Version classiqueVersion mobile

La ville entrelacs

 | 
Maria da Conceição Coelho Ferreira
, 
Philippe Meunier
, 
Ralf Zschachlitz

Cartographie de la rencontre

Berlin sous la République de Weimar : perspectives françaises sur la jeune métropole et ses habitants

Lydia Böhmert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Par quelle suite de complicités involontaires Berlin, misérable village slave, couché encore dans des marécages à l’époque de Louis XIV, a-t-il pu usurper la place d’une capitale de l’Allemagne1 ? » C’est la question, provocatrice, que pose Ferdinand Bac dans l’avant-propos de son ouvrage Le Voyage à Berlin : la fin de l’Allemagne romantique (1929).

L’image que l’écrivain souhaite transmettre à ses lecteurs n’est pas très flatteuse pour la jeune capitale : village misérable, bourg pas même germanique mais slave, Berlin a osé, selon lui, « usurper » la place de capitale allemande. Berlin – personnifiée – est présentée ici comme une ville criminelle qui s’est violemment emparée d’une place que les autres villes allemandes ne lui auraient jamais cédée volontairement. Jean Giraudoux rejoint Bac dans son appréciation quand il écrit, à la même époque : « La réputation de Berlin, parmi ses sœurs allemandes, était [...] celle d’une métropole à peine adulte et fortement inconsciente. Les au...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search