Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 5-16


Texte intégral

1En 1915, dans son roman-feuilleton La Grande Épreuve, M. Deschamps s’attache à décrire la famille Gerbier, confrontée aux vicissitudes de la Première Guerre mondiale. Au lendemain de la mobilisation générale, le fils adoptif – Albert, 11 ans – dépose cette lettre sur la table de sa chambre avant de fuguer vers la ligne de front :

Cher papa et chère sœur,
[...] Puisque la guerre va se produire, je pars vous défendre. Je suis assez grand pour tenir un fusil ou, tout au moins, pour rendre des services à nos soldats.
Je ne sais pas quel régiment je suivrai : le premier que je rencontrerai et qui voudra de moi. Je veux être brave et empêcher les Allemands de venir vous faire du mal.
J’emmène avec moi Ramoneau1 pour avoir un ami. Ne vous inquiétez pas à mon sujet, j’ai des provisions : un gros morceau de pain et des fruits.
[...] Je penserai à vous chaque jour.
Si je commets des actions d’éclat, je vous l’écrirai.
Si je suis tué, ce sera pour notre France. Je sais que la mort pour la Patrie est la plus belle de toutes, et je serai mort content et fier. [...]
Albert2.

2Entre 1914 et 1918, la littérature française propose de nombreux récits où figurent, à l’instar de celui-ci, des enfants et de jeunes adolescents qui combattent ou veulent combattre l’adversaire allemand. Ces actions peuvent être menées à titre individuel, mais bien souvent ces personnages cherchent et parviennent, comme le petit Albert, à se faire adopter par un régiment.

3Ces histoires se rencontrent presque exclusivement dans la littérature populaire – le roman La Grande Épreuve en est un exemple – et dans la littérature pour la jeunesse – comme le roman-feuilleton Petit soldat de la Grande Guerre3, dont le titre a inspiré celui de cette étude, et que Blanche Petithuguenin publie entre 1915 et1916 dans l’hebdomadaire pour la jeunesse Le Bon-Point amusant. Mais entre ces deux ensembles de textes existe un vaste corpus commun : celui des récits populaires à destination d’un lectorat juvénile.

4La forte corrélation entre ces deux cibles n’est pas une coïncidence. Les histoires de très jeunes combattants permettent au récit populaire de mettre en œuvre des scènes riches en pathos et en action : errance du protagoniste, difficultés de l’adoption par la troupe, actions d’éclat, évasion, parfois mort au champ d’honneur... Le lectorat juvénile, de son côté, va voir son intérêt renforcé par la similitude entre son âge et celui du personnage principal. Annie Renonciat note que « la figure de l’enfant-soldat, qui se multiplie dans les livres pour la jeunesse [à cette période], favorise l’identification du jeune lecteur avec son alter-héros, soutient sa projection dans l’histoire4. »

5Dans les deux cas, ces textes relèvent d’une littérature de circonstance, en prise avec l’actualité en ces années de conflit. Qu’elle vise un public adulte ou enfantin, cette « fiction d’actualité5 » ne cherche pas à graver dans le marbre une vérité éternelle ou à expérimenter une technique d’écriture particulière. Les romanciers exploitent l’intérêt du public pour la situation du moment, d’autant plus que celle-ci est palpitante et, dans bien des cas, dramatique. C’est pourquoi beaucoup de ces textes – romans, nouvelles, historiettes – paraissent dans des périodiques. Les romans précédemment mentionnés, La Grande Épreuve et Petit soldat de la Grande Guerre, sont diffusés dans un quotidien, pour le premier, et dans un hebdomadaire, pour le second, sans avoir jamais été publiés en volumes. On comprend que cette littérature du combattant juvénile soit largement oubliée aujourd’hui. L’un des objectifs de cette étude est de l’exhumer, en multipliant les citations, mais aussi en proposant en annexe une anthologie reproduisant une trentaine de ces textes.

6Ces récits fictionnels s’inspirent, pour certains, de faits divers qui leur sont contemporains. L’historien Stéphane Audoin-Rouzeau signale « quelques faits véridiques, malheureusement difficiles à reconstituer avec certitude. Il semble indiscutable, en tout cas, que certains enfants ont demandé à s’engager6. » Il précise encore lors d’un entretien : « Au début de la guerre, il semble que certains adolescents aient réussi à participer à des combats. Plusieurs d’entre eux ont suivi des régiments et ont pu parfois être blessés. Le phénomène a été suffisamment notable pour motiver une circulaire de Joffre interdisant cette dérive7. » Pourtant, les enfants-soldats authentiques ne sont pas forcément ceux que la presse et, de manière générale, la culture médiatique de ces années de guerre ont le plus mis en scène. On peut compter parmi ces combattants historiques François Ratto et Désiré Bianco, tous deux tués à l’ennemi, ou encore Léonce Mallet, amputé d’une jambe pour blessure de guerre. Les romanciers s’inspirent en réalité des faits divers journalistiques portant sur des enfants héroïques – enfants-soldats, notamment – sans se soucier du degré de véracité qu’il faut accorder à ces comptes rendus. C’est pourquoi il ne s’agira pas dans notre étude – si ce n’est ponctuellement – de comparer l’enfant-soldat littéraire avec l’enfant-soldat historique. Les informations disponibles sur les combattants juvéniles authentiques de la Première Guerre mondiale en France sont en effet limitées. Les investigations d’historiens comme Stéphane Audoin-Rouzeau ou Manon Pignot sont contrariées par le fait que « les sources sont parcellaires, éparpillées, dissimulées8 ».

7Entre 1914 et 1918, les récits mentionnés prolongent aussi une tradition littéraire présente dès le xixe siècle, mettant en scène de très jeunes combattants. Peu de conflits échappent à cet investissement narratif, même si les guerres révolutionnaires et napoléoniennes (Enfant perdu, 18149) ou le conflit franco-prussien de 1870 (Titi le Moblot10) ont les faveurs des écrivains. Mentionnons encore des romans comme L’Enfant de troupe11, pour l’expédition de Saint-Domingue (1801-1803), et Les Évadés du Mexique12, pour la guerre du Mexique en 1867... Comme notre corpus de 1914-1918, ces récits relèvent de la littérature populaire et de jeunesse. Ce sont les avatars des romans d’aventures historiques dont Alexandre Dumas a répandu la formule, et qui trouvent eux-mêmes leur origine dans l’intérêt pour l’histoire qui s’accentue en France au début du xixe siècle, notamment chez les auteurs romantiques. Deux particularités distinguent cependant la littérature du combattant juvénile des années 1914-1918 des titres que nous venons de donner.

8La première porte sur l’écart entre le moment où l’histoire se déroule et celui où elle est rédigée et publiée. Dans les récits de notre corpus, les écrivains racontent des histoires de la Grande Guerre pendant la Grande Guerre. En revanche, les fictions relatant les guerres révolutionnaires ou la guerre franco-prussienne ont toujours été écrites une fois ces conflits achevés, et souvent bien des années plus tard. Pendant la guerre de 1914-1918, seule une modeste partie du territoire national est envahie : Paris, en particulier, échappe à l’assaillant. Par ailleurs, la longévité de la guerre (plus de quatre ans) contribue à la reprise d’une activité culturelle, notamment par le biais de publications de livres et de périodiques. Ainsi peuvent être diffusés des récits relevant de la catégorie du « roman d’actualité [qui] se nourrit d’une matière référentielle non périmée, placée dans une sorte de mémoire ouverte de la nation et de la société13 ». Leurs auteurs sont affectés d’une myopie prospective qui leur fait raconter une guerre dont ils ignorent le dénouement. Tel n’est pas le cas de la guerre de 1870, qui donne lieu à des récits romanesques émanant d’écrivains qui connaissent l’issue du conflit et échafaudent leur intrigue en fonction de cette issue.

9Reprenant une formule de Clemenceau, Alain Fuzellier note que « durant les cinquante-deux mois de la Grande Guerre, le roman populaire de guerre joue un rôle important parce qu’il “fait” la guerre tout autant que les autres “armes” servant au conflit14 ». Pour le roman patriotique d’actualité, en effet, il ne s’agit plus seulement de délivrer au lecteur une leçon d’histoire, mais de peser sur son état d’esprit et ses convictions pour orienter autant que faire se peut le cours de la guerre. Dans l’extrait de lettre que nous avons cité en ouverture, le fugueur écrit que « la mort pour la Patrie est la plus belle de toutes15 ». Sa conscience patriotique est supposée conforter ou susciter celle du lecteur. La littérature du combattant juvénile entre 1914 et 1918 cherche donc, comme bien d’autres productions culturelles, à mobiliser les esprits contre l’adversaire germanique. Elle diffuse un discours à caractère idéologique et, à ce titre, relève d’une activité de propagande. Un autre objectif de cette étude est d’explorer comment et pourquoi cette participation propagandiste à l’effort de guerre se manifeste de manière aussi massive à travers le type romanesque du combattant juvénile.

10Quand on parcourt les fictions de cette époque, on se rend compte que les enfants de sexe masculin ne sont pas les seuls à être sollicités pour combattre l’ennemi. Des histoires de femmes16 et jeunes filles17, fillettes18, vieillards19, réformés20 qui, au péril de leur vie, s’attaquent à l’envahisseur, se rencontrent aussi. Le message relayé, c’est que la totalité de la population française lutte contre l’ennemi, même celle qui n’a pas à le faire réglementairement. Cet argument propagandiste s’appuie donc sur toutes les catégories de civils. Cependant, les garçonnets et les jeunes adolescents forment un groupe dont le nombre est écrasant par rapport aux autres.

11Cette observation nous amène à la seconde particularité de ces récits de 1914-1918 par rapport à ceux qui évoquent des conflits antérieurs. Dans le groupe de ce que nous appelons les « combattants juvéniles » figurent des personnages d’enfants-soldats, c’est-à-dire de très jeunes personnes de sexe masculin qui ont été adoptées par un régiment, équipées réglementairement, qui rendent service de cent manières à la troupe et à l’occasion combattent l’ennemi. Manon Pignot et Laure Wolmark indiquent que « le terme [enfant-soldat] commence d’ailleurs à être utilisé, avec parcimonie, après la Grande Guerre21 ». Pourtant, nous l’avons rencontré sept fois en dépouillant les textes publiés pendant le conflit22.

12Or les enfants-soldats ne sont plus licites en 1914. C’est vrai pour les très jeunes engagés comme pour les enfants de troupe. En temps de paix, l’âge minimum d’un engagement est de 18 ans, mais le décret du 6 août 1914 le rend « possible, pourvu du consentement parental, dès l’âge de 17 ans23 ». Le statut d’enfant de troupe dans les régiments, quant à lui, devient caduc trente ans avant le début du conflit. Il s’appliquait à des fils mineurs de militaires modestes morts au champ d’honneur ou invalides, qui étaient alors pris en charge par un régiment, moyennant leur engagement futur. Les lois de 1884 mettent fin à cette promiscuité entre enfants et adultes : « cet ensemble de textes supprime les enfants de troupe dans les régiments et porte création, à leur intention, de six écoles militaires préparatoires24 ». D’où la réponse du général Plagnol à un enfant de 11 ans et demi qui, en 1915, lui écrit qu’il veut faire partie des enfants de troupe, sachant qu’il est trop jeune pour s’engager : « Il n’y a pas d’enfant de troupe au front25. »

13Si la loi française, en 1914, interdit aux moins de 17 ans d’être incorporés dans l’armée d’active, la littérature du combattant juvénile ne se prive pas de mettre en scène ces situations illicites. À l’évidence, en effet, la question de l’enfant-soldat est devenue problématique dans sa réception idéologique en 1914 et, par voie de conséquence, dans son traitement narratif. Explicitement ou implicitement, les auteurs qui racontent des histoires de jeunes candidats heureux ou malheureux au recrutement militaire en ces années de guerre prennent position sur ce point. Et contrairement à ce que l’on pouvait craindre en ces temps de guerre, propices à une prise en main institutionnelle de l’activité culturelle, ces textes de circonstance ne tiennent pas un discours uniforme sur les enfants-soldats. Une fois proclamés l’amour de la patrie et la détestation de l’adversaire, ils délivrent des propos variés, parfois antagonistes, sur cette question.

14Cette littérature du combattant juvénile relève assurément de la propagande, mais n’a pas les caractéristiques du discours centralisé et hégémonique qu’elle adoptera dans les pays à régime autoritaire à partir des années 1930. L’historien Denis Rolland note que « même en considérant sa finalité politique, la propagande est donc très antérieure aux régimes totalitaires26 ». Il n’existe pas sur la propagande française en 1914-1918 l’équivalent de l’étude de l’historien Olivier Forcade sur la censure27, et ce n’est peut-être pas un hasard. Car si « la censure est en interaction avec la propagande28 », cette dernière, en 1914-1918, n’est pas verticale. Elle ne se manifeste pas seulement – et même, pas essentiellement – sous la forme de directives émanant d’officines institutionnelles adressées à ces simples relais que seraient les organes français d’information et de culture ; organes qui délivreraient à la population le message qu’on leur a sommé de transmettre.

15Sur ce point, les historiens de la Grande Guerre sont d’accord. Olivier Forcade évoque « les jeux subtils d’autocensure et de propagande spontanée à l’œuvre dans les sociétés en guerre29 ». Pierre Purseigle souligne le « caractère autonome de la participation de la presse à l’encadrement idéologique des populations en guerre30 ». Philippe Vatin signale que « les initiatives constructives pour orchestrer les enthousiasmes restèrent du domaine privé ou le fait de personnalités non commanditées31 ». Pour Audoin-Rouzeau et Becker, la propagande a été « un processus horizontal autant que vertical, et même, dans une certaine mesure, une grande poussée venue d’en bas, alimentée par un nombre immense d’individus32 ». Ces affirmations se vérifient pour les littérateurs qui traitent des combattants juvéniles, et des enfants-soldats en particulier. Rien ne permet de supposer que ces auteurs appliquent des instructions officielles ou occultes – qui à notre connaissance n’ont pas existé –, non pas sur les sujets ou les convictions qu’il faut éviter de mentionner (c’est le rôle de la censure), mais sur ceux qu’il faudrait impérativement aborder. La preuve en est que, durant le conflit, l’investissement propagandiste des hebdomadaires pour la jeunesse, par exemple, est très variable d’un titre à l’autre33.

16Plus que l’expression d’une « propagande de guerre », d’ailleurs, formule qui ne rend pas justice à ce qui est avant tout une automobilisation, il serait peut-être préférable de considérer cette production textuelle comme la manifestation d’une « culture de guerre ». Les historiens Audoin-Rouzeau et Becker ont proposé ce concept, qu’ils définissent comme « un corpus de représentations du conflit cristallisé en un véritable système34 », et dont le contenu se résume à « une spectaculaire prégnance de la haine à l’égard de l’adversaire35 ». Cependant, cette notion n’a pas fait consensus auprès de la communauté des historiens de la Grande Guerre36, et nous ne sommes guère qualifié pour intervenir dans ce débat. Tout au plus peut-on remarquer, du point de vue des réalisations littéraires qui nous intéressent, que cette notion de « culture de guerre » permet de mieux désigner et peut-être comprendre l’indépendance dont font preuve les romanciers envers la doctrine officielle en matière de recrutement. Et si une haine de l’adversaire est souvent affichée, on peut s’interroger sur le degré d’authenticité de ces sentiments. Lorsque le futur enfant-soldat Zizi s’écrie : « Vive la guerre37 ! », « Vive la Revanche38 ! » ou « Vive ma mort39 ! », en quoi ces paroles expriment-elles l’état d’esprit du romancier ? Comment savoir ce qui relève de la conviction passionnée, du sentiment du devoir, du conformisme ou de l’opportunisme de la part d’écrivains qui vivent presque tous à l’« arrière », qui rédigent des récits destinés à être publiés (et non pas des journaux intimes) et cherchent d’abord à plaire aux lecteurs ?

17Toujours est-il que, pour ce qui est du personnage de l’enfant-soldat dans la littérature des années 1914 à 1918, notre propos ne consiste pas à vérifier la façon dont se met en place un discours hégémonique à travers une culture de masse sous contrôle et ayant recours au fameux « bourrage de crâne ». En effet, ce n’est pas ce que nous avons constaté en parcourant ces récits. Nous examinons au contraire jusqu’à quel point, dans un pays qui conserve malgré la guerre un statut de démocratie parlementaire et où le militaire reste inféodé au civil, ce discours est multiple et contradictoire. De ce seul point de vue, cette étude méritait d’être engagée, car elle autorise une réhabilitation relative d’une littérature qui cumule au moins deux handicaps : populaire ou destinée à la jeunesse, elle est suspecte – souvent à juste titre – de médiocrité ; propagandiste ou relevant d’une « culture de guerre », elle distillerait une phraséologie démagogique, ce qui ne se vérifie pas toujours.

18Ces observations indiquent suffisamment que la problématique de cette étude est d’examiner le type du combattant juvénile comme point de rencontre entre littérature et propagande, et ce dans le cadre historique restreint du conflit de 1914-1918 en France. Nous ne traiterons pas les apparitions de ce personnage dans les publications qui suivent l’armistice. À partir de 1919, en effet, il n’y a plus en France de propagande de guerre, car la guerre est terminée, du moins sur le sol national. Les auteurs conçoivent désormais leurs histoires dans une perspective rétroactive, celle de la victoire qui a eu lieu, ce qui change leur façon de présenter les événements et les acteurs du récit. Notre travail redonne donc la parole à des écrivains ne faisant pas partie de la liste convenue des écrivains combattants – comme Céline, Giono, Drieu La Rochelle et tant d’autres –, qui se sont exprimés pour l’essentiel au lendemain du conflit. Souvent trop âgés pour combattre, ou réformés, ou encore parce que ce sont des femmes, nos auteurs ont le mérite de publier durant la guerre, sans avoir connu, pour la plupart, l’enfer des tranchées.

19Différents textes narratifs – romans, nouvelles, contes journalistiques, historiettes – forment notre corpus. Littérature pour la jeunesse oblige, nous sollicitons également quelques bandes dessinées. Comme le remarque Gabriel Thoveron à propos de celles de l’éditeur Offenstadt, « il s’agit en fait de romans très illustrés, beaucoup de textes sous de petits dessins40 ». Nous appréhendons aussi quelques poèmes narratifs, nombreux en ce début de xxe siècle. De plus, le corpus littéraire que nous considérons est avant tout fictionnel. Nous ne négligerons pas, cependant, eu égard à la dimension propagandiste qui retient notre attention, ce que l’on peut appeler la littérature « factuelle », c’est-à-dire la représentation décorative, « littéraire » au sens péjoratif du terme, d’événements, de faits, d’individus authentiques ou donnés comme tels : production textuelle qui entretient avec la fiction des rapports étroits. Cette littérature factuelle occupe en ces années de guerre une place considérable.

20La majeure partie des textes, vieux de plus de cent ans, n’était pas destinée à survivre à une lecture de consommation. Beaucoup ont disparu, ne sont pas recensés, ou sont d’un accès difficile. Heureusement, la mise en ligne (notamment par la Bibliothèque nationale de France) de volumes et surtout de journaux numérisés permet d’améliorer l’efficacité de la prospection. Bien souvent encore, lorsque l’on parcourt un catalogue bibliographique, le titre du récit ne permet pas de savoir si l’un des personnages, ou même le héros, est un combattant juvénile. C’est pourquoi le répertoire Les Romanciers populaires dans la Grande Guerre confectionné par Alain Fuzellier41, qui comprend un résumé et une analyse de chaque récit référencé, a été d’un grand secours pour explorer le roman populaire de guerre.

21Quelle est la physionomie du corpus ainsi constitué, dont nous présentons en annexe un tableau récapitulatif (pour ce qui est des publications périodiques) ? En ce qui concerne les hebdomadaires pour la jeunesse, les trois courants qui investissent ce champ culturel sont représentés : tradition laïque et républicaine avec la collection « Les livres roses pour la jeunesse » (Larousse) ; catholicisme conservateur avec L’Étoile noëliste, qui vise un lectorat féminin (La Maison de la Bonne Presse) ; productions populaires apolitiques ou nationalistes avec par exemple L’Intrépide (Société parisienne d’édition). Notre corpus surreprésente ce dernier courant, avec les hebdomadaires Le Bon-Point amusant (Albin Michel), Les Trois Couleurs (Nilsson), ou La Croix d’honneur et La Jeune France, créés à l’occasion du conflit par la Société parisienne d’édition des frères Offenstadt. Cette surreprésentation, née des opportunités de lecture, réserve des surprises : L’Épatant (Société parisienne d’édition) ne met en scène aucun combattant juvénile dans les numéros que nous avons consultés. Il faut donc garder à l’esprit qu’entre 1914 et 1918, certaines revues pour la jeunesse diffusent aussi quantité d’historiettes ou de romans-feuilletons qui n’évoquent ni ces jeunes combattants, ni même la guerre en cours. Nous n’aborderons pas frontalement la question de la ligne éditoriale de ces périodiques. Notons simplement que les décisions des éditeurs dans le choix des sujets traités ne témoignent pas toujours d’une orientation politique. Ainsi la maison Offenstadt diffuse-t-elle simultanément plusieurs hebdomadaires pendant cette période. La présence variable de la guerre dans l’une ou l’autre de ces revues indique plutôt une volonté de satisfaire tous les lecteurs et prescripteurs, inégalement intéressés par les circonstances du moment.

22Il en est de même pour les fictions dans les quotidiens d’information. Nous avons consulté dans leur intégralité « les quatre grands quotidiens populaires » qui, en ce début de xxe siècle, « dominent le marché national : Le Matin, Le Journal, Le Petit Parisien, Le Petit Journal42 ». Le quotidien Le Journal est celui qui propose le plus de récits à combattants juvéniles, et de récits de guerre en général. Mais des journaux aux tirages plus modestes et aux options politiques plus marquées ont également été parcourus : Le Figaro, La Croix, L’Humanité... Quant aux romans publiés en volumes, on les trouve aussi bien chez des éditeurs populaires tels Ferenczy, Fayard ou Rouff, que chez ceux spécialisés dans le lectorat juvénile, comme Delagrave ou Mame.

23À l’instar d’Annie Renonciat ou de Laurence Olivier-Messonnier, certains commentateurs ont souligné la dimension propagandiste des personnages d’enfants – et parmi eux des enfants héroïques – dans la littérature pour la jeunesse de la Première Guerre mondiale. Mais il n’en est pas de même pour la littérature populaire généraliste. C’est pourquoi le présent ouvrage se veut une synthèse qui a, entre autres avantages, celui de considérer simultanément ces deux productions. Marielle Mouranche indique pour la période qui précède le premier conflit mondial que « les éditeurs de livres populaires passent aussi volontiers à l’édition enfantine, ou s’adressent conjointement aux deux publics43 ». C’est toujours vrai pour ces années de guerre, avec des scénarios et des postulats idéologiques communs ou presque.

24Encore faut-il préciser ce que nous appelons un « combattant juvénile », sachant que la définition du combat et de la jeunesse peut varier. Nous accordons à cette expression une valeur générique : celle de toute créature littéraire d’un jeune âge qui est disposée à agresser physiquement – essentiellement par leur mise à mort – les militaires allemands qui envahissent le territoire français à partir de 1914. Ces personnages n’auront pas plus de 17 ans au début de l’histoire, car c’est l’âge minimal pour contracter un engagement militaire. Mais retenons également que dans beaucoup de récits – ce n’est pas un hasard –, les narrateurs restent évasifs sur l’âge de ces protagonistes. Relèvent donc de la dénomination « combattants juvéniles » plusieurs catégories de jeunes personnages :

  • les vengeurs, le plus souvent solitaires, qui lavent dans le sang l’assassinat d’êtres chers perpétré par l’envahisseur, et qui ne font pas partie d’une unité militaire ;
  • les francs-tireurs, qui mènent une lutte armée contre l’adversaire germanique indépendamment de la troupe ;
  • les enfants-soldats, c’est-à-dire des personnages qui, en toute illégalité, ont été adoptés, habillés, parfois armés par un régiment et qui partagent plus ou moins les mêmes dangers que lui ;
  • les militaires de 17 ans : ils se sont engagés à l’âge minimum prescrit.

Caractériser ces personnages suppose également de considérer ceux qui envisagent d’être des combattants juvéniles mais n’y parviennent pas ou renoncent d’emblée.

25Notre synthèse se focalise sur cinq aspects. Le premier cerne les spécificités du combattant juvénile littéraire dans le corpus 1914-1918 par rapport à son prédécesseur du xixe siècle et des toutes premières années du xxe siècle. La question est de savoir ce qu’apporte le conflit mondial à ce personnage romanesque déjà constitué. Cela implique de rassembler deux groupes de textes qui rendent pertinentes ces comparaisons. Nous les réservons aux seuls romans de guerre qui présentent un ou plusieurs enfants combattants, en excluant les nouvelles ou les contes journalistiques, dont le nombre élevé nous aurait engagé dans un travail de recensement interminable. À ce corpus de fictions longues parues pendant la durée du conflit fait pendant un ensemble de romans équivalents parus avant août 1914. De manière à atteindre un nombre significatif de textes dans ce second corpus, nous l’avons fait commencer en 1894 et terminer en 1914, à la veille de la guerre. Sur la période de vingt ans qui précède le conflit, vingt romans recensés possèdent cette caractéristique déterminante : l’intervention d’un personnage de combattant juvénile. Ces vingt occurrences nous servent de point de comparaison avec les trente-neuf romans à combattants juvéniles que nous avons identifiés pendant la durée du conflit et dont nous avons pris connaissance44. Cependant, nous n’avons pu avoir qu’une connaissance partielle ou indirecte de certains de ces trente-neuf textes, le plus souvent par l’intermédiaire du résumé et de l’analyse qu’en a faits Alain Fuzellier. Suivant les critères de comparaison et le type d’informations qu’ils sollicitent, ce corpus de romans 1914-1918 comportera donc trente-neuf éléments au mieux, mais parfois moins.

26Nous consacrons également un développement à la multiplicité des liens entre les manifestations littéraires du combattant juvénile et l’information journalistique du temps. Cette variété est digne d’intérêt parce qu’aucun des deux pôles de cette mise en relation ne brille par sa subtilité, le simplisme de la production narrative, en particulier, l’apparentant au roman à thèse. Pourtant, la fiction littéraire possède une fonction informative ; pourtant, l’information journalistique donne pour vrais des cas de combattants juvéniles qui sont inventés ; pourtant encore, les journalistes d’information rapportent des histoires d’enfants combattants de manière littéraire ; et symétriquement, l’information journalistique inspire la littérature fictionnelle.

27Parmi les diverses représentations des combattants juvéniles, celle de l’enfant-soldat est la plus problématique, car son existence signifie que l’institution militaire enfreint la loi, ce qui ne va pas de soi. Pour la littérature, cependant, il y a là une opportunité de raconter des aventures d’enfants tout en faisant l’éloge de l’armée française. Dès lors, chaque auteur se voit contraint de prendre position sur cette question de manière plus ou moins nuancée.

28Presque exclusivement utilisé par la littérature populaire ou de jeunesse, le personnage du combattant juvénile tire une partie de ses effets de la catégorie générique dans laquelle il évolue. Cette dernière mérite d’être examinée, non parce que les romanciers concernés auraient inventé un nouveau genre romanesque, mais parce que leurs personnages doivent s’adapter aux paradigmes narratifs existants. Ils indiquent en creux leur spécificité en s’insérant avec plus ou moins de facilité dans le roman d’aventures (dont le roman scout), le roman de formation, le récit d’initiation ou encore de révélation, avec pour ce dernier la scène emblématique du régiment qui, en passant, déclenche des vocations juvéniles.

29Enfin, le tout jeune combattant est un personnage littéraire qui connaît un déclin au fur et mesure que se déroule la guerre. À cet égard, il a pour complément et concurrent le personnage du « poilu » qui, lui, résiste mieux à cette désaffection. C’est pourquoi nous souhaitons achever cette étude en défendant l’hypothèse que notre créature est une représentation de la France telle qu’elle s’appréhende ou telle qu’on voulait qu’elle s’appréhende dans les premières semaines du conflit, alors que la situation militaire est critique. En particulier, le duo infernal formé d’un combattant juvénile français et d’un officier germanique, si fréquent dans notre corpus et qui a pour origine deux faits divers retentissants de l’année 1914, suggère que l’opinion publique se voit en situation d’infériorité par rapport à l’Allemagne, mais ne désespère pas de vaincre.

Notes de bas de page

1  Le chien de la famille.

2  M. Deschamps, La Grande Épreuve [1915], paru dans L’Écho d’Alger, vol. 5, nº 1 517, 9 mai 1916, p. 4.

3  Blanche Petithuguenin, Petit soldat de la Grande Guerre, paru dans Le Bon-Point amusant, nº 115 à 185, 14 janvier 1915-25 mai 1916.

4  Annie Renonciat, Livre, mon ami : lectures enfantines, 1914-1954, Paris, Direction des affaires culturelles, 1991, p. 16.

5  Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien, Paris, Éditions du Seuil, 2007, p. 108.

6  Stéphane Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants : 1914-1918, Paris, Armand Colin, 1993, p. 131-132.

7  Alain Louyot, « Enfants-soldats malgré eux », L’Express, 5 novembre 1998, en ligne : www.lexpress.fr/informations/enfants-soldats-malgre-eux_631104.html#iEkeTt7oOEPFBCOT.99 (avril 2021).

8  Manon Pignot, L’Appel de la guerre : des adolescents au combat, 1914-1918, Paris, Anamosa, 2019, p. 16.

9  Georges-Gustave Toudouze, Enfant perdu, 1814, Paris, Hachette, 1895.

10  Pierre Souvestre & Marcel Allain, Titi le Moblot, 5 vol., Paris, Fayard, 1912-1914.

11  Just Girard, L’Enfant de troupe, Tours, Mame, « Bibliothèque des écoles chrétiennes », 1858.

12  Henri Méhier de Mathuisieulx, Les Évadés du Mexique, paru dans Journal des voyages et aventures, sur terre et sur mer, nº 962 à 987, 15 décembre 1895-7 juin 1896.

13  Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien, op. cit., p. 113.

14  Alfu [Alain Fuzellier], Les Tueurs de Boches : les romanciers populaires dans la Grande Guerre, Amiens, Alfu & Encrage, 2016, vol. 1, p. 25.

15  M. Deschamps, La Grande Épreuve, op. cit, p. 4.

16  Paul d’Ivoi, La Folle de Soissons, dans Femmes et gosses héroïques, Paris, Flammarion, 1915, p. 41-49.

17  Charles de Bussy, Geneviève, paru dans Pages de gloire, nº 8, 11 mars 1917.

18  Charles Guyon, La Petite Henriette, dans Les Braves Petits Français, Paris, Larousse, « Les livres roses pour la jeunesse », nº 147, 1915, p.16-24.

19  Anonyme, La Carrière de pierres, paru dans Les Belles Images, vol. 12, nº 567, 8 juillet 1915.

20  Vivax, Jambes courtes, paru dans L’Étoile noëliste, nº 208, 2 mai 1918.

21  Manon Pignot & Laure Wolmark, « Enfants-soldats et guerres mondiales : une légitimité en débat », dans Manon Pignot (dir.), L’Enfant-soldat : xixe-xxie siècle, Paris, Armand Colin, 2012, p. 67.

22  La liste de ces emplois se trouve en annexe, à la fin du présent ouvrage.

23  Manon Pignot, « Entrer en guerre, sortir de l’enfance ? Les “ado-combattants” de la Grande Guerre », dans L’Enfant-soldat, xixe-xxie siècle, op. cit., p. 71.

24  Jean-Roch Richard, « Des enfants de troupe aux lycéens militaires », Revue historique des armées, nº 159, « Enfants de troupe », juin 1985, p. 9.

25  Marie Hollebecque, La Jeunesse scolaire de France et la guerre, Paris, Didier, 1916, p. 34.

26  Denis Rolland, « Introduction », dans Denis Rolland (dir.), Les Républiques en propagande, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 10.

27  Olivier Forcade, La Censure en France pendant la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2016.

28  Ibid., p. 141.

29  Olivier Forcade, « Information, censure et propagande », dans Stéphane Audoin-Rouzeau & Jean-Jacques Becker (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2004, p. 451.

30  Pierre Purseigle, Mobilisation, sacrifice et citoyenneté, Paris, Les Belles Lettres, 2013, p. 139.

31  Philippe Vatin, Voir et montrer la guerre, Dijon, Les Presses du réel, 2013, p. 104.

32  Stéphane Audoin-Rouzeau & Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 131.

33  Catherine Frichet & Hélène Veilhan, « Mobilisation des soldats dans les illustrés de la collection Bastaire 1914-1918 », Le Rocambole, nº 71 / 72, « La Grande Guerre du soldat populaire », Daniel Compère (dir.), été-automne 2015, p. 93-106.

34  Stéphane Audoin-Rouzeau & Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, op. cit., p. 122.

35  Ibid.

36  Sur les termes du débat, on consultera François Buton et al., « 1914-1918 : retrouver la controverse », La Vie des idées, 10 décembre 2008, en ligne : https://laviedesidees.fr/1914-1918-retrouver-la-controverse.html (avril 2021).

37  Marcel Allain, Zizi, dit « le tueur de Boches », Paris, Fayard, 1915, p. 4.

38  Ibid., p. 14.

39  Ibid., p. 208.

40  Gabriel Thoveron, Deux siècles de paralittératures, Liège, Éditions du Céfal, 1996, p. 309.

41  Alfu [Alain Fuzellier], Les Tueurs de Boches : les romanciers populaires dans la Grande Guerre, op. cit.

42  Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien : lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque [1984], Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 85-86.

43  Marielle Mouranche, Les Livres pour l’enfance et la jeunesse de 1870 à 1914, Paris, École des Chartes, 1986, p. 123.

44  Voir en annexe de cet ouvrage : « Corpus de textes romanesques présentant un personnage de combattant juvénile ».

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.