Version classiqueVersion mobile

Robert Burns

 | 
Karyn Wilson Costa

Troisième partie. Burns et son double illégitime

Chapitre 2. Le barde des confréries

Texte intégral

1Le contenu des Merry Muses ouvre le lecteur moderne au monde des confréries auquel appartenait Burns, car il s’agit surtout de « club poetry », chansons à boire ou petits poèmes salés. Il faut voir ici une autre facette de la persona que construisait sciemment Burns : le barde prenait une pose poétique pour amuser ses amis distingués. Apprécier à quel point la partie graveleuse de son œuvre porte la marque de cet univers masculin, caractérisé par une grande franchise sexuelle, qui tranche avec la sentimentalité que les bardolâtres persistent à lui accorder encore de nos jours, est primordial.

2Il importe également d’avoir à l’esprit le contexte sociohistorique dans lequel s’inscrit la poésie écrite par Burns pour les différentes confréries. Dans l’Écosse des Lumières du xviiie siècle, dans les Basses-Terres, tous les membres des nouvelles classes professionnelles et littéraires appartenaient à un cercle ou à un club de discussion. En 1712, Allan Ramsay, figure du milieu littéraire édimbourgeois, fut l’un des membres fondateurs de l’Easy Club, cercle littéraire aux sympathies jacobites. En 1754, quinze Écossais des plus en vue, dont le philosophe David Hume, le peintre Allan Ramsay (fils du poète du même nom) et l’économiste Adam Smith, fondèrent la Select Society à Édimbourg. Quelques années plus tard, en 1762, certains d’entre eux créèrent le célèbre Poker Club. Ces clubs fournissaient à leurs adhérents l’occasion de proclamer la part écossaise de leur identité britannique, surtout à travers le langage et la poésie. Robert Fergusson, quant à lui, devint membre du Cape Club (1764-1841) en 1772, club qui célébrait, comme bien d’autres en Écosse, la convivialité masculine, la chanson, la boisson et l’idée de la fraternité. La majorité de ces clubs était réservée aux hommes ; une idée particulière de la masculinité écossaise du xviiie siècle s’articulait ainsi autour de l’usage des textes littéraires, de la boisson – élément clé des séances – et des rites d’initiation. Le plus scandaleux d’entre eux fut le Beggar’s Benison of Anstruther (1732-1836), qui se délocalisa plus tard du comté de Fife à Édimbourg. À l’instar du Cape Club, les membres s’adoubaient « chevaliers » et se livraient à des rites d’initiation, mais ceux-ci revêtaient un caractère autrement plus sexuel et exhibitionniste. Parmi les lectures les plus prisées des membres du Beggar’s Benison figurait le célèbre roman de John Cleland, Fanny Hill : Memoirs of a Woman of Pleasure (1748-1749), longtemps jugé obscène, mais qui jouissait d’une popularité hors pair au xviiie siècle, ainsi que les passages à connotations sexuelles du Cantique des cantiques de Salomon, d’une autre facture mais également appréciés. Tous les clubs écossais du xviiie siècle n’étaient pas aussi notoires, mais tous célébraient la virilité et le même hédonisme heureux.

3Burns marchait sur les traces de Ramsay et de Fergusson, et appartenait à plusieurs confréries, d’abord dans son Ayrshire natal, puis à Édimbourg. Le 11 novembre 1780, il fonda un club de célibataires, le Tarbolton Bachelors Club, avec son frère Gilbert et cinq de ses amis les plus proches. S’agissant avant tout d’un club de discussion, où l’on débattait de sujets classiques tels que l’amour, le bonheur, l’amitié, tout était organisé selon des rites masculins. Les membres se devaient de respecter les dix règles de conduite rédigées, sans aucun doute, par Burns (R. Crawford, 2009, p. 107). Selon la dernière règle, être l’amant déclaré d’au moins une personne du sexe féminin était la condition préalable pour adhérer au Tarbolton Bachelors Club, qui restait fermé aux arrogants et autres matérialistes. Il fallait aussi respecter des principes égalitaires refusant les privilèges de classe, comme le faisaient les membres de la loge franc-maçon qui se réunissaient dans le même pub à Tarbolton, ce qui souligne le rôle clé que jouait la boisson dans la vie de tous ces clubs. Or ce sont précisément ces deux mêmes thèmes – l’amour et l’égalitarisme – qui sous-tendent l’œuvre de Burns.

La confrérie des fornicateurs avoués

  • 1 « Avant de la quitter, je ne pouvais que l’embrasser ».

4Parmi les premières chansons gaillardes de Burns figure « The Fornicator », qui est une parodie du monde fraternel des clubs, composée pour commémorer l’amourette du barde avec Betty Paton, dont le fruit fut une petite fille. Burns imagine une confrérie officielle de fornicateurs, avec un système d’adhésion bien particulier. En effet, les membres doivent respecter le code de conduite de celui qui commet le péché de fornication : d’abord, celui-ci se doit d’assumer la responsabilité de ses actes au cas où la jeune femme tomberait enceinte. Il lui faut par ailleurs se comporter avec galanterie à l’égard de la gent féminine (« A parting kiss, I could not less1 », MMC, « The Fornicator », v. 21, p. 150). Enfin, il devait pourvoir aux besoins de la progéniture éventuelle :

  • 2 « Mais, pour elle je fais ce vœu, / Et jure de façon solennelle, / Que même si d’argent, j’en ai p (...)

But for her sake this vow I make,
And solemnly I swear it,
That while I own a single crown,
She’s welcome for to share it2. (ibid., v. 24-27, p. 151)

  • 3 « Les pauvres filles et les jeunes gens convaincus de péché faisaient amende honorable le dimanche (...)

5En outre, le titre « fornicateur » est décerné uniquement à ceux qui ont des relations sexuelles librement consenties ; quant à ceux qui en ont avec des prostituées, ils n’ont pas les qualités requises. Burns récuse tout lien entre la jouissance et l’argent : les faveurs d’une jeune femme ne doivent pas faire l’objet d’une transaction financière. Dans « The Fornicator », la critique de l’Église presbytérienne est incisive, car les calvinistes extrémistes, les auld lichts ultraconservateurs, ont exigé leur dû sans pitié en obligeant les deux fautifs – Burns et sa Betty – à se repentir en public. Pour Burns, les fornicateurs sont aussi des amants, et tant que ces derniers acceptent leurs responsabilités envers la jeune femme et la progéniture éventuelle, tout va bien et l’Église n’a pas à s’en mêler. Burns y fait allusion ailleurs dans son œuvre officielle : dans le très ironique « Answer to a Trimming Epistle Received from a Tailor », publié pour la première fois en 1799, le poète raconte l’épisode du siège du repentir3 d’un ton de défi bien plus agressif, demeurant obstinément impénitent et rebelle. Burns, fornicateur de naissance, se targue de l’être, afin de provoquer les ecclésiastiques, pour qui « bliss » revêt un autre sens, religieux celui-ci ; pour Burns, il s’agit de plaisir sexuel et il propose la castration comme seul remède :

  • 4 « Fornicateur lubrique, me nomma-t-il, / De la félicité céleste, exclu ; / Tout est vrai, je l’avo (...)

A furnicator lown he call’d me,
An’ said my fau’t frae bliss expell’d me;
I own’d the tale was true he tell’d me,
“But, what the matter”,
Quo’ I, “I fear unless ye geld me,
I’ll ne’er be better4.” (CB, « Answer to a Trimming
Epistle », v. 43-48, p. 630)

6Ce poème, trop peu cité par ailleurs, compte parmi les satires les plus personnelles et les plus cinglantes de Burns, qui y défend ses actions avec autant de franchise que d’insolence envers le cagotisme et la tyrannie de l’autorité religieuse. Son caractère leste peut choquer autant que celui de son pendant paillard : l’officiel et le non-officiel se fondent donc ici dans la même œuvre.

7Burns ne s’est pas dérobé à ses devoirs paternels, comme en témoigne cet autre pendant à « The Fornicator » : « A Poet’s Welcome to his Love-Begotten Daughter », poème de circonstance s’il en est, écrit pour célébrer la naissance de la fille illégitime de Betty Paton. Faisant toujours fides conventions sociales, Burns substitue la tendresse à l’ironie de son double paillard :

  • 5 « Car si tu es celle que je voudrais, / Si tu suis les conseils que je te donnerai, / Jamais je ne (...)

For if thou be, what I wad hae thee,
An’ Tak the counsel I shall gie thee,
I’ll never rue my trouble wi’ thee,
The cost nor shame o’t,
But be a loving Father to thee,
And brag the name o’t5. (CB, « A Poet’s Welcome to his
Love-Begotten Daughter », v. 43-48, p. 565)

8L’homme Burns se crée une persona de père, image qui se dédouble dans sa vie de poète, pour qui les compositions, fruit de son imagination, sont sa « progéniture poétique » (L2, p. 144). Il assimile les chansons qu’il collige et reprend à des enfants illégitimes ; en témoignent ces remarques adressées à James Hoy, bibliothécaire du duc de Gordon, le 20 octobre 1787, au sujet des chansons traditionnelles qu’il a offertes au recueil de James Johnson : « La chanson ci-incluse, comme d’autres bâtards, “trop ennuyeux à citer”, provoque une pointe de fierté parentale chez Monsieur le barde » (L1, p. 163-164). Qui plus est, Burns souligne les devoirs paternels du fornicateur dans les poèmes et chansons écrits pour les confrères, car renier sa progéniture constitue un crime à ses yeux, un manquement au code d’honneur du fornicateur. Dans « The Fornicator », Burns prend aussi à contre-pied la rigidité sociale et religieuse de l’époque dans un genre d’éloge paradoxal, dont le but est de glorifier ce que l’Église condamne. Il s’agit de légitimer ce qui est, au fond, illégitime.

9D’ailleurs, pour Burns, les grands héros militaires, tels Jules César ou Alexandre le Grand, devraient être vénérés davantage pour leurs conquêtes de boudoir que pour leurs victoires sur le champ de bataille. Burns se présente, tout comme le fait le Don Juan de Molière, comme un conquérant de femmes : « je me sens un cœur à aimer toute la terre ; et comme Alexandre, je souhaiterais qu’il y eût d’autres mondes, pour y pouvoir étendre mes conquêtes amoureuses » (Don Juan, 1665, I, 2, v. 36-27). De même qu’il invoque les patriarches bibliques dans « The Patriarch » par exemple, ou qu’il cite ailleurs Frédéric le Grand pour justifier ses goûts musicaux, le poète enrôle ces géants militaires pour dédouaner sa conduite sexuelle :

  • 6 « Vos rois et héros de la guerre, / Grands chefs et capitaines ; / Vos Césars puissants, jadis cél (...)

Your warlike Kings and Heros bold,
Great Captains and Commanders;
Your mighty Cesars fam’d of old,
And Conquering Alexanders;
In fields they fought and laurels bought,
And bulwarks strong did batter,
But still they grac’d our noble list
And ranked Fornicator6!!! (MMC, « The Fornicator », v. 41-48, p. 151)

10Écrite pour être chantée sur l’air de « Clout the Caldron », dont la mesure est celle d’une marche rapide, la chanson « The Fornicator » pourrait également s’interpréter comme un pastiche des grandes marches canoniques, très populaires au xviiie siècle, telle « The British Grenadiers ». Burns a déjà choisi ce même air en 1785 dans sa cantate « Love and Liberty » pour la chanson du rétameur, dans laquelle celui-ci narre son passé militaire :

  • 7 « Ma belle fille, je travaille dans le cuivre : / Chaudronnier, voilà ma condition ; / J’ai voyagé (...)

My bonie lass I work in brass,
A tinker is my station;
I’ve travell’d round all Christian ground
In this my occupation;
I’ve taen the gold an’ been enroll’d
In many a noble squadron;
But vain they search’d when off I march’d
To go an’clout the caudron7. (CB, « Love and Liberty », récitatif 6, p. 585)

11Comme dans l’œuvre officielle, le barde se sert de la musique à la fois pour souligner le thème de la chanson et en même temps à des fins parodiques. Burns excelle dans l’art du burlesque et du pastiche ; son œuvre est parsemée de poèmes et de chansons dans lesquels il parle bassement des choses les plus relevées, ou au contraire avec noblesse des choses considérées comme les plus basses. Gérard Genette définit le burlesque comme « travestissement », voire « disconvenance », ou « discordance stylistique » (Genette, 1982, p. 192-193). Dans les écrits de Burns, la frontière entre les styles, les genres et les registres n’est, en effet, jamais infranchissable ; la réalité de telles limites est sans arrêt contestée et transformée.

12Les membres de la Court of Equity fondée à Mossgiel en 1785 par Burns (James Smith, John Richmond, William Hunter et Robert Burns) étaient tous de jeunes hommes célibataires, tous amoureux, et tous géniteurs d’enfants illégitimes. L’organisation de ce club copiait celle des Tarbolton Bachelors, elle-même une parodie des règles de conduite du presbytère d’Ayr et de ses sessions, conseils formés par les anciens, présidés par un pasteur, qui statuaient sur le châtiment de ses brebis galeuses. Notons que Burns et deux de ses amis avaient déjà été punis par les membres du conseil de la paroisse de Tarbolton pour fornication avérée.

13Le code moral dont il s’agissait était celui du fornicateur, une parodie donc de celui des gens « probes » qui s’en prenaient au comportement des adhérents à la Court of Equity ; le but de ce tribunal peu ordinaire n’était pas de dévoiler et de punir la fornication, mais de pénaliser ceux qui ne la pratiquaient pas correctement. Burns a commémoré les « réjouissances » (Moulin, 2004, p. 30) du club dans son poème grivois « Libel Summons », appelé également « The Fornicator’s Court », publié pour la première fois dans l’appendice de la biographie de Catherine Carswell en 1930, puis dans les Merry Muses de 1959. Des trois manuscrits conservés au British Museum, aucun n’est en fait achevé. Il s’agit de vers de circonstance par excellence, dont le but est de défendre « l’honneur » des fornicateurs, une fraternité dont Burns, bien évidemment, fait partie. Jean Armour, sa future épouse, est alors enceinte de jumeaux, en témoigne l’allusion faite par le poète dans le vingt-sixième vers :

  • 8 Une combinaison du formel et du familier : nemine contradicente (sans objection de personne).
  • 9 « D’abord siège le poète Burns, / Fornicateur, de l’avis de tous ; / C’est sans objection / Que do (...)

First, Poet B[urns], he takes the chair ,
Allow’d by all, his title’s fair;
And past nem. con.8 without dissension,
He has a duplicate pretension9. (MMC, « Libel Summons », v. 23-26, p. 310)

14Le poème, comme son titre l’indique, est une assignation pour manquement au code du fornicateur, et donc une parodie de document officiel, procédé auquel Burns recourt souvent dans les poèmes de l’œuvre canonique : on y retrouve de nombreuses pseudo-épitaphes et même un testament apocryphe, dicté par une brebis, dans « The Death and Dying Words of Poor Mailie » (CB, p. 44).

15C’est dans la maîtrise du verbe et de l’idiome que réside l’intérêt principal de ce poème burlesque, avec son pastiche du vocabulaire juridique et de la syntaxe archaïque. À côté des évocations gaillardes, on trouve de l’esprit ; il s’agit surtout du plaisir du texte, plutôt que des plaisirs du sexe. Alors que la littérature facétieuse est celle de l’affectus, visant à produire des effets sur les sens, Burns vise à écrire une littérature de l’intellectus, tout comme Jean de La Fontaine dans ses Contes et nouvelles en vers (1685). Celui-ci, selon Alain-Marie Bassy, substitue « les jeux de l’esprit et du sens aux jeux de l’émotion et des sens » (dans La Fontaine, 1982, p. 16). Pour Christopher Ricks, qui voit en « Libel Summons » un des poèmes grivois les plus généreux de Burns, le fond – la question des bâtards – est intrinsèquement lié à la forme linguistique bâtarde : « nous devons prendre connaissance des manières dont la bâtardise se réalise lors d’un congrès linguistique bâtardisé » (Ricks, 2002, p. 73). La forme rejoint ainsi le fond.

  • 10 « L’année entre mille sept cent quatre-vingt-cinq et mille sept cent quatre-vingt-sept ».

16La circonlocution bureaucratique s’en trouve parodiée, par exemple dans « The year ’tween eighty five and seven10 » (MMC, « Libel Summons », v. 4, p. 309) pour dire 1786 ; la syntaxe insolite et le recours à l’inversion et aux usages archaïques caractéristiques des documents légaux sont employés à des fins humoristiques. Ainsi, l’application du langage pompeux et de la syntaxe inhabituelle du domaine savant à un contexte non officiel, voire cocasse, est d’un comique irrésistible ; en abolissant la distance hiérarchique et la vénération généralement de mise dans le monde juridique, et maçonnique, Burns le familiarise et l’abaisse :

  • 11 Clin d’œil à Shakespeare, « le paillard » : Troilus et Cressida, 1987, acte IV, sc. 5, v. 179, p.  (...)
  • 12 « Se trouve ainsi constitué / Un tribunal d’équité délégué : / Habilité par notre confrérie, / À a (...)

And by our brethren constituted,
A court of Equity deputed :
With special authoris’d direction,
To take beneath our strict protection
The stays-unlacing, quondam maiden11,
With growing life and
anguish laden [...]12. (ibid., v. 7-12, p. 309)

17Plus tard, en 1793, Burns fait d’un pseudo-arrêt juridique le sujet de « Act Sederunt of the Session », envoyé à son confrère des Crochallan Fencibles, Robert Cleghorn. La cadence de l’air est également une parodie de la solennité avec laquelle de tels documents devaient être lus ; les trois syllabes de « Sederunt » au début du refrain, ainsi que les répétitions, ralentissent cette chanson qui est débitée de manière monotone, en imitation d’une psalmodie :

  • 13 « À la ville d’Édimbourg, on a fait une loi, / À Édimbourg, au tribunal en session, / Que toute b- (...)

In Edinburgh town they’ve made a law,
In Edinburgh at the Court o’ Session,
That standing pr-cks are fauteors a’,
And guilty of a high transgression.
Act Sederunt o’ the Session,
Decreet o’ the Court o’ Session,
That standing pr-cks are fauteors a’,
And guilty of a high transgression13. (MMC, « Act Sederunt of the Session », v. 1-8, p. 134)

18Burns a des raisons personnelles d’imaginer cette parodie, ayant luimême été assigné par Mary Cameron en août 1787 pour une question de paternité, et contraint de comparaître devant le tribunal d’Édimbourg. En même temps que l’instance judiciaire, Burns singe le langage juridique, comme il l’a fait dans « Libel Summons » et « The Fornicator », en greffant des métaphores sexuelles sur des latinismes. La partie paillarde de son œuvre est en effet très métaphorique, car il sait exploiter à merveille la gamme infinie d’images de la tradition populaire écossaise, n’en déplaisent à ses nombreux détracteurs, qui trouvent sa poésie peu figurée et peu complexe.

19Dans « Libel Summons », par exemple, le choix de l’adjectif « high » pour qualifier la transgression de la loi par les fornicateurs dans des vers à double entente (MMC, v. 3-4, p. 310) est doublement ironique, car l’image de l’érection mise à part, on y décèle une référence à la transgression de la culture savante (high culture). Toute l’œuvre de Burns se caractérise par une inversion quasi systématique du savant et du populaire, ce qui amène Liam McIlvanney à suggérer que les chansons paillardes de Burns font partie intégrante de la création d’un monde carnavalesque, rabelaisien, d’un royaume du renversement, de la résistance et de la transgression, où tout ce qui était prohibé est encensé. Ainsi, les fornicateurs sont réglementés et les bardes ont leur propre roi (McIlvanney, 2002, p. 184). En effet, Burns prend la pose du roi des bardes dans une lettre fort ironique, adressée à William Chalmers et John M’Adam le 20 novembre 1786, en signant « God save the bard  ! » (L1, p. 66). En proposant de concevoir le monde autrement, Burns montre le caractère artificiel et arbitraire de l’existant (McIlvanney, 2002, p. 185).

20Burns dispose, rappelons-le, d’un champ linguistique très large, ce qui lui permet de mettre en rimes ses vers de façon variée et insolite. En témoignent ceux-ci à la fin de « Libel Summons » où le mot écossais « decreet » (jugement) rime avec « secret » et « it », et le latin « praeses » (chef) avec « is » :

  • 14 « Ceci, notre décret futurum esse, / Que nous ne voulons garder secret ; / Mais dans notre assigna (...)

This, our futurum esse decreet,
We mean it not to keep a secret ;
But in our summons here insert it,
And whoso dares, may controvert it.—
This, mark’d before that date and place is ;
Sigillum est per burns the praeses14. (MMC, « Libel Summons », v. 155-160, p. 316)

21De la même manière, dans « The Fornicator », le recours à « frater », « pater » et « mater » lui fournit des rimes pour « fornicator », qui ponctuent la fin de chacune des six strophes.

22Le poète écossais choisit d’inclure dans l’édition de Kilmarnock de 1786 plusieurs poèmes qui contiennent des métaphores érotiques, dont « Epistle to John Ranken », fermier à Tarbolton et membre des Tarbolton Bachelors. Dans cette épître Burns aborde son aventure avec Betty Paton et la naissance de sa fille illégitime (comme dans « The Fornicator ») décrite à l’aide d’une métaphore filée, celle du braconnier et de son fusil ; il est à noter que l’image du braconnier se retrouve ailleurs dans l’édition de Kilmarnock, dans « Composed in August—Westlin Winds » (CB, p. 153), mais il s’agit ici d’un poème écrit dans la tradition pastorale, alors que « Epistle to John Ranken » relève davantage de la littérature à tendance libertine. Hugh Blair avait demandé à Burns de ne pas l’insérer dans le recueil de 1786 pour cause d’indécence, mais celui-ci a refusé. Sans doute Blair avait-il compris le jeu de mots sur « hen » et toute la métaphore filée. Il y est question du tribunal des gardes-chasses ecclésiastiques, du « Poacher-Court » :

’Twas ae night lately, in my fun,
I gaed a rovin wi’ the gun,
An’ brought a Paitrick to the grun’,
A bonie hen;
And, as the twilight was begun,
Thought nane wad ken.

  • 15 « Un soir dernièrement, étant en train, / J’allai rôder avec mon fusil, / Et j’abattis une perdrix (...)

The poor wee thing was little hurt;
I straikit it a wee for sport,
Ne’er thinkan they wad fash me for’t;
But, Deil-ma-care !
Somebody tells the Poacher-Court
The hale affair15. (CB, « Epistle to John Ranken », v. 37-48, p. 149-150)

23Burns tourne ainsi en dérision l’autorité de l’Église presbytérienne avec la même verve que dans ses morceaux franchement gaillards et réussit à faire glisser son épître, un peu comme en contrebande, dans le canon officiel, tout en frôlant de très près la frontière entre l’acceptable et le grossier. Une lecture plus attentive de ces vers révèle un barde aussi leste que celui des poésies officiellement classées comme paillardes, dans lesquelles il fait souvent allusion aux femmes en tant que poules pondeuses. Ici, Betty est la perdrix, et le fusil du braconnier, le « membre préféré » du poète. Le ton, comme à l’accoutumée, est enjoué et malicieux ; Burns lance ainsi un clin d’œil ironique à l’Église en protestant de sa bonne foi.

« man an’ mason16 »

  • 16 MMC, « Libel Summons », v. 107, p. 314.

24En même temps que Burns aiguise ses talents de débatteur au Tarbolton Bachelors’ Club et à la Court of Equity, il cultive aussi « son entregent maçonnique » (Moulin, 2004, p. 33). Burns est membre de cinq loges en tout et l’hôte de beaucoup d’autres. En octobre 1781, il est admis à la loge franc-maçonnique de saint David à Tarbolton, puis le 27 juillet 1784, il est élu maître suppléant de celle de saint James de Tarbolton pour laquelle il compose une chanson, « The Farewell to The Brethren of St James’s Lodge Tarbolton », en 1786, au moment où il projette de partir pour la Jamaïque :

  • 17 « Souvent je me suis réuni à votre bande joyeuse, / Et nous avons passé la nuit en gais festins ; (...)

Oft have I met your social Band,
And spent the cheerful, festive night;
Oft, honour’d with supreme command,
Presided o’er the Sons of light:
And by that Hieroglyphic bright,
Which none but Craftsmen ever saw!
Strong Mem’ry on my heart shall write
Those happy scenes when far awa17. (CB, « The Farewell
to the Brethren of Saint James’s Lodge Tarbolton », v. 9-16, p. 156)

25Lorsque Robert Burns se rend dans la capitale écossaise à l’automne 1786, le fait d’être franc-maçon lui ouvre les portes de la bonne société édimbourgeoise. En janvier 1787, il se voit proclamer barde de Calédonie par la Grande Loge d’Écosse, renforçant ainsi son ambition d’être barde national. Le 1er mars, il est investi poète lauréat de la loge Kilwinning, dont il est devenu membre un mois auparavant. La franc-maçonnerie a donc joué un rôle de première importance dans la très rapide accession de Burns au statut de poète de renom ; il est à noter que l’homme de lettres Henry Mackenzie, auteur de la critique élogieuse qui devait le propulser au rang de vedette, est également franc-maçon. Les compositions de Burns sont émaillées de références à ses amis et protecteurs, membres du mouvement maçonnique : en témoigne l’allusion faite dans « The Twa Dogs » à Hugh Andrew, qui fait office de piqueur du général Montgomery :

  • 18 « Notre valet, à nous, un petit avorton rabougri, / Un misérable nain, ça vous a un dîner / Meille (...)

Our Whipper-in, wee, blastit wonner,
Poor, worthless elf, it eats a dinner,
Better than onie Tenant-man
His Honour has in a’ the lan’ [...]18. (CB, « The Twa Dogs », v. 65-68, p. 7)

  • 19 « The rank is but the guinea stamp ; / The man’s the gowd for a’that » : « Le rang n’est que le mo (...)

26« The Brigs of Ayr » est dédicacé à John Ballantine, car c’est grâce à l’aide financière et aux bons conseils de celui-ci que Burns réussit à publier la deuxième édition de ses poèmes. Dans « Extempore Verses on Dining with Lord Daer », Burns fait allusion au principe égalitaire, cher à la fraternité des francs-maçons, principe dont il allait faire l’éloge dans les vers célèbres de la chanson « A Man’s a Man for A’ That19 » :

  • 20 « Tous les hommes se valent ; / Qu’aucun honnête homme ne craigne / D’être reçu chez ce noble Daer (...)

One rank as well’s another;
Nae honest, worthy man need care,
To meet with noble youthfu’ Daer,
For he but meets a brother20. (CB, « Extempore Verses on Dining with Lord Daer », v. 45-48, p. 633)

27Les loges franc-maçonnes sont légion au xviiie siècle en Grande-Bretagne et en France, ainsi qu’aux États-Unis. La franc-maçonnerie préconise l’égalité (entre hommes) et la fidélité dans le mariage ; cependant tout en reconnaissant le nouvel idéal de la société (la vie de famille bourgeoise), elle y propose une alternative en tant que confrérie masculine.

28Burns est certainement attiré par l’aspect convivial de la franc-maçonnerie, son esprit égalitariste, sa structure démocratique et sa réputation de tolérance à l’égard des opinions religieuses. Être frère, c’est être probe et honnête ; dans « Libel Summons », Burns attaque donc le franc-maçon Sandie Dow sur deux fronts pour lui faire prendre conscience de son hypocrisie :

  • 21 « Alors, pour défendre ce vieux Secret, / Tu as l’honneur de partager ; / Et pour le noble insigne (...)

Then, for that ancient Secret’s sake,
Ye have the honor to partake;
An’ for that noble Badge you wear,
You, Sandie Dow, our brother dear,
We give you as a man an’ mason,
This private, sober, friendly lesson— [...]
To tell the truth’s a manly lesson,
An’ doubly proper in a mason21.
(MMC, « Libel Summons », v. 103-108 et 143-144, p. 314-315)

  • 22 « Le temps de son plaisir fut mesuré, / Sept fois le sablier retourné ».

29Le comportement de Sandie Dow est, aux yeux de Burns, doublement déplorable : en refusant d’admettre qu’il est le père du bébé de Meg Mitchel, il a trahi non seulement les valeurs franc-maçonnes, mais aussi le code moral de la confrérie des fornicateurs. Burns se livre à une parodie des rites d’initiation maçonniques et de tout le cérémonial qui les accompagne, se moquant de lui-même en même temps que des auld lichts. En témoigne la référence au sablier, symbole temporel maçonnique qui, comme le souligne Irène Mainguy, « nous met en garde contre le danger de l’attraction vers le bas » (Mainguy, 2006, p. 215) : « So be, her pleasure dinna pass / Seven turnings of a half-hour glass22 » (MMC, « Libel Summons », v. 151-52, p. 316).

30L’influence concrète de la franc-maçonnerie sur l’œuvre de Burns est donc perceptible à deux niveaux : il y a tout d’abord les chansons et poèmes qui contiennent des clins d’œil aux membres des confréries auxquelles appartient Burns, et ceux explicitement destinés à célébrer les événements maçonniques en évoquant les rites initiatiques, tels « The Farewell to The Brethren of St James’s Lodge » ou encore « No Churchman Am I » qui reprend une mélodie franc-maçonne, The Freemasons’ March, et qui figure à la fin de la deuxième édition des poèmes, parue à Édimbourg en 1787. Chanson à boire par excellence, elle illustre le don qu’a le poète pour ce type de composition :

  • 23 « Alors remplissez un verre à ras bords, / Et soyez prêts à faire honneur aux Maçons : / Que chaqu (...)

Then fill up a bumper and make it o’erflow,
And honours Masonic prepare for to throw :
May ev’ry true Brother of the Compass and Square
Have a big-belly’d bottle, when harass’d with care23! (CB, « No Churchman Am I », v. 25-28, p. 233)

  • 24 « Et alors tous vos soucis et vos craintes / Pourront siffler sur le reste. » (PC, p. 343)

31Outre ces pièces ouvertement maçonniques, somme toute peu nombreuses, nombre d’autres œuvres résonnent comme des messages d’espoir et évoquent les aspirations fraternelles du poète, telle « A Man’s a Man for A’ That » ou sa cantate « Love and Liberty », qui ne figurent pas parmi les suspects habituels lorsqu’on recherche les compositions à connotation maçonnique de Burns. Pourtant, on y retrouve ses idéaux les plus chers, qui rejoignent ceux de la franc-maçonnerie : humanité, indépendance, égalité et générosité fraternelle. Sur le plan esthétique, l’emprunt au rite maçonnique se devine dans quelques-uns des chants de sa cantate. Comme le signale le musicologue Alexandre Dratwicki à propos de l’influence maçonnique sur l’œuvre d’un autre grand franc-maçon du xviiie siècle, Wolfgang Amadeus Mozart, qui fut initié à la loge de La Bienfaisance à Vienne en 1784 : « les chants écrits pour les loges s’achevaient en général par une brève section chorale reprenant le dernier vers d’une strophe entonnée par un soliste » (Dratwicki, 2006, p. 27). Or, dans la deuxième partie de la cantate burnsienne « Love and Liberty », les vers de la chanson du violoniste, « An’then your every care an’ fear /May whistle owre the lave o’t24 » (CB, p. 588) sont repris par le chœur. De la même manière, le dernier vers de chaque strophe de la chanson de la veuve du voleur, où elle parle de son « beau John le montagnard » (PC, p. 342), est également repris par le chœur. Par ailleurs, comme le note Dratwicki à propos de l’opéra de Mozart La Flûte enchantée (1791) : « D’une façon générale, tout élément ternaire (en référence aux trois grades) suggère une connotation maçonnique » (Dratwicki, 2006, p. 27). La cantate de Burns, quant à elle, est divisée en trois parties, qui correspondent à l’ouverture, à l’action et au finale. Dratwicki met cependant l’amateur en garde contre une lecture trop systématique du symbolisme maçonnique ; le même avertissement vaut pour l’œuvre de Burns, car s’il semble y faire un clin d’œil, il est bon de résister aux excès interprétatifs dans ce domaine.

32Toutefois, il ne faudrait certainement pas sous-estimer l’importance de la franc-maçonnerie dans la vie de Burns. Au xviiie siècle, ce mouvement est très vite à la mode du fait de sa qualité intellectuelle, les francs-maçons spéculatifs puisant une partie de leur philosophie dans l’esprit des Lumières. Franc-maçon convaincu, Burns est certainement attiré par ce mouvement en raison de sa grande tolérance. Comme Auguste Angellier, le critique de l’indulgence, Burns aurait sans doute approuvé les observations de Mme de Volanges dans Les Liaisons dangereuses (1782), le célèbre roman épistolaire de Choderlos de Laclos, franc-maçon également :

L’humanité n’est parfaite dans aucun genre, pas plus dans le mal que dans le bien. Le scélérat a ses vertus, comme l’honnête homme a ses faiblesses. Cette vérité me paraît d’autant plus nécessaire à croire, que c’est d’elle que dérive la nécessité de l’indulgence pour les méchants comme pour les bons, et qu’elle préserve ceux-ci de l’orgueil, et sauve les autres du découragement. (Choderlos de Laclos, 2003, première lettre, p. 83-84)

Les Crochallan Fencibles

33Le club des Crochallan Fencibles est fondé vers 1778 par William Smellie, un « vétéran de la paillardise » (L2, p. 10), rédacteur et imprimeur de la première édition de l’Encyclopaedia Britannica et de l’édition d’Édimbourg des poèmes de Burns. Ce club porte le nom d’un régiment imaginaire pour se gausser des fencible regiments formés par les propriétaires terriens écossais, tel le duc de Buccleugh, et destinés à défendre l’Écosse contre une éventuelle attaque française pendant la lutte pour le pouvoir en Amérique entre la Grande-Bretagne et la France. « Crochallan » vient du chant gaélique « Crod Chailein » qu’aime fredonner Dawney Douglas, propriétaire de l’auberge Douglas où se réunissent les membres qui n’hésitent pas d’ailleurs à se conférer de faux titres militaires (Chambers, 1847, p. 160). C’est là, pendant son séjour à Édimbourg, que Burns fait la connaissance de James Johnson, qui prépare alors le premier volume de son recueil de chansons, The Scots Musical Museum. Burns a immortalisé le fondateur William Smellie dans l’« imprompu » suivant, publié pour la première fois par le docteur Currie en 1800 :

  • 25 « Le malin Willie Smellie vint à Crochallan / Avec le même vieux chapeau à cornes, le même surtout (...)

Shrewd Willie Smellie to Crochallan came:
The old cock’d hat, the brown surtout the same;
His grisly beard just bristling in its might
(’Twas four long nights and days to shaving-night);
His uncomb’d, hoary locks, wild-staring, thatch’d
A head for thought profound and clear unmatch’d;
Yet tho’ his caustic wit was biting rude,
His heart was warm, benevolent and good25. (CB, « On William Smellie », p. 699-700)

34Selon l’un des premiers biographes de Burns, Robert Chambers, le poète aurait, en effet, fait les frais de l’esprit caustique de Smelllie lors de son rite d’initiation dans les Fencibles (Lownie, 2004, p. 154). Le club très convivial des Crochallan Fencibles participe au monde alternatif et carnavalesque en tant que pseudo-régiment, dont le nom parodie les groupes de volontaires écossais levés contre la guerre d’Indépendance américaine. Il se réunit pour la dernière fois le 13 décembre 1795, l’année de la mort de Smellie. En plus des vers grivois qu’il écrit ou remanie, Burns puise également dans la riche tradition écossaise pour alimenter l’hilarité des soirées conviviales – et privées – des Fencibles, dont les goûts littéraires se rapprochaient de ceux du Beggar’s Benison.

  • 26 Le nom est dérivé du village de Medmenham, situé sur la Tamise dans le Buckinghamshire, où se trou (...)

35Bien des morceaux composés pour les membres des Crochallan Fencibles sont fortement assaisonnés de détails scabreux et relèvent souvent de la scatologie. La force de subversion de ces textes est à souligner, ainsi que leurs liens avec la culture populaire et le folklore, sans oublier la tradition goliardique qui transgresse en ébranlant les tabous religieux et moraux. L’équivalent anglais des Crochallan Fencibles est le soi-disant ordre de débauchés nommé les « Medmenhamites26 » ; les membres se réunissent au milieu des années 1750 dans une abbaye cistercienne en ruine. Le plus célèbre d’entre eux est John Wilkes, auteur présumé d’An Essay on Woman (1763), parodie blasphématoire, voire obscène, de l’Essai sur l’homme (1733-1734) d’Alexander Pope. Ce poème annonce l’utilisation que fera Burns des vers gaillards aux fins de parodie littéraire.

36Pour Corey Andrews, entre autres, les compositions lestes du barde écossais ne sauraient égaler celles du canon, car elles sont sans artifice ; de surcroît, elles exposent l’attitude du poète à l’égard des femmes sous un jour peu flatteur. Dans les Merry Muses of Caledonia, on chanterait donc les louanges d’une sexualité fièrement masculine, qui se manifeste à travers une fixation sur la taille du phallus. La sexualité féminine, quant à elle, serait représentée par une obsession des organes génitaux, décrits comme la source et le centre du plaisir sexuel à la fois des hommes et des femmes (Andrews, 2004, p. 315).

37Andrews semble perdre de vue la dimension humoristique de ces vers, ainsi que tout le contexte historique et littéraire d’une tradition qui remonte à l’Antiquité. Burns lui-même a insisté sur le plaisir que pouvaient procurer ces « bagatelles » dans une lettre à James Hoy en 1787 : « Elles vous feront, peut-être, un peu rire, ce qui, dans l’ensemble, n’est pas une mauvaise façon de passer les heures précieuses de son existence » (L1, p. 170). Andrews vient ainsi grossir les rangs d’une critique qui, depuis la mort de Burns, s’évertue à émasculer et l’œuvre et l’homme. Toutefois, il est bien temps d’admettre une fois pour toutes que le barde n’était pas asexué et de reconnaître la force subversive de ses vers affranchis.

Notes

1 « Avant de la quitter, je ne pouvais que l’embrasser ».

2 « Mais, pour elle je fais ce vœu, / Et jure de façon solennelle, / Que même si d’argent, j’en ai peu, / Je partagerai avec elle. »

3 « Les pauvres filles et les jeunes gens convaincus de péché faisaient amende honorable le dimanche sur un tabouret [the cutty stool] au milieu de l’église. » (Pichot, 1825, vol. 3, p. 457)

4 « Fornicateur lubrique, me nomma-t-il, / De la félicité céleste, exclu ; / Tout est vrai, je l’avoue, / “Mais, fis-je, à quoi bon, / À moins de me castrer, / Je ne m’amenderai jamais.” »

5 « Car si tu es celle que je voudrais, / Si tu suis les conseils que je te donnerai, / Jamais je ne regretterai / Les soucis que tu me poses, / Mais un père affectueux, moi, je serai, / Et je serai fier. »

6 « Vos rois et héros de la guerre, / Grands chefs et capitaines ; / Vos Césars puissants, jadis célèbres, / Et d’autres Conquérants ; / Victorieux sur le champ de bataille, / Ils battirent en brèche des remparts, / Mais prirent quand même rang parmi nous, / comme nobles fornicateurs ! ! ! »

7 « Ma belle fille, je travaille dans le cuivre : / Chaudronnier, voilà ma condition ; / J’ai voyagé par toute la chrétienté / En exerçant ce métier. / J’ai pris l’argent, j’ai été enrôlé / Dans maint noble escadron ; / Mais ils cherchèrent en vain, quand je décampai / Pour aller rapiécer le chaudron. » (PC, p. 344)

8 Une combinaison du formel et du familier : nemine contradicente (sans objection de personne).

9 « D’abord siège le poète Burns, / Fornicateur, de l’avis de tous ; / C’est sans objection / Que double est sa prétention. »

10 « L’année entre mille sept cent quatre-vingt-cinq et mille sept cent quatre-vingt-sept ».

11 Clin d’œil à Shakespeare, « le paillard » : Troilus et Cressida, 1987, acte IV, sc. 5, v. 179, p. 131, « Your quondam wife swears still by Venus’glove » (« Votre ex-femme pense toujours qu’il n’y a rien de tel que les rapports sexuels »). En effet, « Venus’glove » (littéralement, le « gant de Vénus ») fait allusion aux organes génitaux de la femme (Partridge, 2005, p. 276).

12 « Se trouve ainsi constitué / Un tribunal d’équité délégué : / Habilité par notre confrérie, / À assurer la défense / De la demoiselle déchue, / Enceinte et dans l’angoisse ».

13 « À la ville d’Édimbourg, on a fait une loi, / À Édimbourg, au tribunal en session, / Que toute b--e en érection, fautive est / Et coupable d’une haute transgression. / Législation de la Session, / Décrétée par le tribunal de la Session, / Que toute b--e en érection, fautive est, / Et coupable d’une haute transgression. »

14 « Ceci, notre décret futurum esse, / Que nous ne voulons garder secret ; / Mais dans notre assignation l’insérer, / Gare à celui qui ose la disputer. – / Ceci, en ce jour et lieu est signé ; / Sigillum per burns le praeses. »

15 « Un soir dernièrement, étant en train, / J’allai rôder avec mon fusil, / Et j’abattis une perdrix, / Une belle femelle ; / Et comme le crépuscule avait commencé, / Je crus que personne ne le saurait. / La pauvre petite bête était légèrement blessée : / J’avais tiré dessus par plaisanterie, / Ne pensant pas qu’ils me tourmenteraient pour cela ; / Mais, du diable ! / Quelqu’un va conter au tribunal du braconnage / Toute l’affaire. » (PC, p. 122)

16 MMC, « Libel Summons », v. 107, p. 314.

17 « Souvent je me suis réuni à votre bande joyeuse, / Et nous avons passé la nuit en gais festins ; / Souvent, honoré du commandement suprême, / J’ai présidé les fils de la lumière : / Et à cette clarté hiéroglyphique / Que les artisans seuls peuvent voir, / La mémoire fidèle écrira dans mon cœur / Ces scènes heureuses quand je serai bien loin. » (PC, p. 162)

18 « Notre valet, à nous, un petit avorton rabougri, / Un misérable nain, ça vous a un dîner / Meilleur que pas un des tenanciers / Que Son Honneur ait sur toute sa terre » (PC, p. 2).

19 « The rank is but the guinea stamp ; / The man’s the gowd for a’that » : « Le rang n’est que le moule à pièce, / Mais l’or, c’est l’homme, malgré ça » (CB, « A Man’s a Man for A’ That », v. 7-8, p. 512, P, p. 271).

20 « Tous les hommes se valent ; / Qu’aucun honnête homme ne craigne / D’être reçu chez ce noble Daer, / Car il ne rencontre là qu’un frère. »

21 « Alors, pour défendre ce vieux Secret, / Tu as l’honneur de partager ; / Et pour le noble insigne que tu arbores, / Toi, Sandie Dow, notre cher frère, / En tant qu’homme et maçon, / Nous te faisons cette leçon – [...] / S’il faut dire la vérité, quand on est un homme, / Le devoir est double, quand on est maçon. »

22 « Le temps de son plaisir fut mesuré, / Sept fois le sablier retourné ».

23 « Alors remplissez un verre à ras bords, / Et soyez prêts à faire honneur aux Maçons : / Que chaque frère du compas et de l’équerre / Trouve une bouteille bien pleine, quand il se tracasse ! »

24 « Et alors tous vos soucis et vos craintes / Pourront siffler sur le reste. » (PC, p. 343)

25 « Le malin Willie Smellie vint à Crochallan / Avec le même vieux chapeau à cornes, le même surtout gris ; / Sa barbe hérissée étant alors dans toute sa force ; / C’était quatre nuits et jours pleins contre une nuit de barbe ; / Ses horribles cheveux non peignés, à l’air effaré, couvraient de leur chaume / Une tête sans rivale comme profondeur et clarté de pensées ; / Et, quoique son esprit caustique fût mordant et brutal, / Son cœur était chaud, bienveillant et bon. » (PC, p. 305)

26 Le nom est dérivé du village de Medmenham, situé sur la Tamise dans le Buckinghamshire, où se trouve l’abbaye en ruine. Celle-ci est restaurée en partie en 1755 par Lord Dashwood, afin de pouvoir y organiser des festivités pour les « moines » et les « religieuses », membres de l’« ordre ». Ces derniers ont emprunté leur devise « Fay ce Que Voudras » aux Thélémites, qui se réunissaient dans l’abbaye de Thélème, lieu imaginé par Rabelais dans Gargantua en 1534 (Rabelais, 1972, chap. LVII, p. 427).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search