Version classiqueVersion mobile

Les paradoxes de la féminisation

 | 
Gilles Combaz

La direction d’établissement dans le second degré : vers une féminisation différenciée ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans ce chapitre, nous étudierons l’accès et le déroulement de carrière de femmes et d’hommes qui exercent la fonction de chef d’établissement dans l’enseignement du second degré français. Ces personnels occupent actuellement des postes de proviseurs lorsqu’ils dirigent des lycées (enseignement général et technologique et enseignement professionnel) et des postes de principaux lorsqu’ils dirigent des collèges. En règle générale, la direction est composée d’un binôme : un chef et un adjoint1. Jusqu’en 2000, les chefs d’établissement sont des enseignants détachés pour exercer cette fonction. Et, comme le souligne Marlaine Cacouault-Bitaud (2008), cela constitue une voie de promotion pour les professeurs. À la suite du rapport Blanchet, Isambert et Wiener (1999) centré sur la revalorisation du rôle des chefs d’établissement, un protocole d’accord est signé entre le syndicat majoritaire – le Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale (SNPDEN) – et le ministèr...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search