Version classiqueVersion mobile

Robert Burns

 | 
Karyn Wilson Costa

Troisième partie. Burns et son double illégitime

Chapitre 1. L’érotomane

Texte intégral

1Les idées fausses au sujet du talent artistique et de la contribution littéraire du poète Robert Burns ont, nous l’avons vu, été rectifiées au fil du xxe siècle. Toutefois, il en reste une qui perdure, à en croire le flot d’articles qui continue de submerger la presse populaire britannique pour rappeler ses célèbres frasques. Burns l’érotomane continue à vivre dans l’imaginaire britannique. Pour démonter ce mythe, fabriqué au xixe siècle pour renforcer celui du poète sentimental, il faut aller à la recherche du double « illégitime » de Burns, auteur de chansons grivoises dont certaines se retrouvent dans le recueil des Merry Muses of Caledonia.

  • 1 Vers satiriques latins. Il s’agit d’une poésie licencieuse, inventée à Fescennie, ville de Toscane.

2Dans l’Écosse du xviiie siècle fleurit la culture de la chanson populaire et de la musique traditionnelle. Quelque soixante-quatorze recueils y sont publiés avant 1786, date de l’édition de Kilmarnock des poésies de Burns, ce qui témoigne d’un processus collectif de création de la part d’une communauté écossaise dynamique, désireuse de conserver les chansons de son patrimoine. Aux yeux de la critique, la chanson populaire n’est ni assez littéraire, ni assez sérieuse, et donc dépourvue d’intérêt intellectuel ; mais elle demeure un élément subversif qui conteste l’ordre social, culturel et littéraire établi. Cet art hybride est malheureusement parvenu jusqu’à nous trop souvent par les seules paroles, mais comme le suggèrent les lettres de Burns à George Thomson, l’air d’une chanson peut véhiculer autant de sens. Cette particularité vaut autant pour les chansons grivoises que pour les chansons sentimentales, pastorales et patriotiques, qui font de Burns le barde national des Écossais. Car Burns est également l’auteur de vers fescennins1, n’en déplaise à ceux qui ne voudraient pas les considérer.

3Les chansons de Burns se situent au niveau le plus bas de la hiérarchie des catégories esthétiques, reléguées au domaine des œuvres mineures. Ses chansons paillardes, quant à elles, n’ont aucun droit de cité, et posent en effet problème : faut-il y voir des chansons obscènes, écrites sous l’influence de la boisson ? l’expression d’une certaine angoisse liée aux événements sociaux, voire économiques du xviiie siècle ? la pérennisation d’une tradition de goliards venue de France enrichir la tradition littéraire et populaire écossaise ? de la contrebande littéraire ? des clins d’œil à un petit groupe d’initiés et de complices ? une transgression de l’interdit, transgression d’autres frontières et codes sociaux, sexuels, littéraires, et même linguistiques ? l’interface entre une société sous le joug d’un calvinisme hypocrite et inhumain et le désir d’exprimer une sexualité saine et libératrice ? Enfin, s’agit-il d’une autre facette du personnage poétique que construit sciemment Burns, ou d’un nouveau double imaginaire fabriqué par la critique ?

4Pour fournir une vision holistique de l’œuvre de Burns, il faudrait une étude détaillée de la partie grivoise, largement négligée par la critique britannique et française, d’abord en raison de son caractère non littéraire et ouvertement libertin, ensuite pour des questions liées à l’histoire de l’édition et de la publication des chansons. Quelle est la valeur littéraire et artistique de cette partie non officielle de son œuvre ? Faut-il, d’ailleurs, tenter de légitimer l’illégitime ? Angellier n’a consacré que quelques lignes aux chansons paillardes de Burns, et n’a fait mention que de celles simplement colligées par le poète. De plus, puisqu’aucune édition fiable des Merry Muses n’existe à la fin du xixe siècle, il ne dispose pas d’informations précises quant à la paternité de ces chansons, distribuées clandestinement : il n’a donc pas pu juger de leur valeur biographique et artistique. Cette facette de l’œuvre de Burns est largement méconnue en France ; combler cette lacune pour la faire mieux connaître d’un peuple qui a, inutile de le rappeler, une longue tradition de vers piquants et gaillards, semblerait indispensable.

The Merry Muses of Caledonia : vers piquants et gaillards

  • 2 Le club des Crochallan Fencibles est fondé à Édimbourg vers 1778 par William Smellie, imprimeur de (...)

5À l’origine simple collection de chansons et de poèmes paillards, écrits ou réécrits par Burns pour son propre amusement et celui de ses compagnons de beuverie des Crochallan Fencibles2, collection qu’il gardait soigneusement sous clé pour la soustraire aux regards lubriques de certains, The Merry Muses of Caledonia a fait l’objet dès sa mort, en 1796, d’un intérêt voyeuriste et clandestin qui a duré cent cinquante ans. Fruit d’un siècle et d’une société effrontés, osant l’impertinence et réclamant la liberté pour tous, ces écrits ont eu maille à partir avec la loi, ainsi qu’avec la pudeur civique et la littérature moralisatrice du xixe siècle. C’est grâce à John DeLancey Ferguson que la critique est parvenu enfin à se frayer un chemin à travers une trentaine d’éditions apocryphes et à établir lesquels, parmi les chansons et poèmes, sont bien de la plume de Burns. L’interdiction de publier les versions non expurgées d’œuvres à scandale est levée aux États-Unis puis en Grande-Bretagne à la fin des années 1950, et le libertinage a de nouveau triomphé.

6La première édition des Merry Muses of Caledonia de 1799, dédiée au club des Crochallan Fencibles, contient quatre-vingt-sept chansons, presque toutes écossaises. Il convient de reconnaître la responsabilité des membres de ce club dans le choix du titre, car le recueil personnel de Burns n’en comportait pas. D’autres éditions, toutes moins fiables les unes que les autres, qui omettent quelques chansons écrites par le barde écossais et en ajoutent d’autres, à la fois anglaises et irlandaises, sont publiées au cours du xixe siècle. Trois des chansons pour lesquelles la paternité de Burns ne fait aucun doute – « My Girl She’s Airy » (MMC, p. 152), « There Was Twa Wives » (MMC, p. 153) et « Why Should na Poor Folks Mowe ? » (MMC, p. 136-138) – ne figurent pas dans l’édition de 1799. En outre, un certain nombre de manuscrits, tel celui de la chanson « The Patriarch », restent introuvables ; il est donc impossible de vérifier l’exactitude de la version proposée. Pour DeLancey Ferguson, environ un tiers des morceaux publiés dans cette première édition sont entièrement de la plume de Burns, d’autres seulement retouchés ou « enrichis » par lui, les vers qu’il ajoute se trouvant, en général, à la fin des chansons.

7Un tollé général parmi les idolâtres du barde est soulevé par la publication à Édimbourg en 1959 d’une nouvelle édition des Merry Muses of Caledonia. Elle est le fait du romancier James Barke, qui devait mourir avant sa parution, et du poète Sydney Goodsir Smith ; le professeur DeLancey Ferguson en rédige la préface. Dès 1932, ce dernier a exprimé le souhait de publier, dans une édition limitée, des textes des chansons licencieuses de Burns reproduits de son carnet, afin de briser la conspiration du silence qui avait entouré jusque-là sa propension à la paillardise, et de mettre fin à la publication de textes faussement attribués à sa plume. L’édition de 1959, la première à restituer fidèlement les textes de celle de 1799 verbatim et litteratim (MMC, p. 93), et destinée à être distribuée à titre privé aux membres de l’Auk Society, contient certaines chansons qui ne figurent pas dans les éditions précédentes, telle la ballade de « Grizzel Grimme », imprimée en partie par Hogg et Motherwell en 1834 et reproduite dans une version censurée par Henley et Henderson en 1896 ; néanmoins, l’authenticité de certaines des chansons attribuées à Burns reste discutable. Les éditeurs ont choisi de classer les chansons en cinq rubriques : celles figurant dans le cahier de Burns, écrites de sa main ; celles attribuées à Burns par d’autres sources ; les vieilles chansons expurgées par lui dans des versions galantes ; les chansons simplement colligées par lui ; un dernier groupe de quatre chansons, « Alien Modes », dont deux de l’édition de 1799 et deux de celle de 1872. Le poème « Libel Summons », écrit par Burns en 1786, est également inclus, avec des variantes de deux autres manuscrits.

8L’essai de James Barke, rédigé en 1958 et intitulé « Pornography and Bawdry in Literature and Society », préfigure l’Obscene Publications Act (1959) qui permet enfin aux éditeurs de publier des œuvres scatologiques à condition qu’elles montrent un certain mérite littéraire. Barke s’emploie à examiner les aspects esthétiques et sociologiques des vers gaillards de Burns et à définir ce qui peut être considéré comme pornographique ou obscène, tout en soulignant qu’il s’agit surtout d’une affaire de goût, de valeurs esthétiques et sociales qui évoluent en permanence. Il dévoile ainsi l’attitude ambivalente de la plupart des sociétés qui interdisent la paillardise tout en cautionnant la diffusion clandestine d’œuvres pornographiques. Cependant, ce qu’il appelle l’art du fumoir et du bistrot, à base d’histoires ou de plaisanteries scabreuses, fournit depuis toujours, d’après lui, une sorte de soupape de sécurité en matière sexuelle (MMC, p. 98). Barke insiste de même sur la contribution apportée par Burns à la tradition paillarde écossaise, souvent crue, certes, mais rarement vulgaire et jamais ordurière (MMC, p. 101). Il faut affranchir le barde de l’étiquette de poète vulgaire, voire pornographique, en publiant enfin les chansons qu’il a vraiment écrites ou modifiées. Il plaide également contre l’interdiction de toute œuvre artistique qui exprime les pulsions sexuelles sans perversité, rendant ainsi moins nécessaire le recours aux formes artistiques licencieuses et avilissantes. Cette première édition est imprimée pour le grand public, d’abord aux États-Unis en 1964, puis rééditée et vendue librement en 1965 et en 1982 en Grande-Bretagne.

9La plupart des chansons et poèmes paillards écrits par Burns témoignent en effet de son insatiable désir de liberté sexuelle, littéraire, culturelle, politique et religieuse. Ces chants licencieux sont nourris du riche limon d’œuvres érotiques, libertines ou franchement grivoises de la tradition littéraire écossaise, voire européenne. Les deux thèmes chers à Burns s’y mêlent : les turpitudes politiques et religieuses et les plaisirs de la chair, source intarissable d’inspiration pour le barde écossais. Burns se sert des métaphores sexuelles d’une manière satirique pour dénoncer à la fois le manque de patriotisme de l’aristocratie et de la monarchie, et en même temps l’hypocrisie du clergé. Ces gaillardises s’inscrivent donc dans un contexte de gauloiserie bien établi. Œuvre ludique par excellence, à l’instar des fabliaux du Moyen Âge, elle se joue de tout : des personnages et des motifs littéraires et bibliques, des mots, des rimes et de la versification, des croyances et des règles morales. Véritable contrepoint de l’œuvre canonique, on y retrouve l’humour du poète, son ironie et son esprit, sa compassion pour l’homme et ses défauts, le patriotisme, la haine de l’hypocrisie sous toutes ses formes, ainsi que la transgression des frontières de genre et de langue qui caractérisent la partie « légitime » de son œuvre. On y retrouve aussi sa virtuosité, alliant parfaitement la forme et le fond. S’il est vrai que dans les poésies galantes, les épîtres et autres satires du canon, les allusions sexuelles ne sont qu’implicites, enchâssées dans des mots à double entente, dans ses chansons et poèmes égrillards, en revanche, elles sont on ne peut plus explicites. Ce qu’Angellier appelle la « double représentation d’un sentiment » (V2, p. 307) s’illustre clairement dans ces vers polissons et poivrés, où le moi authentique de l’homme reprend ses droits.

« Come, sing me a baudy-song to make me merry3 »

  • 3 « Chantez-moi donc une chanson pour me rendre joyeux » (Shakespeare, 1623, Henry IV, Part One, III, (...)

10Jusqu’aux années 1930 et la publication des travaux Ferguson, la contribution de Burns aux Merry Muses a donc été systématiquement minimisée. On peut constater cependant plusieurs références dans ses lettres à un manuscrit personnel, ce qui montre indubitablement qu’il est bien l’auteur d’un certain nombre de ces chansons. Ainsi Burns écrit à John M’Murdo, en décembre 1792 :

Je vous ai déjà parlé, je crois, d’un recueil de chansons écossaises que je prépare depuis quelques années ; je le joins à la présente pour que vous puissiez y jeter un œil. Je souhaiterais le récupérer d’ici cinq à six jours [...] – quand vous en aurez fini, remettez-le, je vous prie, à M. Clint au King’s Arms. Il s’agit de l’unique exemplaire ; il m’a coûté énormément de travail et le perdre par quelque malencontreuse négligence me chagrinerait donc beaucoup. (L2, p. 138)

11Il va sans dire qu’il s’agit là d’une « collection » de chansons paillardes, puisque les chansons polies qu’a colligées Burns sont faciles à trouver dans les volumes de James Johnson et de George Thomson. Le docteur James Currie est tristement célèbre pour avoir altéré cette lettre par interpolation, en rajoutant « très peu d’entre elles sont de ma plume », phrase désavouée par le professeur DeLancey Ferguson (1951, p. 472-473). C’est pourtant peine perdue de la part de Currie, car Burns n’a jamais essayé de cacher le fait qu’il était attiré par la muse libertine. Dans une lettre du 20 décembre 1789 à Robert Maxwell de Lochmaben, il a d’ailleurs été très explicite à ce sujet :

Je vais me consacrer à un sujet toujours fécond – il s’agit des réjouissances des Fils de Satan, et de la délicieuse Dragée secrète des Filles de Joie ; d’un sujet serti de tous les joyaux que peut puiser l’Esprit dans les mines du Génie, et riche des savoirs amassés, depuis Moïse et Confucius à Franklin et Priestly – bref, Monsieur le comte, j’ai l’intention d’écrire des paillardises ! (L1, p. 462)

12Ces remarques précèdent le texte d’une chanson paillarde, « I’ll Tell You a Tale of a Wife ». Pour Burns, « réparer », reprendre des chansons, c’est un métier qui s’apparente à celui du rétameur : il remodèle ainsi celles qu’il entend ou qu’il déniche dans les nombreuses collections qui circulent au xviiie siècle. Il est également fort possible qu’il se soit inspiré pour cette partie de son œuvre d’auteurs français ; il fait ouvertement allusion à sa lecture des Contes de La Fontaine dans une lettre à son ami et mécène, Robert Graham de Fintry (L1, p. 455-456).

13Robert Cleghorn, fermier et activiste radical, membre des Crochallan Fencibles, figure parmi les compagnons de beuverie du poète. Il est souvent, lui aussi, le destinataire de lettres où se trouvent enchâssées quelques-unes de ces « délicieuses dragées secrètes » (L1, p. 462) dont Burns avait parlé à Robert Maxwell dans sa lettre du 20 décembre 1789. Cleghorn, Maxwell et un autre intime, William Stewart, sont tous particulièrement friands de ces morceaux de choix, qu’ils goûtent néanmoins en privé, surtout lors des soirées fortement arrosées des Crochallan Fencibles. Burns a coutume d’envoyer ses poèmes et chansons à ses correspondants, soit pour leur demander leur avis, soit en guise de remerciements, soit pour leur témoigner son amitié. Ainsi, pour lui présenter ses vœux, à l’occasion de la nouvelle année en janvier 1792, Burns partage avec Cleghorn sa version d’une vieille chansonnette scatologique « There Was Twa Wives » (L2, p. 126-127). Dans une lettre d’octobre 1793, Burns adresse deux chansons à ce même Cleghorn, « Act Sederunt of the Session » et « Bonie Mary » (L2, p. 255).

  • 4 « C’est rien à côté de ce qu’endure la pauvre Femme, / qui a fait confiance à l’Homme perfide, mon (...)

14La première chanson paillarde recopiée par Burns dans son premier Commonplace Book en 1784 est une première version de « My Girl She’s Airy » qu’il a envoyé plus tard, en 1787, à un autre ami, Robert Ainslie (L1, p. 131), rencontré à Édimbourg, qui l’a accompagné lors d’une excursion dans le sud-ouest de l’Écosse en mai de la même année. Le manuscrit n’a été découvert qu’en 1934, et la chanson publiée pour la première fois par DeLancey Ferguson en 1936. Burns envoie souvent ses chansons gaillardes, à titre purement personnel, à l’éditeur George Thomson, qui les apprécie beaucoup. En septembre 1794, le poète lui adresse une longue lettre contenant plusieurs références à son penchant pour les vers grivois, et aussi à l’habitude qu’il a d’en expurger certains pour assurer ainsi la pérennité des vieux airs écossais qu’il désire faire revivre. Il est en effet devenu indispensable d’épurer beaucoup de ces chansons folkloriques, plutôt scatologiques, pour être en mesure de les republier pendant la période de répression politique des années 1790. Dans cette même lettre, Burns évoque la manière dont les chants religieux ont souvent été détournés à l’époque de la Réforme pour créer des chansons paillardes, montrant ainsi son intérêt pour cette vieille tradition goliardique, très prisée en Écosse (L2, p. 308). Il fait également mention d’une vieille chanson écossaise intitulée « Cumnock Psalms », qu’il a réécrite ou simplement colligée, un bon exemple de poème exaltant le corps et le plaisir évident pris par une jeune femme pendant les ébats, thèmes favoris de Burns. En janvier 1795, il joint dans la lettre qui contient aussi « A Man’s a Man for A’ That » une chanson d’une tout autre veine : « Ode to Spring », parodie paillarde du genre pastoral ; ce faisant, il assouvit le penchant de Thomson pour la muse gaillarde, même si celle-ci ne devait pas être la bienvenue dans son recueil car l’éditeur n’aurait cependant jamais songé à les publier dans sa Select Collection of Original Scottish Airs, qu’il souhaite plus élégante, à tous égards, que le Scots Musical Museum de James Johnson. Thomson avait prévenu Burns, dès le début de leur collaboration, que les chansons proposées devaient être dépourvues de grossièretés et d’allusions sexuelles. Il lui a rendu la tâche difficile en refusant celles à première vue innocentes, en raison de termes qui, pour lui, étaient à double sens. Burns lui écrit ainsi en avril 1795, à propos d’une de celles-ci (« Let Me in This Ae Night »), Thomson ayant protesté contre les vers « Is nocht to what poor She endures, / That’s trusted faithless Man, jo4 » (CB, v. 28-29, p. 852) :

Je ne trouve pas justifiée l’objection que vous soulevez à propos des deux dernières strophes de ma chanson, « Laisse-moi entrer juste cette nuit ». – Vous remarquerez que mon héroïne répond tout à fait à son aise ; et lorsqu’elle parle de « la perfidie des hommes », il n’y a pas du tout lieu de croire qu’elle parle d’après son expérience personnelle, mais qu’elle évoque simplement ce qu’elle a pu observer autour d’elle. (L2, p. 346)

15Thomson n’est pas le seul à reprocher à Burns un manque de pudeur, et dans sa vie et dans son œuvre ; Hugh Blair et Frances Dunlop l’avaient déjà mis en garde, pour qu’il puisse être admis dans la bonne société et réussir une carrière littéraire. Pourtant, Burns n’est jamais parvenu à empêcher sa double nature d’apparaître dans sa poésie, émaillée d’images lestes et de termes à double sens. Peter Murphy en fait l’analyse dans Poetry as an Occupation and an Art in Britain, 1760-1830 ; selon lui, Burns, doté d’une ambition à la fois sexuelle et sociale, a été poursuivi par des accusations d’indécence, partout où il allait : « Burns aimait à mêler le personnel et le poétique ; c’est l’âme même de sa poésie [...]. Mais son problème semblait être précisément sa présence corporelle dans sa poésie. » (Murphy, 1993, p. 74)

Une question de goût

16De nombreux défenseurs de Burns soutiennent que, même si le poète avait, peu judicieusement à leur avis, produit des vers gaillards, il n’avait jamais eu l’intention de les publier. Les vers incriminés ne sont que simples indiscrétions d’ivrogne, composées de façon impromptue pour amuser ses compagnons de beuverie dépravés ; des vers qu’il regrettait d’ailleurs d’avoir écrits, une fois désenivré. Interprétation démentie cependant par le fait que Burns envoie ces chansons à bon nombre de ses amis, y compris aux plus respectables d’entre eux, comme Robert Maxwell, maire de Lochmaben, ou Robert Graham, laird de Fintry. Il est à noter que Burns n’a inséré dans aucune des trois éditions de ses poèmes publiées de son vivant certains des meilleurs, dont « Holy Willie’s Prayer » (CB, p. 557-560), « Love and Liberty » (CB, p. 578-588) et « A Poet’s Welcome to his Love-Begotten Daughter » (CB, p. 564), poèmes iconoclastes qui devaient être inclus dans l’œuvre officielle plus tard : il n’ignore pas que de tels poèmes, avec leurs attaques contre l’hypocrisie de la doctrine calviniste, auraient été voués aux gémonies par la majeure partie de ses lecteurs. En d’autres termes, il connaît le marché littéraire et les règles qui le sous-tendaient.

17Conscient que les chansons égrillardes qu’il collectionne – et dont il n’est souvent pas l’auteur – ne sont pas du goût de tout le monde, Burns prend soin de mettre en garde les destinataires de ces vers lestes contre leur diffusion en dehors du cercle d’initiés. Par ailleurs, les années 1790 sont une période dangereuse pour tous ceux qui expriment des sentiments révolutionnaires ou dont les paroles innocentes peuvent être mal interprétées. En 1793, les sympathies projacobines de Burns lui ont valu bien des soucis auprès de l’administration des impôts ; il a failli perdre sa place à cause de dénonciations calomnieuses et sest senti obligé de réitérer son allégeance à la couronne britannique dans une lettre adressée à Robert Graham de Fintry pour protester de son innocence et demander son aide pour être disculpé (L2, p. 174). Voulant profiter de l’occasion de cette lettre de contrition pour envoyer à son ami sa nouvelle chanson, « Why Should na Poor Folks Mowe ? », Burns prend soin de la glisser sous pli cacheté : « Je vous adresse également une chanson à boire, écrite à l’occasion du lever du camp du duc de Brunswick, et chantée lors d’une soirée conviviale. Elle n’est pas à mettre entre les mains de tout le monde. » (L2, p. 174-175)

18Notons qu’en même temps qu’il compose ses propres chansons paillardes, Burns en expurge d’autres, jugées trop grossières et choquantes, surtout pour des oreilles féminines, afin de préserver un air qu’il trouve particulièrement ravissant. Écrivant à Thomson en septembre 1794, Burns expose son point de vue à ce propos :

Connaissez-vous, Monsieur, une chanson irlandaise assez ignoble, au nom de « La Cascade d’Oonagh » ? [...] L’air est charmant et j’ai souvent regretté le fait qu’il lui manque des paroles pour le mettre en valeur. [...] à mon avis, il vaut mieux qu’il y ait des paroles médiocres qui s’adaptent à un air qui plaît, que pas du tout – je propose donc la chanson suivante pour s’accorder avec l’air dont j’ai fait mention ; en tant qu’éditeur, vous direz peut-être, qu’elle ne conviendra pas, mais si vous connaissez l’air, il se peut aussi que vous soyez content d’avoir des paroles que vous puissiez chanter devant ces Dames. (L2, p. 256)

19Il est donc très clair que cette collection de vers gaillards que Burns garde sous clé constitue un trésor privé, qu’il partage exclusivement avec un nombre restreint d’initiés. De son vivant, il n’a jamais été question de mettre ces compositions entre les mains de tout le monde, de les montrer aux dames, ni de les chanter en public, ce genre d’interprétation étant réservé aux soirées bien arrosées entre les compagnons de beuverie des Crochallan Fencibles. Burns a donc pris maintes précautions pour protéger cette partie non officielle de son œuvre, ce qui n’a pas empêché, au lendemain de sa mort, la publication d’un recueil de chansons grivoises sous le nom des Merry Muses of Caledonia, dont la plupart ne sont pas de sa plume. Peut-être le poète a-t-il pressenti que toutes ces chansons seraient livrées en pâture au public, sans discernement, ternissant ainsi cette réputation qu’il s’est employé à préserver ; en effet, deux mois avant de mourir, il évoque ses craintes en s’adressant en ces termes à Thomson :

Une fois votre recueil terminé, j’ai l’intention de publier toutes les chansons composées pour vous, et pour votre recueil – du moins, toutes celles pour lesquelles je souhaite être pris pour l’Auteur. Il n’est pas dans mes intentions de prétendre à quelques émoluments, mais de rendre justice à ma Muse, au cas où on me tiendrait responsable d’ordures que je n’ai jamais vues ou au cas où on m’escroquerait de ce qui m’appartient de droit. (L2, p. 380)

Notes

1 Vers satiriques latins. Il s’agit d’une poésie licencieuse, inventée à Fescennie, ville de Toscane.

2 Le club des Crochallan Fencibles est fondé à Édimbourg vers 1778 par William Smellie, imprimeur de l’édition d’Édimbourg des poèmes de Burns en 1787.

3 « Chantez-moi donc une chanson pour me rendre joyeux » (Shakespeare, 1623, Henry IV, Part One, III, 3, cité par Burns dans une lettre du 25 octobre 1793 à Robert Cleghorn, L2, p. 254-255).

4 « C’est rien à côté de ce qu’endure la pauvre Femme, / qui a fait confiance à l’Homme perfide, mon ami ».

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search