Version classiqueVersion mobile

Les paradoxes de la féminisation

 | 
Gilles Combaz

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il importe de fournir quelques explications à propos du titre de cet ouvrage. Dans l’opinion commune, la notion de féminisation d’une profession correspond fréquemment à l’augmentation du nombre de femmes. Et l’on suppose que le rééquilibrage qui en résulte contribue à une meilleure égalité entre les sexes. Cette vision optimiste est respectable, mais il y a tout lieu d’être prudent en la matière. Un effort de déconstruction s’impose et il passe tout d’abord par une analyse notionnelle. Envisagée de cette manière, la féminisation renvoie à une dynamique d’égalisation. Dans cette perspective, elle « pourrait évoquer l’idée d’une marche vers l’égalité, égalité en droits, égalité en nombre, la levée d’obstacles juridiques, mais plus encore l’évolution sociale et économique favorisant le “rattrapage” d’un retard historique. » (Zaïdman, 2007, p. 229) Cette conception est très séduisante, mais ne relève-t-elle pas davantage d’un idéal progressiste que ...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search