très tôt à des événements considérables qu’il cherche à comprendre et assumer. Il s’ensuit des observations amères de sa part, mais qui ne remettent pas en cause son patriotisme. C’est le cas lorsque Jean commente la mort de son très grand ami Marcel, pulvérisé par un obus à quelques mètres de lui : « Dans ces moments-là, on pense à soi-même... On se dit : “Ça aurait aussi bien pu m’arriver...” Et on ne peut pas s’empêcher d’être content que ça soit plutôt arrivé à l’autre... À l’autre, pour qui, en y réfléchissant, on se serait fait tuer96... »

62Né en 1862, Abel Hermant était trop jeune pour participer au conflit de 1870 et trop âgé pour le faire en 1914. Cependant, certains éléments autobiographiques se devinent dans le récit de l’expérience militaire du héros. Les circonstances de sa mort sont liées au fait que le romancier était féru de natation, et son homosexualité notoire n’est sans doute pas étrangère à la description de l’amitié passionnée qui lie Jean et Marcel.

*

63Ces trois récits – ils ne sont probablement pas les seuls – prouvent que pendant la guerre, la figure du combattant juvénile a dépassé ponctuellement le cercle de la littérature populaire ou de jeunesse. Ce franchissement témoigne d’une audience élargie de ce personnage, dont la littérature factuelle donne aussi des exemples en plus grand nombre.

Notes de bas de page

1  Anonyme, Le Tambour de Lützen, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 32, 6 février 1913, p. 1.

2  Ibid.

3  Anonyme, L’Enfant du régiment, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 240, 14 juin 1917, p. 6.

4  Voir en annexe de cet ouvrage : « Corpus de textes romanesques présentant un personnage de combattant juvénile ».

5  Maurice Gicquel, Le Roman d’un soldat de 16 ans [1916], Paris, Figuière, s. d., p. 8.

6  Fernand Meffre, Vacances d’un collégien sur le front, paru dans Lectures pour tous, nº 113, 15 août 1916, p. 1661. L’histoire est donnée comme factuelle.

7  Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien : lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque [1984], Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 107.

8  Maxime La Tour, Mariée le 1er août 1914, Paris, Fayard, 1916, p. 64.

9  Aimé Giron, Trois héros, Paris, Hachette, 1894.

10  Marc Janin, Un grognard de douze ans, Paris, Boivin, 1914.

11  Georges Toudouze, Enfant perdu, 1814, Paris, Hachette, 1895.

12  Capitaine Danrit, Jean Tapin, Paris, Delagrave, 1898.

13  Jules Verne, Un capitaine de quinze ans, Paris, Hetzel, 1878.

14  Hector Malot, Sans famille, Paris, Dentu, 1878.

15  Sur le motif littéraire de l’enfant sur les routes, on consultera Isabelle Hervouet-Farrar (dir.), Enfance et errance dans la littérature européenne du xixe siècle, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2011.

16  Arnould Galopin, Les Petits Bleus de la 8e, paru dans Le Petit Journal, nº 19 896 à 20 068, 17 juin-4 décembre 1917.

17  Henri Méhier de Mathuisieulx, Les Évadés du Mexique, paru dans Journal des voyages et aventures, sur terre et sur mer, nº 962, 15 décembre 1895, p. 34.

18  Eugène Muller, Les Écoliers de Chalons, paru dans L’Écolier illustré, nº 27 à 51, 5 juillet-20 décembre 1894.

19  Georges Maldague, Le Petit Tambour de Bazeilles, Paris, Geffroy, 1900.

20  Capitaine Danrit, Petit Marsouin, Paris, Delagrave, 1901.

21  Émile Pech, Pauvre Jacquinet !, paru dans L’Écolier illustré, nº 20 à 26, 14 mai 1908-25 juin 1908.

22  Frédéric Valade, Le Caporal Oscar, paru dans L’Éclair de l’Est, 3 octobre 1915-9 février 1916 (pour la 1re partie : « Les Vainqueurs de la Marne »).

23  Marc Croizilles, Les Boys-scouts alliés. Le roman de la jeunesse héroïque. Culture contre Kultur, paru dans Le Bon-Point amusant, 1er et 8 juillet 1915-5 juin 1919.

24  Marie Girardet, Braves cœurs : histoire d’une famille française pendant la guerre [1916], Paris, Delagrave, 1917, p. 175-176.

25  M. de Grandmaison, Deux jeunes braves, paru dans L’Écolier Illustré, nº 32 à 52, 6 août-24 décembre 1891.

26  Capitaine Danrit, L’Invasion jaune, 3 vol., Paris, Flammarion, 1909.

27  Capitaine Danrit, L’Invasion noire, Paris, Flammarion, 1913.

28  Sur ce point, voir Carole Reyniaud-Paligot, La République raciale : 1860-1930, Paris, Presses universitaires de France, 2006.

29  Léon Valbert, Un gosse français, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 2, nº 30, 1er juillet 1915, p. 4.

30  Louis Farge, Le Roman d’un petit Français, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 223, 15 février 1917, p. 5.

31  E. A. Spoll, Voyage à la recherche d’un état civil, paru dans Journal des voyages, et des aventures de terre et de mer, nº 66 à 88, 6 mars 1898-7 août 1898.

32  Louis Boussenard, Les Grandes Aventures de Roule-ta-bosse, paru dans Journal des voyages, et des aventures de terre et de mer, nº 253 à 295, 6 octobre 1901-27 juillet 1902.

33  Paul de Sémant, Merveilleuses aventures de Dache, Paris, Flammarion, 1911.

34  Gayar, Cricri, paru dans La Croix d’honneur, nº 132, 15 juillet 1917, p. 6.

35  Jules Chancel, Du lycée aux tranchées [1917], Amiens, AARP & Encrage, 2012, p. 32.

36  J.-H. Rosny aîné, David et Goliath, paru dans Le Journal, nº 8 091, 21 novembre 1914, p. 4. Le texte intégral est donné en annexe.

37  Anonyme, La Forêt fatale, paru dans Les Trois Couleurs, nº 92, 7 septembre 1916, p. 6.

38  Anonyme, Le Petit Vengeur, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 155, 28 octobre 1915.

39  Jacques Rinet, Les Enfants du Lorrain, paru dans La Croix d’honneur, nº 1, 10 janvier 1915, p. 2.

40  Ibid., p. 4.

41  Eck. Bouillier, Sur la voie, paru dans La Croix d’honneur, nº 46, 21 novembre 1915, p. 10.

42  Joachim Renez, Le Petit Poilu, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 174, 1916, p. 44.

43  Léon Valbert, Un gosse français, op. cit., vol. 2, nº 32, 15 juillet 1915, p. 5.

44  Georges Toudouze, Enfant perdu, 1814, op. cit., p. 88.

45  Capitaine Danrit, Filleuls de Napoléon, Paris, Delagrave, 1899.

46  Arnould Galopin, Les Poilus de la 9e, paru dans Le Journal, nº 8 190, 28 février 1915, p. 2.

47  Joachim Renez, Le Petit Poilu, op. cit., p. 44.

48  Jules Chancel, Du lycée aux tranchées, op. cit., p. 31.

49  Pierre Adam, Trois cœurs de France, paru dans La Croix d’honneur, nº 33, 22 août 1915, p. 6.

50  Blondeau, Un heureux stratagème, paru dans Les Belles Images, nº 552, 25 mars 1915, p. 1.

51  Anonyme, Le Petit Tambour de la 9e, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 153, 14 octobre 1915.

52  Gayar, Cricri, op. cit., p. 6.

53  Marc Croizilles, Les Boys-scouts alliés. Le roman de la jeunesse héroïque. Culture contre Kultur, op. cit., nº 152, 7 octobre 1915, p. 8.

54  Paul Margueritte, Notre maison, paru dans Je sais tout, vol. 11, nº 120, 15 novembre 1915, p. 475.

55  Arnould Galopin, Les Petits Bleus de la 8e, op. cit., nº 19 948, 8 août 1917, p. 2.

56  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, paru dans L’Étoile noëliste, nº 41, 18 février 1915, p. 123.

57  H.-J. Magog, L’Espionne d’Èze, paru dans L’Éclaireur de Nice, nº 303, 30 octobre 1915, p. 4.

58  Georges Le Faure, Chuchuniou [1915], Paris, Tallandier, « Les jolis romans », 1932, p. 67.

59  Ibid., p. 71.

60  Jules Chancel, Du lycée aux tranchées, op. cit., p. 250. L’affirmation est de mauvaise foi, le statut de réfugié ne permettant nullement de faire partie de l’armée.

61  Max Colomban, Les Aventures d’un enfant de Provence, op. cit., nº 69, 2 septembre 1915, p. 158.

62  Valdor, L’Odyssée de Georges, paru dans L’Étoile noëliste, nº 238, 28 novembre 1918, p. 678.

63  Robert Lortac, Un gosse héroïque, Paris, Rouff, « Patrie », 1917, p. 12.

64  Blanche Petithuguenin, Petit soldat de la Grande Guerre, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 120, 18 février 1915, p. 13.

65  L. M., Le Journal d’un boy-scout belge, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 3, nº 89, 17 août 1916, p. 2.

66  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », Paris, Fayard, 1915, p. 4. Les prochaines références à ce texte mentionneront, entre parenthèses, la page dans cette édition.

67  Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier, 2009, p. 169.

68  Ibid., p. 170.

69  Ibid., p. 174.

70  Ibid., p. 171.

71  Claude Mancey, Un coin de province à l’avant : Jean-Louis, le petit Français, Paris, Lethielleux, 1916, p. 52.

72  Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, op. cit., p. 173.

73  Pierre Guillon, Gringalet, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 112 à 209, 31 décembre 1914-9 novembre 1916.

74  Anonyme, Je veux aller avec Papa !, paru dans Les Trois Couleurs, vol. 2, nº 36, 12 août 1915, p. 3.

75  Isabelle Nières-chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, op. cit., p. 168.

76  Manon Pignot, L’Appel de la guerre, op. cit., p. 163.

77  Pierre de La Marne, Les Volontaires de la Revanche, Paris, Ferenczy, « Le petit livre », 1915.

78  Arnould Galopin, Les Poilus de la 9e, Paris, Albin Michel, 1915 [prépublication dans le quotidien Le Journal].

79  Gaston Leroux, Confitou, Paris, Lafitte, 1916 [prépublication dans le quotidien Le Journal].

80  Alain Fourment, Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants (1768-1988), Paris, éditions Éole, 1987, p. 151.

81  Annie Renonciat, « Production du “populaire” dans l’édition pour la jeunesse (1910-1939) », dans Jacques Migozzi & Philippe Le Guern (dir.), Production(s) du populaire, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2004, p. 241.

82  Ibid.

83  Hélène Millot, « Naissance du roman populaire pour enfants : de P.-J. Hetzel à G. Bruno », dans Mireille Piarotas (dir.), Écrits et expression populaires, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1998, p. 27.

84  Pierre Mac Orlan, Comment mon bataillon adopta « le Petit Père Cayatte », paru dans Le Journal, nº 8 829, 28 novembre 1916.

85  Pierre Mac Orlan, Les Poissons morts, Paris, Payot, 1917.

86  Sur cette notion, voir Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Éditions du Seuil, « Poétique », 1999, p. 205, 211, 222.

87  Pierre Mac Orlan, Comment mon bataillon adopta « le Petit Père Cayatte », op. cit., p. 1. Les prochaines références à ce texte mentionneront, entre parenthèses, la page dans cette édition.

88  Terme utilisé par la troupe pour désigner les conserves de viande.

89  Le terme « salés » désigne de jeunes enfants.

90  Maurice Gicquel, Le Roman d’un soldat de 16 ans, op. cit., p. 93.

91  Ibid., p. 19.

92  Ibid., p. 66.

93  Ibid., p. 88.

94  Au xixe siècle, le contier écrit des récits brefs pour des publications périodiques.

95  Abel Hermant, Histoires héroïques de mon ami Jean, Paris, Flammarion, 1918, p. 221.

96  Ibid., p. 201.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.